Cameroun - Demographic and Health Survey - 1992

Publication date: 1992

Enquête Démographique et de Santé Cameroun 1991 Direction Nationale du Deuxiême Recensement Général de la Population et de l'Habitat ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU CAMEROUN Enquête Démographique et de Santé Cameroun 1991 Martin Balépa Médard Fotso Bernard Barrère Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat Yaoundé, Cameroun Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Décembre 1992 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSC) réalisée au Cameroun en 1991 par le Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de rHabitat-2 '~" RGPH). L'EDSC, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (US.MD), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSC fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objecaf est de collecter, d'analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la m~re et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSC peuvent ~trc obtenues auprès de la Direction Nationale du 2 *~ RGPH, B.P. 7 094 Yaoundé (Cameroan), Téléphone (237) 20 30 71. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tr¢ obtenus anpr~s de Ma¢ro Interaational Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4 000, Coinmbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abreviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Cameroun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAPITER 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DE L'ENQUETE par Martin Balépa 1.1 Caractéristiques du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Quelques données socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Milieu humain et démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2 Organisation de l 'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.2 Personnel et calendrier des activit6s de I 'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.3 Echantillonnagc et questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Collecte et exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CHAPITRE 2.1 2.2 2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par Médard Fotso Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.1 Caractéristiques de la population des m6nages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et biens possédés par les ménages . . . . . . . . . . . . . . 20 Enquete individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquet6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 iii Page CHAPITRE 3 FECONDITE par Paul Roger Libtté 3.1 Niveau de la fécondité et fécondité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.2 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 3.3 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.4 Parité et stérilité primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.5 Intervalle intérgenésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 3.6 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.7 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE par Médard Fotso 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 4.3 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.4 Nombre d'enfants à la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.5 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.6 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.7 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4.8 Information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 4.9 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE par Médard Fotso 5.1 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2 Age à la première union et/lge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.2.1 Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 5.3 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 5.4 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Médard Fotso 6.1 Désir d'enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 6.2 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 6.3 Nombre total d'enfants desirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 6.4 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 6.5 Perception de la valeur des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 iv Page CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par Bernard Barrère 7.1 Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.2 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT, NUTRITION ET ETAT NUTRITIONNEL par Bernard Barrère 8.1 8.2 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Etat nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Bernard Barrère 9.1 M6thodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 9.2 Niveaux et tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 9.3 Mortalité différentielle et groupes à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 CHAPITRE 10 CAUSES DE DECES DES ENFANTS par J. Ties Boerma 10.1 Causes de décès déclaré, es par la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.2 Prévalence de symptOmes avant le décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 10.3 Causes de décès déduites des symptõmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 10.4 Rapprochement des causes déclarées par la mère et du diagnostic déduit des sympt0mes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.5 Causes probables du décès: synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 10.6 Lieu du décès et type de consultation pendant la maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 V CHAPITRE 11 ENQUETE MARI par Médard Fotso 11.1 Caractéristiques socio-démographiques des matis et des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.1.1 Caract6tistiques des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 11.2 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11,2,3 Utilisation future et mdthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 11.2.4 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 11.3 Prefér6nces en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 11.4 Perception de la valeur des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 CHAPITRE 12 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Martin Balépa 12.1 12.2 12.3 Caractétistiques des localités rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.2 Disponibilit6 des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 12.3.3 Disponibilité des services de santé matemelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ANNEXE F ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 CALENDRIER DES OPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES. . . 227 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3.1 Tableau 2.3.2 Tableau 2.4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échatillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Population des ménages par [lge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Population par age selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Caractéristiques socio-démographiques des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Niveau d'instruction des femmes enqu~tæes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité par caractéristiques socio-d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité par/ige selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Tendances de la fécondit6 par age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 46 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes . 48 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 vil Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Page Nombre d'enfants tt la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Connaissance de la p~riode f6conde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Source d'approvisionnement en contraceptiîs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Méthode contraceptive préfér6e pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Attitudes des couples face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Age m6dian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Aménorrbée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Dur6e médiane de la non-susceptibilit6 post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Préférences en matière de fécondit6 selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 82 Préférences en matière de fécondité selon l'~ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Nombre id6al d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 88 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 viii Tableau 6.8 Tableau 6.9 Tableau 6.10 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 11.1 Page Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Avantages et désavantages d'avoir beaucoup d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Perception de la famiUe nombreuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Soins pr6natals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Assistance lors de l'accouchement 101 , 4 » , O , , ° , 0 + ' ' l O ' l ° ' O » l O 0 * + ' * 0 ' t ' l ' ' ° ' ' * Caractéristiques de l'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille å la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Vaccinations par sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Vaccinations avant l'age de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Pr6valence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Pr6valence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Durée médiane et fréquence de r ailaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Mortalit6 des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortali~6 des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Causes de décès déclarées par la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 SymptSmes durant la maladie ayant conduit au décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Diagnostic possible établi å partir des symptSmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Causes de décès déclarées par la mère et diagnostic possible déduit des symptSmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Causes probables de décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Caractéristiques socio-démographiques des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 ix Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Page 11.2 Niveau d'instruction des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.3 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 11.4 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 11.5 Différence d'ages entre le mati et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 11.6 Camctéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 11.7 Connaissance des mémoåes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . 160 11.8 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 11.9 Connaissance de la contraception par caractéristiques socio-démogmphiques . . . . . . 162 11.10 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11.11 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11.12 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 11.13 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 11.14 Appmbatinn de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 11.15 Attitudes des matis face ~t la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 11.16 Attitudes des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 11.17 Attitude du mari face à la planification familiale et perception de l'attitude de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 11.18 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 11.19 Pr6férences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants v ivants . . . 171 11.20 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 11.21 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 I 1.22 Nombre idéal d'enfants pour les matis par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 11.23 Nombre idéai d'enfants pour les couples par caract6tistiques différentielles . . . . . . . 175 11.24 Avantages et désavantages d'avoir beaucoup d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 12.1 Camctéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 12.2 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 12.3 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 12.4 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 12.5 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 12.6 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 12.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 187 X Tableau 12.8 Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau D.1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Tableau D.8 Tableau D.9 Tableau D. 10 Tableau E. 1 Tableau E.2 Tableau E.3 Tableau E.4 Tableau E.5 Tableau E.6 Page Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 188 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche et besoins en matière de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche offrant différents types de méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Stratification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Répartition des ménages-échantillon par strate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par r~gion et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des maris par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Cameroon 1991 . . . . 217 Erreurs de sondage: Ecbantillon National, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Erreurs de sondage: Yaoundé/Douala, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Erreurs de sondage: Autres Villes, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Erreurs de sondage: Ensemble du Milieu Urbain, EDS Camerotm 1991 . . . . . . . . . . 221 Erreurs de sondage: Milieu Rural, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage: Amadaoua/NordÆxtreme-Nord, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . 223 Erreurs de sondage: Centre/Sud/Est, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage: Ouest/Littoral, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Nord-Ouest/Sud-Ouest, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . 226 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . 230 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Enregistrement de l 'åge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Enregistrement de l ' lge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Graphique 8.1 Graphique 8.2 LISTE DES GRAPHIQUES Page Evolution de la population - Camemun, 1950-1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Pyramide des liges de la population - Cameroun, 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Etat matrimonial des enquétées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Taux de fécondité générale par llge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 33 Taux de fécondité générale par [lge scion trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans selon I'ENF et I'EDS . . . . . . . . . 35 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans, 1978 et 1991 . . . . . 47 Pourcentage de femmes ayant d6jà utilisé la contraception, 1978 et 1991 . . . . . . . . . 50 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . 53 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union . . . . . . . . 59 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Désir d'enfants suppl6mentaires des femmes en union, selon l'[lge . . . . . . . . . . . . . . 83 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désiréc . . . . . . . . 91 Perception de la valeur des enfants par les femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . 93 Visites prénatales et durée de grossesse ~ la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Couverture vaccinale des enfants avant l'ãge de 12 mois de 1987-88 à 1990-91 . . 109 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquéte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Consultation et traitement de la diarrhéc des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . 117 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 118 Pratique de l'aliaitement des enfants de moins de 2 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 xiii Graphique 8.3 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 f~vranhin11~. 10 ? Page Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 129 Tendances de la mortalité selon I'ENF, le RGPH et I'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Mortalité infanto-juvénile selon les caract6ristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalit6 infantile (1%) et comportement procr6ateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Causes probables de d6cès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 T .Jeun alun d~~~~ ni tvr~ de ~nnmlltatlnn r~ndnnt In mzlzdi~ nn~~~dnn! 1~ d~~b.~ : lç 1 Page Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 129 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 11.5 Graphique 11.6 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Utilisation actuelle de la contraception par les maris et les femmes en union . . . . . 165 Attitude des couples vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Nombre id6al d'enfants pour les matis et les femmes en union . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Perception de la valeur des enfants par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 BCG CDC DHS OeDS) DTCoq EDS (DHS) EDSC ENF ET F CFA FNUAP IRD ISF MINPAT NCHS OMS (WHO) PEV PIB PMI RGPH SRO TBN TGFG TRO USAID WH0 (OMS) ZD SlGLES ET ABREVIATIONS bacille Bilié de Calmette et Guérin (Vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Demographic and Health Surveys Dipht6rie, Tétanos, Coqueluche (Vaccin) Enquête Démographique et de Santé Enquéte D6mographique et de Santé au Cameroun Enquéte Nationale sur la F6condité, Cameroun Ecart-typo Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Institute for Resource Development Inc. (mainUmant Macro international Inc.), Etas-Unis Indice Synthétique de F6condité Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire National Center for Health Statistics, Etats-Unis Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Recensement Général de la Population et de l'Habitat Sels de Réhydration par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydration par voie Orale United States Agency for International Development World Health Organization Zone de Dénombrement XV PREFACE L'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun (EDSC) fait partie du programme mondial (2 ~« phase) des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) réalisées dans de nombreux pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique Latine et des Caralbes avec l'assistance de Macro International Inc., sur financement de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). De par les buts visés, ~ savoir la collecte et l'analyse des données sur la îécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité infantile et sur bien d'autres indicateurs importants, I'EDSC non seulement apporte des réponses à la plupart des interrogations que se posent ceux qui s'intéressent à la démographie camerounaise, mais s'inscrit en droite ligne dans le programme de nos actions concrètes à réaliser dans le cadre d'une meilleure connaissance de notre population. La diversité et la richesse des données coUectées font de I'EDSC une source inépuisable d'informations pour la mise sur pied des stratégies tant dans le domaine de la santé que dans celui du planning familial. Le travail dont les résultats sont présentés ci-après est l'oeuvre d'une équipe dynamique et enthousiaste de la Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire). Cette équipe a bénéficié de l'appui technique de Macro Intemational Inc. auquel nous adressons nos sincères remerciements. Nous remercions également tous les consultants nationaux ainsi que tous les personnels de terrain et de bureau recrutés dans le cadre de ce projet, pour toutes leurs contributions à la réalisation de cette enquête. Je ne saurais terminer sans adresser nos encouragements à toutes les autorités administratives qui, dans des situations parfois très difficiles, ont su encadrer les équipes de terrain et les populations pour la réussite totale de cette opération. Enfin, à toutes ces populations que les enquêtrices importunaient par l'indélicatesse de leurs questions, nous adressons nos remerciements pour la disponibilité dont elles ont fait preuve. Le Directeur National de I'EDSC Æ MARTIN BALEPA xvii REMERCIEMENTS Le Cameroun vient d'achever son Enquête Démographique et de Santé OeDSC) dans le cadre du programme mondial Demographic and Health Surveys (DHS). Cet important projet n'a pu ~tre réalisé que gråce à la sollicitude constante du Gouvemement et à l'appui que I'USAID ne cesse d'apporter aux projets camerounais en matière de population. Cette enquOte a été exécutée par la Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (2 ~~ RGPH) avec l'assistance technique de Macro International Inc. A cette