Burkina Faso - Demographic and Health Survey - 1994

Publication date: 1994

Burkina Faso Enquête Démographique et de Santé 1993 Institut National de la Statistique et de la Démographie ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. BURKINA FASO Enquête Démographique et de Santé Burkina Faso 1993 Désiré Lohé Konaté Tinga Sinaré Michka Seroussi Institut National de la Statistique et de la Démographie Ouagadougou, Burkina Faso Macro International Inc. Calverton, Maryland USA Juin 1994 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSBF) réalisée au Burkina Faso en 1993, par l'Institut National de la Statistique et de la D6mographie (INSD). L'EDSBF, financée par l'Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSBF fait partie du programme mondial des Enqufites Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objectif est de collecter, d'analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la mère et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSBF peuvent ~tre obtenues auprès de I'INSD, BP 374, Ouagadougou, Burkina Faso (Téléphone (226) 30 67 97 ou 30 67 98). Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tre obtenus auprès de Macro International Inc., 11785 Beltsville Drive, Calverton, MD 20705, USA (Tèléphone 301-572-0200; Fax 301-572-0999). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Burkina Faso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAP ITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE par Désiré Lobé Konaté 1.1 1.2 CARACTERIST IQUES DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Situationsocio-économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Situation démographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU BURKINA FASO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I 'EDSBF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.3 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2.5 Collecte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.2.6 Exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 CHAP ITRE 2 2.1 2.2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par François llboudo et Pagari Ouoba ENQUETE MENAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages . . . . . . . . 17 ENQUETE INDIV IDUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2,1 Caractéristiques des femmes enqu~tées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 iii CHAPITRE 3 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6 3.7 Page FECONDITE par Tinga Sinaré NIVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE DIFFERENTIELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 TENDANCES DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 INTERVALLE INTERGENESIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 GROSSESSES IMPRODUCTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 FECONDITE DES ADOLESCENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 CHAPITRE 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 4.9 PLANIFICATION FAMILIALE par François l lboudo CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 UTILISATION ACTUELLE DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 SOURCES D'APPROVISIONNEMENT DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . 53 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES. . . 54 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 OPINIONS ET ATTITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIFICATION FAMIL IALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 CHAPITRE 5 5.1 5.2 5.3 5.4 NUPT IAL ITE ET EXPOSIT ION AU R ISQUE DE GROSSESSE par Désiré Lohé Konaté ETAT MATRIMONIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 AGE A LA CONSOMMATION DE LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2. l Age à la consommation de la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 ACTIVITE SEXUELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 CHAPITRE 6 6.1 6.2 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Mohamed Ayad DESIR D'AVOIR DES ENFANTS (SUPPLEMENTAIRES) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 BESOINS EN MATIERE DE PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . 81 iv 6.3 6.4 Page NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 PLANIFICATION DE LA FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 CHAPITRE 7 7.1 7.2 7.3 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par M ichka Seroussi SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 VACCINATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 MALADIES DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 CHAPITRE 8 8.1 8.2 8.3 ALLAITEMENT ET NUTRITION par Michka Seroussi ALLAITEMENT ET COMPLEMENT NUTRITIONNEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 ETAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 ETAT NUTRITIONNEL DES MERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 CHAPITRE 9 9.1 9.2 9.3 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Pagari Ouoba METHODOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 NIVEAUX ET TENDANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 MORTALITE DIFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES . . . . . . . 135 CHAPITRE 10 10.1 ENQUETE HOMME par M ichka Seroussi CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES HOMMES ET DES COUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1.1 Caractéristiques des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.2 10,3 Page PLANIFICATION FAMILIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 10.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 10.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 10.2.3 Utilisation future et méthodes pr6f6rées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 10 ,2 .40p ion ions et attitudes vis-a-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . 159 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 CHAPITRE 11 11.1 11,2 11.3 11.4 11.5 SIDA par Tinga Sinaré et Michka Seroussi CONNAISSANCE DU SIDA ET DE SES MODES DE TRANSMISSION . . . . . 169 SOURCES D' INFORMATION SUR LE SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 PREVENTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 ATTITUDES VIS-A-VIS DU SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 COMPORTEMENT SEXUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 CHAPITRE 12 12.1 12.2 12.3 12.4 D ISPONIB IL ITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Michka Seroussi CARACTERISTIQUES DES LOCALITES RURALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 FORMATIONS SANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 12.3.3 Disponibilité des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . 193 PROBLEMES DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 ANNEXEA ANNEXEB ANNEXEC ANNEXED ANNEXEF PERSONNEL DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . 203 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 TABLEAUX POUR L 'EVALUATION DE LA QUAL ITE DES DONNEES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 QUEST IONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3 Tableau 2A. 1 Tableau 2.4.2 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 4. I Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Population des ménages par fige et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Population par ãge selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Caractéristiques socio-démograpbiques des femmes enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Niveau d'instruction des femmes enquEtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 F6condité par åge selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Fécondité par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Tendances de la fécondité par åge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des méthodes contraceptives modemes et des sources des méthodes . . 46 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 vil Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4. t 3 Tableau 4.14 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5.4 Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Tableau 6.8 Tableau 7.1 Page Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Méthode contraceptive préférée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Age médiarl aux premiers rapports sexucls . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Aménorrhée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Durée médiane de la non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Préférences en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 78 Préférences en matière de fécondité selon l 'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 84 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 vii i Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 7.14 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 8.5 Tableau 8.6 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9,3 Tableau 9.4 Tableau 9.5 Tableau 10.1 Tableau 10,2 Tableau 10.3 Tableau 10A Tableau 10.5 Tableau 10.6 Tableau 10.7 F~ge Nombre de visites prénatales et dur6e de la grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Lieu de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Assistance lors de l 'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Caractéristiques de l 'accouchement : c6sarienne, poematurité, poids et taille à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Vaccinations par sources d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Vaccinations avant l 'ãge de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Pr6valence et traitement des infections respiratoires aigues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Prévalence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Prévalence de la diarrh6e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaltement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Durée médiane et fréquence de l'allaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Indicateurs anthropométriques de l'état nutritionnel des mères . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Indicateurs anthropométriques des mères par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Mortalité par période selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortalité des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalité des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Fécondité à haut risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Caractéristiques socio-démographiqucs des hommes enquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Niveau d'instruction des hommes cnquêtés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Age médian au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Différence d'âges entre le mari et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 Caractéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 ix Tableau 10.8 Tableau 10.9 Tableau 10.10 Tableau 10.11 Tableau 1 I). 12 Tableau 11.12 Tableau 10.14 Tableau 10.15 Tableau 10.16 Tableau 10.17 Tableau 10.18 Tableau 10.19 Tableau 10.20 Tableau 10.21 Tableau 10.22 Tableau 10.23 Tableau 10.24 Tableau 11.1 Tableau 11.2 Tableau l 1.3 Tableau 11.4 Tableau 11.5 Tableau 11.6 Tableau 11.7 Tableau 11.8 Tableau 12.1 Tableau 12.2 Tableau 12.3 Tableau 12.4 Page Connaissance des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Connaissance de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . 153 Utilisation de la contraception å un mmaent quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Utilisation actuelle de la contraception par caract6ristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Opinion des hommes face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Opinion du mari face å la planification familiale et perception de son opinion par sa femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Préférences des hommes en matière de fécondit6 selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Préférences des couples en matière de IEcondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Nombre idéal d'enfants pour les hommcs par caractéristiques socio-démographiqucs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Nombre idéal d'enfants pour les couples par caractéfistiques différentienes . . . . . . . 168 Connaissance du SIDA et de ses modes de transmission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Transmission du SIDA mère/cnfant et apparcnce des malades . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Sources d'information sur le S•DA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Connaissance des moyens de protcction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Attitudes vis-à-vis des malades atteints du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Comportement sexuel et nombre de partenaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Utilisation des condoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Raisons de l'utilisation des condoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Caraetéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiqucs . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Tableau 12.5 Tableau 12.6 Tableau 12.7 Tableau 12.8 Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau 12.14 Tableau 12.15 Tableau B.1 Tableau B.2 Tableau B.3 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau C.5 Tableau C.6 Tableau C.7 Tableau C.8 Tableau C.9 Tableau C.10 Tableau D. 1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Page Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 191 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 192 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé matemelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Principaux problèmes pour se soigner par milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199 Principales maladies des enfants de moins de cinq ans par milieu de résidence . . . . . 200 Répartition de l'échantillon d'après le plan de sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de tésidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des hommes par rêgion et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Burkina Faso 1993 . 221 Erreurs de sondage: Echantillon national, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage: Ouagadougou, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223 Erreurs de sondage: Autres villes, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage: Milieu urbain, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Milieu rural, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 Erreurs de sondage: Nord, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227 Erreurs de sondage: Est, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 Erreurs de sondage: Ouest, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Erreurs de sondage: Centre/Sud, EDS Burkina Faso 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 Répartition par åge de la population des mênages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . 236 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 Naissances par année de calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238 Enregistrement de l'åge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239 Enregistrement de l'åge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 xi Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 3.6 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 5.2 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 LISTE DES GRAPHIQUES Page Pyramide des åges de la population - Burkina Faso, 1993 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Taux de scolarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Etat matrimonial des enquêtées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Taux de fêconditê générale par åge selon le RGP (1985), I'ED (1991) et I'EDSBF (1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Taux de fécondité générale par åge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . 29 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . 31 Taux de fécondité générale par/~ge, par période avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . 32 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . . . . 45 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . 51 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Opinion des femmes et perception de l'opinion de leur mari face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Ages médians [t la première union et aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . 70 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mari~es, selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Désir d'enfants supplémentaires des femmes mariées, selon l'åge . . . . . . . . . . . . . . 80 Indice synthétique de féconditê et indice synthétique de fécondité désirée . . . . . . . . 87 Soins prénatals et vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Lieu de l'accouchement et assistance médicale pendant l'accouchement . . . . . . . . . 95 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin . . . . . . . . . . . . . . . 100 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Couverture vaccinale des enfants avant l'åge de 12 mois de 1989-90 å 1992-93 . 105 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la fièvre dans les 2 semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Diarrhée par åge chez les enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 xiii Graphique 7.8 Graphique 7.9 Graphique 8.1 Graphique 8.2 Graphique 8.3 Graphique 8.4 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 Graphique I0.2 Graphique 10.3 Graphique 10.4 Graphique 10.5 Graphique 10.6 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 12.1 Graphique 12.2 Page Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhêe dans les 2 semaines avant l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Allaitement et quantité de liquides donnês aux enfants ayant la diarrhêe . . . . . . . . 114 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 3 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Pourcentage d'enfants dc moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 125 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans atteints d'êmaciation . . . . . . . . . . . . . . 126 Tendances de la mortalité des enfants dc moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Mortalité infanto-juvénile selon les caractêristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . 137 Mortalité infantile et comportement procréateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Utilisation actuelle de la contraception par les matis et les femmes en union . . . . . 157 Mêthode contraceptive préf6rée pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Opinion des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Nombre idéal d'enfants pour les maris et les femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 Modes de transmission du SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 Sources d'information sur le SIDA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Reconnaissance des sympt6mes du SIDA selon les femmes et les hommes . . . . . . 