Burkina Faso - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Burkina Faso Enquête Démographique et de Santé 1993 Institut National de la Statistique et de la Démographie ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. BURKINA FASO Enquête Démographique et de Santé Burkina Faso 1993 Désiré Lohé Konaté Tinga Sinaré Michka Seroussi Institut National de la Statistique et de la Démographie Ouagadougou, Burkina Faso Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Juin 1994 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSBF) réalisée au Burkina Faso en 1993, par l'Institut National de la Statistique et de la D6mographie (INSD). L'EDSBF, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSBF fait partie du programme mondial des Enqufites Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSBF peuvent ~tre obtenues auprès de I'INSD, BP 374, Ouagadougou, Burkina Faso (Téléphone (226) 30 67 97 ou 30 67 98). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tre obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Tèléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Burkina Faso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAP ITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE par Désiré Lobé Konaté 1.1 1.2 CARACTERIST IQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situationsocio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU BURKINA FASO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I 'EDSBF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.3 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par François llboudo et Pagari Ouoba ENQUETE MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . 17 ENQUETE INDIV IDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2,1 Caractéristiques des femmes enqu~tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 iii CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 Page FECONDITE par Tinga Sinaré NIVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE DIFFERENTIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 TENDANCES DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 INTERVALLE INTERGENESIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 GROSSESSES IMPRODUCTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 FECONDITE DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIFICATION FAMILIALE par François l lboudo CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . 53 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES. . . 54 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIFICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par Désiré Lohé Konaté ETAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 AGE A LA CONSOMMATION DE LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2. l Age à la consommation de la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 ACTIVITE SEXUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 CHAPITRE 6 6.1 6.2 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad DESIR D'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 BESOINS EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . 81 iv 6.3 6.4 Page NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 PLANIFICATION DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par M ichka Seroussi SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLAITEMENT ET NUTRITION par Michka Seroussi ALLAITEMENT ET COMPLEMENT NUTRITIONNEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Pagari Ouoba METHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 NIVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 MORTALITE DIFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES . . . . . . . 135 CHAPITRE 10 10.1 ENQUETE HOMME par M ichka Seroussi CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES HOMMES ET DES COUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1.1 Caractéristiques des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.2 10,3 Page PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 10.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 10.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 10.2.3 Utilisation future et méthodes pr6f6rées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 10 ,2 .40p ion ions et attitudes vis-a-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . 159 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 CHAPITRE 11 11.1 11,2 11.3 11.4 11.5 SIDA par Tinga Sinaré et Michka Seroussi CONNAISSANCE DU SIDA ET DE SES MODES DE TRANSMISSION . . . . . 169 SOURCES D' INFORMATION SUR LE SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 PREVENTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 ATTITUDES VIS-A-VIS DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 COMPORTEMENT SEXUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 CHAPITRE 12 12.1 12.2 12.3 12.4 D ISPONIB IL ITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Michka Seroussi CARACTERISTIQUES DES LOCALITES RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 FORMATIONS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . 193 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 ANNEXEA ANNEXEB ANNEXEC ANNEXED ANNEXEF PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . 203 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 TABLEAUX POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2A. 1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 4. I Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Population des ménages par fige et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population par ãge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Caractéristiques socio-démograpbiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Niveau d'instruction des femmes enquEtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 F6condité par åge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Tendances de la fécondité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des méthodes contraceptives modemes et des sources des méthodes . . 46 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 vil Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4. t 3 Tableau 4.14 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Page Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Age médiarl aux premiers rapports sexucls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 78 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 84 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 vii i Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9,3 Tableau 9.4 Tableau 9.5 Tableau 10.1 Tableau 10,2 Tableau 10.3 Tableau 10A Tableau 10.5 Tableau 10.6 Tableau 10.7 F~ge Nombre de visites prénatales et dur6e de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Caractéristiques de l 'accouchement : c6sarienne, poematurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Vaccinations avant l 'ãge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Pr6valence et traitement des infections respiratoires aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Prévalence de la diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaltement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Mortalité par période selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Fécondité à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Caractéristiques socio-démographiqucs des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Niveau d'instruction des hommes cnquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Différence d'âges entre le mari et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 ix Tableau 10.8 Tableau 10.9 Tableau 10.10 Tableau 10.11 Tableau 1 I). 12 Tableau 11.12 Tableau 10.14 Tableau 10.15 Tableau 10.16 Tableau 10.17 Tableau 10.18 Tableau 10.19 Tableau 10.20 Tableau 10.21 Tableau 10.22 Tableau 10.23 Tableau 10.24 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau l 1.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12.4 Page Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Connaissance de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . 153 Utilisation de la contraception å un mmaent quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Utilisation actuelle de la contraception par caract6ristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Opinion des hommes face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Opinion du mari face å la planification familiale et perception de son opinion par sa femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Préférences des hommes en matière de fécondit6 selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Préférences des couples en matière de IEcondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Nombre idéal d'enfants pour les hommcs par caractéristiques socio-démographiqucs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéfistiques différentienes . . . . . . . 168 Connaissance du SIDA et de ses modes de transmission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Transmission du SIDA mère/cnfant et apparcnce des malades . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Sources d'information sur le S•DA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Connaissance des moyens de protcction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Comportement sexuel et nombre de partenaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Utilisation des condoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Raisons de l'utilisation des condoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Caraetéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiqucs . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Tableau 12.5 Tableau 12.6 Tableau 12.7 Tableau 12.8 Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau 12.14 Tableau 12.15 Tableau B.1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau C.9 Tableau C.10 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 191 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 192 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé matemelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence . . . . . 200 Répartition de l'échantillon d'après le plan de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de tésidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par rêgion et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Burkina Faso 1993 . 221 Erreurs de sondage: Echantillon national, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage: Ouagadougou, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Erreurs de sondage: Autres villes, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage: Milieu urbain, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Milieu rural, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage: Nord, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Erreurs de sondage: Est, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage: Ouest, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage: Centre/Sud, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Répartition par åge de la population des mênages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . 236 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Enregistrement de l'åge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Enregistrement de l'åge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 xi Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des åges de la population - Burkina Faso, 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Etat matrimonial des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Taux de fêconditê générale par åge selon le RGP (1985), I'ED (1991) et I'EDSBF (1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . 29 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 31 Taux de fécondité générale par/~ge, par période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . 32 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . 45 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . 51 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Ages médians [t la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . 70 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées, selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . 80 Indice synthétique de féconditê et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 87 Soins prénatals et vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Lieu de l'accouchement et assistance médicale pendant l'accouchement . . . . . . . . . 95 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin . . . . . . . . . . . . . . . 100 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Couverture vaccinale des enfants avant l'åge de 12 mois de 1989-90 å 1992-93 . 105 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les 2 semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Diarrhée par åge chez les enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 xiii Graphique 7.8 Graphique 7.9 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique I0.2 Graphique 10.3 Graphique 10.4 Graphique 10.5 Graphique 10.6 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Page Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhêe dans les 2 semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Allaitement et quantité de liquides donnês aux enfants ayant la diarrhêe . . . . . . . . 114 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Pourcentage d'enfants dc moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'êmaciation . . . . . . . . . . . . . . 126 Tendances de la mortalité des enfants dc moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Mortalité infanto-juvénile selon les caractêristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 137 Mortalité infantile et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Utilisation actuelle de la contraception par les matis et les femmes en union . . . . . 157 Mêthode contraceptive préf6rée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Nombre idéal d'enfants pour les maris et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Sources d'information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Reconnaissance des sympt6mes du SIDA selon les femmes et les hommes . . . . . . 176 Fréquence et raisons d'utilisation du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 xiv SIGLES ET ABREVIATIONS BCG CAP CDC CNLS CSPS DCMT DEP DHS (EDS) DIU DSF DTCoq ED EDS (DHS) EDSBF ET FCFA FNUAP IMC INA INSD IRA ISF ISFD ISSA MEBAM MFP MSASF MST NCHS NN OMS PAS PEV PF PIB PNN PSP bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Connaissances, Attitudes et Pratiques Centers for Disease Control (centres de contr61e des maladies, Etats-Unis Comité National de Lutte contre le SIDA Centre de Santé et de Promotion Sociale Direction du Contréle des Maladies Transmissibles Direction des Etudes et de la Planification Demographic and Heahh Survcy Dispositif lntra-Utérin Direction de la Santé de la Famille Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démograplaique Enquête Démographique et de Santé Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso Ecart Type Franc de la Communauté Financièoe Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Indice de Masse Corporelle Institut National d'Alphabétisation Institut National de la Statistique et de la Démographie Infections Respiratoires Aiguës Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation de Masse Ministère des Finances et du Plan Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille Maladies Sexuellement Transmissibles National Center for Health Statistics (centre national des statistiques samtaires, Etats-Unis) Quotient de mortalité Néonatale Organisation Mondiale de la Santé Programme d'Ajustement Structurel Programme Elargi de Vaccination Planification Familiale Produit Intérieur Brut Quotient de mortalité post-néonatale Poste de Santé Primaire XV RGP SIDA SMI SRO TGFG TBN TRO UPS USAID WHO ZD Recensement Général de la Population Syndrôme Immuno-Déficitaire Acquis Santé Maternelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Global de Fécondité Générale Taux Brut de Natalité Thérapie de Réhydratation par voie Onde Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) World Heallh Organization Zone dc Dénombrement xvi PREFACE Le Burkina Faso a réalisé sa première Enquête Démographique et de Santé, de décembre 1992 à mars 1993. Cette enquête a permis d'obtenir des données nationales sur la santé de la mère et de l'enfant, la planification familiale, la nutrition et le SIDA. Il faut souligner qu'avant cette enquête, les données dont nous disposions dans ces domaines, étaient partielles, souvent fractionnaires et de fiabilité douteuse. Désormais, gråce aux informations fournies par I'EDSBF, ces lacunes sont en partie comblées. Cette enquête a été réalisée par l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), avec l'appui technique de Macro International Inc. Des institutions nationales tels la Direction de la Santé de la Famille (DSF), du Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille, le Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) et l'Institut National d'Alphabétisation (INA), du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation de Masse, ont participé à la formation des enquêtrices, des contr61euses, des chefs d'équipe et des superviseurs. Je voudrais adresser à Macro International Inc. et à toutes ces institutions, mes sincæres remerciements. Ces remerciements s'adressent également à I'USAID qui a financé le projet, ainsi qu'à l'ensemble du personnel de terrain, des agents codificateurs et de saisie, des informaticiens et des analystes qui n'ont ménagé aucun effort pour la réussite de l'op~ration. Cette enquête, qui est une première au Burkina, a permis d'obtenir d'importantes informations d'ordre démographique et socio-sanitaire sur la population. Nul doute que ces données seront très utiles pour les planificateurs, les décideurs, les professeurs, les él~ves et les étudiants. J 'ose espérer que les résultats de cette enquête amélioreront nos connaissances dans les domaines sus- cités et contribueront au développement êconomique de notre pays. Je souhaite que la collaboration si fructueuse entre I'USAID et le Burkina se maintienne et se renforce davantage au bénéfice de nos laborieuses populations. Toutes critiques et suggestions seront les bienvenues en vue de l'amélioration du présent document. Honoré T. Djerma Directeur Général de I'INSD xvii REMERCIEMENTS La rEalisation d'une enquEte de grande envergure comme celle de l'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso est toujours le fruit d'une oeuvre collective. En effet, ce rapport est le résultat de l'exécution de multiples activités auxquelles ont panicipé de nombreuses personnes et institutions. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier sincèrement, tout d'abord les populations des zones enquêtées et particulièrement les femmes qui ont souvent abandonne leurs occupations quotidiennes pour se prêter à nos nombreuses questions. Je voudrais également remercierMessieurs Théodooe Sawadogo, ancien Directeur Général de I'INSD et Honore T. Djerma, nouveau Directeur Général, pour l'inter& qu'ils ont toujours porté å la rEussite du projet, ainsi que le personnel de terrain à savoir le responsable de terrain, les superviseurs, les agents cartographes, les chefs d'équipe, les contrõleuses, les enqu&rices et les chauffeurs, dont le courage et le dévouement ont facilite la collecte des informations sur le terrain, malgré des conditions de travail souvent difficiles. Je ne saurais oublier Mesdames Sanou, Ouédraogo et Barry de l'Institut National d'Alphab6tisation, le Dr Ouango, Secrétaire permanent du Comité National de Lutte contre le SIDA, le Dr Kangoye de la Direction du Contr61e des Maladies Transmissibles, le Dr Bakouan, Directeur de la Direction de la Santé de la Famille, Madame Franceline llboudo, sage-femme à la Direction de la Santé de la Famille, et le Dr Ouédraogo, nutritionniste au Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille, qui ont tous participé à la formation des chefs d'équipe, des contr61euses et des enquêtrices, chacun dans sa spécialité. Je remercie également le personnel de codification et de saisie, sans lequel les données n'auraient pas ~té disponibles à temps. Ces remerciements s'adressent aussi à l'équipe de Macro lntemational Inc. Je nommerais Mohamed Ayad, Coordonnateur Régional, avec qui la collaboration a toujours été efficace et agréable, Michka Seroussi, Coordonnatrice Technique du projet, qui a suivi de près chaque étape de l'enquête et dont la bonne humeur a permis d'égayer et de soutenir les équipes, Koffi Ekouevi, qui a assuré la formation principale, Thanh Le qui, par son expérience, a rEsotu les problèmes de sondage, Trevor Croft pour son expertise en informatique, Marc Soulié pour la formation des agents de saisie, la vérification et la tabulation de toutes les données utilisées dans ce rapport, et enfin Monique Barrère qui a assure la relecture et la cohérence de ce document. Je voudrais remercier tout le personnel de Macro International et particulièrement Martin Vaessen, Directeur du projet DHS, pour l'accueil chaleureux dont Tinga Sinaré et moi-même avons été l'objet lors de notre séjour à Calverton pour la finalisation du rapport. Je ne saurais terminer sans remercier l'USAID/Ouagadougou qui a financé cette opération, surtout Mesdames Jatinder Cheema et Perle Combary qui ont toujours été å l'écoute de nos problèmes et qui n'ont ménagé aucun effort pour leur rEsolution. Que ceux et celles qui n'ont pas ~té cités nommément dans ces lignes m'excusent et qu'ils ne l'interprEtent pas comme un manque d'importance accordé au r•le qu'ils ont joué dans l'enquête. Qu'ils sachent qu'ils ne sont pas oubliés, car ils font partie de la grande famille qui a contribué au succès du projet. Je leur adresse aussi mes sincères remerciements. L. DésirE Konaté Directeur Technique du projet xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF) a été exécutée par l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), avec l'assistance technique de Macro International Inc. Il s'agit d'une enquête par sondage réalisée au niveau national, dont les objectifs étaient de fournir des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la santé et l'état nutritionnel de la mère et de ses enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile et le SIDA. Les informations collectées par I'EDSBF, couplées avec les résultats du Recensement Général de la Population de 1985 et ceux de l'Enquête Démographique de 1991, fournissent une vue d'ensemble de la situation dêmographique et sanitaire du Burkina Faso. Au cours de I'EDSBF, dont le terrain a été réalisé entre décembre 1992 et mars 1993, 5 143 ménages, 6 354 femmes en åge de procréer (15-49 ans) et 1 845 hommes (de 18 ans ou plus) ont été enquêtés avec succès. Les caractéristiques de la population obtenues à partir de l'enquête ménage, en particulier la structure par fige et par sexe et la répartition par milieu de résidence, sont très proches des résultats du recensement de 1985. Ceci témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDSBF. Les femmes burkinabè ont une fécondité relativement élevée : avec les niveaux actuels, une femme donnera naissance en moyenne à 6,9 enfants durant sa vie féconde. L'une des principales caractéristiques de cette fécondité est sa précocité : une femme sur trois de 20-34 ans donne naissance b, son premier enfant avant l',qge de 18 ans. Par ailleurs, les niveaux de fécondité présentent de fortes variations selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. Les femmes du milieu rural (7,3 enfants par femme) donnent naissance en moyenne à 2,6 enfants de plus que celles de Ouagadougou (4,7 enfants par femme). De même, les femmes sans instruction ont en moyenne un enfant de plus que celles du niveau primaire : 7,2 enfants par femme contre 6,l. Parmi les femmes de 15-49 ans, 84 pour cent étaient mari~es au moment de l'enquête et très peu de femmes restent célibataires (environ 1 pour cent å partir de 30 ans). Ainsi, le mariage qui demeure le cadre presque exclusif de la procréation est quasi universel au Burkina Faso. En outre, plus de deux femmes mari~es sur cinq (43 pour cent) vivent en union polygame. L'entrée en union est très précoce : 64 pour cent des femmes de 25-49 ans étaient déjà mari~es à 18 ans et l'åge médian à la première union est de 17,3 ans. Les premiers rapports sexuels se produisent également très t6t (âge médian de 17,4 ans). Cette précocité des premiers rapports sexuels et de l'union expliquent la précocité de la fécondité. En outre, il existe très peu de différences entre l'åge moyen d'entrée en union des femmes de la capitale et celles des autres villes ou du milieu rural. Environ 2 femmes sur 3 (66 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, les m6thodes modemes étant mieux connues que les méthodes traditionnelles (62 pour cent contre 41 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance relativement élevé, seule une très faible proportion des femmes burkinabè (8 pour cent) utilise la contraception. En outre, les méthodes modernes et traditionnelles sont utilisées dans la même proportion (4 pour cent). Comme pour la fécondité, les niveaux d'utilisation de la contraception varient fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. A Ouagadougou, 30 pour cent des femmes utilisent la contraception et la grande majorité d'entre elles utilise une méthode moderne (20 pour cent). En milieu rural, la prévalence contraceptive n'est que de 4 pour cent, dont moins de 2 pour cent pour les méthodes modernes. De même, une femme du niveau primaire sur cinq et la moitié de celles du niveau secondaire ou plus utilisent une méthode contraceptive, surtout moderne (respectivement 13 pour cent et 32 pour cent); seulement 5 pour cent des femmes sans instruction utilisent la contraception (alors qu'elles représentent 80 pour cent de la population), dont 2 pour cent utilisent des méthodcs modernes. ×xi Même si une part non négligeable de femmes non utilisatrices de la contraception expliquent leur comportement par le manque d'information (17 pour cent), la majorité d'entre elles (41 pour cent) n'utilisent pas de métbodes parce qu 'elles souiaaitent avoir des enfants. Le dé si r d'enfants est donc très élevé : seulement 19 pour cent des femmes en union et 10 pour cent des hommes ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Cependant, si les femmes t3urkinabè ne mettaient au monde que Ie nombre d'enfants désiré, elles auraient une fécondité inférieure de près d'un enfant, à celle qu'elles ont actuellement (6,0 enfants par femme contre 6,9). En relation avec cette féconditæ désirée, la demande potentielle en planification familiale (37 pour cent) est plus de 4 fois plus élevée que l'utilisation actuelle (8 pour cent), mais elle est plus orientée vers l'espacement des naissances (26 pour cent) que vers la limitation (11 pour cent). L'EDSBF fournit également de nombreuses informations sur la santé et l'~rat nutritionnel de la mère et de ses enfants de moins de 5 ans. Concernant les soins prénatals et les conditions d'accouchement, on constate que, pour 59 pour cent des naissances des cinq dernièms annæes, la mère est allée en consultation prénatale. Par ailleurs, les deux tiers de ces naissances ont 6t6 complètement ou partiellement protégées contre le tétanos néonatal, par une ou plusieurs injections antitétaniques. Deux accouchements sur cinq (43 pour cent) ont eu lieu dans un établissement sanitaire; deux sur cinq ont été assistés par un professionnel de santé et près d'un tiers (31 pour cent) par une accoucheuse traditionnelle formde. Une partie non négligeable des naissances (20 pour cent) a eu lieu sans l'assistance de personnel spécialisé et une infime proportion de naissances (4 pour cent) a eu lieu sans assistance. Malgr6 des niveaux relativement élevés de surveillance prénatale et d'assistance à l'accouchement, on constate d'énormes disparités selon le milieu de résidence. Pour 96 pour cent des naissances qui se sont produites à Ouagadougou et 94 pour cent de celles ayant eu lieu dans les autres villes, les mères ont bénéficié de soins prénatals, alors que cette proportion n'est que de 53 pour cent en milieu rural. L'assistance d'un personnel médical est près de trois fois plus importante pour les naissances survenues en milieu urbain (92 pour cent), que pour celles survenues en milieu rural (33 pour cent). La vaccination contre Ics maladies cibles du Programme Elargi de Vaccination (PEV), à savoir, la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluchc, la poliomyélite, la rougeole et la fièvre jaune, est un facteur clé du taux d'amélioration de surv le des enfants. D'apres 1' EDSBF, parmi les enfants de 12 à 23 mois qui, selon les recommandations de l'OMS, devraient être tous vaccin6s contre les maladies cibles du PEV avant l'åge de 1 an, 85 pour cent sont vaccin6s contra la tuberculose, 40 pour cent ont reçu les trois doses de DTCoq et de polie et 60 pour cent sont vaccinés contre la rougeole. Ces taux de couverture vaccinale varient selon le milieu de résidence de la mère et selon son niveau d'instruction. Si 70 pour cent des enfants de Ouagadougou et 60 pour cent de ceux des autres villes ont reçu tous les wmcins, seulement 29 pour cent des enfants du milieu rural les ont tous reçus. De même, 76 pour cent des enfants de femmes de niveau secondaire ou supérieur ont été complètement vaccin~s, contre 42 pour cent des enfants de mères ayant un niveau primaire et 32 pour cent des enl?.mts de mère sans instruction. Par ailleurs, il y a une très importante déperdition de la couverture vaccinale au Burkina Faso, due en grande partie au fait que les enfants ne reçoivent pas les trois doses de polie et de DTCoq, et plus particulièrement en milieu rural où 55 pour cent des enfants qui ont reçu la première dose n'ont pas reçu la troisième. D'après les déclarations des mères, pendant les deux semaines ayant précédé l'enquéte, 11 pour cent des enfants de moins de 5 ans ont souffert de toux et de respiration courte et rapide, qui sont entre autres, les symptômes d'Infections Respiratoires Aiguës (IRA), 35 pour cent des enfants ont souflerl de fièvre, qui est dans de nombreux cas un sym ptôme de paludisme et 20 pour cent des enfants ont eu la diarrhée. Pour 19 pour cent des enfants de moins de cinq ans atteints d'infections respiratoires et la même proportion de ceux qui ont souftert de la fièvre, les mères ont demandé des conseils ou un traitement auprès d'dtablissements xxii sanitaires ou de personnel médical; pour 14 pour cent des enfants atteints de diarrhée, les mères ont demandé des conseils ou des traitements. En ce qui concerne le traitement de la diarrhée, on constate que si, 49 pour cent des mères ayant eu une naissance au cours des 5 années précédant l'enquête, connaissent les sachets de Sels de Réhydratation Orale (SRO), seulement 33 pour cent d'entre elles les ont utilisés. La quasi totalité des enfants burkinabè nés au cours des cinq années ayant précédé l'enquête (98 pour cent) ont été allait~s, mais seulement une faible proportion d'entre eux (29 pour cent) ont été mis au sein dans l'heure qui a suivi la naissance. Alors que jusqu'à 4 mois, tous les enfants ne devraient rien recevoir d'autre que le sein, seulement un pour cent des enfants burkinabè sont exclusivement allait~s. Dès le premier mois les enfants reçoivent différents types de lait, de liquides et même d'aliment solide ou en bouillie, ee qui affecte leur état nutritionnel et augmente leur risque de contracter des maladies infectieuses. En moyenne, et ce quelles que soient les caractéristiques de la mère, les enfants burkinabè sont allaités pendant 25 mois. Près d'un enfant sur 3 (29 pour cent) est atteint d'un retard de croissance qui révèle un état de sous- nutrition chronique, et plus du tiers de ces enfants (11 pour cent) sont affectés par la forme sévère de cette sous-nutrition. Plus d'un enfant sur 10 (13 pour cent) est émacié, c'est-à-dire atteint de sous-nutrition aiguë. Cette situation nutritionnelle des enfants, déjà très préoccupante au niveau national est encore plus alarmante au niveau de certaines sous-populations : ainsi, le retard de croissance atteint un tiers des enfants du milieu rural, contre 17 pour cent à Ouagadougou. De même, 34 pour cent des enfants de l'Est en sont atteints. L'émaciation affecte 14 pour cent des enfants ruraux, contre 10 pour cent des enfants urbains. Conséquence d'une situation sanitaire déficiente et d'un mauvais état nutritionnel, la mortalité des enfants burkinabè est assez élevée. Sur 1 000 enfants qui naissent, 94 al~cèdent avant leur premier anniversaire et sur 1 1300 enfants qui atteignent un an, 103 d6cèdent avant l 'åge de 5 ans. Globalement, 19 enfants sur 1130 (I 87 pour mille) décèdent entre la naissance et le cinquiême anniversaire. Cette forte mortalité présente en outre de fortes variations selon les caractéristiques des mères. C'est ainsi qu'entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité est plus élevée en milieu rural (214 pour mille), qu'à Ouagadougou (150 pour mille); elle varie de 87 pour mille pour les enfants dont la mère a au moins un niveau d'instruction secondaire, à 212 pour mille pour les enfants de mère sans instruction. L'EDSBF fournit aussi des données sur la connaissance et les attitudes de la population burkinabè vis-à-vis du SIDA. Quelle que soit la variable socio-démographique, une très large majorité des femmes (84 pour cent) a déjà entendu parler du SIDA ; les hommes sont cependant plus nombreux à déclarer la même chose (94 pour cent). Si le nom SIDA évoque quelque chose à l'ensemble des personnes enquêtées, ses modes de transmission, autres que par voie sexuelle, sont très peu connus. Il en est de même des moyens de protection, notamment le condom qui est particulièrement peu évoqué par les femmes et les habitants du milieu rural. xxiii BURKINA FASO MALI NORD \ \ YATENGA OUDALAN 5ENO NIGER SOUROU EST \ KOSSI /J ~,~ /~MOUHOUN / ; ~~ HOUET ! / f ,/~ou«ou- ~ ~ RIBA \ / ~F/ i CO~OE PONI PAS5ORE GNAGNA SlSSlU I OU.4¢~DOUŒEEOU \~, \ KAOIOG0 CENTRE/SUD GHANA GOURMA \ , TOGO l / \, OUEST BENIN COTE D'IVOIRE xxîv CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE Ce premier chapitre consacré aux caractéristiques du Burkina Faso et à la méthodologie de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS) réalisée en 1993, permettra au lecteur de se familiariser avec le contexte environnemental de l'enquête ainsi qu'avec les procédures techniques mises en oeuvre pour la réaliser. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette partie sera développée au tour des cinq points suivants : organisation politico-administrative; situation géographique; situation socio-économique; situation démographique; politique de population. 1.1.1 Organisation politieo-administrative Ancienne colonie française, le Burkina Faso, autrefois appelé Haute-Volta, a changé de nom en 1984 sous le régime révolutionnaire instauré en août 1983. Le pays vit actuellement dans un état de droit dirigé par trois pouvoirs : le Pouvoir Exécutif avec à sa tête un Président ~lu au suffrage universel et un Premier Ministre; le Pouvoir Législatif composé de deux chambres, la Chambre des Députés du Peuple et la Chambre des Représentants; le Pouvoir Judiciaire. Le pays est subdivisé en 30 provinces, en 300 départements, en communes et en villages (plus de 7 000). La province est dirigée par un Haut Commissaire, le département par un préfet et la commune par un maire ~lu. Le village constitue la plus petite entité administrative et est dirigé par un chef de village. 1.1.2 Situation géographique Situé au coeur de l'Afrique occidentale dans la boucle du Niger, le B urkina Faso est un pays sahélien qui s'étend sur une superficie de 274 200 km2; il s'étend entre les 9ème et 15ème degrés de latitude Nord et les longitudes 2 ° 20' Est et 50 ° 3' Ouest. Le Burkina Faso a des frontiêres communes avec le Mali au Nord et à l'Ouest, la Céte d'Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin au Sud, et le Niger, à l'Est. Le pays mesure 625 km du Nord au Sud et 850 km de l'Est à l'Ouest. D'après le Recensement Général de la Population de 1985, le pays compte 18 centres urbains dont les 3 principaux sont : Ouagadougou, qui est la capitale politique et administrative; Bobo-Dioulasso (capitale économique), qui est située à l'Ouest du pays et qui est un centre économique important; et Koudougou, située à une centaine de kilomètres de la capitale. 1.1.3 Situation socio-économique Le Burkina Faso est un pays encla76 et ses communications par voie maritime avec le monde extérieur s'opèrent essentiellement par le port de Loto~ (au Togo) et celui d'Abidjan (en Cõte d'Ivoire). Comme tous les pays du Sahel, il est confronté à l'heure actuelle à de graves difficultés telles que, la détérioration des termes de l'~change, les contraintes naturelles (sécheresse, intensification de la désertification.) auxquelles vient se greffer depuis janvicr 1994, la dévaluation du Franc CFA. Ces difficultés constituent un frein important à son développement économique et social. En vue d'une relance de son économie, le pays s'est engagé depuis 1991 dans 1'application du Programme d'Aj ustement Structurel (PAS). L'activité économique principale du pays demeure sans conteste l'agriculture, dont la valeur ajoutée représente 30 pour cent du Produit Intérieur Brut et occupe près de 75 pour cent de la population active. Selon l'Enquête Démographique de 1991 (ED 1991) (INSD, 1993), le niveau du chômage est relativement faible dans l'ensemble du pays (seulement 1 pour cent de la population active de 10 ans et plus est touchée par le phénomène). Ce faible niveau cache d'~normes disparités : 9 actifs sur 100 sont au chômage en milieu urbain et ils ré.sident surtout à Ouagadougou (taux de chõmage de 13 pour cent) et à Bobo (taux de chômage de 10 pour cent). En outre, le chômeur est généralement un jeune de plus en plus instruit et diplômê. Les niveaux de scolarisation et d'alphabétisation du Burkina Faso figurent parmi les plus faibles de la sous-région. A la rentrée scolaire 1991/92, les statistiques de la Direction des Etudes et de la Planification du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphab6tisation de Masse (DEP/MEBAM) donnait un taux de scolarisation de l'ordre de 31 pour cent pour l'ensemble du pays. Ce taux était plus faible chez les filles (24 pour cent) que chez les garçons (37 pour cent). Quant à l'alphabétisation, son niveau s'établit à 16 pour cent. Là encore, les hommes sont 2 fois plus alphabétisés que les [~mmes (21 pour cent contre 10 pour cent). Dans le domaine de la santé, malgré les progrès réalisés, beaucoup d'efforts restent à faire. Les taux de mortalité maternelle et infantile sont encore élevés. Les ratios en matière de santé ne sont guère satisfaisants comme le montrent les statistiques du Ministère de la Santé et de l'Action Sociale et de la Famille, pour l'annêe 1990 : 29 335 habitants pour un médecin (norme Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : 10 1300 habitants pour un médecin) ; 28 342 habitants pour une sage-femme (norme OMS : 5 000 habitants pour une sage- femme) ; 11 514 habitants pour un infirmier d'état (norme OMS : 5 000 habitants pour un infirmier d'état). 1.1.4 Situation démographique Avant I'EDSBF, et depuis 1960, le Burkina Faso a réalisé plusieurs grandes opérations de collecte dont les plus récentes sont : le Recensement Général de la Population en 1985 (RGP 1985) (INSD, 1990) et I'ED 1991. Ces opérations menécs à des périodcs différcntes ont permis d'obtenir les indicateurs suivants, présentés dans le Tableau 1.1. 2 Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indica~urs I960-61 a 1976 1985 1991 Population totale 5 638 203 b 7 964 705 9 290 791 c Taux brut de natalité (p. 1 000) 50 a 46 a 49,6 a 45,3 a Indice Synthétique de Fécondité 6,2 a 6,7 a 7,2 a 7,3 a Taux brut de mortalité (p. 1 000) 32 a 22 a 17,5 a 16,4 a Taux de mortalité infantile (p. 1 000) 182 a 167 a 134 a 114,6 a Espérance de vie (e o, en années) 37 a 42 a 48,5 a 52,2 a aDonné.es ajustées bpopulation recensée en 1975 CDonnée estimée Sources: 1960-61 : Enquéte Dérnographique par sondage au Burkina Faso (INSD, 1961) 1976 : Enqua~te Post-censitaire (tNSD, 1976) 1985 : Recensement Général de la Population : Analyse des résultats définitifs (1NSD, 1990) 1991 : Analyse des résultats de l'Enqu&e Démographique 1991 (INSD, 1993) Le Burkina Faso est depuis toujours un pays de migration et celles-ci restent encore importantes. Entre 1985 et 1991, 482 201 personnes ont ét~ touchées par la migration internationale dont 188 331 immigrés et 293 870 6migrés. La majorité des migrants se dirige vers le milieu rural (66 pour cent), mais le milieu urbain connaR aussi un afflux important, en particulier les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso qui accueillent plus de la moitié de l'exode rural. 1.1.5 Politique de population De nos jours, les questions liées à la croissance et au bien-être des populations préoccupent aussi bien les pays développés que les pays en développement. Ces préoccupations, reconnues lors des rencontres internationales ~ et africaines, 2 traduisent explicitement l'importance des relations qui existent entre population et développement. Le BurkinaFaso en souscrivant aux différentes recommandations issues de ces conférences, a décid6 en juin 1991, dc mettre en place une politique de population 3 qui s'intègre dans la stratégie globale de développement du pays, et qui répond à des préoccupations démograpbiques, économiques et socio-culturelles. Cette politique se fonde sur un certain nombre de principes selon lesquels, la population a un impact important sur le processus de développement et vice versa; les individus et les couples doivent décider de façon responsable de la taille de leur famille et ils ont droit à l'éducation et à l'information objective en matière de population ainsi qu'aux méthodes contraceptives. i Conférences mondiales sur "Population et développement", tenues à Bucarest en 1974 et à Mexico en 1984 2 Conférences africaines sur la population tenues à Accru en 1971 et à Arusha en 1984 3 Politique de Population au Burkina Faso, Conseil National du Plan, juin 1991 Quelques objectifs généraux de la politique de population sont présentés ci-dessous : améliorer le niveau et la qualité de vie des populations, notamment des plus d6munies; assurer à la population une meilleure couverture des besoins essentiels en matière d'alimentation et de nutrition, de santé, d'éducation et de formation, d'emploi et de logement, d'information et de culture; réduire la morbidité et la mortalité, en particulier celles des mères et des enfants, notamment dans les zones rurales. Cette politique de population vise spécifiquement à : accroître les possibilités d'approvisionnement en eau potable, notamment des populations rurales; fournir à toutes les communautés rurales les services sociaux de base (éducation et santé) d'ici l'an 2000; accroître la prévalence de la contraception; réduire d'ici 1'an 2005, le taux de mortalité infantile de 134 pour mille à 70 pour mille et le taux brut de mortalité de 18 pour mille à 14 pour mille; prévoir une baisse de la fécondité de 10 pour cent tous les cinq ans; mettre à la portée d'un grand nombre de personnes et singulièrement des adolescentes, des informations en matière de population en vue de leur permettre d'assumer une parenté responsable. 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU BURKINA FASO 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF) a été réalisée par t'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), du Ministère des Finances et du Plan avec l'assistance technique de Macro International Inc. Le travail de collecte des données sur le terrain s'est déroulé de décembre 1992 ~ mars 1993. Cette enquête qui entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS, ou Demographic and Health Survey, DHS), a béné ficiê du financement de l'Agence des Etats- Unis pour le Développement International (USAID). Conformément au programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé, I'EDSBF vise les objectifs suivants : recueillir à l'échelle nationale les données permettant de calculer les taux de fécondité et de mortalité infantile; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu de résidence; recueillir des données sur la santé familiale : pour les enfants de moins de 5 ans : la vaccination contre les 6 maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), la prévalence et le traitement de la toux, de la diarrhée et de la fièvre, les niveaux de mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en åge de procréer : les visites prénatales, l'assistance /l l'accouchement et l'allaitement; mesurer l'état nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans par la prise de mesures anthropométriques (taille et poids, circonférence du bras); développer au niveau du pays les capacités et les ressources nécessaires à la réalisation périodique d'EDS. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSBF Pour assurer une bonne réalisation des objectifs de I'EDSBF, une direction technique a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur Général et d'un Directeur Technique qui avaient en charge la supervision générale de l'enquête, y compris les travaux informatiques. Par ailleurs, des consultants nationaux et internationaux ont assuré l'adaptation du plan de sondage, la conception des questionnaires, la formation du personnel d'enquête, le traitement et l'analyse des données. Des consultants nationaux de l'Institut National d'Alphabétisation (INA) ont effectué la traduction des questionnaires dans les trois principales langues du pays : moort, dioula, et fulfuldé. L'EDSBF s'est déroulée en 3 étapes principales : le dénombrement des ménages des zones échantillonnées, le pré-test et l'enquête principale. Pour chacune de ces étapes, une formation a été dispensée aux personnes recmtées. Pour les opérations de cartographie et de dénombrement des zones sélectionnées pour l'enquête, 12 agents de I'INSD ayant déjà effectué ces activités lors du RGP de 1985 et de l'Enquête Démographique de 1991 ont été recrutés afin de former 6 équipes, qui ont ét~ suivies par trois superviseurs. Ces derniers étaient aussi chargés de réaliser l'enquête communautaire sur la disponibilité des services. Pour le pré-test, 19 enquêtrices et enquêteurs, ayant déjà tous participé à différentes enquêtes de I'INSD, ont été retenus pour suivre une formation de 2 semaines. La formation en langues nationales a été assurée par des spécialistes de I'INA qui avaient traduit les questionnaires. Pour les travaux de terrain du pré- test qui ont duré 5 jours, trois zones d'enquêtes, ne faisant pas partie des zones de l'échantillon principal, ont ét~ retenues : deux secteurs de Ouagadougou pour le milieu urbain et le village de Yamtenga, non loin de la capitale, pour le milieu rural. D'une manière générale, le pré-test a permis d'identifier plusieurs problèmes concernant la lormulation de certaines questions, notamment sur le SIDA, la présentation des questionnaires et la traduction en langues nationales. En ce qui concerne l'enquête principale, le recmtement s'est effectué de la manière suivante : les membres de l'équipe technique de I'INSD ont assuré la supervision des activités de terrain. Il faut préciser que cette équipe était composée de démographes et de statisticiens, tous cadres de I'INSD; les chefs d'équipe (chargés aussi de l'enquête individuelle auprès des hommes) et les contrôleuses ont été sélectionnés, en majorité, parmi les personnes ayant effectué le pré-test; les enquêtrices (au nombre de 32, pour former les 8 équipes nécessaires) ont été sélectionnées après la lormation et d'après leurs résultats aux différents tests d'aptitude. La formation qui a dur~ quatre semaines consistait, d'une part, en des exposés théoriques concernant les techniques d'enregistrement des informations et, d'autre part, en des exercices sur la façon de remplir les questionnaires. La formation a ét~ assurée en français et, par la suite, des compléments ont ~té donnés en mooré, dioula et fulfuldé par les cadres de I'INA. En outre, différentes personnes de la Direction de la Santé de la Famille (DSF), de la Direction du Contrôle des Maladies Transmissibles (DCMT) et du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) sont intervenues durant la formation, pour donner aux enquêtrices des informations sur le planning familial, la santé maternelle et infantile, l'état sanitaire général du pays et sur le SIDA. Après cette formation théorique, une formation sur le terrain s'est déroulée dans trois centres de Santé Maternelle et Infantile (SMI) de Ouagadougou afin que les enquêtrices poissent pratiquer la prise des mesures mlthropom6triques, sous la supervision de deux nutritionnistes du Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille (MSASF). La liste du personnel de I'EDSBF ainsi que dcs consultanLs nationaux et internationaux y ayant participé se trouve en Annexe A. 1.2.3 Echantillonnage L'échantillon cible de I'EDSBF est de 6 000 femmes en âge de procréer (15 à 49 ans). L'échantillon est stratifié, pondéré et représentatif au niveau national et au niveau des milieux de résidence. 4 L'échantillon a été sélectionné de la manière suivante : au premier degré, 230 grappes, constituant les unités primaires de sondage, ont été tirées à partir d'un échantillon-ma~re de 096 zones de dénombrement (ZD), 5 de façon systématique à l'intérieur de chaque straIe (Ouagadougou, les autres villes et le milieu rural), avec une probabilité proportionnelle à la taille de la ZD, à savoir le nombre de ménages dans la ZD; 4 Dans la suite de ce rapport, les résultats seront présentés par milieu de résidence : (Ouagadougou, autres villes, milieu rural). Ils seront aussi présentés par régions : Ouagadougou, le Nord, l'Est, l'Ouest et le Centoe/Sud. La liste des provinces regroupées sous ces régions est donnée en annexe B. Ces régions ne sont pas des entités administralives en vigueur au Barkina Faso, mais correspondent tout de mSme à une réalité géographique. De plus, les regroupements ont été effectués afin de pouvoir disposer de résultats statistiquement représentatifs. 5 Cet échanlîllon-maitre a été élaboré en 1990, pour l'Enquête Démographique (ED), à partir des ZD du Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985). 6 au deuxième degré, un échantillon de ménages a ~té sélectionné à partir de la liste de ménages établie lors de l'op~ration de dénombrement de chacune des 230 grappes sélectionnées. Toutes les grappes sélectionnées ont pu être enquêtées au cours de I 'EDSBF, le nombre de ménages sélectionnés dans chaque grappe variant de 10 ~ 45. Au total, 5 706 ménages ont été sélectionnés et, parmi eux, 5 447 ménages ont été identifiés au moment de l'enquête. Parmi ces 5 447 ménages, 5 143 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 94 pour cent, comme l' indique le Tableau 1.2. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes séIectionnés, identifiés et enqu6tés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Résidence Autres Ensemble Enqub.tu Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Enqu¢~te ménage Nombre de logements sélectionnés 1483 948 2431 3275 5706 Nombre de ménages identifiés 1369 895 2264 3183 5447 Nombre de ménages enqu&és 1253 856 2109 3034 5143 Taux de réponse 91,5 95,6 93,2 95,3 94,4 Enquête Individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1731 1203 2934 3914 6848 Nombre de femmes enqufitées 1599 1142 2741 3613 6354 Taux de réponse 92,4 94,9 93,4 92,3 92,8 Enquête individuelle homme Nombre de hommes éligibles Nombre de hommes enqu&és 636 363 999 1233 2232 484 302 786 1059 1845 Taux de réponse 76,1 83,2 78,7 85,9 82,7 Dans les 5 143 ménages enquêtés, 6 848 femmes ont ét~ identifiées comme étant éligibles pour l'enquête individuelle, et un sous-échantillon de 2 232 hommes âgés de 18 ans et plus a été aussi identifié pour l 'enquête homme (Tableau 1.2). Parmi les femmes éligibles, 6 354 ont été enquêtées avec succès, soit un taux de réponse de 93 pour cent. Parmi les 2 232 hommes éligibles, l 845 ont été enquêtés avec succès. soit un taux de réponse de 83 pour cent. 1.2.4 Questionnaires L 'EDSBF a utilisé 4 types de questionnaires 6 : • un questionnaire communautaire sur la disponibilité des services; Les différents questJonnaires utilisés sont présentés en annexe E. un questionnaire ménage; un questionnaire individuel femme; un questionnaire individuel homme; Les questionnaires individuels ont été traduits dans les trois principales langues du pays, le mooré, le dioula et le fulfuldé. Le questionnaire communautaire a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques (écoles, marché, services de transport.) et sanitaires (hôpitaux, cliniques, SMI.) disponibles dans chacune des 230 grappes sélectionnées. Le questionnaire ménage permet d'établir la liste de tous les membres du ménage et des visiteurs et de collecter à leur sujet un certain nombre d'informations telles que le sexe, l'âge, l'état matrimonial, le niveau d'instruction. En outre, par le biais du questionnaire ménage, sont collectées quelques caractéristiques des logements devant servir à év aluer les conditions socio-6conomiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes et les hommes qui seront enquêtés individuellement. Cependant, l'objectif principal de ce questionnaire est de permettre l'identification des femmes éligibles et, dans un tiers des ménages, celle des hommes éligibles; le questionnaire ménage fournit également les informations permettant d'établir le dénominateur pour le calcul des taux démographiques (natalité, mortalité, fécondité). Le questiormaire individuel femme qui constitue le coeur de I'EDSBF, a été élaboré sur la base du questionnaire Modèle B de DHS (questionnaire pour les pays à faible prévalencc contraceptive). 11 comprend une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, sur laquelle sont enregistrées les informations d'identification et les résultats des interviews. Avec les neufs sections qui le composent, il sert à recueillir des informations sur les tbèmes suivants : Caractéristiques sucio-démographiques : cette section porte sur le lieu de résidence, l'åge et la date de naissance, la scolarisation, l'alphabétisation, la nationalité et la religion. Reproduction : cette deuxième section permet de collecter des informations au sujet des naissances vivantes que la femme a eues durant sa vie, au sujet de l'~rat de grossesse au moment de l'enquête, des dates et durées des menstmations, de l'âge de la femme aux premières règles et de la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Connaissance et utilisation de la contraception : cette section permet de recueillir des informations sur la connaissance et l'utilisation antérieure, actuelle et future des diverses métbodes contraceptives, existant dans le pays. Grossesse et allaitement, vaccination et santé des enfants : deux sous-parties composent cette section : la première permet d'obtenir des informations sur la période de la grossesse, les soins prénatals, le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, le retour des règles et la reprise des rapports sexuels après la naissance de l'enfant. Concernant ]'allaltement, les questions ponent sur sa fréquence et sa durée, sur le type d'allaitement (maternel ou artificiel), ainsi que sur l'utilisation des différents compléments nutfitionncls. La deuxième sous-partie, porte sur la vaccination et la santé des enfants, plus particulièrement sur la fréquence et le traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez 8 les enfants de moins de cinq ans, ainsi que sur les vaccinations reçues par l'enfant dans sa premiêre année. Nuptialité : cette section porte sur l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée, le régime de mariage et l'activité sexuelle. Préférences en matière de fécondité : cette section recueille des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préféré et idéal entre les naissances, et l'attitude concemant la taille de la famille. Caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme : à ce niveau, des questions ont ét~ posées afin de connaître les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de ces femmes. SlDA : cette section vise à obtenir des informations sur la connaissance des femmes sur cette maladie ainsi que sur ses modes de transmission et de prévention. Etat nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans : cette section est réservée aux mesures anthropométriques des femmes enquêtées et de leurs enfants âgés de moins de cinq ans. Le questionnaire homme qui est une forme allégée du questionnaire individuel femme permet de collecter des informations sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, et sur les opinions des hommes en matière de fécondité, de taille de la famille et de planification familiale, ainsi que sur le SIDA. 1.2.5 Collecte des données Les opérations de collecte pour l'enquête communautaire sur la disponibilité des services se sont démulées en même temps que les activités de cartographie, du mois de septembre 1992 au mois de décembre 1992. Une enquête auprès de chaque grappe a été réalisée. Après une formation de quatre semaines environ, les huit équipes composées chacune de quatre enquêtrices, d'une contr61euse, d'un chef d'équipe et d'un chauffeur ont visité les 230 grappes sélectionnées pour réaliser l'enquête principale. Au total, il a fallu près de quatre mois aux équipes (de décembre 1992 à fin mars 1993) pour mener à bien cette tache. Dans le cadre du suivi des travaux sur le terrain, des missions de supervision ont été organisées régulièrement. Ces missions avaient pour but d'apprécier les conditions de travail de chaque équipe, de contrOler la qualité du travail, de résoudre les problèmes 6ventuels rencontrés par les équipes, de contréler les moyens mis à leur disposition, de les ravitailler en matériel et de ramener à Ouagadougou, les questionnaires des grappes enquêtées. 1.2.6 Exploitation des données L'exploitation des données de I'EDSBF s'est déroulée en 4 étapes : Vérification : la vérification consistait en un contr61e d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contr61e sommaiœe de la cohérence des données. Ce travail, exécuté par deux agents de vérification sous l'autorité d'un superviseur, a commencé 9 trois semaines après le début de la collecte et a été mené parallèlement aux travaux de terrain. Cette vérification a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. Saisie/édition des données : l'ensemble des opérations de saisie et d'apurement des données ont ~té réalisées à I'INSD, sur micro-ordinateurs au moyen du logiciel ISSA (lntegrated System for Survey Analysis) développé par Macro International, Inc. La saisie a été effectuée par six agents de saisie. Ces agents ont été formés en même temps que les enquêtfices avant de suivre leur propre formation sur micro-ordinateurs. A la suite de la saisie, les membres de l'équipe technique ont procédé à l'édition des données, à savoir la vérification de la cohérence interne des réponses contenues dans les questionnaires, et à la correction des erreurs. Pour apprécier la qualité des données et réduire le taux d'erreurs lors de la saisie, une double saisie était prévue par un autre agent. Cctte double saisie a concemé dix pour cent des grappes. Apurement : après la saisie et l'édition des données d'une grappe, un programme de contrôle était exécuté pour vérifier ta cohérence interne des réponses. A ce stade, tous les fichiers de grappes sont fusionnés en un seul et unique fichier. Tabulation : il s'agit du développement et de l'exploitation des programmes destinés à fournir les tableaux de base nécessaires à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a été entièrement réalisée au siège de Macro Intemational Inc., à Calverton, Maryland. L'ensemble des opérations de contrôle et de nettoyage de fichier ainsi que la tabulation des données ont ~té réalisées au moyen du logiciel ISSA. 10 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES Ce chapitre porte sur les principales caractéristiques des ménages ayant fait l'objet d'une enquête et sur l'analyse des caractéristiques des femmes enquêtées individuellement. Il comporte deux grandes parties : une première partie qui examine les résultats de l'enquête ménage, notamment les principales caractéristiques démographiques (structure de la population et composition des ménages) et socio-économiques (caractêristiques de l'habitat et des biens possédés) des populations enquêtées; une deuxième partie, qui porte sur 1'enquête individuelle et qui est consacrêe notamment aux caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées : il s'agit principalement de l 'åge, du milieu et de la région de rêsidence, de l'êtat matrimonial et du niveau d'instruction. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a porté sur un échantillon de 5 143 ménages interviewés avec succès. A partir des données obtenues, on analysera la structure de la population, la composition des ménages, et les caractéristiques de leur habitat et des biens qu'ils possèdent. 2.1.1 Caraetéristiques de la population des ménages L'enquête ménage a dénombré 33 414 personnes. Le Tableau 2.1 prêsente la structure de la population des ménages par âge et sexe, selon le milieu de résidence. Les femmes reprêsentent 51 pour cent de la population et les hommes 49 pour cent. Du point de vue du milieu de rêsidence, il apparaît que 82 pour cent des personnes enquêtées résident en milieu rural contre 18 pour cent en milieu urbain. Ces mêmes proportions étaient respectivement de 87 et 13 pour cent au RGP de 1985. Le Tableau 2.2 donne la rêpartition de la population par grand groupe d'âges à l'enquête. On peut remarquer que la population burkinab~ est extrêmement jeune, puisque les moins de 15 ans représentent la moitié de la population totale. Seulement 4 pour cent de la population a 65 ans ou plus et 46 pour cent a entre 15 et 64 ans. Ces proportions ont peu varié depuis le RGP de 1985. L'examen de la pyramide des ãges (Graphique 2.1) permet d'apprécier la structure par âge et sexe de la population enquêtée. La base très large de la pyramide et la décroissance rapide des effectifs avec l'augmentation en ~ge sont caractêristiques d'une population très jeune ~ forte fécondité et à forte mortalité. On remarque une très légère prêdominance du sexe masculin entre 0 et 19 ans qui s'inverse à partir de 20 ans au profit des femmes. Ce manque d'hommes h partir de 20 ans s'explique en grande partie par la forte migration masculine que connaît le pays; h partir de 60 ans, les proportions d'hommes deviennent à nouveau plus importantes que celles des femmes. Par ailleurs, on enregistre un net déficit en femmes aux groupes d'åges 15-19 ans et 45-49 ans, qui sont les groupes d'åges limites de l'enquête individuelle; ces femmes, notamment les plus âgées ont pu être volontairement "transférées" vers les groupes d'âges inférieurs ou supérieurs, ce qui évite aux enquêtrices de les enquêter individuellement. 11 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS Burkina Faso 1993 Urbain Rural Total Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble tlommes Femmes Ensemble ttommes Femmes Ensemble 0-4 14,5 14,5 14.5 19,6 17,6 18,5 19,6 17,6 17,8 5-9 15,1 14,6 14,9 19,3 17,2 18,2 19,3 17,2 17.6 10-14 12,8 15,1 13,9 14,8 13,7 14,2 14,8 13,7 14.2 15-19 13,7 12,9 13,3 9,8 7,6 8,7 9,8 7,6 9,5 2024 11.3 9,5 10,4 5,6 6,9 6,3 5,6 6,9 7,0 25-29 8,1 8,2 8,1 5,0 6,8 6.0 5,0 6,8 6,4 30-34 6,5 6,2 6,4 3,7 5,7 4,7 3,7 5,7 5,0 35-39 4,6 4,6 4,6 3,3 4,7 4,0 3,3 4,7 4.1 40-44 3.6 3,4 3,5 3,2 3,3 3,3 3,2 3,3 3,3 45-49 2,8 2,0 2,4 2,8 2,6 2,7 2,8 2,6 2,6 50-54 2,2 3,3 2,7 2,8 4,9 3,9 2,8 4,9 3,7 5559 1,6 1,5 1,5 2,3 3.11 2,7 2,3 3,0 2,5 60-64 1,2 1,6 1,4 2,7 2,3 2,5 2,7 2,3 2,3 65-69 0,7 0,9 0,8 2.0 1,3 1,6 2.0 1,3 1,5 70-74 0,6 0,9 0,7 1,7 1,2 1,4 1,7 1,2 1,3 75-79 0,3 0,3 0.3 0,6 0,4 0,5 0,6 0,4 0,4 80ouplus 0,4 0,6 0,5 0,9 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 Nondé~~inéÆSP 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 1013,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 3069 2929 5997 13158 14259 27417 13158 14259 33414 Tableau 2,2 Population par åge sekm différentes SOUrCes Répartition (en %) de la population par åge, RGP 1985 et EDS Burkina Faso 1993 RGP EDSBF Groupe dãges 1985 1993 <15 ans 48,3 49,6 15 64 48,7 46.4 65 ou plus 4,0 4.0 ND {),0 0,0 Total 100,O 100,0 Age médian 15,2 Source: 1988: Recensement Général de la Population 12 Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Burkina Faso 1993 20 15 10 5 0 5 10 15 20 Pourcentage EDSBF 1993 Au Burkina Faso, les chefs de ménage sont en majorité des hommes (94 pour cent); cependant, en milieu urbain 13 pour cent des ménages ont à leur tête une femme et en milieu rural, cette proportion est de 5 pour cent (Tableau 2.3). Près d'un ménage sur deux (43 pour cent) est composé de 3 à 6 personnes et plus d'un sur quatre est de grande taille (9 personnes ou plus). La taille moyenne des ménages s'établit à 6,7 personnes. Cette taille moyenne est un peu plus faible en milieu urbain (6,1) qu'en milieu rural (6,8). Le Tableau 2.3 fournit également la répartition des ménages selon leur structure, définie à partir du nombre, du sexe et des liens de parenté entre les membres adultes qui le composent. Sont considérés ici comme adultes toutes les personnes de 15 ans et plus. On constate que les ménages composés d'au moins 3 adultes sont majoritaires (46 pour cent) : ce type de ménages est plus fréquent en milieu rural (49 pour cent) qu'en milieu urbain (32 pour cent). Les ménages composés d'un seul adulte reptésentent une part non négligeable (8 pour cent); cette part est deux fois plus importante en milieu urbain, où 15 pour cent des ménages ne comprennent qu'un seul adulte. Il s'agit en fait des ménages où la femme est seule lorsque le mari migre, et en milieu urbain, notamment à Ouagadougou, il s'agit surtout des étudiants. Le Tableau 2.3 fournit enfin la proportion des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans leur mère ni père biologiques. Un ménage sur cinq compte un ou plusieurs de ces enfants qui sont soit adoptés, soit placés en nourrice, soit encore domestiques. Cette proportion est plus élevée en milieu urbain (27 pour cent), où 1es ménages ont tendance à accueillir des "nièces ou neveux" venant du milieu rural pour leur permettre de faire leurs études. Cette très forte proportion est ~ souligner à cause de l' impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel de ces enfants, surtout les plus jeunes : on peut en effet supposer que l'attention portée à ces enfants et les moyens qui leur sont consacr6s sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. 13 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, lien de paî'enté avec le chef de ménage, selon le mîlieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Autres Ensemble Caractéristique Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Chef de m~Snage Homme 88,4 85,3 87,2 95,0 93,5 Ferame 11,6 14,7 12,8 5,0 6,5 Nombre de membres habltuels 1 12,8 10,0 11,7 3,4 5,0 2 9,2 9,5 9,3 9,4 9,4 3 10,1 11,7 10,7 10,6 10,6 4 9,9 9,6 9,8 10,3 10,2 5 10,3 9,7 10,1 11,9 11,6 6 9,3 9,2 9,2 10,9 10,6 7 9,5 7,0 8,5 9,0 8,9 8 6,8 7,6 7,1 7,3 7,2 9 ou plus 21,9 25,1 23,2 27,1 26,4 Taille moyenne 5,9 6,5 6,1 6,8 6,7 Lien de parenté (membres habituels) Un adulte 15,0 14,4 14,8 5,9 7,6 Deux adultes de sexe opposé 22,2 27,0 24,1 34,5 32,5 Deux adultes de m~me sexe 4,7 3,3 4,1 1,1 1,7 Trois adultes ou plus 30,8 33,3 31,8 49,0 45,7 Autres 27,1 21,5 24,9 9,5 12,4 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parent, i 26,3 27,6 26,8 19,7 21,1 Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevde à ce niveau, par chaque membre du ménage âgê de 6 ans ou plus. Lors de 1'enquête, on a distingué trois niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire et le supèrieur) Au Burkina, l 'âge d'entrée à l'école primaire est en principe, entre 6 et 7 ans. Les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2 ci-dessous présentent ces résultats pour les personnes âgées de 6 ans ou plus. Le niveau de scolarisation est très laible au Burkina Faso et les différences entre les hommes et les femmes sont importantes. Au niveau de l'ensemble, tous âges confondus à partir de 6 ans, 71 pour cent des hommes et 82 pour cent des femmes n'ont jamais ~té à l'école. Entre 6 et 9 ans, les deux tiers des garçons et les trois quarts des filles ne sont pas scolarisés; à partir de 10 ans, ces proportions concernent encore plus de la moitié des garçons (55 pour cent) et 76 pour cent des filles. Les proportions des personnes sans niveau d'instruction augmentent ensuite régulièrement avec l'âge. En ce qui concerne le niveau primaire, 22 pour cent des hommes burkinabè y ont accédé contre seulement 14 pour cent des femmes. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est entre 10-14 ans que se trouve la plus forte proportion de personnes ayant atteint le niveau primaire (respectivement, 41 et 27 pour cent). Au niveau national, la proportion concernant le niveau secondaire ou supérieur est très faible, 7 pour cent d 'hommes et 4 pour cent de lçmmes, le Compte tenu des très faibles effectifs de personnes ayant un niveau d'études supérieures (2 pour cent des femmes qui ont un niveau d'instruction supérieur et légèrement plus chez les hommes), on a regroupé les deux dernières catégories en une seule : secondaire ou plus. Ce regroupement sera utilisé dans tous les tableaux de ce rapport. 14 maximum se situant entre 15 et 19 ans pour les deux sexes (respectivement 17 et 11 pour cent). Meme si ces résultats prouvent que des efforts sont faits aujourd'hui pour l' instruction des jeunes générations, les niveaux sont encore faibles et les diffémnces entre les deux sexes restent encore trop importantes. L 'accès å l 'éducation de tous, et plus particulièrement des femmes, est la meilleure garantie d'amélioration des conditions de vie des familles. Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population m~culine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 67,4 31,1 0,0 1,5 100,0 2443 10-14 55,0 40,9 3,1 1,0 100,0 2339 15-19 60,0 22,0 17,0 1,0 100,0 1709 20-24 66,0 18,0 15,3 0,7 100,0 1079 25-29 73,0 14,6 11,1 1,4 100,0 912 30-34 70,4 16,8 11,2 1,6 100,0 683 35-39 73,7 14,9 9,1 2,3 100,0 569 40-44 81,9 9,2 6,5 2,4 100,0 535 45-49 89,9 6,3 3,6 0,2 100,0 450 50-54 92,3 4,9 1,8 1,0 100,0 436 55-59 93,5 4,4 1,0 1,2 100,0 346 60-64 97,1 1,5 1,0 0,3 100,0 397 65 ou plus 96,8 1,9 0,6 0,7 100,0 741 ND 87,2 6,4 6,4 0,0 100,0 7 Milieu de résidence Ouagadougou 34,1 36,4 28,2 1,3 100,0 1514 Autres villes 40,1 38,3 19,9 1,7 100,0 1020 Total urbain 36,5 37,2 24,9 1,5 100,0 2535 Rural 79,0 17,9 2,0 1,1 100,0 10113 Région de résidence Ouagadougou 34,1 36,4 28,2 1,3 100,0 1514 Nord 77,9 19,4 2,2 0,5 100,0 2084 Est 85,8 11,6 1,9 0,7 100,0 2609 Ouest 68,2 24,4 5,8 1,6 100,0 3240 Centre/Sud 72,7 22,1 3,7 1,5 100,0 320i Ensemble 70,5 21,8 6,6 1,2 100,0 12648 Par ailleurs, on enregistre de très grandes différences selon le milieu de résidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes sans niveau d'instruction sont les plus élevées (79 pour cent pour les hommes et 89 pour cent pour les femmes). A Ouagadougou, ces proportions diminuent presque de moitié : 34 pour cent des hommes et 45 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système éducatif. Du point de vue régional, les proportions de personnes sans niveau d'instruction présentent des variations : de 68 pour cent à l 'Ouest ~ 86 pour cent à l'Est, pour les hommes, et de 78 pour cent ~ 92 pour cent dans les mEmes r6gions, pour les femmes. 15 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages. ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu et la région de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'înstruction Secondaire Caractéristique Aucun Prmaaire ou plus ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 75,8 22,7 0.0 1.5 100,0 2368 10-14 70,2 26.9 2,0 (I.9 t00,O 2397 15-19 73.2 15,0 11,0 0,8 100,0 1467 20 24 77,1 1 t ,9 9,2 1,7 t00,0 t266 25-29 86,0 8.t 5.3 0,6 100,0 12t I 30 34 85.9 8,9 4,2 1,1 t00,0 990 35-39 88,3 7,2 3,5 1,0 t00,0 801 40-44 92,2 5,1 2.4 0,2 100,0 569 45-49 95,1 3,8 t,0 (/,t 100,0 430 50-54 96,9 1,5 0,3 1,3 100,0 798 55-59 97,4 1,3 0,0 1,4 t 00,0 476 60-64 97,6 0,5 0,0 1,9 100,0 377 65 ou plus 98.5 11.2 0,2 1,1 100,0 589 ND 89,8 0,1l 0,0 10,2 11)0.0 5 Milieu de résidence Ouagadougou 44,5 34.0 20.5 1,0 100,0 1385 Auîa'es villes 55,5 32,8 10,9 (/,7 100,0 1042 Total urbain 49,3 33,5 16,4 0,8 100,0 2428 Rural 88.9 9,3 0.7 1,1 t 0(1,0 11315 Région de résidence Ouagadougou 44,5 34,0 20,5 1,0 100,0 1385 Nord 88,9 9,1 1,2 0,8 t 00,0 2336 Est 92,3 6,5 0.7 0,5 100,0 2788 Ouest 78.3 17,6 3,1 1,() t 00,0 3302 Centre/Sud 86.4 10,6 1,3 1,7 100,0 3932 Ensemble 81,9 13,6 3,5 1,1 100,0 13742 Les taux spécifiques de scolarisation par âge, 2 sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.5 et au Graphique 2.2. Le taux å 6-10 ans, Rges correspondant généralement au niveau primaire, est assez faible, puisqu'il est de 27 pour cent. Ce taux est similaire (26 pour cent) à 11-15 ans, âgés auxquels les enfants sont scolarises, en partie, dans le primaire et, cn partie, dans le secondaire 1er cycle. A 16-20 ans, åges de scolarisation dans le secondaire 2nd cycle, le taux de scolarisation est encore plus faible (13 pour cent), et diminue de plus de moitié à 21-24 ans (5 pour cent), åges de scolarisation, à la fois, au niveau secondaire et au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, le taux de seo/arisation varie lortement selon le sexe " entre 6-10 ans, il est de 30 pour cent pour les hommes contre 23 pour cent pour les femmes. Selon le milieu de résidence, on observe un très grand déséquilibre, le taux de scolarisation à 6-10 ans étant plus de 3 fois plus élevé en milieu urbain (65 pour cent) qu'en milieu rural (20 pour cent). 2 Rapport du nombre de personnes d'åge x fréquentant l 'école au nombre total de personnes de cet åge. 16 Tableau 2.5 Taux de seolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Hommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 67,3 23,7 30,3 62,9 15,6 22,7 65,1 19,7 26,6 11-15 67,7 23,0 31,0 54,6 11,3 19,9 61,0 17,4 25,6 16-20 44,3 6,4 16,8 29,4 2,6 9,4 37,3 4,5 13,2 21-24 22,4 0,0 7,3 15,0 0,0 3,3 19,1 0,0 5,1 Pourcentage Graphique 2.2 Taux de scolarisation 6-10 11-15 16-20 21 -g4 Groupe d'åges EDSBF 1993 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est int6ressé à certaines caractéristiques du logement (possession de l'éleetricité, approvisionnement en eau, type de toilette, mat6fiau du plancher et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un rôle d6terminant dans l'6tat de santé des membres du m6nage et, en particulier, des enfants. De même, on a colleeté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture.). L'analyse de ces donn6es vont permettre de mieux cerner les condftions envimnnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enquêtées. 17 L'examen des données du Tableau 2.6 et du Graphique 2.3 indiquent que très peu de ménages burkinabè disposent de l'électricité : 6 pour cent pour l'ensemble du pays. En outre, la grande majorité des ménages disposant de cet équipement se trouvent en milieu urbain (32 pour cent à Ouagadougou et 26 pour cent dans les autres villes); moins de 1 pour cent des ménages du milieu rural a déclaré posséder l'électricité. Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristiques des logements, selon le milieu EDS Burkina Faso 1993 de résidence, Caractéristique Autres Ensemble des logements Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Electricit6 Oui 31,8 26,1 29,5 0,6 6,2 Non 68,2 73,9 70,5 99,4 93,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 28,4 22,4 26,0 0,8 5,7 Robinet public 46,3 31,0 40,2 4,0 10,9 Puits public 15,9 33,8 22,9 89,8 77,0 Réservoir/Rivière 0,2 2,8 1,2 4,8 4,1 Vendeur d'eau 7,7 9,5 8,4 0,2 1,7 Autre 0,6 0,2 0,5 0,0 0,1 ND 1,0 0,4 0,7 (I,4 0,5 Total 100,0 10Il,0 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau 5,5 3,5 4,7 0,0 0,9 Latrines 88,5 77,1 84,0 13,9 27,3 Pas de toilettes 5,0 18,8 10,5 85,6 71,2 Autre 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 ND 0,9 0,5 0,7 0,5 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre battue 8,9 22,0 14,1 83,0 69,8 Ciment 84,8 75,8 S1,2 16,2 28,7 Au~es matériaux modernes 5,1) 1,7 3,7 0,0 0,7 ND 1,4 0,5 1,0 0,7 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,(/ 100,ll Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir 1-2 69,0 65,2 67,5 66,3 66,6 3-4 24,7 28,3 26,1 27,6 27.3 5 6 3,8 5,0 4,3 4,4 4,4 7 ou + 1,0 1,1 1,0 1,2 1,1 ND 1,6 0,5 1,1 0,5 0,6 Total 10(I,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,4 2,5 2,4 2,5 2,5 Effectif de ménages 596 390 986 4157 5143 18 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Pourcentage 100 80 i sol 40 I =.~=li.~=mm 0 ~ .~o ~~ ORIGINe TOILETTES DE L'eAU I MATERIAU DU SOL EDSBF 1993 Concernant la provenance de l'eau utilisée pour boire, on constate qu'au niveau national les trois quarts des ménages (77 pour cent) utilisent l'eau de puits publics ou de forages, 11 pour cent des m6nages utilisent des robinets publics et 6 pour cent seulement disposent de l'eau courante. L'eau des rivières est encore utilisée comme eau de boisson par 4 pour cent des ménages enquêtés. Les proportions sont très inégales selon le milieu de résidence. A Ouagadougou, près de la moitié des mènages (46 pour cent) s'approvisionnent auprès des roòinets publics, 28 pour cent ont des robinets à domicile, et 16 pour cent boivent encore l'eau des puits. Dans les autres villes, ce sont les puits qui sont les plus utilisés (34 pour cent), suivis des robinets publics (31 pour cent); seulement un m6nage sur cinq (22 pour cent) a l'eau courante dans le logement. En milieu rural, la très grande majorité des ménages utilisent l'eau des puits (90 pour cent). Dans leur très grande majorité (71 pour cent) les ménages ne disposent d'aucune forme de toilettes, et un plus d'un quart d'entre eux (27 pour cent) utilisent des latrines. Si, en milieu rural, 86 pour cent des ménages n'ont pas de toilettes, ces proportions ne concernent plus que 19 pour cent des ménages dans les autres viUes et 5 pour cent dans la capitale. A Ouagaclougou, seulement 6 pour cent des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau personnelle. Le sol de l'habitat est dans la plupart des cas fait en terre battue (70 pour cent), notamment en milieu rural (83 pour cent). Par contre en milieu urbain, c'est le sol en ciment qui est le plus répandu (g5 pour cent à Ouagadougou, 76 pour cent dans les autres villes). Quant au nombre de personnes dormant par pièce (2,5 personnes en moyenne au niveau national), il dècrit le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6). Dans plus d'un quart des cas (27 pour cent), trois à quatre personnes dorment dans la même pièce, et dans 4 pour cent des ménages, cinq à six personnes se partagent le mème lieu pour dormir. Il n'y a aucune différence entre le milieu urbain et le milieu rural. 19 A propos des biens de consommation possédé par les ménages (Tableau 2.7), on note que les deux tiers des ménages (67 pour cent) déclarent avoir une bicyclette et un quart une motocyclette. Moins de deux pour cent des ménages ont déclaré posséder une voiture. En ce qui concerne les biens d'équipements, moins de la moitié des ménages burkinabè (47 pour cent) a déclaré posséder une radio, 5 pour cent une télévision et 3 pour cent un réfrigérateur. En milieu urbain, ces proportions sont beaucoup plus élevées qu'en milieu rural : 75 pour cent des ménages ont la radio, 24 pour cent la télévision, contre respectivement 40 pour cent et moins de 1 pour cent en milieu rural. Ces di fférences d'équipement expliquent en grande partie le manque de connaissance et d'informations concernant la planification familiale (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ou la santé des enfants (voir Chapitre 7 - Santé de la mère ct de l'enfant), en milieu rural. Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Autres Ensemble Biens durables Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Radio 79,2 66,5 74.2 40,4 46,9 Télévision 30,7 13,1 23,8 0,3 4,8 Réfrigérateur 16,7 7,8 13,2 0,2 2,7 Bicyclette 51,5 43,5 48,3 71,2 66,8 Motocyclette 64,0 48,5 57,9 17,4 25,2 Voiture 11,3 4,8 8,7 (1,3 1,9 Effectif de ménages 596 390 986 4157 5143 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE Les caractéristiques individuelles des femmes sont essentielles pour comprendre et expliquer leur comportement en matière de fécondité et de contraception. Cette partie porte sur les caractéristiques socio- démographiques des femmes de 15-49 ans enquêtées dans les ménages. Elle porte aussi sur l'accès de ces femmes aux média, ce qui est d'une importante particulière pour la misc en place de programme d'informations et d'éducation dans le domaine de la planification familiale et de la santé. 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêtées L'âge, qui est la varå able londamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l'enregistrement écrit des événements est rare, comme c'est le cas au Burkina Faso. De ce fait, et aussi parce quc c'est la variable permettant d'identifier la population éligible, un soin particulier a 6t6 portd à son enregistrement au moment de la collecte des donn6es. On demandait d'abord aux lemmes leur date de naissance et leur âge. Lorsque les deux informations étaient obtenues, l'enquêtricc contrdlait leur cohérence. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas ces informations, l'enquêtrice essayait d'obtenir la carte d'identité de la femme, sur laquelle une date de naissance (souvent approximative) est portée. Lorsque ni celle-ci, ni aucun autre document officiel n'étaient disponibles, l'cnqudtrice devait estimer l'âge de la femme, en le comparant avec celui d'autres personnes du ménage, ou par déduction à partir de l'historique de ses naissances, ou encore en utilisant un calendrier historique. 20 La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'åges quinquennal présente une allure assez régulière (Tableau 2.8) avec les effectifs qui diminuent au fur et å mesure que l'ãge augmente : 22 pour cent des femmes ont 15-19 ans et 6 pour cent ont 45-49 ans. En ce qui concerne la situation matrimoniale (Graphique 2.4), la grande majorité des femmes (84 pour cent) était mariée au moment de l'enquête. 3 Parmi ces femmes, la moitié (43 pour cent) a déclaré vivre en union polygame. Il y a peu de célibataires (13 pour cent) et encore moins de femmes vivant en rupture d'union : 2 pour cent de divorcées/séparées et 1 pour cent de veuves. En ce qui concerne le milieu de résidence, quatre femmes sur cinq résident en milieu rural (80 pour cent). La plus grosse part du milieu urbain revient à la ville de Ouagadougou où on a enquête 12 pour cent des femmes (60 pour cent de l'effectif total du milieu urbain). Du point de vue régional, le Centre/Sud et l'Ouest sont les régions où on a enquêté le plus grand nombre de femmes (respectivement 26 et 24 pour cent). Dans les autres régions, l'effectif se répartit de la façon suivante : 19 pour cent à l'Est, 18 pour cent au Nord. L'Islam est la religion dominante parmi les femmes enquêtEes puisque 54 pour cent sont de confession musulmane, suivies par les chrétiennes (29 pour cent) et les animistes ( 15 pour cent). La répartition par ethnie est la suivante: plus de la moitié des femmes enquêtées est mossi (56 pour cent). Les autres et/mies les plus importantes sont les Dioula (8 pour cent), les Bobo (7 pour cent), les Gourounsi et les Peul (6 pour cent, chacune), et les Gourmantché (4 pour cent). Tableau 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enqu8tées Répartition (en %) des femmes criquet~es par âge, état matrimonial, milieu et région de résidence, niveau d'instruction, religion, et ethnie, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Pourcentage socio-démographique pondéré Effectif Pondéré Non pondéré Groupe d'.'lges 15-19 21,6 1373 1480 20-24 18,9 1202 1221 25-29 18,1 1153 1142 30-34 14,6 929 914 35-39 12,0 765 723 40-44 8,3 529 507 45-49 6,3 403 367 Etat matrimonial Célibataire 13,5 855 1037 Mariée monogame 41,0 2605 2745 Mariée polygame 42,8 2721 2346 Veuve 1,6 102 115 Divorcée/séparée 1,1 71 106 Milieu de résidence Ouagadougou 12,2 777 1599 Autres villes 8,1 517 1142 Total urbain 20,4 1293 2741 Rural 79,6 5061 3613 Région de résidence Ouagadougou 12,2 777 1599 Nord 18,1 1152 962 Est 19.1 1213 954 Ouest 24,4 1549 1533 Centre/Sud 26,2 1663 1306 Niveau d'instruction Aucun 82,9 5264 4668 Primaire 10,5 668 913 Secondaire ou plus 6,6 421 773 Religion Musulmane 54,3 3449 3463 Chrétienne 29,0 1842 2107 Animiste 15,4 980 716 Autre 0,8 51 40 Ethnle Bobo 6,9 441 499 Dioula 7,5 474 483 Fui fuldé (Peul) 5,3 337 288 Gourmantché 4,2 264 215 Gourounsi 5,8 367 363 Ix)bi 4,4 281 264 Mossi 56,1 3563 3649 Senoufo 1,1 73 83 Touareg bella 1,5 95 69 Autre 5,9 374 326 NSP 0,0 3 2 Ensemble des femmes 100,O 6354 6354 3 On a considéré comme mariage, toutes les formes d'union, qu'elles soient légales ou consensuelles (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). 21 Graphique 2.4 Etat matrimonial des enquêtées Mariée polygame 43% Autre 3% Mariée rnonogam~ ,libataire 13% EDSBF 1993 Comme on l'a souligné précédemment, la majorité des femmes burkinabè n'a jamais ~té scolarisée (83 pour cent), 11 pour cent ont été à l'école primaire et 7 pour cent ont un niveau secondaire ou supérieur. On note que les jeunes générations sont plus souvent scolarisées que les plus anciennes (Tableau 2.9) : plus d'un quart des femmes âgées de 15-19 ans à l'enquête (28 pour cent) ont atteint au moins le niveau du primaire, contre 14 pour cent de celles âgées de 30-34 ans et 5 pour cent seulement des femmes de 45-49 ans. Si on considère le milieu de résidence, on s'aperçoit que 50 pour cent des citadines ont fréquenté l'école, dont la moitié (26 pour cent) le secondaire, alors que l'immense majorité de celles qui résident dans les campagnes n'a aucun niveau d'instruction (91 pour cent). Dans la région Ouest, 20 pour cent des femmes ont été scolarisées, la majorité au niveau primaire (13 pour cent) et dans les autres régions, notamment l'Est, moins de 10 pour cent des femmes ont atteint le niveau primaire ou secondaire. 22 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu&ées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe dãges quinquennal, le milieu et la région de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif Groupe d'åges 15-19 72.4 15.9 11.8 100.0 1373 20-24 78.0 12.7 9.3 100.0 1202 25-29 85.4 9.1 5.4 100.0 1153 30-34 86,1 9.l 4.8 100.0 929 35-39 89.1 7.4 3.4 100.0 765 40-44 91.3 6.6 2.1 I00.0 529 45 -49 95.0 4.0 1.1 100.0 403 Milieu de résidence Ouagadougou 45.3 23,2 31.5 100.0 777 Autres villes 56.4 25.0 18.6 100.0 517 Ensemble urbain 49.8 23.9 26.3 100,0 1293 Rural 91.3 7.1 l. 6 100.0 5061 Réglon de résidence Ouagadougou 45.3 23,2 31.5 100.0 777 Nord 91.0 7.1 1.9 100.0 1152 Est 92.9 5.7 1.4 100.0 1213 Ouest 80.5 13.4 6.1 100.0 1549 Centre/Sud 89.6 7.8 2.6 100.0 1663 Ensemble 82.9 10.5 6.6 100.0 6354 2.2.2 Accès aux média Pour atteindre efficacement les populations-cibles, et plus particulièrement les femmes, lors de la mise en place de programmes d'information ou d'éducation sur la planification familiale ou la santé, il est important de savoir combien d'entre elles écoutent la radio, regardent la télévision ou lisent les joumaux. Le Tableau 2.10 présente des données sur l'accès des femmes aux média : seulement 8 pour cent d'entre elles lisent habituellement un journal, 11 pour cent regardent la télévision et 42 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Les femmes les plus jeunes, les plus éduquées et celles du milieu urbain, et plus particulièrement les Ouagalaises, sont celles qui accèdent le plus à l'information, et ce quel que soit le type de média. Ainsi, dans la capitale, un tiers des femmes lit un joumal au moins une fois par semaine, 60 pour cent regardent la télévision et 81 pour cent d'entre elles écoutent la radio. En milieu rural, seule la radio est utilisée pour véhiculer l'information et ce, par seulement un tiers des femmes. Du point de vue régional, l'Est est la région où les femmes écoutent le moins la radio (24 pour cent) et ont le moins accès aux journaux (2 pour cent) ou à la télévision (1 pour cent). 23 Tableau 2.10 Acc&s des lemmes aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une f{ris par semaine, par âge, niveau d'instruction et par milieu et r6gion de résidcncc, EDS Burkina Faso 1993 Caract6ristique Lit un Eç:oute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Effectif une lois/ une fois/ une tbis/ de semaine senlaine serraune femmes Groupe d'åges 15-19 11,9 17,5 42,5 1373 20 24 8,4 12,6 45,4 1202 25 29 6,2 9,9 42,6 1153 30 34 7,7 11/,2 42,1 929 35-39 4,9 7,0 40,6 765 40-44 4,2 7,1) 36,1 529 45-49 2,1 4,7 40,3 403 Niveau d'instruction Aucun 1/,2 5,1 35,8 5264 Primaire 27,8 26,3 63,5 668 Secondaire ou plus 66,7 62,9 87,7 421 Milieu de résidence Ouagadougou 32,6 59,6 g1,2 777 Autres v~lles 21,2 37,4 66,2 517 Total urbain 28,1 50,7 75,2 /293 Rural 2,2 1,1 33,7 5061 Région de résidence Ouagadougou 32,6 59,6 81,2 777 Nord 3,2 3,1 36,4 1152 Est 2,2 1.3 24,4 1213 Ouest 6,2 9,8 29,2 1549 Centre/Sud 3,7 2,7 52,9 1663 Ensemble des I?mmes 7,5 11,2 42,1 6354 24 CHAPITRE 3 FECONDITE Depuis les années 60, le Burkina Faso a réalisé un certain nombre d'opérations de collecte d'envergure nationale. Il s'agit notamment de l'Enquête Démographique de 1960/61, de l'Enquête post- censitaire de 1976 réalisée après le recensement de 1975, du Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985) et de l'Enquête Démographique de 1991 (ED 1991). Ces opérations ont permis de collecter des informations sur la fécondité. A la différence de ces opérations, I'EDSBF s'est intéressée uniquement à un échantillon national de femmes en âge de procréer (15-49 ans) : elle a recueilli des données représentatives au niveau national et par milieu de résidence (Ouagadougou, autres villes et milieu rural) permettant de calculer directement les niveaux de fécondité et d'étudier les niveaux et tendances de la fécondité. Ces informations ont ét~ obtenues, tout d'abord, a partir d'une série de questions sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Après que ces informations sur la fécondité totale des femmes aient été recueillies, des questions spécifiques ont ét~ posées à chaque femme interrogée pour reconstituer l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne ~ la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entoe elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur âge et on distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, on s'intéressait à l'âge au décès. Afin d'améliorer la qualité des données sur la fécondité, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances, pendant la formation des enquêtrices et la collecte des données. C'est ainsi que lors de l'interview, l'enquêtrice devait, si possible, vérifier l'information obtenue ~ partir, par exemple, de documents officiels (bulletin de naissance, carnet de vaccination, etc); elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles intergénésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant l'historique des naissances, l'enquêtrice contrélait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère dans chaque catégorie (vivants, décédés) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. En cas de différence, l'enquêtrice devait vérifier et corriger les réponses erronées. Malgré ces multiples contr61es, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut induire une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des åges ronds, ce qui peut entraîner des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité ~ certains âges et à certaines périodes. Que ce soit le sous-enregistrement, ou l'imprécision des dates de naissance ou des åges, ces erreurs sont généralement, d'autant plus importantes que les naissances sont anciennes. En outre, lors des enquêtes EDS, on observe certains "déplacements" de dates de naissance d'enfants nés durant la dernière période quinquennale vers les années précédentes. Ces déplacements d'année de naissance sont souvent effectués "volontalrement" par les enquêtrices, non seulement, pour éviter de poser les questions sur la santé (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale, mais encore 25 pour éviter de prendre les mesures anthmpométriques de ces mêmes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'armée de naissance de son enfant. Dans le cas de I'EDSBF, les déplacements ~ de naissances de l'année 1987 (dont seulement le dernier mois est inclus dans la dernière période quinquenmde) vers 1986 pourraient induire une légère sous-estimation au profit de la fécondité des cinq années précédentcs, mais l'importance relativement faible des naissances concernées n'affecterait probablement quc très peu lcs niveaux de fécondité (de l'ordre de 5 pour cent). 