Cameroun - Demographic and Health Survey - 1992

Publication date: 1992

Enquête Démographique et de Santé Cameroun 1991 Direction Nationale du Deuxiême Recensement Général de la Population et de l'Habitat ~DHS Demographic and Health Surveys Macro International Inc. REPUBLIQUE DU CAMEROUN Enquête Démographique et de Santé Cameroun 1991 Martin Balépa Médard Fotso Bernard Barrère Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat Yaoundé, Cameroun Macro International Inc. Columbia, Maryland USA Décembre 1992 Ce rapport présente les principaux résultats de l'Enquête Démographique et de Santé (EDSC) réalisée au Cameroun en 1991 par le Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de rHabitat-2 '~" RGPH). L'EDSC, financée par l'Agence Américaine pour le Développement International (US.MD), a bénéficié de l'assistance technique de Macro International Inc. L'EDSC fait partie du programme mondial des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) dont l'objecaf est de collecter, d'analyser et diffuser des données démographiques portant en particulier sur la fécondité, la planification familiale et la santé de la m~re et de l'enfant. Des informations complémentaires sur I'EDSC peuvent ~trc obtenues auprès de la Direction Nationale du 2 *~ RGPH, B.P. 7 094 Yaoundé (Cameroan), Téléphone (237) 20 30 71. Concernant le programme DHS, des renseignements peuvent ~tr¢ obtenus anpr~s de Ma¢ro Interaational Inc., 8850 Stanford Boulevard, Suite 4 000, Coinmbia, MD 21045, USA (Téléphone 410-290-2800; Fax 410-290-2999; Télex 198116). TABLE DES MATIERES Page Liste des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vii Liste des graphiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xiii Sigles et abreviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxi Carte du Cameroun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxiv CHAPITER 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DE L'ENQUETE par Martin Balépa 1.1 Caractéristiques du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.1 Organisation politico-administrative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.2 Situation géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1.3 Quelques données socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1.1.4 Milieu humain et démographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.1.5 Politique de population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2 Organisation de l 'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2.2 Personnel et calendrier des activit6s de I 'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.3 Echantillonnagc et questionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1.2.4 Collecte et exploitation des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CHAPITRE 2.1 2.2 2 CARACTERIST IQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES par Médard Fotso Enquête ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.1 Caractéristiques de la population des m6nages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 2.1.3 Caractéristiques de l'habitat et biens possédés par les ménages . . . . . . . . . . . . . . 20 Enquete individuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.2.1 Caractéristiques des femmes enquet6es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 2.2.2 Accès aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 iii Page CHAPITRE 3 FECONDITE par Paul Roger Libtté 3.1 Niveau de la fécondité et fécondité différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 3.2 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 3.3 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3.4 Parité et stérilité primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 3.5 Intervalle intérgenésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 3.6 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 3.7 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE par Médard Fotso 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 4.3 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4.4 Nombre d'enfants à la première utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.5 Connaissance de la période féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.6 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 4.7 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4.8 Information sur la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 4.9 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE par Médard Fotso 5.1 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 5.2 Age à la première union et/lge aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.2.1 Age à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 5.3 Activité sexuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 5.4 Exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE par Médard Fotso 6.1 Désir d'enfants supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 6.2 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 6.3 Nombre total d'enfants desirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 6.4 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 6.5 Perception de la valeur des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 iv Page CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT par Bernard Barrère 7.1 Soins prénatals et accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 7.1.1 Soins prénatals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 7.1.2 Accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 7.2 Vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 7.3 Maladies des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 7.3.1 Infections respiratoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 7.3.2 Fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 7.3.3 Diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT, NUTRITION ET ETAT NUTRITIONNEL par Bernard Barrère 8.1 8.2 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Etat nutritionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 8.2.1 Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 8.2.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS par Bernard Barrère 9.1 M6thodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 9.2 Niveaux et tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 9.3 Mortalité différentielle et groupes à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 CHAPITRE 10 CAUSES DE DECES DES ENFANTS par J. Ties Boerma 10.1 Causes de décès déclaré, es par la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 10.2 Prévalence de symptOmes avant le décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 10.3 Causes de décès déduites des symptõmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 10.4 Rapprochement des causes déclarées par la mère et du diagnostic déduit des sympt0mes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 10.5 Causes probables du décès: synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 10.6 Lieu du décès et type de consultation pendant la maladie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 V CHAPITRE 11 ENQUETE MARI par Médard Fotso 11.1 Caractéristiques socio-démographiques des matis et des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.1.1 Caract6tistiques des matis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 11.1.2 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 11.2 Planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 11.2.2 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11,2,3 Utilisation future et mdthodes contraceptives préférées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 11.2.4 Opinions et attitudes vis-å-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 11.3 Prefér6nces en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 11.4 Perception de la valeur des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 CHAPITRE 12 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES par Martin Balépa 12.1 12.2 12.3 Caractétistiques des localités rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 12.3.2 Disponibilit6 des services de planning familial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 12.3.3 Disponibilité des services de santé matemelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 REFERENCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C ANNEXE D ANNEXE E ANNEXE F ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 CALENDRIER DES OPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 PLAN DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES. . . 227 QUESTIONNAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 vi Tableau 1.1 Tableau 1.2 Tableau 2.1 Tableau 2.2 Tableau 2.3.1 Tableau 2.3.2 Tableau 2.4 Tableau 2.5 Tableau 2.6 Tableau 2.7 Tableau 2.8 Tableau 2.9 Tableau 2.10 Tableau 3.1 Tableau 3.2 Tableau 3.3 Tableau 3.4 Tableau 3.5 Tableau 3.6 Tableau 3.7 Tableau 3.8 Tableau 3.9 Tableau 3.10 Tableau 3.11 Tableau 3.12 Tableau 4.1 Tableau 4.2 Tableau 4.3 Tableau 4.4 Tableau 4.5 LISTE DES TABLEAUX Page Indicateurs démographiques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Taille et couverture de l'échatillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Population des ménages par [lge et sexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Population par age selon différentes sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Niveau d'instruction de la population des hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Niveau d'instruction de la population des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Composition des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Biens durables possédés par le ménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Caractéristiques socio-démographiques des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Niveau d'instruction des femmes enqu~tæes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Accès des femmes aux média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Fécondité actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité par caractéristiques socio-d6mographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Fécondité par/ige selon trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Tendances de la fécondit6 par age . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Tendances de la fécondité par durée de mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Grossesses improductives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Enfants nés vivants et enfants survivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Intervalle intergénésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Age médian à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Fécondité des adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Enfants nés de mères adolescentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . . 46 Connaissance des méthodes contraceptives modernes et des sources des méthodes . 48 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Utilisation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 vil Tableau 4.6 Tableau 4.7 Tableau 4.8 Tableau 4.9 Tableau 4.10 Tableau 4.11 Tableau 4.12 Tableau 4.13 Tableau 4.14 Tableau 4.15 Tableau 4.16 Tableau 5.1 Tableau 5.2 Tableau 5.3 Tableau 5A Tableau 5.5 Tableau 5.6 Tableau 5.7 Tableau 5.8 Tableau 5.9 Tableau 5.10 Tableau 5.11 Tableau 5.12 Tableau 5.13 Tableau 6.1 Tableau 6.2 Tableau 6.3 Tableau 6.4 Tableau 6.5 Tableau 6.6 Tableau 6.7 Page Nombre d'enfants tt la première utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Connaissance de la p~riode f6conde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Source d'approvisionnement en contraceptiîs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptifs modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Raison de non-utilisation de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Méthode contraceptive préfér6e pour une utilisation future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Messages sur la planification familiale diffusés par les média . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Attitudes des couples face å la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Etat matrimonial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Polygamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Nombre de co-épouses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Nombre d'unions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Age m6dian à la première union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Age aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Age médian aux premiers rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Activité sexuelle récente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Fréquence des rapports sexuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Aménorrbée, abstinence et non-susceptibilité post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Dur6e médiane de la non-susceptibilit6 post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Fin d'exposition au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Préférences en matière de fécondit6 selon le nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . 82 Préférences en matière de fécondité selon l'~ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Désir de limiter les naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Besoins en matière de planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Nombre id6al d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Nombre idéal d'enfants par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . 88 Planification de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 viii Tableau 6.8 Tableau 6.9 Tableau 6.10 Tableau 7.1 Tableau 7.2 Tableau 7.3 Tableau 7.4 Tableau 7.5 Tableau 7.6 Tableau 7.7 Tableau 7.8 Tableau 7.9 Tableau 7.10 Tableau 7.11 Tableau 7.12 Tableau 7.13 Tableau 8.1 Tableau 8.2 Tableau 8.3 Tableau 8.4 Tableau 9.1 Tableau 9.2 Tableau 9.3 Tableau 9.4 Tableau 10.1 Tableau 10.2 Tableau 10.3 Tableau 10.4 Tableau 10.5 Tableau 11.1 Page Taux de fécondité désirée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Avantages et désavantages d'avoir beaucoup d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Perception de la famiUe nombreuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Soins pr6natals . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Vaccination antitétanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Lieu de l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Assistance lors de l'accouchement 101 , 4 » , O , , ° , 0 + ' ' l O ' l ° ' O » l O 0 * + ' * 0 ' t ' l ' ' ° ' ' * Caractéristiques de l'accouchement: césarienne, prématurité, poids et taille å la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Vaccinations par sources d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Vaccinations par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Vaccinations avant l'age de 12 mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Prévalence et traitement des infections respiratoires aiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Pr6valence et traitement de la fièvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Pr6valence de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Connaissance et utilisation des sachets de SRO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Traitement de la diarrhée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Allaitement initial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Allaitement et alimentation de complément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Durée médiane et fréquence de r ailaitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Etat nutritionnel des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 Mortalité des enfants de moins de cinq ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 Mortalit6 des enfants par caractéristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Mortali~6 des enfants par caractéristiques démographiques de la mère et des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Fécondité à hauts risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Causes de décès déclarées par la mère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 SymptSmes durant la maladie ayant conduit au décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Diagnostic possible établi å partir des symptSmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Causes de décès déclarées par la mère et diagnostic possible déduit des symptSmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Causes probables de décès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Caractéristiques socio-démographiques des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 ix Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Tableau Page 11.2 Niveau d'instruction des matis enqu~tés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 11.3 Polygamie et nombre de femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 11.4 Nombre d'enfants vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 11.5 Différence d'ages entre le mati et la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 11.6 Camctéristiques différentielles des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 11.7 Connaissance des mémoåes contraceptives et des sources des méthodes . . . . . . . . . . 160 11.8 Connaissance des méthodes contraceptives par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 11.9 Connaissance de la contraception par caractéristiques socio-démogmphiques . . . . . . 162 11.10 Utilisation de la contraception à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11.11 Utilisation actuelle des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 11.12 Utilisation actuelle de la contraception par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 11.13 Utilisation future de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 11.14 Appmbatinn de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 11.15 Attitudes des matis face ~t la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 11.16 Attitudes des couples face à la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 11.17 Attitude du mari face à la planification familiale et perception de l'attitude de la femme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 11.18 Discussion de la planification familiale par le couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 11.19 Pr6férences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants v ivants . . . 171 11.20 Préférences des couples en matière de fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 11.21 Nombre idéal d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 I 1.22 Nombre idéal d'enfants pour les matis par caractéristiques socio-démographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 11.23 Nombre idéai d'enfants pour les couples par caract6tistiques différentielles . . . . . . . 175 11.24 Avantages et désavantages d'avoir beaucoup d'enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 12.1 Camctéristiques des communautés rurales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 12.2 Distance par rapport aux services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 12.3 Principal moyen de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 12.4 Temps de trajet pour atteindre les services socio-économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 183 12.5 Distance par rapport aux formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 12.6 Temps de trajet pour atteindre les formations sanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186 12.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial . . . . . . . 187 X Tableau 12.8 Tableau 12.9 Tableau 12.10 Tableau 12.11 Tableau 12.12 Tableau 12.13 Tableau C.1 Tableau C.2 Tableau C.3 Tableau C.4 Tableau D.1 Tableau D.2 Tableau D.3 Tableau D.4 Tableau D.5 Tableau D.6 Tableau D.7 Tableau D.8 Tableau D.9 Tableau D. 10 Tableau E. 1 Tableau E.2 Tableau E.3 Tableau E.4 Tableau E.5 Tableau E.6 Page Distance et temps de trajet pour atteindre des services de planning familial . . . . . . . 188 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche et besoins en matière de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche offrant différents types de méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé maternelle et infantile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191 Distance par rapport au service de santé maternelle et infantile le plus proche, soins prénatals et couverture vaccinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 Stratification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Répartition des ménages-échantillon par strate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des femmes par r~gion et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des maris par région et milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Variables utilisées pour le calcul des erreurs de sondage, EDS Cameroon 1991 . . . . 217 Erreurs de sondage: Ecbantillon National, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Erreurs de sondage: Yaoundé/Douala, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219 Erreurs de sondage: Autres Villes, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Erreurs de sondage: Ensemble du Milieu Urbain, EDS Camerotm 1991 . . . . . . . . . . 221 Erreurs de sondage: Milieu Rural, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Erreurs de sondage: Amadaoua/NordÆxtreme-Nord, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . 223 Erreurs de sondage: Centre/Sud/Est, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Erreurs de sondage: Ouest/Littoral, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Erreurs de sondage: Nord-Ouest/Sud-Ouest, EDS Cameroun 1991 . . . . . . . . . . . . . . 226 Répartition par åge de la population des ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 Répartition par åge des femmes éligibles et des femmes enquetées . . . . . . . . . . . . . . 230 Complétude de l'enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Naissances par année du calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Enregistrement de l 'åge au décès en jours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233 Enregistrement de l ' lge au décès en mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 xi Graphique 1.1 Graphique 2.1 Graphique 2.2 Graphique 2.3 Graphique 2.4 Graphique 3.1 Graphique 3.2 Graphique 3.3 Graphique 3.4 Graphique 3.5 Graphique 4.1 Graphique 4.2 Graphique 4.3 Graphique 4.4 Graphique 4.5 Graphique 5.1 Graphique 6.1 Graphique 6.2 Graphique 6.3 Graphique 7.1 Graphique 7.2 Graphique 7.3 Graphique 7.4 Graphique 7.5 Graphique 7.6 Graphique 7.7 Graphique 7.8 Graphique 8.1 Graphique 8.2 LISTE DES GRAPHIQUES Page Evolution de la population - Camemun, 1950-1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Pyramide des liges de la population - Cameroun, 1991 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Taux de fréquentation scolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Caractéristiques des logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Etat matrimonial des enquétées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Taux de fécondité générale par llge selon le milieu de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans . . . . . . . . . . . . . 33 Taux de fécondité générale par [lge scion trois sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans selon I'ENF et I'EDS . . . . . . . . . 35 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans, 1978 et 1991 . . . . . 47 Pourcentage de femmes ayant d6jà utilisé la contraception, 1978 et 1991 . . . . . . . . . 50 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union . . . . . 53 Sources d'approvisionnement de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union . . . . . . . . 59 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Désir d'enfants suppl6mentaires des femmes en union, selon l'[lge . . . . . . . . . . . . . . 83 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désiréc . . . . . . . . 91 Perception de la valeur des enfants par les femmes de 15-49 ans . . . . . . . . . . . . . . . 93 Visites prénatales et durée de grossesse ~ la première visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Couverture vaccinale des enfants avant l'ãge de 12 mois de 1987-88 à 1990-91 . . 109 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquéte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Consultation et traitement de la diarrhéc des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . 117 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée . . . . . . . . 118 Pratique de l'aliaitement des enfants de moins de 2 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 xiii Graphique 8.3 Graphique 9.1 Graphique 9.2 Graphique 9.3 Graphique 10.1 f~vranhin11~. 10 ? Page Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 129 Tendances de la mortalité selon I'ENF, le RGPH et I'EDSC . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Mortalité infanto-juvénile selon les caract6ristiques de la mère . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Mortalit6 infantile (1%) et comportement procr6ateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Causes probables de d6cès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 T .Jeun alun d~~~~ ni tvr~ de ~nnmlltatlnn r~ndnnt In mzlzdi~ nn~~~dnn! 1~ d~~b.~ : lç 1 Page Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance . . . . . 129 Graphique 11.1 Graphique 11.2 Graphique 11.3 Graphique 11.4 Graphique 11.5 Graphique 11.6 Caractéristiques des couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Connaissance de la contraception par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Utilisation actuelle de la contraception par les maris et les femmes en union . . . . . 165 Attitude des couples vis-à-vis de la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Nombre id6al d'enfants pour les matis et les femmes en union . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Perception de la valeur des enfants par les couples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 BCG CDC DHS OeDS) DTCoq EDS (DHS) EDSC ENF ET F CFA FNUAP IRD ISF MINPAT NCHS OMS (WHO) PEV PIB PMI RGPH SRO TBN TGFG TRO USAID WH0 (OMS) ZD SlGLES ET ABREVIATIONS bacille Bilié de Calmette et Guérin (Vaccin antituberculeux) Centers for Disease Control, Etats-Unis Demographic and Health Surveys Dipht6rie, Tétanos, Coqueluche (Vaccin) Enquête Démographique et de Santé Enquéte D6mographique et de Santé au Cameroun Enquéte Nationale sur la F6condité, Cameroun Ecart-typo Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds des Nations Unies pour la Population Institute for Resource Development Inc. (mainUmant Macro international Inc.), Etas-Unis Indice Synthétique de F6condité Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire National Center for Health Statistics, Etats-Unis Organisation Mondiale de la Santé Programme Elargi de Vaccination Produit Intérieur Brut Protection Maternelle et Infantile Recensement Général de la Population et de l'Habitat Sels de Réhydration par voie Orale Taux Brut de Natalité Taux Global de Fécondité Générale Thérapie de Réhydration par voie Orale United States Agency for International Development World Health Organization Zone de Dénombrement XV PREFACE L'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun (EDSC) fait partie du programme mondial (2 ~« phase) des Enquêtes Démographiques et de Santé (Demographic and Health Surveys-DHS) réalisées dans de nombreux pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique Latine et des Caralbes avec l'assistance de Macro International Inc., sur financement de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID). De par les buts visés, ~ savoir la collecte et l'analyse des données sur la îécondité, la planification familiale, la santé de la mère et de l'enfant, la mortalité infantile et sur bien d'autres indicateurs importants, I'EDSC non seulement apporte des réponses à la plupart des interrogations que se posent ceux qui s'intéressent à la démographie camerounaise, mais s'inscrit en droite ligne dans le programme de nos actions concrètes à réaliser dans le cadre d'une meilleure connaissance de notre population. La diversité et la richesse des données coUectées font de I'EDSC une source inépuisable d'informations pour la mise sur pied des stratégies tant dans le domaine de la santé que dans celui du planning familial. Le travail dont les résultats sont présentés ci-après est l'oeuvre d'une équipe dynamique et enthousiaste de la Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire). Cette équipe a bénéficié de l'appui technique de Macro Intemational Inc. auquel nous adressons nos sincères remerciements. Nous remercions également tous les consultants nationaux ainsi que tous les personnels de terrain et de bureau recrutés dans le cadre de ce projet, pour toutes leurs contributions à la réalisation de cette enquête. Je ne saurais terminer sans adresser nos encouragements à toutes les autorités administratives qui, dans des situations parfois très difficiles, ont su encadrer les équipes de terrain et les populations pour la réussite totale de cette opération. Enfin, à toutes ces populations que les enquêtrices importunaient par l'indélicatesse de leurs questions, nous adressons nos remerciements pour la disponibilité dont elles ont fait preuve. Le Directeur National de I'EDSC Æ MARTIN BALEPA xvii REMERCIEMENTS Le Cameroun vient d'achever son Enquête Démographique et de Santé OeDSC) dans le cadre du programme mondial Demographic and Health Surveys (DHS). Cet important projet n'a pu ~tre réalisé que gråce à la sollicitude constante du Gouvemement et à l'appui que I'USAID ne cesse d'apporter aux projets camerounais en matière de population. Cette enquOte a été exécutée par la Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (2 ~~ RGPH) avec l'assistance technique de Macro International Inc. A cette institution, j'exprime, au nom de tous les responsables du projet, ma profonde reconnaissance, et à l'occasion de la publication du rapport principal de I'EDSC, j'adresse mes sincères remerciements ~ toute l'équipe de Macro International Inc. qui, avec dévouement et savoir-faire, a su apporter à divers moments, sa contribution à l'exécution de ce projet dans de bonnes conditions. Mes remerciements vont particulièrement aux Drs Jeremiah SULLIVAN et Mohamed AYAD, pour la mise en forme définitive du cadre contractuel de ce projet; à Monsieur Bernard BARRERE, pour sa participation à toutes les phases de l'étude, en sa qualité de coordonnateur technique pour le Cameroun; au Dr Christopher SCOTT et à Mademoiselle Thanh LE, pour l'élaboration du plan de sondage et la résolution de l'ensemble des problèmes qui en découlaient; au Dr Koffi EKOUEVI, pour le concours apporté pendant la formation du personnel de terrain et l'exécution de l'enquête pilote; à Messieurs Trevor CROFT, Greg FEGAN et Jim OTTO, pour leur assistance en ce qui conceme l'exploitation informatique. Je remercie également le Dr Sidney MOORE, Madame Kaye MITCHELL et Monsieur Robert WOLF, pour leur contribution à la mise en forme finale du rapport. Le projet a également bénéficié des consultations des Drs Eléonore SEUMO et Martina BAYE en ce qui concerne la formation du personnel sur les mesures anthropométriques et sur quelques questions spécifiques de santé. Je leur adresse mes vifs remerciements. A Monsieur Richard GREEN et à Madame Regina NANA du bureau de I'USAID de Yaoundé, je suis sincèrement reconnaissant de tous les efforts qu'ils ont déployés pour que ce projet soit mené à son terme. J'adresse également mes félicitations à tous les personnels du 2 ~ ' RGPH et en particulier aux cadres mis à la disposition de I'EDSC (directeur technique, superviseurs et informaticiens), au personnel de terrain (chefs d'équipe, agents cartographes, contrSleuses, enquStrices et chauffeurs) et au personnel d'appui (comptable, secrétaire et agents de bureau) pour la conscience professionnelle et le dévouement dont ils ont fait preuve tout au long de ce projet. Enfin, à tous ceux que je n'ai pas cités et qui nous ont apporté leur contribution, j'adresse également mes remerciements. Le Directeur National de I'EDSC ,1- MARTIN BALEPA xix RESUME L'Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC) est une enquete par sondage, réalisée au niveau national, dont l'objectif est de fournir des informations détalllées sur la fécondité, la planification familiale, la santé de la mére et de l'enfant et la mortalité infanto-juvénile. Faisant suite å l'EnquSte Nationale sur la Fécondité (ENF) de 1978 et au Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) de 1987, les résultats de I'EDSC permettent de mettre en lumière les changements intervenus au Cameroun durant ces treize demières années, en particulier en c¢ qui concerne les niveaux de f6condité, de connaissance et d'utilisation de la planification familiale et de mortalité infanto-juvénile. Au cours de I'EDSC, réalisée sur le terrain d'avril å septembre 1991, 3 538 ménages, 3 871 femmes en age de procréer (15-49 ans) et 814 maris appartenant ~ ces ménages ont ét6 enquStés avec succès sur l'ensemble du territoire national. Les femmes camerounaises ont une forte fécondité, estimée à 5,8 enfants par femme, et l'une des principales caractéristiques de cette fécondité élevée est sa précocité. En effet, plus d'une femme sur deux donne naissance à son premier enfant avant l'~ge de 19 ans. Au cours des demières années, la fécondité semble avoir légèrement baissé, passant de 6,4 enfants par femme en 1978 (ENF) à 5,8 en 1991: l'augmentation modeste de la prévaience contraceptive au cours de cette période est peut-Stre l'un des facteurs ayant contribué à cette baisse. En outre, les niveaux de fécondité varient fortement en fonction de la résidence et du niveau d'instruction: les femmes de Yaoundé/Douala (4,4 enfants par femme) ont pr~s de deux enfants de moins que celles du milieu rural (6,3 enfants), il en est de mSme pour les femmes de niveau d'instruction secondaire ou supérieur (4,5 enfants) en comparaison des femmes sans niveau d'instruction (6,2 enfants). Malgré la forte fécondité observée, une part importante de femmes (26%) ont eu, au cours de leur vie, au moins une grossesse qui ne s'est pas terminée par une naissance vivante, et une propo~on importante de femmes restent stériles (7% des femmes de 35-49 ans), même si cette stérilité totale semble en baisse depuis 1978 (11% à I'ENF). L'union qui demeure le cadre privilégié de la procréation est quasi universelle (moins de 1% des femmes de 40 ans et plus restent célibataires) et l'entrée en union est très précoce: l'[lge médian å la première union est estimé å 16,5 ans. Cependant, les générations les plus récentes semblent entrer en union plus tardivement que les générations les plus anciennes: l'age médian/~ la première union est de 17,3 ans pour les femmes de 20-24 ans contre 16,0 pour celles de 45-49 ans. Malgré ce recul de l'~lge d'entrée en première union, l'activité sexuelle débute toujours très tOt: plus d'une femme sur deux a eu ses premiers rapports sexuels avant l'[tge de 16 ans. Bien que de plus en plus de femmes connaissent des méthodes contraceptives (73% en 1991 contre 36% en 1978) et, en particulier des méthodes modernes (66% en 1991 contre 29% en 1978), peu de femmes les utilisent au Cameroun. Au moment de I'EDSC, 20 pour cent des enquStées ont déclaré utiliser une méthode de contraception, et dans un cas sur cinq (4%) une méthode moderne. Malgré cette faible prévalence, la proportion d'utilisatrices a nettement augmentê ces demières années: en effet, si on se limite aux seules femmes en union, la prévaience contraceptive est passée de 2 pour cent en 1978 à 16 pour cent en 1991 pour l'ensemble des méthodes, et de moins de 1 pour cent à 4 pour cent pour les seules méthodes modernes. Cette augmentation doit d'autant plus être sodign~e que peu d'informations sont diffusées