176 Fréquence et raisons d'utilisation du condom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 Principaux problèmes pour se soigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198 Principales maladies des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 xiv SIGLES ET ABREVIATIONS BCG CAP CDC CNLS CSPS DCMT DEP DHS (EDS) DIU DSF DTCoq ED EDS (DHS) EDSBF ET FCFA FNUAP IMC INA INSD IRA ISF ISFD ISSA MEBAM MFP MSASF MST NCHS NN OMS PAS PEV PF PIB PNN PSP bacille Bilié de Calmette et Guérin (vaccin antituberculeux) Connaissances, Attitudes et Pratiques Centers for Disease Control (centres de contr61e des maladies, Etats-Unis Comité National de Lutte contre le SIDA Centre de Santé et de Promotion Sociale Direction du Contréle des Maladies Transmissibles Direction des Etudes et de la Planification Demographic and Heahh Survcy Dispositif lntra-Utérin Direction de la Santé de la Famille Diphtérie, Tétanos, Coqueluche (vaccin) Enquête Démograplaique Enquête Démographique et de Santé Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso Ecart Type Franc de la Communauté Financièoe Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Indice de Masse Corporelle Institut National d'Alphabétisation Institut National de la Statistique et de la Démographie Infections Respiratoires Aiguës Indice Synthétique de Fécondité Indice Synthétique de Fécondité Désirée Integrated System for Survey Analysis Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation de Masse Ministère des Finances et du Plan Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille Maladies Sexuellement Transmissibles National Center for Health Statistics (centre national des statistiques samtaires, Etats-Unis) Quotient de mortalité Néonatale Organisation Mondiale de la Santé Programme d'Ajustement Structurel Programme Elargi de Vaccination Planification Familiale Produit Intérieur Brut Quotient de mortalité post-néonatale Poste de Santé Primaire XV RGP SIDA SMI SRO TGFG TBN TRO UPS USAID WHO ZD Recensement Général de la Population Syndrôme Immuno-Déficitaire Acquis Santé Maternelle et Infantile Sels de Réhydratation par voie Orale Taux Global de Fécondité Générale Taux Brut de Natalité Thérapie de Réhydratation par voie Onde Unité Primaire de Sondage United States Agency for International Development (Agence des Etats-Unis pour le Développement International) World Heallh Organization Zone dc Dénombrement xvi PREFACE Le Burkina Faso a réalisé sa première Enquête Démographique et de Santé, de décembre 1992 à mars 1993. Cette enquête a permis d'obtenir des données nationales sur la santé de la mère et de l'enfant, la planification familiale, la nutrition et le SIDA. Il faut souligner qu'avant cette enquête, les données dont nous disposions dans ces domaines, étaient partielles, souvent fractionnaires et de fiabilité douteuse. Désormais, gråce aux informations fournies par I'EDSBF, ces lacunes sont en partie comblées. Cette enquête a été réalisée par l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), avec l'appui technique de Macro International Inc. Des institutions nationales tels la Direction de la Santé de la Famille (DSF), du Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille, le Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) et l'Institut National d'Alphabétisation (INA), du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphabétisation de Masse, ont participé à la formation des enquêtrices, des contr61euses, des chefs d'équipe et des superviseurs. Je voudrais adresser à Macro International Inc. et à toutes ces institutions, mes sincæres remerciements. Ces remerciements s'adressent également à I'USAID qui a financé le projet, ainsi qu'à l'ensemble du personnel de terrain, des agents codificateurs et de saisie, des informaticiens et des analystes qui n'ont ménagé aucun effort pour la réussite de l'op~ration. Cette enquête, qui est une première au Burkina, a permis d'obtenir d'importantes informations d'ordre démographique et socio-sanitaire sur la population. Nul doute que ces données seront très utiles pour les planificateurs, les décideurs, les professeurs, les él~ves et les étudiants. J 'ose espérer que les résultats de cette enquête amélioreront nos connaissances dans les domaines sus- cités et contribueront au développement êconomique de notre pays. Je souhaite que la collaboration si fructueuse entre I'USAID et le Burkina se maintienne et se renforce davantage au bénéfice de nos laborieuses populations. Toutes critiques et suggestions seront les bienvenues en vue de l'amélioration du présent document. Honoré T. Djerma Directeur Général de I'INSD xvii REMERCIEMENTS La rEalisation d'une enquEte de grande envergure comme celle de l'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso est toujours le fruit d'une oeuvre collective. En effet, ce rapport est le résultat de l'exécution de multiples activités auxquelles ont panicipé de nombreuses personnes et institutions. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier sincèrement, tout d'abord les populations des zones enquêtées et particulièrement les femmes qui ont souvent abandonne leurs occupations quotidiennes pour se prêter à nos nombreuses questions. Je voudrais également remercierMessieurs Théodooe Sawadogo, ancien Directeur Général de I'INSD et Honore T. Djerma, nouveau Directeur Général, pour l'inter& qu'ils ont toujours porté å la rEussite du projet, ainsi que le personnel de terrain à savoir le responsable de terrain, les superviseurs, les agents cartographes, les chefs d'équipe, les contrõleuses, les enqu&rices et les chauffeurs, dont le courage et le dévouement ont facilite la collecte des informations sur le terrain, malgré des conditions de travail souvent difficiles. Je ne saurais oublier Mesdames Sanou, Ouédraogo et Barry de l'Institut National d'Alphab6tisation, le Dr Ouango, Secrétaire permanent du Comité National de Lutte contre le SIDA, le Dr Kangoye de la Direction du Contr61e des Maladies Transmissibles, le Dr Bakouan, Directeur de la Direction de la Santé de la Famille, Madame Franceline llboudo, sage-femme à la Direction de la Santé de la Famille, et le Dr Ouédraogo, nutritionniste au Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille, qui ont tous participé à la formation des chefs d'équipe, des contr61euses et des enquêtrices, chacun dans sa spécialité. Je remercie également le personnel de codification et de saisie, sans lequel les données n'auraient pas ~té disponibles à temps. Ces remerciements s'adressent aussi à l'équipe de Macro lntemational Inc. Je nommerais Mohamed Ayad, Coordonnateur Régional, avec qui la collaboration a toujours été efficace et agréable, Michka Seroussi, Coordonnatrice Technique du projet, qui a suivi de près chaque étape de l'enquête et dont la bonne humeur a permis d'égayer et de soutenir les équipes, Koffi Ekouevi, qui a assuré la formation principale, Thanh Le qui, par son expérience, a rEsotu les problèmes de sondage, Trevor Croft pour son expertise en informatique, Marc Soulié pour la formation des agents de saisie, la vérification et la tabulation de toutes les données utilisées dans ce rapport, et enfin Monique Barrère qui a assure la relecture et la cohérence de ce document. Je voudrais remercier tout le personnel de Macro International et particulièrement Martin Vaessen, Directeur du projet DHS, pour l'accueil chaleureux dont Tinga Sinaré et moi-même avons été l'objet lors de notre séjour à Calverton pour la finalisation du rapport. Je ne saurais terminer sans remercier l'USAID/Ouagadougou qui a financé cette opération, surtout Mesdames Jatinder Cheema et Perle Combary qui ont toujours été å l'écoute de nos problèmes et qui n'ont ménagé aucun effort pour leur rEsolution. Que ceux et celles qui n'ont pas ~té cités nommément dans ces lignes m'excusent et qu'ils ne l'interprEtent pas comme un manque d'importance accordé au r•le qu'ils ont joué dans l'enquête. Qu'ils sachent qu'ils ne sont pas oubliés, car ils font partie de la grande famille qui a contribué au succès du projet. Je leur adresse aussi mes sincères remerciements. L. DésirE Konaté Directeur Technique du projet xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF) a été exécutée par l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), avec l'assistance technique de Macro International Inc. Il s'agit d'une enquête par sondage réalisée au niveau national, dont les objectifs étaient de fournir des informations détaillées sur la fécondité, la planification familiale, la santé et l'état nutritionnel de la mère et de ses enfants de moins de cinq ans, la mortalité infanto-juvénile et le SIDA. Les informations collectées par I'EDSBF, couplées avec les résultats du Recensement Général de la Population de 1985 et ceux de l'Enquête Démographique de 1991, fournissent une vue d'ensemble de la situation dêmographique et sanitaire du Burkina Faso. Au cours de I'EDSBF, dont le terrain a été réalisé entre décembre 1992 et mars 1993, 5 143 ménages, 6 354 femmes en åge de procréer (15-49 ans) et 1 845 hommes (de 18 ans ou plus) ont été enquêtés avec succès. Les caractéristiques de la population obtenues à partir de l'enquête ménage, en particulier la structure par fige et par sexe et la répartition par milieu de résidence, sont très proches des résultats du recensement de 1985. Ceci témoigne de la bonne représentativité de l'échantillon de I'EDSBF. Les femmes burkinabè ont une fécondité relativement élevée : avec les niveaux actuels, une femme donnera naissance en moyenne à 6,9 enfants durant sa vie féconde. L'une des principales caractéristiques de cette fécondité est sa précocité : une femme sur trois de 20-34 ans donne naissance b, son premier enfant avant l',qge de 18 ans. Par ailleurs, les niveaux de fécondité présentent de fortes variations selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. Les femmes du milieu rural (7,3 enfants par femme) donnent naissance en moyenne à 2,6 enfants de plus que celles de Ouagadougou (4,7 enfants par femme). De même, les femmes sans instruction ont en moyenne un enfant de plus que celles du niveau primaire : 7,2 enfants par femme contre 6,l. Parmi les femmes de 15-49 ans, 84 pour cent étaient mari~es au moment de l'enquête et très peu de femmes restent célibataires (environ 1 pour cent å partir de 30 ans). Ainsi, le mariage qui demeure le cadre presque exclusif de la procréation est quasi universel au Burkina Faso. En outre, plus de deux femmes mari~es sur cinq (43 pour cent) vivent en union polygame. L'entrée en union est très précoce : 64 pour cent des femmes de 25-49 ans étaient déjà mari~es à 18 ans et l'åge médian à la première union est de 17,3 ans. Les premiers rapports sexuels se produisent également très t6t (âge médian de 17,4 ans). Cette précocité des premiers rapports sexuels et de l'union expliquent la précocité de la fécondité. En outre, il existe très peu de différences entre l'åge moyen d'entrée en union des femmes de la capitale et celles des autres villes ou du milieu rural. Environ 2 femmes sur 3 (66 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, les m6thodes modemes étant mieux connues que les méthodes traditionnelles (62 pour cent contre 41 pour cent). Malgré ce niveau de connaissance relativement élevé, seule une très faible proportion des femmes burkinabè (8 pour cent) utilise la contraception. En outre, les méthodes modernes et traditionnelles sont utilisées dans la même proportion (4 pour cent). Comme pour la fécondité, les niveaux d'utilisation de la contraception varient fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction. A Ouagadougou, 30 pour cent des femmes utilisent la contraception et la grande majorité d'entre elles utilise une méthode moderne (20 pour cent). En milieu rural, la prévalence contraceptive n'est que de 4 pour cent, dont moins de 2 pour cent pour les méthodes modernes. De même, une femme du niveau primaire sur cinq et la moitié de celles du niveau secondaire ou plus utilisent une méthode contraceptive, surtout moderne (respectivement 13 pour cent et 32 pour cent); seulement 5 pour cent des femmes sans instruction utilisent la contraception (alors qu'elles représentent 80 pour cent de la population), dont 2 pour cent utilisent des méthodcs modernes. ×xi Même si une part non négligeable de femmes non utilisatrices de la contraception expliquent leur comportement par le manque d'information (17 pour cent), la majorité d'entre elles (41 pour cent) n'utilisent pas de métbodes parce qu 'elles souiaaitent avoir des enfants. Le dé si r d'enfants est donc très élevé : seulement 19 pour cent des femmes en union et 10 pour cent des hommes ont déclaré ne plus vouloir d'enfants. Cependant, si les femmes t3urkinabè ne mettaient au monde que Ie nombre d'enfants désiré, elles auraient une fécondité inférieure de près d'un enfant, à celle qu'elles ont actuellement (6,0 enfants par femme contre 6,9). En relation avec cette féconditæ désirée, la demande potentielle en planification familiale (37 pour cent) est plus de 4 fois plus élevée que l'utilisation actuelle (8 pour cent), mais elle est plus orientée vers l'espacement des naissances (26 pour cent) que vers la limitation (11 pour cent). L'EDSBF fournit également de nombreuses informations sur la santé et l'~rat nutritionnel de la mère et de ses enfants de moins de 5 ans. Concernant les soins prénatals et les conditions d'accouchement, on constate que, pour 59 pour cent des naissances des cinq dernièms annæes, la mère est allée en consultation prénatale. Par ailleurs, les deux tiers de ces naissances ont 6t6 complètement ou partiellement protégées contre le tétanos néonatal, par une ou plusieurs injections antitétaniques. Deux accouchements sur cinq (43 pour cent) ont eu lieu dans un établissement sanitaire; deux sur cinq ont été assistés par un professionnel de santé et près d'un tiers (31 pour cent) par une accoucheuse traditionnelle formde. Une partie non négligeable des naissances (20 pour cent) a eu lieu sans l'assistance de personnel spécialisé et une infime proportion de naissances (4 pour cent) a eu lieu sans assistance. Malgr6 des niveaux relativement élevés de surveillance prénatale et d'assistance à l'accouchement, on constate d'énormes disparités selon le milieu de résidence. Pour 96 pour cent des naissances qui se sont produites à Ouagadougou et 94 pour cent de celles ayant eu lieu dans les autres villes, les mères ont bénéficié de soins prénatals, alors que cette proportion n'est que de 53 pour cent en milieu rural. L'assistance d'un personnel médical est près de trois fois plus importante pour les naissances survenues en milieu urbain (92 pour cent), que pour celles survenues en milieu rural (33 pour cent). La vaccination contre Ics maladies cibles du Programme Elargi de Vaccination (PEV), à savoir, la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluchc, la poliomyélite, la rougeole et la fièvre jaune, est un facteur clé du taux d'amélioration de surv le des enfants. D'apres 1' EDSBF, parmi les enfants de 12 à 23 mois qui, selon les recommandations de l'OMS, devraient être tous vaccin6s contre les maladies cibles du PEV avant l'åge de 1 an, 85 pour cent sont vaccin6s contra la tuberculose, 40 pour cent ont reçu les trois doses de DTCoq et de polie et 60 pour cent sont vaccinés contre la rougeole. Ces taux de couverture vaccinale varient selon le milieu de résidence de la mère et selon son niveau d'instruction. Si 70 pour cent des enfants de Ouagadougou et 60 pour cent de ceux des autres villes ont reçu tous les wmcins, seulement 29 pour cent des enfants du milieu rural les ont tous reçus. De même, 76 pour cent des enfants de femmes de niveau secondaire ou supérieur ont été complètement vaccin~s, contre 42 pour cent des enfants de mères ayant un niveau primaire et 32 pour cent des enl?.mts de mère sans instruction. Par ailleurs, il y a une très importante déperdition de la couverture vaccinale au Burkina Faso, due en grande partie au fait que les enfants ne reçoivent pas les trois doses de polie et de DTCoq, et plus particulièrement en milieu rural où 55 pour cent des enfants qui ont reçu la première dose n'ont pas reçu la troisième. D'après les déclarations des mères, pendant les deux semaines ayant précédé l'enquéte, 11 pour cent des enfants de moins de 5 ans ont souffert de toux et de respiration courte et rapide, qui sont entre autres, les symptômes d'Infections Respiratoires Aiguës (IRA), 35 pour cent des enfants ont souflerl de fièvre, qui est dans de nombreux cas un sym ptôme de paludisme et 20 pour cent des enfants ont eu la diarrhée. Pour 19 pour cent des enfants de moins de cinq ans atteints d'infections respiratoires et la même proportion de ceux qui ont souftert de la fièvre, les mères ont demandé des conseils ou un traitement auprès d'dtablissements xxii sanitaires ou de personnel médical; pour 14 pour cent des enfants atteints de diarrhée, les mères ont demandé des conseils ou des traitements. En ce qui concerne le traitement de la diarrhée, on constate que si, 49 pour cent des mères ayant eu une naissance au cours des 5 années précédant l'enquête, connaissent les sachets de Sels de Réhydratation Orale (SRO), seulement 33 pour cent d'entre elles les ont utilisés. La quasi totalité des enfants burkinabè nés au cours des cinq années ayant précédé l'enquête (98 pour cent) ont été allait~s, mais seulement une faible proportion d'entre eux (29 pour cent) ont été mis au sein dans l'heure qui a suivi la naissance. Alors que jusqu'à 4 mois, tous les enfants ne devraient rien recevoir d'autre que le sein, seulement un pour cent des enfants burkinabè sont exclusivement allait~s. Dès le premier mois les enfants reçoivent différents types de lait, de liquides et même d'aliment solide ou en bouillie, ee qui affecte leur état nutritionnel et augmente leur risque de contracter des maladies infectieuses. En moyenne, et ce quelles que soient les caractéristiques de la mère, les enfants burkinabè sont allaités pendant 25 mois. Près d'un enfant sur 3 (29 pour cent) est atteint d'un retard de croissance qui révèle un état de sous- nutrition chronique, et plus du tiers de ces enfants (11 pour cent) sont affectés par la forme sévère de cette sous-nutrition. Plus d'un enfant sur 10 (13 pour cent) est émacié, c'est-à-dire atteint de sous-nutrition aiguë. Cette situation nutritionnelle des enfants, déjà très préoccupante au niveau national est encore plus alarmante au niveau de certaines sous-populations : ainsi, le retard de croissance atteint un tiers des enfants du milieu rural, contre 17 pour cent à Ouagadougou. De même, 34 pour cent des enfants de l'Est en sont atteints. L'émaciation affecte 14 pour cent des enfants ruraux, contre 10 pour cent des enfants urbains. Conséquence d'une situation sanitaire déficiente et d'un mauvais état nutritionnel, la mortalité des enfants burkinabè est assez élevée. Sur 1 000 enfants qui naissent, 94 al~cèdent avant leur premier anniversaire et sur 1 1300 enfants qui atteignent un an, 103 d6cèdent avant l 'åge de 5 ans. Globalement, 19 enfants sur 1130 (I 87 pour mille) décèdent entre la naissance et le cinquiême anniversaire. Cette forte mortalité présente en outre de fortes variations selon les caractéristiques des mères. C'est ainsi qu'entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité est plus élevée en milieu rural (214 pour mille), qu'à Ouagadougou (150 pour mille); elle varie de 87 pour mille pour les enfants dont la mère a au moins un niveau d'instruction secondaire, à 212 pour mille pour les enfants de mère sans instruction. L'EDSBF fournit aussi des données sur la connaissance et les attitudes de la population burkinabè vis-à-vis du SIDA. Quelle que soit la variable socio-démographique, une très large majorité des femmes (84 pour cent) a déjà entendu parler du SIDA ; les hommes sont cependant plus nombreux à déclarer la même chose (94 pour cent). Si le nom SIDA évoque quelque chose à l'ensemble des personnes enquêtées, ses modes de transmission, autres que par voie sexuelle, sont très peu connus. Il en est de même des moyens de protection, notamment le condom qui est particulièrement peu évoqué par les femmes et les habitants du milieu rural. xxiii BURKINA FASO MALI NORD \ \ YATENGA OUDALAN 5ENO NIGER SOUROU EST \ KOSSI /J ~,~ /~MOUHOUN / ; ~~ HOUET ! / f ,/~ou«ou- ~ ~ RIBA \ / ~F/ i CO~OE PONI PAS5ORE GNAGNA SlSSlU I OU.4¢~DOUŒEEOU \~, \ KAOIOG0 CENTRE/SUD GHANA GOURMA \ , TOGO l / \, OUEST BENIN COTE D'IVOIRE xxîv CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET METHODOLOGIE DE L'ENQUETE Ce premier chapitre consacré aux caractéristiques du Burkina Faso et à la méthodologie de l'Enquête Démographique et de Santé (EDS) réalisée en 1993, permettra au lecteur de se familiariser avec le contexte environnemental de l'enquête ainsi qu'avec les procédures techniques mises en oeuvre pour la réaliser. 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette partie sera développée au tour des cinq points suivants : organisation politico-administrative; situation géographique; situation socio-économique; situation démographique; politique de population. 1.1.1 Organisation politieo-administrative Ancienne colonie française, le Burkina Faso, autrefois appelé Haute-Volta, a changé de nom en 1984 sous le régime révolutionnaire instauré en août 1983. Le pays vit actuellement dans un état de droit dirigé par trois pouvoirs : le Pouvoir Exécutif avec à sa tête un Président ~lu au suffrage universel et un Premier Ministre; le Pouvoir Législatif composé de deux chambres, la Chambre des Députés du Peuple et la Chambre des Représentants; le Pouvoir Judiciaire. Le pays est subdivisé en 30 provinces, en 300 départements, en communes et en villages (plus de 7 000). La province est dirigée par un Haut Commissaire, le département par un préfet et la commune par un maire ~lu. Le village constitue la plus petite entité administrative et est dirigé par un chef de village. 1.1.2 Situation géographique Situé au coeur de l'Afrique occidentale dans la boucle du Niger, le B urkina Faso est un pays sahélien qui s'étend sur une superficie de 274 200 km2; il s'étend entre les 9ème et 15ème degrés de latitude Nord et les longitudes 2 ° 20' Est et 50 ° 3' Ouest. Le Burkina Faso a des frontiêres communes avec le Mali au Nord et à l'Ouest, la Céte d'Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin au Sud, et le Niger, à l'Est. Le pays mesure 625 km du Nord au Sud et 850 km de l'Est à l'Ouest. D'après le Recensement Général de la Population de 1985, le pays compte 18 centres urbains dont les 3 principaux sont : Ouagadougou, qui est la capitale politique et administrative; Bobo-Dioulasso (capitale économique), qui est située à l'Ouest du pays et qui est un centre économique important; et Koudougou, située à une centaine de kilomètres de la capitale. 