3.1 N IVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE La fécondité est mesurée dans I'EDSBF sur la période de cinq ans précédant l'enquête. Les taux de fécondité générale par groupe d'âgés quinquennaux et leur cumul, c'est-à-dire, l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ainsi que la parité moyenne ou nombre moyen d'enfants nés vivants par femme sont les indices utilisés pour rendre compte du niveau de la fécondité. Au Tableau 3.1 ct au Graphique 3.1 ligurent les niveaux de fécondité par groupe d'ågcs pour la période de cinq ans précédant l'enquête. Au niveau national, la courbe des taux de fécondité par âge préscntc une allure classique des pays 'à forte fécnndité : une fécondité précocc élcvée ( 154 pour mille à 15-19 ans) qui augmcnte très rapidement pour atteindre son maximum à 20-24 ans (296 pour mille) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants, puisqu'à 35-39 ans, le taux est de 220 pour mille et qu'à 40-44 ans, il s'établit encore à 111 pour mille. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé å partir du cumul des taux de fécondité par åge. 11 mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si clic avait, à chaque âge, la fécondité par âge d'une période considérée, ici la période de cinq ans ayant précédé l'enquête. Au nivcau national, I'ISF calculé de 15 à 49 ans s'établit à 6,9 enfants par femme. Le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent également les taux de fécondité par âge et I'ISF selon le Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985) et l'Enquête Démographique de 1991 (éD 1991). Rappelons que, contrairement à I'EDSBF où les données Tableau 3.1 Fécondité par åge selon trois sources Taux de f6condité par ãge et indice synthétique de fécondité selon le RGP de 1985. l 'éD de 1991 et I'EDSBF de 1993, EDS Burkina Faso 1993 RGP éD EDSBF Groupe d'åges 19851 19911 1993 15-19 152 107 154 20-24 328 323 296 25-29 321 334 292 3(1 34 279 302 258 35 39 215 229 220 40 44 104 128 111 45-49 38 39 50 ISF 15-49 7.2 7,3 6.9 ISF 15-44 7.0 7,1 6,7 Note : Taux de fécondité par groupe d'ãges pour 1000 femmes. Sources : 1985 : Recensement Général de la Population : Analyse des résultats définitifs, 1NSD 1988. 1991 : Enquête Dérnographique de 1991, INSD 1993. IDonnées ajustées sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGP 1985, la fécondité a ~té estimée à parti r de questions portant sur les naissances des douze derniers mois ayant précédé le recensement. Le RGP de 1985 a 616 réalisé Ch déccmbre 1985 si bien que les niveaux de fécondité estimés A l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit Nx/[(Nx 1 +Nx+ 1)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque relaUvement important de naissances en 1987 (rapport=72,3<100), et un excédent en 1986 (rapport= 138,4> 10(ll. 26 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le RGP (1985), I'ED (1991) et I'EDSBF (1993) Pour mille 350 -~. 300 l. "., ". 250 t ~ ' , , 150 I O0 " ~. :50 0 i i I i i E 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme * Données ajustees I "q- RGP 1985" ~lI 50 correspondent ~t la fécondité de 1985. La mSme méthode a ~té utilisée lors de I'ED de 1991 et donne les niveaux de fécondité de 1990. Dans le cas de I'EDSBF, les niveaux de fécondité, mesurés directement à partir de l'historique des naissances pour la période de cinq ans ayant précéd6 l'enquête, correspondent à la fécondité des années 1988-1992. La féconditê estimée pour I'ED et celle de I'EDSBF se rapportent donc à des périodes similaires, tandis que celle du RGP se rapporte à une période antérieure. On remarque que l'allure générale des courbes des taux de fécondité par åge au RGP de 1985, à I'ED de 1991 et à I'EDSBF de 1993 est presque identique. Cependant, selon le RGP et I'EDSBF, la fêcondité maximale est atteinte, à 20-24 ans avec respectivement, 328 pour mille et 296 pour mille alors que selon I'ED, elle est atteinte à 25-29 ans avec 334 pour mille. Malgré de 16gers écarts, la fêcondit6 totale des femmes estimêe lors des trois opérations a peu changé, I'ISF passant de 7,2 enfants par femme en 1985, å 7,3 en 1991 et à 6,9 en 1993. Les méthodologies différentes utilisées rendent difficiles les comparaisons, d'autant que les données du RGP et de I'ED ont donné lieu à des ajusternents. De ce fait, il serait prématur6 de conclure à une éventuelle baisse de fêcondité à partir de cette simple comparaison. Les niveaux observés en 1985 et en 1991 semblent révéler une stabilisation 2 de la fécondité; par contre le rapprochement des niveaux de 1985 à ceux de 1993 semblent révêler une très légère baisse de la fécondité. Selon I'EDSBF, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en fige de procrêer (15-49 ans) est de 233 pour mille au niveau national. Quant au Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, il atteint 43 pour mille. 2 Yimian Kaborê, Analyse de la fécondité, Enqu&e Démographique de 1991, INSD 1993 27 Le niveau de la fécondité présente de très fortes variations selon le milieu de résidence (Tableau 3.2 et Graphique 3.2) : c'est en milieu rural que I'ISF est le plus élevé avec 7,3 enfants par femme, suivi de loin par les autres villes avec 5,5 enfants par femme et enfin par Ouagadougou avec 4,7 enfants par femme. Dans la capitale, la fécondité est de 36 pour cent inférieure à celle du milieu rural. Les résultats du Tableau 3.2 mettent en évidence la précocité de la fécondité en milieu rural par rapport aux autres milieux de résidence : à 15-19 ans, le taux de fécondit6 des femmes du milieu rural est pratiquement deux fois plus élevé que celui des femmes de la capitale (respectivement 171 pour mille et 94 pour mille) ; par rapport aux autres villes, il est de 50 pour cent sup6rieur (171 pour mille contre 114 pour mille). De plus, la courbe des taux de fécondité des femmes de Ouagadougou présente une allure légèrement différcnte de celle des autres milieux de résidence : la fécondité y atteint son maximum à 25-29 ans (205 pour mille), c'est à dire plus tardivement que dans les autres milieux où les taux les plus 61evés concement les femmes de 20-24 ans (259 pour mille pour les femmes des autres viUcs et 313 pour mille pour le milieu rural). Tableau 3.2 Fécondité actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (T IN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l'enquête, selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Résidence Autres Ensemble Groupe d'åges Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble 15-19 94 114 102 171 154 20-24 202 259 225 313 296 25-29 205 254 224 308 292 30-34 189 198 193 273 258 35-39 145 166 153 234 220 40-44 59 87 7(/ 118 l l l 45-49 50 16 36 53 50 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,7 5,5 5,0 7,3 6,9 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,5 5,4 4,8 7,1 6,7 TGFG (pour 1 000) 156 187 168 249 233 TBN (pour l 000) 37 40 39 43 43 Note: Les taux sont calculés pour la péri~xte de 1 36 mois avant l'enquête. Les taux à 45 49 ans peuvent bAre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. 28 Graphique 3.2 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 35O 300 ~ 250 200 ] 50 I « 100 50 ,+ 0 i r i i i i i 15 20 25 30 «35 40 45 Age de la femme r'~'Ouagadougou i / -~- Autres villes • 50 EDSBF 1993 Du point de vue r~gional (Tableau 3.3 et Graphique 3.3) c'est dans l'Est que l 'on observe la fécondité la plus élevée (ISF de 7,9), suivie par celle des femmes du Centre/Sud (7,2), du Nord (7,0), puis par celle des femmes de l'Ouest (6,8). Ces écarts pourraient 8tre imputables å des différences de contextes socio- économiques et culturels. En effet, après Ouagadougou, la région de l'Ouest 3 est la mieux "nantie" en infrastructures urbaines. Les grands centres urbains offrent plus d'activités de types modemes souvent incompatibles avec une descendance nombreuse. De même, c'est dans ces milieux que les filles sont le plus scolarisées. Elles ont beaucoup plus de chance d'aller å l'école et d'y rester plus longtemps. Les autres régions moins "nanties" que les deux premières dans ce domaine, sont des zones plus rurales et où prédominent les activités agricoles. Les populations de ces régions sont attachées aux valeurs traditionnelles et perçoivent la descendance nombreuse comme une main-d'oeuvre, une richesse, un prestige; autant de raisons pour justifier en partie les niveaux élevés de fécondité de ces femmes. En ce qui concerne le niveau d'instruction de la femme, il apparait que la fécondité de la femme est négativement liée à son niveau d'instruction; autrement dit, plus la femme est instruite moins elle a d'enfants. L' ISF varie de 7,2 enfants par femme sans instruction, à 6, • par femme de niveau primaire, pour chuter à 3,1 enfants par femme ayant fait des études secondaires ou plus. Au Tableau 3.3 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de la vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé å une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquétées qui ont 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (7,4) est supérieure ~ I'ISF (6,9), ce qui peut être le signe d'une légère baisse de la fécondité au Burkina Faso. Que ce soit du point de 3 La région de l'Ouest abrite la ville de Bobo-Dioulasso, capitale économique du pays. 29 Tableau 3.3 Fécondité par caractéristiques socio démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des cinq années précédant l'enqu&e et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractérîstiques socio-démo- graphiques, EDS Burkina Faso 1993 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétiquc vivanmpourles Caractéristique de fécondité I femmes de 40 49ans Milieu de résidence Ouagadougou 4,7 6,8 Autres villes 5,5 7,3 Total urbain 5,0 7,0 Rural 7,3 7,5 Région de résidence Ouagadougou 4,7 6.8 Nord 7,0 7,4 Est 7,9 7,7 Ouest 6,8 7,3 Centre/Sud 7,2 7,6 Niveau d'instruction Aucun 7,2 7,4 Primaîre 6,1 8,0 Secondaire ou plus 3,1 4,9 Ensemble 6,9 7,4 llndice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 a i l s vue du milieu de résidence, de la région (sauf pour l'Est) ou du niveau d'instruction, on observe toujours que I'ISF est inférieur å la descendance, l'écart entre les deux mesures étant d'autant plus important que la fécondité actuelle est basse. C'est le cas à Ouagadougou, où I'ISF est de 4,7 alors que la descendance est de 6,8. Il en est de même pour les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus : I'ISF est inférieur de presque 2 enfants par femme à la descendance finale (3,1 contre 4,9). Ceci dénoterait une tendance à la baisse de la fécondité, baisse particulièrement importante ~. Ouagadougou, dans les autres villes et chez les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. Les variations entre ces deux indicateurs peuvent laisser supposer qu'une baisse de la fécondité s'est amorcée au Burkina Faso. 30 Graphique 3.3 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RES[DENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire $e¢onda i~ ou + 0 2 4 6 8 Nombre d'enfants par femme 10 ~ælSF i EDSBF 1993 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les données collectées lors de I'EDSBF permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé le taux de fécondité par åge des mères à la naissance de leurs enfants, par période quinquennale précédant l'enquête (Tableau 3.4 et Graphique 3.4). Il appara~ tout d'abord que les taux de fécondité pr6sentent des variations par âge assez similaires. Cependant, on constate que les taux de fécondité pour la période la plus r6cente (0-4 ans avant l'enquête) sont nettement inférieurs à ceux des deux périodes quinquennales précédentes, et cela à tous les âges. Conséquence de ces taux plus faibles, I'ISF calculé jusqu'à 35 ans s'établit à 5,0 enfants par femme pour la période la plus r6cente, contre, respectivement, 5,7 et 5,8 pour les deux p6riodes préoEdentes. Même si on suppose que la fécondité de la période la plus récente est très légèrement sous-estimée au profit de la période précédente, cela semble dénoter une 16gère baisse de la fécondité. Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par åge par période de cinq ans précédant l'anqu&e, selon l'åge de la mère, EDS Burkina Faso 1993 Périodes précédant l'anquéte (en années) Groupe d'âges 0-4 5-9 10-14 15-19 154 184 184 20-24 296 329 326 25-29 292 319 331 30-34 258 311 309 35-39 220 253 [294] 40-44 111 [182] 45-49 [50] Note: Taux de fécondité par groupe däges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomp]ètes. 31 Pour mille Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge, par période avant l'enquête 350 300 250 200 150 100 50 0 15 / % % % i i i i i 20 25 30 35 40 45 Age de la femme L Période avant l'enqu@te • -~ 0-4 ~ ~ 5-9 50 EDSBF 1993 Le Tableau 3.5 présente le même type de données que le tableau précédent, mais les taux y sont calculés par durée de mariage. Là encore, les taux de fécondité de la période la plus récente sont nettement inférieurs à ceux des autres périodes. Pour les durées de mariage inféricurcs à vingt ans, les taux de fécondité des péfiodes 5-9 ans et 10-14 ans avant l'enquête sont assez proches. L'écart antre les taux de la période la plus récente et ceux des autres pdriodes cst relativement identique pour les durées de mariage n'excédant pas 20 ans. Par contre, au-delà de cette durée, il devient considérable : la fécondité est de 31 pour cent moins importante 0-4 ans avant l'enquête, que 5-9 ans plus tôt. En première analyse, ces résultats semblent indiquer une baisse récente de la fécondité. En effet, on enregistre une baisse importante du cumul des taux de fécondité par durée de mariage, avant le 25ème anniversaire de mariage : il passe de 7,6 et 7,7 enfants par Tableau 3.5 Tendances de la fécondilé par durée de mariage Taux de fécondité par période de cinq ans précédant l'enquéte, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Burkina Faso 1993 Périodes précédant Nombre d'armées l'enquête (en années) depuis le premier mariage 0-4 5 9 10-14 O-4 299 344 336 5 9 298 336 340 10-14 281 320 330 15-19 254 282 300 20 24 175 229 [247] 25 29 79 l l t41 Note: Taux de fécondité pour 1 000 femmes non célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. femme (respectivement, 5-9 ans et 10-14 avant 1'enquête), à 6,5 enfants (0-4 ans avant l'enquête). Cependant, l'examen des déterminants de la fécondité ne fait pas apparaître d'importants changements récents de comportements susceptibles d'expliquer une telle baisse. L'âge au premier mariage (voir Chapitre 5 - Nuptialit6 et exposition au risque de grossesse) et l'âge à la première naissance (voir ci-après, section 3.6) 32 n'ont que très peu varié des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes. L'utilisation de la contraception qui reste à un niveau relativement bas (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ne semble pas pouvoir expliquer cette modification récente de la fécondité. A défaut d'autres éléments pouvant expliquer sans ambiguïté une baisse de la fécondité, il serait souhaitable que des analyses approfondies soient entreprises avant de conclure ~t la réalité d'une telle baisse. 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'åges, pourl'ensemble des femmes etpourles femmes actuellement en union (Tableau 3.6). On observe tout d'abord une augmentation rapide et régulière des parités avec l'âge de la femme : ainsi à la fin de sa vie féconde (45-49 ans), une femme en union a donné naissance à 7,8 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce très élevée, puisque près d'un quart des femmes de moins de 20 ans (24 pour cent) a déjà donné naissance à au moins un enfant, et une femme sur cinq de moins de 25 ans (21 pour cent) a déjà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 37 pour cent des femmes ont donné naissance à 9 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent de ceux concernant toutes les femmes, notamment aux jeunes åges où la proportion des femmes qui ne sont pas en union et à faible fécondité est importante. Ainsi, 52 pour cent des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant, contre 24 pour cent pour toutes les femmes. Aux âgés plus avancés, les écarts observés sont relativement peu importants et reflètent essentiellement les effets des ruptures d'union. Tableau 3.6 Enfants nds vivants et enfants su~ivanl.s Rdpar tition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants ngs vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon råge des femmes, F.DS Burkina Faso 1993 Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'en fanls d'enfants d'~ges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nos vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 75,8 20,3 3,7 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Ioe,O 1373 0,3 0.2 20-24 16,5 33,3 29,7 13,6 5,4 1,2 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1202 1,6 1,3 25-29 4,7 9,0 16,5 25,4 25,6 11,9 5,1 1,3 0,5 0,0 0,0 loe,O 1153 3,2 2,6 30-34 3,7 3,0 5,7 7,6 18,5 22,8 22,5 10,6 4,2 1,2 0,3 loe,O 929 4,8 3,8 35-39 2,0 1,4 4,5 5,4 7,9 12,2 17,8 18,7 15,0 11,3 3,9 100,0 765 6,2 4,8 40-44 1,7 1,1 2,4 4,7 6,1 6,7 11,7 16,2 17,6 14,2 17,6 I00,0 529 7,2 5,3 45 49 3,1 0,7 1,4 3,0 5,2 3,8 9,7 II,0 18,4 16,8 26,8 I (X),0 403 7,7 5,4 Total 21,5 13,1 I1,1 9,6 10,2 8,0 8,0 6,1 5,1 3,8 3,7 ICO,O 6354 3.5 2,7 FEMMES A(71"UELIA~MENT EN UNION 15-19 48,1 43.1 8,2 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 606 0.6 0,5 20-24 11,9 34,3 31,8 14,7 5,8 1,3 0,1 O,I 0,0 0,0 0,0 100,0 1093 1,7 1,4 25-29 3,9 8,5 16,6 25,8 26,1 12,2 5,2 1.2 0,4 0,0 0,0 100,0 1115 3,3 2,6 30-34 3,2 3,0 5,5 7,5 18,6 23,1 23,0 10,5 4,2 1.2 0,3 I00,0 906 4,9 3,8 35-39 1,8 1,4 4,3 5,2 7,5 12,4 17,6 19,4 15,0 11.4 4,0 ICO,0 734 6,2 4,8 40-44 1,5 1,0 2,5 3,9 6,4 6,6 11,7 16,4 17,7 14.6 17,9 IO0,0 497 7,2 5,3 45-49 3,4 0,8 1,1 2,8 4,1 3,5 9,6 10,4 19,8 17.2 27,4 I00,0 374 7,8 5,5 rFota] 9,9 14,6 12,8 11,0 11,7 9,3 9,2 7,0 5,9 4,3 4,2 100,0 5326 4,0 3,1 33 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique; par conséquent, la parité zéro des femmes les plus åg6es actuellement en union permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 2 pour cent seulement des femmes de 35-49 ans, ãges auxquels l'arrivêe d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est voisin de celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique : parmi les femmes de 35-39 ans en union, le phénomène touche 2 pour cent des femmes au Mali, 3 pour cent au Togo, 2 pour cent au Zim babwe et enfin 3 pour cent en Egypte (Arnold et Blanc, 1990). 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE De nombreuses recherches ont montré que la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, les intervalles intergénésiques courts (infêrieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête scion le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caract6ristiques socio-démographiques. On constate que 5 pour cent des naissances sont arriv6cs moins de dix-huit mois après la naissance précédente et 10 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois ct deux ar~s après leur aîné : au total donc, dans environ 15 pour cent des cas, l'intervalle intergénésiquc est inféricur à deux ans. La grande majorité des naissances (41 pour cent) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; seulement 16 pour cent des enfants sont nés quatre ans ou plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est de 34,7 mois. Les intervalles intergénésiques varient selon les caractéristiques socio-démographiques. Ils sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 33,1 mois à 20-29 ans), que chez les femmes plus ãgées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 37,4 mois). Bien que le Tableau 3.7 metle en 6vidence une très forte proportion des naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (47 pour cent), cela ne reflète pas le comportement général de ces femmes, car les naissances de rang un qui constituent 1'essentiel de leur fécondit6 sont cxclucs de ce tableau. Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on note très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent les enfants décédés sc produisent bcaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédcnt est toujours en vie : 35 pour ccnt des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant pr6cédent, lorsque celui-ci est déc~d~, 14 pour cent lorsqu'il est toujours en vie. Ce résultat pourrait s'expliquer par un effet dc remplacement de l'enfant précédent. En ce qui concerne le milieu de résidcnce, les intervalles intergénésiques varient peu : l'intervalle médian le plus long qui s'observe à Ouagadougou (35,6 mois) n'est que de deux mois supérieur à l'intervalle médian le plus court (33,7 mois dans les autres villes). Du point de vue régional, l'Est, et le Centre/Sud se distinguent par un intervalle m édi an plus long (respectivement 35,4 mois et 36,0 mois). Dans les régions Nord et Ouest, l'intervalle médian est de deux mois inférieur à celui des autres régions. Enfin, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate quc les intervalles entre naissances successives ne varient pratiquement pas pour les femmes sans instruction (médiane de 34,6 mois) et celles du niveau primaire (médiane de 34,5 mois). Mais le fait d'avoir f;ait au moins des ~rudes secondaires prolonge cet intervalle médian d'environ quatre mois (médiane dc 38,2 mois). 34 Tableau 3.7 Intervalle inter8énésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enquéte par nombre de mois écoutés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'åges 15-19 22,6 24,2 28,3 23,4 1,6 100,0 58 24,6 20-29 5,5 11,4 45,2 26,8 11,1 100,0 2364 33,1 30-39 4,1 8,3 38,4 30,9 18,4 100,0 2171 35,8 40 ou plus 5,1 7,0 32,4 26,6 28,9 100,0 598 37,4 Rang de naissance 2-3 5,3 11,6 40,7 28,1 14,2 100,0 1844 34,2 4-6 4,7 8.2 42,2 29,1 15,7 100,0 2122 34,8 7 ou plus 5,2 9,5 38,0 27,8 19,5 100,0 1224 35,4 Sexe de l'enfant précédent Masculin 5,0 10,1 39,9 28,3 16,7 100,0 2650 34,8 Féminin 5,1 9,3 41,5 28,5 15,5 100,0 2540 34,4 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 5,1 9,3 41,5 28,5 15.5 100,0 2540 34,4 Décédé 17,3 17,6 35,9 17,8 11,5 100,0 1067 27,7 Milieu de résidence Ouagadougou 4,2 8,6 38,0 27,7 21,4 100,0 372 35,6 Autres villes 3,4 11,0 43,4 24,3 17,9 100,0 317 33,7 Total urbain 3,8 9,7 40,5 26,1 19,8 100,0 688 34,6 Rural 5,2 9,7 40,7 28,8 15,5 100,0 4502 34,7 R6glon de résidence Ouagadougou 4,2 8,6 38,0 27,7 21,4 I00,0 372 35,6 Nord 6,3 10,3 42,7 25.8 14,9 100,0 923 33,8 Est 5,6 10,3 36,9 30,3 16,8 I00,0 1144 35,4 Ouest 4,7 12,4 45,2 24,7 13,1 100,0 1308 33,1 Centre/Sud 4,4 6,8 39,0 32,2 17,6 100,0 1444 36,0 Niveau d'instruction Aucun 5,2 9,8 40,8 28,6 15,7 100,0 4688 34,6 Primaire 4,1 8,3 42,4 27,5 17,6 100,0 397 34,5 Secondaire ou plus 2,7 11,6 30,5 26,2 29,0 100,0 105 38,2 Ensemble 5,0 9,7 40,7 28,4 16,1 100,0 5190 34,7 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 3.5 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Au cours de I'EDSBF, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui n'avaient pas abouti å des naissances vivantes et, si oui, combien elles avaient eu de gmssesses de ce genre. Le Tableau 3.8 donne la répartition des femmes selon le nombre de grossesses improductives qu'elles ont eues, à savoir, d'une part, les grossesses ayant abouti à des mortinaissances et, d'autre part, les avortements stxmtanés ou provoqués. On peut penser que ces données sont sous-estim6es du fait d'oublis, en particulier pour des mortinaissances ou fausses-couches anciennes. En outre, la législation burkinabè interdisant la pratique de l'avortement (sauf pour des raisons th6rapeutiques), on peut penser que les cas d'avortements volontaires ont été sous-déclarés. 35 Table 3.8 Grossesses improductives Répartition (en %) des femmes par nombre de grossesses improductives, selon les caractéristiques socio- démographiques et nombre moyen de grossesses improductives, EDS Burkina Faso 1993 Nombre de grossesses improductivcs Caractéristiques 0 1 2 3 ou + Nombre Effectif moyen de de grossesses Total femmes improductives Groupe d'~ges 15-I9 96,3 3,0 0,7 0,0 100,0 1373 0,04 20-24 84,5 13,2 1,9 0,4 100,0 1202 0,18 25-29 76,8 17,3 4,4 1,5 100,0 1153 0,31 30-34 73,2 19,2 5,3 2,2 100,0 929 0,38 35-39 67,5 21,0 9,0 2,5 100,0 765 0,48 40 44 58,0 26,8 9,7 5,5 100,0 529 0,67 45-49 58,6 22,7 13,2 5,6 100,0 403 0,68 Milieu de résidence Ouagadougou 81,6 13,3 3,1 2,1 100,0 777 0,29 Autres villes 79,9 14,4 4.1 1,5 100,0 517 0,28 Total urbain 80,9 13,7 3.5 1,8 100,0 1293 0,28 Rural 77,4 15,7 5,1 1,8 100,0 5061 0,32 Région Ouagadougou 81,6 13,3 3,1 2,1 100,0 777 0,29 Nord 78,4 15,5 5.0 1,1 100,0 1152 0,30 Est 78,7 15,1 4.8 1,4 100,0 1213 0,29 Ouest 76,5 16,3 5,2 2.1 100.0 1549 0,33 Centre/Sud 77,3 15,3 5,2 2,2 100,0 1663 0,33 Niveau d'instruction Aucun 76,8 16,1 5,2 1,9 100,0 5264 0,33 Primaire 82,2 13,2 3,6 0,9 100,0 668 0,24 Secondaire ou plus 88,4 8,4 1,9 1,2 100,0 421 0,17 Ensemble des femmes 78,1 15,3 4,8 1,8 100,0 6354 0,31 D'après le Tableau 3.8, plus d'une femme sur cinq (22 pour cent) ont eu, au moins, une grossesse improductive et, parmi celles-lå, plus du tiers a eu au moins deux grossesses de ce genre. Une femme a eu en moyenne, 0,31 grossesse improductive. Les grossesses improductives augmentent rapidement avec l'âge. L'examen des niveaux observes selon la structure par âge montre qu'à 15-19 ans, 1 femme sur 25 a eu au moins une grossesse qui n'est pas arrivée à terme. A 20-24 ans, 4 femmes sur 25, soit quatre fois plus que dans le groupe d'âges précédent, sont touchées par le phénomène. Apr6s 35 ans, plus d'une femme sur trois sont concemées. Les grossesses improductives s'observent également dans tous les milieux de résidence, mais la proportion des femmes touchées par le phénomène est pins importante en milieu rural (23 pour cent) qu'en milieu urbain (19 pour cent). Du point de vue régional, l'Ouest se démarque du reste du pays par une lbrte proportion de femmes concernées (24 pour cent), et un nombre moyen de grossesscs improductives élev6es (0,33). On remarque enfin l'existence d'une relation entre le niveau d'instruction et les grossesses improductives : plus le niveau d'instruction augmente, plus la proportion de femmes touchées par le phénomène et plus le nombre moyen de ce type de grossesses sont faibles. Cela pourrait Etrc le fait d'un meilleur suivi des grossesses chez les lcmmes instmitcs et d'un meilleur contrôle de leur f6condit6. 36 3.6 AGE À LA PREMIERE NAISSANCE L'fige auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier, lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant, et il peut être un facteur de risque de mortalité. Le Tableau 3.9 présente la répartition des femmes par åge à la première naissance ainsi que leur åge médian à la première naissance, selon leur groupe d'åges au moment de l'enquête. Les données révèlent, une fois de plus, la pr6cocité de la fécondité des femmes burkinab~ : parmi les femmes ågées de 20-34 ans à l'enquête, un tiers a eu un premier enfant avant 18 ans, et 64 pour cent des femmes ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Plus de la moitié des femmes de 35-39 ans (57 pour cent) ont eu leur première naissance avant l'âge de 20 ans. L'examen des åges médians semble tévéler que des générations les plus anciennes, aujourd'hui ågées de 45-49 ans, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 25-29 ans, l'åge à la première naissance n'a pas connu de grande variation : la valeur médiane avoisine 19 ans. Bien que cet ãge n'ait pas subit de nette modification, il semblerait se dessiner une très légère tendance au rajeunissement : l'åge médian passe de 19,7 ans chez les femmes ãgées de 45-49 ans, à 19,1 chez celles de 20-24 ans à l'enquête. Tableau 3.9 Age à la première naissance Répartition (en %) des femmes pas âge å la première naissance, et ige médian à la première naissance selon l'åge actuel. EDS B~kina Faso 1993 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 75.8 2.0 12.8 9.5 a a a I00.0 1373 b 20-24 I6.5 4.3 27.2 30.9 18.0 3.0 0.0 I00.0 1202 19.1 25-29 4.7 5.2 28.3 29.8 18.8 10.8 2.3 100.0 1153 19,0 30-34 3.7 5.5 31.5 29.3 16.0 10.4 3.7 100.0 929 18.8 35-39 2.0 3.8 27.6 27.9 20.3 11.0 7.3 100.0 765 19.2 40-44 1.7 3.8 25.4 28.3 19.0 12.7 9.2 100.0 529 19.4 45-49 3.1 2.8 21.9 28.7 19.0 13.0 11.5 100.0 403 19.7 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant Concernant l'ensemble des femmes de 20-49 ans, l 'åge médian s'établit à 19,1 ans (Tableau 3.10). Du point de vue du milieu de résidence, on n'observe pratiquement pas de différences d'åge médian à la première naissance; en d'autres termes, quel que soit le milieu de r6sidence, l 'ãge auquel les femmes burkinabè ont leur premier enfant avoisine 19 ans. On observe enfin une relation positive entre le niveau d'instruction et l 'åge médian à la première naissance : on peut opposer les femmes sans instruction ou de niveau primaire à celle ayant fait au moins des 6tudes secondaires. Chez les premières, l'åge médian est presque identique (19,1 ans pour les non instruites et 18,9 ans pour celles ayant fait des études primaires) alors que chez les femmes de niveau secondaire ou plus, la première naissance survient trois ans plus tard (åge médian de 22,4 ans). Cet écart important pourrait expliquer les différences de fécondité constat~es pr6cédemment. 37 Tableau 3.10 Age médian h la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 2(1 49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démo- graphiques. EDS Burkina Faso 1993 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40 44 45-49 20-49 Milieu de résidence Ouagadougou 20,6 19,7 19,3 19,5 19,6 19,8 19,6 Autres villes 19,9 19,3 19,0 19,6 19,4 18,3 19,2 Total urbain 20,4 19.6 19,2 19,5 19,5 19,1 19,4 Rural 18.9 18.9 18.8 19,2 19,4 19,8 19,1 Région de résidence Ouagadougou 20,6 19,7 19,3 19,5 19,6 19,8 19,6 Nord 19,3 19,1 18,8 19.5 19,4 19,6 19,2 Est 18,7 18,8 18,6 19,3 19,11 19,7 1%11 Ouest 18,6 18,5 18,9 18,8 18,9 19,1 18,7 Centre/Sud 19,1 19,4 18,9 19.2 19,8 20,0 1%4 Niveau d'instruction Aucun 18,8 18,9 18,7 19,2 19,3 19,8 19,1 Primaire 19,6 19,0 18,9 18,7 19,7 18,3 18,9 Secondaîre ou plus 22,4 22,7 21,8 22,5 22,6 22,4 Ensemble 19,1 19,0 18.8 19,2 19.4 19,7 19,1 Note: L'åge médian ixmr la cohorte 15-19 ne peut ~3tre détemliné car de ncmabreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.7 FECONDITE DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet néfaste sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décæder des enfants est plus élève lorsqu'ils naissent de tcmmes très jeunes (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Par ailleurs, les conséquences sur la scolarité et sur la vie familiale de ces très jeunes femmes sont importantes (Görgcn et al., 1993). On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes (15-19 ans) qui contribuent pour 16 pour cent à la féconditè totale des femmes; par ailleurs, l'âge médian â la première naissance se situe dans cette tranche d'âge. Le Tableau 3.11 et le Graphique 3.5 fournissent les proportions, par année d'âge entre 15 et 19 ans, au moment de l'enquête, des adolescentes qui ont déjà cu un ou plusieurs enfants ci de celles qui sont enceintes pour la première fois : dans l'ensemble du pays, près d'un tiers des adolescentcs ont commencé leur vie fécondc, dont 24 pour cent ont déjà au moins un enfant et 7 pour cent sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, une femme sur 25 (4 pour cent) à déjâ commencé sa vie féconde. La proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde augmente régulièrement et rapidement avec l'ågc : à 17 ans, plus d'une femme sur quatre (26 pour cent) ont déjà au moins un enfant ou sont enceintes et, â 1 g ans, plus d'une femme sur deux (52 pour cent) ont déjà commencé leur vie fécondc parmi lesquelles, 41 pour cent ont déjå au moins un enfant. 38 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques se¢io-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Adolescentes qui sont : Adolescentes ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 1,6 2,4 3,9 296 16 5,2 5,4 10,6 259 17 17,5 8,7 26,2 291 18 41,3 10,9 52,2 278 19 59,8 7,3 67,1 248 Milieu de r(~sldence Ouagadougou 12,9 2,3 15,2 214 Autres villes 20,1 5, I 25,2 142 Total urbain 15,8 3,4 19,2 356 Rural 27,1 8,1 35,3 1017 R~glon de r~aidence Ouagadougou 12,9 2,3 15,2 214 Nord 23,3 7,0 30,3 266 Est 32,4 9,0 41,4 227 Ouest 34,3 9,2 43,5 328 Centre/Sud 16,7 6,1 22,8 337 Niveau d'Instruction Aucun 28,1 8,2 36,3 994 Primaire 19,2 4,3 23,5 218 Secondaire ou plus 6,7 2,3 9,0 161 Ensemble 24,2 6,9 31,1 1373 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 35 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans, contre 25 pour cent dans les autres villes, et 15 pour cent à Ouagadougou (Graphique 3.6). De même, les proportions d'adolescentes déjà mères ou en première grossesse dans les régions de l'Est (41 pour cent) et de l'Ouest (44 pour cent) sont beaucoup plus importantes que dans les autres régions. C'est dans la région du Centre/Sud que la proportion est la plus faible (23 pour cent). Selon le niveau d'instruction, on constate d'énormes disparités : la plus forte proportion d'adolescentes, qui sont déjà mères ou en première grossesse, est sans instruction (36 pour cent), alors qu'un quart de celles qui ont un niveau primaire, ont commencé leur vie féconde. Par contre, seulement une adolescente sur dix de niveau secondaire ou plus a déjå un enfant. 39 Graphique 3.5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 100 60 60 40 20 O 15 16 17 18 Age (année) 'iiiii~i~ii!!i!i!iiiiil;i~ii ili~iiiiiii!iiiii!i=~ili!i~iii~i iii',iiiii~,iiiiiiiiiiiiii'~ii,ii 19 Adolescente I~ayant 2 enfants ou + []ayant 1 enfant menceinte du 1er enfant EDSBF 1993 Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord _ _ Esl Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaioe ou + . . . . . . . . . . . . . . i~ i i i !~ i !~ i i~ i~ i i ' ! i i !~ i i i l l . . . . " i i : i i i !~ i i~! i i !~ . . . . . . . . . . ~ i~i!: ii i ;!i~~i i~iiill ; I 10 20 30 40 Pourcentage 50 60 EDSBF 1993 40 Le Tableau 3.12 fournit enfin la r6partition des adolescentes par åge détaillé, selon leur nombre d'enfants. Il ressort que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (24 pour cent), 16 pour cent en ont d6jå eu 2 ou plus. Il s'agit surtout des adolescentes plus ågées, puisque 9 pour cent des femmes de 18- 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente rapidement avec l'ãge : elle s'établit à 0,2 enfant par femme dès 17 ans, et une adolescente de 19 ans à déjà eu, en moyenne, 0,7 enfant. Tableau 3.12 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgé, es de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants n6s vivants selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total vivants d'adolescentes 15 98,4 1,6 0,0 100,0 0,02 296 16 94,8 4,7 0,5 100,0 0,06 259 17 82,5 15,9 1,6 100,0 0,19 291 18 58,7 32,4 8,9 100,0 0,50 278 19 40,2 50,4 9,4 100,0 0,70 248 Total 75,8 20,3 3,9 100,0 0,28 1373 41 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE L'Enquête Démographique et de Santé est l'une des rares enquêtes qui se soient penchées sur le problème de la planification familiale au Burkina Faso. Honnis l'Enquête Démographique de juin 1991, aucune autre enquête d'envergure nationale n'avait abordé jusqu'alors ce sujet. Comme la plupart des pays africains, le Burkina Faso a une population à tradition pro-nataliste. Même si on a pu observer ces demières années des changements de comportement en matière d'utilisation des méthodes modernes de contraception, et cela gråce à la publicité et aux actions en faveur de la planification familiale, il n'en reste pas moins que, comme le montre le niveau élevé de la fécondité (voir Chapitre 3 - Fécondité), les femmes au Burkina pratiquent peu la contraception. Or la surpopulation et les problèmes qui lui sont liés sont considérés å l'heure actuelle comme un frein au développement socio- économique des pays sous-développés, et cette situation attire de plus en plus l'attention des pouvoirs publics. Pour y pallier, le Burkina Faso a adopté en juin 1991 un document de politique de population dans lequel les préoccupations du gouvernement sur les problèmes de population sont clairement exposées. 1 Lors de l'enquête EDS, l'enquêtrice demandait aux femmes interview~es quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis décrivait les méthodes non citées spontanément et leur demandait enfin, si elles en avaient d~ jà entendu parler. L'utilisation passée ou actuelle de la coritraception, l'intention de son utilisation à l'avenir et la connaissance d'un lieu où se procurer une méthode ont fait l'objet de questions permettant de cerner au mieux les données sur la contraception au Burkina Faso. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception suppese au préalable la connaissance d'au moins une méthode contraceptive, ainsi que d'un lieu où se la procurer. Toutefois l'efficacité de son utilisation dépend de la méthode elle-même. Les différentes méthodes retenues dans ce questionnaire sont classées en deux catégories : les méthodes modemes, comprenant, la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gel~es), le condom et la stérilisation féminine et masculine; les méthodes traditionnelles, comprenant la continence périodique, le retrait et les gris-gris peur l'essentiel. L'abstinence prolongée (absence totale de rapports sexuels pendant une longue période - généralement plus de 2 ans) a été citée par les femmes, notamment les femmes mariées, comme une méthode fréquemment utilis6e. Cependant, il y a souvent confusion entre l'abstinence prolongée et la période d'abstinence post-partum pratiquée par la majorité des femmes après une naissance et qui peut être longue; par ailleurs, il n 'y a que 9 pour cent des femmes qui restent en abstinence prolongée plus de 2 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Aussi, afin de ne pas surestimer le niveau de la prévalence contraceptive au Burkina Faso, notamment celui d'utilisation des méthodes traditionnelles, les données concemant l'abstinence prolongée ont été rctirées des tableaux de résultats et de l'analyse. ~Conseil de la Population, Politique de population au Burkina Faso, Ouagadougou, Juin 1991. 43 La connaissance d'une mdthode contraceptive par 1'enquêt6e est établie lorsqu'elle cite spontanément la méthode en question, ou si, après description de la m6thode par l'cnquetricE, elle déclare la connaître. Pour chaque m6thode connue, on lui demandait si elle savait où se la procurer. Les résultats du Tableau 4.1 montrent que, dans l 'ensemble, deux femmes sur trois (66 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, les m6thodes modernes étant mieux connues (62 pour cent) que les traditionnelles (41 pour cent). Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en union qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services) par méthode spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Connait une methode Connait une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'importe quelle méthode 66.1 67,4 30,2 30,3 Méthode moderne 62,4 63,3 28,4 28,4 Pilule 49,0 50,3 22,0 22,8 DIU 32,8 34,4 15,4 16,2 Injection 39,3 41,2 15,4 16,1 Méthodes vaginales 16,7 17,3 9,0 9,5 Condom 49,3 48,9 18,1 17,3 Stérilisation féminine 32,5 33,9 I t,8 12,0 Stérilisation masculine 12,2 12,9 4,5 4.6 Méthode traditionnelle 41,3 42,9 11,5 l 1,7 Continence périodique 30,4 31,2 11,5 l 1,7 Retrait 14,4 14,9 0,0 0,0 Gris-gris 2t ,4 22,7 0.0 0,0 Autres méthodes 2,8 2,8 0,0 0,0 Effectif de femmes 6354 5326 6354 5326 Si l 'on considère uniquement les femmes en union, leur niveau de connaissance est légèrement plus élevé que l 'ensemble des femmes toutcs situations matrimoniales confonducs: 67 pour cent et 63 pour cent pour les méthodes modernes (Graphique 4.1). Les m6thodes modernes les plus connues par les lizmmes en union sont la pilule et le condom (respectivement 50 et 49 pour cent). LES niveaux de connaissance des injections (41 pour cent) et du stérilet, ainsi que de la stérilisation féminine (34 pour cent, chacun) sont moyens. Ceux relatifs aux spermicides (17 pour cent) et à la stérilisation masculine (13 pour cent) sont plutôt faibles. Seulement 30 pour cent des femmes connaissent un lieu où elles peuvent se procurer une méthode quelconque de contraception, ce qui rapt~sente moins de la moitié de celles qui connaissent au moins une méthode. Les femmes savent mieux où se procurer une m6thodc moderne (28 pour cent) qu'une méthode traditionnelle (12 pour cent). Ces proportions sont identiques pour les femmes en union. En ce qui concerne les méthodes modernES, les sources les plus connues parles femmes interrog6es sont celles relatives à la pilule (22 pour cent), et au condom (18 pour cent). Les sources d'approvisionnement 44 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union Au moins 1 mdthode Au moins I rn~th, mod. Pilule Condom Injections Stérilisation féminine DIU Au moins 1 mdth. trad. Contînence pdriodique Gris-gris Retrait 67 63 I 31 123 ]15 20 40 60 80 Pourcentage EDSBF 1993 des autres méthodes sont peu connues : stérilet et injections (I 5 pour cent pour chaque méthode), stérilisation féminine (12 pour cent), et seulement 9 pour cent (les femmes savent où se procurer des spermicides. Le Tableau 4.2 présente le niveau de connaissance des femmes en union selon leurs caractéristiques socio-démographiques. Les femmes en union de 20- 34 ans sont celles qui connaissent le mieux la contraception moderne (67 pour cent), ce niveau n'étant plus que de 52 pour cent chez les femmes âgées de 45-49 ans. Par ailleurs, il apparatt que c'est en ville que la connaissance des méthodes contraceptives modernes est la plus élevée, 93 pour cent contre 57 pour cent en milieu rural. Dans l'univers urbain, Ouagadougou bénéficie d'une situation privilégiée avec 97 pour cent des femmes qui connaissent une méthode moderne; dans les autres villes, 89 pour cent des femmes en union sont concemécs. On enregistre de grandes disparités régionales dans le niveau de connaissance des méthodes modernes : la région Nord a un niveau bien supérieur à celui de la moyenne nationale (70 pour cent) et les régions Ouest et Centre/Sud ont les mêmes niveaux de connaissance (respectivement 63 pour cent et 61 pour cent); la région Est est quant à elle, celle où la connaissance des méthodes modernes de contraception est la plus faible (45 pour cent). 45 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins tme méthode moderne et pourcentage de celles connaissant troc source (pour informations ou services), par caractérisfiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Connait une Connaît source pour Effeclif Connaît une méthode méthode de Caractéristique une méthode moderne ~ moderne femmes Groupe d'åges 15 19 62.9 60,2 25,2 606 20 24 69.9 66.6 30,9 11193 25-29 70,2 67,3 33.4 1115 30 34 72,1 67.0 30,5 906 35-39 64,9 59,7 27.O 734 40-44 62,8 58,0 22,6 497 45-49 58,8 52,0 16,8 374 Milieu de résidence Ouagadougou 97,0 96,8 77.1 538 Autres villes 89,4 88,5 64.1 381 Total urbain 93.9 93,3 71,7 919 Rural 61.9 57.1 19,4 4407 Région de résidence Ouagadougou 97,/) 96,8 77.1 538 Nord 74.6 711.1 21.8 983 Est 47,1 45,3 13.4 1095 Ouest 65,6 62,6 29,4 1304 Centre/Sud 68.6 6/),5 25.1 14(16 Niveau d' instructhm Aucun 63,8 59,3 22,0 4625 Primaire 87.1 85,4 60,6 464 Secondaire ou plus 98,6 98,6 91,2 236 Ensemble 67.4 63.3 28,4 5326 1C'est-à-dire: pilule. DIU, injection, méthodes vaginalcs (spcrmicides, diaphragmes.), eondom et stérilisations féminine et ma_~culine, Si l'on considère le niveau d'instruction, on remarque que le niveau de connaissance des mdthodes modernes de contraception varie positivement avec cette variable : plus la femme est instruite, plus elle conna~ une méthode moderne. On constate ainsi que, 59 pour cent des femmes qui sont sans instruction connaissent une méthode moderne, alors que, 85 pour cent de celles qui ont un niveau primaire et la totalité des femmes de niveau secondaire ou plus (99 pour cent) a déclaré en connattre une. Comme on l'a vu précddemment, les données sur la connaissance d'une source d'approvisionnement en moyens contracepti fs modernes révèlent dcs écans importants par rapport à la connaissance des méthodes elles-mêmes. Ces écarts existent également au niveau des différentes variables considdrées : la connaissance d'une source d'approvisionnement scion le milieu de résidence est, encore une fois, plus dlevée en milieu urbain (72 pour cenl), notamment à Ouagadougou (77 pour cent) qu'en milieu rural 119 pour cent). La connaissance d'une source d'approvisionnement scion la région de résidence, suit les mCmes vafiations que les niveaux de connaissance, tout Ch restant nettemcnt moins élevée. La rdgion de l'Est est celle où le niveau 46 de connaissance d'une source d'approvisionnement en mdthodes modernes de contraception est le plus faible (13 pour cent). 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception est définie comme l'utilisation d'une méthode de contraception, qu'elle soit moderne ou traditionnelle. Dans I'EDSBF, on distingue la pratique à un moment quelconque de la vie d'une femme, de la pratique actuelle au moment de l'enquête (qui permet de mesurer la prdvalence contraceptive dans le pays). Aux femmes ayant déclard connaître une méthode contraceptive, on a demandé si elles l'avaient déjà utilisée, afin de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de leur vie féconde, selon la méthode spécifique. Le Tableau 4.3 présente ces informations. Moins du quart de l'ensemble des femmes (22 pour cent) a déjà utilisd une méthode de contraception à un moment quelconque de leur vie. Parmi ces femmes, 17 pour cent ont déjà utilisé au moins une méthode traditionnelle et 10 pour cent seulement, au moins une méthode modeme. Parmi les méthodes traditionnelles, c'est la continence périodique qui a été le plus utilisée (15 pour cent) et parmi les méthodes modernes, ce sont la pilule et le cnndom (5 pour cent pour chaque méthode). Le type de méthode et leur niveau d'utilisation sont tout à fait similaires chez les femmes en union. Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant déjå utilisé une méthode contraceptive, par méthode sp6cifique, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 N'im- Méthodes modernes N 'im- M6thodes traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle M6th. quelle Contin. Effectif Groupe quelle m(.thode Pil- Injec- vagi- Con- St~fil. méthode p6rio- Gris- de d'åges méthode moderne uie DI[U tion hales dom fémin. 1 tradit, dlque Retrait gris Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 11,6 6,3 1,4 0,1 0,2 0,4 5,3 0,1 7.9 7,2 1,1 0,4 0,1 1373 20-24 24,3 11,0 5,4 0,6 0,4 1,1 7,1 0.1 19.7 17,3 3,7 1,6 0,4 1202 25-29 27,3 14,4 8,7 1,9 0,8 2,2 7.5 0.2 20,8 17,5 4,0 1,7 0,4 1153 30-34 25,8 12,7 8,0 3,1 1,5 2,0 4.9 0.5 20.0 17,8 4,1 1,1 0,3 929 35-39 23,6 9,2 6,0 2,4 1,0 1,3 3.2 0,6 18,6 16,5 3,6 1,6 0,0 765 40-44 21,0 6,7 4,0 2,2 1,0 1,5 1,5 1,0 17,4 14,8 3,5 1,9 0,6 529 45-49 20,1 4,7 1,9 0,8 0,6 0,4 1,0 1,3 17,6 15,7 1,6 2,2 0,3 403 Ensemble 21,7 9,9 5,2 1,5 0,7 1,3 5,2 0,4 17,0 14,8 3,1 1,3 0,3 6354 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 15.4 7,8 2,2 0,1 0,2 0,7 6,2 0,2 Il,1 10,1 1,6 0,4 0.1 606 20-24 23,1 9,8 5,1 0,6 0,3 0.9 6,2 0,1 18.8 16,3 3,7 1,7 0.4 1093 25-29 26,7 13,9 8,5 2,0 0,8 2,0 7,1 0,2 20,6 17,2 3,9 1,7 0,4 1115 30-34 25,7 12,3 7,7 3,1 1,6 2,0 4,7 0,5 20,0 17,8 4,0 1,1 0,2 906 35-39 23,1 8,6 5,8 2,3 1,0 1,3 2,6 0,6 18,5 16,2 3,5 1,7 0,0 734 40-44 20,9 6,3 3,8 1,9 1,0 1,3 1,4 0,9 17,5 14,8 3,6 2,0 0,6 497 45-49 19,2 4,4 1,9 0,9 0,6 0,3 13 (I,9 16,9 14,9 1,8 2,4 0,4 374 Ensemble 22,9 10,0 5,7 1,6 0,8 1,3 4,8 0,4 18.2 15,8 3,4 1.5 0,3 5326 tCompte tenu de la très faible utilisation de la stédlisadon masculine, les données la concernant ont ~té regroupé.es avec celles de la stérilisation féminine. 47 L'analyse des données selon l'åge met en évidence des différences dans le niveau d'utilisation de la contraception. La pratique de la contraception à un moment donné, faible parmi les femmes de 15-19 ans (12 pour cent), augmente avec l'âge pour atteindre un maximum à 25-29 ans (27 pour cent) et se maintient à 20 pour cent chez les fizmmes dc 45-49 ans. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive correspond au pourcentage de femmes qui utilisent une méthode de contraception au moment de l'enquête. Le Tableau 4.4 donne la répartition par åge de l'ensemble des femmes et des femmes en union, selon l'utilisation actuelle. Si plus d'une femme sur cinq ont déclaré avoir utilisé un moyen de contraception h un moment quelconque de leur vie, elles ne sont plus que deux sur vingt-cinq (8 pour cent) à en utiliser une au moment de l'enquête, la moitié utilisant une méthode moderne et l'autre moitié, une méthode traditionnelle. En d'autres termes, 92 pour cent des femmes burkinabè n'utilisaicnt aucun moyen de contraception au moment de l'enquête. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement utilJsée, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 N'im- N'im- porte porte que[[e quelle Groupe md- m&hode Pil- d'åges thode moderne uie DIU TOUTES LFS FFMMES M éthodes modernes N'im Mdthndes traditionnelles porte Méth. qudte Contin. Effectif Injec vagi (?on Steril, mdthode pdrit:.- Gris- Aucune de tion hales d<nn fémin, 1 tradit, dique Retrait gris Autres méthode Total femmes 15-19 4,6 1,8 0,5 0,I 0,0 0,1 1,2 0,0 2,8 2,6 0,0 0,1 0,0 95,4 100,0 1373 20-24 8,9 3,9 2,0 0,2 0.0 0,0 1,4 0,1 5,1 4,7 0,0 0,2 0,2 91,1 100,0 1202 25-29 9,9 5,8 3,6 0,6 0.2 0,2 1,2 11,0 4,1 3,8 0,0 0,2 0,0 90,1 100,0 1153 30 34 10,0 5,8 3,1 1,3 0,3 0,1 0,7 11,3 4,2 4,1 0,1 0,1 0,0 90,0 100,0 929 35-39 6,1 4.3 2,0 1,0 0.3 0,1 0,4 06 1,8 1,7 0,0 0,1 0,0 93,9 100,0 765 411 44 7,7 4,2 1,4 1,5 0,1 0,4 0,1 0.7 3,5 3,5 0,0 0,0 0,1 92,3 100,0 529 45-49 5,8 2,0 0,I 0,6 0,1 0,0 0,11 1,2 3,8 3,4 0,0 0,5 0,0 94,2 100,0 403 Ensemble 7.7 4.0 2,0 03 0,1 0.1 0.9 0.3 3.7 3.4 0.0 0.1 0.1 92.3 100.0 6354 FEMMF.S AC'I'UIiI.LEMENT EN UNION 15-19 5,9 2.2 0.8 0.1 0.0 0.2 1.2 0.0 3.7 3,5 0.0 (1.2 0,0 94,1 I00,0 606 20 24 8.1 3.7 1,9 0,3 ().Il 0.0 1.4 0,1 4.4 4,0 0.0 0.2 0.2 91.9 100.0 1093 25-29 9,5 5,4 3.3 0.6 0.2 0.1 1.2 0,0 4.1 3,8 0.0 0,2 0,0 90.5 100.0 1115 30-34 9.9 5.6 3.0 1.4 0.3 0.1 0.6 0,3 4.3 4,2 0.1 0.1 0.0 90.1 100.0 906 35-39 6,0 4.3 2.1 1.0 0.3 0.1 0.2 0,6 1,7 1.6 0.0 0.1 0,0 94.0 100.0 734 40-44 7.6 3.9 1,4 1.3 0.1 0.4 0.1 0,7 3.7 3.6 0.0 0.0 0.1 92,4 100.0 497 45-49 5.3 1.6 0.1 0.6 0.I 0.0 0.0 0.7 3,6 3.1 0.0 1).5 0.0 94.7 100.0 374 F.nsemble 7,9 4.2 2.1 0.7 0.1 0,1 11.8 0.3 3.7 3.5 0.0 0.2 0.0 92.1 100.0 5326 Compte tenu de la très faible utilisati n de la stéri[isatk n nasculine, les 1o nées [a concernant ont été regr upées avec celles de la stérilisation féminîne. 48 Le niveau de la prévalence contraceptive est le même pour les femmes en union. Parmi ces dernières, celles âgées de 25-34 ans sont les principales utilisatrices de contraception moderne (5 pour cent). Parmi les femmes en union utilisatrices de la contraception, la majorité (53 pour cent) utilisent une méthode moderne (Graphique 4.2). La pilule est utilisée par plus d'un quart de ces femmes (27 pour cent) et le condom, par un dixième. Par ailleurs, 44 pour cent d'entre elles ont déclard utiliser la continence p6riodique, Graphique 4.2 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception Continence périodique 44% ~ ris 3% Pilule Condom 10% Autres méth. modernes 16% Note: Utilisatrices parmi les femmes de 15-49 ans en union EDSBF 1993 Le niveau minimum de prévalence de la contraception se situe ~ 15-19 ans (5 pour cent), et atteint son maximum entre 25 et 34 ans (10 pour cent), avant de diminuer pour les femmes plus âgées. Ce sch6ma est identique pour les deux principaux types de m6thodes, modemes et traditionnelles. Le niveau de prévalence maximum se situe entre 25 et 34 ans pour les m6thodes modernes (6 pour cent), comme pour les traditionnelles (4 pour cent). Dans l'ensemble, ces constatations valent 6galement pour les femmes en union. On remarquera cependant que pour ces demières, le niveau maximum de prévalence se situe à 30-34 ans, aussi bien pour les métbodes modernes que pour les m6tbodes traditionnelles. Les renseignements recueillis permettent l'analyse de la prévalence de la contraception selon certaines caract6ristiques socio-d6mographiques telles que le milieu de résidence, la r6gion, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants des femmes actuellement en union (Tableau 4.5 et Graphique 4.3). Les différences de niveau d'utilisation actuelle de la contraception sont très importantes lorsque l 'on considère le milieu de résidence : le niveau de pr6valence est de 26 pour cent en milieu urbain contre 4 pour cent seulement en milieu rural, toutes méthodes confondues. Si en milieu urbain, on utilise plus les méthodes modernes (17 pour cent) que les méthode traditionnelles (9 pour cent), en milieu rural on constate plut6t l'inverse (1 pour cent contre 3 pour cent). Dans l'univers urbain, Ouagadougou est privildgiée avec 31 pour cent de prévalence contre 20 pour cent pour l'ensemble des autres villes du pays. Près de 20 pour cent des 49 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio démographiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellenlent utilisée, selon certaines caractéristiques ! socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique N'ira N'ira- porte porte quelle quelle me m~ thode Pil thode moderne uie Méthodes M6Uiodcs modernes N'im- traditionnelles porte quelle Contin. Effectif Injec Méthodcs Con S~ril mélhode périoe Gris- Aucune de D[IJ tion vaginales d(,m f6min, I tradit, dique gris Autres méthode Total femmes Milieu de r~sidence Ouagadougou 30,6 19,9 8,3 4,9 0,9 0,9 4,5 0,4 10,7 9,9 0,5 0,4 69,4 100,0 538 Autres villes 19,5 13,2 8,2 1,9 0,4 0.5 1,2 1.1 6,3 5,8 0,4 0,1 80,5 100,0 381 Total urbain 26,0 17,1 8,3 3,6 0,7 0,7 3,1 0,7 8,9 8,2 0,4 0,3 74,0 100,0 919 Rural 4,2 1,5 0.8 0,1 0,0 0,11 0.3 0.2 2,7 2,5 0,1 0,0 95,8 100,0 4407 R~gion de r~sidence Ouagadougou 30,6 19,9 8,3 4,9 0,9 0,9 4,5 0,4 10,7 9,9 0,5 0,4 69,4 100,0 538 Nord 4,3 1,3 1,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 3,1 3,1 0,0 0,0 95,7 100,0 983 Est 1,6 1,1 1),5 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 0,5 0,4 0,0 0.0 98,4 100,0 1095 Ouest 7,1 3,9 2,5 11,5 11,2 0,1 0,3 0,2 3,2 3,0 0,1 0,0 92,9 100,0 1304 Centre/Sud 7,5 2,9 1.4 0.4 0.0 0.0 0.7 0.4 4.6 4.2 0.4 0,1 92,5 100,0 1406 Niveau d'instrueUon Aucun 4,6 1,9 1,0 0,3 0,0 0,0 0,3 0,2 2,7 2~5 0,1 0,0 95.4 100,0 4625 Primaire 19,5 12,7 7,3 2,2 0.9 0.1 2,0 0,I 6.8 6.1 0,6 0,1 80,5 100,0 464 Secondaire ou plus 49,4 31,6 12,9 6,3 0.8 2,2 8,7 0,6 17,9 17,1/ 0,2 0,6 50,6 100,0 236 Nombre d'enfants vivant.~ Aucun 7,5 3,6 1,0 0,1 0,11 0,2 1,8 0,4 4,0 4,0 0,0 0,0 92,5 1130,0 499 1 7,6 3,7 1,6 0,1 0,0 0,1 1,7 11,1 3,9 3,5 0,2 0,2 92,4 100,0 948 2 7,4 4,5 2.7 0,9 0,2 0,2 0,4 0,1 3,0 2,5 0,4 0,1 92,6 100,0 882 3 8,7 4,6 2,6 1,1 0,1 0,0 /1,4 11,4 4,1 4,1 0,0 0,0 91,3 100,0 769 4 10,2 5,7 2,6 1,2 0,3 0,3 1,0 (1,3 4,5 4,4 0,0 0,1 89,8 100,0 699 5 7,9 4,2 2,1 11,7 0,1 0.1 (/,8 11,2 3.7 3.5 0,2 0,0 92,1 100,0 618 6 ou plus 7,2 3,8 2,(1 1.1 0.3 (I.1 0,1 (],3 3,4 3.2 0,2 0,0 92,8 100,0 911 Ensemble 7,9 4,2 2,1 (I.7 II,I I),l 0,8 0,3 ~,7 3.5 0,2 (1,0 92,1 100,0 5326 lCompte tenu de la très faîble utilisation de la stérilisalion masculine, les donndes la concernant ont ~té regroup6es avec celles de la stérilisation féminine. femmes de Ouagadougou utilisaient une méthode contraceptive modeme au moment de l'enquête, surtout la pilule (8 pour cent) et, dans une moindre mesure, le stdrilet et le condom (5 pour cent chacun). Si l'on considère les données par région, on constate de fortes disparités dans le niveau d'utilisation d'une méthode de contraception : 8 pour cent pour la région du Ccntrc/Sud qui dépasse légèrement celle de l'Ouest (7 pour cent). Toute fnis la prévalcnce des méthodes modernes est plus élevée à l'Ouest (4 pour cent) qu 'au Centre/Sud (3 pour cent), du fait probablement de l'influence dans la région Ouest de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays. Par contre, dans le Nord le niveau d'utilisation d'une méthode quelconque est bien plus faible, avoisinant celui du milieu rural (4 pour cent) et il est extrêmcmcnt faible à l'Est (2 pour cent). Dans ces deux demièrcs régions, la prévalence contraceptive des mdthodes modernes n'est que de 1 pour cent. La prévalencc contraceptive s'accroît avec le niveau d'instruction, concernant 5 pour cent des femmes n'ayant pas d'instruction, 20 pour cent de celIcs ayant un niveau primaire et la moitié de celles ayant un niveau secondaire ou plus. Ces écarts sont bien plus importants quand il s'agit des méthodes modernes, les 50 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE I Ouagadougou Æutres Vi es Rurall ~ REGLON Ouagadougou Nord Est ~~]1 Ouest~ ~ Centre/Sud 'NS'R°2'$$. Primaire I Secondaire ou + 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Pourcentage 55 60 EDSBF 1993 femmes sans instruction les utilisant très peu (2 pour cent) comparativemcnt aux femmes du niveau primaire (13 pour cent) et du niveau secondaire ou plus (32 pour cent). Il faut noter la part relativement importante de ces demières qui utilisent la pilule (13 pour cent) et le condom (9 pour cent), bien qu'une proportion non négligeable pratique la continence périodique (17 pour cent). Les variations du niveau de la prdvalence contraceptive selon le nom bre d'enfants vivants par femme ne sont pas très importantes et aucune tendance nette ne se dégage. On constate cependant que, quelle que soit la méthode, la prévalence augmente légèrement à partir du troisième enfant. 4.4 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION L'utilisation de la contraception pour la première fois répond à des objectifs divers et dépend souvent de la parité atteinte '~ ce moment-là. Certaines femmes vont l'utiliser pour retarder une première naissance, d'autres pour espacer les naissances lorsque la contraception débute à un moment où elles ont déj~t plusieurs enfants, et d'autres encore pour ne plus avoir d'enfants. Le Tableau 4.6 donne la répartition des femmes non-célibataires selon le groupe d'âges et le nombre d'enfants vivants à la première utilisation de la contraception. La proportion des femmes pratiquant la contraception pour la première fois et ayant déjà deux ou plus de deux enfants vivants est relativement faible (7 pour cent). Les plus nombreuses à utiliser la contraception pour la première fois sont celles qui avaient déjà un enfant vivant (11 pour cent) au moment de l'utilisation, et celles qui n'en avaient aucun (6 pour cent). Parmi celles qui l'ont utilisée après la naissance du premier enfant, les plus nombreuses sont celles âgées de 25-29 ans (13 pour cent), dont on peut penser qu'elles désirent espacer leurs naissances. Parmi les nuUipares, on note une très nette augmentation de l'utilisation entre les générations : 2 pour cent des femmes 51 TaÇleau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataîres par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Groupe la contra d'åges ception 0 1 2 3 4+ ND Total Effectif de femmes 15-19 84,5 11,3 3,9 0,3 0,0 0,0 0,i 100,0 613 20-24 76,7 10,1 10,3 2,2 0,5 0,0 0,1 100,0 1125 25-29 72,9 6,2 13,3 3,9 2,2 1,4 0,2 100,0 1141 30-34 74,2 4,0 10,9 4,2 2,7 3,8 0,2 100,0 925 35-39 76,5 3,5 11,2 3,0 1,2 4,5 0,2 100,0 764 40-44 79,1 1.4 10,4 2,(1 1,1 6,0 0,0 100,0 529 45 -49 80,0 2.3 11,8 1,5 0,8 3,5 0,0 100,0 403 Ensemble 76,8 6,1 10,5 2,7 1,4 2,4 0,1 100,0 5499 de 45-49 ans ont commencé à utiliser la contraception quand elles n'avaicnt aucun enfant, alors que cette proportion concerne 11 pour cent des femmes de 15-24 ans. On peut en conclure quc la contraception est maintenant plus largement utilisée par les femmes jeunes pour retarder la venue de leur premier enfant ou pour espacer leurs naissances. 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE Pour que la pratique de la continence périodique ait une certaine efficacité, il faut une connaissance assez précise de la période de fécondabilit6 au cours du cycle menstruel. Les questions pos6es aux femmes sur la connaissance d'une période au cours de laquelle elles ont le plus de chances de tomber enceintes, et si oui, à quel moment se situait cette période, permettent de les classer selon la connaissance ou non de leur période féconde (Tableau 4.7). A travcrs lcs réponscs fournies, lcs femmes peuvent 6tre classées selon trois niveaux de connaissance : connaissance : "milieu du cycle." connaissance douteuse : "juste après la fin des règles," "juste avant le début dcs règles." méconnaissance : "pendant les règles," "à n'importe quel moment," "autre," "ne sait pas." Sur la base de ce classement, on peut dire que près de quatre femmes sur cinq (78 pour cent) méconnaissent totalement leur périodc de l~condabilitr. Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS Burkina Faso 1993 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 8,8 32,5 Connaissance douteuse Juste après les règles 11,5 28,0 Juste avant les règles 1,0 2,0 Ne connait pas Pendant les règles 0,6 1,2 A n'importe quel moment 12,3 6,8 Autre 0,7 0,9 Ne sait pa~~ 64,8 28,5 Non déclaré (1,3 0,1 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6354 941 52 Si on ajoute å cela les femmes qui n'ont qu'une connaissance douteuse de la période (13 pour cent), il ne reste que 9 pour cent de femmes qui peuvent pratiquer la continence périodique avec une chance de succès. Au niveau des femmes utilisatrices de la continence périodique, 37 pour cent ne connaissent pas leur période de fécondabilité et 30 pour cent en ont une connaissance douteuse. Ce qui montre que plus de trois femmes sur cinq ont pratiqué la continence périodique avec des chances de succès très limitées ou pratiquement nulles. Autrement dit, seulement une femme utilisatrice de la continence périodique sur trois connai't de façon assez précise la période féconde de son cycle mert~truel. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour 6valuer la contribution des secteurs publics et privés dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modernes de contraception, on a dem andé au x utilisatrices d'identi fier 1'endroit où elles avaient obtenu leur méthode. Les deux tiers des femmes (65 pour cent) se procurent leurs m6thodes auprès du secteur public (Tableau 4.8). Près de la moitié de ces femmes (30 pour cent) obtiennent leurs contraceptifs auprès des SMI (plus particulièrement la pilule et le DIU), 17 pour cent auprès des dispensalres ou maternités, 15 pour cent auprès des hSpitaux et centres médicaux. Parmi les femmes s'approvisionnant auprès du secteur privé (19 pour cent), la majorité le font dans une pharmacie (10 pour cent) ou une clinique de planification familiale (PF) (9 pour cent). En ce qui conceme les condoms, un quart des utilisatrices se les procurent auprès du secteur privé, notamment dans les pharmacies (22 pour cent) et un autre quart se les procurent par un autre biais - vendeur ambulant, partenaire, amies, etc. Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méLhodes spécifiques, EDS Burkina Faso 1993 Source d'approvisionnement Pilule DIU Condom Aut re Ensemble Secteur public 79,7 75,4 14,8 82,3 64,7 H6pital/Centre médical 10,9 14.9 0.0 53,1 14.5 SMI 40,6 41.2 4,2 17,6 29,6 Dispensaire/Maternité 25,6 17.1 2.4 8.7 16,9 CS PS/PSP/Dép6t pharm. 2,6 2,3 8,2 2,8 3,8 Secteur m~.dlcal privé 16,9 22,2 24,0 16,3 19,3 Cabinet médecin/in fimfier 0,4 0,0 0.8 1,5 0,6 Clinique PE 8,4 21.1 1,7 10,5 9,2 Pharmacie 8,0 1.2 21,5 4,4 9,5 Autre secteur privé 3,0 2,3 24,3 1,4 7,5 NSP 0,4 0,0 36,9 0,0 8,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 124 41 57 32 255 53 4.7 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES Aux femmes en union qui n'utilisaient pas une mdthode contraceptive au moment de l'enquête, on a demandé quelles étaient leurs intentions dans ce domaine. Le Tableau 4.9 donne la tripartition des femmes actuellement en union non utilisatrices de la contraception, selon le nombre d'enfants vivants et l'intention d'utiliser, en distinguant celles qui n ont j ma's utilisd de contraceptifs de cclles qui en ont déjå utilisé au moins une fois. Tableau 4.9 Utilisatkm future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utîliser une méthode dans l'avenir, sekm le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS lturkina Faso 1993 Intention d'utiliser dans te futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble N'a Jamais utilisb la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 5,2 8,8 7,2 7,3 5,5 9,4 7,0 7,3 Intention d'utiliser plus tard 5,3 3,2 2,3 2,4 1,5 1,0 (/,9 2,4 Intention NSP quand 3,2 3,1 1,2 2,4 2,0 2,5 1,0 2,1 N'est pas sfirc d'utiliser 11,4 12,5 8,8 9,4 1/I,6 7,7 6,6 9,6 N'a pas l'intention d'utiliser 61,2 43,7 28,7 26,4 26,9 20.2 28,8 33,6 ND 11,6 0.2 1),2 0,7 0,3 0,0 0,4 11,4 A déjå utili~ la contraception Intention d'uti]iser dans les 12 prochains mois 3,1 8,5 13,2 16,7 18,3 17,0 15,5 13,1 Intention d'utiliser plus tard 2,5 3,4 3,8 2,8 3,4 2,3 2,7 3,0 Intention NSP quand 1,11 1,6 2,8 3.3 2.5 2,5 2,1 2,3 N'est pas sfire d'utiliser 1,3 3,6 7,4 6,1 6,5 7,1 6,5 5,5 N'a pa-s l'intention &utiliser 5,3 11,3 23,9 21,9 22,1 29,8 28,4 20,4 ND 0,0 0,2 0,4 0,6 (/,3 0,3 0,1 0,3 Total 100,0 100,(1 100,0 lO0,O 100,0 10(I,0 100.0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 8,3 17.3 20,4 24,0 23,8 26,5 22,5 20,5 Intention &utiliser plus tard 7,7 6,5 6,2 5,2 4,9 3,3 3,6 5,4 Intention N8P quand 4,1 4,7 3,9 5,7 4,6 5,0 3,l 4,4 N'est pas sflre d'utiliser 12,7 16,1 16,2 15,5 17,1 14,8 13,1 15,1 N'a pas ['intentkm d'utiliser 66,5 55,0 52.6 48,3 49,0 50,1 57.2 54,0 ND 0,6 0,4 0.7 1,3 0,6 0,3 0,5 0,6 Total 100,0 100,0 10(},{} 100,0 100,(} 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 443 742 642 574 483 447 670 4001 ty compris la grossesse actuelle. 54 Plus de la moitié des femmes (54 pour cent) qui n'utilisaient pas une méthode contraceptive au moment de l'enquête n'ont aucune intention de le faire à l'avenir; 30 pour cent en manifestent l'intention et 15 pour cent sont ind6cises (Graphique 4.4). Celles qui par le passé, ont utilisé une méthode contraceptive sont plus nombreuses à avoir l'intention d'en utiliser une à l'avenir, que celles qui n'ont jamais pratiqué la contraception (18 pour cent contre 12 pour cent). Si on se limite h celles qui pensent utiliser la contraception dans un avenir proche (les 12 prochains mois après l'enquête), elles repr6sentent 21 pour cent, soit les deux tiers des utilisatrices potentielles. Il faut noter par ailleurs qu'une proportion non négligeable de femmes ayant déjà utilisé une méthode contraceptive n'a plus l'intention d'en utiliser ~ l'avenir (20 pour cent). Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices A l'intention d'utiliser plus tard 5% Ne sait pas si elle utilisera 15% A l'intention d'utiliser bîentSt 21% • l'intention d'utiliser NSP quand 4°/ó ND 1% N'a pas l'intention d'utiliser 54% EDSBF 1993 Le nombre d'enfants vivants joue sur le comportement des femmes en matière d'utilisation future de la contraception. On constate en effet que la proportion des femmes qui veulent utiliser la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants, passant de 20 pour cent pour les femmes sans enfant, à 35 pour cent pour celles qui ont cinq enfants vivants. De même, la progression des proportions des utilisatrices dans un avenir immédiat est encore plus rapide passant de 8 pour cent chez femmes qui n'ont pas d'enfant à 27 pour cent chez les femmes qui ont 5 enfants. Les femmes qui n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception à l'avenir en ont donné la raison qui est présent6e dans le Tableau 4.10. Le désir d'avoir des enfants est la raison la plus frêquemment évoquée (41 pour cent), quel que soit l 'âge de la femme. Le manque d'information semble être un obstacle non nêgligeable à l'utilisation de la contraception, puisque cette raison est avancée par 17 pour cent des femmes. La ménopause est la raison de non utilisation future de la contraception pour 10 pour cent des femmes. Des raisons telles la difficultê de tomber enceinte (7 pour cent), des rapports sexuels peu fréquents (4 pour cent) et le fatalisme (2 pour cent) 55 Tableau 4.10 Raison de non uti]isafon de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle ellcs n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'fige, EDS Burkina Faso 1993 Raison de Agc Tous non utilisation tes de la contraception 15 29 3%49 åges Veut des enfants 47,4 33,7 40,5 Effets secondaires 1,4 0,9 1,2 Problèmes pour la santé 1,1 1,2 1,2 Manque d'information 21,2 13,8 17,1 Dilficile S obtenir 1,0 1,1 1,1 Prix 0,6 1,3 1,0 Religion 1,9 1,3 1.6 Fataliste 2.3 2.6 2,4 Opposée au planning familial 2.5 0.9 1.7 Partenaîre s'y oppose 2.7 1.2 2.0 Autres personnes désapprouvent 1),2 0,l 0,2 Rapports sexuels peu fréquents 2,0 5,3 3,7 Difficuhés à tomber enceinte 4,4 9,2 6,8 Ménopause/Hystérectomie 0,3 19,5 I0,0 Utilisation peu pratique 0,5 1,0 0,8 Autres raisons 2,0 1,0 1,5 Ne sait pas 8,5 5,7 7,0 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1070 1092 2162 sont aussi évoquées. On retiendra aussi que les femmes sont relativement nombreuses à répondre "ne sait pas" (7 pour cent). L'attitude des femmes sehm l'âge (moins de 30 et 30 ans ou plus) est assez différenciée. Ainsi, le désir d'avoir des enfants est plus souvent évoque par les femmes de 15 à 29 ans (47 pour cent) que par celles de 30 à 49 ans (34 pour cent). De même, le manque d'inlbnnation se rencontre plus fréquemment chez les plus jeunes (21 pour cent) que chez leurs aînées (14 pour cent), ainsi que l'opposition du conjoint (3 pour cent contre 1 pour cent pour les plus ågdes). Par contre, les raisons suivantes : difficulté de tomber enceinte, rapports sexuels peu fréquents, et fatalisme se rencontrent beaucoup plus chez les femmes de plus de 30 ans. La ménopause conceme évidemment presque exclusivement les femmes de 30 ans ou plus (20 pour cent contre moins de 1 pour cent pour les autres). Aux femmes en union qui envîsagenl une uli]isation future de la contraception, on a posé la question sur la méthode qu'elles pré féreraicnt utiliser dans les douze prochains mois ou plus tard (Tableau 4.11). Les deux tiers des femmes désirant utiliser une méthode moderne, principalement la pilule (38 pour cent), suivie des injections (16 pour cent). On retiendra également le stérilet, bien que cité dans une moindre mesure (5 pour cent). Il est frappant de constater que 8 pour cent des I?mmes ont déclaré vouloir utiliser l'abstinence prolongée, quoique la majorité d'entre elles ne peuvent se prononcer sur le moment de son utilisation. Par ailleurs, il faut noter le nombre élevé de femmes ayant déclaré qu'elles ne savaient pas quelle méthode elles préféreraient utiliser (25 pour cent). Cela pourrait être dû à une indécision ou une hésitation face aux différentes méthodes existantes et donc une meilleure information sur les choix possibles pourrait certainement encourager de nombreuses lemmes à utiliser la contraception. 56 Tableau 4.11 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, par méthode préférée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard. EDS Burkina Faso 1993 Intention d'utiliser Dans Méthode les 12 contraceptive prochains Après NSP préférée mois 12 mois quand Ensemble I Pilule 39.0 35.7 38.5 38.1 DIU 6.1 4,4 1.6 5.1 Injection 17.6 13.2 9.7 15.6 Méthodes vaginales 1.1 0.5 0.8 0.9 Condom 1.0 1.3 1.6 1,2 Stérilisation fémininc 1,9 0,0 0,3 1,3 Continence périodique 3.0 2.4 1.9 2.7 Retrait 0.1 0.0 0.0 0.0 Abstinence prolongée 5.8 15.7 8.7 8.1 Gris-gris 0.8 0.9 0.0 0.7 Autres 1.1 2.2 2.9 1.6 ND 22.4 23.8 34.0 24.6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 818 215 176 1216 iy compris les non déterminés Lorsque l'on considère la période envisagée pour l'utilisation future de la contraception, on constate que les femmes ayant l'intention de l'utiliser dans l'avenir, sont plus nombreuses b. en prévoir son utilisation dans les douze prochains mois (67 pour cent) que plus tard (18 pour cent), et ce quelle que soit la méthode préférée. 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION La vulgarisation et le développement de la pratique contraceptive ne peuvent se faire de façon efficace si l 'on ignore le réle que peuvent jouer les média comme support de l'information en matière de pratique contraceptive. C'est pourquoi, on a demandé aux femmes si elles avaient entendu ou non un message sur la planification familiale, diffusé par la radio ou la télévision, durant le mois précédant l'enquête. Les résultats relatifs à l'information médiatisée sur la planification familiale sont présentes dans le Tableau 4.12, selon les différentes caractéristiques socio-démographiques des femmes. Durant le mois précédant l'enquête, seulement 14 pour cent des femmes ont entendu un message sur la planification familiale, la majorité å la radio (11 pour cent), et une infime part, à la télévision (1 pour cent) ou aux deux (2 pour cent). A l'opposé, 85 pour cent des femmes n'ont entendu aucun message. Ces moyennes nationales cachent des disparités importantes selon le milieu de résidence. C'est ainsi que, la proportion de femmes qui n'ont rien entendu, représente 90 pour cent des femmes du milieu rural contre 67 pour cent des citadines. Le pourcentage de femmes qui écoutent la radio, qui est bien plus élevé que 57 Tableau 4.12 Messages sur la planification familiale diffusés par les média Répartition (en %) de toutes tes femmes selon qu'elles ont entendu ou lu un message diffusé par la radio ou la télévision sur la planification familiale dans le mois précédant l'enquéte, selon certaines caractéristiques socio-ddmographiques. EDS Burkina Faso 1993 Message sur la planification famîlîale Caractéristique Aucun A la radio Effectif A la radio A la télé. et à la de seulement seulement tél~. Total 1 femmes Milieu de résidence Ouagadougou 60,7 17,7 5,8 15,6 100,0 777 Autres villes 76.6 17,9 1,1 4,1 100,0 517 Total urbain 67,1 17,8 3,9 11,0 100,0 1293 Rural 90,1 9,1 0,2 0,1 100,0 5061 Région de résidence Ouagadougou 60,7 17.7 5.8 15,6 100,0 777 Nord 89.6 9.8 0,4 0,1 100,0 1152 Est 92.3 7.0 0,1 0,3 100,0 1213 Ouest 89.1 9,1 0,6 0,9 100,0 1549 Centre/Sud 85,5 13,(1 0,2 0,4 100,0 1663 Niveau d'instruction Aucun 88,8 %6 0,4 0,8 100,0 5264 Primaire 74,5 17,6 1,7 5,8 100,0 668 Secondaire ou plus 60,6 15,9 7,6 15,9 100,0 421 Ensemble 85,4 10,9 1 ,(t 2.3 100,0 1y compris les "non déclarés" 6354 celles regardant la télévision, est identique à Ouagadougou et dans les autres centres urbains (18 pour cent). Il n'y a que 14 pour cent des femmes de la région Centre/Sud qui ont entendu un message sur l'un des média considérés; ces proportions sont encore plus faibles en ce qui concerne les autres régions, et plus particulièrement le Nord, où ll) lxmr cent des tcmmes ont entendu un message, et l'Est où seulement 7 pour cent des lemmes sont touchées par la diffusion de messages. Les différences selon l'instruction sont également importantes, puisque 89 pour cent des IEmmcs sans instruction n'ont entendu aucun message sur la planification familiale, au cours du mois précédant l'enquête. Les proportions tombent à 75 pour cent pour celles du niveau primaire et à 61 pour cent pour cellcs ayant le niveau secondaire ou plus. Ces demières ont, par ailleurs, plus souvent que les autres, entendu des messages sur la planification familiale, à la radio et à la télévision (16 pour cent contre 6 pour cent chez les femmes du niveau du primaire). 4.9 OP IN IONS ET ATT ITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE L'EDSBF s'est penchée sur les opinions et attitudes des femmes concernant la planification familiale, ainsi que sur celles de leur conjoint, tant îl est vrai qu'en la m atièm, le comportement des femmes est décisif, mais le rõle joué par leurs époux peut influencer grandement leurs décisions. Pour cela, on s'est intémssé aux sujets suivants : l'opinion des R:mmes sur la di flîasion d'informations relatives a la contraception; la discussion éventuelle sur la contraception avec le conjoint; 5?, l'opinion des femmes sur l'utilisation de la contraception et l'idée qu'elles se font de l'opinion de leur mari en la matière. La majorité des femmes burkinabè (77 pour cent) est favorable à l'utilisation des média pour la diffusion d'informations relatives à la contraception (Tableau 4.13). Peu de femmes y sont défavorables (7 pour cent) et 17 pour cent n'ont pas d'opinion sur le sujet. La répartition selon l'åge, des femmes approuvant cette utilisation, suit une allure décroissante entre 20 et 49 ans, passant de 80 pour cent de femmes favorables à 20-24 ans, à 74 pour cent à 45-49 ans. Il faut noter cependant que le pourcentage le plus fuible se situe dans le groupe d'åges 15-19 ans (69 pour cent). Selon le milieu de résidence, les citadines marquent plus d'approbation (93 pour cent) que les femmes du milieu rural, bien que ces demières approuvent à une large majorité (72 pour cent). Tableau 4.13 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Répartition (en %) de toutes les femmes selon qu'elles approuvent ou non la diffusion de messages sur la planification familiale à la radio ou à la télévision, par åge et par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Appro- l)ésappro- Non Effectif Caractéristique bation bation déclaré Total de femmes Groupe d'ågcs 15-19 68,8 8,1 23,1 100,0 1373 20-24 80,4 5,6 14,1) 1 (X),O 1202 25-29 79,4 7,0 13,6 100,0 1153 30-34 78.4 6.4 15.2 100,0 929 35-39 79,3 6,5 14,2 I(X),0 765 40-44 75,7 8,0 16,2 100,0 529 45 -49 73,7 7,8 18,5 100,0 403 Milieu de résidence Ouagadougou 93,8 2,2 4,0 100,0 777 Autres villes 90,8 2,5 6,7 100,0 517 Total urbain 92,6 2,3 5,1 100,0 I293 Rural 72,3 8,2 19,5 100,0 5061 Région de résidence Ouagadougou 93,8 2,2 4,0 100,0 777 Nord 75,2 6,8 18,0 100,0 1152 Est 60,9 13,4 25,8 100,0 1213 Ouest 78,1 5,7 16,2 100,0 1549 Centre/Sud 79,2 5,8 15,0 100,0 1663 Niveau d'instruction Aucun 73,9 7,5 18,6 100,0 5264 Primaire 84,5 6,0 9,5 100,0 668 Secondaire ou plus 96,2 1,4 2,3 100,0 421 Ensemble 76,5 7,0 16,6 100,0 6354 La situation par région laisse apparaître des écarts assez importants. La région du Centre/Sud (79 pour cent) et de l'Ouest (78 pour cent) ont les niveaux les plus élevés. Le niveau d'approbation dans les deux autres régions, Nord et Est, reste inférieur à la moyenne nationale (respectivement 75 pour cent et 61 pour cent). C'est également dans ces régions que l'on rencontre les plus fortes proportions de "non déclaré," notamment dans l'Est où plus d'un quart des femmes n'ont pas d'opinion sur le sujct. Si l 'on considère le niveau d'instruction des femmes, on note que plus ce niveau est élevé, plus le pourcentage de femmes favorables l'est également, passant de 74 pour cent chez les femmes sans aucune instruction, ~. 85 pour cent 59 chez celles qui ont une instruction du niveau primaire, à 96 pour cent chez celles ayant une instruction secondaire ou supéricur. Par ailleurs, il ressort des résultats présentés dans le Tableau 4.14, que au cours des douze mois ayant précédé l'enquête, les trois quarts des femmes actuellement en union et connaissant une méthode contraceptive, n'en ont jamais discuté avec leur conjoint. Environ une femme sur quatre en a parlé avec son conjoint, 10 pour cent une fois ou deux dans l'annde et 14 pour cent, plus souvent. Les femmes jeunes (moins de 30 ans) discutent plus de la contraception avec leur conjoint, que les femmes plus âgécs. Cette proportion augmente jusqu'à 30 ans (26 pou r cent à 15-19 ans, 29 pour cent à 25 -29 ans), âge à partir duquel clic baissc progrcssivement, pour ne plus conccmer que 14 pour cent des femmes à 45-49 ans. Tableau 4.14 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discuté de la planification familiale avec leur mari au cours de l'année ayant pr6cédé l'enquSte, selon l'åge actuel, EDS Burkina Fa_so 1993 Nombre de discussions sur la planification familiale Effectif Groupe Une ou Trois fois de d'åges Jamais deux fois ou plus Total 1 femmes 15 19 73,7 11,11 14,7 100,0 438 20-24 73,3 11,5 14,4 100,0 898 25 29 71,2 11,8 17,0 101),0 929 30 34 73,6 9,8 16,4 10/),0 768 35 39 78,3 9,8 11,8 100,0 599 40-44 79,1 8,7 11,9 100,11 413 45 -49 85,4 6,7 7,9 100,11 314 Ensemble 75,1 1(/,4 14,3 100,0 4359 iy compris les "non déclares" Parmi les femmes en union qui connaissent une méthodc, 69 pour cent approuvcnt la planification familiale (Tablcau 4.15 et Graphique 4.5). On a cssayé de rapprocher le point de vue de ces femmes, de ce qu'en pense, à leur avis, leur mari. On peut répartir l'attitude dcs couples face à la contraception, selon les catégorics suivantes : les deux conjoints approuvcnl, l'un approuve et l'autre désapprouve, les deux désapprouvent. Parmi les femmes approuvant la planification familiale, moins de la moitié (29 pour cent) pensent que leur mari l'approuve aussi (ce qui signifie que seulement un quart des couples sont favorables à la contraception), 11 pour cent pensent qu'il la désapprouve et 29 pour cent ne connaissent pas l'opinion de leur 60 Tableau 4.15 Opinion des couples face à la planification familiale Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode coneaceptive selon leur opinion et leur perception de l'opinion de leur mari, par caractérlstiques socio-démographiques, EDS Burldna Faso 1993 Caractéristique L'enquStée approuve et : L'enquStée désapprouve et : Pense que Pense que NSP POEse que NSP Pense que sonmari sonmari l'opinion de sonm~i l'oplnion de sonmari Non Effectif approuve désapprouve sonmarl approuve sonmari désapprouve déclaré Total de femmes Groupe d'lges de l'enqu6t~e 15-19 25.4 8,6 27,8 1,9 20,1 13,3 3,0 100,0 438 20-24 33,3 9,4 28,7 1,8 14,9 8,7 3,1 100,0 898 25-29 34,0 11,1 27,8 1,4 16,1 6,4 3,2 100,0 929 30-34 29,2 11,2 32,0 1,8 13,9 8,1 3,8 100,0 768 35-39 25,7 13,0 28,7 1,9 18,3 8,4 4,1 I00,0 599 40-44 22,9 10,6 29,5 1,1 21,6 10,0 4,3 100,0 413 45 -49 18,5 10,3 32,0 1,5 24,9 10,0 2,8 100,0 314 Milieu de résidence Ouagadougou 50,0 13,0 19,0 1,8 5,5 7,3 3,5 100,0 522 Autres villes 44,9 10,6 26,2 0,8 9,8 5,6 2,1 1(30,0 349 Total urbain 47,9 12,1 21,9 1,4 7,2 6,6 2,9 100,0 871 Rural 24,1 10,3 31,2 1,7 19,8 9,3 3,6 100,0 3488 Rd!glon de r~sldence Ouagadougou 50,0 13,0 19,0 1,8 5,5 7,3 3,5 100,0 522 Nord 20,7 12,7 24,6 1,4 27,0 10,5 3,1 100,0 891 Est 23,3 9,7 39,9 1,9 13,8 6,7 4,7 100,0 722 Ouest 29,7 7.4 30,4 1,3 17,6 10,0 3,6 100,0 993 Centre/Sud 28,3 11,4 30,2 1.9 17,1 8,3 2,8 100,0 1231 Niveau d'Instruction Aucun 24,5 10,5 31,4 1,6 19,4 9,2 3,5 100,0 3706 Primaire 43,3 13,0 22,0 2,4 7.9 8,5 2.9 100,0 421 Secondaire ou plus 72,0 9,7 10,4 1,2 1,8 2,1 2,9 100,0 232 Ensemble 28,8 10,7 29,3 1,7 17,3 8,7 3,4 100,0 4359 mari sur le sujet. A l'inverse, plus d'un quart des femmes désapprouvent la planification familale (28 pour cent), dont 9 pour cent seulement en accord avec l'attitude négative de leur conjoint. Deux pour cent de ces femmes pensent que leur mari l'approuve, et 17 pour cent ne connaissent pas son opinion. La répartition selon l'âge des femmes qui approuvent ta contraception suit une courbe en forme de cloche où le sommet correspond au groupe d'åge 25-29 ans (73 pour cent); les femmes de moins de 30 ans sont plus favorables à la contraception que leurs aînées. Si on considère le milieu de résidence, les femmes urbaines acceptent davantage le principe de la contraception (82 pour cent) que les femmes du milieu rural (66 pour cent). Par ailleurs, 50 pour cent des femmes de Ouagadougou pensent que leur mari approuve la contraception contre seulement 24 pour cent de celles du milieu rural. Pour ce qui est des régions, elles connaissent toutes des proportions supérieures à la moyenne nationale, sauf la rdgion Nord (58 pour cent). Par rapport au niveau d'instruction, plus les femmes ont un niveau élevé, plus elles approuvent l'utilisation de la contraception : les deux tiers des femmes sans instruction approuvent la contraception (66 pour cent), plus des trois quarts de celles du niveau primaire (78 pour cent) et la quasi totalité (92 pour cent) de celles ayant fréquenté le secondaire ou le supéricur. De même, ces dcmièrcs sont 72 pour cent à pcnser que leur conjoint approuve aussi la contraception, contre 25 pour cent de celles qui sont sans instruction. 61 Graphique 4.5 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale Femme et mari approuvent 29% Femme approuve mari désapprouve 11' ND 3% :emme désapprouve mari approuve 2% =emme et mari désapprouvent 9% Femme approuve NSP opinion du mari ~uv/o . ~e désapprouve et NSP opinion du mari17% EDSBF1993 62 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE A part la contraception, différents facteurs affectent le comportement procréateur des femmes et jouent un réle déterminant sur le niveau de la fécondité : il s'agit de la nuptialité, de l'activité sexuelle, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum qui feront l'objet de ce présent chapitre. Les données ont ~té collectées gråce à des questions portant principalement sur l'état matrimonial, sur l 'âge à la consommation de la première union et l 'åge aux premiers rapports sexuels des femmes enquêtées. 5.1 ETAT MATRIMONIAL Au Burkina Faso, la famille est le fondement de base de la société. Elle se forme, en général, à partir du mariage au sein duquel a lieu la procréation. Comme le montrent le Tab/eau 5.1 et le Graphique 5.1, la majorité des femmes interrogées étaient en union au moment de l'enquête (84 pour cent). Rappelons que dans le cadre de I'EDSBF, on a considéré comme mariage toute forme d'union, qu'elle soit légale ou non. Le terme mariage s'applique donc ici à l'ensemble des femmes qui se sont déclarées mari~es ou vivant en union consensuelle avec un homme. Le célibat ne concerne qu'un peu plus d'une femme sur dix (14 pour cent) et les femmes en rupture d'union (veuves, divorcées, séparées) ne représentent que 3 pour cent de l'ensemble des enquêtécs. Tableau 5.1 Etat ma~'irnonial Répartition (en %) des femmes par état matrimonial actuel, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Etat matrimonial Effectif Groupe Céliba+ Mariée Mariée Divorcée/ de d'âges taire monogame polyganæ Veuve Séparée Total ferrtrnes 15-19 55,4 28,9 15,2 0,0 0,4 100,0 1373 20-24 6,4 54,1 36,8 0,8 1,8 100,0 1202 25-29 1,1 48,0 48,7 0,6 1,6 100,0 1153 30-34 0,4 42,3 55,2 0,9 1,2 100,0 929 35-39 0,2 35,4 60,5 3,1 0,9 100,0 765 40-44 0,I 37,4 56,6 5,3 0,6 100,0 529 45-49 O, 1 34,9 57,8 6,2 1,0 100,0 403 Tous åges 13,5 41,0 42,8 1,6 1,1 100,0 6354 En observant la répartition des femmes selon leur ~rat matrimonial, on constate que la proportion des célibataires diminue très rapidement avec l'âge, passant de 55 pour cent å 15-19 ans à 1 pour cent à 25-29 ans, et cette proportion devient pratiquement nulle à partir de 30-34 ans. Parallèlement, la proportion de femmes mari~es augmente très rapidement avec l'âge puisqu'elle atteint 91 pour cent dès 20-24 ans et atteint son maximum à 30-34 ans. Elle décline ensuite légèrement du fait de l'augmentation des proportions de femmes en rupture d'union, principalement les veuves. La très faible représentation de ces dcmières laisse supposer que peu de femmes restent sans conjoint et que les remariages sont fréquents. 63 Graphique 5.1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage fO0 80 60 40 20 [][] veDiV°rcée/Séparéeuv e i []En union polygame []En union monogame [ ] Célibataire 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 Age de la femme 40-44 45-49 EDSBF 1993 A ce propos, on peut constater au Tableau 5.2 que 15 pour cent des femmes non-célibataires ont contracté plus d'une union. La proportion de femmes qui ont 6t6 en union plus d'une fois augmente très rapidement avec l 'âge puisque, dès 25-29 ans, 14 pour cent des femmes sont concemées et que cette proportion atteint 18 pour cent à 30-34 ans. Au-delà de cet âge, près d'une femme sur quatre a ét~ plusieurs fois en union. Tableau 5.2 Nombre d'unions Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'unions selon l'åge. EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'unions Groupe Effectif d'âges 1 2 ou + ND Total de femmes 15-19 94,4 4,9 0,7 100,0 613 20-24 92,0 7,1 0,9 100,0 1125 25-29 85,1 14,2 0,7 100,0 1141 30-34 81,8 18,I 0,1 100,0 925 35-39 76,9 22.2 0,9 100,0 764 40-44 75,7 24,1 0,3 100,0 529 45-49 76,4 23,6 0,0 100,0 403 Ensemble des femmes 84,3 15,1 0,6 100,0 5499 64 Parmi les femmes en union, on a distingué celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conjoint avait plusieurs épouses. Le Tableau 5.3 présente la proportion de femmes en union polygame selon l'åge et certaines caractéristiques socio-démograpbiques. 