sur la planification familiale: en effet, 86 pour cent des femmes ont déclaré n'avoir rien entendu å la radio ou à la télévision, ni rien lu dans des journaux ou affiches å propos de la planification familiale, durant le mois qui a précédé l'enquête. Comme les niveaux de fécondité, la prévalence contraceptive varie fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction: 12 pour cent des femmes de Yaoundé/Douala et des femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur utilisaient des méthodes modernes de contraception au moment de l'enquête, contre 2,5 pour cent en milieu rural et 1,2 peur cent seulement parmi les femmes sans niveau d'instruction. xxi La majorité des femmes qui n'utilisent pas la contraception (64%) expliquent leur comportement par le fait qu'elles veulent avoir des enfants. Le désir d'enfants reste donc très élevé: seulement 12 pour cent des enquêtées ont déclard ne plus vouloir d'enfants. Cependant ce désir de limiter sa descendance est en augmentation puisque, en 1978, seulement 3 pour cent exprimaient le m8me souhait. En fait, si elles avaient la fécondité qu'elles désirent, les femmes auraient moins d'enfants qu'elles n'en ont : 5,2 au lieu de 5,8. U existe donc une demande potentielle en contraception: 22 pour cent des non-utilisatrices ont des besoins non- satisfaits en matière de contraception. Ainsi la demande totale en matibm de contraception concerne 38 pour cent des femmes (16% d'utilisatrices et 22% exprimant des besoins). En ce qui concerne les soins prénatals et les conditions de l'accouchement, pour 79 pour cent des naissances des cinq demières années, la m~re est allée en consultation prénatale auprès d'un professionnel de la santé; dans 69 pour cent des cas, elle a reçu au moins une injection antitétanique pendant la grossesse, l'accouchement a eu lieu dans une formation sanitaire dans 63 pour cent des cas et un professionnel de la santé a assisté à 64 pour cent des accouchements. Bien que ces résultats soient assez satisfaisants au niveau national, ils masquent des diffémnces très importantes entre Yaoundé/Douala et le milieu rural et entre les naissances issues de femmes ayant un niveau d'instruction et celles issues de femmes sans niveau d'instruction. Dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination (PEV), 76 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu le BCG, 50 pour cent ont reçu les trois doses de vaccin contre la polio, 48 pour cent les trois doses de DTCoq et 56 pour cent ont dt~ vaccinds contre la rougeole. Au niveau national, 41 pour cent des enfants de 12-23 mois ont reçu l'ensemble des vaccinations du PEV et 22 pour cent n'en ont reçu aucune. Cependant la couverture vaccinale varie fortement selon le milieu de résidence et le niveau d'instruction de la mère: 27 pour cent des enfants n'ont reçu aucune vaccination du PEV en milieu rural et 37 pour cent lorsque la mère est sans niveau d'instruction contre 9 pour cent à Yaoundé/Douala et 8 pour cent lorsque la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. Parmi les enfants de moins de cinq ans, 9 pour cent avaient présenté des symptémes d'infections respiratoires pendant les deux semaines précédant renquéte, 23 pour cent avalent eu des accès de fièvre et 18 pour cent avaient eu des épisodes diarrhéiques. Ces trois maladies à haute prévalence constituent, en outre, avec la rougeole, les principales causes de décès des enfants de moins de cinq ans. Par ailleurs, selon le milieu et la rdgion de résidence et selon le niveau d'instruction de la mère, la prdvalence de ces trois maladies varie fortement ainsi que leurs traitements et les consultations dans les formations sanitaires. La quasi totalité des enfants nés au cours des cinq années ayant précédé I'EDSC ont été allait~s. En outre, ils sont aUaités pendant une longue période puisque ce n'est qu'~ partir de 18 mois que plus de la moitié des enfants ne reçoivent plus le sein. Cependant, l'allaitement exclusif est rare et l'introduction de compléments nutritionnels intervient beaucoup trop tét par rapport aux recommandations de l'OMS puisque dès l'~tge de 1 mois, 90 pour cent des enfants reçoivent autre chose que le sein. Un peu plus du quart des enfants camemunais souffrent de sous-nutrition chronique, c'est-/l-dire qu'ils sont trop petits pour leur åge, et un enfant sur sept présente une insuffisance pondérale, c'est-~-dire un poids insuffisant pour son age. En outre, cette sous-nntrition, à mettre en relation avec les pratiques nutritionnelles des enfants et la prdvalence de la diarrhée, présente de fortes variations en fonction du milieu et de la rdgion de résidence et du niveau d'instruction des mères. La mortalité des enfants demeure toujours élevée au Cameroun, meme si une forte baisse s'est produite depuis 1978. En 1978, sur mille enfants, 195 décédalent avant leur cinquième anniversaire; d'après I'EDSC, sur mille enfants 126 décèdent avant d'atteindre l'age de 5 ans, et la moitié d'entre eux n'atteint pas son premier anniversaire. Comme pour la santé matemcUe et infantile et l'état nutritionnel des enfants, les xxii niveaux de mortalit¢ des enfants présentent de fortes variations selon le milieu et la r~gion de résidence et le niveau d'instruction des mères. Ainsi, en milieu rural 159 enfants sur mille décèdent avant leur cinquième anniversaire, contre 103 å Yanundé/Douala; de meme sur mille enfants issus de mères sans niveau d'instruction, 198 déeèdent avant cinq ans, contre 80 lorsque la mère a un niveau secondaire ou supérieur. xxiii CAMEROUN XTREME- NORD •/,¢4ROU~ TCHAD NIGERIA NORD NGAOUNDERE m NORD- OUEST ADAMAOUA SUD- f " ï OUEST I"~~OUEST CENTRE CENTRAFRIQUE "~ DOUALA YAOUNDE • BERTOUA EST OCEAN ATLANTIQUE EBOLOWA • SUD GUINEE EQUATORIALE GABON CONGO xxiv CHAPITRE 1 CARACTERISTIQUES DU PAYS ET ORGANISATION DE L'ENQUETE 1.1 CARACTERIST IQUES DU PAYS Cette partie se propose de présenter succinctement les principales caractéristiques du Cameroun pour aider le lecteur qui ne connail pas ce pays ~t mieux situer les résultats de cette enquéte dans leur contexte spécifique. Cette présentation portera sur l'organisation politico-administrative, la situation géographique, l'évolution socio-économique et la démographie du pays. 1.1.1 Organisation politico-admlnistrative Le Cameroun est un pays bilingue ~ composé initialement d'une zone francophone (Cameroun oriental avec pour capitale Yaoundé) ayant acc&lé à l'indépendance le 1'r janvier 1960 et d'une zone anglophone (Cameroun occidental avec pour capitale Buea) indépendante depuis le 1" octobre 1961, date à laquelle les deux parties se sont réunifiées après plus de 45 ans de séparation pour former une république fédérale. En mai 1972, après un referendum, le pays est devenu un Etat unitaire. L'ancien Cameroun oriental a ét~ divisé en cinq provinces et l'ancien Cameroun occidental en deux provinces. En 1984, de nouvelles unités administratives ont été créées et le pays comptait en 1991, 10 provinces, 49 départements et 215 arrondissements. Le pouvoir exécutif est exercé par un Président de la République élu au suffrage universel. Une Assemblée de 180 députés exerce le pouvoir législatif, et une Cour Suprême le pouvoir judiciaire. Il existe également un Conseil Economique et Social. Après 24 ans de pouvoir monopartite, plusieurs partis politiques ont été autorisés, depuis 1990, à exercer librement leurs activités sur le territoire national. 1.1.2 Situation géographique Le Cameroun est un pays de l'Afrique Centrale situé au fond du Golfe de Guinée entre les 2 ~ ' et 13 ~e degrés de latitude nord et les 9 ~~ et 16 oee degrés de longitude est. De forme triangulaire, le pays s'étire en hauteur, du sud au lac Tchad, sur près de 1 200 km; la base s'étale d'ouest en est sur 800 km, présentant ainsi une superficie d'environ 465 000 km2, Le Cameroun est limité à l'est par le Tchad et la République Centrafricaine, au sud par le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriaie, au sud-ouest par l'Océan Atlantique et à l'ouest par le Nigéria. Enfin, au sommet supérieur du triangle, au nord, il est coiffé par le lac Tchad. Le milieu naturel du Cameroun est diversifié. On dit de ce pays qu'il est l'Afrique en miniature. En effet, plusieurs types de régions naturelles contribuent ~ la diversité géographique du pays. Le sud forestier (provinces du Centre, de l'Est, du Littoral, du Sud et du Sud-Ouest) est situé dans les zones maritime et équatoriale et se caractérise par une végétation dense, un vaste réseau hydrographique et un climat chaud et humide aux précipitations abondantes. Cette I L'anglais et le français sont les deux langues officielles utilisées. région est propice å la culture du cacao, du palmier, de la banane, de l'hévéa, du tabac.Elle abrite les centres les plus importants du pays: Douala (première ville, port et capitale économique avec ses commerces et ses industries), Yaoundé (deuxième ville et capitale politique), Edéa (industrie lourde et énergie électrique), Limbe (industrie pétrolière). Les hauts-plateaux de l'ouest (provinces de l'Ouest et du Nord-Ouest), dont l'altitude moyenne est supérieure à 1 100 m, forment une région riche en terres volcaniques favorables l'agriculture (café, mara~chers.). La végétation y est moins dense que dans le sud forestier et le climat frais qui y règne est favorable [t 1'éclosion de toutes sortes d'activités. La densité de peuplement ~levée de cette région par rapport å la moyenne nationale en fait une des premières zones d'émigration. Les principales villes sont Bafoussam et Bamenda. Le Nordsahélien (provinces de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord) est une région de savanes et de steppes. En dehors de l'Adamaoua où le climat est plus temp~ré, le reste de cette région est caractérisé par un climat tropical chaud et sec aux précipitations de plus en plus limitées au fur et à mesure que l'on se rapproche du lac Tchad. La région est propice à l'~levage du bovin et å la culture du coton et du mil. 1.1.3 Quelques données soeio-économiques Les activités économiques du Cameroun, comme dans la plupart des pays en voie de développement, sont essentiellement toumées vers le secteur primaire. En 1991, le PIB par t~te est estimé à 291 000 Francs CFA (soit environ 1 100 $ US). 2 Au recensement de 1987, la population active de 15-64 ans représentait 65 pour cent de la population de cette tranche d'[tge. Le taux de scolarisation (,pour les personnes/lg6es de 6-14 ans) était évalué au dernier recensement à plus de 73 pour cent. Il est en nette progression, mais le taux d'analphabétisme reste encore élevé (41%). En matière de santé, le pays comptait 1 lit pour 393 habitants et 1 médecin pour 11 407 habitants en 1990. 3 D'une manière générale, le pays est auto-suffisant sur le plan alimentaire bien que les habitudes alimentaires des populations ne favorisent pas toujours une alimentation quotidienne équilibrée. Il convient toutefois de relever que la partie nord du pays est souvent sujette à des lamines épisodiques, conséquences des saisons sèches quelquefois très rudes. z D'après les projections de la Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale (Ministère du Plan et de r Am6nagement du Territoire), le Produit Int6rieur Brut pour l'exercice fiscal 1990/91 s'élève à 3 437 988 milfions de Francs CFA (1 $ US vaut 250 Francs CFA environ). 3 D'après les statistiques de la Direction des Etudes au Ministère de la Santé Publique, le pays comptait en 1990, 29 285 lits et I 009 médecins, toutes formations sanitaires confondues. 1.1.4 Milieu humain et d6mographie Le Cameroun compte plus de 230 ethnies réparties en six grands groupes: les Soudanais, les Hamites et les Sémites qui vivent dans les provinces de l'Adamaoua, du Nord et de l'Extrême-Nord; ils sont généralement animistes ou islamisés; les Bantous et apparentés, et les pygmées dans le reste du pays; ils sont généralement animistes ou christianisés. Mises à part quelques enquOtes parceUaires, les recherches approfondies sur la démographie camerounalse et couvrant tout le pays sont assez récentes. C'est dans les années 70 que les premiers recensements et enquêtes d'envergure nationale et à caractère socio-économique ont été réalisés: Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Recensement Agricole, Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF). La décennie 80 a vu la r6alisation de l'Enquête Budget-Consommation et du Deuxième Recensement G6néral de la Population et de l'Habitat (2 ~~ RGPH). L'état-civil, bien que datant de l'époque coloniale, n'est pas généralisé dans tout le pays du fait de l'insuffisance des structures devant se charger de cette activité. Les dorm6es obtenues de cette source sont évidemment incomplètes. Les sources d'informations les plus fiables restent des enquOtes démographiques régionales ou nationales et les recensements généraux de la population r6alisés en 1976 et 1987 avec l'appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP). Le Tableau 1.1 fait ressortir les principaux indicateurs démographiques tels qu'ils ont été évalués en 1976, 1978 et 1987, respectivement lors du premier recensement démographique, de I'ENF et du 2 ~~ RGPH. Tableau 1.1 Indicateurs démographiques de base Indicateurs 1976 a 1978 1987 Population totale 7 663 296 10 493 655" Taux brut de natalité (p. 1000) 45,0 41,0 Indice Synthétique de Fécondité 6,0 6,4 5,5 Taux brut de mortalit6 (p. 1000) 20,4 20,2 b 13,7 Taux de mort. infantile (p. 1000) 156,5 113,0 86,0 a Esp6rance de vie (e o, en années) 44,4 44,9 b 54,3 a a Données ajustées b Estimations Sources: 1976: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1976 1978: Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF) 1978 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1987 La population du Cameroun est jeune: au dernier recensement, les personnes ~gées de 0-14 ans représentaient 46,4 pour cent de la population totale. En 1987, la densité moyenne de pouplement était de 23 habitants au km 2. Cette population est inégalement répartie sur le territoire national. Par ailleurs, elle est urbanisée à près de 38 pour cent. Graphique 1.1 Evolution de la population Cameroun, 1950-1991 Populat ion (millions) 14 12 10 8 6 4 ~ 2 0 5O 991 (c) ~ a ) 198o i i i i i i i i i i i i i i i ~ i i i i i ~ i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i 55 60 65 70 75 80 85 90 95 Année Source Dd, claration de la Politique Nationale de Population et (a) Recensement de 1976, (b) Recensement de 1987, (c) Projection basée sur le RGPH 1987 Au Graphique 1.1, figurent les 6valuations de l'effectif de la population du Cameroun, telles qu'elles ont été faites entre 1950 et 1991. De ce graphique, on relæve que la population du Camemun croit à un rythme important: estimé à 1,9 pour cent en 1950, le taux d'accroissement annuel moyen est évalué à 2,9 pour cent en 1987. A ce demier taux, la population doublera en moins de 24 ans; en d'autres termes, d'ici 2014, le Cameroun compte rait environ 23 millions d'habitants. Cette évolution rapide de la population est imputable surtout å une baisse continue de la mortalité et à une fécondité qui reste à un niveau relativement élevé. 1.1.5 Politique de population i , , , , , * Depu s près d une décemue, le Cameroun a opté pour une tntégrauon de la variable démographique dans le processus de développement socio-6conomique. Pour mener cette option à terme, les pouvoirs publics ont mis sur pied d'importantes mesures devant aboutir å cette fin. C'est ainsi qu'une Commission Nationale de la Population a été instituée en mars 1985 dont la mission est d'assister le Gouvernement dans la déf'mition, l'orientation et l'harmonisation ainsi que dans la recherche des voies et moyens de mise en oeuvre de cette politique. La Politique Nationale de Population adoptée par les pouvoirs publics avec une large participation de toutes les couches de la société camerounalse "a pour but d'améliorer le niveau de vie et la qualité de vie de la population dans la limite des ressources disponibles, en conformité avec la dignité humaine et les droits fondamentaux de l'Homme, notamment en oeuvrant pour assurer la satisfaction des besoins élémentaires de la population (santé, alimentation, emploi, logement,.)". 4 Pour ce faire, plusieurs objectifs généraux ont été définis dans le cadre de cette politique, parmi lesquels, l'on peut retenir: améliorer l'état sanitaire de la population en général et celui des mtres et des enfants en particulier;, renforcer l'auto-suffisance et promouvoir la sécurit6 alimentaire; • promouvoir l'éducation de base pour tous et notamment l'éducation des filles; promouvoir et développer les ressources humaines qualifiées tout en recherchant l'adéquation formation-emploi; promouvoir et développer l'épanouissement des familles et des couples; promouvoir et assurer un développement intégré et harmonieux des villes et des campagnes tout en préservant l'environnement. Ces objectifs généraux sont traduits en objectifs spécifiques et les orientations générales de leur mise en oeuvre sont également définies. Leur mise à exécution sera l'oeuvre de divers organismes et d6partements ministériels concemés. La coordination sera rtalisée par la Commission Nationale de Population aidée en cela par un Comité Technique. 1.2 ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE DU CAMEROUN 1.2.1 Cadre institutionnel et objectifs L'Enquête Démographique et de Santé du Cameroun (EDSC) a connu des débuts un peu difficiles. Initialement, le projet devait &re exécuté par la Direction de la Planification (Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire - MINPAT) avec laquelle Macro International Inc. des Etats-Unis d'Amérique avait amorcé un démarrage effectif des travaux. Ceux-ci ont dt ~tre interrompos pendant quelques mois pour des raisons diverses. A la reprise, au mois d'octobre 1990, I'EDSC a été placée sous la responsabilité de la Direction Nationale du 2 ~° RGPH (MINPAT) qui devait prendre en charge l'exécution de cette étude avec la collaboration technique de Macro International Inc. Le financement de l'ensemble des opérations a été supporté par I'USAID. Conformément au contrat signé entre le MINPAT et Macro Intemational Inc., I'EDSC vise les objectifs suivants: 4 Tir6 du préambule de la Déclaration de Politique Nationale de Population (MINPAT, 1991). 5 (a) Recueillir des données à l'échelle nationale qui permettent de calculer les taux démographiques, et plus particulièrement les taux de fécondité et de mortalité infantile; (~ Analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la fécondité; (c) Analyser les facteurs directs et indirects qui déterminent le niveau et les tendances de la mortalité; (d) Mesurer les taux de connaissance et de pratique contraceptive par méthode, par milieu d'habitat, et selon les secteurs public et privé de distribution de la contraception; (e) Recueillir des données de qualité sur la santé familiale; pour les enfants de moins de 5 ans: vaccination contre les six maladies du Programme Elargi de Vaccination (PEV), prdvalence et traitement de la diarrhée et d'autres maladies, mortalité infantile et juvénile; pour les femmes en ~ge de procréation: visites prénatales, assistance å l'accouchement et allaitement au sein; (f) Recueillir auprès des femmes des données sur les préférences en matière de féconditd et sur le planning familial; (g) Recueillir auprès des hommes des données sur les préférences en matière de fécondité et sur le planning familial; (la) Mesurer l'état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans (mesures anthropométriques: taille et poids); (i) Renforcer les capacités du Cameroun à mener de telles opérations. 1.2.2 Personnel et calendrier des activités de I'EDSC Pour les besoins de cette enquête, une Direction Nationale de I'EDSC a été mise en place sous l'autorité d'un Directeur National. Dans le cadre de l'exécution de ses tãches quotidiennes, le Directeur National était assisté par un Directeur Technique, une comptable et une secrétaire. Le Directeur Technique encadrait les superviseurs et le personnel d'enquête et assurait la coordination générale des travaux informatiques. Par ailleurs, des consultants nationaux ont effectué la traduction des questionnaires en trois langues nationales et la formation en mesures anthropométriques. Enfin, une assistance technique internationale dans plusieurs domaines (sondage, conception des questionnaires, formation des personnels d'enquête, traitement et analyse des données) a complété le travail de l'équipe de I'EDSC. En ce qui concerne le recrutement et la formation du personnel de terrain, ils se sont effectués en deux étapes: La première étape a été consacrée au personnel chargé d'exécuter le dénombrement et le pré-test. Pour le dénombrement, 12 personnes ont été recrutées. Pour le pré-test, 12 enqu~trices ont également été sélectionnées pour interviewer un échantillon de 250 femmes à Yaoundé et à Mbankomo (milieu rural å la périphdrie de Yaoundd). La formation a 6té assurée, d'une part, par le Directeur Technique de I'EDSC et les consultants camerounais en ce qui concerne les mesures anthropomdtriques et, d'autre part, par les assistants techniques de DHS. Le pr6-test à dt6 un bon cadre de formation pour les superviseurs et a permis de revoir la présentation des questiounaires et la formulation de certaines questions pour mieux les adapter aux r6alit6s du pays. La deuxi6me dtape a concemd l'enquête proprement dite. Le recrutement du personnel s'est effectué d'après le plan suivant: les superviseurs ont dt6 choisis parmi les cadres démographes et statisticiens de la Direction Nationale du 2 ~m- RGPH; le personnel temporaire d'enquete (36 personnes dont 6 chefs d'équipe, 6 contr61euses et 24 enqu~tdces) a été recruté surle marchd de travail apr6s formation et tests d'aptitude. La formation de tout ce personnel a duré près de quatre semaines, du 19 mars au 12 avril 1991. Elle consistait, d'une part, en des exposés théoriques ayant pour but de donner aux participants quelques notions concernant le planning familial et la sant6 maternelle et infantile et d'autre part en des exercices pratiques sur la façon de remplir les questionnaires. Les cours étaient donnds en français et en anglais et, par la suite, des compldments de formation ont étd donnés dans les trois langues nationales utilis6es pondant r enquete. Cette formation a été complétde par des exercices pratiques de mesures anthropomdtriques sur des enfants de 0-4 ans en salle et dans deux centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) de la ville de Yaoundd. L'organigramme et la liste des personnels sont donnés en Annexe A. S'agissant du calendrier, les op6mtions de I'EDSC se sont ddmuldes conformdment aux dates indiquées en Annexe B. il convient cependant de signaler qu'à cause de certaines difficultds majeures rencontr6es au cours de l'exécution de l'enquSte, les dates initiales d'exécution de certaines aetivitds ont légèrement dt~ modifides. 1.1.3 Echantillonnage et questionnaires Echan~l~n Initialement fixé à 6 300 femmes, la taille de l'échantillon de I'EDSC a finalement été planifiée à environ 4 500 femmes en ~ge de procr6er. L'6chantillon est stratifié, pondéré et repr6sentatif au niveau national, au niveau du milieu d'habitat (Yaound6/Douala, les autres villes, rural) et au niveau de grands ensembles géographiques. 5 La base de sondage est constituée de zones de dénombrement (ZD) du RGPH de 1987 (.pr~s de 10 000 ZD d'environ I 000 personnes chacune). Cependant, quelques modifications et mises tf jour se sont avdrdes nécessaires pour l'utilisation de cette liste de ZD. s Dans la suite de ce rapport, les oesultats seront pr6sent6s selon les regroupements de provinces suivants: rAdamaoua, le Nord et l'Extrême-Nord (d6sign6 par Adamaona/Nord/Extr~m¢-Nord); le Cenu~, le Sud et l'Est (CenU'e/SndÆst); l'Ouest et le Littoral (Ouest/Littoral); le Sud-Ouest et le Nord-Ouest (Sud-Ouest/Nord-Ouest). Par ailleurs, l'ensemble des deux villes de Yanundé et de Douala sera désign~ par Yaoundé4Donala: 7 La ZD constituait l'unit~ primaire de sondage. L'échantillon comportait 154 unités primaires r6parties de la manière suivante: 72 en milieu rural, 39 en milieu urbain et 43 ~t Yaonndé/Douala. Des 154 grappes tirées, 149 seulement ont été couvertes sur le terrain. Pour des raisons diverses, cinq grappes n'ont pas été enqu~tées: une grappe dans la province de l'Adamaoua, restée inaccessible pendant la période de l'enquSte en raison de grandes pluies et quatre dans la province du Nord-Ouest non enqu~tées pour des raisons de force majeure. Les détails du plan de sondage sont pxésentés en Annexe C. Six équipes de deux agents chacune ont mis à jour la base de sondage des unités secondaires (ménages) dans les grappes sélectionnées. Tableau 1.2 Taille et couverture de l'é¢hatillon Effectifs des ménages, des femmes et des matis sélectionnés, identifiés et enqu&és, et taux de réponse selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 R~sidence Yaoundé/ Autres Ensemble Enquête Douala villes urbain Rural Ensemble Enquête ménage Nombre de logements sélectiormés 1123 1119 2242 2030 4272 Nombre de ménages idenåfiés 982 927 1909 1738 3647 Nombre de ménages enqu~tés 930 893 1823 1715 3538 Taux de réponse 94,7 96.3 95,5 98,7 97,0 Enquête Individuelle femme Nombre de femmes 61igibles 1240 1106 2346 1801 4147 Nombre de femmes éligibles identifiées 1231 1094 2325 1781 4106 Nombre de femmes enqu&ées 1151 1035 2186 1685 3871 Taux de réponse 93,5 94,6 94,0 94,6 94,3 Enquête Individuelle mari Nombre de matis éfigibles 263 258 521 490 1011 Nombre de matis éligibles identifiés 257 258 515 483 998 Nombre de maris enqu&és 193 204 397 417 814 Taux de réponse 75,1 79,1 77,1. 86,3 81,6 A l'intérieur des 149 grappes, on a sélectionné 4 272 ménages, dans lesquels 4 147 femmes éligibles ont ~tE identifi6es pour l'enquête individuelle femme et un sous-échantillnn du 1 011 matis a ~té sélectionné pour l'enquSte mati (Tableau 1.2). Parmi les ménages sélectionnés, 3 647 ont été identifi6s et 3 538 ont 6Ié enqu~tés avec succès, soit un taux de réponse de 97,0 pour cent. Parmi les femmes éligibles, 4 106 ont été identifiées et 3 871 enqu~tées avec succès, soit un taux de réponse de 94,3 pour cent et enfin, parmi les matis éligibles, 998 ont été identifiés et 814 enqu~tés avec succès, soit un taux de xéponse de 81,6 pour cent. Questionnair es L'EDSC a utilis6 quatre types de questionnaires différents: le questionnaire ménage; le questionnaire individuel femme; • le questionnaire individuel mari; le questionnaire communautaire. Les versions française et anglaise des questionnaires ménage, femme et mari ont été traduites en trois langues nationales: Ewondo, Pidjin et Fonfouldé. a) Le questionnaire ménage permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines de leurs caractéristiques: nom, lien de parenté avec le chef de ménage, sexe, age, situation de résidence, niveau d'instruction. En dehors de ces caractéristiques, ce questionnaire comporte une page de couverture pour l'identification du ménage et le résultat de l'interview. La demière page contient des informations sur les caractéristiques du logement et la possession de certains biens de consommation durables par le ménage. Le but premier de ce questionnaire est de fournir les informations permettant d'établir le dénominateur servant au calcul des taux démographiques (mortalité, natalité, fécondité), et d'identifier les femmes éligibles à interviewer individuellement, ainsi qu'éventuellement leurs maris. b) Le questionnaire femme de I'EDSC a été élaboré sur la base du questionnaire Mod~le B de DHS (questionnaire pour les pays ~t faible prévalence contraceptive). Cependant, quelques modifications y ont été introduites pour tenir compte des réalités nationales. Le questionnaire individuel femme est utilisé peur enregistrer les informations concernant les femmes éligibles, c'est-~-dire, toutes les femmes ågées de 15-49 ans, ayant passd la nuit précédant l'interview dans le ménage sélectionné, quel que soit leur statut de résidence. Ce questionnaire comprend une page de couverture, similaire à celle du questionnaire ménage, et neuf sections qui traitent des thèmes suivants: Caractéristiques socio-démographiques des enqu~tées Cette première section comprend trente questions qui portent sur le lieu de résidence, l'~ge, la scolarisation et l'alphab6tisation, la nationalité et la religion. • Reproduction Trente trois questions composent cette section. Elles ont trait à l'historique des naissances, c'est-~- dire les naissances survenues pendant la vie de la femme (enfants nés vivants par sexe, enfants décédés par sexe, grossesse n'ayant pas donné lieu à des naissances vivantes)i à l'état de grossesse au moment de l'enquete; aux date et durée des menstruations; à l'[lge de la femme aux premières règles. Des questions se rapportant à la connaissance et/t l'aptitude de la femme à déterminer sa pdriode féconde figurent également dans cette section. Contraception La troisième section comporte quarante questions. Elles s'intéressent à la connaissance spontanée ou non des m6thodes de contraception, à leur utilisation et à leurs sources d'approvisionnement. Grossesse et allaitement, vaccination et santé des enfants Les questions de cette section ont été réparties en deux groupes. Le premier comporte quarante-deux questions. Ces questions permettent d'obtenir des renseignements sur les visites et 1'immunisation prénatales, sur le lieu d'accouchement et la qualification de la personne ayant assisté la femme, sur les conditions cliniques d'accouchement et les caractéristiques physiques des nouveaux-nés; des questions relatives au retour des couches et a la reprise des rapports sexuels après la naissance du nouvean-né ont ét~ également posées. En ce qui concerne l'allaitement, les questions concernent sa fréquence et sa durée, le type d'aUaitement (maternel ou artificiel), ainsi que l'utilisation des diffémnts compléments nutritionnels. Le deuxième groupe de questions de cette section (quarante-huit en tout) traite de la vaccination et de la santé des enfants. Les informations recherchées portent sur la vaccination, la fréquence et le traitement de la fièvre, de la toux et de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans. • Causes des décès La cinquième section porte surles causes de décès d'enfants parmi ceux nés vivants au cours des cinq demières années. Nuptialité Dans cette section, seize questions ont ét~ posées pour saisir l'état matrimonial de la femme, la cohabitation avec le mari lorsqu'elle est mariée,le régime de mariage (monogamie ou polygamie) et l'activité sexuelle. • Préférence en matière de fécondité La septième section comporte vingt-trois questions concemant les femmes enceintes ou non. Ces questions visent à connaRre leurs intentions en matière de fécondité. En particulier, elles touchent aux problèmes d'espacement des naissances. Caractéristiques du conjoint et activité professionnelle de la femme Dix-sept questions ont ét~ posées à cette section pour conna~%re les caractéristiques socio-professionnelles du conjoint des femmes en union et l'activité professionnelle de la femme. • Taille et poids Cette section était réservée aux mesures anthropométriques des enfants des femmes interview~es présents dans le foyer et ãgés de 0-4 ans. c) Le questionnaire individuel mari a la m~me contexture que le questionnaire précédent, mais sous une forme plus résumée. La page de couverture est identique. Le questionnaire comporte trois sections: caractéristiques socio-démographiques des enqu~tés, contraception et préférences en matière de fécondité. Les deux dernières sections ont pour objet de mesurer les connaissances, les opinions et les pratiques du mari en matière de planification familiale. d) Le questionnaire communautaire est divisé en deux parties: La première comporte l'identification de la grappe ainsi qu'une série d'informations sur les infrastructures socio-économiques de l'unité administrative dans laquelle est située cette grappe. La deuxième partie est destinée å recueillir des informations sur la disponibilité des différentes formations sanitaires et, éventuellement, les services qu'elles proposent. 10 1.2.4 Collecte et exploitation des données Collecte des données L'enquSte principale sur le terrain a duré cinq mois, du 25 avril au 25 septembre 1991. Un retard d'un mois a été enregistré sur la durée des travaux de terrain pour des raisons de force majeure. Six équipes avaient étd constitudes; chacune d'elle disposait de l'ensemble des documents et équipement d'enquête (dossiers techniques, croquis ou cartes des grappes échantillons, questionnaires, manuels, fiches de contrOle, lettre d'introduction, toise, balance, .). En outre, celles évoluant hors de Yaoundé et de Douala disposaient d'un véhicule. Des missions de supervision étaient rdgulièrement organis6es sur le terrain dans le but de renforcer, auprès des enqu&rices, les contr01es et les conseils pour garantir la qualité des données. A l'occasion de ces missions, des sdances de travail étaient rdgulièrement organisées, au cours desquelles des observations étaient faites sur le travail des équipes de terrain. La saisie des données se faisant en mSme temps que la collecte, le service informatique produisait une série de tableaux de qualité des données permettant de mettre en évidence les erreurs les plus importantes commises par chaque équipe pendant la collecte. Ces tableaux constituaient pour les superviseurs de terrain, un outil efficace pour signaler aux enquétrices certains problèmes rencontr6s sur le terrain. Ces missions relayaient le travail de contrSle permanent qu'effectuaient le chef d'équipe et la contrOleuse. Par ailleurs, toutes les équipes ont bénéficié d'un encadrement approprié des autorités administratives. Exploitation des données L'exploitation des données s'est déroulée en quatre étapes: a) Réception et classement des dossiers Tous les qucstionnaires remplis, contrélés et regmupds par grappe sur le terrain, étaient ramenés à la Direction Nationale de I'EDSC å Yaoundé par les superviseurs au retour de leurs missions. Après un certain nombre de contr01es, ils étaient classés dans une salle réservée å cet effet. Cette salle avait dt~ aménagée et équipée d'étagères divisées en casiers, numérotés de 1 ~ 154, le nombre de grappes initialement sélectionné.es. b) Vérification La vérification effectuée consistait en un contr01e d'exhaustivité de l'échantillon par rapport aux fiches de terrain et en une vérification sommaire de la cohérence des données. Ce travail était exécuté par un contréleur sous l'autorité d'un superviseur de terrain. Cette phase commencée trois semaines aprbs le démarrage de la collecte et menée parailèlement aux opérations de terrain a permis d'améliorer la qualité des données recueillies. c) Saisie/édition des données La saisie/édition des données sur disquettes a été effectuée à la Direction Nationale du 2 ~"~ RGPH sur six micro-ordinateurs (type NCR PC 6) dont la mémoirc vive avait dtd ~tendue de 512 K à 640 K pour répondre aux contraintes du logiciel ISSA (Intcgrated Systcms for Survey Analysis) fourni par Macro Intcmational Inc. à cet effet. 