1.1.3 Situation socio-économique Le Burkina Faso est un pays encla76 et ses communications par voie maritime avec le monde extérieur s'opèrent essentiellement par le port de Loto~ (au Togo) et celui d'Abidjan (en Cõte d'Ivoire). Comme tous les pays du Sahel, il est confronté à l'heure actuelle à de graves difficultés telles que, la détérioration des termes de l'~change, les contraintes naturelles (sécheresse, intensification de la désertification.) auxquelles vient se greffer depuis janvicr 1994, la dévaluation du Franc CFA. Ces difficultés constituent un frein important à son développement économique et social. En vue d'une relance de son économie, le pays s'est engagé depuis 1991 dans 1'application du Programme d'Aj ustement Structurel (PAS). L'activité économique principale du pays demeure sans conteste l'agriculture, dont la valeur ajoutée représente 30 pour cent du Produit Intérieur Brut et occupe près de 75 pour cent de la population active. Selon l'Enquête Démographique de 1991 (ED 1991) (INSD, 1993), le niveau du chômage est relativement faible dans l'ensemble du pays (seulement 1 pour cent de la population active de 10 ans et plus est touchée par le phénomène). Ce faible niveau cache d'~normes disparités : 9 actifs sur 100 sont au chômage en milieu urbain et ils ré.sident surtout à Ouagadougou (taux de chõmage de 13 pour cent) et à Bobo (taux de chômage de 10 pour cent). En outre, le chômeur est généralement un jeune de plus en plus instruit et diplômê. Les niveaux de scolarisation et d'alphabétisation du Burkina Faso figurent parmi les plus faibles de la sous-région. A la rentrée scolaire 1991/92, les statistiques de la Direction des Etudes et de la Planification du Ministère de l'Enseignement de Base et de l'Alphab6tisation de Masse (DEP/MEBAM) donnait un taux de scolarisation de l'ordre de 31 pour cent pour l'ensemble du pays. Ce taux était plus faible chez les filles (24 pour cent) que chez les garçons (37 pour cent). Quant à l'alphabétisation, son niveau s'établit à 16 pour cent. Là encore, les hommes sont 2 fois plus alphabétisés que les [~mmes (21 pour cent contre 10 pour cent). Dans le domaine de la santé, malgré les progrès réalisés, beaucoup d'efforts restent à faire. Les taux de mortalité maternelle et infantile sont encore élevés. Les ratios en matière de santé ne sont guère satisfaisants comme le montrent les statistiques du Ministère de la Santé et de l'Action Sociale et de la Famille, pour l'annêe 1990 : 29 335 habitants pour un médecin (norme Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : 10 1300 habitants pour un médecin) ; 28 342 habitants pour une sage-femme (norme OMS : 5 000 habitants pour une sage- femme) ; 11 514 habitants pour un infirmier d'état (norme OMS : 5 000 habitants pour un infirmier d'état). 1.1.4 Situation démographique Avant I'EDSBF, et depuis 1960, le Burkina Faso a réalisé plusieurs grandes opérations de collecte dont les plus récentes sont : le Recensement Général de la Population en 1985 (RGP 1985) (INSD, 1990) et I'ED 1991. Ces opérations menécs à des périodcs différcntes ont permis d'obtenir les indicateurs suivants, présentés dans le Tableau 1.1. 2 Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indica~urs I960-61 a 1976 1985 1991 Population totale 5 638 203 b 7 964 705 9 290 791 c Taux brut de natalité (p. 1 000) 50 a 46 a 49,6 a 45,3 a Indice Synthétique de Fécondité 6,2 a 6,7 a 7,2 a 7,3 a Taux brut de mortalité (p. 1 000) 32 a 22 a 17,5 a 16,4 a Taux de mortalité infantile (p. 1 000) 182 a 167 a 134 a 114,6 a Espérance de vie (e o, en années) 37 a 42 a 48,5 a 52,2 a aDonné.es ajustées bpopulation recensée en 1975 CDonnée estimée Sources: 1960-61 : Enquéte Dérnographique par sondage au Burkina Faso (INSD, 1961) 1976 : Enqua~te Post-censitaire (tNSD, 1976) 1985 : Recensement Général de la Population : Analyse des résultats définitifs (1NSD, 1990) 1991 : Analyse des résultats de l'Enqu&e Démographique 1991 (INSD, 1993) Le Burkina Faso est depuis toujours un pays de migration et celles-ci restent encore importantes. Entre 1985 et 1991, 482 201 personnes ont ét~ touchées par la migration internationale dont 188 331 immigrés et 293 870 6migrés. La majorité des migrants se dirige vers le milieu rural (66 pour cent), mais le milieu urbain connaR aussi un afflux important, en particulier les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso qui accueillent plus de la moitié de l'exode rural. 1.1.5 Politique de population De nos jours, les questions liées à la croissance et au bien-être des populations préoccupent aussi bien les pays développés que les pays en développement. Ces préoccupations, reconnues lors des rencontres internationales ~ et africaines, 2 traduisent explicitement l'importance des relations qui existent entre population et développement. Le BurkinaFaso en souscrivant aux différentes recommandations issues de ces conférences, a décid6 en juin 1991, dc mettre en place une politique de population 3 qui s'intègre dans la stratégie globale de développement du pays, et qui répond à des préoccupations démograpbiques, économiques et socio-culturelles. Cette politique se fonde sur un certain nombre de principes selon lesquels, la population a un impact important sur le processus de développement et vice versa; les individus et les couples doivent décider de façon responsable de la taille de leur famille et ils ont droit à l'éducation et à l'information objective en matière de population ainsi qu'aux méthodes contraceptives. i Conférences mondiales sur "Population et développement", tenues à Bucarest en 1974 et à Mexico en 1984 2 Conférences africaines sur la population tenues à Accru en 1971 et à Arusha en 1984 3 Politique de Population au Burkina Faso, Conseil National du Plan, juin 1991 Quelques objectifs généraux de la politique de population sont présentés ci-dessous : améliorer le niveau et la qualité de vie des populations, notamment des plus d6munies; assurer à la population une meilleure couverture des besoins essentiels en matière d'alimentation et de nutrition, de santé, d'éducation et de formation, d'emploi et de logement, d'information et de culture; réduire la morbidité et la mortalité, en particulier celles des mères et des enfants, notamment dans les zones rurales. Cette politique de population vise spécifiquement à : accroître les possibilités d'approvisionnement en eau potable, notamment des populations rurales; fournir à toutes les communautés rurales les services sociaux de base (éducation et santé) d'ici l'an 2000; accroître la prévalence de la contraception; réduire d'ici 1'an 2005, le taux de mortalité infantile de 134 pour mille à 70 pour mille et le taux brut de mortalité de 18 pour mille à 14 pour mille; prévoir une baisse de la fécondité de 10 pour cent tous les cinq ans; mettre à la portée d'un grand nombre de personnes et singulièrement des adolescentes, des informations en matière de population en vue de leur permettre d'assumer une parenté responsable. 1.2 METHODOLOGIE DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE AU BURKINA FASO 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Démographique et de Santé au Burkina Faso (EDSBF) a été réalisée par t'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), du Ministère des Finances et du Plan avec l'assistance technique de Macro International Inc. Le travail de collecte des données sur le terrain s'est déroulé de décembre 1992 ~ mars 1993. Cette enquête qui entre dans le cadre du programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS, ou Demographic and Health Survey, DHS), a béné ficiê du financement de l'Agence des Etats- Unis pour le Développement International (USAID). Conformément au programme international des Enquêtes Démographiques et de Santé, I'EDSBF vise les objectifs suivants : recueillir à l'échelle nationale les données permettant de calculer les taux de fécondité et de mortalité infantile; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu de résidence; recueillir des données sur la santé familiale : pour les enfants de moins de 5 ans : la vaccination contre les 6 maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), la prévalence et le traitement de la toux, de la diarrhée et de la fièvre, les niveaux de mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en åge de procréer : les visites prénatales, l'assistance /l l'accouchement et l'allaitement; mesurer l'état nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans par la prise de mesures anthropométriques (taille et poids, circonférence du bras); développer au niveau du pays les capacités et les ressources nécessaires à la réalisation périodique d'EDS. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSBF Pour assurer une bonne réalisation des objectifs de I'EDSBF, une direction technique a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur Général et d'un Directeur Technique qui avaient en charge la supervision générale de l'enquête, y compris les travaux informatiques. Par ailleurs, des consultants nationaux et internationaux ont assuré l'adaptation du plan de sondage, la conception des questionnaires, la formation du personnel d'enquête, le traitement et l'analyse des données. Des consultants nationaux de l'Institut National d'Alphabétisation (INA) ont effectué la traduction des questionnaires dans les trois principales langues du pays : moort, dioula, et fulfuldé. L'EDSBF s'est déroulée en 3 étapes principales : le dénombrement des ménages des zones échantillonnées, le pré-test et l'enquête principale. Pour chacune de ces étapes, une formation a été dispensée aux personnes recmtées. Pour les opérations de cartographie et de dénombrement des zones sélectionnées pour l'enquête, 12 agents de I'INSD ayant déjà effectué ces activités lors du RGP de 1985 et de l'Enquête Démographique de 1991 ont été recrutés afin de former 6 équipes, qui ont ét~ suivies par trois superviseurs. Ces derniers étaient aussi chargés de réaliser l'enquête communautaire sur la disponibilité des services. Pour le pré-test, 19 enquêtrices et enquêteurs, ayant déjà tous participé à différentes enquêtes de I'INSD, ont été retenus pour suivre une formation de 2 semaines. La formation en langues nationales a été assurée par des spécialistes de I'INA qui avaient traduit les questionnaires. Pour les travaux de terrain du pré- test qui ont duré 5 jours, trois zones d'enquêtes, ne faisant pas partie des zones de l'échantillon principal, ont ét~ retenues : deux secteurs de Ouagadougou pour le milieu urbain et le village de Yamtenga, non loin de la capitale, pour le milieu rural. D'une manière générale, le pré-test a permis d'identifier plusieurs problèmes concernant la lormulation de certaines questions, notamment sur le SIDA, la présentation des questionnaires et la traduction en langues nationales. En ce qui concerne l'enquête principale, le recmtement s'est effectué de la manière suivante : les membres de l'équipe technique de I'INSD ont assuré la supervision des activités de terrain. Il faut préciser que cette équipe était composée de démographes et de statisticiens, tous cadres de I'INSD; les chefs d'équipe (chargés aussi de l'enquête individuelle auprès des hommes) et les contrôleuses ont été sélectionnés, en majorité, parmi les personnes ayant effectué le pré-test; les enquêtrices (au nombre de 32, pour former les 8 équipes nécessaires) ont été sélectionnées après la lormation et d'après leurs résultats aux différents tests d'aptitude. La formation qui a dur~ quatre semaines consistait, d'une part, en des exposés théoriques concernant les techniques d'enregistrement des informations et, d'autre part, en des exercices sur la façon de remplir les questionnaires. La formation a ét~ assurée en français et, par la suite, des compléments ont ~té donnés en mooré, dioula et fulfuldé par les cadres de I'INA. En outre, différentes personnes de la Direction de la Santé de la Famille (DSF), de la Direction du Contrôle des Maladies Transmissibles (DCMT) et du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) sont intervenues durant la formation, pour donner aux enquêtrices des informations sur le planning familial, la santé maternelle et infantile, l'état sanitaire général du pays et sur le SIDA. Après cette formation théorique, une formation sur le terrain s'est déroulée dans trois centres de Santé Maternelle et Infantile (SMI) de Ouagadougou afin que les enquêtrices poissent pratiquer la prise des mesures mlthropom6triques, sous la supervision de deux nutritionnistes du Ministère de la Santé, de l'Action Sociale et de la Famille (MSASF). La liste du personnel de I'EDSBF ainsi que dcs consultanLs nationaux et internationaux y ayant participé se trouve en Annexe A. 1.2.3 Echantillonnage L'échantillon cible de I'EDSBF est de 6 000 femmes en âge de procréer (15 à 49 ans). L'échantillon est stratifié, pondéré et représentatif au niveau national et au niveau des milieux de résidence. 4 L'échantillon a été sélectionné de la manière suivante : au premier degré, 230 grappes, constituant les unités primaires de sondage, ont été tirées à partir d'un échantillon-ma~re de 096 zones de dénombrement (ZD), 5 de façon systématique à l'intérieur de chaque straIe (Ouagadougou, les autres villes et le milieu rural), avec une probabilité proportionnelle à la taille de la ZD, à savoir le nombre de ménages dans la ZD; 4 Dans la suite de ce rapport, les résultats seront présentés par milieu de résidence : (Ouagadougou, autres villes, milieu rural). Ils seront aussi présentés par régions : Ouagadougou, le Nord, l'Est, l'Ouest et le Centoe/Sud. La liste des provinces regroupées sous ces régions est donnée en annexe B. Ces régions ne sont pas des entités administralives en vigueur au Barkina Faso, mais correspondent tout de mSme à une réalité géographique. De plus, les regroupements ont été effectués afin de pouvoir disposer de résultats statistiquement représentatifs. 5 Cet échanlîllon-maitre a été élaboré en 1990, pour l'Enquête Démographique (ED), à partir des ZD du Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985). 6 au deuxième degré, un échantillon de ménages a ~té sélectionné à partir de la liste de ménages établie lors de l'op~ration de dénombrement de chacune des 230 grappes sélectionnées. Toutes les grappes sélectionnées ont pu être enquêtées au cours de I 'EDSBF, le nombre de ménages sélectionnés dans chaque grappe variant de 10 ~ 45. Au total, 5 706 ménages ont été sélectionnés et, parmi eux, 5 447 ménages ont été identifiés au moment de l'enquête. Parmi ces 5 447 ménages, 5 143 ont pu être enquêtés avec succès, soit un taux de réponse de 94 pour cent, comme l' indique le Tableau 1.2. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'échantillon Effectifs des ménages, des femmes et des hommes séIectionnés, identifiés et enqu6tés, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Résidence Autres Ensemble Enqub.tu Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Enqu¢~te ménage Nombre de logements sélectionnés 1483 948 2431 3275 5706 Nombre de ménages identifiés 1369 895 2264 3183 5447 Nombre de ménages enqu&és 1253 856 2109 3034 5143 Taux de réponse 91,5 95,6 93,2 95,3 94,4 Enquête Individuelle femme Nombre de femmes éligibles 1731 1203 2934 3914 6848 Nombre de femmes enqufitées 1599 1142 2741 3613 6354 Taux de réponse 92,4 94,9 93,4 92,3 92,8 Enquête individuelle homme Nombre de hommes éligibles Nombre de hommes enqu&és 636 363 999 1233 2232 484 302 786 1059 1845 Taux de réponse 76,1 83,2 78,7 85,9 82,7 Dans les 5 143 ménages enquêtés, 6 848 femmes ont ét~ identifiées comme étant éligibles pour l'enquête individuelle, et un sous-échantillon de 2 232 hommes âgés de 18 ans et plus a été aussi identifié pour l 'enquête homme (Tableau 1.2). Parmi les femmes éligibles, 6 354 ont été enquêtées avec succès, soit un taux de réponse de 93 pour cent. Parmi les 2 232 hommes éligibles, l 845 ont été enquêtés avec succès. soit un taux de réponse de 83 pour cent. 1.2.4 Questionnaires L 'EDSBF a utilisé 4 types de questionnaires 6 : • un questionnaire communautaire sur la disponibilité des services; Les différents questJonnaires utilisés sont présentés en annexe E. un questionnaire ménage; un questionnaire individuel femme; un questionnaire individuel homme; Les questionnaires individuels ont été traduits dans les trois principales langues du pays, le mooré, le dioula et le fulfuldé. Le questionnaire communautaire a pour objectif de recueillir quelques informations sur les infrastructures socio-économiques (écoles, marché, services de transport.) et sanitaires (hôpitaux, cliniques, SMI.) disponibles dans chacune des 230 grappes sélectionnées. Le questionnaire ménage permet d'établir la liste de tous les membres du ménage et des visiteurs et de collecter à leur sujet un certain nombre d'informations telles que le sexe, l'âge, l'état matrimonial, le niveau d'instruction. En outre, par le biais du questionnaire ménage, sont collectées quelques caractéristiques des logements devant servir à év aluer les conditions socio-6conomiques et environnementales dans lesquelles vivent les femmes et les hommes qui seront enquêtés individuellement. Cependant, l'objectif principal de ce questionnaire est de permettre l'identification des femmes éligibles et, dans un tiers des ménages, celle des hommes éligibles; le questionnaire ménage fournit également les informations permettant d'établir le dénominateur pour le calcul des taux démographiques (natalité, mortalité, fécondité). Le questiormaire individuel femme qui constitue le coeur de I'EDSBF, a été élaboré sur la base du questionnaire Modèle B de DHS (questionnaire pour les pays à faible prévalencc contraceptive). 11 comprend une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, sur laquelle sont enregistrées les informations d'identification et les résultats des interviews. Avec les neufs sections qui le composent, il sert à recueillir des informations sur les tbèmes suivants : Caractéristiques sucio-démographiques : cette section porte sur le lieu de résidence, l'åge et la date de naissance, la scolarisation, l'alphabétisation, la nationalité et la religion. Reproduction : cette deuxième section permet de collecter des informations au sujet des naissances vivantes que la femme a eues durant sa vie, au sujet de l'~rat de grossesse au moment de l'enquête, des dates et durées des menstmations, de l'âge de la femme aux premières règles et de la connaissance de la période féconde dans le cycle menstruel. Connaissance et utilisation de la contraception : cette section permet de recueillir des informations sur la connaissance et l'utilisation antérieure, actuelle et future des diverses métbodes contraceptives, existant dans le pays. Grossesse et allaitement, vaccination et santé des enfants : deux sous-parties composent cette section : la première permet d'obtenir des informations sur la période de la grossesse, les soins prénatals, le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, le retour des règles et la reprise des rapports sexuels après la naissance de l'enfant. Concernant ]'allaltement, les questions ponent sur sa fréquence et sa durée, sur le type d'allaitement (maternel ou artificiel), ainsi que sur l'utilisation des différents compléments nutfitionncls. La deuxième sous-partie, porte sur la vaccination et la santé des enfants, plus particulièrement sur la fréquence et le traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez 8 les enfants de moins de cinq ans, ainsi que sur les vaccinations reçues par l'enfant dans sa premiêre année. Nuptialité : cette section porte sur l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée, le régime de mariage et l'activité sexuelle. Préférences en matière de fécondité : cette section recueille des informations sur le désir d'enfants supplémentaires, l'intervalle préféré et idéal entre les naissances, et l'attitude concemant la taille de la famille. Caractéristiques du conjoint et activité économique de la femme : à ce niveau, des questions ont ét~ posées afin de connaître les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de ces femmes. SlDA : cette section vise à obtenir des informations sur la connaissance des femmes sur cette maladie ainsi que sur ses modes de transmission et de prévention. Etat nutritionnel des mères et des enfants de moins de 5 ans : cette section est réservée aux mesures anthropométriques des femmes enquêtées et de leurs enfants âgés de moins de cinq ans. Le questionnaire homme qui est une forme allégée du questionnaire individuel femme permet de collecter des informations sur la connaissance et l'utilisation de la contraception, et sur les opinions des hommes en matière de fécondité, de taille de la famille et de planification familiale, ainsi que sur le SIDA. 1.2.5 Collecte des données Les opérations de collecte pour l'enquête communautaire sur la disponibilité des services se sont démulées en même temps que les activités de cartographie, du mois de septembre 1992 au mois de décembre 1992. Une enquête auprès de chaque grappe a été réalisée. Après une formation de quatre semaines environ, les huit équipes composées chacune de quatre enquêtrices, d'une contr61euse, d'un chef d'équipe et d'un chauffeur ont visité les 230 grappes sélectionnées pour réaliser l'enquête principale. Au total, il a fallu près de quatre mois aux équipes (de décembre 1992 à fin mars 1993) pour mener à bien cette tache. Dans le cadre du suivi des travaux sur le terrain, des missions de supervision ont été organisées régulièrement. Ces missions avaient pour but d'apprécier les conditions de travail de chaque équipe, de contrOler la qualité du travail, de résoudre les problèmes 6ventuels rencontrés par les équipes, de contréler les moyens mis à leur disposition, de les ravitailler en matériel et de ramener à Ouagadougou, les questionnaires des grappes enquêtées. 