11 appara~ que la polygamie est trés répandue au Burkina Faso, puisqu'elle conceme 43 pour cent de l'ensemble des femmes : en d'autres termes, une femme mariée sur deux (51 pour cent) vit en union polygame. Comme on pouvait s'y attendre, on constate que parmi les femmes mari~es, les proportions de polygames augmentent avec l'âge. Dès 15-19 ans, plus du tiers (35 pour cent) des fcmmes mari~es sont en union polygame. Cette proportion passe à 50 pour cent à 25-29 ans, et atteint son maximum à 35-39 ans, åges auxquels près des deux tiers (63 pour cent) des femmes mariées vivènt en union polygame. Tableau 5.3 Polygamie Parmi les femmes actuellement en union, pourcentage de celles socio-démographiques selon l'åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 en union polygame par caractéristiques Age de la femme Tous Caractéristique 15-19 20 24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de résldenee Ouagadougou 14,3 18,7 19,7 32,4 33,1 43.0 45,8 26,4 Autres villes 13,0 23,0 36,0 48,5 50,5 60,6 54,5 37,3 Total urbain 13,7 20,3 26,9 38,4 40,7 49,7 49,8 30,9 Rural 38,9 45,0 55,6 60,7 67,2 62.4 64,0 55,3 Région de résidence Ouagadougou 14,3 18,7 19,7 32,4 33,1 43,0 45,8 26,4 Nord 28,5 32,1 48,5 57,7 64,4 61,2 69,0 48,8 Est 43,5 53,7 58,2 62,5 65,5 53,8 55,9 56,8 Ouest 28,3 37,1 46,0 51,8 56,3 52,6 45,9 44,7 Centre/Sud 48,7 50,2 60,7 65.3 74,1 78,5 74,4 63,6 Niveau d'ln~ructlon Aucun 37,4 44,9 53,9 59,4 66,1 62,3 63,8 54,6 Primaire 25,8 25,6 35,4 49,2 48,5 44,7 27,5 35,4 Secondaire ou plus 9,8 11,8 12,1 17,4 8,2 14,5 33,3 12,6 Ensemble 34,5 40,5 50,3 56,6 63.0 60,2 62,3 51,1 Par milieu de résidence, on constate que la polygamie est beaucoup plus fréquente en milieu rural qu'en milieu urbain, puisque plus d'une femme rurale sur deux (55 pour cent) vit dans ce type d'union; à l'opposé, c'est à Ouagadougou que la polygamie est la moins fréquente (26 pour cent). Scion la région, les proportions varient de 45 pour cent dans l'Ouest à 64 pour cent dans le Centre/Sud. Le niveau d'instruction joue un réle très important sur la fr6quence du phénomène : en effet, la polygamie est près de cinq fois plus fréquente parmi les femmes sans instruction (55 pour cent) que chez les femmes de niveau secondaire ou supérieur (13 pour cent). De même, parmi les femmes de niveau d'instruction primaire, la polygamie est près de trois fois plus fréquente (35 pour cent) quc chez lcs femmes les plus instruites. 65 Le Tableau 5.4 présente la répartition des femmes en union polygame par nombre de co-épouses, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Une proportion relativement importante des femmes polygames (45 pour cent) ont plus d'une co-épouse et, comme on pouvait s'y attendre, cette proportion augmente régulièrement avec l'âge : à 15-19 ans, la grande majorité des femmes en union polygame (62 pour cent) n'ont qu'une co-épouse, ~ 45-49 ans, ce sont les femmes ayant 2 co-épouses ou plus qui sont majoritaires (5'7 pour cent). Tableau 5.4 Nombre de co-épouses Répartition (en %) des femmes actuellement en union polygame par nombre de co-épouses, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS l~urkina FÆo 1993 Nombre de co-épouses Effectif Caractéristique 1 2 ou + ND Total de femmes Groupe d'åges 15-19 61,8 37,5 /1,7 100,0 209 20-24 61,0 38,1 0,9 100,0 442 25-29 58,5 41,5 0,0 100,0 561 30-34 53,3 46,4 11,3 1 I10,0 513 35 39 54,3 45,7 0,0 100,0 463 411 44 49,9 50,0 0,2 100,0 300 45 -49 43,3 56,7 0,0 100,0 233 Milieu de résidence Ouagadougou 42,8 56,8 11.3 10(1,0 142 Autres villes 61,5 38,5 0,0 100,0 142 Total urbain 52,1 47,7 1/,2 100,0 284 Rural 55,6 44,1 0,3 100,/) 2437 Région de résidence Ouagadougou 42,8 56,8 0,3 100,0 142 Nord 47,9 51,8 0,3 100,0 480 Est 53,8 46,0 0,2 100,0 622 Ouest 74,8 25,0 0,2 100,0 583 Cenue/Sud 49,3 50,4 0,3 100,0 895 Niveau d'instructinn Aucun 54,5 45,2 0,3 100,0 2527 Priraaire 64,2 35.5 0,3 100,0 164 Secondaire ou plus 68,2 31,8 0,/I 11/0,0 311 Ensemble des femmes 55,2 44,5 0,3 100,0 2721 Curieusement, c'est à Ouagadougou, où la polygamie est la moins fréquente, que les femmes vivant dans ce type d'union ont le plus de co-épouses : 57 pour cent ont 2 co-épouses ou plus. Par contre, du point de vue régional et du point de vue de l'instruction, ce sont les catégorics de femmes qui vivent le plus fréquemment en union polyganae qui ont le plus de co-épouses. Ainsi, ce sont les femmes sans instruction, majoritairement en union polygame (55 pour cent) qui ont le plus dc co-æpouses (45 pour cent ont 2 co- épouses). 66 5.2 AGE A LA CONSOMMATION DE LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.2.1 Age à la consommation de la première union Compte tenu de la relation généralement observée entre l'åge d'entrée en union pour la première fois et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité. Il faut préciser qu'en cas de mariages très précoces (notamment ceux arrangés dès la naissance), il peut arriver que s'écoule un certain temps entre le mariage et sa consommation. Etant donné qu'ici le mariage est considéré comme le début de l'exposition au risque de grossesse, c'est plus l'åge à la consommation de l'union que l'âge à l'union qui doit être pris en compte pour déterminer le début de cette exposition. Pour cette raison, lors de l'enqurte, on a demandé aux femmes quel âge elles avaient au moment de la consommation de leur première union. Pour des raisons pratiques, dans la suite de ce rapport, on pariera d'âge d'entrée en première union. Le Tableau 5.5 foumit les proportions de femmes ayant déjà consommé leur union à différents âges, ainsi que les åges médians à l'entrée en première union en fonction de l'âge actuel des enquêtées. On constate que les femmes sont mari~es très trt puisqu'un cinquième de celles âgées de 25-49 ans étaient déjà mariées en atteignant l'åge de 15 ans et près des deux tiers l'~raient déjà en atteignant 18 ans. L'âge médian au premier mariage est de 17,5 ans. En outre, on peut remarquer que, quel que soit le groupe d'åges, l'âge d'entrée en union n'a pas subi de modification importante. L'âge médian varie de 17,7 ans pour les générations les plus anciennes (ågées de 45-49 ans à I'enquête), entrées en union il y a une trentaine d'années, à 17,3 ans pour les générations les plus rdccntes, âgées de 20-24 ans à l'enquête. Il semblerait donc qu'il y ait un trrs léger rajeunissement de l'âge d'entrée en union; cependant, ce changement est minime, et de ce fait, ne doit être interprét6 qu'avec prudence. Tableau 5.5 Age au premier mariage Pourcentage de femmes ayant déjà consommé leur premier mariage aux ãges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'aymlt jamais 6t6 mari~es et ãge médian au premier mariage, par åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage de femmes ayant déjà consommé leur Age premier mariage à l'åge exact : Pourcentage m6dian Groupe jamais au I er d'åges 15 18 20 22 25 mariées Effectif mariage 15-19 17,0 NA NA NA NA 55,4 1373 a 20-24 20,8 61,7 85,6 NA NA 6,4 1202 17,3 25-29 21,4 63,9 86,1 94,3 97,9 1,I 1153 17,5 30-34 22,0 65,9 87,1/ 94,9 97,7 11,4 929 17,4 35-39 21,6 64,5 87.0 94,3 98,l) 0,2 765 17,5 40-44 22,4 63.9 88,4 94,8 98.0 0,1 529 17,5 45-49 17,8 59,9 88,4 94,2 98,1 0,1 4113 17,7 20-49 21,2 63,5 86,7 94,0 96,9 1,9 4981 17,5 25 49 21,3 64,1 87,1 94,5 97,9 0,5 3780 17,5 NA = Non applicable aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe dãges x, x+4 sont mari~es à l'åge x. 67 Selon le milieu et la région de résidence (Tableau 5.6), le calendrier de la primo-nuptialité ne présente que de ldgères disparitês puisque, pour/es femmes de 20-49 ans, 1'âge médian ne varie que d'une demi-année entre le milieu rural (17,4 ans) et Ouagadougou (17,9 ans); de même, selon la région, c'est dans l'Ouest que les femmes se marient le plus têt (17,1 ans) et c'est dans le Centre/Sud qu'elles se marient le plus tard (17,7 ans). Du fait de la fréquentation scolaire, le niveau d'instruction atteint est le seul facteur qui semble avoir une influence importante sur l'åge d'entrée en union : l'âge médian à la première union s'établit à 17,4 ans pour les femmes sans instruction alors qu'il est de 19,3 ans pour celles qui ont un niveau d'instruction secondaire ou plus. Tableau 5.6 Age médian au premier mariage Age médian au premier mariage des femmes de 20-49 ans par caractéristiques socio démographiques selon l'åge actuel. EDS Burkina Faso 1993 Groupe d'åges Femmes Femmes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35 39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Ouagadougou 17,5 18,1 18,0 18,2 17,9 17,7 17,9 18,0 Autres villes 17,2 17,6 17,8 17,7 17,2 17,4 17,5 17,6 Total urbain 17,4 17,9 17,9 18,0 17,8 17,6 17,8 17,9 Rural 17,3 17.4 17,3 17,5 17,5 17,7 17,4 17,4 Région de résidence Ouagadougou 17,5 18,1 18,0 18,2 17,9 17,7 17,9 18,0 Nord 17,3 17,/) 17,0 17,4 17,1 17,5 17,2 17,2 Est 17,2 17.2 17,3 17,4 17,5 17,7 17,3 17,4 Ouest I6,9 I7,3 I7,5 17,0 I6,8 I7,3 17,I 17,2 Centre/Sud 17,5 17,7 17,5 17.7 17,9 17,8 17.7 17,7 Niveau d'instruction Aucun 17,3 17,4 17,4 17,5 17.5 17,6 17,4 17,5 Primaire 17,4 17,7 17,6 17,4 18,1 18,0 17,6 17,7 Secondaire ou plus 17,3 2(/,5 21,2 21,1 21.3 21,6 19,3 21,0 Ensemble des femmes 17,3 17,5 17,4 17,5 17,5 17,7 17,5 17,5 Note: L'åge médian n'est pas calculé tx~ur les femmes de 15 + 19 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avant d'atteindre 20 ans, 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels En tant que déterminant de la féconditè, l'âge aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l'âge à la première union même si, au Burkina Faso, le mariage est le cadre quasi exclusif de la procréation. Lors de l'enquête, on a donc demandé aux Icmmes à quel âge elles avaient eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Le Tableau 5.7 préscnte les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels à différents âgés ainsi que l'âge médian aux premiers rapports sexuels. On constate, qu'en atteignant 15 ans, 11 pour cent des lcmmes de 20-49 ans avaient déjà eu des rapports sexuels; 69 pour cent d'entre elles les avaient déjå eu en atteignant 18 ans, et la quasi totalité des femmes enquêtécs (88 pour cent) avaient d~ jà eu leurs premiers rapports sexuels en atteignant 20 ans. Pour les femmes de 20-49 ans, l'åge médian aux premie~ rapports sexuels est précoce puisqu'il s'établit à 17,3 ans, c'cst-à-dirc très légèrement inférieur à l'åge médian à la première union qui est, rappelons-le de 17,5 ans. En outre, de même que l'on constate un très léger rajeunissement de l'âge à la consommatîon de la première union chez les femmes des générations 68 Tableau 5.7 Age aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux ãges exacts 15, 18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais eu de rapports sexuels, et åge médian aux premiers rapports scxuels, par åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage de femmes ayant déjh Pourcentage Age eu des rapports sexuels n'ayant médian à l'åge exact jamais eu aux 1"" Groupe de rapports rapports d'åges 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels 15-19 12,8 NA NA NA NA 45,9 1373 a 20-24 12,5 70,1 88,9 NA NA 2,9 1202 17,2 25-29 12,2 69,7 88,8 93,7 95,2 0,4 1153 17,2 30-34 9,3 69,5 87,5 92,3 94,2 0,1 929 17,3 35-39 10,4 68.7 86,9 91,6 94,5 0,1 765 17,4 40-44 10,9 67,7 88.9 93,2 95,3 0,0 529 17,3 45-49 6,9 63,4 88,6 93,0 95,9 0,0 403 17,5 20-49 10,9 68,9 88,3 92,9 94,7 0,8 4981 I7,3 25-49 10,4 68,5 88,1 92,8 94,9 0,2 3780 17,3 NA = Non applicable aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d ãges x, x+4 ont eu des rapports sexuels à l'åge x. les plus récentes, il semblerait que les enquêtées les plus jeunes ont eu leurs premiers rapports sexuels légèrement plus tét que leurs aînées (17,2 ans contre 17,5 ans). Cependant, là encore, du fait de la très faible variation de l'åge médian, ce changement ne doit être interprété qu'avec prudence. Le Tableau 5.8 et le Graphique 5.2 font apparaître les mêmes disparités entre les åges aux premiers rapports sexuels que celles observées pour les åges à la première union. Avec des âges médians de 16,8 ans et de 16,9 ans, les femmes de la région du Nord et celles de l'Ouest se caractériscnt par une très grande précocité de l'âge aux premiers rapports sexuels : ce sont aussi tes femmes de ces régions qui se marient le plus tét (respectivement, âges médians de 17, I ans et 17,2 ans). C'est chez les femmes de Ouagadougou que l'on observe l'åge aux premiers rapports sexuels le plus tardif (17,8 ans contre 17,2 en milieu rural); rappelons aussi que leur åge d'entrée en union est le plus tardif (17,9 ans). Le niveau d'instruction des femmes est, ici encore, la variable la plus discriminante : les femmes sans instmction ont leurs premiers rapports sexuels environ deux ans plus t0t que celles qui ont un niveau secondaire ou supérieur (respectivement, 17,2 ans et 19,0 ans). 69 Tableau 5.8 Age médian aux premiers rapports sexuels Age médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 20-49 ans, par caractéristiques seeio-démographiques selon l'åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Groupe d'åges Femmes Femmes de de Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Ouagadougou 17,9 17,7 17,8 18,1 17,9 17,7 17,8 17,8 Autres villes 17.4 16,9 17,2 17,2 16,7 17,1 17.1 17,1 Total urbain 17.7 17,4 17,6 17,7 17,6 17,5 17,6 17,6 Rural 17,1 17,2 17,3 I7,3 17,3 17,6 17,2 I7,3 Région de résidence Ouagadougou 17,9 17,7 17,8 18,1 I7,9 17,7 17,8 17,8 Nord 16,9 16,5 16,8 17,1 I6,0 17,3 16,8 16,8 Est 17,3 17.1 17,4 17,3 I7.4 17,7 17,3 17,3 Ouest 16,8 17,0 16,9 17,1 16,6 16,9 16,9 16,9 Centre/Sud 17,3 17,5 17,4 17,4 17,7 17,7 17,5 17,5 Niveau d'instruction Aucun 17,1 17.2 17,3 17,3 17,3 17,5 17,2 17,3 Primaire 17,5 17,0 17,3 17,1 18,0 17,7 17,3 17.2 Secondaire ou plus 18,8 18,8 19,1 19,3 21,8 21,6 19,0 19,I Ensemble des femmes 17,2 17,2 17.3 17.4 17,3 I7,5 I7,3 17,3 Note: L'âge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-I9 ans parce que certaines femmes peuvent encore avoir lanrs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. Graphique 5.2 Ages médians à la première union et aux premiers rapports sexuels RESIDENCE Ouagadougou Autres vîlles Rural REGION ~ Ouagadougou ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Nord ~ Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 13 14 15 16 17 Age (année) 18 19 20 Note: Femmes de 20-49 ans EDSBF 1993 70 5.3 ACTIVITE SEXUELLE En l'absence de contraception, la fréquence des rapports sexuels est un facteur jouant un r61e déterminant sur l'exposition au risque de grossesse. Le Tableau 5.9 porte sur l'activité sexuelle des femmes : pr6cisons qu'il concerne uniquement les femmes ayant d~ jà eu des rapports sexuels avant l'enquête (ce qui Tableau 5.9 Activité sexuelle récente Répartition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par activité sexuelle dans les quatre semaines précédant l'enqu&e et par durée d'abstinence (post-partum ou non). selon certaines caractéristiques socio-démogr aphiques. EDS Burkina Faso 1993 Non sexuellement active dans les 4 dernières semaines Sexuellement active En abstinence En abstinence dans les 4 (post-partum) (non post-partum) Effectif dernières de Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans ou + 0-1 an 2 ans ou + ND Total femmes Groupe d'åges 15-19 51.9 23.6 2.1 20.4 0.5 1.6 100.0 750 20-24 38.7 37.0 5.6 17.4 0.6 0.7 100.0 1171 25-29 40.2 34.7 6.2 17.7 0.8 0.4 100.0 1149 30-34 40.1 32.3 6.9 18.3 1.6 0.7 100.0 928 35-39 38.2 31,6 9.5 17.6 2.6 0.4 100.0 765 40-44 43.8 14,9 9.9 23.9 6,4 1.2 100.0 529 45-49 33,8 7,8 8.8 31.4 16.3 1.9 100.0 403 Durée de mariage (en mn&s) 0-4 48.4 32.3 3.0 15.5 0.3 0.6 100.0 1183 5-9 38,2 37~1 6,2 17,2 0,4 0,9 100,0 1069 10-14 41.9 33,0 7.8 15.8 0.6 0.8 100.0 1020 15-19 38.9 33,0 5.6 19.8 1.8 0.9 100.0 827 20-24 39.8 27.1 11.3 19.1 2.5 0.3 100.0 628 25 ou plus 42.0 8.6 6.9 30.2 10.5 1.7 100.0 599 Jamais mari~es 28.5 13.9 10.0 34.0 12.7 0.9 100.0 369 Milieu de résidence Ouagadougou 47,3 17,0 4,3 26,2 4,0 1,1 100,0 637 Autres villes 45,4 21,5 4,4 24,5 3,7 0,5 I00,0 440 Total urbain 46,5 18,8 4,4 25,5 3,9 0,9 100,0 1077 Rural 39,7 31,6 7,2 18,3 2,5 0,8 100,0 4618 Région de résidence Ouagadougou 47,3 17,0 4,3 26,2 4,0 1,1 100,0 637 Nord 49,6 23,2 4,3 20.2 2,4 0,3 100,0 1039 Est 30.4 38.0 9.9 18.3 2.8 0.6 100.0 1126 Ouest 40.6 29.9 5.8 19.6 2.4 1.7 I00.0 1414 Centre/Sud 40.8 31,2 7.5 17.5 2.7 0.4 100.0 1479 Niveau d'instruction Aucun 39,8 30,8 7,3 18,4 2,8 0,9 100,0 4834 Primaire 43,6 26,2 4,6 23,6 1,7 0,3 100,0 545 Secondaire ou plus 54.6 8.8 0,8 32.0 2.5 1,4 100.0 316 Méthode contraceptive utlllsée Aucune 44.3 23.8 5.4 22.2 3.2 1,0 100.0 4289 Pilule 68.5 4.9 1.1 25.5 0.0 0.0 100.0 125 Autre moderne 68.7 2.5 0.3 23.8 4.7 0.0 100.0 131 Continence périodique 56.6 15.5 1.3 25.2 0.9 0.4 100.0 218 Autre traditionnelle 14.6 63.8 15.0 5.1 1.3 0.2 100.0 933 Ensemble des femmes 41,0 29,2 6,6 19,6 2,7 0,8 100,0 5695 71 représente 90 pour cent des enquêtées). Parmi les femmes ayant d~ jà eu des rapports ~xuels, 41 pour cent sont considérées comme sexuellement actives au moment de l'enquête : elles ont, en effet, déclaré avoir eu dos rapports sexuels durant les quatre semaines ayant précédê l'interv iew. Les femmes sexuellement inactives sont considérées comme étant en abstinence, soit å la suite d'une naissance (abstinence post-panum : 36 pour cent), soit pour d'autres raisons (abstinence prolongée : 22 pour cent). La proportion de l~mmes dont l'abstinence dure depuis plus de deux ans est faible (9 pour cent), ci cela quel que soit le type d'abstinence. On ne constate pas de grandes variations selon l'âge en ce qui concerne les proportions de femmes sexuellement actives, sauf pour le groupe d'âgés 15-19 ans dans lequel se trouve la plus forte proportion de femmes ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant précédé l'enquête (52 pour cent), et pour le groupe d'âges 45-49 ans qui est celui dans lequel on constate la plus faible proportion de femmes sexuellement actives (34 pour cent). En ce qui concerne la durée de l'union, on constate que les femmes dont la durée de l'union est la plus courte (0-4 ans) se sont dæc]arées plus fréquemment actives que les autres (48 pour cent). Par ailleurs, 29 pour cent des femmes qui ne sont pas en union, ont déclaré avoir eu des rapports sexuels les quatre semaines précédant l'enquête. Du point de vue de la région et du milieu de résidence, ce sont les femmes du milieu rural et celles de la région de l'Est, où la pratique de l'abstinence post-partum est particulièrement élevée, qui se sont déclarées les moins sexuellement actives durant les quatre sera aines ayant précêdé l'enquête (respectivement, 40 et 30 pour cent). Le niveau d'instruction apparaît comme étant un critère influençant l'activité sexuelle : en eflet, 40 pour cent des femmes sans instruction ont déclaré avoir eu des rapports sexuels au cours des quatre semaines ayant précédé l'enquête contre 55 pour cent de celles ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus. Ces écarts sont dus, en grande partie, au fait qu'une faible proportion des femmes de niveau secondaire ou supérieur pratiquaient l'abstinence post-partum au moment de l'enquête. Enfin, comme on pouvait s'y attendre, les femmes qui utilisent une méthode contraceptive sont celles qui sont le plus sexuellement actives et qui pratiquent le moins l'abstinence post-panum. Au Tableau 5.10, figurent la fréquence des rapports sexuels par âge durant les quatre semaines ayant précédé l'enquête ainsi que la fréquence des rapports habituels. En ce qui concerne l'activité sexuelle la plus récente, la majorité des femmes sexuellement actives ont eu 1 à 4 rapports dans les quatre demières semaines (78 pour cent). On constate, en outre, que la fréquence de rapports sexucls diminue avec l'avancement en âge : à 15-19 ans, 16 pour cent des femmes ont eu des rapports sexuels cinq fois ou plus durant les quatre dernières semaines, et on n'en compte plus que 6 pour cent à 45-49 ans. La très grande majorité des femmes a déclaré avoir habituellement des rapports sexuels (96 pour cent). En outre, la fréquence habituelle des rapports sexuels est supérieure à celle observêe durant la période la plus récente, puisqu'ici 37 pour cent des femmes ont déclaré avoir, habituellement, des rapports sexuels cinq fois ou plus en quatre semaines. 72 Tableau 5.10 Fréquence des rapports sexuels Répartition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par nombre de rapports durant les quatre semaines ayant précédé l'enqu~te, et par nombre de rapports habituels par mois selon l'åge. EDS Burkina Faso 1993 Nombre de rapports sexuels Groupe Effectif d'ãges 0 1-4 5 ou + ND Total de femmes LES 4 DERNIERES SEMAINES 15-19 46,3 36.7 16,I 0,9 100,0 750 20-24 60,5 30.1 8.8 0,6 100,0 1171 25-29 59,5 31,1 9.3 0,1 100.0 1149 30-34 59,2 30.9 9.3 0,6 100,0 928 35-39 61,5 30.1 8,2 0,2 100,0 765 40-44 54,4 37.3 6.7 1,5 100.0 529 45-49 64,7 27.7 6.1 1.5 100.0 403 Ensemble des femmes 58,1 31.8 9.5 11.7 100,0 5695 HABITUELLEMENT EN 4 SEMAINES 15-19 2,8 56.8 38,5 1,8 100.0 750 20-24 2,2 57,3 38,6 1.9 100,0 1171 25-29 1,0 56.6 41,4 0,9 100,0 1149 30-34 1,5 58,2 38.5 1.8 100,0 928 35-39 2,4 62,9 33.1 1.7 100,0 765 40-44 2,7 63,6 31.4 2,3 100,0 529 45-49 6,3 65.5 25.4 2,9 100,0 403 Ensemble des femmes 2,3 59.2 36.8 1,8 100,0 5695 5.4 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend de différents facteurs tels que la longueur de l'intervalle séparant la naissance de 1'enfant et le retour de l'ovulation (aménorrhée post- partum), et la longueur de 1'intervalle pendant lequel la femme s'abstient de rapports sexucls (abstinence post- partum). La durée de l'aménorrhêe post-partum peut clic-même varier en fonction de la fréquence et de l'intensité de l'allaitement au sein. La combinaison de ces facteurs, examines successivement dans cette section, permet d'identifier les femmes non susccptibles d'être exposées au risque de grossesse et d'évaluer ainsi la durée de la non susceptibilité. Une lemme est considérée comme non susceptible d'être exposêe au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports scxuels depuis la dernière naissance (elle ne peut pas tomber enceinte), ou quand elle est en amdnorrhêc p~~st-partum, ce qui signifie que ses risques de tomber enceinte sont minimes si elle reprend ses relations sexuellcs sans couverture contraceptive. La non- susceptibilité se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'amênorrhêe et/ou d'abstinence post-partum. Les donn6cs préscntécs dans le Tableau 5. I 1 concement les naissances des trois deroières années dont les mères sont encore en amênorrhée, en abstinence post-partum et donc non susceptibles d'être exposêcs au risque de grossesse, selon le nombre de mois êcoul6s depuis la naissance. Cette distribution de ta proportion de naissances selon le mois écoul6 depuis la naissance est analogue à la série des survivants (Sx) d'une table 73 de mortalité. Figurent également au Tableau 5.11 les durées médianes et moyennes de l'aménorrhée, de l'abstinence el de la non-susceplibilité, ainsi que la moyenne "prévalence/incidence. ''t Au Burkina Faso. près de trois lemmes sur quatre (74 pour cent) restent en aménorrhde pour au moins 1 l mois et un peu plus d'une femme sur deux (51 pour cent) pour au moins 15 mois. Au-delà de 27 mois, la proportion de femmes dont Ic œetour de l'ovulation n'a pas encore eu lieu est égale à 9 pour cent. La durée médiane de l'aménorrhée post-parfum est de 14,6 mois, valeur inférieure à celle de la durée moyenne qui est de 16.5 mois. Ces résultats sont à mettre en relation avec la durée médiane d'allaitement au sein, qui est particulièrement longue au Burkina Faso (estimée à 25,2 mois. voir Chapitre 8 - Allaitement et nutrition) : la durée, l'intensité ct la fréquence de t'allaitemcnt agissent sur le retour de l'ovulation et expliquent, en partie, ces longues durées d'aménorrhée. L'abstinence post-panum est largement pratiquée au Burkina Faso et cela pendant une longue période. Le Tableau 5.1 I indique que la quasi totalité des femmes s'abstiennent de rapports sexuels pendant au moins les trois mois qui suivent une naissance et que plus d'une femme sur deux (52 pour cent) s'en abstient toujours 17 mois après une naissance. Les dur~es médi anes et moyennes de l'abstinence post-partum sont respectivement de 18.9 mois et 19.{} mois. La reprise des relations scxuelles intervenant longtemps après l'accouchement, de ce fail la durée d'insusceptibilité est. elle aussi, lr+s longue. Tableau 5.11 Aménorrhde. abstinence et non susceptibilité post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en amdnorrhée, en abstinence et en période de non susceptibilité ixlst-parmm, par nombre de mois ecoulés depuis la naissance, et durées médim~e et moyenne. EDS Burklna Faso 1993 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrbée Abstinence Non-susceptibilite de la naissance post-partum t)ost-partum post partum naissances < 2 98.1 94.3 99,1 199 2-3 87.2 89,9 96,7 253 4 5 85,5 81,9 92,2 258 6-7 79.7 74.4 88.3 228 8 9 72.6 77,6 87,3 193 10 11 74.4 71.3 9(I,I/ 187 12-13 60.5 65.6 82.0 185 14-15 5(/,6 64,2 72,3 232 16-17 12.2 51,9 65.0 249 18-19 42.2 49,4 63.3 205 2(1 21 36.8 50,7 62.3 169 22-23 26.3 41,8 49.1 167 24 25 16.8 28.3 35,0 170 26 27 11,4 20,2 23.1 193 28 29 9.4 27.7 31.7 209 30-31 8.1 19,3 23.1 197 32 33 8.5 14.5 17.2 204 34-35 4.1 15.1 15.8 183 Ensemble 47,1 53.7 62,4 3678 M ~diane 14.6 18,9 22.2 Moyenne 16.5 19.0 22. I Pr6v alencc/incidencc 16,7 19.0 22, I Lamoycnne pre alcncc/nc dcnce estcalculcc.pourl tmenorrheeparexernplc.end v santlenombred enfants dont les m~ms sont encorc en am6norrhdc au momcnt de l'cnquCtc (pr6valcncc) par Ic nombre moyen de naissances par mois (incidence). estîmd à partir des naîssances d'une pdrîodc de 36 mois. pour èvitcr les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de pdriodes de référence. 74 Le Tableau 5.11 fournit å ce propos les proportions de naissances de mères qui sont considérées comme non susceptibles d'être exposées au risque de grossesse selon le nombre de mois écoulés depuis la dernière naissance. Neuf femmes sur 10 sont en période de non-susceptibilité pendant au moins 11 mois après la naissance du dernier enfant. Il faut attendre au moins 23 mois pour que cette proportion passe en-dessous de 50 pour cent. La durée médiane de non-susceptibilité s'établit à 22,2 mois et la durée moyenne à 22,1 mois. Les données concernant les caractéristiques socio-démographiques (Tableau 5.12) font apparaRre des disparités dans les durées d'am6norrhée, d'abstinence post-parfum et donc d'insusceptibilité. Tout d'abord, en ce qui conceme l'fige, on constate que, les femmes les plus jeunes (moins de 30 ans) ont une durée d'aménorrhée plus courte que les femmes plus âgées (respectivement 13,2 et 18,0 mois), qu'elles pratiquent pendant moins longtemps l'abstinence post-partum (16,3 mois contre 21,7 mois) et que, de ce fait, leur durée d'insusceptibilité est plus courte (21,0 mois contre 23,7 mois). Tableau 5.12 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum Durées médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence, et de non-susceptibilité post-partum, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Effectif Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de Caractéristique post-partum lx~st-partum post partum naîssances Groupe d'åges < 30 13,2 16,3 21,11 2266 30 ou plus 18,0 21,7 23,7 1412 Milieu de résidence Ouagadougou 10,7 13,8 2/),9 284 Autres villes 13,1 15,3 18,3 241 Total urbain 11,5 14,8 18,9 525 Rural 15,6 19,8 22,7 3153 Région de résidence Ouagadougou 10,7 13,8 20,9 284 Nord 14,6 11,7 21,5 685 Est 17,4 23,8 24.3 801 Ouest 15,0 16,8 20,9 941 Centre/Sud 14,4 21/,9 22,8 967 Niveau d'instruction Aucun 15,5 20,2 22,7 3230 Primaire 11,4 13,8 18,5 335 Secondaire ou plus 7,3 6,0 10,1 114 Ensemble des femmes 14,6 18,9 22,2 3678 Du point de vue du milieu de résidence, ce sont les femmes du milieu rural qui ont la durée d'aménorrhée la plus longue (ce sont aussi celles qui allaitent le plus longtemps), qui pratiquent le plus longtemps l'abstinence post-partum et qui ont donc la plus longue pdriodc d'insusceptibilité : 22,7 mois, contre 18,9 mois en milieu urbain. S'agissant du niveau d'instruction, les femmes de niveau secondaire ou 75 supérieur ont des durées d'am6norrhde (7,3 mois), d'abstinence (6,0 mois) et, par conséquent, d'insusceptibilité (10,1 mois) beaucoup plus courtes que les femmes sans instruction (respectivement, 15,5 mois, 20,2 mois et 22,7 mois). Les femmes du niveau d'instruction secondaire ou supérieure sont aussi celles qui allaitent le moins longtemps (voir Chapitre 8 - Allaitement et nutrition) et qui utilisent le plus les mêthodes de contraception (voir Chapitre 4 - Phmilication familiale). Le Tableau 5.13 présente trois indicateurs rendant compte de la lin d'exposition au risque de grossesse pour les femmes de 30 ans et plus. Le premier indicateur est la proportion de femmes en ménopause, à savoîr la proportion de femmes actuellement en union qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée post-partum, mais qui n'ont pas eu de règles pendant au moins 6 mois avant l'enquête ou qui se sont ddclarées en ménopause. Sur l'ensemble des femmes de 3049 ans, 15 pour cent sont considérées comme étant en ménopause. Comme attendu, cette proportion augmente rapidement avec l'âge : elle est de 2 pour cent à 30- 34 ans et de 28 pour cent entre 44 et 45 ans; à 4849 ans, 56 pour cent des [?mmes sont en ménopause. Le second indicateur présenté concerne l'infécondabilité définitive : une femme en union de façon permanente pendant les 5 ans ayant prêcédd l'enquete, qui n'a pas utilisé la contraception, qui n'a pas eu de naissance pendant les 5 demières années et qui n'est pas enceinte, est classée dans cette catêgorie. L'inîécondabilité définitive concerne une forte proportion de lcmmes de 30-49 ans (34 pour cent) : comme pour la ménopause, les proportions augmentent ntpidement avec l'âge, passant de 20 pour cent à 30-34 ans, à 51 pour cent à 42-43 ans et à 86 pour cent à 48-49 ans. Le dernier indicateur concerne l'abstinence prolongée : il s'agit simplement de la proportion de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels pendant les trois années ayant précédé l'enquête. Environ une femme de 30-49 ans sur dix (11 pour cent) est concernée. Tableau 5,13 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentage de femmes de 30 49 ans actuellement en union qui sont en ménopause, en infécondabilltd ddliniLive et en abstinence de longue durée par fige, EI)S Burkina Fa_so 1993 Groupe lnfécondabilite Abstinence d'åges Ménopause I définitive 2 prolongée 3 30-34 2 1 19.5 8.1 35 39 4.8 2(/.6 10.0 40-41 13.0 49.1 10.1 42 43 16.1 50,6 13.4 44-45 27.6 63,7 I7.8 46 47 41.8 74,2 20.6 48-49 55.9 86.2 2(/.3 Femmes de 30-49 ans 1,1.7 33.6 11.2 IPourcentage de femmes actuellement en union, ni enceintes, ni en aménorrhée post-partum et dont les derni~:res r~gles ont eu lieu 6 recuis cm plus avant l'enqu6te ou qui se slmt declarées en ménopause; 2Pourcentage (le femmes clmlinuellement en union, qui n'{rot pas utilise la contraception, qui n'ont pas eu de naisstu~ce durant les cinq années précédant l'enqug:te et qui ne sont pas enceintes; 3Pourcentage de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les trois ~mnées précédant l'enquéte. 76 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE L'EDSBF a abordé le sujet des préférences en matière de fécondité par le biais de questions concemant le désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires, le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant, et la taille idéale de la famille. L'objectif de ces questions est de mesurer les besoins futurs en matière de services de contraception aussi bien pour espacer que pour limiter les naissances. Un autre objectif est de mesurer le degré de réussite des couples dans le contr•le de leur fécondité. Rappelons que les données sur les attitudes et les opinions vis-à-vis de la procréation ont toujours ~té un sujet de controverse. En fait, il y a des limitations quand on utilise les informations de ce type d'investigation car de telles informations sont recueillies à partir d'un échantillon de femmes qui en sont à différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes en dêbut de mariage, les réponses sont liées à des objectifs à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont inconnues. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont influencêes par leur passé. Par ailleurs, certains chercheurs pensent que les réponses aux questions sur les préférences en matière de fécondité : 1) reflètent des points de vue éphémères qui sont exprimés sans beaucoup de conviction, et 2) ne tiennent pas compte de l'effet des pressions sociales ou des attitudes des autres membres de la famille, particulièrement du mari, qui peuvent avoir une grande influence su r les décisions en m alière de reproduction. Malgré les problèmes d'interprétation concernant l'analyse des donn6es sur les préférences en matière de fécondité, les résultats de ce chapitre peuvent aider à expliquer les forces qui affectent la fécondité dans un pays comme le Burkina Faso où la prévalence contraceptive est encore faible et où la natalité est parmi les plus élev6es dans le monde. 6.1 DESIR D'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) Les préférences des femmes concernant leur reproduction dans l'avenir servent d'indicateurs de la fécondité future. Pour les femmes stérilisêes et celles ayant dêclaré être stériles, le dêsir d'avoir des enfants reste seulement un désir; ainsi, leur impact sur la fécondité est pratiquement nul. Une série de questions a été posée à I'EDSBF pour obtenir des informations sur les attitudes quant au désir d'avoir des enfants supplémentaircs. Les résultats sont présentes au Tableau 6. l et au Graphique 6.1 pour les femmes actuellement mari~es selon le nombre d'enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) au moment de l'enquête. Près d'une femme sur cinq (19 pour cent) a répondu qu'elle ne désirait plus d'enfants tandis que près de trois femmes sur quatre (72 pour cent) en voulaient davantage. Il est à noter que, parmi les femmes qui ont déclaré qu'elles dêsiraient avoir des enfants (supplémentaircs) dans l'avenir, la majorité (45 pour cent) voulait espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus. Au total donc, 63 pour cent des femmes - celles ne voulant plus d'enfants (19 pour cent) plus celles désirant espacer pour une période d'au moins deux ans- peuvent être considêrées comme dcs candidates potentielles h la planification familiale. 77 Tableau 6.1 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfams vivants Répartition (en %) des fenunes actuellement marioEs par leur désir d'enfants supplémantaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'erffants vivants l Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes Veut un autre 89,2 94,7 90,5 79,5 68.0 53,0 27,7 71,6 Veut un autre bientôt 2 66,9 29,8 27,6 20,4 19,8 15.7 7,8 24,9 Veut un autre plus tard ~ 16,9 62,4 61,2 56,8 46,4 35,9 18,6 44,5 Veut un auU'e, NSP quand 5,4 2,5 1,7 2,3 1,8 1,4 1,3 2,2 Indécise 1,9 1,1 3,0 5,8 7,4 12.2 I0,2 5.8 Ne veut plus d'enfants 0,3 2,1 4,4 11,6 21,4 31,3 55,9 18,8 Stérilisée 0,6 0,1 0,1 0,4 0,3 0,3 0,3 0,3 S'est déclarée stérile 6,8 1,9 1.8 2,7 2,8 3,2 5,9 3,4 Non déterminé 1,3 O, 1 0,2 0,0 O,O 0,0 0,0 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 Effectif de femmes 499 948 882 769 699 618 911 5326 1y compris la grossesse actuelle 2Veut un autre darks les deux ans ~Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées, selon le nombre d'enfants vivants Pourcentage 100 80 6O 4O 20 0 0 t 2 3 4 Nombre d'enfants vivants 5 EDSBF t993 78 Comme on devait s'y attendre, le pourcentage de femmes qui ne veulent plus d'enfants augmente r6gulièrement selon le nombre d'enfants survivants (Graphique 6.1) : il passe de 0,3 pour cent chez les femmes qui n'ont aucun enfant à 12 pour cent chez celles qui ont 3 enfants et à 56 pour cent chez les femmes qui en ont 6 ou plus. A/' inverse, le pourcentage de femmes qui désirent d'autres enfants diminue avec la taille de la famille passant de 89 pour cent chez les nullipares à 80 pour cent chez celles ayant 3 enfants et à 28 pour cent chez les femmes ayant 6 enfants ou plus. Le Tableau 6.2 et le Graphique 6.2 indiquent qu'il y a une forte relation entre les préférences en matière de fécondité et l'åge actuel. Tout comme pour la parité, la proportion de femmes actuellement mari~es voulant un autre enfant diminue avec l'åge : elle passe de 97 pour cent à 15-19 ans à 16 pour cent å 45-49 ans. Inversement, le désir de ne plus avoir d'enfants augmente selon l 'âge : la proportion passe de I pour cent chez les femmes actuellement mari~es de 15-19 ans à 59 pour cent chez celles ågées de 45-49 ans. Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'åge Répaxtition (en %) des ferames actuellement marié.es par leur désir d'enfants supplémentaires, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Age de la femme Ensemble Désir des d'enfants 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un autre 97,4 94,5 86,5 70,7 51,7 28,6 15,8 71,9 Veut un auoee bientét I 34,0 26,3 25,2 25,2 26,1 18,2 10,4 24,9 Veut un au~e plus tard 2 58,6 66,0 59,2 44,0 23,5 8,6 5,0 44,5 Veut un autre, NSP quand 4,8 2,2 2,1 1,5 2,1 1,8 0,4 2,2 Indéelse 1,5 2,5 4,1 9,2 11,5 9,8 Ne veut plus d'enfants 0,9 2,1 8,2 17,3 33,0 53,1 Stérilisée 0,0 0,1 0,0 0,3 0,6 0,7 S'est déclarée stérile 0,0 0,5 1,1 2,3 3, I 7,9 Non déterminé 0,3 0,3 0,1 0,2 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 606 1093 1115 906 734 497 3,2 5,8 58,8 18,8 0,7 0,3 21,5 3,4 0,0 0,2 100,0 100,0 374 5326 IVeut un autre enfant dans les deux ans 2Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Pour étudierles besoins en matière de contraception selon les caractéristiques socio-démographiques, nous avons choisi comme indice la proportion de femmes ne désirant plus avoir d'enfants. Les analyses sont présent~es selon le nombre d'enfants survivants pour ne pas confondre l'effet de cette variable avec celui des autres variables socio-démographiques. 11 ressort du Tableau 6.3, qu'aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, le pourcentage de femmes ne désirant plus d'enfants augmente régulièrement avec le nombre d'enfants survivants. Cependant, pour l'ensemble des femmes actuellement mari~es, le pourcentage de celles ne d6sirant plus d'enfants est nettement plus élevé en milieu urbain (26 pour cent) qu'en milieu rural (18 pour cent). Par région, les femmes de Ouagadougou et du Centre/Sud sont celles qui ont le plus exprimé le désir de limiter leurs naissances : respectivement 28 et 21 pour cent, contre 15 b. 18 pour cent dans les autres régions, Par ailleurs, l'instruction apparaît comme un facteur favorisant le désir de ne plus avoir d'enfants, surtout chez les femmes qui en ont beaucoup. Par exemple, parmi les femmes ayant 4 enfants vivants, 20 pour cent de celles n'ayant pas d'instruction n'en veulent plus. Ce pourcentage est de 25 pour cent parmi les femmes de niveau primaire et conceme près des trois quarts des femmes ayant un niveau secondaire ou plus (72 pour cent). 79 Pourcentage 100 80 60 4O 20 0 15-19 20-24 Graphique 6.2 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées, selon l'âge 2~29 9~34 9~39 Age dela ~mme 40-44 45-49 EDSBF 1993 Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes actuellement mariées ne voulant plus d'enfents par caractéristiques socio-démographiques selon le nombre d'enfants déjà nés, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'enfants vivants 1 Ensemble des Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes Milieu de résidence Ouagadougou 0,0 3,5 11,2 27,6 44,8 55,7 81,1 27,8 Autres villes 0,0 2,4 8,3 11,5 31,6 41,6 63,6 22,3 Total urbain 0,0 3,1 10,0 21,0 40,3 49,2 72,5 25,5 Rural 1,I 2,0 3,4 10,2 18,4 28,8 53,2 17,7 Région de résidence Ouagadougou 0,0 3,5 11,2 27,6 44,8 55,7 8I, 1 27,8 Nord 1,3 0,8 2,0 6,9 26,5 30,5 53,4 17,7 Est 0,0 1,0 4,1 7,8 18,0 21,2 49,3 15,1 Ouest t, l 4,4 5,7 13,4 19,6 25,3 52,5 17,8 Centre/Sud 1,4 1,4 2,9 11,8 15,4 38,8 59,0 21,0 Niveau d'instruction Aucun 1,1 2,4 3,7 10,9 20,0 29,4 54,3 I8,8 Primaire 0,0 1,4 5,1 15,6 24,7 44,7 76,5 21,7 Secondaire ou plus 0,0 1,6 17,2 30,8 72,2 91,0 79,1 20,0 Ensemble des femmes 0,8 2,2 4,5 12,0 21,7 31,6 56,2 19,1 Note: Les femmes stérilisées sont considérées comme ne voulant plus d'enfant. 1y compris la grossesse actuelle 80 6.2 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Le Tableau 6.4 donne trois types d'informations : 1) les pourcentages de femmes actuellement en union qui ont des besoins non-satisfaits en matière de contraception, 2) les pourcentages de celles dont les besoins sont satisfaits, et 3) les pourcentages de demande totale en planification familiale, selon certaines Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement mariées ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentage de demande potentielle totale de services de »lanificatinn familiale par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Besoins en Besoins en planification Demande potentielle planification familiale satisfaits totale en familiale non- (utilisation plaulfication Pourcentage satisfaits I pour: actuelle) 2 pour: fantiliale31~lur: de demande Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total F.spacer Limiter Total satislaite Effectif Groupe d'åges 15-19 25,3 0,5 25,8 5,6 0,3 5,9 30,9 0,8 31,7 18,7 606 2/)-24 25,2 0,9 26,1 7,6 0,5 8,1 32,8 1,4 34,2 23,8 1093 25 29 24,6 2,2 26,8 8,2 1,3 9,5 32,8 3,5 36,3 26,2 1115 30-34 20,5 6,5 27,0 6,7 3,2 9,9 27,2 9,7 36,9 26,8 906 35-39 16,0 15,8 31,9 1,7 4,3 6,11 17,8 20,1 37,9 15,9 734 40-44 12,4 29,7 42,1 1,1 6,5 7,6 13,5 36,2 49,7 15,3 497 45 49 3,5 29,3 32,8 0,7 4,5 5,3 4,2 33,8 38,0 13,8 374 Milieu de résidence Ouagadougou 19,0 11,5 30,5 20,4 10,2 30,6 39,4 21,7 61,1 50,1 538 Autres villes 22,9 10,8 33,7 12,8 6,7 19,5 35,7 17,5 53,2 36,6 381 'fotul urbain 20,7 11,2 31,8 17,3 8,7 26,11 37,9 19,9 57,8 44,9 919 Rural 20,2 8,3 28,5 3,0 1,2 4,2 23,2 9,5 32,7 12,7 4407 R~gion de résidence Ouagadougou 19,0 11,5 30,5 211,4 10,2 30,6 39,4 21,7 61,1 50,1 538 Nord 22,4 8,4 30,9 3,4 0,9 4,3 25,9 9,3 35,2 12,3 983 Est 22,9 7,2 30,1 1,11 0,6 1,6 23,9 7,8 31,7 4,9 1095 Ouest 19,2 7,5 26,8 5,0 2,0 7,1 24,3 9,5 33,8 20,9 1304 Centre/Sud 18,3 10,4 28,7 5,0 2,5 7,5 23,3 13,0 36,3 2/),8 1406 Niveau d'instruction Aucun 20,2 8,9 29,1 3,1 1,6 4,6 23,3 111,5 33,8 13,8 4625 Primaire 22,4 9,7 32,1 13,0 6,5 19,5 35,4 16,2 51,6 37,8 464 Secondaire ou plus 18,f) 4,7 22,7 36,7 12,7 49,4 54,7 17,4 72,1 68,6 236 Ensemble des femmes 20,3 8,8 29,1 5,5 2,5 7,9 25,8 11,3 37,0 21,4 5326 ILes besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la grossesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en am6norrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-satisfaits pour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'était pas voulue, les femmes en aménorrhée dont la dernière naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée, qui n'utilisent pas de méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Sont égulement exelues les femmes qui sont en ménopause ou en période d inféeondabilité, selon les définitions données au Tableau 5.13. 2L'utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une rnéth(xtc contraceptive et qui otlt déclaré vouloir attendre deux ans mu plus avant leur prochaine naissance. L'ulilisation pour lirniler concerne les femmes (lui utilisent actuellement une méthode contraceptive et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfaJits. 3Besoins non satisfaits et utilisation actuelle 81 caractéristiques socio-d6mographiques. Les femmes ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception ~ sont celles qui ont ddclar6 ne plus vouloir d'enfants (limiter leurs naissances) ou qui ont d6claré vouloir attendre deux ans ou plus avant la prochaine naissance (espacer leurs naissances), et qui n'utilisent pas la contraception. Les li:mmes ityant des besoins non-satisfaits et celles utilisant actuellement la contraception constituent llt demande totale en matière de planilication familiale. Bien que le niveau d'utilisation de la contraception par les lcmmes en union ne soit pas très élevé (8 pour cent - voir Chapitre 4 - Phmil]cation familiale), les tæsoins non-satisfaits dans le domaine concerne près d'une fcmmc burkinabè sur trois (29 pour ccnt). Parmi ces femmes, la majorité souhaiterait utiliser la contraception pour espacer leurs naissances (20 pour cent), les autres pour les limiter (9 pour cent). Parmi les utilisatrices actuelles, 3 pour cent le lbnt pour limiter leurs naissances et 6 pour cent pour les espacer. Le demier groupe de données du Tableau 6.4 fournit la demande totale pour les services de planification familiale parmi les lîzmmes actuellement marides. Comme on l'a signalé plus haut, ce groupe comprend les femmes ayant des besoins non-satisfaits, et celles qui utilisent actuellement la contraception. Cette demande s'élève à 37 pour cent, dont 26 pour cent pour espacer et 11 pour cent pour limiter les naissances. Cela signil]e en d'autœes termes, que si toutes les femmes marides pouvaient satisfaire leurs besoins en matière de planil]catinn familiale, llt prévalcnce contraceptive au Burkina Faso serait de 37 pour cent, c'est-à-dire près de 5 lk)is supérieur à ce qu'elle est actuellement. En fait, seulement 21 pour cent de la demande potentielle en plant fication familiale (pourcentage des utilisatrices actuelles sur le pourcentage total de demande potentielle) se trouve salisfaite, à l'heure actuelle :tu Burkina Faso. Les besoins en matière tic planil]cation lamilialc diffèrent selon les caractéristiques socio- démographiques. Chez les plus jeunes fera mes ( 15-24 ans), les besoins non-satisfaits sont les moins fréquents (26 pour cent). Dans les autres grnupes d'âgés, les proportions varient entre 27 et 42 pour cent. Jusqu'å 34 ans, les lcmmes souhaitent utiliser la contraccptinn pour espacer leurs naissances : 25 pour cent jusqu'à 29 ans, 21 pour cent à 30-34 ans. Au-delà de cet fige, elles souhailcnt l'utiliser pour limiter leur descendance : 16 pour cent à 35-39 ans et 30 pour cent à partir tic 40 ans. Au niveau du milieu de résidence, les pourcentages dcs besoins non-satisfaits du milieu urbain (32 pour cent), mais aussi l'ulilisation (26 pour cent) et donc la demande potentielle (58 pour cent) sont plus 61evds, surtout dans la capitale, qu'en milieu mrul (respectivement 29 et 33 pour cent). Si toute la demande dtait satisfaite, on aurait donc 2 [~)is plus d'utilisatrices en milieu urbain et 8 fois plus en milieu rural, qu'il y en a à l'heure actuelle. Etanl donnd que les femmes rurales utilisent beaucoup moins les méthodes contraceptives, la demande totale slttisfaite pour les services de planillcation familiale est largement plus importante dans les zones urbaines (45 pour cent) quc dans les zones rurales (13 pour cent). S'agissant des rdgions de résidence, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits diff'erent peu d'une rdgion à l'autre. En el]izt, les pourcantages varient de 31 pour cent chez les femmes de Ouagadougou et du Nord (31 pour cent chacune) à 27 pour cent chez les femmes de l'Ouest. Concemant le niveau d'instruction, les lcmmes ayant fréquenté l'dcole primaire ont des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale plus dlevds (32 pour cent) que celles qui n'ont aucune instruction (29 pour cent) ou que les femmes qui ont un niveau d'instruction secondaire ou plus (23 pour cent). Par contre, la demande potentielle totale augmente de façon impo~lante avec le niveau d'instruction passant de 34 pour cent chez les femmes n'ayant aucune instruction à 72 pour cent chez celles ityant un niveau secondaire ou plus. Le calcul exact des besoins non-satisfaits cst explique en note du Tableau 6.4. 82 6.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRES Une question sur la taille idéale de la famille a ét~ posée à toutes les femmes de l'échantillon, quel que soit leur état matrimonial : Aux femmes qui n'ont pas d'enfants, on a demandé : "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudricz-vous en avoir en tout?" Aux femmes qui ont des enfants, la question a ~té formulée ainsi : "Si vous pouviez recommencer à partir de l 'époque où vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votrc vie, combien auriez-vous voulu en avoir au total?" Dans ce chapitre, nous avonsjusqu'ici étudie les préférences de la femme en matiære de reproduction en tenant compte du nombre d'enfants qu'elle a déjà eus. Dans cette section, par contre, nous nous intéressons à l'information sur le nombre idéal d'enfants désirés, information difficile à obtenir, puisqu'il s'agit pour la femme de répondre à une question hypothétique, à savoir le nombre d'enfants qu'elle souhaite avoir dans l'absolu, indépendamment de la taille actuelle de sa famille. Le Tableau 6.5 montre que les femmes burkinabé restent attachécs à la famille nombreuse, puisque en moyenne le nombre idéal d'enfants est de 5,7 pour l 'ensemble des fcmmcs et de 5,9 pour celles actuellement en union. Un tiers des femmes donne comme nombre idéal d'enfants 6 ou plus, ce qui confirme cet attachement à une descendance nombreuse. Tableau 6.5 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes et pour celles actuellement mari~es selon le nombre d'enfants vivants, EDS Burkina Faso 1993 Nombre Nombre d'enfants vivants I Ensemble lé~al des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + femmes 0 0,1 0,0 0,1 0,0 0,1 0,2 0,0 0,1 1 0,5 0,5 0,3 1), 1 0,2 0,0 0,3 0,3 2 4,1 3,5 2,8 2,0 1,9 2,6 2,4 2,9 3 15,1 11,2 7,9 6,8 4,5 3,4 4,8 8,5 4 19,3 15,6 17,4 12,1 12,4 7,1 9,5 14,1 5 18,3 17,6 17,7 20,9 15,1 14,4 10,1 16,4 6 ou plus 24,5 29,4 31,4 34,0 38,5 39,6 38,8 32,7 Réponses non-numériques 18,2 22,3 22,4 24,2 27,3 32,6 34,0 25,0 Total I00,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 I00,0 lO0,O Effectif de femmes 1333 1016 909 792 719 636 949 6354 Nombre idéal moyen 5,2 5,5 5,6 5,7 6,1 6,4 6,4 5,7 Effectif de femmes OE 1091 789 705 600 522 429 627 4763 Nombre moyen pour les femmes mari~es 5,5 5,6 5,5 5,7 6,2 6,5 6,4 5,9 Effectif de femmes mari~es 2 398 730 683 585 505 419 596 3917 Note: Les moyennes sont calcul~es en excluant les femmes ayant donné des réponses non-numériques. Iy compris la grossesse actuelle 2Ayant donné une réponse numérique 83 Il y a une association entre la taille actuelle de la famille et le nombre d'enfants désiré : les femmes n'ayant pas d'enfants en souhaitent en moyenne 5,2 et, celles qui en ont 5 ou plus en désirent en moyenne 6,4. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, la majorité des lcmmes du Burkina Faso ayant donné une réponse numérique à la question (84 pour cent) désircnt une famille nombreuse de quatre enfants ou plus. Le Tableau 6.6 donne le nombre moyen iddal d'enfants pour l'ensemble des femmes selon l'âge actuel et selon certaines variables socio-démographiques. On peut noter en premier lieu, que les générations les plus jeunes donnent un nombre idéal d'enfants moins élevé que les générations les plus âgées (5,4 chez les 15-24 ans, 5,8 à 30-34 ans et 6,6 à partir de 40 ans), ce qui laisse supposer qu'un désir de limiter la descendance est en train de s'installer chez les plus jeunes, pouvant entraîner une baisse de la fécondité. Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio demographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes par åge et par caractdristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Age actuel Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 åges Milieu de résidence Ouagadougou 3,9 4,0 4,2 4,1 4,4 4,8 5,0 4,1 Autres vilIes 4,3 4,2 4,6 4,9 5,3 5,4 6,5 4,7 Total urbain 4,0 4,0 4,4 4,4 4,8 5,0 5,6 4,3 Rural 5,9 5,9 6,0 6,1 6,7 7,0 6,8 6,2 Région de résidence Ouagadougou 3,9 4,0 4,2 4,1 4,4 4,8 5,0 4,1 Nord 5,7 5,7 5,8 6,1 6,9 6,0 6,9 6,0 Est 6,6 6.3 6,4 6,3 7,1 6,7 7,0 6,6 Ouest 5,1 5,1 5,6 5,5 6,3 7,7 7,0 5,6 Centre/Sud 5,7 5,9 5.7 6,2 6,2 6.8 6,6 6,0 Niveau d'instruction Aucun 6,0 53 5,9 6,0 6,5 6,8 6,8 6,1 Primaire 4,4 4,3 4,7 5,0 5,4 5,2 4,5 4,6 Secondaire ou plus 3,7 3,6 3,5 3,3 4,0 4,3 4,2 3,6 Ensemble des femmes 5,4 5,4 5,6 5,8 6,3 6,6 6,6 5,7 Scion milieu de résidence, les femmes rurales semblent désirer plus d'enfants que les femmes urbaines, et ce quel que soit le groupe d'âgés. L'écart absolu entre les deux milieux est de 1,9 enfants (4,3 dans l'urbain contre 6,2 dans le rural). Selon les régions, ce sont les femmes de Ouagadougou qui semblent désirer le moins d'enfants (4,1), alors que celles de l'Est désirant le plus d'enfants (6,6). Dans les autres régions, le nombre moyen idéal varie entre 5,6 et 6,0 enfants. Le niveau d'instruction apparaît comme une variable influençant négativement le nombre iddal d'enl~.nts. En moyenne l'écart absolu est de 2,5 enfants entre les femmes qui n'ont jamais ét~ à l'école et celles qui ont un niveau secondaire ou plus. Ainsi, les écarts observés d'une part, entre les milieux urbain et rural et, d'autre part, entre les lcmmes ayant fréquenté l'école el celles sans instruction donnent une information précieuse sur les cbangemenls sociaux dont ces facteurs de modemisme sont des indicateurs. 84 6.4 PLANIFICATION DE LA FECONDITE Dans I'EDSBF, on a posé aux femmes une série de questions relatives å chaque naissance des cinq demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une) dans le but de déterminer si, lorsque la femme s'est trouvée enceinte, elle souhaitait être enceinte à ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait par contre d'une grossesse non désirée. Ces questions constituent un indicateur particulièrement important permettant de mesurer le degré de réussite des couples dans le contr61e de leur fécondité. Les questions sur la planification de la fêcondité exigent de la femme un eflort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses préférences en matière de fécondité h un ou plusieurs moments précis des cinq demières années, et de les rapporter honnêtement. En outre, il existe un risque de rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirée peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attaché. Malgré ces problèmes, les résultats d'enquêtes antérieures ont indiqué que de telles questions permettent d'obtenir des informations extrêmement utiles sur le statut de la planification des naissances. Le Tableau 6.7 présente la répartition des naissances des cinq demières années par type de planification selon le rang de naissance et l'åge de la mère à la naissance. Parmi les 7 058 naissances (y compris la grossesse actuelle) des cinq dernières années, 75 pour cent étaient désirées au moment où elles ont eu lieu; par contre, un peu plus d'une naissance sur cinq (21 pour cent) était désir~e, mais les femmes l'auraient souhaitée pour plus tard, et 3 pour cent seulement n'~talent pas du tout désir~es. Les naissances de rang 1 semblent mieux planifi6es que les naissances de rang 2 et plus. Par ailleurs, c'est à partir du rang 4 que le pourcentage de naissances non désir6es augmente considérablement, passant de moins de 1 pour cent des naissances de rang 3 ~ 6 pour cent des naissances de rang 4 ou plus. Tableau 6.7 Planification de la fécondité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquète par type de planification selon le rang de naissance et l'åge de la mère à la naissance, EDS Burkina Faso 1993 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non de åge de la mère au moment plus tard désirée Total I naissances Rang de naissance 1 81,5 16,8 0,8 100,0 1300 2 77,0 21,3 0,3 I00,0 1084 3 77,0 21,1 0,5 100,0 992 4 ou plus 70,8 22,4 5,6 1 (/0,0 3682 Age de la mère <20 76,5 21,5 0,7 100,0 1155 20-24 78,8 19,5 0,6 100,0 1897 25 29 74,8 23,1 1,1 1P~3,0 1691 30-34 75,4 20,1 3,5 100,0 1197 35-39 64,3 24,4 9,8 100,0 794 40-44 63,3 13,7 20,8 100,0 276 45-49 71,3 8,9 19,8 100,0 47 Ensemble 74,6 21,0 3,2 100,0 7058 Note: Le rang de naissance inclut la grossesse actuelle. Iy compris les non-déclarés 85 Par rapport à l'âge de la mère, c'est chez les fcmmes qui ont des enfants avant l'âge de 35 ans que les naissances sont également les mieux planifiées, les trois quarts d'entre elles ayant lieu au moment souhaité. La proportion de naissances non désirées augmente avec l'âge de la mère et concerne un cinquième des naissances des 5 demières années des femmes de 40 ans ou plus, groupe d'âges pour lequel le besoin non-satisfait en matière de contraception est aussi le plus important. Le Tableau 6.8 donne un autre indicateur dc la fécondité non désirée au Burkina Faso, et compare l'lndice Synthétique de Fécondité Désirée (ISFD) à l'lndice Synthétique de Fécondité (ISF). L'ISFD exprime le niveau de féconditê qui, théoriquement, devrait être atteint si toutes les naissances non ddsirées étaient ~vit~es. Dans cette analyse, une naissance est considérée comme désirée, si le nombre d'enfants survivanls au moment de la grossesse était inférieur ou ~gai au nombre idéal actuel d'enfants, tel qu'il a été rapporté par la femme interviewée. Le calcul des taux de fécondité désirée se fait de la même manière que le calcul des taux de fécondité par Tableau 6.8 Taux de fécondité désirée Indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) et indice synthétique de fécondité (ISF) pour les cinq années ayant précédé l'enqu;~te, par caractéristiques socio-démographiques, EDS B'urkina Faso 1993 Caractéristique ISFD ISF Milieu de résidence Ouagadougou 3,6 4,7 Autres villes 4,4 5,5 Total urbain 3,9 5,0 Rural 6,5 7.3 Région de résidence Ouagadougou 3,6 4,7 Nord 6,3 7,0 Est 7,1 7.9 Ouest 6,O 6,8 Centre/Sud 6,2 7,2 Niveau d'instruction Aucun 6,4 7,2 Primaire 4,8 6,1 Secondaire ou plus 2,6 3,1 Ensemble des femmes 6,O 6,9 Note: Les indices sont basés sur les naissances des femmes de 15-49 ans durant la période 1-60 mois précédant l'enquête. L'ISF est le méme que celui présenté au Tableau 3.3. âge préscntds dans le Chapitre 3, tout en éliminant du numérateur les naissances classées comme non désir~es. Le cumul des taux de fécondité désirée par âge donne I'ISFD qui est analogue à I'ISF. La comparaison du taux de fécondité actuel avec celui de fécondité désirée met en évidence l'impact ddmographique potentiel de la prévention des naissances non souhait~es. Théoriquement, I'ISFD devrait être un meilleur indice de la lEconditd désirée que la réponse à la question sur le nombre idéal d'enfants. Cet indice est plus proche de la réalité, car les réponses des femmes enquêtées tiennent probablement compte de la répartition scion le sexe ci la survie des enfants déjà nés. Les réponses à la question sur le nombre total d'enfimts désirés, par contre, se réfèrent probablement aux enfants encore en vie et peuvent supposer une répartition idéale des deux sexes. Une autre différence entre les deux mesures mérite d'être signalée; I'ISFD prend la fécondité observée comme point de départ et par conséquent, il ne peut jamais être supérieur à I'ISF, contrairement au nombre idéal d'enfants ddsirds qui peut être supérieur au nombre d'enfants déjà nés. Le même Tableau 6.8 montre que si toutes les naissances non désir~es étaient évitées, I'ISF des femmes burkinabè serait de 6,0 enfants au lieu de 6,9 enfants, soit une baisse de 13 pour cent. Pour ce qui est des caractéristiques socio-démographiqucs, l'indice synthétique de fécondité dési rée varie dans le même sens que l'indice synthétique de fécondité, sauf que les niveaux de I'ISFD sont plus faibles pour toutes les catégories (Graphique 6.3). C'est particulièrement vrai dans la région de Ouagadougou (3,6 enfants), chez les femmes du milieu urbain (3,9 enfants) et chez les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (2,6 enfants). 86 Graphique 6.3 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée Nombre enfants/femme RESIDENCE REGION / INSTRUCTION EDSBF 1993 8? CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT Un des objectifs les plus importants de I'EDS est de fournir des informations sur la santé des mères et de leurs enfants de moins de 5 ans. Au Burkina Faso, on a recueilli des informations concernant les soins prénatals, les conditions d'accouchement et les caractéristiques des nouveau-nés, la couverture vaccinale, la prévalence et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. Ces informations ont dt~ collectées pour toutes les naissances vivantes qui se sont produites durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Ces résultats sont de première importance pour l'identification des populations les plus vulnérables et pour l'évaluation et la planification des politiques et des programmes de santé. L'alimentation des enfants et leur état nutritionnel, ainsi que celui dç leur mère, évalué à partir des mesures anthropométriques, seront présentés au Chapitre 8. 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Le Tableau 7. l présente la répartition des naissances vivantes des cinq années ayant précédé l'enquête par type de soins prénatals reçus pendant la grossesse, selon certaines caractéristiques socio-démographiques des mères. Durant l'enquête, on a enregistré toutes les catégories de personnes consultées par la mèœe pendant la grossesse, mais dans le Tableau 7.1, on n'a retenu que la personne la plus qualifi6e lorsque plusieurs personnes avaient été consultées. Au Burkina Faso, les consultations prénatales sont fréquentes, puisque pour plus de la moitié des naissances vivantes des 5 deroières années (59 pour cent), il y a eu des soins prénatals dispensés par un professionnel de la santé, principalement une sage-femme ou une infirmière (57 pour cent) et dans très peu de cas, par un médecin (2 pour cent). Dans 1 pour cent des cas, une autre personne a été consultée et il s'agit généralement d'accoucheuscs. Cependant, pour deux naissances sur cinq (40 pour cent), les mères n'ont consulté personne au sujet de leur grossesse. Les consultations prénatales auprès de professionnels de la santé (médecin, infirmière, sage-femme) sont légèrement plus fréquentes pour les naissances issues des femmes âgées de 20 à 34 ans (59 pour cent) que pour celles des femmes des autres groupes d'âges (57 pour cent à moins de 20 ans et b. partir de 35 ans). On observe par ailleurs que la proportion de naissances pour lesquelles la mère a été en consultation diminue légèrement selon le rang de naissance : la mère a reçu des soins prénatals auprès de professionnels de la santé pour 60 pour cent des naissances de rang 1-3, contre 58 pour cent pour les naissances de rangs 4-5, et 57 pour cent pour les naissances de rang 6 ou plus. Le Graphique 7.1 fait apparaître que les consultations prénatales varient de façon importante selon le milieu et la région de résidence. Si la presque totalité des naissances de Ouagadougou (96 pour cent) ou des autres centres urbains (94 pour cent) donnent lieu à des consultations prénatales, en milieu rural, les mères n'ont reçu des soins prénatals auprès de professionnels de la santé que pour 53 pour cent des naissances des 5 demières années. Les régions Est (43 pour cent) et Nord (49 pour cent) sont celles où les femmes vont le moins souvent en consultations prénatales. L'éloignement et la difficulté d'accès aux centres de santé en milieu rural et le fait que les femmes rurales accordent, peut-être, moins d'importance aux soins prénatals peuvent expliquer, du moins en partie, ces différences. Par ailleurs, quels que soient le milieu et la région de résidence, les médecins restent toujours peu consultes pendant les grossesses : seulement 8 pour cent des cas à Ouagadougou, 3 pour cent dans les autres centres urbains et 1 pour cent en milieu rural. Dans la région 89 Tableau 71 Soins prénatals Répartit ion (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquéte, par type de visite prénatale durant la grnssess¢, selon certaines catactéristiques sncio-ddmogtaphiques, I 'DS Burkina Faso 1993 Inf imliérc/ Effectif Sage de Caractéristique Médecin femme Auues Persorme NI) Total naissances Age de la mère [gt naisssnc¢ < 20 1,3 56,1 1,7 40,7 0,3 100,0 1031 20-34 1,8 57,5 I ,(1 39,4 0,2 100.0 4271 35 ou plus 1,6 54,9 1,3 42,0 0,3 100,0 1000 Rang de na issance 1 2,0 58,6 1,6 37,6 0,2 100,0 1155 2-3 2,2 57,6 1,3 /8,7 0,2 100,0 1824 4 5 1,3 56,7 1,0 40,8 0, l 100,0 1487 6 ou plus 1,3 55,2 0,9 42,3 0,2 100,0 1836 Mi l ieu de rés idence Ouagadougou 7,6 88,3 0,1 3,6 0.4 100,0 499 Autres vil les 3,1 90,5 0,0 6,4 0,0 100,0 400 Total urbain 5,6 89,1 0,1 4,9 0,2 100,0 900 Rural I, I 51,5 1,4 45,9 0,2 10{),0 5402 Région de résidence Ouagadougou 7,6 88,3 0,1 3,6 0,4 100,0 499 Nord 3,5 45,9 1,6 48,2 0,9 100,0 1137 Est 0,5 42,2 2,9 54,3 0,0 100,0 1377 Ouest I,I 68,3 (I,7 29, t) 0,0 100,0 1586 CcnLre/Sud 0,4 56,2 0,2 4t,1 0,1 100,0 1703 Niveau d ' ins t ruct ion Auctu~ 1>2 54,0 1,3 43,4 0,2 100,0 5592 Primaire 2,8 79,6 0,8 15,9 0,9 100,0 533 Secondaire ou plus 14,8 79,9 0,0 5,3 0,0 100>0 178 Ensemble des femmes 1,7 56,9 1,2 40,0 0,2 100.0 6302 Note : Les dorlnécx concernent les naissances de la Nri«,,dc I 59 mois précédant l'e~»quOze Si diffOrcnl«s persotmes ont ét~ consultées, seule la plus qualifiée a été prise en comple dans ce tableau Nord, où les consultations prénatales sont peu fréquentes, les visites auprès de médecins sont curieusement • • , y p lusé levéesquedans lesaut rcs régons(a l except on de Ouagadougou) 4 pour cent des visites prénatales sont faites auprès de médecins, contre moins de 1 pour cent dans les autres régions. Le niveau d'instruction de la mère joue également un rôle prépondérant sur le fait d'aller en consultation prènatale : 43 pour cent des naissances issues de femmes sans instruction n'ont eu aucune consultation prénatale contre 16 pour cent pur les femmes ayant un niveau d'instruction primaire et seulement 5 pour cent pour les li:mmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. De même, le niveau de "qualification" du personnel consultæ augmente avec le niveau d'instruction de la mère : 15 pour cent des mères ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur ont consulté un médecin contre 3 pour cent de celles ayant un niveau primaire et 1 pour cent de celles sans instruction. 90 Graphique 7.1 RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + Soins prénatals I I i ill i i i! !iili i~iiiii i!!ii~i~iiii!~!iii!i!iiiiii~iii!iiiiiii!iiii!i~!iiii~i ! i!i!ilili~iiiii~!iii!i!iiii~i~i!ili!iii!i!ilil i I i ii~iii!iii~~ii!~i!i~i!i!~i!iii!i!iii!~iiiii~i~i!i!iiiii!i!!i~iii~!iiiii~iii~i~iiii~!~!~i~i~~~i~i :~i~iiiiiii~i!~iiii!~i!i~ii!iiiiiii~iii~~~i~i~i~iiii~!i~!i~i~~iiii!iiii~~iiii~~~iiii~~ii!ii~~!~i~~~ 20 40 60 80 Pourcentage 100 RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucuns Primaire Secondaire ou + Vaccination antitétanique i!~ii!ii~iiiiiii~iiiii!iiiiii!~i~~i!~~~iiiiiiiiiiiiiiiii~iiii~ii~ii~~!~iiiiiiiiiii~iiiiiii!iiiii:~~ii!i~iiiiiiiiiiiiiiiiiiii~ii~iii~i~ii~ii I i i~:i::;:i:i:iii:~:i:iiii:i!:i::~ i:i:::i::~!~: :i::!i:~iiii;,iiiii~ii:i::~:::i:i ¸ili ¸iii:ili: i¸ii~i i ii:ii:i: ¸!ili:ii~:i:iii: ¸i:ii :¸I: ;¸:i;:ii: i¸i::i:;:i;i ii~i~i i:i~i ¸¸! I i~iiiil ~~iii~~iii!iii~i~iii~iii~ii~i~i!i~i~i~i~iiii~i~i~i!i~i~i~i~i~iiiiiiii~i~i!~!ii~i~i!iiiii:iii~i~iiiiiiii~i!:~iiiiiii!~iii~i~iii~iii~i~~iiii!i~iiiiiiii i~~iiiiiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiiiiii!i ~,iiii~ili~i~~~ii~ I 20 40 60 80 Pourcentage IO0 EDSBF 1993 9] Les soins prénatals sont d'autant plus efficaces qu'ils interviennent à un stade précoce de la grossesse ct se poursuivent de façon régulière jusqu'à l'accouchement. Le Tableau 7.2 présente les résultats concernant le nombrc de visites prénatales effcctudes par les femmes enceintes, ainsi que le nombrc de mois de grossesse å la première visite. Pour plus d'une naissance sur cinq (23 pour cent), les mères ont effectué au moins les 4 visites prénatales recommandécs par l'OMS. Cependant, presque un tiers des lî:mmes (29 pour cent) n'est alld que 2-3 fois en consultation pendant la grossesse ct 5 pour ccnt, unc scule fois, ce qui rcste très insuffisant. Pour 40 pour cent de l'ensemble des naissances - ce qui représente 67 pour cent des naissances pour lesqucllcs les mèrcs ont reçu des soins prénatals - la première consultation a étd effectuée à moins de 6 mois de grossesse et, dans 14 pour cent des cas, entre le sixième et le septième mois. La durée médiane de grossesse à la première visite est de 4,8 mois. Ainsi, les femmes qui ont recours aux visites prénatales le font relativement tôt au cours de leur grossesse, ce qui permet un diagnoslic précoce concernant d'éventuels problèmes liés à cette grossesse et donc la prise de mesuros appropriées. Cependant, après la première visite, le suivi de la grossesse devient irrégulier puisque le nombre médian de visites n'est que de 3,7, et les avantages apportés par des visites pr6coces s'en trouvent ainsi limités. Au Tableau 7.3 figurent les résultats concernant la vaccination antitétanique des mères pour toutes les naissances survenues durant les cinq années ayant précédé l'enqu&e. Les injections antitétaniqucs faites pendant la grosscssc ont pour but la prévention du tétanos néonatal, qui est une des principales causes de décès des nouveau-nés dans de nombreux pays Ch développement. Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin; cependant, si elle a déjà dt~ vaccinéc durant une grossesse précédente, une seule dose peut suffire pour protéger la grossesse suivante. Tableau 7.2 Nombre de visites prénatales et durée de la grossesse Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cifiq années ayant précédé l'enqu~te, par nombre de visites prénatales durant la grossesse et par durée de la grossesse au moment de la première visite, EDS Burkina Faso 1993 Ensemble Visite des prénatale naissances Nombre de visites 0 40,0 1 5,0 2-3 29,4 4 ou plus 22,6 NSP/ND 3,1 Total 100,0 Nombre médian de visites 3,7 Durée de grossesse à la première visite Pas de visite 40,0 Moins de 6 mois 40,1 6-7 mois 14,1 8 mois ou plus 2,4 NSP/ND 3,4 Total 100,0 Durée médiane de grossesse à la première visite 4,8 Effectif de naissances 6302 Note: Les données concernent les naissances de la période 1 59 mois préc&lant l'enquete. Parmi les naissances vivantes des 5 demières années, 62 pour cent ont ~té complètement ou partiellement protégées contre le tétanos néonatul : 42 pour cent ont été totalement protégées par deux doses reçues par la mère durant sa grossesse et, pour 20 pour cent des naissances - et ce à moins que la mère n'ait reçu une autre dose, pendant une grossesse antérieure à ces 5 années - une seule injection a été donnée, ce qui est normalement insuffisant pour que l'on puisse considérer l'enfant comme étant protégé contre le tétanos ndonatal. A l'opposé, plus du tiers des fcmmes (36 pour cent) n'ont reçu aucune protection. Ce sont les naissances issues des mères ggées de 20 ans ou plus qui sont les mieux protégées (les femmes de 20-34 ans sont aussi celles qui vont le plus fréquemment en consultation prénatale) : pour 64 pour cent des naissances issues de ces femmes, la mère a reçu une ou deux doses de vaccin pendant sa grossesse, contre 56 pour cent pour les naissances issues dcs mères les plus jeunes. Par ailleurs, les naissances de rang 2 ou plus sont mieux protégécs que les naissances de premier rang (qui sont aussi celles des mères les plus jeunes) : 63 pour cent dc protection pour les naissances de rang 2 ou plus, contre 57 pour cent pour les naissances de rang 1. De même, des di ffércnces importantes apparaissent selon le milieu de résidence, 90 pour 92 Tableau 7.3 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre d'injections antitétaniques reçues par la mère pendant la grossesse et pourcentage de naissances pour lesquelles la mère a un carnet de santé, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'injections antltétaniques Pourcentage ayant un Effectif NSP/ carnet de Caractéristique 0 1 2 ou + ND Total de santé naissances Age de la mère å la naissance < 20 42,5 17,0 38,8 1,6 100,0 57,0 1031 20-34 34,6 20,2 43,3 1,9 100,0 58,1 4271 35 ou plus 36,2 24,3 38,6 1,0 100,0 54,9 1000 Rang de naissance 1 40,9 17,6 39,7 1,8 100,0 59,7 1155 2-3 34,8 19,6 44,0 1,6 100,0 58,7 1824 4-5 33,1 20,6 44,3 1.9 100,0 57,0 1487 6 ou plus 37,0 22,6 38,9 1,6 100,0 55,1 1836 Milieu de résidence Ouagadougou 7,1 20,0 70,2 2,6 100,0 93,8 499 Autres villes 103 20,0 66,9 2,4 100,0 92,7 400 Total urbain 8,7 20,0 68,7 2,5 100,0 93,3 900 Rural 40,7 20,4 37,3 1,6 100,0 51,4 5402 Région de résidence Ouagadougou 7,1 20,0 70,2 2,6 100,0 93,8 499 Nord 40,1 22,1 35,6 2,1 100,0 47,8 1137 Est 48,4 18,0 32,8 0,7 100,0 42,2 1377 Ouest 32,1 16,4 48,1 3,4 100.0 67,6 1586 Centre/Sud 35,8 24,8 39,0 0,4 100,0 55,9 1703 Niveau d'instruction Aucun 38,7 20,4 39,3 1,7 100,0 53,9 5592 Primaire 18,3 23,0 56,8 1,9 100,0 82,0 533 Secondaire ou plus 9,0 12,0 76,2 2,7 100,0 94,7 178 Ensemble 36,1 20,3 41,8 1,7 100,0 57,4 6302 cent de couverture vaccinale à Ouagadougou, 87 pour cent dans les autres villes et seulement 58 pour cent dans le milieu rural, et selon la région, où la couverture varie de 51 pour cent seulement à l'Est à 65 pour cent dans la région Ouest. En ce qui concerne le niveau d'instruction de la mère, on retrouve les mêmes écarts que pour les consultations prénatales : pour 88 pour cent des naissances issues de tcmmes de niveau secondaire ou supérieur, la mère a reçu les doses de vaccin antit6tanique, contre seulemcnt 60 pour cent lo~que la mère est sans instruction (Graphique 7.1). Pour plus de la moiti6 des naissances des 5 demières ann6es (57 pour cent), la mère a eu un carnet dans lequel sont consignés les visites prénatales, les caractdristiques de 1'accouchement et le suivi de l'enfant, et qui foumit donc un aperçu complet de la sant6 de la mère et de l'enfant. Les naissances pour lesquelles les mères possèdent le plus souvent un carnet prénatal sont celles des femmes les plus instmites (95~pour cent), celles du milieu urbain (93 pour cent), ainsi que les naissances de premier rang (60 pour cent). 93 7.1.2 Accouchement Plus de la moitié des naissances des 5 années ayant précédé l'enquæte (56 pour cent) ont eu lieu à la maison et 43 pour cent ont eu lieu dans un établissement sanitaire (Tableau 7.4 et Graphique 7.2). Les femmes qui sont allées en consultation prénatale sont celles qui accouchent le plus fréquemment dans les établissements sanitaires et, en particulier, celles qui ont effectué quatre visites prénatales et plus : 73 pour cent de leurs naissances ont lieu dans les services de santé. Le lieu de l'accouchement varie avec l'âge de la mrre : les femmes de moins de 20 ans accouchent un peu plus souvent dans un établissement sanitaire (46 pour cent) que les autres (42 pour cent). Par contre, le rang de naissance semble jouer un rrle plus déterminant : les naissances de rang 1 ont lieu dans 50 pour cent des cas dans un service de santé, et cette proportion diminue avec le rang pour ne plus concerner que 39 pour cent des naissances de rang 6 ou plus. Comme pour les visites prénatales, les mères qui atteignent des parités élevées se sentent peut-être moins préoccupées par leur grossesse et leur accouchement. Tableau 7.4 Lieu de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq annees ayant précédé l'enqu6te par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Etablis Effectif A la sement Autres/ de Caractéristique maison sanitaire ND Total naissances Age de la mère å la nai~ance < 20 53,3 46,0 0,6 100,0 1031 20-34 56.4 42,9 (1,7 100,0 4271 35 ou plus 59,I1 40,1 0,9 100,0 1000 Rang de naissance 1 5(1,1 49,7 0.2 100,0 l 155 2-3 56,0 43,2 0,8 100,0 1824 4-5 57. I 42,0 0.9 100,0 1487 6 ou plus 59,9 39,2 0.9 1(/0,0 1836 Milieu de résidenee Ouagadougou 5,0 93,7 1,4 100,0 499 Autres villes 12,8 87,0 0.2 100,0 400 Total urbain 8,4 9~1,7 (1,8 lt1(1,1) 90() Rural 64,3 35,0 (1,7 1 (/(/,0 5402 Région de résidence Ouagadougou 5,0 93,7 1,4 100,0 499 Nord 64,7 35,1 0,2 100,0 1137 Est 68,9 30,4 0.6 100,0 1377 Ouest 41,9 57,0 1,1 10i),0 1586 Centre/Sud 69,0 30,4 0,6 101/,0 17(13 Niveau d'instruction Aucun 60,5 38,8 //,7 100,0 5592 Primaire 28,1 71,0 0.9 100,0 533 Secondaire ou plus 8,7 9(),8 (1,5 100,0 178 Visites prénatales Aucune 92,9 6,0 1,0 100,0 2523 1 à 3 35,1 64,6 0,3 100,0 2163 4 ou plus 26,7 72,9 0,3 100,0 1423 NSP/ND 33,2 61,7 5,1 100,0 193 Ensemble des naissances 56,3 43,0 0,8 100,0 6302 Note: Les données concernent les naissances de la i:érfi)de 1 59 mois préc&lant 1 'enqu~3te. 94 Graphique 7.2 RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est! Ouesl Centre/Sud INSTRUCTIOiN Aucune Primaire Secondaire ou +~ Lieu de D'accouchement I i i!i%iiiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiii [iii~iiiii%iliiii iiii~ii%iliiiiii i iii~ii~iiiiiiiiii ii~iiiiiiiiiiiiiiii!i!i~iiiiiiiiiiiiil ii i!ii~iii~!i~ iii~ii!iiii!il 20 40 60 80 Pourcent«ge ioo Assistance médicale à l'accouchement t RESIDENCE Ouagadougou Autres viJlee Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + I B 0 ii~~!~~~i~iii!~ii!]i~!~i~i!i~iiii!i~iiiii~%iiii!i~~~~iii~iii~ii%iii~iii@i~i~ii~~!i~@iiii~~i~ii!~i~iii~@iiii!i!i!~i~iiii~i~ii!~i~~!i!~i~i~i~iii!~~~ii~ 20 4O 60 8O 100 Pourcentage EDSBF 1993 95 Du point de vue du milieu et de la région de résidence, les dcarts constatés pour les visites prénatales et les vaccinations antitétaniques se retrouvent ici : 94 pour cent des naissances de Ouagadougou et 87 pour cent des naissances du reste du milieu urbain ont lieu dans des dtablisscments sanitaires, contre 35 pour cent seulement de celles du milieu mral. Le manque d'infrastructures sanitaires ou leur éloignement explique en grande partie ces différences. Du point de vue régional, la région Ouest - comprenant la villc de Bobo- Dioulasso - est la mieux lotie (57 pour cent d'accouchements en établissement sanitaire) alors que dans les autres régions, seulement 30 à 35 pour cent des naissances ont eu lieu en milieu médicalisé. De tels écarts ne trouvent certainement pas leurexplication que dans la seule accessibilité des services. Le niveau d'instruction de la femme joue un r6le prédominant dans le choix du lieu de l'accouchement : les naissances des femmes les plus instruites se produisent, dans leur grande majorité, dans les services de santé (91 pour cent), alors que seulement 39 pour cent des naissances des femmes sans instruction ont lieu ailleurs qu'à domicile. Un peu plus de deux naissances sur cinq (42 pour cent) ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical, essentiellement avec l'aide d'une infirmière ou d'une sage-l~zmme (40 pour cent) (Tableau 7.5 et Graphique 7.2). Presque un tiers des accouchements (31 pour cent) a eu lieu en présence d'une accoucheuse traditionnelle, et un sur cinq (2() pour cent) avec l'aide de parents ou autres (amies). Pour 4 pour cent des naissances, la mère est seule pendant l'accouchement. Une grossesse suivie par des visites prénatales aboutit, le plus souvent, à un accouchement assisté par du personnel médical, en particulier, lorsque les visites prénatales ont été nombreuses : 70 pour cent des naissances pour lesquelles la mère a effectué 4 consultations prénatales ou plus, ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical. A l'opposé, lorsque la mère n'a pas du tout été suivie pendant sa grossesse, ce sont en majorité des accoucheuses traditionnelles (45 pour cent) ou ses parents ou autres (amies) (36 pour cent) qui l'aident lors de l'accouchement, voire même personne (7 pour cent). Les tendances observ6es ici sont semblables à celles observées pour les visites prénatales et surtout à celles observées pour le lieu d'accouchement. L'assistance médicale est plus importante pour les naissances de premier rang (48 pour cent), les naissances de Ouagadougou (95 pour cent), celles de l'Ouest (57 pour cent) et celles issues des femmes les plus instmites (92 pour cent). C'est également pour cette dernière catégorie de naissances que l'intervention du personnel le plus qualifié (médecin) est la plus fréquente (7 pour cent). A l'opposé, l'assistance médicale pendant l'accouchement est faible lorsqu'il s'agit de naissances de rang élevé (38 pour cent pour les rangs 6 et plus), de naissances du milieu rural (33 pour cent), de celles de l'Est (26 pour cent), du Nord et du Centre/Sud (31 pour cent, chacune), et de celles issues de femmes sans instruction (37 pour cent). Dans tous ces cas, lorsqu'il n'y a pas d'assistance médicale, ce sont surtout les accoucheuses traditionnelles qui assistent la mère, ce qui est particulièrement vrai en milieu rural où 36 pour cenl des naissances ont lieu avec leur assistance. Ces accoucheuses traditionnelles sont aussi très présentes lors des accouchements se produisant dans la région Nord (39 pour cent) et dans la région Centre/Sud (49 pour cent). 11 faul noter aussi que c'est dans la région Nord que se trouve le plus fort pourcentage de lemmes accouchant seules (10 pour cent). 96 Tableau 7.5 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant précédé ]'enquSte par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiques. EDS Burkina Faso 1993 Accou- Infirmière/ cheuse F, ffecti f Sage- tradition- Pa~ent s/ de Caraet6ristique Médecin femme nelle Aules Personne ND 'lk)tal naissances Age de la mère à la naissance <20 1.5 41,7 28,9 23,2 2,1 2.6 100,0 1031 20-34 1.3 40,6 31,4 19.1 3,7 3,9 100,0 4271 35 ou plus 1.1 36.9 30.5 23,0 5,3 3,3 100,Il 1000 Rang de naissance 1 1,8 46.3 26,3 21.2 1,5 2,9 100,0 1155 2-3 1,6 40,5 30,9 211,7 3.7 2.5 100.0 1824 4-5 1,0 39.0 32.4 19.7 4,0 4,0 100,0 1487 6 ou plus 0.9 36.9 32,3 20,2 4,9 4.8 100,0 1836 Milieu de résidence Ouagadougou 5.1 89,7 1.4 2.1 1,4 0,4 100.0 499 Autres villes 2,0 85,8 3.8 6,0 1.7 0,7 100,0 400 Total urbain 3.7 87,9 2,5 3,9 1,5 0.5 100,0 900 Rural 0,9 32,2 35,6 23,2 4,1 4,1 100,0 5402 Région de résidence Ouagadougou 5,1 89,7 1.4 2.1 1,4 0,4 100,0 499 Nord 0,8 29.9 39.3 19,7 10,0 0,3 100,0 1137 Est 0.2 26.0 26,6 30,1 2.0 15,0 100,0 1377 Ouest 2,2 54,4 17,9 21.5 3.4 0,7 100.0 1586 Centre/Sud 0,6 30,6 49.4 17.4 1,8 0,2 100.0 1703 Niveau d'instruction Aucun 0,8 36,3 32,9 22,1 4,0 3,9 100,0 5592 P~malre 4.3 66,1 18,4 7.9 1,7 1,6 100.0 533 Secondaire ou plus 6,7 85,1 3,9 3,7 0,5 0.0 100,0 178 Visites prénatales Aucune 0,1 5.5 45.4 36,0 6,7 6,3 100,0 2523 1 ~ 3 1.6 60,9 22,6 11,4 1.8 1,7 100,0 2163 4 ou plus 2,8 66,9 19,3 7,8 1,2 2,1 11~),0 1423 NSP/ND 2,0 63,4 17,4 11,1 5,1 1 ,Il 100,0 193 Ensemble des naissances 1,3 40.2 30.8 20.4 3.7 3,6 100,0 6302 Note: Les données concernent l¢s naissances de la période 1-59 mois précédant l'enquête. Si différentes personnes ont assisté l'accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 97 Une très faible proportion des naissances des 5 dernières années (1 pour cent) a eu lieu par césarienne (Tableau 7.6), ce qui n'est guère surprenant, compte tenu du très petit nombre de femmes qui ont accouché avec l'assistance d'un mædecin (1 pour cent). D'autre part, la proportion de naissances prématurées est dgalcment faible (2 pour cent). D'après les carnets prénatals ou les d6clarations de la mère, seulement un enfant sur cinq (21 pour cent) a ét6 pesé ','t la naissance, et 12 pour cent d'entre eux étaient de très faible poids (moins de 2 500 grammes). A la question sur la taille à la naissance, 38 pour cent des femmes ont déclaré "moyen," 37 pour cent ont déclarê "très gros ou plus gros que la moyenne," et dans 21 pour cent des cas, les mères ont déclaré que leur en fant ælail "plus petit que la moyenne ou très petit." 7.2 VACCINAT ION Pour permettre une évaluation du Programme Elargi de Vaccination (PEV), I 'EDS a collecté des informations sur la couverture vaccinale pour tous les enfants nés dans les cinq ann6es ayant précédé l'enquête. Selon les recommandations de l 'OMS, pour être complètement vacciné, un enfant doît recevoir le BCG (contre la tuberculose) à la naissance, trois doses de polio et de DTCoq (contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche), la première dose h partir de 6 semaines et les deux amrcs à an mois d'intervalle chacune, et le vaccin contre la rougeole à l 'âge de 9 mois. L 'OMS recommande que l'ensemble de ces wtccinatiuns soient reçues avant l 'åge de 1 an. En outre, la vaccination contre la fièvre jaune ~ fait partie du PEV du Burkina Faso et doit également être administrée avant l 'âge de 1 an. Les données ont ~té collectées de deux façons différentes : soit relevdos à partir du carnet de vaccination produit par la mCre, soit enrcgistrées selon les déclaratinns de la mère. L'enfant présenté en consultation reçoit un carnet de wmcination où sont inscritcs les difl~rentes vaccinations qui lui ont ét6 faites. Lorsque la mère disposait de ce document, les cnquêtrices rccopiaient les informations qui y étaient inscritcs. Dans le cas où la mère n'en disposait pas (soit elle ne l'avait jamais eu, soit il n'était pas disponible au moment de l'enquête, soit elle l'avait perdu), on lui demandait si son enfant avait reçu le BCG (caractérisé par la Tableau 7.6 Caractéristiques de l'accou- chement: césarienne~ prématurité, poids et taille à la naissance Répartitkm (en %) des naissances surve- nues au cours des cinq années ayant pré- cédé l'cnqu&te, par nature de l'accouche- ment (césarienne, prématurité), poids à la naissance et taillc à la naissance d'après l'opinion de la mère, EDS Burkîna Faso 1993 Caractéristique Pourcentage Accouchement par césarienne Otti 1,3 Non 97,1 NI) 1,6 Total 100,0 Pr6maturité Oui 2,1 Non 95,8 NSP[ND 2,1 Total 100,0 Poids à la naissance (kg) < 2,5 2,6 2,5 ou plus 18,9 NSP/ND 78,5 Total 100,0 '/'aille å la naissance Plus gros que la moyenne 37,1 Moyen 38,2 Plus petit que la moyenne¤ Trbs petit 20,9 NSP/NI) 3,8 Total 100,0 Effectif de naissances 6302 Nette: Les données concernent les naissances de la période 1 59 mois précédant l'enquête. cicatrice laissée par la vaccination), le vaccin contre la polio (y compris le nombre de doses), et celui contre la rougeole. Pour les entants ne disposant pas d'enregistrement écril, on ne posait pas de question sur le DTCoq, mais cette vaccination étant normalement effectuée en même temps que la polio, on a supposé que la couverture était la même. Par ailleurs, dans certaines zones rurales, les trois doses de polio et de DTCoq Dans certains pays, la fièvre jaune ne fait pas partie (lu PEV. Aussi pour garder les résultats comparables à ceux de ces pays, ils seront toujours présentés d'une part, sans la lièvre jaune et d'autre part, avec la fièvre jaune. 98 sont administrées sous forme d'un vaccin combiné, appelé lmovax, qui lui, est administré en deux do~s. Afin de faciliter l'analyse, les enfants ayant reçu les deux doses d'lmovax ont 6t6 comptabilisés avec ceux ayant reçu les 3 doses de polio et de DTCoq. Au Tableau 7.7 figurent les résultats sur la couverture vaccinale selon les différentes sources d'information : le carnet de vaccination, les déclarations de la mère ou les 2 sources. Les données concernent seulement les enfants de 12-23 m ois, c'est-à-dire ceux qui, d' après les recommandations de l'OMS, ont atteint l'åge auquel ils devraient être complètement vaccin~s. Dans trois quarts des cas (73 pour cent), la couverture vaccinale est mesurée à partir des carnets de vaccination, et pour les autres cas (27 pour cent), elle est établie à partir des déclarations de la mère (données non publiées). Les informations sur la couverture vaccinale sont synthétisées au Graphique 7.3. Une grande majorité d'enfants ågés de 12-23 mois a reçu le BCG, les trois quarts (72 pour ccnt) selon le carnet de v accination, le restant (13 pour cent) selon les déclarations de la mère. Au total donc, 85 pour cent des enfants de 12-23 mois avaient reçu le BCG au moment de l'enquête. La polio O, qui est un vaccin intermédiaire permettant de pmtéger 1'enfant avant la première injection de polio, a ét~ donné å 32 pour cent des enfants, ce qui est élevé compte tenu de la nouveauté du programme. Tableau 7.7 Vaccinations par sources d' information Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reç:u des vaccinations spécifiques quel que soit I 'åge à la vaccination scion que t ' informat ion provient d 'un cainet de vaccina'titm ou de la déclaration de la mL're, et pourcentage de ceux qui ont &é vaccinés avant l 'åge de 12 mois, EDS Burkina Faso 1993 D'rCoq I Polin z Source d'information BCG 1 2 3 I/ 1 2 3 Toutes 3 Ç~ EOITI - pris Effectif Rou- Tou- Fièvre fièvre d'en- geole tes 2 jaune jaune) Aucune fants Vacc ln~s å n ' importe quel åge avant l ' enqu~e Selon le carnet de vaccination 72,2 67,1 56,5 34,9 31,6 69,0 57,8 35,3 51,1 29,9 49,1 28,1 0,0 1104 Selon la déclaration de la mère 13,2 12,0 8,4 5,7 0,3 12,0 8,4 5,7 8,5 4,7 1,5 1,4 13,1 1104 Selon les deux sources 85,4 79,1 64,9 40,6 31,9 81,0 66,2 41,0 59,6 34,7 50,6 29,5 13,1 1104 Vaccinés avant l 'âge de 12 mois 80,2 73,4 55,3 32,7 31,9 75,4 55,9 33,0 37,1 21,1 27,3 17,3 13,1 1104 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le mème que celui de la polio quand la mère a déclaré que l'enfant avait été vacciné contre la polio. Chez les enfants pour lesquels l'information est basée sur la déclaration de la mère, on a supposé que la proportion de vaccins reçu~ durant leur premibre année de vie était la mdme que chez ceux ayant un carnet de vaccination. 1 » Y compris les enfants ayant reçu I lmovax. 2Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG, la rougeole, les trois doses de I)TCoq et de polio). 3Enfants complètement vaccinés (BCG, rougeole, troîs doses de DTCoq et de polio) et ayant, en plus, reçu la vaccination contre la fièvre j aune , 99 Graphique 7.3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin Pourcentage 100 8o 60 40 i : : : : : 20 i 0 . . . . BOG ~,+,x+ x»:»~: . i 1 2 Pol io* . :?i~~?:~i I !ii!