11 Une équipe de six agents et d'un moniteur était chargée de cette phase. Ces agents avaient été recrutés parmi l'ancien personnel de saisie du 2 ~c RGPH. Ils avaient suivi le stage de formation des enquétrices avant de suivre leur propre formation sur ISSA. Pendant les premières semaines, chaque grappe assignée à un agent pour la saisie était vérifiée à 100 pour cent au moyen d'une double saisie par un autre agent. Par la suite, cette double saisie était seulement effectuée par deux opérateurs sur cinq. C'est pendant la saisie/édition des données que les spécifications couvrant les contreles des étendues, des sauts et de cohérence simple ont été gérées; la plupart des contr01es de cohérence complexes ont été effectues lors de la deuxième étape de nettoyage de fichier. d) Traitement des données Le traitement informatique de I'EDSC s'est effectué en deux étapes: Nettoyage des données: Après la saisie/édition des données d'une grappe, un programme de contr01e était exécuté pour vérifier la cohérence interne des réponses. En rapport avec la fiche d'exploitation et des marginaux des questionnaires, ce programme a permis de détecter également les erreurs d'exhaustivité. Il a fallu en général deux passages pour nettoyer les données d'une grappe. Après que ce travail, mené grappe par grappe, ait ét~ terminé (début novembre 1991), les données de l'ensemble des grappes ont été réunies et un dernier contr01e, effectué également en deux passages, a permis de produire un premier fichier de données épurées. Par la suite, les dates de certains événements qui avaient ét~ omises ont et~ imputées, produisant ainsi un deuxième fichier (vers mi-novembre 1991) devant servir à la tabulation préliminaire. Après cette dernière version du fichier, des recodifications (autres réponses) et une série de vérifications supplémentaires ont et~ appliquées (au siège de Macro International Inc.) pour donner lieu, en février 1992, å un troisième fichier des données (fin février 1992) devant servir à l'obtention des résultats définitifs. Tabulation: La dernière action dans le processus d'exploitation consistait à passer les programmes de tabulation. La tabulation des résultats préliminaires a eu lieu courant novembre 1991 et celle des résultats définitifs en avril 1992. L'ensemble des opérations de contrSle et de nettoyage de fichier ainsi que la tabulation des données ont été aussi réalis6es au moyen du logiciel ISSA. 12 CHAPITRE 2 CARACTERISTIQUES DES MENAGES ET DES ENQUETEES L'EDSC a touché 19 401 personnes, membres de 3 538 ménages dans lesquels des interviews ont été menées avec succès. Toutes ces personnes ont été recensées dans le cadre de renqu~te ménage, et certaines d'entre elles ont été identifiées pour ~tre interrogées individuellement. Le présent chapitre porte principalement sur l'analyse des caractéristiques de base des femmes ayant été criquet~es individuellement. Par ailleurs, le comportement des femmes et la situation des enfants étant, en partie, conditionnés par leur environnement socio-culturel et économique, ce chapitre présente également certaines caractéristiques des personnes enregistrées dans le questionnaire ménage et certaines caractéristiques des ménages eux-mSmes. 2.1 ENQUETE MENAGE L'enquête ménage a permis d'obtenir des données fiables sur la structure de la population, la composition des ménages, ainsi que sur les caractéristiques de l'habitat et sur certains biens possédés par les ménages. 2.1.1 Caractéristiques de la population des ménages Répartition par sexe et åge La répartition par sexe de la population de l'échantillon est à peu près équillbrée. Le Tableau 2.1 indique que parmi les 19 401 personnes dénombrées à I'EDSC, 9 418 sont des hommes et 9 983 des femmes. Cette répartition par sexe équivaut à environ à 49 pour cent d'hommes et 51 pour cent de femmes. L'indice global d'appréciation de l'équilibre numérique entre les hommes et les femmes est évalué ici à 94,3 hommes pour 100 femmes. Parmi les 19 401 personnes dénombrées à I'EDSC, 7 448, soit 38,3 pour cent, résidaient en milieu urbain (y compris Yaoundé et Douala) au moment de l'enquête. En zone urbaine (y compris Yaoundé et Douala), l'effectif total des femmes est de 3 770, soit un rapport de masculihité de 97,3 hommes pour 100 femmes, contre 92,6 hommes pour 100 femmes en milieu rural, cette sous-représentation plus importante des hommes en milieu rural étant la conséquence de l'exode rural. La structure de la population par groupe d'ages quinquennal est assez régulière et caractéristique d'une population jeune dont la pyramide, large ~ la base, se rétrécit rapidement au fur et à mesure que l'on évolue vers les ãges élevés (Tableau 2.1 et Graphique 2.1). Sur la pyramide des ages, on note un léger déséquilibre des effectifs, avec une surreprésentation des femmes à 50-54 ans. Ceci est la conséquence de l'attraction des nombres ronds, lorsque l'tige n'est pas connu avec précision (l'age 50 ans est plus facilement déclaré que 47, 48 ou 49), mais aussi d'un vieillissement volontaire, par les enqu~trices, de l'tige des femmes de la tranche 45-49 ans, dans le but d'exclure ces femmes de la tranche d'tige d'éligibilité (15-49 ans) et de réduire, ainsi, le nombre d'interviews individuelles à réaliser. 13 Tableau 2.1 Population des ménages par åge et sexe Répartition (en %) de la population (de fait) des ménages par groupe d'åges quinquennal, salon le milieu de résidence et le sexe, EDS Cameroun 1991 Urbain Rural Total Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble 0-4 17,6 17,4 17,5 18,4 17.5 17,9 18,1 17,4 17,8 5-9 15.7 15.7 15,7 18,0 17,1 17,5 17,1 16.6 16,8 10-14 13.6 13,9 13.8 14.3 12,9 13,6 14,0 13,3 13,7 15-19 11,3 10,7 11,0 9,5 8,9 9,2 10,2 9.6 9.9 20-24 9,6 9.6 9,6 5,9 7,0 6,5 7,3 8,0 7,7 25-29 7,3 7,7 7,5 4,7 5,4 5,0 5,7 6,2 6,0 30-34 6,5 6,7 6,6 4,7 5,5 5,2 5,4 6.0 5,7 35-39 5,1 4,7 4,9 4,1 4,2 4,2 4,5 4,4 4,5 40-44 3,5 3,1 3,3 4,2 3,7 3,9 3,9 3,5 3.7 45-49 2,5 1,7 2,1 3,2 2,8 3,0 2,9 2,4 2,6 50-54 2,5 3.2 2,9 3,8 4,4 4,1 3,3 3,9 3,6 55-59 1.8 1,7 1,7 2.4 3,4 2,9 2,2 2,8 2,5 60-64 1,2 1,4 1,3 2,6 2.9 2,8 2,1 2,4 2,2 65-69 0,6 1,1 0,9 1.8 1,5 1,6 1,3 1.4 1,3 70-74 0,8 0,6 0.7 1,3 1,5 1,4 1,1 1,2 1.1 75-79 0.1 0.3 0.2 0,7 0,4 0,5 0,5 0,4 0,4 80 + 0,1 0,4 0,3 0.5 0,8 0,7 0,4 0,6 0,5 Non déterminé/NSP 0,1 0,1 0.1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,1 0,1 Total 100.0 100,0 100.0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 3667 3770 7438 5751 6212 11963 9418 9983 19401 Ages 80+ /5 79 /0 /4 65-69 60 64 55- 59 50 54 45-49 40 44 35-39 30 34 25 29 20 24 15 19 10 14 59 O4 10 Pyramide des âges de la population Graphique 2.1 Cameroun, 1991 I t 8 6 4 2 0 2 4 6 8 10 Pourcenlage EDSC 1991 14 Au Tableau 2.2, figure la répartition de la population par grand groupe d'ages, à différentes dates) Il ressort de ce tableau que la proportion des jeunes de moins de 15 ans a augmenté régulièrement, passant de 42,2 pour cent en 1976 à 47,4 pour cent en 1991. Ce rajeunissement de la structure par ~tge de la population est la conséquence du maintien d'une fécondité élevée et d'une baisse continue de la mortalité aux jeunes ~ges. Conséquence de la proportion croissante des jeunes, le rapport de dépendance, c'est-à-dire le rapport des dépondants (0-14 ans et 65 ans et plus) aux personnes d'åge économiquement actif (15-64 ans), déjà élevé en 1976, a augmenté au cours de la période, passant de 83 ~t 103 dépendants pour 100 actifs. Tableau 2.2 Population par åge selon différentes sources Répartition (en %) de la population par åge, à différentes dates, EDS Caraeroun 1991 RGPH ENF RGPH EDSC Groupe d'åges 1976 1978 1987 1991 <15ans 42,2 ~,1 46,4 ~,4 15-64 54,6 52,1 50,2 49,2 65et+ 3,2 3,6 3.4 3,4 ND 0,2 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Age médian 16,7 16,3 Rapport de dépendance 83 92 99 103 Note: Pour des besoins de comparaison avec les autres sources, ce tableau est basé sur la population "de droit." Sources: 1976: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) 1978: Enquête Nationale sur la Fécondité (ENF) 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH) Instruction Dans le cadre de l'enquete ménage, on a collecté des données surle niveau d'instruction atteint et la dernière classe achevée à ce niveau par chaque membre du ménage. A I'EDSC, on a distingué trois niveaux d'instruction: le primaire, le secondaire et le supérieur. Au Cameroun, l'age d'entrée dans le primaire est, en principe, de six ans (système d'éducation francophone) ou de cinq ans (système anglophone), et les études durent, respectivement, six ou sept ans, selon le système. L'entrée dans le secondaire a lieu, en théorie, douze ans et les études à ce niveau durent sept ans, quel que soit le système, pour se terminer par le baccalauréat (système francophone) ou par le General Certificate of Education, Advanced level (système anglophone). Les Tableaux 2.3.1 et 2.3.2 présentent les résultats concernant le niveau d'instruction pour les personnes ågées de 5 ans et plus. Au niveau de l'ensemble, tous ~lges confondus à partir de 5 ans, près d'un homme sur trois (31,7%) et d'une femme sur deux (47,3%) sont "sans instruction," et le nombre médian d'années achevées dans le système scolaire est de 3,1 pour les hommes et de 2,0 pour les femmes. Les 1 Pour permettre la comparaison avec les autres sources, les données de I'EDSC concernent ici la population de droit. 15 Tableau 2.3.1 Niveau d'instruction de la population des hommes Répætition (en %) de la population masculine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et plus, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études accomplies selon Fige, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Niveau d'instruction Nombre médian Auctm Primaire Secondaire Sup&ieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'gges 5-9 38,8 61,0 0,0 0,0 0,1 100,0 1608 0.9 10-14 15,1 77.1 7,5 0,0 0,3 100,0 1322 3,9 15-19 14,0 43,1 42,6 0,1 0,2 100,0 958 6,6 20-24 16,9 34,4 44,9 3,7 0.l 100,0 687 7,2 25-29 24,2 32,9 36,9 5,6 0,4 100,0 538 6,7 30-34 29,7 36,5 28,5 5,1 0,2 100,0 510 6,1 35-39 28,0 38,0 28,0 5,2 0,8 100,0 425 6,1 40-44 44,0 33,4 19,3 2,8 0.6 100,0 367 3,5 45-49 44,1 39,4 12,8 2,8 0,9 100,0 275 2,9 50-54 56,3 32,6 7,7 2,2 1,2 100,0 308 0.9 55-59 58,6 34,8 5,5 0.9 0,2 100.0 206 0,9 60-64 72.2 24,1 3,7 0,0 0.0 100,0 194 0,7 65 et + 80,3 18,0 0,8 0,0 0,8 100,0 308 0,6 Milieu de résidence Yecundé/Douala 5,8 43,4 41,9 7,2 0,8 100,0 1067 6,8 Autres villes 32,1 43,3 22,7 1,7 0,2 100,0 1955 3,6 Ensemble urbain 22,8 43.7 29.4 3,7 0,4 100,0 3022 5,1 Rural 37,4 50,3 11,5 0,4 0,3 100,0 4692 2,1 Région Yaoundé/Douala 5,8 44,4 41,9 7,2 0,8 100,0 1067 6,8 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 64,4 28,0 6.7 0,4 0,4 100,0 2668 0,8 Centre/SudÆst 11,4 66,5 20,9 1,0 0,2 100,0 1530 4,3 Ouest/Littoral 20,5 55,5 22,8 0,9 0,3 100,0 1330 4,4 Nord-Ouest/Sud-Ouest 19,2 63,1 16,1 1,4 0,2 100,0 1120 5,3 Ensemble 31.7 47,8 18,5 1,7 0,4 100,0 7715 3,1 proportions de population "sans instruction" sont donc élevdes, et le temps passé dans le système éducatif est faible. Les hommes sont beaucoup plus scolarisés que les femmes et, en outre, ils achèvent plus d'annales d'étude que les femmes. Le niveau d'instruction atteint (Tableaux 2.3.1 et 2.3.2) varie de façon très importante selon le milieu et la région de rdsidence. C'est dans le milieu rural que les proportions de personnes n'ayant atteint aucun niveau d'instruction sont les plus élevées (37,4% pour les hommes et 55,3% pour les femmes), suivies des "autres villes ''2 (32,1% pour les hommes et 46,2% pour les femmes). A Yaoundd/Douala, ces proportions chutent à des niveaux très faibles: 5,8 pour cent seulement des hommes et 10,5 pour cent des femmes n'ont jamais accédé au système dducatif. Du point de vue régional, 3 les proportions des "sans instruction" varient 2 On désigne par "autres villes," toutes les villes å l'exclusion de Yaoundé et de Douala. 3 Au Tableau 2.3, et dans tous ceux qui suivent, la ville de Yaound6 a 6td exclue de la r6gion Cenla'e/Sud/Est, et la ville de Douala a 6t6 exclue de l'Ouest/Littoral. Les commentaires sur les différences régionales porteront donc toujours sur les r6gions sans tenir compte des villes de Yaound6 et Douala. 16 Tableau 2.3.2 Niveau d'instruction de la population des femmes Répartition (en %) de la population féminine (de fait) des ménages, ågée de cinq ans et pins, par niveau d'instruction atteint, et nombre médian d'années d'études aceomplies salon l'åge, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Niveau d'instruction Nombre m6dian Caractéristique Aucun Primaire Secondaire Supérieur NI) Total Effectif d'années Groupe d'~ges 5-9 46,1 53,7 0.2 0,0 0,1 100,0 1657 0,8 10-14 24,2 67,6 8,1 0,0 0.1 100,0 1325 3,9 15-19 25,7 37,5 36,7 0,0 0,1 100,0 955 6,0 20-24 32,2 31,4 34,4 2,1 0,1 100,0 798 5,8 25-29 37,0 36,8 24,0 2,0 0,2 I00,0 622 5,3 30-34 45,8 34,7 18.2 1,1 0,2 100,0 596 3,0 35-39 53,0 34,5 11,4 0,9 0,2 100,0 439 0,9 40-44 64,7 28.2 6.6 0,1 0,4 100,0 348 0,8 45-49 76,4 21,1 2,3 0,3 0,0 100.0 239 0,6 50-54 86,2 11,2 0,5 0,3 1,8 100,0 394 0,6 55-59 89,8 7,9 0,4 0,0 2,0 100,0 276 0,5 60-64 97,4 1,5 0,0 0,0 1,1 100,0 236 0,5 65 et + 98,0 2,0 0,0 0,0 0,0 100,0 352 0.5 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 10,5 48,2 38,3 2,8 0,3 100,0 1047 6,1 Autres villes 46,2 38,3 15,0 0,4 0,2 100,0 2068 1,0 Ensemble urbain 34,2 41,6 22,8 1,2 0,2 100.0 3115 3.5 Rural 55.3 37,2 7,1 0,1 0,3 100,0 5128 0,8 Réglon Yaoundé/Douaia 10,5 48,2 38,3 2,8 0,3 100,0 1047 6,1 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 83,7 14,3 1.7 0,0 0,3 100,0 2779 0,6 Centre/SudÆst 29,6 54,5 15,7 0,1 0,1 100.0 1625 2,7 OuestÆittorai 33,7 49,7 15,7 0,4 0,6 100,0 1485 3,3 Nord-Ouest/Sud-Ouest 36,9 52.1 10,4 0,4 0,3 100,0 1306 2,6 Ensemble 47,3 38,9 13,0 0,5 0,3 100,0 8243 1,0 également de façon très importante: de 11,4 pour cent chez les hommes et 29,6 pour cent chez les femmes du Centre/Sud/Est å 64,4 pour cent chez les hommes et 83,7 pour cent chez les femmes de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. On notera que, pour chaque milieu de résidence ou région, les femmes sont toujours beaucoup moins instruites. Les proportions des "sans instruction" diminuent avec l'åge pour atteindre leur minimum à 15-19 ans chez les hommes (14,0%) et à 10-14 ans pour les femmes (24,2%); corrélativement on assiste à une augmentation avec 1' åge des proportions des personnes ayant atteint les différents niveaux d'instruction. Chez les hommes comme chez les femmes, c'est à 10-14 ans que la proportion des "primaire ''4 est la plus importante, respectivement 77,1 et 67,6 pour cent. La proportion la plus élevée pour le niveau secondaire se situe à 20-24 pour les hommes (44,9%) et ~ 15-19 ans pour les femmes (36,7%). Le niveau supérieur reste marginal: le maximum n'est que de 5,6 pour cent chez les hommes à 25-29 ans et 2,1 pour cent chez les femmes à 20-24 ans. « Y compris la maternelle. 17 Au-delà de 19 ans peur les hommes et de 14 ans pour les femmes, les proportions des "sans instruction" croissent de façon continue. Ces variations rendent compte de l'évolution de l'instruction dans le temps: la généralisation de l'instruction est un phénomène récent et plus les générations en cause sont anciennes, et donc plus leur ãge actuel est élevé, plus les proportions des "sans instruction" sont importantes. Les taux de fréquentation scolaire par/lge, sexe et milieu de résidence figurent au Tableau 2.4 et au Graphique 2.2. Le taux est de 64,7 pour cent à 6-10 ans, ages correspondant généralement au niveau primaire, et atteint son maximum à 11-15 ans avec 72,8 pour cent: ce dernier groupe d'/lges est celui des enfants Tableau 2.4 Taux de fréquentation scolaire Proportion de la population (de fait) des ménages, âgée de 6 à 24 ans, fr&luentant un établissement scolaire, par åge. selon le sexe et le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Groupe d'åges Hommes Femmes Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble 6-10 77,2 64,7 69,2 74,1 53,1 60,3 75,6 58,8 64,7 11-15 81,2 73.2 76,2 77,0 63,9 69,2 79,0 68,7 72,8 6-15 79,0 68,3 72,2 75,4 57,4 64,1 77,1 62,9 68,2 16-20 61,5 36,9 48,0 47,9 23,6 33,9 54,7 29,9 40,7 21-24 36,6 16,9 27,5 18,1 6,8 12,2 27,1 11,1 19,2 Pourcentage 100 Graphique 2.2 Taux de fréquentation scolaire 80 60 40 20 0 6 15 ans 16-20 ans Groupe d'âges 21 24 ans EDSC 1991 18 scolarisés, en partie, dans le primaire et, en partie, dans le secondaire. A 16-20 ans, ages de scolarisation dans le secondaire, le taux de fréquentation est beaucoup plus faible (40,7%), et diminue de moitié à 21-24 ans (19,2%),/tges de scolansation au mveau supéneur. Comme pour le mveau d instruction atteint, les tau de fréquentation scolaire varient fortement par sexe, les écarts étant d'autant pins importants que l'age est élevé et donc que le niveau d'étude augmente: à 6-15 ans, 72,2 pour cent des hommes îréquentent un établissement scolaire contre 64,1 pour cent des femmes; å 16-20 ans, ce taux est seulement de 48,0 pour cent pour les hommes et de 33,9 pour cent pour les femmes. Enfin å 21-24 ans, les hommes fréquentent deux fois plus que les femmes (27,5% contre 12,2%) un établissement scolaire. Selon le milieu de r~sidenee, on observe que la fléquentation scolaire est beaucoup plus forte en milieu urbain qu'en milieu mral, avec un écart d'autant plus important que 1' fige et, par conséquent, le niveau d'étude augmentent. 2.1.2 Structure, taille et composition des ménages Dans leur grande majorité (82,1%), les chefs de ménage sont des hommes (Tableau 2.5). Cependant, les ménages qui ont à leur t~te des femmes et qui sont souvent des ménages de niveau socio-économique plus défavorisé que lorsqu'un homme en est le chef, représentent une part non négligeable au niveau national (17,9%); par ailleurs, ils sont légèrement plus représentés en milieu urbain (19,9%) qu'en milieu rural (16,8%). Tableau 2.5 Composition des ménages Répartition (en %) des ménages par sexe du chef de ménage, taille de ménage, lien de par¢aaté aveu le chef de ménage, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Yaoundé Autres Ensemble Caractéristique et Douala villes urbain Rural Ensemble Chef de ménage Homme 80,3 80,0 80,1 83,2 82,1 Femme 19,7 20,0 19,9 16,8 17,9 Nombre de membres habltuels I 14,7 12,9 13,6 15,0 14,5 2 9.8 10,2 I0.I 10,6 10,4 3 10.6 9,6 9,9 10,2 I0,I 4 11,2 6,9 8,5 II,5 10,4 5 9,5 10,2 9,9 10,4 10,2 6 I0,5 10,4 10,4 9,9 10,1 7 8,1 9,1 8,8 7,7 8,I 8 7,0 8,4 7,9 7,2 7,4 9 et + 18,6 22,3 20,9 17,5 18,8 Taille moyenne 5,4 6,1 5,8 5,5 5,6 Lien de parenté (membres habltuels) Un adulte 18,5 17,0 17,6 18,8 18,3 Deux adultes apparentés - de sexe opposé 23,9 26,1 25,3 29,8 28,2 - de même sexe 4,6 4,4 4,5 3,9 4,1 Trois adultes apparentés ou plus 38,4 41,9 40,6 41,9 41,4 Autres 14.4 10,3 11,8 5,1 7,6 Pourcentage de m~nages avec des enfants sans leurs parents 18,5 24,6 22,3 20,2 21,0 19 La répartition selon la taille (Tableau 2.5) fait apparaRre qu'un nombre relativement élevé de ménages sont composés d'une seule personne (14,5%); les ménages de deux, trois, quatre, cinq et six personnes représentent près de 10 pour cent pour chaque catégorie et sont, dans leur ensemble, les pins fréquents (51,2%); cependant les ménages de grande taille (7 personnes et plus) représentent un tiers des effectifs (34,3%). La taille moyenne du ménage qui est de 5,6 personnes au niveau national, varie de 5,4 à Yaoundé/Douala, à 5,5 en milieu rural et à 6,1 personnes dans les "autres villes"; par ailleurs, la distribution par taille ne varie que très peu selon le milieu d'habitat, sauf dans les "autres villes" où la proportion des ménages de grande taille atteint 40 pour cent. Au Tableau 2.5 figure également la répartition des ménages selon leur structure, définie å partir du nombre, du sexe et des liens de parenté ou relations des membres adultes qui les composent: sont considérés ici comme adultes toutes personnes de 15 ans et plus. Le type de ménage le plus fréquent (41,4%) est celui composé d'au moins trois adultes apparentés; seulement 17 pour cent de ces ménages sont constitués par des couples polygames. Pour les 83 pour cent restand il s'agit de familles étendues où plusieurs générations, ou des collatéraux, ou encore de parents par alliance cohabitent. Le ménage composé de deux adultes de sexe opposé se rencontre dans 28,2 pour cent des cas; il s'agit presque uniquement (à 98%) s de couples monogames. Dans 18,3 pour cent des cas, les ménages sont composés d'un seul adulte: pour les trois-quart, il s'agit d'adulte vivant seul, sans enfant. 5 Enfin, 4,1 pour cent des ménages sont composés de deux adultes apparentés et du même sexe (père et fils, soeurs,.), et 7,6 pour cent des ménages comportent un ou plusieurs membres apparentés ainsi qu'un ou plusieurs membres sans lien de parenté. Du point de vue du milieu de résidence, on notera que c'est en milieu rural et dans les "autres villes" que les familles étendues (trois adultes ou plus apparent~s) sont les plus répandues: 41,9 pour cent, contre 38,4 pour cent à Yaoundé/Douala. C'est également en milieu rural que les ménages de deux membres apparentés de sexes opposés sont les plus fréquents: 29,8 pour cent, contre 26,1 pour cent dans les "autres villes" et 23,9 pour cent a Yaoundé/Douala. Par contre, les ménages composés d'un ou de plusieurs membres apparentés et d'un ou plusieurs membres sans lien de parenté sont trois fois plus fréquents å Yaoundé/Douala (14,4%), et deux fois plus fréquents dans les "autres villes" (10,3%), que dans le rural (5,1%): l'hébergement des jeunes, pour des raisons d'études ou de travail, ou tout simplement pour des raisons de "solidarité africaine" fréquent dans le milieu urbain, en est certainement la cause. Le Tableau 2.5 foumit enfin la proportion des ménages comptant un (ou plusieurs) enfant de moins de 15 ans ne cohabitant pas avec ses parents biologiques. Un nombre trés important de ménages (plus d'un sur cinq, 21,0%) comptent un ou plusieurs de ces enfants, soit adoptés, soit confiés ou placés en nourrice, soit encore domestiques ou apprentis. C'est dans les "autres villes" que l'on trouve le plus fréquemment ce type de ménages (24,6% comre 20,2% en rural et 18,5% à Yaoundé/Douala). Ces très fortes proportions sont à souligner du fait de l'impact que ces situations peuvent avoir sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants: on peut en effet supposer que dans de très nombreux cas, surtout dans les familles de taille importante et aux ressources limitées, l'attention portée et les moyens consacrés à cette catégorie d'enfants sont généralement plus limités que pour ses propres enfants. 2.1.3 Caractéristiques de l 'habitat et biens possédés par les ménages Lors de l'enquête ménage, on s'est intéressé à certaines caractéristiques du logement (utilisation de l'électricité, approvisionnement en eau, type de toilettes, matériau du plancher et nombre de pièces utilisées pour dormir) susceptibles de jouer un rOle déterminant dans l'état de santé des membres du ménage et, en particulier, des enfants. De même, on a collecté des données sur la possession d'un certain nombre d'équipements modernes (radio, télévision, réfrigérateur, voiture,.) pour avoir une idée du niveau 5 Ces résultats ne figurent pas au Tableau 2.5. 20 socio-économique des ménages. On peut noter au Tableau 2.6 et au Graphique 2.3 que moins d 'un tiers des ménages (29,0%) utilisent l'électricité. Cetteproportionvariede façon très importante selon le milieu de résidence: 85,0pourcentdes ménages de Yaoundé/Douala ont l'électricité, contre un m6nage sur deux (50,3%) dans les "autres villes," et moins d 'un ménage sur dix (8,7%) en milieu rural. Tableau 2.6 Caraetéristiques des logements Répartition (en %) des ménages, par caract&istique des logements, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Yaoundé Autres Ensemble des logements et Douala villes urbain Rural Ensemble Electrlclté Oui 85,0 50,3 Non 15,0 49,7 Approvisionnement en eau å boire Robinet dans le logement 21,4 10,9 Robinet dans la cour 13,8 7,7 Robinet du voisin 18,4 3,9 Borne fontaine 28,6 38.4 Puits à pompe 1,5 2.8 Puits sans pompe 6,7 15.1 Rivière, source, marigot 9.3 12,1 Eau de pluie 0,0 0,1 Eau achetée 0,0 8,6 Autre 0,4 0,1 ND 0,1 0,2 Total 100,0 100,0 Type de toilettes Chasse d'eau 21,5 9,6 Latrines amenag6es 61,8 57,8 Latrines sommaires 15,2 29,7 Ciel ouvert 0,8 2,0 Rivière 0,2 0,0 Pas de toilettes 0,4 0,8 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Sol Terre 7,7 34,8 Bois 0,1 0,0 Ciment 80,4 60,0 Carrelage 11,2 4,9 Autre 0,5 0,2 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Nombre de personnes par pièce utllls~e pour dormir 1-2 72,2 75,0 3-4 24,6 21,6 5-6 2,9 2,7 7 et + 0,3 0,7 ND 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 Moyenne 2.2 2.2 Effectif de ménages 482 836 63,0 8,7 29,0 37,0 91,3 71,0 14,8 0,9 6,1 9,9 0,9 4,3 9,2 0,3 3,6 34,8 10,5 19.6 2,3 11,6 8,1 12,0 ~,6 19,9 11,1 50.3 35,7 0,1 0,2 0,2 5,5 0,0 2,0 0,2 0,6 0,4 0,2 0,1 0,1 loe,0 loe,0 loe,0 14,0 0,8 5,7 59.3 20,0 34,7 24,4 57,2 45,0 1,6 16,5 10,9 0,I 0,5 0,4 0,6 4,8 3,2 0,0 0,2 0,0 100,0 100,0 100,0 24,9 7%0 5%6 0,0 0.7 0,4 67.5 21,3 38,5 7.2 0,7 3,2 0,3 0,1 0,2 0,0 0,2 0,1 100,0 100,0 100,0 74,0 79.2 77,2 22,7 17,1 19,2 2,7 2,7 2.7 0,6 0,9 0.8 0,0 0,1 0,1 100,0 100,0 100,0 2,2 2,1 2.1 1318 2220 3538 21 Graphique 2,3 Caractéristiques des logements ELECTRIClTE EAU: Robinel TOILETTES" SOL: Autre que terre ~--- PERSONNES/PIECE: 1-2 3-4 I i 1 m I 5+~___ 0 20 40 60 80 100 Pourcentage • Avec chasse d'eau ou latrines am6nag6es EDSC 1991 La provenance de l'eau ~ boire varie énormément selon le milieu de résidence (Tableau 2.6 et Graphique 2.3). A Yaoundé/Douala, la grande majorité des ménages consomment soit l'eau du robinet (53,6%), soit l'eau d'une borne fontaine (28,6%); mais près d'un ménage sur dix (9,3%) boit l'eau en provenance d'une rivière, d'une source ou d'un marigot. Dans les "autres villes," plus d'un tiers des ménages s'approvisionnent à une borne fontaine (38,4%), 22,5 pour cent consomment l'eau du robinet et 17,9 pour cent boivent l'eau de puits; l'eau de rivière/source/m arigot est consommée dans 12,1 pour cent des ménages. En milieu rural, plus d'un ménage sur deux (50,3%) s'approvisionne en eau de rivière/source/marigot, et plus d'un tiers des ménages (36,2%) firent l'eau des puits. Au niveau national, plus d'un tiers des ménages (35,7%) s'approvisionnent en eau de rivière/source/marigot. Cela signifie que ces ménages boivent de l'eau de qualité souvent douteuse. En outre, au regard des distances parfois importantes à parcourir pour la chercher, cette eau se trouve souvent en quantité limitée dans ces ménages. Très peu de ménages disposent de toilettes adéquates (Tableau 2.6 et Graphique 2.3): 5,7 pour cent seulement des ménages disposent de toilettes avec chasse d'eau, 34,7 pour cent utilisent des latrines aménagées, les 60 pour cent restant utilisent soit des latrines sans aucun aménagement, c'est-à-dire, le plus souvent, un simple trou (45,0%), ou ne disposent d'aucune installation (14,5%). Là encore, les différences entre milieux de résidence sont très importantes: à Yaoundé/Douala, la grande majorité des ménages disposent de chasse d'eau ou de latrines aménagées (83,3%); dans les "autres villes," 67,7 pour cent des ménages disposent du m~me équipement; par contre, en milieu rural, la majorité des ménages utilisent des latrines sommaires (57,2%), et plus d'un ménage sur cinq (21,9%) ne dispose pas de toilettes. S'agissant du plancher du logement (Tableau 2.6 et Graphique 2.3), on note que dans 57,6 pour cent des cas les ménages vivent à m~me la terre; le plancher des autres logements est essentiellement en ciment (38,5%). Une fois encore, les diîférences par milieu sont frappantes: en zone rurale, le sol de 77,0 pour cent des logements est en terre, contre 34,8 pour cent dans les "autres villes" et seulement 7,7 pour cent ~ Yanundé et Douala. 22 A partir de la question sur le nombre de pièces utilisées pour dormir, on a calculé le nombre de personnes dormant par pièce qui fournit une indication sur le degré d'entassement du ménage (Tableau 2.6 et Graphique 2.3). Dans plus des trois quarts des cas (77,2%), seulement une ou deux personnes donnent par pièce; dans près d'un ménage sur cinq (19,2%), trois ou quatre personnes partagent la m~me pièce et, dans 3,5 pour cent des cas, cinq personnes ou plus donnent dans la mSme pièce. En moyenne 2,1 personnes donnent par pièce: cette moyenne est légèrement plus faible en milieu rural (2,1) qu'en milieu urbain (2,2) ot~ les conditions de logement sont souvent plus difficiles, en particulier pour les couches les plus défavorisées de la population. Les questions posées sur les biens possédés par les ménages ont port6 sur le poste de radio, le poste de télévision, le réfrigérateur, la cuisinière, le réchaud et sur les moyens de transport tels que la bicyclette, la motocyclette et la voiture (Tableau 2.7): 54,0 pour cent des ménages possèdent un poste de radio, 14,2 pour cent un téléviseur, 10,2 pour cent un réfrigérateur, 8,4 pour cent une cuisinière et 9,9 pour cent un réchaud; par ailleurs, 15,7 pour cent des ménages disposent d'une bicyclette, 7,6 pour cent ont une mobylette et 5,1 pour cent une voiture. Le poste de radio est le bien le plus répandu quel que soit le milieu de résidence, mais près de deux fois plus de ménages en possèdent un ~t Yaoundé/Douala (84,6%) qu'en milieu rural (44,6%). La possession d'un poste de radio, qui ne demande aucune installation et aucun entretien particulier, n'est pas un bon indicateur de différenciation de statut économique entre les ménages. Par contre, la possession d'un poste de télévision, d'un réfrigérateur ou d'une cuisinière qui conceme, respectivement, 45,9 pour cent, 39,3 et 34,3 pour cent des ménages de Yaoundé/Douala et qui ne concerne que 3,9 pour cent, 1,8 et 2,3 pour cent des ménages ruraux, est très certainement un indicateur significatif du niveau économique de la population; il en est de m~me de la voiture personnelle que les ménages de Yaoundé/Douala possèdent dix fois plus (16,1%) que ceux du milieu rural (1,6%). Tableau 2.7 Biens durables possédés par le ménage Pourcentage de ménages possédant certains biens de consommation durables, selon le milieu de résidence, EDS Cameronn 1991 Yaoundé Autres Ensemble Biens durables et Douala villes urbain Rural Ensemble Radio 84,6 61,4 69.9 44,6 54,0 Télévision 45,9 23.5 31,7 3,9 14,2 Réfrigératour 39,3 15,7 24,3 1.8 10,2 Cuisinière 34,3 9,5 18,6 2,3 8,4 Réchaud 29,3 11,5 18,0 5,1 9,9 Bicycleue 4,5 16,1 11,8 18,0 15,7 Motocyclette 6,0 13,2 10,5 5,9 7,6 Voiture personnelle 16,1 8,2 11,1 1,6 5,1 Effectif de ménages 483 836 1318 2220 3538 2.2 ENQUETE INDIV IDUELLE 2.2.1 Caractéristiques des femmes enqu~tées Cette section traite des caractéristiques socio-démographiques des femmes enquetées individuel- lement: dans la suite de ce rapport, ces caractéristiques seront utilisées comme variables de classification ou variables explicatives de la plupart des phénomènes étudiés. Il s'agit notamment de l'age de la femme, de l'état matrimonial, du niveau d'instruction, du milieu et de la région de résidence, de la religion et de la naåonalité. La distribution de l'ensemble des femmes de l'échantillon selon chacune de ces variables est présentée au Tableau 2.8. 23 L'ãge est une variable fondamentale dans l'analyse des év6nements d6mographi- ques, mais, en meme temps, c'est l'une des informations les plus difficiles à obtenir de façon fiable lorsque les enregistrements écrits des événements n'existent pas ou sont rares, comme c'est souvent le cas en Afrique. De ce fait, un soin particulier a 6té accord6 à son estimation au moment de l'enquete. On de- mandait d'abord aux femmes leur date de nais- sance, puis leur fige. Lorsque la date de nais- sance et l'[ige étaient obtenus, l'enqu&rice con- trOlait la cohérence entre les deux informa- tions. Dans le cas où l'enqu~tée ne connaissait pas sa date de naissance ou son/lge, l'enqu~- trice essayait d'obtenir d'elle un document officiel tel que la carte d'identit6, l'acte de naissance ou la carte de baptême où la date de naissance figure. Lorsqu'aucun document n'était disponible, l'enquetrice devait estimer l 'åge de la femme soit par comparaison å l'fige d'autres membres du ménage, soit par déduction à partir de l'histoire de la femme, ou encore en utilisant un calendrier historique. La distribution des femmes de 15-49 ans par groupe d'/lges quinquennal (Tableau 2.8) pr6sente une allure r6gulière: de 15-19 ans, groupe d'/lges modal avec 23,7 pour cent des femmes, à 45-49 ans (6,3%), les proportions diminuent régulièrement au fur et à mesure que l'on avance vers les figes élevés. En ce qui concerne l'état matrimonial, on a considéré comme mariage ou union toutes les formes de mariage ou d'union, qu'elles soient légales ou non, formeUes ou non. Près des trois quarts des femmes de 15-49 ans sont en union: soit elles sont mari~es (62,3%), soit elles vivent avec quelqu'un (11,8%). La poly- gamie est relativement importante puisqu'eUe conceme pr6s d'un tiers des femmes en union (Graphique 2.4). Les célibatalres repr6sentent 18,6 pour cent des femmes, et les unions rem- pues (veuvage, divorce, s6paration) ne con- cernent qu'une faible proportion des enqu~t6es (7,3%). Tableau 2.8 Caract6ristiquns socio-ti6mographiques des femmes enqu~tées R6partiåon (en %) des femmes enquet~es par a8e, 6rat matrimonini, niveau d'instruction, milieu et région de r~lådenee, religion et nationalité, EDS Cameroun 1991 Caract6ristique Pourcentage socio-ddmographiquc pond6ré Effectif Pond~r6 Non pond6ré Groupe d'ages 15-19 23,7 919 949 20-24 20,1 778 789 25-29 16,0 618 643 30-34 14,5 562 555 35-39 10,8 418 409 40-44 8,6 332 308 45-49 6,3 244 218 Elat matrimonial Jamais en union 18,6 720 834 Man6e 62,3 2412 2231 Vivant avec quelqu'un 11,8 456 506 Veuve 2,5 97 102 Divore6e 1.8 70 67 Séparée 3,0 115 131 Niveau d'instruction Aucun 40,2 1557 1276 Primaire 33,3 1288 1275 Secondaire 25,4 984 1254 Sup~riunr 1,1 42 66 Milieu de résidence Yaound6/Dounia 16,2 627 1151 AuR'es villes 25,8 998 1035 Ensemble urbain 42,0 1625 2186 Rural 58,0 2247 1685 R6glon Yaound6/Dounia 16,2 627 1151 Adamaoua/NoedÆxL-Nord 33,9 1313 1033 CenUe/SudÆst 18,4 713 609 Ouest/Littoral 16,5 639 598 Nord-Ouest/Sud-Ouest 15,0 580 480 Rellglun Cathofique 37,0 1432 1619 Protestante 30,3 1172 1207 Musulmane 21,1 817 681 AuUe 11,6 451 364 Nafonnilt6 Camerounaise 96,5 3735 3744 Autre 3,3 129 121 NI) 0,2 7 6 Ensemble des femrt~s 1130,0 3871 3871 Du point de vue du milieu de r6sidence, 16,2 pour cent des femmes interrogé, es résident /l Yaoundé/Douala et 25,8 pour cent dans les "autres villes." Les femmes du milieu rural repr6sentent 58,0 pour 24 Graphique 2.4 Etat matrimonial des enquêtées Mariêe (union monogame) 46% Marié, e (union polygame) 2 Veuve 2% Divorc6e/Sêpar6e 5% CeliDa[ai«e 19% EDSC 1991 cent contre 42,0 pour cent pour l'ensemble du milieu urbain. Sur le plan régional, 6 l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord totalise un tiers des femmes interview~es (33,9%), les autres régions en comptent entre 18,4 et 15,0 pour cent. Concernant la religion (Tableau 2.8), il apparatt que les chrétiennes sont majoritaires, avec 37,0 pour cent de catholiques et 30,3 pour cent de protestantes; un peu plus d'une femme sur cinq est de religion musulmane (21,1%); les autres enquetées (11,6%) sont d'autres religions, y compris les animistes. Du point de vue de la nationalité, la presque totalité des enqu~tées (96,5%) sont des camerounaises; quant aux autres nationalités (3,3%), il s'agit presque uniquement (99% des cas, r6sultat non porté au Tableau 2.8) de femmes africaines. Sur le plan de l'instruction, on a déterminé pour chaque femme interrogée le niveau et le cycle d'enseignement atteints, et la dernière classe achevée. Le Tableau 2.8 indique que deux femmes enqu~tées sur cinq (40,2%) n'ont aucune instruction, un tiers des femmes (33,3%) ont atteint le cycle d'études primaires, une femme sur quatre (25,4%) a atteint le niveau secondaire et seulement 1,1 pour cent a accédé au supérieur. Ces niveaux d'instruction atteints varient de façon très importante selon certaines caractéristiques socio- démographiques des enqu~tées (Tableau 2.9). On peut ainsi noter que la proportion des femmes sans instruction augmente régulièrement des femmes les plus jeunes aux plus/lgées: seulement un quart des femmes de 15-19 ans (24,1%) sont sans instruction, contre trois quarts (77,6%) de celles de 45-49 ans. Corrélativement, c'est chez les femmes les plus jeunes que les proportions de celles ayant atteint le primaire ou le secondaire sont les plus élevées. 6 Rappelons que du point de vue régional, les villes de Yaoundé et de Douala sont traitées å part et sont donc exclues, respectivement, des régions Centre/Sud/Est et Ouest/Littoral. 