1.2.6 Exploitation des données L'exploitation des données de I'EDSBF s'est déroulée en 4 étapes : Vérification : la vérification consistait en un contr61e d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en un contr61e sommaiœe de la cohérence des données. Ce travail, exécuté par deux agents de vérification sous l'autorité d'un superviseur, a commencé 9 trois semaines après le début de la collecte et a été mené parallèlement aux travaux de terrain. Cette vérification a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. Saisie/édition des données : l'ensemble des opérations de saisie et d'apurement des données ont ~té réalisées à I'INSD, sur micro-ordinateurs au moyen du logiciel ISSA (lntegrated System for Survey Analysis) développé par Macro International, Inc. La saisie a été effectuée par six agents de saisie. Ces agents ont été formés en même temps que les enquêtfices avant de suivre leur propre formation sur micro-ordinateurs. A la suite de la saisie, les membres de l'équipe technique ont procédé à l'édition des données, à savoir la vérification de la cohérence interne des réponses contenues dans les questionnaires, et à la correction des erreurs. Pour apprécier la qualité des données et réduire le taux d'erreurs lors de la saisie, une double saisie était prévue par un autre agent. Cctte double saisie a concemé dix pour cent des grappes. Apurement : après la saisie et l'édition des données d'une grappe, un programme de contrôle était exécuté pour vérifier ta cohérence interne des réponses. A ce stade, tous les fichiers de grappes sont fusionnés en un seul et unique fichier. Tabulation : il s'agit du développement et de l'exploitation des programmes destinés à fournir les tableaux de base nécessaires à l'élaboration du rapport préliminaire et du rapport final. La tabulation a été entièrement réalisée au siège de Macro Intemational Inc., à Calverton, Maryland. L'ensemble des opérations de contrôle et de nettoyage de fichier ainsi que la tabulation des données ont ~té réalisées au moyen du logiciel ISSA. 10 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES Ce chapitre porte sur les principales caractéristiques des ménages ayant fait l'objet d'une enquête et sur l'analyse des caractéristiques des femmes enquêtées individuellement. Il comporte deux grandes parties : une première partie qui examine les résultats de l'enquête ménage, notamment les principales caractéristiques démographiques (structure de la population et composition des ménages) et socio-économiques (caractêristiques de l'habitat et des biens possédés) des populations enquêtées; une deuxième partie, qui porte sur 1'enquête individuelle et qui est consacrêe notamment aux caractéristiques socio-démographiques des femmes enquêtées : il s'agit principalement de l 'åge, du milieu et de la région de rêsidence, de l'êtat matrimonial et du niveau d'instruction. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a porté sur un échantillon de 5 143 ménages interviewés avec succès. A partir des données obtenues, on analysera la structure de la population, la composition des ménages, et les caractéristiques de leur habitat et des biens qu'ils possèdent. 2.1.1 Caraetéristiques de la population des ménages L'enquête ménage a dénombré 33 414 personnes. Le Tableau 2.1 prêsente la structure de la population des ménages par âge et sexe, selon le milieu de résidence. Les femmes reprêsentent 51 pour cent de la population et les hommes 49 pour cent. Du point de vue du milieu de rêsidence, il apparaît que 82 pour cent des personnes enquêtées résident en milieu rural contre 18 pour cent en milieu urbain. Ces mêmes proportions étaient respectivement de 87 et 13 pour cent au RGP de 1985. Le Tableau 2.2 donne la rêpartition de la population par grand groupe d'âges à l'enquête. On peut remarquer que la population burkinab~ est extrêmement jeune, puisque les moins de 15 ans représentent la moitié de la population totale. Seulement 4 pour cent de la population a 65 ans ou plus et 46 pour cent a entre 15 et 64 ans. Ces proportions ont peu varié depuis le RGP de 1985. L'examen de la pyramide des ãges (Graphique 2.1) permet d'apprécier la structure par âge et sexe de la population enquêtée. La base très large de la pyramide et la décroissance rapide des effectifs avec l'augmentation en ~ge sont caractêristiques d'une population très jeune ~ forte fécondité et à forte mortalité. On remarque une très légère prêdominance du sexe masculin entre 0 et 19 ans qui s'inverse à partir de 20 ans au profit des femmes. Ce manque d'hommes h partir de 20 ans s'explique en grande partie par la forte migration masculine que connaît le pays; h partir de 60 ans, les proportions d'hommes deviennent à nouveau plus importantes que celles des femmes. Par ailleurs, on enregistre un net déficit en femmes aux groupes d'åges 15-19 ans et 45-49 ans, qui sont les groupes d'åges limites de l'enquête individuelle; ces femmes, notamment les plus âgées ont pu être volontairement "transférées" vers les groupes d'âges inférieurs ou supérieurs, ce qui évite aux enquêtrices de les enquêter individuellement. 11 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, selon le milieu de résidence et le sexe, EDS Burkina Faso 1993 Urbain Rural Total Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble tlommes Femmes Ensemble ttommes Femmes Ensemble 0-4 14,5 14,5 14.5 19,6 17,6 18,5 19,6 17,6 17,8 5-9 15,1 14,6 14,9 19,3 17,2 18,2 19,3 17,2 17.6 10-14 12,8 15,1 13,9 14,8 13,7 14,2 14,8 13,7 14.2 15-19 13,7 12,9 13,3 9,8 7,6 8,7 9,8 7,6 9,5 2024 11.3 9,5 10,4 5,6 6,9 6,3 5,6 6,9 7,0 25-29 8,1 8,2 8,1 5,0 6,8 6.0 5,0 6,8 6,4 30-34 6,5 6,2 6,4 3,7 5,7 4,7 3,7 5,7 5,0 35-39 4,6 4,6 4,6 3,3 4,7 4,0 3,3 4,7 4.1 40-44 3.6 3,4 3,5 3,2 3,3 3,3 3,2 3,3 3,3 45-49 2,8 2,0 2,4 2,8 2,6 2,7 2,8 2,6 2,6 50-54 2,2 3,3 2,7 2,8 4,9 3,9 2,8 4,9 3,7 5559 1,6 1,5 1,5 2,3 3.11 2,7 2,3 3,0 2,5 60-64 1,2 1,6 1,4 2,7 2,3 2,5 2,7 2,3 2,3 65-69 0,7 0,9 0,8 2.0 1,3 1,6 2.0 1,3 1,5 70-74 0,6 0,9 0,7 1,7 1,2 1,4 1,7 1,2 1,3 75-79 0,3 0,3 0.3 0,6 0,4 0,5 0,6 0,4 0,4 80ouplus 0,4 0,6 0,5 0,9 0,8 0,9 0,9 0,8 0,8 Nondé~~inéÆSP 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Total 1013,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 3069 2929 5997 13158 14259 27417 13158 14259 33414 Tableau 2,2 Population par åge sekm différentes SOUrCes Répartition (en %) de la population par åge, RGP 1985 et EDS Burkina Faso 1993 RGP EDSBF Groupe dãges 1985 1993 <15 ans 48,3 49,6 15 64 48,7 46.4 65 ou plus 4,0 4.0 ND {),0 0,0 Total 100,O 100,0 Age médian 15,2 Source: 1988: Recensement Général de la Population 12 Ages 80+ 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Graphique 2.1 Pyramide des âges de la population Burkina Faso 1993 20 15 10 5 0 5 10 15 20 Pourcentage EDSBF 1993 Au Burkina Faso, les chefs de ménage sont en majorité des hommes (94 pour cent); cependant, en milieu urbain 13 pour cent des ménages ont à leur tête une femme et en milieu rural, cette proportion est de 5 pour cent (Tableau 2.3). Près d'un ménage sur deux (43 pour cent) est composé de 3 à 6 personnes et plus d'un sur quatre est de grande taille (9 personnes ou plus). La taille moyenne des ménages s'établit à 6,7 personnes. Cette taille moyenne est un peu plus faible en milieu urbain (6,1) qu'en milieu rural (6,8). Le Tableau 2.3 fournit également la répartition des ménages selon leur structure, définie à partir du nombre, du sexe et des liens de parenté entre les membres adultes qui le composent. Sont considérés ici comme adultes toutes les personnes de 15 ans et plus. On constate que les ménages composés d'au moins 3 adultes sont majoritaires (46 pour cent) : ce type de ménages est plus fréquent en milieu rural (49 pour cent) qu'en milieu urbain (32 pour cent). Les ménages composés d'un seul adulte reptésentent une part non négligeable (8 pour cent); cette part est deux fois plus importante en milieu urbain, où 15 pour cent des ménages ne comprennent qu'un seul adulte. Il s'agit en fait des ménages où la femme est seule lorsque le mari migre, et en milieu urbain, notamment à Ouagadougou, il s'agit surtout des étudiants. Le Tableau 2.3 fournit enfin la proportion des ménages ayant un ou plusieurs enfants de moins de 15 ans vivant sans leur mère ni père biologiques. Un ménage sur cinq compte un ou plusieurs de ces enfants qui sont soit adoptés, soit placés en nourrice, soit encore domestiques. Cette proportion est plus élevée en milieu urbain (27 pour cent), où 1es ménages ont tendance à accueillir des "nièces ou neveux" venant du milieu rural pour leur permettre de faire leurs études. Cette très forte proportion est ~ souligner à cause de l' impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel de ces enfants, surtout les plus jeunes : on peut en effet supposer que l'attention portée à ces enfants et les moyens qui leur sont consacr6s sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. 13 Tableau 2.3 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille du ménage, lien de paî'enté avec le chef de ménage, selon le mîlieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Autres Ensemble Caractéristique Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Chef de m~Snage Homme 88,4 85,3 87,2 95,0 93,5 Ferame 11,6 14,7 12,8 5,0 6,5 Nombre de membres habltuels 1 12,8 10,0 11,7 3,4 5,0 2 9,2 9,5 9,3 9,4 9,4 3 10,1 11,7 10,7 10,6 10,6 4 9,9 9,6 9,8 10,3 10,2 5 10,3 9,7 10,1 11,9 11,6 6 9,3 9,2 9,2 10,9 10,6 7 9,5 7,0 8,5 9,0 8,9 8 6,8 7,6 7,1 7,3 7,2 9 ou plus 21,9 25,1 23,2 27,1 26,4 Taille moyenne 5,9 6,5 6,1 6,8 6,7 Lien de parenté (membres habituels) Un adulte 15,0 14,4 14,8 5,9 7,6 Deux adultes de sexe opposé 22,2 27,0 24,1 34,5 32,5 Deux adultes de m~me sexe 4,7 3,3 4,1 1,1 1,7 Trois adultes ou plus 30,8 33,3 31,8 49,0 45,7 Autres 27,1 21,5 24,9 9,5 12,4 Pourcentage de ménages avec des enfants sans leurs parent, i 26,3 27,6 26,8 19,7 21,1 Dans le cadre de l'enquête ménage, on a collecté des données sur le niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevde à ce niveau, par chaque membre du ménage âgê de 6 ans ou plus. Lors de 1'enquête, on a distingué trois niveaux d'instruction : le primaire, le secondaire et le supèrieur) Au Burkina, l 'âge d'entrée à l'école primaire est en principe, entre 6 et 7 ans. Les Tableaux 2.4.1 et 2.4.2 ci-dessous présentent ces résultats pour les personnes âgées de 6 ans ou plus. Le niveau de scolarisation est très laible au Burkina Faso et les différences entre les hommes et les femmes sont importantes. Au niveau de l'ensemble, tous âges confondus à partir de 6 ans, 71 pour cent des hommes et 82 pour cent des femmes n'ont jamais ~té à l'école. Entre 6 et 9 ans, les deux tiers des garçons et les trois quarts des filles ne sont pas scolarisés; à partir de 10 ans, ces proportions concernent encore plus de la moitié des garçons (55 pour cent) et 76 pour cent des filles. Les proportions des personnes sans niveau d'instruction augmentent ensuite régulièrement avec l'âge. En ce qui concerne le niveau primaire, 22 pour cent des hommes burkinabè y ont accédé contre seulement 14 pour cent des femmes. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est entre 10-14 ans que se trouve la plus forte proportion de personnes ayant atteint le niveau primaire (respectivement, 41 et 27 pour cent). Au niveau national, la proportion concernant le niveau secondaire ou supérieur est très faible, 7 pour cent d 'hommes et 4 pour cent de lçmmes, le Compte tenu des très faibles effectifs de personnes ayant un niveau d'études supérieures (2 pour cent des femmes qui ont un niveau d'instruction supérieur et légèrement plus chez les hommes), on a regroupé les deux dernières catégories en une seule : secondaire ou plus. Ce regroupement sera utilisé dans tous les tableaux de ce rapport. 14 maximum se situant entre 15 et 19 ans pour les deux sexes (respectivement 17 et 11 pour cent). Meme si ces résultats prouvent que des efforts sont faits aujourd'hui pour l' instruction des jeunes générations, les niveaux sont encore faibles et les diffémnces entre les deux sexes restent encore trop importantes. L 'accès å l 'éducation de tous, et plus particulièrement des femmes, est la meilleure garantie d'amélioration des conditions de vie des familles. Tableau 2.4.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répartition (en %) de la population m~culine (de fait) des ménages, âgée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 67,4 31,1 0,0 1,5 100,0 2443 10-14 55,0 40,9 3,1 1,0 100,0 2339 15-19 60,0 22,0 17,0 1,0 100,0 1709 20-24 66,0 18,0 15,3 0,7 100,0 1079 25-29 73,0 14,6 11,1 1,4 100,0 912 30-34 70,4 16,8 11,2 1,6 100,0 683 35-39 73,7 14,9 9,1 2,3 100,0 569 40-44 81,9 9,2 6,5 2,4 100,0 535 45-49 89,9 6,3 3,6 0,2 100,0 450 50-54 92,3 4,9 1,8 1,0 100,0 436 55-59 93,5 4,4 1,0 1,2 100,0 346 60-64 97,1 1,5 1,0 0,3 100,0 397 65 ou plus 96,8 1,9 0,6 0,7 100,0 741 ND 87,2 6,4 6,4 0,0 100,0 7 Milieu de résidence Ouagadougou 34,1 36,4 28,2 1,3 100,0 1514 Autres villes 40,1 38,3 19,9 1,7 100,0 1020 Total urbain 36,5 37,2 24,9 1,5 100,0 2535 Rural 79,0 17,9 2,0 1,1 100,0 10113 Région de résidence Ouagadougou 34,1 36,4 28,2 1,3 100,0 1514 Nord 77,9 19,4 2,2 0,5 100,0 2084 Est 85,8 11,6 1,9 0,7 100,0 2609 Ouest 68,2 24,4 5,8 1,6 100,0 3240 Centre/Sud 72,7 22,1 3,7 1,5 100,0 320i Ensemble 70,5 21,8 6,6 1,2 100,0 12648 Par ailleurs, on enregistre de très grandes différences selon le milieu de résidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes sans niveau d'instruction sont les plus élevées (79 pour cent pour les hommes et 89 pour cent pour les femmes). A Ouagadougou, ces proportions diminuent presque de moitié : 34 pour cent des hommes et 45 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système éducatif. Du point de vue régional, les proportions de personnes sans niveau d'instruction présentent des variations : de 68 pour cent à l 'Ouest ~ 86 pour cent à l'Est, pour les hommes, et de 78 pour cent ~ 92 pour cent dans les mEmes r6gions, pour les femmes. 15 Tableau 2.4.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages. ågée de six ans et plus, par niveau d'instruction atteint selon l'åge, le milieu et la région de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'înstruction Secondaire Caractéristique Aucun Prmaaire ou plus ND Total Effectif Groupe d'åges 6-9 75,8 22,7 0.0 1.5 100,0 2368 10-14 70,2 26.9 2,0 (I.9 t00,O 2397 15-19 73.2 15,0 11,0 0,8 100,0 1467 20 24 77,1 1 t ,9 9,2 1,7 t00,0 t266 25-29 86,0 8.t 5.3 0,6 100,0 12t I 30 34 85.9 8,9 4,2 1,1 t00,0 990 35-39 88,3 7,2 3,5 1,0 t00,0 801 40-44 92,2 5,1 2.4 0,2 100,0 569 45-49 95,1 3,8 t,0 (/,t 100,0 430 50-54 96,9 1,5 0,3 1,3 100,0 798 55-59 97,4 1,3 0,0 1,4 t 00,0 476 60-64 97,6 0,5 0,0 1,9 100,0 377 65 ou plus 98.5 11.2 0,2 1,1 100,0 589 ND 89,8 0,1l 0,0 10,2 11)0.0 5 Milieu de résidence Ouagadougou 44,5 34.0 20.5 1,0 100,0 1385 Auîa'es villes 55,5 32,8 10,9 (/,7 100,0 1042 Total urbain 49,3 33,5 16,4 0,8 100,0 2428 Rural 88.9 9,3 0.7 1,1 t 0(1,0 11315 Région de résidence Ouagadougou 44,5 34,0 20,5 1,0 100,0 1385 Nord 88,9 9,1 1,2 0,8 t 00,0 2336 Est 92,3 6,5 0.7 0,5 100,0 2788 Ouest 78.3 17,6 3,1 1,() t 00,0 3302 Centre/Sud 86.4 10,6 1,3 1,7 100,0 3932 Ensemble 81,9 13,6 3,5 1,1 100,0 13742 Les taux spécifiques de scolarisation par âge, 2 sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.5 et au Graphique 2.2. Le taux å 6-10 ans, Rges correspondant généralement au niveau primaire, est assez faible, puisqu'il est de 27 pour cent. Ce taux est similaire (26 pour cent) à 11-15 ans, âgés auxquels les enfants sont scolarises, en partie, dans le primaire et, cn partie, dans le secondaire 1er cycle. A 16-20 ans, åges de scolarisation dans le secondaire 2nd cycle, le taux de scolarisation est encore plus faible (13 pour cent), et diminue de plus de moitié à 21-24 ans (5 pour cent), åges de scolarisation, à la fois, au niveau secondaire et au niveau supérieur. Comme pour le niveau d'instruction atteint, le taux de seo/arisation varie lortement selon le sexe " entre 6-10 ans, il est de 30 pour cent pour les hommes contre 23 pour cent pour les femmes. Selon le milieu de résidence, on observe un très grand déséquilibre, le taux de scolarisation à 6-10 ans étant plus de 3 fois plus élevé en milieu urbain (65 pour cent) qu'en milieu rural (20 pour cent). 2 Rapport du nombre de personnes d'åge x fréquentant l 'école au nombre total de personnes de cet åge. 16 Tableau 2.5 Taux de seolarisation Proportion de la population (de fait) des ménages, ågée de 6 à 24 ans, fréquentant un établissement scolaire, par åge, selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Hommes Femmes Ensemble Groupe d'åges Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 67,3 23,7 30,3 62,9 15,6 22,7 65,1 19,7 26,6 11-15 67,7 23,0 31,0 54,6 11,3 19,9 61,0 17,4 25,6 16-20 44,3 6,4 16,8 29,4 2,6 9,4 37,3 4,5 13,2 21-24 22,4 0,0 7,3 15,0 0,0 3,3 19,1 0,0 5,1 Pourcentage Graphique 2.2 Taux de scolarisation 6-10 11-15 16-20 21 -g4 Groupe d'åges EDSBF 1993 2.1.2 Caractéristiques de l'habitat et des biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est int6ressé à certaines caractéristiques du logement (possession de l'éleetricité, approvisionnement en eau, type de toilette, mat6fiau du plancher et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un rôle d6terminant dans l'6tat de santé des membres du m6nage et, en particulier, des enfants. De même, on a colleeté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture.). L'analyse de ces donn6es vont permettre de mieux cerner les condftions envimnnementales et socio-économiques dans lesquelles vivent les populations enquêtées. 17 L'examen des données du Tableau 2.6 et du Graphique 2.3 indiquent que très peu de ménages burkinabè disposent de l'électricité : 6 pour cent pour l'ensemble du pays. En outre, la grande majorité des ménages disposant de cet équipement se trouvent en milieu urbain (32 pour cent à Ouagadougou et 26 pour cent dans les autres villes); moins de 1 pour cent des ménages du milieu rural a déclaré posséder l'électricité. Tableau 2.6 Caractéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caractéristiques des logements, selon le milieu EDS Burkina Faso 1993 de résidence, Caractéristique Autres Ensemble des logements Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Electricit6 Oui 31,8 26,1 29,5 0,6 6,2 Non 68,2 73,9 70,5 99,4 93,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Approvisionnement en eau à boire Robinet dans le logement 28,4 22,4 26,0 0,8 5,7 Robinet public 46,3 31,0 40,2 4,0 10,9 Puits public 15,9 33,8 22,9 89,8 77,0 Réservoir/Rivière 0,2 2,8 1,2 4,8 4,1 Vendeur d'eau 7,7 9,5 8,4 0,2 1,7 Autre 0,6 0,2 0,5 0,0 0,1 ND 1,0 0,4 0,7 (I,4 0,5 Total 100,0 10Il,0 100,0 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau 5,5 3,5 4,7 0,0 0,9 Latrines 88,5 77,1 84,0 13,9 27,3 Pas de toilettes 5,0 18,8 10,5 85,6 71,2 Autre 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 ND 0,9 0,5 0,7 0,5 0,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Type de sol Terre battue 8,9 22,0 14,1 83,0 69,8 Ciment 84,8 75,8 S1,2 16,2 28,7 Au~es matériaux modernes 5,1) 1,7 3,7 0,0 0,7 ND 1,4 0,5 1,0 0,7 0,7 Total 100,0 100,0 100,0 100,(/ 100,ll Nombre de personnes par pièce utilisée pour dormir 1-2 69,0 65,2 67,5 66,3 66,6 3-4 24,7 28,3 26,1 27,6 27.3 5 6 3,8 5,0 4,3 4,4 4,4 7 ou + 1,0 1,1 1,0 1,2 1,1 ND 1,6 0,5 1,1 0,5 0,6 Total 10(I,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Moyenne 2,4 2,5 2,4 2,5 2,5 Effectif de ménages 596 390 986 4157 5143 18 Graphique 2.3 Caractéristiques des logements Pourcentage 100 80 i sol 40 I =.~=li.~=mm 0 ~ .~o ~~ ORIGINe TOILETTES DE L'eAU I MATERIAU DU SOL EDSBF 1993 Concernant la provenance de l'eau utilisée pour boire, on constate qu'au niveau national les trois quarts des ménages (77 pour cent) utilisent l'eau de puits publics ou de forages, 11 pour cent des m6nages utilisent des robinets publics et 6 pour cent seulement disposent de l'eau courante. L'eau des rivières est encore utilisée comme eau de boisson par 4 pour cent des ménages enquêtés. Les proportions sont très inégales selon le milieu de résidence. A Ouagadougou, près de la moitié des mènages (46 pour cent) s'approvisionnent auprès des roòinets publics, 28 pour cent ont des robinets à domicile, et 16 pour cent boivent encore l'eau des puits. Dans les autres villes, ce sont les puits qui sont les plus utilisés (34 pour cent), suivis des robinets publics (31 pour cent); seulement un m6nage sur cinq (22 pour cent) a l'eau courante dans le logement. En milieu rural, la très grande majorité des ménages utilisent l'eau des puits (90 pour cent). Dans leur très grande majorité (71 pour cent) les ménages ne disposent d'aucune forme de toilettes, et un plus d'un quart d'entre eux (27 pour cent) utilisent des latrines. Si, en milieu rural, 86 pour cent des ménages n'ont pas de toilettes, ces proportions ne concernent plus que 19 pour cent des ménages dans les autres viUes et 5 pour cent dans la capitale. A Ouagaclougou, seulement 6 pour cent des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau personnelle. Le sol de l'habitat est dans la plupart des cas fait en terre battue (70 pour cent), notamment en milieu rural (83 pour cent). Par contre en milieu urbain, c'est le sol en ciment qui est le plus répandu (g5 pour cent à Ouagadougou, 76 pour cent dans les autres villes). Quant au nombre de personnes dormant par pièce (2,5 personnes en moyenne au niveau national), il dècrit le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6). Dans plus d'un quart des cas (27 pour cent), trois à quatre personnes dorment dans la même pièce, et dans 4 pour cent des ménages, cinq à six personnes se partagent le mème lieu pour dormir. Il n'y a aucune différence entre le milieu urbain et le milieu rural. 19 A propos des biens de consommation possédé par les ménages (Tableau 2.7), on note que les deux tiers des ménages (67 pour cent) déclarent avoir une bicyclette et un quart une motocyclette. Moins de deux pour cent des ménages ont déclaré posséder une voiture. En ce qui concerne les biens d'équipements, moins de la moitié des ménages burkinabè (47 pour cent) a déclaré posséder une radio, 5 pour cent une télévision et 3 pour cent un réfrigérateur. En milieu urbain, ces proportions sont beaucoup plus élevées qu'en milieu rural : 75 pour cent des ménages ont la radio, 24 pour cent la télévision, contre respectivement 40 pour cent et moins de 1 pour cent en milieu rural. Ces di fférences d'équipement expliquent en grande partie le manque de connaissance et d'informations concernant la planification familiale (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ou la santé des enfants (voir Chapitre 7 - Santé de la mère ct de l'enfant), en milieu rural. Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Autres Ensemble Biens durables Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble Radio 79,2 66,5 74.2 40,4 46,9 Télévision 30,7 13,1 23,8 0,3 4,8 Réfrigérateur 16,7 7,8 13,2 0,2 2,7 Bicyclette 51,5 43,5 48,3 71,2 66,8 Motocyclette 64,0 48,5 57,9 17,4 25,2 Voiture 11,3 4,8 8,7 (1,3 1,9 Effectif de ménages 596 390 986 4157 5143 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE Les caractéristiques individuelles des femmes sont essentielles pour comprendre et expliquer leur comportement en matière de fécondité et de contraception. Cette partie porte sur les caractéristiques socio- démographiques des femmes de 15-49 ans enquêtées dans les ménages. Elle porte aussi sur l'accès de ces femmes aux média, ce qui est d'une importante particulière pour la misc en place de programme d'informations et d'éducation dans le domaine de la planification familiale et de la santé. 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquêtées L'âge, qui est la varå able londamentale dans l'analyse des phénomènes démographiques est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon précise, lorsque l'enregistrement écrit des événements est rare, comme c'est le cas au Burkina Faso. De ce fait, et aussi parce quc c'est la variable permettant d'identifier la population éligible, un soin particulier a 6t6 portd à son enregistrement au moment de la collecte des donn6es. On demandait d'abord aux lemmes leur date de naissance et leur âge. Lorsque les deux informations étaient obtenues, l'enquêtricc contrdlait leur cohérence. Dans le cas où l'enquêtée ne connaissait pas ces informations, l'enquêtrice essayait d'obtenir la carte d'identité de la femme, sur laquelle une date de naissance (souvent approximative) est portée. Lorsque ni celle-ci, ni aucun autre document officiel n'étaient disponibles, l'cnqudtrice devait estimer l'âge de la femme, en le comparant avec celui d'autres personnes du ménage, ou par déduction à partir de l'historique de ses naissances, ou encore en utilisant un calendrier historique. 20 La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'åges quinquennal présente une allure assez régulière (Tableau 2.8) avec les effectifs qui diminuent au fur et å mesure que l'ãge augmente : 22 pour cent des femmes ont 15-19 ans et 6 pour cent ont 45-49 ans. En ce qui concerne la situation matrimoniale (Graphique 2.4), la grande majorité des femmes (84 pour cent) était mariée au moment de l'enquête. 3 Parmi ces femmes, la moitié (43 pour cent) a déclaré vivre en union polygame. Il y a peu de célibataires (13 pour cent) et encore moins de femmes vivant en rupture d'union : 2 pour cent de divorcées/séparées et 1 pour cent de veuves. En ce qui concerne le milieu de résidence, quatre femmes sur cinq résident en milieu rural (80 pour cent). La plus grosse part du milieu urbain revient à la ville de Ouagadougou où on a enquête 12 pour cent des femmes (60 pour cent de l'effectif total du milieu urbain). Du point de vue régional, le Centre/Sud et l'Ouest sont les régions où on a enquêté le plus grand nombre de femmes (respectivement 26 et 24 pour cent). Dans les autres régions, l'effectif se répartit de la façon suivante : 19 pour cent à l'Est, 18 pour cent au Nord. L'Islam est la religion dominante parmi les femmes enquêtEes puisque 54 pour cent sont de confession musulmane, suivies par les chrétiennes (29 pour cent) et les animistes ( 15 pour cent). La répartition par ethnie est la suivante: plus de la moitié des femmes enquêtées est mossi (56 pour cent). Les autres et/mies les plus importantes sont les Dioula (8 pour cent), les Bobo (7 pour cent), les Gourounsi et les Peul (6 pour cent, chacune), et les Gourmantché (4 pour cent). Tableau 2.8 Caractéristiques socio-démographiques des femmes enqu8tées Répartition (en %) des femmes criquet~es par âge, état matrimonial, milieu et région de résidence, niveau d'instruction, religion, et ethnie, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique Pourcentage socio-démographique pondéré Effectif Pondéré Non pondéré Groupe d'.'lges 15-19 21,6 1373 1480 20-24 18,9 1202 1221 25-29 18,1 1153 1142 30-34 14,6 929 914 35-39 12,0 765 723 40-44 8,3 529 507 45-49 6,3 403 367 Etat matrimonial Célibataire 13,5 855 1037 Mariée monogame 41,0 2605 2745 Mariée polygame 42,8 2721 2346 Veuve 1,6 102 115 Divorcée/séparée 1,1 71 106 Milieu de résidence Ouagadougou 12,2 777 1599 Autres villes 8,1 517 1142 Total urbain 20,4 1293 2741 Rural 79,6 5061 3613 Région de résidence Ouagadougou 12,2 777 1599 Nord 18,1 1152 962 Est 19.1 1213 954 Ouest 24,4 1549 1533 Centre/Sud 26,2 1663 1306 Niveau d'instruction Aucun 82,9 5264 4668 Primaire 10,5 668 913 Secondaire ou plus 6,6 421 773 Religion Musulmane 54,3 3449 3463 Chrétienne 29,0 1842 2107 Animiste 15,4 980 716 Autre 0,8 51 40 Ethnle Bobo 6,9 441 499 Dioula 7,5 474 483 Fui fuldé (Peul) 5,3 337 288 Gourmantché 4,2 264 215 Gourounsi 5,8 367 363 Ix)bi 4,4 281 264 Mossi 56,1 3563 3649 Senoufo 1,1 73 83 Touareg bella 1,5 95 69 Autre 5,9 374 326 NSP 0,0 3 2 Ensemble des femmes 100,O 6354 6354 3 On a considéré comme mariage, toutes les formes d'union, qu'elles soient légales ou consensuelles (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). 21 Graphique 2.4 Etat matrimonial des enquêtées Mariée polygame 43% Autre 3% Mariée rnonogam~ ,libataire 13% EDSBF 1993 Comme on l'a souligné précédemment, la majorité des femmes burkinabè n'a jamais ~té scolarisée (83 pour cent), 11 pour cent ont été à l'école primaire et 7 pour cent ont un niveau secondaire ou supérieur. On note que les jeunes générations sont plus souvent scolarisées que les plus anciennes (Tableau 2.9) : plus d'un quart des femmes âgées de 15-19 ans à l'enquête (28 pour cent) ont atteint au moins le niveau du primaire, contre 14 pour cent de celles âgées de 30-34 ans et 5 pour cent seulement des femmes de 45-49 ans. Si on considère le milieu de résidence, on s'aperçoit que 50 pour cent des citadines ont fréquenté l'école, dont la moitié (26 pour cent) le secondaire, alors que l'immense majorité de celles qui résident dans les campagnes n'a aucun niveau d'instruction (91 pour cent). Dans la région Ouest, 20 pour cent des femmes ont été scolarisées, la majorité au niveau primaire (13 pour cent) et dans les autres régions, notamment l'Est, moins de 10 pour cent des femmes ont atteint le niveau primaire ou secondaire. 22 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu&ées Répartition (en %) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe dãges quinquennal, le milieu et la région de résidence. EDS Burkina Faso 1993 Niveau d'instruction Secondaire Caractéristique Aucun Primaire ou plus Total Effectif Groupe d'åges 15-19 72.4 15.9 11.8 100.0 1373 20-24 78.0 12.7 9.3 100.0 1202 25-29 85.4 9.1 5.4 100.0 1153 30-34 86,1 9.l 4.8 100.0 929 35-39 89.1 7.4 3.4 100.0 765 40-44 91.3 6.6 2.1 I00.0 529 45 -49 95.0 4.0 1.1 100.0 403 Milieu de résidence Ouagadougou 45.3 23,2 31.5 100.0 777 Autres villes 56.4 25.0 18.6 100.0 517 Ensemble urbain 49.8 23.9 26.3 100,0 1293 Rural 91.3 7.1 l. 6 100.0 5061 Réglon de résidence Ouagadougou 45.3 23,2 31.5 100.0 777 Nord 91.0 7.1 1.9 100.0 1152 Est 92.9 5.7 1.4 100.0 1213 Ouest 80.5 13.4 6.1 100.0 1549 Centre/Sud 89.6 7.8 2.6 100.0 1663 Ensemble 82.9 10.5 6.6 100.0 6354 2.2.2 Accès aux média Pour atteindre efficacement les populations-cibles, et plus particulièrement les femmes, lors de la mise en place de programmes d'information ou d'éducation sur la planification familiale ou la santé, il est important de savoir combien d'entre elles écoutent la radio, regardent la télévision ou lisent les joumaux. Le Tableau 2.10 présente des données sur l'accès des femmes aux média : seulement 8 pour cent d'entre elles lisent habituellement un journal, 11 pour cent regardent la télévision et 42 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Les femmes les plus jeunes, les plus éduquées et celles du milieu urbain, et plus particulièrement les Ouagalaises, sont celles qui accèdent le plus à l'information, et ce quel que soit le type de média. Ainsi, dans la capitale, un tiers des femmes lit un joumal au moins une fois par semaine, 60 pour cent regardent la télévision et 81 pour cent d'entre elles écoutent la radio. En milieu rural, seule la radio est utilisée pour véhiculer l'information et ce, par seulement un tiers des femmes. Du point de vue régional, l'Est est la région où les femmes écoutent le moins la radio (24 pour cent) et ont le moins accès aux journaux (2 pour cent) ou à la télévision (1 pour cent). 23 Tableau 2.10 Acc&s des lemmes aux média Pourcentage de femmes qui, habituellement, lisent un journal, regardent la télévision, ou écoutent la radio au moins une f{ris par semaine, par âge, niveau d'instruction et par milieu et r6gion de résidcncc, EDS Burkina Faso 1993 Caract6ristique Lit un Eç:oute journal Regarde la la radio au moins TV au moins au moins Effectif une lois/ une fois/ une tbis/ de semaine senlaine serraune femmes Groupe d'åges 15-19 11,9 17,5 42,5 1373 20 24 8,4 12,6 45,4 1202 25 29 6,2 9,9 42,6 1153 30 34 7,7 11/,2 42,1 929 35-39 4,9 7,0 40,6 765 40-44 4,2 7,1) 36,1 529 45-49 2,1 4,7 40,3 403 Niveau d'instruction Aucun 1/,2 5,1 35,8 5264 Primaire 27,8 26,3 63,5 668 Secondaire ou plus 66,7 62,9 87,7 421 Milieu de résidence Ouagadougou 32,6 59,6 g1,2 777 Autres v~lles 21,2 37,4 66,2 517 Total urbain 28,1 50,7 75,2 /293 Rural 2,2 1,1 33,7 5061 Région de résidence Ouagadougou 32,6 59,6 81,2 777 Nord 3,2 3,1 36,4 1152 Est 2,2 1.3 24,4 1213 Ouest 6,2 9,8 29,2 1549 Centre/Sud 3,7 2,7 52,9 1663 Ensemble des I?mmes 7,5 11,2 42,1 6354 24 CHAPITRE 3 FECONDITE Depuis les années 60, le Burkina Faso a réalisé un certain nombre d'opérations de collecte d'envergure nationale. Il s'agit notamment de l'Enquête Démographique de 1960/61, de l'Enquête post- censitaire de 1976 réalisée après le recensement de 1975, du Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985) et de l'Enquête Démographique de 1991 (ED 1991). Ces opérations ont permis de collecter des informations sur la fécondité. A la différence de ces opérations, I'EDSBF s'est intéressée uniquement à un échantillon national de femmes en âge de procréer (15-49 ans) : elle a recueilli des données représentatives au niveau national et par milieu de résidence (Ouagadougou, autres villes et milieu rural) permettant de calculer directement les niveaux de fécondité et d'étudier les niveaux et tendances de la fécondité. Ces informations ont ét~ obtenues, tout d'abord, a partir d'une série de questions sur le nombre total d'enfants que les femmes ont eus, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux qui sont décédés. Après que ces informations sur la fécondité totale des femmes aient été recueillies, des questions spécifiques ont ét~ posées à chaque femme interrogée pour reconstituer l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne ~ la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entoe elles : le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance et l'état de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur âge et on distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; pour les enfants décédés, on s'intéressait à l'âge au décès. Afin d'améliorer la qualité des données sur la fécondité, un accent particulier a été mis sur toutes les questions relatives aux naissances, pendant la formation des enquêtrices et la collecte des données. C'est ainsi que lors de l'interview, l'enquêtrice devait, si possible, vérifier l'information obtenue ~ partir, par exemple, de documents officiels (bulletin de naissance, carnet de vaccination, etc); elle devait également essayer de détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles intergénésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant l'historique des naissances, l'enquêtrice contrélait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère dans chaque catégorie (vivants, décédés) était cohérent avec le nombre d'enfants obtenu à partir de l'historique des naissances. En cas de différence, l'enquêtrice devait vérifier et corriger les réponses erronées. Malgré ces multiples contr61es, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inhérentes aux enquêtes rétrospectives. Il s'agit notamment : du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, ce qui peut induire une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'âge, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des åges ronds, ce qui peut entraîner des sous- estimations ou des surestimations de la fécondité ~ certains âges et à certaines périodes. Que ce soit le sous-enregistrement, ou l'imprécision des dates de naissance ou des åges, ces erreurs sont généralement, d'autant plus importantes que les naissances sont anciennes. En outre, lors des enquêtes EDS, on observe certains "déplacements" de dates de naissance d'enfants nés durant la dernière période quinquennale vers les années précédentes. Ces déplacements d'année de naissance sont souvent effectués "volontalrement" par les enquêtrices, non seulement, pour éviter de poser les questions sur la santé (section 4 du questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale, mais encore 25 pour éviter de prendre les mesures anthmpométriques de ces mêmes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connaît pas avec exactitude le mois et l'armée de naissance de son enfant. Dans le cas de I'EDSBF, les déplacements ~ de naissances de l'année 1987 (dont seulement le dernier mois est inclus dans la dernière période quinquenmde) vers 1986 pourraient induire une légère sous-estimation au profit de la fécondité des cinq années précédentcs, mais l'importance relativement faible des naissances concernées n'affecterait probablement quc très peu lcs niveaux de fécondité (de l'ordre de 5 pour cent). 3.1 N IVEAU ET STRUCTURE DE LA FECONDITE ET FECONDITE D IFFERENTIELLE La fécondité est mesurée dans I'EDSBF sur la période de cinq ans précédant l'enquête. Les taux de fécondité générale par groupe d'âgés quinquennaux et leur cumul, c'est-à-dire, l'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ainsi que la parité moyenne ou nombre moyen d'enfants nés vivants par femme sont les indices utilisés pour rendre compte du niveau de la fécondité. Au Tableau 3.1 ct au Graphique 3.1 ligurent les niveaux de fécondité par groupe d'ågcs pour la période de cinq ans précédant l'enquête. Au niveau national, la courbe des taux de fécondité par âge préscntc une allure classique des pays 'à forte fécnndité : une fécondité précocc élcvée ( 154 pour mille à 15-19 ans) qui augmcnte très rapidement pour atteindre son maximum à 20-24 ans (296 pour mille) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants, puisqu'à 35-39 ans, le taux est de 220 pour mille et qu'à 40-44 ans, il s'établit encore à 111 pour mille. L'Indice Synthétique de Fécondité (ISF), ou somme des naissances réduites, est un indice de fécondité du moment calculé å partir du cumul des taux de fécondité par åge. 11 mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à la fin de sa vie féconde si clic avait, à chaque âge, la fécondité par âge d'une période considérée, ici la période de cinq ans ayant précédé l'enquête. Au nivcau national, I'ISF calculé de 15 à 49 ans s'établit à 6,9 enfants par femme. Le Tableau 3.1 et le Graphique 3.1 présentent également les taux de fécondité par âge et I'ISF selon le Recensement Général de la Population de 1985 (RGP 1985) et l'Enquête Démographique de 1991 (éD 1991). Rappelons que, contrairement à I'EDSBF où les données Tableau 3.1 Fécondité par åge selon trois sources Taux de f6condité par ãge et indice synthétique de fécondité selon le RGP de 1985. l 'éD de 1991 et I'EDSBF de 1993, EDS Burkina Faso 1993 RGP éD EDSBF Groupe d'åges 19851 19911 1993 15-19 152 107 154 20-24 328 323 296 25-29 321 334 292 3(1 34 279 302 258 35 39 215 229 220 40 44 104 128 111 45-49 38 39 50 ISF 15-49 7.2 7,3 6.9 ISF 15-44 7.0 7,1 6,7 Note : Taux de fécondité par groupe d'ãges pour 1000 femmes. Sources : 1985 : Recensement Général de la Population : Analyse des résultats définitifs, 1NSD 1988. 1991 : Enquête Dérnographique de 1991, INSD 1993. IDonnées ajustées sur la fécondité sont obtenues à partir de l'historique des naissances des femmes, lors du RGP 1985, la fécondité a ~té estimée à parti r de questions portant sur les naissances des douze derniers mois ayant précédé le recensement. Le RGP de 1985 a 616 réalisé Ch déccmbre 1985 si bien que les niveaux de fécondité estimés A l'Annexe D, le tableau D.4 fournit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x à la demi-somme des naissances des années précédentes et suivantes, soit Nx/[(Nx 1 +Nx+ 1)/2]), rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque relaUvement important de naissances en 1987 (rapport=72,3<100), et un excédent en 1986 (rapport= 138,4> 10(ll. 26 Graphique 3.1 Taux de fécondité générale par âge selon le RGP (1985), I'ED (1991) et I'EDSBF (1993) Pour mille 350 -~. 300 l. "., ". 250 t ~ ' , , 150 I O0 " ~. :50 0 i i I i i E 15 20 25 30 35 40 45 Age de la femme * Données ajustees I "q- RGP 1985" ~lI 50 correspondent ~t la fécondité de 1985. La mSme méthode a ~té utilisée lors de I'ED de 1991 et donne les niveaux de fécondité de 1990. Dans le cas de I'EDSBF, les niveaux de fécondité, mesurés directement à partir de l'historique des naissances pour la période de cinq ans ayant précéd6 l'enquête, correspondent à la fécondité des années 1988-1992. La féconditê estimée pour I'ED et celle de I'EDSBF se rapportent donc à des périodes similaires, tandis que celle du RGP se rapporte à une période antérieure. On remarque que l'allure générale des courbes des taux de fécondité par åge au RGP de 1985, à I'ED de 1991 et à I'EDSBF de 1993 est presque identique. Cependant, selon le RGP et I'EDSBF, la fêcondité maximale est atteinte, à 20-24 ans avec respectivement, 328 pour mille et 296 pour mille alors que selon I'ED, elle est atteinte à 25-29 ans avec 334 pour mille. Malgré de 16gers écarts, la fêcondit6 totale des femmes estimêe lors des trois opérations a peu changé, I'ISF passant de 7,2 enfants par femme en 1985, å 7,3 en 1991 et à 6,9 en 1993. Les méthodologies différentes utilisées rendent difficiles les comparaisons, d'autant que les données du RGP et de I'ED ont donné lieu à des ajusternents. De ce fait, il serait prématur6 de conclure à une éventuelle baisse de fêcondité à partir de cette simple comparaison. Les niveaux observés en 1985 et en 1991 semblent révéler une stabilisation 2 de la fécondité; par contre le rapprochement des niveaux de 1985 à ceux de 1993 semblent révêler une très légère baisse de la fécondité. Selon I'EDSBF, le Taux Global de Fécondité Générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en fige de procrêer (15-49 ans) est de 233 pour mille au niveau national. Quant au Taux Brut de Natalité (TBN) ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population totale, il atteint 43 pour mille. 2 Yimian Kaborê, Analyse de la fécondité, Enqu&e Démographique de 1991, INSD 1993 27 Le niveau de la fécondité présente de très fortes variations selon le milieu de résidence (Tableau 3.2 et Graphique 3.2) : c'est en milieu rural que I'ISF est le plus élevé avec 7,3 enfants par femme, suivi de loin par les autres villes avec 5,5 enfants par femme et enfin par Ouagadougou avec 4,7 enfants par femme. Dans la capitale, la fécondité est de 36 pour cent inférieure à celle du milieu rural. Les résultats du Tableau 3.2 mettent en évidence la précocité de la fécondité en milieu rural par rapport aux autres milieux de résidence : à 15-19 ans, le taux de fécondit6 des femmes du milieu rural est pratiquement deux fois plus élevé que celui des femmes de la capitale (respectivement 171 pour mille et 94 pour mille) ; par rapport aux autres villes, il est de 50 pour cent sup6rieur (171 pour mille contre 114 pour mille). De plus, la courbe des taux de fécondité des femmes de Ouagadougou présente une allure légèrement différcnte de celle des autres milieux de résidence : la fécondité y atteint son maximum à 25-29 ans (205 pour mille), c'est à dire plus tardivement que dans les autres milieux où les taux les plus 61evés concement les femmes de 20-24 ans (259 pour mille pour les femmes des autres viUcs et 313 pour mille pour le milieu rural). Tableau 3.2 Fécondité actuelle Taux de fécondité par åge, indice synthétique de fécondité (ISF), taux brut de natalité (T IN) et taux global de fécondité générale (TGFG) pour la période des cinq années précédant l'enquête, selon le milieu de résidence, EDS Burkina Faso 1993 Résidence Autres Ensemble Groupe d'åges Ouagadougou villes urbain Rural Ensemble 15-19 94 114 102 171 154 20-24 202 259 225 313 296 25-29 205 254 224 308 292 30-34 189 198 193 273 258 35-39 145 166 153 234 220 40-44 59 87 7(/ 118 l l l 45-49 50 16 36 53 50 ISF 15-49 (pour 1 femme) 4,7 5,5 5,0 7,3 6,9 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,5 5,4 4,8 7,1 6,7 TGFG (pour 1 000) 156 187 168 249 233 TBN (pour l 000) 37 40 39 43 43 Note: Les taux sont calculés pour la péri~xte de 1 36 mois avant l'enquête. Les taux à 45 49 ans peuvent bAre légèrement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. 