~iiiii?ii?i W~y:::y ::: ::, :««:«:»~ 1 2 3 Rougeole Fièvre Toutes Aucune OTCoq* jaune du FEV** * Y compris Imovax ** Non compris la fièvre jaune EDSBF 1993 Les résultats concernant les premières doses de polio et de DTCoq sont sensiblement les mêmes que ceux concernant le BCG : 81 pour cent des enfants ont reçu la polio 1 et 79 pour cent le DTCoq 1. La confirmation de ces vaccinations est donnée, pour plus des deux tiers des enfants vaccinés, par les carnets de vaccination et le reste d'après les déelarations de la mère. En ce qui concerne les doses suivantes de polio et de DTCoq, ce sont essentiellement les enfants ayant des carnets de vaccination qui ont étE vaccinés et, ils ont été vaccinés en majoritE avant l'åge de un an. Il faut noter cependant que pour ces deux vaccins, la couverture diminue progressivement avec les doses : huit enfants sur dix ont reçu la première dose de polio ou de DTCoq alors que seulement quatre sur dix ont reçu la troisième dose. Le taux de déperdition entre la première et la troisième dose est très élevé : 49 pour cent pour les deux vaccins. La couverture vaccinale contre la rougeole (60 pour cent) est nettement plus élevée que celle correspondant à la troisième dose de polio et de DTCoq. Par ailleurs, seulement un enfant de 12-23 mois sur deux (51 pour cent) est vaccine contre la fièvre jaune. Parmi les enfants de 12-23 mois, on a calcule la proportion de ceux complètement immunisés contre les maladies cible du PEV. En excluant la fièvre jaune, plus d'un tiers des enfants (35 pour cent) ont ét~ complètement immunises contre les maladies cible du PEV, et en incluant la fièvre jaune cette proportion diminue pour atteindre 30 pour cent. Ce faible pourcentage est dû essentiellement à la déperdition de la couverture vaccinale de Ia polio et du DTCoq. A l'opposE, 13 pour cent des enfants n'ont reçu aucune de ces vaccinations. Parmi les enfants de 12-23 mois, complètement vaccinEs, on a calculé la proportion de ceux qui l'avaient été avant l'âge de 1 an, ainsi que le recommande l'OMS (Graphique 7.3). Au total, près des deux tiers des enfants qui ont reçu toutes les vaccinations (61 pour cent), fièvre jaune exclue, les ont reçu avant leur premier anniversaire, et en incluant la fièvre jaune, ce niveau conceme 59 pour cent des enfants. Cependant, pour certains enfants, le calendrier des vaccinations accuse un certain retard, ce qui augmente, pour les enfants, les risques de contracter une maladie. Ainsi, 6 pour cent des enfants ayant reçu le BCG et 20 pour cent de ceux ayant eu les troisièmes doses de polio et de DTCoq, ainsi que 38 pour cent de ceux ayant reçu 100 la rougeole et46 pour cent de ceux ayant été vaccinés contre la fièvre jaune, les ont reçu après l'âge de 1 an. Cependant, les deux derniers vaccins se donnent vers la fin de la première année, ce qui explique, en partie, le retard plus important dans leur calendrier. Dans le cadre du PEV, c'est donc contre la tuberculose que les enfants burkinabè de 12-23 mois sont le mieux vaccinés (85 pour cent) - car cette vaccination est donnée à la naissance, moment où les enfants sont encore dans les établissements sanitaires - puis contre la rougeole (60 pour cent), contre la fièvre jaune (51 pour cent) et enfin, contre la polio et le DTCoq (toutes les doses). Ce classement des vaccinations reste le même quelles que soient les caractéristiques de l'enfant et celles de la mère (Tableau 7.8 et Graphique 7.4). La couverture vaccinale varie légèrement scion le rang de naissance, les enfants de rang 1 ayant plus souvent reçu toutes les vaccinations du PEV (fièvre jaune non comprise) que les autres (38 pour cent). A l'opposé, c'est parmi les enfants de rang élevé que se trouve la plus forte proportion de ceux n'ayant reçu aucune des vaccinations du PEV (16 pour cent pour les rangs 6 ou plus). Tableau 7.8 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques Pourcentage d'erffartts de 12-23 mois ayant- reçu des vaccinations spécif iques (selon le carnet, de vaccinat,ion ou les déclarations de la mère) et pourcentage de ceux pour lesquels un carnet de vaccinations a été présenté à l'enqu~trice, par caractérisfiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 DTCoq I polio I Caractéristique BCG 1 2 3 0 1 2 3 Pour- Toutes 3 centage (y com- avec un Effec- pris carnet de tif Rou- Tou- Fièvre fièvre Au- vaccina- d'en- geole tes 2 jaune jaune) tune tion fants Se~t~ Masculin 83,5 77,7 63,0 39,5 28,9 79,1 63,6 39,6 58,1 33,9 48.9 28,3 15,0 70,7 561 F~inin 87.4 80,5 66,9 41,8 35,0 82,9 68.9 42,5 61,1 35,4 52,5 30,8 II,l 74,7 543 Rang de naissance 1 87,7 79,8 68,8 43.3 40.0 80.4 69,5 44,0 OE~,2 38,2 57,4 32.8 12,3 74,3 213 2-3 86,8 82,4 63,0 41,9 28,1 83.1 63,1 42,5 58,8 33,9 45,9 27,2 10,7 69,5 323 4-5 84,6 78,9 67,6 38,5 34,6 80,8 69,6 38,7 60,6 34,0 52,6 28,7 12,9 74,7 246 6 ou plus 83,1 75,4 62.2 39,2 28,4 79,3 64,6 39,4 55,3 33,5 49,4 30,4 16,0 73,3 323 Milieu de r~stdenoe Ouagadougou 96,9 91,1 88.0 77,5 67,0 93.2 89,5 79,1 80,1 69,6 67.0 61,3 2.6 82,2 93 Autres villes 94.4 90,1 83,2 66,2 48,4 91,3 83.9 65,2 74,5 59.6 51.6 44,7 4,3 79,5 73 Total urbain 95,8 90,6 85,9 72,1 58.9 92.4 87.0 73,0 77,7 65.2 60,2 54,0 3,4 81,0 166 Rural 83,6 77.0 61.2 35,1 27,2 79,0 62.5 35,4 56,4 29,3 49,0 25,2 14,8 71,2 938 R~gton du r~stdenee Ouagadougou 96,9 91,1 88,0 77,5 67.0 93,2 89,5 79,1 g0,1 69,6 67,0 61,3 2,6 82,2 93 Nord 88.1 79,5 64,5 20,9 16,2 80.3 65,2 20,9 56.0 16.0 49,9 12,1 9,7 74,9 192 Est 81,5 73,2 57,6 37,8 30,8 74,8 58.9 37,8 52.2 33.9 42,4 29,1 17,8 71,9 214 Ouest 82,9 76.2 61,5 44.4 31,9 78,7 63,6 45,4 53,1 37,0 42,9 31,6 14,8 68,6 289 Centre/Sud 85,4 81,8 66,5 40.2 31,8 84,0 67,4 40,2 66,8 34,0 59,0 29,1 13,3 72,7 316 Niveau d'instruction Aucun 84,6 78,1 62,7 37,8 29,9 80,2 64,1 38,2 58,0 32,1 49,2 27,4 13,7 72,1 969 Primaire 88,5 82.5 75.6 51,8 41,I 82,5 75,6 51.8 62,8 41,6 54,0 34,7 11,0 72,4 102 Secondaire ou plus 100.0 97.1 95,7 88,6 60,8 98.6 97,1 90,1 95,7 85,8 82,9 75,8 0,0 88,5 34 Ensemble des enfants 85,4 79,1 64,9 40.6 31,9 81,0 66,2 41,0 59,6 34,7 50,6 29,5 13,1 72,7 1104 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vacclna6on est le m~mc que cc[uî de la polio quand la m~te a d~;lar6 que l'enfant avait êoE vaccin~ contre la poilu. Iy compris les enfants ayant reçu l'lmovax. 1Enfants complètement vaccin~s (c'est-à-dire ceux qui ont reçu le BCG, la rc~goe]e, les trois doses de DTCoq et de poilu). 3Enfants corapl~tement vaccin6s (BCG, rougeole, trois doses de DTCoq et de poilu) et ayant, en plus, reçu la vaccination contre la fièvre jaune. 101 Graphique 7.4 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination ENSEMBLE I RESIDENCE I Ouagadougou I Autres vil les Rural REGION Ouagadougou Nord Es1 Ouesl Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primair~ Secondaire ou + 100 80 6o 40 20 o 2b 4b 6b 8b Pourcentage Note: Information selon le carnet de vaccination ou la déclaratîon de la mère, * Non compris la fièvre jaune 100 EDSBF 1993 Les différences entre les milieux de résidence sont très importantes : 70 pour cent des enfants de Ouagadougou ont reçu tous les vaccins, contre 60 pour cent dans les autres villes et seulement 29 pour cent en milieu rural, ce qui veut dire en d'autres termes, que les enfants de la capitale sont plus de deux fois plus vaccinés que ceux de la campagne. Cet écart entre le rural et l'urbain existe, à différents niveaux, quelle que soit la vaccination, mais il est dû en grande partie à la déperdition de la couverture vaccinale de la polio et du DTCoq : dans la capitale, Ia déperdition entre la première et la troisième dose est de 15 pour cent; en milieu rural, elle est de 55 pour cent. L'accessibilité/disponibilité des structures sanitaires et le manque d'information des mères en milieu rural sur la nécessité de faire vacciner leurs enfants expliquent très certainement ces écarts. Du point de vue régional (Graphique 7.4), on enregistre aussi des différences très importantes par rapport à la capitale, avec 34 pour cent d'enfants vaccinés à l'Est et au Centre/Sud et 37 pour cent à l'Ouest. Mais c'est surtout la région Nord qui est particulièrement défavorisée avec seulement 16 pour cent des enfants de 12-23 mois ayant reçu toutes les vaccinations du PEV. La déperdition entre la première dose et la troisième dose de polio/DTCoq y concerne les trois quarts des enfants (74 pour cent). Paradoxalement, il y a dans cette région beaucoup moins d'enfants qui n'ont reçu aucune de ces vaccinations (10 pour cent), que dans le Centre/Sud (13 pour cent), dans l'Ouest (15 pour cent) et que dans l'Est (18 pour cent). L'instruction de la mère joue également un grand rôle dans la couverture vaccinale des enfants de 12-23 mois : tous les enfants de femmes de niveau secondaire ou supérieur ont reçu le B CG, presque tous ont reçu les 3 doses de polio (90 pour cent) et de DTCoq (89 pour cent), 96 pour cent ont été vaccinés contre la rougeole, et, finalement, 86 pour cent ont ét~ complètement vaccinés. Les proportions d'enfants vaccinés sont beaucoup plus faibles lorsque la mère a un niveau primaire, environ deux enfants sur cinq (42 pour cent) sont complètement vaccinés, et la couverture vaccinale diminue encore plus lorsque la mère n'a aucune instruc- tion : seulement 32 pour cent des enfants sont totalement protégés. De plus, il faut remarquer que chez les 102 femmes sans instruction, la proportion d'enfants vaccinés contre la polio et le DTCoq diminue fortement avec les doses : seulement un enfant sur deux ayant reçu la polio 1 ou le DTCoq 1 reçoit la troisième dose. Concernant la fièvre jaune, la proportion d'enfants vaccinés varie selon les mêmes critères que pour les autres vaccinations, tout en restant à de bons niveaux : deux fiers des enfants protégés à Ouagadougou et entre quatre ~ six enfants sur dix dans les autres régions. Il y a en fait relativement peu d'enfants de 12-23 mois qui ne sont pas du tout vaccinés au Burkina Faso (13 pour cent), et ce quelle que soit la caractéristique prise en compte (même si habiter à Ouagadougou et avoir une mère de niveau au moins secondaire conduisent à des protections maximales). Ces résultats peuvent laisser penser que le PEV burkinabè est particulièrement bien installé sur l'ensemble du territoire. Cependant, l'efficacité de ce programme est en partie compromise par le manque de suivi, et l'importante déperdition de la couverture vaccinale qui en découle, notamment en milieu rural, où les enfants restent encore très exposes. Les données sur la vaccination ayant été coUect6es pour tous les enfants de moins de 5 ans, on peut évaluer rétrospectivement les tendances de la couverture vaccinale avant l'åge de 12 mois, pour les années ayant précédé l'enquête, à partir des données concernant les enfants de 12-23 mois, de 24-35 mois, 36-47 mois et 48-59 mois à 1'enquête. Le Tableau 7.9 présente ces taux de couverture pour les enfants vaccinés dans leur première année d'existence, d'après le carnet de vaccination et les déclarations de la mère. Les différentes valeurs ont été calcul~es à partir des dates de vaccination figurant sur les carnets; dans les cas où les dates de vaccination étaient inconnues, par exemple, lorsque l'information provenait des seules déclarations de la mère, on a supposé que ces enfants avaient été vaccinés selon un calendrier similaire à celui des enfants disposant de dates sur leur camet. Figurent également dans ce tableau les proportions d'enfants de chaque groupe d'tiges pour lesquels un carnet de vaccination a été montré à l'enquêtrice. Pour 66 pour cent des enfants de 1-4 ans, la mære a prêsenté le carnet de vaccination ~ l'enquêtrice. La proportion d'enfants possédant un carnet diminue avec l'augmentation en åge : de 73 pour cent pour les enfants de 1 an ~ 58 pour cent pour ceux de 4 ans. Cette diminution, qui peut être due, en partie, à la perte de plus en plus importante des documents avec le temps, dénote plus vraisemblablement une réelle augmentation de la possession de ces carnets des générations les plus anciennes (4 arts à l'enquête) aux gén6rations les plus récentes (1 an à l'enquête). Pour l'ensemble des enfants de 1-4 ans, 72 pour cent ont reçu le BCG, 68 pour cent ont reçu la première dose de polio et celle du DTCoq, 35 pour cent ont été vaccinés contre la rougeole, 25 pour cent contre la fièvre jaune et 22 pour cent ont été entièrement protégés avant l'åge de 1 an contre toutes les maladies du PEV (fièvre jaune non incluse). A l'opposé, 12 pour cent des enfants de 1-4 ans n'ont reçu aucune vaccination, ce qui reste du niveau évalué précédemment. Cependant, entre les enfants qui avaient 4 ans au moment de l'enquête et ceux qui en avaient 1, on enregistre une amélioration des niveaux de chacune des vaccinations (Graphique 7.5). Ainsi, si 58 pour cent des enfants qui avaient 4 ans au moment de l'enquête ont reçu le BCG avant l'ãge de 1 an, 73 pour cent de ceux ågé de 3 ans, 77 pour cent de ceux de 2 ans et enfin 80 pour cent de ceux de 1 an l'ont également reçu. Il en est de même pour la troisième dose de polio et DTCoq, puisqu'elle passe de 22 pour cent chez les enfants de 4 ans, à 33 pour cent chez ceux de I an, soit une augmentation d'un tiers. Par ailleurs, la déperdition de la couverture vaccinale entre la première et la troisième dose semble aller dans le sens d'une 1Egære diminution : elle est de 59 pour cent chez les enfants de 4 ans et de 56 pour cent chez les enfants de lan. 103 Tableau 7.9 Vaccinations avant l 'âge de 12 mois Pourcentage d'enfants åg6s de [ à 4 ans pour lesquels un carnet de vaccinations a ét6 montré à l'cnquêtrice, et i-.<)urccntage de ceux qui ont reçu, avant l'âge de 12 mois, le BCG. le DTCoq, les vaccins contre la polio et contre la rougeolE, par åge actuel de l'enfant, EDS Burkina Faso 1993 Age actuel de l't:nl]tllt en nlois 12-23 24 35 36-47 lin[hnts 12-59 48-59 mois Carnet de vaccination montré å l 'enqu~trice 72,7 70.0 61,6 57,7 65,5 Pourcentages d'enfants vaccinés avant l'fige de 12 mois t BCG 80,2 77,0 73,1 57,6 72,2 DTCçx t 1 73,4 72,4 68.5 53,2 67.1 DTCoq 2 55,3 53,2 51,9 36,8 49,5 l)TCoq 32 32,7 31,5 30,9 22,3 29,5 Polio 0 31,9 24.7 18,9 15,9 22,9 Polio 1 75,4 72,9 69,5 53,7 68.2 Polio 2 55,9 53,7 52,4 37,4 50.1 Polio 3 33,0 31,6 31,1 22,2 29,6 Rougcole 37.1 35,3 38,5 29,1 35,2 Toutes les vaccinations 3 21.1 25,6 23.8 15,8 21,7 Fièvre jaune 27,3 21.3 28,9 21,0 24,9 Toutes les vaccinations 4 17,3 16.8 17,3 9,3 15.3 Aucune vaccinatioll 13,1 13,1 10,7 12,0 12,2 Effec tiI d'en fants 1104 1013 1179 1/;O3 4299 Note: Les enfants ayant reçu l ' Imovax sont comptabilisés avec CEUX ayant reçu les vaccinations contre le DTCoq et la polio. ll.'informatiort a ~té obtenue soi( â partir du carnet de vaccinations, soit à partir des déclarations de la mère quand il n'y avait pas d'enregistrement écrit. On supposc que, chez les enfants pour lesquels l' information est basée sur la dèclaradlm de la mère, la proportion de vaccins reçus durant la première année de ViE Est la mCme que chez CEUX ayant un car t ie r . 2On SUppOSE quc le taux de couverture du DTCoq pour les Enfants sans carnet de vaccination est le m~me que celui de la p~lio quand la mère a déclaré que l'enfant avait été vaccin~ contre la polio. 3Enfants complètement vaccinés (c'est-à-dire ceux qui ont re.ca le I~CG. la rotlgcole, les trois doses de DTCoq et de polio). «Enfants complètement vaccin6s et ayant reçu, en plus, la vaccination contre la fièvre jaune. 104 Graphique 7.5 Couverture vaccinale des enfants avant l'âge de 12 mois de 1989-90 à 1992'93 Pourcentage 1989-90 1990-gl 1991-92 1992-93 * Y compris Imovax ** Non compris la fièvre jaune [~~] BOG i ~Rougeole DTCoq 3* [] Polio 3* /ITous vaccins du PEV** EOSBF 1993 Le pourcentage d'enfants complètement vacciné s avant l 'âge de 12 mois, passe de 16 pour cent chez les enfants de quatre ans, à 24 pour cent chez les enfants âgés de 3 ans, atteint 26 pour cent des enfants de 2 ans et concerne enfin 21 pour cent de ceux ågés de 1 an au moment de l'enquête. A l'opposé, la proportion d'enfants pas du tout vaccinés reste relativement stable : 12 pour cent des enfants de 4 ans et 13 pour cent de ceux de 1 an. Ces résultats mettent en évidence une amélioration du PEV au niveau national, survenue dans un laps de temps relativement court. Cependant, compte tenu d'un retard dans le calendrier des vaccinations il est évident que les recommandations de l 'OMS ne sont pas entièrement suivies et donc les enfants burkinabè restent très vulnérabIes, plus particulièrement en milieu rural. 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires Les infections respiratoires aiguës et en particulier la pneumonie, sont parmi les principales causes de mortalité des enfants dans les pays en voie de développement. Pour évaluer la prév alence de cette maladie au Burkina Faso, on a demandé aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient souffert de toux, accompagnée ou non d'une respiration courte et rapide, pendant les deux semaines ayant précédé l'enquête. Bien que le diagnostic de ta pneumonie ne puisse être établi aussi aisément, la présence de ces deux symp~mes au même moment est très révélatrice de cette maladie. Les soins précoces et le traitement par les antibiotiques pouvant éviter une grande proportion de décès par pneumonie, on a également demandé aux mères si pour l'enfant souffrant de toux et de respiration courte et rapide, elles avaient demandé des conseils ou donné un traitement, et si oui dans ce dernier cas, quel type de traitement. 105 I l apparaît au Tab leau 7. l 0, que 1 1 pour cent des enfants de moins de c inq ans ont souffert de toux et de respirat ion courte et rapide pendant les deux semaines ayant précéd6 l 'enquête . Apparemment , les sympt6mes de la pneumonie sont plus fr6quents chez les enfants les plus jeunes, en part icu l ier ceux de 6-11 mois (18 pour cent) et d iminuent avec l ' âge (9 pour cent des enfants de 48-59 mois) . I l y a très peu de d i f férence sc ion le sexe et le rang de naissancc (quoique 13 pour cent des enfants de rang 6 ou plus ont présenté ces sympt6mes, contre 10 pour cent des autrcs), ou le mi l ieu de résidence. En ce qui concerne la région, les enfants du Nord et du Centre/Sud sont les plus touchés par la toux (13 pour cent), suivis de ceux de Ouagadougou (12 pour cent). Le n iveau d ' inst ruc l ion de la mère ne semble pas avo i r d'influence sur la préva lence de la toux. Tableau 7.10 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant souffert de toux avec une respiration courte et rapide durant les deux semaines ayant précédé l'enquête, et pourcentage d'enfants malades ayant ét~ soignés avec des médicaments spécifiques, par caractéristiques socio-demographiques, EDS Burkina Faso 1993 Enfants avec toux et respiration courte et rapide Pour- Pourcentage centage Pourcentage traite avec : avec toux pour et ¢espira lequel Sîrop Remædes Effectif tion courte la m~-re Anti Injec contre tradi- R ien d'en- Caractéristique et rapide a consulté blotiques tions la toux tionne[s Autres NSP/ND fants Age de l'enfant < 6 mois 13,6 12,2 8,3 0,0 7,9 51,6 23,3 25,0 620 6-11 mois 17,5 23,8 15,7 1,0 13,2 47,7 27,1 17,5 564 12-23 mois 12,4 26,7 15,1 4,8 14,7 32,4 27,0 26,6 1104 24-35 mois 10,7 10,4 8,7 0,0 8,2 29,0 34,2 33,8 1013 36-47 mois 8,3 22,9 12,0 11,5 12,4 34,3 29,7 30,2 1179 48-59 mois 8,7 12,3 9,7 3,2 4,7 33,7 24,1 31,6 1003 Sexe Masculin 11,3 18,3 11,5 1,6 10,3 37,0 29,2 29,0 2768 Féminin 11,0 ! 9,1 12,3 1,9 11,0 37,7 26,3 25,9 2715 Rang de naissance 1 10,4 23,4 14,5 3,3 13,5 31,7 27,6 27,1 962 2-3 10,3 20,1 12,4 1,8 15,4 32,9 21,8 30,9 1581 4-5 10,7 19,5 14,5 2,0 6,9 37,4 34,3 22,1 1331 6 ou plus 12,9 14,9 8,4 0,9 7,9 43,6 28,1 28,7 1609 Milieu de r~sidenee Ouagadougou 11,7 38,5 32,1 2,8 28,4 9,2 40,4 19,3 453 Autres villes 10,8 33,7 20,9 2,3 41,9 25,6 37,2 7,0 361 Total urbain ] 1,3 36,5 27,4 2,6 34,1 16.1 39,0 14,1 813 Rural 11,2 15,6 9,1 1,6 6,5 41,1 25,8 29,8 4670 R~gion de r~sidenee Ouagadougou 11,7 38,5 32,1 2,8 28,4 9,2 40,4 19,3 453 Nord 13,4 23,7 10,3 2,1 11,0 35,8 25,5 32,0 980 Est 9,6 18,5 14,1 1,6 5,6 37,5 23,4 32,7 1200 Ouest 9,2 13,5 12,1 1,5 13,1 36,3 33,5 23,3 1365 Centre/Sud 12,6 13.2 5,7 1,5 6,7 47,1 24,7 26,2 1486 Niveau d'instruction Aucun 11,3 17,0 9,8 1,5 8,9 38,8 25,9 28,6 4850 Primaire 9,9 25,2 18,5 4,0 19,2 29,2 43,5 24,1 469 Secondaire ou plus 10,3 58,3 61,2 2,9 41,5 13,6 44,7 0,0 164 Ensemble des enfants 11,2 18,7 l 1,9 1,8 10,6 37,4 27,8 27,5 5483 Note : Les données concernent les naissances de la période 1 59 mois préoEdant l'enqug~te. 106 Pour moins d'un enfant sur cinq présentant les sympt6mes de toux et de respiration courte et rapide (19 pour cent), la mère a demandé des conseils ou un traitement auprès d'un établissement de soins ou auprès de personnel médical. Au niveau des traitements reçus, la majorité des enfants (37 pour cent) a reçu des remèdes traditionnels, 12 pour cent ont reçu des antibiotiques et 11 pour cent du sirop contre la toux. Un très faible effectif a été soigné par injection (2 pour cent). Les réponses multiples étaient admises pour les traitements, ce qui explique la forte proportion d'enfants ayant reçu d'autres remèdes (28 pour cent) : dans leur très grande majorité, les enfants à qui d'autres remèdes ont été donnés, ont également reçu un traitement au moyen d'un des médicaments spécifiques qui sont présentés dans le tableau. La fréquentation des établissements de soins et le type de traitement reçu diffèrent légèrement selon les caractéristiques socio- démographiques des enfants et de leur mère. Les enfants de 6-23 mois (qui sont aussi les plus touchés) ainsi que ceux de 36-47 mois, ceux de rang 1, ceux du milieu urbain, et ceux dont la mère a le niveau d'instruction le plus élevé sont ceux pour lesquels le recours au système de santé a été le plus fréquent. A l'inverse, ce sont les enfants malades du milieu rural (16 pour cent), ceux de l'Ouest (14 pour cent) et du Centre/Sud (13 pour cent), ainsi que ceux dont la mère est sans instruction (17 pour cent) qui fréquentent le moins les établissements de soins. Parallèlement, ce sont les enfants de Ouagadougou (35 pour cent) et ceux dont la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (64 pour cent) qui sont le plus soignés à l'aide de remèdes modernes (antibiotiques et injections). Les remèdes traditionnels sont donnés en milieu rural, dans une très grande proportion (4l pour cent). A l 'oppo~, 28 pour cent des enfants malades n'ont reçu aucun traitement, notamment en milieu rural (30 pour cent) et dans les régions Nord (32 pour cent) et Est (33 pour cent). 7.3.2 Fièvre La fièvre est un sympt6me d'affections variées, mais dans les pays en voie de développement, elle est souvent associée à la rougeole ou au paludisme, car elle en est le symptõme principal. Ces deux maladies sont fortement endémiques au Burkina Faso et font partie des principales causes de décès des enfants burkinabè. Aussi, on a demandé aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient eu de la fièvre durant les deux semaines ayant prrcéd6 l'interview. Si tel était le cas, on demandait si la mère avait recherché des conseils ou un traitement et si oui, quel type de traitement l'enfant avait reçu. Au niveau national (Tableau 7.11), plus du tiers des enfants de moins de 5 ans (35 pour cent) ont eu de la fièvoe : les enfants les plus touchés sont ceux de 6-23 mois (46 pour cent), ceux de rang élevé (38 pour cent des enfants de rang 6 ou plus), du milieu rural (36 pour cent), ceux du Nord (43 pour cent) et de l'Ouest (40 pour cent). Le niveau d'instruction de la mère semble aussi être un facteur déterminant pour la prévalence de la fièvre, puisque c'est chez les enfants dont la mère a le plus d'instruction qu'elle est la plus faible : 26 pour cent contre 35 pour cent pour les enfants dont la mère a seulement un niveau primaire ou pas d'instruction (Graphique 7.6). Pour seulement un enfant sur cinq ayant eu de la fièvre (19 pour cent), la mère a demandé des conseils ou un traitement auprès d'un établissement de soins ou auprès de personnel médical. Les enfants de rang 1 (23 pour cent), du milieu urbain (34 pour cent) et ceux dont la mère a le plus d'instruction (45 pour cent), sont ceux pour lesquels les conseils ou les traitements ont le plus souvent été recherchés. Un tiers des enfants malades (32 pour cent) a été traité avec des antipaludéens, un quart (25 pour cent) a reçu des remèdes traditionnels. Les antibiotiques n'ont ~té donnés qu'à 8 pour cent des enfants et, dans 2 pour cent des cas, l'enfant a reçu une injection. Le traitement par antipaludéens est largement dominant, sauf quand l'enfant a moins de 6 mois (24 pour cent en ont œeçu contre 33 pour cent des remèdes traditionnels) et dans les régions Nord (26 pour cent) et Est (23 pour cent) qui sont les deux régions, où les mères ont plus souvent recours à des remèdes traditionnels. Cependant, les antipaludéens sont plus souvent donnés aux enfants de 24-35 mois (35 pour cent), aux garçons plut6t qu'aux filles (33 pour cent contre 30 pour cent) et aux enfants de rang 1 (33 pour cent). De même, si la mère est citadine, elle utilisera plus volontiers ces médicaments : 34 pour cent 107 Tableau 7.11 Prévalence et traitement de la fièvre Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu de la fièvre durant les deux semaines ayant préc6dé l'enquête, et pourcentage d'enfants avec la fièvre ayant 6té soignés avec des médicaments spécifiques, par caractérîsilques socio- dérnographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique En[etnts avec fièvre Pourcentage traité avec : ,ocalr- centage Pourcentage pour ayant lequel la la m&e Anti fièvre a consuh6 paludéens Retardes Effectif Anti In jet- uadi- Rien d'en hic, tiques tions tionnels Autres NSP/ND fams A8e de l'enfant (mois) < 6 34,7 15,7 23,9 7,8 0,7 32,8 18,5 31,6 620 6-11 48,2 18.7 30,4 9,6 0,5 28,8 27,8 26,9 564 12-23 45,3 21,8 33,7 6,2 2,4 22,1 29,1 27,5 1104 24-35 36,3 20,5 35,0 7,5 1,9 22,2 29,7 29,0 1013 36-47 29,0 14,9 30,5 7,7 0,8 23,8 27,4 30,3 1179 48 59 22,3 22,6 31,2 8,6 2.7 22,4 28,9 28,4 1003 Sexe Masculin 36,3 19,5 33,3 6,9 1,7 24,0 25,4 31,0 2768 Féminin 33.7 19,1 29,6 8,5 1,5 25,3 29,9 26,6 2715 Ran~ de naissance I 33,1 23,2 33,2 8,1 2,5 21,4 33,1 25,9 962 2-3 32,0 19,7 32,1 8,4 1,7 23,7 24,6 30,0 1581 4-5 35,9 18.1 32,2 6,9 1,3 22,3 28,0 31,1 1331 6 ou plus 38,3 17,9 29,7 7,4 1,4 28.8 26,7 28,0 1609 Milieu de résidence Ouagadougou 27,6 35,8 42,8 21,4 5,1 5,8 54,1 13,7 453 Autres villes 28,0 31,4 34,5 16,6 3,6 17,9 49,8 11,6 361 Tota/ urbain 27,8 33.8 39,1 19.3 4,4 11,2 52,2 12,8 813 Rural 36,3 17,4 30,5 6,1 1,2 26,4 24,2 31,1 4670 Région de résidence Ouagadougou 27,6 35,8 42,8 21,4 5,1 5,8 54,1 13,7 453 Nord 42,8 20,5 25,6 7,1 1,7 30,2 26,4 28,2 980 Est 28,3 19,4 23,1 9,5 1,2 24,5 16,2 39,3 1200 Ouest 40,0 17,0 35,4 7,1 0,6 23,7 32,4 26,9 1365 Centre/Sud 32,9 16,6 35,3 4,0 2,1 25,7 24,1 28,4 1486 Niveau d'instruction Aucun 35,3 17,6 30,4 6,4 1,5 25,6 25,2 09,6 4850 Primaire 34,7 3(/,8 40,6 13,6 3,1 16,9 46,4 30,9 469 Secondaire ou plus 26,4 44,7 41,4 36,0 2,2 13,8 50,2 9,8 164 Ensemble des enfants 35,0 19,3 31,5 7,7 1,6 24,6 27,5 28,9 5483 Note: Les données concernent les naissances de la période 1 59 mois précédant l'enquête. 108 Graphique 7.6 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les 2 semaines avant l'enquête ENSEMBLE RESIDENCE Oua9adougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Es| Ouesl Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ~~~~~~~~~~~~!!~~~~:~i~i~~~)~!:!i;!~~i;~~~i~i~~!~~~~~~~~~;~:~~~~~~~~~~2~!!!~~~!~!~!~!~~~~~~!~~i!:!i;~~~~~~~~;~~~~~!~~~!~!~~~~~~~~~!?!~~~~~~~ I 10 20 30 Pourcentage 40 50 EDSBF 1993 en milieu urbain contre 17 pour cent en milieu rural. Les difficultés d'approvisionnement et d'accès des centres de santé du milieu rural (voir Chapitre 12 - Disponibilité des services communautaires) sont en grand partie responsables de ces différences. Cela prévaut aussi pour tes régions Nord et Est qui sont les deux régions les plus enclavées du pays. Les remèdes traditionnels viennent immédiatement après (un quart des enfants en ont pris), sauf dans le cas des mères ayant un niveau d'instruction au moins secondaire, qui préfèrent donner des antibiotiques : 14 pour cent d'entre elles ont donné des remèdes traditionnels et 36 pour cent des antibiotiques. Comme pour le traitement de la toux, les enfants ayant reçu d'autres remèdes (28 pour cent), les ont reçu en plus des remèdes spécifiques listés dans le tableau. Par aiIleurs, 29 pour cent des enfants n'ont reçu aucun traitement, et ceci est particulièrement vrai en milieu rural (31 pour cent) et dans la région Est (39 pour cent). 7.3.3 Diarrhée Les maladies diarrhéiques sont très fréquentes et la déshydratation qui peut s'ensuivre est la principale cause de décès des enfants dans les pays en voie de développement. Suivant les recommandations de l 'OMS pour lutter contre les effets de la déshydratation, le Ministère de la Santé de l'Action Sociale et de la Famille, s'est engagé dans un programme de Traitement de Réhydratation par voie Orale (TRO), en conseillant l'utilisation soit d'une solution préparée à partir du contenu de sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), soit d'une solution préparée à la maison avec de l'eau, du sucre et du sel. En plus des questions sur la diarrhée chez les enfants de moins de cinq ans, on a donc demandé aux femmes si elles connaissaient et avaient utilisé les traitements de réhydratation par voie orale. 109 Pour l'~rude de la prévalence de la diarrhée, 2 deux périodes de référence ont ét~ retenues : lcs demières vingt-quatre heures et les deux semaines ayant précédé l'enquête. Le Tableau 7.12 fait apparaître que 20 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhdiques dans les deux semaines ayant précédd l'enquête; presque la moitid de ces enfants (9 pour cent) avaient toujours la diarrhée dans les vingt-quatre heures avant l'enquête. En outre, 4 pour cent des enfants (soit un enfant sur vingt-cinq ayant eu la diarrhée dans les deux demières semaines), ont eu la diarrhée avec prdscnce de sang dans les selles, ce qui peut dire un signe de dysentcric. Ainsi quc le montre le Graphique 7.7, la prdvalcncc de la diarrhée est particuliêremcnt élevêe chez les enfants de 6-23 mois, 32 pour cent d'entre eux ont eu la diarrhée dans les deux semaines précédant l'cnquête, âgés auxquels, pour les plus jeunes, lcs mèrcs introduisent une alimentation de complément et auxquels, pour les plus âgés, a lieu le sevrage. On verra par la suite que c'est également aux mêmes âges que les enfants sont le plus atteints de sous- nutrition aiguë. Une alimentation insuffisante et mal équilibrée, combinée à ces épisodes diarrhéiques sévères et fréquents sont la cause de la prévalence de l'dmaciation des enfants de ce groupe d'åges (voir Chapitre 8 - Allaitement et dtat nutritionnel). Par ailleurs, concernant le sexe, on peut noter que les garçons Tableau 7.12 Prévaience de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée et pourcentage de ceux ayant eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles durant les deux semaines ayant précêdê l'enquête, et pourcentage de ceux ayant eu la diarrhêe dans les dernières 24 heures, par caract6ristiques socio- démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Diarrh4e durant les 2 semaines précédant l'enquête t Toute Avec diarrhée sang dans les Effectif Toute dans demières d'en- diarrhée selles 24 h z fants Age de l'enfant (mois) < 6 17.0 0.9 8.5 620 6 11 28.3 1.8 13,0 564 12 23 33.4 5,4 14.1 1104 24 35 23.7 7,1 9.6 1013 36 47 I4.6 4,2 5,0 1179 48 59 6.7 2,0 2.7 10(13 Sexe Masculin 21,8 4,4 10.3 2768 Fdminin /8,8 3.5 6,7 2715 Ranl~ de naissance 1 20,1 3.0 8.7 962 2-3 2e.1 4.2 8.6 1581 4-5 20.0 4.3 7,7 1331 6 ou ph~s 20.s 4,(1 8.9 1609 Milieu de résidence Ouagadougou 19.4 3,0 8,3 453 Autres villes 17.7 2.3 7,5 361 Total urbain 18.7 2.7 7,9 813 Rural 20.6 4,2 8.6 46711 Région de résidence Ouagadougou 19.4 3,0 8,3 453 Nord 23,7 5,1 8,1 9811 Est 2(I.2 3 ~7 9,7 t 211(I Ouest 20.2 3.2 8.1 1365 Centre/Sud 18.4 4.3 8.2 1486 Niveau d'instruction Aucun 20,4 4.1 8.6 4850 Primaire 21,8 3.3 8.5 469 Secondaire ou plus 13.I) 0.9 3,7 164 Ensemble des enfants 20,3 3,9 8,5 5483 Note: Les données concernent les naissances tic la période 1-59 mois prêcédant l'enquête 1y compris toute diarrhée dans les dcrnières 24 heures 2y compris diarrhée avec présence de sang dans les selles semblent souffrir un peu plus de cette affection que les filles (22 pour cent contre 19 pour cent). Le rang de naissance, quant à lui, ne semble en rien influer sur les niveaux de l'affection. OE La définition de la diarrhée n'a pas ~té donnée dans le queslionnaire, dans la mesure où l'on estime que les mères savent ce qu'est cette maladie. Dans le cas où elles ne comprenaient pas de quoi il s'agissait, l'enquétrice demandait alors si l'enfant avait eu plus de trois scllcs liquides par jour. 110 Graphique 7.7 Diarrhée par âge chez les enfants de moins de 5 ans Pourcentage 5O 40 30 20 10 0 2 4 6 8 1012141618202224262830328436384042444648505254565860 Age en mois Note: Moyenne mobile sur trois mois EDSBF 1993 Graphique 7.8 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les 2 semaines avant l'enquête ENSEMBLE RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + ~~i~:~i!:~:~::i~:~!~:~~~!i!~:~!~;!:~!~~~!!~!!:~i!!~~~!~!~:~~:~~!:!:!!:!~!:!:!:!;!:!:!:!!:~!;!:!:!:~:!:!:~:!:!!:!~:;!;!!:?!:~:!:!:!:~:~::~:~;::~:~::~~! :] ~ ~ :::i:i:~~~:i:~:~ i:i:~:i i:~;i:i:i ~:i:i ~;i:i:~:i:i i i:i:i:~:i:i:~ i:i ?i i !:: i i ::i:!:::!:i : i ! i:i !:! : i:i:::~:!: :! !: :; :! :!:~:!:i:!:i:~:::i i:~:i:i:~ I 5 10 15 Pourcentage 20 25 EDSBF 1993 111 Les enfants du milieu rural sont les plus atteints (21 pour cent), suivis par ceux de Ouagadougou (l 9 pour cent) (Graphique 7.8) : le mauvais état des systèmes sanitaires et d'évacuation des eaux usêes de certains quartiers de la capitale peuvent être 'à l'origine de cette forte prévalence. Du point de vue régional, c'est dans le Nord que les enfants souffrent le plus de diarrhêe (24 pour cent). Lc niveau d'instruction de la mère qui influe certainement sur les pratiques alimentaires et les mesures d'hygiène est également un facteur déterminant de la fr6qucncc de la diarrhée : 20 pour cent des enfants dont la mère n'a aucune instruction ou un niveau primaire ont eu la diarrhée dans les deux semaines ayant précédé l'enquête, contre 13 pour cent des enfants dont la mere a un niveau secondaire ou supérieur. Parmi les femmes ayant eu des enfants dans les cinq années avant l'enquête, la moitié (49 pour cent) a ddclaré connaître les sachets de sels de réhydratation orale (SRO), et un tiers d'entre elles (33 pour cent) a déclaré en avoir déjà utilisé (Tableau 7.13). Connaissance et utilisation varient lortement selon les caractéristiques des femmes. Les femmes de 15-19 ans sont celles qui cmmaisscnt et utilisent le moins souvent (respectivement, 38 pour cent et 17 pour cent). En milieu rural, la connaissance (44 pour cent) et l'utilisation (29 pour cent) des Tableml 7.13 Connaissance et utilisation des sachets de SRO Pourcentage de mères ayant eu des naissances au cours des cinq années précédant l'enqu~:te connaissant et ayant déjà utilisé les sachets de SRO, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 A déjà Connalt utilisé les les Effectif sachets sachets de Caractéristique de SRO de SRO mères Groupe d'figes 15-19 38,1 17,1 331 20 24 49,7 30,9 989 25-29 51,2 35,5 1025 30-34 51,2 37,3 784 35-39 47,4 34,5 594 40-44 45,4 34,0 422 Milieu de résidence Ouagadougou 81,3 58,2 369 Autres villes 69,5 47,7 281 Total urbain 76,2 53,7 651 Rural 43,5 29,1 3495 Région de résidence Ouagadougou 81,3 58,2 369 Nord 53,6 34,8 741 Est 35,7 24,7 909 Ouest 51,3 34,1 1005 Centre/Sud 42,7 29,2 112l Niveau d'instruction Aucun 44,4 29,9 3627 Primaire 73,5 50,2 379 Secondmre ou plus 92,2 65,3 139 Ensemble des enfants 48,7 33,0 4145 Note: Y compris les mères qui oru dormd des sachets de SRO contre la diarrhée pendant les deux semaines précédant l'enqu&te, bien qu'on ne leur ait pas posé de questions sur leur connaissance des sachets de SRO. SRO sont 2 fois inl?rieums à celles que l'on trouve dans la capitale (respectivement, 81 et 58 pour cent). Les femmes du Nord connaissent mieux (54 pour cent) et utilisent plus souvent (35 pour cent) ce traitement que celles des autres régions. Si pour les lcmmes sans instruction et celles ayant un niveau primaire, on n'a enregistré aucune différence dans la prévalence de la diarrh6e, il n'en est pas de même dans la connaissance et le recours à un traitement par SRO : les femmes de niveau d'instruction prim aire sont près de deux fois plus nombreuses à connaître (74 pour cent) et å utiliser (50 pour cent) que celles sans înstruction (respectivement 44 pour cent et 30 pour cent). Parmi les enfants ayant eu la diarrhêe dans les deux semaines avant l'enquete, 14 pour cent seulement ont bénêficiê de conseils ou de traitement auprès d'un établissement de soins ou de personnel mêdical (Tableau 7.14). Les enfants malades des zones urbaines sont ceux qui ont le plus bênêfici• de conseils ou d'un traitement : 27 pour cent contœe 12 pour cent en milieu mral. Les enfants de la région Ouest sont ceux qui en ont le moins souvent reçu (10 pour cent). Les consultations sont deux fois plus fréquentcs pour les enfants des Icmmes ayant une instruction primaire que pour les enfants de celles sans instruction (25 pour cent contra 13 pour cent), et encore deux fois plus fr6quentes pour les enfants des femmes ayant un niveau secondaire ou sup6rieur (40 pour cent) par rapport à celles du primaire. 112 Tableau 7.14 Traitement de la diarrhée Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines précédant l'enqufite pour lesquels la mère a consulté un établissement sanitaire ou du personnel de santé, pourcentage ae ceux ayant suivi une thérapie de réhydratation par voie orale CI'Ri)). pourcentage de ceux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni "FRO ni davantage de liquides, et pourcentage de ceux ayant reçu d'autres traitements, selon certaines caractéristiques socio démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique R6hydratation orale N'ayant Pourcentage Ayant reçu Effectif pour Solution reçu ni 31/O, Autres traitements reçus d'en- lequel prdparée davan- ni davan- fants la mère Sachets å la tage de tage de Anti- Injec- Remèdes Rien/ avec a consulté SRO maison liquides liquides biotiques tion tradit. Autres NSP/ND diarrhée Age de l'enfant < 6 mois 10.2 10,6 9,7 43,4 51.3 14,6 6,7 26,5 0,5 29.2 106 6-11 mois 14,6 14,3 10,3 48,2 43,0 22,3 1,8 38,3 0,9 17.8 160 12-23 mois 14.5 10,1 7,1 45,3 49.3 24,8 0,9 39,0 0,4 16.7 369 24 35 mois 15,2 13,9 7,4 43,2 48,3 22,4 3,9 23,2 0,4 26.7 240 36-47 mois 14,7 12,3 8,2 37,7 52,8 26,0 0,8 35,1 0,8 19,6 172 48-59 mois 16,8 12,6 0.7 29,3 65,8 33,6 2,1 28,5 2,1 21,7 67 Sexe Masculin 13,1 11,8 8,3 44,8 48,4 23,5 2,8 32,6 11,5 21,3 602 F6minin 16,0 12,4 6,9 40,8 51,7 23,9 1.6 33.7 0,7 20,5 510 Rang de naissance 1 16,2 14,5 9,7 39.9 52,1 22,8 3,1 26,3 0,3 23,4 194 2-3 17,0 14,4 7,5 42.1 48,1 24,9 2,9 33.2 0,9 18,3 318 4-5 11,3 11,1 4,9 41.4 53,4 23,8 1,9 35.1 0,2 25,1 266 6 ou plus 13,4 9,1 8,9 46,8 47,6 22,9 1,4 35,3 1,0 18,7 334 Milieu de résidence Ouagadougou 27,6 24,9 17,7 65,2 24,3 45,9 4,4 19,3 1,7 8,3 88 Autres villes 27,0 19.9 8.5 55,3 35,5 27,0 2,8 25,5 0,0 17,7 64 Total urbain 27,3 22.8 13.8 61,0 29,0 37,9 3,8 21,9 1,0 12,3 152 Rural 12,4 10,3 6,7 40,1 53,2 21.4 2,0 34,8 0,6 22,3 961 Région de résidence Ouagadougou 27,6 24,9 17,7 65.2 24.3 45,9 4,4 19,3 1.7 8,3 88 Nord 16,8 12,8 4,6 31.8 59,9 28,9 1.8 30,7 0,6 22,6 233 Est 13.8 8,1 9,8 49,3 45.7 19,8 2.7 26,8 0,6 23,1 242 Ouest 9,9 11,6 6,1 33.8 57.3 18,8 0.0 35,8 I),5 27.3 276 Centre/Sud 13,3 11,3 6,8 48,9 45,8 20,4 3,9 42,4 0,5 15,2 274 Niveau d'instruction Aucun 12,8 10.8 7,3 41.7 51,6 22,8 2,5 34,4 0,6 21.6 989 Primaire 25,2 21,5 9,1 51,5 37,1 25,9 0.4 24,8 1,4 16,5 102 Secondaire ou plus 40,1 24,3 17,4 60,2 31,0 55,9 2,3 13,2 0,0 10,9 21 Ensemble des enfants avec dian-hée 14,4 12,0 7,7 42,9 49,9 23,7 2,3 33,1 11,6 20,9 1113 Note: La TRO comprend la solution prépazée à partir des sachets de SRO et/ou le liquide recommandé et préparé à la maison. Les données concernent les naissances de la période 1-59 rrKfis précédant l'enqu6te. 113 Pendant les épisodes diarrhéiques, 43 pour cent des enfants ont reçu une quantité de liquides (y compris l'allaitement et/es SRO) plus importante que d'habitude. Alors que la moitié des femmes a déclaré connattre les sachets de SRO, elles ne les ont administrés à leurs enfants que dans 12 pour cent des cas, ce qui signifie qu'elles ne mettent pas en pratique leurs connaissances. Par ailleurs, seulement 8 pour cent des enfants ont été traités avec une solution d'eau, de sel et de sucre préparée à la maison. Le Graphique 7.9 montre que parmi les enfants de moins de 5 ans ayant eu la diarrhée, presque la moitié (46 pour cent) a reçu la même quantité de liquide (allaitement non compris), un tiers (35 pour cent) en a reçu plus et 15 pour cent en ont reçu moins que d'habitude, Parmi/es enfants qui sont toujours allaités, les mères ont augmenté la quantité de tétées pour un enfant sur cinq seulement (23 pour cent), l'ont diminuée pour 16 pour cent et ont continué à donner la même quantité qu'avant la diarrhée dans 60 pour cent des cas. Ces résultats démontrent qu'une meilleure information sur ta nécessité d'augmenter la quantité de liquides pendant la diarrhée devrait être faite auprès des femmes. Les enfants de rang élevé, qui sont aussi ceux des femmes qui ont le plus d'expérience (47 pour cent), ceux du milieu urbain (61 pour cent) et ceux dont la mère a au moins un niveau secondaire (60 pour cent) sont ceux pour lesquels l'augmentation de la quantité de liquide donné pendant les épisodes diarrhéiques est la plus fréquente. Graphique 7.9 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée Même que d'habitude 60% Plus 23% Méme que d'habitude 46% /NO 4% Plus 35% Moins 15% Pratique d'allaitement (Enfants allaités et ayant la diarrhée) Quantité de liquides (Enfants de moins de 5 ans et ayant la diarrhée) EOSBF 1993 Les mères des enfants malades ont recours dans u n tiers des cas, ~t des remèdes traditionnels (33 pour cent). Ces derniers sont plus souvent utilisés lorsque l'enfant est très jeune (à moins de 6 mois, un quart des enfants a reçu des remèdes traditionnels), lorsqu'il est de rang élevé (35 pour cent) et que sa mère est du milieu rural (35 pour cent), de la région Nord (31 pour cent) et qu'elle n'a pas d'instruction (34 pour cent). Un quart des femmes a utilisé les antibiotiques : il s'agit surtout de femmes de la capitale (46 pour cent) et de celles ayant un niveau secondaire ou plus (56 pour cent). A l'opposé, pour 2I pour cent des épisodes diarrhéiques, la mère n'a donné aucun traitement à son enfant, particulièrement en milieu rural (22 pour cent), et dans la région Ouèst (27 pour cent). 114 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT ET NUTRITION Ce chapitre est consacré à l'analyse des pratiques d'allaitement et d'alimentation des enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête, ainsi qu'à l'Evaluation de leur état nutritionnel et celui de leurs mères. La première partie présente les résultats de l'enquête concernant les pratiques d'allaitement et d'alimentation de complément; la deuxième partie porte sur l'évaluation de l'état nutritionnel des enfants à partir des mesures anthropométriques; enfin, la de rnière partie de ce ch apitre est consacrée à l'~rat nutritionnel des mères. 8.1 ALLA ITEMENT ET COMPLEMENT NUTRIT IONNEL Les pratiques d'alimentation constituent le facteur essentiel déterminant l'~rat nutritionnel des enfants qui affecte, à son tour, leur morbidité et leur mortalité. Le lait maternel est un élément irremplaçable pour le nouveau-né car, contenant tous les éléments nutritifs nécessaires aux enfants dans leurs premiers mois d'existence, il leur évite les déficienees nutritionnelles; de plus, en transmettant aux jeunes enfants les anticorps de la mère, le lait maternel les immunise partiellement contre certaines maladies et limite la prévalenee de la diarrhée. Par ailleurs, l'allaitement, par sa dut'de et sa fr6quence, prolonge 1'infécondité post-partum de la mère, affecte par conséquent l'intervalle entre les naissances, et finit par influer sur le niveau de fécondité et l'état de santé des mères et de leurs enfants. Au cours de I'EDSBF, on a demandé aux mères si elles avaient allaité leurs enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête et, plus précisément, quel âge avait l'enfant au moment où elles avaient commencé à l'allaiter, pendant combien de temps elles l'avaient allaité, quelle était la fréquence de l'allaitement, à quel åge avaient été introduits les aliments de complément et quel type d'aliments. On a demandé égalcment aux mères si elles avaient utilisé des biberons. La quasi totalité des enfants burkinabè nés dans les cinq annEes ayant précEdE l'enquête (98 pour cent) ont ~té allaités (exclusivement ou en partie) et cette pratique est identique quels que soient le sexe de l'enfant, le milieu ou la région de résidence, le niveau d'instruction de la mère, le licu de naissance ou le type d'assistance b. l'accouchement (Tableau 8.1). Cependant, seulement 48 pour cent des nouveau-nés ont été mis au sein pour la première fois durant leur premier jour d'existence (dont 29 pour cent dans la première heure suivant la naissance). Ainsi, si la pratique de l'allaitement est quasi générale au Burkina Faso, il y a encore la moitié des nouveau-nés qui ne sont pas allaites par leur mère le premier jour de leur existence. Ce comportement peut avoir un effet néfaste sur la santE de l'enfant, car c'est lors de l'allaitement dans les premières vingt-quatre heures après la naissance, que l'enfant peut recevoir le colostrum contenant les anticorps de la mère qui le protégeront de nombreuses maladies. De plus, le nouveau-n~ non allaité par sa mère, dans les premières vingt-quatre heures, reçoit 5. la place, de l'eau et d'autres liquides qui contiennent souvent des agents pathogènes pouvant déclencher des maladies infectieuses. Par ailleurs, bien que la pratique de l'allaitement soit répandue uni formément dans le pays, le moment où il commence varie selon les caractéristiques de la mère. Les enfants qui sont allaités dès le premier jour sont plutEt : les filles (50 pour cent contre 47 pour cent des garçons), les enfants naissant dans la capitale (68 pour cen0, plutEt que dans les autres villes (51 pour cent) ou le milieu mral (46 pour cent seulement), ceux dont la naissance a été assistée par un professionnel de la santé (54 pour cent) et a eu lieu dans un établissement sanitaire (53 pour cent). La rdgion Nord est celle où les enfants sont mis au sein le plus tardivement : 1 enfant sur 5 seulement est mis au sein dès la première heure et un tiers sculement, durant le premier jour. Le niveau d'instruction de la mère joue également sur l'allaitcmcnt dès la première journée 115 Tableau 8.1 Allaitement initial Pourcentage d'enfants nés au cours des cinq années préc4dam l'enqu&e et ay~mt ~té allaités, et pourcentage d'enfants derniers-nés ayant commencé à &re aIlaités dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Ensemble des enfants Derniers nés Pourcentage Pourcentage Pourcentage allaité dans allaité durant ayant ét~ l'heure suivant le jour suivant Caractéristique allaité Effectif la naissauce la naissance Effectif Sexe de l'enfant Masculin 97,9 3228 27,2 46,5 2156 Féminin 97,7 3137 30,8 50,1 2068 Milieu de résidence Ouagadougou 97,2 502 41,2 67,7 376 Autres villes 98,2 406 22,3 51,3 285 Total urbain 97,7 909 33,1 60,6 661 Rural 97,8 5457 28,2 45,9 3562 Région de résidence Ouagadougou 97,2 502 41,2 67,7 376 Nord 97,7 1152 19,5 34,9 753 Est 98,0 1387 38,9 46,4 922 Ouest 97,7 1605 27,2 53,7 1026 Centre/S ud 98,(1 1719 24,9 47, l 1147 Niveau d'instructinn de la mère Aucun 97,9 5642 29,0 47,7 3701 Primake 97,9 542 28,8 50,9 382 Secondaire ou plus 95,3 18 • 28,2 54,5 141 Assistance à l'accouchement Personnel formé médicalement 98,7 2633 32,4 54,2 1762 Accoucheuse traditionnelle 97,6 1961 19,5 40,7 1277 Autre ou personne 96,5 1542 35,2 50,0 1045 ND 98,6 229 27,1 29,1 140 Lieu de l'accouchement Etablissement sanitaire 98,7 2733 31,3 52,5 1835 A la maison 97,9 3585 27,3 45,l 2373 AuU'e 100,0 16 15,5 27,0 12 ND 4,6 30 0,0 42,6 3 Ensemble des enfants 97,8 6365 29,0 48,2 4223 Note: Le tableau est bas~ sur tous les enfants nés dans les 5 années ayant précédé l'enquète, qu'ils soient vivants ou décédés au moment de l'enquéte. d'existence de l 'enfant (55 pour cent des femmes de niveau secondaire ou supérieur allaitent leurs enfants dates les 24 heures qui suivent la naissance, contre 48 pour cent des femmes sans instruction), mais par contre, n' influence en rien la mise au sein dès la première heure. Donner le colostrum aux bébés est une pratique qui va totalement ~ l 'encontre des habitudes traditionnelles qui préconisent de jeter ce premier lait, qui est généralement qualifié de "sale." 116 Par ailleurs, les femmes qui ont accouchê avec l'assistance d'une accoucheuse traditionnelle non formée, ont aussi tendance à allaiter leurs enfants plus tardivement que les autres (seulement 20 pour cent anaités dès la première heure, 41 pour cent dans le premier jour), ce qui peut laisser supposer que certaines de ces accoucheuses traditionnelles non formées contribuent au maintien de certaines traditions en matière d'allaitement, qui peuvent s'avêrer néfastes pour la santê des enfants. Le Graphique 8.1 pr6sente les données sur la pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans, au moment de l'enquête. Durant les premiers mois, presque tous les enfants sont allaités et cette pratique reste très importante pendant les deux premières ann6es : 96 pour cent des enfants sont encore allaités à 16-17 mois et près des trois quarts le sont toujours ~t 22-23 mois. L'allaitement diminue progressivement jusqu'à l'âge du sevrage, qui se situe après la deuxième armée et, à 26 mois, plus de la moitiê des enfants (53 pour cent) ne sont plus allaités. Cependant, il faut noter que, juste avant le troisième anniversaire, il y a encore 19 pour cent des enfants qui sont toujours allait~s. Pourcentage 100 Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans 75 50 25 0 0 5 10 15 20 25 30 35 Ageen mois [ IIAIlaitement seul et eau + compldments allaitds R 1_ [] Allaiternent DAl. @Non Note: Moyenne mobile sur trois mois EDSBF 1993 L'allaitement exclusif au lait matemel est relativement rare au Burkina Faso, contrairement aux recommandations de l 'OMS qui le préconise jusqu'à l 'âge de 4-6 mois, puisque seulement 2 pour cent des enfants de 0-6 mois reçoivent exclusivement le sein. Les femmes burkinabè ont tendance à donner dès la naissance, de l'eau en plus du lait maternel (30 pour cent des enfants de 0-1 mois en ont reçu), du lait autre que maternel, ainsi que d'autres liquides - eau,jus de fruits, tisanes (65 pour cent des enfants en ont reçu dès leur premier mois d'existence) (Tableau 8.2). 117 Tableau 8.2 Al[aitement et alimentation de complément Pourcentage d'enfants de moins de 36 mois altaités, par åge, selon le type d'aliments de complément reçus et pourcentage de ceux uti[isant le biberon, EDS Burkina Faso 1993 Aliments de complément Utilisation Lait pour Autres Autres Solides/ du Age en mois bébé laits liquides I Bouil[ies biberon Effectif 0-1 1,tt 0.7 64,9 1,5 0.3 191 2-3 2,3 1,5 65,6 4,1 2,3 241 4 5 2,1 4,4 59,9 17.8 1,5 245 6 7 1,3 3,7 52,9 40,11 0,9 214 8-9 1,3 1,9 56.6 48.6 1,9 173 10 11 1,6 3,(t 52.1 62,/I I,I 175 12-13 1.5 4,1 48,3 82,1 0,0 162 14-15 1,3 5,2 45,6 85,9 1,3 216 16-17 0,8 4,8 47,5 84,9 0,2 223 18-19 1,6 6,9 37,1 87,0 0,8 176 20 21 2,2 4,8 36,2 811, 1 0.4 127 22-23 11,4 5,8 30,1 87,2 1,7 114 24-25 1,4 7,7 28,4 92.8 1),0 97 26-27 11,0 4,2 31,0 92.9 0.0 78 28-29 0,0 7,2 15.6 98,2 11,0 77 3/) 31 0,9 6,4 16,4 91.8 0,0 52 32 33 (0,0) (4,7) (27,4) (89,3) (0,0) 39 34 35 (0.0) (4,5) 131,91 (93,9) (0.0) 31 Note: Le statut d'allaitement fait référence aux dernièrcs vingt-quatre heures. La somme des pourcentages d'enfants par type de complément peut dépasser 10(~ car /'enfant ~eut recevoir diff&ents types (le contplément. Non compris t'eau ( ) Bas~ sur moins de 511 cas Le Tableau 8.2 concerne les enlants de moins de trois ans allaités, ~ selon le type de complément nutritionnel qu'i ls reçoivent. 2 L 'OMS recommande qu'entre 4-6 mois, figes auxquels le lait de la mère n'est plus suffisant à une bonne croissance des enfants, des aliments solides de complément soient introduits dans leur alimentation quotidienne. Entre 4 et 5 mois, seulement 18 pour cent des enfants ont reçu une alimentation solide; entre 6 et 7 mois, presque les deux-tiers des enfants n'en ont pas encore reçu (60 pour cent). Ce n'est qu'à partir de la première année, que cette pratique se généralise avec 82 pour cent des enfants de 12 mois qui sont nourris avec des aliments solides, ce qui ne doit pas cacher le fait que, près de 18 pour cent des enfants de cet âge reçoivent encore une alimentation inad6quate. Par ailleurs, au Burkina Faso, les enfants sont rarement nourris au biberon. Les différents résultats présentés ici, rdvèlent que de nombreux enfants burkinabè ne reçoivent pas l'alimentation conseillée aux différents âges : ils ne reçoivent pas le colostmm et, alors que l'introduction dans l'alimentation des nourrissons, de liquides autœes que le lait maternel est trop précoce, celle d'aliments solides de complément est trop tardive. Ces pratiques ont des implications importantes sur l'~rat de santé et l'~rat nutritionnel des enfants : exposition aux agents pathog~nes provoquant ainsi des maladies infectieuses i Le tableau a été limité aux enfants de moins de 3 ans car au-delà de cet ågc, Ics effectifs d'enfants allaités sont beaucoup trop laines. 2 Plusieurs types de compléments pouvant ~tre donnés, la somme des pourcentages peut excéder 100 pour cent. 118 et notamment la diarrhée. En outre, recevant très t6t autre chose que le sein, les enfants en partie rassasiés, tétent moins et moins fréquemment, ce qui réduit la production de lait maternel, et donc la durée de l'aménorrhée post-partum et, par conséquent, peut influer sur la longueur de l'intervalle intergénésique. La durée médiane de l'allaitement au Burkina Faso est de 25,2 mois (Tableau 8.3), et cette durée varie légèrement selon les caractéristiques socio-démographiques. Elle est plus longue en milieu rural (26,3 mois contre 21,9 mois en milieu urbain), beaucoup plus courte lorsque la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (18,7 mois contre 25,8 mois chez les mères sans instruction). Selon les régions, la durée médiane de l'allaitement varie de 24,4 mois à l'Ouest, à 27,8 mois dans le Centre/Sud. La durée médiane de l'allaitement exclusif est quant à elle, extrêmement courte, puisqu'elle n'est que de 0,4 mois. Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l'allaitement Durée médiane de l'allaitement (enfants de moins de trois ans), et pourcentage d'enfants de moins de six mois ayant été allait6s six fois ou plus au cours des vingt-quatre heures ayant précédé l'enqu&e, par caractéristiques socio- démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Enfants de moirm de 6 mois Durée médiane en mois Pourcentage allaité 6 fois ou + dans Ensemble de Allaitement Allaitement les demi&es Caractéristique l'allaitement exclusif et eau Effectif 24 heures Effectif Sexe de l'enfant Masculin 24,9 0,4 0,6 1897 90.1 349 Féminin 25,4 0,4 0,6 1840 89.4 333 Milieu de rèsidence Ouagadougou 21,7 0,4 0,6 290 93,6 46 Autres villes 22,0 0,4 0,5 244 91,5 48 Total urbain 21,9 0,4 0,5 534 92,5 94 Rural 26,3 0,4 0.6 3203 89,3 588 Réglon de résidence Ouagadougou 21,7 0,4 0,6 290 93,6 46 Nord 25,3 0,4 0,5 692 89,0 145 Est 27,5 0,4 0,6 813 92,0 163 Ouest 24,4 0,4 0,6 959 83,9 173 Centre/Sud 27,8 0,4 0,5 984 93,4 155 Niveau d'tnstruction de la mère Aucun 25,8 0,4 0,5 3284 89,7 597 Primaire 21,8 0,4 0,7 337 88,7 66 Secondaire ou ptus 18,7 (I,4 0,7 116 94,9 18 Assistance å l'accouchement Personnel formé médicalement 23,5 0,4 0.6 1528 89,7 259 Accoucheuse traditionnelle 26,3 0,4 0,6 1148 86,4 206 Autre ou personne 26,8 0,4 0,5 928 92,7 191 ND 29,3 0,4 0,4 133 94,4 25 Ensemble des enfants 25.2 0,4 0,6 Moyenne 25,1 1,0 4,6 Moyenne prévalence/incidence 25,0 0,3 4,2 3737 89,7 682 Note: Les médianes et moyennes sont bas~es sur le statut actuel. 119 Au Tableau 8.3 figure également la "Prévalcnce/Incidence" de l'allaitement qui est une durée moyenne calculée selon une méthode empruntée à l'épidémiologie. En épidémiologie, on estime la durée moyenne d'une maladie en divisant sa prévalencc par son incidence. Ici, la "maladie" est l'allaitement, la prévalence est le nombre d'enfants que les mères allaitent au moment de l'enquête, ct l'incidcncc est le nombre moyen de naissances par mois. Cc nombre moyen est estimé à partir des naissances des 36 mois précédent l'enquête, pour éviterles problèmes de saisonnalit6 et les erreurs possiblcs de période de référence. En divisant le nombre de mères qui allaitent au moment de l'enquête par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitemcnt en mois. Au Burkina Fuse, la durée moyenne d'anaitement ainsi calculéc est de 25,1 mois. Ci-dessous [igurent les durées moyennes d'allaitement pour quelques pays d'Afriquc, calculdes scion le même procédé au cours d'enquêtes EDS : Pays Durée moyenne de Date l'allaitement dc (Ch mois) l'enquêtc Cameroun 18,2 1991 Sénégal 18,8 1986 Kenya 19,4 1989 Nigéria 20,1 1990 Niger 20,4 1992 Ghana 20,4 1988 Mail 21,6 1987 Toge 22,6 1988 Burundi 23,4 1987 Il apparaît que la durée moyenne d'allaitement au Burkina Faso est une des plus longues d'Afrique. Au Tableau 8.3 figure également l'information relative à la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois. Au cours des demieres vingt-quatre heures ayant précédé l'enquête, 90 pour cent des enfants de moins de six mois ont été allait6s six fois ou plus. 8.2 ETAT NUTRIT IONNEL DES ENFANTS 8.2.1 Méthodologie Un des objecti fs de I'EDSBF était d'évaluer l'~tut nutritionnel des jeunes enfants. Cet ~tut résulte à la fois, de l'histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l'enfant et des maladics ou inlcctions qu'il a pu avoir. Par ailleurs, cet état influe sur la probabilit6 qu'a l'enfant de contracter des maladies; cn effet, un enfant mal nourri est dans une situation de faiblesse physique qui favorise les infections et par là, augmente ses risques de déc~der. L'état nutritionnel est évalué au moyen d'indicateurs anthropomætriques calculds ",) parlir de l'âge et des mesures de taille 3 et de poids de l'enfant prises au cours de l'enquéte. Le poids et la taille permettent de calculer lcs tn»is indicatcurs suivants : la taillc par rapport à l'âge (taille-pour-âge), le poids par rapport à la taille (poids-pour-taillc) ct Ic poids par rapport à l'âgc (poids-pour-âge). 3 Les enfants de moins de 24 mois ont 6té mesurés en position couchée, alors que ceux de 24 mois et plus ont été rnesurés en position debout. Cependant, pour faciliter la compréhension du texte, le morne terme "taille" sera utilisé ici pour tous les enfants quelle que soit la façon dont ils ont été mesarOs. 120 Au cours de l'enquête, tous les enfants de moins de cinq ans des femmes enquêtêes, devaient être pesés et mesures : les données devraient donc porter sur les 5 545 enfants répondant à ces critères. Cependant, les résultats présentês ci-dessous ne concernent que 4 172 enfants, soit 75 pour cent des enfants éligibles. Sont exclus des rêsultats : 10 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille ne sont pas connus (r enfant n'a pas été mesuré parce qu'il était malade ou absent au moment de l'enquête, ou encore il a refusé), 6 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille sont manifestement improbables (du fait d'erreurs de report, ou encore d'erreurs de mesures, particulièrement délicates chez les enfants les plus jeunes), et enfin 9 pour cent d'enfants pour lesquels l'âge en mois est inconnu ou incomplet, alors que les indicateurs taille- pour-fige et poids-pour-âge n'ont de sens que calculés ~ partir d'informations précises sur l'fige. Selon les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé, l'état nutritionnel des enfants de l'enquête est comparé à celui d'une population de référence internationale, le standard NCHS/CDC/ OMS. 4 Cette référence a êtê établie à partir d'observations faites sur des enfants amêricains de moins de 5 ans en bonne santé, et elle est utilisable pour tous les enfants de ces âges, dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, il suit un modèle de croissance similaire. Les données de la population de rdférence intemationale ont ét~ normalisées pour suivre une distribution normale où la moyenne et la médiane sont identiques. Pour les différents indicateurs étudiés, la comparaison de la situation dans l'enquête avec le standard international est menée en mesurant la proportion d'enfants observés qui se situent ~. moins de 2 et à moins de 3 écarts-type en-dessous de la médiane de la population de référence. L'indicateur taille-pour-ãge est un indicateur de retard de croissance : une taille trop petite pour un âge donné est la manifestation d'un retard de croissance. Un enfant qui a reçu une alimentation inadéquate et/ou qui a ét~ malade de façon chronique pendant une période relativement longue, peut accuser un retard de croissance staturale : il a alors une taille inférieure à la moyenne de son fige. Cependant, avec le temps, son poids a pu s'adapter à sa taille réelle, donnant ainsi un indicateur poids-pour-taille normal; c'est pourquoi cette forme de sous-nutrition n'est pas toujours visiNe dans une population : un enfant de trois ans présentant cette forme de sous-nutrition peut ressembler à un enfant de deux ans bien nourri. La taille-pour-âge est donc une mesure des effets à long terme de la sous-nutrition et ne varie que très peu en fonction de la saison de la collecte des donnêes. Les enfants pour lesquels la taille-pour-âge se situe à moins de 2 écarts-type en-dessous de la médiane de la population de référence (-2 ET) sont considérés comme petits pour leur åge et sont atteints de sous-nutrition chronique, ceux pour lesquels la taille-pour-âge se situe à moins de 3 êcarts-type en- dessous de la médiane de la population de ré férence (-3 ET) sont considérés comme atteints de sous-nutrition chronique sévère. L'indicateur poids-pour-taille, reflète la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête). Les enfants dont le poids-pour-taille se situe å -2 ET de la mêdiane de la population de rdfêrence sont considérds comme souffrant de sous-nutrltlon aiguë, ceux se situant à -3 ET souffrent de sous-nutrltion aiguë sévère. Cette forme de sous-nutrition est la conséquence d'une alimentation inadéquate durant la période ayant précédd immddiatement l'enquête (comme, par exemple, en cas de famine, de sécheresse, de période de soudure, etc.), ou peut être le résultat de maladies aiguës provoquant une perte de poids (une diarrhée sévère, par exemple). L'indicateur poids-pour-taille reflète donc une situation actuelle qui n'est pas nécessairement, une situation de longue durée. En particulier, la sous-nutrition aiguë peut être fortement influencée par la saison pendant laquelle s'est effectuée la collecte des données, étant donné que la plupart des facteurs susceptibles de causer un dé~quilibre entre le poids et la taille de l'enfant (épidémie, période de soudure, etc.) sont très ~nsibles à la saison. a NCHS : National Center for Health Statistics (Centre nauonal des statistiques sanitaires, des Etats-Unis); CDC : Centers for Disease Control (Centres de contrôle des maladies, des Etats-Unis); OMS : Organisation Mondiale de la Santé 121 Le poids-pour-åge est un indicateur qui reflète, à la fois et sans les différencier, les deux précédentes formes de sous-nutrition, chronique et aiguë. C'est la mesure la plus souvent utilisée par les services de santé pour suivre les progrès nutritionncls ci la croissance des enfants, mais sa valeur en tant qu'indicateur est limitée quand il n'en existe qu'une seule mesure. 11 est présenté ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les résultats d'étudcs ou de suivis nutritionncls qui utilisent cette mesure. Comme le poids- pour-taille, le poids-pour-åge est sensible aux variations saisonnièrcs. Les enfants dont le poids-pour-âge se situe à moins de 2 écans-typc en-dessous de la médiane de la population de référence (-2 ET) sont considérés comme souffrant d'insuffisance pondérale, ceux pour lesquels le poids-pour-âge se situe à moins de 3 écans-type en-dessous de la médianc de la population de référcncc (-3 ET) sont considérés comme souffrant d'insuffisance pond~raie sévère. Dans une population en bonne santé ci bien nourrie, on s'attend à ce que seulement 2,2 pour cent des enfants se situent à moins 2 écarts-type (-2 ET), dont 0,1 pour cent à moins de 3 éearts-type (-3 ET) en dessous de la médiane pour chacun des trois indicateurs. 8.2.2 Résultats Le Tableau 8.4 présente/es pourcentages d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition selon les trois indicateurs ci selon certaines caractéristiques démographiques et socio-éeonomiques. Retard de croissance Au Burkina Faso, environ un en fant sur trois (29 pour cent) souffre de sous-nutrition chronique, dont un peu plus d'un tiers (11 pour cent) présentent une sous-nutrition chronique sévère : ces niveaux de sous- nutrition sont respectivement treize lois el cent dix lbis plus élevés que dans la population de référence. La prévalcnce de cette affection présente de fortes variations scion l'åge de l'enfant (Tableau 8.4 et Graphique 8.2) : on sait que, c'est avant l'âge de deux ans que les dommages se créent et à partir de cet âge les retards de croissance staturale ne sont plus rattrapables. Au Burkina Faso, les enfants de moins de 6 mois sont peu touchés (4 pour cent) - ils n'ont pas ét~ exposes pendant suffisamment de temps å une alimentation pauvre ou insuffisante pour que leur croissance staturale ait été touchée, et sont pratiquement tous allaités - mais cette affection augmente rapidement au-delà de cet âge et concerne 11 pour cent des enfants de 6-11 mois, un tiers de ceux âgés de 12-23 mois et près de 2 enfants sur cinq (38 pour cent) en sont atteints entre 24 et 59 mois, avec plus du tiers des enfants de ce dernier groupe d'âgcs présentant une sous-nutrition chronique sévère (14 pour cent). Ces résultats ne sont cependant pas surprenants, quand on les regarde à la lumière des données relatives au x pratiques d'allaitement, qui prouvent que les enfants burkinabè ne sont pas nourris selon les besoins correspondant à leur groupe d'âgés - une alimentation de complément introduite beaucoup trop tardivement, notamment. Les garçons semblent plus affeclés que les filles par la sous-nutrition chronique (31 pour cent contre 28 pour cenl) et celle différence persisle dans le cas de sous-nulrilion chronique sévèm (12 pour cent contra 10 pour cent). Le rang de naissance ne semble pas, quanl à lui, avoir une grande influence, même si les enfants de rang 4 et plus présenlcnt un risque légèrement plus élevé de retard de croissance (30 pour cent) que ceux de rang 1 à 3 (28 pour cent). 122 Tableau 8.4 Etat nutritionnel des enfants Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans considérés comme atteints de sous-nutrition par caractéristiques socio-démographiques selon les trois indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel: taille-pour-åge. poids-pour-taille et poids-pour-åge. EDS Burkina Faso 1993 Taille-pour-åge Poids-pour-taille Poids-pour-åge Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Caractéristique à -3ET à -2 ET 1 à -3 ET h -2 ET ~ à -3 ET à -2 ET 1 Effectif Age de l'entant (mois) < 6 0,6 3,6 2,3 9,3 0.7 4,0 483 6-11 4,7 10,6 3,2 20,2 7,8 21.9 496 12-23 10,8 31.7 6,9 26.4 13.9 45,6 908 24-35 15,4 38,2 1,2 10.7 11.7 38.2 771 36-47 13,2 36,7 1,2 6.2 5,7 26.5 829 48-59 14,7 39,5 0.8 5.5 3,5 25.7 685 Sexe de l'enfant Masculin 11,9 30,8 3,1 13,4 8,1 30,6 2117 Fénçmin 9.8 28,0 2.3 13,2 7,7 28.5 2055 Rang de naissance 1 10,8 28,7 2,8 16,2 9,4 31,7 719 2-3 9,6 28,4 2,1 10,8 6.7 27,8 1209 4-5 11,5 31,1 2,6 13,5 8.2 29,8 1006 6 ou plus 11,7 29,5 3,4 13.9 8,1) 29.8 1238 Intervalle entre naissances Première naissance 10,8 28.6 2,8 16.1 9.3 31.6 722 <24 mois 16.0 38,9 2.6 9,7 10.0 35,0 420 24-47 mois 11,1 29,0 2,4 12,4 7.2 28.8 2430 48 mois ou plus 6,5 25,3 4,1 16.3 7.5 26.3 599 Milieu de résidence Ouagadougou 4,7 17,0 1,6 10,9 3,4 18,1 374 Autres villes 6,5 21,4 0,9 9,0 4,0 22,5 291 Total urbain 5,5 19,0 1,3 10,1 3,7 2/),0 665 Rural 11,9 31,4 3,0 13,9 8,7 31,3 3507 Région de résidence Ouagadougou 4.7 17,0 1.6 10,9 3,4 18.1 374 Nord 10,8 31,4 1,8 12,7 7,1 29,7 811 Est 12,4 33.6 1,9 12,0 8.9 30,0 876 Ouest 10,1 24.9 3.1 14,8 7.6 30.4 908 Centre/Sud 12,3 32.3 4,0 14,3 9,4 31.9 1203 Niveau d'Instruction de la mère Aucun 11,6 30.9 2,8 13,6 8,4 30,5 3652 Primaire 7,2 21.5 2,4 12,6 5.3 27,0 388 Secondaire ou plus 2,8 10,7 2,2 8.2 2.2 11,7 133 Ensemble des enfants 10,9 29,4 2.7 13.3 7,9 29.5 4172 Note: Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart type (ET) par rapport à la médiane de la Population de Référence Internationale du NCHS/CDC/OMS. Les enfants sont atteints de sous-nutrition s'ils se trouvent à moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la population de référence. 1Les enfants qui se situent en-dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 123 Pourcentage 60 Graphique 8.2 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans 50 40 30 20 10 Insuffisance Retard de pond(~rale ~ ~ _ croissance \ I \ / k / \ i i , i i i i i = ~ i 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 Age en mois 60 Note: Moyenne mobile sur trois mois EDSBF 1993 L'intervalle entre les naissances semble par contre influenccr les niveaux de sous-nutrition chronique de façon plus importante, puisque les enfants nés moins de 24 mois après leur aîné sont plus affectes que les autres : 39 pour cent des enfants de cette catégorie préscntent un retard de croissance, contre 29 pour cent quand l'intervalle est de 24 à 47 mois et 25 pour cent quand il est de 48 mois et plus. De plus, cet écart est plus important en valeur relative, pour la Ibrme la plus sévère de retard de croissance : 16 pour cent pour l'intervalle court, contre 11 pour cent et 7 pour cent pour les intervalles les plus longs. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques de la mère (Tableau 8.4 et Graphique 8.3), des écarts très importants apparaissent dans les niveaux de sous-nutrition chronique. Près d'un tiers des enfants du milieu rural (31 pour cent) ont une taille-pour-âge se situant à -2 ET de la médiane de référence et sont donc atteints de sous-nutrition chronique : parmi ces enfants, plus d'un sur trois (12 pour cent) souffrent de sous-nutrition chronique s6vère. De façon généralc, la sous-nutrition chronique est près de deux fois plus fréquente en milieu rural que dans la capitale et y est près de deux fois et demi plus fréquente sous sa forme sévère (5 pour cent à Ouagadougou contre 12 pour cent en milieu rural). Du point de vue régional, la région Ouest est la moins touchée (25 pour cent), alors que dans les autres parties du pays (hormis Ouagadougou) le retard de croissance concerne près d'un enfant sur trois. Ces résultats mettent une fois de plus l'accent sur les grandes différences observécs dans les domaines étudies, entre le milieu rural et le milieu urbain au Burkina Faso. Le niveau d'instruction de la mére est aussi un facteur déterminant de l'état nutritionnel des enfants : 31 pour cent des enfants issus de femmes sans instruction sont atteints de sous-nutrition chronique, contre 22 pour cent de ceux des femmes ayant une instruction primaire et 11 pour cent de ceux des femmes les plus instruites. Les variations sont encore plus importantes en ce qui concerne la sous-nutrition chronique sévère qui passe de 3 pour cent chez les enfants de femmes de t~iveau secondaire ou sup6rieur à 12 pour cent chez les enfants de femmes sans instruction. La conjonction de différcnts facteurs tels, le manque de connaissance 124 Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance RESIDENCE Ouagadougou Autos villes Rural : : ::: : ! : : : ? : ;?: : ? REGION Ouagadougou Nord E . . . . . . . ES1 Ouesl Centre/Sud iNSTRUCTION AUCUNE Prirnair~ Secondaire ou + 10 Note: Taille-pour-åge inférieure & .2 ET de la médiane de la population de référence 20 30 40 Pourcentage EDSBF 1993 sur la composition équilibrée des aliments, mais aussi des conditions de logement souvent les plus insalubres et des conditions de vie souvent les plus précaires expliquent certainement la forte prévalence de la sous- nutrition chronique parmi les enfants de mères sans instruction. Emaciation Le Tableau 8.4 fournit également les proportions d'enfants souffrant de sous-nutrition aiguë exprimée par l'indicateur poids-pour-taille. Les enfants souffrant de sous-nutrition aiguë, ceux qui se situent à -2 ET de la médiane de la population de référence, représentent 13 pour cent des enfants de moins de 5 ans, et parmi eux un faible nombre est affecté par la forme sévère de ce type de sous-nutrition (3 pour cent à -3 ET) : ces proportions sont respectivement six fois et vingt-sept fois plus 61evées que celles de la population de référence. Cependant, l'enquête s'étant déroulée de décembre à mars, c'est-à-dire pendant la période où la nourriture est la plus abondante, les résultats trouvés pourraient être il leur niveau le plus bas. Ce sont une fois encore les enfants âgés de 6-23 mois qui sont les plus touchés par la sous-nutrition aiguë, les niveaux variant de 9 pour cent chez les enfants de moins de 6 mois, à 20 pour cent chez ceux de 6-11 mois, it 26 pour cent chez ceux de 12-23 mois et diminue après cet âge pour ne plus concerner que 11 pour cent des enfants de 24-35 mois et 6 pour cent des plus âgés. Les cas d'émaciation sévère suivent la même tendance par âge, les proportions passant de 2 pour cent il moins de 6 mois à 7 pour cent à 12-23 mois, pour atteindre 1 pour cent il 48-59 mois. Ce sont donc les enfants de 6-23 mois, et plus particulièrement ceux de 12-23 mois, qui sont les plus touchrs. Les groupes d'åges où les niveaux d'émaciation sont les plus élevés sont aussi les groupes d'âges où la diarrhée est la plus importante car, c'est le moment où les enfants commencent à explorer leur environnement et portent n'importe quel objet à leur bouche et sont ainsi particulièrement exposés aux agents pathogènes (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant): 125 En ce qui concerne les autres earactêristiques des enfants, on n'observe aucune différence selon le sexe. Les enfants de rang 1 et ceux de rang 4 ou plus semblent plus affectés que ceux de rang 2-3 (respectivement 16 pour cent, 14 pour cent et 11 pour cent). Les enfants de rang 1 âgês de moins de 5 ans, sont issus des mères les plus jeunes qui compte tenu d'un manque d'expérience peuvent s'occuper moins bien de leur enfant et, ceux de rang élevé sont issus de famille nombreuse où la nourriture est certainement moins åisponiNe et où la responsabilité des enfants les plus jeunes est souvent confi6e à des frères et soeurs un peu plus ågés. Du point de vue de la résidence des mères, c'est avant tout en milieu rural que les enfants souffraient de sous-nutrition aiguë au moment de l'enquête (14 pour cent), mais 1 enfant sur l0 vivant en milieu urbain en était aussi affecté (Graphique 8.4). Par comre, l'émaciation sévère est trois fois plus élevée en milieu rural qu'en milieu urbain (respectivement, 3 et 1 pour cent). Du point de vue régional, les différences sont moins sensibles que pour le retard de croissance,/es régions Ouest et Centre/Sud étant tout de même plus affectées (respectivement, 15 et 14 pour cent), surtout en ce qui concerne la forme s6vère de sous-nutrition aiguë (respectivement, 3 et 4 pour cent). Enfin, les enfants dont la mère est sans instruction (14 pour cent) ou a seulement un niveau primaire (13 pour cent) sont ceux qui souffrent le plus frêquemment de sous-nutrition aiguë. Graphique 8.4 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'émaciation RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION ÆIJCUFLO Primaire | Secondaire ou + | 0 . _ _ • . ." . . -. . I . . . . . . • . . i i 5 10 15 20 Pourcentage Note: Poids-pour-taille infêrîeur & -2 ET de la m~diane de la population de référen¢e ED$BF 1993 Insuffisance pondérale L'indicateur poids-pour-âge qui figure au Tableau 8.4 nous renseigne sur l'~rat nutritionnel sans qu'il soit possible de distinguer les d6ficiences alimentaires qui durent depuis longtemps de celles qui sont récentes. Il apparaît ici que 30 pour cent des enfants burkinabè de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pond~raie : parmi ces enfants, près d'un sur quatre (8 pour cent) souffre d'insuffisance pondêrale sévère. 126 Comme l'état nutritionnel mesuré au moyen de cet indicateur rend compte à la fois, des formes chroniques et aiguës de sous-nutrition, les variations du poids-pour-[lge selon les différentes caractéristiques socio- démographiques suivent les mêmes tendances que celles observées pour la taille-pour-åge et le poids-pour-taille. Rappelons seulement que cet indicateur étant particulièrement sensible aux variations salsonnières, une seule estimation de sa valeur à un moment donné peut poser des problèmes d'interprétation, surtout si on le compare à d'autres estimations obtenues å différentes époques. 8.3 ETAT NUTRIT IONNEL DES MERES L'état nutritionnel des mères est un des déterminants de la mortalité matemelle, du bon déroulement des grossesses ainsi que de leur issue. Il influence aussi la morbidité et la mortalité des jeunes enfants. L'état nutritionnel d'une femme est conditionné, à la fois, par sa balance énergétique, son état de santé et le temps écoulé depuis la dernière naissance. Il existe donc une relation étroite entre les niveaux de fécondité et de mortalité et 1'état nutritionnel des mères. Pour ces raisons, l'évaluation de l'état nutritionnel des mères est particulièrement utile pour déterminer les groupes à hauts risques. Dans le cadre de I'EDSBF, on a pris les mesures du poids, de la taille et de la circonférence du bras de toutes les femmes ayant eu au moins une naissance vivante durant les cinq demières années ayant précédé l'enquête, mesures qui servent à déterminer l'état nutritionnel des mères. Les résultats ne sont donc représcntati fs que de 1'ensemble des femmes de 15-49 ans qui ont eu une naissance durant les 5 demièrcs années. Le Tableau 8.5 fournit la moyenne, l'écart type et la distribution de chacune des mesures, ainsi que l'Indice de Masse Corporelle (IMC), calculé à partir de la taille et du poids. Les distributions concernant la taille et la circonférence du tour de bras portent sur l'ensemble des femmes mesurées; par contre, pour éviter d'introduire un biais dans les distributions du poids et de I'IMC, les femmes enceintes ainsi que celles ayant eu une naissance dans les deux mois précédant l'interview, ont été exclues des calculs. Bien que la taille puisse varier dans les populations à cause de facteurs génétiques, elle est néanmoins un indicateur indirect du statut socio-économique de la mère dans la mesure où une petite taille peut résulter d'une sous-nutrition chronique durant l'enfance. En outre, d'un point de vue anatomique, la taille des mères étant associée å la grandeur du bassin, les femmes de petites tailles sont plus suscepIibles d'avoir des complications pendant la grossesse et surtout pendant l'accouchement. Bien que la taille critique en-deça de laquelle une femme peut être considérée à risque varie selon les populations, on admct généralement que cette taille se situe entre 140 et 150 centimètres. A partir des résultats du Tableau 8.5, on constate que la taille moyenne des tcmmes burkinab~ Tableau 8.5 Indicateurs anthropo- métriques de l'état nuîcritiormel des mères Distribution (en %), moyenne et écart type de la taille, du poids, de l'Indice de Masse Corporelle (IMC) et de la circonférence du bras pour les femmes ayant eu, au moins, une naissance durant les cinq années ayant précédé l'enqu&e, EDS Burkina Faso 1993 Indicateur Total Taille (cm) <145 0,3 145-154 12,3 155-164 56,8 165-174 26,6 >=175 1,3 Non déterminé 2,8 Moyenne 161,6 F.car t type 5,9 Effectif de ferrmles 4145 Poids (kg) < 40 1,3 40 49 25,8 50-59 50,0 60-69 16,7 >=70 4,4 Non déterminé 1,9 Moyenne 54,9 écart type 9,2 Fffectif de I~mmes 3416 IMC (kg/m z) <16,0 0,8 16,0-16,9 2,4 17,0-18,4 10,7 18,5-20,4 31,7 20,5-22,4 30,3 22,5 23,9 11,3 24,0 25,4 4,8 25,5-26,9 2,6 27,0-2s,9 1,5 >=29,0 1,1 Non déterminé 2,6 Moyenne 21,0 l'cart type 2,8 Effectif de femmes 3416 Circonl~rence du bras (cm) < 21,0 0,4 21,0 21,9 1,7 22,0 22,9 3,6 23,0-23,9 9,2 24,0 24,9 14,7 25,0 25,9 16,3 26,1/-26,9 19,1 27,0-27,9 12,5 28,0-28,9 8,1 29,0-29,9 6,0 >=30,0 6,0 Non déterminé 2,3 Moyenne 26,2 Ecart type 2,5 Effectif de femmes 4145 127 ayant eu une naissance ces 5 demières années, se situe au-dessus de l'intervalle mentionné : elle est de 162 centimètres (écart type de 6 centimètres) et moins de 1 pour cent des mères ont une taille inférieure à 145 centimètres. Il y a très peu de variations des tailles selon les earactéristiques socio-démographiques (Tableau 8.6) et les proportions de femmes en-deça de la taille critique sont toujours inférieures à 1 pour cent; il en est de même pour la taille moyenne qui varie peu autour de 162 centimètres, quelle que soit la caractéristique prise cn compte. Le faible poids des femmes avant la grossesse est un facteur de risque important pour le déroulement et L'issue de celle-ci. Le poids moyen des femmes burkinabè (Tableau 8.5) est de 55 kilogrammes, avec un écart type de 9 kilos; un peu plus du quart d'entre elles (27 pour cent) pèsent moins de 50 kilos et seulement 4 pour cent ont un poids d'au moins 70 kilos. Cependant, le poids étant très variable selon la taille, il est préférable de s'intéresser à un indicateur tenant compte de la relation taille/poids. L'Indice de Masse Corporelle, ou encore Indice de Quételet, est le plus souvent utilise pour exprimer cette relation 5 : il permet de mettre en évidence le manque ou l'excès de poids en contrôlant la taille, et il présente en outre l'avantage de ne pas nécessiter l'utilisation de table de référence. Pour indiquer une déficience énergétique chronique, on utilise généralement comme seuil la valeur de 18,5 kg/km2; à l'opposé, par contre, pour indiquer un surpoids, il n'existe pas de seuil unanimement admis. Au Burkina Faso, 14 pour cent des femmes se situent an-dessous de ce seuil et présentent donc une d6ficienee énergétique chronique. La valeur moyenne de I'IMC est de 21,0 et une faible proportion de femmes peuvent être classees dans la catégorie des surpoids (3 pour cent des femmes ont un indice supérieur à 27). L'IMC présente quelques variations selon les caractéristiques socio-demographiques des femmes (Tableau 8.6). Ainsi que pour l'~rat nutritionnel des enfants, les écarts les plus importants sont ceux concernant le milieu de résidencc : seulement 10 pour cent des femmes de Ouagadougou présentent une déficience énergétique chronique, alors qu'en milieu rural elles sont une fois et demi plus nombreuses (16 pour cent). Les niveaux de d6ficience chronique varient selon les régions, et l'Est (18 pour cent) et le Centre/Sud (17 pour cent) sont celles où ils sont les plus élevés. Ces déficiences sont aussi liées au niveau d'instruction puisque 15 pour cent des femmes sans instruction sont couce rodes, coutre 11 pour cent de celles ayant au moins un niveau primaire. Le demier indicateur figurant dans les Tableaux 8.5 et 8.6 se rapporte à la circonférence du bras. Cette mesure est étroitement associée au poids, mais elle est indépendante de la taille. En outre, la circonférence du bras ne variant que très peu durant la grossesse, elle peut être facilement utilisée pour évaluer l'état nutritionnel de la femme enceinte et donc pour identifier celles susceptibles d'avoir des enfants de faibles poids à la naissance et à hauts risques de mortalité foet~de et infantile. Pour mettre en évidence ces catégories de femmes à risques, on utilise généralement comme seuil critique une valeur comprise entre 21 et 23,5 centimètres. Chez les mères burkinabè, la valeur moyenne de la circonférence du bras, s'établit à 26 centimètres (écart type de 2,5 centimètres) et près de 6 pour cent des femmes ont une circonférence de bras se situant au-dessous du seuil critique de 23 centimètrcs. Selon les caractéristiques socio-d6mographiques, on constate assez peu de variations des valeurs moyennes. De même, les proportions de l~mmes se situant en-dessous du seuil critique varient peu selon le milieu de résidence (5 pour cent à Ouagadougou et 6 pour cent en milieu rural). Les régions Est (9 pour cent) et Centre/Sud (7 pour cent) sont une fois de plus celles où le nombre de femmes avec une faible cireont?rence de bras est le plus élevé. En outre, les femmes jeunes sont plus souvent au-dessous du seuil critique que leurs atnées. 5 L'IMC est calculé en divisant le poids (en kilos) par le carré de la mille (en mètres): il s'exprime donc en kg/m 2. 128 Tableau 8.6 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques Taille moyenne et pourcentages de femmes dont la taille est inférieure à 145 centimètres. Index de Masse Corporelle (IMC) moyen et pourcentages de femmes dont I'IMC est inférieur à 18,5 kg[m 2, et circonférence du bras moyenne et pourcentages de femmes dont la circonférence du bras est inférieure à 23 centimètres, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 "Faille IMC Circonférence du bras Pour- Effectif Pour- Effectif Pour- Effectif centage de centage de centage de Caract~rîsùque Moyenne <145 cm femme« Moyenne <18,5 femmes Moyenne <23 cm femmes Age de la femme 15-19 161.5 {I,4 319 20.5 17,8 257 25.2 11,0 326 20-24 161.5 0.3 964 20,8 14.8 781 25.7 8,2 967 25 29 161,8 0.1 1004 21.1 12.9 794 26.2 6.1 1007 30-34 161,9 0,4 759 21.3 13,8 632 26,5 5.5 768 35-39 161,4 0.3 578 20,9 16,6 479 26.5 3.8 582 40-44 161,3 0.0 291 20.8 17,2 274 26,8 1.9 294 45-49 161.3 0.0 114 21.2 13,3 108 27.0 3,7 114 Milieu de résidence Ouagadougou 162,4 0,0 352 22,3 10,1 303 27,1 4,8 352 Autres villes 161,9 0.5 276 22.1 10,3 242 26,8 5,7 277 Total urbain 162,2 0,2 628 22.2 10,2 545 27.0 5,2 629 Rural 161.5 0,3 3401 20.7 15,7 2780 26,0 6.3 3429 Région de résidence Ouagadougou 162.4 0.0 352 22,3 10,1 303 27.1 4.8 352 Nord 162.0 0,1 7111 20,9 12,4 569 26.2 4.5 718 Est 161.4 0,3 891 20,5 17,7 703 25.6 8.5 899 Ouest 161.7 0,2 982 21,4 13,1 839 26.6 5,3 989 Centre/Sud 161,3 0.5 1095 20.6 17.3 911 25.9 6,6 I100 Niveau d'instruction Aucun 161,5 0.3 3525 211.8 15,4 2889 26,1 6.2 3553 Primmre 162,2 0,1 370 22,0 11.0 319 26.7 6,2 371 Second~reou plus 163,8 0.0 134 23.3 11,0 117 27,6 5,0 134 Ensemble 161.6 11,3 4029 21,0 14,8 3325 26,2 aSont exclues les femmes pour lesquelles l'information est manquante. 6,2 4058 129 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Les conditions sanitaires, démographiques, socio-économiques, environnementales et culturelles sont autant de facteurs qui déterminent les niveaux de la mortalité infantile et juvénile. Pour cette raison, le taux de mortalité des enfants est souvent considérê comme l'un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'une population. La connaissance de la mortalité des enfants est donc indispensable, non seulement aux spécialistes des questions de population, mais aussi aux responsables de mise en place des programmes de santé et de développement socio-économique en général. En cela, I'EDSBF vient ajouter un plus dans ce domaine en permettant de recueillir les informations pour estimer les niveaux de mortalité des enfants, pour en dégager les tendances au cours des deux dernières dêcennies, et mettre b.jour certains de ses aspects différentiels et d'identifier certains des sous-groupes à hauts risques. 9.1 METHODOLOGIE Les indices de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations recueillies dans l'historique des naissances du questionnaire individuel femme. Dans cette partie du questionnaire, on demande aux femmes de retracer leur histoire g6nésique en donnant la liste de leurs naissances et en précisant le sexe, la date de naissance de l'enfant, son état de survie et, en cas de décès, l'âge au décès (au jour près pour les décès de moins d'un mois, au mois près pour ceux de moins de deux ans, et en années pour les décès survenus à deux ans et plus). Les indices suivants ont été calculés à partir de ces informations : quotient de mortalité néonatale (NN) : probabilité de décéder avant d'atteindre un mois; quotient de mortalité post-néonatale (PNN) : probabilité de décéder entre le premier et le douzième mois exact; quotient de mortalité infantile (No) : probabilité de décéder entra la naissance et le premier anniversaire; quotient de mortalité juvénile (4q~) : probabilité de décêder entre le premier et le cinquième anniversaire; quotient de mortalité infanto-juvénile (sqo) : probabilité de dé¢éder entre la naissance et le cinquième anniversaire. La collecte des données par le biais de l'historique des naissances présente certaines limites méthodologiques et certains risques d'erreurs d'enregistrement. En premier lieu, dans ce type d'approche rétrospective, on collecte des informations sur le passé (ici, la mort'alité des enfants) auprès de personnes vivantes au moment de l'enquête (ici, les femmes de 15-49 ans). On n'a donc aucune information sur la survie ou le décès d'enfants dont la mère est actuellement décédée : dans le cas où ces enfants, "orphelins de mère," seraient en nombre important et où leur mortalité serait différente des enfants dont la mère vit toujours (ce qui est certainement le cas), les niveaux de mortalité s'en trouveraient affectés. En outre, en limitant la collecte des données aux seules femmes de 15-49 ans, les inlbrmations découlant de l'historique des naissances ne couvrent pas complètement les différents intervalles des périodes passées. Si, pour les cinq années précédant l'enquête, la quasi totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile qui en découle) sont issues de femmes de 15-49 ans à l'enquête, il n'en est pas de même pour les intervalles plus anciens : 131 pour la période 10-14 ans avant l'enquête par exemple, on ne dispose d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, comme cela a déj~t été prêcisé (voir Chapitre 3 - Fécondité), la validité des données peut être affectée par : le sous-enregistrement des événements, plus particulièrement l 'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, ce qui peut induire une sous-estimation des niveaux de mortalité; les déplacements diffêrentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'i ls sont vivants ou décédés ~ : ces "déplacements" qui n'affectent pas les niveaux de mortalité de l 'ensemble de la p~riode rétrospective considérée, peuvent entraîner une sous-estim ation de la mortalité d'un intervalle (par exemple, 0-4 ans avant l'enquêtc) et, par conséquent, une surestimation de la mortalité de l'intervalle précédent (par exemple, 5-9 ans avant l'enquête); l ' imprécision des déclarations d'åge au décès : cn particulier l'attraction des 12 mois comme âge au décès, en transformant une partie des décès de jeunes enfants (moins de 12 mois) en dêcès d'enfants plus ågés (12 à 59 mois), peut engendrer une sous-estimation de la mortalité infantile et, par contre- coup, une surestimation de la mortalité juvénile, la mortalité globale des moins de cinq ans n'étant pas affectée) L'ensemble des limites méthodologiques, inhérentes å l'historique des naissances, et des risques d'erreurs ou d' imprécisions de collecte n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans les mesures des événements récents (voir Sullivan et al., 1990) : dans le cadre de ce rapport, on n'a donc procédé à aucun ajustement qui nécessiterait, au préalable, une évaluation détaillée de la qu',dité des données de l'historique des naissances) Par contre, plus la période de référence est éloignée de la date de l'enquête, plus le risque d'imprécision est important 4 : de ce fait, les conclusions concernant les changements ou plut& l 'amplitude des changements dans les niveaux de mortalité ne doivent être tirdes qu'avec prudence. A l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances, selon leur état de survie, par année de naissance. Comme on I'a précisé au Chapitre 3 - Fécondité, le "rapport du naissances annuelles" semble indiquer un manque de naissances en 1987, et un "surplus" en 1986. Ces déplacements semblent légèrement plus prononcés pour les enfants décédés, nés en "sous-nombre" en 1987 (rapport = 66 < 100), et en "surnombre" en 1986 (rapport = 165 > lO0). 2 A l'Annexe D, les Tableaux D.5 et D.6 fournissent la distribution des décès par âge au décès (jour, mois et année). On remarquera que, pour l'ensemble de la période 0-15 ans avant l'enqu&e, plus d'enfants seraient morts à 12 mois (321) ou à 1 an exact (27) qu'aux trois âges 10, 11 et 13 mois réunis (150) : l'attraction pour l'åge au décès 12 mois est évidente. 3 A titre indicatif, un ajustement des données par le transfert d'une partie des décès déclarés à 12 mois (ou 1 an exact) sur ceux déctar6s à moins de l an, conduirait, pour la période 0-4 ans avant l'enqu&e, à une mortalité infantile qui serait majorée de l'ordre de 6 pour cent, et à une mortalité juvénile qui serait m inor6e de l'ordre de 4 à 5 pour cent, par rapport à celles présentées dans le rapport. 4 Par exemple, il apparaît nettement à l'Annexe D, Tableau D.6, que l'attraction pour l'åge au décès 12 mois est d'autant plus prononcée que la période de référence est ancienne. 132 9.2 NIVEAUXETTENDANCES Le Tableau 9.1 pr6sente les différents quotients de mortalité, principalement les quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile,juvénile et infanto-juvénile, pour les quinze dernières années, selon trois périodes quinquennales. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), près d'un enfant sur cinq (187 pour mille) est décédé avant d'atteindre son cinquième anniversaire : sur 1 1300 naissances, 94 enfants sont décédés avant l'åge de un an, et sur I 000 enfants atteignant leur premier anniversaire, 103 sont décédés avant d'atteindre cinq ans. En plus du niveau extrêmement élevé de la mortalité des enfants de moins de cinq ans, ces résultats mettent en évidence qu'au Burkina Faso, les risques de décéder sont plus importants entre 1 et 5 ans qu'avant le premier anniversaire. Cette mortalité par åge qui s'éloigne du schéma classique pour lequel, entre la naissance et le cinquième anniversaire, c'est la mortalité infantile qui est la plus élevée, correspond à un modèle de mortalité spécifique ~. certains pays africains å forte mortalité et qui a déjà ét~ observé, par exemple au Sénégal en 1986 (Ndiaye et al., 1988), au Mali en 1987 (Traor6 et al., 1989), au Nord du Nigéria en 1990 (Federal Office of Statistics et IRD, 1992) et au Niger en 1992 (Kourguéni et al., 1992). Tableau 9.1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans Quotients de mortalité néonatale, post-n~.onatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile par périodes de 5 ans précédant l'enquête, EDS Burkina Faso 1993 Nombre Mortalité Mortalité d'années Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto- précédant néonatale néonatale infantile juvénile juvénile l'enqu&e (MN) (MPN) (1%) (4ql) (5%) 0-4 43,2 50,5 93,7 103,0 187,0 5-9 60,0 62,1 122,2 115,5 223,5 10-14 64,1 58,6 122,7 135,4 241,5 Avant l'åge de un an, la probabilité de mourir durant le premier mois d'existence (43 pour mille) est moins 61evée que celle de mourir entre le premier et le douzième mois exact (51 pour mille). Sur la période des quinze demières années, aucune tendance nette ne peut être dégagée des variations des niveaux de la mortalité néonatale et post-néonatale (Tableau 9.1), mais la mortalité infanto-juvénile, la mortalité infantile et la mortalité juvénile auraient connu des variations assez importantes (Graphique 9.1). La mortalité infantile et la mortalité juvénile semblent avoir diminué dans la même proportion (de 24 pour cent). Cependant, comme l'indique le Graphique 9.1, la mortalité infantile aurait connu l'essentiel de sa baisse au cours de la période récente (0-4 ans avant l'enquête), passant de 122 pour mille en 1985 (année centrale de la période quinquennale précédente) å 94 pour mille en 1990 (année centrale de la dernière période quinquennale), alors que, la mortalité juvénile aurait surtout baissé durant la période de 5-9 ans avant l'enquête, passant de 135 pour mille autour de 1980 à 116 pour mille autour de 1985. Ces tendances différentielles pourraient être dues, en partie, à des transferts des dates de naissance et à des imprécisions des âges au décès. Quant à la mortalité infanto-juvénile, elle serait passée de 242 pour mille 10-14 ans avant l'enquête (autour de l'année 1980), à 224 pour mille pour la période suivante (centrée sur l'année 1985) et à 187 pour mille durant la période récente (centrée sur l'année 1990). Comme cela a été précisé précédemment, 1' amplitude de ces changements doit être interprétée avec prudence. Néanmoins cette tendance semble révéler que, au cours des 15 demières années, la mortalité infanto-juvénile aurait connu une baisse relativement importante. La mise en application du "Programme Elargi de Vaccination" au Burkina Faso dont, la "vaccination commando" a été un des volets importants dans les années 1985-1987 pourrait, en partie, expliquer la baisse de la mortalitê infanto-juvénile et en particulier celle de la mortalité juvénile, de la dernière période quinquennale. 133 Graphique 9.1 Tendances de la mortalité des enfants de moins de 5 ans Décès pour1000 250 200 150 100 i i 78 80 85 90 92 Année lq0 (EDSBF) i --4qi (EDSBF) I ~-Sq0 (EDSBF) I Note: Les points représentés correspondent à l'année centrale des pérîodes quinquennales, A l'exception de la période 5-9 ans avant l'enquete, c'est-à-dire de 1983 ','t 1987, les niveaux de mortalité post-n6onatale sont toujours supérieurs à ceux de la mortalité ndonatale, de même que ceux de la mortalité juvénile sont toujours supérieurs à ceux de la mortalité infantile. Au Graphique 9.1 figurent également les niveaux de mortalité in fanto-juvénile estimds au RGP 1985 pour l'année 1985, et à I'ED 1991 pour rannee 1990. Les niveaux de la mortalité avant cinq ans, observés à I'EDSBF, calculês directement à partir des informations recueillies dans 1'historique des naissances, sont très proches de ceux obtenus à 1'ED et au RGP : la mortalité infanto-juvénile s'établit à 185 pour mille à rED et à 187 pour à I'EDSBF pour la même période (Tableau 9.2). Pour l'année 1985, le RGP cstimc la mortalité avant cinq ans h 216 pour mille, et I'EDSBF, à 224 pour mille. Par contre, l'examen des composantes de la mortalité infanto-juvênile semble montrer des 6carts importants entre les niveaux trouvés à rEDSBF et lors des deux autres opérations : la mortalité infantile est estimée à 134 pour mille au RGP pour l'annéc 1985, et à I 15 pour mille à rED pour l'année 1990. A I'EDSBF, ces niveaux sont respectivcmenl, de 122 pour mille (période centrée sur l'ann6e 1985) et de 94 pour mille (période ccntréc sur rannéc 1990). En ce qui concerne la mortalité juvénile, elle serait de 95 pour mille en 1985 et de 79 pour mille en 1990 selon, respectivement, le RGP et rED. Pour les mêmes périodes, à I'EDSBF, la mortalité juvénile s'établirail, respectivement, à 116 et à 103 pour mille. 134 Tableau 9.2 Mortalité par période selon trois sources Mortalité infantile, mortalité juvénile et mortalité infanto- juvénile par période, EDS Burkina Faso 1993 Souoee Période Mortalité Mortalité Mortalité infanto- infantile juvénile juvénile (1%) (~,qI) (5%) RGP 1985" 1985 134 95 216 ED1991* 1990 115 79 185 EDSBF1993 1988-92 94 103 187 1983-87 122 116 224 Note : Les quotients de mortalité sont exprimés en pour l 000. * Données ajustées Sources 1985: Recensement Général de la Population : Analyse des résultats définitifs (INSD 1990) 1991 : Enquéte Démographique de 1991 (INSD 1993) Ainsi, contrairement aux résultats de rEDSBF, ceux du RGP et de rED, semblent indiquer que la mortalité infantile serait plus élevée que la mortalité juvénile. Cette différence est certainement due aux méthodes de calcul utilisées lors du RGP et de rED, qui ont tendance à surestimer la mortalité infantile par rapport å la mortalité juvénile. Il faut rappeler qu'à I'EDSBF, ces indicateurs ont été déterminés à l'aide de méthodes directes, tandis qu'au RGP et à rED, ils ont été définis å partir de méthodes indirectes d'ajustement. 9.3 MORTAL ITE D IFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS R ISQUES Le Tableau 9.3 et le Graphique 9.2 présentent les différents quotients de mortalité selon certaines caractéristiques socio-démographiques de la mère, pour la période de dix ans précédant l'enquête (1984- 1993). La référence à une période de dix ans est utilisée ici pour pouvoir disposer, dans chaque sous-groupe de population, d'un nombre de cas suffisamment important pour permettre le calcul des différentes probabilités. Le risque de décéder avant råge de cinq ans est pr~s de 50 pour cent supérieur en milieu rural (214 pour mille) à celui des autres villes (146 pour mille). La ville de Ouagadougou occupe une position intermédiaire (150 pour mille) avec un niveau de mortalité infanto-juvénilc légèrement plus important que celui observé dans les autres villes. 5 Que ce soit pour la mortalité infantile ou pour la mortalité juvénile, les écarts entre le milieu rural et le milieu urbain sont très importants et sont du même ordre de grandeur : les niveaux observés entre 0 et 1 an (113 pour mille en campagne contre 76 pour mille en ville) ou entre 1 et 5 » Ce résultat assez inattendu pourrait &re dû à une meilleure déclaration des décès d'enfants de moins de cinq ans à Ouagadougou que dans les autres villes. 135 Tableau 9.3 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère Quotients de mortalité néonatale, post néonatalc, infantile, juvénile et infamo-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enqu~te, par caractéristiques socio démogra phiques de la mère, EDS Burkina Fastl 1993 Mortalité Mortalité Mortalité post- Mortalité Mortalité infanto néonatale néonatale infantile juvénile juvénile Caractéristique (NN) (PNN) (iq0) (aql) (sq0) Milieu de résidence Ouagadougou 32,6 50,2 82,8 73,7 150,4 Autres villes 30,5 37,6 68,1 83,5 145,9 Total urbain 31,7 44,7 76,4 78,(/ 148,4 Rural 54.7 58,3 113,0 114,4 214,4 Région de résidence Ouagadougou 32,6 51),2 82,8 73,7 150,4 Nord 58,5 62,3 120,8 112,9 220,0 Est 61,8 54,7 116,5 122.0 224,2 Ouest 42,9 59.3 102,1 104,8 196,2 Centre/Sud 51,4 52,8 104,2 110,4 203,1 Niveau d'instruction de la mbre Aucun 53,6 57,7 111,3 113,1) 211,7 Primaire 33,7 50,3 84,/) 82,7 159,7 Secondaire ou plus 28,7 24,1 52,8 35,9 86,8 Soins prénatals et assistance à l'accouchement l Ni ]'un ni l'antre 57,4 57,6 115,0 105,4 208,3 L'un (lu l'autre 42,8 49,7 92,5 82,4 167,3 Les deux 27,8 41,1 68,9 98,9 161,0 Ensemble 51,3 56,2 1(/7,6 108,7 204,5 1Quotients pour la période de cinq ans précéd:mt l'enquete ans (114 pour mille en campagne contre 78 pour mille en ville), sont près de 50 pour cent supérieur en milieu rural. Du point de vue régional, l 'Ouest a le niveau de mon.alité infanto-juvénile le plus faible (196 pour mille), et les niveaux les plus 6levés se trouvent dans les régions Nord (220 pour mille), et Est (224 pour mille), qui sont aussi celles où l'état de santd et l'~rat nutritionnel des enfants sont les plus critiques (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant, et Chapitre 8 - Allaitement et 4tat nutritionnel). Il faut ajouter que ce sont des rdgions encore enclavées où les moyens d'hospitalisation et d 'évacuation demeurent modestes sinon inexistants. Les enfants de mères sans instruction ont une probabilité de mourir entre 0 et 5 ans nettement supérieure å celle des enfants de mères ayant fait des dtudes primaircs (212 pour mille contre 160 pour mille) et près de 2,5 fois plus élevée que celle des enfants dont la mère a atteînt au moins le niveau secondaire (87 136 Graphique 9.2 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère RESIDENCE Ouagadougou I Autres villes i Rural l REGION I Ouagadougou Ouest L~~~~ Centre/Sud ~ ~ ~ [NsTRucTION Aucune Primaire Secondaire ou + 50 100 150 200 Décès pour 1 000 Note: Basé sur les dêcès de la période de 10 ans avant l'enquête 250 Quotients de mortalitê • Infantile [] Infanto-juvanile i EDSBF 1993 pour mille). De même dans la première année de vie, la mortalité touche deux fois plus les enfants des mères n'ayant pas été à l'école que ceux dont la mère a fréquenté au moins le secondaire (111 pour mille contre 53 pour mille). Cette différence en fonction du niveau d'instruction de la mère est encore plus élevée pour les enfants survivants à un an, puisque leur probabilité de décéder entre un et cinq ans est trois fois plus élevée quand leur mère n 'a pas d'instruction que quand elle a un niveau secondaire ou plus (113 pour mille contre 36 pour mille). Les meilleures conditions de vie, d'hygiène et d'alimentation, mais surtout le recours plus important aux services de santé par les femmes instruites (leurs enfants ont une couverture vaccinale près de trois fois plus élevée que les enfants de femmes sans instruction, voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) expliquent l'essentiel de ces différences de mortalité. La dernière caractéristique présentée au Tableau 9.3 concerne les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant Sa grossesse et n 'a pas été assistée par du personnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de décéder de 115 pour mille avant l 'âge de 1 an, contre 69 pour mille pour un enfant dont la mère a été en consultation prénatale et a ~té assistée lors de l'accouchement. Ainsi, le suivi de la grossesse et les conditions de l'accouchement semblent jouer un r61e essentiel sur les niveaux de mortalité infantile. Cependant, les femmes qui ont le meilleur suivi de grossesse et qui accouchent dans les meilleures conditions sont aussi celles qui sont le plus instruites et qui vivent en milieu urbain (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Ainsi l'environnement socio- économique des mères apparaît à nouveau comme un facteur déterminant de la mortalité des enfants. Le Tableau 9.4 et le Graphique 9.3 présentent les quotients de mortalité pour la période de dix ans précédant l'enquête, selon certaines caractéristiques biologiques des enfants et des mères. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité des enfants de sexe masculin est, comme dans la majorité des populations, légèrement plus 61evée que celle des enfants de sexe îéminin (209 pour mille contre 200 pour 137 Tableau 9.4 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants Quotients de mortalité néonatale, post n&~natale, infantile, juvénile et infanto-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enquête, par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants, EI)S Rurkina Faso 1993 Mortalité Mortalité Mortalité post - Mortalité Mortalité infanto Caractéristique néonatale néonatale infantile juvénile juvénile démngraphique (NN) (PNN) (~q0) (,q~) (sqo) Sexe M~~culin 56,9 57,6 114,5 107,1 209,3 Feminin 45,5 54,8 100,3 110,3 199,5 Taille à la naissance t Très petit ou petit 74,7 59,1 133,8 107,2 226,7 Moyen 3/),8 5/),9 81,8 98,9 172,6 Gros ou très gros 32,7 41,0 73,7 84,8 152,3 Age de la mère à la nai~.sance Moins de 20 ans 80,5 65.4 145,9 128,0 255,2 20-29 ans 41,4 56,4 97,8 104,3 191,9 30 39 ans 5(t,6 5t/,/I 100,6 104,9 195,0 40-49 ans 54,9 56,5 111,4 99,9 200,2 Rang de naissance 1 71,5 65,3 136,8 114,9 236,0 2-3 46,1 59,9 106,0 115,6 209,4 4-6 41,3 50,1 91,4 1(16,1 187,8 7 ou plus 58,5 51,9 110,4 92,7 192,9 Intervalle avec la nai~.~ance précédente Moins de 2 ans 93,0 85,2 178,2 165,3 314,0 2 3 ~als 36.3 48,6 84,9 93.2 170,2 4 ans ilu plu~ 20,3 26,3 46,7 65,7 109,3 Ensemble 51,3 56,2 107,6 108,7 204,5 iQuotienl-s pour la période de cinq ans précédant l'enquète mille). Durant la première année d'existence, cette tendance reste valable (mortalité infantile de 115 pour mille pour les garçons contre 100 pour mille pour les filles); mais le ph6nomène s'inverse entre le premier et le cinquième anniversaire : mortalit6 juv6nile de 107 pour mille pour les garçons contre 110 pour mille pour les filles. En ce qui concerne la taille de l'enfant à la naissance selon la perception de la mère, il apparaît que les béb6s petits ou très petits ont une mortalité beaucoup plus élevée que les b6b6s moyens, gros ou très gros. Sur mille enfants de petite ou de très petite taille à la naissance, 75 n'atteignent pas la fin du premier mois d'existence, et 134 n'atteignent pas leur premier anniversaire. Pour ces enfants, la probabilité de mourir durant le premier mois est plus de deux fois supérieure à celle des enfants que les mères ont déclarés comme étant gros ou très gros à la naissance; leur probabilité de mourir durant la première année est, quant à elle, près de deux fois sup6rieure (134 pour mille contre 74 pour mille). 138 Graphique 9.3 Mortalité infantile et comportement procréateur AGE DE LA MERE Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ar~s RANG DE NAISSANCE 7ou +l INT. INTEFIGENESIQUE Moins de 2 an. 2-3 ans 4 aR5 ou + 20 40 60 80 100 120 Décès pour 1 000 140 160 180 EDSBF 1993 Les trois autres caractérisfiques selon lesquelles sont présentés les niveaux de mortalité au Tableau 9.4 et au Graphique 9.3 concernent le comportement procréateur des mères. Du point de vue de l'âge de la mère, on constate que, les risques de décéder avant 1 an les plus élevés concernent les enfants nés des femmes les plus âgées (40-49 ans, 111 pour mille), mais surtout les enfants nés de femmes de moins de 20 ans (146 pour mille) : en particulier, le risque de décéder en période néonatale est deux fois plus important pour un enfant né d'une femme de moins de 20 ans (81 pour mille), que pour un enfant n~ d'une femme de 20-29 ans (41 pour mille). Selon le rang de naissance, les quotients de mortalité infantile qui sont élevés pour le rang 1 (137 pour mille), baissent nettement pour les rang suivants, atteignant un minimum de 91 pour mille pour les rangs 4 à 6, et augmentent de façon importante pour les enfants de rang les plus élevés (110 pour mille pour les rangs 7 ou plus). Cette tendance est bien star à mettre en parallèle avec celle concernant l'âge de la mère. La durée de l'intervalle entre les naissances appara~ comme étant le facteur qui influe le plus nettement surles niveaux de mortalité des enfants. Plus l'intervalle intergénésique est court, plus les risques de décéder, en particulier durant la première année d'existence, sont élevés. Les intervalles très courts, qui ne permettent pas à la femme une récupération totale de ses capacités physiologiques, entraînent une mortalité infantile près de quatre fois plus élevée que chez les enfants qui suivent leur aîné de quatre ans ou plus (178 pour mille contre 47 pour mille). La mortalité différentielle selon les comportements procréateurs de la mère met en 6vidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée par des naissances précoces et/ou tardives, des rang de naissance élev6s et des intervalles intergénésiques courts. 139 Le Tableau 9.5 qui reprend, en les combinant, les trois demières caractéristiques du comportement procréateur de la mère, présente une classification des naissances des cinq demières années selon les catégories à hauts risques auxquelles elles correspondent : les naissances de rang un qui présentent un risque accru de mortalité; ces naissances ne pouvant être ~vit~es, elles sont présent~es dans une catégorie à part, en distinguant celles issues de jeunes mères (moins de 18 ans) qui, elles pourraient être ~vit~es (en les retardant), de celles issues de mères plus âgées; les naissances issues de femmes appartenant à une seule catégorie à haut risque, à savoir les naissances de femmes d'âge de procréation tardif (plus de 34 ans), les naissances à intervalle intergénésique court (moins de 24 mois), et celles de rang élevé (6 ou plus); les naissances correspondant å. une combinaison de certains hauts risques précédents, ~ savoir, l'intervalle intergénésique court (moins de 24 mois), et le rang de naissance élevé (6 ou plus); les naissances n'appartenant à aucune dcs catégories à hauts risques définies ci-dessus. Le Tableau 9.5 indique que 49 pour cent des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ne correspondent à aucune catégorie à hauts risques identifiés. Par contre, 18 pour cent des naissances correspondent à des risques élevés parce qu'elles sont de rang un, 18 pour cent correspondent à des catégories de haut risque unique, et 14 pour cent sont des cas à hauts risques multiples. Pour évaluer le risque supplémentaire de décéder que font courir aux enfants certains comportements proeréateurs des mères, on a calculé des "rapports de risques," en prenant comme base de réi~rence les naissances n'appartenant à aucune des catégories à hauts risques. Le rapport de risques est donc le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie à hauts risques, à la proportion d'enfants décédés dans la catégorie "sans hauts risques." Un enfant de rang un court un risque de décéder de 63 pour cent supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie ~ haut risque. Ces naissances n'~tant pas évitables, il est préférable de comparer les risques encourus par les enfants de rang un issus de mCrcs très jeunes (moins de 18 ans), à ceux issus de mères plus âgées (plus de 18 ans) : on constate alors, quc le risque de al~céder pour un enfant de rang un, issu d'une mère très jeune est de 60 pour cent supérieur au risque encouru par un enfant de rang un issu d'une m6re plus âgée. Par ailleurs, dans le premier cas, le risque est de 2 fois supérieur à la catégorie de rêférence et dans le second cas, il est de 47 pour cent supérieur. La fécondité précoce apparaît donc ici comme étant un facteur de risque important de mortalité des enfants de moins de 5 ans. De même, un enfant appartenant à une catégorie quelconque de hauts risques court un risque de décéder 1,5 fois supérieur à un enfant appartenant à la catégoric sans risque. Cependant, ce sont surtout les intervalles intergênésiques de moins de 24 mois qui mettent le plus les enfants en danger, puisque leur risque de décéder est de 97 pour cent supérieur à celui de la catégoric de référence. Ces résultats démontrent qu'une fécondité moins précoce et qu'un meilleur espacement des naissances n'ont pas pour seule conséquence une réduction des niveaux de la fécondité, mais aussi et surtout, une nette amélioration des chances de survie des enfants. A partir de cette analyse du componement procréateur å hauts risques, on a essayé de déterminer la proportion de femmes actuellement en union qui, pourraient avoirpotentiellement un tel comportement. Pour cela, à partir de l'âge actuel de ces femmes, de l'intervalle écoulé depuis leur dernière naissance et du rang de cette dernière naissance, on détermine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfhnt au moment de l'enquête. 11 s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de 140 Tableau 9.5 Fécondité àhaut risque Pourcentage d'enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête par haut risque de mortalité, et pourcentage de fenunes actuellement en union à risque de concevoir un enfant à haut risque de mortalité, par catégories de haut risque croissant, Burkina Faso 1993 Catégories à haut risque Naissances dans les 5 dernières années Pourcentage de femmes Pourcentage Rapport actuellement de naissances de risques en union I Dans aucune cat6gorle à haut risque Naissance de rang ! (RG=l) RG = l et åge de la mère < 18 ans RG = 1 et åge de la mère >= 18 ans Ensemble des naissances de rang 1 Un seul haut risque Age< 18 ans Age > 34 ans Intervalle intergénésique (IN) < 24 mois RG>6 Ensemble des hauts risques simples Hauts risques multiples Age < 18 et 1N < 24 Age > 34 et IN < 24 Age>34et RG > 6 IN<24et RG>6 Age> 34 et IN < 24 et RG> 6 Ensemble des hauts risques multiples Ensemble des catégories à risque Total Effectif 49,4 1,00 31,22 5,0 2,~ 1,5 13,3 1.47 8,3 18,3 1,63 9,8 0,6 * 0,1 3,2 1,13 7,3 8,6 1,97 20,0 5,5 0,99 3,5 17,8 1,50 30,9 0,4 * 0.3 0,2 * 0,6 10,9 1,06 18,4 1.3 (2,53) 3,3 t,5 (2,50) 5,5 14,4 1,46 28,0 50,6 1,54 68,8 100,0 100,0 6302 5326 Note: Le rapport de risque est le rapport de la proportion d'enfants décédés dans les 5 dernières années dans chaque catégorie à risque, à la proportion d'enfants décédés dans aucune catégorie à hauts risques. * Les ratios sont basés sur trop peu de cas et ont été supprimés. l) Basés sur moins de 200 cas. Les femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraien~ à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'enqufite: åge inférieur à 17 ans et 3 mois ou plus ågé que 34 ans et 2 mois, la dernière naissmace est née dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 6 ou plus. 2y compris les femmes stérilisées déterminer quelles proportions de futures naissances entreraient dans les catégories à risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité (contraception, aménorrhée, allaitement, abstinence post- partum.). Par exemple, si une femme de 37 ans, qui a 6 enfants, qui a eu sa dernière naissance il y a trois ans, concevait au moment de l'enquête, la naissance entrerait dans la catégorie des naissances à hauts risques multiples (mère ågée de plus de 34 ans et rang sup6rieur à 6). Les femmes qui peuvent avoir une naissance à hauts risques de mortalité, pourraient en partie éviter ces risques en utilisant la contraception (pour espacer ou limiter, en fonction de la catégorie à risque dans laquelle clles se trouvent). Pour d6terminer dans la simulation, quelle proportion de femmes peut avoir une naissance à risques, on a supposê que toutes les femmes, sauf celles qui sont stérilisées, ont conçu. 141 Il apparaît que 31 pour cent des enlants å naître seraient alors des enfanLs n'appartenant à aucune catégorie å. hauts risques et que 69 pour cent des enfants appartiendraient à une quelconque catégorie à hauts risques (unique ou multiples). Cette dernière proportion est nettement supêrieure à celle observêe chez les enfants déj ~ nés (51 pour cent), et en particulier pour les enlants des catégories à haut risque unique (31 pour cent contre 18 pour cent dans les cinq dcmières années). Cette simulation démontre une fois de plus la nécessité de mettre en place des programmes visant à réguler la fécondité dans le but de réduire les hauts risques de mortalité encourus par les jeunes enfants. La diffusion, ou plus exactement la vulgarisation, de tels rêsultats auprès des femmes concemées peut être un facteur essentiel au dévcloppement des programmes de planilication familiale dans le but de limiter les grossesses à hauts risques. En cfI~t, en démontrant aux femmes qu'une fécondité maîtrisée peut accroître les chances de survie de leurs enfants, un des arguments majeurs justifiant une lorte fécondité, à savoir, avoir beaucoup d'enfants pour qu'au moins quelques-uns survivent, perd en grande partie sa raison d'être. 142 CHAPITRE 10 ENQUETE HOMME Dans le cadre de I'EDSBF, en plus des enquêtes ménage et femme, il a été décidé d'enquêter un sous- échantillon d'hommes [lgés de 18 ans et plus, résidant dans un tiers des ménages sélectionnés. Cette enquête a pour but d'appréhender les connaissances et attitudes des hommes burkinabè sur la planification familiale, leurs préférences en matière de fêcondité ainsi que leurs connaissances sur le SIDA. Par ailleurs, certains des hommes enquêtés sont mariés ~ ~ des femmes enquêtées, ce qui a permis une analyse des réponses par couples, dans les domaines cités précédemment. Les résultats présentés ici sont donc essentiels pour la réalisation des programmes de planification familiale qui pourraient ainsi s'orienter sur les hommes, mais aussi sur les couples. Un tiers des ménages sélectionnés a fait l'objet d'une enquête individuelle auprès des hommes, avec un questionnaire reprenant certains des thèmes du questionnaire individuel femme : caractéristiques socio- démographiques, connaissance spontanée ou après description des méthodes de contraception, utilisation de la contraception, préférences en matière de fécondité et connaissance du SIDA. Les enquêtes hommes sont totalement indépendantes des enquêtes femmes, c'est-å-dire que, quel que soit le r6sultat de l'enquête auprès des femmes éligibles du ménage, les hommes qui sont éligibles sont enquêtés. De plus, afin de garantir l'indépendance des données, on a demandé aux enquêteurs d'interroger les hommes en tête-à-tête (procédure également suivie pour les femmes). A l'intérieur des ménages sélectionn6s, 2 232 hommes ågés de 18 ans et plus ont été identifiés, et le questionnaire a été posé avec succès à 1 845 d'entre eux, soit un taux de réponse de 83 pour cent. Parmi ces hommes, 1 346 étaient en union (monogame ou polygame) au moment de l'enquête, ce qui a permis de constituer 1 489 couples. Compte tenu des unions polygames, le nombre de couples constitué est supérieur au nombre d'hommes mariês, car les réponses données par l 'homme polygame ont été comptées autant de fois qu'il avait d'épouses, pour former autant de couples différents. 10.1 CARACTERIST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES HOMMES ET DES COUPLES 10.1.1 Caractéristiques des hommes Contrairement aux femmes qui n'étaient éligibles, que si elles étaient âgées de 15 à 49 ans, aucune limite supérieure dans l'âge n'a été imposée pour la sélection des hommes : pour être éligibles, ils devaient avoir 18 ans ou plus. Le Tableau 10.1 donne la répartition par åge de la population masculine de l'enquête : plus de la moitié des hommes ont entre 18 et 39 ans (56 pour cent); parmi les autres, ceux ågés de 70 ans et plus ne représentent que 6 pour cent de la population. La répartition par milieu et tégion de rêsidence est la même que celle des femmes, avec une majorité vivant en milieu rural (78 pour cent). Les trois quarts des hommes travaillent dans l'agriculture (76 pour cent), plus de la moitié sont de religion musulmane (54 pour cent), la totalité de nationalité burkinabè et 55 pour cent sont de l'ethnie mossi. Ainsi que chez les femmes, le terme "marié" lait référence aux mariages ou aux unions consensuelles. 143 En ce qui concerne le statut matrimonial, les trois quarts des hommes étaient en union au moment de l'enquête (73 pour cent), dont un quart en union polygame (25 pour cent). Les célibataires représentent 25 pour cent de la population. Instruction Au Burkina Faso, bien que le niveau de scolarisation soit très faible chez les hommes, (78 pour cent n'ont jamais dt~ à l'école), ils sont une fois et demi plus instruits que les femmes, puisque 22 pour cent d'entre eux ont au moins un niveau d'instruction primaire contre 16 pour cent chez les femmes. Les hommes les plus instruits sont les plus jeunes, 36 pour cent pour les moins de 30 ans, dont 16 pour cent ont un niveau secondaire ou plus, alors qu'à partir de 40 ans, ils ne sont plus quc 6 pour cent à avoir ce niveau (Tableau 10.2). Les hommes vivant à Ouagadougou ont plus souvent étd scolarisds que ceux des autres villes du pays (respectivement, 60 et 47 pour cent), mais l'écart se creuse davantage si l'on compare avec le milieu rural, où cinq fois moins d'hommcs ont ~té à l'école (13 pour cent), la majorité d'entre eux ayant simplement le niveau primaire (11 pour cent). Au niveau régional, c'est dans l'Est que l'on compte le plus faible taux de scolarisation (10 pour ccnt); dans les autres régions, ces niveaux varicnt de 14 pour cent dans le Nord, à 22 pour ccnt dans l'Ouest. L' état matrimonial La plupart des hommes dtaient en union au moment de l'enquête (73 pour cent); entre 18 et 29 ans, il y a encore les deux tiers des hommes qui sont cdlibataircs (64 pour cent), mais cette proportion n'est plus que de I 0 pour cent à partir de 30 ans. Les hommes célibataircs se trouvent en majorité à Ouagadougou (52 pour cent, alors qu'en milieu rural ils ne sont que 21 pour cent) et parmi ceux ayant un nivcau d'instruction secondaire ou supérieur (6I pour cent, données non présent6cs dans ces tableaux). Tableau 10.1 Caracteristiqucs socio-démo,graphiques des hommes enquëtés Distribution des caractères socio-demographiques des hommes, EDS Burkina Faso 1993 Effectif Caractéristique Pourcentage Non soc'io-démographique pondéré Pondéré pondéré t;roupe d'åges <20 6,6 122 140 20 29 29,2 538 589 30-39 211,0 369 384 40 49 13,5 249 249 50 59 13,4 248 216 60-69 11,0 203 169 >- 711 6,3 116 98 Etat matrimonial Célibataire 24,6 454 557 Marié monogame 47,5 876 842 Marié polygame 25,4 469 393 Veu f/Divorcé 2,5 46 53 Milieu de résidence Ouagadougou 13,8 255 484 Autres villes 7,8 145 302 Total urbain 21,6 399 786 Rural 78,4 1446 1059 Région de résidence Ouagadougou 13,8 255 484 Nord 17,7 327 274 Est 17,6 324 260 Ouest 26,0 481) 452 Centre/Sud 24,9 460 375 Niveau d'instruction Aucun 77,9 1438 1275 Ihi maire 12,7 234 267 Secondaire ou plus 9,4 173 303 Religion Musulmane 54,3 11X12 11124 Chré6erme 27,4 506 564 Animiste 17,3 3211 240 Autre 0,9 16 17 Ethnie llobo 8,0 147 155 Dioula 6,1 112 11)8 Fui fuldé (Peul) 4,6 86 78 Gourmantché 4,9 91 82 Gourounsi 6,1 113 110 Lobi 4,4 82 72 Mossi 55,1 1017 11157 Scnoulk) 1,3 25 25 'louarcg bella 1,0 19 14 Autre 7,4 137 121 C.S.P. Cadres, cmployds 2,2 41 67 Services et vendeurs 7,5 139 221 Agriculteurs 75,9 1401 1117 Ouvriers 6,6 121 205 Autres 7,8 143 235 "1 oral l 1X),0 1845 1845 144 Tableau 10.2 Niveau d'instruction des honunes enquétés Répartition (en %) des hommes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'instruction atteint Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif Groupe d'åges < 30 63,7 20,4 15,9 100,0 661 30-39 68,7 19,1 12,3 100.0 369 40-49 86,2 7,1 6,7 100,0 249 50 ou plus 96,9 2,0 1,2 100,0 566 Milieu de résidence Ouagadougou 39,9 17,4 42,8 100,0 255 Autres villes 52,6 22,5 24,8 100,0 145 Total urbain 44,5 19,2 36,3 100,0 399 Rural 87,2 10,9 2,0 100,0 1446 Région de résidenee Ouagadougou 39,9 17,4 42,8 100,0 255 Nord 85,8 11,3 2,9 100,0 327 Est 89,8 6,5 3,7 100,0 324 Ouest 77,9 16,6 5,5 100,0 480 Cent.re/Sud 85,1 l 1,3 3,6 100,0 460 Ensemble des hommes 77,9 12,7 9,4 100,0 1845 La polygamie est fréquente au Burkina Faso, puisqu'au moment de l'enquête, un homme sur quatre était en union polygame (Tableau 10.1). Ce type d'union représente en fait, plus du tiers (35 pour cent) de l'ensemble des mariages burkinabè (Tableau 10.3). La fréquence de la polygamie est étroitement liée à l'åge : 11 pour cent des hommes en union de moins de 30 ans, 24 pour cent de ceux de 30-39 ans, 36 pour cent de ceux de 40-49 ans, et plus de la moitié (52 pour cent) des hommes de 50 ans et plus étaient en union polygame au moment de l'enquête. Le taux de polygamie 2 est près de deux fois plus important en milieu rural (38 pour cent des unions) qu'en milieu urbain (20 pour cent), et qu'à Ouagadougou notamment (18 pour cent de polygames). Deux unions sur cinq sont polygames dans les régions Nord et Est ainsi que près de la moitié de celles du Centre/Sud (47 pour cent). Par ailleurs, on constate une lorte relation entre le niveau d'instruction de l'homme et le type d'union. Plus du tiers des hommes sans instruction sont en union polygame (38 pour cent), alors que chez ceux ayant au moins un niveau d'instruction secondaire, la polygamie ne représente que 12 pour cent des unions. Les deux tiers (69 pour cent) des hommes polygames n'ont que deux épouses (24 pour cent par rapport à 35 pour cent). L'intensité de la polygamie 3 est en moyenne de 2,5 femmes par mari polygame. Du 2 Le taux de polygamie correspond a la proportion d'hommes en union polygame dans la population d'hommes mariés. 3 L'intensité de la polygamie se mesure par le nombre moyen de femmes par mari polygame. 145 Tableau 10.3 Polygamie et nombre de fenunes Répartition (en %) des matis par type d'union (monogame ou polygame), répartition des matis polygames par nombre de femmes, nombre moyen de femmes par mari et nombre moyen de femmes par polygame, selon I ãge, le milieu et la région de résidence et le niveau d'instruction, EDS Burkina Faso 1993 Nombre Polygames avec: Nombre moyen de moyen femmes Mono- Poly 2 3 femmes de femmes par Caractéristique gaines games femmes ou + Total Effectif par mari polygame Groupe d'åges < 30 89,5 10,5 10,0 0,6 100,0 238 1,1 2,1 30-39 75,6 24,4 20,8 3,6 100,0 330 1,3 2,2 40-49 64,1 35,9 27,9 8.0 100,0 240 1,5 2,3 50 ou plus 48,4 51,6 30,9 2(I.8 100,0 537 1,8 2,6 Milieu de résidence Ouagadougou 82,4 17,6 13,3 4,3 100,0 123 1,2 2,4 Autres villes 77,6 22.4 17.6 4.8 100,0 79 1,3 2,3 Total urbain 80,5 19,5 15,0 4,5 100,0 202 1,3 2,4 Rural 62,4 37,6 25,8 11,8 100,0 1144 1.5 2,5 Région de résidence Ouagadougou 82,4 17,6 13,3 4,3 100,0 123 1,2 2,4 Nord 62,7 37,3 24,1 13,2 100,0 248 1,6 2,5 Est 61,2 38,8 26,9 11,9 100,0 268 1,6 2,4 Ouest 75,5 24.5 20.9 3,6 100,0 364 1,3 2,2 Centre/Sud 52,7 47,3 29,5 17.8 I00.0 343 1,7 2,6 Niveau d'instruction Aucun 61,6 38.4 26,4 12,0 100,0 1143 1,6 2,5 Primaire 83,5 16.5 12.0 4,4 100,0 135 1,2 2,4 Secondaire ou plus 88,3 11.7 9,7 2,0 1011,0 68 1,1 2,2 Ensemble des matis 65,1 34.9 24,2 10,7 100,0 1346 1,5 2,5 point de vue des caractéristiques socio-démographiques, le nombre moyen de femmes varie de 2,1 chez les hommes les plus jeunes à 2,6 chez ceux de 50 ans et plus. Age au premier mariage Ainsi que pour les femmes, il est important de conna~m l 'ãge au premier mariage des hommes, ou plutét l 'åge à la consommation du premier mariage, du fait de ses implications directes sur le niveau de la fécondité. L 'åge médian à l'entrée en première union des hommes burkinabè (Tableau 10.4) est bien plus élevé que celui de leurs compagnes : 24,3 ans contre 17,3 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Cependant, ainsi que chez les femmes, cet âge médian tend à rajeunir légèrement entoe les générations, passant de 25,5 ans chez les hommes dc 50 ans et plus et de 24,7 ans chez ceux âg6s de 30-39 ans. Le calendrier de la primo-nuptialité présente aussi des variations importantes scion les caractéristiques socio-démographiqucs. Au niveau régional, l 'âge médian à l'cntrée en première union, varie 146 Tableau 10.4 A ge médian au premier mariage Age médian au premier mariage des hommes de 30 ans et plus par caractéristiques socio-démographiques selon läge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Groupe d'åges Hommes 30 ans 30-39 40-49 50 ou + ou + Milieu de résidence Ouagadougou 27,3 26,8 27,0 26,1 Autres villes 25,0 24,5 26,3 24,2 Total urbain 26,4 25,9 26,6 25,4 Rural 24,2 25,1 25,4 24,1 Région de résidence Ouagadougou 27,3 26,g 27,0 26,1 Nord 25,2 25,1 23,1 23,7 Est 23,9 24,6 25,6 23,9 Oues't 23,4 24,6 25,5 23,5 Centre/Sud 25,3 25,7 25,8 25,1 Niveau d'instruction Aucun 24,3 25,2 25,5 24,4 Primaire 24,3 24,9 25,4 23,5 Secondaire ou plus 27,5 26,6 23,2 25,8 Etat matrimonial Marié monogame 25,0 25,7 25,6 24,3 Marié polygame 23,0 24,3 25,5 24,5 Veuf/Divorcé 22,0 26,7 24,8 21,5 Ensemble des hommes 24,7 25,2 25,5 24,3 de 23,7 ans dans le Nord à 25,1 ans dans le Centre/Sud, et il est de 26,1 ans à Ouagadougou. Le fait d'avoir fréquent6 un établissement scolaire jusqu'au moins le niveau secondaire est aussi un facteur influant de façon sensible sur l'entrée en union, puisque les hommes ayant ce niveau se marient bien plus tardivement que ceux ayant seulement un niveau primaire (25,8 ans contre 23,5 ans). Nombre d'enfants vivants Lors de l'interview, on a demandé à tous les hommes s'ils avaient des enfants vivants. Ainsi que chez les femmes, la question ne faisait r6eeférence qu'aux enfants biologiques de l'homme, quelle qu'en soit la mère; pour cette raison, on peut enregistrer des réponscs éi ff~rentes cntre les membres d'un même couple. Comme on peut le constater au Tableau 111.5, moins d'un tiers des hommes (31 pour cent) a déclaré ne pas avoir d'enfants vivants et ces hommes sont en grande majorité ceux qui ne sont pas en union (90 pour cent). Les hommes ont en moyenne 4,1 enfants survivants, soit 1,4 enfants de plus que les femmes (2,7 enfants) (voir Chapitre 3 - Fécondité). Le nombre moyen d'enfants augmente régulièremcnt avec l'âge passant de 1,7 chez les moins de 30 ans à 5,1 enfants chez les hommes âgés de 50 ans et plus. Par ailleurs, en milieu rural, les hommes qui ont 6 enfants et plus sont plus de deux fois plus nombreux qu'en milieu urbain (respectivement, 32 et 14 pour cent). Les hommes sans instruction ont aussi dcs famillcs plus grandes quc ccux ayant un niveau d'instruction 147 Tableau 10.5 Nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des hommes par nombre d'enfants viwmts selon l'åge, le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le type d'union, EDS Burkina Faso 1993 Nombre Nombre d'enfants vivants moyen Effec- d'en- Caract6rlstique 0 I 2 3 4 5 6 ou + Total tif fants Groupe d'åges < 30 72,5 I4,2 8.7 3,4 0,8 0.0 0,4 100,0 661 1,7 30-39 15.2 14,5 16.7 20.8 12,2 8.4 12,2 100,0 369 3,2 40 49 3,6 3,9 8,8 9.3 18,8 10,0 45.7 I00,0 249 4.7 50 ou plus 3,3 4,2 5.2 5,8 8,9 8.4 64,2 100,0 566 5,1 Milieu de résidence Ouagadougou 51,0 11,2 7,4 7,2 6.6 4,1 12,4 100.0 255 3,5 Autres villes 46.4 8,9 7.6 8,6 6.3 4,6 17.5 100,0 145 3,8 "l oral urbain 49,3 10,4 7,5 7,7 6,5 4,3 14,3 100,0 399 3,6 Rural 25,3 9,6 9,7 8,6 8,4 5,9 32,4 100,0 1446 4,2 Région de résidence Ouagadougou 51.0 11,2 7.4 7.2 6,6 4.1 12,4 100,0 255 3,5 Nord 26.3 9.9 8,6 7.7 6.4 6,0 35.0 100,0 327 4,3 Est 23,0 7.2 10.6 9,7 8.5 6.8 34,3 100,0 324 4,3 Ouest 27,9 12,1 9,8 9.8 9,2 5.3 25.8 100,0 480 3,9 Centre/Sud 30,1 8,3 9,1 7,2 8,2 5,6 31,3 100,0 460 4,3 Niveau d'instruction Aucun 24,3 9,0 9.3 8,6 8,8 6.0 34,0 100,0 1438 4,3 Primaire 45,6 14,2 9.8 7.5 5,2 5.6 12.0 100,0 234 3,3 Secondaire ou plus 61.2 10,0 8,3 8.3 4.7 2,3 5.1 100,0 173 2.9 Etat matrimonial Non marié 90,1 3.7 1.4 1.6 0,5 1.3 1.4 100,0 499 2.8 Marié monogame 12.1 17.1 14.8 13,5 12.4 7.8 22,3 100.0 876 3,5 Marié polygame 1.5 2.6 7.2 6.2 7.8 5.9 68,9 100.0 469 5,2 Ensemble des hommes 30,5 9,8 9,2 8,4 8,0 5,6 28,5 100,0 1845 4,1 secondaire : 4,3 enfants en moyenne contre 2,9. Il en est de même de ceux qui sont en union polygame : 69 pour cent d'entre eux ont 6 enfants ou plus, contre 22 pour cent des hommes monogames. Les hommes en union polygame ont en moyenne pr~s de 2 enfants de plus que ceux vivant en union monogame (5,2 contre 3,5 enfants). 10.1.2 Caractér is t |ques descoup les Au Tableau 10.6 figurent les diff6rences d'åges entre époux pour les 1 489 couples de I'EDSBF. En grande majorité, les matis sont plus âgés que leurs femmes, puisque dans 25 pour cent des cas, il y a 5 à 9 ans d'écart entre 6poux, dans 18 pour cent des cas, la différence est de 10 à 14 ans et pour plus du tiers des cas (38 pour cent) il y a un minimum de 15 ans d'écart. La différence d'âge moyenne entre conjoints est de 9,5 ans quand la femme est de rang 1, qu'il s'agisse d'une union monogame ou polygame. Elle est de 17,6 ans quand la femme est de rang 2 ou plus. En fait, plus la femme de rang 2 ou plus est jeune, plus la 148 Tableau 10.6 Différence d'åges entre le mari et la femme Répartition (en %) des couples par différence däges entre le mari et la femme par rapport à l'åge de la femme et différences d'åges moyennes, selon le groupe d'åges de ~a femme. EDS Burkirta Faso 1993 Différence d'åges moyenne par rapport à la femme de : Groupe Dift~rence d'åges par rapport à l ige de la femme Effectif d'åges de Rang 2 des la femme Négative 0-4 ans 5-9 atls 10-14 a~s 15 ans ou + Totat Rang 1 ou + Ensembte couples 15-19 0,0 14,0 33.4 22,2 30,4 100,0 10.5 20,0 14,1 166 20-24 1,6 17,6 26,9 21,1 32,9 100.0 9,4 19,0 13,5 265 25-29 2,4 14,4 28.1 14,7 40,4 100.0 9,5 20,1 14,7 331 30-34 4,6 14,6 16,0 15,3 49,6 100,0 10,8 18.4 15,2 264 35-39 6,3 10.2 24,8 21,2 37,4 100,0 9,3 14,9 12,7 207 40-44 10,8 12.9 15,7 22,6 38,1 100,0 6,9 15,7 12,3 156 45-49 10.3 10,2 37.9 13,1 28,5 100,0 8,7 11,9 10,4 100 Total 4,3 13,9 25,2 18,4 38,1 100,0 9,5 17,6 13.7 1489 différence d'åge avec son mari est importante : 20 ans en moyenne quand la femme a entre 15-19 ans, 18,4 ans quand elle a 30-34 ans, et cette différence n'est plus que de 11,9 ans en moyenne quand la femme est tigée de 45-49 ans. Les autres caractéristiques des couples, comme le type d'union, le nombre d'enfants vivants et le niveau d'instruction sont présentées au Tableau 10.7 et au Graphique 10.1. En ce qui concerne le type d'union, les proportions sont biais~es puisque les maris polygames sont comptés autant de fois qu'ils ont Tableau 10.7 Caractéristiques différentielles des couples Réparation (en %) des couples par différence dãges, par type d'union, par différence de nombre d'enfants et par différence de niveau d'instruction, EDS Burkina Faso 1993 Différence Pourcentage Effectif Age du marl/Age de la femme Négatif 4,3 65 0-4 ans 13,9 208 5-9 ans 25,2 376 10-14 ans 18,4 274 15 ans ou plus 38,1 567 Type d'union Monogame 48,2 717 Polygame 51,8 772 Nombre d'enfants Identique 13,2 196 Di fférent 86,8 1293 Niveau d'Instruction Mar~ et fer¢rae: aucun 81,0 1205 Mati instruit, femme non 8,8 131 Femme insu'uite, mati non 4.7 69 Mari et femme instruits 5,6 83 Total 100,0 1489 149 Graphique 10.1 Caractéristiques des couples OIFFE.ENOE O'AGESf~ Femme plus ~.g@e Mari + 0-4 ans Mari + 5-9 ans Mari + 10-14 ans Mari 15 et + NBRE, D'ENFANTS VIV. Identîque Différent INSTRUCTION Les 2 sans Mari sans l Femme sans • Les 2 instruits • 0 10 i~i~iiiiiiii:iiiiiiiiiiiii~iiiiiiiiiiiiiiiiiiii~ii~i~iiiiiiiiiii~l ~iiiiiii~iiiiiiiiii~i~~i!i!iiii~i!iiiii!~i~ii~i!~iiiiiiiiii~!i~i!i!i~~iiii~iiii~~i~~ii~iiii~iii~iiii!1 Il 20 30 40 50 60 70 80 90 Pourcentage EDSBF 1993 d'épouses, pour former autant de couples : les proportions de couples polygames (52 pour cent) sont donc légèrement surestimées. En ce qui concerne le nombre d'enfants vivants, 87 pour cent des couples ont donné des r6ponses différentes, mais c'est généralement parce que, comme cela a ét~ précis6 auparavant, le m ad a plus d'enfants, ayant ou ayant eu plusieurs épouses. Par contre, te niveau d'instruction est homogène à l'intérieur de la majorité des couples : dans 81 pour cent des cas, ni le mati ni la femme n'ont d'instruction. Dans 6 pour cent des cas, ils sont tous les deux lettrés. Les couples où seulement le mari a 6té à l'école représentent 9 pour cent des cas, ce qui est le double du phtnomène inverse, c'est-à-dire, la femme qui a frtquent6 l'école et pas le mari (5 pour cent). 10.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Les hommes, surtout les hommes mariés peuvent avoir un rôle considtrable dans les prises de décisions concernant la fana file, le nombre d'enfants å avoir, etc. La connaissance et l'attitude qu'ils ont vis- å-vis de la planification familiale ont donc une influence directe sur les attitudes et pratiques contraceptives de leurs épouses. Pour cette raison, le questionnaire individuel homme de FEDSBF comportait une section contraception similaire à celle utiliste pour l'enquête individuelle femme, c'est-à-dire, des questions sur la connaissance, l'utilisation passée et actuelle de la contraception, sur l'intention future d'utilisation et sur les attitudes et opinions concernant la planification familiale. 150 10.2.1 Connaissance de la contraception La connaissance des méthodes contracep- tives (Tableau 10.8) est bien meilleure chez les hommes que chez les femmes : 86 pour cent d'entre eux connaissent au moins une méthode alors que seulement 66 pour cent des femmes ont déclaré en connal"tre une (voir Chapitre 4 - Planification familiale). La majorité des hommes connaissent au moins une méthode moderne (83 pour cent) et les deux tiers une méthode traditionnelle. Parmi les hommes en union, la connaissance d'au moins une méthode moderne est élevée (80 pour cent), mais sensiblement moins que pour l'ensemble de la population masculine (83 pour cent). Le condom est la méthode moderne la plus connue par l'ensemble des hommes enquêtés (77 pour cent), suivi de la stérilisation (68 pour cent), de la pilule (55 pour cent) et des injections (53 pour cent). En ce qui concerne les méthodes tradition- neUes, 51 pour cent des hommes ont déclaré connaître la continence périodique, 39 pour cent les gris-gris et plus d'un quart ont déclaré connaître lc retrait. Le Tableau 10.9 et le Graphique 10.2 présentent la connaissance de la contraception au Tableau 10.8 Connaissance des méthodes contraceptives Pourcentages d'hommes et de hommes actuellement en union qui connaissent une méthode contraceptive par méthode spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Connait une méthode Tous Hommes Méthode les actuellement contraceptive hommes en union N'Importe quelle méthode 86,3 84,4 Méthode moderne 82,7 79,9 Pilule 55.0 54,1 DIU 37,3 37,1 Injection 52,5 53,6 Méthodes vaginales 24,8 21,9 Condom 77,4 73,3 Stérilisation féminine 48,8 49,0 Stérilisation masculine 19,4 18,9 Méthode tradithmnelle 65,9 67,2 Continence périodique 50,5 50,5 Retrait 27,9 26,4 Gris gris 38,8 41,8 Autres m6thodes 4,2 3,9 Effectif d'hommes 1845 1346 niveau des couples. Dans plus de la moitié des cas (54 pour cent), le mari et la femme connaissent au moins une méthode de contraception. Cette proportion est pratiquement la même en ce qui concerne la connaissance des méthodes modernes par les deux membres du couples (53 pour cent), mais n'est plus que de 14 pour cent quand il s'agit de méthodes traditionnelles. Parmi les m6thodes modernes les plus connues par le couple, le condom est le plus cité (42 pour cent), suivi de la pilulc (36 pour cent). Les méthodes modernes les moins connues par les couples sont la stérilisation masculine et les méthodes vaginales, inconnues toutes les deux par 67 pour cent des couples et le stérilet, que presque un couple sur deux ne connaît pas (45 pour cent). Dans 8 pour cent des cas, le mari et la femme sont ignorants vis-à-vis de la planification familiale et ce pourcentage concerne 10 pour cent des couples quand il s'agit de méthodes modemes. Par ailleurs, quand la connaissance diffère à l'intérieur du couple, c'est toujours le mari qui connaît plus que sa femme (34 pour cent des couples), alors que l'opposé - la femme connaît, le mari non - n'est vrai que pour 4 pour cent des couples, 151 Tableau 10.9 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples Répartitîon (en %) des couples connaissant, au moins, une méthode contraceptive spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Le mari La femme Le mari et connah, connaît, Aucun de Effectif la femme La femme le mari deux ne de Méthode connaissent ntm non connah Total couples N'importe quelle méthode 54,4 34,2 3,7 7,7 100,0 1489 Méthode moderne 53,0 32,9 4,6 9,5 100,0 1489 Pilule 35,7 25,3 14,1 24,9 100,0 1489 D1U 16,3 25,5 12,9 45,4 100,0 1489 Injection 27,1 31,8 12,8 28,4 100,0 1489 Méthodes vaginales 7,6 16,6 8,9 67,0 100,0 1489 Condom 42,2 38,6 4,4 14,7 100,0 1489 Stérilisation féminine 19,9 33, I 11,8 35,2 100,0 1489 Stérilisation masculine 4,9 16,8 11,0 67,2 100,0 1489 Méthode traditionnelle 13,6 43,9 8,4 34,1 100,0 1489 Continence périodique 22,6 32,8 10,0 34,6 100,0 1489 Retrait 6,0 23,8 7,8 62,4 100,0 1489 Gris-gris 9,7 36,1 8,7 45,5 100,0 1489 Autres méthodes 0,4 3,4 1,5 94,7 100,0 1489 Graphique 10.2 Connaissance de la contraception par les couples Au - 1 méthode Au - 1 méth. tradit. Au - t méth, moderne Pilule DIU Injection Condom Stéril. féminine Stéril. mascul ine IO0 ~.~. «. ~ ~:~:: , i 80 60 40 20 l ~m [ 0 20 40 60 Pourcentage i 80 100 EDSBF 1993 152 Chez les hommes, le niveau de connaissance de la contraception, qui est élevé, prtsente des variations selon leurs caractéristiques socio- démographiques (Tableau 10.10). L'åge joue de façon importante puisque la quasi-totalité des hommes de moins de 30 ans (94 pour cent) connaissent la contraception contre 74 pour cent de ceux de 50 ans et plus. Si l 'on s'en tient aux seules méthodes modernes, l'écart est encore plus important : 93 pour cent de connaissance chez les hommes jeunes contre 65 pour cent pour les plus ågés. Les hommes connaissant le plus les méthodes modemes sont ceux du milieu urbain (96 pour cent, contre 79 pour cent en milieu rural), ceux qui ont un niveau d'études au moins primaire (98 pour cent) et ceux qui ne vivent pas en union, en comparaison notamment avec ceux v ivant en un ion po lygame (respectivement, 90 et 79 pour cent). Au niveau régional, les niveaux de connaissance les plus faibles sont enregistrés dans les rtgions Est (76 pour cent) et Ouest (78 pour cent), ce qui correspond aussi aux deux régions où le niveau de connaissance est le plus faible chez les femmes (47 et 66 pour cent). 10.2.2 Pratique de la contraception Tableau 10.10 Connaissance de la contraception par caract~ristiques socio-d~mographiq ues Pourcentage d'hommes qui connaissent une m6thode de contraception quelconque et pourcentage de ceux qui connaissent une méthode de contraception moderne selon les caractérisfiques socio-dtmographiques. EDS Burkina Faso 1993 Connah Connaît Caractéristique une une méthode Effectif socio-dtmographique méthode moderne I d'hommes Groupe d'åges <30 93.5 93.1 661 30-39 91.8 90.3 369 40-49 87.0 83.7 249 50 ou pius 73.9 65.1 566 Milieu de résidence Ouagadougou 96,3 96.1 255 Autres villes 96.4 95.4 145 Ensemble urbain 96.3 95.8 399 Rural 83.5 79.0 1446 Région de résidence Ouagadougou 96.3 96.1 255 Nord 85.0 81.5 327 Est 84.0 76.4 324 Ouest 79.3 78.1 480 Centoe/Sud 90.5 85.3 460 Niveau d'Instruction Aucun 82.9 78.4 1438 Primaire 96.6 96.0 234 Secondaire ou plus 99.7 99.7 173 Etat matrimonial Non man~ 91.2 90.0 499 Marié monogame 84.3 80.4 876 Marié polygame 84.6 79.2 469 Ensemble d'hommes 86.3 82.7 1845 1C'est-à-dire : pilule. DIU, injection, méthodes vaginales (spermieides. diaphragmes.), condom et sttrilisations féminine et masculine On a demandé aux hommes qui avaient déclaré conna~e au moins une méthode de contraception s'ils l'avaient déjå utilisée, à un moment quelconque de leur vie. Un peu plus du tiers des hommes (35 pour cent) a déclaré avoir déjà utilisé, à un moment donné, une méthode de contraception (Tableau 10.11). Les hommes ont déclaré avoir plus souvent utilisé les méthodes de contraception traditionnelles (25 pour cent), notamment la continence ptriodique (20 pour cent), que les méthodes modemes (20 pour cent). Le condom est la méthode moderne qui a ét~ la plus largement utilisée (17 pour cent), suivi de la pilule (5 pour cent). 153 Tableau 10.11 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentages d'hommes et d'hommes actuellement en union qui ont utilisé une méthode de contraception à un moment quelconque, par méthode spécifique, EDS Burkina Faso 1993 A déjà utilisé Tous Hommes Méthode les actuellement contraceptive hommes en union N'importe quelle méthode 34,7 33,5 Méthode moderne 20,1 15,6 Pilule 5.3 4,9 DIU 1,3 1,5 Injection 0.7 0,8 Méthodes vaginales 2.1 1,5 Condom 17,4 12,4 Stéri[isation féminine 0,4 0,6 Stérilisation masculine I). 1 O, 1 Méthode traditionnelle 25,0 26.6 Continence périodique 20,0 21,0 Retrait 5.2 4,9 Gris gris 3,5 3.7 Autres méthodes 1,0 1,1 Effectif d'hommes 1845 1346 Le Tableau 10.12 porte sur l'utilisation de la contraception au moment de l'enquête. Si plus du tiers des hommes avaient déj~ utilisê une méthode de contraception à un moment quelconque, ils étaient 15 pour cent à en utiliser une au moment de l'enquête, dont 10 pour cent de méthodes modernes et 5 pour cent de méthodes traditionnelles. La prévalence contraceptive enregistrée chez les hommes est près de deux fois plus élevée que chez les femmes (8 pour cent). 154 Tableau 10.12 Utilisation actuelle de la contraception Pourcentages d'hommes et d'hommes actuellement en union qui utilisent une mé~ode de contraception, par méthode spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Utilise Tous Hommes Méthode les actuellement contraceptive hommes en union N'Importe quelle m6thode 14,7 12,1 M~thode moderne 9,6 7,0 Pilule 1,7 1.8 D1U 0,7 0,9 Injection 0,1 0,2 Méthodes vaginales 0,0 0,0 Condom 6,8 3,7 Stérilisation féminine 0,1 0,2 Stérilisatinn masculine 0,1 0,1 Méthode traditionnelle 5,l 5,1 Continence pét5off~que 4,6 4,5 Retrait 0,1 0,1 Gris-gris 0,1 0,1 Autres méthodes 0,2 0,3 Effectif d'hommes 1845 1346 La prévalence des méthodes modernes varie selon l'état matrimonial (Tableau 10.13) : elle atteint 15 pour cent chez les hommes ne vivant pas en union, contoe pour 12 pour cent chez les hommes maries. Il faut noter que les hommes maries (notamment ceux en union monogame), même s'ils sont moins utilisateurs de méthodes modernes que les autres, les utilisent cependant deux fois plus que leurs épouses (7 pour cent contre 4 pour cent); cette différence provient essentiellement de l'utilisation du condom (4 pour cent chez les hommes en union, contre 1 pour cent chez leurs épouses). Ces écarts peuvent s'expliquer de deux façons : soit les femmes ne déclarent pas l'utilisation du condom, car c'est une méthode masculine, soit les hommes les utilisent avec d'autres femmes que leurs épouses. 4 Le condom est dans tous les cas, la méthode de contraception la plus largement utilisée par les hommes : 15 pour cent de prEvalence parmi les hommes qui ne sont pas en union, et 4 pour cent parmi les hommes en union. Quelle que soit la caractéristique prise en compte, les hommes sont plus utilisateurs de la contraception que leurs femmes (Graphique 10.3) et notamment de m6thodes modernes. Les plus grandes différences d'utilisation sont celles existant entre les hommes et leurs femmes quand ils résident Ouagadougou, et surtout quand ils ont un niveau d'instruction au moins secondaire. 4 Cette dernière hypothèse est la plus vraisemblable, car pendant la formation, on a prEcisé que les utilisateurs pouvaient se servir (par le biais de leur partenaire) de méthodes spEcifiquement féminines (pilule, DIU,.), et les utilisatrices de méthodes masculines (condom). 155 Tableau 10.13 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-d6mographiques Répartition (en %) des hommes par méthode contraceptive actuellement utilisée, selon certaines caractéristiques socio- démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique socie- d6mographique N'ira- N'im- M6thodes N'im- porte M6thodes modernes porte traditionnelles porte quelle quelle quelle m6thode Autres m6thode Contin. Aucune Effectif méthode moderne Pilule Condom raodcmes tradit, p~riodique Autres m¢thode Total d'hommes PAS EN UNION Groupe d'liges <30 21.7 17.1 1.1 15.8 0,1 4,6 4,6 0,0 78.3 100.0 423 30-39 38.4 24.4 2.7 21.7 0.0 13,9 12,6 1.3 61.6 lO0,O 38 40-49 5.7 5,7 0.0 5.7 0.0 0.0 0.0 0.0 94,3 100,0 9 50 ou plus 1,8 1,8 0,0 ].8 0.0 0.0 0.0 0.0 98,2 100.0 29 Mlleu de r6sJdenee Ouagadougou 41.4 34.3 2.0 31,9 0,4 7.2 6,8 0.4 58.6 100,0 132 Autres villes 28,5 21,9 2.9 19.0 0.0 6,6 6,6 0,0 71.5 100.0 66 TOEa] urbain 37.1 30,2 2.3 27.6 0.3 7,0 6.7 0.3 62,9 lO0,O 198 Rural 11,3 7.7 0,5 7,2 0,0 3.6 3,6 0.0 88,7 100.0 302 R~glon de r6slflence Ouagadougou 41.4 34.3 2.0 31.9 0.4 7.2 6.8 0,4 58,6 100.0 132 Nord 11.2 10,0 0,0 10,0 0,0 1,2 1,2 0,0 88,8 100,0 79 Est 9,0 9,0 0,0 9.0 0.0 0,0 0,0 0.0 91.0 100.0 56 Ouest 17,7 13.3 2,4 10.9 0.0 4.4 4.4 0.0 82,3 100.0 116 Centre/Sud 15.8 8.0 0.4 7,6 0.0 7,9 7.9 0.0 84,2 lO0.O 116 Niveau d'instruction Aucun 10.3 7.8 0,5 7.3 0,0 2.5 2,5 0.0 89.7 100,0 295 Primaire 26,5 19,3 0,5 18.8 0.0 7,2 7,2 0.0 73.5 100.0 99 Secondaire ou plus 48,2 38.7 3.8 34,3 0,5 9,6 9,1 0.5 51,8 100.0 105 Ensemble des hommes 21.5 16.6 1,2 15.3 0,1 4,9 4,8 0.1 78.5 100.0 499 ACTUELLEMENT EN UNION Groupe d'åges <30 14,6 9.0 1.7 7,2 0,2 5.5 4.9 0.6 85,4 100,0 238 30-39 20,6 11,8 3.4 6,6 1,7 8,8 8,0 0,8 79,4 100.0 330 40-49 17,6 9,9 3,1 3,2 3,6 7,7 6,9 0,8 82,4 100,0 240 50 ou plus 3,4 1,8 0,4 0.6 1,4 1,6 1,1 0,5 96,6 100,0 537 Mileu de résidence Ouagadougou 45,5 31,3 10,7 11,2 9.4 14,2 13.3 0,9 54,5 I00,0 123 Autres villes 23.6 17.0 7,9 6,1 3,0 6.7 4.8 1.9 76,4 100,0 79 Total urbain 36.9 25.7 9,6 9,2 6.9 11.2 10.0 1.2 63,1 100.0 202 Rural 7.8 3.7 0,5 2.7 0,4 4.1 3.6 0,3 92,2 100.0 1144 R6glon de r~sldence Ouagadougou 45.5 31.3 10,7 11,2 9,4 14.2 13.3 0,9 54.5 100.0 123 Nord 8.7 4,6 1.1 3.5 0.0 4.0 3.5 0,5 91.3 100,0 248 Est 6.7 2,9 0,9 2,1 0,0 3,7 2,2 1.5 93.3 100,0 268 Ouest 11,0 6,0 1,7 2.5 1.7 5,0 4,7 0,3 89.0 100.0 364 Centre/Sud 8,1 4.3 0,1 3.7 0.4 3.9 3,9 0.0 91,9 100,0 343 Niveau d'instruction Aucun 7,5 3,8 0,8 2,2 0,3 3,7 3,2 0,5 92,5 100.0 1143 Primaire 24.1 15.3 4,0 8.4 0,4 8.8 8.5 0.3 75,9 100.0 135 Secondaire ou plus 65.4 43,9 15,8 19,7 0,0 21.5 20.0 1.5 34.6 100.0 68 Type d'union Marî6 monogame 14.3 8.5 2.4 4,6 1.6 5,8 5,3 0.5 85,7 100,0 876 M«tié polygame 8.1 4.2 0,8 2,1 1~3 4,0 3.1 0,9 91,9 tO0,O 469 Ensemble des hommes 12.1 7.0 1.8 3,7 0,3 5.1 4.5 0.5 87.9 100,0 1346 156 M=Mar i F=Femme Graphique 10.3 Utilisation actuelle de la contraception par les maris et les femmes en union Pourcentage 70 60 50 40 30 20 10 0 Ouaga- Autres Rural Aucune Primaire Secondaire dougou villes ou + REStDENCE INSTRUCTION EDSBF 1993 En ce qui concerne les autres méthodes, modernes ou traditionnelles, les niveaux d'utilisation par les hommes en union sont similaires à ceux observés chez leurs femmes (2 pour cent pour la pilule, 5 pour cent pour la continence périodique). Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques, les hommes en union qui utilisent le plus la contraception sont ~gés de 30-39 ans (21 pour cent), et plus de la moitié de ceux- là utilisent une méthode moderne (57 pour cent). A partir de 50 ans, la prévalence chute à 3 pour cent. Par ailleurs, près d'un homme en union sur deux (46 pour cent) résidant à Ouagadougou utilise un moyen de contraception, dont 31 pour cent (soit 69 pour cent des utilisateurs de contraception) Se servent d'une méthode moderne, notamment de la pilule et du condom (11 pour cent, chacun). En milieu rural, les hommes en union sont près de 10 fois moins nombreux à utiliser une méthode moderne (4 pour cent). Du point de vue régional, l'Ouest a le plus haut niveau d'utilisation, avec, chez les hommes en union, une prévalence de 11 pour cent, dont 6 pour cent de méthodes modernes. Le niveau d'instruction joue très fortement sur la prévalence contraceptive, puisque les deux tiers des hommes en union ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus utilisent une méthode, contre 24 pour cent de ceux ayant un niveau primaire et 8 pour cent seulement de ceux n'ayant jamais êtê scolarisés. Par ailleurs, les monogames sont deux fois plus nombreux à utiliser la contraception moderne que les polygames (9 pour cent contre 4 pour cent). 10.2.3 Utilisation future et méthodes préférées A tous les hommes non-utilisateurs de contraception au moment de l'enquête, on a demandé s'ils avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir et laquelle (Tableau 10.14). Plus de la moitié des hommes (58 pour cent) a déclaré ne pas avoir l'intention d'utiliser une méthode quelconque. Près d'un tiers des hommes (30 pour cent) a déclaré avoir l'intention d'employer un moyen de contraception dans l'avenir (Tableau 10.14) et paradoxalement, parmi ces hommes, les deux tiers n'ont jamais 157 Tableau 10.14 Utilisation future de la contraception Répartition (en %) des hommes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS Burkina Faso 1993 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble N'a jamais utillsé la contraception Intention d'utiliser 27,8 23,6 19,3 11,1 7,0 17,6 13,5 19,9 N'est pas sfir d'utiliser 13,9 9,5 6,7 3,7 6,5 9,1 7,2 9,7 N'a pas l'intention d'utiliser 38,5 31,1 46,8 61,1 64,4 48,7 59,6 47,9 A déjà utilisé la contraception Intention d'utiliser 11.6 25,0 l 1,0 11.3 5.9 5,6 5.6 10.4 N'est pas sfir d'utiliser 1,3 2,3 0,6 3.1 1,7 0,0 1.9 1.6 N'a pas l'intention d'utiliser 6.9 8,6 15,6 9,8 14,5 19.0 12.1 10,4 Total 100.0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 Tous les hommes actuellement non-utilisateurs Intention d'utiliser 39,4 48,6 30.3 22,4 12,9 23,3 19,1 30,4 N'est p~s sfir d'utiliser 15,2 11.8 7.3 6,8 8.2 9.1 9.2 11.3 N'a pas l'intention d'utiliser 45.4 39.7 62,4 70,9 78.9 67.7 71.7 58,3 Total 100,0 100,0 llYd.0 100.0 100.0 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 452 107 88 88 79 66 31)8 1188" * Les holranes qui ont déclaré 6tre utilisateurs de l'abstinence prolongée ne sont pas inclus dans cet effectif. utilisé de méthodes (20 pour cent par rapport à 30 pour cent), et représentent ainsi les nouveaux utilisateurs potentiels. Par ailleurs, le nombre d'enfants vivants a une influence négative sur l'intention d'utiliser : les hommes ayant 4 enfants et plus - qui sont aussi les plus ågés - sont moins nombreux (19 pour cent) à vouloir utiliser une méthode dans l'avenir, que ceux ayant un enfant (49 pour cent), deux enfants (30 pour cent) ou trois enfants vivants (22 pour cent). En ce qui concerne la méthode préférée (Graphique 10.4), la majorité des hommes ayant l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, se prononce en faveur d'une méthode moderne (55 pour cent) plut6t que pour une méthode traditiormelle (23 pour cent). Par ailleurs, un cinquième des hommes a déclaré vouloir utiliser l'abstinence prolongée, qui n'est pas considérée comme une méthode de contraception. Le condom est la méthode moderne la plus citée pour une utilisation future (22 pour cent), alors que chez les femmes, ce choix est quasiment inexistant (1 pour cent - voir Chapitre 4 - Planification familiale). La pilule est la deuxième méthode citée avec 20 pour cent des réponses, suivie de l'injection que 8 pour cent des hommes déclarent vouloir utiliser. 158 Graphique 10.4 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future Pilule 20% Condom 22% ons 9% t~utres modernes 5% Autres traditîon, 18% ~bstinence prolongée 21% Continence périodique 5% EDSBF1993 10.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale Ainsi que pour les femmes, on a demandé aux hommes quelles étaient leur opinion et attitudes vis-à- vis de la planification familiale et de la diffusion d'informations relatives à ce sujet; on leur a aussi demandé s'ils approuvaient ou non son utilisation, et enfin s'ils en discutaient avec lcurs femmes. D'après le Tableau 10.15, les quatre cinquièmcs des hommes (82 pour cent) sont favorables à la diffusion de messages sur la planification familiale par les média (radio/télévision). L' approbation est élevée chez les hommes les plus jeunes - 87 pour cent des moins de 30 ans, ainsi que 90 pour cent de ceux de 30-39 ans - mais la proportion diminue avec l'åge pour ne plus concerner que 69 pour cent des hommes de 50 ans ou plus. De m~me, les ruraux semblent plus réfractaims que les citadins à l'utilisation de la radio et de la télévision pour véhiculer l'information sur la planification familiale (79 pour cent contre 91 pour cent), ainsi que ceux résidant dans la région Est (77 pour cent) et ceux n'ayant aucune instruction (78 pour cent d'approbation). 159 Tableau 10.15 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage d'hommes approuvant la diffusion d'inh)rmations sur la planificatkm familiale à la radio ou à la télévision, par caractéristiques socio d6mographiques, selon Fige, EDS Burkina Fa.so t993 Caractéristique < 30 Groupe d'åges Tous les 30-39 41) 49 51) ou + åges Milieu de résidence Ouagadougou 90,5 98,3 89,6 71,9 90,1 Autres villes 94,0 93,7 97,4 76,5 91,4 Total urbain 91,7 96,8 92,3 74,0 90,6 Rural 85,3 87,1 81,8 68,8 79,3 Région de résidence Ouagadougou 911,5 98,3 89,6 71,9 90,1 Nord 84,6 91/,4 86,0 71,3 80,9 Est 82,0 88,2 76,6 67,6 77,3 Ouest 88,7 82,// 83,5 67,7 80,7 Centre/Sud 87,7 94,4 87,6 69,7 82,0 Niveau d'instruction Aucun 83,7 86,3 81,8 68,9 78,2 Primaire 89,4 96,1 100.0 73,9 91,5 Secondaire ou plus 98,6 97,8 96.9 91,9 98,0 Etat matrimonial Non marié 85,1 91.7 79,4 57,1 83,9 Marié monogame 90,4 89,2 80,1/ 62,4 79,9 Marié polygame 94.6 89,8 91,9 77,0 82.9 Ensemble 87,2 89,6 84,1 69,3 81,8 Les deux tiers des hommes ont répondu par l'affirmative à la question suivante : "En général, approuvez-vous ou désapprouvez-vous les couples qui utilisent une méthode pour éviter une grossesse?" (Tableau 10.16). Bien que les niveaux d'approbation soient moins élevés que pour la diffusion d'information sur la planification familiale par les média, les variations enrcgistrées dans les réponses suivent le même schéma : approbation plus importante chez les jeunes (70 pour cent des moins de 30 ans contre 42 pour cent des hommes de 50 ans ou plus), les citadins (72 pour cent) et ceux ayant au moins un niveau secondaire (90 pour cent). 160 Tableau 10.16 Opinion des hommes face à la planification familiale Pourcentage d'hommes connaissant une méthode contraceptive et approuvant la planification familiale, par caractéristiques socio-démographiques selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Groupe d'åges En- Caractéristique < 30 30-39 40-49 50 ou + semble Milieu de résidence Ouagadougou 73,0 77,3 74,6 47,4 71,3 Autres villes 77,2 81,0 84,6 47,1 73,8 Total urbain 74,5 78,5 78,1 47,2 72,2 Rural 67,6 65,3 63,6 41,6 57,4 Région de résidence Ouagadougou 73,0 77,3 74,6 47,4 71,3 NoTd 67,9 64,1 67,9 39,7 56,8 Est 72,7 69,9 57,1 43,1 59,3 Ouest 56,7 56,8 58,9 34,4 50,8 Centre/Sud 80,4 82,4 79,4 48,3 68,5 Niveau d'instruction Aucun 65,2 62,0 65,0 40,9 55,4 Primaire 68,2 78,3 65,3 76,7 71,4 Secondaire ou plus 89,4 90,8 90,6 83,9 89,6 Etat matrimonial Non marié 67,1 73,6 62,7 17,0 64,6 Marié monogame 73,7 69,9 66,1 44,4 62,6 Marié polygame 78,2 62,3 68,5 42,6 52,7 Ensemble 69,6 68,7 66,8 42,1 60,6 Les mêmes questions sur l'approbation de la planification familiale ayant ét~ posées aux femmes, on a d6temainé l'opinion des couples en la matière. Dans près de la moitié des cas (45 pour cent), le mari et sa femme approuvent tous les deux la planification familiale (Tableau 10.17 et Graphique 10.5). Les couples où la différence d'åge est la moins grande (0-4 ans) sont ceux qui sont le plus souvent en accord pour l'approuver (53 pour cent), ainsi que ceux où l'homme et la femme sont instruits (79 pour cent ont la même opinion). A l'opposé, les couples où les deux membres désapprouvent la planification familiale (13 pour cent) sont surtout ceux où la différence d'âge est élevée (16 pour cent quand le mari a 15 ans ou plus que sa femme), ceux qui sont en union polygame (16 pour cent contre 9 pour cent des couples monogames) et ceux où ni le mari, ni la femme n'ont d'instruction (14 pour cent). Il y a un tiers des couples où l'homme et la femme ont une opinion différente sur le sujet - 16 pour cent quand le mari approuve et pas sa femme, et 16 pour cent quand la femme approuve et pas son mari. 161 Tableau 10.17 Opinion des couples face à la planification familiale Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme approuvent ou désapprouvent la planification familiale, selon les earact&istiques différentielles du couple, EDS Burkina Faso 1993 La femme Le mati Pourcentage Le mari Le mari approuve approuve et de couples Caractéristique et la et la femme et le mari la femme ayant la différentielle femme d&ap- désap- désap- Non même du couple approuvent prouvent prouve prouve déterminé Total opinion Effec- tif Age du mari/ Ai~e de la femme égatif 41,3 6,5 5,1 23,9 23,2 100,0 47,8 0-4 ans 52,9 8,3 11,9 15,5 11,3 100;0 61,3 5-9 ans 48,6 11,6 I5,8 15,8 8,2 100,0 60,2 10-14 ans 46,5 I3,1 13,2 14,4 12,9 100,0 59,6 15 ans ou plus 40,5 15,5 19,0 15,2 9,9 100,0 55,9 Type d'union Monogame 51,3 9,3 13,1 16,2 10,1 100,0 60,6 Polygame 40,0 15,8 17,7 15,1 11,4 100,0 55,7 Nombre d'enfants Identique 39,6 12,9 13,9 17,9 15,7 100,0 52,5 Différent 46,3 12,6 15,8 15,3 10,0 100,0 58,9 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 42,5 Femme instruite, mati non 50,8 Mari instruit, femme non 45,3 Maxi et femme instruits 78,9 65 208 376 274 567 717 772 196 1293 14,2 16,7 15,8 10,8 100,0 56,7 1205 9,9 9,3 18,9 I1,1 100,0 60,8 I31 6,1 19,5 15,5 13,6 I00,0 51,4 69 0,6 5,2 7,9 7,4 100,0 79,5 83 Ensemble 45,4 12,7 15,5 15,6 10,8 100,0 58,1 1489 Graphique 10.5 Opinion des couples face à la planification familiale Couple approuve 45% Couple désapprouve 13% ND 11% Femme seule approuve l~v,'o Mari seul approuve 16% EDSBF 1993 162 Par ailleurs, on a demandé à la femme si d'après elle, son mari approuvait ou non la planification familiale. Au Tableau 10.18, figurent la perception par la femme, de l'opinion de son mari, et l'opinion réelle de ce dernier. Dans plus des trois quarts des cas (78 pour cent) la femme connaît bien l'opinion de son mari, puisqu'elle pense que celui-ci approuve la planification familiale, ce qui est le cas. Seulement 14 pour cent des femmes pensent que leur mari approuve, alors qu'il a déclard ne pas être en accord avec la planification familiale. A l'opposé, presque la moitié des femmes (44 pour cent) qui penscnt que leur mari désapprouve la contraception sont dans l'erreur : cette fausse perception de l'opinion du conjoint peut certainement être un frein à l'utilisation d'une méthode de contraception. Tableau 10.18 Opinion du mari face à la planification familiale et perception de son opinion par sa femme Répartition (en %) des couples par opinion du mari face à la planification familiale et selon la perception par la femme de l'opinion du mari, EDS Burkina Faso 1993 Opinion du mari Perception par la Effectif femme de l'opinion Le mari Le mari Le mari ne de de son mari approuve désapprouve sait pas Total couples La femme croit que la mari approuve 77,8 14.0 8.2 100.0 438 La femme croit que le mari désapprouve 44.3 48,3 7.4 100,0 285 La femme ne sait pas 63.8 31,6 4,6 10tl,0 765 Ensemble 64,2 29.6 6.2 100,0 1489 Ainsi que le présente le Tableau 10,19, il y a un manque évident de communication dans le couple au sujet de la planification familiale, puisque 72 pour cent des couples ne parlent jamais de la planification familiale entre eux, en particulier quand la di ff~renée d'fige est élevée (77 pour cent) et quand aucun des deux conjoint n 'a d'instruction (78 pour cent). Douze pour cent des couples en parle 1 ou 2 fois dans l'année et 16 pour cent plus souvent, pourcentage qui augmente considdrablcment dès que l'un des membres du couple a de l'instruction (25 pour cent quand le mari est instruit, 21 pour cent quand la femme l'est et 56 pour cent quand les deux conjoints ont de l'instruction). 163 Tableau 10.19 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des couples par nombre de discussions sur la planification familiale, au cours de l'armée écoulée, EDS Burkina Faso 1993 Nombre de discussions sur la planification familiale Caractéristique différentielle Une ou Plus du couple Jamais deux fois souvent Total Effectif Age du mari/ Age de la femme Négatif 79.8 5,1 15,1 100,0 65 0-4 ~ms 66,1 17,1 16,7 100,0 208 50 ans 67.3 12,6 20,2 100,0 376 10 14 ans 70,5 15,5 14.0 1(30,0 274 15 ans ou plus 77,2 9,7 13.1 100,0 567 Type d'union Monogame 71,8 11.6 16,6 100,0 717 Polygame 72.3 13,0 14,7 100.0 772 Nombre d'enfants Identique 79.0 6,9 14,1 100,0 196 Différent 71.0 13.2 15.8 100.0 1293 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 77.5 10,7 11,8 100,0 1205 Femme instruite, mati non 54,8 24,5 20,7 100.0 131 Mari instruit, femme non 63,3 12.2 24.5 100,0 69 Marî et femme instruits 27.9 •6.5 55.6 100,0 83 Ensemble 72.0 12,3 15,6 I00,0 1489 10.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Le Tableau 10.20 fournit la répartition des hommes selon qu'ils souhaitent ou non avoir des enfants suppl6mentaircs, en fonction du nombre d'enfants vivants qu'ils ont déj~t. Les trois quarts des hommes souhaitent d'autres enfants et 10 pour cent souhaitent limiter leur descendance. Comme on pouvait s'y attendre, la proportion de ceux qui en désirent, diminue en fonction du nombre d'enfants déjà eus, tout en restant sup6rieur à 80 pour cent, tant que le nombre d'enfants vivants est inférieur à 4. Cette proportion n'est plus que de 52 pour cent chez les hommes qui ont 6 enfants ou plus. Parallèlement, la proportion de ceux qui n'en veulent plus augmente avec le nombre d'enfants déjà eus et repr6sentent 21 pour cent des cas à partir de 5 enfants. Tableau 10.20 Préférences des hommes en matibre de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des hommes par désir d'enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'enfants vivants Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + hommes Veut un autre 92.4 90,5 83.1 81,2 71,5 55.6 51,8 75,1 Ne veut plus d'enfant 0.9 1.8 4.2 9.3 12,0 21.1 20,2 9,5 Ferrmae stérile 0,4 3,8 3.2 2.1 10.3 7,5 12,6 5,8 Homme stérile 0.4 3,6 7,0 4.2 3,5 11.1 7,8 4.6 Inddcis/NSP 5.3 0,3 2.5 3.3 2,7 4.6 7,7 4,8 Total 100,0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 563 181 171 155 147 103 525 1845 164 Le Tableau 10.21 présente ces mêmes information au niveau du couple. Seulement cinq pour cent des couples sont d'accord pour limiter leur descendance et déclarent ne plus vouloir d'enfants, alors que la grande majorité (61 pour cen0 en désire encore. Dans 15 pour cent des cas, les couples sont en désaccord sur la question et c'est plus souvent l 'homme qui veut encore des enfants, alors que la femme désire s'arrêter (10 pour cent), que l'inverse (4 pour cent). Avec l'augmentation du nombre d'enfants vivants, que ce soit ceux de l 'homme ou ceux de sa femme, les proportions de couples désirant limiter leur descendance augmente par rapport au nombre de couples qui en veulent encore, mais surtout au profit des couples qui sont en désaccord. Ainsi, lorsque le mari a déjà 10 enfants ou plus, environ la moitié des couples désirent encore des enfants (48 pour cent), 9 pour cent n'en veulent plus et dans 15 pour cent des cas, le mari en veut encore mais pas son épouse. Tableau 10.21 Préférences des couples en mati'éré de fécondité Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme veulent ou non des enfants supplémentaires, selon le nombre d'enfants vivants du mati et de la femme, EDS Burkina Faso 1993 Mari Mari Mari Femme Mari et et femme veut, veut, veut, femme ne Mari Nombre veulent femme femme mari ne veulent plus et/ou d'enfants d'autres est ne veut veut d'autres femme vivants enfants stérile pas pas enfants NSP Autres Total ~ Effectif Nombre d'enfants du m~l I-3 81,3 0,9 6,5 2,2 1,0 6,7 1,4 100,0 496 4-6 58,0 3,2 10,2 6,2 4,3 9.3 8,0 100,0 376 7-9 46,4 1,5 12,4 3,0 8,8 15,2 11,9 100,0 282 10 ou plus 47,9 0,6 14,8 5,9 8,9 15,9 5,9 100,0 335 Nombre d'enfants de la femme 1-3 73,6 0,9 4,6 3,1 2,3 8,8 6,8 100,0 309 4-6 62,5 1,7 11,8 4,4 3,6 10,4 5,2 100,0 838 7 ou plus 47,4 1,7 12,2 4,8 11,3 14,9 7,6 100,0 342 Ensemble 61,3 1,5 10,4 4,2 5,1 11,0 6,1 100,0 1489 ty compris les "non-déterminés." Pour connaître les préférences des hommes en matière de fécondité, on leur a posé la même question qu'aux femmes, à savoir le nombre d'enfants qu'ils souhaiteraient avoir (ou auraient souhaité avoir) dans toute leur vie. Le Tableau 10.22 montre que les hommes burkinabè se prononcent pour une famille de taille relativement élevée, puisque le nombre idéal moyen d'enfant est de 7,1, soit plus d'un enfant de plus que le nombre idéal moyen souhaité par les femmes, qui est de 5,7 (voir Chapitre 6 - Préférences en matière de fécondité). On constate un lien entre la taille actuelle et la taille idéale de la famille, qui passe de 5,8 enfants en moyenne chez ceux qui n'en ont aucun, à 7,7 chez ceux qui en ont déjà 5 et enfin à 9,7 chez ceux qui ont 6 enfants ou plus. Le nombre idéal moyen d'enfant varie selon les caractéristiques socio-démographiques de l'homme (Tableau 10.23 et Graphique 10.6). Plus l 'homme est jeune, plus la taille idéale de la famille est restreinte : elle est de 5,9 enfants à moins de 30 ans, de 6,4 enfants chez les hommes ågés de 30-39 ans et est enfin de 9,7 enfants chez ceux qui ont 50 ans et plus. Ces variations ne signifient pas seulement qu'en vieillissant les hommes veulent de plus en plus d'enfants, mais peuvènt être aussi le signe d'un réel désir de limiter la descendance dans les générations les plus récentes, et donc le signe d'une possible baisse de la fécondité. 165 Tableau 10.22 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des hommes par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants selon le nombre d'enfants vivants, EDS Burkina Faso 1993 Nombre Nombre d'enfants viwmts Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 ou + hommes 0 1/.8 0.0 0,3 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 1 0,3 0.3 0,8 0,3 0,0 0,0 0,4 0,3 2 2,3 2,0 3.2 1,6 0,3 2,2 1,1 1,8 3 18,3 9,1 5,5 5,9 4,4 2.4 2,1 8,6 4 15,8 21,4 11,7 10,0 12,0 4,9 6,3 11,9 5 16,7 12,6 21,9 15,6 5,7 7,8 6,2 12,3 6 ou plus 28,6 40,5 36,2 39,5 46,4 47,5 40,2 37,2 R6ponses non-numériques 17,1 14,1 20,4 27,0 31.3 35. I 43,5 27,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 1011,0 100,0 100,0 100,0 Effectif d'hommes 563 181 171 155 147 11)3 525 1845 Nombre idéal moyen 5,8 6,1 6.3 7.3 8,0 7,7 9,7 7,1 Effectif d'hommes avec réponses numériques 467 155 136 113 101 67 297 1336 Tableau 111.23 Nombre idéal d'enfants lxmr les hommes par caractéristiques socio- démographiques Nombre idéal moyen d'enfants txmr t'ensemble des hommes par caracteristiques socio- demographiques selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Groupe d'figes En Caractéristique < 30 31t-39 4(1 49 5t1 ou + semble Milieu de résidence Ouagadougou 4.1 3,9 4,1 6,3 4,2 Autres villes 4,5 4,5 5,5 8,5 5,0 Total urbain 4,2 4, ] 4,6 7,2 4,5 Rural 6,7 7,4 9,1 9,9 8,0 Région de résidence Ouagadougou 4,1 3,9 4,1 6,3 4,2 Nord 5,6 7,7 7,8 10,9 7,9 Est 7,6 7.9 9,7 9,8 8,5 Ouest 6,1 6,4 8,0 8,3 6,9 Centre/Sud 6,5 6.9 9,3 111,7 8,1 Niveau d'instruction Aucun 6,5 7,3 8,9 9,9 8,0 Primaire 6,1 5,6 5,1 6,3 5,9 Secondaire ou plus 3,6 4,1 3.6 4.5 3.8 Etat matrimonial Non marié 5,7 4,7 11/,3 5,7 5.7 Marié monogame 5,9 6,2 7,5 8,5 6,9 Marié polygame 7,7 8,3 8.8 11,2 9.9 Ensemble 5,9 6,4 8,0 9,7 7,1 166 Graphique 10.6 Nombre idéal d'enfants pour les maris et les femmes RESIDENOE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud ~NSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ou + 2 4 6 8 10 Nombre d'enfants [ []Marîs i EDSBF 1993 Par ailleurs, il y a aussi des variations importantes selon le milieu de résidence, les citadins voulant en général des familles plus restreintes (4,5 enfants) que ceux vivant en milieu rural (8,0 enfants). Les hommes des r6gions Est (taille idéale de 8,5 enfants), et Centre/Sud (8,1) sont les plus favorables à de grandes familles ainsi que ceux qui sont sans instruction (8,0 enfants). Les variations enregistr6es chez les hommes sont tout ~, fait similaires à celles enregistr6es chez les femmes (Graphique 10.6). Au niveau des couples, on peut noter au Tableau 10.24 que, dans la plupart des cas, le nombre idéal d'enfants est plus 6levé chez les matis que chez leur femme. En effet, dans plus de la moitié des cas (54 pour cent) le mari a un nombre idéal d'enfants plus élevé que celui de sa femme. Dans 18 pour cent des cas, le couple a un même idéal de taille de la famille et dans plus d'un quart des cas (28 pour cent) c'est la femme qui a pour idéal un nombre supérieur à celui de son mari. Les couples dans lesquels le mari veut plus d'enfants sont généralement ceux oU : il est beaucoup plus âgé que sa femme (68 pour cent quand il a 15 ans de plus que son épouse, contre 44 pour cent quand il a 0-4 ans de plus qu'elle); quand il s'agit d'une union polygame (68 pour cent), alors que dans le cas d'union monogame, 43 pour cent des hommes veulent plus d'enfants que leur épouse; et quand aucun des 6pou× n' a d'instruction (59 pour cent des hommes veulent plus d'enfant que leur femme, contre 38 pour cent quand les deux ont de l'instruction). 167 Tableau 10.24 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéristiques différentielles Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme ont, ou non, pour idéal le méme nombre d'enfants selon les caractéristiques différentielles du c~~uple, EDS Burkina Faso 1993 Nombre idéal Idéal pour Idéal pour Caractéristique identique le mari la femme différentielle pour le mari > idéal > idéal du couple et la fcnmae pour la femme pour le mari Total Effectif Age du mari/Age de la femme Négatif 17,5 37,6 45,0 100,0 37 0 4 ans 17,4 43,7 38,9 100,0 135 5-9 ans 28,6 42,9 28,5 100,0 205 1(I-14 ans 14,8 58,2 27,0 10Il,0 152 15 ans ou plus 12,0 67,9 20,2 100,0 251 Type d'union Monogame 22,2 42,5 35,3 100,0 429 Polygame 13,1 67,6 19,3 100,0 351 Nombre d'enfants Identique 18,7 44,0 37,3 100,0 113 Différent 18,0 55,4 26.6 100,0 667 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 15,4 59,0 25,6 100,0 576 Femme instruite, mari non 30,2 36,0 33,8 100,0 88 Mari instruit, femme non 16,2 47,1 36,7 100,0 41 Mari et femme instruits 25,9 38,1 36,0 100,0 75 Ensemble 18,1 53,8 28,1 100,0 780 Note: 11 s'agit uniquement des couples dans lesquels le mari et la femme ont donné une réponse numérique concernant le nombre id6al d'enfants. 168 CHAPITRE 11 SIDA En 1986, les premiers cas de SIDA ont été enregistrés au Burkina Faso. A la suite de cela, un projet d'information et d'éducation a été mis en place dans le pays, à travers une antenne du Ministère de la Santé de l'Action Sociale et de la Famille (MSASF), cr66e à cet effet : le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS). Ce comité a comme objectifs principaux : la lutte contre la transmission par voie sexuelle, la lutte contre la transmission par le sang et celle de la mère à l'enfant, et l'information de la population. Il est aussi chargé de veiller à la prise en charge hospitalière et sociale des malades et d'organiser la surveillance épidémiologique et la promotion de la recherche. Malgré les efforts entrepris, le SIDA n'a cessé de s'étendre dans le pays et 2 885 séroposilifs t ont été enregistrés dans les h0pitaux burkinabè, en 1992. Au Burkina Faso, comme sur le continent africain en général, la transmission du SIDA se fait le plus souvent par voie sexuelle. Les femmes et les hommes interrogés dans I'EDSBF sont, ou seront très prochainement, sexuellement acti fs et sont donc concernés en prcmier plan par les campagnes d'information lancées dans le pays. Dans le but d'évaluer au niveau national, les impacts du programme burkinabè, des questions sur la connaissance de la maladie et de ses modes de transmission, sur les moyens de prévention, et sur l'attitude face aux malades séropositifs, ainsi que des questions relatives au comportement sexuel (nombre de partenaires, utilisation du condom), leur ont été posées. 11.1 CONNAISSANCE DU SIDA ET DE SES MODES DE TRANSMISS ION La connaissance du SIDA est largement répandue dans le pays, les hommes étant cependant plus nombreux que les femmes (94 pour cent contre 84 pour cent) à en avoir déjà entendu parler (Tableau 11.1). Cette connaissance varie selon les caracténstiques socio-démographiques, tout en restant à un niveau élevé. Les femmes et les hommes les plus ågés ont moins souvent entendu parier de la maladie que les autres : 81 pour cent des femmes de 40-49 ans et 86 pour cent des hommes de 50 ans et plus. Cependant, les différences les plus importantes sont celles relatives au milieu de résidence, à la région de résidence et au niveau d'instruction. En milieu urbain, les femmes et les hommes ont pratiquement tous entendu parler du SIDA (98 pour cent), alors qu'en milieu rural, 19 pour cent des femmes et 8 pour cent des hommes ne savent rien à ce sujet. Du point de vue régional, la région Est est celle où les femmes connaissent le moins la maladie (71 pour cent), et l'Ouest celle où les hommes sont le moins bien informes (89 pour cent). Comme attendu, le niveau d'instruction joue un réle important dans la connaissance de la maladie, surtout en ce qui concerne les femmes : 82 pour cent de celles qui n'ont pas d'instruction en ont entendu parler, contre 99 pour cent de celles ayant un niveau secondaire ou plus. La connaissance varie nettement moins entre les hommes de niveaux d'instruction différents : 92 pour cent de ceux sans instruction et 100 pour cent de ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus ont déjà. entendu parler du SIDA. Afin de confirmer la connaissance que les burkinabè ont déclaré avoir sur le S IDA, on leur a dem andé de citer les principaux modes de transmission de la maladie (Graphique 11.1). Bien que la majorité des femmes (61 pour cent) et des hommes (84 pour cent) ont cité la possibilité d'une transmission par voie sexuelle, ils sont peu nombreux à connaître les autres modes de transmission, notamment celle de la mère å l'enfant qui est très rarement citée : moins de l pour cent des femmes et 2 pour cent des hommes (Tableau MSASF et CNLS, aofit 1993, Statistiques SIDA 169 Tableau 11.1 Connaissance du SIDA et de ses modes de transmission Réparddon (en %) des fenunes et des hommes selon leur connaissance du SIDA et de ses modes de transmission, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Mode de transrrfission Effectif de ceux par Par trans- Seringue qui con- Connait relations fusion non sté- La mère naissent le SIDA Effectif sexuelles sanguine rîlisée à l'enfant Autres NSP le SIDA FEMMES Groupe dqlges <20 82,6 1373 57,6 7,8 7,5 1,0 5,2 40,0 1134 20-29 86,8 2355 62,7 7,9 6,9 0,9 6,4 35,3 2044 30-39 83,4 1694 64,9 6,9 6,2 0,7 7,9 33,9 1412 40-49 81,0 932 57,1 3.2 3,9 0,6 5.3 41,4 756 Milieu de résidence Ouagadougou 98,9 777 79,4 26,4 24,8 3,9 10,3 17,1 769 Autres villes 95,3 517 69,4 14,9 15,3 1,5 7,9 28,2 492 Total urbain 97,5 1293 75,5 21,9 21,1 3,0 9,4 21.4 1261 Rural 80.7 5061 57,1 2,3 1,9 0,2 5,5 41,5 4084 Région de résidence Ouagadougou 98,9 777 79,4 26,4 24,8 3,9 10,3 17,1 769 Nord 81,1 1152 58,8 3,6 2,4 0,2 4,7 39,7 934 Est 70,9 1213 53,8 2,3 1,7 0,3 5,7 43,9 860 Ouest 82,1 1549 46,2 5,3 6,0 0,4 6,7 52,6 1271 Centie/Sud 90.9 1663 71,0 3,2 2,6 0,3 5,5 27,7 1511 Niveau d'Instruction Aucun 81,6 5264 57,4 2,5 1,9 0,1 5,3 41,1 4294 Primaire 94,6 668 68,9 13,1 12,8 0,8 11,0 27,9 632 Secondaire ou plus 99,3 421 90,9 43,4 42,7 8,3 10,0 6,2 419 Ensemble des femmes 84,1 6354 61,4 7,0 6,4 0,8 6,4 36,8 5345 tIOMMES Groupe d'~ges < 30 97,4 661 86,8 17,4 20,2 3,0 13,6 10,6 644 30-49 97,0 618 88,4 17,4 17,5 1,7 12,5 ll,O 599 50 ou plus 85,7 566 74,5 3,4 5,2 0,2 8,9 24,7 485 Milieu de résidence Ouagadougou 99,2 255 91,7 35,4 34,9 7,7 12,1 6,2 253 Autres villes 96,7 145 89,9 21,5 26,3 2,1 15,0 7,2 140 Total urbain 98,3 399 91,3 30,5 32,0 5,7 13,2 6,6 392 Rural 92,4 1446 81,7 8,5 10,1 0,6 11,5 17,1 1337 R~glon de résidence Ouagadougou 99,2 255 91,7 35,4 34,9 7,7 12,1 6,2 253 Nord 94,6 327 85,2 6,4 9,4 0,0 13,2 12,4 309 Est 90,9 324 82,0 12,3 12,3 1,1 14,4 17,8 294 Ouest 89,0 480 77,8 9,6 15.1 0,9 15,8 21,1 427 Centre/Sud 97,0 460 85,6 10,5 9,6 0,9 5,5 12,9 446 Niveau d'instruction Aucun 92,2 1438 81,2 7,2 10,0 0,5 11,4 17,4 1326 Primaire 98.0 234 89,5 16,6 16,1 0,7 13,1 9,9 229 Secondaire ou plus 11}0.0 173 97,7 57,4 52,5 13,2 14,0 0.3 173 Ensemble des hommes 93,7 1845 83,9 13,5 15,1 1,8 11,9 14,7 1729 Note : Le total des pourcentage est supérieur à 100 %, car plusieurs réi~mses sont possibles. 170 Graphique 11.1 Modes de transmission du SIDA 100 80 60 40 20 0 ~.o,~« ~~~~o ~,C~. ~ »« [ ~Hommes EDSBF 1993 11.1). Par ailleurs, il y a plus du tiers des femmes (37 pour cent) et 15 pour cent des hommes pour qui les modes de transmission du SIDA restent totalement inconnus, alors qu'ils ont déclaré précédemment avoir déjà entendu parler de la maladie. La connaissance des modes de transmission varie beaucoup selon les caractéristiques socio- démographiques. Ainsi, les citadins ont cité bien plus fréquemment que les ruraux, comme mode de transmission possible, les transîusions sanguines (22 pour cent des femmes et 31 pour des hommes, contre respectivement, 2 et 9 pour cent) ou les seringues non stérilis6es (21 pour cent des femmes et 32 pour des hommes, contre respectivement, 2 et 10 pour cent). Par ailleurs, plus le niveau d'instruction est faible et plus la proportion de ceux ne connaissant aucun mode de transmission augmente, atteignant 41 pour cent des femmes sans instruction et 17 pour cent des hommes sans instmction, Du point de vue régional, les femmes habitant dans le Centre/Sud semblent être nettement mieux informées surles modes de transmission de la maladie, puisque le pourcentage de celles ayant déclaré qu'elles ne connaissaient aucun mode de transmission est beaucoup plus faible que dans les autres régions : 28 pour cent contre 53 pour cent dans l'Ouest, qui semble par contre être la région où l'information est la moins répandue; un cinquième des hommes de cette région (21 pour cent) ne connaît pas les modes de transmission du SIDA. Quand on leur pose explicitement la question, sur la transmission du sIDA de la mère à l'enfant, 46 pour cent des femmes et 56 pour cent des hommes pensent qu'elle est possible (Tableau 11.2), alors que très peu de personnes l'avaient spontanément citée auparavant. En milieu urbain, environ les trois quarts des femmes et des hommes pensent que la mère peut transmettre la maladie à l'enfant qu'elle attend, à l'inverse du milieu rural où la majorité des femmes (56 pour cent) et 43 pour cent des hommes ont déclaré ne pas 171 Tableau 11.2 Transmission du SIDA mère/enfant et apparence des malades Répætîtion (en %) des femmes et des hommes selon leur connaissance de la Iransmission mère/enfant et de l'apparence des malades. EDS Burkina Faso 1993 Tr~msmission nære/ enfant possible : Caractéristique Oui Non NSP FEMMES Personne en bonne santé peut ~tre atteinte du SIDA: Oui Non NSP Effectif Milieu de résidence Ouagadougou 76,8 3,4 19,8 68,8 9,0 22,1 769 Autres villes 63,0 5,1 32,0 54,5 9,8 35,7 492 Total urbain 71,4 4,1 24,6 63,2 9,3 27,5 1261 Rural 37,7 6,3 56,0 30,7 10,8 58,5 4084 Niveau d'instruction Aucun 39,0 6,0 55,0 31,3 10,7 58,0 4294 Primaire 60,1 6,2 33,6 53,8 12,1 34,1 632 Secondaire ou plus 91,7 3,1 5,1 87,3 5,7 7,1 419 Ensemble des femmes 45,6 5,8 48,8 38,3 10,5 51,4 5345 IIOMMES Milieu de résidence Ouagadougou 79,6 3,7 16,6 79,0 6,7 14,4 253 Autres villes 67,5 4,1 28,4 74,7 8,6 16,8 140 Total urbain 75,3 3,9 20,9 77,4 7,3 15,2 392 Rural 49,7 7,2 43,1 47,2 13,1 39,7 1337 Niveau d'instructltm Aucun 48,2 6,7 45,2 45,6 13,2 41,2 1326 Primaire 68,8 7,8 23,3 72,6 10,2 17,2 229 Secondaire ou plus 94,1 2,6 3,2 94,6 2,6 2,9 173 Ensemble des hommes 55,5 6A 38,0 54,1 11,8 34,1 1729 savoir. De même, les femmes et les hommes qui ont un niveau d'instruction au moins secondaire, sont bien plus au courant que les autres, de ce mode de transmission. Par ailleurs, près de 2 femmes sur cinq (38 pour cent) et 54 pour cent des hommes savent qu'une personne qui semble en bonne santé peut être, en fait, atteinte du virus (Tableau 11.2). Là aussi, une proportion importante de femmes (51 pour cent) et d'hommes (34 pour cent) ne savent pas répondre ~ cette question. 