25 Tableau 2.9 Niveau d'instruction des femmes enqu&ées R~pardtion (en çó) des femmes par niveau d'instruction atteint, selon le groupe d'åges quinquennal, le milieu et la région de résidence, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire Supérieur Total Effectif Groupe d'~ges 15-19 24,1 20-24 31,9 25-29 34,5 30-34 45,5 35-39 51,2 40-44 64,5 45-49 77.6 Milieu de r£~ldence Yaoundé/Douala 5,1 Aunes villes 41,6 Ensemble urbain 27,5 Rural 49,4 Réglon Yaoundé/Douala Adamaoua/Nord/Ext.-Nord Cenue/Sud/Est Ouest/Littoral Nord-Ouest/Sud-Ouest Ensemble 36,1 39,6 0,1 100,0 919 29,6 36.4 2,1 100,0 778 39,l 24.4 2.0 100,0 618 34,2 19,2 1,1 100,0 562 37,1 11,2 0.6 100,0 418 27.3 7,6 0,6 100,0 332 19,3 2,8 0.3 100.0 244 32,4 58,2 4,3 100,0 627 29.3 28,2 0,8 100,0 998 30.5 39.8 2,2 100,0 1625 35,3 15,0 0,3 100,0 2247 5.1 32.4 58,2 4.3 100.0 627 84,8 11.5 3,7 0,0 100,0 1313 13,9 51,8 33,8 0,5 100,0 713 21,2 46,1 31,9 0.8 100,0 639 30,5 46,7 21,9 0,9 10O,0 580 40,2 33,3 25,4 1,1 100,0 3871 C'est en zone urbaine, et surtout ~ Yaoundé/Douala, que les femmes sont les plus instmites: la proportion des femmes sans instruction passe de 49,4 pour cent en milieu rural, à 41,6 pour cent dans les "autres villes," et chute à 5,1 pour cent à Yaoundé/Douaia. C'est également dans ces deux villes que se trouvent les plus fortes proportions des femmes avec les niveaux d'instruction les plus élevés: 58,2 pour cent ont un niveau secondaire et 4,3 pour cent un niveau supérieur. Du point de vue régional, l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord se singularise par 84,8 pour cent de femmes sans instruction, suivi de très loin par le Nord- Ouest/Sud-Ouest (30,5%), par r OuestÆittoral(21,2%) et enfin par le Centre/Sud/Est où seulement 13,9 pour cent des femmes n'ont aucune instruction. 2.2.2 Accès aux média Le Tableau 2.10 fournit des données relatives à l'accès aux média par les femmes interviewées. Ces données sont particulièrement importantes pour la mise en place de programmes d'éducation et de diffusion d'informations dans les domaines de la santé et de la planification familiale. Dans l'ensemble, 34,0 pour cent des enquStées regardent la télévision et 43,9 pour cent écoutent la radio au moins une fois par semaine. Mais, ces proportions varient largement selon l'fige, le milieu de résidence, la tégion et le niveau d'instruction. En général, du point de vue de rage, ce sont les femmes les plus jeunes qui regardent le plus la télévision et écoutent le plus la radio. A moins de 25 ans, plus de 40 pour cent de femmes regardent la télévision, cette proportion chute à 20,6 pour cent ~ 40-44 ans et ~t 10,1 pour cent ~ 45-49 ans. La m~me tendance est observée pour les femmes qui dcoutent la radio. Selon le niveau d'instruction, environ trois quarts des femmes les plus instruites regardent la télévision (73,8%) ou écoutent la radio (76,3%) au moins une fois par semaine; un fiers seulement des femmes de niveau primaire (34,9%) regardent la télévision et 26 une femme sur deux de ce niveau (51,5%) écoute la radio. Chez les femmes sans instruction, la proportion de celles qui écoutent la radio n'est plus que de 16,3 pour cent, et 6,9 pour cent seulement regardent la télévision. L'accès aux média par les femmes varie également selon le milieu et la région de résidence. Les proportions les plus importantes des femmes qui écoutent la radio ou regardent la télévision se rencontrent à Yaoundé/Douala (respectivement, 80,0% et 78,1%), suivies de très loin par les femmes des "autres villes" (respectivement, 47,6% et 45,1%), et enf'm par celles du milieu rural (respectivement, 32,2% et 16,7%). Du point de vue r~gional, les femmes de l'Adamaoua]Nord/Extr~me-Nord sont proportionnellement deux fois moins nombreuses å écouter la radio et trois fois moins nombreuses à regarder la télévision que les femmes de toutes les autres régions. Tableau 2.10 Accès des femmes aux ra~dla Pourcentage de femmes qui, habituellement, regardent la t6i6vision, ou 6courent la radio au moins une fois par semaine, par ~ge, niveau d'instruction et par milieu et r6gion de r~sidencc, EDS Cart~roun 1991 Regardent la Ecoutent la radlo TV au moins au moins Effecaf une fois/ une fois/ de Caractéristique semaine semaine femmes Groupe d'Ages 15-19 46,4 45,6 919 20-24 40,7 51,5 778 25-29 36,3 50,4 618 30-34 28,1 42,7 562 35-39 22,8 37,8 418 40-44 20,6 34,7 332 45-49 10,1 22,7 244 Milieu de résidence Yaound6/Do~a 78,1 80,0 627 Autres villes 45,1 47,6 998 Ensemble urbain 57,8 60,1 1625 Rural 16,7 32.2 2247 R~glon Yaound6/Do~a 78,1 80,0 627 Adamaoua/Nord/ExL-Nord 13,0 22,6 1313 CenSé/Sud/Est 33,8 53,7 713 Ouest/Littoral 37,6 42.4 639 Nord-Ouest/Sud-Ouest 30,0 42,9 580 Niveau d'Instruction Aucun 6,9 16,3 1557 Primaire 34,9 51,5 1288 Secondaire ou plus 73,8 76,3 1026 Ensemble des femmes 34,0 43,9 3871 27 CHAPITRE 3 FECONDITE Un des principaux objectifs de I'EDSC était de recueillir des données permettant d'estimer les niveaux de la fécondité, d'en dégager les tendances passé.es et de mettre en lumière certains aspects de la fécondité différentielle. Durant l'interview, l'enquetrice posait tout d'abord une série de questions sur le nombre total d'enfants que la femme avait eu, en distinguant les garçons des filles, ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs, et ceux encore en vie de ceux décédés. L'enquetrice reconstituait alors avec la femme interrogée l'historique complet de ses naissances, de la plus ancienne a la plus récente, en enregistrant, pour chacune d'entre elles: le type de naissance (simple ou multiple), le sexe, la date de naissance, l'état de survie; pour les enfants encore en vie, on enregistrait leur fige et distinguait ceux vivant avec leur mère de ceux vivant ailleurs; peur les enfants décédés, on s'intéressait å lqlge au décès. Au moment de la formation des enqu~trices, leur attention avait été attirée sur l'importance de ces questions et de leur précision. Lors de l'interview, l'enqu&rice devait, si possible, vérifier l'information obtenue, à partir, par exemple, de documents officiels, et détecter les éventuelles incohérences, en vérifiant, par exemple, la durée des intervalles intergénésiques. Après avoir posé toutes les questions concernant l'historique des naissances, l'enqu8trice contrélait alors si le nombre total d'enfants déclarés par la mère (dans chaque catégorie: vivants, décédés, .) 6tait cohérent avec le nombre d'enfants obtenus ~ partir de l'historique des naissances. En cas de différences, l'enqu~trice devait revérifier et, 6ventueUement, corriger les réponses erronées. Malgré le soin apporté aux diff6mnts types de vérification, les données sur les naissances sont sujettes aux différents types d'erreurs inh6rentes aux enquêtes r&rospectives. Il s'agit notamment: du sous-enregistrement des naissances, en particulier l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou quelques jours seulement après la naissance, qui peut induire une sous-estimation des niveaux de fécondité; de l'imprécision des déclarations de date de naissance et/ou d'age, en particulier l'attraction pour des années de naissance ou pour des figes ronds, qui peut entraîner des sous-estimations ou des suresUmations de la fécondité à certains /lges et ~ certaines époques. Que ce soit le sous-enregistrement, ou l'impr~cision des dates de naissance ou des ages, ces erreurs sont, généraiement, d'autant plus importantes que les naissances sont anciennes. En outre, lors des enquetes EDS, on observe certains déplacements de dates de naissance d'enfants n6s durant la dernière période quinquennale vers les années pr~cédentes. Ces "déplacements" d'année de naissance sont souvent effectués "volontairement" par les enqu&rices, non seulement, pour èviter de poser les questions sur la santé (Section 4 du Questionnaire) qui ne portent que sur les naissances de la dernière période quinquennale, mais encore pour éviter de prendre les mesures anthropométriques de ces m8mes enfants. Ces "déplacements" sont plus fréquents lorsque la mère ne connatt pas avec exactitude le mois et l'année de naissance de son enfant. Dans le cas de I'EDS au Cameroun, ces déplacements, principalement de 29 naissances de 1986 vers 1985, ne sont pas très importants, et ne peuvent donc pas induire une sous- estimation significative de la fécondité des cinq demiéres années. 1 3.1 NIVEAU DE LA FECOND1TE ET FECONDITE DIFFERENTIELLE Le Tableau 3.1 présente les taux de fécondité par groupe d'/lges (illustrés par le Graphique 3.1) selon le milieu de résidence. Les taux sont calculés ici pour la période de trois ans ayant précéd6 l'enqu&e. Cette période de trois ans a été choisie comme compromis entre trois critères: fournir les indicateurs de fécondité les plus récents possibles, réduire les erreurs de sondage et éviter les problémes signalés précédemment sur le transfert de dates de certaines naissances. Tableau 3.1 Fécondité actuelle Taux de fécondité par âge, indice synth&ique de fécondité (ISF), taux h-ut de natalité (TBN) et taux global de fdcondité gén&ale ÇfGFG) pour la pédode des trois années précédant l'enqu~te, selon le milieu de résidence, EDS Cameronn 1991 Résidence Yaoundé/ Autres Ensemble Groupe d'âges Douala villes urbain Rural Ertsemble 15-19 100 152 130 189 164 20-24 218 311 273 290 282 25-29 229 264 250 268 260 30-34 165 203 189 261 228 35-39 134 127 130 160 149 40-44 36 54 49 67 62 45-49 0 17 13 23 20 ISF 15-49 (.pour 1 femme) 4,41 5,64 5,17 6,29 5,82 ISF 15-44 (pour 1 femme) 4,41 5.55 5,10 6,17 5,72 TGFG (pour 1 000) 163 206 189 216 205 TBN (pour 1 000) 40 41 40 39 39 Note: Les taux sout calculé pour la période de 1-36 mois avent l'enqut.'te. Les taux à 45- 49 ans peuvent ~tre légènement biaisés du fait de données incomplètes pour ce groupe d'åges. i A l'Annexe E, le Tableau E.4 foumit la distribution des naissances par année de naissance. Le "rapport de naissances annuelles" (rapport des naissances d'année x å la demi-somme des naissances des années précédente et suivante, soit NJ[(N,.t+Nx«)/2]) rend compte des déplacements d'années de naissance. Le rapport semble indiquer un manque de naissances en 1986 (rapport = 85,3 < 100), et un excédent en 1985 (rapport = 112,5 > 100), mais aussi en 1987 (rapport = 113,2 > 100). 30 350 300 250 200 150 1 oo 50 Pour mi[le Graphique 3,1 Taux de fécondité générale par âge selon le milieu de résidence 0 15 50 dt¤ ~~ 20 25 30 35 40 45 Age de la lemrne(ans) EDSC 1991 Les taux de fécondité par groupe d'åges suivent le schéma classique observé généralement dans les pays à forte fécondité: une fécondité précoce (15-19 ans) élevée (164%o) qui atteint son maximum à 20-24 ans (282%0) et qui se maintient longtemps à des niveaux importants puisqu'à 35-39 ans le taux vaut encore 149 pour mille et que la fécondité des femmes de 40 ans et plus contribue pour plus de 7 pour cent å la fécondité totale. L'allure générale des courbes représentant les taux de fécondité par tige du milieu rural et des "autres villes," où la fécondité se maintient à un niveau élevé, reste assez similaire. Par contre, à Yaoundé/Douala les taux de fécondité aux jeunes figes sont plus faibles que dans le reste du pays (100% o à 15-19 ans et 218%o à 20-24 ans), et la courbe des taux de fécondité par ~ge présente une allure beaucoup plus "aplatie" que dans les autres milieux, cependant la fécondité reste élevée à des/iges avancés puisqu'à 35-39 ans le taux de fécondité des femmes de Yaoundé/Douala (134%o) rejoint celui des femmes des autres milieux. L'indice synthétique de fécondité (ISF), calculé à partir du cumul des taux par fige, mesure le nombre moyen d'enfants qu'aurait une femme à l'issue de sa vie féconde, si elle avait å chaque fige la fécondité par åge observée durant la période considérée, ici les trois années ayant précédé l'enqu&e. L'ISF des femmes de 15-49 ans atteint 5,8 enfants par femme au niveau national. Le taux global de fécondité générale (TGFG), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population des femmes en åge de procréer, atteint 205 pour mille au niveau national. Le taux brut de natalité (TBN), ou nombre annuel moyen de naissances vivantes dans la population, est de 39 pour mille. Le niveau de fécondité présente de très fortes variations selon le milieu de résidence (Tableaux 3.1 et 3.2 et Graphique 3.2): c'est en milieu rural que I'ISF est le plus élevé avec 6,3 enfants par femme, suivi des "autres villes" avec 5,6 et de Yaoundé/Douala avec 4,4 enfants par femme. Dans les deux 31 principales villes du pays, la fécondité est donc de 30 pour cent inférieure à celle du milieu rural, en d'autres termes, les femmes de Yaoundé/Douala donnent naissance, en moyenne, à près de deux enfants de moins qu'en milieu rural. Du point de vue régional, la fécondité la plus élevée se rencontre dans l'Adamaoua/Nord/Extreme- Nord (ISF de 6,38), suivi de très près par le Centre/Sud/Est (6,28), puis par l'Ouest/Littoral (5,96) et enfin le Nord- Ouest/Sud-Ouest (5,68). Selon le niveau d'instruction des femmes, on observe que la fécondité des femmes de niveau primaire (6,44) est très légèrement supérieure à celle des femmes sans instruction (6,20); compte tenu des erreurs de sondage cette différence est peu significative. Cependant, on peut penser que les femmes de niveau primaire en abandonnant certaines coutumes, telles que des interdits sexuels, sans pour autant utiliser de façon importante la contraception, ont finalement une fécondité légèrement plus forte que celle des femmes sans instruction. Par ailleurs, la stérilité primaire étant importante au Cameroun (voir ci- dessous), on peut supposer que celle-ci concerne moins les femmes instruites plus susceptibles à se faire suivre médicalement. Les femmes ayant atteint un niveau d'instruction secondaire ou supérieur, ont, quant ~t elle, un ISF de 4,5 soit près de 30 Tableau 3.2 Fécondité p~ caraet&istiques socio-démographiques Indice synthétique de fécondité pour la période des trois années précédant l'enqu~te et nombre moyen d'enfants nés vivants pour les femmes de 40-49 mas, par caractéristiclues socio-démographlques, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Nombre moyen Indice d'enfmats nés synthétique vivants pour les de féeondité 1 feanmes de 40-49 ans Milieu de r~sldence Yaoundé/Douala 4,41 5,68 Autres villes 5,64 5,90 Ensemble urbain 5,17 5,84 Rural 6,29 6,42 Région Yaoundé/Douala 4,41 5,68 Adamaoua/NordÆxt.-Nurd 6,38 6,28 Centre/Sud/Est 6,28 5,50 Ouest/Littoral 5.96 6,87 Nord-Ouest/Sud-Ouest 5,68 6,82 Niveau d'Instruction Aucun 6,20 6,43 Primaire 6.44 5,96 Secondaire ou plus 4,54 5,20 Ensemble 5,82 6,25 1Indice synthétique de fécondité pour les femmes ågées de 15-49 ans pour cent inférieur à celui des autres femmes. Au Tableau 3.2 figure également le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme atteignant 40-49 ans, soit en fin de vie féconde. Contrairement A I'ISF qui est une mesure de la fécondité du moment, ce nombre moyeu, qui peut 8tre assimile à une descendance, est le tésultat de toute la fécondité passée des générations des femmes enquêtes de 40-49 ans. Au niveau national, la descendance des femmes de 40-49 ans (6,25) est supérieure A I'ISF (5,82), ce qui est très certainement le signe d'une 16gère baisse de la fécondité dans le pays. Que ce soit du point de vue de la résidence, de la région (sauf pour l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord et le Centre/Sud/Es0 ou du niveau d'instruction (sauf pour le primaire), on observe toujours que la fécondité du moment est inférieure/t la descendance, l'écart entre les deux mesures étant d'autant plus important que la fécondit6 actuelle est basse, comme dans le cas de Yaoundé/Douala avec un ISF de 4,4 contre une descendance de 5,7. Ceci dénoterait une tendance à la baisse de la fécondité, baisse particulièrement importante ~ Yaoundé/Douala. Par contre, dans le cas du Centre/SudÆst, I'ISF (6,28) est supérieur à la descendance (5,50), il en est de meme pour l'Adamaoua/Nord/Extrême-Nord, mais avec un écart très faible entre les deux mesures (6,38 contre 6,28). Mis à part la sous-déclaration ou l'omission de naissances anciennes qui peut entraîner une sous-estimation 32 de la descendance, le phénomène constaté ici pourrait ~tre le signe d'une ré.elle augmentation de la fécondité récente, consécutive, entre autres, å une baisse de la stérilit6 primaire et ~t l'abandon de certaines pratiques régulatrices de la fécondité (interdits sexuels, tabous, etc.), dans les deux régions concemées. RESIDENCE Yaound6/Douala Autres villes Rura, REGION Ad/Nord/Ext -Noro Cenhe/Sud/Es, Ouesl/Littora, NO/SO INSIRUCTION ~ Aucune Primaire Secondaire/Sup Graphique 3.2 Indice synthétique de fécondité et descendance atteinte à 40-49 ans 1 2 3 4 5 6 Nombre d'enfants par femme EDSC 1991 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Une première façon de dégager les tendances de la fécondité est de comparer les résultats de I'EDSC avec ceux provenant d'autres sources antérieures. Le Tableau 3.3 et le Graphique 3.3 présentent ainsi les taux de fécondité par åge selon I'ENF de 1978, selon le RGPH de 1987 et selon I'EDSC. 2 Les courbes de fécondité de I'EDSC et de I'ENF présentent des allures assez voisines, mais, mis å part ~t 30-34 ans, les taux actuels sont toujours plus faibles que ceux de 1978, et plus particulièrement aux ãges avancés (40 ans et plus). Il en résulte une baisse de I'ISF qui serait passé de 6,4 enfants par femme en 1978 à 5,8 actuellement. Les taux de fécondité calculés à parf]r des données du RGPH de 1987 sont basés sur les naissances des douze derniers mois; cette méthode de collecte, différente de l'histoire génésique utilisée par I'ENF et I'EDSC, a tendance à sous-estimer les niveaux de fécondité. Le Graphique 3.3, oia les taux de I'EDSC sont Tableau 3.3 Fécondité par age selon trois sources Taux de f6condit6 par Age et indice synth6tique de fécondit6 selon I'ENF (1978), le RGPH (1987) et I'EDSC (1991), EDS Cameroun 1991 ENF RGPH EDSC Groupe d'~ges 1978 1987 1991 15-19 186 143 164 20-24 295 264 282 25-29 276 257 260 30-34 220 205 228 35-39 155 146 149 40~4 106 67 62 45.49 36 14 20 ISF 15-49 6,37 5,48 5,82 Nom: Taux de fécondité par groupe d'ãges pour 1000 femraes. Sources: 1978: EnquSte Nationale sur la F6condit6 (EN'F) 1987: Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RFPH) 2 Au RGPH de 1987, les mesures de la fécondité sont basées sur les naissances des douze derniers mois. 33 Graphique 3.3 Taux de fécondité générale par âge selon trois sources Pour mille 350 300 250 200 15o ÷ 1 O0 50 0 15 20 25 30 35 40 45 50 Age de la femme(ans) presque toujours supérieurs ~ ceux du RGPH, met en évidence cette légère sous-estimation du recensement (ISF estimé à 5,5 enfants par femme), mais il fait aussi apparattre des calendriers de la fécondité très similaires entre le RGPH et I'EDSC, en particulier la faible fécondité å 40-49 ans. Les données coUectées lors de I'EDSC permettent, en tant que telles, de retracer les tendances passées de la fécondité. On a calculé les taux de fécondité par ~ge de la mère å la naissance de leurs enfants, par période de quatre ans précédant l'enquête 3 (Tableau 3.4). A partir de ces données, pour chaque période, on a calculé I'ISF des femmes de 15-34 ans qui est représenté au Graphique 3.4; on a également porté sur ce graphique des données similaires de I'ENF (par période quinquennale). D'après I'EDSC, I'ISF serait resté pratiquement inchangé des années 1977 å 1985 (années centrales des périodes considérées), puis aurait légèrement baissé dans la p~riode la plus récente, comme cela a été signalé précédemment. L'ISF calculé à partir de I'EDSC et centré å l'année 1977 (5,2 enfants par femme) est légèrement supérieur à I'ISF calculé pour la période de 0-4 ans précédant I'ENF (4,9): I'ENF aurait légèrement sous-estimé la fécondité de la période précédant immédiatement l'enquête. Pour la période allant des années 60 å 70 où l'on observe une augmentation de I'ISF, cela résulterait d'une augmentation réelle de la fécondité, ".conséquence d'une baisse de la stérilité due ~t l'amélioration des conditions sanitaires et de la protection maternelle" (DSCN et EMF, 1983a:75). 3 On a retenu ici des périodes de quatre ans plut& que les habituelles périodes quinquennales pour éviter les problèmes de transfert de certaines naissances ayant eu lieu cinq ans avant l'enquête et euregistrées comme ayant eu lieu six ans avant. 34 Tableau 3.4 Tendances de la fécondité par åge Taux de fécondité par ~.ge par p6riodes de quatre ans pr6eédant l'enqt~te, et selon l'åge de la mère, ED$ Camaroun 1991 Périodes précédant l'anqu&e (en ann6¢s) Groupe d'åges 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 15-19 174 208 207 197 202 20-24 283 295 297 308 284 25-29 265 284 288 282 [294] 30-34 229 241 237 250 [204] 1 35-39 155 168 [196] [181] 1 40-44 62 [99] 45-49 [23] Note: Taux de fécondité par groupe d'âges pour 1000 femmes. Les taux entre crochets sont calcul~es sur la base de dorm~s ineomplètes. ITaux calculés sur la b&se de moins de 500 cas (exposition) 4- Graphique 3,4 Tendances de I'ISF pour les femmes de 15-34 ans, selon I'ENF et I'EDSC Nombre d'enfants ~+ . . . . . . -4- ¢- ¢ 3 i i i L i i ~ i i i i i i i i i i i i i ~ i p 60 65 70 75 80 85 90 Année Le Tableau 3.5 présente le mOme type de données que le tableau pr6cédent, mais les taux sont calculés ici par dur6e de mariage. Pour les durées de mariage inférieures à vingt ans, la fécondit6 aurait tr6s faiblement diminué au cours du temps. Par contre, pour les femmes mari~es depuis vingt ans et plus ces changements de niveau paraissent beaucoup plus marqués. Ceci semble confirmer ce qui a ~te constat6 auparavant, en comparant les courbes de fécondité de I'ENF, du RGPH et de I'EDSC, ~t savoir qu'entre 35 Tableau 3.5 Tendances de la fécondité par durée de mariage Taux de fécondité par périodes de quatre ans précédant l'enquéta, selon la durée écoulée depuis le premier mariage, EDS Cameronn 1991 Nombre d'années depuis le premier mariage Périodes précédant l'enquê, te (en années) 0-3 4-7 8-11 12-15 16-19 0-4 304 320 313 305 292 5-9 304 322 309 308 288 10-14 256 275 284 278 280 15-19 223 224 236 246 [199] 1 20-24 127 158 [184] 25 -29 52 [ l l 1 ] Note: Taux de fécondité pour t000 femmes non-c61ibataire.s. Les taux entre crochets sont calcul~es sur la base de données incomplètas. ITaux calculés sur la base de moins de 500 cas (exposition) 1978 (ENF) et l'époque actuelle (RGPH et EDSC), c'est essentiellement la fécondité des femmes les plus ~lgées (40-49 ans) qui a connu une baisse significative. 3.3 GROSSESSES IMPRODUCTIVES Au cours de I'EDSC, on a demandé aux femmes si elles avaient eu des grossesses qui n'avaient pas abouti à des naissances vivantes et, si oui, combien elles avaient eu de grossesses de ce genre. Le Tableau 3.6 présente la répartition des femmes selon le nombre de grossesses improductives qu'elles ont eu, à savoir, d'une part, les grossesses ayant abouti à des mortinaissances et, d'autre part, les avortements spontanés ou provoqués. On peut penser que ces données sont sous-estimées du fait d'oublis, en particulier pour des mortinaissances ou fausses-couches anciennes. En outre, la législation camerounaise interdisant la pratique de l'avortement (sauf pour des raisons thérapeutiques), on peut penser que les cas d'avortements volontaioes ont ~té sous-déclarés. D'après le Tableau 3.6, plus d'un quart des femmes (25,9%) ont eu au moins une grossesse improductive et, parmi ces femmes, une sur trois (9,4%) a eu au moins deux grossesses de ce genre. Une femme a eu, en moyenne, 0,42 grossesse improductive. Ces résultats particulièrement élevés sont peut-Stre à mettre en parallèle avec le niveau important de stérilit6 primaire qui semble prévaloir au Cameroun (voir ci-dessous: Parité et stérilité primaire). Les grossesses improduetives s'observent dans tous les milieux de résidence, mais la proportion de femmes touchées par ce phénomène est légèrement plus importante à Yaoundé/Douala (27,1%) que dans les autres milieux, et surtout le nombre moyen de grossesses qui n'aboutissent pas à une naissance vivante (0,49) y est plus élevé que dans les "autres villes" et dans le milieu rural. Du point de vue régional, le Centre/Sud/Est se distingue du reste du pays par une forte proportion de femmes concemées (31,7%) et un nombre moyen de grossesses improductives élevé (0,49). On remarque enfin l'existence d'une corrélation entre le niveau d'instruction et les grossesses improductives; plus le niveau augmente, plus la proportion de femmes touchées par le phénomène est faible et plus le nombre moyen de ce type de grossesses diminue. 36 Tableau 3.6 Grossesses improductives Répartition (en %) de femmes par nombre de grossesses impmductives selon le milieu et la région de r&idence, et le niveau d'instruction, EDS Cameroun 1991 Nombre de grossesses improductives Nombre Caractéristique 0 1 2 3 + Total Effectif moyen Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 72,9 14.9 7,0 5,3 100,0 627 0,49 Autres villes 75,4 16.1 5,1 3,3 100,0 998 0,39 Ensemble urbain 74,4 15,6 5,8 4,1 100,0 1625 0,43 Rural 73,8 17,2 5,7 3,4 100,0 2247 0.41 Région Yaoundé/Douaia 72.9 14.9 7,0 5.3 100,0 627 0.49 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 77,8 14,7 4.2 3.3 100,0 1313 0.36 Centre/Sud/Est 68,3 20.7 6.7 4,3 100,0 713 0,49 Ouest/Littorai 73,5 16,4 7,2 2,9 100,0 639 0,42 Nord-Ouest/Sud-Ouest 74,6 17,5 5,0 2,9 100,0 580 0,38 Niveau d'Instruction Aucun 72,1 17,4 6,4 4,1 100,0 1557 0,47 Primaire 71,3 19,6 5,8 3,3 100,0 1288 0.43 Secondaire ou plus 80,4 11,5 4,6 3,5 100,0 1026 0.33 Ensemble 74.1 16,5 5,7 3.7 100.0 3871 0,42 3.4 PARITE ET STERILITE PRIMAIRE Lors de I'EDSC on a posé aux femmes une série de questions pour déterminer le nombre total d'enfants qu'elles avaient eu au cours de leur vie. Ces informations ont permis le calcul des parités moyennes par groupe d'ãges, pour l'ensemble des femmes et pour les femmes actuellement en union (Tableau 3.7). On observe tout d'abord une augmentation rapide et r6gulière des parités avec l'åge de la femme: ainsi à la fin de sa vie féconde une femme a donné naissance A 6,3 enfants en moyenne. La répartition de toutes les femmes selon le nombre de naissances met en évidence une fécondité pr6coee élevée puisque près d'un tiers des jeunes femmes de moins de 20 ans (29,7%) ont déjà donné naissance à au moins un enfant. Par ailleurs, en fin de vie féconde (40-49 ans), près d'une femme sur trois (29,2%) a donné naissance ~ 9 enfants et plus. Les r6sultats concernant les femmes actuellement mati~es diff6rent de ceux concernant toutes les femmes, notamment aux jeunes figes où la proportion de femmes non mari~es et fi faible fécondité est importante. Ainsi, 53,3 pour cent des femmes mari6es de 15-19 ans et 89,2 pour cent des femmes marié, es de 20-24 ans ont déjfi eu au moins un enfant (contre, respectivement, 29,7% et 80,1% pour toutes les femmes). Aux ages plus élevés, les écarts observés sont peu importants et reflètent essentiellement les effets des ruptures d'union. 37 Tableau 3.7 Enfants n*s vivante et enfante ~rvivams R~pextitioe (en %) de toutes lea femm~ et des femmes actuellement ¢~ union par nom~c d'enfants nés vivmts) nombre moyen d'enfants ï~s vivan~ et nombre moyen d'enfa:~ survivante, selon l'8g© des femmes, EDS Cemerotm 1991 TOUTES LES FEMMES Effectif NomMe Nombre Nombre d'enfants n~ vivants de moyen moyen Groupe fera- d)enfants d'enfants d'88ea 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10+ Total mea nés vivanu survivant* 15-19 70,3 21,4 7,4 0,7 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 IO0,O 919 0,39 0,36 20-24 19,9 24,9 26,2 16,5 8,1 3,2 1,0 0,0 0,2 0,0 0,0 100,0 778 1,83 1,57 25-29 8,6 10,4 15,3 18,7 20,3 14,5 9,4 2,4 0,3 0,0 0,2 loe,0 618 3,28 2.84 30-34 5)3 7,4 9,7 9,4 13,2 16.1 16,2 12,5 6,7 2,9 0,6 I00,0 562 4,59 3,87 35-39 6,5 4,7 4,7 7,3 8)5 12,8 11,4 17,7 10,7 7.8 8,1 100,0 418 5,67 4,66 40-44 5,8 6)4 5,1 7,4 7,9 5,5 10,2 10,0 14,6 9,7 17,6 100,0 332 6,21 4,87 45-49 10.3 5,8 7.1 4)9 4.6 6,3 7)5 7.4 14,2 9,0 22,8 IG0,0 244 6,29 4,66 Total 24,7 14,2 12,3 9,6 8,7 7,5 6,6 5,4 4,3 2,7 3,9 100,0 3871 3,19 2,63 FEMMES AC'I'UELLEMENT EN UNION Effectif N~nbr¢ Nombre NomMe d'eaffants n6~ vivants de moyen moyen Groupe fera- d'enfants d'enfantl d'&8¢at 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 104- Total mes n~s vivant* survivante 15-19 46,7 37,1 14,8 I,I 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0.0 I00,0 377 0,71 0,64 20-24 10,8 23,8 29,5 20,3 I0, i 4,1 1,1 0,0 0,2 0»0 0,0 I00,0 597 2,13 1,82 25-29 6,7 7,4 15,4 18)5 21,6 16,3 10,7 2,7 0,3 0,0 0,2 I00,0 538 3,50 3,02 30-34 4,1 5,7 10,1 9,2 12,2 17,2 17,7 13,3 6# 2,8 0,7 100,0 488 4,75 4,03 85-39 5,7 4,4 4.8 7,2 8,5 12,1 11,1 18,4 11,0 8,1 8,6 100,0 383 5,79 4,74 40-44 5,1 5,6 4,9 7,9 7,9 5,3 10,4 10,1 14,1 9)9 19.0 100.0 281 6,34 4)94 45-49 9)9 5,3 7,7 5,0 5,0 4,9 7,5 7,1 14,6 10,0 22.9 100.0 205 6,34 4,78 Total 12)3 13.7 14,4 11,5 10,5 9,3 8,3 6,7 5,2 3,2 4,8 100,0 2868 3,85 3,17 D'une manière générale, les femmes qui restent volontairement sans enfant sont relativement rares en Afrique, par conséquent, la parité zém des femmes actuellement mari~es et les plus ågées permet d'estimer le niveau de la stérilité totale ou primaire: 6,5 pour cent des femmes de 35-49 ans, ages auxquels l'arrivée d'un premier enfant est peu probable, n'ont jamais eu d'enfants et peuvent 8tre considérées comme st~files. Ce niveau de stérilité totale ou primaire est relativement élevé par rapport ~t celui observé lors des enquêtes EDS dans d'autres pays d'Afrique, où il atteint très rarement 4 pour cent (Arnold et Blanc, 1990). Cependant, le fait qu'à partir de 30-34 ans (ages auxquels la grande majorité des femmes ont déjà eu leur premier enfant) les proportions de femmes sans enfants soient de plus en plus élevées avec l'augmentation de l'age dénote, peut-Stre, une diminution de la stérilité primaire dans les générations les plus récentes. Au cours de I'ENF de 1978, la stérilité primaire calculée pour les femmes de 35-44 ans (11,1%) était presque deux fois plus élevée qu'aujourd'hui, mais déjà cette stérilité était considérée en baisse "du fait de l'amélioration de l'état de santé de la population et des progrès du développement socio- économique" (DSCN et EMF, 1983a:85). 3.5 INTERVALLE INTERGENES lQUE De nombreuses recherches ont montré que la longueur de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant à la naissance précédente a une influence sur son état de santé et sur celui de la mère. En particulier, les intervalles intergénésiques courts (inférieurs à 24 mois) sont nuisibles à la santé des enfants et augmentent leur risque de décéder (voir Chapitre 9). Le Tableau 3.8 présente la répartition des naissan- 38 Tableau 3.8 Intervalle intergénésique Répartition (en %) des naissances des cinq années précédant l'enqu&e par nomtne de mois écoul6s depuis la naissance )réeédente, salon certaines earactéristiques soeio-d~mographiques, EDS Cameroun 1991 Nombre de mois écoulés depuis la naissance pr6c6dente Caractéristique 7-17 18-23 24-36 36-47 48 + Total Nombre médian de mois depuis Effectif la naissance de pr6c&iente naissances Groupe d'Ages 15-19 17,6 15,8 49,9 8,0 8,6 100,0 82 27,2 20-29 8,4 17,0 47,4 14,8 12,4 100,0 1418 29,0 30-39 6,6 13,7 45,4 15,3 19,1 100,0 1087 31,4 40+ 6,3 6,9 37.9 19,2 29,6 100,0 242 36,5 Type d'union Non en union 6,1 11,4 40,5 19,8 22,2 100,0 214 33,6 Union monogame 7,2 14,4 45,7 16,3 16,4 100,0 994 31,2 Union polygame 8,4 15,5 46,7 13,9 15,5 100,0 1621 29,5 Rang de nalssance 2-3 8,0 15,1 46.3 15,3 15,3 I00,0 1080 30,0 4-6 7,0 15,7 46,5 15,3 15,5 I00,0 1104 30.0 7+ 8,8 12,7 44,3 14,7 19,4 I00,0 644 31,5 Sexe de l'enfant pr~c~dent Masculin 7,5 14,2 48,2 14,7 15,4 100,0 1408 30,4 Féminin 8,1 15,5 43,6 15,7 17,2 100,0 1420 30,1 Survie de l'enfant pr~cédent Toujours vivant 5,5 13,9 48.4 15.8 16,6 I00,0 2450 30,9 D6céd6 22,9 21,0 29,8 11,4 14,9 100,0 379 25,7 Milieu de r6sldence Yecundé/Douala 10,8 13,8 44,7 11,0 19,8 100,0 351 29,6 Autres villes 7,8 15,6 43,5 16,4 16,7 100,0 743 30,2 Ensemble urbain 8,7 15,0 43,9 14,7 17,7 100,0 1093 29,9 Rural 7,2 14,7 47,1 15,5 15,5 100,0 1735 30,5 R~glon Yaoundé/Douaia 10,8 13,8 44,7 11,0 19,8 100,0 351 29,6 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 9,3 17,5 39,7 17,0 16,6 100,0 1132 29,6 Centre/Sud/Est 8,2 14,6 51,7 14,3 11,2 100,0 502 29,4 Ouest/Littoral 5,1 12,7 50,9 12,5 18,8 I00,0 429 30,5 Nord-Ouest/Sud-Ouest 3,5 10,9 51,7 17,6 16,4 100,0 414 32,6 Niveau d'Instruction Aucun 9,3 14,9 40,6 16,9 18.3 I00,0 1318 31,1 Primaire 4,9 14,4 52,7 14,7 13,3 100,0 1053 30,1 Secondaire ou plus 10,0 15,6 45,4 11,3 17,7 100,0 459 29,1 Ensemble 7,8 14,8 45,9 15,2 16.3 I00.0 2829 30,3 Note : Les naissances de rang 1 sont exelues. L'intervalle pour les naissances multiples est le nombre de mois ~oulés devuis la grossesse précédente qui a abouti à une naissance vivante. 39 ces des cinq années ayant précédé l'enquEte selon le nombre de mois 6coulés depuis la naissance pr6cédente, en fonction de diverses caract6ristiques socio-démographiques. Près de 8 pour cent des naissances sont arrivées moins de dix-huit mois après la naissance précédente et près 15 pour cent des enfants sont nés entre dix-huit mois et deux ans après leur a~né: au total donc, dans environ un quart des cas (22,6%), l'intervalle intergénésique est inférieur à deux ans. La grande majorité des naissances (61,1%) se produisent entre deux et trois ans après la naissance précédente; seulement 16,3 pour cent des enfants sont nés quatre ans et plus après leur aîné. La durée médiane de l'intervalle interg6nésique est de deux ans et demi (30,3 mois). Les intervalles intergénésiques sont légèrement plus courts chez les jeunes femmes (20-29 ans) que chez les femmes plus [Igées, en particulier celles de 40 ans et plus. Bien que le Tableau 3.8 mette en évidence une très forte proportion de naissances précéd6es par un intervalle de moins de dix-huit mois chez les femmes de 15-19 ans, cela ne reflète pas le comportement réel de ces femmes car les naissances de rang un qui constituent l'essentiel de leur fécondité sont exclues de ce tableau. Du point de vue de l'état matrimonial de la femme, il est intéressant de noter que l'intervalle intergénésique est légèrement plus court chez les femmes en union monogame que chez celles en union polygame. Concernant le sexe et le rang de naissance de l'enfant, on ne note que très peu d'écart entre les intervalles; par contre, comme attendu, les naissances qui suivent des enfants décédés se produisent beaucoup plus rapidement que lorsque l'enfant ptécédent est toujours en vie: 43,9 pour cent des naissances ont lieu moins de deux ans après la naissance de l'enfant précédent lorsque celui-ci est déc~dé, contre 19,4 pour cent lorsqu'il est toujours en vie. En ce qui conceme le milieu de résidence, les intervalles intergén6siques varient peu: l'intervalle médian le plus long qui s'observe en milieu rural (30,5 mois) n'est que d'un mois supérieur a l'intervalle médian le plus court (29,6 mois à Yanundé/Douala). La r6gion du Nord-Ouest/Sud-Ouest où, du point de vue régional, l'on observe le plus faible ISF, se particularise par un intervalle médian plus long que partout ailleurs (32,6 mois), plus de deux mois supérieur à celui des autres régions. Enfm, selon le niveau d'instruction de la mère, on constate que l'intervalle est d'autant plus court que le niveau est élevé. 