28 Graphique 3.2 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence Pour mille 35O 300 ~ 250 200 ] 50 I « 100 50 ,+ 0 i r i i i i i 15 20 25 30 «35 40 45 Age de la femme r'~'Ouagadougou i / -~- Autres villes • 50 EDSBF 1993 Du point de vue r~gional (Tableau 3.3 et Graphique 3.3) c'est dans l'Est que l 'on observe la fécondité la plus élevée (ISF de 7,9), suivie par celle des femmes du Centre/Sud (7,2), du Nord (7,0), puis par celle des femmes de l'Ouest (6,8). Ces écarts pourraient 8tre imputables å des différences de contextes socio- économiques et culturels. En effet, après Ouagadougou, la région de l'Ouest 3 est la mieux "nantie" en infrastructures urbaines. Les grands centres urbains offrent plus d'activités de types modemes souvent incompatibles avec une descendance nombreuse. De même, c'est dans ces milieux que les filles sont le plus scolarisées. Elles ont beaucoup plus de chance d'aller å l'école et d'y rester plus longtemps. Les autres régions moins "nanties" que les deux premières dans ce domaine, sont des zones plus rurales et où prédominent les activités agricoles. Les populations de ces régions sont attachées aux valeurs traditionnelles et perçoivent la descendance nombreuse comme une main-d'oeuvre, une richesse, un prestige; autant de raisons pour justifier en partie les niveaux élevés de fécondité de ces femmes. En ce qui concerne le niveau d'instruction de la femme, il apparait que la fécondité de la femme est négativement liée à son niveau d'instruction; autrement dit, plus la femme est instruite moins elle a d'enfants. L' ISF varie de 7,2 enfants par femme sans instruction, à 6, • par femme de niveau primaire, pour chuter à 3,1 enfants par femme ayant fait des études secondaires ou plus. Au Tableau 3.3 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme de 40-49 ans, c'est-à-dire à la fin de la vie féconde. Contrairement à I'ISF qui mesure la fécondité du moment, ce nombre moyen, qui peut être assimilé å une descendance, est le résultat de la fécondité passée des femmes enquétées qui ont 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (7,4) est supérieure ~ I'ISF (6,9), ce qui peut être le signe d'une légère baisse de la fécondité au Burkina Faso. Que ce soit du point de 3 La région de l'Ouest abrite la ville de Bobo-Dioulasso, capitale économique du pays. 29 Tableau 3.3 Fécondité par caractéristiques socio démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des cinq années précédant l'enqu&e et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 ans, par caractérîstiques socio-démo- graphiques, EDS Burkina Faso 1993 Nombre moyen Indice d'enfants nés synthétiquc vivanmpourles Caractéristique de fécondité I femmes de 40 49ans Milieu de résidence Ouagadougou 4,7 6,8 Autres villes 5,5 7,3 Total urbain 5,0 7,0 Rural 7,3 7,5 Région de résidence Ouagadougou 4,7 6.8 Nord 7,0 7,4 Est 7,9 7,7 Ouest 6,8 7,3 Centre/Sud 7,2 7,6 Niveau d'instruction Aucun 7,2 7,4 Primaîre 6,1 8,0 Secondaire ou plus 3,1 4,9 Ensemble 6,9 7,4 llndice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 a i l s vue du milieu de résidence, de la région (sauf pour l'Est) ou du niveau d'instruction, on observe toujours que I'ISF est inférieur å la descendance, l'écart entre les deux mesures étant d'autant plus important que la fécondité actuelle est basse. C'est le cas à Ouagadougou, où I'ISF est de 4,7 alors que la descendance est de 6,8. Il en est de même pour les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou plus : I'ISF est inférieur de presque 2 enfants par femme à la descendance finale (3,1 contre 4,9). Ceci dénoterait une tendance à la baisse de la fécondité, baisse particulièrement importante ~. Ouagadougou, dans les autres villes et chez les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. Les variations entre ces deux indicateurs peuvent laisser supposer qu'une baisse de la fécondité s'est amorcée au Burkina Faso. 30 Graphique 3.3 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans RES[DENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord Est Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire $e¢onda i~ ou + 0 2 4 6 8 Nombre d'enfants par femme 10 ~ælSF i EDSBF 1993 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les données collectées lors de I'EDSBF permettent de retracer les tendances passées de la fécondité. Pour cela, on a calculé le taux de fécondité par åge des mères à la naissance de leurs enfants, par période quinquennale précédant l'enquête (Tableau 3.4 et Graphique 3.4). Il appara~ tout d'abord que les taux de fécondité pr6sentent des variations par âge assez similaires. Cependant, on constate que les taux de fécondité pour la période la plus r6cente (0-4 ans avant l'enquête) sont nettement inférieurs à ceux des deux périodes quinquennales précédentes, et cela à tous les âges. Conséquence de ces taux plus faibles, I'ISF calculé jusqu'à 35 ans s'établit à 5,0 enfants par femme pour la période la plus r6cente, contre, respectivement, 5,7 et 5,8 pour les deux p6riodes préoEdentes. Même si on suppose que la fécondité de la période la plus récente est très légèrement sous-estimée au profit de la période précédente, cela semble dénoter une 16gère baisse de la fécondité. Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par åge par période de cinq ans précédant l'anqu&e, selon l'åge de la mère, EDS Burkina Faso 1993 Périodes précédant l'anquéte (en années) Groupe d'âges 0-4 5-9 10-14 15-19 154 184 184 20-24 296 329 326 25-29 292 319 331 30-34 258 311 309 35-39 220 253 [294] 40-44 111 [182] 45-49 [50] Note: Taux de fécondité par groupe däges pour 1 000 femmes. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomp]ètes. 31 Pour mille Graphique 3.4 Taux de fécondité générale par âge, par période avant l'enquête 350 300 250 200 150 100 50 0 15 / % % % i i i i i 20 25 30 35 40 45 Age de la femme L Période avant l'enqu@te • -~ 0-4 ~ ~ 5-9 50 EDSBF 1993 Le Tableau 3.5 présente le même type de données que le tableau précédent, mais les taux y sont calculés par durée de mariage. Là encore, les taux de fécondité de la période la plus récente sont nettement inférieurs à ceux des autres périodes. Pour les durées de mariage inféricurcs à vingt ans, les taux de fécondité des péfiodes 5-9 ans et 10-14 ans avant l'enquête sont assez proches. L'écart antre les taux de la période la plus récente et ceux des autres pdriodes cst relativement identique pour les durées de mariage n'excédant pas 20 ans. Par contre, au-delà de cette durée, il devient considérable : la fécondité est de 31 pour cent moins importante 0-4 ans avant l'enquête, que 5-9 ans plus tôt. En première analyse, ces résultats semblent indiquer une baisse récente de la fécondité. En effet, on enregistre une baisse importante du cumul des taux de fécondité par durée de mariage, avant le 25ème anniversaire de mariage : il passe de 7,6 et 7,7 enfants par Tableau 3.5 Tendances de la fécondilé par durée de mariage Taux de fécondité par période de cinq ans précédant l'enquéte, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Burkina Faso 1993 Périodes précédant Nombre d'armées l'enquête (en années) depuis le premier mariage 0-4 5 9 10-14 O-4 299 344 336 5 9 298 336 340 10-14 281 320 330 15-19 254 282 300 20 24 175 229 [247] 25 29 79 l l t41 Note: Taux de fécondité pour 1 000 femmes non célibataires. Les taux entre crochets sont calculés sur la base de données incomplètes. femme (respectivement, 5-9 ans et 10-14 avant 1'enquête), à 6,5 enfants (0-4 ans avant l'enquête). Cependant, l'examen des déterminants de la fécondité ne fait pas apparaître d'importants changements récents de comportements susceptibles d'expliquer une telle baisse. L'âge au premier mariage (voir Chapitre 5 - Nuptialit6 et exposition au risque de grossesse) et l'âge à la première naissance (voir ci-après, section 3.6) 32 n'ont que très peu varié des générations les plus anciennes aux générations les plus récentes. L'utilisation de la contraception qui reste à un niveau relativement bas (voir Chapitre 4 - Planification familiale) ne semble pas pouvoir expliquer cette modification récente de la fécondité. A défaut d'autres éléments pouvant expliquer sans ambiguïté une baisse de la fécondité, il serait souhaitable que des analyses approfondies soient entreprises avant de conclure ~t la réalité d'une telle baisse. 3.3 PARITE ET STERIL ITE PR IMAIRE A partir du nombre total d'enfants que les femmes ont eus au cours de leur vie, on a calculé les parités moyennes par groupe d'åges, pourl'ensemble des femmes etpourles femmes actuellement en union (Tableau 3.6). On observe tout d'abord une augmentation rapide et régulière des parités avec l'âge de la femme : ainsi à la fin de sa vie féconde (45-49 ans), une femme en union a donné naissance à 7,8 enfants en moyenne. Par ailleurs, la répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité précoce très élevée, puisque près d'un quart des femmes de moins de 20 ans (24 pour cent) a déjà donné naissance à au moins un enfant, et une femme sur cinq de moins de 25 ans (21 pour cent) a déjà eu 3 enfants ou plus. En fin de vie féconde (40-49 ans), 37 pour cent des femmes ont donné naissance à 9 enfants ou plus. Les résultats concernant les femmes actuellement en union diffèrent de ceux concernant toutes les femmes, notamment aux jeunes åges où la proportion des femmes qui ne sont pas en union et à faible fécondité est importante. Ainsi, 52 pour cent des femmes en union de 15-19 ans ont déjà eu au moins un enfant, contre 24 pour cent pour toutes les femmes. Aux âgés plus avancés, les écarts observés sont relativement peu importants et reflètent essentiellement les effets des ruptures d'union. Tableau 3.6 Enfants nds vivants et enfants su~ivanl.s Rdpar tition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union par nombre d'enfants nés vivants, nombre moyen d'enfants ngs vivants et nombre moyen d'enfants survivants, selon råge des femmes, F.DS Burkina Faso 1993 Nombre Nombre Nombre d'enfants nés vivants Effectif moyen moyen Groupe de d'en fanls d'enfants d'~ges 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ou + Total femmes nos vivants survivants TOUTES LES FEMMES 15-19 75,8 20,3 3,7 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Ioe,O 1373 0,3 0.2 20-24 16,5 33,3 29,7 13,6 5,4 1,2 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 100,0 1202 1,6 1,3 25-29 4,7 9,0 16,5 25,4 25,6 11,9 5,1 1,3 0,5 0,0 0,0 loe,O 1153 3,2 2,6 30-34 3,7 3,0 5,7 7,6 18,5 22,8 22,5 10,6 4,2 1,2 0,3 loe,O 929 4,8 3,8 35-39 2,0 1,4 4,5 5,4 7,9 12,2 17,8 18,7 15,0 11,3 3,9 100,0 765 6,2 4,8 40-44 1,7 1,1 2,4 4,7 6,1 6,7 11,7 16,2 17,6 14,2 17,6 I00,0 529 7,2 5,3 45 49 3,1 0,7 1,4 3,0 5,2 3,8 9,7 II,0 18,4 16,8 26,8 I (X),0 403 7,7 5,4 Total 21,5 13,1 I1,1 9,6 10,2 8,0 8,0 6,1 5,1 3,8 3,7 ICO,O 6354 3.5 2,7 FEMMES A(71"UELIA~MENT EN UNION 15-19 48,1 43.1 8,2 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,0 606 0.6 0,5 20-24 11,9 34,3 31,8 14,7 5,8 1,3 0,1 O,I 0,0 0,0 0,0 100,0 1093 1,7 1,4 25-29 3,9 8,5 16,6 25,8 26,1 12,2 5,2 1.2 0,4 0,0 0,0 100,0 1115 3,3 2,6 30-34 3,2 3,0 5,5 7,5 18,6 23,1 23,0 10,5 4,2 1.2 0,3 I00,0 906 4,9 3,8 35-39 1,8 1,4 4,3 5,2 7,5 12,4 17,6 19,4 15,0 11.4 4,0 ICO,0 734 6,2 4,8 40-44 1,5 1,0 2,5 3,9 6,4 6,6 11,7 16,4 17,7 14.6 17,9 IO0,0 497 7,2 5,3 45-49 3,4 0,8 1,1 2,8 4,1 3,5 9,6 10,4 19,8 17.2 27,4 I00,0 374 7,8 5,5 rFota] 9,9 14,6 12,8 11,0 11,7 9,3 9,2 7,0 5,9 4,3 4,2 100,0 5326 4,0 3,1 33 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique; par conséquent, la parité zéro des femmes les plus åg6es actuellement en union permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire : 2 pour cent seulement des femmes de 35-49 ans, ãges auxquels l'arrivêe d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent être considérées comme stériles. Ce faible niveau de stérilité primaire est voisin de celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique : parmi les femmes de 35-39 ans en union, le phénomène touche 2 pour cent des femmes au Mali, 3 pour cent au Togo, 2 pour cent au Zim babwe et enfin 3 pour cent en Egypte (Arnold et Blanc, 1990). 3.4 INTERVALLE INTERGENESIQUE De nombreuses recherches ont montré que la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, les intervalles intergénésiques courts (infêrieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.7 présente la répartition des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête scion le nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente, en fonction de diverses caract6ristiques socio-démographiques. On constate que 5 pour cent des naissances sont arriv6cs moins de dix-huit mois après la naissance précédente et 10 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois ct deux ar~s après leur aîné : au total donc, dans environ 15 pour cent des cas, l'intervalle intergénésiquc est inféricur à deux ans. La grande majorité des naissances (41 pour cent) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; seulement 16 pour cent des enfants sont nés quatre ans ou plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle intergénésique est de 34,7 mois. Les intervalles intergénésiques varient selon les caractéristiques socio-démographiques. Ils sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (médiane de 33,1 mois à 20-29 ans), que chez les femmes plus ãgées, en particulier celles de 40 ans et plus (médiane de 37,4 mois). Bien que le Tableau 3.7 metle en 6vidence une très forte proportion des naissances précédées par un intervalle de moins de deux ans chez les femmes de 15-19 ans (47 pour cent), cela ne reflète pas le comportement général de ces femmes, car les naissances de rang un qui constituent 1'essentiel de leur fécondit6 sont cxclucs de ce tableau. Du point de vue du rang de naissance et du sexe de l'enfant, on note très peu d'écart entre les intervalles. Par contre, les naissances qui suivent les enfants décédés sc produisent bcaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant précédcnt est toujours en vie : 35 pour ccnt des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant pr6cédent, lorsque celui-ci est déc~d~, 14 pour cent lorsqu'il est toujours en vie. Ce résultat pourrait s'expliquer par un effet dc remplacement de l'enfant précédent. En ce qui concerne le milieu de résidcnce, les intervalles intergénésiques varient peu : l'intervalle médian le plus long qui s'observe à Ouagadougou (35,6 mois) n'est que de deux mois supérieur à l'intervalle médian le plus court (33,7 mois dans les autres villes). Du point de vue régional, l'Est, et le Centre/Sud se distinguent par un intervalle m édi an plus long (respectivement 35,4 mois et 36,0 mois). Dans les régions Nord et Ouest, l'intervalle médian est de deux mois inférieur à celui des autres régions. Enfin, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate quc les intervalles entre naissances successives ne varient pratiquement pas pour les femmes sans instruction (médiane de 34,6 mois) et celles du niveau primaire (médiane de 34,5 mois). Mais le fait d'avoir f;ait au moins des ~rudes secondaires prolonge cet intervalle médian d'environ quatre mois (médiane dc 38,2 mois). 34 Tableau 3.7 Intervalle inter8énésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enquéte par nombre de mois écoutés depuis la naissance précédente, selon certaines caractéristiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Nombre de mois écoulés depuis la naissance précédente Caractéristique 7-17 18-23 24-35 36-47 48 ou + Nombre médian Effectif de mois depuis de la naissance Total naissances précédente Groupe d'åges 15-19 22,6 24,2 28,3 23,4 1,6 100,0 58 24,6 20-29 5,5 11,4 45,2 26,8 11,1 100,0 2364 33,1 30-39 4,1 8,3 38,4 30,9 18,4 100,0 2171 35,8 40 ou plus 5,1 7,0 32,4 26,6 28,9 100,0 598 37,4 Rang de naissance 2-3 5,3 11,6 40,7 28,1 14,2 100,0 1844 34,2 4-6 4,7 8.2 42,2 29,1 15,7 100,0 2122 34,8 7 ou plus 5,2 9,5 38,0 27,8 19,5 100,0 1224 35,4 Sexe de l'enfant précédent Masculin 5,0 10,1 39,9 28,3 16,7 100,0 2650 34,8 Féminin 5,1 9,3 41,5 28,5 15,5 100,0 2540 34,4 Survie de l'enfant précédent Toujours vivant 5,1 9,3 41,5 28,5 15.5 100,0 2540 34,4 Décédé 17,3 17,6 35,9 17,8 11,5 100,0 1067 27,7 Milieu de résidence Ouagadougou 4,2 8,6 38,0 27,7 21,4 100,0 372 35,6 Autres villes 3,4 11,0 43,4 24,3 17,9 100,0 317 33,7 Total urbain 3,8 9,7 40,5 26,1 19,8 100,0 688 34,6 Rural 5,2 9,7 40,7 28,8 15,5 100,0 4502 34,7 R6glon de résidence Ouagadougou 4,2 8,6 38,0 27,7 21,4 I00,0 372 35,6 Nord 6,3 10,3 42,7 25.8 14,9 100,0 923 33,8 Est 5,6 10,3 36,9 30,3 16,8 I00,0 1144 35,4 Ouest 4,7 12,4 45,2 24,7 13,1 100,0 1308 33,1 Centre/Sud 4,4 6,8 39,0 32,2 17,6 100,0 1444 36,0 Niveau d'instruction Aucun 5,2 9,8 40,8 28,6 15,7 100,0 4688 34,6 Primaire 4,1 8,3 42,4 27,5 17,6 100,0 397 34,5 Secondaire ou plus 2,7 11,6 30,5 26,2 29,0 100,0 105 38,2 Ensemble 5,0 9,7 40,7 28,4 16,1 100,0 5190 34,7 Note : Les naissances de rang 1 sont exclues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois écoulés depuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 3.5 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Au cours de I'EDSBF, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui n'avaient pas abouti å des naissances vivantes et, si oui, combien elles avaient eu de gmssesses de ce genre. Le Tableau 3.8 donne la répartition des femmes selon le nombre de grossesses improductives qu'elles ont eues, à savoir, d'une part, les grossesses ayant abouti à des mortinaissances et, d'autre part, les avortements stxmtanés ou provoqués. On peut penser que ces données sont sous-estim6es du fait d'oublis, en particulier pour des mortinaissances ou fausses-couches anciennes. En outre, la législation burkinabè interdisant la pratique de l'avortement (sauf pour des raisons th6rapeutiques), on peut penser que les cas d'avortements volontaires ont été sous-déclarés. 35 Table 3.8 Grossesses improductives Répartition (en %) des femmes par nombre de grossesses improductives, selon les caractéristiques socio- démographiques et nombre moyen de grossesses improductives, EDS Burkina Faso 1993 Nombre de grossesses improductivcs Caractéristiques 0 1 2 3 ou + Nombre Effectif moyen de de grossesses Total femmes improductives Groupe d'~ges 15-I9 96,3 3,0 0,7 0,0 100,0 1373 0,04 20-24 84,5 13,2 1,9 0,4 100,0 1202 0,18 25-29 76,8 17,3 4,4 1,5 100,0 1153 0,31 30-34 73,2 19,2 5,3 2,2 100,0 929 0,38 35-39 67,5 21,0 9,0 2,5 100,0 765 0,48 40 44 58,0 26,8 9,7 5,5 100,0 529 0,67 45-49 58,6 22,7 13,2 5,6 100,0 403 0,68 Milieu de résidence Ouagadougou 81,6 13,3 3,1 2,1 100,0 777 0,29 Autres villes 79,9 14,4 4.1 1,5 100,0 517 0,28 Total urbain 80,9 13,7 3.5 1,8 100,0 1293 0,28 Rural 77,4 15,7 5,1 1,8 100,0 5061 0,32 Région Ouagadougou 81,6 13,3 3,1 2,1 100,0 777 0,29 Nord 78,4 15,5 5.0 1,1 100,0 1152 0,30 Est 78,7 15,1 4.8 1,4 100,0 1213 0,29 Ouest 76,5 16,3 5,2 2.1 100.0 1549 0,33 Centre/Sud 77,3 15,3 5,2 2,2 100,0 1663 0,33 Niveau d'instruction Aucun 76,8 16,1 5,2 1,9 100,0 5264 0,33 Primaire 82,2 13,2 3,6 0,9 100,0 668 0,24 Secondaire ou plus 88,4 8,4 1,9 1,2 100,0 421 0,17 Ensemble des femmes 78,1 15,3 4,8 1,8 100,0 6354 0,31 D'après le Tableau 3.8, plus d'une femme sur cinq (22 pour cent) ont eu, au moins, une grossesse improductive et, parmi celles-lå, plus du tiers a eu au moins deux grossesses de ce genre. Une femme a eu en moyenne, 0,31 grossesse improductive. Les grossesses improductives augmentent rapidement avec l'âge. L'examen des niveaux observes selon la structure par âge montre qu'à 15-19 ans, 1 femme sur 25 a eu au moins une grossesse qui n'est pas arrivée à terme. A 20-24 ans, 4 femmes sur 25, soit quatre fois plus que dans le groupe d'âges précédent, sont touchées par le phénomène. Apr6s 35 ans, plus d'une femme sur trois sont concemées. Les grossesses improductives s'observent également dans tous les milieux de résidence, mais la proportion des femmes touchées par le phénomène est pins importante en milieu rural (23 pour cent) qu'en milieu urbain (19 pour cent). Du point de vue régional, l'Ouest se démarque du reste du pays par une lbrte proportion de femmes concernées (24 pour cent), et un nombre moyen de grossesscs improductives élev6es (0,33). On remarque enfin l'existence d'une relation entre le niveau d'instruction et les grossesses improductives : plus le niveau d'instruction augmente, plus la proportion de femmes touchées par le phénomène et plus le nombre moyen de ce type de grossesses sont faibles. Cela pourrait Etrc le fait d'un meilleur suivi des grossesses chez les lcmmes instmitcs et d'un meilleur contrôle de leur f6condit6. 36 3.6 AGE À LA PREMIERE NAISSANCE L'fige auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier, lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant, et il peut être un facteur de risque de mortalité. Le Tableau 3.9 présente la répartition des femmes par åge à la première naissance ainsi que leur åge médian à la première naissance, selon leur groupe d'åges au moment de l'enquête. Les données révèlent, une fois de plus, la pr6cocité de la fécondité des femmes burkinab~ : parmi les femmes ågées de 20-34 ans à l'enquête, un tiers a eu un premier enfant avant 18 ans, et 64 pour cent des femmes ont eu leur premier enfant avant 20 ans. Plus de la moitié des femmes de 35-39 ans (57 pour cent) ont eu leur première naissance avant l'âge de 20 ans. L'examen des åges médians semble tévéler que des générations les plus anciennes, aujourd'hui ågées de 45-49 ans, aux générations les plus récentes, aujourd'hui âgées de 25-29 ans, l'åge à la première naissance n'a pas connu de grande variation : la valeur médiane avoisine 19 ans. Bien que cet ãge n'ait pas subit de nette modification, il semblerait se dessiner une très légère tendance au rajeunissement : l'åge médian passe de 19,7 ans chez les femmes ãgées de 45-49 ans, à 19,1 chez celles de 20-24 ans à l'enquête. Tableau 3.9 Age à la première naissance Répartition (en %) des femmes pas âge å la première naissance, et ige médian à la première naissance selon l'åge actuel. EDS B~kina Faso 1993 Age médian Femmes Age à la première naissance Effectif à la Age sans de première actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25 ou + Total femmes naissance 15-19 75.8 2.0 12.8 9.5 a a a I00.0 1373 b 20-24 I6.5 4.3 27.2 30.9 18.0 3.0 0.0 I00.0 1202 19.1 25-29 4.7 5.2 28.3 29.8 18.8 10.8 2.3 100.0 1153 19,0 30-34 3.7 5.5 31.5 29.3 16.0 10.4 3.7 100.0 929 18.8 35-39 2.0 3.8 27.6 27.9 20.3 11.0 7.3 100.0 765 19.2 40-44 1.7 3.8 25.4 28.3 19.0 12.7 9.2 100.0 529 19.4 45-49 3.1 2.8 21.9 28.7 19.0 13.0 11.5 100.0 403 19.7 aSans objet bNon applicable: moins de 50% de femmes ont eu un enfant Concernant l'ensemble des femmes de 20-49 ans, l 'åge médian s'établit à 19,1 ans (Tableau 3.10). Du point de vue du milieu de résidence, on n'observe pratiquement pas de différences d'åge médian à la première naissance; en d'autres termes, quel que soit le milieu de r6sidence, l 'ãge auquel les femmes burkinabè ont leur premier enfant avoisine 19 ans. On observe enfin une relation positive entre le niveau d'instruction et l 'åge médian à la première naissance : on peut opposer les femmes sans instruction ou de niveau primaire à celle ayant fait au moins des 6tudes secondaires. Chez les premières, l'åge médian est presque identique (19,1 ans pour les non instruites et 18,9 ans pour celles ayant fait des études primaires) alors que chez les femmes de niveau secondaire ou plus, la première naissance survient trois ans plus tard (åge médian de 22,4 ans). Cet écart important pourrait expliquer les différences de fécondité constat~es pr6cédemment. 