institution, j'exprime, au nom de tous les responsables du projet, ma profonde reconnaissance, et à l'occasion de la publication du rapport principal de I'EDSC, j'adresse mes sincères remerciements ~ toute l'équipe de Macro International Inc. qui, avec dévouement et savoir-faire, a su apporter à divers moments, sa contribution à l'exécution de ce projet dans de bonnes conditions. Mes remerciements vont particulièrement aux Drs Jeremiah SULLIVAN et Mohamed AYAD, pour la mise en forme définitive du cadre contractuel de ce projet; à Monsieur Bernard BARRERE, pour sa participation à toutes les phases de l'étude, en sa qualité de coordonnateur technique pour le Cameroun; au Dr Christopher SCOTT et à Mademoiselle Thanh LE, pour l'élaboration du plan de sondage et la résolution de l'ensemble des problèmes qui en découlaient; au Dr Koffi EKOUEVI, pour le concours apporté pendant la formation du personnel de terrain et l'exécution de l'enquête pilote; à Messieurs Trevor CROFT, Greg FEGAN et Jim OTTO, pour leur assistance en ce qui conceme l'exploitation informatique. Je remercie également le Dr Sidney MOORE, Madame Kaye MITCHELL et Monsieur Robert WOLF, pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport. Le projet a également bénéficié des consultations des Drs Eléonore SEUMO et Martina BAYE en ce qui concerne la formation du personnel sur les mesures anthropométriques et sur quelques questions spécifiques de santé. Je leur adresse mes vifs remerciements. A Monsieur Richard GREEN et à Madame Regina NANA du bureau de I'USAID de Yaoundé, je suis sincèrement reconnaissant de tous les efforts qu'ils ont déployés pour que ce projet soit mené à son terme. J'adresse également mes félicitations à tous les personnels du 2 ~ ' RGPH et en particulier aux cadres mis à la disposition de I'EDSC (directeur technique, superviseurs et informaticiens), au personnel de terrain (chefs d'équipe, agents cartographes, contrSleuses, enquStrices et chauffeurs) et au personnel d'appui (comptable, secrétaire et agents de bureau) pour la conscience professionnelle et le dévouement dont ils ont fait preuve tout au long de ce projet. Enfin, à tous ceux que je n'ai pas cités et qui nous ont apporté leur contribution, j'adresse également mes remerciements. Le Directeur National de I'EDSC ,1- MARTIN BALEPA xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC) est une enquete par sondage, réalisée au niveau national, dont l'objectif est de fournir des informations détalllées sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mére et de l'enfant et la mortalité infanto-juvénile. Faisant suite å l'EnquSte Nationale sur la Fécondité (ENF) de 1978 et au Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1987, les résultats de I'EDSC permettent de mettre en lumière les changements intervenus au Cameroun durant ces treize demières années, en particulier en c¢ qui concerne les niveaux de f6condité, de connaissance et d'utilisation de la planification familiale et de mortalité infanto-juvénile. Au cours de I'EDSC, réalisée sur le terrain d'avril å septembre 1991, 3 538 ménages, 3 871 femmes en age de procréer (15-49 ans) et 814 maris appartenant ~ ces ménages ont ét6 enquStés avec succès sur l'ensemble du territoire national. Les femmes camerounaises ont une forte fécondité, estimée à 5,8 enfants par femme, et l'une des principales caractéristiques de cette fécondité élevée est sa précocité. En effet, plus d'une femme sur deux donne naissance à son premier enfant avant l'~ge de 19 ans. Au cours des demières années, la fécondité semble avoir légèrement baissé, passant de 6,4 enfants par femme en 1978 (ENF) à 5,8 en 1991: l'augmentation modeste de la prévaience contraceptive au cours de cette période est peut-Stre l'un des facteurs ayant contribué à cette baisse. En outre, les niveaux de fécondité varient fortement en fonction de la résidence et du niveau d'instruction: les femmes de Yaoundé/Douala (4,4 enfants par femme) ont pr~s de deux enfants de moins que celles du milieu rural (6,3 enfants), il en est de mSme pour les femmes de niveau d'instruction secondaire ou supérieur (4,5 enfants) en comparaison des femmes sans niveau d'instruction (6,2 enfants). Malgré la forte fécondité observée, une part importante de femmes (26%) ont eu, au cours de leur vie, au moins une grossesse qui ne s'est pas terminée par une naissance vivante, et une propo~on importante de femmes restent stériles (7% des femmes de 35-49 ans), même si cette stérilité totale semble en baisse depuis 1978 (11% à I'ENF). L'union qui demeure le cadre privilégié de la procréation est quasi universelle (moins de 1% des femmes de 40 ans et plus restent célibataires) et l'entrée en union est très précoce: l'[lge médian å la première union est estimé å 16,5 ans. Cependant, les générations les plus récentes semblent entrer en union plus tardivement que les générations les plus anciennes: l'age médian/~ la première union est de 17,3 ans pour les femmes de 20-24 ans contre 16,0 pour celles de 45-49 ans. Malgré ce recul de l'~lge d'entrée en première union, l'activité sexuelle débute toujours très tOt: plus d'une femme sur deux a eu ses premiers rapports sexuels avant l'[tge de 16 ans. Bien que de plus en plus de femmes connaissent des méthodes contraceptives (73% en 1991 contre 36% en 1978) et, en particulier des méthodes modernes (66% en 1991 contre 29% en 1978), peu de femmes les utilisent au Cameroun. Au moment de I'EDSC, 20 pour cent des enquStées ont déclaré utiliser une méthode de contraception, et dans un cas sur cinq (4%) une méthode moderne. Malgré cette faible prévalence, la proportion d'utilisatrices a nettement augmentê ces demières années: en effet, si on se limite aux seules femmes en union, la prévaience contraceptive est passée de 2 pour cent en 1978 à 16 pour cent en 1991 pour l'ensemble des méthodes, et de moins de 1 pour cent à 4 pour cent pour les seules méthodes modernes. Cette augmentation doit d'autant plus être sodign~e que peu d'informations sont diffusées sur la planification familiale: en effet, 86 pour cent des femmes ont déclaré n'avoir rien entendu å la radio ou à la télévision, ni rien lu dans des journaux ou affiches å propos de la planification familiale, durant le mois qui a précédé l'enquête. Comme les niveaux de fécondité, la prévalence contraceptive varie fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction: 12 pour cent des femmes de Yaoundé/Douala et des femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur utilisaient des méthodes modernes de contraception au moment de l'enquête, contre 2,5 pour cent en milieu rural et 1,2 peur cent seulement parmi les femmes sans niveau d'instruction. xxi La majorité des femmes qui n'utilisent pas la contraception (64%) expliquent leur comportement par le fait qu'elles veulent avoir des enfants. Le désir d'enfants reste donc très élevé: seulement 12 pour cent des enquêtées ont déclard ne plus vouloir d'enfants. Cependant ce désir de limiter sa descendance est en augmentation puisque, en 1978, seulement 3 pour cent exprimaient le m8me souhait. En fait, si elles avaient la fécondité qu'elles désirent, les femmes auraient moins d'enfants qu'elles n'en ont : 5,2 au lieu de 5,8. U existe donc une demande potentielle en contraception: 22 pour cent des non-utilisatrices ont des besoins non- satisfaits en matière de contraception. Ainsi la demande totale en matibm de contraception concerne 38 pour cent des femmes (16% d'utilisatrices et 22% exprimant des besoins). En ce qui concerne les soins prénatals et les conditions de l'accouchement, pour 79 pour cent des naissances des cinq demières années, la m~re est allée en consultation prénatale auprès d'un professionnel de la santé; dans 69 pour cent des cas, elle a reçu au moins une injection antitétanique pendant la grossesse, l'accouchement a eu lieu dans une formation sanitaire dans 63 pour cent des cas et un professionnel de la santé a assisté à 64 pour cent des accouchements. Bien que ces résultats soient assez satisfaisants au niveau national, ils masquent des diffémnces très importantes entre Yaoundé/Douala et le milieu rural et entre les naissances issues de femmes ayant un niveau d'instruction et celles issues de femmes sans niveau d'instruction. Dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination (PEV), 76 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG, 50 pour cent ont reçu les trois doses de vaccin contre la polio, 48 pour cent les trois doses de DTCoq et 56 pour cent ont dt~ vaccinds contre la rougeole. Au niveau national, 41 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu l'ensemble des vaccinations du PEV et 22 pour cent n'en ont reçu aucune. Cependant la couverture vaccinale varie fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction de la mère: 27 pour cent des enfants n'ont reçu aucune vaccination du PEV en milieu rural et 37 pour cent lorsque la mère est sans niveau d'instruction contre 9 pour cent à Yaoundé/Douala et 8 pour cent lorsque la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 9 pour cent avaient présenté des symptémes d'infections respiratoires pendant les deux semaines précédant renquéte, 23 pour cent avalent eu des accès de fièvre et 18 pour cent avaient eu des épisodes diarrhéiques. Ces trois maladies à haute prévalence constituent, en outre, avec la rougeole, les principales causes de décès des enfants de moins de cinq ans. Par ailleurs, selon le milieu et la rdgion de résidence et selon le niveau d'instruction de la mère, la prdvalence de ces trois maladies varie fortement ainsi que leurs traitements et les consultations dans les formations sanitaires. La quasi totalité des enfants nés au cours des cinq années ayant précédé I'EDSC ont été allait~s. En outre, ils sont aUaités pendant une longue période puisque ce n'est qu'~ partir de 18 mois que plus de la moitié des enfants ne reçoivent plus le sein. Cependant, l'allaitement exclusif est rare et l'introduction de compléments nutritionnels intervient beaucoup trop tét par rapport aux recommandations de l'OMS puisque dès l'~tge de 1 mois, 90 pour cent des enfants reçoivent autre chose que le sein. Un peu plus du quart des enfants camemunais souffrent de sous-nutrition chronique, c'est-/l-dire qu'ils sont trop petits pour leur åge, et un enfant sur sept présente une insuffisance pondérale, c'est-~-dire un poids insuffisant pour son age. En outre, cette sous-nntrition, à mettre en relation avec les pratiques nutritionnelles des enfants et la prdvalence de la diarrhée, présente de fortes variations en fonction du milieu et de la rdgion de résidence et du niveau d'instruction des mères. La mortalité des enfants demeure toujours élevée au Cameroun, meme si une forte baisse s'est produite depuis 1978. En 1978, sur mille enfants, 195 décédalent avant leur cinquième anniversaire; d'après I'EDSC, sur mille enfants 126 décèdent avant d'atteindre l'age de 5 ans, et la moitié d'entre eux n'atteint pas son premier anniversaire. Comme pour la santé matemcUe et infantile et l'état nutritionnel des enfants, les xxii niveaux de mortalit¢ des enfants présentent de fortes variations selon le milieu et la r~gion de résidence et le niveau d'instruction des mères. Ainsi, en milieu rural 159 enfants sur mille décèdent avant leur cinquième anniversaire, contre 103 å Yanundé/Douala; de meme sur mille enfants issus de mères sans niveau d'instruction, 198 déeèdent avant cinq ans, contre 80 lorsque la mère a un niveau secondaire ou supérieur. xxiii CAMEROUN XTREME- NORD •/,¢4ROU~ TCHAD NIGERIA NORD NGAOUNDERE m NORD- OUEST ADAMAOUA SUD- f " ï OUEST I"~~OUEST CENTRE CENTRAFRIQUE "~ DOUALA YAOUNDE • BERTOUA EST OCEAN ATLANTIQUE EBOLOWA • SUD GUINEE EQUATORIALE GABON CONGO xxiv CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DE L'ENQUETE 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette partie se propose de présenter succinctement les principales caractéristiques du Cameroun pour aider le lecteur qui ne connail pas ce pays ~t mieux situer les résultats de cette enquéte dans leur contexte spécifique. Cette présentation portera sur l'organisation politico-administrative, la situation géographique, l'évolution socio-économique et la démographie du pays. 1.1.1 Organisation politico-admlnistrative Le Cameroun est un pays bilingue ~ composé initialement d'une zone francophone (Cameroun oriental avec pour capitale Yaoundé) ayant acc&lé à l'indépendance le 1'r janvier 1960 et d'une zone anglophone (Cameroun occidental avec pour capitale Buea) indépendante depuis le 1" octobre 1961, date à laquelle les deux parties se sont réunifiées après plus de 45 ans de séparation pour former une république fédérale. En mai 1972, après un referendum, le pays est devenu un Etat unitaire. L'ancien Cameroun oriental a ét~ divisé en cinq provinces et l'ancien Cameroun occidental en deux provinces. En 1984, de nouvelles unités administratives ont été créées et le pays comptait en 1991, 10 provinces, 49 départements et 215 arrondissements. Le pouvoir exécutif est exercé par un Président de la République élu au suffrage universel. Une Assemblée de 180 députés exerce le pouvoir législatif, et une Cour Suprême le pouvoir judiciaire. Il existe également un Conseil Economique et Social. Après 24 ans de pouvoir monopartite, plusieurs partis politiques ont été autorisés, depuis 1990, à exercer librement leurs activités sur le territoire national. 1.1.2 Situation géographique Le Cameroun est un pays de l'Afrique Centrale situé au fond du Golfe de Guinée entre les 2 ~ ' et 13 ~e degrés de latitude nord et les 9 ~~ et 16 oee degrés de longitude est. De forme triangulaire, le pays s'étire en hauteur, du sud au lac Tchad, sur près de 1 200 km; la base s'étale d'ouest en est sur 800 km, présentant ainsi une superficie d'environ 465 000 km2, Le Cameroun est limité à l'est par le Tchad et la République Centrafricaine, au sud par le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriaie, au sud-ouest par l'Océan Atlantique et à l'ouest par le Nigéria. Enfin, au sommet supérieur du triangle, au nord, il est coiffé par le lac Tchad. Le milieu naturel du Cameroun est diversifié. On dit de ce pays qu'il est l'Afrique en miniature. En effet, plusieurs types de régions naturelles contribuent ~ la diversité géographique du pays. Le sud forestier (provinces du Centre, de l'Est, du Littoral, du Sud et du Sud-Ouest) est situé dans les zones maritime et équatoriale et se caractérise par une végétation dense, un vaste réseau hydrographique et un climat chaud et humide aux précipitations abondantes. Cette I L'anglais et le français sont les deux langues officielles utilisées. région est propice å la culture du cacao, du palmier, de la banane, de l'hévéa, du tabac.Elle abrite les centres les plus importants du pays: Douala (première ville, port et capitale économique avec ses commerces et ses industries), Yaoundé (deuxième ville et capitale politique), Edéa (industrie lourde et énergie électrique), Limbe (industrie pétrolière). Les hauts-plateaux de l'ouest (provinces de l'Ouest et du Nord-Ouest), dont l'altitude moyenne est supérieure à 1 100 m, forment une région riche en terres volcaniques favorables l'agriculture (café, mara~chers.). La végétation y est moins dense que dans le sud forestier et le climat frais qui y règne est favorable [t 1'éclosion de toutes sortes d'activités. La densité de peuplement ~levée de cette région par rapport å la moyenne nationale en fait une des premières zones d'émigration. Les principales villes sont Bafoussam et Bamenda. Le Nordsahélien (provinces de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord) est une région de savanes et de steppes. En dehors de l'Adamaoua où le climat est plus temp~ré, le reste de cette région est caractérisé par un climat tropical chaud et sec aux précipitations de plus en plus limitées au fur et à mesure que l'on se rapproche du lac Tchad. La région est propice à l'~levage du bovin et å la culture du coton et du mil. 1.1.3 Quelques données soeio-économiques Les activités économiques du Cameroun, comme dans la plupart des pays en voie de développement, sont essentiellement toumées vers le secteur primaire. En 1991, le PIB par t~te est estimé à 291 000 Francs CFA (soit environ 1 100 $ US). 2 Au recensement de 1987, la population active de 15-64 ans représentait 65 pour cent de la population de cette tranche d'[tge. Le taux de scolarisation (,pour les personnes/lg6es de 6-14 ans) était évalué au dernier recensement à plus de 73 pour cent. Il est en nette progression, mais le taux d'analphabétisme reste encore élevé (41%). En matière de santé, le pays comptait 1 lit pour 393 habitants et 1 médecin pour 11 407 habitants en 1990. 3 D'une manière générale, le pays est auto-suffisant sur le plan alimentaire bien que les habitudes alimentaires des populations ne favorisent pas toujours une alimentation quotidienne équilibrée. Il convient toutefois de relever que la partie nord du pays est souvent sujette à des lamines épisodiques, conséquences des saisons sèches quelquefois très rudes. z D'après les projections de la Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale (Ministère du Plan et de r Am6nagement du Territoire), le Produit Int6rieur Brut pour l'exercice fiscal 1990/91 s'élève à 3 437 988 milfions de Francs CFA (1 $ US vaut 250 Francs CFA environ). 3 D'après les statistiques de la Direction des Etudes au Ministère de la Santé Publique, le pays comptait en 1990, 29 285 lits et I 009 médecins, toutes formations sanitaires confondues. 1.1.4 Milieu humain et d6mographie Le Cameroun compte plus de 230 ethnies réparties en six grands groupes: les Soudanais, les Hamites et les Sémites qui vivent dans les provinces de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord; ils sont généralement animistes ou islamisés; les Bantous et apparentés, et les pygmées dans le reste du pays; ils sont généralement animistes ou christianisés. Mises à part quelques enquOtes parceUaires, les recherches approfondies sur la démographie camerounalse et couvrant tout le pays sont assez récentes. C'est dans les années 70 que les premiers recensements et enquêtes d'envergure nationale et à caractère socio-économique ont été réalisés: Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Recensement Agricole, Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF). La décennie 80 a vu la r6alisation de l'Enquête Budget-Consommation et du Deuxième Recensement G6néral de la Population et de l'Habitat (2 ~~ RGPH). L'état-civil, bien que datant de l'époque coloniale, n'est pas généralisé dans tout le pays du fait de l'insuffisance des structures devant se charger de cette activité. Les dorm6es obtenues de cette source sont évidemment incomplètes. Les sources d'informations les plus fiables restent des enquOtes démographiques régionales ou nationales et les recensements généraux de la population r6alisés en 1976 et 1987 avec l'appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP). Le Tableau 1.1 fait ressortir les principaux indicateurs démographiques tels qu'ils ont été évalués en 1976, 1978 et 1987, respectivement lors du premier recensement démographique, de I'ENF et du 2 ~~ RGPH. Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs 1976 a 1978 1987 Population totale 7 663 296 10 493 655" Taux brut de natalité (p. 1000) 45,0 41,0 Indice Synthétique de Fécondité 6,0 6,4 5,5 Taux brut de mortalit6 (p. 1000) 20,4 20,2 b 13,7 Taux de mort. infantile (p. 1000) 156,5 113,0 86,0 a Esp6rance de vie (e o, en années) 44,4 44,9 b 54,3 a a Données ajustées b Estimations Sources: 1976: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1976 1978: Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF) 1978 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1987 La population du Cameroun est jeune: au dernier recensement, les personnes ~gées de 0-14 ans représentaient 46,4 pour cent de la population totale. En 1987, la densité moyenne de pouplement était de 23 habitants au km 2. Cette population est inégalement répartie sur le territoire national. Par ailleurs, elle est urbanisée à près de 38 pour cent. Graphique 1.1 Evolution de la population Cameroun, 1950-1991 Populat ion (millions) 14 12 10 8 6 4 ~ 2 0 5O 991 (c) ~ a ) 198o i i i i i i i i i i i i i i i ~ i i i i i ~ i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i 55 60 65 70 75 80 85 90 95 Année Source Dd, claration de la Politique Nationale de Population et (a) Recensement de 1976, (b) Recensement de 1987, (c) Projection basée sur le RGPH 1987 Au Graphique 1.1, figurent les 6valuations de l'effectif de la population du Cameroun, telles qu'elles ont été faites entre 1950 et 1991. De ce graphique, on relæve que la population du Camemun croit à un rythme important: estimé à 1,9 pour cent en 1950, le taux d'accroissement annuel moyen est évalué à 2,9 pour cent en 1987. A ce demier taux, la population doublera en moins de 24 ans; en d'autres termes, d'ici 2014, le Cameroun compte rait environ 23 millions d'habitants. Cette évolution rapide de la population est imputable surtout å une baisse continue de la mortalité et à une fécondité qui reste à un niveau relativement élevé. 