3.6 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'[lge auquel les femmes ont leur première naissance influence généralement leur descendance finale, en particulier lorsque l'utilisation de la contraception est faible; il a également des conséquences sur l'état de santé de la mère et de l'enfant et peut ~tre un facteur de risque de mortalité (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). Le Tableau 3.9 présente la répartition des femmes par fige ~ la première naissance ainsi que leur [lge médian å la première naissance, selon leur groupe d'figes au moment de l'enquête. Entre 18 et 19 ans, 50 pour cent des femmes ont déjà eu leur premier enfant. En excluant l'ãge médian des femmes de 45-49 ans qui est peut-être surestimé du fait d'omissions de premières naissances ou d'erreurs dans la déclaration de la date de naissance du premier enfant, on constate une très légère diminution de l'age médian à la première naissance des générations les plus anciennes aux plus r~centes. L'åge médian pour les femmes de 30-39 ans à I'EDSC correspond approximativement à ce qui avait été trouvé lors de I'ENF pour ces m~mes générations qui étaltent alors agées d'environ 20-29 ans. L'ENF avait également noté une légère baisse de l'åge médian au cours des générations. Ainsi, il semble que le rajeunissement de l'~ge å la première naissance soit un phénomène qui dure depuis une vingtaine d'années. Compte tenu du fait que l'ãge médian au premier mariage semble augmenter (voir Chapitre 5 - Nuptialité et exposition au risque de grossesse), le rajeunissement de l'~ge å la première naissance est peut-être dQ à une fécondité plus importante avant le mariage. 40 Tableau 3.9 A.ge à la première naissance Répartition (en %) des femmes par ~tge à la premi6re naissance, et ~ge m6dian b. la ptemi&e naissance selon l' lge actuel, EDS Cameroun 1991 Age m6:lian a la Femmes Age à la première naissance Effectif première naissance Age sans de actuel naissance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total femmes EDS 1991 ENF 1978 a 15-19 70,3 6,1 17,8 5,8 b b b 100,0 919 c c 20-24 19,9 10,8 35,4 20,6 10.4 2,9 b 100,0 778 18,4 18,8 25-29 8,6 12,6 30,9 21,7 13,5 10,0 2,7 100,0 618 18,6 19.3 30-34 5,3 13,9 29,6 21,1 14,2 10,6 5,4 100,0 562 18,6 19.0 35-39 6.5 8,6 30,9 25,6 14,6 7,4 6,3 100,0 418 18,8 20.1 40-44 5,8 15,4 30,4 18,6 15,2 6,6 8,0 100,0 332 18,5 20,3 45-49 10,3 12,2 24,6 19,3 12,0 11,6 10,1 100,0 244 19.4 21,4 SCalcttl6 selon la m6thode des tables de survie bsans objet CNon applicable: moins de 50% de fenm~s ont eu un enfant Du point de vue du milieu d'habitat (Tableau 3.10), les femmes de Yaoundé/Douala se particularisent par des premières naissances qui arrivent légèrement plus tard que dans le reste du pays (fige médian de 19,6 ans contre 18,7 pour les "autres villes" et 18,5 pour le milieu rural); au niveau des régions, on n'observe pratiquement pas de différences, si ce n'est pour l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord où l'fige médian à la première naissance est nettement inférieur à celui des femmes du reste du pays (17,7 ans contre environ 19 ans dans les autres r6gions). On observe enfin une corrélation positive entre le niveau d'instruction et l'åge médian à la première naissance: les femmes des niveaux secondaire ou supérieur ont leur premier enfant deux ans plus tard que celles sans instruction (fige médian de 20,1 ans contre 18,0). 41 Tableau 3.10 Age médian ~ la première naissmace Age médian à la première naissance (fanunes de 20-49 ans) par åge actuel et par earactérlstiques so¢io- démographiques, EDS Cameroun 1991 Age actuel Age Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 25-49 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 20,4 19.9 19,8 19.4 19,4 18,4 19,6 Autres villes 18,1 18,4 18.6 18,6 18,9 19,8 18,7 Ensemble urbain 19,0 19,0 18,9 18,9 19,1 19,3 19,0 Rural 17,9 18,1 18,2 18,7 18,2 19.4 18,5 Région Yaotmdé/Douala 19,9 19,8 19,4 19,4 18,4 19,6 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 16,5 17,1 17,3 18,2 17,8 20,4 17,7 Centre/Sud/Est 18,3 18,8 19,3 19,2 18,3 20,2 19,1 Ouest/Littoral 19,3 19,1 18,8 18,6 18,7 19,4 19,0 Nord-Ouest/Sud-Ouest 19,2 18,8 18,8 19,4 18,9 17,7 18,8 Niveau d'Instruction Aucun 16,4 17,0 17,2 18,5 18,1 19,5 18,0 Primaire 17,9 18,6 18,8 18,9 18,8 19,0 18,8 Secondaire ou plus 20,4 20,3 19,2 18,9 21,2 20,1 Ensemble 18,4 18,6 18,6 18,8 18,5 19,4 18,7 Note: L'åge médian pour la cohorte 15-19 ne peut être déterminé car de nombreuses femmes panveaat encore avoir une naissance avant d'atteindre 20 ans. 3.7 FECONDITE DES ADOLESCENTES La fécondité précoce a souvent un effet néfaste sur la santé des mères et des enfants, et le risque de décéder des enfants est plus élevé lorsqu'ils naissent de femmes très jeunes (voir Chapitre 9 - Mortalité des enfants). On a souligné précédemment le haut niveau de fécondité des adolescentes (15-19 ans) qui contribuent pour 14 pour cent à la fécondité totale des femmes; par ailleurs, l'~ge médian à la première naissance se situe dans cette tranche d'~ge. Le Tableau 3.11 fournit les proportions, par/lge détaillé entre 15 et 19 ans, des adolescentes qui ont déjà eu un ou plusieurs enfants et de celles qui sont enceintes pour la première fois: la somme de ces deux pourcentages foumit la proportion de femmes ayant commençA leur vie féconde. Dès 15 ans, 15,5 pour cent des femmes ont déjà commencé leur vie féconde: 8,5 pour cent ont déjà eu un ou plusieurs enfants et 7,0 pour cent sont enceintes pour la première fois. Cette proportion augmente réguli~rement et rapidement avec lqlge: à 17 ans un tiers des femmes ont déjà commencé leur vie féconde, et à 19 ans un peu plus d'une femme sur deux (51,8%) a déjå eu au moins un enfant et 5,5 pour cent sont enceintes de leur premier enfant. 42 Tableau 3.11 Fécondité des adolescentes Pourcentage d'adolescentes de 15 à 19 ans ayant déjà eu un enfant ou étant enceinte d'un premier enfant par caract&istiques soeio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Adolescentes (%) qui sont: Adolescentes (%) ayant déjà Enceintes d'un commencé leur Caractéristique M~res premier enfant vie féconde Effectif Age 15 8,5 7,0 15,5 189 16 17,4 6,1 23,5 187 17 28,2 5,0 33,2 168 18 44,1 3,3 47,4 224 19 51,8 5,5 57,3 150 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 20,0 5,2 25,2 158 Aua'es villes 26,3 4,5 30,7 231 Ensemble urbain 23,7 4,8 28,5 389 Rural 34,1 5,7 39,8 530 Région Yaoundé/Douala 20,0 5,2 25,2 158 Adamaoua/NordÆxt.-Nord 40,7 7,4 48,1 265 Cena'e/SudÆst 28,0 4,1 32,1 182 Ouest/Littoral 22,4 5,0 27,4 174 Nord-Ouest/Sud-Ouest 31.3 3,4 34,7 140 Niveau d'Instruction Aucun 45,2 8,2 53,4 222 Primaire 31,7 6,0 37,8 332 Secondaire ou plus 18,5 2,9 21,3 365 Ensemble 29,7 5,3 35,0 918 Sur l'ensemble de femmes de 15-19 ans, 29,7 pour cent ont déjà eu au moins un enfant et 5,3 pour cent étaient enceintes d'un premier enfant au moment de l'enqu&e. La précocité de la fécondité est beaucoup plus accentuée en milieu rural oU 39,8 pour cent d'adolescentes ont commencé leur vie féconde entre 15 et 19 ans, contre 30,7 pour cent dans les "autres villes" et 25,2 pour cent à Yaoundé/Douala (Graphique 3.5). De m~me, la proportion d'adolescentes déjà mères ou en première grossesse dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord (48,1%) est beaucoup plus forte que dans les autres régions, et c'est dans l'Ouest/Littoral que cette proportion est la plus faible (27,4%). C'est par niveau d'instruction que la fécondité des adolescentes diffère le plus, comme c'était le cas pour l 'åge médian à la première naissance. Plus de 50 pour cent (53,4%) des adolescentes sans instruction ont déjå un premier enfant ou sont enceintes pour la première fois; cette proportion passe à 37,8 pour cent pour les adolescentes de niveau primaire, et tombe å 21,3 pour cent pour celles de niveau secondaire ou supérieur. Le Tableau 3.12 fournit la tripartition des adolescentes par age détaillé, selon leur nombre d'enfants. On constate que parmi les adolescentes qui ont déjà eu au moins un enfant (29,7% des 15-19 43 ans), un peu plus d'un quart en ont déjà eu deux ou plus (8,3% par rapport à 29,7%). Il s'agit surtout des adolescentes les plus/tgées, puisque 17,8 pour cent des femmes de 18 ans et 14,9 pour cent de celles de 19 ans ont déjà deux enfants ou plus. 4 La paritd moyenne augmente avec råge, et une adolescente de 19 ans a déjà eu, en moyenne, 0,68 enfant. Graphique 3,5 Pourcentage d'adolescentes ayant commencé leur vie féconde RESIDENCE Yaoundd/Doual~ Autres ville. ~ Rura REGION Ad/Nord/ExI - Norç Centre/Sud/EsT Quest/Littoral NO/SO 4NSTRUCTION Aucune Primaire Secondakre/Sup 0 10 20 30 40 50 Pourcentage 60 EDSC 1991 Tableau 3.12 Enfants n6s de mères adolescentes Répartition (en %) des adolescentes gtgdes de 15 à 19 ans par nombre d'enfants nés vivants, et nombre moyen d'enfants nes vivants selon l'åge, EDS Carr~roun 1991 Nombre d'enfants nés vivants Age 0 1 2+ Nombre moyen d'enfants n~s Effectif Total vivmats d'adolescentes 15 91,5 7,8 0,7 100,0 0,10 189 16 82,6 14,2 3,2 100,0 0,21 187 17 71,8 24,5 3,7 100,0 0,32 168 18 55,9 26,3 17,8 100,0 0,64 224 19 48,2 36,9 14,9 100,0 0,68 150 Total 70,3 21,4 8,3 100,0 0,39 919 « U faut néanmoins noter que la proportion particulièrement forte de femmes de 18 ans ayant deux enfants ou plus (17,8%), plus élevée qu'à 19 ans (14,9%) et beaucoup plus élevé qu'à 17 ans (3,7%), est pout-étre due, en partie, à an phénomène de transfert d'åges. L'effectif particulièrement important de femmes de 18 ans (224) par rapport à celles de 17 ans (168) et de 19 ans (150) semble le confirmer. La proportion de femmes de 18 ans avec deux enfants et plus serait alors légèrement surestimée au détriment des proportions concernant les femmes de 17 et 19 ans. 44 CHAPITRE 4 PLANIFICATION FAMILIALE Dans son ensemble, la population du Cameruun est restée très largement pro-nataliste du fait, en partie, de la prédominance de mentalités et de coutumes qui valorlsent une descendance nombreuse. Cette situation a eu pour effet de limiter la portée des mesures et actions entreprises dans le but d'une meilleure planification des naissances. La seule étude d'envergure nationale ayant jusque-lå traité de la connaissance, de l'utilisation et des attitudes vis-å-vis de la contraception et de la planification des naissances est I'ENF, réalisée en 1978 dans le cadre des programmes de l'Enquête Mondiale sur la Fécondité. Comme l'on s'y attendait, les résultats de cette enquête ont mis en évidence le manque de connaissance des femmes en matière de contraception et une très faible prévalence contraceptive. Pourtant, ces deux demières décennies, les services sociaux implantés sur l'ensemble du territoire national ont fait face à des cas de plus en plus nombreux de grossesses et de naissances non désirées. Face à cette situation, le gouvernement a, dès 1988, défini et entrepris une action de sensibilisation ayant pour but, non seulement de souligner les inconvénients d'un déséquilibre entre les ressources disponibles et une descendance trop nombreuse, mais aussi de prSner une "parenté responsable." Ainsi, des centres de Planification Familiale ont vu le jour dans certaines villes du pays, en particulier dans les centres de Protection Matemelle et Infantile (PMI) de Yaoundé et Douala. De meme, la construction dans plusieurs unités administratives du pays de "Maison de la Femme" a foumi un cadre idéal de débat, entre femmes, sur les questions de contraception et d'espacement des naissances. A I'EDSC, on a demandé aux personnes interrogées quelles méthodes de contraception elles connaissaient, puis l'enquêtrice a décrit les méthodes non citées spontanément et a demandé aux femmes si elles en avaient déj~t entendu parler. On s'est intéressé alors à l'utilisation passée et/ou actuelle de la contraception, ainsi qu'à l'intention de son utilisation dans le futur. On a enfin demandé aux femmes si elles savaient oi~ se procurer les différents moyens de contraception. Les résultats obtenus à partir de ces questions permettent d'évaluer les résultats des actions entreprises en matière de planification familiale, et foumissent les informations nécessaires pour étendre et renforcer ces actions. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION La connaissance des méthodes contraceptives, ainsi que celle du lieu où se les procurer sont les conditions préalables à toute utilisation de la contraception. Du point de vue de la connaissance des méthodes contraceptives, on demandait tout d'abord aux femmes: "De quels moyens ou méthodes avez-vous entendu parler?." Chaque méthode ou moyen cité par l'enquetée en réponse à cette question, était noté par l'enqu~trice et considéré comme connaissance spontanée. Puis, pour les méthodes non mentionnées spontanément par l'enqu~tée, l'enqu~trice devait les décrire et enregistrer selon le cas si oui ou non l'interviewée en avait entendu parier ou les connaissait. Ainsi, on considère qu'une femme connai't une méthode si elle l 'a citée spontanément ou si elle a déclaré la connaltre après description. Enfin, pour chaque méthode de contraception connue, on a demandé à l'enquêtée si elle savait où se la procurer. Les méthodes retenues dans le questionnaire peuvent ~tte classées en deux catégories: 45 Méthodes modernes: pilule, DIU ou stérilet, injection, spermicides (diaphragme, mousse, gelée), condom ou préservatif masculin, stérilisation féminine (généralement ligature des trompes), stérilisation masculine (vasectomie); • Méthodes traditionnelles: continence périodique, abstinence prolongée, retrait. par ailleurs, toutes les autres méthodes non listées ci-dessus, à savoir, essentiellement, les méthodes traditionnelles (les herbes, écorces, etc.), ont été enregistrées dans une catégorie "autres méthodes." Les résultats obtenus montrent que près des rois quarts des femmes (72,5%) ont déclar6 cormaRre au moins une méthode; si on se limite aux femmes en union, cette proportion est légèrement plus faible (69,6%) (Tableau 4.1). S'agissant des seules méthodes modernes, 66,4 pour cent de l'ensemble des femmes et 62,9 pour cent des femmes en union en connaissent au moins une. Le Tableau 4.1 donne également les proportions de femmes ayant déclar6 connaRre chaque méthode contraceptive spécifique. La stérilisation féminine est la méthode modeme la plus connue par l'ensemble des femmes (53,1%) suivie de la pilule (49,0%); moins d'une femme sur deux connait le condom (44,1%) et les injections (40,8%) et moins d'une femme sur trois connaît le DIU (32,1%). Seulement 17,1 pour cent des femmes ont déclaré connaRre les spermicides et 8,1 pour cent la stérilisation masculine. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la continence périodique (44,6%) et l'abstinence (41,1%) sont légèrement plus connues que le retrait (37,1%). Tableau 4.1 Connaissance des méthodes contraceptives et des sources des méthodes Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union qui cormaissent unœe méthode contraceptive spécifique et pourcentage de celles qui connaissent une source (pour informations ou services), par méthode spécifique, EDS Cameroun 1991 Connait une méthode Connah une source Toutes Femmes Toutes Femmes Méthode les actuellement les actuellement contraceptive femmes en union femmes en union N'Importe quelle méthode 72,5 69,6 54,0 50,1 Méthode moderne 66,4 62,9 51,4 48,4 Pilule 49,0 45,5 30,0 27,3 DIU 32,1 29,9 22,6 20,8 Injection 40,8 40,1 25,4 23,5 Méthodes vaginales 17,1 15,3 11,8 10,1 Condom 44,1 39,7 29,2 25,2 St&ilisation féminine 53,1 50,9 41,2 39,6 Stérilisation masculine 8,1 7,3 5,7 5,1 Méthode tradltinnnelle 60,9 58,1 30,0 25,2 Continence périodique 44,6 39,4 30,0 25,2 Abstinence 41,1 41,2 Retrait 37,1 35,7 Autres méthodes 7,7 7,7 Effectif de femmes 3871 2868 3871 2868 46 Si l'on compare ces r6sultats a ceux obtenus lors de I'ENF de 1978 (Graphique 4.1), on peut noter une très nette amélioration de la connaissance des méthodes contraceptives: les proportions de femmes ayant d6clar~ connaftre au moins une m6thode sont deux fois plus élevées à I'EDSC qu'à I'ENF (1978), que ce soit pour l'ensemble des méthodes (72,5% contre 35,8%) ou peur les seules méthodes modernes (66,4% contre 29,2%). Entre 1978 et 1991, c'est la connaissance du condom qui a le plus progressé, passant de 13,8 à 44,1 pour cent, et celle du DIU qui a connu la plus faible progression, de 18,8 ~t 32,1 pour cent. Si l 'on considère, d'une part, l'ensemble des femmes et d'autre part, les femmes en union, on constate que, respectivement, 54,0 et 50,1 pour cent d'entre elles connaissent une source d'approvisionnement de la contraception. C'est dire qu'il y a un écart très important entre la proportion de femmes connaissant une méthode contraceptive (72,5%) et la proportion de celles qui savent où l'on peut se la procurer (54,0%): en d'autres termes, près d'une femme sur trois connaissant un moyen contraceptif ne sait pas où on peut l'obtenir. S'agissant des m6thodes modernes, 51,4 pour cent de l'ensemble des femmes connaissent une source d'approvisionnement. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, 30,0 pour cent des femmes ont déclaré savoir où obtenir des conseils sur la façon de pratiquer la continence périodique. Graphique 4.1 Connaissance de la contraception par les femmes de 15-49 ans, 1978 et 1991 Au moins 1 m@thode Au moins 1 méth mod Pilule DIU I Condom Continence p~,riod, Retrait 0 ~ 3 2 44 45 20 40 6O 8O Pourcentage Le Tableau 4.2 présente les proportions de femmes en union ayant déclar6 conna~e des méthodes contraceptives et un endroit où se les procurer selon différentes caraetéristiques socio-démographiques. La distinction par groupe dqiges quinquennaux montre que, quel que soit le groupe d'ãges, près de 7 femmes sur 10 connaissent au moins une méthode contraceptive, sauf pour les femmes de 45-49 ans où la proportion est de 61,5 peur cent. Mais c'est chez les femmes de 25-29 ans que la connaissance de la contraception est la plus élevée (73,7%), et chez celles de 15-19 ans qu'elle est la plus faible (67,8%). Si l 'on se limite aux méthodes modernes, on peut observer les mémes types de variations selon l'age, mais avec des écarts plus prononc6s: chez les femmes de moins de 40 ans, la connaissance varie de 60,9 pour cent à 15-19 ans et 35-39 47 Tableau 4.2 Connaissance des m6thodus contraceptives modernes et des sources des méthodes Pourcentage de femmes actuellement en union connaissant an moins une méthode moderne et pourcentage de celles connaissant une source (pour informations ou services), par earactéristiques socio-démographiques, EDS Cameronn 1991 Connait une Connaît so~oe pour Effectif Cnnna~t une rn~thode m~thode de Caratéristique une méthode moderne I moderne femmes Groupe d'åges 15-19 67,8 60,9 42,5 377 20-24 70,2 65,7 53,4 597 25-29 73,7 69,2 54,9 538 30-34 69,5 62,5 50,2 488 35-39 69,4 60,9 48,1 383 40-44 69.5 58,8 40,4 281 45 -49 61,5 52,1 35,0 205 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douaia 96,7 95,7 89,1 383 Autre villes 70,6 65,7 54,5 714 Ensemble urbain 79.7 76,2 66,6 1098 Rural 63,4 54,7 37,1 1771 Région Yaoundé/Douala 96,7 95,7 89,1 383 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 41,5 29,8 18,0 1170 Centre/Sud/Est 82.3 78,3 58,5 500 Ouest/Littoral 87,1 80,5 62,0 432 Nord-Ouest/Sud-Ouest 92,0 91,3 72,0 383 Niveau d'Instruction Aucun 46,5 35,6 19,5 1376 Primaire 85,7 81,7 65,3 951 Secondaire ou plus 100,0 99,5 92,2 542 Ensemble 69,6 62,9 48,4 2868 IC'est-à-dire: pilule, DIU, injection, méthodes vaginales (spermieides, diaphragmus.), condom et stérilisatinns féminine et m~culine. ans à 69,2 pour cent chez les femmes de 25-29 ans. La connaissance d'un endroit où se procurer une méthode moderne de contraception suit les m~mes tendances que la connaissance des méthodes elles-m~mes: ce sont les femmes des åges intermédiaires (20-39 ans), et surtout celles de 25-29 ans (54,9%) qui connaissent le mieux les sources d'approvisionnement; les femmes les moins bien informées sont celles de 40 ans et plus (38,1%) et celles de 15-19 ans (42,5%). En ce qui concerne le milieu de r6sidence, il apparaît que la contraception est mieux connue en ville qu'en zone rurale: la presque totalité des femmes de Yaoundé/Douala connaissent une méthode quelconque (96,7%) ou une méthode moderne (95,7%); dans les "autres villes" ces proportions sont, respectivement, de 48 70,6 et 65,7 pour cent, et elles passent à 63,4 et 54,7 pour cent en milieu rural. En considérant les régions, on se rend compte que les niveaux de connaissance les plus élevés se trouvent dans la rdgion du Nord- Ouest/Sud-Ouest (92,0%), suivie par celle de l'Ouest/Littoral (87,1%), puis par celle du Centre/Sud/Est (82,3%); dans 1'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord, la connaissance des mdthodes contraceptives est très faible, puisque seulement 41,5 pour cent des femmes ont déclaré connaître une méthode quelconque et 29,8 pour cent une méthode modeme. L'examen des résultats selon le niveau d'instruction indique que celui-ci influe fortement sur la connaissance de la contraception: moins d'une femme sur deux sans niveau d'instruction (46,5 %) connait une méthode quelconque; cette proportion passe à 85,7 peur cent chez les femmes ayant un niveau primaire, et toutes les femmes en union de niveau secondaire ou supérieur ont affirmé connaRre au moins une méthode de contraception. Que ce soit selon le milieu ou la région de résidence, ou le niveau d'instruction, la connaissance de sources d'approvisionnement pour les méthodes contraceptives est d'autant plus importante que la proportion de femmes connaissant la contraception est élevée. 4.2 PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION Aux femmes qui avalent déclaré conna~tm une méthode contraceptive, les enquetrices ont demandé si elles avalent déjà utilisé cette méthode. Ces informations permettent de mesurer le niveau de pratique de la contraception à un moment quelconque de la vie fdconde des femmes par type de méthode sp6cifique (Tableau 4.3). Tableau 4.3 Utilisation de la contraception à un moment quelconque Pourcentage de femmes et de femmes actuellement en union ayant d6jà utilisd une m6thod¢ contraceptive, par rn~thode spécifique, selon l'~8e . EDS Cameroun 1991 N'im M~thodes modernes N'im M6thodcs traditionnelle« N'ira- porte porte porte quelle M~OE quelle Com~ Effectif Groupe quelle méthode Pli- Injec- vagi- Con- St~ril. St~iL m(~hode p&io- Ab6ti- des d'ttges m6thode moderne uie DIU tioe hales dom fhnin, mascul, tradit, diqu¢ nei',ce Retrait Autres femmes TOUTES LES FEMMES 15-19 35,5 10,8 1,8 0,0 0,6 I,I 8,7 0,0 0,0 34,0 26,5 10,9 II,0 2,0 919 20-24 53,5 18,1 5,7 0,7 2,1 2.6 13,1 0.0 0,0 51,2 39,1 16,7 24,6 2,7 778 25-29 48,6 21.3 I0,0 1,4 1,1 3,1 12,9 0,0 0,0 45,7 29,2 19,0 25,5 1,4 618 30-34 41,7 17,9 10,0 1,9 1,6 2,5 7,8 0,6 0,2 38,6 22,5 14.0 21,1 1,8 562 35-39 40,3 14,3 8,5 2,5 2,3 2,5 4,9 1,6 0,0 37,4 15,8 21,0 13,5 1,3 418 40-44 34,3 16,4 6,1 2,8 1,8 1,9 3,8 6,5 0,4 26,4 11,5 13,9 8,5 2,6 332 45-49 24.0 8,8 3,4 1,5 0,8 0,7 1,0 4,0 0,0 19,4 6,5 13,3 6,6 0,3 244 Tous agea 41,8 15,7 6,3 1,2 1,4 2,1 8,8 13 0,I 38,8 25,2 15,3 17,3 1,9 3871 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 15-19 34,9 Il,6 2,3 0,0 0,8 I,I 9,3 0,0 0,0 32,7 21,6 13,4 12,4 2,1 377 20-24 48,3 15,2 5,3 0,6 1,7 2,0 11,1 0,0 0,0 45,8 31,6 16,6 23,9 2,7 597 25-29 46,3 18,5 9,1 1,4 1,2 2,9 10,6 0,0 0,0 43,6 27.3 19.4 23,5 1,2 538 30-34 39,2 16,3 8,6 1,8 1,3 2,1 7,0 0,7 0.3 36,2 21,0 12,6 19,9 1,7 488 35-39 40.9 14,0 8,3 2,5 2,2 2,6 5,3 1,4 0,0 37,8 15,7 20,5 14,4 1,1 383 40-44 33,4 15,1 6,0 3,0 1,6 2,0 2,2 6,9 0,5 25,9 I0,2 13,9 7,3 2,4 281 4549 22,3 7,4 3,0 1,4 0,4 0,5 1,2 3,0 0,0 18,1 5,9 12,2 6,6 0,4 205 Tous ~8es 40,3 14,8 6,5 1,4 1,4 2.0 7,7 1,2 0,I 37,0 21,6 16,0 17,5 1,8 2868 49 Sur 1'ensemble des femmes 41,8 pour cent ont déj à utilisé au moins une méthode contraceptive/t un moment quelconque de leur vie, les méthodes modernes (15,7%) étant moins utilis6es que les méthodes traditionnelles (38,8%). Parmi ces dernières, la continence périodique est la méthode la plus pratiquée (25,2%), suivie du retrait (17,3%) et de l'abstinence prolongée (15,3%). Parmi les méthodes modernes, le condom (8,8%) et la pilule (6,3%) sont les plus utilisées. En comparant ces résultats à ceux obtenus lors de rENF de 1978 (Graphique 4.2), on peut noter une très nette amélioration de la pratique des méthodes contraceptives: la proportion de femmes ayant déclaré avoir utilisé au moins une méthode est quatre fois plus élev6e à I'EDSC qu'en 1978. Cependant, m~me si l'utilisation de méthodes modernes telles que la pilule et le condom a connu une forte progression, c'est essentiellement l'augmentation des proportions d'utilisatrices de méthodes naturelles, en particulier la continence p6riodique et le retrait, qui explique l'6cart observé entre 1978 et 1991. Graphique 4.2 Pourcentage de femmes ayant déjà utilisé la contraception, 1978 et 1991 Au moins 1 m6thode Au moins 1 méth mod Pilulei m DIU 11 Condom ~ Continence p~riod RelraiI 0 ~ g ~ 6 17 10 20 30 40 50 Pourcentage Pour l'ensemble des méthodes et pour les méthodes modemes, c'est chez les femmes de 20-24 ans (respectivement, 53,5 % et 18,1%) et de 25-29 ans (respectivement 48,6% et 21,3%) que l'utilisation a été la plus importante. Par méthode spécifique, on constate que la pilule a plut6t 6té utilisée par des femmes d'ages intermédiaires (25-34 ans), le DIU par des femmes plus ågées (35-44 ans), et le condom par des jeunes femmes (20-29 ans). En ce qui conceme les méthodes traditionnelles, c'est chez les femmes de 20-24 ans et 25-29 ans que l'utilisation a été la plus importante (respectivement 51,2% et 45,7%). Si on se limite aux femmes en union, on constate que la proportion de femmes ayant déja utilisé la contraception (40,3%) est lég~rement plus faible que celle relative à l'ensemble des femmes (41,8%). Cependant, pourles femmes en union, l'utilisation des m6thodes par ordre d'importance est la m~me que pour l'ensemble des femmes, ainsi que l'utilisation par/tge. 50 4.3 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Le Tableau 4.4 porte sur la prévalence contraceptive au moment de l'enquSte. Il appara~ que si 41,8 pour cent de l'ensemble des femmes interrogées ont déclar~ avoir déj~t pratiqué une méthode quelconque de contraception ~ un moment de leur vie, seulement 19,7 pour cent en utilisaient une au moment de l'enquSte. Cette proportion est encore plus faible (16,1%) en ce qui concerne les seules femmes en union. En d'autres termes, 80,3 pour cent de l'ensemble des femmes et 83,9 pour cent des femmes en union n'utilisaient aucune méthode de contraception au moment de l'enqu&e. Les méthodes modernes ne sont pratiquées que par une très faible minorité de femmes, ~t savoir 4,2 pour cent de l'ensemble des femmes et 4,3 pour cent de celles en union, les méthodes les plus utllisées étant la pilule, la stérilisation féminine et le condom (respectivement 1,2%, 1,1% et 1,0% pour l'ensemble des femmes). Il faut noter qu'aucune femme n'a déclaré que son mari était stérilisé. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la prévalence atteint 15,5 pour cent chez l'ensemble des femmes et 11,8 pour cent chez les femmes en union: la méthode la plus utilisée est la continence périodique que pratiquent 10,6 pour cent de l'ensemble des femmes et 6,8 pour cent des femmes en union. Tableau 4.4 Utilisation actuelle de la contraception R6parfition (e~ %) de toutes les femmes et des femmes actueaement en union, par méthode contraceptive actuellement utilis6e, selon l ' lge, EDS Camemun 1991 N~im N'ira- pote porte quelle Groupe quelle m~thode Pil- d qtges m~thodemoderne uie DIU TOUTES LES FEMMES M6thodes modernes N'ha M6thodes traditior~eU~ porte M6t~ quelle Conti~ Effectif Injec- vagi- Con- Sl~riL m6thode ph-ic- Absti- Aucune des tion naha dom f(~ni~ tradit, dique nence Retrait Auuea m¢~¢hode Total femmes 15-19 23,0 1,3 0,2 0,0 0,I 0,2 0,9 0.0 21,7 16,7 3.5 0.4 1,0 77,0 I00,0 919 20-24 25.0 3,7 1,2 0,2 0,9 0,4 1,0 0,0 21,3 16,0 3,0 1,9 0,4 75,0 I00,0 778 25-29 19,2 5,0 2,2 0,4 0,I 0,4 1,9 0,0 14,2 8,7 3,7 1,3 0,5 80,8 I00,0 618 30-34 15,4 4,2 1,6 0,8 0.5 0,0 0,7 0,6 II.I 7,1 1,8 1,7 0,5 84,6 I00,0 562 35-39 17,0 5,8 2,4 0,3 0,6 0,3 0,6 1,6 II,2 5,2 4,2 1,5 0,3 83,0 I00,0 418 40~4 17,0 9,8 0,9 0,2 0,4 0,7 1,2 6,5 7,2 3,1 2,2 0,6 1.4 83,0 I00,0 332 45-49 10,4 4,2 0,0 0,0 0,0 0.2 0,0 4.0 6,2 2,5 3.2 0,5 0.0 89,6 I00,0 244 Tous ~ges 19,7 4,2 1,2 0,3 0,4 0,3 1,0 I,I 15,5 10,6 3,1 1,2 0,6 80,3 I00,0 3871 FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 5-19 18,4 1,5 0,3 0,0 0,0 0,5 0,6 0,0 16,9 II,2 3,6 0,5 1,6 81,6 100,0 377 20-2A 17,0 3,2 I,i 0,1 0,8 0,1 1,1 0,0 13,8 8,4 2,6 2,2 0,5 83,0 I00,0 597 25-29 17,2 4,3 1,6 0.5 03 0,3 1,8 0.0 12,9 7.1 3,8 1,5 0,5 82.8 I(30.0 538 30-34 13,6 3,4 1,0 0,7 0,4 0,0 0,7 0,7 I0,I 6,3 1,3 1,9 0,6 86,4 I00,0 488 35-39 17,1 6,0 2,6 0,3 0,6 0,3 0,7 1.4 11,0 5,2 3,9 1,6 0,4 82,9 I00.0 383 40-44 17,0 10,1 0,8 0,2 0,5 0,8 0,9 6,9 7,0 2.8 2.1 0.7 1,4 83,0 I00,0 281 45-49 8,6 3,3 0,0 0,0 0,0 0.3 0.0 3,0 5,3 2,3 2,4 0,6 0,0 91,4 100,0 205 Tous ages 16,1 4,3 1,2 0,3 0,4 0,3 0,9 1,2 11,8 6.8 2,9 1,5 0,7 83,9 100,0 2868 51 Pour l'ensemble des femmes, la prévalence contraceptive augmente légèrement de 15-19 ans (23,0%) à 20-24 ans (25,0%), puis diminue légèrement chez les femmes plus [Igées, pour atteindre 17,0 pour cent à 35-44 ans; chez les femmes de 45-49 ans, en fin de vie féconde, l'utilisation de la contraception n'est plus que de 10,4 pour cent. Pour les méthodes modemes, il convient de souligner que la plus forte prévalence s'observe chez les femmes les plus [lgées (35-49 ans), du fait, essentiellement, de la stérilisaåon féminine. En ce qui concerne les méthodes traditionnelles, la prévalence la plus forte s'observe chez les femmes les plus jeunes (21,7% à 15-19 ans et 21,3% à 20-24 ans), puis diminue régulièrement avec l'~tge, pour atteindre seulement 6,2 pour cent å 45-49 ans. Chez les femmes en union, il apparatt que pour l'ensemble des méthodes, les femmes les plus jeunes (15-19 ans) utilisent légèrement plus la contraception (18,4%) que leurs ahaées (autour de 17% de 20 ~ 44 ans); enfin, les femmes en union de 45-49 ans ont une prévalence contraceptive beaucoup plus faible (8,6%). S'agissant des méthodes modernes, on observe chez les femmes en union le mSme phénomène que chez l'ensemble des femmes,/1 savoir une prévalence légèrement plus importante aux [iges élevés du fait de la stérilisation féminine. En ce qui les méthodes traditionnelles, la prévalence diminue régulièrement avec l'fige chez les femmes en union (comme pour l'ensemble des femmes), passant de 16,9 pour cent à 15-19 ans à 5,3 pour cent à 45-49 ans. L'analyse de l'utilisation actuelle des méthodes contraceptives selon certaines caractéristiques des femmes en union fait apparattre de fortes variations selon le milieu et la région de résidence, le niveau d'instruction et le type d'union (Tableau 4.5 et Graphique 4.3). En milieu rural, 10,5 pour cent seulement de Tableau 4.5 Utilisa6on actuelle de la contraception par caractadstiques socio-damographiques Répartition (en %) des femmes actuellement en unîon, par méthode contraceptive actuellement utillsae, selon certaines caraaadstiques socio- démographiques, EDS Cameroun i991 Caract6ristique N'ira N*im p~te M6thodes modernes N'ira Mathod¢s tradi6onaell¢s po~te quelle porte quelle m& Meth. quelle Contin. Effectif ma- thode Pli- lnjec- vagi- Con- S~ril. mathode pOio- Absti- Aucune des thode moderne uie DIU t i~ hales data f6min, tradiL dique nence Retrait Autres m6thode Total femmes Milieu de r~sidence Yaoundé/Douala 38,6 12,1 4.6 1,4 1,0 1,3 2,2 1,5 26,5 18.3 3,8 3,6 0,8 61,4 100.0 383 Autres villes 17,6 4,4 0.8 0,4 0,7 0,2 0,9 1,3 13,2 7,8 3,4 1,2 0,9 82,4 100.0 714 Totalurbain 24,9 7,1 2,1 0,8 0,8 0,6 1.4 1,4 17,9 11,5 3,5 2,0 0,9 75,1 i00.0 1098 Rural 10,5 2,5 0,6 0,0 0,1 0.I 0.7 l,l 8,0 3,8 2,4 1,1 0.6 89.5 i00,0 1771 R~'glon yaounda/Douala 38,6 12.1 4,6 1,4 1,0 1,3 2,2 1,5 26,5 18,3 3,8 3,6 0,8 61,4 I00,0 383 Adamaoua/Nord/ Ext, Nord 5,5 0,9 0,3 0.0 0.4 0,I 0,0 0,I 4,6 1,0 3.2 0.I 0,2 94,5 I00,0 1170 Centoe/SudÆst 17,9 4,3 1,5 0,0 0,0 0,0 0,8 2,0 13,6 8,9 2,0 1,4 1,4 82,1 I00,0 500 OuestÆittoral 23,2 5,9 0.3 0,6 0,8 0,4 2,6 1,2 17.3 10.4 4,3 1,7 0,9 76,8 I00,0 432 Nord-Ouest/Sud-Ouest 15,3 5,1 0,9 0,I 0,0 0,0 0,9 3,2 I0,2 5,7 0,3 3,2 1,0 84,7 I00,0 383 Nlveau d'Instruction Aucun 5,0 1,2 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 3,8 0,5 2,9 0,3 0.1 95,0 I00,0 1376 Palmaire 16,9 4,5 1,1 0,4 0,9 0,1 0,9 1,2 12,4 6,1 3,3 1,9 1,1 83,1 100,0 951 S¢condair~ ou plus 42,8 11,8 4,1 0,9 0,6 1,3 3,4 1,5 31,0 23,9 2,0 3,6 1,6 57,2 100,0 542 Nombre d'enfants vivants Aucun 15,3 2,0 0,5 0,0 0,3 0,6 0,6 0,0 13,3 11,2 0,5 0,I 1,4 84,7 i00,0 419 I 13,8 2,7 0,5 0,0 0,2 0,2 1,5 0,3 11.2 6.5 3,2 0,8 0,7 86,2 I00,0 461 2 14,9 2,7 1,2 0,4 0,0 0,1 0.5 0.5 12,2 7,4 3,0 1,4 0,4 85,1 I00,0 453 3 15,7 3,6 1,3 0.1 0.I 0.0 1.8 0,1 12,1 6,7 3,0 2,4 0,0 84,3 100,0 368 4+ 17,8 6,6 1,6 0,5 0.7 0,3 0,8 2,6 11,2 5,1 3,4 1,9 0,8 82.2 i00,0 1167 Types d'union Union polygame 11,4 2,4 0.7 0,0 0,3 0,1 0,4 0,7 9.0 4.1 3.6 0,8 0,5 88,6 I00,0 11ff7 Uaionmonogame 19,0 5,5 1,5 0,5 0,4 0,4 1,3 1.5 13,5 8,4 2,4 1,9 0,8 81,0 100,0 1761 Total 16,1 4,3 1,2 0,3 0,4 0,3 0,9 1,2 11,8 6,8 2,9 1,5 0,7 83,9 100.0 2868 52 Graphique 4.3 Utilisation actuelle de la contraception par les femmes de 15-49 ans en union RESIDENCE' Yaounde/Doual~ Autres villes Rural REGION Ad/Nord/Ext-Nord _ Centre/Sud/Est Ouest/Littoral NO/SO INSTRUCTIQN Aucune Primaire SecQndaire/Sup 0 --'11 / 10 20 30 40 50 Pourcentage EDSC 1991 femmes en union utilisent une méthode de contraception contre 17,6 pour cent dans les "autres villes" et 38,6 pour cent å Yaoundé/Dou ala: en d'autres termes, la prévalence contraceptive dansles deux plus grandes villes est près de quatre fois plus élevée qu'en milieu rural. A Yaoundé/Douala, près d'un fiers des femmes utilisam la contraception (38,6%) ont recours aux méthodes modernes (12,1%), et surtout à la pilule (4,6%); parmi les méthodes traditionnelles, c'est essentiellement la continence périodique (18,3%) que pratiquent les femmes. Dans les "autres villes" et en milieu rural, un quart seulement des femmes utilisant la contraception ont recours aux m6thodes modernes; les femmes utilisent donc surtout les méthodes traditionnelles (13,2% dans les "autres villes" et 8,0% en milieu rural), parmi lesquelles la continence périodique est toujours la plus pratiquée. Du point de vue régional, la prévalence contraceptive varie de 23,2 pour cent dans l'Ouest/Littoral 5,5 pour cent seulement dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord. A l'exception du Nord-Ouest/Sud-Ouest off près d'un tiers des femmes utilisant la contraception (15,3%) ont recours ~ des méthodes modernes (5,1%), dans toutes les autres régions, les femmes ayant recours aux méthodes modernes ne représentent que 20 ~ 25 pour cent de celles pratiquant la contraception. Comme attendu, le niveau d'utilisation de la contraception augmente avec le niveau d'instruction; la prévalence très faible chez les femmes sans instruction (5,0%) est trois fois plus élevée chez celles de niveau primaire (16,9%), et concerne plus de quatre femmes des niveaux secondaire ou supérieur sur dix (42,8%). Par contre, la part relative de femmes utilisant des méthodes modernes parmi les utilisatrices.de la contraception représente toujours une femme sur quatre environ (de 24% à 28%), quel que soit son mveau d'instruction. Sur un autre plan, le Tableau 4.5 indique que la pratique actuelle de la contraception augmente 1égèrement avec la parité, passant de 13,8 pour cent chez les femmes de parité 1 à 17,8 pour cent chez celles ayant 4 enfants vivants ou plus. Néanmoins, il faut noter que la proportion de femmes n'ayant pas d'enfant vivant et qui pratiquent la contraception (15,3%) est légèrement plus importante que la proportion de celles 53 pratiquant une méthode et de parité 1 ou 2 (respectivement 13,8% et 14,9%). On remarquera enfin que chez les femmes vivant en union monogame la pratique de la contraception est nettement plus importante (19,0%) que chez celles en union polygame (11,4%). 