37 Tableau 3.10 Age médian h la première naissance Age médian à la première naissance (femmes de 2(1 49 ans) par åge actuel et par caractéristiques socio-démo- graphiques. EDS Burkina Faso 1993 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40 44 45-49 20-49 Milieu de résidence Ouagadougou 20,6 19,7 19,3 19,5 19,6 19,8 19,6 Autres villes 19,9 19,3 19,0 19,6 19,4 18,3 19,2 Total urbain 20,4 19.6 19,2 19,5 19,5 19,1 19,4 Rural 18.9 18.9 18.8 19,2 19,4 19,8 19,1 Région de résidence Ouagadougou 20,6 19,7 19,3 19,5 19,6 19,8 19,6 Nord 19,3 19,1 18,8 19.5 19,4 19,6 19,2 Est 18,7 18,8 18,6 19,3 19,11 19,7 1%11 Ouest 18,6 18,5 18,9 18,8 18,9 19,1 18,7 Centre/Sud 19,1 19,4 18,9 19.2 19,8 20,0 1%4 Niveau d'instruction Aucun 18,8 18,9 18,7 19,2 19,3 19,8 19,1 Primaire 19,6 19,0 18,9 18,7 19,7 18,3 18,9 Secondaîre ou plus 22,4 22,7 21,8 22,5 22,6 22,4 Ensemble 19,1 19,0 18.8 19,2 19.4 19,7 19,1 Note: L'åge médian ixmr la cohorte 15-19 ne peut ~3tre détemliné car de ncmabreuses femmes peuvent encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.7 FECONDITE DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet néfaste sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décæder des enfants est plus élève lorsqu'ils naissent de tcmmes très jeunes (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Par ailleurs, les conséquences sur la scolarité et sur la vie familiale de ces très jeunes femmes sont importantes (Görgcn et al., 1993). On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes (15-19 ans) qui contribuent pour 16 pour cent à la féconditè totale des femmes; par ailleurs, l'âge médian â la première naissance se situe dans cette tranche d'âge. Le Tableau 3.11 et le Graphique 3.5 fournissent les proportions, par année d'âge entre 15 et 19 ans, au moment de l'enquête, des adolescentes qui ont déjà cu un ou plusieurs enfants ci de celles qui sont enceintes pour la première fois : dans l'ensemble du pays, près d'un tiers des adolescentcs ont commencé leur vie fécondc, dont 24 pour cent ont déjà au moins un enfant et 7 pour cent sont enceintes pour la première fois. Dès 15 ans, une femme sur 25 (4 pour cent) à déjâ commencé sa vie féconde. La proportion d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde augmente régulièrement et rapidement avec l'ågc : à 17 ans, plus d'une femme sur quatre (26 pour cent) ont déjà au moins un enfant ou sont enceintes et, â 1 g ans, plus d'une femme sur deux (52 pour cent) ont déjà commencé leur vie fécondc parmi lesquelles, 41 pour cent ont déjå au moins un enfant. 38 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceintes d'un premier enfant par caractéristiques se¢io-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Adolescentes qui sont : Adolescentes ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique Mères premier enfant vie féconde Effectif Age 15 1,6 2,4 3,9 296 16 5,2 5,4 10,6 259 17 17,5 8,7 26,2 291 18 41,3 10,9 52,2 278 19 59,8 7,3 67,1 248 Milieu de r(~sldence Ouagadougou 12,9 2,3 15,2 214 Autres villes 20,1 5, I 25,2 142 Total urbain 15,8 3,4 19,2 356 Rural 27,1 8,1 35,3 1017 R~glon de r~aidence Ouagadougou 12,9 2,3 15,2 214 Nord 23,3 7,0 30,3 266 Est 32,4 9,0 41,4 227 Ouest 34,3 9,2 43,5 328 Centre/Sud 16,7 6,1 22,8 337 Niveau d'Instruction Aucun 28,1 8,2 36,3 994 Primaire 19,2 4,3 23,5 218 Secondaire ou plus 6,7 2,3 9,0 161 Ensemble 24,2 6,9 31,1 1373 La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural où 35 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans, contre 25 pour cent dans les autres villes, et 15 pour cent à Ouagadougou (Graphique 3.6). De même, les proportions d'adolescentes déjà mères ou en première grossesse dans les régions de l'Est (41 pour cent) et de l'Ouest (44 pour cent) sont beaucoup plus importantes que dans les autres régions. C'est dans la région du Centre/Sud que la proportion est la plus faible (23 pour cent). Selon le niveau d'instruction, on constate d'énormes disparités : la plus forte proportion d'adolescentes, qui sont déjà mères ou en première grossesse, est sans instruction (36 pour cent), alors qu'un quart de celles qui ont un niveau primaire, ont commencé leur vie féconde. Par contre, seulement une adolescente sur dix de niveau secondaire ou plus a déjå un enfant. 39 Graphique 3.5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde Pourcentage 100 60 60 40 20 O 15 16 17 18 Age (année) 'iiiii~i~ii!!i!i!iiiiil;i~ii ili~iiiiiii!iiiii!i=~ili!i~iii~i iii',iiiii~,iiiiiiiiiiiiii'~ii,ii 19 Adolescente I~ayant 2 enfants ou + []ayant 1 enfant menceinte du 1er enfant EDSBF 1993 Graphique 3.6 Adolescentes de 15-19 ans ayant commencé leur vie féconde RESIDENCE Ouagadougou Autres villes Rural REGION Ouagadougou Nord _ _ Esl Ouest Centre/Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaioe ou + . . . . . . . . . . . . . . i~ i i i !~ i !~ i i~ i~ i i ' ! i i !~ i i i l l . . . . " i i : i i i !~ i i~! i i !~ . . . . . . . . . . ~ i~i!: ii i ;!i~~i i~iiill ; I 10 20 30 40 Pourcentage 50 60 EDSBF 1993 40 Le Tableau 3.12 fournit enfin la r6partition des adolescentes par åge détaillé, selon leur nombre d'enfants. Il ressort que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (24 pour cent), 16 pour cent en ont d6jå eu 2 ou plus. Il s'agit surtout des adolescentes plus ågées, puisque 9 pour cent des femmes de 18- 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. La parité moyenne augmente rapidement avec l'ãge : elle s'établit à 0,2 enfant par femme dès 17 ans, et une adolescente de 19 ans à déjà eu, en moyenne, 0,7 enfant. Tableau 3.12 Enfants nés de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes âgé, es de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants et nombre moyen d'enfants n6s vivants selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2 ou + Nombre moyen d'enfants nés Effectif Total vivants d'adolescentes 15 98,4 1,6 0,0 100,0 0,02 296 16 94,8 4,7 0,5 100,0 0,06 259 17 82,5 15,9 1,6 100,0 0,19 291 18 58,7 32,4 8,9 100,0 0,50 278 19 40,2 50,4 9,4 100,0 0,70 248 Total 75,8 20,3 3,9 100,0 0,28 1373 41 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE L'Enquête Démographique et de Santé est l'une des rares enquêtes qui se soient penchées sur le problème de la planification familiale au Burkina Faso. Honnis l'Enquête Démographique de juin 1991, aucune autre enquête d'envergure nationale n'avait abordé jusqu'alors ce sujet. Comme la plupart des pays africains, le Burkina Faso a une population à tradition pro-nataliste. Même si on a pu observer ces demières années des changements de comportement en matière d'utilisation des méthodes modernes de contraception, et cela gråce à la publicité et aux actions en faveur de la planification familiale, il n'en reste pas moins que, comme le montre le niveau élevé de la fécondité (voir Chapitre 3 - Fécondité), les femmes au Burkina pratiquent peu la contraception. Or la surpopulation et les problèmes qui lui sont liés sont considérés å l'heure actuelle comme un frein au développement socio- économique des pays sous-développés, et cette situation attire de plus en plus l'attention des pouvoirs publics. Pour y pallier, le Burkina Faso a adopté en juin 1991 un document de politique de population dans lequel les préoccupations du gouvernement sur les problèmes de population sont clairement exposées. 1 Lors de l'enquête EDS, l'enquêtrice demandait aux femmes interview~es quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis décrivait les méthodes non citées spontanément et leur demandait enfin, si elles en avaient d~ jà entendu parler. L'utilisation passée ou actuelle de la coritraception, l'intention de son utilisation à l'avenir et la connaissance d'un lieu où se procurer une méthode ont fait l'objet de questions permettant de cerner au mieux les données sur la contraception au Burkina Faso. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception suppese au préalable la connaissance d'au moins une méthode contraceptive, ainsi que d'un lieu où se la procurer. Toutefois l'efficacité de son utilisation dépend de la méthode elle-même. Les différentes méthodes retenues dans ce questionnaire sont classées en deux catégories : les méthodes modemes, comprenant, la pilule, le stérilet ou DIU, les injections, les méthodes vaginales (spermicides, diaphragme, mousses et gel~es), le condom et la stérilisation féminine et masculine; les méthodes traditionnelles, comprenant la continence périodique, le retrait et les gris-gris peur l'essentiel. L'abstinence prolongée (absence totale de rapports sexuels pendant une longue période - généralement plus de 2 ans) a été citée par les femmes, notamment les femmes mariées, comme une méthode fréquemment utilis6e. Cependant, il y a souvent confusion entre l'abstinence prolongée et la période d'abstinence post-partum pratiquée par la majorité des femmes après une naissance et qui peut être longue; par ailleurs, il n 'y a que 9 pour cent des femmes qui restent en abstinence prolongée plus de 2 ans (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse). Aussi, afin de ne pas surestimer le niveau de la prévalence contraceptive au Burkina Faso, notamment celui d'utilisation des méthodes traditionnelles, les données concemant l'abstinence prolongée ont été rctirées des tableaux de résultats et de l'analyse. ~Conseil de la Population, Politique de population au Burkina Faso, Ouagadougou, Juin 1991. 43 La connaissance d'une mdthode contraceptive par 1'enquêt6e est établie lorsqu'elle cite spontanément la méthode en question, ou si, après description de la m6thode par l'cnquetricE, elle déclare la connaître. Pour chaque m6thode connue, on lui demandait si elle savait où se la procurer. Les résultats du Tableau 4.1 montrent que, dans l 'ensemble, deux femmes sur trois (66 pour cent) connaissent au moins une méthode contraceptive, les m6thodes modernes étant mieux connues (62 pour cent) que les traditionnelles (41 pour cent). Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentages de femmes et de femmes actuellement en union qui connaissent une méthode contraceptive et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services) par méthode spécifique, EDS Burkina Faso 1993 Connait une methode Connait une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'importe quelle méthode 66.1 67,4 30,2 30,3 Méthode moderne 62,4 63,3 28,4 28,4 Pilule 49,0 50,3 22,0 22,8 DIU 32,8 34,4 15,4 16,2 Injection 39,3 41,2 15,4 16,1 Méthodes vaginales 16,7 17,3 9,0 9,5 Condom 49,3 48,9 18,1 17,3 Stérilisation féminine 32,5 33,9 I t,8 12,0 Stérilisation masculine 12,2 12,9 4,5 4.6 Méthode traditionnelle 41,3 42,9 11,5 l 1,7 Continence périodique 30,4 31,2 11,5 l 1,7 Retrait 14,4 14,9 0,0 0,0 Gris-gris 2t ,4 22,7 0.0 0,0 Autres méthodes 2,8 2,8 0,0 0,0 Effectif de femmes 6354 5326 6354 5326 Si l 'on considère uniquement les femmes en union, leur niveau de connaissance est légèrement plus élevé que l 'ensemble des femmes toutcs situations matrimoniales confonducs: 67 pour cent et 63 pour cent pour les méthodes modernes (Graphique 4.1). Les m6thodes modernes les plus connues par les lizmmes en union sont la pilule et le condom (respectivement 50 et 49 pour cent). LES niveaux de connaissance des injections (41 pour cent) et du stérilet, ainsi que de la stérilisation féminine (34 pour cent, chacun) sont moyens. Ceux relatifs aux spermicides (17 pour cent) et à la stérilisation masculine (13 pour cent) sont plutôt faibles. Seulement 30 pour cent des femmes connaissent un lieu où elles peuvent se procurer une méthode quelconque de contraception, ce qui rapt~sente moins de la moitié de celles qui connaissent au moins une méthode. Les femmes savent mieux où se procurer une m6thodc moderne (28 pour cent) qu'une méthode traditionnelle (12 pour cent). Ces proportions sont identiques pour les femmes en union. En ce qui concerne les méthodes modernES, les sources les plus connues parles femmes interrog6es sont celles relatives à la pilule (22 pour cent), et au condom (18 pour cent). Les sources d'approvisionnement 44 Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union Au moins 1 mdthode Au moins I rn~th, mod. Pilule Condom Injections Stérilisation féminine DIU Au moins 1 mdth. trad. Contînence pdriodique Gris-gris Retrait 67 63 I 31 123 ]15 20 40 60 80 Pourcentage EDSBF 1993 des autres méthodes sont peu connues : stérilet et injections (I 5 pour cent pour chaque méthode), stérilisation féminine (12 pour cent), et seulement 9 pour cent (les femmes savent où se procurer des spermicides. Le Tableau 4.2 présente le niveau de connaissance des femmes en union selon leurs caractéristiques socio-démographiques. Les femmes en union de 20- 34 ans sont celles qui connaissent le mieux la contraception moderne (67 pour cent), ce niveau n'étant plus que de 52 pour cent chez les femmes âgées de 45-49 ans. Par ailleurs, il apparatt que c'est en ville que la connaissance des méthodes contraceptives modernes est la plus élevée, 93 pour cent contre 57 pour cent en milieu rural. Dans l'univers urbain, Ouagadougou bénéficie d'une situation privilégiée avec 97 pour cent des femmes qui connaissent une méthode moderne; dans les autres villes, 89 pour cent des femmes en union sont concemécs. On enregistre de grandes disparités régionales dans le niveau de connaissance des méthodes modernes : la région Nord a un niveau bien supérieur à celui de la moyenne nationale (70 pour cent) et les régions Ouest et Centre/Sud ont les mêmes niveaux de connaissance (respectivement 63 pour cent et 61 pour cent); la région Est est quant à elle, celle où la connaissance des méthodes modernes de contraception est la plus faible (45 pour cent). 45 Tableau 4.2 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant au moins tme méthode moderne et pourcentage de celles connaissant troc source (pour informations ou services), par caractérisfiques socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Connait une Connaît source pour Effeclif Connaît une méthode méthode de Caractéristique une méthode moderne ~ moderne femmes Groupe d'åges 15 19 62.9 60,2 25,2 606 20 24 69.9 66.6 30,9 11193 25-29 70,2 67,3 33.4 1115 30 34 72,1 67.0 30,5 906 35-39 64,9 59,7 27.O 734 40-44 62,8 58,0 22,6 497 45-49 58,8 52,0 16,8 374 Milieu de résidence Ouagadougou 97,0 96,8 77.1 538 Autres villes 89,4 88,5 64.1 381 Total urbain 93.9 93,3 71,7 919 Rural 61.9 57.1 19,4 4407 Région de résidence Ouagadougou 97,/) 96,8 77.1 538 Nord 74.6 711.1 21.8 983 Est 47,1 45,3 13.4 1095 Ouest 65,6 62,6 29,4 1304 Centre/Sud 68.6 6/),5 25.1 14(16 Niveau d' instructhm Aucun 63,8 59,3 22,0 4625 Primaire 87.1 85,4 60,6 464 Secondaire ou plus 98,6 98,6 91,2 236 Ensemble 67.4 63.3 28,4 5326 1C'est-à-dire: pilule. DIU, injection, méthodes vaginalcs (spcrmicides, diaphragmes.), eondom et stérilisations féminine et ma_~culine, Si l'on considère le niveau d'instruction, on remarque que le niveau de connaissance des mdthodes modernes de contraception varie positivement avec cette variable : plus la femme est instruite, plus elle conna~ une méthode moderne. On constate ainsi que, 59 pour cent des femmes qui sont sans instruction connaissent une méthode moderne, alors que, 85 pour cent de celles qui ont un niveau primaire et la totalité des femmes de niveau secondaire ou plus (99 pour cent) a déclaré en connattre une. Comme on l'a vu précddemment, les données sur la connaissance d'une source d'approvisionnement en moyens contracepti fs modernes révèlent dcs écans importants par rapport à la connaissance des méthodes elles-mêmes. Ces écarts existent également au niveau des différentes variables considdrées : la connaissance d'une source d'approvisionnement scion le milieu de résidence est, encore une fois, plus dlevée en milieu urbain (72 pour cenl), notamment à Ouagadougou (77 pour cent) qu'en milieu rural 119 pour cent). La connaissance d'une source d'approvisionnement scion la région de résidence, suit les mCmes vafiations que les niveaux de connaissance, tout Ch restant nettemcnt moins élevée. La rdgion de l'Est est celle où le niveau 46 de connaissance d'une source d'approvisionnement en mdthodes modernes de contraception est le plus faible (13 pour cent). 4.2 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION La pratique de la contraception est définie comme l'utilisation d'une méthode de contraception, qu'elle soit moderne ou traditionnelle. Dans I'EDSBF, on distingue la pratique à un moment quelconque de la vie d'une femme, de la pratique actuelle au moment de l'enquête (qui permet de mesurer la prdvalence contraceptive dans le pays). Aux femmes ayant déclard connaître une méthode contraceptive, on a demandé si elles l'avaient déjà utilisée, afin de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de leur vie féconde, selon la méthode spécifique. Le Tableau 4.3 présente ces informations. Moins du quart de l'ensemble des femmes (22 pour cent) a déjà utilisd une méthode de contraception à un moment quelconque de leur vie. Parmi ces femmes, 17 pour cent ont déjà utilisé au moins une méthode traditionnelle et 10 pour cent seulement, au moins une méthode modeme. Parmi les méthodes traditionnelles, c'est la continence périodique qui a été le plus utilisée (15 pour cent) et parmi les méthodes modernes, ce sont la pilule et le cnndom (5 pour cent pour chaque méthode). Le type de méthode et leur niveau d'utilisation sont tout à fait similaires chez les femmes en union. Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant déjå utilisé une méthode contraceptive, par méthode sp6cifique, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 N'im- Méthodes modernes N 'im- M6thodes traditionnelles N'ira- porte porte porte quelle M6th. quelle Contin. Effectif Groupe quelle m(.thode Pil- Injec- vagi- Con- St~fil. méthode p6rio- Gris- de d'åges méthode moderne uie DI[U tion hales dom fémin. 1 tradit, dlque Retrait gris Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 11,6 6,3 1,4 0,1 0,2 0,4 5,3 0,1 7.9 7,2 1,1 0,4 0,1 1373 20-24 24,3 11,0 5,4 0,6 0,4 1,1 7,1 0.1 19.7 17,3 3,7 1,6 0,4 1202 25-29 27,3 14,4 8,7 1,9 0,8 2,2 7.5 0.2 20,8 17,5 4,0 1,7 0,4 1153 30-34 25,8 12,7 8,0 3,1 1,5 2,0 4.9 0.5 20.0 17,8 4,1 1,1 0,3 929 35-39 23,6 9,2 6,0 2,4 1,0 1,3 3.2 0,6 18,6 16,5 3,6 1,6 0,0 765 40-44 21,0 6,7 4,0 2,2 1,0 1,5 1,5 1,0 17,4 14,8 3,5 1,9 0,6 529 45-49 20,1 4,7 1,9 0,8 0,6 0,4 1,0 1,3 17,6 15,7 1,6 2,2 0,3 403 Ensemble 21,7 9,9 5,2 1,5 0,7 1,3 5,2 0,4 17,0 14,8 3,1 1,3 0,3 6354 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 15.4 7,8 2,2 0,1 0,2 0,7 6,2 0,2 Il,1 10,1 1,6 0,4 0.1 606 20-24 23,1 9,8 5,1 0,6 0,3 0.9 6,2 0,1 18.8 16,3 3,7 1,7 0.4 1093 25-29 26,7 13,9 8,5 2,0 0,8 2,0 7,1 0,2 20,6 17,2 3,9 1,7 0,4 1115 30-34 25,7 12,3 7,7 3,1 1,6 2,0 4,7 0,5 20,0 17,8 4,0 1,1 0,2 906 35-39 23,1 8,6 5,8 2,3 1,0 1,3 2,6 0,6 18,5 16,2 3,5 1,7 0,0 734 40-44 20,9 6,3 3,8 1,9 1,0 1,3 1,4 0,9 17,5 14,8 3,6 2,0 0,6 497 45-49 19,2 4,4 1,9 0,9 0,6 0,3 13 (I,9 16,9 14,9 1,8 2,4 0,4 374 Ensemble 22,9 10,0 5,7 1,6 0,8 1,3 4,8 0,4 18.2 15,8 3,4 1.5 0,3 5326 tCompte tenu de la très faible utilisation de la stédlisadon masculine, les données la concernant ont ~té regroupé.es avec celles de la stérilisation féminine. 47 L'analyse des données selon l'åge met en évidence des différences dans le niveau d'utilisation de la contraception. La pratique de la contraception à un moment donné, faible parmi les femmes de 15-19 ans (12 pour cent), augmente avec l'âge pour atteindre un maximum à 25-29 ans (27 pour cent) et se maintient à 20 pour cent chez les fizmmes dc 45-49 ans. 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION La prévalence contraceptive correspond au pourcentage de femmes qui utilisent une méthode de contraception au moment de l'enquête. Le Tableau 4.4 donne la répartition par åge de l'ensemble des femmes et des femmes en union, selon l'utilisation actuelle. Si plus d'une femme sur cinq ont déclaré avoir utilisé un moyen de contraception h un moment quelconque de leur vie, elles ne sont plus que deux sur vingt-cinq (8 pour cent) à en utiliser une au moment de l'enquête, la moitié utilisant une méthode moderne et l'autre moitié, une méthode traditionnelle. En d'autres termes, 92 pour cent des femmes burkinabè n'utilisaicnt aucun moyen de contraception au moment de l'enquête. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception Répartition (en %) de toutes les femmes et des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement utilJsée, selon l'åge, EDS Burkina Faso 1993 N'im- N'im- porte porte que[[e quelle Groupe md- m&hode Pil- d'åges thode moderne uie DIU TOUTES LFS FFMMES M éthodes modernes N'im Mdthndes traditionnelles porte Méth. qudte Contin. Effectif Injec vagi (?on Steril, mdthode pdrit:.- Gris- Aucune de tion hales d<nn fémin, 1 tradit, dique Retrait gris Autres méthode Total femmes 15-19 4,6 1,8 0,5 0,I 0,0 0,1 1,2 0,0 2,8 2,6 0,0 0,1 0,0 95,4 100,0 1373 20-24 8,9 3,9 2,0 0,2 0.0 0,0 1,4 0,1 5,1 4,7 0,0 0,2 0,2 91,1 100,0 1202 25-29 9,9 5,8 3,6 0,6 0.2 0,2 1,2 11,0 4,1 3,8 0,0 0,2 0,0 90,1 100,0 1153 30 34 10,0 5,8 3,1 1,3 0,3 0,1 0,7 11,3 4,2 4,1 0,1 0,1 0,0 90,0 100,0 929 35-39 6,1 4.3 2,0 1,0 0.3 0,1 0,4 06 1,8 1,7 0,0 0,1 0,0 93,9 100,0 765 411 44 7,7 4,2 1,4 1,5 0,1 0,4 0,1 0.7 3,5 3,5 0,0 0,0 0,1 92,3 100,0 529 45-49 5,8 2,0 0,I 0,6 0,1 0,0 0,11 1,2 3,8 3,4 0,0 0,5 0,0 94,2 100,0 403 Ensemble 7.7 4.0 2,0 03 0,1 0.1 0.9 0.3 3.7 3.4 0.0 0.1 0.1 92.3 100.0 6354 FEMMF.S AC'I'UIiI.LEMENT EN UNION 15-19 5,9 2.2 0.8 0.1 0.0 0.2 1.2 0.0 3.7 3,5 0.0 (1.2 0,0 94,1 I00,0 606 20 24 8.1 3.7 1,9 0,3 ().Il 0.0 1.4 0,1 4.4 4,0 0.0 0.2 0.2 91.9 100.0 1093 25-29 9,5 5,4 3.3 0.6 0.2 0.1 1.2 0,0 4.1 3,8 0.0 0,2 0,0 90.5 100.0 1115 30-34 9.9 5.6 3.0 1.4 0.3 0.1 0.6 0,3 4.3 4,2 0.1 0.1 0.0 90.1 100.0 906 35-39 6,0 4.3 2.1 1.0 0.3 0.1 0.2 0,6 1,7 1.6 0.0 0.1 0,0 94.0 100.0 734 40-44 7.6 3.9 1,4 1.3 0.1 0.4 0.1 0,7 3.7 3.6 0.0 0.0 0.1 92,4 100.0 497 45-49 5.3 1.6 0.1 0.6 0.I 0.0 0.0 0.7 3,6 3.1 0.0 1).5 0.0 94.7 100.0 374 F.nsemble 7,9 4.2 2.1 0.7 0.1 0,1 11.8 0.3 3.7 3.5 0.0 0.2 0.0 92.1 100.0 5326 Compte tenu de la très faible utilisati n de la stéri[isatk n nasculine, les 1o nées [a concernant ont été regr upées avec celles de la stérilisation féminîne. 48 Le niveau de la prévalence contraceptive est le même pour les femmes en union. Parmi ces dernières, celles âgées de 25-34 ans sont les principales utilisatrices de contraception moderne (5 pour cent). Parmi les femmes en union utilisatrices de la contraception, la majorité (53 pour cent) utilisent une méthode moderne (Graphique 4.2). La pilule est utilisée par plus d'un quart de ces femmes (27 pour cent) et le condom, par un dixième. Par ailleurs, 44 pour cent d'entre elles ont déclard utiliser la continence p6riodique, Graphique 4.2 Méthode utilisée par les utilisatrices actuelles de la contraception Continence périodique 44% ~ ris 3% Pilule Condom 10% Autres méth. modernes 16% Note: Utilisatrices parmi les femmes de 15-49 ans en union EDSBF 1993 Le niveau minimum de prévalence de la contraception se situe ~ 15-19 ans (5 pour cent), et atteint son maximum entre 25 et 34 ans (10 pour cent), avant de diminuer pour les femmes plus âgées. Ce sch6ma est identique pour les deux principaux types de m6thodes, modemes et traditionnelles. Le niveau de prévalence maximum se situe entre 25 et 34 ans pour les m6thodes modernes (6 pour cent), comme pour les traditionnelles (4 pour cent). Dans l'ensemble, ces constatations valent 6galement pour les femmes en union. On remarquera cependant que pour ces demières, le niveau maximum de prévalence se situe à 30-34 ans, aussi bien pour les métbodes modernes que pour les m6tbodes traditionnelles. Les renseignements recueillis permettent l'analyse de la prévalence de la contraception selon certaines caract6ristiques socio-d6mographiques telles que le milieu de résidence, la r6gion, le niveau d'instruction et le nombre d'enfants vivants des femmes actuellement en union (Tableau 4.5 et Graphique 4.3). Les différences de niveau d'utilisation actuelle de la contraception sont très importantes lorsque l 'on considère le milieu de résidence : le niveau de pr6valence est de 26 pour cent en milieu urbain contre 4 pour cent seulement en milieu rural, toutes méthodes confondues. Si en milieu urbain, on utilise plus les méthodes modernes (17 pour cent) que les méthode traditionnelles (9 pour cent), en milieu rural on constate plut6t l'inverse (1 pour cent contre 3 pour cent). Dans l'univers urbain, Ouagadougou est privildgiée avec 31 pour cent de prévalence contre 20 pour cent pour l'ensemble des autres villes du pays. Près de 20 pour cent des 49 Tableau 4.5 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio démographiques Répartition (en %) des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellenlent utilisée, selon certaines caractéristiques ! socio-démographiques, EDS Burkina Faso 1993 Caractéristique N'ira N'ira- porte porte quelle quelle me m~ thode Pil thode moderne uie Méthodes M6Uiodcs modernes N'im- traditionnelles porte quelle Contin. Effectif Injec Méthodcs Con S~ril mélhode périoe Gris- Aucune de D[IJ tion vaginales d(,m f6min, I tradit, dique gris Autres méthode Total femmes Milieu de r~sidence Ouagadougou 30,6 19,9 8,3 4,9 0,9 0,9 4,5 0,4 10,7 9,9 0,5 0,4 69,4 100,0 538 Autres villes 19,5 13,2 8,2 1,9 0,4 0.5 1,2 1.1 6,3 5,8 0,4 0,1 80,5 100,0 381 Total urbain 26,0 17,1 8,3 3,6 0,7 0,7 3,1 0,7 8,9 8,2 0,4 0,3 74,0 100,0 919 Rural 4,2 1,5 0.8 0,1 0,0 0,11 0.3 0.2 2,7 2,5 0,1 0,0 95,8 100,0 4407 R~gion de r~sidence Ouagadougou 30,6 19,9 8,3 4,9 0,9 0,9 4,5 0,4 10,7 9,9 0,5 0,4 69,4 100,0 538 Nord 4,3 1,3 1,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,1 3,1 3,1 0,0 0,0 95,7 100,0 983 Est 1,6 1,1 1),5 0,0 0,0 0,0 0,3 0,3 0,5 0,4 0,0 0.0 98,4 100,0 1095 Ouest 7,1 3,9 2,5 11,5 11,2 0,1 0,3 0,2 3,2 3,0 0,1 0,0 92,9 100,0 1304 Centre/Sud 7,5 2,9 1.4 0.4 0.0 0.0 0.7 0.4 4.6 4.2 0.4 0,1 92,5 100,0 1406 Niveau d'instrueUon Aucun 4,6 1,9 1,0 0,3 0,0 0,0 0,3 0,2 2,7 2~5 0,1 0,0 95.4 100,0 4625 Primaire 19,5 12,7 7,3 2,2 0.9 0.1 2,0 0,I 6.8 6.1 0,6 0,1 80,5 100,0 464 Secondaire ou plus 49,4 31,6 12,9 6,3 0.8 2,2 8,7 0,6 17,9 17,1/ 0,2 0,6 50,6 100,0 236 Nombre d'enfants vivant.~ Aucun 7,5 3,6 1,0 0,1 0,11 0,2 1,8 0,4 4,0 4,0 0,0 0,0 92,5 1130,0 499 1 7,6 3,7 1,6 0,1 0,0 0,1 1,7 11,1 3,9 3,5 0,2 0,2 92,4 100,0 948 2 7,4 4,5 2.7 0,9 0,2 0,2 0,4 0,1 3,0 2,5 0,4 0,1 92,6 100,0 882 3 8,7 4,6 2,6 1,1 0,1 0,0 /1,4 11,4 4,1 4,1 0,0 0,0 91,3 100,0 769 4 10,2 5,7 2,6 1,2 0,3 0,3 1,0 (1,3 4,5 4,4 0,0 0,1 89,8 100,0 699 5 7,9 4,2 2,1 11,7 0,1 0.1 (/,8 11,2 3.7 3.5 0,2 0,0 92,1 100,0 618 6 ou plus 7,2 3,8 2,(1 1.1 0.3 (I.1 0,1 (],3 3,4 3.2 0,2 0,0 92,8 100,0 911 Ensemble 7,9 4,2 2,1 (I.7 II,I I),l 0,8 0,3 ~,7 3.5 0,2 (1,0 92,1 100,0 5326 lCompte tenu de la très faîble utilisation de la stérilisalion masculine, les donndes la concernant ont ~té regroup6es avec celles de la stérilisation féminine. femmes de Ouagadougou utilisaient une méthode contraceptive modeme au moment de l'enquête, surtout la pilule (8 pour cent) et, dans une moindre mesure, le stdrilet et le condom (5 pour cent chacun). Si l'on considère les données par région, on constate de fortes disparités dans le niveau d'utilisation d'une méthode de contraception : 8 pour cent pour la région du Ccntrc/Sud qui dépasse légèrement celle de l'Ouest (7 pour cent). Toute fnis la prévalcnce des méthodes modernes est plus élevée à l'Ouest (4 pour cent) qu 'au Centre/Sud (3 pour cent), du fait probablement de l'influence dans la région Ouest de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays. Par contre, dans le Nord le niveau d'utilisation d'une méthode quelconque est bien plus faible, avoisinant celui du milieu rural (4 pour cent) et il est extrêmcmcnt faible à l'Est (2 pour cent). Dans ces deux demièrcs régions, la prévalence contraceptive des mdthodes modernes n'est que de 1 pour cent. La prévalencc contraceptive s'accroît avec le niveau d'instruction, concernant 5 pour cent des femmes n'ayant pas d'instruction, 20 pour cent de celIcs ayant un niveau primaire et la moitié de celles ayant un niveau secondaire ou plus. Ces écarts sont bien plus importants quand il s'agit des méthodes modernes, les 50 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE I Ouagadougou Æutres Vi es Rurall ~ REGLON Ouagadougou Nord Est ~~]1 Ouest~ ~ Centre/Sud 'NS'R°2'$$. Primaire I Secondaire ou + 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Pourcentage 55 60 EDSBF 1993 femmes sans instruction les utilisant très peu (2 pour cent) comparativemcnt aux femmes du niveau primaire (13 pour cent) et du niveau secondaire ou plus (32 pour cent). Il faut noter la part relativement importante de ces demières qui utilisent la pilule (13 pour cent) et le condom (9 pour cent), bien qu'une proportion non négligeable pratique la continence périodique (17 pour cent). Les variations du niveau de la prdvalence contraceptive selon le nom bre d'enfants vivants par femme ne sont pas très importantes et aucune tendance nette ne se dégage. On constate cependant que, quelle que soit la méthode, la prévalence augmente légèrement à partir du troisième enfant. 4.4 NOMBRE D'ENFANTS A LA PREMIERE UTILISATION L'utilisation de la contraception pour la première fois répond à des objectifs divers et dépend souvent de la parité atteinte '~ ce moment-là. Certaines femmes vont l'utiliser pour retarder une première naissance, d'autres pour espacer les naissances lorsque la contraception débute à un moment où elles ont déj~t plusieurs enfants, et d'autres encore pour ne plus avoir d'enfants. Le Tableau 4.6 donne la répartition des femmes non-célibataires selon le groupe d'âges et le nombre d'enfants vivants à la première utilisation de la contraception. La proportion des femmes pratiquant la contraception pour la première fois et ayant déjà deux ou plus de deux enfants vivants est relativement faible (7 pour cent). Les plus nombreuses à utiliser la contraception pour la première fois sont celles qui avaient déjà un enfant vivant (11 pour cent) au moment de l'utilisation, et celles qui n'en avaient aucun (6 pour cent). Parmi celles qui l'ont utilisée après la naissance du premier enfant, les plus nombreuses sont celles âgées de 25-29 ans (13 pour cent), dont on peut penser qu'elles désirent espacer leurs naissances. Parmi les nuUipares, on note une très nette augmentation de l'utilisation entre les générations : 2 pour cent des femmes 51 TaÇleau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataîres par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de la contraception, selon l'åge actuel, EDS Burkina Faso 1993 Jamais Nombre d'enfants à la première utilisé utilisation de la contraception Groupe la contra d'åges ception 0 1 2 3 4+ ND Total Effectif de femmes 15-19 84,5 11,3 3,9 0,3 0,0 0,0 0,i 100,0 613 20-24 76,7 10,1 10,3 2,2 0,5 0,0 0,1 100,0 1125 25-29 72,9 6,2 13,3 3,9 2,2 1,4 0,2 100,0 1141 30-34 74,2 4,0 10,9 4,2 2,7 3,8 0,2 100,0 925 35-39 76,5 3,5 11,2 3,0 1,2 4,5 0,2 100,0 764 40-44 79,1 1.4 10,4 2,(1 1,1 6,0 0,0 100,0 529 45 -49 80,0 2.3 11,8 1,5 0,8 3,5 0,0 100,0 403 Ensemble 76,8 6,1 10,5 2,7 1,4 2,4 0,1 100,0 5499 de 45-49 ans ont commencé à utiliser la contraception quand elles n'avaicnt aucun enfant, alors que cette proportion concerne 11 pour cent des femmes de 15-24 ans. On peut en conclure quc la contraception est maintenant plus largement utilisée par les femmes jeunes pour retarder la venue de leur premier enfant ou pour espacer leurs naissances. 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE Pour que la pratique de la continence périodique ait une certaine efficacité, il faut une connaissance assez précise de la période de fécondabilit6 au cours du cycle menstruel. Les questions pos6es aux femmes sur la connaissance d'une période au cours de laquelle elles ont le plus de chances de tomber enceintes, et si oui, à quel moment se situait cette période, permettent de les classer selon la connaissance ou non de leur période féconde (Tableau 4.7). A travcrs lcs réponscs fournies, lcs femmes peuvent 6tre classées selon trois niveaux de connaissance : connaissance : "milieu du cycle." connaissance douteuse : "juste après la fin des règles," "juste avant le début dcs règles." méconnaissance : "pendant les règles," "à n'importe quel moment," "autre," "ne sait pas." Sur la base de ce classement, on peut dire que près de quatre femmes sur cinq (78 pour cent) méconnaissent totalement leur périodc de l~condabilitr. Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la période féconde au cours du cycle menstruel, EDS Burkina Faso 1993 Femmes ayant Connaissance Toutes déjà utilisé de la période les la continence féconde femmes périodique Connaissance Au milieu du cycle 8,8 32,5 Connaissance douteuse Juste après les règles 11,5 28,0 Juste avant les règles 1,0 2,0 Ne connait pas Pendant les règles 0,6 1,2 A n'importe quel moment 12,3 6,8 Autre 0,7 0,9 Ne sait pa~~ 64,8 28,5 Non déclaré (1,3 0,1 Total 100,0 100,0 Effectif de femmes 6354 941 52 Si on ajoute å cela les femmes qui n'ont qu'une connaissance douteuse de la période (13 pour cent), il ne reste que 9 pour cent de femmes qui peuvent pratiquer la continence périodique avec une chance de succès. Au niveau des femmes utilisatrices de la continence périodique, 37 pour cent ne connaissent pas leur période de fécondabilité et 30 pour cent en ont une connaissance douteuse. Ce qui montre que plus de trois femmes sur cinq ont pratiqué la continence périodique avec des chances de succès très limitées ou pratiquement nulles. Autrement dit, seulement une femme utilisatrice de la continence périodique sur trois connai't de façon assez précise la période féconde de son cycle mert~truel. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour 6valuer la contribution des secteurs publics et privés dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modernes de contraception, on a dem andé au x utilisatrices d'identi fier 1'endroit où elles avaient obtenu leur méthode. Les deux tiers des femmes (65 pour cent) se procurent leurs m6thodes auprès du secteur public (Tableau 4.8). Près de la moitié de ces femmes (30 pour cent) obtiennent leurs contraceptifs auprès des SMI (plus particulièrement la pilule et le DIU), 17 pour cent auprès des dispensalres ou maternités, 15 pour cent auprès des hSpitaux et centres médicaux. Parmi les femmes s'approvisionnant auprès du secteur privé (19 pour cent), la majorité le font dans une pharmacie (10 pour cent) ou une clinique de planification familiale (PF) (9 pour cent). En ce qui conceme les condoms, un quart des utilisatrices se les procurent auprès du secteur privé, notamment dans les pharmacies (22 pour cent) et un autre quart se les procurent par un autre biais - vendeur ambulant, partenaire, amies, etc. Tableau 4.8 Source d'approvisionnement en contraceptifs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méLhodes spécifiques, EDS Burkina Faso 1993 Source d'approvisionnement Pilule DIU Condom Aut re Ensemble Secteur public 79,7 75,4 14,8 82,3 64,7 H6pital/Centre médical 10,9 14.9 0.0 53,1 14.5 SMI 40,6 41.2 4,2 17,6 29,6 Dispensaire/Maternité 25,6 17.1 2.4 8.7 16,9 CS PS/PSP/Dép6t pharm. 2,6 2,3 8,2 2,8 3,8 Secteur m~.dlcal privé 16,9 22,2 24,0 16,3 19,3 Cabinet médecin/in fimfier 0,4 0,0 0.8 1,5 0,6 Clinique PE 8,4 21.1 1,7 10,5 9,2 Pharmacie 8,0 1.2 21,5 4,4 9,5 Autre secteur privé 3,0 2,3 24,3 1,4 7,5 NSP 0,4 0,0 36,9 0,0 8,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 124 41 57 32 255 53 4.7 UTILISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPTIVES PREFEREES Aux femmes en union qui n'utilisaient pas une mdthode contraceptive au moment de l'enquête, on a demandé quelles étaient leurs intentions dans ce domaine. Le Tableau 4.9 donne la tripartition des femmes actuellement en union non utilisatrices de la contraception, selon le nombre d'enfants vivants et l'intention d'utiliser, en distinguant celles qui n ont j ma's utilisd de contraceptifs de cclles qui en ont déjå utilisé au moins une fois. Tableau 4.9 Utilisatkm future de la contraception Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utîliser une méthode dans l'avenir, sekm le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matière de contraception, EDS lturkina Faso 1993 Intention d'utiliser dans te futur Nombre d'enfants vivants I 0 1 2 3 4 5 6 ou + Ensemble N'a Jamais utilisb la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 5,2 8,8 7,2 7,3 5,5 9,4 7,0 7,3 Intention d'utiliser plus tard 5,3 3,2 2,3 2,4 1,5 1,0 (/,9 2,4 Intention NSP quand 3,2 3,1 1,2 2,4 2,0 2,5 1,0 2,1 N'est pas sfirc d'utiliser 11,4 12,5 8,8 9,4 1/I,6 7,7 6,6 9,6 N'a pas l'intention d'utiliser 61,2 43,7 28,7 26,4 26,9 20.2 28,8 33,6 ND 11,6 0.2 1),2 0,7 0,3 0,0 0,4 11,4 A déjå utili~ la contraception Intention d'uti]iser dans les 12 prochains mois 3,1 8,5 13,2 16,7 18,3 17,0 15,5 13,1 Intention d'utiliser plus tard 2,5 3,4 3,8 2,8 3,4 2,3 2,7 3,0 Intention NSP quand 1,11 1,6 2,8 3.3 2.5 2,5 2,1 2,3 N'est pas sfire d'utiliser 1,3 3,6 7,4 6,1 6,5 7,1 6,5 5,5 N'a pa-s l'intention &utiliser 5,3 11,3 23,9 21,9 22,1 29,8 28,4 20,4 ND 0,0 0,2 0,4 0,6 (/,3 0,3 0,1 0,3 Total 100,0 100,(1 100,0 lO0,O 100,0 10(I,0 100.0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 8,3 17.3 20,4 24,0 23,8 26,5 22,5 20,5 Intention &utiliser plus tard 7,7 6,5 6,2 5,2 4,9 3,3 3,6 5,4 Intention N8P quand 4,1 4,7 3,9 5,7 4,6 5,0 3,l 4,4 N'est pas sflre d'utiliser 12,7 16,1 16,2 15,5 17,1 14,8 13,1 15,1 N'a pas ['intentkm d'utiliser 66,5 55,0 52.6 48,3 49,0 50,1 57.2 54,0 ND 0,6 0,4 0.7 1,3 0,6 0,3 0,5 0,6 Total 100,0 100,0 10(},{} 100,0 100,(} 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 443 742 642 574 483 447 670 4001 ty compris la grossesse actuelle. 54 Plus de la moitié des femmes (54 pour cent) qui n'utilisaient pas une méthode contraceptive au moment de l'enquête n'ont aucune intention de le faire à l'avenir; 30 pour cent en manifestent l'intention et 15 pour cent sont ind6cises (Graphique 4.4). Celles qui par le passé, ont utilisé une méthode contraceptive sont plus nombreuses à avoir l'intention d'en utiliser une à l'avenir, que celles qui n'ont jamais pratiqué la contraception (18 pour cent contre 12 pour cent). Si on se limite h celles qui pensent utiliser la contraception dans un avenir proche (les 12 prochains mois après l'enquête), elles repr6sentent 21 pour cent, soit les deux tiers des utilisatrices potentielles. Il faut noter par ailleurs qu'une proportion non négligeable de femmes ayant déjà utilisé une méthode contraceptive n'a plus l'intention d'en utiliser ~ l'avenir (20 pour cent). Graphique 4.4 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union et non-utilisatrices A l'intention d'utiliser plus tard 5% Ne sait pas si elle utilisera 15% A l'intention d'utiliser bîentSt 21% • l'intention d'utiliser NSP quand 4°/ó ND 1% N'a pas l'intention d'utiliser 54% EDSBF 1993 Le nombre d'enfants vivants joue sur le comportement des femmes en matière d'utilisation future de la contraception. On constate en effet que la proportion des femmes qui veulent utiliser la contraception augmente avec le nombre d'enfants vivants, passant de 20 pour cent pour les femmes sans enfant, à 35 pour cent pour celles qui ont cinq enfants vivants. De même, la progression des proportions des utilisatrices dans un avenir immédiat est encore plus rapide passant de 8 pour cent chez femmes qui n'ont pas d'enfant à 27 pour cent chez les femmes qui ont 5 enfants. Les femmes qui n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception à l'avenir en ont donné la raison qui est présent6e dans le Tableau 4.10. Le désir d'avoir des enfants est la raison la plus frêquemment évoquée (41 pour cent), quel que soit l 'âge de la femme. Le manque d'information semble être un obstacle non nêgligeable à l'utilisation de la contraception, puisque cette raison est avancée par 17 pour cent des femmes. La ménopause est la raison de non utilisation future de la contraception pour 10 pour cent des femmes. Des raisons telles la difficultê de tomber enceinte (7 pour cent), des rapports sexuels peu fréquents (4 pour cent) et le fatalisme (2 pour cent) 55 Tableau 4.10 Raison de non uti]isafon de la contraception Répartition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive et n'ayant pas l'intention d'en utiliser une dans l'avenir, selon la principale raison pour laquelle ellcs n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'fige, EDS Burkina Faso 1993 Raison de Agc Tous non utilisation tes de la contraception 15 29 3%49 åges Veut des enfants 47,4 33,7 40,5 Effets secondaires 1,4 0,9 1,2 Problèmes pour la santé 1,1 1,2 1,2 Manque d'information 21,2 13,8 17,1 Dilficile S obtenir 1,0 1,1 1,1 Prix 0,6 1,3 1,0 Religion 1,9 1,3 1.6 Fataliste 2.3 2.6 2,4 Opposée au planning familial 2.5 0.9 1.7 Partenaîre s'y oppose 2.7 1.2 2.0 Autres personnes désapprouvent 1),2 0,l 0,2 Rapports sexuels peu fréquents 2,0 5,3 3,7 Difficuhés à tomber enceinte 4,4 9,2 6,8 Ménopause/Hystérectomie 0,3 19,5 I0,0 Utilisation peu pratique 0,5 1,0 0,8 Autres raisons 2,0 1,0 1,5 Ne sait pas 8,5 5,7 7,0 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 1070 1092 2162 sont aussi évoquées. On retiendra aussi que les femmes sont relativement nombreuses à répondre "ne sait pas" (7 pour cent). L'attitude des femmes sehm l'âge (moins de 30 et 30 ans ou plus) est assez différenciée. Ainsi, le désir d'avoir des enfants est plus souvent évoque par les femmes de 15 à 29 ans (47 pour cent) que par celles de 30 à 49 ans (34 pour cent). De même, le manque d'inlbnnation se rencontre plus fréquemment chez les plus jeunes (21 pour cent) que chez leurs aînées (14 pour cent), ainsi que l'opposition du conjoint (3 pour cent contre 1 pour cent pour les plus ågdes). Par contre, les raisons suivantes : difficulté de tomber enceinte, rapports sexuels peu fréquents, et fatalisme se rencontrent beaucoup plus chez les femmes

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.