1.1.5 Politique de population i , , , , , * Depu s près d une décemue, le Cameroun a opté pour une tntégrauon de la variable démographique dans le processus de développement socio-6conomique. Pour mener cette option à terme, les pouvoirs publics ont mis sur pied d'importantes mesures devant aboutir å cette fin. C'est ainsi qu'une Commission Nationale de la Population a été instituée en mars 1985 dont la mission est d'assister le Gouvernement dans la déf'mition, l'orientation et l'harmonisation ainsi que dans la recherche des voies et moyens de mise en oeuvre de cette politique. La Politique Nationale de Population adoptée par les pouvoirs publics avec une large participation de toutes les couches de la société camerounalse "a pour but d'améliorer le niveau de vie et la qualité de vie de la population dans la limite des ressources disponibles, en conformité avec la dignité humaine et les droits fondamentaux de l'Homme, notamment en oeuvrant pour assurer la satisfaction des besoins élémentaires de la population (santé, alimentation, emploi, logement,.)". 4 Pour ce faire, plusieurs objectifs généraux ont été définis dans le cadre de cette politique, parmi lesquels, l'on peut retenir: améliorer l'état sanitaire de la population en général et celui des mtres et des enfants en particulier;, renforcer l'auto-suffisance et promouvoir la sécurit6 alimentaire; • promouvoir l'éducation de base pour tous et notamment l'éducation des filles; promouvoir et développer les ressources humaines qualifiées tout en recherchant l'adéquation formation-emploi; promouvoir et développer l'épanouissement des familles et des couples; promouvoir et assurer un développement intégré et harmonieux des villes et des campagnes tout en préservant l'environnement. Ces objectifs généraux sont traduits en objectifs spécifiques et les orientations générales de leur mise en oeuvre sont également définies. Leur mise à exécution sera l'oeuvre de divers organismes et d6partements ministériels concemés. La coordination sera rtalisée par la Commission Nationale de Population aidée en cela par un Comité Technique. 1.2 ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE DU CAMEROUN 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun (EDSC) a connu des débuts un peu difficiles. Initialement, le projet devait &re exécuté par la Direction de la Planification (Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire - MINPAT) avec laquelle Macro International Inc. des Etats-Unis d'Amérique avait amorcé un démarrage effectif des travaux. Ceux-ci ont dt ~tre interrompos pendant quelques mois pour des raisons diverses. A la reprise, au mois d'octobre 1990, I'EDSC a été placée sous la responsabilité de la Direction Nationale du 2 ~° RGPH (MINPAT) qui devait prendre en charge l'exécution de cette étude avec la collaboration technique de Macro International Inc. Le financement de l'ensemble des opérations a été supporté par I'USAID. Conformément au contrat signé entre le MINPAT et Macro Intemational Inc., I'EDSC vise les objectifs suivants: 4 Tir6 du préambule de la Déclaration de Politique Nationale de Population (MINPAT, 1991). 5 (a) Recueillir des données à l'échelle nationale qui permettent de calculer les taux démographiques, et plus particulièrement les taux de fécondité et de mortalité infantile; (~ Analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; (c) Analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; (d) Mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu d'habitat, et selon les secteurs public et privé de distribution de la contraception; (e) Recueillir des données de qualité sur la santé familiale; pour les enfants de moins de 5 ans: vaccination contre les six maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), prdvalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies, mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en ~ge de procréation: visites prénatales, assistance å l'accouchement et allaitement au sein; (f) Recueillir auprès des femmes des données sur les préférences en matière de féconditd et sur le planning familial; (g) Recueillir auprès des hommes des données sur les préférences en matière de fécondité et sur le planning familial; (la) Mesurer l'état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans (mesures anthropométriques: taille et poids); (i) Renforcer les capacités du Cameroun à mener de telles opérations. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSC Pour les besoins de cette enquête, une Direction Nationale de I'EDSC a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur National. Dans le cadre de l'exécution de ses tãches quotidiennes, le Directeur National était assisté par un Directeur Technique, une comptable et une secrétaire. Le Directeur Technique encadrait les superviseurs et le personnel d'enquête et assurait la coordination générale des travaux informatiques. Par ailleurs, des consultants nationaux ont effectué la traduction des questionnaires en trois langues nationales et la formation en mesures anthropométriques. Enfin, une assistance technique internationale dans plusieurs domaines (sondage, conception des questionnaires, formation des personnels d'enquête, traitement et analyse des données) a complété le travail de l'équipe de I'EDSC. En ce qui concerne le recrutement et la formation du personnel de terrain, ils se sont effectués en deux étapes: La première étape a été consacrée au personnel chargé d'exécuter le dénombrement et le pré-test. Pour le dénombrement, 12 personnes ont été recrutées. Pour le pré-test, 12 enqu~trices ont également été sélectionnées pour interviewer un échantillon de 250 femmes à Yaoundé et à Mbankomo (milieu rural å la périphdrie de Yaoundd). La formation a 6té assurée, d'une part, par le Directeur Technique de I'EDSC et les consultants camerounais en ce qui concerne les mesures anthropomdtriques et, d'autre part, par les assistants techniques de DHS. Le pr6-test à dt6 un bon cadre de formation pour les superviseurs et a permis de revoir la présentation des questiounaires et la formulation de certaines questions pour mieux les adapter aux r6alit6s du pays. La deuxi6me dtape a concemd l'enquête proprement dite. Le recrutement du personnel s'est effectué d'après le plan suivant: les superviseurs ont dt6 choisis parmi les cadres démographes et statisticiens de la Direction Nationale du 2 ~m- RGPH; le personnel temporaire d'enquete (36 personnes dont 6 chefs d'équipe, 6 contr61euses et 24 enqu~tdces) a été recruté surle marchd de travail apr6s formation et tests d'aptitude. La formation de tout ce personnel a duré près de quatre semaines, du 19 mars au 12 avril 1991. Elle consistait, d'une part, en des exposés théoriques ayant pour but de donner aux participants quelques notions concernant le planning familial et la sant6 maternelle et infantile et d'autre part en des exercices pratiques sur la façon de remplir les questionnaires. Les cours étaient donnds en français et en anglais et, par la suite, des compldments de formation ont étd donnés dans les trois langues nationales utilis6es pondant r enquete. Cette formation a été complétde par des exercices pratiques de mesures anthropomdtriques sur des enfants de 0-4 ans en salle et dans deux centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) de la ville de Yaoundd. L'organigramme et la liste des personnels sont donnés en Annexe A. S'agissant du calendrier, les op6mtions de I'EDSC se sont ddmuldes conformdment aux dates indiquées en Annexe B. il convient cependant de signaler qu'à cause de certaines difficultds majeures rencontr6es au cours de l'exécution de l'enquSte, les dates initiales d'exécution de certaines aetivitds ont légèrement dt~ modifides. 1.1.3 Echantillonnage et questionnaires Echan~l~n Initialement fixé à 6 300 femmes, la taille de l'échantillon de I'EDSC a finalement été planifiée à environ 4 500 femmes en ~ge de procr6er. L'6chantillon est stratifié, pondéré et repr6sentatif au niveau national, au niveau du milieu d'habitat (Yaound6/Douala, les autres villes, rural) et au niveau de grands ensembles géographiques. 5 La base de sondage est constituée de zones de dénombrement (ZD) du RGPH de 1987 (.pr~s de 10 000 ZD d'environ I 000 personnes chacune). Cependant, quelques modifications et mises tf jour se sont avdrdes nécessaires pour l'utilisation de cette liste de ZD. s Dans la suite de ce rapport, les oesultats seront pr6sent6s selon les regroupements de provinces suivants: rAdamaoua, le Nord et l'Extrême-Nord (d6sign6 par Adamaona/Nord/Extr~m¢-Nord); le Cenu~, le Sud et l'Est (CenU'e/SndÆst); l'Ouest et le Littoral (Ouest/Littoral); le Sud-Ouest et le Nord-Ouest (Sud-Ouest/Nord-Ouest). Par ailleurs, l'ensemble des deux villes de Yanundé et de Douala sera désign~ par Yaoundé4Donala: 7 La ZD constituait l'unit~ primaire de sondage. L'échantillon comportait 154 unités primaires r6parties de la manière suivante: 72 en milieu rural, 39 en milieu urbain et 43 ~t Yaonndé/Douala. Des 154 grappes tirées, 149 seulement ont été couvertes sur le terrain. Pour des raisons diverses, cinq grappes n'ont pas été enqu~tées: une grappe dans la province de l'Adamaoua, restée inaccessible pendant la période de l'enquSte en raison de grandes pluies et quatre dans la province du Nord-Ouest non enqu~tées pour des raisons de force majeure. Les détails du plan de sondage sont pxésentés en Annexe C. Six équipes de deux agents chacune ont mis à jour la base de sondage des unités secondaires (ménages) dans les grappes sélectionnées. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'é¢hatillon Effectifs des ménages, des femmes et des matis sélectionnés, identifiés et enqu&és, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 R~sidence Yaoundé/ Autres Ensemble Enquête Douala villes urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectiormés 1123 1119 2242 2030 4272 Nombre de ménages idenåfiés 982 927 1909 1738 3647 Nombre de ménages enqu~tés 930 893 1823 1715 3538 Taux de réponse 94,7 96.3 95,5 98,7 97,0 Enquête Individuelle femme Nombre de femmes 61igibles 1240 1106 2346 1801 4147 Nombre de femmes éligibles identifiées 1231 1094 2325 1781 4106 Nombre de femmes enqu&ées 1151 1035 2186 1685 3871 Taux de réponse 93,5 94,6 94,0 94,6 94,3 Enquête Individuelle mari Nombre de matis éfigibles 263 258 521 490 1011 Nombre de matis éligibles identifiés 257 258 515 483 998 Nombre de maris enqu&és 193 204 397 417 814 Taux de réponse 75,1 79,1 77,1. 86,3 81,6 A l'intérieur des 149 grappes, on a sélectionné 4 272 ménages, dans lesquels 4 147 femmes éligibles ont ~tE identifi6es pour l'enquête individuelle femme et un sous-échantillnn du 1 011 matis a ~té sélectionné pour l'enquSte mati (Tableau 1.2). Parmi les ménages sélectionnés, 3 647 ont été identifi6s et 3 538 ont 6Ié enqu~tés avec succès, soit un taux de réponse de 97,0 pour cent. Parmi les femmes éligibles, 4 106 ont été identifiées et 3 871 enqu~tées avec succès, soit un taux de réponse de 94,3 pour cent et enfin, parmi les matis éligibles, 998 ont été identifiés et 814 enqu~tés avec succès, soit un taux de xéponse de 81,6 pour cent. Questionnair es L'EDSC a utilis6 quatre types de questionnaires différents: le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; • le questionnaire individuel mari; le questionnaire communautaire. Les versions française et anglaise des questionnaires ménage, femme et mari ont été traduites en trois langues nationales: Ewondo, Pidjin et Fonfouldé. a) Le questionnaire ménage permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, age, situation de résidence, niveau d'instruction. En dehors de ces caractéristiques, ce questionnaire comporte une page de couverture pour l'identification du ménage et le résultat de l'interview. La demière page contient des informations sur les caractéristiques du logement et la possession de certains biens de consommation durables par le ménage. Le but premier de ce questionnaire est de fournir les informations permettant d'établir le dénominateur servant au calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes éligibles à interviewer individuellement, ainsi qu'éventuellement leurs maris. b) Le questionnaire femme de I'EDSC a été élaboré sur la base du questionnaire Mod~le B de DHS (questionnaire pour les pays ~t faible prévalence contraceptive). Cependant, quelques modifications y ont été introduites pour tenir compte des réalités nationales. Le questionnaire individuel femme est utilisé peur enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-~-dire, toutes les femmes ågées de 15-49 ans, ayant passd la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. Ce questionnaire comprend une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, et neuf sections qui traitent des thèmes suivants: Caractéristiques socio-démographiques des enqu~tées Cette première section comprend trente questions qui portent sur le lieu de résidence, l'~ge, la scolarisation et l'alphab6tisation, la nationalité et la religion. • Reproduction Trente trois questions composent cette section. Elles ont trait à l'historique des naissances, c'est-~- dire les naissances survenues pendant la vie de la femme (enfants nés vivants par sexe, enfants décédés par sexe, grossesse n'ayant pas donné lieu à des naissances vivantes)i à l'état de grossesse au moment de l'enquete; aux date et durée des menstruations; à l'[lge de la femme aux premières règles. Des questions se rapportant à la connaissance et/t l'aptitude de la femme à déterminer sa pdriode féconde figurent également dans cette section. Contraception La troisième section comporte quarante questions. Elles s'intéressent à la connaissance spontanée ou non des m6thodes de contraception, à leur utilisation et à leurs sources d'approvisionnement. Grossesse et allaitement, vaccination et santé des enfants Les questions de cette section ont été réparties en deux groupes. Le premier comporte quarante-deux questions. Ces questions permettent d'obtenir des renseignements sur les visites et 1'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux-nés; des questions relatives au retour des couches et a la reprise des rapports sexuels après la naissance du nouvean-né ont ét~ également posées. En ce qui concerne l'allaitement, les questions concernent sa fréquence et sa durée, le type d'aUaitement (maternel ou artificiel), ainsi que l'utilisation des diffémnts compléments nutritionnels. Le deuxième groupe de questions de cette section (quarante-huit en tout) traite de la vaccination et de la santé des enfants. Les informations recherchées portent sur la vaccination, la fréquence et le traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans. • Causes des décès La cinquième section porte surles causes de décès d'enfants parmi ceux nés vivants au cours des cinq demières années. Nuptialité Dans cette section, seize questions ont ét~ posées pour saisir l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée,le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et l'activité sexuelle. • Préférence en matière de fécondité La septième section comporte vingt-trois questions concemant les femmes enceintes ou non. Ces questions visent à connaRre leurs intentions en matière de fécondité. En particulier, elles touchent aux problèmes d'espacement des naissances. Caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme Dix-sept questions ont ét~ posées à cette section pour conna~%re les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de la femme. • Taille et poids Cette section était réservée aux mesures anthropométriques des enfants des femmes interview~es présents dans le foyer et ãgés de 0-4 ans. c) Le questionnaire individuel mari a la m~me contexture que le questionnaire précédent, mais sous une forme plus résumée. La page de couverture est identique. Le questionnaire comporte trois sections: caractéristiques socio-démographiques des enqu~tés, contraception et préférences en matière de fécondité. Les deux dernières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques du mari en matière de planification familiale. d) Le questionnaire communautaire est divisé en deux parties: La première comporte l'identification de la grappe ainsi qu'une série d'informations sur les infrastructures socio-économiques de l'unité administrative dans laquelle est située cette grappe. La deuxième partie est destinée å recueillir des informations sur la disponibilité des différentes formations sanitaires et, éventuellement, les services qu'elles proposent. 10 1.2.4 Collecte et exploitation des données Collecte des données L'enquSte principale sur le terrain a duré cinq mois, du 25 avril au 25 septembre 1991. Un retard d'un mois a été enregistré sur la durée des travaux de terrain pour des raisons de force majeure. Six équipes avaient étd constitudes; chacune d'elle disposait de l'ensemble des documents et équipement d'enquête (dossiers techniques, croquis ou cartes des grappes échantillons, questionnaires, manuels, fiches de contrOle, lettre d'introduction, toise, balance, .). En outre, celles évoluant hors de Yaoundé et de Douala disposaient d'un véhicule. Des missions de supervision étaient rdgulièrement organis6es sur le terrain dans le but de renforcer, auprès des enqu&rices, les contr01es et les conseils pour garantir la qualité des données. A l'occasion de ces missions, des sdances de travail étaient rdgulièrement organisées, au cours desquelles des observations étaient faites sur le travail des équipes de terrain. La saisie des données se faisant en mSme temps que la collecte, le service informatique produisait une série de tableaux de qualité des données permettant de mettre en évidence les erreurs les plus importantes commises par chaque équipe pendant la collecte. Ces tableaux constituaient pour les superviseurs de terrain, un outil efficace pour signaler aux enquétrices certains problèmes rencontr6s sur le terrain. Ces missions relayaient le travail de contrSle permanent qu'effectuaient le chef d'équipe et la contrOleuse. Par ailleurs, toutes les équipes ont bénéficié d'un encadrement approprié des autorités administratives. Exploitation des données L'exploitation des données s'est déroulée en quatre étapes: a) Réception et classement des dossiers Tous les qucstionnaires remplis, contrélés et regmupds par grappe sur le terrain, étaient ramenés à la Direction Nationale de I'EDSC å Yaoundé par les superviseurs au retour de leurs missions. Après un certain nombre de contr01es, ils étaient classés dans une salle réservée å cet effet. Cette salle avait dt~ aménagée et équipée d'étagères divisées en casiers, numérotés de 1 ~ 154, le nombre de grappes initialement sélectionné.es. b) Vérification La vérification effectuée consistait en un contr01e d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en une vérification sommaire de la cohérence des données. Ce travail était exécuté par un contréleur sous l'autorité d'un superviseur de terrain. Cette phase commencée trois semaines aprbs le démarrage de la collecte et menée parailèlement aux opérations de terrain a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. c) Saisie/édition des données La saisie/édition des données sur disquettes a été effectuée à la Direction Nationale du 2 ~"~ RGPH sur six micro-ordinateurs (type NCR PC 6) dont la mémoirc vive avait dtd ~tendue de 512 K à 640 K pour répondre aux contraintes du logiciel ISSA (Intcgrated Systcms for Survey Analysis) fourni par Macro Intcmational Inc. à cet effet. 11 Une équipe de six agents et d'un moniteur était chargée de cette phase. Ces agents avaient été recrutés parmi l'ancien personnel de saisie du 2 ~c RGPH. Ils avaient suivi le stage de formation des enquétrices avant de suivre leur propre formation sur ISSA. Pendant les premières semaines, chaque grappe assignée à un agent pour la saisie était vérifiée à 100 pour cent au moyen d'une double saisie par un autre agent. Par la suite, cette double saisie était seulement effectuée par deux opérateurs sur cinq. C'est pendant la saisie/édition des données que les spécifications couvrant les contreles des étendues, des sauts et de cohérence simple ont été gérées; la plupart des contr01es de cohérence complexes ont été effectues lors de la deuxième étape de nettoyage de fichier. d) Traitement des données Le traitement informatique de I'EDSC s'est effectué en deux étapes: Nettoyage des données: Après la saisie/édition des données d'une grappe, un programme de contr01e était exécuté pour vérifier la cohérence interne des réponses. En rapport avec la fiche d'exploitation et des marginaux des questionnaires, ce programme a permis de détecter également les erreurs d'exhaustivité. Il a fallu en général deux passages pour nettoyer les données d'une grappe. Après que ce travail, mené grappe par grappe, ait ét~ terminé (début novembre 1991), les données de l'ensemble des grappes ont été réunies et un dernier contr01e, effectué également en deux passages, a permis de produire un premier fichier de données épurées. Par la suite, les dates de certains événements qui avaient ét~ omises ont et~ imputées, produisant ainsi un deuxième fichier (vers mi-novembre 1991) devant servir à la tabulation préliminaire. Après cette dernière version du fichier, des recodifications (autres réponses) et une série de vérifications supplémentaires ont et~ appliquées (au siège de Macro International Inc.) pour donner lieu, en février 1992, å un troisième fichier des données (fin février 1992) devant servir à l'obtention des résultats définitifs. Tabulation: La dernière action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de tabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu courant novembre 1991 et celle des résultats définitifs en avril 1992. L'ensemble des opérations de contrSle et de nettoyage de fichier ainsi que la tabulation des données ont été aussi réalis6es au moyen du logiciel ISSA. 12 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES L'EDSC a touché 19 401 personnes, membres de 3 538 ménages dans lesquels des interviews ont été menées avec succès. Toutes ces personnes ont été recensées dans le cadre de renqu~te ménage, et certaines d'entre elles ont été identifiées pour ~tre interrogées individuellement. Le présent chapitre porte principalement sur l'analyse des caractéristiques de base des femmes ayant été criquet~es individuellement. Par ailleurs, le comportement des femmes et la situation des enfants étant, en partie, conditionnés par leur environnement socio-culturel et économique, ce chapitre présente également certaines caractéristiques des personnes enregistrées dans le questionnaire ménage et certaines caractéristiques des ménages eux-mSmes. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis d'obtenir des données fiables sur la structure de la population, la composition des ménages, ainsi que sur les caractéristiques de l'habitat et sur certains biens possédés par les ménages. 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages Répartition par sexe et åge La répartition par sexe de la population de l'échantillon est à peu près équillbrée. Le Tableau 2.1 indique que parmi les 19 401 personnes dénombrées à I'EDSC, 9 418 sont des hommes et 9 983 des femmes. Cette répartition par sexe équivaut à environ à 49 pour cent d'hommes et 51 pour cent de femmes. L'indice global d'appréciation de l'équilibre numérique entre les hommes et les femmes est évalué ici à 94,3 hommes pour 100 femmes. Parmi les 19 401 personnes dénombrées à I'EDSC, 7 448, soit 38,3 pour cent, résidaient en milieu urbain (y compris Yaoundé et Douala) au moment de l'enquête. En zone urbaine (y compris Yaoundé et Douala), l'effectif total des femmes est de 3 770, soit un rapport de masculihité de 97,3 hommes pour 100 femmes, contre 92,6 hommes pour 100 femmes en milieu rural, cette sous-représentation plus importante des hommes en milieu rural étant la conséquence de l'exode rural. La structure de la population par groupe d'ages quinquennal est assez régulière et caractéristique d'une population jeune dont la pyramide, large ~ la base, se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l'on évolue vers les ãges élevés (Tableau 2.1 et Graphique 2.1). Sur la pyramide des ages, on note un léger déséquilibre des effectifs, avec une surreprésentation des femmes à 50-54 ans. Ceci est la conséquence de l'attraction des nombres ronds, lorsque l'tige n'est pas connu avec précision (l'age 50 ans est plus facilement déclaré que 47, 48 ou 49), mais aussi d'un vieillissement volontaire, par les enqu~trices, de l'tige des femmes de la tranche 45-49 ans, dans le but d'exclure ces femmes de la tranche d'tige d'éligibilité (15-49 ans) et de réduire, ainsi, le nombre d'interviews individuelles à réaliser. 13 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, salon le milieu de résidence et le sexe, EDS Cameroun 1991 Urbain Rural Total Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 17,6 17,4 17,5 18,4 17.5 17,9 18,1 17,4 17,8 5-9 15.7 15.7 15,7 18,0 17,1 17,5 17,1 16.6 16,8 10-14 13.6 13,9 13.8 14.3 12,9 13,6 14,0 13,3 13,7 15-19 11,3 10,7 11,0 9,5 8,9 9,2 10,2 9.6 9.9 20-24 9,6 9.6 9,6 5,9 7,0 6,5 7,3 8,0 7,7 25-29 7,3 7,7 7,5 4,7 5,4 5,0 5,7 6,2 6,0 30-34 6,5 6,7 6,6 4,7 5,5 5,2 5,4 6.0 5,7 35-39 5,1 4,7 4,9 4,1 4,2 4,2 4,5 4,4 4,5 40-44 3,5 3,1 3,3 4,2 3,7 3,9 3,9 3,5 3.7 45-49 2,5 1,7 2,1 3,2 2,8 3,0 2,9 2,4 2,6 50-54 2,5 3.2 2,9 3,8 4,4 4,1 3,3 3,9 3,6 55-59 1.8 1,7 1,7 2.4 3,4 2,9 2,2 2,8 2,5 60-64 1,2 1,4 1,3 2,6 2.9 2,8 2,1 2,4 2,2 65-69 0,6 1,1 0,9 1.8 1,5 1,6 1,3 1.4 1,3 70-74 0,8 0,6 0.7 1,3 1,5 1,4 1,1 1,2 1.1 75-79 0.1 0.3 0.2 0,7 0,4 0,5 0,5 0,4 0,4 80 + 0,1 0,4 0,3 0.5 0,8 0,7 0,4 0,6 0,5 Non déterminé/NSP 0,1 0,1 0.1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,1 Total 100.0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 3667 3770 7438 5751 6212 11963 9418 9983 19401 Ages 80+ /5 79 /0 /4 65-69 60 64 55- 59 50 54 45-49 40 44 35-39 30 34 25 29 20 24 15 19 10 14 59 O4 10 Pyramide des âges de la population Graphique 2.1 Cameroun, 1991 I t 8 6 4 2 0 2 4 6 8 10 Pourcenlage EDSC 1991 14 Au Tableau 2.2, figure la répartition de la population par grand groupe d'ages, à différentes dates) Il ressort de ce tableau que la proportion des jeunes de moins de 15 ans a augmenté régulièrement, passant de 42,2 pour cent en 1976 à 47,4 pour cent en 1991. Ce rajeunissement de la structure par ~tge de la population est la conséquence du maintien d'une fécondité élevée et d'une baisse continue de la mortalité aux jeunes ~ges. Conséquence de la proportion croissante des jeunes, le rapport de dépendance, c'est-à-dire le rapport des dépondants (0-14 ans et 65 ans et plus) aux personnes d'åge économiquement actif (15-64 ans), déjà élevé en 1976, a augmenté au cours de la période, passant de 83 ~t 103 dépendants pour 100 actifs. Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par åge, à différentes dates, EDS Caraeroun 1991 RGPH ENF RGPH EDSC Groupe d'åges 1976 1978 1987 1991 <15ans 42,2 ~,1 46,4 ~,4 15-64 54,6 52,1 50,2 49,2 65et+ 3,2 3,6 3.4 3,4 ND 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Age médian 16,7 16,3 Rapport de dépendance 83 92 99 103 Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Sources: 1976: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1978: Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF) 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) Instruction Dans le cadre de l'enquete ménage, on a collecté des données surle niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevée à ce niveau par chaque membre du ménage. A I'EDSC, on a distingué trois niveaux d'instruction: le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Cameroun, l'age d'entrée dans le primaire est, en principe, de six ans (système d'éducation francophone) ou de cinq ans (système anglophone), et les études durent, respectivement, six ou sept ans, selon le système. L'entrée dans le secondaire a lieu, en théorie, douze ans et les études à ce niveau durent sept ans, quel que soit le système, pour se terminer par le baccalauréat (système francophone) ou par le General Certificate of Education, Advanced level (système anglophone). Les Tableaux 2.3.1 et 2.3.2 présentent les résultats concernant le niveau d'instruction pour les personnes ågées de 5 ans et plus. Au niveau de l'ensemble, tous ~lges confondus à partir de 5 ans, près d'un homme sur trois (31,7%) et d'une femme sur deux (47,3%) sont "sans instruction," et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 3,1 pour les hommes et de 2,0 pour les femmes. Les 1 Pour permettre la comparaison avec les autres sources, les données de I'EDSC concernent ici la population de droit. 15 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répætition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études accomplies selon Fige, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Niveau d'instruction Nombre médian Auctm Primaire Secondaire Sup&ieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'gges 5-9 38,8 61,0 0,0 0,0 0,1 100,0 1608 0.9 10-14 15,1 77.1 7,5 0,0 0,3 100,0 1322 3,9 15-19 14,0 43,1 42,6 0,1 0,2 100,0 958 6,6 20-24 16,9 34,4 44,9 3,7 0.l 100,0 687 7,2 25-29 24,2 32,9 36,9 5,6 0,4 100,0 538 6,7 30-34 29,7 36,5 28,5 5,1 0,2 100,0 510 6,1 35-39 28,0 38,0 28,0 5,2 0,8 100,0 425 6,1 40-44 44,0 33,4 19,3 2,8 0.6 100,0 367 3,5 45-49 44,1 39,4 12,8 2,8 0,9 100,0 275 2,9 50-54 56,3 32,6 7,7 2,2 1,2 100,0 308 0.9 55-59 58,6 34,8 5,5 0.9 0,2 100.0 206 0,9 60-64 72.2 24,1 3,7 0,0 0.0 100,0 194 0,7 65 et + 80,3 18,0 0,8 0,0 0,8 100,0 308 0,6 Milieu de résidence Yecundé/Douala 5,8 43,4 41,9 7,2 0,8 100,0 1067 6,8 Autres villes 32,1 43,3 22,7 1,7 0,2 100,0 1955 3,6 Ensemble urbain 22,8 43.7 29.4 3,7 0,4 100,0 3022 5,1 Rural 37,4 50,3 11,5 0,4 0,3 100,0 4692 2,1 Région Yaoundé/Douala 5,8 44,4 41,9 7,2 0,8 100,0 1067 6,8 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 64,4 28,0 6.7 0,4 0,4 100,0 2668 0,8 Centre/SudÆst 11,4 66,5 20,9 1,0 0,2 100,0 1530 4,3 Ouest/Littoral 20,5 55,5 22,8 0,9 0,3 100,0 1330 4,4 Nord-Ouest/Sud-Ouest 19,2 63,1 16,1 1,4 0,2 100,0 1120 5,3 Ensemble 31.7 47,8 18,5 1,7 0,4 100,0 7715 3,1 proportions de population "sans instruction" sont donc élevdes, et le temps passé dans le système éducatif est faible. Les hommes sont beaucoup plus scolarisés que les femmes et, en outre, ils achèvent plus d'annales d'étude que les femmes. Le niveau d'instruction atteint (Tableaux 2.3.1 et 2.3.2) varie de façon très importante selon le milieu et la région de rdsidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes n'ayant atteint aucun niveau d'instruction sont les plus élevées (37,4% pour les hommes et 55,3% pour les femmes), suivies des "autres villes ''2 (32,1% pour les hommes et 46,2% pour les femmes). A Yaoundd/Douala, ces proportions chutent à des niveaux très faibles: 5,8 pour cent seulement des hommes et 10,5 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système dducatif. Du point de vue régional, 3 les proportions des "sans instruction" varient 2 On désigne par "autres villes," toutes les villes å l'exclusion de Yaoundé et de Douala. 3 Au Tableau 2.3, et dans tous ceux qui suivent, la ville de Yaound6 a 6td exclue de la r6gion Cenla'e/Sud/Est, et la ville de Douala a 6t6 exclue de l'Ouest/Littoral. Les commentaires sur les différences régionales porteront donc toujours sur les r6gions sans tenir compte des villes de Yaound6 et Douala. 16 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et pins, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études aceomplies salon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Niveau d'instruction Nombre m6dian Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'~ges 5-9 46,1 53,7 0.2 0,0 0,1 100,0 1657 0,8 10-14 24,2 67,6 8,1 0,0 0.1 100,0 1325 3,9 15-19 25,7 37,5 36,7 0,0 0,1 100,0 955 6,0 20-24 32,2 31,4 34,4 2,1 0,1 100,0 798 5,8 25-29 37,0 36,8 24,0 2,0 0,2 I00,0 622 5,3 30-34 45,8 34,7 18.2 1,1 0,2 100,0 596 3,0 35-39 53,0 34,5 11,4 0,9 0,2 100,0 439 0,9 40-44 64,7 28.2 6.6 0,1 0,4 100,0 348 0,8 45-49 76,4 21,1 2,3 0,3 0,0 100.0 239 0,6 50-54 86,2 11,2 0,5 0,3 1,8 100,0 394 0,6 55-59 89,8 7,9 0,4 0,0 2,0 100,0 276 0,5 60-64 97,4 1,5 0,0 0,0 1,1 100,0 236 0,5 65 et + 98,0 2,0 0,0 0,0 0,0 100,0 352 0.5 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 10,5 48,2 38,3 2,8 0,3 100,0 1047 6,1 Autres villes 46,2 38,3 15,0 0,4 0,2 100,0 2068 1,0 Ensemble urbain 34,2 41,6 22,8 1,2 0,2 100.0 3115 3.5 Rural 55.3 37,2 7,1 0,1 0,3 100,0 5128 0,8 Réglon Yaoundé/Douaia 10,5 48,2 38,3 2,8 0,3 100,0 1047 6,1 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 83,7 14,3 1.7 0,0 0,3 100,0 2779 0,6 Centre/SudÆst 29,6 54,5 15,7 0,1 0,1 100.0 1625 2,7 OuestÆittorai 33,7 49,7 15,7 0,4 0,6 100,0 1485 3,3 Nord-Ouest/Sud-Ouest 36,9 52.1 10,4 0,4 0,3 100,0 1306 2,6 Ensemble 47,3 38,9 13,0 0,5 0,3 100,0 8243 1,0 également de façon très importante: de 11,4 pour cent chez les hommes et 29,6 pour cent chez les femmes du Centre/Sud/Est å 64,4 pour cent chez les hommes et 83,7 pour cent chez les femmes de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. On notera que, pour chaque milieu de résidence ou région, les femmes sont toujours beaucoup moins instruites. Les proportions des "sans instruction" diminuent avec l'åge pour atteindre leur minimum à 15-19 ans chez les hommes (14,0%) et à 10-14 ans pour les femmes (24,2%); corrélativement on assiste à une augmentation avec 1' åge des proportions des personnes ayant atteint les différents niveaux d'instruction. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est à 10-14 ans que la proportion des "primaire ''4 est la plus importante, respectivement 77,1 et 67,6 pour cent. La proportion la plus élevée pour le niveau secondaire se situe à 20-24 pour les hommes (44,9%) et ~ 15-19 ans pour les femmes (36,7%). Le niveau supérieur reste marginal: le maximum n'est que de 5,6 pour cent chez les hommes à 25-29 ans et 2,1 pour cent chez les femmes à 20-24 ans. « Y compris la maternelle. 17 Au-delà de 19 ans peur les hommes et de 14 ans pour les femmes, les proportions des "sans instruction" croissent de façon continue. Ces variations rendent compte de l'évolution de l'instruction dans le temps: la généralisation de l'instruction est un phénomène récent et plus les générations en cause sont anciennes, et donc plus leur ãge actuel est élevé, plus les proportions des "sans instruction" sont importantes. Les taux de fréquentation scolaire par/lge, sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.4 et au Graphique 2.2. Le taux est de 64,7 pour cent à 6-10 ans, ages correspondant généralement au niveau primaire, et atteint son maximum à 11-15 ans avec 72,8 pour cent: ce dernier groupe d'/lges est celui des enfants Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fr&luentant un établissement scolaire, par åge. selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 77,2 64,7 69,2 74,1 53,1 60,3 75,6 58,8 64,7 11-15 81,2 73.2 76,2 77,0 63,9 69,2 79,0 68,7 72,8 6-15 79,0 68,3 72,2 75,4 57,4 64,1 77,1 62,9 68,2 16-20 61,5 36,9 48,0 47,9 23,6 33,9 54,7 29,9 40,7 21-24 36,6 16,9 27,5 18,1 6,8 12,2 27,1 11,1 19,2 Pourcentage 100 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 80 60 40 20 0 6 15 ans 16-20 ans Groupe d'âges 21 24 ans EDSC 1991 18 scolarisés, en partie, dans le primaire et, en partie, dans le secondaire. A 16-20 ans, ages de scolarisation dans le secondaire, le taux de fréquentation est beaucoup plus faible (40,7%), et diminue de moitié à 21-24 ans (19,2%),/tges de scolansation au mveau supéneur. Comme pour le mveau d instruction atteint, les tau de fréquentation scolaire varient fortement par sexe, les écarts étant d'autant pins importants que l'age est élevé et donc que le niveau d'étude augmente: à 6-15 ans, 72,2 pour cent des hommes îréquentent un établissement scolaire contre 64,1 pour cent des femmes; å 16-20 ans, ce taux est seulement de 48,0 pour cent pour les hommes et de 33,9 pour cent pour les femmes. Enfin å 21-24 ans, les hommes fréquentent deux fois plus que les femmes (27,5% contre 12,2%) un établissement scolaire. Selon le milieu de r~sidenee, on observe que la fléquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu mral, avec un écart d'autant plus important que 1' fige et, par conséquent, le niveau d'étude augmentent. 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages Dans leur grande majorité (82,1%), les chefs de ménage sont des hommes (Tableau 2.5). Cependant, les ménages qui ont à leur t~te des femmes et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économique plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable au niveau national (17,9%); par ailleurs, ils sont légèrement plus représentés en milieu urbain (19,9%) qu'en milieu rural (16,8%). Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de par¢aaté aveu le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Yaoundé Autres Ensemble Caractéristique et Douala villes urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 80,3 80,0 80,1 83,2 82,1 Femme 19,7 20,0 19,9 16,8 17,9 Nombre de membres habltuels I 14,7 12,9 13,6 15,0 14,5 2 9.8 10,2 I0.I 10,6 10,4 3 10.6 9,6 9,9 10,2 I0,I 4 11,2 6,9 8,5 II,5 10,4 5 9,5 10,2 9,9 10,4 10,2 6 I0,5 10,4 10,4 9,9 10,1 7 8,1 9,1 8,8 7,7 8,I 8 7,0 8,4 7,9 7,2 7,4 9 et + 18,6 22,3 20,9 17,5 18,8 Taille moyenne 5,4 6,1 5,8 5,5 5,6 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte 18,5 17,0 17,6 18,8 18,3 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 23,9 26,1 25,3 29,8 28,2 - de même sexe 4,6 4,4 4,5 3,9 4,1 Trois adultes apparentés ou plus 38,4 41,9 40,6 41,9 41,4 Autres 14.4 10,3 11,8 5,1 7,6 Pourcentage de m~nages avec des enfants sans leurs parents 18,5 24,6 22,3 20,2 21,0 19 La répartition selon la taille (Tableau 2.5) fait apparaRre qu'un nombre relativement élevé de ménages sont composés d'une seule personne (14,5%); les ménages de deux, trois, quatre, cinq et six personnes représentent près de 10 pour cent pour chaque catégorie et sont, dans leur ensemble, les pins fréquents (51,2%); cependant les ménages de grande taille (7 personnes et plus) représentent un tiers des effectifs (34,3%). La taille moyenne du ménage qui est de 5,6 personnes au niveau national, varie de 5,4 à Yaoundé/Douala, à 5,5 en milieu rural et à 6,1 personnes dans les "autres villes"; par ailleurs, la distribution par taille ne varie que très peu selon le milieu d'habitat, sauf dans les "autres villes" où la proportion des ménages de grande taille atteint 40 pour cent. Au Tableau 2.5 figure également la répartition des ménages selon leur structure, définie å partir du nombre, du sexe et des liens de parenté ou relations des membres adultes qui les composent: sont considérés ici comme adultes toutes personnes de 15 ans et plus. Le type de ménage le plus fréquent (41,4%) est celui composé d'au moins trois adultes apparentés; seulement 17 pour cent de ces ménages sont constitués par des couples polygames. Pour les 83 pour cent restand il s'agit de familles étendues où plusieurs générations, ou des collatéraux, ou encore de parents par alliance cohabitent. Le ménage composé de deux adultes de sexe opposé se rencontre dans 28,2 pour cent des cas; il s'agit presque uniquement (à 98%) s de couples monogames. Dans 18,3 pour cent des cas, les ménages sont composés d'un seul adulte: pour les trois-quart, il s'agit d'adulte vivant seul, sans enfant. 5 Enfin, 4,1 pour cent des ménages sont composés de deux adultes apparentés et du même sexe (père et fils, soeurs,.), et 7,6 pour cent des ménages comportent un ou plusieurs membres apparentés ainsi qu'un ou plusieurs membres sans lien de parenté. Du point de vue du milieu de résidence, on notera que c'est en milieu rural et dans les "autres villes" que les familles étendues (trois adultes ou plus apparent~s) sont les plus répandues: 41,9 pour cent, contre 38,4 pour cent à Yaoundé/Douala. C'est également en milieu rural que les ménages de deux membres apparentés de sexes opposés sont les plus fréquents: 29,8 pour cent, contre 26,1 pour cent dans les "autres villes" et 23,9 pour cent a Yaoundé/Douala. Par contre, les ménages composés d'un ou de plusieurs membres apparentés et d'un ou plusieurs membres sans lien de parenté sont trois fois plus fréquents å Yaoundé/Douala (14,4%), et deux fois plus fréquents dans les "autres villes" (10,3%), que dans le rural (5,1%): l'hébergement des jeunes, pour des raisons d'études ou de travail, ou tout simplement pour des raisons de "solidarité africaine" fréquent dans le milieu urbain, en est certainement la cause. Le Tableau 2.5 foumit enfin la proportion des ménages comptant un (ou plusieurs) enfant de moins de 15 ans ne cohabitant pas avec ses parents biologiques. Un nombre trés important de ménages (plus d'un sur cinq, 21,0%) comptent un ou plusieurs de ces enfants, soit adoptés, soit confiés ou placés en nourrice, soit encore domestiques ou apprentis. C'est dans les "autres villes" que l'on trouve le plus fréquemment ce type de ménages (24,6% comre 20,2% en rural et 18,5% à Yaoundé/Douala). Ces très fortes proportions sont à souligner du fait de l'impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants: on peut en effet supposer que dans de très nombreux cas, surtout dans les familles de taille importante et aux ressources limitées, l'attention portée et les moyens consacrés à cette catégorie d'enfants sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. 2.1.3 Caractéristiques de l 'habitat et biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est intéressé à certaines caractéristiques du logement (utilisation de l'électricité, approvisionnement en eau, type de toilettes, matériau du plancher et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un rOle déterminant dans l'état de santé des membres du ménage et, en particulier, des enfants. De même, on a collecté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture,.) pour avoir une idée du niveau 5 Ces résultats ne figurent pas au Tableau 2.5. 