4.4 NOMBRE D 'ENFANTS A LA PREMIERE UT IL ISAT ION L'utilisation de la contraception pour la première fois peut, en fonction de la parité atteinte à ce moment-là, répondre à des objectifs différents: retard de la première naissance si l'utilisation commence lorsque la femme n'a pas encore d'enfant, espacement des naissances si la contraception débute ~ des parités faibles, ou encore limitation de la descendance lorsque la contraception commence à des parités élev6es, c'est-à-dire lorsque le nombre d'enfants d6sir6s est déjà atteint. Le Tableau 4.6 présente, par groupe d'ages, la répartition des femmes en union en fonction du nombre d'enfants vivants qu'elles avaient au moment où elles ont utilisé la contraception pour la première fois. Il apparaR nettement que la proportion de femmes ayant utilisé la contraception pour la première fois alors qu'elles 6talent nullipares augmente des générations les plus anciennes (1,6% ~ 45-49 ans) aux générations les plus récentes (27,6% à 15-19 ans). De ce fait, on peut penser que les jeunes générations ont plus tendance que les anciennes à retarder la venue du premier enfant. Pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la naissance du premier enfant, on note également une augmentation des proportions, passant de 7,3 pour cent pour les générations les plus anciennes (45-49 ans) à 17,0 pour cent pour les gén6rations les plus récentes (20-24 ans)? Cela semble indiquer que, de nos jours, l'utilisation de la contraception correspond peut-&re davantage ~ une volonté d'espacement des naissances. Néanmoins, ces diff6rents résultats ne permettent pas de conclure quant à un changement radical de comportement dans le sens d'une réduction de la taille de la famille. Tableau 4.6 Nombre d'enfants à la première utilisation de la contraception Répartition (en %) des femmes non-célibataires par nombre d'enfants vivants lors de la première utilisation de ia contraception, salon l'~.ge actuel. EDS Cameroun 1991 Jamais Nombre d'enfants à la première utilis~ utilisation de la contraception Age la contra- actuel ¢eption 0 1 2 3 4+ ND Total Effectif des femme~ 15-19 64.8 27.6 6.5 0.7 0.3 0,0 0.0 100.0 406 20-24 51.4 22.9 17.0 6.6 1,3 0.2 0.6 100.0 634 25-29 52.6 15,8 15.0 6,1 4.9 5.7 0.0 100.0 583 30-34 59.3 9.6 9.5 5.7 3.6 12.3 0.0 100.0 544 35-39 60.4 3.9 13.6 4.6 4.1 13.2 0.2 100,0 412 40-44 65.6 4.0 7.7 2.6 2.1 17.6 0.4 100.0 330 45-49 75.8 1.6 7.3 2.5 1.4 11,3 0.0 100.0 242 Ensemble 59.2 13.8 11.8 4,6 2.7 7.6 0.2 100.0 3151 I On n'a pas pris en compte les femmes de 15-19 ans dans la mesure où la majorit6 d'entre elles (70%) n'ont pas encore de premier enfant. 54 4.5 CONNAISSANCE DE LA PERIODE FECONDE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes de contraception, en particulier celle de la continence périodique, dépend de la connaissance exacte de la p6riode de fécondabilitd au c.ours du cycle menstruel. Pour cette raison on a demandé aux femmes si elles pensaient qu'au cours du cycle il y avait une période pendant laquelle elles avaient plus de chances de tomber enceinte et, si oui, ~t quel moment du cycle se situait cette pdriode. Compte tenu des très nombreuses nuances que peuvent comporter les r6ponses/t cette demière question, les catégories de rdponses pré-coddes utilisées dans le questionnaire (Tableau 4.7) peuvent parfois ne pas refléter exactement ce que la femme a voulu dire. Pour cette raison, au Tableau 4.7, on a essayd de regrouper les rdponses en trois grandes catégories: connaissance: "milieu du cycle"; connaissance douteuse: "juste après la fin des règles," "juste avant le début des règles." Ces rdponses sont trop vagues pour pouvoir etre considdrdes comme exactes mais, selon l'idée que se font les femmes du "juste avant" et du "juste après," elles peuvent correspondre à la p6riode de fécondabilité; • méconnaissance: "pendant les règles," "autre," "n'importe quand," "ne sait pas." La majorité des femmes (56,1%) n'ont aucune idde de l'existence d'une pdriode particulière ou ne savent pas situer correctement cette période, 17,4 pour cent en ont une connaissance douteuse et seulement un peu plus d'un quart des femmes (26,3%) ont une connaissance prdcise de la période où une femme a le plus de chance de tomber enceinte. Si on se limite aux seules femmes utilisatrices de la continence périodique, leur connaissance de la période de fécondabilité au cours du cycle est nettement meilleure (67,5%); cependant, 16,4 pour cent de ces femmes n'en ont qu'une connaissance douteuse et surtout 16, I pour cent ne savent pas situer la période au cours de laquelle elles doivent s'abstenir de rapports et donc leur pratique est voude à l'échec. 4.6 SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT DE LA CONTRACEPT ION Pour évaluer la contribution des secteurs public et privé dans la distribution ou la vente des différentes méthodes modernes de contraception, on a demand6 aux utilisatrices actuelles d'identifier l'endroit où elles Tableau 4.7 Connaissance de la période féconde Répartition (en %) de toutes les femmes et de celles ayant déjà pratiqué la continence périodique selon leur connaissance de la p&iode féconde au cooes du cycle rnenstruel, EDS Carneroun 1991 Fernraes ayant Connaissance Toutes déjà ufilis6 de la période les la continence fécond~ femm~ p&odique Connaissance Au milieu du cycle 26,3 67,5 Connaissance douteuse Juste après les règles 15,6 13,5 Juste avant les règles 1,8 2,9 Ne connalt pas Pendant les règles 0,8 0,5 A n'importe quel moment 21,0 4,5 Autre 0,I 0,2 Ne sait pas 34,3 10,9 Non déterminé 0,I 0, I Total I00,0 I00,0 Effectif de feanmes 3871 975 obtiennent leur méthode. Le Tableau 4.8 et le Graphique 4.4 indiquent à ce sujet que la majorité des utilisatrices actuelles de la contraception recourent au secteur médical privé (60,6%), le secteur public n'intervient que pour 30,5 pour cent d'utilisatrices, et 4,0 pour cent s'adressent å d'autres sources privdes å caractère non-médical. Parmi les utilisatrices de la pilule, 70,2 pour cent s'adressent au secteur mddical privé et achètent essentiellement les pllules dans les pharmacies (54,5%); seulement un peu plus d'un quart des femmes (26,3%) ont recours au secteur public pour obtenir cette méthode, et plus particulièrement aux h6pitaux publics (11,2%). 55 Tableau 4,8 Source d'approvisiomaement en contraceptifs modernes Réparation (en %) des utilisatrices ~etuelles de méthodes contraceptives modernes par source d'approvisionnement la plus récente, selon les méthodes spécifiques, EDS Cameroun 1991 Stéril. Toutes Source f6mi- méthodes d'approvisionnement Pilule Condom nine AuoEes modernes Secteur public 26,3 12,6 54,6 27,3 30,5 HSpital 11,2 7,0 54,6 19,4 23,1 PMI 4,8 0,0 0,0 6,4 2,8 Centre de santé 4,1 0,0 0,0 1,4 1,5 Propharmacie 6,2 5,6 0,0 0,0 3,1 Secteur m~llcal prlv~ 70,2 62,6 44,1 64,5 60,6 Hepital privé confessionnel 7,8 0,0 22,6 5,9 9,3 H6pital privé l~'c 4,8 0,0 19,5 23,8 11,7 Dispensaire missionnaire 3,1 0,0 2,0 0,0 1,4 Pharmacie 54,5 62,6 0,0 34,9 38,2 Autre secteur prlv~ 1.8 9.8 0.0 5,2 4.0 Amis, Parents 1.8 9.8 0,0 5.2 4.0 Autres 0,0 4,5 0,0 0,0 1,0 Ne sait pas 1,7 10,5 0,0 2,9 3,6 Non détermln~ 0,0 0,0 1,3 0,0 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 47 38 41 37 163 Dans leur grande majorit6 (62,6%) les femmes se procurent les condoms dans les pharmacies, le secteur public n'intervient que dans 12,6 pour cent des cas et notamment par le biais des hSpitaux (7,0%). Il faut souligner ici la part relativement importante qu'occupent les "amis et parents" (9,8%) dans l'approvisionnement du condom. La stdrilisation féminine est pratiquee uniquement dans les h0pitaux. Les hepitaux publics contribuent à 54,6 pour cent des sté riU sations, les h0pitaux privés confessionnels interviennent dans 22,6 pour cent des cas, et 19,5 pour cent des femmes stdrilisdes se sont adressees å des hSpitaux privés lai'es (cliniques). Pour les autres méthodes modernes, le secteur prive reste toujours dominant (64,5 %): les pharmacies (34,9%) etant surtout utilisees pour les méthodes d'approvisionnement (en particulier les methodes v aginales) et les hõpitaux privés l~cs (23,8%) pour les méthodes cliniques (DIU et injections). Le secteur public n'intervient que pour 27,3 pour cent, et il s'agit essentiellement des h0pitaux publics (19,4%) qui fournissent des méthodes cliniques. 56 Graphique 4.4 Sources d'approvisionnement de la contraception Sect. médical pr a,/' ~"~ Autres 1% NSP 4% Autres privés 4% Secteur public 31% EDSC 1991 Le Tableau 4.9 fournit des informations sur le temps nécessaire aux femmes utilisatrices de méthodes modernes pour se rendre àl'endroit où elles obtiennent leur méthode. Au niveau national, 43,8 pour cent des femmes mettent moins d'une demi-heure pour aller se procurer la mdthode qu'elles utilisent, 15,1 pour cent mettent entre une demi-heure et moins d'heure, et pour près d'un quart des femmes (22,6%) il faut plus d'une heure pour se rendre à leur source d'approvisionnement: le temps médian est d'environ 20 minutes. Si l 'on s'intéresse aux données par milieu de rdsidence, on constate qu'il faut beaucoup plus de temps aux femmes du milieu rural qu'å celles du milieu urbain pour aller à l'endroit où elles obtiennent leur méthode, le temps médian étant, respectivement, d'environ 30 et 20 minutes. Tableau 4.9 Temps nécessaire pour atteindre la source d'approvisionnement en contraceptlfs modernes Répartition (en %) des utilisatrices actuelles de m&hodes con~aceptivcs modemes, par temps n6cessaire pour atteindre la source d'approvisionnement, selon le milieu de r6sidence, EDS Cameroun 1991 Temps pour Utilisatrices actuelles atteindre la de méthodes modernes sourÇe (en minutes) Urbain Rural Total 0-14 26,9 20,4 24,9 15-29 21,0 14,3 18,9 30-59 19,8 5,1 15,1 60 ou + 15,8 37,3 22,6 Ne connait pas le temps 4,4 5,1 4,6 Non détermine 3,7 7,6 4,9 Autres sources 8,4 10,2 8,9 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de femmes 111 52 163 Temps médian 20,4 30,7 20,7 57 4.7 UTIL ISATION FUTURE ET METHODES CONTRACEPT IVES PREFEREES On a demandé aux femmes en union qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquête si elles avaient l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir. Au Tableau 4.10, où l'on a distingué les femmes ayant d6jà utilisé une méthode et celles n'en ayant jamais utilisé, figure la répartition des femmes par intention d'utilisation future des moyens contraceptifs, selon le nombre d'enfants nés vivants. Tableau 4.10 Utilisation future de la eon~xaception R~iparfition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisent pas actuellemant une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'enfants vivants et selon l'expérience passée en matièa'e de contraception, EDS Cameroon 1991 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants t 0 1 2 3 4+ Ensemble N'a Jamais utlilsé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 1.3 1,6 1,3 Intention d'utiliser plus tard 3.4 3.8 5,1 N'est pas sire d'utiliser 4,5 4.8 4,3 N'a pas l'intentlon d'utiliser 70,3 63,3 57,1 A dt~Jå utilisé la contraception Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 0,6 3,2 6,2 5,0 Intention d'utiliser plus tard 5,4 9,0 10,8 11,3 N'est pas sfire d'utiliser 1,3 1.6 0.6 1,1 N'a pas l'intention d'utiliser 13,2 12.7 14,6 14,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Toutes les femmes actuellement en union et non-utilisatrices Intention d'utiliser dans les 12 prochains mois 1.8 4,8 7,5 6,1 Intention d'utiliser plus tæd 8.8 12,8 15,9 18,3 N'est pas sfim d'utiliser 5.8 6,4 4.9 3,6 N'a pas l'intention d'utiliser 83,5 76,0 71,7 72.0 Total 100.0 100,0 100,0 100.0 Effectif de femmes 285 414 373 323 1.0 3,7 2,3 7.0 7,7 6,0 2.6 3.6 3,9 57.9 54,8 58,9 7,9 5.6 9,3 9,3 1,5 1,3 11,5 12.7 100,0 100,0 11.6 7.9 17.0 15.3 5.2 5,2 66.2 71,6 100.0 100,0 1013 2408 ty compris la grossesse actuelle. Il apparait que la majorité des femmes non-utilisatrices (71,6%) n'ont pas l'intention d'ualiser une méthode dans l'avenir. A l'opposé, un peu moins d'un quart des femmes (23,2%) ont manifesté leur intention de pratiquer la contraception dans le futur (Graphique 4.5). Parmi ces demi~res, ce sont surtout les femmes ayant déjà utilisé une méthode qui ont l'intention de redevenir des utilisatrices (14,9% parmi les 23,2%), 58 seulement un tiers des femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir seront des nouvelles contraceptrices (8,3% par rapport à 23,2%). Aux femmes ayant l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, on a demandé dans combien de temps elles pensaient l'utiliser: seulement un tiers environ des femmes de cette catégorie (7,9% par rapport à 23,2%) pensent pratiquer la contraception dans un avenir proche, c'est-à-dire dans les douze prochains mois. En outre, on peut noter que la proportion de futures utilisatrices augmente avec le nombre d'enfants vivants, passant de 10,6 pour cent chez les femmes sans enfant à 17,6 pour cent chez celles de parité un et à 28,6 pour cent chez les femmes ayant quatre enfants et plus. De mSme, on remarque que parmi les futures utilisatrices, la part relative de celles ayant l'intention d'utiliser la contraception rapidement (dans moins de douze mois) augmente avec la parité. Graphique 4,5 Intention d'utiliser la contraception par les femmes actuellement en union Ne sait pas si elle utilisera 5% A l'intention d'utiliser plus ta«d 15% A l'Lntention d'utiliser bient6t 8% N'a pas l'intention d'utiliser 72% EDSC 1991 Au moment de l'enqu8te, on s'est intéressé aux raisons pour lesquelles les femmes n'ont pas l'intention d'utiliser une méthode de contraception. D'après le Tableau 4.11, on se rend compte que le désir d'avoir des enfants est, quel que soit l'fige de la femme, la principale raison évoquée (64,1%): cette raison a été évoquée beaucoup plus fréquemment par les femmes les plus jeunes (74,3% à moins de 30 ans) que par les femmes plus agées (54,8% à 30 ans et plus). Cependant, il faut noter qu'en dehors d'avoir des enfants, ces demières évoquent surtout la difficulté de tomber enceinte, la ménopause, ou la stérUisation comme principale raison de non-intention d'utilisation de la contraception (23,7%). Quel que soit l'age de la femme, les raisons d'ordre religieux ou faisant référence à la fatalité ("C'est la volonté de Dieu") occupent une place importante parmi les motifs évoques (6,8% pour l'ensemble des femmes). Enfin, dans 3,6 pour cent des cas seulement les femmes ont évoqué le manque d'information et dans 2,1 pour cent des cas la difficulté à obtenir les méthodes. 59 Tableau 4.11 Raison de non-utilisation de la contraception R6partition (en %) des femmes n'utilisant pas actuellemant une mathode conuraceptive et n'ayant pas l'intention d'an utiliser une data l'avenir, selon la principale raison pour laquelle elles n'ont pas l'intention d'utiliser la contraception, selon l'åge, EDS Cameroon 1991 Raison de Age Tous non-utilisation les de la contraception 15-29 30-49 [tges Veut des enfants 74,3 54,8 64,1 Effets secondeires 2,1 0,6 1,3 Problèmes pour la sant~ 0,2 2,1 1.2 Manque d'information 5,1 2,2 3,6 Accès/dispertibilité 1,4 2,7 2,1 Prix 0,3 0,9 0,6 Religion 3,1 3,0 3,1 Fataliste 3,8 3,7 3,7 Opposée au planning familial 1,3 1,5 1,4 Partenaire s'y oppose 1,4 0,8 1,1 Autres personnes d6sapprouvent 0,2 0,2 0,2 Rapports sexueis peu fr&luants 0,2 1,3 0,7 Difficult~s à tomber enceinte 2,9 9,5 6,3 MénopauseÆystérsotomie 0,0 14,2 7,4 Utilisation peu pratique 0,3 0,7 0,5 Autres raisons 0,2 0,6 0,4 Ne sait pas 3,4 1,4 2,3 Total 100,0 100,0 100,0 Effectif de fanunes 824 899 1723 Par ailleurs, pour évaluer la demande potentielle des différents types de méthodes contraceptives, on a demandé aux femmes en union ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir, de spécifier la m6thode de leur choix. U ressort des données du Tableau 4.12 que les m6thodes modernes (53,9%) sont les plus fréquemment citées, avec notamment 21,1 pour cent pour la pilule, 14,2 pour cent pour les injections et 8,3 pour cent pour la stérilisation féminine. Les m61hodes traditionnelles ont ¢t6 sélectionnées par 22,4 pour cent des femmes et en particulier la continence l~riodique (11,9%), et 23,5 pour cent des femmes n'ont pas été capables de préciser leur choix. 11 est intéressant de noter que les futures contraceptrices devraient, du moins en intention, beaucoup plus utiliser les méthodes modemes que ne le font les femmes qui pratiquent aujourd'hui la contraception. 60 Tableau 4.12 Méthode contraoeptive préférée pour une utilisation future Répartition (en %) des femmes actuellement en union n'utilisant pas actuellement une méthode contraceptive mais ayant l'intentinn d'en utiliser une dans l'avenir, par m6thodo pr6f&ée, selon l'intention de l'utiliser dans les 12 prochains mois ou plus tard, EDS Cemeroun 1991 Intention d'utiliser Dans Méthode les 12 contraceptive prochains Apr~ préférée mois 12 mois Ensemble Pilule 21,9 20,7 21,1 DIU 7,5 3,8 5,0 Injection 13,1 14,8 14,2 Méthodes vaginaias 2,0 1,2 1,4 Condom 5, l 3,3 3,9 St&ilisafion féminine 7,5 8,8 8,3 Continence périodique 13,9 10,9 11,9 Abstinence 5,2 4,6 4,8 Retrait 2,8 3,3 3,1 Autres 0,8 3,5 2,6 Pas sure 20,3 25,2 23,5 To~ tO0,O 100.0 100,0 Effectif de femmes 191 368 559 4.8 INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION L'utilisation des média comme support de l'information en matière de contraception peut ~tre un moyen efficace de vulgarisation et de développement de la pratique contraceptive. Aussi a-t-on posé aux femmes la question suivante: "Au cours du mois dernier, avez-vous entendu ou lu un message sur le planning familial: à la radio, /t la tél6vision, dans un joumal, revue ou sur une affiche?" Le Tableau 4.13 montre qu'au total, la grande majorité des femmes (86,2%) n'avaient ni entendu, ni lu un message au sujet du planning familial au cours du mois précédant l'enqu&e. Seulement 5,2 pour cent en avaient entendu parié à la radio, 25 pour cent à la télévision, 1,2 pour cent avaient lu quelque part un message sur la planification familiale et 5,0 pour cent des femmes en avaient entendu parier par plusieurs moyens de communication (radio, télévision et joumaux). 61 Malgré le faible niveau général d'information en matière de planification familiale, la distinction par milieu de résidence dénote des 6carts assez importants: 93,8 pour cent des femmes de zone rurale n'ont reçu aucune information sur la contraception ~ travers les média au cours du mois précédant l'interview; cette proportion est de 80,7 pour cent dans les "autres villes" et de 67,5 pour cent/l Yaoundé/Douala. Au point de vue régional, ce sont les femmes de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord qui sont le moins bien informées, puisque 8,4 pour cent seulement d'entre elles ont entendu parier de la planification familiale ~t travers les média, contre 13,4 pour cent dans le Centre/Sud/Est, où les femmes sont les mieux informées en la matière. La distinction par niveau d'instruction montre que m~me chez les femmes ayant le niveau le plus élevé, seulement 31,3 pour cent d'entre elles ont eu accès à des informations sur la contraception par le biais des média. Tableau 4.13 Messages sur la planification familiale diffusés par les média RéparUtion (en %) de mutes les femmes ayant entendu ou lu un message diffus6 par la radio, la tél~vision ou par les journaux/revues/affiches sur la planification familiale dans le mois précédant l'enqu~,te, selon certaines caract&istiques socio-démographiques, EDS Camerunn 1991 Message sur le planification familiale Dans les journaux/ Effectif A la radio A la télé. revues/ Plusieurs de Caractéristique Aucun seulement seulement affiches média Total femmes Milieu de résidence Yaoundé/Douala 67,5 9,4 7,3 3,2 12,5 100,0 626 Auties villes 80,7 6.6 3.1 1,2 8,4 100,0 998 Ensemble urbain 75,6 7,7 4,7 2,0 10,0 100,0 1625 Rural 93,8 3,4 0,9 0,6 1,4 100,0 2247 Région Yaoundé/Douala 67,5 9,4 7,3 3,2 12,5 100,0 627 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 91,6 3,9 0,9 0,5 3,1 100,0 1313 Centre/Sud/Est 86,9 5,9 1.3 1,2 4,6 100,0 713 Ouest/Littoral 89,1 3,4 3,0 0,6 3,9 100,0 639 Nord-Ouest/Sud-Ouest 89,8 4.6 1,7 1,1 2,6 100,0 580 Niveau d'Instruction Aucun 96,1 2,8 0,2 0,l 0,7 100,0 1557 Primaire 88,0 5,5 2,2 0,8 3,4 100,0 1288 Secondaire ou plus 68,7 8,4 6,3 3,2 13,4 100,0 1026 Ensemble 86,2 5,2 2,5 1,2 5,0 100.0 3871 4.9 OP IN IONS ET ATT ITUDES VIS-A-VIS DE LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Les opinions et attitudes des femmes vis-~t-vis de la planification familiale sont un élément décisif dans la prise de décision de pratiquer la contraception. Mais, dans le contexte socio-culturel camerounais, le pouvoir de décision en ce qui concerne la famille est souvent influencé par les matis et parfois par certains autres membres de la famille, n y a donc lieu de penser que le comportement des femmes en matière de contraception peut également 8tre tributaire des attitudes et opinions des maris ou des parents. 62 Pour appr6hender l'idée que se font les uns et les autres à ce sujet on s'est int6ressé aux problèmes suivants: l'opinion des femmes surla diffusion d'informations au sujet de la contraception/l la radio et à la t61évision; la discussion éventuelle avec le conjoint à propos de la contraception; l'opinion des femmes sur l'utilisation de la contraception et l'idée qu'elles se font de l'opinion de leur mari en la mati6re. D'après le Tableau 4.14, la majorit6 des femmes (63,7%) sont favorables à la diffusion d'informations relatives à la planification familiale sur les antennes de la radio et de la télévision. Par ailleurs, ce sont les femmes les plus jeunes qui sont les plus favorables: la proportion qui est d'environ 70 pour cent chez les femmes de moins de 30 ans passe à environ 60 pour cent chez celles de 30-39 ans et tombe en- dessous de 50 pour cent chez les femmes de plus de 40 ans. Par milieu de r6sidence, 90,7 pour cent des femmes de Yaoundé/Douala approuvent la diffusion des informations sur la contraception, contre 65,9 pour cent dans les "autres villes" et 55,1 pour cent seulement en milieu rural. C'est par r6gion que l'on constate les différences les plus importantes: alors qu'environ 80 pour cent des femmes de toutes les r6gions du Cameroun approuvent la diffusion d'informations relatives à la planification familiale, seulement 27,4 pour cent des femmes de 1'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord y sont favorables. De mSme, la proportion des femmes favorables à la diffusion de ces informations augmente avec le niveau d'instruction: elle passe de 32,2 pour cent chez les femmes sans instruction ~t 76,9 pour cent chez celles de niveau d'instruction primaire, et elle atteint 94,8 chez les femmes des niveaux secondaire ou sup6rieur. Tableau 4.14 Approbation de l'utilisation des média dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage de femmes approuvent la diffusion da messages sur la planification familiale å la radio ou à la t~16vision, par âge et par caractéristiques socio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Age de la femme Tous les Caract6ristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 iges Milieu de r~sldence Yaoundé/Douala 88,9 93,5 93,0 92,5 88,3 78,8 89,7 90,7 Auues villes 76,4 66,6 64,1 66,7 62,3 50,1 49,0 65,9 Ensemble urbain 81,5 77,4 76,7 76,1 71,7 58,8 59,2 75,5 Rural 61,8 60,6 59,2 50,1 55,2 43,1 38,7 55,1 Région Yaoundé/Donaia 88,9 93,5 93,0 92,5 88,3 78,8 89,7 90,7 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 36,8 28,1 28,6 23,8 32,2 14,7 9,8 27,4 Centre/Sud/Est 79,0 83,1 81,3 79,0 81,2 63,6 70,5 78,0 OuesoEmoral 86,7 83,7 86,3 82,4 77,5 50,8 45,3 78,8 Nord-Ouest/Sud-Ouest 79,9 90,9 87,3 93,4 77,5 70,0 58,6 82,3 Niveau d'Instruction Aucun 31,0 26,8 33,4 29,2 40,4 30,9 35,5 32,2 Primaire 71,1 77,5 78,1 84,2 80,9 75,8 69,1 76,9 Secondaire ou plus 93,1 95,6 95,9 95,3 96,2 96,1 100,0 94,8 Ensemble 70,2 68,3 67,4 61,4 61.9 48,5 44,0 63,7 63 Le Tableau 4.15 indique que près de deux femmes mari~es sur trnis (63,0%) n'ont jamais discuté avec leur conjoint des problèmes de contraception. Parmi celles qui en ont discuté avec leur mari (37,0%), un tiers (12,0%) en ont discuté une ou deux fois seulement, et les deux tiers (25,0%) plus souvent. C'est chez les femmes les plus jeunes que les properåons de celles ayant discut6 de la contraception avec leur mari sont les plus élevées, en particulier chez les femmes de 20-34 ans (plus de 40%); chez les femmes les plus ag6e.s (40-49 ans), moins de 25 peur cent des femmes ont abordé ces problèmes avec leur mari. Tableau 4.15 Discussion de la planification familiale par le couple Répartition (en %) des femmes actuellement en union connaissant une méthode contraceptive par nombre de fois qu'elles ont discut6 de la planification familiaie avec leur mari au cours de l'année ayant pr6cédé l'enquête, selon l'åge actuel, EDS Cameroun 1991 Nombre de discussions sur la planification familiale Effectif Groupe Une ou Trois fois de d'åges Jamais deux fois ou plus Total feanmes 15-19 65,5 16,0 18,5 100,0 256 20-24 56,7 13,6 29,7 100,0 419 25-29 58,4 13,6 28,0 100,0 396 30-34 59,3 12,2 28.5 100,0 336 35-39 62,6 10,7 26,7 100,0 261 40-44 77,2 4,6 18,2 100,0 176 45-49 85,0 6,2 8,7 100,0 120 Ensemble 63,0 12,0 25,0 100,0 1963 Parmi les femmes en union qui connaissent au moins une méthode contraceptive, 60,3 peur cent approuvent l'utilisation de la contraception (Tableau 4.16). Pour ces femmes, on a essayé de rapprocher leur peint de vue sur la contraception de ce qu'en pense, d'après elles, leur mari. D'après ces cmisements, il apparaR que seulement près de la moitié des femmes qui approuvent la contraception pensent que leur mari est du m~me avis (28,5 par rapport à 60,4%): si les femmes ont une idée exacte de l'opinion de leur mari, cela signifierait que 28,5 pour cent seulement des couples appmuvent l'utilisation de la contraception. Dans 16,4 pour cent des cas, la femme approuve la contraception mais elle pense que son mari est contre. Enfin, peur 15,5 peur cent des femmes favorables, elles n'ont aucune idée de ce qu'en pense leur mari. Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques retenues, l'approbation de l'utilisation de la contraception pr6sente les mSmes tendances que l'approbation de la diffusion d'informations sur la planification familiale par le biais des m6dia: les femmes les plus favorables sont surtout jeunes (20-39 ans), de Yaoundé/Douaia, de niveaux d'instruction secondaire ou sup6rieur et vivent ailleurs qu'en Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. 64 Tableau 4.16 Attitudes des couples face h la planification famiHale Pourcentage de femmes actuellement en union connaissent une méthode ennlracopåve et qui approuvent la planification familiale, par caract£'¢istiques soeio-démographiques et par perception de l'attitude de leur mari, EDS Cameroun 1991 L'enqu&ée L'enqu&ée L'unqu~tée approuve et apI~ouve et aPl~ouve et pense que pense que ne counalt Effectif L'enqu&ée son mari son mari pas l'opinion de Caractéristique apl~ouve aPlxouve d6sapprouve du mari femmes Age de l'enqu~tée 15-19 51,9 24,9 15,7 II,3 256 20-24 67,4 35,8 17,7 13,8 419 25-29 68,5 31,7 19,0 17,8 396 30-34 63,6 28,6 16,9 18,2 336 35-39 64,9 30,8 17,6 16,4 261 40-44 44,8 16,3 11,1 17,3 176 45-49 30,2 12,2 7,5 10,5 120 Mllleu de r6sldence Yaotmdé/Douala 85,5 42,3 25,6 17,6 365 Autres villes 63,1 29,3 19,0 14,8 495 Rural 50,8 23,5 12,2 15,1 1103 R6glon Yaound~/Douala 85,5 42,3 25.6 17,6 365 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 24,7 11,7 8,0 5,0 485 Centre/Sud/Est 69,9 27,8 19,8 22,3 402 Ouest/Littor al 71,2 35.6 16,7 19.0 371 Nord-Ouest/Sud-Ouest 60,9 30,7 14,0 16,3 340 Niveau d'instruction Aucun 24,8 8,3 8,0 8,5 626 Primaire 69,3 29,2 19,7 20,3 804 Secondaire ou plus 88,5 51,1 21,1 16,3 534 Ensemble 60,3 28,5 16,4 15,5 1963 65 CHAPITRE 5 NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Ce chapitre porte sur les diff6rents facteurs qui, en dehors de la contraception, affectent le comportement procr6ateur des femmes et jouent ainsi un r01e d6terminant sur le niveau de la fécondit6: il s'agit de la nuptialité, de l'activit6 sexuelle, de l'aménorrhée et de l'abstinence post-partum. 5.1 ETAT MATRIMONIAL Bien que n'étant pas le cadre exclusif des rapports sexuels, et malgr6 la diversit6 culturelle du pays, le mariage (ou la vie en union) reste, au Cameroun, le cadre privilégi6 de la procr~ation et le cadre hors duquel l'individu n'est pas socialement considéré comme un adulte responsable et respectable. Chez les femmes, encore plus que chez les hommes, le caractère quasi-universel du mariage ou de l'union fait du célibat définitif un phénomène tout å fait marginal. Le mariage constitue ainsi un des éléments les plus importants sanctionnant le début de l'exposition au risque de grossesse. Comme l'indique le Tableau 5.1, la majorit6 des femmes interrogé.es étaient mari6es (62,3%) ou vivaient avec quelqu'un (11,8%) au moment de l'enquete. Rappelons que dans le cadre de I'EDSC, on a considéré comme mariage ou union toutes les formes de mariage ou d'union, qu'elles soient légales ou non, formelles ou non; la distinction qui est faite ici entre "mariage" et "en union" ne correspond pas/~ deux concepts définis avec pr6cision, c'est l'enquStée qui, d'elle-mSme, s'est déclarée appartenir/~l'une ou l'autre catégorie. Dans le cadre de ce rapport, le terme "union" désigne l'ensemble des femmes qui se sont déclar6es mari~es ou vivant avec quelqu'un. Globalement on peut donc consid6rer que 74,1 pour cent des femmes étaient en union au moment de l'enquête. Les femmes célibataires repr6sentaient 18,6 pour cent et celles en rupture d'union (veuves, divorc6es, sépar6es) ne repr6sentaient que 7,3 pour cent. Tableau 5.1 Etut ma~monial R6pertition (en %) des femmes par 6rat matrimonial, actuel, selon l'lge, EDS Cameroun 1991 Etat ma~h-aonial Vivant Effectif Groupe C61iba- avec Divor- S6pe- des d'åges taire Mari6e quelqu'un Veuve c~o rée Total fcmn~s 15-19 55.8 29,7 11,4 0,1 1,1 1,9 100,0 919 20-24 18.6 58,3 18,5 0,3 1,4 3,1 100,0 778 25-29 5.6 73,5 13,5 1,4 2,4 3,6 100,0 618 30-34 3,2 76,9 9,9 2,8 2.3 5.0 100,0 562 35-39 1,5 83,8 7,8 3,0 2,5 1,4 I00,0 418 40-44 0,7 77,8 6,8 9,3 2,8 2,6 100,0 332 45-49 0,7 78,5 5,4 10,7 1,3 3,5 100.0 244 Tous [tges 18,6 62,3 II,8 2,5 1,8 3,0 I00,0 3871 67 Comme attendu, la proportion de célibataires décline très rapidement avec l'âge, passant de 55,8 pour cent à 15-19 ans à 5,6 pour cent seulement dès 25-29 ans et à 0,7 pour cent à partir de 40 ans (Graphique 5.1 ). Corrélativement, la proportion de femmes en union augmente avec l'âge jusqu'à 35-39 ans, puis décline légèrement du fait de l'augmentation des proportions de femmes en rupture d'union, et plus particulièrement de celle des veuves. Graphique 5.1 Etat matrimonial des femmes de 15-49 ans Pourcentage lOO 80 60 40 20 0 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 Age 40-44 45-49 ~'~Veuves[]Div°rcées/S~parées i [ ] En union polygame [] En union monogame [] C~libataires EDSC 1991 Parmi les femmes en union, on a distingué celles qui vivent en union monogame de celles qui ont déclaré que leur mari ou conj oint avait une ou plusieurs autres épouses. Le Tableau 5.2 présente la proportion de femmes en union polygame selon l'fige et certaines caractéristiques socio-démographiques. Il apparaJt que la polygamie est très répandue au Cameroun, elle concerne 38,6 pour cent des femmes. Cette proportion augmente régulièrement avec l'âge pour atteindre 51,6 pour cent chez les femmes de 45-49 ans; mais il faut souligner que, dès 15-19 ans, plus d'une femme en union sur quatre (27,0%) vit en union polygame (Graphique 5.1). Par milieu de résidence, on constate que le phénomène est beaucoup plus important en zone rurale (42,7%) et dans les "autres villes" (39,3%) qu'à Yaoundé/Douala (18,2%). Toutes les régions sont concemées par le phénomène, mais la proportion de femmes en union polygame varie de 27,7 pour cent dans le Centre/Sud/Est å 48,5 pour cent dans l'Adamaoua/NordlExtr~me-Nord. Le niveau d'instruction des femmes semble jouer un r61e déterminant sur le type d'union: les femmes »ans instruction sont beaucoup plus impllquées dans les unions polygames (49,9%) que celles de niveau d'instruction primaire (33,5%) et surtout que celles ayant atteint tre niveau secondaire ou sup6rieur (18,7%). 68 Tableau 5.2 Polygamie Pourcentages de femmes actuellement en union polygame par earact~ristiques socio-démographiques selon l'age actuel, EDS Cameroun 1991 Age de la femme Tous Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 ages MHleu de résldence Yaoundé/Douala 6,5 14,9 14,5 20,3 25,8 43,9 10,6 18,2 Autres villes 30,9 30,1 38,7 43,0 50,7 38,5 60,0 39,3 Ensemble urbain 23,0 24,7 29,0 35,1 42,2 40,0 48,6 32,0 Rural 29,1 36,5 41,8 48,3 46,8 51,7 52,4 42,7 R~glon Yaoundé/Douaia 6,5 14,9 14,5 20,3 25,8 43,9 10,6 18,2 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 38,1 45,7 46,8 58,9 52,9 50,0 45,3 48,5 Centre/Sud/Est 17,8 20,7 20,8 26,9 34,9 33,1 52,3 27,7 Ouest/Littoral 24,9 24,4 41,2 41,4 53,6 51,8 67,0 40,2 Nord-Ouest/Sud-Ouest 17,4 30,8 45,6 34,4 42,1 62,2 60,9 40,9 Niveau d'Instruction Aucun 36,5 44,9 49,7 58,3 50,6 52,7 54,0 49,9 Primaire 25,6 30,3 33,8 31,6 42,2 37,4 43,7 33,5 Secondaire ou plus 11,7 14,5 19,0 21,9 28,7 39,8 35,1 18,7 Ensemble 27,0 31,6 36,1 43,0 44,9 47,9 51,6 38,6 Un peu plus d'une femme sur deux en union polygame (54,0%) a au moins deux co-épouses (Tableau 5.3). Selon les caractéristiques socio-démographiques des femmes, on constate que parmi les femmes en union polygame, celles qui ont le plus de co-épouses (deux ou plus), sont les femmes les plus tigées (61,4% à 35-49 ans), les femmes du milieu rural (59,2%), celles de l'Ouest/Littoral (64,4%) et du Nord-Ouest/Sud- Ouest (100,0%), et les femmes ayant un niveau d'instruction primaire (65,3%). La dissolution des unions et le rcmariagc sont des phénomènes intércssants dans la mesure où ils peuvent avoir un impact sur les niveaux de la fécondité. A I'EDSC, on a demandé à toutes les femmes non- celibataircs combien de fois elles avaient ét~ en union. La dissolution d'union semble ~tre un phénomène assez fréquent au Cameroun: en effet, plus d'une femme sur quatre (26,2%) avait déjà contracté plus d'un mariage au moment de l'enquSte (Tableau 5.4). Parmi ces femmes, une sur cinq (5,4% par rapport à 26,2%) a déjà été au moins trois fois en union. La proportion de femmes ayant contracté plus d'un mariage augmente régulièrement avec l'tige pour atteindre 33,3 pour cent chez les femmes de 40-44 ans; mais il faut souligner que, dès 15-19 ans plus d'une femme non-célibataire sur sept (15,1%), et à 20-24 ans plus d'une femme non- célibataire sur cinq (22,0%) ont déjà contracté plus d'une union. 69 Tableau 5.3 Nombre de c,o-épouses R~partition (en %) des femmes actuellement en union polygame par nombre de co-6pouses, selon certaines caract&istiques socio-d6mographiques, EDS Cameroun 1991 Nombre de c,o-épouses Effectif Caract6ristique 1 2 et + ND Total de femmes Groupe d'ages 15-19 20-24 25 -29 30-34 35-39 40-44 45-49 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douala Autres villes Ensemble urbain Rural R~glon Yaoundé/Douala Ademaoua/NordÆxt.