11.2 SOURCES D ' INFORMATION SUR LE S IDA On a 6galement demandé aux burkinabè de citer leur principale source d'information sur le SIDA. Les résultats sont présentés dans le Tableau 11.3 et au Graphique 112. Presque la moitié des femmes (48 pour cent) a cit6 les amis ou la famille comme principale source d'information et deux femmes sur cinq ont 6voqué la radio/tél6vision. Chez les hommes, par contre, c'est l'inverse qui se produit, la radio étant le moyen d'information privilégié pour 58 pour cent d'entre eux, les amis/la famille contribuant à leur information dans 30 pour cent des cas. Quant aux autres sources d'information, elles n'ont été que très peu évoquées, à l'exception des agents de santé qui, bien qu'à des niveaux faibles, ont 6t6 cités par 6 pour cent des femmes et 7 pour cent des hommes. 172 Tableau 11.3 Sources d'information sur le SIDA Répartition (en %) des femmes et des hommes selon leur source d'information sur le SIDA, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Butkina Faso 1993 Source d'information Radio/ Agent télé- Ami(e)/ Caract61"istique de santé vision Journaux parents Affiche Autre NSP Total Effec~f FEMMES Groupe d'Ages <20 4,2 40,1 1,0 48,7 1,8 3,3 1,1 100,0 1134 20-29 7,3 41,7 1,4 45,6 1,2 2,1 0,6 100,0 2044 30-39 7,1 39,5 1,3 48.3 0,9 2,5 0,4 100,0 1412 40-49 5,7 33,1 1.7 55.4 1.1 2.0 1.0 100,0 756 Milieu de r~sldence Ouagadougou 6,1 77,9 1,4 11,6 0,5 1,9 0,5 100,0 769 Aura'es villes 9,7 46,9 1.9 36,9 1,0 3.4 0,3 100,0 492 Total urbain 7,5 65.8 1.6 21.4 0,7 2.5 0,4 100,0 I261 Rural 6,0 31,5 1,3 56,7 1,4 2,4 0,7 100,0 4084 R~glon de résidence Ouagadougou 6,1 77,9 1,4 11,6 0,5 1,9 0,5 100,0 769 Nord 6,2 35,1 2,5 53,3 1,0 1,3 0,4 100,0 934 Est 10,1 29,1 3,5 46,8 0,7 8,9 1,0 100,0 860 Ouest 6,8 22,7 0,6 64,5 3,0 1,7 0,7 100,0 1271 Centre/Sud 4,1 43,1 0,0 51,4 0,5 0,2 0,8 I00,0 1511 Niveau d'Instruction Aucun 5,8 35,4 1,2 53,4 1,1 2,3 0,9 100,0 4294 Primaire 9,4 47,2 0,9 38,8 1,8 1,6 0,2 100,0 632 Secondaire ou plus 7,8 71,5 3.6 11.1 1,1 4,6 0,2 100,0 419 Ensemble des femmes 6,4 39,6 1,3 48,3 1,2 2,1 0,7 100,0 5345 IIOMMES Groupe d'~ges < 30 5,9 68,2 1,8 19,3 30-49 8,7 64,1 1.0 22.9 50 ou plus 6,2 36,9 0.2 53.2 Milieu de résidence Ouagadougou 8,3 78,3 4,2 5.4 Autres villes 7,2 66,1 2,7 19,2 Total urbain 7,9 74,0 3,7 10,3 Rural 6,6 53,3 0.3 35,9 R~glon de r~sldence Ouagadougou 8,3 78,3 4,2 5,4 Nord 6,5 53,6 0,4 37,2 Est 10,0 50,2 1,1 30,2 Ouest 5,6 53,5 0,8 36,0 Centre/Sud 5,7 59,0 0,0 33.3 Niveau d'instruction Aucun 6,1 54,1 0,2 36,1 Primaire 10,5 68,6 1,1 15,1 Secondaioe ou plus 8,8 73,7 7,4 3,4 Ensemble des hommes 6,9 58,0 1,1 30,1 2,3 2,3 0,3 100,0 644 0,5 1,8 0,9 100,0 599 0,5 2,6 0,6 I00,0 485 1.7 1,7 0,4 100,0 253 0,7 3,4 0,7 100,0 140 1.3 2,3 0,5 100,0 392 1,1 2,1 0,6 100,0 1337 1.7 1.7 0.4 100,0 253 0.4 0,9 0,9 100,0 309 1,6 6,5 0,5 100,0 294 2,4 1,6 0,2 100,0 427 0,0 1,0 (1,9 100,0 446 1,1 1,7 0,7 100,0 1326 2,5 1,8 0,5 100,0 229 0,3 6,3 0,0 100,0 173 1,2 2,3 0,6 1OÓ,0 1729 173 Graphique 11.2 Sources d'information sur le SIDA Radio/télévision 40% Agent de santé NS9 1% Autre 5% Amis 48% Radio/télévision 58% NSP 1% ~~Autre 5~o Femmes Hommes EDSBF 1993 Les sources d'information varient beaucoup avec le milieu de résidence. Les habitants de Ouagadougou ont plus souvent cité les média - radio/tél6vision - (78 pour cent des femmes et des hommes) que ceux des autres villes (47 pour cent des femmes et 66 pour cent des hommes), et surtout que ceux du milieu rural (moins d'un tiers des femmes et 53 pour cent des hommes), l'accès à ces moyens d'information y 6tant de toute évidence plus facile. De mæme, le pourcentage de personnes tenant leurs informations de sources "cr6dibles," augmente avec le niveau d'instruction : seulement un peu plus du tiers des femmes sans instruction (35 pour cent) tiennent leurs informations des média, alors que près des trois quarts des femmes de niveau secondaire ou plus (72 pour cent), les tiennent de la radio ou de la té16vision. Parallèlement, les proportions de ceux s'informant auprès d'"amis/parents" diminuent avec 1 e niveau d'instruction. 11.3 PREVENTION En l'absence de tout traitement efficace, la prévention reste le meilleur moyen de lutte contre la propagation de la maladie. Pour évaluer le niveau de connaissance des moyens de prévention, on a demandé aux enquêtés quels étaient, d'après eux, les moyens de protection contre le SIDA. Le Tableau 11.4 présente la r6partition des réponses données par les femmes et les hommes ayant entendu parier de la maladie. Avoir un partenaire unique est une protection évoquée par 45 pour cent des femmes et plus de la moitié des hommes (56 pour cent). Cependant, il faut souligner la proportion importante de femmes (41 pour cent) qui a déclaré ne pas savoir quoi faire pour éviter la maladie, alors que moins d'un homme sur cinq (18 pour cent) se déclare ignorant dans ce domaine. A cause de leur ignorance, les femmes paraissent donc beaucoup plus exposées, et ceci est d'autant plus vrai que les hommes sont deux fois plus 174 Tableau 11.4 Connaissance des moyens de protection Répartition (en %) des femmes et des hommes selon leur connaissance des moyens de protoction contre le SIDA, par caraetéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Moyens de protection Utiliser Avoir Pas Pas des un seul Eviter utiliser toucher Caractéristique condoms partenaire prostituées seringues au sang Autres NSP Effectif FEMMES Groupe d'~ges < 20 19,2 39,1 3,7 3,6 0,9 6,7 42,0 1134 20-29 20,0 46,1 3,4 3.2 1,4 4,9 39,0 2044 30-39 15,7 49,0 2.4 3,1 1,2 6,4 38,3 1412 40-49 8,7 43,5 2,8 2.0 0,7 5,3 47,7 756 Milieu de résldenee Ouagadougou 43,6 51,0 4,6 12,6 5,3 10,6 17,4 769 Autres villes 30,9 46.2 5,(I 8,2 2,4 8,3 2g.6 492 Total urbain 38,6 49,1 4,7 10,9 4,2 9,7 21,8 1261 Rural 111.5 43,7 2,6 0,7 0,2 4,5 46,5 41184 Région de r~sldence Ouagadougou 43,6 51,0 4,6 12,6 5,3 1 (1,6 17,4 769 Nord 11,8 38,3 5,0 1,2 0,4 4,6 48,7 934 Est 9,4 39,1 2,6 0.5 0.1 6,2 48,1 860 Ouest 15,1 37,5 2.5 2,8 0.9 5,3 50,4 1271 Centre/Sud 13,0 55.7 2,1 1.2 0.3 4,0 35,1 1511 Niveau d'lnstt'uctLota Aucun 10,6 43,3 2,7 0,7 0,3 4,9 45,8 4294 Primaire 33,5 46,5 4,2 5,5 1,7 7,1 27,6 632 Secondaire ou plus 59,0 60,2 6,1 24,0 8,7 11,7 7,3 419 Ensemble des femmes 17,1 45,0 3,1 3,1 1,1 5,7 40,7 5345 IZOMMES Groupe d'åges < 30 54,6 50,9 8,8 9,9 2,5 10,1 11,4 644 30-49 41,11 63,4 11,9 6,9 2,6 8,3 12,7 599 50 ou plus 10,6 52,3 17,2 1,3 0,6 11,5 31,4 485 Milieu de r~sldence Ouagadougou 65,2 59,8 10,8 16,0 4,8 13,1 6,9 253 Autres villes 58,2 57,5 7,9 12,3 2,1 11,3 7,5 140 Total urbain 62,7 59,0 9,8 14,7 3,8 12,5 7,1 392 Rural 30,1 54,6 13,0 4,0 1,4 9,1 20,5 1337 R~gion de r~sidence Ouagadougou 65,2 59,8 10,8 16,0 4,8 13,1 6,9 253 Nord 35,8 46,2 11,5 3,9 0,0 12.5 18,6 309 Est 23,8 61,3 7,0 3,6 1,7 9,3 20,6 294 Ouest 37,3 54,5 5,5 5,9 1,4 6,5 20,9 427 Centre/Sud 32,4 57,1 23,5 5,1 2,4 9.7 17.5 446 Niveau d'instruction Aucun 28,6 53,2 13,6 3,2 1,2 9,5 21,5 1326 Primaire 60,4 56,1 9,2 9,1 1,3 8.5 6.9 229 Secondaioe ou plus 75,4 73,5 5,8 27,3 8,6 14,0 0.6 173 Ensemble des hommes 37.5 55,6 12,2 6,4 2,0 9.9 17,5 1729 Note : Le total des pourcentages est supérieur à lçg) %, car plusieurs oeponses sont possibles. 175 nombreux à avoir évoqué le condom comme moyen de protection (38 pour cent contre 17 pour cent des femmes). Par ailleurs, 12 pour cent des hommes et 3 pour cent de femmes ont déclaré qu'éviter la fréquentation des prostituées était un moyen de protection eontrc la transmission de la maladie. L'utilisation de seringues non stérilisées ou le sang contaminé n'ont été quc très rarcment évoqués. En milieu rural, la connaissance des moyens de protection contre le SIDA est près de trois fois moins importante que dans la capitale : 47 pour cent des femmes rurales contrc 17 pour cent de celles de Ouagadougou ont répondu qu'elles ne connaissaient aucun moyen de protection, et respectivement, 21 et 7 pour cent des hommes. Cette différence est due, en grande partie, à la méconnaissance du condom comme moyen de protection : les femmes du milieu rural l'ont cité 4 fois moins souvent que celles de Ouagadougou, et les hommes 2 fois moins souvent. Du point de vue de l'information sur les moyens de protection contre le SIDA, le milieu rural et les femmes paraissent, une fois de plus, particulierement défavorisés et pour pallier cela, un gros effort de sensibilisation reste à faire. 11.4 ATT ITUDES VIS-A-VIS DU SIDA Au Burkina Faso, le SIDA est communément appelé "la maladie de la minceur." A la question "A quoi reconnaît-on quelqu'un atteint de SI DA," la majorité des burkinabè (47 pour cent des femmes et 55 pour cent des hommes) a répondu qu'un amaigrissement était le symptôme le plus évident d'infection par le virus (Graphique 11.3). Les diarrhées ont ét~ citées par un tiers des femmes et par 38 pour cent des hommes. Les raisons "autres" représentent un fort pourcentage des réponses (43 pour cent des femmes et 32 pour cent des hommes), mais regroupent en fait une multitude de symptômes fanlaisistes (cheveux qui cassent et défrisent, yeux qui deviennent rouges, peau et selles qui deviennent blanches, etc.); cela prouve que l'information existante n'est pas suffisante ou mal comprise, ce qui permet la circulation de ces fausses idées. Graphique 11.3 Reconnaissance des symptômes du SIDA selon les femmes et les hommes Amaigrissement Diarrhée Vomissement Fièvre Analyse de sang Tåches sur la peau Autres symptémes NSF 60 [-1 r 50 40 30 20 10 0 10 Pourcentage F 20 30 40 50 60 EDSBF 1993 176 Par ailleurs, l'attitude générale vis-à-vis des séropositifs ou de ceux déclarés comme tels, est totalement dictée par la peur d'être contaminé et condamnent les malades à un isolement particulièrement important. A la question "Que faut-il faire des malades atteint du SIDA," la moitié des femmes a répondu n'en avoir aucune idée, et près d'un quart d'entre elles (23 pour cent) pensent qu'il faudrait les hospitaliser (Tableau 11.5). Pour les hommes, l'isolement est la première des mesures à prendre (29 pour cent), l'hospitalisation venant après (27 pour cent). Cette peur des séropositifs est beaucoup plus importante chez les hommes des autres villes et du milieu rural : dans les 2 cas, ils sont près d'un tiers (30 pour cent) à préconiser l'isolement, voire "l'exterrnination" (respectivement, 7 et 8 pour cent). La solution du maintien à domicile n'est que très peu évoquée (4 pour cent des femmes et 6 pour cent des hommes). 11.5 COMPORTEMENT SEXUEL La campagne d'information sur le SIDA a aussi pour but de faire prendre conscience à ceux qui ont un comportement sexuel à risques (principalement, avoir plusieurs partenaires) qu'ils doivent utiliser les préservatifs. Bien que les résultats présentés précédemment prouvent que les burkinabè ont déjà entendu parler du SIDA et connaissent le risque de transmission par relation sexuelle, l'utilisation des condoms reste encore très faible, notamment en milieu rural. On a demandé à toutes les personnes qui avaient eu des relations sexuelles les 2 mois précédant l'enquête, avec combien de partenaires elles avaient eu ces rapports, en discernant le/la conjoint(e), des partenaires occasionnels ou extra-conjugaux; ces questions sont généralement difficiles à poser et les rêponses difficiles à obtenir; par ailleurs, la "véracité" de ces réponses est pratiquement incontrôlable. On a également posé des questions sur l'utilisation et sur les raisons de l'utilisation de condom, lors de ces rapports. Trois femmes et trois hommes sur cinq ont déclaré avoir eu des rapports sexuels les deux mois précédant l'enquête (Tableau 11.6). Parmi les femmes, la majorité (91 pour cent) a déclaré avoir eu ces rapports avec leur conjoint uniquement, 6 pour cent ont déclaré avoir eu un partenaire et 1 pour cent, 2 partenaires ou plus. Près des deux tiers des hommes (62 pour cent) ayant eu des rapports ont déclaré les avoir eu avec leur(s) épouse(s), 23 pour cent avec une seule partenaire et 16 pour cent avec au moins 2 partenaires. Le nombre de partenaires varie avec l'âgc et le sexe : 5 pour ccnt des fcmmes de moins de 30 ans ont déclaré avoir eu deux partenaires ou plus contre 28 pour cent des hommes du même groupe d'âgés. En ce qui concerne l'état matrimonial, très peu de femmes mariécs ont déclaré avoir eu un autre partenaire que leur conjoint (3 pour cent); chez les hommes mariés, ce pourcentage s'élève à 26 pour cent? Les hommes cdlibataires sont ceux qui ont dCclaré le plus frCquemment avoir eu au moins 2 partenaires ou plus (26 pour cent). Les rapports sexuels avec di fférents partenaires sont plus frdquents en milieu urbain (5 pour cent des femmes et 27 pour cent des hommes), qu'en milieu rural (2 pour cent de femmes contre 16 pour cent des hommes). a Ce dernier résultat est cependant à interpréter avec prudence, dans la mesure où il peut s'agir d'hommes polygames ayant déclare avoir eu des rapports avec des "t)artenaires" au lieu de préciser "épouses". Cependant, on a pu constater que 11 pour cent des hommes monogames qui ont eu des rapports sexuels les deux mois précédent l'enquete, ont déclaré les avoir eus avec au moins 2 partenaires diflërcntcs (résultats non publics). 177 Tableau 11.5 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du SIDA Répartition (en %) des femmes et des hommes selon leur attitude vis-h-vis des malades atteînts du SIDA, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Attitudes Les [.es garder envoyer å à la Les Les Les Caractéristique l'hôpital maison isoler aider tuer Autre NSP Total Effectif FEMMES Groupe d'åges < 20 24,1 4,4 13,7 5,1 4,1 20-29 22,2 3,4 13,1 5,8 2,7 30 39 24,8 3,4 13,6 4,6 2,5 40-49 20,1 4,1 14,6 4,8 2,2 Milieu de résldence Ouagadougou 29,/t 3,3 18,0 17.3 2.5 Autres villes 24,5 3,2 18,6 9,7 3,6 Total urbain 27,3 3,3 18,2 14,3 2,9 Rural 21,7 3,8 12,1 2,4 2,8 Région de r(;sldence Ouagadougou 29,0 3,3 18,0 17,3 2,5 Nord 24,3 4,4 7,4 3,4 2.4 Est 8,9 1,5 1/),9 2,9 7,0 Ouest 24,9 4,2 12,8 4,8 2,11 Centre/Sud 25,5 4,3 17,2 1.8 1,7 Niveau d'instruction Aucun 21,5 1,8 11,9 2,8 2,3 l:'d maire 29,9 3,4 18,5 7,4 5,6 Secondaire ou plus 27,9 3,3 23,6 25,8 4,/1 Ensemble des femmes 23,/) 3,7 13,6 5,2 2,9 2,2 46,4 100,0 1134 2,3 50,5 100,0 2044 1,9 49,2 100,0 1412 2,0 52,3 100,0 756 5,6 24,3 100,0 769 2,2 38,2 100,0 492 4,3 29,7 100,0 1261 1.4 55,7 100,0 4084 5,6 24,3 100,0 769 11,5 57,4 1013,0 934 1,5 67,3 100,0 860 2,3 49,0 100,0 1271 1,5 47,9 100,0 1511 1,8 55,8 1110,0 4294 2,9 32,3 1011,0 632 4,0 11,5 100,0 419 2,1 49,6 100,0 5345 IIOMMI!S Groupe d'åges <30 24,7 5,8 28,8 11/,6 12,2 30-49 28,5 5,5 30,7 11/,6 6,4 50 ou plus 29,1 6,6 27,7 10,7 2,2 Milieu de résidence Ouagadougou 311,8 5,2 21,7 21,2 4.0 Autres villes 23,6 4,1 30,1 17,8 6,8 "l\,tal urbain 28,3 4,8 24,7 20,0 5,0 Rural 27,0 6,2 311,4 7.9 8.1 Région de résidence Ouagadougou 31/,8 5,2 21,7 21,2 4,0 Nord 311,6 5,5 28,9 14,8 7,7 Est 22,3 6,5 26,0 4,7 13,11 Ouest 24,4 3,2 33,4 5,8 9,1 Centre/Sud 29,/) 8,8 31,5 10,3 3,7 Niveau d'instruction Aucun 28,1 6,2 28,7 8,{) 6,9 Primaire 25,6 5,1 32,7 10,5 11,6 Secondaire ou plus 23,O 4,8 27,7 30,4 5.6 Ensemble des hommes 27,3 5.9 29,1 I II,O 7,4 3,5 14,4 100,0 644 2,0 16,3 100,0 599 1,3 22,4 100,0 485 6,5 10,6 100,0 253 3,1 14,4 100,0 140 5,3 12,0 100,0 392 1,5 18,9 100,0 1337 6,5 10,6 100,0 253 11,6 12,1 100,0 309 3,4 24,0 100,0 294 2,7 21,4 100,0 427 11,3 16,5 100,0 446 2,1 20,0 100,0 1326 2,0 12,4 100,0 229 5,3 3,1 100,0 173 2,4 17,3 100,0 1729 178 Tableau 11.6 Comportement sexuel et nombre de partenaires Répartition (en %) des femmes et des hommes ayant eu des relations sexuelles les 2 mois précédant l'enqu6te, selon le nombre de partenaires, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Oui Relations sexuelles 2 mois avant l'enqu&e: Nombre de partenaires : Effectif qui a Deux eu des Conjoint(e) Un(e) partenaires relations Non Effectif uniquement partenaire ou plus NR Total sexueUes FEMMES Groupe d'~ges <20 69,1 30,9 1373 78,4 10,7 10,5 0,5 100.0 424 20-29 57,7 42,3 2355 92,8 3,3 2,6 1,3 100,0 995 30-39 56,3 43.7 1694 94,9 1,6 0,9 2,6 100,0 741 40-49 53.6 46,4 932 97,1 2.0 0,1 0,8 100,0 433 Milieu de r6sldence Ouagadougou 56.2 43,8 777 77,7 14,0 5,0 3,3 100.0 341 Autres villes 55,5 44.5 517 89,4 3,9 5,7 1,0 100,0 230 Total urbain 55,9 44,1 1293 82,4 9,9 5,3 2,4 100.0 570 Rural 60,0 40,0 5061 94,4 2,1 2,4 1,2 100,0 2023 Etat matrimonial Célibataire 88.2 I1.8 855 0,0 89,0 10.1 0,9 100.0 101 Mariée 53.7 46.3 5326 96,0 1,8 0,8 1,5 100,0 2468 Autre 86,4 13.6 173 0,0 87,9 12,1 0.0 100,0 24 Ensemble des femmes 59,2 40,8 6354 91,4 5,9 1,3 1,4 100.0 2593 ItOMMES Groupe d'~ges <30 62.6 30-49 48,8 50 ou plus 68,6 Milieu de r6sldence Ouagadougou 56,0 AutIes villes 56,6 Total urbain 56.2 Rural 60,8 Etat matrimonial Célibataire 74,9 Marié 53,7 Autre 84,8 Ensemble des hommes 59,8 37,4 661 40,1 31,7 28,0 0,2 100,0 247 51,2 618 72,9 12,6 14,1 0,4 100,0 316 31,4 566 71,8 13,8 13,6 0,8 100,0 178 44.0 255 46.5 23,0 30.5 0,0 100,0 112 43.4 145 54,2 25,2 19,8 0,8 100,0 63 43,8 399 49,2 23,8 26,7 0,3 100,0 175 39,2 1446 65.5 17,8 16,1 0,5 100,0 567 25,1 454 0,0 73,5 26,1 0.4 100,0 114 46,3 1346 73.5 12,5 13,5 (1,4 100,0 621 15.2 45 0,0 84,7 15,3 0,0 100,0 7 40,2 1845 61,6 22,5 15,5 0,4 100,0 741 179 Parmi les femmes ayant eu des rapports sexuels les deux derniers mois, 5 pour cent seulement ont déclaré avoir utilisé des condoms; près de la moitié d'entre elles les ont utilisés lors de chaque rapport (Tableau 11.7 et Graphique 11.4). Les femmes de Ouagadougou (15 pour cent), sont 5 fois plus nombreuses å utiliser des condoms, que celles du milieu rural. Parmi les hommes, 17 pour cent ont déclaré avoir utilisé des condoms lors de leurs rapports sexuels, et les deux tiers les ont utilisé lors de chaque rapport. Les hommes du milieu urbain utilisent les préservatifs deux fois plus fréquemment que les ruraux, mais cet écart est quand même moins important qu'entre les femmes des différents milieux de résidence. Tableau 11.7 Utilisation des condoms Répartition (en %) des femmes et des hommes selon la fréquence d'utilisation d'un condom, EDS Burkina Faso 1993 Utilisation N'apas A chaque Caractéristique utilis6 fois Parfois Rarement Tolal I Effectif FEMMES Groupe d'~tges < 20 88,8 4,7 4,3 2,2 100,0 424 20 29 93,8 2,6 2,8 0,8 100,0 995 30-39 97,8 1,1 0,5 0,6 100,0 741 40 49 98,8 0,1 0,4 0,3 10t3,0 433 Milieu de r6sidence Ouagadougou 84,7 7,6 5,4 2,3 100,0 341 Autres villes 90,0 4,7 4,3 1,0 100,0 230 Total urbain 86,8 6,4 5,0 1,8 100,0 570 Rural 97,2 0,9 1,2 0,6 100,0 2023 Etat matrimonial Célibataire 68,1 12,0 12,0 7,9 1(/O,0 101 Marié 96,3 1,5 1,6 0,5 100,0 2468 Autre 69,8 20,2 2,1 7,9 100,0 24 Ensemble des femmes 94,9 2,1 2,0 0,9 100,0 2593 IIOMMES Groupe d'åges < 30 65,0 23,2 7,6 4,2 1130,0 247 30-49 88,3 7,3 3,7 0,3 100,0 316 50 ou plus 96,8 1,1 1,8 0,3 100,0 178 Milieu de résidence Ouagadougou 59,2 24,9 12,2 2,8 100,0 112 Autres villes 71,8 21,4 3,8 3,l 100,0 63 Total urbain 63,7 23,6 9,2 2,9 1013,0 175 Rural 88,4 7,2 3,1 1,2 10t3,0 567 Elat matrimonial C61ibatalre 44,6 40,0 10,6 4,9 100,0 114 Marié 9(I,1 5,5 3,3 0,9 100,0 621 Autre 38,2 34,4 19,8 7,6 100,0 7 Ensemble des hommes 82,6 11,1 4,6 1,6 100,0 741 iy compris les non déterminés 180 Graphique 11.4 Fréquence et raisons d'utilisation du condom FREQUENCEL~ A chaquefois"~~~ P~ffois~ Rarement ~ ~: RAISONS Eviter grossesse Eviter MS'r Evit•r SIOA Autre 42 40 . I 82 12 " . . . . " " 73 • • 51 38 20 40 60 80 100 pourcentage EDSBF t993 Par ailleurs, les hommes ont déclare en majorité (57 pour cent) avoir utilisé le condom pour éviter d'attraper le SIDA, alors que les trois quarts des femmes (73 pour cent) l'ont utilise pour éviter de tomber enceintes (Tableau 11.8). Une femme sur cinq a mentionné le SIDA et 30 pour cent ont parlé de protection contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Ces pourcentages sont respectivement de 51 pour cent et 38 pour cent, chez les hommes. 181 Tableau 11,8 Raisons de l'utilisation des condoms Répartition (en %) des femmes et des hommes selon les raisons données à l'utilisation du condom lors des rapports ayant eu lieu les 2 derniers mois, EDS Burkina Faso 1993 R~sons Eviter Eviter Eviter Caractéristique grossesse MST SIDA Autre Effectif FF, MMES Groupe d'ãges < 20 66,6 275 32,5 0,9 48 20-29 77,2 32,9 13,0 5,4 62 30-39 82,2 23,8 5,8 5,8 16 40 49 45,1 27,4 27,4 0,0 5 Milicu de résidence Ouagadougou 76,6 36,4 16,8 4,7 52 Autres villes 76,5 31,4 19,6 3,9 23 Total urbain 76,6 34,9 17,7 4,4 75 Rural 67,5 22,5 22,5 2,5 56 Etat matrimonial Célibataire 69,7 33,5 36,2 0,0 32 Marié 76,3 24,8 12,4 5,2 92 Autre 41),6 73,1 40,3 0,0 7 Ensemble {tes femmes 72,7 29,6 19,7 3,6 131 ItOMMES Groupe d'figes < 30 44,0 38,8 65~8 2,4 86 30 49 62,9 36,9 39,3 7,7 37 50 ou plus 81,5 42,6 42,6 0,0 6 Milieu de r~sidence Ouagadougou 47,1 46,0 52,9 4,6 46 Autres villes 64,9 37,8 56,8 8,1 18 Total urbain 52,1 43,7 54,0 5,6 63 Rural 50,0 33,3 60,4 2,1 66 Etat matrimonial Célibataire 38,1 47,2 78,3 2,5 63 Marié 64,8 29,1 35,0 5,4 62 Autre 43,3 44,4 68,0 0,0 4 Ensemble des hommes 51,0 38,4 57,2 3~8 129 MST - Maladies sexuellement transmissibles 182 CHAPITRE 12 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES Dans le cadre de I'EDSBF, en plus de l'enquête ménage et des enquêtes individuelles femme et homme, il a été décidé de mener une enquête communautaire dans chacune des 230 grappes sélectionnées. Ces enquêtes portent sur l'existence d'infrastructures socio-économiques et sur la disponibilité de services de santé maternelle et infantile et de planning familial. Les informations recueillies, en foumissant une description des infrastructures sanitaires dont disposent les populations enquêtées, permettent de mieux comprendre la situation démographique et sanitaire décrite dans les chapitres précédents. L'enquéte communautaire consistait à interroger un groupe d'hommes et de femmes bien informés sur leur communauté, comme les autorités administratives et traditionnelles, les instituteur(trice)s, inflrmier(e)s, sage-femmes, matrones, etc. Au cours de l'interview de ce groupe de personnes, pour chaque type de service retenu, l'enquêteur tentait d'identifier et de localiser le service le plus proche du lieu d'enquête, d'obtenir une estimation de la distance ~ parcourir et de la durée du trajet nécessaire pour l'atteindre et, pour les formations sanitaires, l'enquêteur cherchait ~ savoir quel type de soins y étaient offerts. Par contre, dans I'EDSBF, il n'était pas prévu de recueillir des informations sur le fonctionnement de ces formations sanitaires, ni sur leur équipement, ni sur la qualité des prestations offertes : par conséquent, le terme disponibilité qui est utilisé ici fait davantage réfémnce à l'existence de formations sanitaires dans les localités enquêtées, ou à leur proximité, qu'å la disponibilité effective de services de santé. Bien que l'enquête communautaire ait ét~ réalisée au niveau de chaque grappe de l'êchantillon, les do~mées présentées ici ne se réfèrent pas directement aux 230 grappes. Elles sont analysées du point de vue de la population des femmes en union enquêtées qui sont considérées comme étant les premières utilisatrices des services de planning familial et de santé maternelle et infantile. Les femmes ont ainsi été rattach6es aux grappes dans lesquelles elles avaient Et~ enquêtées. 12.1 CARACTERIST IQUES DES LOCAL ITES RURALES Un certain nombre d'informations spécifiques ont ét~ recueillies dans les grappes situ6es en milieu rural dans le but d'estimer le niveau "d'isolement" de certaines populations. Il s'agit du type d'habitat, des voies d'accès à la localité, de la distance par rapport å la ville ~ la plus proche, des moyens de transport en commun habituellement utilisés. Ces données sont présentées au Tableau 12.1, selon la répartition des femmes en union vivant dans ces localités. En milieu rural, 34 pour cent des femmes en union vivent dans des villages ~t habitat dense, 59 pour cent vivent dans des villages à habitat dispersé et 6 pour cent habitent dans d'autres types de localités. Seulement 8 pour cent des femmes du milieu rural vivent dans des villages accessibles par des routes goudmnnées; pour la moitié d'entre elles (52 pour cent), leur village n'est accessible que par des routes en latérite et pour plus d'un quart des femmes (28 pour cent), seulement par une piste. La majorité des femmes rurales (78 pour cent) vivent à au moins 30 kilomètres de la ville la plus proche, 12 pour cent vivent à une distance comprise entra 15 et 29 kilomètres et seulement 4 pour cent à moins de 15 kilomètres. Pour se rendre au centre urbain le plus proche, près de deux femmes sur cinq (39 pour cent) ne disposent d'aucun moyen de transport en commun et lorsqu'il en existe un, il s'agit principalement de Selon la définition du RGP de 1985. 183 camionnettes (34 pour cent), de l'autobus (17 pour cent), de taxi-brousse (7 pour cent) et même de charrettes pour 5 pour cent d'entre elles. Dans l'ensemble, il apparaît donc qu'une propor- tion importante des femmes rurales burkinabè vivent dans des localités relativement isolèes du fait, à la fois, de la distance qui les s6paœe de la ville la plus proche, du type de voie d'accès desservant la localité et du manque de moyen de transport. 12.2 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES Le Tableau 12.2 présente la répartition de l'ensemble des femmes actuellement en union, selon le milieu de résidcnce, et selon la distance qu'elles ont à parcourir pour atteindre les différcnts services socio- économiques, tels les dcoles primaires, secondaires ou techniques, les marchés joumaliers et hebdomadaircs, les boutiques et les services rdguliers de transport en commun. Les écoles primaires sont facilement accessibles au Burkina Faso, puisque la majorité des femmes en union (86 pour cent) habitent dans un rayon de moins de 5 kilomètres de ces établissements; en milieu urbain, toutes les femmes en union ont une dcole primaire à proximité immédiate de leur domicile et en milieu rural, elles sont 83 pour cent dans ce cas. Seulement 17 pour cent des femmes du milieu rural vivent à au moins 5 kilomètres de ce genre d'établissement, dont 2 pour cent, à 30 kilomètres et plus. Les écoles sccondaires ne sont quant à elles, fréqucntes que dans les centres urbains, et de ce fait sculement 27 pour cent de l'ensemble des lcmmcs en union vivent à proximité. En milieu rural, 86 pour cent des femmes Tableau 12.1 Caractéristiques des communautés rurales Répartition (en %) des femmes rurales actuellement en union selon les caractéristiques de leur communauté, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique des comnmnautds Pourcentage Type d'habitat Dense 34.3 Dispersé 59,4 Au~e 6,3 Voie d'actes Route goudrmmée 8,2 Laterite 51,5 Piste 28,2 Sentier 1,0 Noa ddterminé 11,0 Distance de la ville la plus proche 0-14 km 4,2 15-29 km 12,4 30 km ou plus 78,4 Non déterminé 5,1 Principal moyen de transport en commun Autobus 16,6 Taxi-brousse 6,5 Camion/Camionnene 33,7 Charette 4,5 Aucun 38,7 Total 17626 Effectif de femmes 4407 doivent parcourir une distance minimum de 5 kilomètres, et environ la moitié de ces femmes (41 pour cent) doivent faire 30 kilomètres ou plus, avant d'atteindre ce type d'établissement. La distance médiane pour accéder à une école secondaire est de 17,9 kilomètres, tandis que celle relative à l'école primaire n'est que de 0,7 kilomètre. Dans l'cnsemble, près des deux tiers des femmes en union (61 pour cent) vivent éloignès d'au moins 15 kilomètres de localités où se tiennent des marchés joumaliers; il s'agit essentiellement de femmes du milieu rural (73 pour cent); pour ces dernières, la distance médiane s'établit h 37,6 kilomètres. Par contre, les marchés hebdomadaires sont plus proches, puisque 2 femmes sur cinq (42 pour cent) ont moins de 5 kilomètres à parcourir pour s'y rendre. Cependant, ces marchés rcstcnt difficiles à atteindre pour 37 pour ccnt des femmes du milieu rural qui doivent parcourir au moins 30 kilomètres pour les atteindre : la distance mddiane à parcourir en milieu rural est de 15,9 kilomCtrcs contre 0,8 kilomètre pour le milieu urbain. Les boutiques sont les lieux d'approvisionnement les plus faciles d'accès, autant en milieu urbain (distance m6diane de 0,5 kilomètre), qu'en milieu rural (distance médiane de 8,8 kilomètres). 184 Tableau 12.2 Distance par rapport aux services socio-oEonomiques R6partition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux services so¢io-économiques et distance médiane par service selon le milieu de résidence, EDS Burkina Fa.so 1993 Service Distance (en kilomètres) Effectif Distance socio- Milieu de de médiane 6eonomique résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 et + ND Total femmes (en kms) Ecole Ouagadougou 100,0 0.0 0,0 0,0 0.0 100,0 450 0,5 primaire Autres villes 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 381 0,5 Total urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1130,0 831 0,5 Rural 83,1 10,6 4,4 2,0 0,0 100,0 4407 0,7 Ensemble 85,8 8,9 3,7 1,7 0,0 100,0 5237 0,7 Eeole Ouagadougou 93,1 6,9 0,0 0,0 0,0 100,0 450 0,9 secondaire Autres villes 98,9 l ,t 0,0 0,0 0,0 100,1) 381 0,7 Total urbain 95,8 4,2 0,0 0,0 0,0 100,0 831 0,8 Rural 13,8 18,5 26,7 40,9 0,0 100,0 4407 20,2 Ensemble 26,8 16,3 22,5 34,4 0,0 100,0 5237 17,9 Ecole Ouagadougou 88,1 11,9 0,0 0,0 0,0 100,0 450 1,9 technique Autres villes 97,4 1,1 0,0 1,5 0,0 100,0 381 0,7 Total urbain 92,4 6,9 0,0 0,7 0,0 100,0 831 0,9 Rural 1.9 4,2 12,0 81.1 0,9 I00,0 4407 50.1 Ensemble 16,2 4,6 10,1 68,4 0,7 100,0 5237 45,0 Mareh6 Ouagadougou 98,1 1,9 0,0 0,0 0,0 100,0 450 0,7 journaUer Autres villes 96,1 1,1 1,3 1,5 0,0 100,0 381 0,6 Total urbain 97,2 1,5 0,6 0,7 0,0 100,0 831 0,6 Rural 16,3 7,9 14,1 58,4 3,3 100,0 4407 37,6 Ensemble 29,1 6,9 11,9 49,2 2,8 100,0 5237 32,6 Mm'ch6 Autres villes 77,0 4,1 0,0 18,9 0,0 100,0 450 0,8 hebdomadaire Rural 82,9 1,1 6,8 9,3 0,0 100,0 381 0,8 Total urbain 79,7 2,7 3,1 14,5 0,0 100,0 831 0,8 Rural 34,9 13,4 11,6 37,3 2,9 100,0 4407 15,9 Ensemble 42,0 11,7 10,3 33,6 2,4 100,0 5237 9,7 Boutique Transport Ouagadougou 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 450 0,5 Autres villes I00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 381 0,5 Total urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 831 0,5 Rural 39,2 22,7 14,6 23,5 0,0 100,0 4407 8,8 Ensemble 48,8 19,1 12,3 19,8 0,0 If)(),() 5237 7,1 Ouagadougou I00,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 450 0,6 Autres villes 98,5 1,5 0,0 0,0 0,0 100,0 381 0,6 Total urbain 99,3 0.7 0,0 0,0 0,0 100,0 831 0,6 Rural 33,0 11,5 11.6 31,9 12,11 100,0 4407 18,6 Ensemble 43,5 9,8 9,7 26,9 10,1 100,0 5237 9,7 ay compris les services qui sont "sur place" Enfin, si toutes les citadines (99 pour cent) vivent à proximité immédiate d'un service régulier de transport en commun, ce n'est le cas que pour un tiers des femmes vivant en milieu rural. En fait, la moitié de ces femmes doit parcourir une distance de 18,6 kilomètres avant de disposer de ce service. En d'autres termes, il est non seulement difficile d'accéder à certains villages du fait de leur isolement, mais aussi, il semble difficile pour les femmes qui y vivent, de s'en éloigner. 185 Au Tab leau 12.3 f igure la répart i t ion des femmes en union selon le moyen de transport le plus uti l isé pour atteindre les di f férents services soc io-économiques. Les données concernent un iquement les femmes pour lesquel les le service Ch quest ion ne se trouve pas "sur place." En mi l ieu urbain, compte tenu de sa prox imité immddiate, l ' éco le pr imaire est plus souvent access ib le à pied, alors qu 'en mi l ieu rural, b ien qu 'e l le soit acccss ib lc à pied pour la major i té des femmes (57 pour cent), un quart des femmes (22 pour cent) do ivent s 'y rendre å vélo. De même, en mi l ieu rural, près de la moi t ié des femmes (45 pour cent) ut i l isent un vé lo pour parcour i r la d istance médiane de 15 k i lomètres qui les séparent du marché journal ier , Tableau 12.3 Principal moyen de transport Répartition (en %) des ferrmles actuellement en union par na)yen de transport principal utîlisé Ix»ur atteindre chaque service socio-économique selon le milieu de résidence, EDS Iturkina Faso 1993 Moyens de transport Service Effectif socio- Milieu de "V~liculc de économique résidence à moteur Vélo A pied Autre ND Total femmes Ecole Ouagadougou 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 100,0 7 primaire Autres villes 0,0 11,0 100,0 0,0 0,0 100,0 5 Total urbain ().0 0.0 100,0 0,0 0,0 100,0 12 Rural 1,4 22,(/ 56,7 19,9 11,0 100,0 1209 Ensemble I ,,1 21,8 57,1 I tJ.7 0,0 11R1,0 1221 Ecole Ouagadougou 11,0 21,7 67,3 0,0 0,0 109,0 208 secondaire Autres villes 0,(1 4,1 95,9 0,0 0,0 100,0 100 Total urbain 7,4 16,0 76,6 0,0 0,0 100,0 308 Rural 19,3 32,4 5,8 40.4 2,1 100,0 3908 F, nsemblc lS,4 31,2 11,0 37,4 1,9 100,0 4216 Ecole technique March~ journalier Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble 15,2 31+1 53,7 0,0 0,0 100,0 275 0,0 3,6 91,2 5,2 0,0 100,0 113 10,8 23,1 64,6 1.5 0,0 100,11 388 40,9 1(/,8 2,0 39,2 7,1 100,0 4366 3S,4 11,8 7,I 36,1 6,5 100,0 4754 0,0 21,5 78,5 0,0 0,0 100,0 111 7,b 5,3 87,1 0,0 0,0 100,0 77 3,1 14,9 82,0 0,0 0,0 100,0 188 42,2 44,6 6,3 1,3 5,7 100,0 3741 40,3 43,2 9,9 1,2 5,4 100,0 3929 Match6 Ouagadougou 55,4 5,1 39,5 0,0 0>0 I(R],0 171 hebdomadaire Autres villes 45,2 3,2 51,6 0,0 0,0 100,0 127 Total urbain 51,0 4,3 44,7 0,0 0,0 1110,0 298 Rural 27,9 51,6 14,0 1,6 4,9 100,0 3038 11nsemble 30,0 47,4 16,S 1,5 4,5 I00,0 3336 Ouagadougou Autres villes 'roud urba Rural l:nsemble Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Boutique Service 0.0 0.1) lO0.O 0.0 0,0 100.0 7 0.0 0.0 100.0 0.0 0.0 100,0 12 0.0 0,0 100.11 0.0 0.0 100.0 19 14,9 49,8 30,5 0,0 4,7 100,0 3173 14,8 49,5 30,9 0,0 4,7 100,0 3192 0,0 0,0 100,0 0,0 0,0 100,0 84 0,0 12,0 88,0 0,0 0,0 100,0 49 0,0 4.4 95,6 0,0 0,0 100,0 133 29,2 35,3 l 1,9 1,5 22, l 100,0 3093 28.0 34,1 15>3 1,4 21,2 100,0 3226 Note: Le tablcau concertlc uniquement les lcmmcs pour lesquelles le service ne sc trouve pas '*sur place." 186 Le Tableau 12.4 présente la répartition de l'ensemble des femmes actuellement en union selon le temps nécessaire pour atteindre les différents services socio-économiques, en utilisant le moyen de transport le plus courant. On retrouve ici des différences du même type que celles constat~es pour les distances. Globalement, en milieu urbain, le temps nécessaire pour atteindre les différents services est trés court : temps médian inférieur à 1 minute quel que soit le service. En milieu rural, par contre, compte tenu de la dispersion de la population et, parfois, de l'insuffisance de certains services, les habitants des villages mettent beaucoup plus de temps à les atteindre que ceux des villes. Ainsi, pour atteindre les marchés joumaliers, le temps médian est voisin de l heure (50 minutes). C'est seulement dans le cas des écoles primaire8 que la dur6e de trajet est aussi courte qu'en milieu urbain, même si 14 pour cent des femmes rurales mettent plus d'une demi heure pour les atteindre. Tableau 12.4 Temps de traiet pour atteindre les services socio-~'.conorrfiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les services socio-économiques et temps m&tian par service spécifique selon le milieu de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Service Temps (en minutes) Effectif Temps socio- Milieu de de médian économique résidence 0 å 15 a 16 å 30 31 à 60 61 et + Total femmes (en minutes) Ecole Ouagadougou 98.4 0.0 1.6 0.0 100.0 450 0.5 primaire Autres villes 98.7 0.0 1.3 0.0 100.0 381 0.5 'rotal urbain 98,5 0,0 1,5 0,0 100,0 831 0,5 Rural 80.4 5.9 9.7 4.0 100.0 4407 0.6 Ensemble 83.3 4.9 8.4 3,4 100.0 5237 0.6 Ecole secondaire Ouagadougou Autres villes Total. urbain Rural Ensemble Ecole Ouagadougou technique Autres villes Total urbain Rural Ensemble 63,4 25,4 11,2 0,0 100,0 450 0,9 84,1 14,6 0,0 1,3 100,0 381 0,7 72.9 20.4 6.1 0.6 100.0 831 0.8 49.3 9.0 26.2 15.6 100.0 4407 18.6 53.0 10.8 23.0 13.2 100,0 5237 11.0 63.4 22.6 14.0 0.0 1(30.0 450 15.1 82.3 14.6 1.8 1.3 lO0.O 381 ç~.7 72.1 18.9 8.4 0.6 100.0 831 0.9 41.9 7.1 29.8 21.1 100.0 4407 35.6 46.7 9.0 26.4 17,9 100.0 5237 21.0 March~ Ouagadougou 78.7 17.7 3,6 0.0 1 (XI.0 450 0.7 journalier Autres villes 81.6 15.4 3.0 0.0 100.0 381 0.6 Total urbain 80.0 16.7 3.3 0.0 100.0 831 0.6 Rural 21.6 6.6 49.7 22.0 100.0 4407 50.4 Ensemble 30.9 8.2 42,4 18.5 100.0 5237 50.1 March~ Ouagadougou 64.1 13.4 22.5 0.0 100.0 450 0.8 hebdoma- Autres villes 68.4 20.9 10.7 0.0 100.0 381 0.8 daire Total urbain 66.1 16.8 17.1 0.0 100.0 831 0.8 Rural 37.1 6.0 39,0 17,9 100.0 4407 45.5 Ensemble 41.7 7.7 35.5 15.1 100.0 5237 34.2 Boutique Ouagadougou 98.4 0.0 1.6 0.0 100,0 450 0.5 Autres villes 98.7 0.0 0.0 1.3 100.0 381 0.5 Total mbain 98.5 0.0 0.9 0.6 100.0 831 0.5 Rural 32.2 17.2 30.5 20.1 100.0 4407 35.4 Ensemble 42.7 14.4 25.8 17.0 100.0 5237 30.4 Ouagadougou 84.2 11,6 4.2 0.0 100.0 450 0.6 Autres villes 90.5 7.8 0.4 1.3 100.0 381 0.6 Total urbain 87.1 9.9 2.4 0.6 100.0 831 0.6 Rural 44.5 11.2 31.0 13.3 100.0 4407 30.3 Ensemble 51.3 10.9 26.5 11.3 100.0 5237 9.2 Transpo~ ay compris les services qui sont "sur place." pour lesquels le temps est supposé égal à 0 187 12.3 FORMATIONS SANITAIRES L'objectif principal de l'enquêtc était de collecter des informations sur la disponibilité des formations sanitaires et sur le type de services offerts. Les données présentées ici portent sur les neuf catégories de formations sanitaires suivantes : h6pital public, h6pital et clinique privés, centre de santé maternelle et infantile (SMI), centre médical public, dispensaire public ou matemité, centre de santé et de promoIion sociale (CSPS), poste de santé primaire (PSP), cabinet de médecin privé ou dispensaire privé ou religieux, pharmacie et dép6t pharmaceutique. Cette liste a été établie afin de faciliter la collecte des donnres sur le terrain par l'utilisation des appellations habituellement emptoyées et connues des populations. Il convient toutefois de noter que les maternitrs existent également en tant que ,service dans des hôpitaux publics et les h6pitaux et clinique privés. 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires Au cours de I'EDSBF, pour chaque catégorie de formation sanitaire, on a demandé au groupe de personnes interrogdcs où se trouvait la formation la plus proche, la distance à parcourir pour s'y rendre, le moyen de transport le plus utilisé et le temps requis pour l'atteindre. Le Tableau ¤2.5 donne la répartition des femmes actuellement en union par distance å parcourir pour se rendre à chaque formation sanitaire spécifique la plus proche, et le Tableau 12.6 présente le même type de données selon le temps nécessaire pour atteindre cette formation. Il ressort du Tableau 12.5 qu'en milieu urbain, et plus particulièrement à Ouagadougou, la grande majorité de femmes vivent à moins de 15 kilomètres de chaque type de formation sanitaire (à l'exception des CSPS et des PSP que l 'on trouve plus frrquemment en milieu rural), la distance médiane variant de moins de 1 kilomètre pour les dispensaires et les SM•, les pharmacies et les cabinets de médecin privé, à un maximum de 8 kilomètres pour les h6pitaux et cliniques privrs. Cependant, dans le cas des hôpitaux et cliniques privés, un cinquième des femmes des autres villes en sont très éloignées (30 kilomètres et plus), la distance médiane étant de 50,1 kilomètres. Du point de vue du temps requis pour atteindre les différentes formations sanitaires (Tableau 12.6), pour les femmes de Ouagadougou, la médiane ne dépasse 20 minutes que dans le cas des h6pitaux publics (31 minutes). En milieu rural, hormis les PSP qui sont cependant de moins en moins opérationnels, les infrastructures sanitaires sont, comme on devait s'y attendre, difficilement accessibles, les distances médianes variant de 7 kilomètres pour les dispensalres à 50 kilomètres pour les h6pitaux, cliniques et les cabinets de médecin privê (Tableau 12.5). De même les temps de trajet pour les atteindre sont beaucoup plus longs (Tableau 12.6) : un quart des fcmmes rurales mettent plus d'une heure pour atteindre un h6pital. Le temps médian pour atteindre une clinique ou un médecin prive est, quant à lui, d'une heure et demi (90 minutes). Ainsi, pour les femmes du milieu rural, l'éloignement des infrastructures sanitaires, combiné å la rareté des moyens de transport en commun et à la difficultè des voies de communication constituent un ensemble de facteurs limitant leur accès aux services de sant6 maternelle et infantile et aux services de planning familial. 188 Tableau 12.5 Distance par rapport aux formations sanitaires R6parlition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires et distance médiane par formation sp6cifique selon le rralieu de r6sidence. EDS Burkina Faso 1993 Distance (en kilomètres) Effectif Distancq. Formation Milieu de de médiane ° sanitaire résidence 0 å 4 a 5 ì 14 15 à 29 30 et + ND Total femmes (en kms) H6pltal Ouagadougou 27,1 60,4 12,5 0,0 0,0 100,0 450 7,4 public Autres villes 54,8 21,4 1,3 21,5 1,1 100.0 381 4,5 Total urbain 39,8 42.5 7,4 9,9 0.5 100,0 831 6,0 Rural 0,9 3,3 8,7 79,9 7,1 100,0 4407 50,2 Ensemble 7,1 9,5 8,5 68,8 6,1 100,0 5237 50,1 Clinique prlvt~e SMI Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble 55,2 14,5 27,0 0,0 3,3 100,0 450 4,5 32,4 7,7 0,0 21,0 38,8 100,0 381 50,1 44,7 11,4 14,6 9,6 19,6 100,0 831 8,0 0,0 0,0 2,5 31,4 66,1 100,0 4407 50,5 7,1 1,8 4,4 28,0 58,7 100,0 5237 50.4 Ouagadougou 87,5 12,5 0,0 0,0 0,0 100,0 450 1,7 Auîaes villes 98,9 1.1 0,0 0,0 0,0 100,0 381 0,7 Total urbain 92,7 7,3 0,0 0,0 0,0 100,0 831 0,9 Rural 22,9 30,2 14,0 28,4 4,5 100,0 4407 13,2 Ensemble 34,0 26,5 11,8 23,9 3,8 100,0 5237 8,7 Centre Ouagadougou 54,4 34,9 0,0 0,0 10,7 100.0 450 4,3 m6dleal Autres villes 50,2 8,0 0,0 38,5 3,3 100,0 381 4,9 public Total urbain 52,5 22,5 0,0 17,6 7,3 100.0 831 4,5 Rural 11,1 10,7 23,0 49,3 5,9 100,0 4407 33.1 Ensemble 17,7 12,6 19,3 44,3 6,1 100,0 5237 30,2 Dispensaire Ouagadougou 88,0 9,5 0.0 0,0 2,5 100,0 450 0,9 public Autres villes 94,3 0,0 0,0 0,0 5,7 100,0 381 0,9 Total urbain 90,9 5,1 0,0 0,0 4,0 100,0 831 0,9 Rural 45,6 30,1 14,5 6,0 3,8 100,0 4407 7,1 Ensemble 52,8 26,1 12,2 5,1 3,8 I00,0 5237 3,9 CSPS Ouagadougou 28,2 18,9 5,3 0,0 47,6 100,0 450 15,6 Autres villes 46,2 0,0 30,8 15,1 8,0 100,0 381 25,1 Total urbain 36,4 10,2 17,0 6,9 29,4 100,0 831 25,0 Rural 28,8 31,9 21,9 12.8 4,6 100,0 4407 9,7 Ensemble 30,0 28,5 21,1 11,8 8,5 100,0 5237 10,1 Ouagadougou 5,0 14,8 5,3 0,0 74.9 100,0 450 50,3 Autres villes 7,5 12.7 3,8 0,0 76,0 100,0 381 50,3 Totni urbain 6.1 13,8 4,6 0,0 75.4 100.0 831 50,3 Rural 61,1 6,0 2,4 0.0 311,5 100,0 4407 0,8 Ensemble 52,3 7.2 2,8 0,0 37,6 100,0 5237 1,0 PSP M6decln/ Ouagadougou 86,1 7,6 0,0 0,0 6,4 100,0 450 0,8 Dispensaire Autres villes 59.7 1,1 0,0 6,7 32,5 100,0 381 2,3 priv~ Total urbain 74,0 4,6 0,0 3,0 18,4 100,0 831 0.9 Rural 1,1 2,0 8,4 25,2 63,2 100,0 4407 50.4 Ensemble 12,7 2,4 7,1 21,7 56,1 100,0 5237 50,3 Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Pharmacie 94,5 5,5 0,0 0,0 0,0 100,0 450 0,7 81,6 4,9 1,3 12,2 0,0 100,0 381 0,9 88,6 5,2 0,6 5,6 0,0 100,0 831 0,7 9,2 9.2 15,6 60,7 5,3 100,0 4407 37.4 21,8 8,6 13.2 51.9 4,4 100,0 5237 34,2 D6pot phar- Ouagadougou 58,5 25.9 0,0 0,0 15,6 100,0 450 2.6 maceutique Autres villes 44,8 0,0 17,3 3,2 34,7 100,0 381 25,2 Total urbain 52,2 14,0 7,9 1,5 24,3 100.0 831 4,4 Rural 26,9 25,1 17.7 16.8 13,4 100,0 4407 12,8 Ensemble 30,9 23,4 16,2 14,4 15,2 I/X).0 5237 10,9 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" bcaiculée en excluant les distances non-détermin6es 189 Tableau 12.6 Temps de trajet pour atteindre les formatmns sanitaires Réparfi6on (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre les formations sanitaires et temps médian par formation spécifique selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Temps (en minutes) Effectif Temps EOrlItation Milieu de de médian b sanitaire résidence 0 à 15 a 16 à 30 31 à 60 61 et + ND Total femmes (en nain) H6pital Ouagadougou 16,1 47,4 36,5 0,0 0,0 100,0 450 30,5 public Autres villes 30,8 29,8 23,8 14,6 1,1 100,0 381 30,5 Total urbain 22,8 39,3 30,7 6,7 0,5 100,0 831 30,5 Rural 3,0 1,4 63,9 24,7 7,1 100,0 4407 50,8 Ensemble 6,1 7,4 58,6 21,8 6,1 100,0 5237 50,7 Clinique Ouagadougou 41,7 21,7 8,7 24,5 3,3 100,0 450 21,0 privée Autres villes 22,6 21,4 14.5 2,7 38,8 1130,0 381 50,4 Total urbain 32,9 21,6 11,4 14,5 19,6 100,0 831 30,4 Rural 1,2 1,4 27,2 4,1 66,1 100,0 4407 91/,3 Ensemble 6,2 4,6 24,7 5,8 58,7 100.0 5237 90,2 SMI Centre m~llca[ public Dispensaire public CSPS PSP Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres villes Total urbain Rural Ensemble Ouagadougou Autres 'villes Total urbai: Rural Ensemble 57,7 23,7 18,7 0,0 0,0 100,0 450 10,8 81,8 15,3 1,5 1,3 0,0 100,0 381 0,7 68.7 19,8 10,8 0,6 0,0 100.0 831 0,9 22,2 7,6 35,3 30,4 4,5 100,Il 4407 511,9 29,6 9,5 31,4 25,7 3,8 100,0 5237 40,9 36,6 44,1 8,6 0,0 10,7 100,0 450 20,6 44,4 4,3 23,2 24,8 3,3 101),0 381 50,7 411,2 25,8 15,3 11,4 7,3 100,0 831 20,8 12,2 8,2 44,9 29,7 5,0 100,0 4407 50,9 16,7 11,0 40,2 26,8 5,4 100,0 5237 50,6 65,9 21,3 10,4 0,0 2,5 100,0 450 0,9 68,3 9,7 16,3 0,0 5,7 100,0 381 0,9 67,0 16,0 13,1 0,0 4,0 190,0 831 0,9 42,6 11.5 24,8 17,4 3,8 100,0 4407 30,4 46,5 12,2 22,9 14,6 3,8 100,0 5237 20,8 26,7 24,1 1,6 0,0 47,6 100,0 450 30,8 39,3 4,6 36,3 11,8 8,0 100.0 381 45,6 32,5 15.2 17,5 5,4 29,4 lO(/,O 831 45,3 27,4 10,5 37,1 20,5 4,6 100,0 4407 44,0 28,2 11,2 34,11 18,1 8,5 100,0 5237 45,0 14,8 8,6 1,6 0,0 74,9 100,0 450 90,3 8,1 5,8 10,1 1/,0 76,0 100,0 381 90,3 11,7 7,3 5,5 0,0 75,4 100,0 831 90,3 65,0 0,9 3,3 1,7 29,0 100,0 4407 0,8 56,6 1,9 3,7 1,5 36,4 100,0 5237 0,9 Médecin/ Ouagadougou 80,2 10,3 3,1 0,0 6,4 100,0 450 0,8 Dispensaire Autres villes 46,1 14.7 6,7 0,0 32,5 100,0 381 20,4 priv~ Total urbain 64,6 12,3 4,7 0,0 18,4 100,0 831 0,9 Rural 1,7 2,8 24,5 7,7 63,2 100,0 4407 90,3 Ensemble 11,7 4,3 21,4 6,4 56.1 100,0 5237 90,2 Ouagadougou 86,5 5,2 8,3 1/,0 0,0 1130,0 450 0,6 Autres villes 72,7 14,0 4,4 8,9 0,0 100,0 381 0,8 Total urbain 80,2 9,2 6,5 4,1 0,0 100,0 831 0,7 Rural 9,5 6,1 55,3 23,9 5,3 100,0 4407 50,7 Ensemble 20,7 6,6 47,5 20,8 4,4 100,0 5237 50,4 Pharmacie D6pot Ouagadougou 61.2 23,2 0,0 0,0 15.6 100,0 450 10,6 pharma- Autres villes 41,1 0,0 22,9 1,3 34,7 100,0 381 45,7 ceutlque Total urbain 52,0 12,6 10.5 0,6 24,3 100,0 831 15,5 Rural 23,4 11,1 29,8 22,3 13,4 100,0 4407 50,6 Fnsemble 27,9 11,4 26,7 18,9 15,2 100,0 5237 45,8 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place," pour lesquelles le temps est supposd égal à 0 bCaieulé en excluant les temps de trajet non déternún6s 190 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial On a demand6 au groupe de personnes interrogées si chacune des formations sanitaires offrait des services de planning familial. Le Tableau 12.7 pr6sente, pour chaque milieu de r6sidence, la répartition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de planning familial (Tableau 12.7). Quel que soit le milieu de r6sidence, les centres de SMI sont. pour la majorité des femmes en union (55 pour cent), les établissements les plus facilement accessibles pour obtenir des services de planning familial; cependant, ces SMI sont plus accessibles à Ouagadougou (89 pour cent) que dans les autres villes (77 pour cent), mais surtout qu'en milieu rural (49 pour cent). Pour 16 pour cent des femmes des autres villes, les h6pitaux publics sont. après les SMI. les services les plus proches. Les dispensaires publics offrent aussi des services de planning familial, mais principalement en milieu rural (18 pour cent). Tableau 12.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial Répætition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial par milieu de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Formation sanitaire Centre Dispen- Médecin/ Dépot Effectif Milieu de H6pital Clinique médical saire Dispensaire Phar- pharma- de résidence public privée SMI public public CSPS privé manie ceutique Total femmes Ouagadougou 0.0 2.2 88.9 0.0 0.0 3.3 2.1 3.6 0.0 100.0 450 Autres villes 16.4 0.0 77.4 0.0 5.0 0.0 0.0 0.0 1.2 100.0 381 Total urbain 7.5 1.2 83.6 0.0 2.3 1.8 1.l 1.9 0.5 100.0 831 Rural 3.8 0.0 49.0 10.0 18.0 9.5 0.0 1.0 8.3 100.0 4407 Ensemble 4.4 0.2 54.5 8.4 15.5 8.3 0.2 1.1 7.1 100.0 5237 191 Pour atteindre les formations sanitaires offrant des services de planning familial, la grande majorité des femmes du milieu urbain (92 pour cent) ont à parcourir une distance inférieure à 5 kilomètres (Tableau 12.8). Par contre, près de deux femmes du milieu rural sur cinq (37 pour cent) ont à parcourir une distance d'au moins 15 kilomètres pour accéder aux services de planning familial; la distance médiane y est de 11 kilomètres. Au niveau national, le temps n6cessaire pour se rendre auprès de ces services est supérieur 1 heure pour 23 pour cent des femmes et le temps médian est environ d'une demi heure (35 minutes). Mais il y a de grandes varialions selon le milieu de résidence " Ch milieu rural, le temps médian pour atteindre ces services, est de 45 minutes, alors qu'cn milieu urbain, près des trois quarts des femmes s'y rendent en moins de 15 minutes. Tableau 12.8 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapfx)rt aux formations sanitaires offrant des services de planning familial et distance médiane, et selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps médian, scion le milieu de résklcnce, EDS Burkina Faso 1993 DISTANCE Distance (en kilometrcs) Ifffcctif Distance Milieu de de médiane résidence 0 å 4 a 5 à 14 15 à 29 30 et + "1 otal b femmes (en kms) Ouagadougou 87,5 12,5 11,11 0,0 1/10,0 450 1,2 Autres villes 97,7 1,1 0,0 0,0 100,0 381 0,7 Total urbain 92,2 7,3 0,0 0,0 100,11 831 0,8 Rural 32,7 22,7 21t,3 16,4 100,0 4407 111,6 Total 42,1 211,2 17, I 13,8 100,0 5237 7,7 "I'EMI»S Temps (en minutes) Effectif Temps Milieu de de mddian résidence 0 å 15 a 16 à 30 31 à 60 61 et + Total femmes (en rein) Ouagadougou 61,2 20,1 l 8,7 0,0 100,0 450 1,0 Autres villes 85,2 12,0 t ,5 1.3 10f),0 381 0,7 Total urbain 72,2 16,4 1(1,8 0,6 10tl,0 831 0,8 Rural 32,0 7,8 33,3 26.9 100,0 4407 45,2 Total 38,4 9,2 29,7 22,7 1/t0,0 5237 35.7 ay compris les services qui sont "sur place" by compris les "non déterminès" 192 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile Afin de déterminer si les formations sanitaires offraient des services de santé maternelle et infantile, l'enqu8teur demandait aux personnes interrogées si chaque formation sanitaire spécifique assurait les soins prénatals, les accouchements, les soins post-natals, les consultations de nourrissons, les consultations nutritionnelles et les vaccinations. Le Tableau 12.9 présente à ce propos, pour chaque milieu de r6sidence, la r6partition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de santé maternelle et infantile. A Ouagadougou, les formations sanitaires les plus proches offrant des services de santé maternelle et infantile sont les SMI pour 52 pour cent des femmes et les cliniques privées pour 21 pour cent d'entre elles. Dans les autres villes, pour 63 pour cent des femmes en union, les SMI sont les plus accessibles, en termes de distance, pour les soins de la mère et de l'enfant, suivis par les hõpitaux publics (25 pour cent d'entre elles). En milieu rural, les centres de SMI (41 pour cent), les PSP (29 pour cent) et les dispensaires publics (27 pour cent) sont les trois formations sanitaires les plus proches pour obtenir des soins matemels et infantiles. Tableau 12.9 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche se trouvant darts un rayon de 30 kms et offrant des services de santé maternelle et infantile par milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Formation sanitaire Centre Dispen- Médecin/ Effectif Milieu de H6pital Clinique médical saire Dispensaire de résidence public privée SMI public public CSPS PSP privé Total femmes Ouagadougou 6,5 20,5 52,4 0,0 14,8 0,0 0,0 5,8 100,0 450 Autres villes 25,1 1,3 63,1 0,0 10,6 0,0 0,0 0,0 100,0 381 Total urbain 15,0 11,7 57,3 0,0 12,9 0,0 0,0 3,2 100,0 831 Rural 0,0 0,0 40,5 1,4 26,9 2,4 28,9 0,0 100,0 4314 Total 2,4 1.9 43,2 1.1 24,6 2,0 24,2 0,5 100.0 5145 En terme de distance et de temps de trajet pour accéder à ces formations sanitaires, il apparaît au Tableau 12.10 que la grande majorité des femmes urbaines vivent très près (moins de 5 kilomètres) des services de santé matemelle et infantile : 96 pour cent des femmes disposent de ce type de service sur place, c'est-à-dire dans leur localité ou dans leur quartier (distance médiane de moins de un kilomètre et temps de trajet médian de 1 minute). En milieu rural, 74 pour cent des femmes vivent aussi à moins de 5 kilomètres de ces services, mais ceci est dû principalement aux PSP qui sont implantds dans les villages, mais qui ne sont cependant plus opérationnels. En fait, 26 pour cent des femmes vivent à au moins 5 kilomètres de la formation sanitaire assurant les soins de santé de la mère et de l'enfant, la plus proche. 193 Tableau 12.10 Distance et temps de traiet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des fenmles actuellement en union selon la distance par rapport à la formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile et distance médiane, et selon le temps de trajet nécessaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps m&lian, selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 DISTANCE Distance (en kalomètres) Effectif Distance Mifieu de de médiane résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 et + Total femmes (en kms) Ouagadougou 94,0 6,0 0,0 0,0 100,0 450 0,8 Autres villes 98,9 1,1 0,0 0,0 100,0 381 0,6 Total urbain 96,2 3,8 0,0 0,0 100,0 831 0,7 Rural 73,9 16,0 8,0 2,1 100,0 4407 0,7 Total 77,4 14,1 6,7 1,S 100,0 5237 0,7 TEMPS Temps (en minutes) Effectif Temps Milieu de de médian résidence 0 à 15 a 16 à 30 31 à 60 61 et + Total b femmes (en nain) Ouagadougou 79,7 14,0 6,3 0,0 100,0 450 0,7 Autres villes 90,6 7,7 1,7 0,0 100,0 381 0,6 Total urbain 84,7 11,1 4,2 0,0 100,0 831 0,7 Rural 73,9 4,7 9,9 11,5 100,0 4407 0,7 Total 75,6 5,7 9,0 9,7 100,0 5237 0,7 ay compris les services qui sont "sur place" by compris les "non déterrninés" Au Tableau 12.11 figurent les distances pour atteindre les formations sanitaires les plus proches assurant les soins de santé maternelle et infantile, par rapport aux enfants de moins de 5 ans, selon que leur mère a bénéficié ou non de soins prénatals et d'une assistance ~i l'accouchement et selon qu'ils ont été vaccinés ou non. Pour la grande majorité des naissances des cinq demières années pour lesquelles la mère a reçu des soins prénatals et a 6t6 assistée par un professionnel de la santé pendant l'accouchement, les services de santé maternelle et infantile se situent à proximité du lieu de résidence : dans 96 pour cent des cas en milieu urbain et 85 pour cent des cas en milieu rural, ces services se situent à moins de 5 kilomètres du lieu de résidence. En ce qui concerne les naissances pour lesquelles la mère n'a reçu ni soins prénatals ni assistance à l'accouchement, on constate qu'en milieu rural, 32 pour cent des femmes ont une distance de plus de 5 kilomètres, et 5 pour cent de 30 kilomètres au moins, avant d'atteindre le service le plus proche. Ainsi, l'éloignement des établissements sanitaires pourrait expliquer, en partie, que peu de femmes du milieu rural bénéficient de soins prénatals et d'assistance à l'accouchement. 194 Tableau 12.11 Distance par rapport au service de sanl~ maternelle et infantile le plus proch G soins prénatals et couverture vaccinale Répaz6tion (en %) des naissances ayant eu lieu 1 å 59 mois avant l'enqu8te, de celles pour lesquelles les mères ont reçu ou non des soins prénatals (SP) pendam la grossesse et de celles pour lesquelles les mères ont bénéfici6 d'une assistance m6dicaie pendant l'accouchement (AA), et répartition (en %) des enfants de 1-4 ans ayant reçu toutes les vaccinations du PEV et de ceux n'en ayant reçu aucune, selon la distance par rapport à la formation sanitaire la plus proche dans un rayon de 30 kilomètres offrant des services de santé maternelle et infantile selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Distance (en kilom6tres) Pas de service Effectif Catégorie Milieu de dans les de d'enfants résidence 0 à 4 a 5 à 14 15 à 29 30 kilomètres Total femmes Ensemble Ouagadougou 92,3 7.7 0,0 0,0 100,0 379 des Autres villes 98,6 1,4 0,0 0,0 100,0 380 naissances Total urbain 95,4 4,6 0.0 0.0 100,0 760 Rural 74,5 16.0 7.3 2,2 100.0 5292 En semble 77.2 14.6 6.4 1.9 100,0 6052 Naissances Ouagadougou 92,4 7,6 0.0 0.0 100,0 362 avec SP Autres villes 98.7 1,3 0,0 0,0 100,0 351 et AA Total urbain 95,5 4.5 0.0 0.0 100.0 714 Rural 85.1 11,9 1,9 1,1 100,0 2710 Ensemble 87.3 10.3 1,5 0,9 100,0 3424 Naissances Ouagaaot~gou 96,2 3,8 (}.e 0,0 lOA),O 13 avec SP Autres villes 96.4 3.6 0,0 0,0 100,0 25 ou AA Total urbain 96,3 3,7 0,0 0.0 100,0 38 Rural 62,8 20.7 13,4 3,2 100,0 2265 Ensemble 63,3 20.4 13.1 3,1 100,0 2302 Naissances Ouagadougou 77.8 22.2 0,0 0.0 100,0 4 sans SP Autres villes 100.0 0,0 0,0 0,0 100,0 4 ni AA Total urbain 88,5 11.5 0,0 0,0 100.0 8 Rural 68,1 17.3 9,7 4,9 100,0 317 Ensemble 68.7 17.1 9.5 4.7 100,0 325 Enfants de Ouagadougou 92.9 7,1 0.0 0.0 100,0 171 1-4 ans Autres villes 97,8 2.2 0.0 0,0 100,0 141 avec tous Total urbain 95,1 4,9 0,0 0,0 100,0 312 vacclns Rural 80,2 13.5 3,7 2,6 100,0 1248 du PEV Ensemble 83,2 11.8 3,0 2,1 100,0 1560 Enfants de Ouagadougou 86.3 13,7 0.0 0.0 1CX).0 25 1-4 ans sans Autres villes 98.7 1,3 0.0 0.0 100.0 34 aucun vaccin Total urbain 93,4 6.6 0,0 0.0 100.0 59 du PEV Rural 66.3 22,9 8,1 2,8 100.0 1249 Ensemble 67.5 22.1 7.7 2,7 100.0 1308 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" En milieu urbain, la distance à parcourir pour atteindre un lieu de vaccination est plus importante quand les enfants ne sont pas du tout vaccinés : 66 pour cent sont à moins de 5 kilomètres contre 80 pour cent quand les enfants sont entièrement vaccinés. En milieu rural, les enfants non vaccinés résident légèrement plus loin des lieux de vaccination que ceux complètement immunises, sans que cette différence puisse expliquer la faible couverture vaccinale observée en milieu rural. De plus, en milieu rural, une grande partie des vaccinations sont faites sur le lieu même de résidence par des équipes mobiles. 195 12.4 PROBLEMES DE SANTE Pour essayer de mieux connaître les principaux problèmes de santé qui se posent à la population burkinabè, on a posé, lors de l'enquête communautaire, les deux questions suivantes : "Quels sont, par ordre d'importance, vos principaux problêmes pour vous soigner?" "Quels sont, par ordre d'importance, les principales maladies des enfants de moins de cinq ans au cours de l'armée?" A l'aide de ces deux questions, on peut dégager d'une part, ce qui semble être le problème le plus fréquent pour les femmes des communes, car le plus souvent cité, et d'autre part, ce qui semble être le problème le plus important, car cité en premier. Comme les autres résultats présentés dans ce chapitre, les informations sont analysées ici du point de vue des femmes en union appartenant aux grappes enquêtées. Les principaux problèmes que rencontre la population pour se soigner figurent aux Tableaux 12.12 et 12.13 ainsi qu'au Graphique 12.1. On a pu dégager deux grandes catégories de problèmes, ceux liés à la disponibilité des formations sanitaires et/ou des services et ceux liés au coût des soins. Au niveau national (Tableau 12.12), on constate que la majorité des femmes ont cité un problème en relation avec les services de santé : 40 pour cent disent qu'ils sont inexistants, 23 pour cent que le centre de santé n'offre pas le service demandé et 15 pour cent citent l'éloignement. Par ailleurs, les femmes ont aussi fréquemment évoqué des problèmes liés aux médicaments : 37 pour cent disent qu'ils ne sont disponibles et 37 pour cent qu'ils sont trop chers. Tableau 12.12 Principaux problèmes pour se soigner Répartition (en %) des femmes actuellement en union par problèmes spécifiques cités en première, deuxième, troisième et quatrième positions, et pourcentage de femmes ayan! cité, au moins une fois. chaque problème spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage ayant cité en : Pourcentage de femmes Problème 1 er 2 éme 3 drue 4 éme ayant cite Services Services inexistants 37,8 3,4 Services éloignés 5.5 26,1 Formation n'offre pas le service 12,4 12,9 Medicaments Médicaments non disponibles 22.0 22.2 M&licaments trop chers 19,5 30,4 Autres Consultations trop chères 0,2 1,8 Mauvais accueil 0,9 0,9 Autre 1,2 2,2 NSP 0,5 0,2 Total 100,0 100,0 Effectif 5237 5209 2,7 1,2 39,6 5,2 7,9 15,1 17,1 14,8 23,3 30.0 9,7 37.2 26.6 15,9 37.3 3.2 3.8 2,3 3,3 4.2 3,0 5,6 6.9 4.7 6,3 35.7 10.5 100,0 100,0 5198 4868 5237 196 Tableau 12.13 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence Répartition (en %) des femmes actuellement en union par problèmes spécifiques cités en première position, et pourcentage de femmes ayant cité au moins une fois, chacun des problèmes spécifiques, selon le milieu de résidence, EDS l]urkina Faso 1993 Pourcentage de femmes ayant cité en preïxdère position PoHrcoEntage de femmes ayant cité Ouaga- Autres Total Ouaga- Autres Total Problème dougou villes urbain Rural Total dougou villes urbain Rural Total Services Services inexistants 0,0 2,4 1.1 44,8 37,8 0,9 2,8 1,8 46,7 39,6 Services éloignés 14.8 0,0 8,0 5.0 5,5 20,5 3.1 12,5 15,6 15,1 Formation n'offre pas le service I1,1 23,3 16.7 11,6 12,4 24,9 33.7 28,9 22,2 23,3 Medleaments M&iJ.ear~znts non disponi.bles 35,6 Médicaments trop chers 36,4 12,6 25.1 21,5 22.0 42,5 21,2 32,7 38,1 37,2 59,0 46,8 14,3 19,5 52,3 69,3 60,1 33,0 37,3 Autres Consultations trop chères 0,0 2,7 1,3 0,9 0,9 7,7 7,0 7,4 2,1 3,0 Mauvais accueil 2,1 0,0 I,I 0,0 0,2 14,2 5,9 I0,4 0,8 2,3 Autre 0,0 0.0 0,0 1,4 1.2 0,3 2,4 1,2 5,4 4,7 NSP 0,0 0,0 0,0 0,6 0,5 6,9 21,1 13,4 9,9 10,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 450 381 831 4407 5237 450 381 831 4407 5237 Si l'on considère l'importance des problèmes, l'inexistence des services de santé constitue le problème majeur, cité en premier lieu par 38 pour cent des femmes, l'éloignement n'étant par contre cité en premier lieu que par 6 pour cent des femmes. Les problèmes de coût n'ont été cités, en première position, que dans 20 pour cent des cas, alors qu'ils représentent un des problèmes les plus fréquemment cités. On constate au Tableau 12.13 et au Graphique 12.1 que les problèmes que rencontre la population diffèrent grandement selon le milieu de résidence. A Ouagadougou, les problèmes les plus importants sont ceux liés au coût des médicaments (36 pour cent) et à leur non-disponibilité (36 pour cent). Dans les autres villes, où les formations sanitaires sont plus accessibles qu'en milieu rural, le problème le plus important est encore celui du coût des médicaments, qui se pose d'une façon plus cruciale que dans la capitale, puisqu'il représente 59 pour cent des réponses. Enfin, en milieu rural, le premier problème évoqué est celui de l'inexistence des services (45 pour cent des femmes) et à cause de cela, les problèmes liés aux médicaments semblent moins importants. Cependant, en milieu rural, le manque de disponibilité des traitements est un problème bien plus important que celui de leur prix (22 pour cent des cas contre 14 pour cent). Au niveau national, le problème le plus fréquemment évoqué est celui de la non-existence des services de santé (40 pour cent) et ceux liés aux médicaments (37 pour cent pour la disponibilit6 et le coût). 19"/ Graphique 12.1 Principaux problèmes pour se soigner Pourcentage 70 60 50 40 30 20 10 0 Ensemble O•ag'ad ougo ú Autres villes Rural Note: Selon le 1er problème eitè EDSBF1993 Comme cela a été souligné précédemment, pour les femmes du milieu rural, les formations sanitaires sont plus difficilement accessibles que pour les femmes du milieu urbain. Cependant, quel que soit le milieu de résidence, le manque de formations sanitaires et leur éloignement, lorsqu'elles existent, ne sont pas les seuls facteurs responsables de la faible utilisation des services de santé et de la mauvaise situation sanitaire de la population. Les charges financières auxquelles les femmes doivent faire face pour avoir accès aux services de santé (coût du transport, coût des médicaments, par exemple), la qualité de l'équipement et des prestations offertes sont également des facteurs importants à prendre en compte. Les Tableaux 12.14 et 12.15 ainsi que le Graphique 12.2 présentent les résultats concernant les principales maladies des enfants de moins de 5 ans selon la population enquêtée. Au niveau national (Tableau 12.14), le paludisme est la maladie la plus souvent citée (68 pour cent), suivi de la diarrhée (47 pour cent), des infections respiratoires aiguës (IRA) (37 pour cent), et loin derrière, les problèmes liés à la malnutrition (22 pour cent). Par ordre d'importance, le paludisme représente le problème de santé numéro un des femmes en union, puisqu'il a ~té cité en premier lieu par 59 pour cent d'entre elles, la diarrhée n'ayant ét~ citée en première position que par le quart des femmes (26 pour cent). Il est intéressant de souligner que les maladies combattues par le PEV (coqueluche, tétanos ou rougeole) ne semblent pas être des problèmes de santé majeurs aux yeux des femmes, ce qui pourrait être une explication de l'importante déperdition de la couverture vaccinale enregistrée au Burkina Faso (voir Chapitre 7-Santé de la mère et de l'enfant). Une meilleure éducation sanitaire de la population soulignant, entre autres, l'intérêt et l'importance des vaccinations améliorerait peut-être la couverture vaccinale, même si l'accès aux formations sanitaire est parfois difficile. 198 Tableau 12.14 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans Répartition (en %) des femmes actuellement en union par principales maladies spécifiques des enfants de moins de cinq ans citées en première, deuxième, troisième et quatrième positions, et pourcentage de femmes ayant cité, au moins une fois, chacune de ces maladies spécifiques, EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage ayant cité en : Pourcentage de femmes Problème 1 er 2 éme 3 eme 4 éme ayant cité Paludisme 58,5 16,9 10,6 3,0 68,4 Diarrhée 26,2 47.3 20,1 3,8 46,8 Toux, IRA 5,8 13,1 32,5 20,3 37,3 Malnutrition 4,l 5,5 9,4 14,3 22,1 Maladies des yeux 0,6 4,1 6,9 13,1 16,3 Fièvre 0,0 1,8 3,1 11,4 12,5 Maladies de la peau 0,0 1,5 2,6 10,4 11,4 Rougeole 1,5 1,1 6,2 4,8 8.0 Coqueluche 2,5 1,2 3.4 2,0 5,6 M~ningite 0,0 0,0 0,6 2,3 2,4 Tétanos 0,0 0,0 0,0 1,3 1,3 Ictère 0,0 0,0 l, 1 0,4 0,7 Tuberculose 0,0 0,0 0,0 0,6 0,6 Convulsion 0,0 0,0 0,0 0,5 0,5 Anémie 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 Varicelle 0,1 0,0 0,0 0.0 0,1 Autres 0,7 7,5 2,5 7,3 10,5 NSP 0,0 0,0 0,9 4,1 4,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 5237 5237 5237 5191 5237 Le Tableau 12.15 donne la répartition des principales maladies des enfants de 5 ans, selon le milieu de résidence. Quel que soit le milieu de résidence, le paludisme est le premier problème de santé cité, mais il est largement dominant en milieu urbain (83 pour cent) alors qu'en milieu rural, il n'a ~té cité en premier que par 54 pour cent des femmes. La diarrhée est le second important problème cité en premier lieu, et il est cite deux fois plus souvent à Ouagadougou (20 pour cent) que dans les autres villes (10 pour cent). La mauvaise évacuation des eaux de cette ville, déjà évoquée précédemment (voir Chapitre 7-Santé de la mère et de l'enfant) explique en partie l'importance de cette maladie dans la capitale. Cependant, les autres problèmes de santé présents aussi bien en milieu rural que dans les autres villes, n'ont pas du tout ~té évoqués à Ouagadougou, ce qui explique l'importance relative des 2 maladies 6voqu6es ci-dessus. En milieu rural, la diarrhée représente un problème de première importance pour plus du quart des femmes y résidant (28 pour cent). Par ailleurs, il n'y a qu'en milieu rural que des maladies comme les IRA (7 pour cent) ou la malnutrition (5 pour cent) sont cités en premier lieu de façon significative. Concernant å la fréquence des maladies des enfants de moins de 5 ans, le paludisme reste le plus cité, quel que soit le milieu de résidence : 87 pour cent en milieu urbain et 65 pour cent en milieu rural. Bien que non citées en première position, les infections respiratoires aiguës (41 pour cent) sont les plus fréquemment cité.es en milieu urbain après le paludisme et avant la diarrhée (37 pour cent). U en est de m~me des problèmes de santé liés à la malnutrition qui sont cités par 27 pour cent des femmes urbaines (alors qu'ils ne sont jamais évoqués comme étant les plus importants) et 21 pour cent des rurales. 199 Tableau 12.15 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence Répartition (en %) des femmes aetuenement en union par principales maladies spécifiques des enfants de moins de cinq mas eitées en première position et pourcentage de femmes ayant cité, au mois une fois, chacune des maladies spécifiques, selon le milieu de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage de femmes ayant cit6 en prerråère position Pourcentage de femmes ayant cit6 Ouaga- Autres Total Ouaga- Autres Total Problème dougou villes urbain Rural Total dougou villes urbain Rural Total paludisme 79,8 87,2 83.2 53,8 58.5 84,9 90,4 87,4 64,8 68.4 Diarrhée 20,2 9,6 15,3 28,3 26,2 40,1 32,6 36,7 48,8 46,8 Toux, IRA 0,O 0,0 O,O 6,9 5,8 44.8 37,0 41,2 36,6 37,3 Malnutrition 0.0 1,4 0.7 4,7 4.1 23,7 29,7 26,5 21,3 22.1 Maladie des yeux O,O 0,0 0,O 0,7 0,6 8,9 10.8 9.7 17,5 16,3 Fièvre 0,0 O.0 0,0 0,O 0,0 14,6 23,6 I8,7 11,3 12,5 Maladies de Ia peau 0,0 O.0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,5 1,2 13,2 11,4 Rougeole 0,0 0,0 0,0 1,7 1,5 28,9 1.6 16,4 6,5 8,0 Coqueluche 0,0 0,0 0.0 2.9 2,5 0,0 0,O 0,0 6,6 5.6 Aulres 0,0 I ,g 0,8 0,9 0,8 4,2 I3,4 8,3 17.7 16,4 NSP 0,0 0,0 0,0 0,0 0.0 0,0 8,4 3,9 4,4 4.3 Total 100,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 - - - Effecdf 450 381 831 4407 5237 450 381 831 4407 5237 Graphique 12.2 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans Pourcentage 100 80 60 40 20 O Ensemble Ouagadougou Autres villes Rural Note : Selon la tère maladie citée EDSBF 1993 200 BIBLIOGRAPHIE Amold, Fred et Ann K. Blanc. 1990. Fertility levels and trends. DHS Comparative Studies No. 2. Columbia, Maryland : Institute for Resource Development. Askew, lan, Placide Tapsoba, YoussoufOuédraogo, Claire Viadro, Didier Bakouan et Pascaline Segbo. 1993. Quality of care in family planning programmes : A rapid assessment in Burkina Faso. Health Policy and Planning 8(1): 19-32. B akouan, Didier, Pascaline Segbo, Ian Askew, Youssouf Ouédraogo, Placide Tapsoba et Claire Viadro. 1992. Analyse situationnelle du programme de planification familiale au Burkina Faso. Burkina Faso : Direction de la Santé de la Famille, Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille. Balépa, Martin, Médard Fotso et Bernard Barrère. 1992. Enquête Démographique et de Santé au Cameroun 1991. Columbia, Maryland : Direction National du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat [Cameroun] et Macro International Inc. Conseil de la Population. 1991. Politique de Population au Burkina Faso. Direction de la Santé de la Famille, Burkina Faso et Center for Population and Family Health, Columbia University. 1990. Rapport final du projet de recherche opérationnelle sur l'intégration des services SMI/PF/NUTdans la ville de Ouagadougou. Burkina Faso : Direction de la Santé de la Famille. Federal Office of Statistics (FOS) [Nigéria] et IRD/Macro International Inc. (IRD). 1992. Nigeria Demographic and Health Survey 1990. Columbia, Maryland : FOS et IRD. Görgen, Regina, Birga Maier et Hans Jochen Diesfeld. 1993. Problems related to schoolgirlpregnancies in Burkina Faso. Studies in Family Planning 24(5): 283-292. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). Direction de la Démographie. 1990. Recensement Général de la Population, Burkina Faso 1985. Analyse des résultats définitifs. Ouagadougou : INSD. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). Direction de la Démographie. 1991. Recensement Général de la Population, Burkina Faso 1985. Données Brutes, Volume I : Ensemble du pays. Ouagadougou : INSD. Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). Direction de la Démographie. 1993. Analyse des résultats de l'Enquête Démographique 1991. Ouagadougou : INSD. 1993a. Première partie : Etat de la population, habitat et mænage. 1993b. Deuxième partie : Les phénomènes démographiques. 1993c. Troisiéme partie : Santé maternelle et infantile et planification familiale. 1993d. Quatrième partie :Activité économique. 201 Kourguéni, Idrissa Alichina, B assirou Garba et Bernard Barrère. 1993. Enquête Dêmographique et de Santé au Niger 1992. Columbia, Maryland : Direction de la Statistique et des Comptes Nationaux [Niger] et Macro lntemational Inc. McGinn, T., P. Segbo, T. Fenn et A. Bamba. 1989. Family planning in Burkina Faso: Results ofa survey. Studies in Family Planning 20(6): 325-331. Ndiaye, Salif, Ibrahima Sarr et Mohamed Ayad. 1988. Enquête Dêmographique et de Santé au Sénégal 1986. Columbia, Maryland : Ministère de l'Economie et des Finances [Sén6gal] et lnstitute for Resource Development/Westinghouse. Rutenberg, Naomi, Ann K. Blanc et Saidi Kapiga. 1993. Sexual behaviour, social change, andfamily planning among men and women in Tanzania. IUSSP Seminar on "AIDS Impact and Prevention in the Developing World : The Contribution of Dcmography and Social Science". SuUivan, Jeremiah M., Georgc T. Bicego et Shea O. Rutstein. 1990. Assessment ofthe quality of data used for the direct estimation of infant and child mortality in the demographic and health surveys. In An Assessment ofthe DHS-I Data Qu',dity, l 13-137. DHS Methodological RepooEs No. 1. Columbia, Maryland : Institute for Resource Developmcnt/Macro Systcm Inc. Traoré, Baba, Mamadou Konaté, et Cynthia Stanton. 1989. Enquête D6mographique et de Santé au Mali 1987. Columbia, Maryland : Centre d'Etudes et de Recherches sur la Population pour le D6veloppement [Mali] et lnstitute for Resource Development/Westinghouse. Wollast, Elisabeth, Françoise Renard, Paul Vandenbussche et Pierre Buekens. 1993. Detecting maternal morbidity and mortality by traditional birth attendants in Burkina Faso. Health Policy and Planning; 8(2):161-168. 202 ANNEXE A PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU BURKINA FASO (EDSBF) Personnel National Permanent Directeurs Nationaux Théodore SAWADOGO Honore T. DJERMA Directeur Technique Désiré Loh6 KONATE Responsable Terrain François ILBOUDO Superviseurs Cartographie Gomwaoga KABORE Sylvain YEREMGAMGA Traitement des données Hubert OUEDRAOGO Kassim GUISSE Ewaya Alphonse YAMEOGO Responsable Cartographie Pagari OUOBA Superviseurs Terrain Tinga SINARE Saïdou OUEDRAOGO Albert SAWADOGO Gilbert GUIGMA Agents de Cartographie Ibrahim DIASSO Bemard KABORE Marcel KABORE Paul KONTOGMA Abdoulaye OUEDRAOGO Moumouni OUEDRAOGO Moussa OUEDRAOGO Youssouf OUEDRAOGO Paul TIENDREBEOGO Arouna TRAORE Abdoulaye SANA Bissilo YE Personnel National Temporaire Enqa~teurs, Enqu~triccs pré-test Salifou COMPAORE Alimata ILBOUDO Céline ILBOUDO Roselyne IRA Jérémie KOULIBALY Adeline KOUL1DIATY Berthe OUEDRAOGO Emiiienne OUEDRAOGO Noëlie OUEDRAOGO Antoinette ROUAMBA Marie ROUAMBA Marie SAWADOGO Hazarata SINARE Fatimata SORY Yvonne TALL Abiba TRAORE Alain TRAORE Maimouna YANOGO Alizéta YARO 205 Chefs d'équipe enquête principale Boro ADAMA Alboury BARRY Cyprien BOUDA Salifou COMPAORE Hado KABORE Kadcr KONE Jérémy KOULIBALY Théotime SOME Alain TRAORE Contrõleuses enquête principale Alimata ILBOUDO Brigitte LOMPO Alicc MILLOGO Catherine MILLOGO Berthc OUEDRAOGO Emiliennc OUEDRAOGO Marie SAWADOGO Bando TALL Blandine TANKOANO Enquêtrices enquête principale Rosync BAGHNYAN Allarba BARRY Célcstine BELEMKOAGBA Aissata DIALLO Fatimata DIALLO Adèlc DOAMBA Djénéba DOUSSA Sara KONE Adeline KOULIDIATY Josêphine NANDNABA Alice NAMOANO Elise NAMOANO Clotimie OUATTARA Adissa OUEDRAOGO Irénc OUEDRAOGO Juliannc OUEDRAOGO Noëlie OUEDRAOGO Rahamata OUEDRAOGO Antoinette ROUAMBA Ad~laide SANOU Alimata SAWADOGO Fatimata SAWADOGO Jeanne SAWADOGO Elisabcth SORGHO Fatimata SORY Sita TAMAN1 Adjara TAPSOBA Fatoumata TOU Alima TRAORE Caroline TRAORE Alizêta YARO Assita ZONOU Agents de saisie Hamadou DIALLO Adeline LOMPO Saada MAR1KO Fatoumata OUEDRAOGO Aurélic SANKARA Edith SANOU Edith TAPSOBA Pe~onnel Administratif - Secrétaire Blanche BOUDA - Comptables Oumarou AW Cêlestin ZINKONE - Agents de bureau Basile OUEDRAOGO Marie SAWADOGO - Chauffeurs Youssoufou BAYO Sayouba FOFANA Arthur GUIRE Augustin KABORE Harouna KABORE Moumouni KABORE Prospcr ILBOUDO Emmanuel NIKIEMA Harouna OUEDRAOGO 206 Consultants Nationaux Formation des enquêteurs Dr Didier BAKOUAN Dr Th6odore KANGOYE Mme Franceline ILBOUDO Dr J.Gabriel OUANGO Dr Andr6 OUEDRAOGO Traduction des questionnaires Mme Aminata BARRY Mme Bernadette COMPAORE Mme Aissata SANOU Consultants MACRO INTERNATIONAL INC. Terme de référence du contrat Dr Mohamed AYAD Coordonnatrice technique Michka SEROUSSI Sondage Thanh LE Traitement des données Marc SOULIE Trevor CROFr Formation principale Dr Koffi EKOUEVI Edition Kaye MITCHELL Aylene KOVENSKY Jonathan DAMMONS 207 ANNEXE B PLAN DE SONDAGE ANNEXE B PLAN DE SONDAGE B.1 OBJECT IFS L'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF) porte sur un échantillon de 6 354 femmes ~igées de 15 à 49 ans. On a considéré principalement trois domaines d'études pour I'EDSBF: Ouagadougou, le reste des centres urbains et le milieu rural, avec des taux de sondage différents. Par contre, un taux de sondage homogène a été appliqué à l'intérieur de chaque domaine afin que les sous-échantillons des domaines soient auto-pondérés. B.2 BASE DE SONDAGE L'Enquête Démographique, réalisée par I'INSD au Burkina Faso en 1991, a servi de base de sondage. L'échantillon arrolaire de cette enquête est constitué de 696 zones de dénombrement (ZD), tir6es avec des probabilités proportionnelles au nombre de ménages rccensés en 1985 dans chaque ZD. Comme l'Enquête Démographique a été destinée å fournir des résultats au niveau des 30 provinces qui existent dans le pays, et comme ces provinces étaient de tailles très inégales (les effectifs de province variaient de 1,3 à 6,7 pour cent de la population en 1985), la répartition des ZD dans les provinces était la suivante: 14 ZD rurales dans chacune des 30 provinces; 110 ZD urbaines à Ouagadougou; 70 ZD urbaines à Bobo-Dioulasso; 12 ZD urbaines dans la province de Yatenga où il existe deux villes; 6 ZD urbaines dans chacune des autres 14 centres urbains. A l'intérieur de chaque province, les ZD ont été classées selon leur taille avant le tirage. B.3 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON L'échantillon de I'EDSBF est bas~ sur un sondage aréolaire stratifié et tir~ å deux degrés. Au premier degré, 230 ZD ont été tir~es à partir de l'échantillon de l'Enquête Démographique. Pour que l'échantillon reste auto-pond~r~ à l'intérieur de chaque domaine d'étude, la répartition des 230 ZD aux provinces était telle que le nombre de ZD dans chaque province était proportionnel å la taille de la province. Le tirage des ZD était fait ensuite à l'intérieur de chaque province avec des probabilités égaies. Un dénombrement exhaustif des ménages dans chacune de ces ZD a foumi une liste de ménages à partir de laquelle on a tiré, au deuxième degré, un échantillon de ménages. B.4 PARAMETRES DE SONDAGE En utilisant les résultats du recensement de 1985, la population résidante de femmes a été estimée à 2 100 067 en janvier 1993, dont 6,86 pour cent à Ouagadougou et 6,82 pour cent dans les autres centres urbains. L'effectif cible de l'échantillon étant de 6 000 femmes, un échantillon proportionnel aurait accordé seulement 412 femmes à Ouagadougou et 409 femmes au reste du milieu urbain, ce qui aurait été trop faible pour des analyses approfondies au niveau de ces deux domaines. On a donc triplé le taux de sondage urbain par rapport au rural. 211 Le nombre de ménages à tirer dans chaque domaine a été calculé de la manière suivante: Nombre de ménages = Nombre de femmeslNombre de femmes par mlnage . On a aussi prévu un taux de déperdition de la part des ménages tirés ou des femmes identifiées dans ces ménages. L'expérience d'autres enquêtes EDS dans les pays africains permet de supposer un taux de réponse de 90 pour cent pour les ménages et de 90 pour ccnt pour les femmes. Le nombre de grappes à tire r dépend du nombre de femmes å enquêter dans chaque grappe. La grappe est l'unité de sondage arêolaire finale retenue pour l'enquête. Ainsi, dans le cadre de I'EDSBF, la grappe correspond généralement à la ZD. Les analyses menées après d'autres enquêtes analogues indiquent que le nombre optimal de femmes à enquêter par grappe est de l'ordre de 30 femmes dans le milieu rural et de 20 femmes dans le milieu urbain. En décidant un tirage de 30 ménages en moyenne dans chaque grappe rurale et de 20 ménages en moyenne dans chaque grappe urbaine (ce qui reviendrait å enquêter respectivement 34 et 19 femmes en moyenne, en tenant compte du nombre de femmes par ménage et du taux de réponse), on a abouti å un nombre total de 222 grappes, dont 51 à Ouagadougou, 51 dans les autres centres urbains et 120 dans le milieu rural. Le nombre de grappes å allouer à chaque province est proportionnel à l'eflizctif de la province. Cependant, au cours de l'op~ration de dênombrement des ménages des 51 grappes tir6es à Ouagadougou, on a trouvé que la population de la capitale avait ét~ quelquc peu sous-estimée au moment de l'élaboration du plan de sondage de I'EDSBF, particulièrement dans les zones périphériques de la ville. Le taux de croissance de la population dans ces zones périphériques était plus élcvé pour la pæriode 1985-1993 que celui calcul~ 'à partir des résultats d u recensement de 1985 pour la pêriode 1975-1985. Cette augmentation aurait dû Iigurer dans les résultats de l'Enquête Démographique de 1991 qui, malheureusement, n'étaient pas disponibles au moment de l'élaboration de l'échantillon de I'EDSBF. Dans les huit grappes tir~es pour les zones périphériqucs de Ouagadougou, le nombre de ménages dénombrês était le double de ce que l'on attendait, alors que dans le reste des grappes de la capitale, le nombre de ménages dénombrés restait dans les marges prévues. On a d6cidé ainsi de diviser cl~acunc de ces huit grappes pêriphériques en deux et d'inclure les deux parties dans 1'EDSBF. De cette façon, on a augmcnté le nombre de grappes à Ouagadougou de 51 à 59 grappes. Le Tableau B.1 donne le nombre de grappes tirêes dans chaque domaine, ainsi que le nombre de ménages et le nombre de l~mmes que l'on devrait obtenir: Tableau B.1 Répartition de l'échantillon d'aprhs le plan de sondage, EDS Burldna Faso 1993 Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de ménages ménages femmes femmes femmes grappes tirds I trOUVéS 2 par ménage 3 trouvées enquetdes 4 Ouagadougou 59 1180 11162 1,17 1243 1119 Aulre urbain 51 1020 918 1,17 1074 967 Rural 120 3600 3240 1,39 45(/4 4(154 Total 230 5800 5220 6821 6140 120 ménages dans chaque grappe urbaine et 30 ménages dans chaque grat:ge rurale. 2On suptx3se un taux de réponse des ménages ~gai à 90 pour cent. 3D'après les résultats du recensement de population de 1985. 40n suptxlse un taux de réponse des femmes ~gai à 90 pllur cent. 212 Le tirage des grappes était systématique à partir de l'échantillon des ZD de l'Enquête Démographique, indépendamment dans chaque milieu urbain et rural de chaque province, et avec des probabilités égaies. En désignant chaque milieu urbain et chaque milieu rural d'une province comme étant une strate, on a abouti à 60 strates et l'intervalle de tirage des ZD était calculé de la manière suivante pour chaque strate h: a h I h = __ ah ! où ah est le nombre de ZD qui existent dans la h ~« strate de l'échantillon de l'Enquête Démographique et a' h est le nombre de ZD que l 'on devait tirer dans la h ~ ' strate pour I'EDSBF. B.5 PROBABIL ITES DE SONDAGE Les probabilités de sondage ont été calcul~es séparément pour les différents degrés de sondage. On utilise les notations suivantes pour chaque h ~ ' strate: PI~ : probabilité de sondage de la i ~c ZD d'après l'échantillon de l'Enquête Démographique, P2~ : probabilité de sondage de la i ~ ' ZD pour I'EDSBF et P3~ : probabilité de sondage du ménage dans la i ~c ZD. P2h~ est égal ~ l'inverse de l'intervalle de tirage de la ZD : l ah a h Afin que l'échantillon soit auto-pondéré, le produit Plhi" P2h: P3hi doit être le même pour chaque ménage, c'est-à-dire que: Plh~ 'Pu 'P3~ -- f OU f P3~-- p1.p2 ~ où fest le taux de sondage du domaine. Le tirage des ménages a été fait de façon systématique avec des probabilités égaies et l'intervalle de tirage a été calculé de la manière suivante: 1 PI~ 'P~ 1~~ = P3~ f 213 B.6 ECHANTILLON HOMME L'enquête homme au Burkina Faso porte sur un tiers des ménages sélectionnés pour l'enquête principale. Le tirage des ménages pour l'enquête homme a été effectué au même moment que le tirage des ménages dans toutes les grappes, de façon systématique et avec une probabilité égale à un ménage sur trois. B.7 RESULTATS DES ENQUETES Les Tableaux B.2 et B.3 présentent les résultats détaillés des enquêtes ménage, femme et homme selon la région et le milieu de résidence. A la suite du classement des ménages selon les différents codes résultats, le taux de réponse pour l'enquête ménage est calculé de la manière suivante : (1) (1) + (2) + (3) + (4) + (5) + (8) De même, le taux de réponse des lemmes et celui des hommes sont calculés de la manière suivante : (a) (a) + (b) + (e) + (å) + (e) + 09 + (g) Le taux de réponse global des femmes est le produit du taux de réponse des enquêtes ménage et du taux de réponse des femmes. Le taux de rêponse global dos hommes est le produit du taux de réponse des ménage sélectionnés pour l'enquête hommes et du taux de réponse des hommes. 214 Tableau B,2 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et des femmes éiigibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquéte, taux de réponse des ménages et des femmes, et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Région de résidence Milieu de résidence Résultat Ouaga- Centre/ Ouaga- Autres Ensemble des intervi~ws do0gou Nord Est Ouest Sud dougou villes urbain Rural Total Ménages ~lectlonnés Rempli(l) 84,5 91,9 91,7 92,1 92,6 84,5 M~nage poEsent mais pas d'enqu&é disponible (2) 4,5 0,5 0,2 0,8 0,9 4,5 Ménage absent (3) 2.8 3.5 4,2 3,2 1.1 2,8 Entretien différé (4) 0.0 0.0 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 Refus de répondre (5) 0.5 0.5 0,2 0.5 0,4 0.5 0.9 Logement vide/Pas de logement (6) 7.7 2,9 2.4 2,5 4.6 7.7 5.5 Logement détmit (7) 0,0 0,6 0,2 0,5 0,0 0.0 0.1 Logement notl t tour6 18) 0,1 0,2 1.0 0,3 0,4 0,1 0.5 Total lôO,0 1ÔO,0 100.0 100,0 100.0 100,0 100,0 100.0 100.0 100.0 Effectif de m6nages 1483 876 879 1350 1118 1483 948 2431 3275 5706 90.3 86,8 ç2.6 90.1 1,2 3.2 0.5 1,6 1,5 2.3 3.3 2,9 0.0 0,0 0,0 0,7 O.3 O,5 6.8 2,4 4,3 0,0 0,4 0.2 0,2 0.4 0.4 Taux de r~ponse 91.5 95.2 94.2 95.0 97.0 91.5 95,6 93.2 95.3 94,4 Freines éliglbles Entîèrement rempli (a) 92.4 96,2 90,4 93,6 91.7 92.4 94.9 93.4 92.3 92.8 Pas å la maison (b) 4.0 2,0 5,3 3,3 4,7 4,0 2.7 3,4 4,2 3.9 Différé (e) 0,1 0,1 0,0 0,1 0.0 0.1 0.1 0,1 0.0 0.1 Refus de répondre (d) 1.4 0,5 1,7 0.7 1,2 1,4 1.0 1,2 1.0 1.1 Partiellement rempli (e) 0.5 0.0 0,2 0.2 0.3 0.5 0,2 0.4 0.2 0.3 Incapacité (t) 1.0 1,0 2,3 1,8 1.7 1,0 1.2 1.1 1.9 1.5 Autre (g) 0.6 0.2 0,1 0.2 0.4 0,6 0,0 0.3 0.3 0,3 Total I00,0 I00.0 I00,0 100,0 I00.0 I00.0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 Effectif de femmes 1731 1000 1055 1638 1424 1731 1203 2934 3914 6848 96.2 90,4 93,6 91,7 92.4 94.9 93,4 92,3 92,8 91.5 85,1 88.9 89,0 84,5 90.8 87.0 88.0 87.6 962 954 1533 13ô6 1599 1142 2741 3613 6354 Taux de r~ponse des femmes 92,4 Taux de r~ponse global des femmes 84,5 Effectif de femmes interrog6es 1599 215 Tableau B.3 Résultats des enqu&es auprès des ménages et des hommes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages sélectionnées pour L'enqu~:te homme et des hommes éligibles dans l'échantillon de I'EDS par résultat de l'enquéte, taux de réponse des ménages et des hommes, et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Région de résidence Milieu de résidence Résultat Ouaga- Cenlre/ Ouaga- Autres Ensemble des interviews dougou Nord Est Ouest Sud dougou vi l les urbain Rural Total Mt~nages s~lectionnés Rempli (1) 86,9 92,4 95,4 91,8 93,5 86,9 90,6 88,4 93,8 91,5 Ménage présent mais pas d'enquété disponible (2) 3,1 0,7 0,4 0,4 0,5 3,1 1,3 2,4 0,3 1,2 Ménage absent (3) 2,5 3.8 2,8 3,1 1,6 2,5 1,9 2,3 3,0 2,7 Entretien différé (4) 0,2 0,7 0,0 (I,7 0,0 0,2 1,0 0,5 0,2 0,3 Refus de répondre (5) 7,4 1,7 0,7 2,2 3,8 7,4 3,5 5,9 1,8 3,6 Logement vide/Pas de Ioge~nent (6) 0,0 0,3 0,7 0,9 0,0 0,0 0,3 0,1 0,6 0,4 Logement détruit (7) 0,0 0,3 0,0 0,9 0,5 0,0 1,3 0,5 0,3 0,4 Logement non trouvé (8) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Total 489 291 285 450 370 489 310 799 1086 1885 Effectif de m~nages 93,8 94,5 95,8 95,3 97,4 93,8 95,0 94,3 96,0 95,3 "Faux de réponse des ménag¢~ avec enqu6te homme 76.1 87.8 75.8 Hommes éligihles Entiérement rempli (a) 19.2 7.1 15.5 Pas à la maison (b) 0.6 0.0 0.0 Différé (c) 0.8 0.3 2,6 Refus de répondre (d) 0,0 0,6 0,9 Parl]ellement rempli (e) 2,0 3.5 3,5 Incapacité (f) 1,3 0,6 1,7 Autre (g) 100,0 100,0 100,0 Total 636 312 343 b/f[ecO f d~ h»m»es 89,0 86,6 76,1 83,2 78,7 85,9 82,7 6,3 6,2 19,2 8,5 15,3 8,4 11,5 0,2 0,7 0,6 0,8 0,7 0,1 0,4 0,8 2,5 0,8 2,5 1,4 1,3 1,3 0,2 0,0 0,0 0,8 0,3 0,2 0,3 2,8 2,8 2,0 3,3 2,5 3,0 2,8 0,8 1,2 1,3 0,8 1,1 1,1 1,1 100,0 I00,0 100,0 loe,O loe,O I00,0 loe,O 508 433 636 363 ~9 1233 2232 "Faux de répon~ des hommes 76,1 87,8 75,8 89,0 86,6 76.1 83,2 78,7 85.9 82,7 'Faux de r~ponse global des hommes 7L,3 83,0 72,6 84,8 84.3 71,3 79,1 74,2 82,4 78,8 Effectif d'hommes interrogés 484 274 260 452 375 484 302 786 1059 1845 216 ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE ANNEXE C ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes ~ deux types d'erreurs: erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables à la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des données telles que l'omission de ménages sélectionnés, la mauvaise interprétation des questions, soit de la part de l'enquêtrice, soit de la part de l'enquêtée, ou encore les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait ~té fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de I'EDSBF, il est difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent être évaluées statistiquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont ~tE obtenues à partir d'un échantillon de 6 354 femmes âgés de 15 à 49 ans et de 1 845 hommes ågés de 18 ans et plus. Si l'enquête avait été effectuée auprès d'autres enquêtés, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été quelque peu différentes de celles que l 'on a présentées. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime à partir de la variance des réponses dans l'échantillon même : l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 pour cent des échantillons de taille et de caractéristique identiques, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve à l'intérieur de l'intervalle de + 2 ET. Si l'échantillon avait été tir~ d'après un plan de sondage aléatoire simple, il aurait ét~ possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'échantillon de I'EDSBF est un échantillon stratifié à deux degrés. Par conséquent, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le logiciel CLUSTERS, développé par l'Intemational Statistical Institute pour l'Enquête Mondiale sur la Fécondité, a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. CLUSTERS traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, dans lequely représente la valeur du paramètre y pour l'échantillon total, et x représente le nombre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par : ET2(r) -- ~r(r) -- 1- f ~ , x". dans laquelle Zld = yh j - r .Xht et Z h -- Yh - r .xh où h mb Yhi xhi f représente la strate qui va de 1 à H, est le nombre total d'unités primaires de sondage (UPS) tir~es dans la h «'' strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h «'' strate, est la somme des nombres de cas dans I'UPS i dans la h «'~ strate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible que CLUSTERS n'en tient pas compte. 219 Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe : c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours à un sondage aldatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a ét~ choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la même taille : la valeur 1,0 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon aléatoire simple, alors qu'une valeur supérieure å 1,0 indique un accroissement de l'erreur de sondage dû à un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue stafislique. Le logiciel CLUSTERS calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estimation. Les erreurs de sondage pour I'EDSBF ont 6t6 calcul~es pour certaines des variables les plus int6ressantes. Les résultats sont pr6sentés dans cette annexe pour tout le pays, l'ensemble du milieu urbain, le milieu rural, la capitale Ouagadougou et les quatre grandes régions (Nord, Est, Ouest, Centre/Sud). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne ou proportion) et la population de base sont présentés dans le Tableau C.1. Les Tableaux C.2 à C.10 présentent la valeur de la statistique (M), l'erreur-type (ET), le nombre de cas non-pondér6s (N) et pondér6s (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance à 95 pour cent (M_+2ET) pour chaque variable. En général, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque certaines différences dans les erreurs relatives au niveau des sous-6chantillons : par exemple, pour la variable "Enfants nés vivants des femmes ~gées de 15 à 49 ans", l'erreur relative en tant que pourcentage de la moyenne estimée est, respectivement, de 1,4 pour cent, 2,8 pour cent et 4,1 pour cent pour l'ensemble des femmes du pays, pour le milieu urbain et pour Ouagadougou. Pour la même variable, I'EDSBF a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,495 pour l'ensemble des femmes, auquel correspond une ET de 0,047 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne + 2 ET est donc 3,401 et 3,589. La probabifit6 que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants des femmes âgées de 15 à 49 ans soit à l'intérieur de cet intervalle est de 95 pour cent. 220 Tableau C,1 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Burkina Faso 1993 Variable Estimation Population de base FEMMES Sans instruction Instruction post-primaire ou plus Jamais en union Actuellement mariée (en union) Actuellement en union polygame En union avant 20 ans Premiers rapports sexuels avant 18 arts Enfants nés vivants Enfants nés vivants Enfants survivants Corma/t une méthode Cormait la source pour une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stérilisation féminine Utilise la continence périodique Utilise une source publique Ne veut plus d'enfants Veut retarder d'au moins 2 ans Taille de famille idéale Naissances pour lesquelles la mère a requ une injection antitétanique Assistance médicale à l'accouchement Diarrhée dans les demières 24 heures Diarrhée dans les 2 dernières semaines A reçu traitement SRO A consulté un personnel médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTCoq (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vaccin~ contre toutes les maladies Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Moyenne Moyenne Moyerme Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportilm Pruportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportkm Proportkm Moyenne Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion ProporlJon Toutes les femmes Toutes les ferrmaes Toutes les femmes Toutes les fermnes Femmes actuellement en urUon Femmes 20 ans et plus Femmes 20 ans et plus Toutes les femmes Femmes 40-49 ans Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en umon Femmes actuellement en umon Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Toutes les femmes Naissances, 5 dernières années Naissances, 5 dernières années Enfants ågés 1-59 mois Enfants ågés 1-59 mois Enfants ågés 1-59 mois, avec diarrhée les 2 derniares semaines Enfants ågés 1 59 mois, avec diarrhée les 2 dernières semaines Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12 23 mois Enfants ãgés 12-23 mois Enfants ågés 12 23 mois Enfants åges 12-23 mois HOMMES Sans instruction Instruction post-primaire ou plus Jamais en union Actuellement (marié) en union Actuellement en union polygame Cormalt une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise actuellement une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la continence périodique Ne veut plus d'enfants Taille de famille idéale Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion Proportkm Proportion Proportion Proportion Proportion Proportion F'roportion Proportkm Tous les hommes Tous les hommes Tous les hommes Tous les hommes Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en unkm Hommes actuellemçm en union Hommes actuellement en umon Hommes actucllement en umon Hommes actuellement en union Hommes actuellement en union Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en umon Hommes actuellement en umon Tous Ics hommcs 221 Tableau C.2 Erreurs de sonda[~e: Echantillon national~ EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~ de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (Ml 0ïI') (N) (N') (REPS) (ET/Ml M 2ET M+2ET FI(MMES Sans instruction /I,829 C),009 6354 6354 1,907 0,011 0,810 0,847 Instruction post-prinmire ou plus 0,066 0,005 6354 6354 1,628 0,077 0,056 0,077 lainais en union 0,135 /1,01/6 6354 6354 1,435 0,046 0,122 0,147 Actuellement marioE (en union) 0,838 0,007 6354 6354 1,451 0,008 0,825 11,852 Actuellement en union polygame 0,511 0,012 5096 5326 1,686 0,023 0,487 0,535 En union avant 20 ans 0,867 0,007 4874 4981 1,430 0,008 0,853 0,881 Premiers rapports sexuels avan~ 18 ans 0,689 0,010 4874 4981 1,538 0,015 0,668 0,709 Enfants n6s vivants (toutes les femmes) 3,495 0,047 6354 6354 1,237 0,014 3,400 3,589 Enfants nés vivants (femmes 4049 ans) 7,425 0,103 874 932 1,139 0,014 7,218 7,632 Enfants survivants 2,689 0,035 6354 6354 1,193 0,013 2,619 2,760 Connaît une méthode 0,674 0,015 5096 5326 2,355 0,023 0,643 0,705 Connaît la source pour une méthode 0,303 0,013 5096 5326 2~062 0,044 0,277 0,330 A utilisé une méthode 0,229 0,01/) 5006 5326 1,662 0,043 0,210 0,249 Utilise aetuellen',ent une méthode 0,079 0,005 5096 5326 1,281 0,061 0,070 0,089 Utilise une méthode moderne 0,042 0,003 5096 5326 I,//64 0,071 0,036 0,048 Utilise la pilule 0,021 0,/t/12 5096 5326 0,967 0,092 0,017 0,025 Utilise le DIU 0,/107 0,001 5096 5326 0,986 0,161 0,005 0,010 Utilise le condom 0,008 0,001 5096 5326 0,849 0,132 0,006 0,010 Utilise la stéfilisalion féminine 0,002 0,000 5096 5326 NC 0,000 0,002 0,002 Utilise la continence périodique 0,035 0,0114 5096 5326 1,383 0,102 0,028 0,042 Utilise une source publique 1/,646 0,024 433 255 1,063 0,038 0,597 0,695 Ne veut plus d'enfants 0,188 0,008 5096 5326 1,475 0, /143 0,172 0,204 X/eut retarder d'au moins 2 ans 0,443 11,01~) 5096 5326 1,225 0,019 0,426 0,460 Taille de famille idéale 5,743 0,071 4968 4763 1,900 0,012 5,600 5,886 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,621 0,017 577/) 6302 2,266 0,027 0,588 0,655 Assistance médicale à l'accouchement 0,414 0,027 5770 63112 3,459 0,065 0,361 0,468 Diarrhée dans les derni~rcs 24 heuoes 0,085 0,005 51163 5483 1,266 0,056 0,075 0,094 Diarrhée dans les 2 derni~:res semaines 0,203 0,01/7 5063 5483 1,353 /I,036 0,188 0,218 A reçu traitement SRO 0,120 0,1113 1008 I 113 1,352 0,110 0,094 0,147 A consulté un personnel médical 0,144 0,017 11818 1113 1,572 0,118 0,110 0,178 Ayant une carte de santé 0,727 0.018 1022 111,~1 1,313 0,024 0,691 0,762 A ieçu vaccination BCG 0,854 0.0t5 1022 1104 1,428 0,018 0,824 0,885 A reçu vaoEination DTCoq (3 doses) 0.41)6 /I./12/) 1022 1104 1,34/I 0,049 0,366 0,446 A œeçu vaccination polio (3 doses) 0,410 0.020 11122 11/14 1,344 0,049 0,370 0,450 A reçu vaccination rougeole 0,597 0,018 1022 11/14 1,221 0,030 0,561 0,633 Vacniné contre toutes les maladies 0,347 0,019 1022 1104 1,30l 0,054 0,310 0,385 IIOMMIï8 Sans instruction /I,779 0,014 1845 1845 1,418 0,018 0,752 0,807 Instruction post-primaire ou plus 0,094 0,007 1845 1845 1,094 0,1179 0,079 0,109 Jamais en union 0,246 0,011 1845 1845 1,122 0,046 I),224 0,269 Actuellement (marié.) en union 0,729 (I,(/12 1845 1845 1,161 0,016 0,705 0,753 Actuellement en union polygame 0,349 0,016 1236 1346 1,212 0,047 0,316 0,382 Connaît une méthode 0,844 0,013 1236 1346 1,227 0,C)15 0,819 0,870 A utilisé une méthode 0,335 0,018 1236 1346 1,307 0,052 0,300 0,370 Utilise actuellement une méthode 0,121 0,011 1236 1346 1,162 0,089 0,100 0,143 Utilise une méthode moderne 0,07(1 0,008 1236 1346 1,070 0,111 0,054 0,085 Utilise la pilule 0,018 0,003 1236 1346 0,854 0,177 0,012 0,025 Utilise le DIU 0,009 (l,002 1236 1346 0,750 0,219 0,005 0,014 Utilise le condom 0,037 0,006 1236 1346 1,134 0,I64 0,025 0,049 Utilise la continence périodique 0,045 C),t)06 1236 1346 1,079 0,141 0,033 0,058 Ne veut plus d'enfants 0,120 0,010 1236 1346 1,/130 0,080 0,101 11,]39 Taille de famille idéale 6,968 0,I96 1392 1332 /,568 0,028 6,576 7,359 NC = Non calculable 222 Tableau C.3 Erreurs de sondage: Ouagadougou t EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondér~e rée grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (N3 (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,453 0,023 1599 777 1,831 0.050 0,408 0.499 Instruction post-primaire ou plus 0,315 0,023 1599 777 1,999 0,074 0,268 0,361 Jamais en union 0,250 0,016 1599 777 1,514 0,066 0,217 0,282 Actuellement mariée (en union) 0.693 0,017 1599 777 1,464 0,024 0,659 0,727 Actuellement en union polygame 0,264 0,019 1108 538 1,435 0,072 0,226 0,302 En union avant 20 ans 0,681 0.020 1158 563 1,493 0,030 0,640 0,722 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0.547 0,019 1158 563 1,282 0,034 0,510 0,585 Enfants nts vivants (toutes les femmes) 2,473 0,101 1599 777 1.463 0,041 2,271 2,676 Enfants n6s vivants (femmes 40-49 ans) 6.817 0,234 180 87 1,170 0.034 6,348 7,286 Enfants survivants 2,056 0,074 1599 777 1,299 0,036 1,908 2,203 Connaît une méthode 0.970 0,006 1108 538 1,170 0,006 0,958 0,982 Connalt la source pour une méthode 0,788 0,013 1108 538 1,039 0,016 0,762 0,813 A utilis~ une méthode 0.621 0,021 1108 538 1,456 O.034 0,578 0.663 Utilise actuellement une méthode 0.305 0,019 1108 538 1,366 0.062 0,267 0,343 Utilise une méthode moderne 0.198 0,014 1108 538 1,165 0.071 0,170 0,226 Utilise la pilule 0.082 0,007 1108 538 0,814 0,082 0,069 0,096 Utilise le DIU 0.049 0,008 1108 538 1,280 0.170 0,032 0,065 Utilise le condom 0,045 0.006 1108 538 1.017 0,141 0,032 0,058 Utilise la stéfilisation féminine 0,004 0.002 1108 538 0,991 0,495 0,000 0,007 Utilise la conlinence périodique 0,099 0.012 1108 538 1,345 0,122 0.075 0,123 Utilise une source publique 0.518 0,036 247 120 1,127 0,069 0,446 0,590 Ne veut plus d'enfants 0.274 0.017 1108 538 1,261 0.062 0,241 0,308 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,400 0,019 1108 538 1.283 0,047 0,362 0.438 Taille de famille idéale 4.123 0,078 1410 685 1,880 0.019 3,968 4,278 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,903 0.012 1028 499 1,195 0,013 0.879 0,927 Assistance médicale à l'accouchement 0,947 0,007 1028 499 0.984 0.008 0,933 0,962 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,083 0.008 932 453 0.847 0,094 0.067 0,098 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,194 0.008 932 453 0.645 0.043 0,177 0,211 A reçu traitement SRO 0.249 0,029 181 88 0,878 0.115 0,191 0,306 A consulté un personnel médical 0,276 0,032 181 88 0,943 0.115 0,213 0.340 Ayant une carte de santé 0.822 0,026 191 93 11.928 0.031 0,771 0.873 A reçu vaccination BCG 0,969 0.014 191 93 1.124 0,015 0,940 0,997 A ieçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,775 0.031 191 93 1.024 0,040 0.713 0,837 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,791 0.030 191 93 1,030 0,038 0,730 0,851 A reçu vaccination rougeole 0,796 0.032 191 93 1,110 0,041 0,731 0,861 Vaccin6 contre toutes les maladies 0.691 0.033 191 93 0,982 0,048 0.625 0,757 HOMMES Sans instruction 0,399 0,029 484 255 1.291 0,072 0,341 0,456 Instruction post-primaire ou plus 0,428 0,034 484 255 1,528 0,080 0,359 0,496 Jamais en union 0.479 0,021 484 255 0.914 0,043 0,438 0,521 Actuellement (marié) en union 0,481 0,020 484 255 0.892 0,042 0,441 0,522 Actuellement en union polygame 0,176 0.027 233 123 1,081 0.154 0,122 0,230 Connait une méthode 0,948 0.013 233 123 0.894 0,014 0,923 0,974 A utilis6 une méthode 0,691 0,037 233 123 1,221 0.054 0,617 0.765 Uatise actuellement une méthode 0.455 0.035 233 123 1.061 0,076 0.386 0,524 Utilise une méthode moderne 0,313 0,036 233 123 1,185 0,115 0,241 0,385 Utilise la pilule 0,107 0.024 233 123 1,178 0.223 0,059 0,155 Utilise le DIU 0.073 0.016 233 123 11.927 0,217 0,041 0,105 Utilise le condom 0.112 0,021 233 123 0.992 0,184 0,071 0,153 Utilise la continence ptfiodique 0,133 0.018 233 123 0,823 0.138 0,096 0,170 Ne veut plus d'enfants 0.283 0.O31 233 123 1.041 0,109 0.222 0.345 Taille de famille idéale 4.234 0,122 423 223 0,942 0,029 3,990 4,478 223 Tableau C.4 Erreurs de sondage: Autres villes T EDS Burkina Faso 1993 Population de base Efl)t Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (Ml (IZT) IN) IN') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 1/,564 0,032 1142 517 2,174 0,057 0,500 0,628 |nstruetion post-primnire ou plus 0,186 0,022 1142 517 1,87l) 0,116 0,143 11,229 Jamais en union 0,215 0,023 1142 517 1,866 0,106 0,169 0,260 Actuellement mariée (en union) 0,737 0,023 1142 517 1,756 0,031 0,692 0,783 Actuellement en union polygame 0,373 0,022 842 381 1,291 0,058 0,330 0,416 En union avant 20 ans 0,754 0,020 829 375 1,317 0,026 0,714 0,393 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,683 0,016 829 375 0,994 0,024 0,651 0,715 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 2.870 0,094 1142 517 1,078 0,033 2,681 3,058 Enfants nés vivants (femmes 40.49 ans) 7,313 0,206 134 61 0,922 0,028 6,901 7,726 Enfants survivants 2,394 0,0811 1142 517 1,090 0,033 2,234 2,554 Connait une methode 0,894 0,017 842 381 1,640 0,019 0,860 0,929 ConnMt la source pour une mdthode 1/,648 0,028 842 381 1.678 0,043 0,593 0,704 A utilisé une methode 0,416 0,031 842 381 1,841 0,075 0,353 0,478 Utilise actuellement une m6lhode 0,195 0,020 842 381 1,477 0,104 0,154 0,235 Utilise une métilade moderne 0,132 0,014 842 381 1,238 0,110 0,103 0,161 Utilise la pilule 0,082 1/,011 842 381 1,150 1/ ,133 0,060 0,104 Utilise le DIU 0,019 0,1106 842 381 1,181 0,292 0,008 0,030 Utilise le condom 0,012 0,004 842 381 0,942 0,296 0.005 0,019 Utilise la stérilisation féminine 0,011 0,004 842 381 1,1116 0,367 0,003 0,019 Utilise la continence périodique 0,058 0,011 842 381 1,306 0,181 0,037 0,079 Utilise une source publique //,758 0,031 132 60 1/ ,828 0,041 0,696 0,820 Ne veut plus d'enfants 0,213 0,024 842 381 1,733 0,115 0,164 0,261 Veut retarder d'au moins 2 ans 11,414 1/,025 842 381 1,450 0,059 0,365 0,464 T'aille de famille idéale 4,654 0.096 955 432 1,410 0,021 4,463 4,846 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,869 0,015 885 4111] 1,166 0,017 0,840 0,898 Assistance médicale å l'accouchement 0,878 0,019 885 400 1,539 0,022 0.839 0,917 Diarrhée dans les derniéres 24 heures 0,075 0.011 797 360 1.214 0,149 /I,1153 0.098 Diarrhée dans les 2 dernières semmnes 0,177 0,018 797 360 1.31/8 0,100 0,142 11,212 A reçu traitement SRO 0,199 0,044 141 64 1,307 0,219 0,111 0,286 A consulté un personnel médical (/,270 11.049 141 64 1,299 0.182 0,171 0,368 Ayant une carte de santé 1/.795 0,ti25 161 73 0,773 0,031 0,746 0,844 A reçu vaccination I~CG 0,944 0i,018 161 73 0,987 0,019 0,908 0,980 A reçu vaccinala~n DTCoq (3 doses) 11,652 0,036 t61 73 0,965 0,1156 0,579 0,725 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,652 0,036 161 73 0,965 0,056 0,579 0,725 A reçu vaccination rougeole 0,745 0,033 161 73 0.947 0,044 0,680 0,811 Vacciné contre toutes les maladies 0,596 0,037 161 73 11.963 1/ ,063 1/,521 0,671 IIOMMES Sans instruction 0,526 0,034 3112 145 1,177 0,064 0.459 0,594 Instruction post-primaire ou plus 0,248 0,029 302 145 1.147 0,115 0,191 0.305 Janmis en union 1/,417 0,033 302 145 1,151 0,078 0,352 0,483 Actuellement (marie) en union 1t,546 0.029 302 145 1,011 11,053 0,488 0,604 Actuellement en union polygame 1/,224 0,1127 165 79 11,814 0,118 0.171 0,277 Connaît une méthode 11,952 0,020 165 79 1,221/ 0,022 0.911 1/,992 A utilis~ une méthode 0,533 0,041 165 79 1,057 0,077 [I,451 11.616 Utilise actuellement une méthode 0,236 0,036 165 79 1,1196 1/ .154 0,164 11,309 Utilise une méthode moderne 0,170 0,025 165 79 0,843 0,146 0,120 0,219 Utilise la pilule 0,079 0,021 165 79 0,980 0,262 0,038 0,I20 Utilise le DIU (t.012 0,009 165 79 1,015 0,715 0,000 0,029 Utilise le condom 0,061 (I,1/18 165 79 0,948 0,292 0,025 0,096 Utilise la continence périodique 0,048 0,018 /65 79 1,072 1/.371 0,013 0,084 Ne veut plus d'enfants 11,267 (I,033 165 79 0,961 0,124 0,200 /I,333 Taille de famille idéale 4,971 1/,161] 241 i 15 0 .7•7 (),(132 4.651 5,290 224 Tableau C.5 Erreurs de sondage: Milieu urbain~ EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~ de Erreur de confiance Vaieur type pondérée rée grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (ET/Ml M-2ET M+2ET FEMMI~:S Sans instruction 0,498 0,018 2741 1293 1,932 0,037 0,461 0,534 Instruction post-primaire ou plus 0,263 0,017 2741 1293 2,1114 0.064 0,229 0,297 Jamais en union 0,236 0,013 2741 1293 1,618 0.056 0,209 0,262 Actuellement mariée (en union) 0,711 0,013 2741 1293 1,543 0.019 0,684 0,737 Actuellement en union polygame 0,309 0,015 1950 919 1,406 /),1148 0,279 0,338 En union avant 20 ans 0,710 0,014 1987 938 1,420 0,020 0,681 0,739 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,602 0,014 1987 938 1,237 0.1123 0,574 0,629 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 2,632 0,074 2741 1293 1,367 0.028 2,483 2,780 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,020 0,161 314 148 1,073 0.023 6,699 7,341 Enfants survivants 2,191 0,058 2741 1293 1,297 0.027 2,074 2,308 Connaåt une méthode 0,939 0,008 1950 919 1,438 0.008 0,923 0,954 Conna$t la source pour une méthode 0,730 0,1114 1950 919 1,351 /I./119 0,703 0,757 A ulilis6 une méthode 0,536 0,019 1950 919 1,687 0.036 0,498 11,574 Utifise actuellement une méthode 0,259 0,014 19511 919 1,4/16 0,054 0,231 0,287 Utilise une méthode moderne 0,170 0,010 1950 919 1,219 0,061 0,150 0,191 Utilise la pilule 0,082 11,0116 1950 919 0,962 0,073 0,070 0,094 Utilise le DIU 0,036 0,006 19511 919 1,300 11,152 0,025 11,047 Utilise le condom 0,031 0,004 1950 919 1,056 0,133 0,023 0,040 Utilise la stérilisation féminine 0,007 0,002 1951/ 919 1,080 0,3/11 0,003 0,010 Utilise la continence p6~odique 0,082 0,008 1951/ 919 1,317 0.100 0,066 0,099 Utilise une source publique 0,598 0.027 379 180 1,087 0,046 0,543 0,653 Ne veut plus d'enfants 0,249 0,014 1950 919 1,417 0,056 0,221 0,277 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,406 0,015 195(I 919 1,343 0,037 0,376 0,436 Taille de famille idéale 4,328 0,059 2365 1117 1,589 0.014 4,211 4,446 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,888 0,009 1913 90/) 1,145 0.010 0,870 0,906 Assistance médicale à l'accouchement 0,917 0,009 1913 900 1,264 0,010 0,899 0,934 Dian'hée dans les dentières 24 heures 0,079 0,007 1729 813 1,010 0,083 0,066 0,093 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,187 0,009 1729 813 0,979 0.050 0,168 0,205 A reçu traitement SRO 0,228 11,025 322 152 1,044 0.108 0,179 0,277 A consulté un personnel médical 0,273 0,028 322 152 1,098 0,101 0,218 0,329 Ayant une carte de santé 0,810 0,018 352 166 0,860 0,022 0,774 0,846 A reçu vaccination IICG 0,958 0,011 352 166 1,1137 0,012 0,936 0,980 A oeçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,721 0,023 352 166 0,974 0,032 0,674 0,768 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,730 0,023 352 166 0,972 0,032 0,683 0,776 A reçu vaccination rougeole 0,774 0,023 352 166 1,029 0.030 0,728 0,820 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,649 0,025 352 166 0,959 0.038 0,600 0,699 IIf)MMES Sans instruction 0,445 0,022 786 399 1,221 0,049 0,402 0,488 Instruction post-primaire ou plus 0,363 0,025 786 399 1,460 0,069 0,313 0,413 Jamais en union 0,457 0,018 786 399 0,997 0,039 0,421 0,492 Actuellement (marié) en union 0,505 0,016 786 399 0,925 0.033 11,472 0,538 Actuellement en union polygame /),195 0,020 398 202 0,982 0,100 0,156 0,234 Connalt une méthode 11,951/ 0,011 398 2(/2 1,024 0,012 0,927 0,972 A utilisé une m6thode 0,629 0,028 398 202 1,137 0,044 0,574 0,684 Utilise actuellement une m6thode 0,369 0,025 398 202 1,033 0~068 0,319 0,419 Utilise une méthode moderne 0,257 0,024 398 2112 1,082 11,092 0,210 0,304 Utilise la pilule 0,096 0,017 398 2112 1,119 0,172 0,063 0,129 Utilise le DIU 0,049 0,010 398 202 0,945 0,209 1k029 0,070 Utilise le condom 0,092 0,1114 398 202 0,989 0,156 0,063 0,120 Utilise la continence péricalique 0,100 0,013 398 2112 0.871 0,131 0.074 1/,126 Ne veut plus d'enfants 11,277 0,023 398 202 1,016 0,082 0,231 0,322 Taille de tamil[e idéale 4,486 0,096 664 338 11,864 0,021 4,294 4,678 225 Tableau C.6 Erreurs de sondage: Milieu rural t EI)S Ilurkina Faso 1993 Populati(m de base Effet Intervalle l'rreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type ponderéc rée grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (ETflvl) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,913 0,009 3613 5061 1,838 0,009 0,896 0,930 Instruction post primmre ou plus 0.016 0,004 3613 5061 1,751 0,228 0,009 0,023 Jamais en union 0,109 0,0/16 3613 5061 1,244 0,059 0,096 0,122 Actuellement mariée (en union) 11,871 0,[1[17 3613 5061 1,271 0,008 0,857 0,885 Actuellement en union polygame 0,553 0,013 3146 4406 1,516 0,024 0,526 0,580 l:n union avant 20 ans 0,903 0,[)07 2887 4044 1,340 0,008 0,889 0,918 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,709 0,012 2887 4044 1,440 0,017 0,685 0,733 Enfants nts vivants (toutes les femmes) 3,715 0,053 3613 5061 1,052 0,014 3,608 3,822 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7.5112 0,119 560 784 1,049 0,016 7,264 7,740 Enfants survivants 2,816 0,040 3613 5061 1,042 0,014 2.736 2.897 Connaît une méthode 0,619 0,018 3146 4406 2,136 0,030 0,582 0,656 Connæt la source pour une m6thodc 0,21,1 0,1114 3146 44t16 1,940 0,066 0,186 0,243 A utilisé une méthode 0,165 (I,010 3146 4406 1,566 0,063 0,145 0,186 Utilise actuellcment une mtthode 0.042 0,004 3146 44t16 1,215 0,104 0,033 0,050 Utilise une mtthodc moderne (l,(115 0,002 3146 4406 1,143 0,165 0,010 0,020 Utilise la pilule (I,008 0.0112 3146 4406 1,140 0,223 0,005 0,012 Utilise le DIU 0,00I 0,000 3146 4406 NC 0,IX)f) 0,001 0.001 Utilise le eondom 0,003 0,00il 3146 4406 NC 0,000 0,003 0,003 Utilise la stérilisation fEminine (l,002 0,0[111 3146 44/16 NC 0,IXX) 0,0ll2 0,002 Utilise la continence périodique 0,025 0,004 3146 4406 1,37/) 0,152 0,017 0,033 Utilise une source publique 0,759 0,045 54 76 0,764 [ ) ,059 0,670 0.849 Ne veut plus d'enfants 0,175 0,009 3146 44116 1,373 0,053 0,157 0,194 Veut retarder d'au moins 2 ans /I,451 [),[ll/) 3146 4406 1.104 0 , [ )22 0,431 0.470 'Faille de famille idtale 6,176 0,086 26(]3 3646 1,611 0>014 6,005 6.348 Nnissances pour lesquelles la mtre a reçu une injection antitttaniquc 0,577 [),[119 3857 54/12 2,018 0,034 0,538 0.616 Assistance m6dicale à l'accouchcmenl 0,331 1/,/131 3857 5402 3.248 0,094 0,269 0,393 Diarrhée dans les derni~res 24 heures [I,[186 0,[)05 3334 4670 1,131 0,063 0,075 0,097 Diarrhée dans les 2 dernières semaines 0,206 [).009 3334 4670 1.207 0,041 0,189 0,223 A reçu traitement SRO 0,103 1/,[115 686 961 1,260 0,143 0.074 0,133 A consulté un personnel médica] 0,124 0,f)19 686 96l 1.476 0,154 0,086 0,162 Ayant une carte de sant6 [),712 0,021 670 938 1.177 0,029 0,671 0,753 A reçu vaccination BCG 0,836 0.018 670 938 1,25() 0,021 0,800 I),872 A reçu vaccination I)TCoq (3 doses) 0,351 [),/123 671) 938 1,258 0,067 0,304 0,398 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,354 0.024 670 938 1,261 0,067 0,307 0,401 A reçu vaccination rougeole 0,566 0.021 67(} 938 1,097 0,037 0,523 0,608 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,294 0.022 67(1 938 1,228 0,074 0,250 0,338 IIOMMES Sans instruction 0,872 0,016 1059 1446 1,562 0.018 0,839 0,904 Instruction post-primaire ou plus 0,020 0,005 1059 1446 1,202 0.260 0.010 0,030 Jamais en union 0.188 11,013 1[159 1446 1,080 0.069 0,162 0,214 Actuellement (marié) en umon 0,791 0,014 1059 1446 1,t27 ( ) ,018 0,763 O,819 Actuellement en union polygame 0.376 0,019 838 1144 [,135 0,051 0.338 O,414 Connalt une mtthodc 0,826 (},(/I5 838 1144 1,126 0,018 0,796 0,855 A ufilisé une méthode 0.283 0,020 838 1144 1,290 0,071 0,243 0,323 Utilise actuellement une mélhode 0,078 0,012 838 1144 1,266 0,151 0,054 0,101 Utilise une méthode moderne (l,037 0,008 838 1144 1,218 11,215 0,021 0,053 Utilise la pilule 0,005 [),[)[)2 838 11,14 0,996 0.497 0,000 0,010 Utilise le DIU 0,002 0,/102 838 1144 0,992 0,701 0,000 0,006 Utilise le condom 0,027 0,007 838 1144 1,181 0,243 0,014 0,1141 Utilise la continence p6riodique 11,[136 [).11/17 838 [ [44 t,l 15 0,200 0,021 (),05l) Ne veut plus d'enfants 0,092 /).010 838 1144 1,1125 Il,1 I 1 0,071 0,112 Taille de famille idéale 7,812 11,254 728 994 1,414 0,032 7.304 8,320 NC - Non calculable 226 Tableau C.7 Erreurs de sondage: Nord r EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet lnterv',dle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondérée ré{ grappe relative Variable (M) (FT) (N) (N') (RI!PS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0,9111 0,024 962 1152 2,648 0,027 0,862 0,959 Instruction post-primaire ou plus 0,019 0,008 962 1152 1,891 0,439 0,002 0,036 Jamais en union 0,131 0,016 962 1152 1,457 0,121 0,099 0,163 Actuellement mariée (en union) 0,853 0,019 962 1152 1,674 0,022 0,815 0,891 Actuellement en union polygame 0,488 0,028 793 983 1,549 0.056 0,433 0,543 En union avant 20 ans 0,926 0,015 731 886 1,540 0,016 0,896 11,956 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,755 0,011 731 886 0,707 0,015 0,732 0,777 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3,518 0.103 962 1152 1,019 0,1129 3,313 3,723 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7,429 0,250 158 190 1,177 0,034 6,929 7,928 Enfants survivants 2,665 0,091 962 1152 1,175 0,034 2,483 2,848 Connaît une mèthode 0,746 I},033 793 983 2,111 0,044 0,681 0,812 Connaît la source pour une méthode 0,230 0,032 793 983 2,134 0,139 0.166 0,294 A utilisé une mèthode 0,161 0,017 793 983 1,266 0,103 0,128 0,194 Utilise actuellement une méthode 0,043 0,007 793 983 0,985 0,165 {},029 0,057 Utilise une méthode moderne 0,013 0,005 793 983 1,183 0,373 0.003 0,022 Utilise la pilule 0,011 0,0{}4 793 983 1,215 0,415 0,002 0,020 Utilise le DIU 0,0{}0 0,000 793 983 NC 0,000 0,000 0,00(} Utilise le condom 0,000 0,000 793 983 NC 0,000 0,000 0,000 Utilise la stérilisalion féminine 0,001 U,(Æ 793 983 NC 0,111~1 1/,001 0,001 Utilise la continence périodique 0.031 0,005 793 983 0,797 0,159 0,021 0,040 Utilise une source publique 0,727 1/,1171 27 15 0,814 0,098 0,584 0,869 Ne veut plus d'enfants 0,176 0,027 793 983 2,024 0,156 0,121 0,230 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,475 0,022 793 983 1,248 0,047 0.431 0,520 Taille de famille idéale 5,999 0,172 702 815 1,749 0,029 5,655 6,343 Naissances pour lesquelles la mère a requ une injection antitetanique 0,577 0,034 905 1137 1,783 0,059 0,509 0,645 Assistance médicale à l'actamchement 11,307 0,072 905 1137 3,811 0,233 0,164 0,450 Diarrhée dans les dernières 24 heures 0,081 0,009 784 98{) 0,953 0,113 0,063 0,100 Diarrhde dans les 2 demières semaines 0,237 0,013 784 98f) 0,874 0,056 0,211 I},264 A reçu traitement SRO 0,128 0,039 183 233 1,590 0,306 0,050 0,206 A consulté un personnel mèdic',d 0,168 0,055 183 233 1,912 0,33(} 0,057 0,279 Ayant une carte de santé 0,749 0,029 153 191 0,842 0,039 0,692 0,807 A reçu vaccination BCG 0,881 0,016 153 191 0,612 0,018 0,849 0,912 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,209 {),037 153 191 1,154 0,178 0,135 0,283 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,209 0,037 153 191 1,154 0,178 0,135 0,283 A reçu vaccination rougeole 0,560 0,056 153 191 1,428 1/,100 0,447 0,672 Vacciné contre toutes les maladies 0,160 0,025 153 lql 0,863 0,156 0,110 0,210 IIOMMIïS Sans instruction 0,858 0,043 274 327 2,041 0,050 0,772 0,944 Instruction post-primmre ou plus 0,029 0,011 274 327 1,1153 0,368 0,008 0,050 Jamais en union 0,205 0,039 274 327 1,580 I),189 0.127 0,282 Actuellement (marié) en union 0,759 0,043 274 327 1,651 0.056 0,673 0,844 Actuellement en union polygame 0,373 0.042 21111 248 1,220 0,112 0,289 0,457 Connaît une méthode 0,844 0,027 2{111 248 1,064 0,032 0,789 0,899 A utilisé une méthode 0,373 0,061 200 248 1,787 0,164 0,251 0,496 Utilise actuellement une méthode 0,087 {),032 2{111 248 1,585 0,365 0.023 0,150 Utilise une méthode moderne 0,046 0,023 200 248 1,543 0,497 0,000 0,092 Utilise la pilule 0,011 0,006 20(1 248 0.803 0,533 0,000 0,023 Utilise le DIU 0,000 0.000 200 248 NC 0.000 0,000 0,000 Utilise le condom 0,035 0,019 2{11) 248 1,425 0,531 0.000 0,072 Utilise la continence périodique 0,035 0,020 2(111 248 1,565 0,583 0,000 0,076 Ne veut plus d'enfants 0,118 0,025 2{111 248 1,0911 0,211 0,068 0,168 Taille de famille idéale 7,452 0,547 180 210 1.638 0,073 6,357 8,546 NC = Non calculabLe 227 Tableau C.8 Erreurs de sondage: Est t EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle livreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondéroE rée grappe relative Variable (Ml (ET) (N) (N') (REPS) (['T/M) M 2ET M+2ET FEMMIiS Sans instruction 0,929 0,014 954 1213 1,646 0,015 11,9111 0,956 Instruction post primaire ou plus 0,014 0,007 954 1213 1,896 0,506 0,000 0,029 Jamais en union 0,079 0,011 954 1213 1,259 0,139 0,057 0,101 Actuellement mariée (en umon) 1/,903 0,1/15 954 1213 1,522 0,016 0,874 0,932 Actuellement en union polygame 0,568 0,020 851 1095 1,163 0,035 0,528 0,6117 En union avant 20 ans 0,901 0,011 772 985 0,984 1/,1112 0,880 0,922 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0.717 11,021 772 985 1,3111 0,029 0,675 0,759 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3,803 0,098 954 1213 1,016 0,026 3,6117 4,000 Enfants n6s vivants (femmes 40-49 ans) 7,690 II,225 123 154 0,971 0,029 7,240 8,140 Enfants survivants 2,835 0,1185 954 1213 1.192 0,030 2,664 3,0,96 Connait une méthode 0,471 0,033 851 1095 1,949 0,071 0,404 0,538 Connaît la source pour une méthode /),137 0,025 851 11195 2,143 0,185 0,086 0,188 A utilisé une méthtale 0.087 0./113 851 1095 1.377 0.153 0.060 0.114 Utilise actuellement une méthode t).t116 0.003 851 11195 11.742 0.202 0,009 0.1122 Utilise une méthode m{xlerne 0.011 0.002 851 1095 0.691 0.225 0.006 0.016 Utilise la pilule /),//05 0.002 851 1095 0.856 0,431 11.0111 0.009 Utilise le DIU 0,000 0.000 851 1(195 NC 0.000 0.000 0.000 Utilise le condom 0,003 0,002 85I 10115 /),971/ 0,571 0,000 11,007 Utifise la stérilisation féminine 0,003 0,002 85t 11;95 1,005 0,681 I1,1111/I 0,006 Utilise [a continence périodique 0,004 0,002 85I 11515 0,855 0,449 0,000 0,008 Utilise une source publique 0372 0,1185 17 16 0,814 0,111 0,601 0,943 Ne veut plus d'enfants 0,149 0,015 851 11515 1,213 0,100 0,119 0,178 Vent retarder d'au moins 2 ans 0.502 0,017 851 11~15 0,979 0.033 0,469 0.536 Taille de famille idéale 6,559 0.201/ 6110 754 1.722 11.//311 6,159 6.959 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,508 0.041 11172 1377 2.190 0.080 0.427 0.590 Assistance m6dicale à l'accouchement 0,262 0.047 1072 1377 2.832 11,179 0.168 0.356 Diarrhée dans les dernitres 24 heures 0,097 0,013 936 1200 1,383 0,137 0,0711 0,123 Diarrhée dans les 2 demièms semaines 0,202 0,013 936 120/) 0,976 11,1164 0,176 0,228 A reçu traitement SRO 0,081 0,022 183 242 1,136 0,279 /I,/136 0,126 A consulté un personnel médical /I,138 0,024 183 242 1/ ,972 0,177 0,/189 0,187 Ayant une carte de santé /I,719 0,042 168 214 1,226 0,059 0,634 0,804 A reçu vaccination IICG /),815 0,04// 168 214 1,338 0,049 0,735 0,895 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0,378 0,044 I68 214 I,I86 0,I 17 0,289 0,466 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,378 0,044 168 214 1,186 0,117 0,289 /I,466 A reçu vaccination rougeole 0,522 0,/138 168 214 /),976 0,072 0,446 I),597 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,339 0,035 168 214 I) ,97/) 0,104 11,268 0,410 liOMM[iS Sans instruction 0,898 0,020 260 324 1,038 0,022 0,859 0,937 Instruction posFpnmalre ou plus //,1/37 0,016 2611 324 1,361 0,432 0,01/5 0,069 Jamais en union /),149 0,021 260 324 0,932 0,138 0,108 0,191 Actuellement (nmrid) Ch union 0.827 (I.1124 2611 324 /,032 0.029 0,778 0.875 Actuellement en union polygame 0.388 0.020 213 268 0.591 1/.051 0,348 1t.427 Connaît une méthode 1/,828 0.027 213 268 1,043 0.033 0,774 0.882 A utilisd une méth(xle 0.208 //.//28 213 268 0,995 /I.133 0.153 11.264 Utilise actuellement une méthode /)./167 0.017 213 268 1.014 0.260 11.032 0.102 Utilise une méthode moderne 0,029 0,008 213 268 0,716 0,283 0,013 0,046 Utilise la pilule 0,009 0,005 213 268 0,850 //,624 0,000 0,019 Utilise le DIU 0,000 0,000 213 268 NC 0,000 0,000 0,000 Utilise le condom 0,021 0,007 213 268 0,736 0,348 0,006 /I,II35 Utdise la continence périodique 0,022 0,01 l 213 268 1,057 0,482 0,001 0,044 Ne veut plus d'enfants 0,121 0,024 213 268 1,075 0,199 0,073 0,169 Taille de famille idéale 7.8[7 11,4311 161 198 I.I36 0.055 6,957 8.677 NC - Non ~lculable 228 Tableau C.9 Erreurs de sondage: Ouest, EDS Burkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pondé- de Erreur de confiance Valeur type pondérée rée grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Sans instruction 0.805 0.021 1533 1549 2.053 0.026 0.763 0.846 Instruction post-primaire ou plus 0.061 0.010 1533 1549 1.597 0.1611 0.042 0.081 Jamais en union 0.121 11.1114 1533 1549 1.647 0.113 0.094 11.149 Actuellement mariee (en union) 0.842 0.013 1533 1549 1.382 0.015 I).816 0.868 Actuellement en union polygame 0.447 0.019 1249 1304 1.316 0.041 0.410 0.484 En union avant 20 ans 0.833 0.018 1179 1221 1.626 0.021 0.797 0.868 Premiers rapports sexuels avant I8 ans 0.682 0.027 1179 1221 1.990 0.040 0.628 0.736 Enfants nés vivants (toutes les femmes) 3.472 0.075 1533 1549 I ) .959 0.022 3.322 3.623 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7.298 0.270 209 233 1.211 0.037 6.757 7.838 Enfants survivants 2.720 0.061 1533 1549 0.988 0.022 2.598 2.842 Connaît une méthode 0.656 0.034 1249 1304 2.502 0.051 0.588 0.723 Connaît la source pour une méthode 0.301 0.020 1249 1304 1.560 0.067 0.261 0.342 A utilisé une méthode 0.165 0.017 1249 1304 1.597 0.102 0.131 0.198 Utilise actuellement une méthode 0.071 0.009 1249 1304 1.219 0.125 0.053 0.088 Utilise une méthode moderne 0.039 0.007 1249 13114 1.214 0.170 0.026 0.052 Utilise la pilule 0.025 0.005 1249 1304 1.204 0.212 0.015 0.036 Utilise le DIU 0.005 0.002 1249 1304 0.944 0.368 0.001 0.009 Utilise le condom 0.003 0.001 1249 1304 0.928 0.464 0.000 0.006 Utilise la stérilisalion féminine 0.002 0.001 1249 1304 0.969 0.552 0.000 0.005 Utilise la continence périodique 0.030 0.006 1249 1304 1.149 0.184 0.019 0.041 Utilise une source publique 0.788 0.039 95 58 0.936 0.050 0.709 0.867 Ne veut plus d'enfants 0.176 0.011 1249 1304 1.035 0.064 0.153 0.198 Veut retarder d'au moins 2 ans 0.375 0.015 1249 1304 1.110 0.041 0.344 0.405 Taille de fa.mille idéale 5.637 0.125 1157 1121 1.531 0.022 5.387 5.887 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0.646 0.036 1458 1586 2.367 0.055 0.574 0.717 Assistance médicale à l'accouchement 0.565 0.058 1458 1586 3.586 0.102 0.450 0.681 Diarrhée dans les dentières 24 heures 0.081 0.011 1264 1365 1.459 0.131 0.060 0.102 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0.202 0.021 1264 1365 1.915 0.105 0.160 0.245 A regu traitement SRO 0.116 0.026 254 276 1.355 0.225 0.064 0.168 A consulté un personnel médical 0.099 0.026 254 276 1.439 0.265 0.046 0.151 Ayant une carte de santé 0.686 I).046 264 289 1.662 0.066 0.595 0.777 A reçu vaccination BCG 0.829 0.039 264 289 1.773 0.048 0.750 0.908 A reçu vaccination DTCoq (3 doses) 0.444 0.034 264 289 1.149 0.076 0.377 0.512 A oeçu vaccination polio (3 doses) 0.454 0.034 264 289 1.157 0.075 0.386 0.522 A reçu vaccination rougeole 0.536 11.037 264 289 1.253 0.069 0.462 0.610 Vacciné contre toutes les maladies 0.375 I).036 264 289 1.260 0.096 0.303 0.448 IIOMMES Sans insîxuetion 0.779 0.031 452 480 1.585 0.040 0.717 0.841 Instruction post-primaire ou plus 0.055 I).1109 452 480 0.797 0.155 0.038 0.072 Jamais en union 0.218 0.021 452 480 1.074 0.096 0.176 0.259 Actuellement (marié) en union 0.759 0.022 452 480 1.074 0.029 0.715 0.802 Actuellement en union polygame 0.245 11./126 323 364 1.075 11.105 0.194 0.297 Connaît une méthode 0.776 0.030 323 364 1.301 0.039 0.715 0.836 A utilisé une méthode 0.323 0.038 323 364 1.472 0.119 0.247 0.400 Utilise actuellement une méthode 0.110 0.022 323 364 1.250 0.198 11.067 0.154 Utilise une méthode moderne 0.060 0.015 323 364 1.172 0.259 0.029 0.091 Utilise la pilule O.O17 0.007 323 364 0.950 0.406 0.003 0.030 Utilise le DIU 0.010 0.005 323 364 0.977 0.538 0.000 0.021 Utilise le condom 0.025 0.012 323 364 1.432 0.497 0.0(X/ 0.050 Utilise la continence périodique 0.047 0.010 323 364 0.860 0.217 0.026 0.067 Ne veut plus d'enfants 0.143 0.019 323 364 0.996 0.136 0.104 0.182 Taille de famille idéale 6.895 0.417 361 379 1.758 0.060 6.062 7.728 229 Tableau C.IO Erreurs de sondage: Centre/Sud, EDS lhtrkina Faso 1993 Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond~- de Erreur de confiance Valeur type pondéroE rée grappe relative Variable (Ml (Il'Il (N) (N') (REPS) (ET/Ml M 2ET M+2ET FIiMME8 Sans instruction 11,896 0,015 1305 1663 1,746 0,016 0,867 0,926 Instruction post-pnmairc ou plus 1L026 0,007 1306 1663 1,670 0,284 0,011 0,040 Jamais en union 0,136 0,•)11 13(g~ 1663 1,108 [),1177 0,115 0,157 Actuellement mariée (en union) /I,845 0,¢)1 I 131/6 1663 1,121 0,013 0,823 0,868 Actuellement en union polygame 11.636 0,026 1095 1406 1,798 0,041 0,584 0,689 En union avant 20 ans 11,913 0,012 11/34 1326 1.363 0,013 0,889 0,937 Premiers rapports sexuels avant 18 ans 0,6911 0,021 1034 1326 1,460 0,030 11,648 0,732 Enfants nés vivants (toutes les lemmes) 3,751 0,114 13(kq 1663 1,358 0,030 3,524 3,979 Enfants nés vivants (femmes 40-49 ans) 7.5811 Ii,136 204 268 0,890 0,018 7,3118 7,853 Enfants survivants 2,866 0,li71 1306 1663 1,090 0,025 2,725 3,008 Connah une méthode 0,686 0,031 1095 1406 2,221 1),1145 0,623 0,748 Connah la source pour une mé.thode 0,3(1(I 11,031 11195 1406 2,203 0,11/2 0,239 0,361 A utilisé une méthexlc 1/,298 0,025 1095 1406 1,810 (1,084 0,247 0,348 Utilise actuellement une mCthodc (I,075 0,012 1095 1406 1,554 0,165 11,051 11,100 Utilise une métliode m{xlcrnc (1,029 (1,005 11195 1406 1,[)59 0,185 0,018 0,040 Utilise la pilule 0,014 0,003 1095 1406 0,837 0,216 0,008 0,019 Utilise le DIU (1,0(14 0,IN)2 1095 1406 1,203 0,602 0,000 0,008 Utilise le condom 11,007 (I,0112 1095 1406 0,815 11,288 1/,01/3 0,011 Utilise la stérilisalion fémininc 0,1/03 0,002 1095 1406 I),928 0,515 0,000 0,006 Utilise la continence p6riodique 0,042 0,011 1095 14116 1,847 0,267 0,019 0,064 Utilise une source publique 1/,727 0,049 47 46 11,746 0,067 0,629 0,825 Ne veut plus d'enfants 1/,206 0dl17 11195 1406 1,399 0,083 0,172 0,241 Veut retarder d'au moins 2 ans /1,454 IL021 1095 1406 1,364 1),045 0,413 0,495 Taille de famille idéalc 6,1t35 0,148 11199 1388 1,921 0.1124 5,7411 6,330 Naissances pour lesquelles la m~re a reçu une injection :mtit6tantilUe 11,638 0,033 13/17 1703 2,17[) 0,052 11,571 0,704 Assistance médicale à l'accouchement 1t,312 11,049 1307 1703 3,122 1/ ,155 0,215 0,409 DiarrhoE dmls les dernières 24 heures 0,082 (i,0(18 1147 1486 0,979 0,094 0,066 0,097 Diarrhée dans les 2 demitres sem~tincs 11,184 0,012 1147 1486 I,/11 0,/t67 0,159 0,209 A reçu traitemcnt SRO (I,113 0,024 207 274 1,103 0,209 0,065 0,160 A consulté un personnel mddic~d 11,133 t].[13 l 207 274 1,334 0,231 0,072 0,194 Ayant une carte de santd 0,727 11.1131 246 316 h099 0dt43 0,664 0,790 A reçu vaccination BCG 0,854 (1,027 246 316 1,185 0.(131 0,800 0,907 A reçu vaccinati{m DTCoq (3 doses) 0,402 0,045 246 316 1,399 0,111 0,313 0,491 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,402 0dl45 246 316 1,399 0+111 0,313 0,491 A reçu vaccinadon rougeole 0,668 f).035 246 316 1,145 0,/t52 0,598 0,737 Vacciné contre toutes les maladies ¢},340 0,043 246 316 1,389 11,126 0,254 0,426 liOMMliS Sans instruction 0,851 ¢),023 375 460 1,226 0,027 0,806 0,896 Instruction post primaire ou plus 0,036 0,011 375 46(1 1,110 0,296 0,1115 0,058 Jamais en union 0,244 0,019 375 460 0,852 1/ ,077 0,206 0,282 Actuellement (marié) en union 0,747 0,019 375 460 0,856 0,026 0,708 11,785 Actuellement en union poJyganæ 0,473 0,045 267 343 J,458 (),094 0,383 0,562 Connah une methode 0,893 I),026 267 343 1,385 0,029 0,840 0,945 A utilisé une méthode 0+290 0,024 267 343 1/ ,849 0,081 0,243 11,337 Utilise actuellement une m£thode 0,081 0,018 267 343 1,098 1/ ,226 0,045 0,118 Utilise une mtth0de m<xlerne 0,043 0.012 267 343 1,0//l 0,290 0,018 0,068 Utilise la pilule (I,001 0,001 267 343 0,611 1 ,(/iN) (),0IN) 0,004 Utilise le DIU 0,000 0,000 267 343 NC 0,000 0,000 0,(IIN} Utilise le condom 0,037 0,01 I 267 343 0,987 0,307 0,014 [1,06(1 Utilise la continence pdnodique 0,039 0,013 267 343 1,125 11,344 0,012 0,/165 Ne veut plus d'enfants 0.036 0,011 267 343 0,919 0,291 0,015 0,057 Taille de famille iddale 8,103 0,427 267 323 1,349 0,053 7,249 8,957 NC Non calculable 230 REGROUPEMENT DES PROVINCES EN REGIONS DE RESIDENCE Province Ville de Ouagadougou Bam Oudalan Séno Soum Sourou Yatenga Boulgou Ganzourgou Gnagna Gourma Kouritenga Nahouri Namentenga Tap6a Zoundweogo Bougouriba Comoé Houêt K~nédougou Kossi Mouhoun Poni Bazega Boulkiemdé Oubritenga Passoré Sanguié Sanmatenga Sissili Région Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud 231 ANNEXE D TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES Tableau DA Répartition pat åge de la population des ménages ReparUtion de la population (de fait) des ménages par année d'åge, selon le sexe (pondéré), EDS Burkina Faso 1993 Hommes Femmes Hommes Femmes Age Effectif % Effectif % Age Effectif % Effectif % 0 630 3,9 631 3,7 36 107 0,7 159 0,9 1 583 3,6 541 3,1 37 97 0,6 153 0,9 2 553 3,4 542 3,2 38 103 0,6 124 0,7 3 694 4,3 619 3,6 39 92 0,6 124 0,7 4 557 3,4 598 3,5 40 175 1,1 185 1,1 5 561 3,5 515 3,0 41 78 0,5 78 0,5 6 675 4,2 653 3,8 42 124 0,8 123 0,7 7 665 4,1 667 3,9 43 89 0,6 84 0,5 8 545 3,4 522 3,0 44 69 0,4 99 0,6 9 558 3,4 526 3,1 45 140 0,9 139 0,8 10 535 3,3 559 3,3 46 71 0,4 91 0,5 11 416 2,6 393 2,3 47 81 0,5 83 0,5 12 527 3,2 521 3,0 48 85 0,5 62 0,4 13 494 3,0 488 2,8 49 74 0,5 55 0,3 14 366 2,3 436 2,5 50 113 0,7 240 1,4 15 465 2,9 313 1,8 51 46 0,3 104 0,6 16 357 2,2 287 1,7 52 116 0,7 224 1,3 17 367 2,3 322 1,9 53 93 0,6 126 0,7 18 270 1,7 300 1,7 54 67 0,4 104 0,6 19 251 1,5 245 1,4 55 81 0,5 161 0,9 20 292 1,8 310 1,8 56 74 0,5 95 0,6 21 210 1,3 249 1,4 57 77 0,5 91 0,5 22 239 1,5 284 1,7 58 54 0,3 65 0,4 23 184 1,1 224 1,3 59 60 0,4 63 0,4 24 155 1,0 200 1,2 60 122 0,8 184 1,1 25 224 1,4 312 1,8 61 49 0,3 37 0,2 26 179 1,1 196 1,1 62 110 0,7 67 0,4 27 202 1,2 295 1,7 63 48 0,3 47 0,3 28 157 1,0 229 1,3 64 67 0,4 42 0,2 29 150 0,9 179 1,0 65 91 0,6 70 0,4 30 210 1,3 312 1,8 66 53 0,3 28 0,2 31 108 0,7 142 0,8 67 61 0,4 50 0,3 32 155 1,0 247 1,4 68 44 0,3 40 0,2 33 116 0,7 135 0,8 69 35 0,2 22 0,1 34 94 0,6 154 0,9 70+ 430 2,7 338 2,0 35 171 1,1 241 1,4 ND 34 0,2 45 0,3 Total 16226 100,0 17188 100,0 235 Tableau D.2 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enqu6.tées Répartition (en %) par groupe d'åges quinquennal de la population (de fait) des femmes de 10-54 ans dans l'enquéte ménage et des femmes de 15 49 ans enqu6tées, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été enquetees (pondéré), EI)S Burkina Faso 1993 Femmes dans l'enqugete ménage Femmes enquatoEs Groupe Pourcentage d'åges Effectif % Effectif J %~ enquatées 10-14 2444 - - - 15-19 1495 21,8 1386 21,8 92,7 20 24 1291 I8,8 1204 19.0 93,3 25-29 1235 18,0 1148 18.1 93,0 30-34 1010 14,7 937 14,7 92.8 35 39 817 11,9 760 12,0 93.1 4%44 58(1 8.4 529 8.3 91.1 45 49 439 6,4 390 6,1 88,8 50 54 814 15-49 6867 100,0 6354 100,0 92,5 Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-résidents qui ont dormi dans le ménage la nuit ayant précédé l'enquete. Dans ce tableau, les pond~rations utilisées sont celles de l'en@te ménage. 1Selon lãge des femmes dans l'enquete ménage. 236 Tableau D.3 Complétude de l'enregistrement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démographiques et de santé, EDS Burkina Faso 1993 Pourcentages d'informations Type d'information Groupe de référence manquantes Effectif Date de naissance Naissances des 15 demières années Mois seulement 27,1 16821 Mois et année 0,4 16821 Age au décès 0,3 3302 Age/l)ate de la 1 ère union I 2,2 173 Niveau d'instruction 0,0 6354 Taille à la naissance 0,2 2421 Anthropométrle 2 Taille 10,0 5545 Poids 7,3 5545 Taille et poids 10,1 5545 Diarrhée dans les 2 demi'eres semaines Naissances des 15 dernières années Femmes non-célibataires Toutes les femmes Naissances des 1-59 derniers mois Enfants vivants de 0-59 mois Enfants vivants de 0-59 mois 2,1 5545 ISarts information pour l'åge et l'année 2Enfant non mesuré 237 Tableau D.4 Naissances par année de calendrier Répartition des naissances par armée de calendrier pour les enfants survivants (S), décédés (D) et l'ensemble des enfants (E), pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité à la naissance et rapport de naissances annuelles (pondéré), EDS Burkina Faso 1993 Pourcentage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de masculinité naissances de naissances naissance complète 1 à la naissance 2 annuelles 3 Années S D E S D E S D E S D E 93 167 4 171 100,0 100,0 100,0 106.4 111.6 92 1239 101 1341 95,4 85,3 94.6 101,7 95.8 101,2 198,8 165,0 195,8 91 1079 119 1198 92,4 80.7 91,2 101.2 173,1 106.6 95,6 85,8 94,5 90 1018 175 1194 89,3 65,8 85.9 97.7 104,9 98,7 91,5 101,8 92,9 89 1146 226 1372 83,7 67,2 81,0 113,4 101,3 111,3 113.3 112,4 113,2 88 1004 226 1230 80,6 59,3 76,7 93,4 108,6 9@0 103,2 106,0 103.7 87 799 201 1000 gO,2 60,8 76,3 102,6 143,4 109,6 73,9 66,4 72,3 86 1158 380 1538 68,7 59,9 66,5 99,9 124,0 105.4 131.4 165,1 138.4 85 963 259 1222 68,8 59,0 66,7 100,8 117,5 104.1 96,7 77,8 92,0 84 833 285 1118 65,3 51.5 61,8 103,3 88,7 99,4 89-93 4650 625 5275 90,7 72,5 88,5 103.6 113,4 104,7 84-88 4756 1352 6108 72,6 58,0 69,4 99.7 114,2 102.7 79-83 3625 1143 4768 66,2 49,6 62,2 108.7 103,7 107,5 74-78 2284 934 3218 65,1 46,1 59,6 98,3 118,3 103.7 <74 1772 1063 2835 60,5 51,9 57,3 105,1 117,3 109,5 Ensemble 17087 5118 22205 73,9 54,4 69,4 103,0 113.0 105,2 IMoîs et ann6e de naissance déclarés 2(N,,/Nf)x I oe. où N m est le nombre de naissances masculines et N I le nombre de naissances feminines 312N,/(N ~+N,«t)lxl00 , 05 N, est le nombre de naissances de l'année x 238 Tableau D.5 Enregistrement de Iãge au décès en iours RéparUfion des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois, selon l'åge au décès en jours, et pourcentage de décès néonatals survenus, d'après les déclarations, aux åges de 0-6 jours, par période de cinq ans précédant l'enquête (pondéré), EDS Burkina Faso 1993 Années précédant l'enquête Age au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 <1 45 48 41 29 163 1 34 49 41 23 147 2 22 21 14 10 67 3 15 27 26 18 86 4 26 10 6 14 56 5 9 22 13 14 59 6 7 17 27 15 66 7 26 43 37 27 134 8 5 14 10 12 40 9 11 7 10 3 32 10 7 17 12 5 41 11 3 1 0 0 4 12 4 8 7 8 29 13 7 10 5 7 28 14 6 9 7 3 24 15 4 8 6 7 26 16 0 3 1 4 9 17 7 3 0 0 10 18 1 4 0 0 6 19 3 1 2 0 7 20 6 7 12 9 33 21 3 12 6 8 29 22 4 3 1 1 10 23 2 2 0 0 4 24 0 0 0 1 1 25 0 1 0 0 2 26 2 1 0 0 3 27 3 1 1 1 7 28 1 6 3 0 9 29 4 0 0 0 4 30 5 7 1 0 14 Ensemble 0-30 271 364 290 224 1149 % néonatal précoce I 58,0 53,2 57,9 55,3 55,9 10-6 jours/0-30 jours 239 Tableau D.6 Enregistrement de l'åge au décès en mois Répartition des décès survenus, d'après les déclarations, à moins de deux ans, selon lãge au décès en mois, et pourcentage de décès survenus, d'après les déclarations, à moins de 1 mois, par période de cinq ans précédant l'enquate (pondéré), EDS Burkina Faso 1993 Années précédant l'enquète Age au décès Total en mois 0 4 5 9 10-14 15-19 0-19 <1 mois i 271 364 290 224 1149 1 29 36 28 14 107 2 34 51 37 34 156 3 47 61 45 32 185 4 27 27 32 14 100 5 28 37 18 12 96 6 37 31 29 16 114 7 25 39 2l 8 92 8 9 20 16 9 54 9 22 31 9 17 79 10 7 13 8 12 40 11 8 21 8 15 52 12 79 131 110 80 401 13 15 34 36 20 105 14 9 9 10 12 40 15 9 18 8 4 39 16 5 6 3 9 23 17 6 1 2 4 14 18 15 34 74 23 86 19 2 3 6 4 15 20 3 5 1 0 9 21 0 1 0 1 3 22 1 0 0 1 2 23 4 1 0 1 7 24 ou + 3 1 5 0 1(7 1 an 2 7 13 7 8 35 % néonataP 49,9 49,8 53,4 55,2 51,7 Ensemble O-11 544 732 542 406 2225 1y compris les décès survenus à moins de 1 mois, déclarés en jours 2Age au décès déclaré est 1 an au lieu de 12 mois 3Moins de 1 mois/moins de 1 an 240 ANNEXE E QUESTIONNAIRES MINISTERE DES F INANCES ET DU PLAN BURKINA-FASO INST ITUT NAT IONAL DE LA STAT IST IQUE ET DE LA DENOGRAPHIE ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE Conf ident ie l IDENTIF ICAT ION N ° PROVINCE . N « DEPART. . . N ° GRAPPE. . . N « MENAGE . OUAGA- I / BOBO,KOUD. -2 ./ AUTRES V ILLES=3 / RURAL=4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM pERSONNE INTERROGEE N" DE L IGNE DE L 'ENQUETE POUR LA FEUILLE MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ç--]---] I i i PROVINCE DEPARTENENT COMMUNE/CENTRE URBAIN V ILLAGE/SECTEUR ENQUETE HOMME : OUI= 1 NON = 2 , . . . . . . . , , , . , , , . , , VIS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 3 DATE NOM DE L«ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE *CODES RESULTAT: 1 REMPL I 2 AUCUN MEMBRE DU MENAGE PRESENT/PAS D 'ENQUETE COMPETENT AU MOMENT DE LA V IS ITE 3 MENAGE ABSENT POUR UNE PERIODE INDETERMINEE 4 D IFFERE 5 REFUSE 6 LOGEMENT V IDE OU PAS DE LOGEMENT A L 'ADRESSE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE (PRECOESER) V IS ITE F INALE JOUR MOIS . ARNEE. . . CODE ENQUETRICE RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES TOTAL DANS F--q--- ] LE MENAGE I I I TOTAL DES FEMMES EL IG IBLES TOTAL DES ~- -~ HOMMES EL IG IBLES ., QUEST IONNAIRE FRANCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 LANGUE DE L ' INTERVIEW ** ,, INTERPRETE: OUI (=1) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ** CODES LANGUES: 1 FRANC. 2 MOORE 3 D IOULA 4 FULFULDE 5 AUTRE DATENOM CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SAISI PAR SA 243 [~ M•int~r~mnt nous voudr(or~ des re~sei) RES]DENTS NA~ITUIELS LIEN AVEC ET VISITEURS LE CHEF DE NENAGE* TABLEAU DE MENAGE ~AH v imt h•b i t~tL~t (~ votre w~~r~ge o~ ~'~î h~i I RESIDEflCE m SEXE i AGE chez vo~ I~:tt~eL[~t. SI AGE DE 6 ANS ET PLUS ~J~V]E ET RESIDEMCE DES PARENTS | POUR LES PERSONNES [L[G]DIL%TE LES PERSOI~NES DE MOINS DE 15 ANs'r~" 1 DE 15 ~ ET PLUS i )ES FEî(NES ETAT ~Tlt I~]AL ) ! ;t-ce que SI EN VIE Est-ce ~ SI EM VIE E~t-ce que (NO~) ; ENTOURER m dere Le ~re - - - est ~t~IL~t J LE î~RO ji • Ils (~î • mil Est'ce mri#(e)/en ~toe, ) DE LICHE ~Qq) •~ (NOM) Imu tkue Le ~-¢a~(v~),divorc~é(e) DES FEI~IE$ :41de est ~ est ~re qui ts~'per~(e) æ I AGEES DE S'il VOuS pL•Tt, Q~Jel est (NOM) (EOM) (MOM) G~Je[ (NOM) 5[ A çREQUENTE ECOLE donnez-æî le rl~~ Le L(endevit+it/ i-t-il/ est- igel .1-t-il, p4erllonr~~ ~] p~pler+t+ de e l le P i le i l de (NOM)? /e l le Ouel l i t Le SI AGI vivat hmituelLe- (NOM) =ve~ hebî- Iorui sexe frê" ptu~ haut t~E MOINS l l~ I t ~ Votre Le chef de rue l le* ~ i~ Ce m- l:~~ntl~ niv~lu DE m~6~•ge et des ~2e? ~t ~~'r~De cuLin NOTER: ('~'~o" d'~tud~ 25 ANS inv]tL+l ~i mi mmes ce i r~it oe 97 po~r te? , ~e (MON) + - - pass+ t f nuit der- +rage? ker- f~î- 97 8~s • atteint? (MCI¢) nière icî+ li}re? nin? et plus vm-t-iL en com~~¢lnt par Le Si MON Que( ~lt /elle c~ef oe m~uge. : PASSER i l dernî~re ,~cope /~ A Q.11 classe que L+êco[e? (NON) • i Ichev~ & ce ~ive~u?*"* E;t -ce i te t qmJI Est-ce (l~q) ou que i l mon~~ t~&t tulipe ~i t~ j~r ' s • œeiS vie? (NOM) Sl 'NON' OU *NSP ~ PASSER A Q. 13 touj~¢Jrs (MOI) m vie? m~nde vit m~~age? SI ' NOI~ ' Si OUI: OU 'NSP' I;l~e( est PASSER sor~noe~? A Q. 15 INSCRIRE NUMERO DE LIGNE DE LA MERE +,+~,+i~, ++. +,++o+. ++o,++ ml++++ - - I I 1 1 2 I ] L - - I ( I I I l m l I | l I 2 1 12 12 Ç~ ~ 2 1 2 Ç ~ 1 2 I I +-- - - | -----~ ( ,~, 2, , ,, z ,~ , , 2 , ~~ , 2 , ,2 , ~ , ,2D ,4, 2, ,E,~,+, ~~ , ~ , ,2 , ç~, 12 , F~, 2 ,, ,12 ,F I~, , 2 , ~~ , ,2 , ,2D , ~ , ,2D m I l m m r I m ] I m i 2 ;1 I 1 2 I 1 1 2 [ I 1 2 m i 2 8 ) J 1 2 I lîS ! cêLibltlîre? 115 & 49 ANS (MON) ~ ) (VOIR Q.6 monde vît I ET Q.?} 01VOROE/~PARE guet estl CELIBATAIRE con ~? i ]MSCRIRE LE NUMERC DE LIGNE DU PERE (14) I (15) (16) I 2 4 i 03 1 , 2 4 ! 0,~ ,! I ! I 2 3 4 il 07 ~-1 i , 23 , J I ~~_L I 2 3 .~ 1>9 1 2 3 4 IUMERO DE ELIGII[LITE LIGNE OES DES k~MFES ~ILAR I S I ] NDIQUER E~. NOW/4E LE IIUME RO DE LIGNE OUI r---I DU NLql U DE Cl~ FEMME ELIGIDLE $I OUI SI ~ EMTOLllED LE NARZEE OU NIJIqEitO DE SI MARI ME LIGI4E DES RES]DE PAS ~ S AGES DAMS LE DE 18 ANS NENAGIE : ET PLUS INSCRIRE (VOIR 0.6 ~00' ET 0.7) (17) (18) Ç• l 01 J ~ 02 oe 10 SUITE DU TN~LEAU DE MENAGE (2) lZ Ç~ --ii • I 1,1 Ç~ 13 Ç~ --i • 1~ Ç~ 19 20 I I I COCHER ]CI SI UNE AUTRE FEUILLE EST UTILISEE II ET NOTER LE NLIMERO DE FEUILLE EN 1 • PAGE J~te p~Jr ~tre sOre que j~ai ur~ Liste compLète: i ~ ~ ~ ~i l l i~ i J - , J i J l Jm J ( ' ) (5 ) (6 ) (7 ) (0 ) (9 ) (10) (11) (12) (13) ( l&) ~lJ] ~ QUI MOU N F ! EN ANS. UI ~ HIVFJtLJ CLAS, OUI NON ~l MON M!g ~ OU] ~ I1~ 1, . , 1 , . [ -~ .1 , . ~oEL ' . 1 , , . ~-~ . , , ~ çT- ~ I , . , ' , r -~.+, z ~ r ~ . , , , . ~1-~ 1 , . ~ 1 . . . . . . , ç ' I Z 2 1 2 1 2 2 : I 2 8 Z 8 • • i ~ • i i i i • • , i • i I I ~1 • • • i ~ • [ i i I I I I I I I I I NOMBRI TOTAL DE FE/~qES ELIGIgLES I J I 1I Y a-t-J[ d*~tr~ personnes teLs que des petits ~fonts ou des ~rriss~ ~ ~ n*~v~ pas ~rt~ sur Le Liste ? Z) De pL~, y-a-t*i[ d'~r~ ~ r s ~ quî ~ sont ~t-Etre pas ~r~ ~ votre Fæî[[e teLs que des ~sti~, c~ des Imis luî vîvent h~ituetLeeent avec vous dans le même le~fwge? 3) Avez-~~~JS des ir~it6s, des vîsiteurs temporaires lui sont chez vous, d'au, res pers~ines luî ont dormî îcî [« nuît dernîEre ? I * C~OES F~UR Q.3: LIEN DE PARENTE AVEC LE CHEF DE NENACr~ ~ CODES POUI Q,9 01= CHEF DE flEî~AGE 05= PETIT-FILS OU "FILLE 09= O0-EPaUSE 02= FEIqFIE OU MARI O~ = PERE OU MERE 10= AUTRE PARENT 038 FILS lot/ F~LLE 07= BEAU-PERE OU BELLE-NERE 11 z ENFANT APO~TE OU EN GARDE 0/+= GENORE OU BELLE'FILLE OP, = FREEE OU SOEUR 1~8 S&NS PARENTE çe: BSP Ces qaestiom concernent Li~ p~rentl bLOLORHqUe~ de L'lmflnt. ~oter O0 si tes ~rlmts ne sont pu lllmlbres lu ill~nage. {13) I E 3 ' 11 ~ I 11 f I I J 2 $ & lE I--~ 12 2 3 & 13 ~ 13 Z 3 & 14 1~ 2 3 4 15 ~ 15 Z 3 & 16 ' ~ 16 ~ = Z 3 4 17 ~ 17 ~ l 2 3 4 10 Ç ~ 10 1 Z 3 4 19 Ç ~ 19 1 2 3 4 Zo ~ 2O I I I 'OMBRE TOTAL D'HCB4NES EL ]G[BLES II; OUI ~ ~[NSCRIRE CHACIJU(E) DANS LE TABLEAU NON [] CUl Ç~I rINSCRIRE CHACUN(E) DUS LE TABLEAU ~ [~ QUI ~ -INSCRIRE CHACUN(E) DkeS LE TABLEAU ~ [~ B]VE~ 18 ~I~I#E 2= SEC. I"CYC. 3= ~C. 2"CtCLE 4= ~RIE~ 8= ~~ 0 ~]NS D'UNE ~E ~~E ~',~1 ~ 3= ~ 3= Te~m. 3= ~ ann~ ç~2 ~~ 4= ~me 4 z FMI 4= 4~bme In. et* ~~1 38 FI~ b ~ 8= JSP I N" ~UESTIORS ET FILTRES 18 D'O~ provîemt I~ee~J ¢W~ votre mên49e utikise pour se (ever (es ailna et pour laver (u vafsse((e? PASSE COOES J A EAU DU RORINET m I ROBINET DANS LE LOGENENT/COUR/PARCELLE . . . . . 11 r20 ROBINET PURC|C . 12 m I EAU DE PU[TS PUITS DANS LE LOC~NENT/COURJPARCELLE . 21 r20 PUITS PUBLIC/FORAGE . 2Z EAU DE SURFACE SCURCE . 31 RIViERE/RUISGEAU/FLE~ . 32 ~ME/ IAC . 33 BARRAGE . EAU DE PLUIE . 61 ~20 VENDEUR D'EAU . 51 | EAU EN BOUTE|LLE . . . . . . . . . . . . . . . 61 »20 AUTRE 71 J (PREC]GER) 19 | Combie~de tenu4 faut-i| pour aLLer Li-baG, prendre de I |l(mu et reve¢tir? NINUTES . I L I I SUR PLACE . 996 20 | Pour boire, votre lu tltaNe utiLise-t-il [»eau de Le même J OUI . 1 rZ2 I origîne? J NON . 2 J 21 D'o~ provin| L'elu que bo îvent Les ~~T4~res de vot re EAU DU ROBINET RDDJMET DA~S LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . 11 ROBINET PUELIC . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PARCELLE . 21 PUITS PUBLIC/FORAGE . 22 EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RIVIERE/RUISSEAU/FLEUVE . 32 NARE/LAC . ]3 BARRAGE . EAU DE PLUIE . 41 VENDEUR D~EAU . 51 EAU EN B~JTE%LLE . 61 AUTRE 71 (PREC%SER) 22 ~t Dente de N.e. utiLisez-vous dans votre ménage? CHASSE D~EAU CHASSE D'EAU PERSONNELLE . 11 CHASSE D'EAU EN CGW4JN . 12 CHASSE D«EAU PUBL%QUIE . 13 LATRINES LATRINES SINPLES . 21 LATRINES VEMTILEES . 22 PAS DE ~.C./BROUSSE . 31 AUTRE 41 (PRECI$ER) L't|ectrîcitl? ELECTRICITE . I une rldio? RADIO . 1 2 Line t&|êvisto¢l? TELEVISIOH . 1 2 Un rêfr|Der0t~Jr? REFRIGERATEUR . 1 2 D~ votre Bêna9e» c(:elbien de piêces utilisez-vous pour dom|r? Imm 24 m Z5 mm 26 PRINCIPAL NATERIAUOUSOL. ENREGISTRER L'OBSERVATION. Y'l-t'l| (¥Je[qu'undllt~ votre m~lage ~î possède: Line bicycLette? Unomoby[ette o~eoto¢yc|ette? Une voiture? PIECES . SOL NATUREL SABLE . 11 TERRE BATTUE . 12 SOL FINI PARQUET OU 8OI$ CIRE . 31 BANDE DE V]MYL . 32 CARRELAGE . 33 CIMENT . MOQUETTE . 35 AUTRE 41 (PREC|SER) OUI HON BICYCLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . I 2 KOBYLETTE/14OTOCYCLETTE . 1 2 VOITURE . 1 Z i 246 MINISTERE DES F INANCES ET ÇU PLAN BURKINA-FASO INST ITUT NAT IONAL DE LA STAT IST IQUE ET DE LA DENOGRAPNIE ENOUETE DEMOGRAPHIOU~ ET DE SANT~ Conf ident ie l OUEST IONNAIRE INDIV IDUEb FEMME PROVINCE IDENTIF ICAT ION DEPARTEMENT COMMUNE/CENTRE URBAIN V ILLAGE/SECTEUR OUAGA=I / BOBO,KOUDo=2 N ° PROVINCE . N ° GRAPPE. . i N ° MENAGE . . . . . . ] m / AUTRES V ILLES=3 / RURAL=4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM DE LA FEMME N ° DE L IGNE DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 VIS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 3 DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE V IS ITE : HEURE *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPL I 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE V IS ITE F INALE JOUR MOIS . ANNEE. . . CODE ENQUETRICE RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES 4 REFUSE 5 PART IELLEMENT REMPL I 6 INCAPACITE (MALADE, 7 AUTRE (PRECISER) V FOLLE . . QUEST IONNAIRE FRANCAIS . . . . . . LANGUE DE L ' INTERVIEW ** INTERPRETE: OUI (=1) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ** CODES LANGUES: 1 FRANC. 2 MOORE 3 D IOULA 4 FULFULDE 5 AUTRES SA IS I PAR 247 1 101 102 ~[çTIO~ I, CARACT~RIST]QU~S SOC IO pEMOGRAPHIQUES OES ÇNQUETEE$ ~,,1[ST|~$ ET FfLTRE~ ENREGISTRER L'HEURE P~r ¢~~~r, cer, je vo~drlil vo~= poser e¢~et~Mes q~es- tJ¢~u= sur VOiCi-i et votre l~:~ge. Il p~~ 9r~~e ~rtîe des 12 pr~iêres en~~es de votre v)e , &¥ez+vo(~ V4,CU & ~ , OU ~ une ~~utre ca~iea le , BObO~ KOL~OUgOU, ou d~ts une autre grande ville oe ['6trlnger, dans ur.evi(~e ou & le campagne ? PAS~R CGOE$ I A B OUAEADOJCOU/AUTRE CAPITALE . 1 I BOBO/KO~OOUGOU/ I A~T~E ç.~A~DE ~ILLE ETæ~ER. . .2 VILLE . 3 CAMPAGNE . 4 ! 103 Depui= combien de tew~s habitez-vc~~ de façon cont,nue AWWgES . l i l I k (l~~A DU LIEU ACTUEL DE RES[gENCE)? I TOUJOURS . V] SI TEUR . 9~. I,. 105 10~ J~te avlnt de vm¢6 ir~sta[[er ICI,~vez-vou~+ VeCLJ ~ OUAGADOIJGQ(J/AUTRE CAPITALE . 1 O=J69=doutlO~ . ~ ~ ~ autre capitake, & Bc~bo, B~O/KGU($GUGCU/ KOUdOUgO6J, Ou ~ une autre grande vide de t,~tran@er, AUTRE ~RANDE VILLE ETRANGER.,Z d6rtl urm ville ou k ri caa~a9r~? VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 C~4PAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 T05 En q~et mois ec q~etee a~e êtes -vous ~e? ~~OIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ~ NSP NC[S . 98 ANNEE . ~ NSP ANNEE . 98 1C~ ' =uet ige Ivlez-vous i votre oernier anniversaire? I F~~ I AGE EN ANNEES REVOLUE$ . C~4PARE~ ET CORRIGER 10~ ET/(~J 106 $Z ]NCONpAI]BLES 107 AVlZ'VO~J~ fr~~ent4~ 1'6cote? | OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~111 atteint: pril~ire, secoedaire 1 ° cycle, secor~sire SECONOAIRE/FORM PROF 1" CYCLE.2 Z* cycle, ou e~ri~ur? SECONDA]RE/FOeN PROF Z* CYCLE.] SUPER lEUR . 4 ~OQIOQ ~ - - - - - - - ~ Q ~ t k e est Il derni~Pe cl~~se q~Je vous avez achevee a CLASSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 VERIFIER 108: I PRIK~[RE ~ OU gUPER[EUN . . . . . . . . I ~112 I SECONDAIRE '''l'--z-vo~L'r.t--r.~~e~Le,, . . . . . j . . . . . LIFA~'LEM~N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' 1 faciLa~r~t, avec difficult~ ou pas du tout? AVEC D]FFICULTE . 2 PAS DU TOUT . 3 ~113 ,~21A~.Ln . ~L''°'--de~'r'~J,o,.~.--,~7 . . . . L . . . . . ~ . . . . . . I ~'NoN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 ,'3 I ~ . , - - ~ ' ,0 ' - - O',c~,~~ La r~, ,o,. ~~ - - '~~ . . . . . ' °~~1 ~' ~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' 1 ' '~1 ~"~~- L ' ' ' - de ~e"~~~ L~'~L~~'~' ~ ,o,, ~r , - - ,~~ . . . . . . '~'1 °'NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~'1 11S I ~(le est votre religion? I It~jSULNAN E . 1 ] CHRET]ENNE . 2 AN]MISTE . 3 AUTRE 4 (pREC[$ER) 116 Gu4LLe est Votre rmtior~Lite7 J 6U~KINA@ E . 01~ WIGER[ENNE . 02 TOGOLAISE . 03 fiENINOiSE . 04 118 NALIENNE . 05 AUIRE AFRICAIN 06 J AUTRE ~ "07 (PREC]SER) | • Code= pour Q. 109 ~~'~E" 'o ""~' 'E l ~2~~0. '°:~C. I . . . . ~: ~[C. ~°:y::E I ~° ~.u. 0 = Æ[NS ODUNE ANNEE ACHOEVE~ CLASSES 1= CP1 I= 6¢~1~e 1= 2nde 1= 1~11~ a~t~e 2= CP2 2= 5éme Z~ lere 2= 2èmelr¢~l 3= CE1 3= 4~1~ ~= l e r~. 3= 3~ I~e 4= CE2 4= 3e¢~ 4= Fpfi 4= 4~an. et ~= Fpp 6= CM2 J 248 M* ~JE$TIO~S ET FILTRES 117 ~LLe est votre ethnie? CODES BObO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 DIOULA . , . 02 çULf~~E (PE~L~ . GJ~IJRMAMTCNE . 04 COJROeSS] . 05 LI3O] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 kIQSSl . 07 SENCUFO . 08 TQUAREG BELLA . 09 AUTRE 10 (PRECI$ER) NSP . 98 PAS~l A 119 120 121 141întenont j e voudreJl vous poser (l~Olc~~ts questions e~~" t*e~clrolt OÙ vous vivez h~i t~LL~t . V~vel-vou~ h~~tuetLe~amt I O~IIQI, OU dllPl ur~eutre ©lp l te le , I Bot~+ [oudougo~ ou ~ une eutre grsncie viLLe de t*~~r~~ger+ derazur~ viLLe OUA Lm cempegne ? OUAGADOUC~XJ/AUT RE CAPITALE . 1 .121 DIMW ~Lle provir'~e est-ce situ4i 7 (II4~IIDE LA PROVINCE) BOliO/KQUDQUGOU/ AUTRE GI~AMDE VILLE ETRANGER.,,2 VILLE . 3 CAJ4PAGNE . Nlintt,~lnt je voudrais vous i~ser quelques questions lur te i;&~ige ~ Lequel vous vivlz habitueLLement. D~o~ provient t'eo~J ~ votre mlr~lge utitise pour se tarir Les mir4 eH: pour Lever Il væisseLLe? A L 'ETRANGER . 96 EAU DU RCt~IkET ROBINET DA#S LE LOGEMENT/COUR/PARçELLE.11 ROBINET PUBLIC . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOCEMENT/CQUR/PARCELLE.,,,.Z1 PUITS PUBL[C/FOAAG2 . 22 EAU DE SURFACE SQUgCE . 31 RIVIERE/RUISSEAU/FLEUVE . 32 MAAE/LAC . 33 BARRAGE . ~L4 EAU DE PLUIE . 41 VE~OEUA O~EAU . 51 EAU EN B~UTEILLE . 61-- î~JTRE 71 (PRECI$ER) ,123 ~123 ~123 ~123 122 Cæilm de tmlpl| faut-îL I~r aLLer Lh-I~s. prendre de [lllu et rivait? MINUTES . IIII SUR pLACE . 123 POUr boire, votre eênJge ut i l i se* t - i l L'eeu de ~a ~ OiJI . 1-~~t125 orl9irm? NO~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 124 J DJoùprovil~t [leeuqueboivent Les nzembresdevotre mî~4ge? EAU DU R(~61NET ROBINET DANS LE L~EMENT/COUR/PARCELLE . . . . .11 R~INET PUBLIC . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEMENT/COUR/PA~CELLE.Z1 PUITS PUBLIC/FORAC~E . 22 SOURCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 R]V]ERE/RUISSEAU/FLEUVE . . . . . . 32 MARE/LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3] BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . EAU DE PLUIE . 41 VENDEUR D'EAU . 51 EAU EN BOUTEILLE . 61 AUTRE 71 (PRECISER) 249 N ° QUESTI[~4B ET FILTRES 125 Q~L genre de u.c. utitisez-vous dans votre menage? CODES CHASSE D~EAU CRASSE O=EAU PERSONNELLE . 11 CHASSE D'EAU EN CONNUN . 12 CHASSE DIEAU PUBLIQUE . 1] LATRINES LATRINES SOMI4AIRES . 21 LATRIBE• VEBTILEES . 2Z PAS DE M.C,/BROUSSE . ]1 AUTRE 41 (PREC[ BER) L'Itectricitt? ELECTRICITE . 1 2 radio? RADIO . 1 2 Une tdIêvi=ion? TELEVISiO~ . 1 2 r l f r iger l t~r? REFR IGERATEUR . I 2 127 I O~ v°trem¢Lnage' c°mbiende pi'ces utiLîsez'v°us P°ur [ d O r m i r ? PIECES . M I 128 Po~vez-vou~ d~crire le soL de votre Logement? PASSER A SOL NATL~REL SABLE . 11 TERRE BATTUE . 12 SOl FINI PABgLIEY OU BOIS CIRE . 31 BANDE DE VINYL . 32 CARRELAGE . ]3 CIMENT . ]4 MOQUETTE . 35 AUTRE GI (PRECISER) Une bicycLette? BICYCLETTE . I 2 Une mobylette ou motocyclette? HOBYLETTE/NOTOCYCLETTE . 1 2 Une voiture? VOITURE . 1 2 4 250 SECTI(~ 2. REPRCOUCTION R • 201 QUESTIONS ET FILTRES J m æ Naintermnt je voudrais v~Js poser des questions sur J tOI,Iris les naiJS•l'N;:es q~ VOUS evez eues du('a,"l t votre I vie. Avez-vous ¢Mjk eu une naissance? PASSER CODES ~ A OUI . I I I NON . 2 ~Z06 I I 20Z | Avez-vous donn4 naissance & des fils ou des filles qui OUI . 1 | I h•bJterlt 8ctue[tIm4nt avec voua? I NON . 2 ~20/* 203 I CowJOJMt de vOS fils hlbitent avec vous? FiLS A LA MAISON . ~ I I Et ¢~ibiM1 de VOS filles habitent avec vous? I FILLES A LA MAISON . SI AUCUN(E) INSCRIRE 100=. 204 I Avez*vous dur*~ naissance k des fils ou des fil[es OUI . 1 J I encore en vie et qui n'habitent pas actuellement avec I vous? NON . 2 ~Z06 FiLS AILLEURS . . . . . . . . . . . . . . æyec ¥~ls? Et cowî~l~ de vos filles sont en vîe mais n,habitent FILLES AILLEURS . pas ivec vo~s? SI AUCUN(E) INSCRIRE =00% 206 J Avez-vous donn6 naissance A un fils ou une J I fille, n6(e) viv=nt(e) mais decédé(e) par fa suite? OUi . I I SI NON, iNSISTER: Au, un(e) fils ou fille qui a NON . 2 ~208 pleur6 ou qui • doev~ un signe de vie mais qui n'a | service que quetq=es heures ou quelques jours? 207 ~ En tout, coUbien de vos fils sont décédes? J FILS OECEDES . I Et combien de vos filles sont dettes? I "-~ FILLES DECEDEES . TOTAL . ~-~ 208 209 1 210 SI AUCUN(E) INSCRIRE iO0'. FAIRE LA SOI~4E DES REPONSES A 203, 205, ET 207, ET INSCRIRE LE TOTAL. SI AUCUN(E) INSCRIRE ~00 l. VERIFIER Z08: Je voudreis ~tre s~re d«evoir bien compris: vous avez eu IAJ TOTAL naissances durant votre vie. Est-ce bien exKt? INSISTER ET OUI N(~ [~N CORRIGER 201-208 Si RECESSAZRE PUIS PASSER A 220 v VERIFIER 208: UNE OU PLUSIEURS E~ / NAISSANCES ¥ AUCUNE NAISSANCE Ç-~ 251 I 211 Mlintlfww1t, Je voudræi= vous parler de vo= nlîssance$, qu'elles soient encore vivantes ou no~, en colaençlnt pir [I prelîlre n41îsBIIrlce ~ VO~J8 |VeZ M. (INSCRIRE A 212 LE NCM DE TOUTES LES NAISSANCES. INSCRIRE LES JUMEAUX ET TR[PLES SUR DES LIGNES SEPAREES) 212 213 214 Quel nom a ~tE )u~nd (M~ (WOW) d<w~ê il votre !st n~(e) est*ce (premier, suî" itait-îL/ Jn Rarçoe vamt) enfant? ~Lle seuk ou ur, e )U IIvii t " fille? HLe un jumeau? 0•• SINP.I GARÇ , . I REJET.,. 2 FILL.2 (NON) 02j S]MP.1 GARÇ.1 MULE.2 FILL.2 (MON) SIMP.,1 GARÇ. 1 NUIT., ,2 FILL.2 (NON) ~J SINP.1 GARç+ .1 MULE.2 FILL.~ (MON) 215 En (@Jet moîs et ~(Le e ~ est né(e) (NOM)? IMSISTER: QueLLe est sa date de nais- SIil~e? OU: En ~aelle ~aiso~ e~t-ilJ elle rw~(e)? ~I MO[S/~A[SC44 IMCUNNU 98 A?RSE:~ A?Ri:~ 216 (NOl4)est- il/elle ~ore en vîe? )U[.1 NON.2 I v 22O 3UI.,1 WON.2 I v 22O OUI.,.1 NON.2 [ v 220 OUI . ,1 NON.~ ! v 220 OU(.,.1 NON. , 2 v 22O OUI .1 NO~W. ,2 I v 220 OUI.1 NON.2 I v 220 0~J SINP.1 NULT.2 (NON) SIMP.1 MOLT.2 (NON) 0~ Sl l~ ° . .I NULT.2 (NON) ~] SII4P,.1 NULT,.2 (NON) ~RÇ.1 MOIS . . .~ FILL.~ ANREE. GARÇ. ~ MOIS . . .~ FILE.; AMNEE. ~Ç. . ' MOIS . . .~ F[LL.+; ARMER. GARç. MOIS . . .~ ElEL.i ANREE. OUI.,.1 gON.2 I v 22O 217 SI V[VANT: Quel îge avait (NOM) deçnier a~iversaire7 LNSCR[RE L~AGE EN AMNEES REVOLUES AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES [ç-I AGE EN ANNEES l+i [ AGE EN AMNEES AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES ç~ 218 219 SI VIVANT: Si L'ENFANT A MOINS DE 15 ANS: (NOM)vit il/ elle avec Avec quî vous? vït-iL/elle? SI 15+: PASSER A LA NAISSANCE SUIVANTE OUI . . . . . . . 1 (PASSER A ] NAIS.SUIV.)< NON . 2 OUI . 1- (PASSER A lAiS. SUIV, )<- NON . 2 OUi . I (PASSER A IA[S.SUIV, )< NON . . . . . . . OUI . 1 (PASSER A IAIS.SUIV.)< NON . 2 CUl . I (PASSER A qAIS.SUIV.)< NON . 2 OUI . 1 (PASSER A 4AIS.SUIV.)( NON . 2 OUI . I (PASSER A NAIS.SUIV.)< N ON . 2 OU] . . . . . . . 1 (PASSER A ] NA]S,SUIV.)< NON . 2 220 SI DECEDE(E): QuAe( ~Re avait-îL/ elle quand il/elle est mort? SI w1AN',INSISTER: Quel iTige Ivait (NON), en æîs? INSCRIRE EN JOURS SI MOINS D'UN ~IS EN MOIS Si NOIRS DE Z ANS, ~ EN AMREES. PERE . 11 JOURS.1 AUTRE PARENT.21 MOIS 2 QUELQU'UN AUT.3 (PASSER A NAIS- ANNEES.3 SANCE SUIVANTE) PERE . 1 I J(~G.,1 AUTRE PARENT,.,2 W0%S.2 OUELOU~UN AUT.] (PASSER A NAIS" ANMEES.] SANCE SUIVANTE) PERE . . . . . . . . . . . 1 AUIRE PARENT.21 JOURS.1 ~W}IS.2 QUELQUIUN RUT.] (PASSER A NAIS" ARNEES.] SANCE SUIVANTE) PERE . 1 JOL~S.1 AUTRE PARENT.2 ROIS , . . .2 QUEU~{)'UN AUT.3 (PASSER A RAIS- ANNEES.3 SANCE SUIVANTE) PERE . I JOURS.1 AUTRE PARENT.2 FW)IS. .2 QUELQU'UN AUT,,3 (PASSER R RAIS- AWNEES.3 SANCE SUIVANTE PERE . I JOURS.,.( AUTRE PARENT.,2 KOIS.2 QUELQU'UN AUT.3 (PASSER A RAIS- ANREES.,3 SANCE SUIVANTE PERE . 1 JOURS.( AUTRE PARENT.2 ROIS . . , .2 ~EL~'UN AUT.3 (PASSER A RAIS- ANEEEG.3 SANCE SUIVANTE PERE . 1 J(X,~S.,.I AUTRE PARENT.,2 MOIS . . , .2 OUELOUiUR AUT.3 (PASSER A NAIS" :ANNEES.,] SANCE SUIVANIE) 252 212 213 21k QUeL ~~m • It6 lulutcl (HO (NON) donr~ • votre ~st r~(e) est-ce (premier. cuL- ttlLt-lL/ J~ gerçoe vint) e/lflnt? ~LLe seul ou eve l t - fiLLe? slle un j ~mu? 215 En queL mois et ¢~elLe int~e est r~(e) (MON)? INSISTER: QUeLLe est sa date de nais- 88@~ce? OU: En queLte saison est-il eLLe r~(e)? SI MOIR/SAISG¢ INCONNU = 9B 091 Sll4P.1 MOLT. ,2 (NON) 1~ SIHP.1 NULT,.2 (NON) 1~ SII4P. 1 MOLT,, ,Z (NON) 121 SII4P.1 MULT.2 (NON) 131 SINP. ,.1 NULT. ,2 (MON) SII4P.1 NULT,.2 GARÇ.1 MOIS.~ FILL.,2 AHNEE., GARÇ.I MOIS.~ FILL.2 ANNEE., ç.~RÇ.1 MOIS . . .~ FILL.2 ANNEE. GARÇ.1 MOIS.~ FILL.Z ANNEE. GARç.1 MOIS. ~ t F[LL.2 ANREE. GARç.I MOIS. ~ FILL.2 ANNEE. 216 (MON)est- iL/eLLe e~ore en vîe? OUI .1 NON., 2 v 22O OUI . . .1 NON. 2 ) ¥ 22O OUI .1 NON., .2 I v 22C OU] .1 NON.2 I v 22I OUI .1 NON.2 I v 22( OUI.1 NON. I v 22~ 217 SI VIVANT: OueL &ge :avait (NON) N son dernier icglJvePssice? INSCRIRE L'AGE EN ANNEES REVOLUES 218 SI VIVANT: (NON)vit-iL/ e[le avec VOUS? 219 SI LIENFANT A MOINS DE 15 ANS: Avec qui vit-iL/eLLe? SI 15+: PASSER A LA NAISSANCE SUIVANTE 220 RI DECEDE(E): O~L Age ivlit-it/ elle q~ iL /eLLe Ht mort? 51 "1AR',INSISTER: QUeL ægl Ivaît (NOM), en mois? INSCRIRE EN JOURS SI NO[MS D~UN MOIS, EN MOIS SI MOINS DE 2 ANS, OU EN ANREES. AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES E~ AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES ADE EN ANNEES AGE EN ANNEES PERE . 1 OUI . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.+.2 IAIS.SUIV.)< QUELOUmuN AUT.3 NON . 2 (PASSER A MAIS" SANCE SIJ]VANTE) PERE . 1 C~JJ . . . . . . . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.2. dAIS.SUIV.)< OUEL~4J'UN AUT,.] NON . 2 PASSER A RAIS- SANCE SUIVANTE) PERE . 1 OUI . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.2 qAIS.SU[V.)< QUELO~J~UN AUT.] NON . 2 PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE PERE . 1 OU[ . 1 (PASSER A AUTRE PARENT.,2 WA[S.SUIV.)( QUELQU'UN AUT.3 NON . 2 PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) PERE . 1 OUi . 1 1 (PASSER A [ AUTRE PARENT.2 ] NAIS.SUIV.)< OUELOU'UN AUT.3 NON . 2 (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANIE) PERE . 1 OUI . 1- (PASSER A AUTRE PARENT.2 NAIS.SUIV.)<- OUELOe'UN AUT.3 NU~W . 2 (PASSER A 221) JOURS.1 ROIS. , . .2 ANNEES, ,3 JOURS, .1 MOIS.Z AWNEES, ,3 JOURS. 1 MOIS.2 ANNEES.3 JOURS,,. I NOIR. . . .2 ANNEES.3 JOURS. 1 MOIS.2 ANNEES.3 !21 COMPARER 208 AVEC LE NOMBRE DE NAISSANCES E•REOISTREES DANS LE TABLEAU CI-DESSUS ET NOTER: LES NOMBRES ~ LES NOMBRES F~ SONT LES HENES ~ SONT DIFFERENTS~~~ (VER[FIER ET CORRIGER) d VER[FIER; pOUR CHAQUE NAISSANCE: L'ANNEE DE NAISSANCE EST ENREGISTREE POUR CHAQUE ENTANT VIVANT: L=AGE ACTUEL ES] ENREGISTRE POUR CHAOeE ENFANT DECEDE: L'AOE AU DECES EST ENREGISTRE POUR UAGE AU DECES 12 MOIS: VERIF[ER POJR DETERMINER LE NONBRE EXACT DE NUIS VERIFIER 215 ET INSCRIRE LE NOMBRE DE NAISSANCES DEPUIS JANVIER 1987 StIL N«Y EN A PAS, INSCRIRE '0'. [] 253 N « [ QUESTIONS ET FILTRES æ 22ZA| En ptus des naissances vivantes, avez-vous eu des I grossesses dui se sont termin~es par u~e fausse-couche, Un avortemetlt ou un g~ort-nl ? 222B Avez-vot~ eu des grossesses quî se sont terminées par une fausse-couche,un avortement ou un mort-né ? CODES (~] [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . 2 PASSER I A I »223 I =1 c . , .~ ,~, , I -~E . ~1 223 Ete=-vo~s enceinte en ce ~~ent? 224 I De combJe~ de moîs ètes-vous enceinte? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . 2 PAS SURE . 8 7 ~226 225 226 Au moment oO vous ètes t~gl:x~e enceinte, vouliez-vous toquer enceinte ~ ce woment-L~, vouliez+vous attendre plug tard, ou vouliez-vous r~e pas tomber enceinte ? If y a combîen de temps que vos dernieres reg[es ont commenc~? I A CE MOHENT-LA . I I I PLUS TARO . 2 NE VOULAIT PAS . ] JOURS . 1 SEMAINES . 2 MOiS . 3 ANNEES . 4 ER MEROPAUSE . 994 AVANT LA DERN|ERE NAISSANCE.995 JAMAIS EU OE REGLES . 996 I I 227 Entre te premier jour des règles d'une fe~[æ et le | O(Jl . 1 I prmier jour de ses règles suivantes, y-a-t-il certains J NON . 2 moments ou elle a plus de char~es de tomber enceinte que NSP . 8/r301 d'autres? 228 A quel moment du cycle menstruel une femme a le plus de chances de tomber enceinte? PERDANT SES REGLES . I JUSTE APRES LA FIN DE SES REGLES . 2 AU MILIEU DU CYCLE . 3 JUSTE AVANT LE OEBUT DE SES REGLES . 4 AUTRE 5 (PRECISER) NSP . 8 254 SECTION 3: CONTRACEPTION [ 011 RAfnteramt, Je voudrlll vu perler de Le pLwHf|cltion familiale - Les diffEr~ts moyens ou ~thodes qu'un ¢o~Jp[l peut I utiliser petJr retarder ~ 4iv|ter ~ Ilroesesse. De e~.Mlts myll~ o~ petha<$es ivez+vo~Jii efltlfl~l,J peP|er? ENCERCLER LE CoeE 1 D+EMS 302 ~ CI~kGliJE NETHODE NENTIC~INEE D~UNE RAN[ERE SPONTANEE. PUIS CCIdTLNU~III LA COLOeME EM LISANT LE M(X4 ET LA OE$CRIPTION DE CHAGUE METHCIDE lION NEMTIC4dNEE SPONTANEHENT. ENCERCLER LE CODE Z SI LA 14~T~E EST RECONNUE+ ET LE CODE 3 SI NON RECONML~E, PUIS, POUI~ CHAOUE NETNGOE AYANT LE CODE 1 OU 2 ENCERCLE DANS 302, POSER 303-30~ AVANT GE PASSER A LA f4ETNODE SUIVANTE. I 01[ PILULE Les f i l peJvtnt prlrdr! un* pilule to~~ tes Jo~rl, 021DIU/STER/LET LI! I l ! mL un st4rlLet ~ Le I~mtlcîn, La u p - t l o~ L'lnflrmlAre Leur pLeced~ L*utArul. IM~ECTIONI; Les f m l deuvent recevoLr une In j~ct lon per ~n l l lbde~Ln, L+In f l r l l Lk r t , ri Ui l " fB+ pot l r 4V l t l r de to l i )~p ence in te penddmt p tu~îoura mo ls NOUSSE. C4ELEE, C01~mRINES L ls f i l I)lUvant s i N | tP t A L'lnt~rLIl+.lr de L l geLde, de i l CP~+ da l C(:411ppLllq~l a~l l l ' I t d l lvO IP da l r lpç34)Ptl S lX~L l . 051 CONOON Les h~~es de~Nent se wettre un ¢ond~a (une capote a~llLaise ou pri*ervatLf) pin~l~t tes rapports sexuelL O~ STER[LlSATION FER[MINE Les 06~ f m p4~e~t I~ubir ur~e op~reti~ p~r ne plu~ avoir d'ehfints O•J STEIllLIRAT[ON I@,SCULINE Les hall j=4~vent lubLr une op~retion pour ne paul avoir d+mfantl. RYTNI4E, CQ#TINENCE PER]OeIGU~ LB ¢Ot l )L l l plti~+ll~t tvlter d+mvo+r des r lppor t l l l xuet l clrtlirm jmrs du cycle perdit LemLS es f m est pLu~ sulceptibte de t~~~oer encl|nte. •J RETRAIT Les homms peuvent faire ittlntlon et es rttLrlr avant L+ljmcuLition. 302 Avez-vousdljS tr~tendu partir de (N~THCOE)T LIRE LA DESCRIPTION DE CHAGUEKETRODE. OUI/SPOMTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 303 Avez-v~~~s ck~jS 304 RAvez*voul o~ L 'o~ pe~Jt UtHi=E (METRGOE)T aLLer(kiETHoeE)?P~r se procurer oe l . . . . . . . . . . . . . . . 1 CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OdI . . . . . . . . . . . . . . . I QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I OU1/OESCR lPT ICi4 . . . . . . . . . . . . . 2 . 31 K,~ . 2 NON . 2 V ~U[/SPONTAME . 1 OUI/DESCRIPTION . 2 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3- v OU I / SPA~ TANE . 1 QUI/DESCRIPTION . 2 MON . 3 v OU I ISP~q TAME . 1 CUl/DESCR 1 PT JO~ . 2 N(]d . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . QUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 NOM . . . . . . . . . . . . . . . Z Avez+vo~s ~ja ~titisé Le co~<~~ avec un partenaîre? OUI . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 QUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I MO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 OUI/$P(IMTANE . 1 Avez-vous eu u~e Savez-v~.JS o~ tu~ p4~Jt s~lbJr OUI/DESCRIPTION . 2 op~ret i~ p~r IYi ° ~ opAratio*~ pour Atre N(IM . ter d+avoir d+sutr+es IltlriLisE? anf ;+ni s? OUI . {70[ . 1 MON . . . . . . . . . . . . . . . 2 NO~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - - V ---- OUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . I Vot re mr i / con je in t Sav lz -vu o~+ L+o4~ p4~t sub î r OUI/DESCRIPTION . 2 a-t-il eu ur~ opéra + uhe <;¢p4krltL~~1 po~r l ) t r l Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 t ion pour re pLus stArîLisA? / avoir d'en f anis? oel . 1 oel . 1 MON . 2 N~~ . 2 V OUI/SPGqTANE . 1 (TJl . 1 Serez-vous o~ t'on peut (it~tenir OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 ~es co~'+eLLs Ilur l a façon NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] NC~ . . . . . . . . . . . . . . . ~ :Ge pra t iquer t f continence OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MG~ . V OU [/$P(]NTAME . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . I r ,a l. rH t+m m m+;t+[, a~ m m m mIlia+tliil~Ilil;it~i,t~l~ Hi~~id ~+~ H MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ MON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ,~~.m,~m«~--~ •• IdIRTIMEMCE PROL(X~GEE En dehors oe L~lrr4t des rapports lexu4Ls tr~dLtLonne~temeht ot4ervA ll~i'4kll l1 F I l i a le+le certains coi4pLes AyJteflt ~el rlppOr[l oexueLs de~dlmt des æLe, pour U LI f a ~ to~~)e p41s l•J GIIIS'0AIS LeS fmi peuvtmt utl I I ser ~klll 1411Jlettee p~r r~ per t~r ente{nie. Avez'vOUII erltMiótJ perler dUe~ - tre| moyens 0umkthodee ~ LI! fro ou tes hmwes devront u tLLLnr p~ Ivlter Ls Oros$es8e~? (PRECLSER) (PNECISER) OU I/SPONTAME . 1 OUI/DESCR IPT ION . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3~ V OU[/SPONTANE . 1 OUI/OE$CR IPT IP41 . 2 NON . ]- ¥ CUI / SP<~M TANE . 1 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3- ~x . . . . . . . . . . . . . . . 1 iiiii+',iiii]iili+iiilii~LiP,~lll~[i~H~ ~ Wl~ ~IFIIHJfHH]!FIHSHIfiHIIg~ m ~ ~H~J~ ~ mX~ NON . . . . . . . . . . . . . . . ~ W ï ~ ~ + m ! ~ ++ ~ m t mm m m.mmm m~~ m+~mm~~ mmmmmm ~~ ~~ im i m tmmmmmHmmmm~~~ mmme~aH mmm~ ilmm~!mmmmmmm~! ~ m!~ m iii~ L,i[Miilhlih[~~l~lIN ~ NnlI'~ ~IN f i l in ~ h m | ~ i ~ m ~~~. mlmmlre~mmlam 33i iiiiii!iM]![ii!~Mil+~lii]lllll~Hl~)H~lH~UiHf~ifill~ ~oR . . . . . . . . . . . . . . . 2 i iii iiii! !~iiii~iil;ii~:iiiii~Mi~iiii~,tllll!~iMl!~!ilMMiiliiï~iM 255 N = J QUESTIONS ET FILTRES n ,~ I Avez-v~ déj~ utt[l~~ ~u essey6 un moyen queLcor~ue I pour retlrder OU iYJtlr oe tq~l~er ~~ceinte? PASSER I I' Io~, . n I ~07 Q~'OV,Z-VO,. tait ~ utlkîe~? ))))) )L))))L)))))) i)))i!)i)~j)})~H)))~lli~~))ïil~))il~i)i~)ii~))l r.~RIC~R 303"30~ (ET 302 SI NECESSAIRE) I ' )) ; " "~~' ) " " "~"~'" " ' " " i " l 3~ 310 311 Nminten=nt je vo¢¢lrmis vc~s parier du matent ~u, pour Il pcmî~re fois, vo~ avez fait q~(que chose ou utl(le6 unelt~tho(~ pour 6viter de tomber e~¢einte. C~ie~ d=enfent= vîvent~ aviez-vOUs ~ ce froment-tE? SI AUCUN~ INSCglRE *00% VERIFIER 223: (JJPA$PAS EMCEiWTEsuRE [~ ENCEINTE v - -RE O'E.,A.,S . [~! ~326 VEglFIER 303: En ce moment, f=ite=-v~ ~e[~ chose ou utilisez-vousl ~1 . 1 I m~tho~ ~r iviter ~ tom~r eoEeinte? I I NON . 2~326 312 Quelle m~thode utilisez-vOUs? 312A EMCERCLER +06' POUg LA STERIL]SAT[O~ FE~IN]NE 313 Au mo~~nt o~ VO~~ avez COaln~ncé &uti[iser la pitute I pour La premiSre foie, avez-vous consu~té~médecin I æ ur4 sege- fm? PILULE . 01 D IUISTERI LET . 02-- [NJECT]ON$ . 03 M~JS SE/GE L EE/COMpR I NE$ . 04 CO(~OOH . 05 p318 SIERILISAT ION FENINIWE . 06 STER [ LISAT ]ON MASCUL $ NE . 07-- CONT [NENCE PER IODIQUE . 08~ REIRAIT . 09 ABSTINENCE PROLO@¢GEE . 10 ~323 GR]S'GR]S . 11 AUTRE 12-- (PRECISER) OU[ . 1 NON . 2 NSP . 8 ,,,i.o_,~ . . . . ,,.,p~ocor,~s0i,uLes,o IOU' . '1 derniêre foie, evez-vous c~su[t~ ~ m~~~ecin ou une xage* f e~? WON . 2 315 Puis-je voir l| boite de piLuLes que vous utilisez en ce moulent? MICRO NO91JN . 01 LO FENEWAL . OO2j OVRETTE . 03 EUG¥WON . 04 ADEPAL . 05 317 M]N]PHASE . 06 M]N]DR]L . 07 AUIRE (PRECI$ER) l BOITE N~ ~rREE . 316 Connliasez-vou~ &In o mde (a ~rquedes piku(es que vou~ uti|ilez en ce i~~nt? INSCRIRE LE NON DE LA NkROUE, PUIS LE COOE DONNE EN 315 MICRO gOVLï4 . 01 LO-FEMENAL . 02 OVRETTE . 03 EUGYNON . 04 ADEPAL . OS NINIPHASE . 06 MI~IDR[L . 07 AUTRE 09 (PREC]$ER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 I »~7 I c~,en VOUS co~te ~~e boîte (~e p iLuLes7 1 (NOTER LE PRIX) 317A pour ccallbîen de cycle utiLisez vous cette boite de ptlulea? (NOTER LE NOMBRE DE CYCL£S) Cou~ent utilisez-vmJs cette pilule ? PRIX . GRATUIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9996 NSP . NOt4BRE DE CYCLES . [~ LJ UNE PAR JOUR . 1 I I AUTRE 2 (PRECISER) NSP . S 10 256 N* 318 QUESTI~S ET F[LTRES VEIIFIEI 312: ELLE/IL E~ UTILISE UNE EST STE~IL]$E(E] AUTRE METHQOE ¥ V LS atlrtti.tl~? (NETHODE} La dernière fois? C~OES SECTEUR PUBLIE HOPITAL . 11 CENTRE MEDICAL . 12 C.$,P.S . 13 SMI . 1~ DISPENSAIRE/NATERWITE . 15 PO$1E DE SANTE PRIMAIRE . 16 DEPOT PHARî4ACEUT.C~ . 17 SECTEUR MEDICAL PRIVE CABINET DE MEDECIN PRIVE,.,.21 CLI#II~E PLAW[F,FId4IL . 22 PHARMACIE . 2] CABINET INFIRMIER . 24 AUTRE SECIEUR PRIVE PARENTE/VOISINE/AMIE . 32-- AUTRE 4~ (PRECISER) WSP . 9 ~ ASS4ER A (NON DE L'ENDROIT) ~.321 AUTREMENT, INSCRIRE EN HEURES, $1 1 JOUR oe+ = 24 HEURES N~P . 9998 320 Eat-ce EsciLe ¢K4 difficile de se rendre L~-bas? FACILE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 D[FF]C]LE . 2 '~'1 I ~,323 321 VERIFIER 312: UTILISE ELLE/[L UNE AUTRE 3211 :;:;;i~/~i:E(E, E~ NETHCOE Ç~ 322 I En~t mois et quelle annëe La st+rilisation a t+etle I eu lieu? 310"=''UVMETOACUELLEI ~l de façon continue? MOIS . $1 MOINS DE 1 MOIS, INSCRIRE *00 ~, 8 ANS OU PLUS . 96 32,; | Av.z-vcu6 eu de, prob[kn== avec La m~thode que . I Out . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ufl Lt.z Ict ~L I B t "/ I NON . 2~--~]] CONNA I S$ANCE/PARENTE . Z CONJOINT . ] ]~1 PENSQ~NE . 126 Od[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 - - - - -~328 Avez'voUS L întentiort d utiliser, dans t avenir, une r~- thode pour retarder une grossesse ou pour ~viter de to~- NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I ber enceinte? NSP . 8=~~~» 3~~ 327 GueLte e~t La principale rats~n pour LaqueLLe vous nt|vez pas [qntentîor, d'utiliser une méthode? VEUT DES ENFANTS . 01- MANQUE D'INFORKATION . 02 PARTEWA]RE DESAPPRQUVE . O] COUT TROP ELEVE . 04 EFFETS SECOMDA[RE$ . 05 PROBLEME$ OE SAWTE . 06 DIFFICILE A OBTENIR . 07 RELIGION . 08 OPPOSEE A LA PLANIF, FAî4]L]ALE,O~ FA]AL]STE . 10 AUIRES PERSONNES DESAPPROUVENT.11 RAPPORTS SEX* PEU FREQUENT$,.12 D[FF]CULIE A TOMBER ENCEINTE.1] MEhOPAUSE/A EU HY$TERECTOM]E.I~ PAS COSLMOOE . 15 NON NAR[EE . t6 AUTRE %T (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9Er~ .332 328 kVeZ-VOU= L'întentîc~~ d'utiliser une méthode dans Les I ouz . 1 I 12 prochmini moi=? I NON . 2 I N~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 324) Q~4k~d VOuS utî[isIrlz ur~ rr~thode, q~eLle n~thode prêfére~iez-vou~ ut]Liter? PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 = DIU/$TER]LET . 02 I INJECTIONS . 03 t~~USSE/GELEE/COMpRINES . 04 CONOOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 STER[LISATIOW FEM[N]NE . 06 STER[L[SATION MASCULINE . 07 CONTINENCE PEN[OElOUE . 08~] RETRAIT . 09 ABSTINENCE PROkONGEE . 10 GRIS-GR[S . 11 3]2 AUTRE 12 PAS SURE . 257 a~ N ° ~~JESTIONB ET FILTRES 330 @3 pouvez-vous vou~ ppocurer (METHODE CITEE A 329)? (RCN DE L~E~ROIT) VERIFIER 312: UTILISE LA CONTINENCE PER%OOI~4JE, LE RETRAIT, L'ABSTINENCE PROLONGEE OU /RJTRE NETTE TRADITIONNELLE 332 Connii~sel-vou~ un endroit où on peut se procurer une IJtho¢ie de planificltion famitiaLe? PASSER CODES A SECTEUR PUBLIC HOPiTAL . 11- CENTRE MEDI CAL . 12 C.S.P.S . 1] D I SPENSAI RE/NATERN I TE . 15 POSTE DE SANTE PRIMAIRE . 16 DEPOT P HARNACEUT. COPW4UM . 17 SECTEUR MEDICAL PRIVE CABINET DE MEOECIN PRIVE . 21 »334 CLINIQUE PLANI E, FAN]L . 22 PHARMACIE . Z] CABINET INFIRMIER . 24- AUTRE SECEEUR PRIVE PARENTE/VOISINE/AMIE . 32 AUTRE 61--~e-336 (PRECISER) NSP . 98 ~332 UTILISE UNE MEIHOeE MOOERNE ~336 ] OUI . 1 I NON . 2 »336 333 elto¢e? SECTEUR PUBLIC HOPI TAL . 11 CENTRE MEOI CAL . 12 C.S.P.S . 13 SM[ . 14 D l SPENSA I RE/MATERN[ TE . 15 POSTE DE SANTE PRIMAIRE . 16 DEPOT PHARNACEUT COI~MUN . 17 SECTEUR NEDICAL PRIVE CABINET DE MEDECIN PRIVE . 21 CL IN(QUE PLARI F. FANIL . ZZ PHARMACIE . 23 CABINET INFIRMIER . 24 AUTRE SECTEUR PRIVE PARERTE/VOISINE/AN[E . 32-- AUTRE 41 (PREClSER) NSP . ~336 334 Cæien~ te«~o~ fmut-iI paur aUer de chez vous à J MINUTES . I ~ J cet e~i(Iroit? i I HEURES . 2 Si MOINS DE 2 HEURES, INSCRIRE LA REPONSE EN MINUTES. AUTREMENT, IM$CRIRE EN HEURES. SI 1 JOUR OU+ = 24 HEURES NSP . 999B 335 Est-ce facile cwJ difficile ~ se re~re LB-bas? I FACILE . 1 I I I DIFFICILE . 2 ~ o_ . _ r ___ I . I A propo~ (du pLannir.Q famïLieL B: oeI N(~W La radio7 RADIO . I 2 La t6tévisioel? TELEVISIO~¢ . 1 Trouvez-vous acceptable ou pas acceptabEe que des infor- ACCEPTABLE . 1 matîons & propo= du ptannîn9 famiLiaL soient dor.~es à PAS ACCEPTABLE . 2 Il rmdio ou i La têLêvisîon? NSP . 8 338 ~KleLLe est votre principaLe source d'information co¢w:erIwmt le pt=nnin0 fæîLîaL ? $N1 . 01 AGENT DE SANIE . 02 RADIO/TELEVISIO~ . 03 JOURNAUX . 06 PARENTS/VOISINS/ANIS . 05 NE CORNAIT PAS LA PLAN. FANIL.06 AUTRE 07 (PRECi$ER) NSP . 98 258 12 402 403 IMSCR%RE LE II4~M, LE N + DE LIC.~E ET L~E/AT DE SURVIE DE CNAQ~JE MAISSANCE DEPUIS JANVIER 1987 DANS LE TABLEAU. | PO~~ES LES gUEST%OIdS A PROPOS DE TOUTES CES NAISSANCES. COM/AENCER PAR LA DERN[ERE NAISSANCE. (S'ZL Y A PLUS DE TROIS NA]$f~AJ~CES. UTILISEZ UN GA.IESTIONNA[RE SUPPLEMEMTAiRE). Nlintenant, je voudrais vous possr quelques q~stions & propos de Le sanie des enfants OF,I vous irez lus durant tes N* DE LJGME DE LA Q, 212 I I I DERMIERE MAISSAMEE SELO~ Q. 212 MOM ET Q. 216 VlVANT~ DECEOE[~ V V Au l~m~~t o~vo~â~ Ets« te~~~aIe A CE H~~AENT-LA . 1~1 enceinte de (N~A), vouliez-vous (PASSER A ~05)< /' toper e~¢ei~to NE VOULAIT PLUS . ]~ S ce F:loe~lnt-~l , VOUliez-vous PLUS TARO . 2 at tendre D(+I tord ou vo~[iez- vo~~ M PlUS avoir d+enflnt? PASSER A ~OS)< | AVANT-DERN[ERE SAISS. M~d4 VIVANT ~ v DECEDEE~IIII V A CE V~314ENT-LA . 1 (PASSER A 405) < / PLUS TAkD . 2 (PASSER A ~,05)< ~] NE VOULAIT PLUS . . . . . . . . . . A V , AVN~T'DERN]ERE NAISS* ~,VAMT ~ OECEO__~'~~J PLUS TARD . ME VOULAIT PLUS . 3 I (PASSER A 40§) , + + - + + - ~ + +1 vo~lu ittondre7 MOIS . 1 L~~ NO[S . 1 I(OIS . . . . . . . . . . . . . . 1 AMMEES . 2 ANNEES . ~ AMNEES . E NSP . 9çzE NSP . 998 MSP . 998 ] 40!i Quand vocm 8riez enceinte de {MQM), Ilvez'vo~l Wl ~F~el{~.Jlun pour une ¢ml~uLtltio~ ¢~l l r - r~~t cette groeleese ? SI OUI+ QUi ivez-vo~s vu? {~kRpJ'un d'luire? EMCERCLER TOUTES LES PErSOnNES VUES. PROFESSIONNEL DE SANIE 14EDEC]M . A INFIRNIERE/SAGE -FEMME, .B ACCOUCHEUSE AUXIL lA[RE/ NATEO~AE . C AUTRE PERSONNE ACC(~,JC HEUSE (TRAD] - TIONNELLE) FOEMEE, ., .D ACCOUCXEUSE TRAO[ - T[ONNELLE . E AUTRE F (PRECISER) PERSONNE . G (PASSER A 409)< PROFESS]Q~NEL DE SAMTE MEOEC]N . A ]NFIRM]ERE/SAGE-FEWAE.B ACCOUCHEUSE AUXILIAIRE/ ~ATRONE . C AUTRE PERSONNE ACC~JCHEUSE (TRADI" T]ONNELLE) FO~NEE.D ACCOUCHEUSE TRAD[" TIONMELLE . E AUTRE F (PRECISER) PERSONNE . G] (PASSER A 409)~ PROFESS%O(~NEL DE ~~LNTE NEOECIN . A INFIRM[ERE/~GE'FENNE.R ACCOUCHEUSE AUXILIAIRE/ NATRONE . E AUTRE PERSONNE ACCOUCNEUSE (TRADI- TIC, SELLE) F~NEE.D ACCOUCHEUSE TRADI* TIQ~MELLE . E AUTRE F (PRECI,~EE) PERSONNE . (PASSER A 409)< 406 VOUS e-t-on doqv~ OU% . I OJI . 1 OUI . t Ur~ ¢lf~l ~ &&hl[A pour cette grossesse7 NOId . 2 NON . 2 NO01 . 2 NSP . 8 NSP . 8 NSP . D 487 pourq~e(du'unrence ¢'n°W~tt 'ee~Jad~~dBOv~SSt'(VeZ"VjOUSune conlu'tlt'o~P°ur te premi8reconcer.,Oit,i .lE . ~ ,0Es . rç~ +' . rçl I i%ll#~t ¢ettl 9roieeeleT MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . 98 I NSP . C- - '~" ¥11Jtee pr~¢~tlleæ DE V[SITES.~ NBRE. DE VIS[TES.~ NSRE, DE VISITES.~ I 4~ Ivez-voki fait pefldatlt cette SSRE. 9r oBeellle? MSP . 98 NSP . 98 NSP . 98 40q OuAnd v~ êtlez Im¢linte de | (~} vu l-t-on fiit uni OUI . 1 oel . 1 OUI . 1 I inj=¢t(on dinl te brie pour ,virer I~u bêbê d'sert.per Le NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . "72 NON . 2] X~ . 2] t~tlmos, c,met-8-dire tes con- (PASSER A 411)< ~ (PASSER A 411)< ~ (PASSER A 411)< wt=ions korD= I= nai=slr¢«? t~$P . N NSp . NSP 610 Eæien de fois ivez'vo~i eu J cet te J~je(t îoe? .= iRE . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NOHBRE . [~ N,EE . . . . . . . . . . . . . . . . [~ I NE P . 8 N SP . 8 NSP . 