20 socio-économique des ménages. On peut noter au Tableau 2.6 et au Graphique 2.3 que moins d 'un tiers des ménages (29,0%) utilisent l'électricité. Cetteproportionvariede façon très importante selon le milieu de résidence: 85,0pourcentdes ménages de Yaoundé/Douala ont l'électricité, contre un m6nage sur deux (50,3%) dans les "autres villes," et moins d 'un ménage sur dix (8,7%) en milieu rural. Tableau 2.6 Caraetéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caract&istique des logements, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Yaoundé Autres Ensemble des logements et Douala villes urbain Rural Ensemble Electrlclté Oui 85,0 50,3 Non 15,0 49,7 Approvisionnement en eau å boire Robinet dans le logement 21,4 10,9 Robinet dans la cour 13,8 7,7 Robinet du voisin 18,4 3,9 Borne fontaine 28,6 38.4 Puits à pompe 1,5 2.8 Puits sans pompe 6,7 15.1 Rivière, source, marigot 9.3 12,1 Eau de pluie 0,0 0,1 Eau achetée 0,0 8,6 Autre 0,4 0,1 ND 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau 21,5 9,6 Latrines amenag6es 61,8 57,8 Latrines sommaires 15,2 29,7 Ciel ouvert 0,8 2,0 Rivière 0,2 0,0 Pas de toilettes 0,4 0,8 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Sol Terre 7,7 34,8 Bois 0,1 0,0 Ciment 80,4 60,0 Carrelage 11,2 4,9 Autre 0,5 0,2 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utllls~e pour dormir 1-2 72,2 75,0 3-4 24,6 21,6 5-6 2,9 2,7 7 et + 0,3 0,7 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Moyenne 2.2 2.2 Effectif de ménages 482 836 63,0 8,7 29,0 37,0 91,3 71,0 14,8 0,9 6,1 9,9 0,9 4,3 9,2 0,3 3,6 34,8 10,5 19.6 2,3 11,6 8,1 12,0 ~,6 19,9 11,1 50.3 35,7 0,1 0,2 0,2 5,5 0,0 2,0 0,2 0,6 0,4 0,2 0,1 0,1 loe,0 loe,0 loe,0 14,0 0,8 5,7 59.3 20,0 34,7 24,4 57,2 45,0 1,6 16,5 10,9 0,I 0,5 0,4 0,6 4,8 3,2 0,0 0,2 0,0 100,0 100,0 100,0 24,9 7%0 5%6 0,0 0.7 0,4 67.5 21,3 38,5 7.2 0,7 3,2 0,3 0,1 0,2 0,0 0,2 0,1 100,0 100,0 100,0 74,0 79.2 77,2 22,7 17,1 19,2 2,7 2,7 2.7 0,6 0,9 0.8 0,0 0,1 0,1 100,0 100,0 100,0 2,2 2,1 2.1 1318 2220 3538 21 Graphique 2,3 Caractéristiques des logements ELECTRIClTE EAU: Robinel TOILETTES" SOL: Autre que terre ~--- PERSONNES/PIECE: 1-2 3-4 I i 1 m I 5+~___ 0 20 40 60 80 100 Pourcentage • Avec chasse d'eau ou latrines am6nag6es EDSC 1991 La provenance de l'eau ~ boire varie énormément selon le milieu de résidence (Tableau 2.6 et Graphique 2.3). A Yaoundé/Douala, la grande majorité des ménages consomment soit l'eau du robinet (53,6%), soit l'eau d'une borne fontaine (28,6%); mais près d'un ménage sur dix (9,3%) boit l'eau en provenance d'une rivière, d'une source ou d'un marigot. Dans les "autres villes," plus d'un tiers des ménages s'approvisionnent à une borne fontaine (38,4%), 22,5 pour cent consomment l'eau du robinet et 17,9 pour cent boivent l'eau de puits; l'eau de rivière/source/m arigot est consommée dans 12,1 pour cent des ménages. En milieu rural, plus d'un ménage sur deux (50,3%) s'approvisionne en eau de rivière/source/marigot, et plus d'un tiers des ménages (36,2%) firent l'eau des puits. Au niveau national, plus d'un tiers des ménages (35,7%) s'approvisionnent en eau de rivière/source/marigot. Cela signifie que ces ménages boivent de l'eau de qualité souvent douteuse. En outre, au regard des distances parfois importantes à parcourir pour la chercher, cette eau se trouve souvent en quantité limitée dans ces ménages. Très peu de ménages disposent de toilettes adéquates (Tableau 2.6 et Graphique 2.3): 5,7 pour cent seulement des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau, 34,7 pour cent utilisent des latrines aménagées, les 60 pour cent restant utilisent soit des latrines sans aucun aménagement, c'est-à-dire, le plus souvent, un simple trou (45,0%), ou ne disposent d'aucune installation (14,5%). Là encore, les différences entre milieux de résidence sont très importantes: à Yaoundé/Douala, la grande majorité des ménages disposent de chasse d'eau ou de latrines aménagées (83,3%); dans les "autres villes," 67,7 pour cent des ménages disposent du m~me équipement; par contre, en milieu rural, la majorité des ménages utilisent des latrines sommaires (57,2%), et plus d'un ménage sur cinq (21,9%) ne dispose pas de toilettes. S'agissant du plancher du logement (Tableau 2.6 et Graphique 2.3), on note que dans 57,6 pour cent des cas les ménages vivent à m~me la terre; le plancher des autres logements est essentiellement en ciment (38,5%). Une fois encore, les diîférences par milieu sont frappantes: en zone rurale, le sol de 77,0 pour cent des logements est en terre, contre 34,8 pour cent dans les "autres villes" et seulement 7,7 pour cent ~ Yanundé et Douala. 22 A partir de la question sur le nombre de pièces utilisées pour dormir, on a calculé le nombre de personnes dormant par pièce qui fournit une indication sur le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6 et Graphique 2.3). Dans plus des trois quarts des cas (77,2%), seulement une ou deux personnes donnent par pièce; dans près d'un ménage sur cinq (19,2%), trois ou quatre personnes partagent la m~me pièce et, dans 3,5 pour cent des cas, cinq personnes ou plus donnent dans la mSme pièce. En moyenne 2,1 personnes donnent par pièce: cette moyenne est légèrement plus faible en milieu rural (2,1) qu'en milieu urbain (2,2) ot~ les conditions de logement sont souvent plus difficiles, en particulier pour les couches les plus défavorisées de la population. Les questions posées sur les biens possédés par les ménages ont port6 sur le poste de radio, le poste de télévision, le réfrigérateur, la cuisinière, le réchaud et sur les moyens de transport tels que la bicyclette, la motocyclette et la voiture (Tableau 2.7): 54,0 pour cent des ménages possèdent un poste de radio, 14,2 pour cent un téléviseur, 10,2 pour cent un réfrigérateur, 8,4 pour cent une cuisinière et 9,9 pour cent un réchaud; par ailleurs, 15,7 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 7,6 pour cent ont une mobylette et 5,1 pour cent une voiture. Le poste de radio est le bien le plus répandu quel que soit le milieu de résidence, mais près de deux fois plus de ménages en possèdent un ~t Yaoundé/Douala (84,6%) qu'en milieu rural (44,6%). La possession d'un poste de radio, qui ne demande aucune installation et aucun entretien particulier, n'est pas un bon indicateur de différenciation de statut économique entre les ménages. Par contre, la possession d'un poste de télévision, d'un réfrigérateur ou d'une cuisinière qui conceme, respectivement, 45,9 pour cent, 39,3 et 34,3 pour cent des ménages de Yaoundé/Douala et qui ne concerne que 3,9 pour cent, 1,8 et 2,3 pour cent des ménages ruraux, est très certainement un indicateur significatif du niveau économique de la population; il en est de m~me de la voiture personnelle que les ménages de Yaoundé/Douala possèdent dix fois plus (16,1%) que ceux du milieu rural (1,6%). Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Cameronn 1991 Yaoundé Autres Ensemble Biens durables et Douala villes urbain Rural Ensemble Radio 84,6 61,4 69.9 44,6 54,0 Télévision 45,9 23.5 31,7 3,9 14,2 Réfrigératour 39,3 15,7 24,3 1.8 10,2 Cuisinière 34,3 9,5 18,6 2,3 8,4 Réchaud 29,3 11,5 18,0 5,1 9,9 Bicycleue 4,5 16,1 11,8 18,0 15,7 Motocyclette 6,0 13,2 10,5 5,9 7,6 Voiture personnelle 16,1 8,2 11,1 1,6 5,1 Effectif de ménages 483 836 1318 2220 3538 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.2.1 Caractéristiques des femmes enqu~tées Cette section traite des caractéristiques socio-démographiques des femmes enquetées individuel- lement: dans la suite de ce rapport, ces caractéristiques seront utilisées comme variables de classification ou variables explicatives de la plupart des phénomènes étudiés. Il s'agit notamment de l'age de la femme, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence, de la religion et de la naåonalité. La distribution de l'ensemble des femmes de l'échantillon selon chacune de ces variables est présentée au Tableau 2.8. 23 L'ãge est une variable fondamentale dans l'analyse des év6nements d6mographi- ques, mais, en meme temps, c'est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enregistrements écrits des événements n'existent pas ou sont rares, comme c'est souvent le cas en Afrique. De ce fait, un soin particulier a 6té accord6 à son estimation au moment de l'enquete. On de- mandait d'abord aux femmes leur date de nais- sance, puis leur fige. Lorsque la date de nais- sance et l'[ige étaient obtenus, l'enqu&rice con- trOlait la cohérence entre les deux informa- tions. Dans le cas où l'enqu~tée ne connaissait pas sa date de naissance ou son/lge, l'enqu~- trice essayait d'obtenir d'elle un document officiel tel que la carte d'identit6, l'acte de naissance ou la carte de baptême où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquetrice devait estimer l 'åge de la femme soit par comparaison å l'fige d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de la femme, ou encore en utilisant un calendrier historique. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'/lges quinquennal (Tableau 2.8) pr6sente une allure r6gulière: de 15-19 ans, groupe d'/lges modal avec 23,7 pour cent des femmes, à 45-49 ans (6,3%), les proportions diminuent régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les figes élevés. En ce qui concerne l'état matrimonial, on a considéré comme mariage ou union toutes les formes de mariage ou d'union, qu'elles soient légales ou non, formeUes ou non. Près des trois quarts des femmes de 15-49 ans sont en union: soit elles sont mari~es (62,3%), soit elles vivent avec quelqu'un (11,8%). La poly- gamie est relativement importante puisqu'eUe conceme pr6s d'un tiers des femmes en union (Graphique 2.4). Les célibatalres repr6sentent 18,6 pour cent des femmes, et les unions rem- pues (veuvage, divorce, s6paration) ne con- cernent qu'une faible proportion des enqu~t6es (7,3%). Tableau 2.8 Caract6ristiquns socio-ti6mographiques des femmes enqu~tées R6partiåon (en %) des femmes enquet~es par a8e, 6rat matrimonini, niveau d'instruction, milieu et région de r~lådenee, religion et nationalité, EDS Cameroun 1991 Caract6ristique Pourcentage socio-ddmographiquc pond6ré Effectif Pond~r6 Non pond6ré Groupe d'ages 15-19 23,7 919 949 20-24 20,1 778 789 25-29 16,0 618 643 30-34 14,5 562 555 35-39 10,8 418 409 40-44 8,6 332 308 45-49 6,3 244 218 Elat matrimonial Jamais en union 18,6 720 834 Man6e 62,3 2412 2231 Vivant avec quelqu'un 11,8 456 506 Veuve 2,5 97 102 Divore6e 1.8 70 67 Séparée 3,0 115 131 Niveau d'instruction Aucun 40,2 1557 1276 Primaire 33,3 1288 1275 Secondaire 25,4 984 1254 Sup~riunr 1,1 42 66 Milieu de résidence Yaound6/Dounia 16,2 627 1151 AuR'es villes 25,8 998 1035 Ensemble urbain 42,0 1625 2186 Rural 58,0 2247 1685 R6glon Yaound6/Dounia 16,2 627 1151 Adamaoua/NoedÆxL-Nord 33,9 1313 1033 CenUe/SudÆst 18,4 713 609 Ouest/Littoral 16,5 639 598 Nord-Ouest/Sud-Ouest 15,0 580 480 Rellglun Cathofique 37,0 1432 1619 Protestante 30,3 1172 1207 Musulmane 21,1 817 681 AuUe 11,6 451 364 Nafonnilt6 Camerounaise 96,5 3735 3744 Autre 3,3 129 121 NI) 0,2 7 6 Ensemble des femrt~s 1130,0 3871 3871 Du point de vue du milieu de r6sidence, 16,2 pour cent des femmes interrogé, es résident /l Yaoundé/Douala et 25,8 pour cent dans les "autres villes." Les femmes du milieu rural repr6sentent 58,0 pour 24 Graphique 2.4 Etat matrimonial des enquêtées Mariêe (union monogame) 46% Marié, e (union polygame) 2 Veuve 2% Divorc6e/Sêpar6e 5% CeliDa[ai«e 19% EDSC 1991 cent contre 42,0 pour cent pour l'ensemble du milieu urbain. Sur le plan régional, 6 l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord totalise un tiers des femmes interview~es (33,9%), les autres régions en comptent entre 18,4 et 15,0 pour cent. Concernant la religion (Tableau 2.8), il apparatt que les chrétiennes sont majoritaires, avec 37,0 pour cent de catholiques et 30,3 pour cent de protestantes; un peu plus d'une femme sur cinq est de religion musulmane (21,1%); les autres enquetées (11,6%) sont d'autres religions, y compris les animistes. Du point de vue de la nationalité, la presque totalité des enqu~tées (96,5%) sont des camerounaises; quant aux autres nationalités (3,3%), il s'agit presque uniquement (99% des cas, r6sultat non porté au Tableau 2.8) de femmes africaines. Sur le plan de l'instruction, on a déterminé pour chaque femme interrogée le niveau et le cycle d'enseignement atteints, et la dernière classe achevée. Le Tableau 2.8 indique que deux femmes enqu~tées sur cinq (40,2%) n'ont aucune instruction, un tiers des femmes (33,3%) ont atteint le cycle d'études primaires, une femme sur quatre (25,4%) a atteint le niveau secondaire et seulement 1,1 pour cent a accédé au supérieur. Ces niveaux d'instruction atteints varient de façon très importante selon certaines caractéristiques socio- démographiques des enqu~tées (Tableau 2.9). On peut ainsi noter que la proportion des femmes sans instruction augmente régulièrement des femmes les plus jeunes aux plus/lgées: seulement un quart des femmes de 15-19 ans (24,1%) sont sans instruction, contre trois quarts (77,6%) de celles de 45-49 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles ayant atteint le primaire ou le secondaire sont les plus élevées. 6 Rappelons que du point de vue régional, les villes de Yaoundé et de Douala sont traitées å part et sont donc exclues, respectivement, des régions Centre/Sud/Est et Ouest/Littoral. 25 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu&ées R~pardtion (en çó) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire Supérieur Total Effectif Groupe d'~ges 15-19 24,1 20-24 31,9 25-29 34,5 30-34 45,5 35-39 51,2 40-44 64,5 45-49 77.6 Milieu de r£~ldence Yaoundé/Douala 5,1 Aunes villes 41,6 Ensemble urbain 27,5 Rural 49,4 Réglon Yaoundé/Douala Adamaoua/Nord/Ext.-Nord Cenue/Sud/Est Ouest/Littoral Nord-Ouest/Sud-Ouest Ensemble 36,1 39,6 0,1 100,0 919 29,6 36.4 2,1 100,0 778 39,l 24.4 2.0 100,0 618 34,2 19,2 1,1 100,0 562 37,1 11,2 0.6 100,0 418 27.3 7,6 0,6 100,0 332 19,3 2,8 0.3 100.0 244 32,4 58,2 4,3 100,0 627 29.3 28,2 0,8 100,0 998 30.5 39.8 2,2 100,0 1625 35,3 15,0 0,3 100,0 2247 5.1 32.4 58,2 4.3 100.0 627 84,8 11.5 3,7 0,0 100,0 1313 13,9 51,8 33,8 0,5 100,0 713 21,2 46,1 31,9 0.8 100,0 639 30,5 46,7 21,9 0,9 10O,0 580 40,2 33,3 25,4 1,1 100,0 3871 C'est en zone urbaine, et surtout ~ Yaoundé/Douala, que les femmes sont les plus instmites: la proportion des femmes sans instruction passe de 49,4 pour cent en milieu rural, à 41,6 pour cent dans les "autres villes," et chute à 5,1 pour cent à Yaoundé/Douaia. C'est également dans ces deux villes que se trouvent les plus fortes proportions des femmes avec les niveaux d'instruction les plus élevés: 58,2 pour cent ont un niveau secondaire et 4,3 pour cent un niveau supérieur. Du point de vue régional, l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord se singularise par 84,8 pour cent de femmes sans instruction, suivi de très loin par le Nord- Ouest/Sud-Ouest (30,5%), par r OuestÆittoral(21,2%) et enfin par le Centre/Sud/Est où seulement 13,9 pour cent des femmes n'ont aucune instruction. 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 fournit des données relatives à l'accès aux média par les femmes interviewées. Ces données sont particulièrement importantes pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familiale. Dans l'ensemble, 34,0 pour cent des enquStées regardent la télévision et 43,9 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Mais, ces proportions varient largement selon l'fige, le milieu de résidence, la tégion et le niveau d'instruction. En général, du point de vue de rage, ce sont les femmes les plus jeunes qui regardent le plus la télévision et écoutent le plus la radio. A moins de 25 ans, plus de 40 pour cent de femmes regardent la télévision, cette proportion chute à 20,6 pour cent ~ 40-44 ans et ~t 10,1 pour cent ~ 45-49 ans. La m~me tendance est observée pour les femmes qui dcoutent la radio. Selon le niveau d'instruction, environ trois quarts des femmes les plus instruites regardent la télévision (73,8%) ou écoutent la radio (76,3%) au moins une fois par semaine; un fiers seulement des femmes de niveau primaire (34,9%) regardent la télévision et 26 une femme sur deux de ce niveau (51,5%) écoute la radio. Chez les femmes sans instruction, la proportion de celles qui écoutent la radio n'est plus que de 16,3 pour cent, et 6,9 pour cent seulement regardent la télévision. L'accès aux média par les femmes varie également selon le milieu et la région de résidence. Les proportions les plus importantes des femmes qui écoutent la radio ou regardent la télévision se rencontrent à Yaoundé/Douala (respectivement, 80,0% et 78,1%), suivies de très loin par les femmes des "autres villes" (respectivement, 47,6% et 45,1%), et enf'm par celles du milieu rural (respectivement, 32,2% et 16,7%). Du point de vue r~gional, les femmes de l'Adamaoua]Nord/Extr~me-Nord sont proportionnellement deux fois moins nombreuses å écouter la radio et trois fois moins nombreuses à regarder la télévision que les femmes de toutes les autres régions. Tableau 2.10 Accès des femmes aux ra~dla Pourcentage de femmes qui, habituellement, regardent la t6i6vision, ou 6courent la radio au moins une fois par semaine, par ~ge, niveau d'instruction et par milieu et r6gion de r~sidencc, EDS Cart~roun 1991 Regardent la Ecoutent la radlo TV au moins au moins Effecaf une fois/ une fois/ de Caractéristique semaine semaine femmes Groupe d'Ages 15-19 46,4 45,6 919 20-24 40,7 51,5 778 25-29 36,3 50,4 618 30-34 28,1 42,7 562 35-39 22,8 37,8 418 40-44 20,6 34,7 332 45-49 10,1 22,7 244 Milieu de résidence Yaound6/Do~a 78,1 80,0 627 Autres villes 45,1 47,6 998 Ensemble urbain 57,8 60,1 1625 Rural 16,7 32.2 2247 R~glon Yaound6/Do~a 78,1 80,0 627 Adamaoua/Nord/ExL-Nord 13,0 22,6 1313 CenSé/Sud/Est 33,8 53,7 713 Ouest/Littoral 37,6 42.4 639 Nord-Ouest/Sud-Ouest 30,0 42,9 580 Niveau d'Instruction Aucun 6,9 16,3 1557 Primaire 34,9 51,5 1288 Secondaire ou plus 73,8 76,3 1026 Ensemble des femmes 34,0 43,9 3871 27 CHAPITRE 3 FECONDITE Un des principaux objectifs de I'EDSC était de recueillir des données permettant d'estimer les niveaux de la fécondité, d'en dégager les tendances passé.es et de mettre en lumière certains aspects de la fécondité différentielle. Durant l'interview, l'enquetrice posait tout d'abord une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eu, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquetrice reconstituait alors avec la femme interrogée l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne a la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles: le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'état de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur fige et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; peur les enfants décédés, on s'intéressait å lqlge au décès. Au moment de la formation des enqu~trices, leur attention avait été attirée sur l'importance de ces questions et de leur précision. Lors de l'interview, l'enqu&rice devait, si possible, vérifier l'information obtenue, à partir, par exemple, de documents officiels, et détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles intergénésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant l'historique des naissances, l'enqu8trice contrélait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie: vivants, décédés, .) 6tait cohérent avec le nombre d'enfants obtenus ~ partir de l'historique des naissances. En cas de différences, l'enqu~trice devait revérifier et, 6ventueUement, corriger les réponses erronées. Malgré le soin apporté aux diff6mnts types de vérification, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inh6rentes aux enquêtes r&rospectives. Il s'agit notamment: du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, qui peut induire une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'age, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des figes ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des suresUmations de la fécondité à certains /lges et ~ certaines époques. Que ce soit le sous-enregistrement, ou l'impr~cision des dates de naissance ou des ages, ces erreurs sont, généraiement, d'autant plus importantes que les naissances sont anciennes. En outre, lors des enquetes EDS, on observe certains déplacements de dates de naissance d'enfants n6s durant la dernière période quinquennale vers les années pr~cédentes. Ces "déplacements" d'année de naissance sont souvent effectués "volontairement" par les enqu&rices, non seulement, pour èviter de poser les questions sur la santé (Section 4 du Questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale, mais encore pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces m8mes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connatt pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de son enfant. Dans le cas de I'EDS au Cameroun, ces déplacements, principalement de 29 naissances de 1986 vers 1985, ne sont pas très importants, et ne peuvent donc pas induire une sous- estimation significative de la fécondité des cinq demiéres années. 