-Nord Centre/Sud/Est OuestÆittorai Nord-Ouest/Sud-Ouest Niveau d'instruction Aucun Primaire Secondaire ou plus Ensemble des femmes 48,6 48,8 2,6 100,0 102 48,9 50,1 1,1 100,0 189 48,2 50,4 1.4 100,0 194 50,6 48,7 0,6 I00,0 210 36,1 63,6 0,3 100,0 172 40,8 59,2 0,0 100,0 135 39,3 60,7 0,0 100,0 106 52,5 42,9 4,6 100,0 70 55,5 42,8 1.7 100.0 281 54,9 42,8 2,3 100,0 351 40,7 59,2 0,2 100,0 756 52,5 42,9 4,6 I00,0 70 58,5 40.9 0,6 I00,0 568 51,3 48,1 0,6 I00,0 138 34,6 64,4 0,9 I00,0 174 0,0 I00,0 0,0 I00,0 157 48,9 50,6 0,5 I00,0 687 34.2 65,3 0,5 I00,0 318 54,7 41,3 4,0 100,0 102 45,2 54,0 0,8 I00,0 1107 Tableau 5.4 Nombre d'unions Répartition (en %) des femmes non-céllbataires par nombre d'unions selon l'åge, EDS Cameroun 1991 Nombre d'unions Groupe Effectif d'åges 1 2 3 4 et + NI) Total de femmes 15-19 84.9 13,1 1,3 0,7 0,0 100,0 406 20-24 77,8 18,7 2,8 0,5 0,2 100,0 634 25-29 77,1 19,3 2,6 1,0 0,0 100,0 583 30-34 68,1 25,0 5,8 1,0 0,I I00,0 544 35-39 67,8 24,5 5,3 2,3 0,0 I00,0 412 40-44 66,3 24,9 6,0 2,4 0,4 I00,0 330 45-49 69,0 20,6 6,3 4.1 0,0 I00,0 242 Ensemble des femmes 73.8 20,7 4,0 1.4 0,1 100,0 3151 70 5.2 AGE A LA PREMIERE UNION ET AGE AUX PREMIERS RAPPORTS SEXUELS 5.2.1 Age à la première union Compte tenu de la relation généralement observée entre l'age d'entrée en union pour la première fois et le début de la vie féconde, il est important d'étudier le calendrier de la primo-nuptialité. Le Tableau 5.5 îoumit les proportions de femmes déja entrées en union à différents ages, ainsi que les/lges médians à la première union (c'est-a-dire l'a ge auquel 50% des femmes ont déjà contracté une première union) en fonction de l'age actuel des enquétées. On constate que les femmes entrent très t0t en union, puisque 28,1 pour cent des femmes de 25-49 ans à l'enquéte étaient déjà mariées en atteignant l'fge de 15 ans, et 65,2 pour cent l'~talent déja en atteignant 18 ans. L'fge mddian å la premiére union, inférieur å 17 ans (16,5 ans pour les femmes de 25-49 ans) rend compte de cette précocité de la première union, qui semble néanmoins légèrement augmenter dans les générations récentes. En effet, l'Il ge médian passe de 16,0 ans pour les générations agées de 45-49 ans à l'enquéte ~t 17,3 ans pour les générations ayant actuellement 20-24 ans. Cette modification semble résulter essentiellement d'une diminution des mariages très précoces: en effet, si environ les trois quarts des femmes de 45-49 ans (73,0%) étalent déjà en union lorsqu'eUes atteignaient 18 ans, cette proportion est inférieure à 60 pour cent chez les femmes de moins de 30 ans. Tableau 5.5 Age au premier mariage Pourcentage de femmes déjà en première union aux åges ¢xects 15, 18, 20, 22 et 2.5 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais été en union, et åge médian à la première union, par åge actuel, EDS Cameroon 1991 Pourcentage de femmes déjà en premièTe union ~. l'åge exact: Pourcentage Médian Groupe jm~nals à la let d'åges 15 18 20 22 25 en union Effectif Union 15-19 16.2 NA NA NA NA 55,8 919 a 20-24 21,3 57.7 73.1 NA NA 18.6 778 17,3 25-29 27,1 59,1 74,8 83.7 91,2 5,6 618 16.9 30-34 28,5 64,4 78,7 86,6 92,6 3.2 562 16.6 35-39 26,3 67,1 83,1 90,9 95,0 1,5 418 16.6 40-44 31.5 69.8 85,7 90,8 95,6 0,7 332 16.3 45-49 28.6 73.0 85,7 90,6 95,4 0,7 244 16,0 20-49 26,3 63,2 78,4 85.5 90.3 7.0 2952 16,7 25-49 28.1 65,2 80,3 87,7 93,5 2,9 2174 16.5 NA = Non applicable aNon calculé pæce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'âgés x, x+4 sont mari~es k l'àge x. Si l'on compare l'fge médian obtenu à rEDSC ~ celui calculé par I'ENF de 1978 (17,2 ans), on pourrait penser à un rajeunissement de l'fge d'entrée en première union, ce qui contredirait donc la tendance au vieillissement évoquée ci-dessus. En réalité, il semblerait que I'ENF ait légèrement surestimé la valeur de cet indicateur du fait de confusions de la part des enquétées entre les notions de mariage et d'union et entre l'fige d'entrée en union et rage ~ la légalisation d'une union antérieure (DCSN et EMF, 1983a:49). 71 Le calendrier de la primo-nuptiaiité présente de fortes variations selon le milieu de résidence, les régions et le niveau d'instruction. Comme l'indique le Tableau 5.6, l'/lge médian à la première union pour les femmes de 25-49 ans est beaucoup plus élevé à Yaoundé/Douala (19,0 ans), que dans les "autres villes" (16,3 ans) et qu'en milieu mrai (16,0 ans). Cependant, quel que soit le milieu de résidence, il semble qu'une tendance se dessine vers un vieillissement de l'age d'entrée en première union: en effet, å Yaoundé/Douala, l'/ige médian passe de 18,0 ans chez les femmes ayant actuellement 45-49 ans à 19,5 ans chez celles de 20-24 ans, et en milieu rural cet ~lge médian passe de 15,9 ans å 16,7 ans dans les m~mes groupes de génération. Du point de vue régional, les écarts sont aussi très importants puisque l'[Ige médian varie de 14,8 ans dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord à 18,1 ans dans le Centre/Sud/Est. La fréquentation scolaire, par conséquent le niveau d'instruction atteint par les femmes, est certainement le îacteur qui influence le plus directement le calendrier de la primo-nuptialité: pins le niveau d'instruction est faible, plus l'/lge d'entrée en première union est précoce. C'est ainsi que pour les femmes de 25-49 ans, celles sans niveau d'instruction se sont mariées 2,4 ans plus jeunes que celles de niveau d'instruction primaire, et 5,1 ans plus tSt que celles des niveaux secondaire et supérieur. Cependant, contrairement à ce qui apparatt par milieu et région de résidence, aucune tendance vers un vieillissement de l'/lge d'entrée en première union ne semble se dessiner, quel que soit le niveau d'instruction. Par conséquent, l'augmentation de l'/lge médian observé précédemment au f'tl des générations résulterait du poids de plus en plus important qu'occupent les femmes instmites dans les générations récentes. Tableau 5.6 Age médian à la première union Age médian à la première union des femmes de 20-49 ans par cæactérisfiques socio-démographiques selon l'åge actuel, EDS Cameroon 1991 Groupe d'~tges Femmes Femmes Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de r~Idence Yaoundé/Douala 19,5 19,7 19,4 18,3 18,2 18,0 19,2 19,0 Autxes villes 17,1 16,4 17,0 15,9 16.2 15,8 16,6 16,3 Ensemble urbain 18,1 18,2 17,7 17,0 16,8 16,2 17,6 17,4 Rural 16,7 16,2 15,8 16,3 16,1 15,9 16,2 16,0 Région Yaoandé/Douala 19,5 19,7 19,4 18,3 18,2 18,0 19,2 19,0 Adamaoua/Nord/Ext.-Nurd 15,1 14,5 14,9 15,0 14,5 14,9 14,8 14,8 Centxe/SudÆst 17,5 18,3 18,6 18,2 17,6 17,0 17,9 18,1 OuestÆittoral 18,5 18,0 17,7 17,6 17,3 17,4 17,9 17,7 Nord-Ouest/Sud-Ouest 19,0 18,2 17,7 17,8 16,8 15,9 17,9 17,4 Niveau d'instruction Aucan 15,0 14,7 15,1 15,3 15,5 15,7 15,2 15,2 Primaire 16,9 17,4 17,6 17,8 17,9 16,9 17,4 17,6 Secondaire ou plus a 20,4 20,7 19,6 18,6 20,2 20,3 Ensemble des fenmles 17,3 16,9 16,6 16,6 16,3 16,0 16,7 16,5 Note: L'åge médian n'est pas calculé pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore entrer en union avent d'atteindre 20 ans. aNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'åges x, x+4 sont en union h lãge x. 72 5.2.2 Age aux premiers rapports sexuels Au Cameroun, la procréation n'a pas toujours lieu dans le cadre de l'union, et, en tant que déterminant de la fécondité, l'[Ige aux premiers rapports sexuels est tout aussi important que l'fige à la premiCre union. Dans le questionnaire individuel femme, on a donc demandé aux femmes quel [lge elles avaient quand elles ont eu, pour la première fois, des rapports sexuels. Au Tableau 5.7, figurent les proportions de femmes ayant déjà eu des rapports sexuels à différents figes et l'/ige médian aux premiers rapports sexuels. En atteignant 15 ans, près d'une femme de 25-49 ans sur trois (32,6%) a déjà eu des rapports sexuels, en atteignant 18 ans cette proportion passe à 79,7 pour cent, et la quasi-totalité des femmes de 25-49 ans (98,6%) ont leurs premiers rapports sexuels avant l'åge de 25 ans. L'itge médian aux premiers rapports est très précoce (15,8 ans pour les femmes de 25-49 ans) et inférieur de 0,7 année à 1 qige médian å la première union. On constate également une très légère augmentation de l'/lge médian aux premiers rapports sexuels des générations [lgées de 45-49 ans à l'enquête (15,7 ans) aux générations de 20-24 ans (16,1 ans). Apparemment, cette augmentation résulte essentiellement d'une diminution des proportions de femmes ayant eu des rapports très précoces (avant 15 ans) des générations les plus anciennes aux plus récentes. Tableau 5.7 Age aux premiers rapports sexuels Pourcentage de femmes ayant eu leurs premiers rapports sexuels aux åges exacts 15.18, 20, 22 et 25 ans, pourcentage de femmes n'ayant jamais eu de rapports sexuels, et åge médian aux premiers rapports sexuels, par åge actuel, EDS Cameroun 1991 Pourcentage de femmes ayant déjà Pourcentage Age eu des rapports sexuels n'ayant Médian à l'âge exact jamais eu aux l "m Groupe de rapports rapports d'figes 15 18 20 22 25 sexuels Effectif sexuels 15-19 24,0 NA NA NA NA 31,5 919 a 20-24 27,9 79,3 93,4 NA NA 2,4 778 16,1 25-29 30,4 78,0 93,9 98,1 99,4 0,1 618 16,0 30-34 34,9 78,9 92,9 97,1 98,5 0,0 562 15,7 35-39 29,4 79,4 93,1 97.4 98,4 0,0 418 15,9 40-44 35,9 82,8 92,6 96,1 97,4 0,0 332 15,7 45-49 33,9 82,3 92,4 95,2 98,8 0,0 244 15,7 20-*9 31,4 79.6 93.2 97,1 98,3 0,7 2952 15,9 25-49 32,6 79,7 93,1 97,1 98,6 0,0 2174 15,8 NA = non applicable mNon calculé parce que moins de 50 pour cent des femmes du groupe d'âgés x, x+4 ont eu des rapports sexuels à l'åge x. Le Tableau 5.8 fait apparm~tre le m~me type de différences entre les ages aux premiers rapports sexuels que celles observées pour les [lges/~ la première union: les femmes ayant les rapports sexuels les plus précoces sont celles du milieu rural (fige médian de 15,6 ans pour les femmes de 25-49 ans å renquSte), de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord (14,8 ans) et celles sans instruction (15,2 ans). Cependant les écarts observés entre les ãges médians à la première union sont ici beaucoup plus réduits: écart de 5,1 ans entre les /lges médians å la première union selon le niveau d'instruction, par exemple, contre 2,1 ans d'écart pour l'[lge 73 médian aux premiers rapports sexuels. En fait, les femmes qui entrent très jeunes en union ont, dans leur ensemble, les premiers rapports au moment de l'union, par contre celles qui se marient plus tardivement ont déj/~ eu des rapports sexuels avant leur entr6e en union. Tableau 5.8 Age médian aux premiers rapports sexucls Age médian aux premiers rapports sexuels des femmes de 20-49 ans, par caractéristiques socio-démogiaphlques selon l'ãge actuel, EDS Cameroun 1991 Groupe d'åges Femmes Femmes de de Caractéristique 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 20-49 25-49 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 17,1 17,1 17,1 17,0 16,6 16,8 17,0 17,0 Autres villes 16,1 15,8 15,9 15,7 15,4 15,5 15,9 15,8 Ensemble urbain 16.5 16,5 16,5 16,2 16,0 15,9 16,4 16,3 Rural 15,8 15,6 15,3 15,7 15,6 15,6 15,6 15,6 Région Yaound6/Douala 17.1 17,1 17,1 17,0 16,6 16,8 17.0 17,0 Adamaoue/Nord/Ext.-Nord 14.8 14,7 14.8 15,0 14.7 14.9 14.8 14,8 Centre/Sud/Est 16,4 16,6 15.8 16,3 15.6 15,9 16,2 16,1 Ouest/Littoral 16.7 16,9 16.8 16,8 16,9 16.5 16,8 16,8 Nord-Ouest/Sud-Ouest 16,6 16,4 16,5 17,4 16,2 15,8 16,4 16,4 Niveau d'Instruction Aucun 14,8 14,8 15,0 15,2 15,5 15,5 15,1 15,2 Primaire 16,1 16.4 16,3 16.4 15,8 15,8 16.2 16,3 Secondaire ou plus 17,3 17.3 17,4 17.1 17,1 17,8 17.3 17,3 Ensemble des femmes 16,1 16,0 15,7 15,9 15,7 15,7 15,9 15,8 Note: Lãge m&lien n'est pas calcul6 pour les femmes de 15-19 ans parce que certaines femmes peuvent encore avoir leurs premiers rapports avant d'atteindre 20 ans. 5.3 ACT IV ITE SEXUELLE En l'absence de contraception, la fréquence des rapports sexuels est un facteur pouvant jouer un r01e déterminant sur l'exposition au risque de grossesse. Le Tableau 5.9 porte sur l'activité sexuelle des femmes: il concerne uniquement les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels avant l'enquête, qui représentent 92 pour cent des enqu~t6es. Parmi les femmes ayant déjà eu des rapports, un peu plus de la moiti6 (55,4%) sont considérées comme sexuellement actives au moment de l'enqu&e: en effet, elles ont déclar6 avoir eu au moins une fois des rapports sexuels durant les quatre semaines ayant préc6dé l'interview. Les femmes sexuellement inactives sont considérées comme étant en abstinence, soit à la suite d'une naissance (abstinence post-partum: 23,0%), soit pour d'autres raisons (abstinence pmlongéa: 21,2%). Quelle que soit la raison de l'abstinence, elle dure depuis moins de 2 ans pour la majorité des femmes. Les proportions de femmes sexuellement actives ne varient que très peu en fonction de l'/lge, sauf pour les femmes les plus agées (45-49 ans) dont près d'une sur deux (48,7%) est en abstinence prolongée. De meme, on n'observe que peu de différences en fonction de la durée de l'union; seules les femmes en union depuis 25 ans et plus se déclarent 74 Tableau 5.9 Activité sexuelle récente R~partition (en % ) des femmes ayant d6jà eu des rapports sexuels par activll~ sexuelle dans les quatre seanaines préc~dant l'anqu~te et par dur6e d' abstinence (po s t-partum ou non), selon certaines c aracté¢istiques soeio-démogr aphiques, EDS C ameroun 1991 Non sexunllement active dans les 4 demières semaines Sexuellemant active En abstinence En abstinence dans les 4 (post-partum) (non post-partum) Effeotif demi~res des Caractéristique semaines 0-1 an 2 ans et + 0-1 an 2 ans et + ND Total femmes Groupe d'åges 15-19 53,9 22,1 0,9 21,4 0,7 1,0 100,0 629 20-24 53,5 26,4 1,6 17,9 0,5 0,2 I00,0 759 25-29 57,8 25.5 1,9 14,2 0,4 0,I I00,0 617 30-34 55.6 23.2 3,9 16,6 0,4 0,2 100,0 562 35-39 60,8 13,8 5,5 17,4 2,1 0,4 100,0 418 40-44 57,6 9.9 4,1 19,9 8,1 0,4 I00,0 332 45-49 46,3 2.5 2,7 28.7 19,8 0,0 100.0 244 Durée de mariage (en années) 0-4 58,7 25,1 1,3 14,2 0,0 0,7 100,0 660 5-9 56,6 27,8 1.5 13,5 0,2 0,4 100,0 627 10-14 55,9 25,8 3,4 14,8 0,1 0,0 100,0 530 15-19 54,3 23,0 4,2 17,0 1,1 0,4 100,0 497 20-24 61,8 13,2 6,1 14,6 3,9 0,3 100,0 385 25 et + 52,1 5.0 2,7 25,6 14,3 0,3 100,0 452 Jamais en union 46,3 14,6 0,6 35,7 2,5 0,3 100,0 411 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douaia 59,6 11,9 0,9 25,1 2,0 0,4 1(30,0 566 Autres villes 55.2 18,8 2,7 21,1 2.1 0,2 100,0 918 Ensemble urbain 56,9 16,2 2,0 22,6 2,0 0,2 100,0 1484 Rural 54,3 23,3 3,1 15,6 3,2 0,4 100,0 2078 R~glon Yaoundd/Douaia 59,6 11,9 0,9 25,1 2,0 0,4 100.0 566 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 60,4 19,5 4,0 13,0 2,7 0,4 I00.0 1240 Centre/Sud/Est 50,9 24,1 1,3 21,2 2,4 0,2 100.0 661 OuestÆittorai 48.2 22.6 2,2 23,4 3,2 0,5 I00.0 569 Nord-Ouest/Sud-Ouest 52,4 24.1 3,7 15,9 3,7 0,2 100,0 526 Niveau d'Instruction Aucun 55,2 19,7 4,5 15,6 4.5 0,6 100,0 1508 Primaire 55,2 25,3 2,3 15,5 1,5 0,2 100,0 1174 Secondaire ou plus 56,0 14,7 0,1 27,7 1,4 0,2 100,0 880 Méthode contraceptive utllls6e Pilule 80,9 3,4 0,0 15,7 0,0 0,0 100,0 47 DIU 82,5 4,9 0,0 12,5 0,0 0,0 100,0 11 Stérilisation 70,2 9,6 3,2 11,2 5,9 0,0 100,0 41 Continence périodique 64,8 4,0 0,0 31,0 0,1 0,1 100,0 407 Autres 46,6 20,3 3,8 24,7 4,5 0,0 100,0 249 Ensemble des fanunes 55,4 20,3 2,7 18,5 2,7 0,4 I00,0 3562 75 moins fréquemment actives que les autres. Cependant, il faut souligner ici que près de la moitié des femmes qui ne se sont pas déclarées en union (46,3%) ont dit avoir eu des rapports sexuels dans les quatre semaines ayant précédé l'enquête; le fait qu'une proportion aussi importante de femmes non en union soient sexuellement actives confirme l'hypothèse déjà avancée qu'au Cameroun l'union n'est pas le cadre exclusif de l'activité sexuelle. Du point de vue du milieu et de la région de résidence, seules les femmes de Yaoundé/Douala et celles de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord semblent avoir eu une activité sexuelle légèrement plus importante que les autres femmes durant les quatre semaines ayant précédé l'enquete. L'utilisation actuelle de la contraception apparait comme étant un critère déterminant de l'activité sexuelle: en effet, les femmes actuellement utilisatrices, en particulier celles pratiquant des méthodes modernes, sont celles qui ont été les plus sexueUement actives dans les quatre semaines ayant précédé l'enquSte, et celles ayant le moins pratiqué l'abstinence post-partum. Tableau 5.10 Fréquence des rapports sexuels Répartition (en %) des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels par nombre de rapports durant les quatre semaines ayant prée&lé l'enqu&e, et par nombre de rapports habituels par mois selon l'åge, ED$ Cameroun 1991 LES 4 DERNIERES SEMAINES Nombre de rapports sexuels Groupe Effectif d'åges 0 1-4 5 et + NI) Total de femmes 15-19 45,6 38,1 15,8 0,6 100,0 629 20-24 46,5 36,0 17,4 0,0 100,0 759 25-29 42,2 38,0 19,8 0,0 100,0 617 30-34 44,4 35,3 20,3 0,0 100,0 562 35-39 38,8 45,2 15,6 0,4 100,0 418 40-44 42,4 46,9 10,7 0,0 100,0 332 45-49 53,7 34,8 11,5 0,0 100,0 244 Ensemble des femmes 44,5 38,6 16,8 0,2 100,0 3562 HABITUELLEMENT EN 4 SEMAINES Nombre de rapports sexuels Groupe Effectif d'åges 0 1-4 5 et + ND Total de fenunes 15-19 1,7 61,0 36,3 1,0 100,0 629 20-24 0,4 49,0 50,2 0,5 100,0 759 25-29 0,3 41,8 57,6 0,3 100,0 617 30-34 0,5 46,6 52,3 0,6 100,0 562 35-39 0,8 48,9 48,5 1,8 100,0 418 40-44 3,8 47,8 48,0 0,4 100,0 332 45-49 5,0 54,6 40,1 0,3 100,0 244 Ensemble des femmes 1,3 49,7 48,3 0,7 100,0 3562 Au Tableau 5.10 figurent la fréquence des rapports sexuels par ~lge durant les quatre semaines ayant précédé l'enquête ainsi que la fréquence des rapports habituels. En ce qui concerne l'activité sexuelle la plus récente, un tiers des femmes sexuellement actives (16,8% per rapport å 55,4%) ont eu plus de cinq fois des rapports dans les quatre demières semaines. Du point de vue de l'åge de la femme, les fréquences ne présentent que de faibles variations, si ce n'est pour les femmes les plus agées (40 ans et plus) qui ont des 76 rapports sexuels moins fréquents que les femmes plus jeunes. Habituellement, la très grande majorité des femmes se sont déclarées sexuellement actives: seulement 1,3 pour cent des enqu~tées ont déclar6 ne pas avoir, habituellement, de rapports. Il s'agit principalement de femmes de plus de 40 ans. Par ailleurs, la fréquence habituelle des rappotts sexuels est beaucoup plus élevée que celle observée durant la période la plus récente puisqu'ici près d'une femme sur deux (48,3%) a déclar6 avoir, habituellement, des rapports sexuels cinq fois ou plus en quatre semaines. 5.4 EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Après la naissance d'un enfant, l'exposition au risque de grossesse dépend de différents facteurs tels que la longueur de l'intervalle séparant la naissance de l'enfant et le retour de l'ovulation (aménorrhée post- partum), et la longueur de l'intervalle pendant lequel la femme s'abstient de rapports sexuels (abstinence post- partum). La durée de l'aménorrhée post-partum peut elle-m~me varier en fonction de la fréquence et de l'intensité de l'allaitement au sein. La combinaison de ces facteurs, examinés successivement dans cette section, permet d'identifier les femmes non-susceptibles d'~tre exposé, es au risque de grossesse et d'évaluer la durée de non-susceptibilité. Une femme est considérée non-susceptible d'etre exposée au risque de grossesse quand elle n'a pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance (elle ne peut pas tomber enceinte), ou quand elle est en aménorrhée post-partum, ce qui signifie que ses risques de tomber enceinte sont minimes si elle reprend ses relations sexuelles sans couverture contraceptive. La non-susceptibilité se définit comme la période pendant laquelle une femme n'est pratiquement pas soumise au risque de grossesse par suite d'aménorrhée et/ou d'abstinence post-partum. Les données contenues dans le Tableau 5.11 concernent les naissances des trois demières années dont les mères sont encore en aménorrhée, en abstinence post-partum et donc non-susceptibles d'etre exposées au risque de grossesse, selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance. Cette distribution de la proportion de naissances selon le mois écoulé depuis la naissance est analogue ~ la série des survivants (Sx) d'une table de mortalité. Figurent également au Tableau 5.11 les durées médiane et moyenne de l'aménorrhée, de l'abstinence et de la non-susceptibilité, ainsi que la moyenne "prévaience/incidence. "1 Au Cameroun, près de trois femmes sur quatre (72,1%) restent en aménorrhée pour au moins 5 mois, et environ une femme sur deux (48,8%) pour au moins 11 mois. Au-delå de 19 mois, la proportion de femmes dont les règles n'ont pas encore repris n'atteint pas 20 pour cent. La durée médiane de l'aménorrhée post-partum est de 10,4 mois, et sa valeur moyenne se situe à 12,4 mois. La durée, l'intensité et la fr6quence de l'allaitement qui agissent sur le retour de l'ovulation expliquent, en partie, ces durées relativement longues, bien que l'on constate par ailleurs que la dutée médiane de l'aménorrhée (10,4 mois) est inférieure de près de 40 pour cent à celle de l'allaitement (estimée ~ 17,4 mois au Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel). Traditionnellement, l'abstinence post-partum est largement pratiquée au Cameroun. D'après certaines coutumes, la femme ne doit pas avoir de rapports sexuels pendant que l'enfant est allaité parce que le sperme empoisonnerait le lait. Le Tableau 5.11 indique que plus de la moitié des femmes (51,2%) n'ont pas encore repris les relations sexuelles 13 mois après la naissance de leur dernier enfant, et que près d'un quart des femmes (24,4%) s'abstiennent de rapports sexuels pour au moins 23 mois après la naissance de leur enfant. Les durées moyenne et médiane de l'abstinence post-partum sont respectivement de 14,6 mois et 13,3 mois. La reprise des relations sexueUes a donc lieu assez tard après l'accouchement. On peut de ce fait penser que l'abstinence post-partum contribue pour une part non-négligeable å l'espacement des naissances. l La moyenne "prévalence/incidence" est calculée, pour l'aménorrhée par exemple, en divisant le nombre d'enfants dont les mères sont encore en aménorrhée au moment de l'enqu&e (prévalence) par le nombre moyen de naissances par mois (incidence), estim6 à partir des naissances d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et d'erreurs possibles de période de référence. 77 Tableau 5.11 Aménorrhée~ abstinance et non-suseeptibilit6 post-partum Pourcentage de naissances dont les mères sont en aménorrhée, en abstinence et en période de non-susceptibilité post-partum, par nombre de mois écoulés depuis la naissance, et durées médianes et moyennes, EDS Cameroun 1991 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrhée Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances < 2 99,2 98,2 100,0 105 2-3 89,2 91,8 98,7 123 4-5 72,1 77,1 89,6 104 6-7 67,5 75,4 88,4 129 8-9 60,0 58,7 77,4 134 10-11 48,8 61,1 72,1 119 12-13 39,2 51,2 66,0 104 14-15 34,3 48,8 58,0 106 16-17 19,0 33,0 43,0 131 18-19 22,8 34,8 43.2 106 20-21 16,2 18,5 26,7 133 22-23 18,5 24,4 29,5 114 24-25 5,1 10,0 11,2 107 26-27 1,6 9,1 9,1 83 28-29 2,8 5,8 7.2 92 30-31 1,9 7,2 8,2 137 32-33 6,7 7,0 12,8 138 34-35 1,8 3,7 4,8 117 Ensemble 33,9 39,9 47.3 Médiane 10,4 13,3 16,0 Moyenne 12,4 14,6 17,2 Prév alence/incidance 12.0 14,1 16,8 2080 Le Tableau 5.11 fournit également la proportion de naissances dont les mères sont consid6rées comme non-susceptibles d'Stre exposées au risque de grossesse selon le nombre de mois écoulés depuis la naissance du dernier enfant. En absence d'allaltement et/ou d'abstinence post-partum, la période de non- susceptibilité peut varier d'un mois ~t plus de deux ans. Un peu plus de trois femmes sur quatre (77,4%) sont en période de non-susceptibilité pour au moins 9 mois après la naissance d'un enfant, et ce n'est qu'après une période de 15 mois que cette proportion passe en-dessous de 50 pour cent. La durée médiane de la période de non-susceptibilité est de 16,0 mois et sa moyenne s'établit ~t 17,2 mois. Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques (Tableau 5.12), on constate tout d'abord que les durées d'aménorrbée, d'abstinence et de non-susceptibilité ne présentent que très peu de variations selon l'åge de la femme. Par contre, ces différentes durées varient de façon importante selon le milieu et la région de résidence, et le niveau d'instruction. La durée médiane d'aménorrhée est beaucoup plus courte chez les femmes urbalnes (6,5 mois) que chez celles vivant en milieu rural (13,3 mois): les écarts importants dans les durées d'aUaitement (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel) en sont certainement la cause. Du point de vue de l'abstinence post-partum, la durée médiane passe de 6,0 mois à Yaoundé/Douala à 12,0 mois dans les "autres villes" et 14,6 mois en milieu rural. Compte tenu des écarts observés dans les durées d'aménorrhée et d'abstinence, la période de non-susceptibilité présente également de fortes variations: sa durée médiane passe 78 Tableau 5.12 Durée médiane de la non-suscepfibilit6 post-partum Dur&s médianes (en mois) d'aménorrhée, d'abstinence, et de non-susceptibilité post-partum, par caract&istiques socio-démographiqnes, EDS Carnoroun 1991 Nombre de Effectif mois depuis Aménorrh6e Abstinence Non-susceptibilité de la naissance post-partum post-partum post-partum naissances Groupe d'~iges < 30 ans 10,0 13,2 15,4 1373 30 ans et + 11,6 13,4 16,8 708 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 5,6 6,0 10,5 275 Autres villes 7,0 12.0 13,4 538 Ensemble urbain 6,5 9,9 12,3 813 Rural 13,3 14.6 18,2 1267 Région Yaonodé/Douaia 5,6 6,0 10,5 275 Adamaoua/Nord/Ext.-Nurd 13,5 12,7 16,7 806 Centre/Sud/Est 9,7 12,8 14,9 385 OuestÆitmral 8,3 15,8 16,6 317 Nord-Ouest/Sud-Ouest 12,0 17,2 17,9 297 Niveau d'Instruction Aucun 14,4 13,5 18,1 866 Primaire 10,2 14,4 16,3 767 Secondaire ou plus 6,1 6,9 11,3 447 Ensemble des femmes 10,4 13,3 16,0 2080 de 10,5 mois à Yaoundé/Douala à 13,4 mois dans les "autres villes" et à un peu plus de 1 an et demi (18,2 mois) en milieu rural. Au niveau régional, c'est dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord (13,3 mois) et le Centre/Sud/Est (12,0 mois) que les durées médianes d'aménorrhée sont les plus longues; par contre, c'est dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest (17,2 mois) et dans l'Ouest/Littoral (15,8 mois) que l'abstinence post-partum dure le plus longtemps. Ainsi, la période de non-susceptibilité varie de 14,9 mois dans le Centre/SudÆst à 17,9 mois dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest. S'agissant du niveau d'instruction des femmes, la durée d'aménorrhée est d'autant plus courte que le niveau d'instruction est élevé, de mSme que pour la durée de l'allaitement (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel). Par ailleurs, les duré.es médianes d'abstinence sont beaucoup plus longues chez les femmes sans instruction (I 3,5 mois) et chez celles ayant un niveau d'instruction primaire ( 14,4 mois) que chez les femmes des niveaux secondaire et supérieur (6,9 mois). Conséquence des écarts de durée constatés pour l'aménorrbée et l'abstinence, la période de non-susceptibilité varie de 18,1 mois chez les femmes sans instruction, à 16,3 mois chez celles ayant un niveau d'instruction primaire et å 11,3 mois chez les femmes les plus instruites. Le Tableau 5.13 présente trois indicateurs rendant compte de la fin d'exposition au risque de grossesse pour les femmes de 30 ans et plus. Le premier indicateur est la proportion de femmes en ménopause, à savoir la proportion de femmes actuellement en union qui ne sont ni enceintes ni en aménorrhée post-partum, mais qui n'ont pas eu de règles pendant au moins six mois avant l'enquSte ou qui se sont 79 déclarées en ménopause. Sur l'ensemble des femmes de 30-49 ans, 6,3 pour cent sont considérées comme étant en ménopause. Comme attendu, cette proportion augmente rapidement avec l'age: elle est de 1,3 pour cent å 30-34 ans, puis entre 35 et 47 ans, elle est d'environ 10 pour cent; à 48-49 ans, 23,2 pour cent des femmes sont en ménopause. Le second indicateur présenté concerne l'infécondabilité définitive: une femme en union de façon permanente pendant les cinq ans ayant précédé l'enqu~te, qui n'a pas utilisé la contraception, qui n'a pas eu de naissance pendant les cinq demières arm6es et qui n'est pas enceinte, est considérée classée dans cette catégorie. L'infécondabilité définitive concerne une forte proportion de femmes de 30-49 ans (40,5 %): comme pour la ménopause, les proportions augmentent rapidement avec l'/lge, passant de 22,3 pour cent à 30-34 ans à 63,6 pour cent ~ 42-43 ans et ~ 89,2 pour cent à 48-49 ans. Il faut souligner ici le haut niveau d'infécondabilité définitive chez les femmes les plus jeunes (22,3% à 30-34 ans) qui est certainement à mettre en relation avec le haut niveau de stérilité primaire observé au Cameroun (voir Chapitre 3 - Fécondité). Le dernier indicateur concerne l'abstinence prolongée: il s'agit simplement de la proportion de femmes actuellement mari~es qui n'ont pas eu de rapports sexuels pendant les trois années ayant précédé l'enquête. Ces proportions sont faibles, sauf peut-être chez les femmes les plus ~lgées (46-49 ans) qui sont plus de 10 pour cent à ne pas avoir eu de rapports sexuels depuis trois ans. Tableau 5.13 Fin d'exposition au risque de grossesse Pourcentage de femmes de 30-49 ans actuellement en union qui sont en ménopause, en infécondabilité déf'mitive et en abstinence de longue durée par âge, EDS Cameroun 1991 Groupe Infécondabilité Abstinence d'åges Ménopause I définitive 2 prolongée 3 30-34 1,3 22,3 1,2 35-39 2,1 24,3 2,7 40-41 11,3 40,1 3,8 42-43 10,3 63,6 3,2 44-45 9,7 76,6 7,5 46-47 9,6 84,3 10,4 48-49 23,2 89,2 15,9 Femmes de 30-49 ans 6,3 40,5 3,8 1Pourcentage de femmes actuellement en union, ni enceintes, ni en aménorrhé¢ post-partum dont les demi&es règles ont eu lieu 6 mois ou plus avant ranqut;te ou qui se sont déclarées en ménopause; 2Pourcentage de femmes continuellement en union, qui n'ont pas utilisé la contraception, qui n'ont pas eu de naissance durant les cinq années précédant l'enquéte et qui ne sont pas enceintes; 3Pourcentage de femmes actuellement en union qui n'ont pas eu de rapports sexuels durant les ta'ois années pr&édant l'anquéte, 80 CHAPITRE 6 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Ce chapitre sur les préférences en matière de fécondité a pour objectif d'évaluer les tendances à venir de la fécondité au Cameroun, ainsi que les besoins futurs en matière de contraception. Lors de l'enqu~te, les questions posées à ce sujet aux femmes en union permettent d'aborder le problème à travers les points suivants: le désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires, le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant, le nombre total d'enfants désirés, et les avantages et inconvénients d'avoir beaucoup d'enfants. Il faut préciser que les questions sur les attitudes envers la procréation sont généralement assez délicates å poser: de ce fait, l'interprétation des données relatives à ce thème a toujours été un sujet de controverse, en particulier dans des pays comme le Cameroun où la prévalence contraceptive est relativement faible et oi~ les pressions sociales influencent encore largement les décisions en matière de reproduction. En fait, ces données sont obtenues à partir d'un échantillon de femmes de différents ages et vivant des moments différents de leur histoire de fécondité. Pour les femmes en début de mariage, les réponses sont certainement liées à des objectifs à moyen ou à long terme dont la stabilité et la valeur prédictive sont incertaines. Pour les femmes en fin de vie féconde, les réponses sont inévitablement influencées par leur passé. Toutefois, il est reconnu que méme dans les pays en développement, lorsque les femmes oto peu d'instruction ou qu'elles sont anaiphabètes, elles sont en mesure de donner des rdponses quantitatives pouvant avoir une valeur pratique ~ des questions sur les préfærences en matière de fécondité, pourvu qu'on arrive à formuler ces questions de façon appropriée. 6.1 DESIR D 'ENFANTS SUPPLEMENTAIRES Le désird'avoirou non des enfants (supplémentaires) dans l'avenir dépend généralement du nombre d'enfants actuellement en vie. D'après le Tableau 6.1, seulement 12,4 pour cent des femmes ne désirent plus d'enfants et, comme on pouvait s'y attendre, ce pourcentage augmente selon le nombre d'enfants survivants: il passe de 0,2 pour cent chez les femmes qui n'ont pas encore d'enfant à 35,5 pour cent chez celles qui en ont 6 ou plus. Ces femmes ne désirant plus d'enfants ont, en principe, atteint leur descendance souhaitée. Elles devraient, par conséquent, recourir à la contraception pour éviter des grossesses non-désir~es. Les nullipares, par contre, se distinguent par leur très forte proportion à souhaiter avoir un enfant: 64,0 pour cent d'entre elles désirent un enfant dans les deux années à venir, 11,5 pour cent le souhaitent après deux ans, et 14,7 pour cent désirent avoir un enfant, sans savoir à quel moment précis. Au fur et if mesure que la parité augmente, les proportions de femmes désirant un enfant diminuent, de m~me que les proportions de celles le souhaitant dans un proche avenir. De 45,7 pour cent des femmes de parité 1 souhaitant avoir un autre enfant dans les deux ans, on passe ~ 9,8 pour cent chez celles de parité 6 ou plus. Par ailleurs les proportions de femmes indécises quant an désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires sont faibles: seulement 4,5 pour cent de l'ensemble des femmes en union interrogées n'ont pas su se prononcer. Cependant cette proportion de femmes indécises augmente avec la parité: elle passe de 2,1 pour cent chez celles ayant I enfant à 6,8 pour cent chez les femmes ayant 6 enfants ou plus. 81 Tableau 6.1 Préférences an matii~re de fécondité selon 10 nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des femmes actuellement en union par leur désir d'anfants suppl6mentaires, selon le nombre d'anfants vivants, EDS Cameroun 1991 Nombre d'enfants vivants I Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 et + feanmes Veut un autre bient6t z 64,0 45,7 32,3 30,7 27,0 19,6 9,8 31,7 Veut un autre plus tard 3 11,5 43,6 43,7 47,0 39,8 36,7 22,3 34,7 Veut un autre, NSP quand 14,7 4,6 7,7 4,9 6,4 3,5 5,1 6,6 Indécise 2,3 2, l 3,3 3,3 6.2 7,7 6,8 4,5 Ne veut plus d'enfant 0,2 1,1 4,0 7,4 10.9 20,8 35,5 12,4 St6rilisée 0,0 0,3 0,5 0,1 0,8 0,6 4,5 1,2 S'est d~clar6e stérile 7,3 2,7 8,4 6,6 8,8 11,1 15,9 8,9 Non détemtiné 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif des femmes 349 478 440 381 346 304 571 2868 iy compris la grossesse actuelle ;tVeut tut antre dans les deux ans SVeut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Un rapprochement avec les résultats de I'ENF indique que la proportion de femmes ne désirant plus d'enfants a fortement augmenté en treize ans, passant de 3,2 pour cent en 1978 à 12,4 pour cent en 1991. Cependant, la population cible n'étant pas exactement la mSme å I'ENF et à I'EDSC, ~ il faut interpr6ter ce changement avec quelques r6serves. En ce qui concerne le désir d'enfants selon l'/~ge, il ressort du Tableau 6.2 et du Graphique 6.1 que les proportions de femmes qui ne désirent plus d'enfants augmentent régulièrement avec l'fige, passant de 1,2 pour cent à 15-19 ans à un maximum de 27,1 pour cent à 35-39 ans. Au-delà de ce groupe d'ages, on observe une baisse des proportion de femmes qui désirent s'en tenir à leur descendance actuelle, les proportions passant de 27,1 pour cent à 35-39 ans à 20,0 pour cent å 45-49 ans; cette baisse s'explique en fait par l'augmentation importante, à partir de 35 ans, des proportions de femmes se déclarant inf6condes. Dans le cadre de I'ENF, le désir d'enfants suppl6m¢ntaires concerne les femmes en union et fertiles, alors qu'à I'EDSC il s'agit simplement des femmes en union. 