8 411 ~ Irez'rOui accouchl de (~)? V.A I SO~ PROPRE RAISON . . . . . . . . . 11 AUTRE SA l SON . . . . . . . . . . 12 SECTEUR PUBLIC HOPITAL . 21 NATERNiTE . 2Z OlSpEMSAIRE . 23 SECTEUR PRIVE HOP. PE[ ./CLINIQUE.31 AUTRE 41 (PRECISER) RAI SON PROPRE ~AI SON . 11 AUIRE SA ] SON . 12 SECTEUR PUBLIC HOP[TAL . 21 NATERNITE . 22 DISPENSAIRE . 23 SECTEUR PRIVE HOP, PR[ ,/CL]N[~JE, . . ,31 AUIRE 41 (PREC[SER) RAI ,T.O~ PROPRE SA I S(~ . 11 AUTRE MA I Y.ON . 12 SECTEU~ FUQL lE HOP;TAL . 21 MATERNITE . ZZ DISPENSAIRE . 23 SECTELkq PRIVE HOP. PE( ,/CL[N]~JE.31 AUTRE kl (PEECISEE) 13 259 412 Qui voui • asmist~ pour L'mcccJChement oe (NON)? Qgelq~h~n dliutre? [RSISTER 54JF. LE GENRE DE PERSO~WNE ET ENCERCLER TOUTES LES PENSOWNES C]TEES. DERN[ERE NAISSANCE NOM PROFESSIONNEL DE SARTE NEDECIN . A I NF I RM I ERE/SAGE" FEMME.B ACCOUCHEUSE AUXILIAIRE/ MATRONE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRAD I - TIGRNELLE FONNEE . D ACCOUCHEUSE TRAU I - TIONNELLE . E PARENT . F AUTRE G (PREC[SER) PERSOMRE . H AVANT-DERNIERE NAISS, NOM PROFESSIONNEL DE SANTE NEOECIN . A I NF I RM] ERE/SAGE- FEMME. B ACCOUCHEUSE AUXILIAIRE/ WATROME . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRADI- T IOMNELLE FORMEE . O ACCOUCHEUSE TRADI- TIONNELLE . E PARENT . P AUTRE G (PRECISER) PERSONNE . H AV. AVAWT-DERNIERE WAISS. NON PROFESSIONNEL DE SANTE NEDECIN . A I NF ]RM] ERE/SAGE" TENME, .B ACCOUCHEUSE AUXILIAIRE/ MATRONE . C AUTRE PERSO~~NE ACCOUCHEUSE TR&DI - TIOMNELLE FO~NEE . ACCOUCHEUSE TRA~ I " T[O$1NELLE . E PARENT . F AUTRE G (PNECISER) PERSOM~E . H 41] (WOW) est-il/elle nê(e) k terme A TERNE . 1 A TERME . 1 A TERNE . 1 I pr~tur~t? I PREI(ATUREMENT . . . . . . . . . . . . 2 PREMATUREMERT . . . . . . . . . . . . 2 PREiGATUREMENT . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 414 I Avez -v~ ~c~h~ de (NOM) OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I par cêsar i erg? I NI3~~ . 2 NON . ~ NOM . 2 415 Quand (NOM) est n~(e), TRES GROS . 1 TRES GROS . 1 TRES GROS . 1 ~tait-i[/eLLe: PLUS GROS QUE PLUS GROS QUE PLUS GROS QUE très gros(se), LA ÆYENNE . 2 LA MOYENNE . 2 LA MOYENNE . 2 plus Rros(sel que La moyenne, NOYER . 3 MOYEN . 3 NOYER . 3 =myen(ne), PLUS PETIT QUE PLUS PETIT QUE PLUS PETIT oeE plus ~t~t(e) ~ la m y ~ , LA ÆYENNE . . . . . . . . . . . . . . 4 LA MOYENNE . . . . . . . . . . . . . . 4 LA MOYENNE . 4 o~ três petit(e)? TRES PETIT . . . . . . . . . . . . . . . S TRES PETIT . 5 TRES PETIT . 5 NSP . 8 NSP . 8 NSP . 8 OU I . ~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ 416 (NOM) a-t-il/erre ~t~ pesê è t~ n~îs~mr~e? N(~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . 2 (PASSER A 418) <~ (PASSER A /.19) «~ (PASSER A 419) • , . I c~~. . t ,,.,,., R*LO,R,ES . [ ] . [ ] **LOGR--ES . [ ] . [ ] N*LO,,,ES . ~ . NSP . 98 NSP . 98 NSP . 98 I OUI . I] I 418 Vos rêQles sont-elLes revers =l:=l=!!!!=~:t=!!!!=!=El====!==!=!t!t=;ll=!t:t:r:=!:!::,:::r::;;,:!:,!!::::iI =;'l+::'t':+! I: :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: NOM . ~ 1 (PASSER A 421 )<---- 419 I Vos règles s~t-et(es revers I entre La naissar~e de (NOM) et votre grossesse suîvante? 420 m Pendant combien de moïs après I La rmisssnce de (NOM) n'avez ve'Js Oas eu de rèNLes? 422 I Avez-vous repr i s les rappor ts I saluais (~epuîs ~a rdsîssal~¢e (NOM)? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~PASSER A 423)< l NSP . 98 RSP . 98 OUl . ~]1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 423)< NSP . 98 ENCEINTE Ou PAS SURE giiiiigiiiiiiiigiiiiiiiiiiiiiîiFi[iil,,iiiiiiiiii~ii~iii i i~~ PASSER A 423 ~ «* ~" '*t'*, , OUI . I : : : h: : :H :,:;~] ]S]~ :}]}]~}H~H}:~]~} ,~, i_,.,~~.,~.,. ~~:~ ~ r~~ I Le rwlisance de (NOM) MOIS . MOIS . MOIS . n=svez-vcJ.~ pas eu rapports sexuel s? NSP . 98 NSP . 98 NSP . 98 14 260 424 I [ Avez-v~a~ aLL l i t~ (RCI4)? DERNIERE NAISSANCE MON oe~ . ~11 (PASSER A 626)< AVANT-DERNIERE HAISS. NON OU] . 1] (PASSER A 433)< AV. AVANT-DERRIERE RAISS. I NON ®i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~] I (PASSER A 633)< I 425 poîJr~~Joj ~*IVeZ'VOU~ des aLLait~ (NOR)? MERE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01 EMFART HALADE/FAIBLE.02 ERFART DECEDE . . . . . . . . . . . 03 PRONLEME DE SEIN/ DE BOUT BE SEIN . . . . . . . . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUTRE 08 (PREC/SER) (PASSER A 415)~ MERE MALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAISLE.O2 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . O~ PROBLENE DE SELN/ DE BOUT OE SEIN . . . . . . . . 0/4 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . O~ ENFAHT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUFRE O~ (PRECISER) (PASSER A 63S)4 M~RE MALADE/FAISLE . . . . . . 01- ENFANT NALADE/FAIBLE.02 ERFAMT DECEDE . . . . . . . . . . . 03 PRONLEHE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . . . . . . . . 06 LAIT IN~d~FFI~~kNT . . . . . . . . O~ TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AUTRE (PREClSER) (PASSER A 435)~ 626 628 429 430 431 1 432 Combien de te~F~ aprBs sa I~ll| issrce IVaZ-vou8 mis (NON) au sein pour La première fois? SI NOINS DE 1 HEURE, INSCRIRE IO0' HEURE. SI MO/NS DE 26 HEURES, LMSCRIRE DES HEURES. AUTREMENT, INSCRIRE DES JOeRS, ALLaLtez-vous encore (MON)? HEURES . . . . . . . . . . . . . 1 JOURS . 2 DECEDE V (PASSER A 633) OUI,.[ . I RON' - i ; i l i f f i ' i ] i " i . . . . . ~] I combîen de fo is svez-vou~ 1~4BRE aLLaît~ Ls nui t derni~re e~tre D'ALLAITENENTS Le coucher et Lever du soLaH? DE MUIT $I REPONSE NON MUMERIQUE, IH" SISTER POUR EVALUER LE NOMBRE ~M i combien de fo is avez-vous NONBRE aLLaitE h îer , pendant les D'ALLAITENENT$ I heures de jour't DE JQUR SI REPONSE NON NUI4[RIQUE~ IN" EISTER POUR EVALUER LE NONBRE (GG ! ! ! ! i ! ! ! i î ; i ; i~i i i i i [ ; i i i l ; i lR i ! i i i i l i l l îii!ittllll~(iI,l~~ i i iii i i ] !iilii iiiiii i i i! i i i ! i i i i i i i i i i i i ! i i i i l i]i[i[iiiiiiiiiiiiii L ii iiiiiii£iiii i i[ii i i~i i i[ii~ii~iiii£i!~ i i i i i ! I { ] iiiiii{ii! ii! i i:! ;iii i i i i i[il]!iii i i i i i i i i i i lLi!i [illl Jli[~i[H Iii!]il] : L : . . . . . : : [ ; L:IL: [ L: [~ i " : . . : : : :: : ; . . : . : : : : . i : := i i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I.,~,,t,ttl iiiiiiiiii!iii!i!!i~iiiiiiii!iiiiiiilliiilliiiilliilti i i i i i i i i i i i i i i i i i [ i ] i i i i i i~ i ] i l ] ! i ] [ i i i i i ! [ i i i i i ] i i i i ! i l ! i ! ]h! J i i i i i i i i i i i i i i i i ! i i i i i i i i i i i i i !! i i ! i i i i i i i i i i lEi i i l~i i~l£11111111 !IIIIIII~II!II!IIII!I!I!!!I!II!II!!!I!II!IIIIIIIIII~11111}!~I£EII IIIII!I!EIII i i i ! i i i i i i i i i i i i i i i i i !!!![ i!~!!!! i! i lE i i i= £ ; ; ;= ; : ; III!II![IIII I IAI i i~ i i~ ~I ! I i i i l i l i i i ! i ! i i i i i i i i i i i! i i i i i!!i i!!!i i! i l i I I E I I I I I i I~ I i i i i i! i i i! i!!!:i: i i :! i! i!!i!: i!]!!i!i i i i[ i i i i i i i i! i i~ii!l i i!£11[i!i i{i i i i iii!i i iii ii!i!iii !i!!! !! 1 i i i i i i!iiiiiiii i i !i iii ii! iiii!iiiii[iiiii~iiiiiii~iii i i l l i i i l l i!i Ui l l iii ; : i IIII!III?II~IIEI!IEII i i~! i l ! i i f l i i ! I i i i i ! ! ! i i i i i i i i i i i ! i i i i ii!!iiiiiiiiiiiiiii] ! i ! i i i i i i i i i i i i i i I I ] I ! I I I I I ! ! ! I I I ! I I I I I I I I I I I ] I I I I I I I I I I I IH~ i i i i ! i i i i i i i i ! : i i i i i i i i ! ! i i i i i i i i i i ! i i i ! i i~ i i ! ! i i i i ! i i !~!£ i ! i ! ! I = ! : ! ! : : ! ! = i i i i i [ i i i i i i i i i , [ i i i i i i i ! i i ! ! ] i~ i l i i i i i i i ! i i i i i l i i i i~ l l i I l J . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I ! I~!!! I [ ! I ! I ! I I [ I I [ I I I I IHI IEI i i ! i ! i ! i ! i i i i i i ! i i i i ! i i i i i l ] ! i ! i i i ! ! i i ! ! i !~! ! ! ! i i i i i i ! i i i i i i ! l l . =. I=I.I I i i i ! i ! i i l ; i ! i i : i i ! i ! i ! i i i i i i ! i i i ! ! ! i ! i} ! i i ! ! i i i i i i i i i i i ! ; l l l i i i ! i i i i ] i i~i i i i i i i i i i l i i i i ] i i i i i i i i i i i i i l l i~ii i i i i i i i i i{idi i: ii!iii!!i!!i!!~iiii£i[iiiiiii[!ii[!i~iI£~~i~£I;ii~IiI i i i i i i i i [ i i i i i i i i i i i i i i i ! i i i i i i i i i i [ ! i i i i [ i i i i i i i i i i ! i i i l l i£ i lE i i i~ iii![~!!i[iiiiii!iiiii~~!i!~i;~ i i i i i i i i i i i [ i i i i i i i i~i i i i i i i ! ' ! i l i l ::;::!!::::;!]::;ii[i;[]:i!iiiii~:::m:,::~::~:===ri~=mm=~ zmJl I I{![I I I I I I! I I I I I I I I I I[ I[ I I I!!!!!!!~IEII I IEI I I[ I I I IH[I~II I I i i~i[i i[ i i i i i i[ i i i i i i i i i i i i i i i i i! i i! i i i i i i i i i i i( i i i i i i[] i~ll£111Eil l~ A n, importe queL moment hLer ou La r~ i t derniî~re svez-vou~ ~ k (RONL un ~es aLLments ou boissons suivants: Eau? ESU sucrée? Jus? [nfusîoe? L~Jt en boite ~r J~O~? Autre (e i t en bol ta ou en poudre? Ls î t f ra i s (d , lnLmaux) Autrea L i~ ides Boui(Lie? Autre e[îment sl~ciaLement prApar l pour L 'e~fant? PLs~ f mi lira, l? VOIR 611 : NOURRITURE OU LIQUIDE DONNE NIER OUI EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 EAU SUCREE . . . . . . . . . . . . . 1 JUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I INFUSION . . . . . . . . . . . . . . . I LAIT EN BOITE BEBE . . . . . 1 AUTRE LAZT EN BOITE/ EN POUORE . 1 LAIT FRAIS . . . . . . . . . . . . . 1 AUTRES LIQUIDES . . . . . . . . I ~ I L L [ E . . . . . . . . . . . . . . . I 2 AUTRE ALIMERT PREPARE SPEC. POUR ENFART.1 2 PLAT T î~ '~L IAL . . . . . . . . . . I Z "OUI ~~ POUR RIEN DU TOUT UN OU PLUS I v (PASSER A 4361 (PASSER A 637) 261 ;:::.,,,::.:~~ =;::~~;=;. u .:: :!:,:,~~~;.~:.~:a;.~ n~l~[h I . ,J~tI,ll iiliii[i! i Liiiiiiii~i~ii~!~ ~~i ~ !ii!l[~iii[iil Ei!iitl ~ i~! i ï ii 111 i i i!}i i~ii i!F}i~~i~ï7 l i ï l . ~:=~,,It,:tliit ; i ] tit ::;; ; . . . u I ,L I l i t l l~~~/~t ; t l iE t t t t tu t~a i i * i i * i t , t t i !~ : i l ! t i:]~~,~ii~~ BI ilHi IH I I I l i J l f l i l l l l l l l l~ i l l lH i ! i ! i i l i i i l l ~~ " i l ' l i l i l F . ; i ; - . : i i~iFi ; i i i i i ! !! I i ! i!!! ~ Iltll]ltlflti]l tlf!llltlflf]t t;t U;l tllitl ilt t i H it! tlt iltLiiiiiitiittliiili; ~iliii i i i i i i i iï lliIEl«HHiLi~i[îEEl~£1111~~]lil E I IB 5 ! I [E I i i [ i i i i i i i ~ l l l~ l~ l~ i l ] l i i i~ l~ l l i l i l i l E l i i l î i i! l i~i(i i~li i i i i~~i~i!i l Itttlll,l,I~lI,.h.,.,.hl.t,~ i . H d titltillil m t.i.t tli~i;l~iîl z Ii~ililiill IH !il i~fE HII J~ l l~ l l f i f ! t~ i~ i i ! i fH i !E i f ! !HE î l i i l iR i l ; ; ! ! I l l l~ l f i l l i l l l i l i l t t i i l E I t Hi f ttH~i~t]i H t~[Hi i ! t I I I t t i f i f l i l t l l , t , l t l l l i li l l i i iiiiii!i !i ii j : : i ï i [ ; i ;[;i ;i~~ i ~ l l] l l l i! l l l l i I! i l i I!!i!I i! i! ~!i i iii ~ iiii iiii i l i i l i l i l î l i l i l ; ; l l l i~ i i i ! i i i i i i~ i i~~i~i i [ I I I I ! I I I I I I I I I I !~ I IE I I I I ! I I I~! ! !~ I I !~! I I ! " i i i l ~ i " ~ ! i i i i i i i i i i i i i ï i ! i i i i i i : . i i i : !~ I t l rp q~{ 111 IIIM i,I,,.I,I ~,,,A :N l t ï i l ~tl ' ' r t i i i i i i i [ i l i ~i{ ~11]i~] i ] i l ] i l ! !~ ] i~, iI~~l , . ! ,~1! L : ; , i+, [11+; 1 : : i 2, 2+; ~; [~i [ : i ; i i ~I :*! ~ , I i I ; I I i I i i l l l i~~l l i l l l l i I I I i i I ! I R~ iu H i H i~ I~tlltlitRiliil il tit ~ t i ! [ IJili~iiiiiil!!i il it ,1 , ~ . ua H i a tt!iililii1iift!!ii!it!!I l l l i i ! i l ï l !i!iii!iï I ( I IH I I H . [ i }l i l l l ~ J l l i l l i i ] ! l l E I I I I i l !!I~11 I i~ I i~ £H iI£;~ IEil I l i . l i i i i ' " i i} E ' i i i i i i ï i l i i i i i i i :w , ~ i l .T . . i i . . i ; [! j ~l=l:ïSill lT l i i ! i i l l i tllfltttililtiitlil HlttHItIIt 11t l;ttlil]ili~~i i~t it . .~ !z , : I , J , I . 1; IIII11!!!!îi!!!!I!!!! !! !II i i I!i l i i I!I i!i i i! l l J l IHl~ll[lli i~il£~l~~ili~~£ ~i EI I! I I IE[£ i i i I i i i 11 , l+ i l i l i i l l i i i i l l l l l E Li i i~ '" V . i i , l ï i i l l l i,{ilI~i(i,i l . . i z • i I ~ "Ii l l=i=~:"':i . : . : : =i { lJhJh !liJl!!lll!i!i!!!Iii1~~l~~ .ii i i i i i i i i i !ii i l IH l 1 .8111 I L I I i . i l i i i l l i i ~ E'I £i ï£1~iiiiiiill ï l l i ;~~i i EJiJi i i i i i î I i l i i£1iiiHili£11i£I}ii£111EYiiii l! !I!E ! i l ' q i =i; * ' ¢ i i ï l ] i l i iiii i j i i i i i l ] i i l I I I J l lp&qt l l l t t t l t f l t l lH l l i t t i t~!~ I IH~~iI[~! i11~ u ii} ~ ~1 ~, tt~qlHl ml i r r r l a I l I I N i i . i i i i i~ i t~~? î I , IH I I f i , , I , L I I I L I I I J ! I i l l l i f £ i ; £ i [ i i ! i i i i l i i}i~iii i i~i i;i~i~iiiHii~ £i~ £[îlJ~ii~[ii[~ i[i[iii!iiiilii~i~i E i i [LiilLiiiiiil] E 11! i~i I~I [ iHEI I ! I ! ! I HI I I I~IE H i i ! i l i l l i ! i i i i l [ ![iii[il ! i IIIEiE I l . I l J J,,~I.,+IIIL~LIIII l l i l E ! !" ! .'£!~iiii i ! i i ! i iiii i i i [ l l l i l l . . . . i ' I l I F i l i l l i i î i£ ! I~i~!! i i i i I i i ! i ! i i !£ i i Ii£ I il I ltiit t H tiill U ]I ti{ltt[tl H] HlliiI!!t E ~iillEl ?il [il Ei~i iliN ttLtLfiti!ii«iii« i ilIIFI~; ill ~ILI U~I iii~ii~t ~llt;,l,~l,lui~t1,t,, ~~,,,, ff,.,.=:=, . « l l l l t l i l~[ i l ] t i l t [ t f ] i t l i t l i~t i i t l t l i~ f i l t t i~t i~~iï~ 15 I ~33 I Pendant cembî~n de moîs I IJve%-vous J~~i i tE (~~4)? DERNIERE NAISSANCE NOM AVANT-DERN]ERE NAISS. NON IqOlS . JUS~J~A SO~ DEEES . 961 (PASSER A /*36) • / MOIS . { ~ JUSQ4J'A SON DECES . 961 / (PASSER A R~~6) • AV. AVAMT-DERMIERE NAIS$. I I NON .,s . ~]l" JUS~U+A SON DECES . . . . . . 96~ (PASSER A 436) < 434 POUrqt~o{ Irez*roui irr~tE d+slLaiter (NON)? ~36 I Avez-vo~.~ di~jli do?,n~ E (MOi) I de L*ellu, Ou (p~eloA~e chose d'autre R boire ou 6 ~nger (llutre (~e te tait amterneL)? MERE HALADE/FA]gLE . . . . . . 01 ENFANT K~LJ~)E/çAI6LE.02 ENFANT DEEEDE . 03 PROBLENE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . 04 LAIT ]NSU[FISANT . 05 TRAVA]LLE . 06 ENFANT A REFUSE . 07 AGE DU SEVRAGE . O~ TONBEE ENCEINTE . . . . . . . . . 09 A COHINERCE A U1[LISER LA C(X~TRAEEPT](~M . . . . . . . 10 AUTRE 11 (P~ECJSEN) OUI . liON . 2 (PASSER A ~40)< • NERE I4ALADE/FAIgLE . . . . . . 01 ENFAHT NALADE/FA]BLE. .02 ENFANT DECEOE . . . . . . . . . . . 03 PROELEME OE SEIN/ DE BOUT OR SEIN . 04 LAIT INSUFFISANT . . . . . . . . 05 TRAVAILLE . 06 ENFANT A REFUSE . 07 AGE OU SEVRAGE . 08 TONBEE ENCEINTE . 09 A COW4ENEE A UTILISE~ LA CONIRACEPTIO~ . 10 AUTRE il (P~ECISER) VIVANT ri DECEDE ? ~i . ~.~ "oL-.~;Âi;î~.Å-LL;;;-.z 1 I~ERE ~IALADE/FA [llLE . . . . . . 01 ENFANT MALADE/FAI SLE . . . . 02 EI~EAMT DECEDE . . . . . . . . . . . O} PR~LEffiE DE SEIN/ DE BOUT DE SEI~ . . . . . . . . 04 LAIT l N~UF F ] f~îIT . 05 TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DU SEVRAGE . . . . . . . . . . 08 TONSEE EMCE INTE . . . . . . . . . 09 A COll4ENEE A UTILISER LA CO~TRACEPT ION . 10 AUTRE 11 (PREC I SEl~ ) VIVANT [~]v OECEOE ? tPASSER A 4S7) OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 440)« I 438 G37 Eolbjefl de mois croît (NON) quasi roui ~vez c~u~tc4 R tu1 donner un dea aliments ou boissons luiv~ts de faç~ rl~luliAre?: Llit ~r~ boite OU lait autre I~ lO Llit gMItlrl~el? Eau? ]n f~ i~? Autrel Liq~Jîoes? D~J î l L î l ? Aliment ioLide ? SI /401~S DE I 1401S, INSCRIRE :00 ~ . IEN=;;?LT~ 4~9 (NON) i-t-Il/elle ~ quelque chose au bîberon, h ier OU La nuit dernî~re? AGE EN NOIR . . . . . . . . . {I JA/4AIS DONNE REGULIER., .96 F ~ AGE EN NQ[S . , | I I JAî~AiS DONNE REGUL[ER.çl AGE EN 140]S . I I I JAI4AIS DONNE REGUL]ER,,,96 AGE EN MO(S . ] ] JAHAIS DONNE REGULIER.,.ç6 FF A~E EN KCiS . . . . . . . . . | / E JN4AIS DONNE RECUL(ER.ç6 AGE EN ~IS . I I I JN4A]S DO~~E REGUL]ER,.96 VIVANT ? OEEEoE ç v (PASSER A ~~0) AGE EN NO ES . I l JAMAIS ~ONME REGUL]ER.96 AGE EN N;O]S . I l JAHAIS DONNE REGUL]ER.96 AGE EN ~~O[S . I l JAHA[S DONNE REGULIER.96 AGE EN NOIS . I l JA~AIS DONNE REGULIER.96 AGE EN NOIR . b e l JAMA]S DONNE REGULIER,.96 AGE EN MO(S . I I I JANA[S DONNE REGULIER.96 (PASSER A 4~0) iiiiiiiii~ii:i!i~~ii~i!iiiiii[i~iii~!!!!!![;ii!!ii!ii!!!!!![hm~iiiil AGE EN MOIS . . . . . . . . . [ I i J~ IS DONNE REC4JLIER.96 AGE EH NOIS . I I JN4A]S DONNE REGULIER.96 AGE EN kE~lS . I l JAMAIS DONNE REGUL]ER.ç~ AGE EN ROIS . . . . . . . . . I I JN~IR D(~i~NE REGiJLIER.9~ ~T~ AGE EN W)lS . . . . . . . . . I 1 JA,NAIS RONge REGULIER.96 AGE EN NO%S . i I JANAIS OON8E REr~JLIER.96 (PASSER A k40) ~~effHFaHë,emm~epla~,me~m~,m~m~~~mm~m,, mi~,meffnJmm'a~mmmmm,:~emmmmm~mmmm 1440 RETOURNER A 403 POLIR LA NAISSANCE SUIVANTE; OU, S*IL N'Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A LA PRENIERE CO4.O¢~NE DE 441 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I i i i I I : I ! !i!!!!!!!!! m!~m!~mmmm~!m+!m~~~m!J~5~!~m!m~mi~~~~!!m~i_~ I~oe . 2 iiii!iiii!iii:i!i!:iii~!iiiiiii~iiii!iiiii!iiii!!!i![ii!i!!!ii!i!!!i!!!!!!i!i ]îmm, h.mmm~lm,lm~~.~m~+~mmm!m~~~~mm 16 262 SECTION 4~. VACCINATION ET SAHTEIIIIm "1 m NOTER LE NON ET LE R" DE LIGNE DE CHAQUE NAISSANCE DEW~JIS JANVIER 1987 DANS LE TABLEAU, i POSER LES GIJ~ST[OeS A PRDPOS DE TOUTES CES NAISSANCES. CON4ENCER PAR LA DERN[ERE NAISSANCE. (SI]L Y A PLUS DE TROIS NA$SSANCES t UTILISEZ UN DUEST]ONNA]RE SUPPLENENTAIRE). 442 I N" OE LIGNE DE LA O. 212 i SELON O. 212 ET D. 2% J Avez-vous une carte oh Les VK¢(r~t(g41 de (ROR) mont (ns¢r I tu? Si OUi: Puis-je La voir, m' l ( vu pLal t? NON DERNIERE NAISSANCE NOM AVANT'DERN]ERE RAIES. I v v m v v QUI, VUE . 11 OUI, VUE . 1 (PASSER A 444)(-- l (PASSER A 444)< | OUI, NON VUE . 21 QUI, NON VUE . 21 (PASSER A /~~6)< l (PASSER A 446)< / PAS DE CARTE . 3 PAS DE CARTE . ] AV. AVANT'DERN[ERE MA(SE, NON Vt~AgT [~ DECEDE ~î ~] v i v B OUI, ~ . I (PASSER A L~) , ] OUI, gON VUE . 2 (PASSER A ~}< ] PAS DE CARTE . . . . . . . . . . . . ] de vacc(natIan pour (MON) ? (PASSER A /*46)< (PASSER A /*46)< (PASSER A ~~.6}< Q . 2 RON . 2 ~ . 2 &44 CI)COPIER LES OATES DE VACCINATIONS POUR CNADUE VACC(N A PARTIR DE LA CARTE. (2)INSCRIRE JJ~,' DANS LA COLONNE 'JOUR*, St LA CARTE lRO l~ QU *UNE VACCINATION A ETE FAITE NAIS DONT LA DATE NZA PAS ETE REPORTEE RCG POLZO 0 FOLIO 1 POLIR 2 ~~0t. ( O 3 DTCoq 1 DTCOq 2 DTCOq 3 I NOVAX 1 [ NOVAX 2 ItOUGEOLE F IEVRE JAONI JOUR MOIS ANREE ' E° I I ] I I I P° I I I I I I :: l l i l l l l P~ I ) l l i l J : II11111 ::IIIIIII :.~lllllll JOUR ~IS ANNEE s:0LII]III P0111111[ P2 P~ I I I I I I I °'I I I I '" o2 I i i °~1111111 IN1 ,,21111111 ROUl l l l l l l F~ l ( l l l i l JOUR NO[S ANHEE , c01 i l l l l l Fo l l l l i i l P2 P~l l l l l l l o, l l l l l l l D~ l l lE I D~ I [ l l l I " ' l l l l l l l ( '21111111 RDUI ) I I I ) I "~ l l l l l l l ~5 (i~M) e-t-|& reçu des vaccina- tions ~pJl ne eont pas iris°rites sur cette ¢lrte? ERREG(ETRER 'OU[~ SEULE)lENT Si LIERQUETEE I4ENT(O¢INE LE(S) VACC(M(S) DU 6CG, FOLIO 0"3, DTCoq 1-3, INOVAX 1-2, RDUGEOLE ET/DU F(EVRE JAUNE, PUiS PASSER A 448. OLJI . 1 (INSISTER SUR LE TYPE DE VACCIN ET INSCRIRE '~« DANS LA COLONNE EORRES- PDNDANT AU JOUR ER 444)< RsE' "~;i;i~i'i'iii;:" ' OUi . 1 1 (IN51SIER SUR LE TYPE DE| VACCIN ET INSCRIRE '66' ] DANS LA COLONNE CORRES- PONDANT AU JOUR EN 4/*4)< NON . NSP . (PASSER A 448)< OU( . 1] (LNSISTER SUR LE TYPE DE VACCIN ET iNSCRIRE '66 ~ DANS LA COLONNE CONRES" PONOAMT AU JCr~ EN 444)( NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2~ SEP . 8- (PASSER A gJ-*8)< | (Iî~) o-t-IL/eLLe Jæ i | reçu I de vi¢c(~t(ml p~Jr tri iriser d~lstrN)er dml ImLad(es? CUl . 1 NON . 2 (PASSER A ~,48)<~'~ UEP . OUI . 1 NON . 2 (PASSER A 4481c'.~~ RSP . OU( . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON, , ° , , . , , , , , , , , , , , . . . . IK (PASSER A OE)~ UeP . 8 17 263 447 S*lt vo~a~pLilt, dite•-æi s( (0) • reçu uni ~el VIccir~ti~r~ Iuiv~tes: une vicci r~¢i~ du BCG ¢cmtre l• tuberculose, c=es[-&-dire ur~ inj~:tJ~ ~ L*•v~t*brls Ri•Che qui • L•i•i~ une ¢icitrice? Ur~ v~ccin~tion c~tee La ~Lio, c'e•t i dire des ~;outte•d~~ tab ouche? SI C~I: C~~bien de fois? Une injection co~tre LI rougeole? U~e injection •~ pistolet? DERN[ERE WAI~SANCE MOM oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 WSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 C/U[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NSP . . . . . . .8 W~'IBRE DE FOIS . . . . . . . . L i 1 CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 N f» l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AV~T-DERN)ERE WAI$S, WON OUI . NOW . 2 WSP . 8 oui . NO~ . 2 NSP . NOHBR~ DE FOIS • OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NgR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . g OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 WOW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ AV* AVAWT*OERNIERE NA]S$, WON Odl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 11014 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . WsP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . 1 #ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 WSP., . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NO~RE bE FOIS . [~ OU[ . 1 NON . ;~ NSP . 6 OUI . NOil. . NSP . B NON~RE DE FOIS . . . . . . . . VOIR 216; ENEAWT VIVANT 7 VIVAWI ~ DECEDE ~[ ~ VIVAWI ÇR I[ I)ECEDE ? VIVANT [~ DECEDE (PASSER A ~SD) (pAsseR A 450) (PASSER A 450) RET(]URNER A 64~ POUR LA kUEJSSA#CE ~)V&NYE; OU, S'IL N'y A PLUS DE WAISSANCE, PASSER A £,8~. ~~0 I (NO~)i-t-i(/eLL• eu de Il I ou] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Joez . 1 fièvre I un ml~~nt quelconque NON . 2 NON . 2 d~! ~e• Z oernilr~ •l~Jin~s? WSp . ,.8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 451 J (~) a-z-iL/e~~e •~ffert ~e I oeI . ~ oui . A 45~)< i LE t~ I un g~t ~~J~LC0#~~~ WO~ . 2 NON . Z dlinl Le• Z ~erni~reu slnlit~s? (PASSER A ~55)': . J J NSP . B NSp (PASSER OUl . NON . 2 N~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OU[ . 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z "1 (PASSER A 6~~)( MSP,. , . . . . . . . . . . . . . . . . ~J 452 J (KO~)i-t-it/eLLe s~Jffert ] OUI . 11 OU] . 1 OUI . 1 l• to~~ d~mr~ Les ~erni6res NOW . 2 NOW . Z N(~W . 24 hl~rei7 NSP . 8 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . 8 ~~~ JCallbie~~eslJ~ra Li ~INSt°'~/deP~i•dureOE jours(•1JOUR,t~~ax)?c°~°ien(Id~r6]WSCRlRE~e O0 JOURS . . . . . . . . . . . . . . ~IÇÇ I JOURS . . . . . . . . . . . . . . Ç ~ 454 i QL~~qd (l~Cl() ~[| i l Elkll~ •V[.C OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ri tou~, respirait-il/etLe WSP . B I p lL~ rap îd~~~~t q~e d '~ab i~u~e ~ . 2 avec un souffle CC~Jrt et AUTRE Lf~ (pASSE~ [ ~ A 460] ~~ RIt-CI ~ ~FJe[q ~J~ chose • OU[ . I t[~do~n~po~r trliter La NOW . 2 / fi~vrelt~«x? (PASSER A ~~~)ç 1 WSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 I 457 JOURS . Ç~~ oui . 1 NSP . 8 ,OJ[« pARS ~50 OU 4~1 AUTRE ! (PASSE i I NON . (pASSER A ~$8)( . -~ e~ WSP . OUI . 1 . 2 NSP . 8 "QUI « OA~S ~SO OU 451 AUTRE OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ¢.] (PASSER A ~581( ] NSP . ~J Qu'est ce qui • ~t6donné pour trlitlr Il fJevre/t~~x? Q~Lc, p~,e choie d'&utre? INSCRIRE TOUT CE G4J] EST CITE INJ[CT[O~d . , . A ANTIBIOTIC~JE (COMPRLME DU SIRO~).,.,B RIVAl•NÉ. FLAVCI~JINE (CC¢4pRIME OU SIR(~~).C ASP[RIWE/ASPRO . . . . . . . . . . . D SIROP CONTR[ LA IrJJX.E CONPR(RE/S(ROP (~CQN~U.F REMEDE TRAIIITI~NEL/ PLANTES NEOIC]NALES.G î~TRE N (PRECISER] [NJECIION . . . . . . . . . . . . . . . . A AN1]fiLOIIQUE (COMPRIME OU SIROP).,.B N[VA{~JINE. FLAVOQU]WE (C~3~IPRImE OU SIRII~~),.C ASPIRINE/ASPRO . D SIROP COIWTRE LA 1OUX.E CO~(OR(ME/SIROe (~CON~U.•.F REHEOE IRAD]TI~NEL/ PLAWTES NED]CINALES.G AUIRE H (PRECISER) INJECTIOW . A ANTIglOT[G~AE (CCt4PR]NE OU SIR~).g N]VAO~JINE, FLAV(~J]NE (COMPRINE OU SlROe).,C ASPIR[WE/ASPRO . D SIROP C(~ITRE LA T~JX*., .E CON~I~/S IROP (~CONt~.F RE~EDE TRAD [ T IOW•EL/ PLANTES leEDEC]WALE$.G AUTRE N (PRECI~ER) 457A ~Jivez vo~sobter~~ les traitemnts ? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE SECTEUR PUBLIC SECTEUR PUBLIC H(~°,CENTRES MED,CSRS.A H~,CEWrRES MED,CSPS,.A OEPOI PH&RM. C(JM~4~JN.1~ DEROT RHARM. C(IMJIUN. • .B SECTEUR NEDICAL pR[VE SECTEUR MED]CAL PRIVE PHARMACIES PR[VEES.E PHARNAC[ES PRIVEES.C AUTRE SECTEUR PRIVE AUTRE SECTEUR PRIVE BOUT ] QUE/NARC HE . O 60U1 I QUE/î4ARCfiE . D GUER]SSEUR . E [~UElt I SSEUR . E AUTRE F i AUTRE F (PRECiSER) ] NSP (PREC[SER) G g NSp . G ~ . I SECTEUR PUBLIC KO¢', CENT RES ~D,CSPS.A DEPOT pHARN. COMMUN,., ,I SECTEUR NED[CAL PRIVE PHARNACIES PR[VEES, .C AUTRE SECTEUQ PitIVE BOUT I OeE/NARCHE . D C.,ER I SSEbW~ . E AUTRE .F (PREC[~ER) NSP . G 18 264 OElUIIEIIE MA[$$AMCE I AVAMT+DERXIERE MA[SS. AV. AVAî~T-DEIIMI|RIE ~[SS. E~4 NOM K~4 m 458 AVez'v~ elmmwvt~ d~s con l l i l l POUr LI flbvrl/to+.Ix? Oh MZ-'~Ul ~I ¢01111111 ? k ~(~+un d+~tre? INSCRIRE TQUT CE QUI EST CITE i (lltl4) l ' t - l t l l t t l lm (I I dilrrh441 c~Jrallt [1141 dern[4ru liJ~? QUI . 1 (pASSER A 46~)< SEET ~.t~R T~~Ek ~~ H(~~I TAL . A CEMTRE M~D I CAL . 9 CSPS . £ Sî4K . 0 01Yd~ENSA 1 RE . . . . . . . . . . . E PrO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $ DEPOT PHARM COî~MUM. ,G SECTEUR NEOICAL PRIVE P.,JUI I NET ~O.PR(VE. . . .H P½AR~L«CI E . . . . . . . . . . . . . [ CABINET INF]R~4XER, , ,., J DISp . RELIGIEUX . . . . . . . K AUTRE SECTEUR PRIVE ~JER I SSEL~ TRAD . L PAR/VOl S/O»II E . . . . . . . . . M AUTRE +1 (PREC]SER) oui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I M ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. (PASSER A 660)( $EC1 Et/~ p~~. lC H~PI TAL . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRE MED ] CAL . B CSPS . C ~[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 U I SPENSA IRE . . . . . . . . . . . E PSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F DEPOT PHARM C(~4K~JM.G SECTEUR )IEDLCAL PRIVE C&8 t IJET 14EO.pRIvE.R PHARMAC [ E . . . . . . . . . . . . . I CAB I MET t MF IRP l tER+. . . . J I~ ISP. RE( [ (,IEUX . . . . . . . K AdTRE SECTEUR PR[V~ CdJER I SSEI~R TRAD . . . . . . . L PAR/VOl S/AMI E . M AUTRE N (PRECISER) ~lJI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Il( Id., . . . . . . . . . . . . . . . . (PAS~R A 64~O1< ] ~E~T£U~ PUIILIC R(~~ITAL . . . . . . . . . . . . . . . A CENTRENEDICJ~L . . . . . . . . i CSPS . C SI4[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O DISPENSAIRE . . . . . . . . . . . E pSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F OEPOT PIIAJIM ODWR311.G SECTE~ ~I~L PR[~ PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . I CJUIXNEI INFI~IER.J DISe. RELIGI|UX . . . . . . . ( AUTRE SECTEUI PRIVE OUEHISSEI.~ TIU~D . L PAR/VOIS/N41E . N AUTRE M (PRECI;ER) 1 (PASSER A 462)«------- (PASSEl~ A ~6~)< ~ (PASSER A 4.62)( , MOld . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z NO# . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 N S P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 M Sp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 IIETQUIINEIII A 't~12 ~ LA NAISSANCE ~UIVANTE; OU, $*[L M'y A pLUS DE HA[SSANCE+ pASSER A ++8° 462 &63 I + 466 ,<+67 4b15 4+9 470 ,++71 -, .-,-,,,.,,.-,. io, . ,/+, . ,l+i . , d l l r r 'q ( le ~%Jplllt te l ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ilDll . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 "(CM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 d t rn ] iP l l 24 hl~rel? M•P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Il Y IV l I t ' I L I~I lllt~Ig m (.tttSl '.Ol~ 426/42|: OERNXER ENFANT ENCRE ALLAITE? irez-roui chql le n~~re d*|(lllt~lll~tl/ de tét4111 ? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 oel . 1 (PASSER A 668) (PASSER A 468) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Y+QII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 HP~P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Il OUt "Oto [~] +h+++ +++++ +++++++++:+++t+iJ i+[[i[JiiJiJ++tl . ,~~iL t~ : : ~ ;~; ~ i iEE[[liJllillSill HII~IIIHNI~I (PASS. A ~~ . m~~m~mHm~,a V oat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ ++++' +: :+ , ++++:++ +:+,+:+ '+~~i+'; + : + +++N] + +++ t;it +~++~+ptl+it t+ +++i~ ::N+ +++:E ++ +tf +++Ptttlt]+H+i¥ .m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . z , ++++++++] +t+++++tt+t+++++ ++t++++Hï++++++ilpttHp/+it (PASSER A +m)<~L~~] [+t++]+]+3[++[+++++]++++++it+l]J+:+++t+[g[]lJ+i]illl:l:J[++J~+ilJ ~mmm~l l . l fil Mil llmmm~m +m~+m~"~+++m++ ~ ] ~ ! H l l l l i l l i + + mlll illlld+~l~!i+pd+~iE~ ii!ii!Yl ili++i i+iiiiiiii:ii+i+iiiiiiii!iiiii+i+ili]ii+ +++++++++++* o++++++++~ ï + +++ +++++o Avez-roui ~JG~nentt OU i vez -v~~l l Irritt cmLitment? REDIJIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ;;+++++++++++++;+; +i +++;++; +: t; ;+'+;:++i+;++; [il+Jl+=il:+t+~J,hL~!dJ![~J+l+[~,ïm]ï~"m+'"r +J,, Rmi~m+meml i~],iii +c+K++++` :+EE[Ih] [ ARRE TE CONPLETENEkT . 3 +[[+[[[[j]j+:i + i+ []++]+++] + [+++[+]]+j[[+[[[[L[i ~ j]++++[[[[[[[[[~[l~+ . . . . (En MOrl ~J III(mtlrnlK) Lu i irez-vu do~né ï bo i re MEI4~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I 14EME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NEMI[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I LI ~ C~Ll~tît41 ~+lvmt Il PLUS . 2 PLUS . 2 PLUS . 2 dlirrhÁe, p|tî~, ou iiolPal? NOIRS . 3 MOINS . ] h~)lMS . 3 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 lISp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 LUI I rez ' rou i ~ i I lVk~IP MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 +4LISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 MEî4E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I te mime ~Nlnt i t l~ d*oL iwnt i PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 PLUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . qU~lVlnt L l d îa r rh ( .e+ p(us . MOINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MOLLIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 PKIINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 O(j ~î tr~l? MSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E I t -C l que qbJeLglJe cho i l • CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I {~Jl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I O4.11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l~tl~ + ~cxJr t r . i , ep (1 + . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +]2 N+ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 M[~4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z] dilrrh~e? (PASSER A 672)• / (PASSER A 472)ç ( PASSER A &~Z)< MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~J MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ou,lit-ci qui • 6t& pour (Pli(er La dtlrrhle? ~lq l Je chose d'lu(re? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE UQUIOE DES SACHETS SRO.A EAU SALEE/SUCREE . B ERSEFLU~IL/TYPHOMIçIRE AUTRE A~TIS[OTI~4JE . C C.:.AMIDAM/]NMOD]Ltl/CHARBON IdJTRE ANT)-DIARRHEIPAJE++.O IMJECT[O(4 . . . . . . . . . . . . . . . . E PERFUS[OI4/SERLM4 . F REMEDE TR~[TI~MEL/ PLAMTES~IED]CIMALES G (PREC[SER) AUTRE H (PREçlS[R) L[QUZGE DES SACHETS SRO.A EAU SALEE/SUCREE . 6 EASEFLURIL/TypHtï~[CINE AUTRE ANTIB(OTI~4~E . C GAMIDAR/II'il4CGliJi4/CHARB(~M AUTRE A~T]-OIARRHEIQUE.D [MJECT[O+4 . . . . . . . . . . . . . . . . PERFUS[~/SER~ . F RENEDE 1RAD[[I(~I4NEL/ PLANTES NED[C]MALES G (PRECISER) AUTRE H (PRE£1SER) LIGIUIOE PES SACRETS UO.A EAU SALEE/P~dCREE . i EIISE FLUe I L/TYPHaq I C I IIE AUTRE ~T IB IOT IG~ . . . . . . . C GAN l DAN/l MM(X) I UII/CHAR IIQI~ AUTRE ART I "DIARRRE IGUE.D INJECT IQId . . . . . . . . . . . . . . . . E PER FUS I OI4/SERUM . . . . . . . . . . F RENEDE T~I T I[WMEL/ PLANTES MEOICIMALE$ G (PRECI EER) AUTRE H { PREC I I I~R ) 265 '~'A I OÛivez-vousobte~l~ les trlltllntl ? INSCRIRE TOUT CE oel EST CITE DERN[ERE NAISSANCE MON SECTEUR PUBLIC RC~,CENTRES MED,CSPS**.A DEPOT PHARM. Cail~~JN.,**~ SECTEUR NEDECAL PRIVE pHA~;4ACIE$ PRIVEE$.*.,.C AUTRE SECTEUR PRIVE ~CJUTI~UE/NARCNE . D ~JER[SSEUR . E ~JTRE E AVANT-DERNIERE NAIS$. NON SECTEUR PUBL]C HOP,CENTRES NED,CSPS.A DEPOI PHARM. COM~N. . . .B SECTEUR 14EDICAL PRIVE PHARMAC(ES PR[VEES.C AUTRE SECTEUR PRLVE BOJTIQUE/14~RCNE . D G~IERISS£1~ . . . . . . . . . . . . . E AUTRE f i ~v. AVAMT-DERMIEgE I~AISS. I ~~ECTEUR F~î~L [ C IK~,OEITRE$ NEO,C.~P$. * *A DE~OT p~ltN. ~NIJ~.| SECTEU~ 14EDLCAL PRIVE p PLId~NAC I E1; pRIVEE$.C AUTRE SECTELm PRIME II~UT IQU~/hlARCNE . 0 GUER [ SSEUII . E AUTRE F (PRECISER) NSP . . . . . . . . , . . . . . . . . . . . . . G (PREC[SER) (PRECISER) WSp . G NSP . G 1~7~ AVez-roui c l ~ des cor~sei L$ I CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I Odl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ~Jl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z NON Z NOW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2] pour r i d i , r rh~? (PASSEN A +7«) • - ] " i ; î l SÊ î ' J ' î~ î i ' : . . . . . I (PASSER A +7+) • co+mel L i ? 475 A quetqu,un d'lUtTe? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE (l ION) s - t - I L lmt lo reçu un L iq+~ide prtl~lrl ~ peet i r d 'Un mhet spli~tlL de po~dre c~ltre L I dJlrrhl~e ~t l es vœels |~qe~t | m î t l * t te lVlit r i dlmrrhêe? SECTEUR ~J@L ] C HOP(TAL . A CENTRE î~ED 1 CAL . B CSP$ . . . . . . . . . . . . . . . . . .C S î~ l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D D [ S~ENgAI WE . . . . . . . . . . . E PSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F DEPGT PNANN C~~~UN,+, .~ SECTEUR MEDLCAL PRIVE CABINET I~D,pR]VE. +.H p HAR~~I~C I E . . . . . . . . . . . . . [ CAS] NET INFIRMIER.J D[SP. RELIGIEUX,,, .,.K AUTRE SECTEUR PRIVE CUER [ SSEUR IRAI) . L PA~/VOI51A,NIE . . . . . . . . . M AUINE (PREC) SER) ~4JIDE L [G~JIbE SRç CITE (PASSER A ~l~) OUi . 1 M~l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 478)<-- NSP . B SECTEUR ~fiL[C HO~]TAL . A CENINE MEDICAL . R C$P$ . C SNI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D OISPENSA[RE . . . . . . . . . . . E PSP . F bEP@I PHANN C(~z~4U~.G SECTEUR ME~]CAL PRIVE CABINET MED+PR]VE.H PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . l EA6]NET INF IRNIER. . . . . J DISP. RELIGIEUX . K AUTRE SECTEUR PRIVE C~JER)SSEUN IRAI) . . . . . . . L PA~/V~IS /AMIE . N AUTRE N (PRECISE~) °uIL~ ] NON, LIGUIOE LlO~JIDE SRO SRO PAS CITE CITE ~[ ~ IPASSER A ~76) v 001 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A Ç78)~--~I~ NSR . , . SECTEUR PU(I~. I C HOeITAL . A CENTRE ~O I CJ~L . B CSP$ . C SI41 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D p [ SPENSAIRE . E PSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F DEINIT pNAR~ C~~~l . . , ,G SECTEU~ î4EDICAL PRIVE CABINET NED.PRIVE. ,.H PNAR~6CIE . . . . . . . . . . . . . l CABINET INFIRMIER.J DISP. RELIGIEUX . K AUTRE SECTEUR PRIVE GUER I SGEUR TRAO . L P~/VO~~/A~qtE . . . . . . . . . ~t AUTRE M (PRECISER) oe I NON, LIQUIDE LIQUIDE S.~( SRO PAS CITE CITE [~ (pASSER A 476) oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (PAS.SER A .~~IB)< t NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . "+ .~,,!::+,,:'ï!T.,,,=,!'::i.:,7.'l +RS . ~~]/+- . Es I,+ . ml sochet sF4icfal ? '~ NSP . 9~ I i S[II~tlMOINsPr~r&DE 1 JOUR,& PartiriNSCRiREdU OCI[I NSP . 98 j~ N SP . 98 677 pendant col~ie~ de jours NSP 9B NSP . 98 lion) I-t*îL/eLLt reçu Le ~oeNS . _ timide pr~r~ ~ pJIptJp ~ s~het s~ i l L? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9~I SI MOINS DE 1 ~(3UE, INSCRIRE *00% N~, LIQUIDE MAISON NON, LIQUIDE MAISOn4 #~, LIQU]OE NAI~ MA]~ pAS CSTE V~[SON PAS CITE MAI~~~4 pAS CITE LIOe[DE REC~E ET CITE CITE CITE ,'A"ERA«0,1~ ,+*~'A=, ~ ,.'ERA~, 479 (NOq) i*t-lt/et(i reçu un ~î- I OUI . 1 J oe[ . 1 I oe[ . 1 quioe r~~~~ndé per le per- I N~ . 2 I NO~ . 2 r NOe . Z . _ , . _ , . . , 0»r . ,PASS'RA+',*-- ~ ,RA.ER.~~,,* J , . .E, .+,< ~ A Li IIIîlO~ IVlC ~J IL4CPe, ~ NSP . NSP . NSP . let et de t'eau ~ iL/eLLe IViJt Li diarrhée? " P~~dint c°mbî en " J cedr" I I +' '-'-'""" ~'oo +- . LII ~~- . IT1 ~~' . iTI Le t1~îoe prepJrl avec du 51 MnOIN$ DE 1 JOU4~, iNSCRIRE O0 . . . . . . . . . . . 98 NSP . 98 NSP . e~re, du sel et de L'COU? NSP , i W'.~I | IIETOUeMER A ~J~2 F~3UR L 'ENFANT SUIVANT î æ, S ' I L N'y A PLUS , '~WFAæT, pASSER A 4,~2. I 266 ~B3 VOI I 471 ET 47~ (TOUTES LES COLONNES): ~UTI~ SRO [---I D~UII SACNET DOI~NEE A U~ |IFANT Avez-vous d~jî entendu i~rler d'un sachet sp~cîaL de de poudre que t*m peut oet~ir pour te traitement de la d~lrrhdeetd~svmias~tl? PAS$iER SOIUT ] ON SRO D'UN $ACNET v ~ l ~ l i l L J DONNEE A AUCL~M ENFANT ~TI ET 47~ NON POSEE I ; OUI . 1~~5 NO#4 . Avo=-vocm ~jl VO un aiN:hat ¢~a~ eatui-tl a,.Nc4r|vant• J = . I I i NC~TREJt LE UCNET NO#d . .~~~~9 4d~5 I OUi . I AVeZ-VO4JS dljl prep4rl une sotutio¢l iva¢ un de cisl m sachets Four traîter Le dilrrh4~ pour vo~-P~~e OU quel- I I ~=~n d=lwJt re? N(~W . Z~k~8 m (MOI~TRER LE SACHET) I La 01JPnJirl fOJl g ~ IVl] prm~r¢ le alchet sp~cJ.[J TOUT LE SACHET EN UNE FOIS . I J 486 de pmJdra, aval-VU F~r6 tout te sachet en une fois, I | k~17 48~A k88 i ~N 490 QUeLLe ¢[Uarltltl d'ea~u avaz-vo~,m utiLis~ po~r F.'é~rer te sachet ap~i=t dt poudre ri dernière fois que vous Pavez fart? G~4t r4cIptent avez-vous utltis& pour pr6parer Le sschet apqh:ilL oe poudre la derntëra foi| q~e vous t'svez fait? (~J pouvaz-vr~~,l~ obtenir le sachet spécial de po,~re? INSISTER: NuLLe Part ailleurs? INSCRIRE TOUS LES LIEUX CITES • DIII /.71 ET 4; np (TOUTES LES COLOWWE$): L IGU]DE RE C~14ANO E [~ ET PIEPARE A LA MA]SOU D4~NIE A LIN ENFANT v I12 L]TRE . 01 1 LITRE . 02 1,5 LITRES . O] 2 LITRES . 04 SELON INSTRUCT[OEWS OU SACHET.05 AUTRE (PREC]$ER) RSP . 9~ BOUTEILLE OE 33 CL . 01 BOUTEILLE DE 66CL . 02 BOUTEILLE DE 1.5 LITRES . Q3 GO6ELET EN pLASTIQUE . 04 CASSEROLE A SAUCE . 05 AUTRE 06 (PREC]SER) KSP . . . 98 SECTEUR PUBLIC HUPIFAL . A CENTRE MÉDICAL . B CSPS . C SM[ . D DISPERSA[RE . E PSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F DEPOT PHARN CCkt4î44JN . C SECIEUR MEO[CAL PRIVE CABINET M~ED+PRIVE . H PHARNAC]E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I CABINET INFIRMIER . . . . . . . . . . . . . . J D)SP, RELIGIEUX . K AUTRE SEEIEUR PRIVE GUER[SSEUR TRAOiTIQI4NEL . L PAR/VOlS/AMIE . M AUTRE (pRECJSER) evez-vo~JJ la,pris k procurer La [iquide recommund6 et fait • La millon aVe~ du aucra, du tel et de L'eau que ~veæ~~Y~del (liaN) quend it/aLLe avait La dilrrh4e? LIQUIDE REC~q~ANOE ET PREPARE A LA HAISON DONNE A AUCUN ENFANT OU 471 ET 479 N~ POSEE L~ SECTEUR PUBLIC NI~]TAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l CENTRE MEDICAL . 12 CSPS . 13 fO i l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l k DISPENSAIRE . 15 PSP . 16 DEPOT PHARM CONî~~UN . 17 SECTEUR MEDICJ.L PRIVE CABINET MED,PRIVE . . . . . . . . . . . . . 21 PHARMACIE . 23 CABINET INFIRMIER . 24 DISe. RELIGIEUX . 2S AUTRE SECTEUR PRIVE CUERI$SEUR TRADITIONNEL . ]1 PAR/VOIS/AMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . 3Z AUTRE 61 (PRECISER) 267 SECT [~ 5. NAR ] AGE N" I QUEST[(~S Et FILTRES I ~°' i - , , . . v_ .~ ,~, , _ , .~,. . ~ . , ~,~ .v~ ~ _ . . . . . . . . ~ - t PAS~R COOES t A I OU] . 1~50.~ i NO~ . 2 ~o21.v _ . r . ~ _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i ~ . t ;~ON . 2~513 503 Eti~-vo4~ iict~LLalllent v~e, divorc6e ou sep6ç~e? VEUVE . 1 D]VO~CEE . 2 50~ SEPAREE . 5~ i E . , - c . . . vo , , .~ , . .~ ~ ~.~.? . . . . ~«o~~o,o, v,~ . . . . . . . . I ~'T A~" ELLE.A~.E A~LLE~RS . . ~'1 5~1 ~o, - - . . . . ' ,~~,o ,o , . - , - " ° "° ' r " - - ° ° ' ° ' " I ~ ' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ' l NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 r508 NSP . 98 .508 ~0~1 ~- - , . o - r . . , . - - . ~. ~~o,- _ , . I RAN0 . ~1 508 i Avez«voL~ ~t4~ mll~ia~ ~J avez-vG~$ v~cu ~ Lflion avec u~l UNE FOIS . 1 | I h ~ Ur~ fois OU pt~s~ d,une fois? I PLUS D'UNE FOIS . 2 509 En ~F~et æig et o~eLLe ~ e ivez-vc~s co~sommé votre MOiS . ~ J (peailre) union7 I I ; I ~~p NOIS . 98 ANNEE . [ ~ NSP ANEEE . KAR[AGE N~ COMSOI~4E . 96 L518 510 O~e[ &ge aviez-vous qL~nd VC~S evez C~somme votre AGE . I I I (prmilre) union? i i i NSP AGE . I~ 511 VOIE 509 ET 510: A LA OUI NOtl I 512 I VER]F]ER LA COREREMCE DE 509 ET 510; ! SI flECESSA[RE, CALCULER I L'ANNEE DE NAISSANCE ANNEE DE NA[SSAICE (105) ~ ~ PLUS AGE AU NAR]AGE (510) ANNEE DE 14A~IACdE CALCULEE~ï- 1 ANNEE ACTUELLE 1 1 1 A~E ACTUEL (106) [ ~ AN~E~ DE NAISSANCE CALCULEE L*ANNEE DE kARIAGE CALCUL[E EST-ELLE, A UNE ANNEE PRES, LA ME~iE QUE L'ANNEE DE î4AR[AGE ENREGISTRER (509) OUI NON Ç~ . VERIFIER ET CO4~RIG~R 509 ET 510, PUiS pASSER A 514 PASSER A 514 ZZ 268 ' " I C4JESTIC41S ET FILTRES i $13 |1 JANAlS EN UJloe: Avez-vo~ dlj& etJ d41 r~~port~ sexueLs? 514 515 PASSER I C®ES I' . 2 LS18 I¢llntenant nous ivona besoin de qLJeLo~es renseignements | aP~r votre a¢Tlvlti eexlzeLLe mftn de mieux compremdre La I ptælfic*tlon famttl*Le *t La f/~¢onditt. Ceea|en ~ foll tvtz-vou~ eu des r~rts sexueLs clurant tes cluatre derniires semaines? N(~I46RE DE FOIS . III C~îon de fois per m0is ivez-vog« h~bituetl¢~ent des r~ports =exueL*? i NOMBRE DE FOIS . 516 Cæt*n¢kB tm Y *- t* I t d*~isqu* vu avez e~des rapport! llX~lLi pour La dernilre Fois? JOURS . 1 I11 SEMAINES . 2 MOIS . 3 ANNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 AVANT LA DERNIERE MA]SSANCE.,,gç6 I 517 | OueL iGe aviez-vous fa pre~iere fois que vous avez eu I t~ll rli~portl sexueLs? I S~8 ~ AUTRES PER~NES PRE~NTES A CE W:e4ENT I AGE . Ç ~ PREHIERE FOIS AU NJ*RIAGJ[ . OUI I~ ENFANTS NOINS DE 10 AMS.1 Z 14ARI . 1 2 AUTRES HOII4NE S . 1 2 AUTRES FEIOIE S . 1 2 23 269 N ° 603 6O4 I b05 eõb VOIE 312: MI ELLE NI LUI $TERILISE SECTION 6. PREFERENCES EN NAT]ERE DE FECOND]TE I~JEETIONS ET FILTRES I LUI ~ ELLE STERILISE(E) Ç~I EOOES PASSER I A 1.607 VOIR 501: ACTUELLEMENT VIVA~T VOIR 223; PAS ENCEINTE ~ PAS ~E I I V î~ii~nter~n~ j~ui ~ l~s ~~~~HITi@~i lu Igjet de de ['=venir. Voudriez-vous avoir (un/ lu~cre) enfant ou prè- f~reriez-vou= r~ pas IvoJr d~(~utre$) enfants? NO~W NARIEE/ NE VIVANT PAS EN UNION ENCEINTE ç---- V (@.w~stic~~s au sujet de de ~'~venlr. Après l~enf8n[ que vous atten~ez, routiez vous avoir ~ autre enfant ou préfèreriez-vous ne l:w~s avoir d'autres enfants? AVOIR UN (AUTRE) ENFANT . I PAS D'AUTRE/AUCU;~ . 2-- DIT QU'ELLE NE PEUT PAS T(3@IBER ENCEINTE . 3 PAS DECIDEE OU N$P . ~,-- VOIR 22] : PAS ENCEINTE OU PAS SURE EÇ ~ ENCEINTE C~ i r - - • V C~i~,=r~ (Se temps VO~=driez- Co~ibien de temps voL~driez- VOU= =tte~dre i partir (Se vous attendre après La IiNtel~l~t BVORt [I r~is- naissance de ['enfant que IIl~ce dl(un/8utre) enfant? vous at[endez et avant La n615sance dlL~q autre enfant? VOIR 216 ET 223: A UN/DES ENFANT(S) VIVî~WT(E) OU ENCEINTE? OUI VOIR 223; PAS ENCEINTE OUPA$ SURE ~j I T v Q«• èQe vc~Jdriez-vous votre p[u~ jeune ertflnt Iî[ tttei~t ~ votre pr~chsin enfant na~trB? NON ER ENCEINTE [~ F - _ J Quel age voLw3riez vou~ que l'enf.nt que vous ~t~er,~ez ~%~ at~ein~ (:@~arw:l votre prochain enfant naîtra? F ~ ~!OlS . I ] ]1 - [55] ANWEES . 2 BIENTOT/NA[NTENANT . ~4 DIT QU'ELLE NE PEUT PAS TOMBER ENCEINTE . 995- AUTRE (PREEISER) NSP . 998 AGE DU PLUS JEUNE I AWWEES . ~ ~ NSP . 98~ t614 ~610 ~610 ~61( »610 ~,lo.~.o,r.,,=,,~,.,.,,., . . . . . . ' ' ' ' ' ' I ~' . '1 reflirl, i~flIitz*vous que (vous/votre Iearilconjoint) prendriez La er~me ~ci~im ~ ètre stèriLi~e(e) NON . Z ~1 -'',,- ~ ~-'~o~,,-,,-- - ~».,,,u~, . .o,." ~.~.,.'~~ "°'.°,.n,~ I ~' . ' l NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2------~614 CONJOINT VEUT UN AUTRE ENFANT.,,2 EFFETS SECO~DAIEES . 3 614 AUTRE RAISON 4 (PNECISER) I Et, 270 R" I 61D I QUEST[~S ET FILTRES CODES Pensez-vous M votre mari/conjoînt up~orouve ou APPEOUVE . I "l&lltcMprouvm Les couples qU~ utilisent une mêthode pour DEEAPPROUVE . 2 ~vlter d'avoir des enfants? N$P . 8 611 I Dæ,en de fois mvez-vo~s parlé de planning familial I dA)tAXE . 1 I æve¢ votre sri/conjoint au cours de t'annêe derniêre? I UNE OU DEUX FOXS . 2 PLUS SOUVENT . 3 +"1 Av«v=~ des' °i'°°t' "= v°'r" a i OU °==re . , - ,en , , u .=.=~r,., .vo,r, I =Ix= . . 2ri ++1 -+-+-++-+~+° I +~-+ . 1 rm~bre dmenf~ts q~ vous, en veut davantage PLUS D'ENFANTE . 2 OU moins ~ vous? HOINS D~ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 N•P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 PASSER A +1 +-+~++~*+~ I ~~ . ~1 couple devrait-il attertdre avant de reprendre Les rata o tions sexuel L es? ANMEES . 2 AUTRE 996 (PREC%SER) I I 615 Une Mre devrait-elle ittendre qu:eL[e ait compLêtement I ATTENDRE . 1 i I r r l t l dllttlîter IV ln t de reprendre Les relations I I sexueLLes ~J cela ntl-t-JL pas d'importance? PAS D'INPORTANCE . 2 616 En sêr.ira[, est-ce que vous approuvez ou desapprouvez I APPROUVE . 1 i Les couples qUi utilisent ur~ atéthoOe pour éviter La I I grossesse? DESAPPROUVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 617 VOIR 216: A UN/DES ENFANT(S) ~ N'A PAS D'EMFART VIVANT(S) L~ VIVANT ~J Si vc~~ pouviez recommencer si vous pouviez choisir partir de t ~ ~ ou vous exactement te nombre fillVlel pat dleflfantB, et sî dlenfants ~ avoir dans VOUn p~îez choisir exacte- toute votre vie, com- ment le nombre dlenfants k bien voudriez-vous en Ivoîr deni to~te votre vie, avoir? COmbiem voudr J ez-vo~s en avoir? ENREGISTRER UN SlNPLE NOMBRE OU AUTRE REPONSE. NOMBRE . ~--J AUTRE REPONSE 9t$ (PRECISER) +1 I ++ . ~ D'après vous quel est Le meîLLeur intervalte en mois ou en années entre te naissance dt un enfant et La naissance de |~enfa~t suîvant? ARNEES . 2 AUTRE . 996 (PREC]EER) 25 271 SECTION 7, CARACTERISTIQUES DU CONJOINT ET ACTIV]TE PROFESSIONNELLE DE LA FEN4E FILTRES I CCOES VOIR 501 ET 502: EST/A ETE ~ JAMAIS F~ MAR]EE OU -~ MARIEE/JN4AIS EN UNIG¢I EN UNION V POSER LES QUESTIONS SUR LE NJ~RI/CONJOINT ACTUEL OU LE PLUS RECENT Est-ce que votre (dernier) rMrî/conjoînt a frequent~ J OUI . 1 l'êcole? I NON . 2 PASSER I • 705 702 703 J Quel est le plus haut niveau d'~rudes qu'il a atteint: J PRIMAIRE . 1 I primaîre, secondaîre ou s~rîeur?" I SECONDAINE/FORM PROF 1°CYCLE.2 SECOMDAIRE/FONM PROF 2°CYCLE.] 5UPERIEUR . 4 NSP . 8 ~705 704 I QLx=lle est le oernî~re classe qu'il a achevee à ce J CLASSE . Ç~ I niveau? t I NSP . 6 705 Quel est (était) Le genre de travail princîpal de votre F~~ (dernier) mari/conjoînt? L I I J 706 707 VOIR 705: TRAVAILLE F-~ NE TRAVAILLE (TRAVA%LLAIT) (TRAVAILLAIT) PAS ~-] . . . . . . . . . DANS CIAGRICULTURE~~ DANS L+AGRICULIURE V Est-ce que votre mari/conjoint (travai[ke/travail[ait) ~ CHAMP PERSONNEL/F/U4IL]AL . I prîncipa[ement sur sa propre terre ou celle de 5a fa- I mîlle, ou est-ce-qu'il (loue/louait) la terre, ou est- CHAMP LOUE . 2 ce-qu'il (travailte/travai[lait) sur la terre de ~[qu~m d=autre? CHAMP DE QUELQU4UN D'AUTRE . 3 I * Codes p(xJr Q,I08 et 109 NIVEAU I= PRIMAIRE LASSES I= CP1 2= CP2 3= CEI 4= CE2 5= CM1 6= CM2 8; WSP [ 2• SEC, I •CYC• 3• S•C. 2•CYCLE I •• SUPER ] EU • I ; MOINS D'UNE ANk~EE ACHEVEE I= 6~ 2= 5ème 3= 4eme 4= 3ëme 5= FPP B ~ NSP I- 2ride I= 1ème année 2: 1ère 2= 2L~~e année 3= Terre. 3= 3~ année 4= FPB 4= 4~me an. et+ 8=NSP 8= W$P 8= RSP 26 272 No I QUESTIONS ET FILTRES æ I 708 I En dehors de votre propre travail domestîque, I trlvliLLez+vous actuellement? PASS~R CODES I A I OUI . I ~710 I NON . 2 J I 709 C i ¥C4JQ Le SIvez I cer t l î~$ fe¢lB~S ont un travail pour te~~L elles sont payes en argent ou en nature. D~luErel vendent del choses, ont une petite aEfaLre ou trlvlLttent dans Les chlmps de te famille c~J dans t'mffeire de La famille, Eiîtes-vou• ectuett¢q~nt quetque chose de ce genre ou un~tconque autre travail? I OUI 1 . . . • . | I NON . 2 ~-Æ1 I 710 Quelle est votre occupation, c'est à dîre, quel 9ente de trlv•il faites-vous? ,,, l--vo,r.,r.v.,,.c,-, ~ou u~ I--O'--EOE'~'F"'LLE II membre de votre femitte, pour quelqu'un d'autre, ou PoeR QUELOU'UN D'AUTRE . 2 6tes-vous ~ votre compte? A SON COMPTE . ] I - -~ ' ' r~r~~- '~~ I ~* . I |NSISTER: Gagnez-vous de l'argent pour ce travail? NON . 2 71] I Faites-vomis ce travail à te maison ou en ciehors de chez I HAISO~ . 1 I VOUS? I AILLEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 715 Pendant ~e vous travaîltez, avez*vous habituellement (NON DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) avec vous, [~avez-vous quelque Foîs avec vous ou jamis avec vous? NON F7 | rB01 B HABITUELLEHENT . 1 | ~B01 QUELQUE FOIS . 2. I JAMA[S . 3 I 716 Ouî s'occupe habituellement de (NON OU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) pendant que vous tPaveiL[ez? NASI/CONJOINE . 01 ENFANT(S) PLUS AGE(S) . 02 AUTRES PARENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q3 VOISINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 ANIS . 05 DOI4ESFIQ~JE/AIDE . 06 ENFANT A LIECOLE . 07 JARDIN D+EgFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . 08 AUTRE 09 (PREClSER) 27 273 SECTION 8* C(~WNAI$SANCE ET ATTITUDES VIS A VIS OU SIDA N' @UESTI(~IS ET FILTRES l CCOES IÅ ASSER NIIJ IItMIIWI'" Je V°Ul v°udreJ ' v°(J$ poser ¢lue' (:PJes I I 801 qulst ioni sur un sujet tr+s împortant, OUI . Avez-vous entendu parier d~une ma(adie sppetEe S]OA ? NON . 2 rB10 802 Per qui en Bvez-voo~i erlte4x~J parLer ? EP(3tJSE/PARTENAIRE . 01 AGENI DE SANIE . 02 RADiOITELEVISI(~W . 03 JOURNAUX . ~I(E)/PAREWT(E)/VOISIM(E) . 05 AFFICHES/C#~~tPAGNES.PUgLIC[T . AUTRE 07 (PRECISER) WSP . 98 B03 J Avez'vousd~jl ,ssîst'Ides conferer~ces ou k des J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 c~erJu c~ernant ke SlDA ? NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z NSP . 6 8O4 A votre tvll, c ~ t pout*on ettra~r te SIDA ? INSCRIRE ToeT CE OUI EST CITE R{LAI[ONS SEX. AVEC UN SIDEEN.,.A RLLAI[OWS SEX. AVEC PROSTITUEES.B RELAI]OWS SEX. AVEC DLFFERENTS PARTENAIRES . C RELATIONS HONOSEXUELLES . D TRANSFU$1ONS DE SANG . E MANGER DANS LA MEME VAISSELLE QU'UN S]OEEN . F POeTER LES VETENEWTS D'UN SIDEEN . G UTIL[SATI~ DE SERINGUES OU AIGUILLES NON STERILISEES . H LA MERE A L'ENFANT . [ NOUST[QUES/P]QURES D+INSECTES.J AUTRE E (PRECISER) NSP . L 805 A votre avis, ~ fllut-il faire pour ~virer d'ettrlw)er Le SIDA ? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE UTILISER DES PRESERVATIFS . A AVOIR UN SEUL PARTENAIRE . 8 NE PAS ALLER AVEC PROSTITUEES,+.C NE PAS UTILESER SERINGUES OU AIGUILLES NON STERILISEES.D NE PAS T~JCHER DU SAMG C(~NTANINE . E AUTRE F (PRECISER) NSP . G 806 k quoi re¢onnllit-oe un malade atteint du S[DA ? INSCRIRE TOUT CE @JI EST CITE AJ4A]GR{SSEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A DIARRHEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B VOMISSEMENTS . C FR[SSONS ET EIEVRE . D ANALYSE DE SANG . E TACHES SUR LA PEAU, BOUTONS . F TOUX PERSISTANTE . G AUTRE H (PRECISER) NSP . J ° '1 ~ ' ' - ° ' -+~' - ' '+n '+ + +'°" +° ' ° . . . . I +I . '1 nllhuNl~e | un ~ atteint du SEDA ? NON . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 808 | ESt'iL possîble qu'une personne qui paraisse en bonne I senti soît en fait stteinte qu SlDA ? J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 J NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . 8 +1 ~+"++" '+ '~+e+~+L+~++nt~ I L~S+VO+AL'+''AL + ''OA ' AUTRE + L~S L~+ . + +SOL~~ . A+~C,+~ LA " '+ . . ~+3 2'1 810 I O«puil Z mois. avez-vus, F~u . ison ~etco~ue I OUI . I I I recu Lmwi injecti~ ? I NON . 2 rB12 811 J Plr q~4î cette injection vous a t elle ~tE faite J SECTEUR PUBLIC J HOP,CENTRES NED,CSPS . 11 SECTEUR NEDICAL PRIVE CABINET DE NEDECIN . 21 CABINET INFIRMIER . 22 AUTRE 41 (PREC]SER) 28 274 812 VERIFIEA : A EU DES RELATIONS SEXUELLES N'A PAS EU DE RELATIONS SEXUELLES 1516 DEPUIS 2 BOIS ~ DEPUIS2 ~ I ~ ~ BOiS ~819 ~ v ~ " I Lot. des retltio~ iexuetLel que voua Irez eu ces 2 I oe, . i I I dernler|aeis, avez-vous utitisêdes condoms ? I ROB . 2 ~818 ' "1 L ' ' " ' v - ° ' ' ' ' ' ' ' °h - ' ° ' s ~r'°'~ °u I Ac~A~E'°'s . '1 r l l r~t ? PARFOIS . 2 RARENEBT . ] 815 P~rquoi avez-vous utitJs~ ces cor~oms ? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE I EVITER UNE GROSSESSE . A EVIIER NALAD]ES SEXUELLES . B EVITEB SIOA . C AUTRE 0 (PSECISER) NSP . E 816 O~ vous &tes-vous pro¢ur~ ces cor~om~ ? SECTEUR PUBLIC SNI . 11 DEPOT,PHARM.COIt~~JNAUTA]BE . 12 SECTEUR NEDICAL PRIVE PHARMACIE . 21 AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTIQUE/TABLIER . ]1 PARENTS/ANIS . ]2 PARTENAIRE EN AVAII . ]3 AUTRE 41 (PRECISER) WSP . 98 817 QueLLe est La mgrque ~Wes corwJoms que votre mari/ cotljoJnt ou partenmîre utîLise ? ] PRUOENCE . I I SULTAN . 2 AUTRES 3 (PREC]SER) NSP . S 818 Avec c¢~{)ief~ d~ parterwiJres avez-vous eu des relations sexueLtes ces 2 dernîers mois ? INSCRIRE UHEURE DE FIN O*ENTRETIEN NOMi~RE . [~~ AVEC MARI/CONJOINT OJ PARTENAIRE UNIQUEMENT . 95 PLUSIEURS . 96 RNE2L, I~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ 29 275 SECTION 9. TAILLE ET PO[DR ENOUETRICE: EN çO2(COLOME$ 2-4) ENREGISTRER LE N ° DE LIGNE DE CHAQUE ENFANT NE DEPUIS JANVIER 1987 ET ENCOME EN VIE. EN ~3 ET 904 ENREGISTRER LE NOM ET LA DATE DE NAISANCE DE L~EN~ETEE ET DE CHAQUE ENFANT ENFANT EN VIE, NE DEPUIS JANVIER 1987. EN 907 ET 909 NOTER LA TAILLE ET LE POIDS DE L'ENOeETEE ET DES ENFANTS VIVANTS. (ROTE: TOUTES LES ERSUETEES AVEC UNE NAISSANCE OU PLUS DEPUIS JANVIER I~7 DOIVENT ETRE PE$EES ET MESUREE$ MERE SI TOUS LES ENFANTS SONT DECEDES). (S'Il Y A PLUS DE 3 ENFANTS VIVANTS RES DEPUIS JANVIER 1987, UTILISEZ UN ~EST%OMNAlRE ~FLEMENTAIRE) . ~j DERNIER [31 AVANT-DERNIER L~J AVANT-AVANT- ENFANT EN V[E ENFANT EN VIE DERNIER ENFANT EN VE 902 R'DE.~E F~ ~ FT~ DE LA Q.212 903 (NO~) (NOM) (NOM) 9O4 DATE DE NAISSANCE DE Q.I05 POUR L'EWQUETEE DE 0.215 POUR LES ENFANTE ET DEMANDEZ LE JOUR DE NA]SSAfiCE 905 NON, OE LA Q.212 POUR LES ENFANTS 911 RESULTAT JOUR . MOIS . I ANNEE . J~R . MOIS . ANNEE . CICATRICE DU BCG CICAT, VUE . 1 E]CAI. VUE . 1 C[CAT. VUE . 1 L «ARAWT - BRAS GAUCHE PAS DE C[CAT,. ,2 PAS DE C]CAI. ,2 PAS DE ClCAT.2 906 ~Ae~lLlcEenti.tre,) ~51~1,[; ] [ 1~ L~] i l ~ ~ 9O7 LES ENFANTS (3~dT-[LS COUCHE . I COUCHE . I COeCHE . 1 ETE MESURER COUCHES OU OEBOUT? DEBOUT . 2 DEBOUT . 2 DEBOUT . 908 909 C]RCOMFERENCE DU BRAS (en centimltres) Il I,U ~10 . . . . DATE DE JOUR . JOUR . PESEE ET DE . . . . . MESURE MOIS . MOIS . ANNEE . ARMEE . MESURE . I A8SENTE . REFUSE . 4 AUTRE . 6 (PRECISER) MESURE . I ENFANT NALADE.2 ENFANT ABSENT.3 ENFART REFUSE.4 MERE REFUSE.5 AUTRE . 6 T J(]OR . [ JOUR . MOIS . [ MOIS . ANNEE . • ANNEE . ENFANT MESURE.I MESURE . I ENFANT MALADE.2 ENFANT RAL#J~E.2 ENFANT ABSENT.3 ENFANT ABSENT.3 ENFANT REFUSE.4 ENFANT REFUSE.4 MERE REFUSE.5 MERS REFUSE.5 AUTRE . 6 AUTRE . 6 (PREC[SER) (PRECISER) NO~4 DE LIASS{STANT*: (PRECISER) 912 NOM DE ~ L'OeERATEUR: « Coches: M~re: 90; Autres membres du ménage: 91; Autres personnes: 92. 30 276 OBSERVATIONS DE L 'ENOUETRICE (A rempl i r après l ' achèvement de l ' interv iew) Commenta i res sur l 'enqu6t6e: Commenta i res sur des quest ions par t icu l i~res : Aut res commenta i res : OBSERVATIONS DU CHEF D 'EQUIP~ Nom du chef d '~quipe: Date: OBSERVATIONS DE LA CONTROLEUSE Nom de la cont r61euse: Date: RETOURNEZ A LA PREMIERE PAGE DU QUEST IONNAIRE POUR COMPLETER LE CODE RESULTAT 31 277 278 MINISTERE DES F INANCES ET DU PLAN BURKINA-FASO INSTITUT NAT IONAL DE LA STAT IST IQUE ET DE LA DEMOGRAPMIE ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE Conf ident ie l OUEST IONNAIRE INDIV IDUEL HOMME IDENTIF ICATION PROVINCE N ° PROVINCE . 1 ARRONDISSEMENT N ° DEPART. . ] COMMUNE/CENTRE URBAIN N ° GRAPPE. . . V ILLAGE/SECTEUR N ° MENAGE . OUAGA=I / BOBO,KOUD.=2 / AUTRES VILLES=3 / RURAL=4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM DE L 'HOMME r---T---n N « DE L IGNE DE L 'HOMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l l V IS ITES D 'ENQUETEUR DATE NOM DE L 'ENQUETEUR RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE 1 2 V IS ITE F INALE JOUR MOIS ANNEE CODE ENQ. RESULTAT NOMBRE TOTAL DE V IS ITES *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPLI 2 PAS A LA MAISON 3 DIFFERE 4 REFUSE 5 PART IELLEMENT REMPLI 6 INCAPACITE (MALADE, FOU.) 7 AUTRE (PRECISER) QUESTIONNAIRE FRANCAIS . LANGUE DE L ' INTERVIEW ** INTERPRETE: OUI (=i) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ** CODES LANGUES: 1 FRANC. 2 MOORE 3 DIOULA 4 FULFULDE 5 AUTRE DATENOM CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU 279 ~{çTIOW I, CARACT[R[ST[QUES SOE[O OEMOGRAPH]Q~JES PASSER N" I OUESTIOWS ET FILTRES I C~OES I A 1OZ I En ENREGISTRER L'HEURE ~L æiæ e¢ q~etLe mnnée etes-vo~s t'~? DES ENOUETES CQOES A.E~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [11 NSP AWgEE . 98 ,O,I.,,.v,.--,vot*.,ro,,,re~ I . . . . . ~1 AÇE EN ANNEE$ REVOLUE$ . CæARER ET CORRIGER 102 ET/CAJ 10~ SI INCOMPATIBLES ~o~ J Av,,-vo= fr¢~quent. ['éco[e? I O.I . 1 1 NON . 2~I07 1os I ~ t . , L . pe,= . .~ , ni . . . . . . . Le, r~~,. , , , . . . . . . . . I PR'"A'RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I Itteint: primire, leco~~~îre I °cyc[e, secorw~aire ] SECOW~AIRE/FORM PROF I'CYCLE.2 2 ° Cycle ou $~ri~r? SECO~DA[RE/FORM PROF 2" CYCLE.,3 SUPERIEUR . I 106 Q~e&Le est te dernlêre classe que v~Js ave~ achevee à I CLASSE . Il Ce nivææu?* I 107 GL.~L est votre trlvli[ principak ? I~ QLV~zL[e e=t votre religion? I MUSULMAN E . 1 CHRET]ENNE . 2 AN]M]$TE . ] AUTRE 6 (PRECISER) 109 110 111 112 Q~eLLe est votre r~tio~lLit~? Q~elLe eBt votre ethnie? Nlinte~lnt je voUdrli• vous poserOesquestions a proposJ du wir i iize: I Ete=-vc~sactue[(~l~nt marie ou vivez-vous actueL- (~t et~ I.Ir~îorl grec ~ fl~nlll~ ? C~îen d,6pou~es/flm~es ivez-v~Js actueLLement ? 1= pR]NA]R 1= CP1 2 = CP2 3= CEt 4= CE2 S= CMI A= ri» I BURK[NABE . ,.*01!~ TOç~LA[SE . 02 8ENINO[$E . 03 MALIENNE . 04 Ill N[GERIENNE . Q5 AUTRE AFR]CA]N 06 AUTRE 0 (PRECiSER) I BOBO . 01 DIOULA . 02 F~LFUDE (PEUL) . 03 G~RMANTCHE . 04 GOURQLJ$$I . 05 LOfiI . 06 Kos$I . 07 SENO~JFO . I OUAREG BELLA . 09 AUTRE 10 (PREC[SER) I Q~JI . 1 J I NON . 2 ~115 1113 #° LIGNE DE LA (DES) FEMME(S) DANS LE I~JESTIQ~NA]RE HENAGE * COdons pour 0.106 NIVEAU LASSES 2: SEC. I°CYC. 3= SEC. 2°CYCLE 4= SUPERIEU~ 0 = p(43[N S D~UIIE ANNEE ACHEVEE 1 = 6ème 1= 2nde 2= Sème 2= lere 3= 4~ne 3= Term. 4= 3ème 4= FpB 5 = Fpp 8= NSP 1= 16me année Z= Z6me année 3= 3ëwe année 4~ 4~ In. et* 8= NSP 280 N ° ~ OUESTIONS ET FILTRES 114 I Avez-vo~ipoult(N)/fellle(i)LlintentJon(klf~de[llvenîr?Or¢ldre une autre (d'autres) PASSER I C~ES I A I ~1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~117 115 I Avez-vo~ 6t& Nri& ? I OUI . I l NON . 2 •122 '"1 '''--'' ''"~°' ~"*'' I ~~°~ . '1 DIVORCE . 2 SEPARE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 En quel mois et o/Jette antre avez-vous cons¢mné votre (premiêre) union? MOIS . Ç ~ RSP MOIS . 98 ANNEE . Ç-~ NSP ANNEE . 98 MARIAGE NON CONSOMME . 96 ~122 118 I Quel Nge aviez-vous quand vous avez consom¢r~ votre I (præitre) Union? 120 AGE . HSP AGE . 98 VOIR 117 ET 118: I I ANNEE ET AGE A LA OU( NON COeSCI~%kTIO¢I DU v( ~ MARIAGE DONNES ~ ~121 VER(FIER LA CORERENCE DE 117 ET 118: ~I~14EEOE NAISSANCE (102) PLUS AGE AU 14ARIAGE (1101 ANNEE DE NARIA~ CALCULEE~ SI NECESSAIRE, CALCULER L+ANSEE DE NAISSANCE ANN£E ACTUELLE Ç-~ MOINS AGE ACTUEL (103) ~Ç~ ANNEE DE NAISSANCE ]11 I I I CALCULEE LIAMNEE DE MARIAGE CALCULEE EST-ELLE, A UEE ANNEE PRES, LA NEME G~JE L4ANNEE DE MARIAGE ENREGiSTREE (117) 122 v En ce illom~nt, |vez-voQa ~ partenaîre r6gutière, une o~ des partenaires occujo¢~eLLes ou pas de partenaire dk4 toQt ? NON ~~-~ VERIFIER ET CORRIGER 117 E1 118 PUl S PASSER • 12 VERIFIER 11S EST MARIE V OU VIT ER Ç-~ L123 U,ION n UNE PARTENAIRE REGULIERE . 1 m I UNE OU DES PARTENAIRES OCCASIONRELLES . 2 PAS DE PARTENAIRE . ] ,231 ,v .z - - - . - '~, . , i ~, . '1 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 t201 2 281 SECTION 2: CO~TRACEPT [ON 01 I~llntMlilt, il voudrmll vmî4 parier de La pL~r~ifi¢ltion f~litiele, c+elt b dire les 6îffîrlfltl IIOye~l ou JthudeS (IkPun cmIple P~t utllimlr pour retmrder ou iviteP ur~e Drossesse« Oe quels moyens ou ~thodes •vez-vu ~ t ~ parler? EMCERCLER LE C.OOE 1 DAMS 202 F43UR CKA@UE MIETHGOE MEMT[ONMEE D'UNE NAN;ERE eP(~4TAMEE. PU%S CI]NTINUER LA COr.allME EM LISAMT LE MCM ET LA DE$CRIPTIO~ DE CHAQUE METHOOE MON NE#TI{14MEE SPglITAI~EmEMT. EMCERCLER LE CODE 2 Sl LA NETP~~DE EST RECOkNUE, ET LE CODE 3 5] M(~4 REC(~4MUE, 202 Avez-vous déjE entendu 203 AVeZ-Ve"J• d~J& utIHsê ~arter de (NETHGOE)7 (NETH~OE)? LIRE LA ~ESCR]PTION DE ~CHA~3E P~THODE Votre (VOS) ~rt•¢lairl ($) • t-eLte OOtl PILULE LeS fml~$ ~~nt prenQre OUI/$pOMTAME 1 (0~t-eL~es) d¢tjl utît]æ6 (NETE(]~E)? ~J une p iLut• t~ul tes jours ~J] /C[TE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 QIJ[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 3 . 2 1 Mep . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 . v ~j DZU/$TERILET £ert•ir~= feamleS ont OIJ]/$PONTAME . 1 Votre (vos) partM'~ire (•) • t-e[•o un e t~r i te t ~ Le ra id•o in , La OUI /C ITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z (ont -eLLes) ~l~j/I ta t i L t•4~ ( l~t lmOE)? $1ge*f~m ~ L'infirmière teur ,~q . 1 plie d~ t 'ut$ru=. ~ NOi~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 N3P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . O~ IMJECTIOeS Les fret peuvent OUI/5P(~qTAME . I votre (vos) pertlm~llrl (n) • •-eLle recevotr ur~ injection par ~ t]JI/CltE . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (ont-etle•) ~j& uttLq•(i (NETTE)? ~In , La ••ge-fro ou ,31 OUI, I [ , tn f14114~re pour ~v i te r de tenter I NOi4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 iIr~einte i)et~d~~t plusieurs riais. M$P . 8 NOJSeE/G£LEE/COMpRI~ES OUI/SP~TANE . I Votre (vol) parter~llire (e) • t-e[Le C•r t l i P4P i r i • p~uve~t se n~t t re OUI /C ITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (o~t ait•i) d l~ j+ Ut îL [« l~ { î~ lk~OE)? I lqr~tIri~r du v•Qin une +penqe, MON . . . . . . . . . . . . . 3 I l I~III~¢, de 15 crm+ ou OIJI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 un cO l lp r JU~ •v l~t d*•vo iF" de! . MON . . . . . . . . . . . . 2 r~pç:or t• ••X~,J~+ L $, N$p . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B 0~ P'~I~OII C l r t l i r~ h0~me$ peuvent se OU]/$pONTAME . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 œettre Un condom (capote •ngl•ise OUI/C[TE . 2 orïbervetif) p~r~:iant tes 3~ NON . . . . . . . . . . . . 2 ,~j STER[L]SAT[O(¢ FEM[NINE OJI/$PONtAME . 1 Votre part•n. • •-elle ¢~J ~ op~rl- C•rt•ir~s flt~oe~s ~ ~ t subir ~UI/ClTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . æ tion pour Iviter d+lvoîr d'lutre~ ur~ op~r•ti~ pour r~ pe•as avoir NO)~ 3 d'=mf~t•. OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Nep . 8 ~j STERiL[SATION NASCULIME (~JI/SP~TAME . ~ Avez-v~u~ eu une op~rllt~C~l pour Clrtlir~ hol~~e icJbi$•ent ur~ OJI/CITE . 2 +virer d '•vo i r d'~trel etlflmtl? ~rl lt ion p~;~Jr rte pLuo svo~r MO~, . .+ 31 d*(mf~t•. OU[ . I NON . 2 ~~~jME~~E PERJ~IDJ~~JE (~ J J /$P~TANE . . . . . . . . . . . . . . . . I J OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Certein~ cOUples Iv i tent d 'c ro i t OUt /C ITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 , NO~l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z ~ I P•p~rt l l l e•k Je l l ; ŒEert•ir+s jours , KON ~ . . . . . . . . . . . . . 8 du cycle pm~da~t te ;q~ts La femme lit pi= tu~ceptibte de tomber ~einte. v RETRAIT O&J I / ~PONT îtME . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I C•rtlir4~ hors I~ent f•ire OUI/CITE . 2 l t t l~t ioq e t le re t i re r •v in t NO~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 t+O~ . 2 v Aj~$T i MENC E PROL~GEE OU [/SP~TANE . . . . . . . . . . . . . . . . I OU[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 En dehors de L 'a r r i~t oes rapports OtJ lE TE . 2 i l ex~k l t r l c l i t i~OetLmlent ot~erve MOl~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 wr is k l naieslrce, cet•tins Co~apll= &vlte~t Le• rlppofts p~md=nt de= ~i# ~~x)ur q~ le ferrée 1111 E411$+~l$ Cet•ainsi f~~mes OU]/SPONTANE . 1 Votre (vos) I~rtm'air• (I) • t-I(kl u~:JLise~t ~s ~Lette• pour ne GUI /DESCRIPT ION . . . . . . . . . . . . . 2 (o~t-e~[es) d l+ j~ utiLisé (METI~OE)? p~s to l laer e~eintes. NON . . . . . . . . . . . ;/ OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ! M~41 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . 8 12 AUTRES METNODES 1~ Avez.vouj ent~ par (er dmsut res mytn= ou m~tho¢~s que deJ femmes oel h~l ~~t utiliser pour 8viter Lm grossesse? I (PREC[SER) 2 (PRECISER) v Ou I /S~Ol iT ANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 N~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 t MOlt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 ~O~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z AU MOINS UN -Ot lp* (A UTILISE) ~ * PASSER A 207 282 ,. I O~,~STIONS ET FILTRES I 2~ I .z.Ç~ d~J&, v¢~ ou votre(vos) épou~e(s ) /p~rtena î re I Ut(L|~ ¢~Je~~y~ ~~toye¢t~t¢or~ue po~ç ret~¢der o~ biler une nal:sa~ce? PASSER I I A I ~, . ~1 ffiffffffff 206 GU'lVlZ-VOUa file OU UtilîsA? [![i[~U); )~))i!))!ml(iii)Ui~ili;lii))) Wil)zlII)IlilUl)I)I~~I ~RIGER 203-206 (ET ~02 S% NECESSAIRE) I lift iq~fi~ ~l~~l~mUl~~fli~lilU~lJ~l~ . :';~~~l~Zl pour 6viter une t~i=un¢e? NON . 2 ;209 2~ ~,.,~Lle ~th~ utikisez-v~ act~ l l~nt? PILULE . 01-- 0 tU/STEN [LET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Q2 I biJECT]ONS . 03 NOdSSE/GE LEE/CæR ] HIE S . OZ, CORDON . OS STERI L] SAT[ON FEMZNINE . 06 SFERILISAT[ON NASCUL IRE . 07 CONTINENCE PER I OD I CdJE . 08 RETRAIT . I~ ABSTINENCE PROLONGEE . I0 GRIS'GRIS . 11 AUFRE 12-- (PREC]SER) »212 ,~ i , v . . _ _ ~vo,r«vo.~--~s--~a,ro I ~ . ,' t'intention d'utiliser une n~thode pour êviter une NON . 2 »211 ~i=s~e dan= t'=v~îr? NSP . 8 =212 210 O~eLLe mStho~ prêfêrerîez-v~s utiliser? PILULE . 01 D[U/STERILET . 02 [NJECT lONG . 03 ROUSSE/GE L E E/CORPS [ RE S . 06 CoeD~ . 05 STER]L[ SAT ]ON FEMZNiNE . . . . . . . . . 06 5FER ]L [SAT ]ON NASCUL ] NE . . . . . . . . 07 CONTINENCE PER]~OI~JE . 08 RETRAIT . 09 ABST ]NENCE PROLOPGEE . 10 GRiS*GRIS . 11 AUTRE 12 (PRECISER) PAS SURE . 9B ~212 211 Ouel[e est la prirlcipa[e raîson pour laquekte vous n'avez pas l'intentic~ d:utitîser une méthode? VEUT OES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . 01 HAMQUE D'INFORNAT[ON . 02 PARTENAIRE DESAPPROUVE . O] COUT TROP ELEVE . 06 EFFETS SECONOAIRES . OS PROBLENES DE GANTE . 06 D[FF[C[LE A OBTENIR . 07 RELIGI~A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 OPPOSEE A LA PLAN[F. FANIL]ALE,09 FATALISTE . 10 AUTRES PERSONNES DEGAPPROUVENT.11 RAppORTS SEX. PEU FREQUENTS.12 FEMME A DES DIFF[CULTES A T~IBER ENCE[NTE . . . . . . . . . . . 1] FEMNE NENOPAUSE/STERILE . 14 PAS C(~N4ODE . 15 NE PEUT PAS/PLUS AVOIR D~ENFANTS/STER[LE . 16 AUTRE 17 (PREC]SER) NSP . 9B "'1 '''-'~r~=*'''°'''u''°°°'°'°*'~*i°°" I ~°' . '1 lur |l p[ir~ino foeJ[(ll k la radio ou h La tétêvision? CONTRE . 2 NSP . 8 21] I OueLLe est votre prîncîpale source dlinformatîon I c~ernant le p&lnning fmi&iat ? L AGENT DE SANTE . 01 RADIO/TELEVI$IO¢4 . OZ JOURNAUX . 03 PANERTS/VO[S]NS/AN]S . OZ, NE CONNA]T PAS LA PLANIF. FAH.05 AUTRE 06 (PRECISER) NSP . ç~ 283 N = 301 $~CTION 3: PREFEREMCES EN MAT[ERE DE FEEONOlTE PASSER OUESTI(~IS ET FILTRES ] A VOudriez-vou8 |voîr un (autre/d'autres) enfant(s) ou i AVOIR UN (AUTRES) ENFANT(S) . 1 ] p¢ifereriez yoga8 ne pas avoîr dl(autres) enfant(s)? I PAS DIAUTRE/AUCUN . 2 DIT ~JE SA FEMME NE PEUT PAS TC~4BER ENCEINTE . . . . . . . . . 3 30] DIT OU:iL NE PEUT PAS/PLUS AVO]R D'ENFANT . . . . . . . . PAS DECIDE OU NSP . . . . . . . . . . . . . . . 302 C~Jen de tempa voudriez-vous attendre à partir de maintenant, avant La naissance d'~ (autre) enfant 304 Pensez-vous q~e votre(vos) 6pouse(s)/partenaire approuve(nt) ou désapprouve(nt) tes couptes qui utiLî~ent une le~tho~~ pour éviter une n~issance? MOIS . 1 I i i D2 ANNEES . 2 BIENTOT/MAINTENANT . SA FEV~IE OU LUI NE PEUT PLUS AVOIR D=ENFANTS . 995 AUTRE 9ç~ (PRECISER) NSP . 9~8 NON NARIE/NO~ EN UN[OId ET PAS DE PARTENAIRE REGULIENE I APPNOUVE . 1 DESAPPROUVE . Z NSP . 8 j "3~ I I 30.1C.,~~,o,.v.~-w.~r,. . tre,vos, IJ.,S . 'I égo~~e(s)/parter~ire de ce sujet au cours de l'année UNE OU DEUX FOIS . . . . . . . . . . . . . . . . 2 derniére? PLUS SOUVENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306 J Avez-vous d~j& discuté avec rot re(vos) épouse( s)/ JOUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 partenaire du nombre d'enfants que vous voudriez avoir? NON . 2 ~°~1 - - - ~°*~~~°'-~~'~~~*°°~'~ I'~~~- . '1 souhaîte(nt) avoir le même nombre d'enfants que PLUS D:ENFANTS . 2 v~, en veut (veulent) davantaRe ou raoins que MOINS DIENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . ] VOLet NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ~~ i .~ , . , , - , c-,~o ~.,o ., ,, .,,_., _ . r.p~.re ,. r--~*. . ~'~ ~'~~~' i ~°~ ~~~~~ "~~~ . . - - ~ '~ I " '°' I ~'''vr""'l"'**~*e ~'e"e"~ c~~--°* I A~TE~ORE . 'I arreté d'allaîter avant oe reprendre les rapports =ex~ls c~a cela n'a pas d=importance? PAS D=]MPORTANCE . 2 sl0 I En g6r~raL, apprc~Jvez-vous ou désapprouvez-vous tes I APPROUVE . 1 I i cocç~(es qui utilisent ~ methode pour éviter la I DESAPPR~VE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I Rrossesse 7 311 VERIFIER 123 ET COCHER LA CASE: N~A PAS O'ENFANTS E~ Si vo~ pouviez choisir exactement le norQbre d~enfants avoîr durant toute votre vie, CO~T~ien vou~riez-vous en avoir en tout? A DES ESFANTS Si vous pouvîez recomlm,~er à partir de L'epoque o~ vous n'aviez pas d,enfartts et sî vous pouviez choisir exacte- ment ke nombre dtenFants h avoir (~%Jrant toute votre vie, combien v~r iez -voe= en avoir en tout? ENREGISTRER UN SEUL NOMBRE OU AUTRE REPONSE. NOMBRE . Ç ~ AUTRE REPOflSE 96 (PREClSER) 312 D'éprés vous» q~e[ est le meilleur intervatte, en ~ is en années, entre La r~îssance d*t~1 enfant et La ~ issaoEe de L,enfant suivant ? MOIS . I I l l ANNEES . 2 AUTRE 996 (PRECISER) 284 SECTION 4. CONNAISSANCE ET ATTITL~ES VIS A ViS DU S[DA 401 MiIntanL'lt, je Voudrais v~J8 poser c~Lques questions sur un sujet Gris important, Avez-vov~ entendu pErLer d'une maladîe appetée SIDA ? I OUI . 'j | NON . 2 ~610 402 Par qui en avez-vou~ entendu parier ? EPOUSE/PARTENA[RE . 01 AGENT DE GANTE . 02 RADIO/TELEVISION . O] JOURNAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04 ANI(E)/PARENT(E)/VO[SIN(E} . 05 AFFICHES/EANPAGRES.PUaLIE]T . 06 AUTRE 07 (PRECISER) NSP . 98 +'l +''- +'''''+'" ++-" ~' °+ I + . 'l causeriei concernant La EIDA ? MON . 2 NSP . 8 404 A votre »vis, ¢oQf~~nt peut+on attrsper te S1DA » IMSCR1RE TOUT CE QUI EST EllE RELATIONS SEX. AVEC UN S]DEEN.A RELATIONS SEX. AVEC PROSTITUEES.B RELATIONS SEX. AVEC D]FFEREMTE PARTENAIRES . . . . . . . . . . C RELATIONS HOMOSEWUELLER . D TRANSFUSIONE DE 5AWG . E MANGER DANS LA MEME VAISSELLE QU'UN SIDEEN . F PORTER LES VETEMENTR D+UM S]DEEN . G UYILIGATION DE SERINC4JES OU AIGUILLES NON STER]L]SEES . H LA HERE A LkENFANT . I MOUSTIQUES/PIGURES D~INSECTES.J AUTRE [ (PRECI5ER) NSP . L 405 A votre aViS, que faut-iL faire pour ~vîter d+et t r lper te S[DA ? INSCRIRE TOUT CE GUI EST CITE UTILISER DES PRESERVATIFS . A AVOIR OR SEUL PARTENAIRE . R NE PAS ALLER AVEC PROSTITUEES.C NE PAS UTILISER SERINGUES OU AIGUILLES NO~ STERILISEES.D NE PAS TOUCHER DU SANG CORTANINE . E AUTRES F (PRECISER) NSP . G 606 A quoi reconnzlt-ofl un malade atteint du SIDA ? INSCRIRE TOUT CE QUI EST CITE AMAIGRISSEMENT . A OLARRHEE . E VGd4ISSEREMTS . C FRISSONS ET FIEVRE . . . . . . . . . . . . . . . D ANALYSE DE SANG . E TACHES SUR LA PEAU, BOUTONS . F TO(JX PERSISTANTE . G AUTRE H (PRECIGER) NSP . I +'l "*"+~- ++°*" ° + ~°* °°°+ I ~' . I naî$sance ~ un bêb6 atteint du SIDA ? NON . 2 NSP . 8 + I "* *+"++++ "+++ ++"°°°+° I +* . I $~Ei =oit en fait atteînte du EIOA ? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . 8 409 A votre avis, que doit-on faire des malades atteints I LES ENVOYER A L'HOPITAL . 1 I du RIDA ? I LES GARDER A LA NAI SOM . 2 I LES ISOLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 AUTRE 4 (PRECISER) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 285 410 I De~JiS 2 æis, avez-vous, pour une raîson quelconque I reçu une injectîon ? I oel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I NON . 2 ~412 411 I Par qui cette injectîon vous a t-erre été faite ? SECTEUR PUBLIC HOP,CENTRES MED,CSPS . 11 SECTEUR MEOICAL PRIVE CABINET DE MEDEDIN . 21 CABINET INFIRMIER . 22 AUTRE 41 (PRECISER) 412 1 Avez -vc~ eu des retatîc~Is sexuel les pendant ces 2 I CUl . I I derniers mois ? NON . 2 ~-419 413 | Lot= de ces relatîons sexuelLes avez-vous utîtisé I des con, dores ? I CUl . I l NON . 2 1.418 '"I L'" "v'Z- °'~'''''' ch-'°'~ ~r'°'~ °° I'c~A°°E ~°IS . 'I rarement ? PARFOIS . 2 RAREMENT . ] 415 POUrquoî avez-vous utitisê ces corwJor~s ? INSCRIRE TOUT CE OUI EST CITE I EVITER UNE GROSSESSE . A EVIIER MALADIES SEXUELLES . @ EVITER SIOA . C AUTRE D (PRECISER) NSP . E 416 OU vous ~tes-vous procurë ces condoms ? SECTEUR PUBLIC SMI . 11 DEPOT.PHARM.CC~%MUNAUTA]RE . 12 SECTEUR MEDICAL PRIVE PHARMACIE . 21 AUTRE SECTEUR PRIVE BOUTIQUE/TABLIER . 31 PARENTS/AMIS . 32 PARTENAIRE EN AVAIT . 33 AUTRE 41 (PRECISER) NSP . 98 417 418 I Q~IIe est la marque des cond~ que vous utilisez ? Avec c(~rl)îen de parier, mites différentes avez-vous eu oes relations sexueIIes ces 2 derniers moîs ? INSCRIRE L'HEURE DE FIN D'ENTRETIEN I PRUDENCE . I SULTAN . 2 AUTRES 3 (PRECISER) NSP . 8 NCãtBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ç~ AVEC FEM/4E/CONJOINTE OU PARTENAIRE REGUL. UNIQUEMENT.95 PLUSIEURS . 96 2~6 Personne enqu~tée: OBSERVATIONS DE L'ENOU~ç~U~ (A remplir après achèvement de l'interview) Questions spécifiques: Autres aspects: Nom de l'enqu~teur: Date: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Nom du chef d'équipe: Date: OBSERVATIONS DU CONTRO~EU~{S~) Nom du contrSleur(se): Date: 287 288 MINISTERE DES FINANCES ET DU PLAN BURKINA-FASO INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGHAPNIE ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE QUESTIONNAIRE COMMUNAUTAIRE IDENTIFICATION PROVINCE DEPARTEMENT COMMUNE/CENTRE URBAIN VILLAGE/SECTEUR N~ PROVINCE N ° DEPART . N ° GRAPPE . ~- TYPE DE LOCALITE: ~-~ BOBO/ OUAGA KOUDOUGOU I , Nom de la ville: • Nom du quartier: AUTRES VILLES I ~L RURAL • Nom du vil lage/localit6 (centre de la grappe: le + gros de la grappe) NOMBRE D'HABITANTS DE LA VILLE/VILLAGE LOCALITE: I ] I I I DATE DE DEBUT DE VISITE A LA GRAPPE DATE DE FIN DE VISITE A LA GRAPPE NOM DE L'ENQUETEUR JOUR MOIS JOUR MOIS ENQUETES NOMMES : NOMBRE: [ 1 FONCTIONS/TITRES*: ENQUETEES F~ES: NOMBRE: [ I FONCTIONS/TITRES¤¤: * CODES: i CHEF VILLAGE/QUARTIER 2 PERSONNEL DE SANTE 3 RESPONSABLE EDUCATION 4 RESPONSABLE RELIGIEUX 5 AUTRE ** CODES: 1 MEMBRE ASS. DE FEMMES 2 PERSONNEL DE SANTE 3 RESPONSABLE EDUCATION 5 AUTRE 289 N o 103 104 105 ~~CT[OW I. CARACTERI~T]QUE$ GENERALE$ GUE$TIONS ET FILTRES VERIFIER LE TYPE DE LOCALITE ET COCHER LA CASE CO~~RESpONOANTE: ~URAL 0(JA£,~ BOl~O / K QLW) O~GOU AUIRES VILLES NOTER LE TYPE D'HABITAT m COeE$ DENSE . 1 DLSPERSE . 2 A~IRE ] (PRECISER) QUeL est le centre urdein te pLu~ proche de | ? I (Nom L~lL,/vîL[i9e/pte. ville) (NO~4DU CENTRE URBAIN) Q~elLe e=t Il prin¢ip~(e voie d'accès entre m ROUTE EOUOROWNEE . 1 I LATER[TE . 2 et ? pIS~E . 3 ~ . ~ (Nom Centre Urbain)) VOIE D'EAU . & SEMI[ER . Quet te e=t fa d i s taoEe e¢t kiLomètreSet entFe ? Il ~F~ ~./viLtagelpte. vitre) (NOm Centre Urbain)) ~]LO~4ETRES INSCRIRE 'çB' POUR 95 ~J4 ET PLUS. Q4JeL~ mc~t tes~l~yensde tran$1~rt en COmm~~ Ees I AUTOBUS . A I IAXI BROUSSE . B pL~ uti(isés I~WJr te r¢.~~re ~ ~ IAX[ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (N(~T~ CentreUrl~in) CAM[O¢~/CAN[ONETIE . D CHARRETTE . E ENREGISTRER SEULEMENT LES DEUX PR[NCIPAUX MOYENS DE AUCUN . F TRAî¢SPC~~T PASSER I A 107 108 109 Qv¢L&e est {a prir¢ipate source d'eau Due les habitants de (Nom tc, ct[./vi[Lage/vitte/~artier) ut ik i tent pourboîre? QueLle est {a principale source d'eau q~e Les habitants de (Mca tocaL . /v i t tm@e/v ikLe lq , Ja r t ie r ) utiti=ent pour feire Le vaisseHe? Com~nt +met ~wcdees tes eaux us~es oes [oge:aents de de 7 (MrA Locat . /v i t tmge/v i t te /quarL~er ) EAU DU R~]WET ROBINET DANS LE LOGENENIICOUR/PARCELLE . 11 ROBINEI PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU Dg PUITS PUITS DANS LE LOGEflENT/CQUR/PARCELLE.,21 PUITSPUBLIC/FO~~AGE . 2E EAU DE SURFACE SOURCE . 31 RIV]ERE/RUISSEAU/FLEUVE . . . . . . 3Z MARE/LAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 8ARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 EAU DE PLUIE . 41 VENDEUR D'EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 EAU EN BOUTEILLE . 61 AUTRE 71 (PRECISER) EAU DU R~INET ROBINET DANS LE LOGEMENT~COUR~PARCELLE . . . . . 11 ROBINET PUBLIC . . . . . . . . . . . . . . . 12 EAU DE PUITS PUITS DANS LE LOGEHENT/COUR/PARCELLE.21 PUITS PUBLIC/FORAGE . 22 EAU DE SURFACE $~RCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 RIVIERE/RUIS$EAU/FLEUVE . . . . . . 32 MARE/LAC . 33 BARRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 LAU OE PLUIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 VENDEUR D'EAU . 51 EAU EN B~TEILLE . . . . . . . . . . . . . . . . 61 AUTRE 71 (PRECISER) SY•YEME OIEGOJT$ FERMES . . . . . . . . . I EGCUTS A CIEL OUVERT . 2 FOSSE SCEPIIOeE . 3 RUE/BROLJS$E . 4 AUTRE 5 (PREC[SER) 110 QLWel Qmre de toitettes @o~t uti[isées par te rna]orlte | CHASSE D'EAU I CHASSE DLEAU PERSONMELLE.11 des h~bîtants de ? CHASSE O'EAU EN CO~/~%~N . 12 (NOm I oca[ , I v i L tape /v l [ te /q~ar t ieP ) LATRINES LATR[NE$ SCL~4~AIRES . 21 LAIR{NES AMELIOI~EES . 22 PAS DE TO[LEITE$/BROe$$E . 31 AUTRE 41 2 29() M~ I ~IJE3TIO(¢S ET FILTRES p 111 I YI-t-iL t'Itectrlclti I k ? (Nom [o¢lt./vi|Lige/vi([e/~6mrtier) PASSER I =ES I ~ N(3~I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 112 I Ouet|e rit |=mE|IV|tE prlncipate de~ h=bbitants I d= ? (#~ Io¢=[.Iv|lt=ge/vit[e/quartier) AGRICULTURE/ELEVAGE/FEC#E . 1 I E~*4MERCE . I ARTISANAT . 3 INDUSTRIE . k SERV|CE$ . AUTRE 6 (PRECISER) 01ECOLE O~PRIMA[RE 02 ECOLE ~.o=.,. QUTECHNKQUi 1 D CYCLE O•JECOLE SECONDAIRE OU TEC#NIOU 2" CYCLE O~MARCHE ~JOURNALIER 05 MARCHE O~JHEIDQMADAIRE ~J BO, JT I OUE 07 SERVICE O~JREE/JL]ER DE TRANSP(~T EN CQNIMU(d C~LETER LE TABLE/UJ A PARTIR DE VOS OBSERVATIONS ET DES ]NFORNATIONS OBTEN4JES 113 DISTANCE (EN 13¢.) ENTRE LE LIEU D'EMOUETE ET LA LOCAL]TE LA PLUS PROCHE PO$SEDANT LE SERVICE $1 LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D'ENGUETE, INSCRIRE tç~6~. INSCRIRE 1951POURg~ KN ET PLUS, 114 NOYEN DE DEPLACEMEMI LE PLUS UTILISE POUE SE RENDRE DANS LA LOCAL]TE LA PLUS PROCHE POSSEDAN~ LE SERVICE 115 tEMPS NECES.~JklRE POL~ SE RENORE )ANS LA LQCAL]TE LA PLUS )ROCHE POSSEDANT LE SERVICE, )AR LE NOYEH DE DEPLACENEST LE .E PLUS UTtL[SE SI PLUS 120 MINUTES NQTER EN HEURES. 24H POUR 2& HEL~E$.ET* SI '96' PASSER KILOMETRES A 02 SI '96 t PASSER KILOKqETRES A 03 SI ~96' PASSER KILI~qETRES A 04 r ~ ~ si 1961 PASSER KILQI4ETRES A DS PASSER KILOMETRE$ A 06 SI '96' PASSER KILOMETRES A 07 SI '96 ~ L PASSER KILI~~ETRES A Q,2D1 VEH]CULE î, iQTEUR.,1 VELO . 2 DOS D'ANIKAL.,.3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUIRE b (PRECISER) VEHICULE MOTEUR.1 VELO . 2 DOS D'AN]r4AL.~ CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUrRE . b (PRECtSER) VEH]CULE î4OTEUR.,1 VELO . . . . . . . . . . . . . 2 DOS DIAN]HAL.3 CHARRETTE . 4 A pIED . AUTRE E ~PRECISER) VEH]CULE )e~JTEUR,.1 VELO . 2 OQS DIAN]NAL.,~ CHARREITE . 4 A p]EO . 5 ~J~RE 6 (PRECISER) VEH]CULE NOIEUR,.1 VELO . 2 DOS DIAN]M&L,.,.,~ CHARRETTE . 6 A P]EO . $ AUIRE 6 (PRECIS[R) VEHICULE NQTEUR.1 VELO . 2 DOS Ç'ANINAL,,,.3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE 6 (PREC[$ER) VEH]CULE WJTEUR*.I VELO . 2 OOS DIANINAL.3 CHARRETTE . 4 A PIED . AU~RE E (PREC[S[R) MINUTES . 1 I I I I HEURES . 2 NINUTES . I I I I ] HEURES . 2 MINUTES . 1 I ) l l i ,EI] HEURES . 2 N]NUTES . I t J l l ~o~~~ HEURE~ . 2 NINUTES . 1 HEURES . Z MINUTES . 1 I l l l HEURES . 2 ~04 ~05 06 DT »Q.201 291 t~ o~ HOP ITAL PUBLIC 021 CLINIQUE I PR]VEE o31 SM I 201 ~ se trie (N(3WDU SERVICE) le p~~pro(;he? SI LE SERVICE SE TRO¢P~tE SUR LE L[EU D=ENO4JETE, INSCRIRE 'ç~~~ A 0.202, PUIS PASSER A Q.21)5. ~~CTION ~. DISPONIRIÇ~TE DES SERVICES SANITAIRES 20Z A co~bie~de 203Quel est ~e 204 205 " 206VERIFIER kilomètres wo~~ed~p(a- Combîende temps (NOM DU SERV. Q. 202 le trouve c~t Le pL~ faut*il pour le ~e p[= pr~h~ (N{3WDU utiLil~pour r~,ndre & (MOl4 I$$ure-t-i[ OU SERVICE) te pL~ des services SERVICE) Le se rendre J de ~[ices~leflt le flml[lîi{? p[~ pr~he? (NOM DU SERVICE) proche par le moyen de p I~ i~ le plus pr~he? plus ut ~E T (INSCRIRE LE NON LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/~~JART]ER) SI NSP ECR]RE «NSP" SUR LA LIGNE ET PASSER A 02 (INSCRIRE LE NO~~ LOEALITE/VILLAGE/ VILLE/QUARTIER) SI NSP ECRIRE "NSP" SUR LA LIGNE ET PASSER A C3 (INSCRIRE LE NC~I LC£AL]TE/VILLAGE/ V]LLE/Q~JARTIER) SI NSP ECRiRE "NSP" SUR LA LIGNE ET PASSER A O~ SI • DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES [ SI 24 HEURES ET + i VEHICULE îlîOTEUR,,1 NOTER 24H. i OUI 1 I VELO . . . . . . . . . . . . . 2 I K[LCIWETRES OOS D~AN]î,[AL.3 ~ i No~ E = . CHARRETTE . 4 RIN.1 ] ] i SI ç5 ICN ET + NOTER A P]ED . 5 ~ i NSP . 8 95 ET PASSER A 206 AUTRE 6 HEUR.2 (PREC[SER) ( SI '96' PASSER ! A 205 I [ F I S{ * DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES ~ ~ l SI 24 HEURES ET * I I i VEHICULE MOTEUR.1 INOTER 24H. OUi . 1 i ; VELO . 2 1 KILOMETRES OOSD'AN[NAL.,.3 I ; ~ NO~ . 2 CHARRETTE . 4 M]N.*I ~ ~ i SI 95 KM ET + NOTER A PIED . 5 NER . 8 9S ET PASSER A 206!AUTRE 6 MEUR.2 [ ! i ,J (PREC]SER) I SI ~q6' PASSER I i A 205 I , I J SI ÷ DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES SI 24 HEURES ET + VEHIC~JLE PeDTEUR.,I NOTER E4H. ! OU[ I I VELO . 2 i CHARRETTE . 4 MIN.I SI 9'5 104 ET + NOTER A PIED . E ;NSP . 8 95 ET PASSER A 206 AUTRE 6 HEUR,2 i (PRECISER) i SI 19Y~~ PASSER i A 205 J DISTANCE <=300U lori. D APASSER o. 202=96 Q.20? D>I~1 :NmD. E [~ÅA~æER DISTANCE <=30 Km ~PASSER (]~ '~ A Q. 202=96 Q. 207 D J STANCE ~PASSER >30 Km. ~ A 03 DISTANCE <=300U I~. ~p-PASSE RA Q.202=ç~ Q.207 D~~T~CE [~ÅA~ ER 207 (NO~ OU SERVICE) le plus I E08 Sevez-vo~ si S proche issure-t*it: (NOM DU SERVICE) Le p(US proche~ on peut se procurer: OU[ NON NSP SOINS PRENATALS.1 ACCOUCHEMENTS . I SOINS POSTNATALS,.1 (X]e4S. ~RISSONS.1 COLIS. NUTR]TIO~,.1 VACC[NATIOMS . 1 URGENCES . 1 SOINS OJRATIFS.,.,1 0,11 ~l OUI WOW n~r B SACHETS SilO . 1 / 8 ANTI*PALUDEEN . I r 8 PILULE CONTPJ~CEP.1 B STERILET . 1 E ]WJECTI(Ã~S CQNTR.1 02 B CONOOI4 . 1 8 METH, VAGIWALES,,.1 8 STERIL]$. FEM . 1 AUTR. METH. CONT*.*I (A PRECISER) N(~# NER OUI NON NEF SOINS PRENATALS.I ACCCI~CHEMENTS . I SOINS POSTNATALS.*I CORS, NOURRISSONS.,1 DONS. NUTRITION.1 VACCINATIO~~S . 1 URGENCES . 1 SOINS CURATIFS.,.1 2 8 SACHETS SRO . 1 2 1 2 8 ANTI-PALUOEEW . I 2 2 8 PILULE CONTRACEP.I 2 2 8 STERILET . 1 2 2 B INJECTIONS CONTR,,.1 2 03 2 B COWOON . . . . . . . . . . . . . 1 2 i 2 8 METH. VAGINALES.1 2 1 2 B STER]L]S. rEM . 1 2 OUI SOINS PRENATALS. I SOINS Pi~TNATALS.1 CORS, NO(,q~R I SSONS. 1 DONS, NUTRITION, .1 VACCI NATIONS . 1 URGENCES . 1 SOINS CL~ATI FS., ,1 AUTR, METH. CO~T.1 E (A PREC]SER) NO~ NSP OUI NO~1 NSl 2 8 SACHETS SRO . 1 8 E 8 ANT I -PALLJDEEN . 1 lB 2 8 PI LUtE CO~TRACEP. 1 8 Z 8 SI ER[LET . 1 8 2 8 ] NJECTIONS ~I4TR.1 8 2 8 CI~D(~ . l 8 E 8 METH. VAG%NALES.1 15 AUTR. ~ETH, CONT.,1 E (A PRECISER) ~J CENTRE qEDICAL ~LSL %C (INSCRIRE LE NON LOCAL[TE/VILLAGE/ VILLE/I~JARTIER) )lSPEN" SklRE MJBLIC/ ~ATERNITE CENTRE DE SANTE ET ~E pR(~I(OT I O~ SOCIALE C.S.P.S POSTE DE SA~43E PR]NAIRE P.$.P f i t KI LONETRES SI 95 ~ ET + NOTER 9~ ET PASSER A 206 S] ~96 ~ PASSER A205 SI NSP ECR]RE "NSP" LA LIGNE ET PASSER A O~ VI[#IOULE NOTEUR.I VELO . 2 DO~~O'ANINAL*.*.3 CHARRETTE . 4 A PIED . 5 AUTRE 6 (PflECISER) SI + DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES S~ 24 HEURES ET + NOTER 26N, MIE.1 GEUR.2 OUI . 1 NON . 2 NST' . . . . . . . 8 (INSCRIRE LE KGq LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/~EJART]ER) SI NSP ECRIRE UNSP ~ SUR LA LIGNE ET PASSER A06 KILOMETRES SI 9~ ~34 ET + NOTER 95ET PASSER A 206 SI ~96 ~ PASSER A 205 VENICULE NOTEUR.1 VELO . 2 DGSD'ANINAL.3 CHARRETTE . A PIED . 5 AUTRE 6 (PREC]SER) SI + DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES SI 24 HEURES ET ÷ ~OTER 2~H. M]N,.1 ~ HEUR.2 (INSCRIRE LE NOM LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/QUARTIER) SI NEP ECRIRE «NSP" SUR LA LIGNE ET PASSER A 07 KILQMETRES SI 95 104 ET + NOTER 9S ET PASSER A 206 SI '96' PASSER J A 205 VEHICULE MOTEUR.,1 VELO . 2 DOS D~ANIM~L.3 CHARRETTE . A PiED . 5 AUTRE 6 (PRECISER) SI + DE 120 MINUTES ROTER EN HEURES SI ZG ~EU~ES ET ÷ NOTER 24H, MIN.1 HEUR.2 (INSCRIRE LE NCNU)CAL~TE/VILLA~E/ VILLE/QUARTIER) Si NSP ECRIRE "NSP" LA LIG~4E ET PESSER A 06 (|LOI~ETRE$ SI 95 104 ET + NOTER 95 ET PASSER A 206 = SI ~çO' p&$SER A 205 VEHICULE î~TEUR,.1 VELO . 2 DOS D*ANIMAL.3 CHARRETTE . 6 A PIED . 5 AUTGE 6 (PREC[SERI SI ÷ DE 120 MINUTES !NOTER EN HEURES Sl 26 HEURES ET + NOTER 24H, NIN.1 HEUR.2 OUI . . . . . . . 1 . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . 8 DISTANCE • =300U î~ . ~ PASSERA Q .ZD2--96 0.207 OUI . 1 NO~ . . . . . . . 2 NSP . O OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 Of=STANCE 0.202=ç6 Q.207 D I STANCE J ~PASSE! )30 ~m. ~ A 05 OUI ~ NSP DI~T~CE ~ÅA~ER DISTANCE • =60OU Y~ " 9 9ASSEgA Q.2GE=96 0.207 D I STANCE ] I~PASSEJ9 >30 Km. A 07 DISTANCE (=300U Km. D APASSEI Q, 202=96 0.20? D]i ~T~GE ~ÅA~ER OUI NON NSP SOINS PRENRTALS. 1 2 8 SOINS PO~TBATALS. 1 2 B tONS. NQUIIR[ SSO~S. * 1 2 8 CONS. NLrTRI TION. 1 2 8 VACCIILAT ] ONS . 1 2 O URGENCES . 1 2 8 SOINS CURATIFS. 1 2 8 OUI ~ il. I SACHETS SRO . 1 2 8 1 Aî(T I - PALUDEEN . 1 2 8 | PILULE COtTRAGEP. 1 Z o STERILET . 1 Z 8 I05 INJECTIONS C(~~TR. 1 Z 8 COOUON . 1 2 NETN. V/U~II~~LES. 1 Z AUTR, NETN. CONT.I 2 O - I lA PRECI SER) OUI ~ kw O 8 8 8 SOINS PRENATALS.1 E 0 ACCCUCNENENTS . 1 2 8 SOINS ~TEATALS.1 2 B CONS. gOLIGE I SSO~S. 1 2 8 COliS. NUTRITION.1 0 VACCINATIOI#S . 1 E URGENCES . 1 E SOINSQ~~AT]F$.,.~ 2 OUI NON NSP SACHETS S#O . I 8 1 ANT]'PALUOEEN . 1 8 ,t PILULE ~TRACEP,,,1 8 STERILET . 1 06 INJECTIONS COUTR.1 CONOaOI . 1 ~TH. VAGINALES.1 AUTR. NETH. CONT.1 8 CA PREC]SER) J OUI NON ~~r SOINS P~ENAIALS.~ ACCOUCHEMENTS . 1 SOINS POSTNATAL$. 1 2 CONS, NOORR ISSOgS. 1 2 CONS. NUTRITION. ,1 2 VACC]NAT [ ON$ . 1 2 URGENCES . 1 2 SOINS C~JRATIFS,,. ,,1 2 2 ~ SJkCt4ET S SRO . 2 E ANTI -PALUOEEN . 1 B PILULE CONTRACEP., 1 E STER]LET . 1 8 ]NJECT IONS CO~TR. 1 8 CQ~DOM . . . . . . . . . . . . . 1 8 KETH. VAG[NALES. 1 B AUTR. METH. C(X4T.,1 lA PREC]SER) 2 8 E~ 2 8 07 2 Z 2 2 OIJi NON NSP ACCCUCNEKERT S . 1 8 SOINS P~åTNATAL S, . • 1 8 CONS. NOUGE]SSO~S . . 1 8 ~ON$. IIU'[RI1 ION . . . .'~ B VACCINATIONS . 1 8 URGENCES . 1 0 ~)JNS CURATIFS. 1 8 OUI SACHETS SRO . t ANTI'PALUDEEN . 1 PILULE CONTRACEP.1 SIERILE1 . 1 ZNJECT[ONS COgTR.,1 IqETH. VAGIMALES,,.1 AUTR, METH. CONT.1 CA PRECISER) E 8 2 8 ~GE 2 2 2 2 LJ 4~ CABINET MEDECIN PRIVE/ O[SPEN- SAIRE pRIVE OU RELIfilEU~ J 201 O~ se t r~ (kit4 DU SERVICE) Sl LE SERV[OE SE TROUble SUR LE L%EU O'EN¢~JETE, INSCRIRE 196« A Q.202~ ~J[S pASSER A ~.Z(~. (INSCRIRE LE NOM LOCAL[TE/V{LLAGE/ VILLE/OAJARTIER) SI NSp ECRIRE "MSP" SUR LA LIGNE ET PASSER A 09 202 A Cmmî,~n k iL~tr~ S~RVICE) le pl~ proche? KILClqETRES I si ~ ~~ Er ÷ ~rERi i 9~ ET PASSER A 206 i I SI '96, pASSER IA~0~ l Z030UeL e~t Le 204 moyen de ~pLa" pLzj~C°li~ien de tmlp~ c~lent Le pL~l f~ut-i( pour se uti[il~~ rendre k (~ se rendre i DU ~RVICE) (e pl~ (NOM OU SERV]OE) proche par Le moyen Le pL~ pr~he? de d~pLa¢eme~t te ? Sl ÷ DE I~0 MINUTES NOTER EN HEURES SI 2~ HEURES ET ÷ VEflICULE î'W3TEUR,.1 ~OTER 2~H, VELO . 2 DOS O*ANI~I~~L.3 CHARRETTE 4 NIN I . . . . . . . . i "" m m A PIEU . . . . . . . . . . . 5 i ~ 0 ~ ' - J - - AUTRE 6 HEUR.2 I A (NG44 LOCALITE/VILLAGE)' y a-t-fL ~ i~rsc~e~ de santé con~utaire/ PE R S(:~W NE L[ s~cca°r f st e/mat ro~e? DE SANTE C(]4~UNAU- ~l !I~PASSER TAIRE/ ~ A G 207 SECI~J- RISTE/ NON ~PASSER MATRONE A fO pHAR~AC]I (INSCRIRE LE NON LQCALITE/VILLAGE/ VILLE/QUARTIER) SI NSP ECRIRE "NSP" LA LIGNE ET PASSER A 11 K I LOKtETRE S SI 95 KM ET ~ ~OTER 9~ ET PASSER A 206 SI '96' PASSER A205 VERICULE ~OrEU~,,I VIELO . Z O~ D~ANINAL.,.,~ CHARRETTE . & A PIE~ . AUTRE 6 (PRECISER) SI + DE 120 MINUTES NOTER EN HEURES SI 24 HEURES ET + ~OrE~ Z4~. M[N' ' I ~ HE~.2 I~TER EN NEU~ES 111 ~ Ç ~ SI 26 HEURES ET • VEH]CULE NOTEUR.1 tOTER 24H. )EPOT ($N$CRJRE LE ~]ELO . 2 )NARNA- NOt LOCALITEÆILLAGE/ KIL~I4ETRES DO~ ~'AN]l~kL.] ~ ~ :EUTlgUE VILLE/~TIER) C:~RRETTE . 6 NIN.1 :OqEtlNAU SI 95 I~q ET + ROTER A PIEU . 5 rAlliE SI N~ ECRIRE "NSP"E Ç~î ET PASSER A 2136 AUTRE 6 NEUIR.2 SUR LA LIGNE ET (PRECISER) PASSER A 209 SI '~~ PASSER A 205 205 (WG~ DU SlERV. tf pLLi proch, assure*t-iL d~-Isefvîc~ de p(w~ni~l fami(iaL? OU] . . . . . . . I NON . . . . . . . 2 ~SP . . . . . . . B OUI . 1 N(3t~ . . . . . . . 2 N~ . . . . . . . 8 OUI . 1 M(~ . . . . . . . Z WSP . 8 206 VERIFIER «. 2O2 DISTANCE~ <=30 Km. PASSER o~ A Q.202:% 0,207 DISTANCE~PASSER >30 Km. A 09 Q ,202~ç~ q.208 :,:=.~Q.PA:~, IL2¢ç 207 (;~M DU SERVICE) Le pl~ prc¢h! assure-t-îl: 208SIvez-vo~~ sî (NON DU SERVICE) Le plus pr~he, on peut $,pt'~er: ~[ 50 ( NS PRENATALS. 1 ACCOUCHEMENTS . 1 SOINS POS~NATALS,., 1 COt4S. NOURR [ SSONS. 1 CONS. NUTR[T[Og, . . .1 VACCINAT I~S . 1 URGENCES . . . . . . . . . . . 1 SOINS CURATIFS.I NON NSP OUI Z 8 SACHETS SRO . I Z 6 ANTI-PALUOEE~ . ? 2 8 PILULE CONTRACEP,,,1 2 8 STER[LET . 1 Z 8 INJECTIONS C~TR.,1 æ 8 CONO014 . 1 2 8 NETH* VAGINALES.1 2 8 AUTR. METH. CONT,,.1 ! (A PRECISER) oui NON NSP r C~{ W~ H5P 2 8 E Z 8 O9 Z 2 2 8 N~ N~ç I SOINS PRENArALS. , , l ACCOt]EHEMENTS . 1 CC¢iS. NUTRITION.l URGENCES . 1 50INS CURATIFS*.**.I I ~ I SACHETS SRO . I 2 8 J ANTI-PALL~JEEN 1 10 2 8j I 2 8 IJdl NON NSP SACHETS SRO . 1 8 NtTI-PALUDEEN . 1 s/ PILULE COiITRACEP.*.I STER[LET . I 11 INJEOET[ON$ CONTR.,,1 C(W~ON., . . . . . . . . . 1 ~4ETH. YAGINALES«.-1 AUTR. î4ETN. COIlT*.1 (A PRECISER) OIJIk~INSPl SACHETS SttO . 1 2 6 1 ANT[ "PALUOEEN . 1 Z 8 PI LULE CI31TRACEP. I 2 8 STERZLET . . . . . . . . . . . 1 2 8 .209 INJECT [ONS COWTR.*I Z i co~o~ . . . . . . . . . . . . . 1 z i METN" VAGINALES,.1 Z AUTR. î~TN. COIIT.1 2 8 (A PRECI SER ) M • 209 OUESTIONS ET FILTRES COOES Q~e[ so~t, par ordre d'importance, ;es p~in¢îFe[e= œe(Idiet des enfants de moiM de cinq ans au cours de k llnn4e? PALUOISME . 01 DIARRHEE . 02 NALNUTRITION . O] ROUGEOLE . 04 A~ERIE . 05 TETANOS . 06 KENINGITE . 07 ICTERE (jaunisse, hEpatîte. ~~'néralelltent n~eladîes ~ foie) . 08 MALADIES CARDIAOUES . 09 TUBERCULOSE . 10 COQUELUCHE . 11 VARICELLE . 12 COIdVULSION . 13 F]EVRE . 16 TOUX» SUFFOCATIOn, PROBLENE$ RESP[RATOIRE$ . 15 I~LADIE DES YEUX (TRACONE,CATARACTE).16 TEIGNE/GALE . 17 AUTRES PRO6LENES DE PEAU . 18 AUTRES 19 (PRECISER) ~SP . 98 I 210 QUELS SOntj Fer ordre dlimportance, VOS peirmip4~x probLh~es pour vous solllner? SERVICES DE SAHTE [NEXlSTANTS . 01 SERVICES DE SANTE TROP ELOIGNES . 02 SERV. DE SANTE N~OFFRANT PAS TOUS LES SERVICES . O] CON$ULTATIONS TROP CHERES . 04 MAUVAIS ACCUEIL . 05 NEDICANENTS NON DISPONIBLES . 06 NED[CAME#TS TROP CHERS . O? AUCUN . 08 AUTRE 09 (PREC[SER) NSP . 98 2" . 3 ° . 4" . ~5 OÇSERVAT~ONS DU CHEF D'EOUIPE (A remplir après achèvement de l'interview) Nom du chef d'~quipe: Date: 8 296 Pages préliminaires Titre Information supplémentaire Table des matières Liste des tableaux Liste des graphiques Sigles et abreviations Préface Remerciements Résume Carte du Burkina Faso Chapitre 01 - Caractéristiques du pays et méthodologie de l'enquête Chapitre 02 - Caratéristiques des ménages et des enquêtées Chapitre 03 - Fécondité Chapitre 04 - Planification familiale Chapitre 05 - Nuptialitéet exposition au risque de grossesse Chapitre 06 - Préférences en matière de fécondité Chapitre 07 - Santé de la mère et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement et nutrition Chapitre 09 - Mortalité des enfants de moins de cinq ans Chapitre 10 - Enquête homme Chapitre 11 - SIDA Chapitre 12 - Disponibilité des services communautaires Bibliographie Annexe A - Personnel de L'Enquête Démographique et de Santé Annexe B - Plan de Sondage Annexe C - Erreurs de Sondage Annexe D - Tableaux Pour L'Evaluaion de la Qualité des Données Annexe E - Questionnaires Questionnaire - Ménage Questionnaire - Individuel Femme Questionnaire - Individuel Homme Questionnaire - Communautaire

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.