1 3.1 NIVEAU DE LA FECOND1TE ET FECONDITE DIFFERENTIELLE Le Tableau 3.1 présente les taux de fécondité par groupe d'/lges (illustrés par le Graphique 3.1) selon le milieu de résidence. Les taux sont calculés ici pour la période de trois ans ayant précéd6 l'enqu&e. Cette période de trois ans a été choisie comme compromis entre trois critères: fournir les indicateurs de fécondité les plus récents possibles, réduire les erreurs de sondage et éviter les problémes signalés précédemment sur le transfert de dates de certaines naissances. Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, indice synth&ique de fécondité (ISF), taux h-ut de natalité (TBN) et taux global de fdcondité gén&ale ÇfGFG) pour la pédode des trois années précédant l'enqu~te, selon le milieu de résidence, EDS Cameronn 1991 Résidence Yaoundé/ Autres Ensemble Groupe d'âges Douala villes urbain Rural Ertsemble 15-19 100 152 130 189 164 20-24 218 311 273 290 282 25-29 229 264 250 268 260 30-34 165 203 189 261 228 35-39 134 127 130 160 149 40-44 36 54 49 67 62 45-49 0 17 13 23 20 ISF 15-49 (.pour 1 femme) 4,41 5,64 5,17 6,29 5,82 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,41 5.55 5,10 6,17 5,72 TGFG (pour 1 000) 163 206 189 216 205 TBN (pour 1 000) 40 41 40 39 39 Note: Les taux sout calculé pour la période de 1-36 mois avent l'enqut.'te. Les taux à 45- 49 ans peuvent ~tre légènement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. i A l'Annexe E, le Tableau E.4 foumit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x å la demi-somme des naissances des années précédente et suivante, soit NJ[(N,.t+Nx«)/2]) rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1986 (rapport = 85,3 < 100), et un excédent en 1985 (rapport = 112,5 > 100), mais aussi en 1987 (rapport = 113,2 > 100). 30 350 300 250 200 150 1 oo 50 Pour mi[le Graphique 3,1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence 0 15 50 dt¤ ~~ 20 25 30 35 40 45 Age de la lemrne(ans) EDSC 1991 Les taux de fécondité par groupe d'åges suivent le schéma classique observé généralement dans les pays à forte fécondité: une fécondité précoce (15-19 ans) élevée (164%o) qui atteint son maximum à 20-24 ans (282%0) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants puisqu'à 35-39 ans le taux vaut encore 149 pour mille et que la fécondité des femmes de 40 ans et plus contribue pour plus de 7 pour cent å la fécondité totale. L'allure générale des courbes représentant les taux de fécondité par tige du milieu rural et des "autres villes," où la fécondité se maintient à un niveau élevé, reste assez similaire. Par contre, à Yaoundé/Douala les taux de fécondité aux jeunes figes sont plus faibles que dans le reste du pays (100% o à 15-19 ans et 218%o à 20-24 ans), et la courbe des taux de fécondité par ~ge présente une allure beaucoup plus "aplatie" que dans les autres milieux, cependant la fécondité reste élevée à des/iges avancés puisqu'à 35-39 ans le taux de fécondité des femmes de Yaoundé/Douala (134%o) rejoint celui des femmes des autres milieux. L'indice synthétique de fécondité (ISF), calculé à partir du cumul des taux par fige, mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde, si elle avait å chaque fige la fécondité par åge observée durant la période considérée, ici les trois années ayant précédé l'enqu&e. L'ISF des femmes de 15-49 ans atteint 5,8 enfants par femme au niveau national. Le taux global de fécondité générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en åge de procréer, atteint 205 pour mille au niveau national. Le taux brut de natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population, est de 39 pour mille. Le niveau de fécondité présente de très fortes variations selon le milieu de résidence (Tableaux 3.1 et 3.2 et Graphique 3.2): c'est en milieu rural que I'ISF est le plus élevé avec 6,3 enfants par femme, suivi des "autres villes" avec 5,6 et de Yaoundé/Douala avec 4,4 enfants par femme. Dans les deux 31 principales villes du pays, la fécondité est donc de 30 pour cent inférieure à celle du milieu rural, en d'autres termes, les femmes de Yaoundé/Douala donnent naissance, en moyenne, à près de deux enfants de moins qu'en milieu rural. Du point de vue régional, la fécondité la plus élevée se rencontre dans l'Adamaoua/Nord/Extreme- Nord (ISF de 6,38), suivi de très près par le Centre/Sud/Est (6,28), puis par l'Ouest/Littoral (5,96) et enfin le Nord- Ouest/Sud-Ouest (5,68). Selon le niveau d'instruction des femmes, on observe que la fécondité des femmes de niveau primaire (6,44) est très légèrement supérieure à celle des femmes sans instruction (6,20); compte tenu des erreurs de sondage cette différence est peu significative. Cependant, on peut penser que les femmes de niveau primaire en abandonnant certaines coutumes, telles que des interdits sexuels, sans pour autant utiliser de façon importante la contraception, ont finalement une fécondité légèrement plus forte que celle des femmes sans instruction. Par ailleurs, la stérilité primaire étant importante au Cameroun (voir ci- dessous), on peut supposer que celle-ci concerne moins les femmes instruites plus susceptibles à se faire suivre médicalement. Les femmes ayant atteint un niveau d'instruction secondaire ou supérieur, ont, quant ~t elle, un ISF de 4,5 soit près de 30 Tableau 3.2 Fécondité p~ caraet&istiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enqu~te et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 mas, par caractéristiclues socio-démographlques, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Nombre moyen Indice d'enfmats nés synthétique vivants pour les de féeondité 1 feanmes de 40-49 ans Milieu de r~sldence Yaoundé/Douala 4,41 5,68 Autres villes 5,64 5,90 Ensemble urbain 5,17 5,84 Rural 6,29 6,42 Région Yaoundé/Douala 4,41 5,68 Adamaoua/NordÆxt.-Nurd 6,38 6,28 Centre/Sud/Est 6,28 5,50 Ouest/Littoral 5.96 6,87 Nord-Ouest/Sud-Ouest 5,68 6,82 Niveau d'Instruction Aucun 6,20 6,43 Primaire 6.44 5,96 Secondaire ou plus 4,54 5,20 Ensemble 5,82 6,25 1Indice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans pour cent inférieur à celui des autres femmes. Au Tableau 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme atteignant 40-49 ans, soit en fin de vie féconde. Contrairement A I'ISF qui est une mesure de la fécondité du moment, ce nombre moyeu, qui peut 8tre assimile à une descendance, est le tésultat de toute la fécondité passée des générations des femmes enquêtes de 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (6,25) est supérieure A I'ISF (5,82), ce qui est très certainement le signe d'une 16gère baisse de la fécondité dans le pays. Que ce soit du point de vue de la résidence, de la région (sauf pour l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord et le Centre/Sud/Es0 ou du niveau d'instruction (sauf pour le primaire), on observe toujours que la fécondité du moment est inférieure/t la descendance, l'écart entre les deux mesures étant d'autant plus important que la fécondit6 actuelle est basse, comme dans le cas de Yaoundé/Douala avec un ISF de 4,4 contre une descendance de 5,7. Ceci dénoterait une tendance à la baisse de la fécondité, baisse particulièrement importante ~ Yaoundé/Douala. Par contre, dans le cas du Centre/SudÆst, I'ISF (6,28) est supérieur à la descendance (5,50), il en est de meme pour l'Adamaoua/Nord/Extrême-Nord, mais avec un écart très faible entre les deux mesures (6,38 contre 6,28). Mis à part la sous-déclaration ou l'omission de naissances anciennes qui peut entraîner une sous-estimation 32 de la descendance, le phénomène constaté ici pourrait ~tre le signe d'une ré.elle augmentation de la fécondité récente, consécutive, entre autres, å une baisse de la stérilit6 primaire et ~t l'abandon de certaines pratiques régulatrices de la fécondité (interdits sexuels, tabous, etc.), dans les deux régions concemées. RESIDENCE Yaound6/Douala Autres villes Rura, REGION Ad/Nord/Ext -Noro Cenhe/Sud/Es, Ouesl/Littora, NO/SO INSIRUCTION ~ Aucune Primaire Secondaire/Sup Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants par femme EDSC 1991 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Une première façon de dégager les tendances de la fécondité est de comparer les résultats de I'EDSC avec ceux provenant d'autres sources antérieures. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fécondité par åge selon I'ENF de 1978, selon le RGPH de 1987 et selon I'EDSC. 2 Les courbes de fécondité de I'EDSC et de I'ENF présentent des allures assez voisines, mais, mis å part ~t 30-34 ans, les taux actuels sont toujours plus faibles que ceux de 1978, et plus particulièrement aux ãges avancés (40 ans et plus). Il en résulte une baisse de I'ISF qui serait passé de 6,4 enfants par femme en 1978 à 5,8 actuellement. Les taux de fécondité calculés à parf]r des données du RGPH de 1987 sont basés sur les naissances des douze derniers mois; cette méthode de collecte, différente de l'histoire génésique utilisée par I'ENF et I'EDSC, a tendance à sous-estimer les niveaux de fécondité. Le Graphique 3.3, oia les taux de I'EDSC sont Tableau 3.3 Fécondité par age selon trois sources Taux de f6condit6 par Age et indice synth6tique de fécondit6 selon I'ENF (1978), le RGPH (1987) et I'EDSC (1991), EDS Cameroun 1991 ENF RGPH EDSC Groupe d'~ges 1978 1987 1991 15-19 186 143 164 20-24 295 264 282 25-29 276 257 260 30-34 220 205 228 35-39 155 146 149 40~4 106 67 62 45.49 36 14 20 ISF 15-49 6,37 5,48 5,82 Nom: Taux de fécondité par groupe d'ãges pour 1000 femraes. Sources: 1978: EnquSte Nationale sur la F6condit6 (EN'F) 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RFPH) 2 Au RGPH de 1987, les mesures de la fécondité sont basées sur les naissances des douze derniers mois. 33 Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources Pour mille 350 300 250 200 15o ÷ 1 O0 50 0 15 20 25 30 35 40 45 50 Age de la femme(ans) presque toujours supérieurs ~ ceux du RGPH, met en évidence cette légère sous-estimation du recensement (ISF estimé à 5,5 enfants par femme), mais il fait aussi apparattre des calendriers de la fécondité très similaires entre le RGPH et I'EDSC, en particulier la faible fécondité å 40-49 ans. Les données coUectées lors de I'EDSC permettent, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. On a calculé les taux de fécondité par ~ge de la mère å la naissance de leurs enfants, par période de quatre ans précédant l'enquête 3 (Tableau 3.4). A partir de ces données, pour chaque période, on a calculé I'ISF des femmes de 15-34 ans qui est représenté au Graphique 3.4; on a également porté sur ce graphique des données similaires de I'ENF (par période quinquennale). D'après I'EDSC, I'ISF serait resté pratiquement inchangé des années 1977 å 1985 (années centrales des périodes considérées), puis aurait légèrement baissé dans la p~riode la plus récente, comme cela a été signalé précédemment. L'ISF calculé à partir de I'EDSC et centré å l'année 1977 (5,2 enfants par femme) est légèrement supérieur à I'ISF calculé pour la période de 0-4 ans précédant I'ENF (4,9): I'ENF aurait légèrement sous-estimé la fécondité de la période précédant immédiatement l'enquête. Pour la période allant des années 60 å 70 où l'on observe une augmentation de I'ISF, cela résulterait d'une augmentation réelle de la fécondité, ".conséquence d'une baisse de la stérilité due ~t l'amélioration des conditions sanitaires et de la protection maternelle" (DSCN et EMF, 1983a:75). 3 On a retenu ici des périodes de quatre ans plut& que les habituelles périodes quinquennales pour éviter les problèmes de transfert de certaines naissances ayant eu lieu cinq ans avant l'enquête et euregistrées comme ayant eu lieu six ans avant. 34 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par ~.ge par p6riodes de quatre ans pr6eédant l'enqt~te, et selon l'åge de la mère, ED$ Camaroun 1991 Périodes précédant l'anqu&e (en ann6¢s) Groupe d'åges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 174 208 207 197 202 20-24 283 295 297 308 284 25-29 265 284 288 282 [294] 30-34 229 241 237 250 [204] 1 35-39 155 168 [196] [181] 1 40-44 62 [99] 45-49 [23] Note: Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calcul~es sur la base de dorm~s ineomplètes. ITaux calculés sur la b&se de moins de 500 cas (exposition) 4- Graphique 3,4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'ENF et I'EDSC Nombre d'enfants ~+ . . . . . . -4- ¢- ¢ 3 i i i L i i ~ i i i i i i i i i i i i i ~ i p 60 65 70 75 80 85 90 Année Le Tableau 3.5 présente le mOme type de données que le tableau pr6cédent, mais les taux sont calculés ici par dur6e de mariage. Pour les durées de mariage inférieures à vingt ans, la fécondit6 aurait tr6s faiblement diminué au cours du temps. Par contre, pour les femmes mari~es depuis vingt ans et plus ces changements de niveau paraissent beaucoup plus marqués. Ceci semble confirmer ce qui a ~te constat6 auparavant, en comparant les courbes de fécondité de I'ENF, du RGPH et de I'EDSC, ~t savoir qu'entre 35 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans précédant l'enquéta, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Cameronn 1991 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enquê, te (en années) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 304 320 313 305 292 5-9 304 322 309 308 288 10-14 256 275 284 278 280 15-19 223 224 236 246 [199] 1 20-24 127 158 [184] 25 -29 52 [ l l 1 ] Note: Taux de fécondité pour t000 femmes non-c61ibataire.s. Les taux entre crochets sont calcul~es sur la base de données incomplètas. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition) 1978 (ENF) et l'époque actuelle (RGPH et EDSC), c'est essentiellement la fécondité des femmes les plus ~lgées (40-49 ans) qui a connu une baisse significative. 3.3 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Au cours de I'EDSC, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui n'avaient pas abouti à des naissances vivantes et, si oui, combien elles avaient eu de grossesses de ce genre. Le Tableau 3.6 présente la répartition des femmes selon le nombre de grossesses improductives qu'elles ont eu, à savoir, d'une part, les grossesses ayant abouti à des mortinaissances et, d'autre part, les avortements spontanés ou provoqués. On peut penser que ces données sont sous-estimées du fait d'oublis, en particulier pour des mortinaissances ou fausses-couches anciennes. En outre, la législation camerounaise interdisant la pratique de l'avortement (sauf pour des raisons thérapeutiques), on peut penser que les cas d'avortements volontaioes ont ~té sous-déclarés. D'après le Tableau 3.6, plus d'un quart des femmes (25,9%) ont eu au moins une grossesse improductive et, parmi ces femmes, une sur trois (9,4%) a eu au moins deux grossesses de ce genre. Une femme a eu, en moyenne, 0,42 grossesse improductive. Ces résultats particulièrement élevés sont peut-Stre à mettre en parallèle avec le niveau important de stérilit6 primaire qui semble prévaloir au Cameroun (voir ci-dessous: Parité et stérilité primaire). Les grossesses improduetives s'observent dans tous les milieux de résidence, mais la proportion de femmes touchées par ce phénomène est légèrement plus importante à Yaoundé/Douala (27,1%) que dans les autres milieux, et surtout le nombre moyen de grossesses qui n'aboutissent pas à une naissance vivante (0,49) y est plus élevé que dans les "autres villes" et dans le milieu rural. Du point de vue régional, le Centre/Sud/Est se distingue du reste du pays par une forte proportion de femmes concemées (31,7%) et un nombre moyen de grossesses improductives élevé (0,49). On remarque enfin l'existence d'une corrélation entre le niveau d'instruction et les grossesses improductives; plus le niveau augmente, plus la proportion de femmes touchées par le phénomène est faible et plus le nombre moyen de ce type de grossesses diminue. 36 Tableau 3.6 Grossesses improductives Répartition (en %) de femmes par nombre de grossesses impmductives selon le milieu et la région de r&idence, et le niveau d'instruction, EDS Cameroun 1991 Nombre de grossesses improductives Nombre Caractéristique 0 1 2 3 + Total Effectif moyen Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 72,9 14.9 7,0 5,3 100,0 627 0,49 Autres villes 75,4 16.1 5,1 3,3 100,0 998 0,39 Ensemble urbain 74,4 15,6 5,8 4,1 100,0 1625 0,43 Rural 73,8 17,2 5,7 3,4 100,0 2247 0.41 Région Yaoundé/Douaia 72.9 14.9 7,0 5.3 100,0 627 0.49 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 77,8 14,7 4.2 3.3 100,0 1313 0.36 Centre/Sud/Est 68,3 20.7 6.7 4,3 100,0 713 0,49 Ouest/Littorai 73,5 16,4 7,2 2,9 100,0 639 0,42 Nord-Ouest/Sud-Ouest 74,6 17,5 5,0 2,9 100,0 580 0,38 Niveau d'Instruction Aucun 72,1 17,4 6,4 4,1 100,0 1557 0,47 Primaire 71,3 19,6 5,8 3,3 100,0 1288 0.43 Secondaire ou plus 80,4 11,5 4,6 3,5 100,0 1026 0.33 Ensemble 74.1 16,5 5,7 3.7 100.0 3871 0,42 3.4 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE Lors de I'EDSC on a posé aux femmes une série de questions pour déterminer le nombre total d'enfants qu'elles avaient eu au cours de leur vie. Ces informations ont permis le calcul des parités moyennes par groupe d'ãges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.7). On observe tout d'abord une augmentation rapide et r6gulière des parités avec l'åge de la femme: ainsi à la fin de sa vie féconde une femme a donné naissance A 6,3 enfants en moyenne. La répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité pr6coee élevée puisque près d'un tiers des jeunes femmes de moins de 20 ans (29,7%) ont déjà donné naissance à au moins un enfant. Par ailleurs, en fin de vie féconde (40-49 ans), près d'une femme sur trois (29,2%) a donné naissance ~ 9 enfants et plus. Les r6sultats concernant les femmes actuellement mati~es diff6rent de ceux concernant toutes les femmes, notamment aux jeunes figes où la proportion de femmes non mari~es et fi faible fécondité est importante. Ainsi, 53,3 pour cent des femmes mari6es de 15-19 ans et 89,2 pour cent des femmes marié, es de 20-24 ans ont déjfi eu au moins un enfant (contre, respectivement, 29,7% et 80,1% pour toutes les femmes). Aux ages plus élevés, les écarts observés sont peu importants et reflètent essentiellement les effets des ruptures d'union. 37 Tableau 3.7 Enfants n*s vivante et enfante ~rvivams R~pextitioe (en %) de toutes lea femm~ et des femmes actuellement ¢~ union par nom~c d'enfants nés vivmts) nombre moyen d'enfants ï~s vivan~ et nombre moyen d'enfa:~ survivante, selon l'8g© des femmes, EDS Cemerotm 1991 TOUTES LES FEMMES Effectif NomMe Nombre Nombre d'enfants n~ vivants de moyen moyen Groupe fera- d)enfants d'enfants d'88ea 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total mea nés vivanu survivant* 15-19 70,3 21,4 7,4 0,7 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 IO0,O 919 0,39 0,36 20-24 19,9 24,9 26,2 16,5 8,1 3,2 1,0 0,0 0,2 0,0 0,0 100,0 778 1,83 1,57 25-29 8,6 10,4 15,3 18,7 20,3 14,5 9,4 2,4 0,3 0,0 0,2 loe,0 618 3,28 2.84 30-34 5)3 7,4 9,7 9,4 13,2 16.1 16,2 12,5 6,7 2,9 0,6 I00,0 562 4,59 3,87 35-39 6,5 4,7 4,7 7,3 8)5 12,8 11,4 17,7 10,7 7.8 8,1 100,0 418 5,67 4,66 40-44 5,8 6)4 5,1 7,4 7,9 5,5 10,2 10,0 14,6 9,7 17,6 100,0 332 6,21 4,87 45-49 10.3 5,8 7.1 4)9 4.6 6,3 7)5 7.4 14,2 9,0 22,8 IG0,0 244 6,29 4,66 Total 24,7 14,2 12,3 9,6 8,7 7,5 6,6 5,4 4,3 2,7 3,9 100,0 3871 3,19 2,63 FEMMES AC'I'UELLEMENT EN UNION Effectif N~nbr¢ Nombre NomMe d'eaffants n6~ vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfantl d'&8¢at 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 104- Total mes n~s vivant* survivante 15-19 46,7 37,1 14,8 I,I 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0.0 I00,0 377 0,71 0,64 20-24 10,8 23,8 29,5 20,3 I0, i 4,1 1,1 0,0 0,2 0»0 0,0 I00,0 597 2,13 1,82 25-29 6,7 7,4 15,4 18)5 21,6 16,3 10,7 2,7 0,3 0,0 0,2 I00,0 538 3,50 3,02 30-34 4,1 5,7 10,1 9,2 12,2 17,2 17,7 13,3 6# 2,8 0,7 100,0 488 4,75 4,03 85-39 5,7 4,4 4.8 7,2 8,5 12,1 11,1 18,4 11,0 8,1 8,6 100,0 383 5,79 4,74 40-44 5,1 5,6 4,9 7,9 7,9 5,3 10,4 10,1 14,1 9)9 19.0 100.0 281 6,34 4)94 45-49 9)9 5,3 7,7 5,0 5,0 4,9 7,5 7,1 14,6 10,0 22.9 100.0 205 6,34 4,78 Total 12)3 13.7 14,4 11,5 10,5 9,3 8,3 6,7 5,2 3,2 4,8 100,0 2868 3,85 3,17 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique, par conséquent, la parité zém des femmes actuellement mari~es et les plus ågées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire: 6,5 pour cent des femmes de 35-49 ans, ages auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent 8tre considérées comme st~files. Ce niveau de stérilité totale ou primaire est relativement élevé par rapport ~t celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique, où il atteint très rarement 4 pour cent (Arnold et Blanc, 1990). Cependant, le fait qu'à partir de 30-34 ans (ages auxquels la grande majorité des femmes ont déjà eu leur premier enfant) les proportions de femmes sans enfants soient de plus en plus élevées avec l'augmentation de l'age dénote, peut-Stre, une diminution de la stérilité primaire dans les générations les plus récentes. Au cours de I'ENF de 1978, la stérilité primaire calculée pour les femmes de 35-44 ans (11,1%) était presque deux fois plus élevée qu'aujourd'hui, mais déjà cette stérilité était considérée en baisse "du fait de l'amélioration de l'état de santé de la population et des progrès du développement socio- économique" (DSCN et EMF, 1983a:85). 3.5 INTERVALLE INTERGENES lQUE De nombreuses recherches ont montré que la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant à la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9). Le Tableau 3.8 présente la répartition des naissan- 38 Tableau 3.8 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu&e par nomtne de mois écoul6s depuis la naissance )réeédente, salon certaines earactéristiques soeio-d~mographiques, EDS Cameroun 1991 Nombre de mois écoulés depuis la naissance pr6c6dente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de pr6c&iente naissances Groupe d'Ages 15-19 17,6 15,8 49,9 8,0 8,6 100,0 82 27,2 20-29 8,4 17,0 47,4 14,8 12,4 100,0 1418 29,0 30-39 6,6 13,7 45,4 15,3 19,1 100,0 1087 31,4 40+ 6,3 6,9 37.9 19,2 29,6 100,0 242 36,5 Type d'union Non en union 6,1 11,4 40,5 19,8 22,2 100,0 214 33,6 Union monogame 7,2 14,4 45,7 16,3 16,4 100,0 994 31,2 Union polygame 8,4 15,5 46,7 13,9 15,5 100,0 1621 29,5 Rang de nalssance 2-3 8,0 15,1 46.3 15,3 15,3 I00,0 1080 30,0 4-6 7,0 15,7 46,5 15,3 15,5 I00,0 1104 30.0 7+ 8,8 12,7 44,3 14,7 19,4 I00,0 644 31,5 Sexe de l'enfant pr~c~dent Masculin 7,5 14,2 48,2 14,7 15,4 100,0 1408 30,4 Féminin 8,1 15,5 43,6 15,7 17,2 100,0 1420 30,1 Survie de l'enfant pr~cédent Toujours vivant 5,5 13,9 48.4 15.8 16,6 I00,0 2450 30,9 D6céd6 22,9 21,0 29,8 11,4 14,9 100,0 379 25,7 Milieu de r6sldence Yecundé/Douala 10,8 13,8 44,7 11,0 19,8 100,0 351 29,6 Autres villes 7,8 15,6 43,5 16,4 16,7 100,0 743 30,2 Ensemble urbain 8,7 15,0 43,9 14,7 17,7 100,0 1093 29,9 Rural 7,2 14,7 47,1 15,5 15,5 100,0 1735 30,5 R~glon Yaoundé/Douaia 10,8 13,8 44,7 11,0 19,8 100,0 351 29,6 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 9,3 17,5 39,7 17,0 16,6 100,0 1132 29,6 Centre/Sud/Est 8,2 14,6 51,7 14,3 11,2 100,0 502 29,4 Ouest/Littoral 5,1 12,7 50,9 12,5 18,8 I00,0 429 30,5 Nord-Ouest/Sud-Ouest 3,5 10,9 51,7 17,6 16,4 100,0 414 32,6 Niveau d'Instruction Aucun 9,3 14,9 40,6 16,9 18.3 I00,0 1318 31,1 Primaire 4,9 14,4 52,7 14,7 13,3 100,0 1053 30,1 Secondaire ou plus 10,0 15,6 45,4 11,3 17,7 100,0 459 29,1 Ensemble 7,8 14,8 45,9 15,2 16.3 I00.0 2829 30,3 Note : Les naissances de rang 1 sont exelues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois ~oulés devuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 39 ces des cinq années ayant précédé l'enquEte selon le nombre de mois 6coulés depuis la naissance pr6cédente, en fonction de diverses caract6ristiques socio-démographiques. Près de 8 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près 15 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur a~né: au total donc, dans environ un quart des cas (22,6%), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La grande majorité des naissances (61,1%) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; seulement 16,3 pour cent des enfants sont nés quatre ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle interg6nésique est de deux ans et demi (30,3 mois). Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (20-29 ans) que chez les femmes plus [Igées, en particulier celles de 40 ans et plus. Bien que le Tableau 3.8 mette en évidence une très forte proportion de naissances précéd6es par un intervalle de moins de dix-huit mois chez les femmes de 15-19 ans, cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité sont exclues de ce tableau. Du point de vue de l'état matrimonial de la femme, il est intéressant de noter que l'intervalle intergénésique est légèrement plus court chez les femmes en union monogame que chez celles en union polygame. Concernant le sexe et le rang de naissance de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles; par contre, comme attendu, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant ptécédent est toujours en vie: 43,9 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est déc~dé, contre 19,4 pour cent lorsqu'il est toujours en vie. En ce qui conceme le milieu de résidence, les intervalles intergén6siques varient peu: l'intervalle médian le plus long qui s'observe en milieu rural (30,5 mois) n'est que d'un mois supérieur a l'intervalle médian le plus court (29,6 mois à Yanundé/Douala). La r6gion du Nord-Ouest/Sud-Ouest où, du point de vue régional, l'on observe le plus faible ISF, se particularise par un intervalle médian plus long que partout ailleurs (32,6 mois), plus de deux mois supérieur à celui des autres régions. Enfm, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate que l'intervalle est d'autant plus court que le niveau est élevé. 3.6 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'[lge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et peut ~tre un facteur de risque de mortalité (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.9 présente la répartition des femmes par fige ~ la première naissance ainsi que leur [lge médian å la première naissance, selon leur groupe d'figes au moment de l'enquête. Entre 18 et 19 ans, 50 pour cent des femmes ont déjà eu leur premier enfant. En excluant l'ãge médian des femmes de 45-49 ans qui est peut-être surestimé du fait d'omissions de premières naissances ou d'erreurs dans la déclaration de la date de naissance du premier enfant, on constate une très légère diminution de l'age médian à la première naissance des générations les plus anciennes aux plus r~centes. L'åge médian pour les femmes de 30-39 ans à I'EDSC correspond approximativement à ce qui avait été trouvé lors de I'ENF pour ces m~mes générations qui étaltent alors agées d'environ 20-29 ans. L'ENF avait également noté une légère baisse de l'åge médian au cours des générations. Ainsi, il semble que le rajeunissement de l'~ge å la première naissance soit un phénomène qui dure depuis une vingtaine d'années. Compte tenu du fait que l'ãge médian au premier mariage semble augmenter (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), le rajeunissement de l'~ge å la première naissance est peut-être dQ à une fécondité plus importante avant le mariage. 40 Tableau 3.9 A.ge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par ~tge à la premi6re naissance, et ~ge m6dian b. la ptemi&e naissance selon l' lge actuel, EDS Cameroun 1991 Age m6:lian a la Femmes Age à la première naissance Effectif première naissance Age sans de actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total femmes EDS 1991 ENF 1978 a 15-19 70,3 6,1 17,8 5,8 b b b 100,0 919 c c 20-24 19,9 10,8 35,4 20,6 10.4 2,9 b 100,0 778 18,4 18,8 25-29 8,6 12,6 30,9 21,7 13,5 10,0 2,7 100,0 618 18,6 19.3 30-34 5,3 13,9 29,6 21,1 14,2 10,6 5,4 100,0 562 18,6 19.0 35-39 6.5 8,6 30,9 25,6 14,6 7,4 6,3 100,0 418 18,8 20.1 40-44 5,8 15,4 30,4 18,6 15,2 6,6 8,0 100,0 332 18,5 20,3 45-49 10,3 12,2 24,6 19,3 12,0 11,6 10,1 100,0 244 19.4 21,4 SCalcttl6 selon la m6thode des tables de survie bsans objet CNon applicable: moins de 50% de fenm~s ont eu un enfant Du point de vue du milieu d'habitat (Tableau 3.10), les femmes de Yaoundé/Douala se particularisent par des premières naissances qui arrivent légèrement plus tard que dans le reste du pays (fige médian de 19,6 ans contre 18,7 pour les "autres villes" et 18,5 pour le milieu rural); au niveau des régions, on n'observe pratiquement pas de différences, si ce n'est pour l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord où l'fige médian à la première naissance est nettement inférieur à celui des femmes du reste du pays (17,7 ans contre environ 19 ans dans les autres r6gions). On observe enfin une corrélation positive entre le niveau d'instruction et l'åge médian à la première naissance: les femmes des niveaux secondaire ou supérieur ont leur premier enfant deux ans plus tard que celles sans instruction (fige médian de 20,1 ans contre 18,0). 41 Tableau 3.10 Age médian ~ la première naissmace Age médian à la première naissance (fanunes de 20-49 ans) par åge actuel et par earactérlstiques so¢io- démographiques, EDS Cameroun 1991 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 20,4 19.9 19,8 19.4 19,4 18,4 19,6 Autres villes 18,1 18,4 18.6 18,6 18,9 19,8 18,7 Ensemble urbain 19,0 19,0 18,9 18,9 19,1 19,3 19,0 Rural 17,9 18,1 18,2 18,7 18,2 19.4 18,5 Région Yaotmdé/Douala 19,9 19,8 19,4 19,4 18,4 19,6 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 16,5 17,1 17,3 18,2 17,8 20,4 17,7 Centre/Sud/Est 18,3 18,8 19,3 19,2 18,3 20,2 19,1 Ouest/Littoral 19,3 19,1 18,8 18,6 18,7 19,4 19,0 Nord-Ouest/Sud-Ouest 19,2 18,8 18,8 19,4 18,9 17,7 18,8 Niveau d'Instruction Aucun 16,4 17,0 17,2 18,5 18,1 19,5 18,0 Primaire 17,9 18,6 18,8 18,9 18,8 19,0 18,8 Secondaire ou plus 20,4 20,3 19,2 18,9 21,2 20,1 Ensemble 18,4 18,6 18,6 18,8 18,5 19,4 18,7 Note: L'åge médian pour la cohorte 15-19 ne peut être déterminé car de nombreuses femmes panveaat encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.7 FECONDITE DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet néfaste sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus élevé lorsqu'ils naissent de femmes très jeunes (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes (15-19 ans) qui contribuent pour 14 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l'~ge médian à la première naissance se situe dans cette tranche d'~ge. Le Tableau 3.11 fournit les proportions, par/lge détaillé entre 15 et 19 ans, des adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois: la somme de ces deux pourcentages foumit la proportion de femmes ayant commençA leur vie féconde. Dès 15 ans, 15,5 pour cent des femmes ont déjà commencé leur vie féconde: 8,5 pour cent ont déjà eu un ou plusieurs enfants et 7,0 pour cent sont enceintes pour la première fois. Cette proportion augmente réguli~rement et rapidement avec lqlge: à 17 ans un tiers des femmes ont déjà commencé leur vie féconde, et à 19 ans un peu plus d'une femme sur deux (51,8%) a déjå eu au moins un enfant et 5,5 pour cent sont enceintes de leur premier enfant. 42 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceinte d'un premier enfant par caract&istiques soeio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique M~res premier enfant vie féconde Effectif Age 15 8,5 7,0 15,5 189 16 17,4 6,1 23,5 187 17 28,2 5,0 33,2 168 18 44,1 3,3 47,4 224 19 51,8 5,5 57,3 150 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 20,0 5,2 25,2 158 Aua'es villes 26,3 4,5 30,7 231 Ensemble urbain 23,7 4,8 28,5 389 Rural 34,1 5,7 39,8 530 Région Yaoundé/Douala 20,0 5,2 25,2 158 Adamaoua/NordÆxt.-Nord 40,7 7,4 48,1 265 Cena'e/SudÆst 28,0 4,1 32,1 182 Ouest/Littoral 22,4 5,0 27,4 174 Nord-Ouest/Sud-Ouest 31.3 3,4 34,7 140 Niveau d'Instruction Aucun 45,2 8,2 53,4 222 Primaire 31,7 6,0 37,8 332 Secondaire ou plus 18,5 2,9 21,3 365 Ensemble 29,7 5,3 35,0 918 Sur l'ensemble de femmes de 15-19 ans, 29,7 pour cent ont déjà eu au moins un enfant et 5,3 pour cent étaient enceintes d'un premier enfant au moment de l'enqu&e. La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural oU 39,8 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans, contre 30,7 pour cent dans les "autres villes" et 25,2 pour cent à Yaoundé/Douala (Graphique 3.5). De m~me, la proportion d'adolescentes déjà mères ou en première grossesse dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord (48,1%) est beaucoup plus forte que dans les autres régions, et c'est dans l'Ouest/Littoral que cette proportion est la plus faible (27,4%). C'est par niveau d'instruction que la fécondité des adolescentes diffère le plus, comme c'était le cas pour l 'åge médian à la première naissance. Plus de 50 pour cent (53,4%) des adolescentes sans instruction ont déjå un premier enfant ou sont enceintes pour la première fois; cette proportion passe à 37,8 pour cent pour les adolescentes de niveau primaire, et tombe å 21,3 pour cent pour celles de niveau secondaire ou supérieur. Le Tableau 3.12 fournit la tripartition des adolescentes par age détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (29,7% des 15-19 43 ans), un peu plus d'un quart en ont déjà eu deux ou plus (8,3% par rapport à 29,7%). Il s'agit surtout des adolescentes les plus/tgées, puisque 17,8 pour cent des femmes de 18 ans et 14,9 pour cent de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. 4 La paritd moyenne augmente avec råge, et une adolescente de 19 ans a déjà eu, en moyenne, 0,68 enfant. Graphique 3,5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde RESIDENCE Yaoundd/Doual~ Autres ville. ~ Rura REGION Ad/Nord/ExI - Norç Centre/Sud/EsT Quest/Littoral NO/SO 4NSTRUCTION Aucune Primaire Secondakre/Sup 0 10 20 30 40 50 Pourcentage 60 EDSC 1991 Tableau 3.12 Enfants n6s de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes gtgdes de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nes vivants selon l'åge, EDS Carr~roun 1991 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2+ Nombre moyen d'enfants n~s Effectif Total vivmats d'adolescentes 15 91,5 7,8 0,7 100,0 0,10 189 16 82,6 14,2 3,2 100,0 0,21 187 17 71,8 24,5 3,7 100,0 0,32 168 18 55,9 26,3 17,8 100,0 0,64 224 19 48,2 36,9 14,9 100,0 0,68 150 Total 70,3 21,4 8,3 100,0 0,39 919 « U faut néanmoins noter que la proportion particulièrement forte de femmes de 18 ans ayant deux enfants ou plus (17,8%), plus élevée qu'à 19 ans (14,9%) et beaucoup plus élevé qu'à 17 ans (3,7%), est pout-étre due, en partie, à an phénomène de transfert d'åges. L'effectif particulièrement important de femmes de 18 ans (224) par rapport à celles de 17 ans (168) et de 19 ans (150) semble le confirmer. La proportion de femmes de 18 ans avec deux enfants et plus serait alors légèrement surestimée au détriment des proportions concernant les femmes de 17 et 19 ans. 44 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Dans son ensemble, la population du Cameruun est restée très largement pro-nataliste du fait, en partie, de la prédominance de mentalités et de coutumes qui valorlsent une descendance nombreuse. Cette situation a eu pour effet de limiter la portée des mesures et actions entreprises dans le but d'une meilleure planification des naissances. La seule étude d'envergure nationale ayant jusque-lå traité de la connaissance, de l'utilisation et des attitudes vis-å-vis de la contraception et de la planification des naissances est I'ENF, réalisée en 1978 dans le cadre des programmes de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité. Comme l'on s'y attendait, les résultats de cette enquête ont mis en évidence le manque de connaissance des femmes en matière de contraception et une très faible prévalence contraceptive. Pourtant, ces deux demières décennies, les services sociaux implantés sur l'ensemble du territoire national ont fait face à des cas de plus en plus nombreux de grossesses et de naissances non désirées. Face à cette situation, le gouvernement a, dès 1988, défini et entrepris une action de sensibilisation ayant pour but, non seulement de souligner les inconvénients d'un déséquilibre entre les ressources disponibles et une descendance trop nombreuse, mais aussi de prSner une "parenté responsable." Ainsi, des centres de Planification Familiale ont vu le jour dans certaines villes du pays, en particulier dans les centres de Protection Matemelle et Infantile (PMI) de Yaoundé et Douala. De meme, la construction dans plusieurs unités administratives du pays de "Maison de la Femme" a foumi un cadre idéal de débat, entre femmes, sur les questions de contraception et d'espacement des naissances. A I'EDSC, on a demandé aux personnes interrogées quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis l'enquêtrice a décrit les méthodes non citées spontanément et a demandé aux femmes si elles en avaient déj~t entendu parler. On s'est intéressé alors à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention de son utilisation dans le futur. On a enfin demandé aux femmes si elles savaient oi~ se procurer les différents moyens de contraception. Les résultats obtenus à partir de ces questions permettent d'évaluer les résultats des actions entreprises en matière de planification familiale, et foumissent les informations nécessaires pour étendre et renforcer ces actions. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où se les procurer sont les conditions préalables à toute utilisation de la contraception. Du point de vue de la connaissance des méthodes contraceptives, on demandait tout d'abord aux femmes: "De quels moyens ou méthodes avez-vous entendu parler?." Chaque méthode ou moyen cité par l'enquetée en réponse à cette question, était noté par l'enqu~trice et considéré comme connaissance spontanée. Puis, pour les méthodes non mentionnées spontanément par l'enqu~tée, l'enqu~trice devait les décrire et enregistrer selon le cas si oui ou non l'interviewée en avait entendu parier ou les connaissait. Ainsi, on considère qu'une femme connai't une méthode si elle l 'a citée spontanément ou si elle a déclaré la connaltre après description. Enfin, pour chaque méthode de contraception connue, on a demandé à l'enquêtée si elle savait où se la procurer. Les méthodes retenues dans le questionnaire peuvent ~tte classées en deux catégories: 45 Méthodes modernes: pilule, DIU ou stérilet, injection, spermicides (diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie); • Méthodes traditionnelles: continence périodique, abstinence prolongée, retrait. par ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, à savoir, essentiellement, les méthodes traditionnelles (les herbes, écorces, etc.), ont été enregistrées dans une catégorie "autres méthodes." Les résultats obtenus montrent que près des rois quarts des femmes (72,5%) ont déclar6 cormaRre au moins une méthode; si on se limite aux femmes en union, cette proportion est légèrement plus faible (69,6%) (Tableau 4.1). S'agissant des seules méthodes modernes, 66,4 pour cent de l'ensemble des femmes et 62,9 pour cent des femmes en union en connaissent au moins une. Le Tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant déclar6 connaRre chaque méthode contraceptive spécifique. La stérilisation féminine est la méthode modeme la plus connue par l'ensemble des femmes (53,1%) suivie de la pilule (49,0%); moins d'une femme sur deux connait le condom (44,1%) et les injections (40,8%) et moins d'une femme sur trois connaît le DIU (32,1%). Seulement 17,1 pour cent des femmes ont déclaré connaRre les spermicides et 8,1 pour cent la stérilisation masculine. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la continence périodique (44,6%) et l'abstinence (41,1%) sont légèrement plus connues que le retrait (37,1%). Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union qui cormaissent unœe méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique, EDS Cameroun 1991 Connait une méthode Connah une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'Importe quelle méthode 72,5 69,6 54,0 50,1 Méthode moderne 66,4 62,9 51,4 48,4 Pilule 49,0 45,5 30,0 27,3 DIU 32,1 29,9 22,6 20,8 Injection 40,8 40,1 25,4 23,5 Méthodes vaginales 17,1 15,3 11,8 10,1 Condom 44,1 39,7 29,2 25,2 St&ilisation féminine 53,1 50,9 41,2 39,6 Stérilisation masculine 8,1 7,3 5,7 5,1 Méthode tradltinnnelle 60,9 58,1 30,0 25,2 Continence périodique 44,6 39,4 30,0 25,2 Abstinence 41,1 41,2 Retrait 37,1 35,7 Autres méthodes 7,7 7,7 Effectif de femmes 3871 2868 3871 2868 46 Si l'on compare ces r6sultats a ceux obtenus lors de I'ENF de 1978 (Graphique 4.1), on peut noter une très nette amélioration de la connaissance des méthodes contraceptives: les proportions de femmes ayant d6clar~ connaftre au moins une m6thode sont deux fois plus élevées à I'EDSC qu'à I'ENF (1978), que ce soit pour l'ensemble des méthodes (72,5% contre 35,8%) ou peur les seules méthodes modernes (66,4% contre 29,2%). Entre 1978 et 1991, c'est la connaissance du condom qui a le plus progressé, passant de 13,8 à 44,1 pour cent, et celle du DIU qui a connu la plus faible progression, de 18,8 ~t 32,1 pour cent. Si l 'on considère, d'une part, l'ensemble des femmes et d'autre part, les femmes en union, on constate que, respectivement, 54,0 et 50,1 pour cent d'entre elles connaissent une source d'approvisionnement de la contraception. C'est dire qu'il y a un écart très important entre la proportion de femmes connaissant une méthode contraceptive (72,5%) et la proportion de celles qui savent où l'on peut se la procurer (54,0%): en d'autres termes, près d'une femme sur trois connaissant un moyen contraceptif ne sait pas où on peut l'obtenir. S'agissant des m6thodes modernes, 51,4 pour cent de l'ensemble des femmes connaissent une source d'approvisionnement. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 30,0 pour cent des femmes ont déclaré savoir où obtenir des conseils sur la façon de pratiquer la continence périodique. Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans, 1978 et 1991 Au moins 1 m@thode Au moins 1 méth mod Pilule DIU I Condom Continence p~,riod, Retrait 0 ~ 3 2 44 45 20 40 6O 8O Pourcentage Le Tableau 4.2 présente les proportions de femmes en union ayant déclar6 conna~e des méthodes contraceptives et un endroit où se les procurer selon différentes caraetéristiques socio-démographiques. La distinction par groupe dqiges quinquennaux montre que, quel que soit le groupe d'ãges, près de 7 femmes sur 10 connaissent au moins une méthode contraceptive, sauf pour les femmes de 45-49 ans où la proportion est de 61,5 peur cent. Mais c'est chez les femmes de 25-29 ans que la connaissance de la contraception est la plus élevée (73,7%), et chez celles de 15-19 ans qu'elle est la plus faible (67,8%). Si l 'on se limite aux méthodes modernes, on peut observer les mémes types de variations selon l'age, mais avec des écarts plus prononc6s: chez les femmes de moins de 40 ans, la connaissance varie de 60,9 pour cent à 15-19 ans et 35-39 47 Tableau 4.2 Connaissance des m6thodus contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant an moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par earactéristiques socio-démographiques, EDS Cameronn 1991 Connait une Connaît so~oe pour Effectif Cnnna~t une rn~thode m~thode de Caratéristique une méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 67,8 60,9 42,5 377 20-24 70,2 65,7 53,4 597 25-29 73,7 69,2 54,9 538 30-34 69,5 62,5 50,2 488 35-39 69,4 60,9 48,1 383 40-44 69.5 58,8 40,4 281 45 -49 61,5 52,1 35,0 205 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douaia 96,7 95,7 89,1 383 Autre villes 70,6 65,7 54,5 714 Ensemble urbain 79.7 76,2 66,6 1098 Rural 63,4 54,7 37,1 1771 Région Yaoundé/Douala 96,7 95,7 89,1 383 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 41,5 29,8 18,0 1170 Centre/Sud/Est 82.3 78,3 58,5 500 Ouest/Littoral 87,1 80,5 62,0 432 Nord-Ouest/Sud-Ouest 92,0 91,3 72,0 383 Niveau d'Instruction Aucun 46,5 35,6 19,5 1376 Primaire 85,7 81,7 65,3 951 Secondaire ou plus 100,0 99,5 92,2 542 Ensemble 69,6 62,9 48,4 2868 IC'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermieides, diaphragmus.), condom et stérilisatinns féminine et m~culine. ans à 69,2 pour cent chez les femmes de 25-29 ans. La connaissance d'un endroit où se procurer une méthode moderne de contraception suit les m~mes tendances que la connaissance des méthodes elles-m~mes: ce sont les femmes des åges intermédiaires (20-39 ans), et surtout celles de 25-29 ans (54,9%) qui connaissent le mieux les sources d'approvisionnement; les femmes les moins bien informées sont celles de 40 ans et plus (38,1%) et celles de 15-19 ans (42,5%). En ce qui concerne le milieu de r6sidence, il apparaît que la contraception est mieux connue en ville qu'en zone rurale: la presque totalité des femmes de Yaoundé/Douala connaissent une méthode quelconque (96,7%) ou une méthode moderne (95,7%); dans les "autres villes" ces proportions sont, respectivement, de 48 70,6 et 65,7 pour cent, et elles passent à 63,4 et 54,7 pour cent en milieu rural. En considérant les régions, on se rend compte que les niveaux de connaissance les plus élevés se trouvent dans la rdgion du Nord- Ouest/Sud-Ouest (92,0%), suivie par celle de l'Ouest/Littoral (87,1%), puis par celle du Centre/Sud/Est (82,3%); dans 1'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord, la connaissance des mdthodes contraceptives est très faible, puisque seulement 41,5 pour cent des femmes ont déclaré connaître une méthode quelconque et 29,8 pour cent une méthode modeme. L'examen des résultats selon le niveau d'instruction indique que celui-ci influe fortement sur la connaissance de la contraception: moins d'une femme sur deux sans niveau d'instruction (46,5 %) connait une méthode quelconque; cette proportion passe à 85,7 peur cent chez les femmes ayant un niveau primaire, et toutes les femmes en union de niveau secondaire ou supérieur ont affirmé connaRre au moins une méthode de contraception. Que ce soit selon le milieu ou la région de résidence, ou le niveau d'instruction, la connaissance de sources d'approvisionnement pour les méthodes contraceptives est d'autant plus importante que la proportion de femmes connaissant la contraception est élevée. 4.2 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION Aux femmes qui avalent déclaré conna~tm une méthode contraceptive, les enquetrices ont demandé si elles avalent déjà utilisé cette méthode. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie fdconde des femmes par type de méthode sp6cifique (Tableau 4.3). Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant d6jà utilisd une m6thod¢ contraceptive, par rn~thode spécifique, selon l'~8e . EDS Cameroun 1991 N'im M~thodes modernes N'im M6thodcs traditionnelle« N'ira- porte porte porte quelle M~OE quelle Com~ Effectif Groupe quelle méthode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. St~iL m(~hode p&io- Ab6ti- des d'ttges m6thode moderne uie DIU tioe hales dom fhnin, mascul, tradit, diqu¢ nei',ce Retrait Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 35,5 10,8 1,8 0,0 0,6 I,I 8,7 0,0 0,0 34,0 26,5 10,9 II,0 2,0 919 20-24 53,5 18,1 5,7 0,7 2,1 2.6 13,1 0.0 0,0 51,2 39,1 16,7 24,6 2,7 778 25-29 48,6 21.3 I0,0 1,4 1,1 3,1 12,9 0,0 0,0 45,7 29,2 19,0 25,5 1,4 618 30-34 41,7 17,9 10,0 1,9 1,6 2,5 7,8 0,6 0,2 38,6 22,5 14.0 21,1 1,8 562 35-39 40,3 14,3 8,5 2,5 2,3 2,5 4,9 1,6 0,0 37,4 15,8 21,0 13,5 1,3 418 40-44 34,3 16,4 6,1 2,8 1,8 1,9 3,8 6,5 0,4 26,4 11,5 13,9 8,5 2,6 332 45-49 24.0 8,8 3,4 1,5 0,8 0,7 1,0 4,0 0,0 19,4 6,5 13,3 6,6 0,3 244 Tous agea 41,8 15,7 6,3 1,2 1,4 2,1 8,8 13 0,I 38,8 25,2 15,3 17,3 1,9 3871 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 34,9 Il,6 2,3 0,0 0,8 I,I 9,3 0,0 0,0 32,7 21,6 13,4 12,4 2,1 377 20-24 48,3 15,2 5,3 0,6 1,7 2,0 11,1 0,0 0,0 45,8 31,6 16,6 23,9 2,7 597 25-29 46,3 18,5 9,1 1,4 1,2 2,9 10,6 0,0 0,0 43,6 27.3 19.4 23,5 1,2 538 30-34 39,2 16,3 8,6 1,8 1,3 2,1 7,0 0,7 0.3 36,2 21,0 12,6 19,9 1,7 488 35-39 40.9 14,0 8,3 2,5 2,2 2,6 5,3 1,4 0,0 37,8 15,7 20,5 14,4 1,1 383 40-44 33,4 15,1 6,0 3,0 1,6 2,0 2,2 6,9 0,5 25,9 I0,2 13,9 7,3 2,4 281 4549 22,3 7,4 3,0 1,4 0,4 0,5 1,2 3,0 0,0 18,1 5,9 12,2 6,6 0,4 205 Tous ~8es 40,3 14,8 6,5 1,4 1,4 2.0 7,7 1,2 0,I 37,0 21,6 16,0 17,5 1,8 2868 49 Sur 1'ensemble des femmes 41,8 pour cent ont déj à utilisé au moins une méthode contraceptive/t un moment quelconque de leur vie, les méthodes modernes (15,7%) étant moins utilis6es que les méthodes traditionnelles (38,8%). Parmi ces dernières, la continence périodique est la méthode la plus pratiquée (25,2%), suivie du retrait (17,3%) et de l'abstinence prolongée (15,3%). Parmi les méthodes modernes, le condom (8,8%) et la pilule (6,3%) sont les plus utilisées. En comparant ces résultats à ceux obtenus lors de rENF de 1978 (Graphique 4.2), on peut noter une très nette amélioration de la pratique des méthodes contraceptives: la proportion de femmes ayant déclaré avoir utilisé au moins une méthode est quatre fois plus élev6e à I'EDSC qu'en 1978. Cependant, m~me si l'utilisation de méthodes modernes telles que la pilule et le condom a connu une forte progression, c'est essentiellement l'augmentation des proportions d'utilisatrices de méthodes naturelles, en particulier la continence p6riodique et le retrait, qui explique l'6cart observé entre 1978 et 1991. Graphique 4.2 Pourcentage de femmes ayant déjà utilisé la contraception, 1978 et 1991 Au moins 1 m6thode Au moins 1 méth mod Pilulei m DIU 11 Condom ~ Continence p~riod RelraiI 0 ~ g ~ 6 17 10 20 30 40 50 Pourcentage Pour l'ensemble des méthodes et pour les méthodes modemes, c'est chez les femmes de 20-24 ans (respectivement, 53,5 % et 18,1%) et de 25-29 ans (respectivement 48,6% et 21,3%) que l'utilisation a été la plus importante. Par méthode spécifique, on constate que la pilule a plut6t 6té utilisée par des femmes d'ages intermédiaires (25-34 ans), le DIU par des femmes plus ågées (35-44 ans), et le condom par des jeunes femmes (20-29 ans). En ce qui conceme les méthodes traditionnelles, c'est chez les femmes de 20-24 ans et 25-29 ans que l'utilisation a été la plus importante (respectivement 51,2% et 45,7%). Si on se limite aux femmes en union, on constate que la proportion de femmes ayant déja utilisé la contraception (40,3%) est lég~rement plus faible que celle relative à l'ensemble des femmes (41,8%). Cependant, pourles femmes en union, l'utilisation des m6thodes par ordre d'importance est la m~me que pour l'ensemble des femmes, ainsi que l'utilisation par/tge. 50 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Le Tableau 4.4 porte sur la prévalence contraceptive au moment de l'enquSte. Il appara~ que si 41,8 pour cent de l'ensemble des femmes interrogées ont déclar~ avoir déj~t pratiqué une méthode quelconque de contraception ~ un moment de leur vie, seulement 19,7 pour cent en utilisaient une au moment de l'enquSte. Cette proportion est encore plus faible (16,1%) en ce qui concerne les seules femmes en union. En d'autres termes, 80,3 pour cent de l'ensemble des femmes et 83,9 pour cent des femmes en union n'utilisaient aucune méthode de contraception au moment de l'enqu&e. Les méthodes modernes ne sont pratiquées que par une très faible minorité de femmes, ~t savoir 4,2 pour cent de l'ensemble des femmes et 4,3 pour cent de celles en union, les méthodes les plus utllisées étant la pilule, la stérilisation féminine et le condom (respectivement 1,2%, 1,1% et 1,0% pour l'ensemble des femmes). Il faut noter qu'aucune femme n'a déclaré que son mari était stérilisé. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la prévalence atteint 15,5 pour cent chez l'ensemble des femmes et 11,8 pour cent chez les femmes en union: la méthode la plus utilisée est la continence périodique que pratiquent 10,6 pour cent de l'ensemble des femmes et 6,8 pour cent des femmes en union. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception R6parfition (e~ %) de toutes les femmes et des femmes actueaement en union, par méthode contraceptive actuellement utilis6e, selon l ' lge, EDS Camemun 1991 N~im N'ira- pote porte quelle Groupe quelle m~thode Pil- d qtges m~thodemoderne uie DIU TOUTES LES FEMMES M6thodes modernes N'ha M6thodes traditior~eU~ porte M6t~ quelle Conti~ Effectif Injec- vagi- Con- Sl~riL m6thode ph-ic- Absti- Aucune des tion naha dom f(~ni~ tradit, dique nence Retrait Auuea m¢~¢hode Total femmes 15-19 23,0 1,3 0,2 0,0 0,I 0,2 0,9 0.0 21,7 16,7 3.5 0.4 1,0 77,0 I00,0 919 20-24 25.0 3,7 1,2 0,2 0,9 0,4 1,0 0,0 21,3 16,0 3,0 1,9 0,4 75,0 I00,0 778 25-29 19,2 5,0 2,2 0,4 0,I 0,4 1,9 0,0 14,2 8,7 3,7 1,3 0,5 80,8 I00,0 618 30-34 15,4 4,2 1,6 0,8 0.5 0,0 0,7 0,6 II.I 7,1 1,8 1,7 0,5 84,6 I00,0 562 35-39 17,0 5,8 2,4 0,3 0,6 0,3 0,6 1,6 II,2 5,2 4,2 1,5 0,3 83,0 I00,0 418 40~4 17,0 9,8 0,9 0,2 0,4 0,7 1,2 6,5 7,2 3,1 2,2 0,6 1.4 83,0 I00,0 332 45-49 10,4 4,2 0,0 0,0 0,0 0.2 0,0 4.0 6,2 2,5 3.2 0,5 0.0 89,6 I00,0 244 Tous ~ges 19,7 4,2 1,2 0,3 0,4 0,3 1,0 I,I 15,5 10,6 3,1 1,2 0,6 80,3 I00,0 3871 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 5-19 18,4 1,5 0,3 0,0 0,0 0,5 0,6 0,0 16,9 II,2 3,6 0,5 1,6 81,6 100,0 377 20-2A 17,0 3,2 I,i 0,1 0,8 0,1 1,1 0,0 13,8 8,4 2,6 2,2 0,5 83,0 I00,0 597 25-29 17,2 4,3 1,6 0.5 03 0,3 1,8 0.0 12,9 7.1 3,8 1,5 0,5 82.8 I(30.0 538 30-34 13,6 3,4 1,0 0,7 0,4 0,0 0,7 0,7 I0,I 6,3 1,3 1,9 0,6 86,4 I00,0 488 35-39 17,1 6,0 2,6 0,3 0,6 0,3 0,7 1.4 11,0 5,2 3,9 1,6 0,4 82,9 I00.0 383 40-44 17,0 10,1 0,8 0,2 0,5 0,8 0,9 6,9 7,0 2.8 2.1 0.7 1,4 83,0 I00,0 281 45-49 8,6 3,3 0,0 0,0 0,0 0.3 0.0 3,0 5,3 2,3 2,4 0,6 0,0 91,4 100,0 205 Tous ages 16,1 4,3 1,2 0,3 0,4 0,3 0,9 1,2 11,8 6.8 2,9 1,5 0,7 83,9 100,0 2868 51 Pour l'ensemble des femmes, la prévalence contraceptive augmente légèrement de 15-19 ans (23,0%) à 20-24 ans (25,0%), puis diminue légèrement chez les femmes plus [Igées, pour atteindre 17,0 pour cent à 35-44 ans; chez les femmes de 45-49 ans, en fin de vie féconde, l'utilisation de la contraception n'est plus que de 10,4 pour cent. Pour les méthodes modemes, il convient de souligner que la plus forte prévalence s'observe chez les femmes les plus [lgées (35-49 ans), du fait, essentiellement, de la stérilisaåon féminine. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la prévalence la plus forte s'observe chez les femmes les plus jeunes (21,7% à 15-19 ans et 21,3% à 20-24 ans), puis diminue régulièrement avec l'~tge, pour atteindre seulement 6,2 pour cent å 45-49 ans. Chez les femmes en union, il apparatt que pour l'ensemble des méthodes, les femmes les plus jeunes (15-19 ans) utilisent légèrement plus la contraception (18,4%) que leurs ahaées (autour de 17% de 20 ~ 44 ans); enfin, les femmes en union de 45-49 ans ont une prévalence contraceptive beaucoup plus faible (8,6%). S'agissant des méthodes modernes, on observe chez les femmes en union le mSme phénomène que chez l'ensemble des femmes,/1 savoir une prévalence légèrement plus importante aux [iges élevés du fait de la stérilisation féminine. En ce qui les méthodes traditionnelles, la prévalence diminue régulièrement avec l'fige chez les femmes en union (comme pour l'ensemble des femmes), passant de 16,9 pour cent à 15-19 ans à 5,3 pour cent à 45-49 ans. L'analyse de l'utilisation actuelle des méthodes contraceptives selon certaines caractéristiques des femmes en union fait apparattre de fortes variations selon le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le type d'union (Tableau 4.5 et Graphique 4.3). En milieu rural, 10,5 pour cent seulement de Tableau 4.5 Utilisa6on actuelle de la contraception par caractadstiques socio-damographiques Répartition (en %) des femmes actuellement en unîon, par méthode contraceptive actuellement utillsae, selon certaines caraaadstiques socio- démographiques, EDS Cameroun i991 Caract6ristique N'ira N*im p~te M6thodes modernes N'ira Mathod¢s tradi6onaell¢s po~te quelle porte quelle m& Meth. quelle Contin. Effectif ma- thode Pli- lnjec- vagi- Con- S~ril. mathode pOio- Absti- Aucune des thode moderne uie DIU t i~ hales data f6min, tradiL dique nence Retrait Autres m6thode Total femmes Milieu de r~sidence Yaoundé/Douala 38,6 12,1 4.6 1,4 1,0 1,3 2,2 1,5 26,5 18.3 3,8 3,6 0,8 61,4 100.0 383 Autres villes 17,6 4,4 0.8 0,4 0,7 0,2 0,9 1,3 13,2 7,8 3,4 1,2 0,9 82,4 100.0 714 Totalurbain 24,9 7,1 2,1 0,8 0,8 0,6 1.4 1,4 17,9 11,5 3,5 2,0 0,9 75,1 i00.0 1098 Rural 10,5 2,5 0,6 0,0 0,1 0.I 0.7 l,l 8,0 3,8 2,4 1,1 0.6 89.5 i00,0 1771 R~'glon yaounda/Douala 38,6 12.1 4,6 1,4 1,0 1,3 2,2 1,5 26,5 18,3 3,8 3,6 0,8 61,4 I00,0 383 Adamaoua/Nord/ Ext, Nord 5,5 0,9 0,3 0.0 0.4 0,I 0,0 0,I 4,6 1,0 3.2 0.I 0,2 94,5 I00,0 1170 Centoe/SudÆst 17,9 4,3 1,5 0,0 0,0 0,0 0,8 2,0 13,6 8,9 2,0 1,4 1,4 82,1 I00,0 500 OuestÆittoral 23,2 5,9 0.3 0,6 0,8 0,4 2,6 1,2 17.3 10.4 4,3 1,7 0,9 76,8 I00,0 432 Nord-Ouest/Sud-Ouest 15,3 5,1 0,9 0,I 0,0 0,0 0,9 3,2 I0,2 5,7 0,3 3,2 1,0 84,7 I00,0 383 Nlveau d'Instruction Aucun 5,0 1,2 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 3,8 0,5 2,9 0,3 0.1 95,0 I00,0 1376 Palmaire 16,9 4,5 1,1 0,4 0,9 0,1 0,9 1,2 12,4 6,1 3,3 1,9 1,1 83,1 100,0 951 S¢condair~ ou plus 42,8 11,8 4,1 0,9 0,6 1,3 3,4 1,5 31,0 23,9 2,0 3,6 1,6 57,2 100,0 542 Nombre d'enfants vivants Aucun 15,3 2,0 0,5 0,0 0,3 0,6 0,6 0,0 13,3 11,2 0,5 0,I 1,4 84,7 i00,0 419 I 13,8 2,7 0,5 0,0 0,2 0,2 1,5 0,3 11.2 6.5 3,2 0,8 0,7 86,2 I00,0 461 2 14,9 2,7 1,2 0,4 0,0 0,1 0.5 0.5 12,2 7,4 3,0 1,4 0,4 85,1 I00,0 453 3 15,7 3,6 1,3 0.1 0.I 0.0 1.8 0,1 12,1 6,7 3,0 2,4 0,0 84,3 100,0 368 4+ 17,8 6,6 1,6 0,5 0.7 0,3 0,8 2,6 11,2 5,1 3,4 1,9 0,8 82.2 i00,0 1167 Types d'union Union polygame 11,4 2,4 0.7 0,0 0,3 0,1 0,4 0,7 9.0 4.1 3.6 0,8 0,5 88,6 I00,0 11ff7 Uaionmonogame 19,0 5,5 1,5 0,5 0,4 0,4 1,3 1.5 13,5 8,4 2,4 1,9 0,8 81,0 100,0 1761 Total 16,1 4,3 1,2 0,3 0,4 0,3 0,9 1,2 11,8 6,8 2,9 1,5 0,7 83,9 100.0 2868 52 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE' Yaounde/Doual~ Autres villes Rural REGION Ad/Nord/Ext-Nord _ Centre/Sud/Est Ouest/Littoral NO/SO INSTRUCTIQN Aucune Primaire SecQndaire/Sup 0 --'11 / 10 20 30 40 50 Pourcentage EDSC 1991 femmes en union utilisent une méthode de contraception contre 17,6 pour cent dans les "autres villes" et 38,6 pour cent å Yaoundé/Dou ala: en d'autres termes, la prévalence contraceptive dansles deux plus grandes villes est près de quatre fois plus élevée qu'en milieu rural. A Yaoundé/Douala, près d'un fiers des femmes utilisam la contraception (38,6%) ont recours aux méthodes modernes (12,1%), et surtout à la pilule (4,6%); parmi les méthodes traditionnelles, c'est essentiellement la continence périodique (18,3%) que pratiquent les femmes. Dans les "autres villes" et en milieu rural, un quart seulement des femmes utilisant la contraception ont recours aux m6thodes modernes; les femmes utilisent donc surtout les méthodes traditionnelles (13,2% dans les "autres villes" et 8,0% en milieu rural), parmi lesquelles la continence périodique est toujours la plus pratiquée. Du point de vue régional, la prévalence contraceptive varie de 23,2 pour cent dans l'Ouest/Littoral 5,5 pour cent seulement dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord. A l'exception du Nord-Ouest/Sud-Ouest off près d'un tiers des femmes utilisant la contraception (15,3%) ont recours ~ des méthodes modernes (5,1%), dans toutes les autres régions, les femmes ayant recours aux méthodes modernes ne représentent que 20 ~ 25 pour cent de celles pratiquant la contraception. Comme attendu, le niveau d'utilisation de la contraception augmente avec le niveau d'instruction; la prévalence très faible chez les femmes sans instruction (5,0%) est trois fois plus élevée chez celles de niveau primaire (16,9%), et concerne plus de quatre femmes des niveaux secondaire ou supérieur sur dix (42,8%). Par contre, la part relative de femmes utilisant des méthodes modernes parmi les utilisatrices.de la contraception représente toujours une femme sur quatre environ (de 24% à 28%), quel que soit son mveau d'instruction. Sur un autre plan, le Tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente 1égèrement avec la parité, passant de 13,8 pour cent chez les femmes de parité 1 à 17,8 pour cent chez celles ayant 4 enfants vivants ou plus. Néanmoins, il faut noter que la proportion de femmes n'ayant pas d'enfant vivant et qui pratiquent la contraception (15,3%) est légèrement plus importante que la proportion de celles 53 pratiquant une méthode et de parité 1 ou 2 (respectivement 13,8% et 14,9%). On remarquera enfin que chez les femmes vivant en union monogame la pratique de la contraception est nettement plus importante (19,0%) que chez celles en union polygame (11,4%). 4.4 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, répondre à des objectifs différents: retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception débute ~ des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élev6es, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants d6sir6s est déjà atteint. Le Tableau 4.6 présente, par groupe d'ages, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Il apparaR nettement que la proportion de femmes ayant utilisé la contraception pour la première fois alors qu'elles 6talent nullipares augmente des générations les plus anciennes (1,6% ~ 45-49 ans) aux générations les plus récentes (27,6% à 15-19 ans). De ce fait, on peut penser que les jeunes générations ont plus tendance que les anciennes à retarder la venue du premier enfant. Pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la naissance du premier enfant, on note également une augmentation des proportions, passant de 7,3 pour cent pour les générations les plus anciennes (45-49 ans) à 17,0 pour cent pour les gén6rations les plus récentes (20-24 ans)? Cela semble indiquer que, de nos jours, l'utilisation de la contraception correspond peut-&re davantage ~ une volonté d'espacement des naissances. Néanmoins, ces diff6rents résultats ne permettent pas de conclure quant à un changement radical de comportement dans le sens d'une réduction de la taille de la famille. Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de ia contraception, salon l'~.ge actuel. EDS Cameroun 1991 Jamais Nombre d'enfants à la première utilis~ utilisation de la contraception Age la contra- actuel ¢eption 0 1 2 3 4+ ND Total Effectif des femme~ 15-19 64.8 27.6 6.5 0.7 0.3 0,0 0.0 100.0 406 20-24 51.4 22.9 17.0 6.6 1,3 0.2 0.6 100.0 634 25-29 52.6 15,8 15.0 6,1 4.9 5.7 0.0 100.0 583 30-34 59.3 9.6 9.5 5.7 3.6 12.3 0.0 100.0 544 35-39 60.4 3.9 13.6 4.6 4.1 13.2 0.2 100,0 412 40-44 65.6 4.0 7.7 2.6 2.1 17.6 0.4 100.0 330 45-49 75.8 1.6 7.3 2.5 1.4 11,3 0.0 100.0 242 Ensemble 59.2 13.8 11.8 4,6 2.7 7.6 0.2 100.0 3151 I On n'a pas pris en compte les femmes de 15-19 ans dans la mesure où la majorit6 d'entre elles (70%) n'ont pas encore de premier enfant. 54 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes de contraception, en particulier celle de la continence périodique, dépend de la connaissance exacte de la p6riode de fécondabilitd au c.ours du cycle menstruel. Pour cette raison on a demandé aux femmes si elles pensaient qu'au cours du cycle il y avait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceinte et, si oui, ~t quel moment du cycle se situait cette pdriode. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les r6ponses/t cette demière question, les catégories de rdponses pré-coddes utilisées dans le questionnaire (Tableau 4.7) peuvent parfois ne pas refléter exactement ce

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.