82 Tableau 6.2 Préférences en matière de fécondité selon l'åge • * . * . . i . . ,A Repar tVaon (en %) des femmes actueUement en umon par leur destr d enfants supplemantatres, selon 1 age, EDS Camaroun 1991 Age de la femme Ensemble Désir des d'enfknts 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 femmes Veut un antre bient6t ~ 36,5 34,3 31,9 34,5 33,8 23,3 16,1 31,7 Veut un autre plus tard 2 49,6 52,0 43,7 36,3 14,5 9,0 2,7 34,7 Veut un autre, NSP quand 8,5 6,9 6,9 5,9 6,0 4,1 6,8 6,6 Indécise 3,7 2,4 6,8 4,8 6,1 3,4 3,6 4,5 Ne veut plus d'enfant 1,2 4,2 7,5 13,9 27,1 26,0 20,0 12,4 Stérilisée 0,0 0,0 0,0 0,7 1,4 6,9 3,0 1,2 S'est déclarée stérile 0,6 0,2 3,0 3,9 11,0 27,3 47,7 8,9 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif des femmes 377 597 538 488 383 281 205 2868 1Veut un aul~e enfant dans les deux ans 2Veut espacer la prochaine naissance de deux ans ou plus Pourcentage lOO 8O 60 4O 20 0 1519 20-24 Graphique 6.1 Désir d'enfants supplémentaires des femmes en union, selon J'âge 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Age de la femme(ans) []Stérilisée [St6riJe [ ] Indècise []Veut NSP quand []Veut dans les 2 ans ~~Jveut Après 2 ans lNe veut plus EDSC 1991 83 Les donn6es du Tableau 6.3 sur la répartition des femmes en union qui ne veulent plus d'enfants (y compris les femmes stérilisées), selon le nombre d'enfants vivants et selon certaines caractéristiques socio- démographiques, montrent que le d6sir de limiter le nombre d'enfants varie avec le milieu et la région de résidence ainsi qu' avec le nive au d'instruction de la femme. Par milieu de résidence, la proportion de femmes ne souhaitant plus avoir d'enfants est de 16,0 pour cent en milieu urbain contre 12,1 pour cent en milieu rural; de façon inattendue, à Yaound6/Douala cette proportion est légèrement inférieure (15,7%) à celle des "autres villes" (16,2%). Ceci peut s'expliquer par le fait que, dans les deux grandes villes, la population f~minine a une structure plus jeune composée de femmes dont la plupart n'ont pas encore atteint la descendance souhaitée. En ce qui conceme le niveau d'instruction, les différenceg sont très nettes entre les femmes sans instruction (12,2%) et celles de niveau primaire (15,6 pour cent). Parmi les femmes ayant un niveau secondaire ou supérieur, 13,6 pour cent manifestent le désir de limiter les naissances. Ce pourcentage plus faible que celui enregistré parmi les femmes ayant un niveau d'instruction primaire peut s'expliquer, comme dans le cas de Yaoundé/Douala, par le fait que les femmes les plus instmites sont en majorité de jeunes femmes n'ayant pas encore atteint une parité élevée. Les femmes de l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord sont celles qui ont le moins exprimé le souhait de limiter leurs naissances: 8,0 pour cent seulement contre plus de 16 pour cent dans les autres régions. Meme quand elles ont d6jà six enfants ou plus, seulement une femme sur quatre de l'Adamaoua/Nord/ExlrEme-Nord Tableau 6.3 Désir de limiter les naissances Pourcentage de femmes actuellement en union ne voulant plus d'enfant par caractéristiques socio-d6mographiques selon le nombre d'enfants déjà nés, EDS Cameroun 1991 Nombre d'enfants vivants 1 Caractéristique 0 1 2 3 4 5 Ensemble des 6 et + femmes Milieu de résldence Yaound6/Douala 0,0 2,1 3,4 10,0 23,1 34,9 49,9 15,7 Aulxes villes 0,9 0.7 2,6 7,9 17.1 28,2 46,0 16,2 Ensemble urbain 0,6 1.3 2,9 8,6 19.2 29,9 47,2 16,0 Rural 0,0 1.4 5,4 6,8 6.7 16,1 36,2 12,1 Région Yaoundé/Douala 0,0 2.1 3,4 10,0 2.3.1 34,9 49,9 15,7 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 0,5 1,0 1,2 6,9 4,8 15,5 25,1 8,0 Centre/Sud/Est 0,0 0,0 11,9 9.2 18,6 31,6 54,7 19.0 Ouest/Littoral 0,0 1,8 4.3 5.7 15,3 26,2 47.3 17,6 Nord-Ouest/Sud-Ouest 0,0 2,6 3,8 7.0 7,7 13,9 43.7 16,8 Niveau d'Instruction Aucun 0.5 1,8 1,4 8,2 3,7 15,2 35,7 12,2 Primaire 0,0 0,0 5,9 6,6 17,4 22,6 43,7 15,6 Secondaire ou plus 0,0 2,5 8,3 7,4 22,3 43,6 53,7 13,6 Ensemble des femmes 0,2 1,3 4.5 7,5 11,6 21,4 40,0 13,6 Note: Les femmes stérilisées sont considérées comme ne voulant plus d'enfant. ty compris la grossesse actuelle 84 (25,1%) ne veut plus d'enfants. Par contre, chez les femmes de cette parité, les proportions de celles voulant limiter le nombre de leurs enfants atteint 49,9 pour cent à Yaoundé/Douala, 54,7 pour cent dans le Centre/Sud/Est, 47,3 pour cent dans l'Ouest/Littoral et 43,7 pour cent dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest. 6.2 BESOINS EN MATIERE DE PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Les femmes actuellement en union qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfants (elles souhaitent limiter leurs naissances) ou qui ont déclaré vouloir aoEendre deux ans ou plus avant la naissance de l'enfant suivant (elles souhaitent espacer leurs naissances), sont considér~es comme ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception. 2 Les femmes ayant des besoins insatisfaits et celles utilisant actuellement la contraception constituent la demande totale en planification familiale. Le Tableau 6.4 donne des estimations des besoins non-satisfaits et non-satisfaits en matière de contraception selon certaines caractéristiques socio-ddmographiques. Bien que le niveau d'utilisation actuelle de la contraception soit faible chez les femmes en union (16,1%), il n'en reste pas moins que la demande potentielle est relativement importante, elle concerne 22,0 pour cent des femmes, parmi lesquelles un peu plus de la moitié ( 12,4% par rapport a 22,0%) souhaiteraient utiliser la contraception comme moyen d'espacement de naissances et les autres (9,6% par rapport à 22,0%) dans un but de limitation des naissances. Si les femmes réalisaient leurs désirs, c'est-à-dire si toutes les femmes ayant besoin des services de planification familiale utilisaient actuellement la contraception, la prévalence contraceptive pourrait atteindre 38 pour cent. C'est chez les femmes les plus jeunes (15-19 ans) que les besoins non-satisfaits sont les moins fréquents (15,1%) alors que l'utilisation actuelle est la plus élevée (18,4%): leur demande totale qui est la moins forte (33,4%) est satisfaite à 54,9 pour cent. On observe sensiblement la m~me tendance pour toutes les femmes de moins de 30 ans. Par contre, la tendance s'inverse chez les femmes plus/lgées. C'est à 35-39 ans que les besoins non-satisfaits en matière de contraception sont les plus fr~quents (29,4%), et que la demande potentielle totale, satisfaite qu'å 36,7 pour cent, est la plus élevée (46,5%). S'agissant du milieu de résidence, les résultats obtenus montrent que les besoins non-satisfaits et surtout la demande potentielle totale sont beaucoup plus élevés en milieu urbain qu'en milieu rural. Les proportions de besoins non-satisfaits sont de 20,9 pour cent en milieu rural contre 23,7 pour cent en milieu urbain, et la demande totale varie de 31,4 pour cent en milieu rural/142,3 pour cent dans les "autres villes" et à 60,6 pour cent à Yaoundé/Douaia. Au niveau régional, les proportions des femmes susceptibles d'utiliser la contraception sont élevées dans le Centre/Sud/Est (27,2%), dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest (24,5%) et dans l'OuestÆittoral (23,6%). A l'opposé, c'est dans l'Adamaoua/NordÆxtrSme-Nord, où les proportions de femmes souhaitant limiter leurs naissances sont les plus faibles, que les besoins non-satisfaits (18,3%) et la demande potentielle totale (23,8%) sont également les moins importants. En ce qui concerne le niveau d'instruction, les femmes du niveau d'instruction primaire ont des besoins non-satisfaits en contraception plus élevés (25,8%) que celles sans instruction (20,4%), mais aussi que les femmes des niveaux secondaire et supérieur (19,4%). Par contre, la demande potentielle totale augmente de façon importante avec le niveau d'instruction, passant de 25,3 pour cent chez les femmes sans instruction à 62,1 pour cent chez celles de niveaux secondaire et supérieur. 2 Le calcul exact des besoins non-satisfaits est expfiqué en note du Tableau 6.4. 85 Tableau 6.4 Besoins en matière de planification familiale Pourcentage de femmes actuellement en union ayant des besoins non-satisfaits en matière de planification familiale, pourcentage de celles dont les besoins sont satisfaits et pourcentages de demande potentielle totale de services de planification familiale par earaetéristiques socio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Besoins en planning familial non- satisfaits I pour: Besoins en plannin 8 farmliulsa~faim (atilisa6on aetuelle)2pour: Demande potentielle totale en I?lannin8 fan~al'pour: Caractcá'istique Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Espacer Limiter Total Poureeotage de demande salS.s faite Groupe d'~tses 15-19 13,3 l,S 15,1 17,7 0,6 18,4 31,0 2,4 33,4 54,9 20-24 20,3 1,6 21,9 16,1 1,0 17,0 36,4 2,5 38,9 43,8 25-29 13,6 4,7 18,3 14,2 3,0 17,2 27,9 7,7 35,5 48,5 30-34 13,5 7,3 20,8 9,1 4,5 13,6 22,6 11,8 34,4 39,4 35-39 8,3 21,2 29,4 6,8 10,3 17,1 15,0 31,5 46,5 36,7 40-44 3,3 23,0 26,3 2,1 15,0 17,0 5,4 38,0 43,4 39,3 45-49 1,4 25,8 27,3 0,3 8,3 8,6 1,8 34,1 35,9 24,0 Milieu de r£,sldouce Yaound6/Douala 14,2 7,8 22,0 27,2 11,4 38,6 41,4 19,1 60,6 63,7 Autres villes 14,3 10,4 24,7 11,8 5,8 17,6 26,1 16.2 42,3 41,6 Ensemble urbain 14,3 9,5 23,7 17,2 7,8 24,9 31,5 17,2 48,7 51,2 Rural 11,2 9,7 20,9 7,2 3,3 10,5 18,4 13,0 31,4 33,6 Région Yaound6/Do~a 14,2 7,8 22,0 27,2 11,4 38,6 41,4 19,1 60,6 63,7 Ad amaoua/Nord/Ex t.-Nord 8,8 9,5 18,3 4,5 1,0 5,5 13,3 10,5 23,S 23,1 Cenoe/SudÆst 15,9 11,3 27,2 11,8 6,1 17,9 27,7 17,4 45,1 39,7 Ouest/Litturui 13,5 10,2 23,6 15,3 7,8 23,2 28,8 18,0 46,8 49,5 Nord-Ouest/Sud-Ouest 15,6 8,9 24,5 8,8 6,4 15,3 24,4 15,3 39,8 38,4 Niveau d'lnstructlou Aucun 8,9 11,5 20,4 2,7 2,3 5,0 11,5 13,8 25,3 19,6 Primaire 16,4 9,3 25,8 10,5 6,4 16,9 27,0 15,7 42,6 39,6 Secondaire ou plus 14,1 5,2 19,4 33,1 9,7 42,S 47,2 14,9 62,1 68,8 Ensemble des femmes 12,4 9,6 22,0 11,0 5,0 16,1 23,4 14,6 38,0 42,2 ILes besoins non-satisfaits pour espacer concernent les femmes enceintes dont la greesesse ne s'est pas produite au moment voulu, les femmes en aménorrh6e dont la dernière naissance ne s'est pas produite au moment voulu, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en am~aorrh6e, qui n'utilisent pas de r~thode contraceptive et qui ont d6clar6 vouloir attendre deux mas ou plus avant leur prochaine naissance. Les besoins non-satisfaitspour limiter concernent les femmes enceintes dont la grossesse n'6tsit pas voulue, les femmes en aménorrhée dont la durrå~m naissance n'était pas voulue, et les femmes qui ne sont ni enceintes ni en am~norrhée, qui n'utilisent pas de o~thode contraceptive et qui ont d6clar6 ne plus vouloir d'enfant. Sont 6galement exclues les femmes qui sont en m~nopause ou en p~rlode d'inft¢oudabilit6, selon les définitlons données au Tableau 5.13. 2L'utilisation pour espacer concerne les femmes qui utilisent actuellement une méthode contracepdvc et qui ont d6clar6 vouloir attendre deux ans ou plus avant leur prochaine naissance. L' utilisation pour limiter concerne les femmes qui utilisent actuellement une m6thode con~acept~ve et qui ont déclaré ne plus vouloir d'enfant. 3Besoins non-sadsfaits et utilisation actuelle 6.3 NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESlRES Une autre manière d'aborder le sujet des préférences des femmes en matière de f6condit~ est de s'int6resser au nombre total d'enfants désir6s. Ainsi, pour saisir la taille idéale de la famille, on a pos6 à toutes les femmes enqu~tées l'une des deux questions suivantes: Aux femmes sans enfant: "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants à avoir dans toute votre vie, combien voudriez-vous en avoir en tout?" 86 Aux femmes ayant des enfants: "Si vous pouviez recommencer/l partir de l'époque où vous n'aviez pas d'enfants, et si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants å avoir dans toute votre vie, combien auriez-vons voulu avoir au total?" Il faut reconnaitre que ces questions peuvent etre embarrassantes, en particulier pour les femmes ayant d6ja des enfants, parce que l'enquSt6e doit se prononcer sur le nombre d'enfants qu'elle souhaiterait avoir, dans l'absolu, indépendamment du nombre d'enfants qu'elle a déjå. Or il est difficile pour une femme, et particulièrement dans le contexte socio-culturel camerounais, de déclarer un nombre id6al d'enfants inférieur à sa parité r6elle, ce qui pourrait expliquer, en partie, la proportion non n6gligeable de femmes ayant donné des réponses non-num6riques (9,9%) et surtout chez les femmes ayant 6 enfants ou plus (18,0%). D'après le Tableau 6.5, les femmes camemunalses restent très attach6es à la famille nombreuse: en moyenne, le nombre idéal d'enfants est de 6,8 et il atteint 7,3 si on se fimite aux seules femmes en union. Cependant on observe une baisse non négligeable de ce nombre idéal d'enfants par rapport/t celui trouvé lors de I'ENF. En effet, d'apr6s cette enquête, le nombre idéal était de 8 enfants en moyenne pour l'ensemble des femmes: de 1978 ~ 1991, le nombre idéal a donc balss6 de 15 pour cent. Tableau 6.5 Nombre id6al d'enfants Répartition (en %) de l'ensemble des femmes par nombre idéal d'enfents et nombre idéal moyen d'enfents pour l'ensemble des femmes et pour celles actuellement en union selon le nombre d'enfants vivants, EDS Cameroun 1991 Nombre Nombre d'enfents vivants I Ensemble idéal des d'enfents 0 1 2 3 4 5 6 et + femmes 0 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0.2 0,0 1 0,6 0,2 0,6 0,I 0,0 0,0 0.0 0,3 2 3,8 2.7 2.6 2.1 1.9 2.0 1.6 2.6 3 10,9 10,4 5,3 4,8 3,4 3,7 3,3 6,8 4 19,6 17,7 15,6 12,4 10,4 6,4 7,8 14,0 5 24,8 20,5 22,4 21,2 8,8 10,6 8,9 18,0 6 et + 32,3 43,1 47,0 50,7 63,4 64.6 60,3 48,4 R~ponses non-numériques Total Effectif de femmes 8,1 5,6 6,6 8,7 12,1 12.5 18,0 9,9 100,0 I00,0 100,0 I00,0 100,0 I00,0 I00,0 100,0 958 643 506 424 384 336 620 3871 Nombre idéal moyen 5,7 6,3 6,7 7,2 7,6 7,7 8,3 6,8 Effectif de femmes 880 607 473 387 337 294 509 3488 Nombre moyen pour les femmes en union 6,6 6,7 6,8 7,5 7,6 7,8 8,3 7,3 Effectif de femmes en union 308 450 412 345 305 273 461 2553 Note: Les moyennes sont calcul~es en excluent les femmes ayant donné des réponses non-num&iques, iy compris la grossesse actuelle 87 Il y a une association entre la mille actuelle et la taille idéale de la famille qui passe de 5,7 chez les femmes sans enfant à 8,3 chez celles qui ont 6 enfants ou plus. Quel que soit le nombre d'enfants survivants, pour 89 pour cent de l'ensemble des femmes ayant donné une r6ponse numérique, le nombre idéal d'enfants est d'au moins 4, et, pour plus de 50 pour cent, le nombre idéal est de 6 enfants et plus. Le Tableau 6.6 donne le nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes selon l'fige actuel et certaines caractéristiques socio-démographiques. De façon g6n6rale, la taille idéale moyenne diminue des femmes les plus [lg6es (8,5 enfants à 45-49 ans) aux femmes les plus jeunes (5,9 enfants a 15-19 ans). Tableau 6.6 Nombre idéal d'enfants par caract6ristiques socio-d6mographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des femmes par åge et par caracoEfistiques socio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Age actuel Tou~ Caractéristique 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45~-9 åges Milieu de r~'sldence Yaoundé/Douala 4,2 4,7 4,9 5,1 5,8 6.4 5,5 4,9 Autres villes 5,4 6,3 6,8 7,3 7,1 7,7 8,1 6.6 Ensemble urbain 4,9 5,6 5,9 6,4 6,6 7.3 7,4 5,9 Rural 6,6 6.7 7,4 8.4 8,0 8.8 9,0 7.5 R~glon Yaoundé/Douala 4,2 4,7 4,9 5,1 5,8 6,4 5,5 4,9 Adamaoua/Nord/Ext.-Nurd 8,3 8,3 8,8 9,6 8.8 10,3 9,6 8,9 Centre/SudÆst 5,0 5,3 5,5 6,0 6,4 6,2 7,2 5,6 Ouest/Littoral 5,2 5,7 6,2 7,0 6,5 8,1 9,2 6,2 Nord-Ouest/Sud-Ouest 5.5 5,4 6,4 6,9 7,7 8,2 8,9 6,4 Niveau d'Instruction Aucun 8,0 8,4 8,8 9,5 8,5 9,6 8,9 8,8 Primaire 6,0 6,0 6.2 6,8 6,6 6.7 7,3 6,3 Secondaire ou plus 4,6 4,8 4,9 4,6 5,7 5,0 6,6 4,8 Ensemble des femmes 5,9 6.2 6.7 7.5 7,5 8.3 8,5 6,8 Par milieu de résidence, les femmes des zones urbaines semblent avoir pour idéal une famille moins nombreuse que celles des zones rurales: l'écart absolu observ6 est de 1,6 enfants entre ces deux milieux. A Yaoundé/Douala, le nombre moyen est de 4,9 enfants seulement. Par région, les femmes du Centre/Sud/Est sont celles qui d6sirent le moins d'enfants (5,6), alors que celles de l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord, où la connaissance et la pratique de la contraception sont les plus faibles, désirent le plus d'enfants (8,9). Enfin, les différences selon le niveau d'instruction sont très marquées: pour les femmes sans instruction, le nombre idéal est de 8,8 enfants, contre 6,3 pour les femmes de niveau d'instruction primaire et 4,8 enfants seulement pour celles de niveaux secondaire et supérieur, soit 4 enfants de moins que pour les femmes sans instruction. 88 6.4 PLANIF ICAT ION DE LA FECONDITE La population du Cameroun qui est essentiellement pro-nataliste a connu ces demières années une croissance continue et accélérée. Inversement, la situation économique du pays n'a cessé de se dégrader au cours de la meme période entrainant toutes les conséquences connues de l'inadé.quation entre les besoins et les ressources disponibles. Face à cette situation, le gouvernement a opté pour une solution souple, notamment une maîtrise de la procrdation au sein des familles, tendant à faire éviter les grossesses non- ddsirdes. Lors de I'EDSC, on a posd aux femmes des questions permettant de mesurer le degrd de réussite des couples dans le contr01e de leur fécondité. Ces questions, relatives å chaque enfant né au cours des cinq demières années et à la grossesse actuelle (s'il y en a une), ont pour objectif de déterminer si, lorsque la femme s'est tmuvée enceinte, elle souhaitait etm enceinte å ce moment-là, plus tard, ou s'il s'agissait d'une grossesse non désirée. De telles questions exigent de la femme un effort de concentration pour se souvenir avec exactitude de ses ddsirs à un ou plusieurs moments précis des cinq dernièms années. En outre, il existe un risque de rationalisation dans la mesure où, souvent, une grossesse non désirde peut devenir par la suite un enfant auquel on s'est attaché. D'après les résultats du Tableau 6.7, huit grossesses sur dix (79,0%) ayant abouti å des naissances vivantes étaient désirdes. Par contre, 16,0 pour cent des grossesses étaient désirdes mais les femmes les auraient souhaitdes plus tard, et 4,8 pour cent seulement n'étaient pas du tout désirées. Les naissances de rang 2 et 3 semblent mieux planifiées que les naissances de rang 1 et de rangs 4 ou plus. En Tableau 6.7 Planification de la fécondité Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant pré.céd6 l'enquète par type de planification selon le rang de naissance et râge de la mère à la naissance, EDS Camemun 1991 Statut de la naissance: Rang de Effectif naissance et Voulue Voulue Non- des åge de la mère au moment plus tard désirée Total 1 naissances Rang de nalssanee I 73,0 22,7 4,3 I00,0 735 2 83,0 14,6 2,3 I00,0 637 3 83,7 14.4 1.8 100.0 554 4 et + 78,7 14.5 6.7 100.0 1960 Age de la mère < 20 75.5 19,9 4.5 100.0 857 20-24 81.5 16,9 1.6 100.0 1073 25-29 79.9 17,3 2.6 100.0 886 30-34 81.9 12.4 5,7 100,0 614 35-39 74,7 9.2 16.1 100.0 330 40-44 73.6 8.1 18.3 100.0 111 45-49 82.7 13,8 3.5 100.0 15 Ensemble 79,0 16,0 4,8 100,0 3887 Note: Le rang de naissanoe inclut la grossesse actuelle. Iy compris les non-déclarés 89 effet, les naissances de rang 2 sont désir~es a 83,0 pour cent et celles de rang 3 à 83,7 pour cent, contre 73,0 pour cent pour les naissances de rang 1 et 78,7 pour cent pour celles des rangs 4 ou plus. Par rapport å l'age de la mère, c'est chez les femmes ayant eu leurs enfants entre 20 et 34 ans que les naissances sont les mieux planifié.es: environ 80 pour cent de ces naissances étaient souhaltées au moment où elles ont eu lieu. A l'inverse, c'est chez les femmes qui ont eu des enfants très jeunes (avant 20 ans) et chez celles qui les ont eu ~ des åges élevés (35-44 ans) que les naissances sont le moins bien planifiées. Parmi les femmes ayant eu des grossesses avant 20 ans, près d'un cinquième (19,9%) auraient souhaité les avoir plus tard, par contre, parmi les femmes ayant eu des grossesses tardives, une proportion élevée (plus de 16%) ne souhaitaient plus avoir du tout d'enfants au moment on elles étalent enceintes. Le Tableau 6.8 et le Graphique 6.2 pré- sentent une comparaison entre l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) et l'indice synthétique de fécondité actuelle (ISF). Le calcul de I'ISFD est analogue au calcul de I'ISF, mis à part que les naissances considérées comme non désir~es sont éliminées du numérateur. Si toutes les naissances non désirées étaient évitées, I'ISF des femmes camerounalses serait de 5,2 enfants au lieu de 5,8 enfants, soit 10 pour cent plus faible. Quelles que soient leurs caractéristiques, les femmes désirent toujours moins d'enfants qu'elles n'en ont. Du point de vue du milieu de résidence et du niveau Tableau 6.8 Taux de fécondité d&irée Indice synthétique de fécondité d~sir(~e et indice synthétique de fécondité pour les trois mm~es ayant précédé l'enquête, par caractéa'istiques socio-d&nographiques, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Indice synthétique Indice de f6eondité synthétique désirdc de fécondité Milieu de r~sldence Yaotmd6/Douala 3,48 4,41 Autres villes 5,14 5,64 Ensemble urbain 4,52 5,17 Rural 5,66 6,29 Région Yaoandé/Douala 3,48 4,41 Adamaoua/NordÆxt.-Nurd 6,00 6,38 Cantre/SudÆst 5,01 6,28 Ouest/Littoral 5,24 5,96 Nurd-Ouest/Sud-Ouest 5,45 5,68 Niveau d'instruction Aucun 5,89 6,20 Primaire 5,40 6,44 Secondaire ou plus 3,64 4,54 Ensemble des femmes 5,17 5,82 Note: Les indices sont basés sur les naissances des femmes de 15-49 arts durant la période 1-36 mois précédant l'enquête. L'ISF est le mCme que celui présenté au Tableau 3.2. d'instruction, comme pour la fécondité actuelle, les indices synthétiques de fécondité désirde sont les plus faibles à Yaoundé/Douala (3,5 enfants) et parmi les femmes ayant une instruction secondaire ou supérieure (3,6 enfants): dans ces deux cas, ainsi que pour les femmes ayant un niveau d'instruction primaire, la fécondité désirde est de près d'un enfant inférieure ~ la fécondité actuelle. Au point de vue régional, c'est dans le Centre/Sud/Est que la fécondité désirée est la plus faible, I'ISFD (5,0 enfants) étant inférieur de 1,3 enfants à I'ISF (6,3 enfants). 90 Graphique 6.2 Indice synthétique de fécondité et indice synthétique de fécondité désirée RESIDENCE Yaound~/Douala Autres villes Rural REGION Ad/Nord/Exl -Nord . Centre/Sud/Est . Ouest/Littoral o»»: .» : .>: .>: N O/S .O .:~.~« :~.:::.:::: iNSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup 1 2 3 4 5 6 Nombre enfants / femme EDSC 1991 6.5 PERCEPT ION DE LA VALEUR DES ENFANTS Dans sa diversité socio-culturelle, le Cameroun reste un pays de tradition, å forte population rurale, généralement favorable à une descendance nombreuse. C'est dans ce contexte qu'au cours de I'EDSC on a cherché ~t connaltre la façon dont les femmes perçoivent la valeur des enfants, ou plus précisément les avantages et les inconvénients qu'elles accordent au fait d'avoir beaucoup d'enfants. Les résultats présentés au Tableau 6.9 et au Graphique 6.3 font apparaftre que, dans l'ensemble, les avantages les plus couramment évoqués par les femmes concernent l'aide dans le trav ail (cité par 49,9% des femmes), suivi par le soutien dans la vieillesse (31,4%) et par l'assistance et l'aide financière (26,5%). La majorité des femmes interview~es ont donc cité, avant tout, des avantages d'ordre économique: ils ont été mentionnés en première position par 58,9 pour cent des femmes. Quant aux avantages d'ordre socio-culturel tels que la postérité ou le patmnyme (cité par 15,6% des femmes), la fierté ou l'affirmation de soi (11,3%), le statut social (7,3%) et les obligations religieuses ou sociales (1,5%), ils sont de loin moins importants que les avantages économiques. Concernant les désavantages d'avoir beaucoup d'enfants, les cofits et frais financiers sont le plus souvent cités (47,4%), suivis des inconvénients relatifs à l'éducation des enfants, à savoir les probl~rnes d'encadrement (44,1%) et de discipline (18,0%). La peur de la maladie et de la mort constitue également un autre désavantage important cité par 22,4 pour cent des femmes eamerounalses, et mentionné en tant que premier désavantage dans 8,9 pour cent des cas. 91 Tableau 6.9 Avantages et ddsaventages d'avoir beaucoup d'unfents Pourcentage de femmes ayant cité au moins une fois chacun des avantages (ou désavantages) sl~ifiques, et répartition (en %) des femmes par avantages (ou désavantages) spécifiques cités en première, deuxième et troisième position. EDS Cameroun 1991 Pourcentage Pourcentage aymt cité en: de femmes Catégorie ayent cit6 1 ~" 2 eme 3 eme AVANTAGES Ordre économique Aide dans le travail 49,9 35,5 19,5 14,7 Assistance/aide fmanci&e 26,5 10,3 22,6 14,3 Soutien dans la vieillesse 31,4 13,1 23,0 23,2 Ordre psychologique Affection/compagnie 18,2 7,2 13,0 16,3 Ordre soclo-culturel Obligations religieuses/sociaies 1,5 0,6 0,8 2,3 Fierté/Affirmation de soi 11,3 5,3 7,1 8,4 Statut social 7,3 2,4 5,5 7,9 Postérité/Patronyme 15,6 8,5 8,0 11,3 Divers Survie d'enfants 1,4 1,0 0,4 0,8 Autres 0,7 0,4 0,3 0,6 5,2 0,0 0,0 10,6 0,0 0,0 1130,0 I00,0 100,0 3871 2254 826 NSP, ND 5,2 Aucun 10,6 Total Effectif 3871 DESAVANTAGES Ordre ~conomlque Co0t/Frais fmenciers 47,4 31,7 21,5 16,7 Ordre d'~ducaflon Problèmes d'encadrement 44,1 23,7 29,3 18,2 Problèmes de discipline 18,0 7,1 13,4 15,4 Maladie/mort des enfants 22,4 8,9 15,9 21,2 Divers Augmentation du travail 4,3 1,4 3,3 4,5 Contraintes pour les parents 6,6 2,0 5,0 7,9 Inquiétude dans l'avenir 10,0 2,9 8,3 11,0 Problèmes dans le couple 4,2 1,6 2,9 4,4 SantéÆatigu¢ de la mère 0,2 0,1 0,1 0,4 Autres 1,4 1,2 0,3 0,2 NSP, ND 1,5 1,5 0,0 0,0 Aucun 17,8 17,8 0,0 0,0 Total 100,0 100,0 1(30,0 Effectif 3871 3871 2164 856 92 Graphique 6.3 Perception de la valeur des enfants par les femmes de 15-49 ans Eoonomique 59% Socio-oulturet 17% Economique 32% =a"ca[]on 31% Avantages Jn11% ;h- ique 7% Autres Maladie/ Mort 9% . . . . . . 118% Désavantages Note: Selon le 1er avantage et le 1er d@savantage cit@s E DSC 1991 Dans le but de savoir ce que représente, pour les femmes, une famille nombreuse, on leur a posé la question suivante: "Selon vous, à partir de combien d'enfants peut-on considérer qu'une femme a beaucoup d'enfants?" On leur a ensuite demandé: "Et vous, prdîérez-vous beaucoup d'enfants ou peu d'enfants?" Ces deux questions s'adressaient à toutes les femmes de l'échantillon quel que soit leur état matrimonial. 11 ressort du Tableau 6.10 que, pour les femmes interrogées, la taille moyenne d'une famille nombreuse est de 9 enfants et que quatre femmes sur dix prdfèrent une famille de cette taille. Ces deux indicateurs sont sensibles aux variables socio-démographiques retenues. Du point de vue de la mille de la famille nombreuse, comme du point de vue des proportions de femmes prdfdrant une famille nombreuse, les écarts observds, d'une part, entre le milieu urbain et le milieu rural, et d'autre part, entre les femmes ayant de l'instruction et celles sans instruction, donnent une indication précieuse sur les transitions sociales en cours induites par ces facteurs de modemisme. S'agissant, par exemple, du niveau d'instruction, les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supdrieure considèrent 7,1 enfants comme une taille de famille nombreuse, tandis que pour les femmes sans instruction cette taille est de 10,4 enfants; en outre, seulement 21,6 pour cent des femmes les plus instruites prdfèrent une famille nombreuse, contre 53,9 pour cent des femmes sans instruction. 93 Tableau 6.10 Perception de la famille nombreuse Nombre moyen d'enfants considéré comme "beaucoup" pour l'ensemble des femmes et pourcentage de l'ensemble des fenunes voulant "beaucoup" d'enfants par caractéristiques socio-démographiques, EDS Camemun 1991 Caractéristique Nombre Pourcentage moyen de femmes considéré voulant Effectif comme "bcav~oup" de "beaucoup" d'enfants femmes Milieu de r~sldence 6.7 27.2 627 Yaoundé/Douala 9.0 37.8 998 Aulxes villes 8,1 33,7 1625 Ensemble urbain 9,6 43,6 2247 Rural Région Yaoundd/Douala 6,7 27,2 627 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 10.4 52,5 1313 Centre/SudÆst 8,3 35,1 713 Ouest/Littural 8,6 40,5 639 Nord-Ouest/Sud-Ouest 9,5 27.1 580 Niveau d'instruction Aucun 10.4 53,9 1557 Primaire 8.8 36,2 1288 Secondaire ou plus 7,1 21,6 1026 Ensemble des femmes 9,0 39,4 3871 94 CHAPITRE 7 SANTE DE LA MERE ET DE L'ENFANT Un des objectifs les plus importants de I'EDSC est de fournir des informations sur la santé de la mère et de l'enfant. A partir des données collectées pour toutes les naissances vivantes qui se sont produites durant les cinq années ayant précédé l'enquête, ce chapitre présente les résultats concernant les soins prénatals, les conditions d'accouchement et les caractéristiques des nouveaux-ri~s, la couverture vaccinale, et enfin la prévaience et le traitement des principales maladies des enfants, en particulier les infections respiratoires, la fièvre et la diarrhée. Ces résultats sont de première importance pour l'identification des populations les plus vulnérables et pour l'évaluation et la planification des politiques et des programmes de santé. L'alimentation des enfants et leur état nutritionnel, évalué à partir des mesures anthropométtiques, seront présentés au Chapitre 8 (Allaitement, nutrition et état nutritionnel). 7.1 SOINS PRENATALS ET ACCOUCHEMENT 7.1.1 Soins prénatals Le Tableau 7.1 présente la répartition en pour cent des naissances vivantes des cinq années ayant précædé l'enquête par type de soins prénatals reçus pendant la grossesse, selon certaines camctéristiques socio-démographiques des mères. Durant l'enquete, on a enregistré toutes les catégories de personnes consultées par la mère pendant la grossesse mais, dans le Tableau 7.1, on n'a retenu que la personne la plus qualifiée lorsque plusieurs personnes avaient été consultées. Pour plus des trois quarts des naissances (78,8%), les soins prénatals ont été dispensés par un professionnel de la santé, qu'il s'agisse d'un médecin, d'une sage- femme ou infirmière, ou d'une aide-soignante: pour la majorité des naissances (59,2%), les mères ont consulté une sage-femme ou une infirmière. Dans très peu de cas (0,2%) seule une accoucheuse traditionnelle a ~té consultée, et pour une naissance sur cinq (20,9%), les mères n'ont consulté personne au sujet de leur grossesse. Les consultations prénatales auprès de professionnels de la santé sont très légèrement plus fréquentes pour les naissances survenant chez les femmes les plus jeunes (78,4% à moins de 20 ans et 79,7% à 20-34 ans), que pour les naissances survenant chez les femmes plus ~tgées (74,0% à 35 ans et plus). On observe par ailleurs que la proportion de naissances pour lesquelles la mère a été en consultation diminue selon le rang de naissance: la mère a reçu des soins prénatals auprès de professionnels de la santé pour 86,3 pour cent des naissances de rang 1, contre 81,6 pour cent pour les naissances de rangs 2-3, 78,3 pour cent pour les naissances de rangs 4-5 et 70,7 pour cent pour les naissances de rang 6 et plus. De m~me les consultations prénatales auprès de médecins sont plus fréquentes pour les naissances de premiers rangs qui sont, peut-Stre, considérées par les mères comme comportant plus de risques, et qui sont aussi certes survenant chez les femmes les plus jeunes. C'est surtout du point de vue de la résidence et du niveau d'instruction que les proportions de femmes qui vont en consultation prénatale varient de façon importante (Tableau 7.1). Si la presque totalité des naissances de Yaoundé/Douala (99,3%) donnent lieu à des consultations prénatales, les mères ne reçoivent des soins prénatals auprès de professionnels de la santé que pour 70,5 pour cent des naissances du milieu rural. Le manque d'accessibilité des centres de santé en milieu rural et le fait que les femmes rurales accordent, peut-Erre, moins d'importance aux soins prénatals peuvent expliquer, du moins en partie, ces différences. De plus, le niveau de "qualification" du personnel consulté diffère largement selon le milieu de résidence: dans plus d'un cas sur quatre à Yaoundé/Douala (28,7%) et dans près d'un cas sur cinq dans les "autres villes" (18,2 %), les médecins ont été consultés, alors qu'en milieu rural, les consultations auprès d'un 95 Tableau 7.1 Soins prénatals Répartition (en %) des naissances survenues au cours des cinq années ayant préc&~ l'enquête, par type de visite prénatale durant la grossesse, selon certaines caraetéristiques socio-démographiqu¢s, EDS Cameroun 1991 Acoeu- Infumi&e/ Aide- Ensemble cheuse Effectif Sage- soig- pensonnel tradi- Pense/me/ de Caractéfistique Médecin femme nante m~dical tinnnelle Autres ND Total naissances Age de la m~re/I la n æl~gNee < 20 11,4 61,0 6,0 78,4 0,5 0,2 20,9 100,0 790 20-34 15.8 59,4 4,5 79,7 0,2 0,1 20,1 100,0 2272 35 et + 10,6 54,2 9,2 74,0 0,0 0,0 26,0 100,0 394 Rang de nalsssance I 15,3 65,5 5,4 86,3 0.6 0,2 12,9 100,0 645 2-3 17,0 59,8 4,7 81,6 0.1 0,0 18,2 100,0 1079 4-5 13,6 60,6 4,1 78,3 0,3 0,0 21,4 100,0 799 6 + 10,7 52,9 7,1 70,7 0,0 0,1 29,2 100,0 933 Milieu de r~sldenee Yaound6/Douala 28,7 70,4 0,2 99,3 0,0 0,0 0,7 100.0 465 Autres villes 18,2 64,5 5,0 87,7 0,0 0,0 12,3 100,0 886 Ensemble urbain 21,8 66,5 3,4 91,7 0,0 0,0 8,3 100,0 1352 Rural 9,4 54,5 6,6 70,5 0,4 0,1 29,0 100,0 2104 R6glon Yaoundé/Douala 28,7 70,4 0,2 99,3 0.0 0,0 0,7 100,0 465 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 8,0 42,5 2,8 53,2 0,3 0,0 46,5 100.0 1319 Centre/Sud/Est 12,5 68,7 8,2 89,4 0,4 0,2 10,0 100,0 626 Ouest/låttoral 24,2 67,1 1,3 92,5 0,2 0,0 7,2 100.0 534 Nord-Ouest/Sud-Ouest 8,9 72.1 17,5 98,6 0,0 0,3 1,2 100.0 510 Niveau d'Instruction Aucun 6,6 44,8 5,3 56,7 0,4 0,0 43,0 100,0 1480 Primaire 15,1 72.0 6,7 93,8 0,2 0,2 5,8 100,0 1274 Secondaire ou plus 28,7 66,3 3,0 98,0 0.0 0,0 2,0 100,0 702 Ensemble des femmes 14.2 59.2 5,4 78.8 0,2 0,1 20,9 100,0 3456 Note : Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqugte. Si diff6rentes personnes ~at 6t6 eonsultées, seule la plus qualifiée a 6t6 prise en compte dans ce tableau. médecin n'ont lieu que pour 9,4 pour cent des naissances. La concentration des médecins dans les zones urbaines est certainement une des raisons expliquant ces écarts. Du point de vue régional, la presque totalité des naissances du Nord-Ouest/Sud-Ouest et neuf naissances sur dix du Centre/Sud/Est et de l'Ouest/Littoral donnent lieu à des consultations prénatales; par contre les mères ne reçoivent des soins prénatals que pour une naissance sur deux (53,2%) dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. Curieusement, les médecins sont aussi peu consultés dans Nord-Ouest/Sud-Ouest que dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord (respectivement 8,9% et 8,0%) alors qu'ils sont consultés pour un quart des naissances dans l'Ouest/Littoml. Pour 43 pour cent des naissances issues de femmes sans instruction, celles-ci n'ont eu aucune consultation prénatale contre seulement 5,8 pour cent pour les femmes ayant un niveau d'instruction primaire et 2,0 pour cent pour les femmes ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur. De mgme, le niveau de "qualification" du personnel consulté augmente avec le niveau d'instruction: un peu plus d'un quart des naissances de femmes des niveaux secondaire ou supérieur (28,7%) ont donné lieu à une consultation auprès d'un médecin, contre 15,1 pour cent des naissances de femmes ayant une instruction primaire et seulement 6,6 pour cent des naissances de femmes sans instruction. 96 Les soins prénatals sont d'autant plus efficaces qu'ils interviennent à un stade précoce de la grossesse et se poursuivent de façon régulière jusqu'à l'accouchement. Le Graphique 7.1 présente les résultats concemant les visites prénatales effectuées par les femmes enceintes. Pour près de la moitié des naissances (49,2%), les mères ont effectué 4 visites ou plus pendant la grossesse, ce qui correspond aux recommandations de l'OMS selon lesquelles les mères devraient effectuer au moins quatre visites prénatales. Cependant, pour plus d'un quart des naissances (26,3 %), les mères n'effectuent qu'un nombre limité de trois visites ou moins. Pour 64,0 pour cent de l'ensemble des naissances, c'est-à-dire pour 81 pour cent des naissances pour lesquelles les mères ont reçu des soins prénatals, celles-ci ont effectué leur première consultation à moins de 6 mois de grossesse (Graphique 7.1). La durée médiane de grossesse å la première visite est de 4,3 mois. Ainsi, les femmes qui ont recours aux visites prénatales le font relativement tSt au cours de leur grossesse, ce qui permet un diagnostic précoce concernant des problèmes liés à cette grossesse et donc aide le personnel médical à prendre les mesures appropriées pour dispenser les soins à la mère. Cependant, après la première visite, le suivi de la grossesse devient irrégulier puisque le nombre médian de visites est de 4,7 et les avantages procurés par des visites précoces s'en trouvent ainsi limités. Graphique 7,1 Visites prénatales et durée de grossesse à la première visite 2-3 V~s]tes 23,% 1 Visite 3% 4+ Visites 49% Visites prénatales :une 21,% ND 4% inférieur & 6 mois 64,% Aucune visite 21% 8+ Mois 1,% ~~~~~~~~~~~~'- L~" 6-7 Mois 14% Mois de grossesse à la première visFte EDSC 1991 Au Tableau 7.2 figurent les résultats concernant la vaccination antitétanique des mères pour toutes les naissances survenues durant les cinq années ayant précédé l'enquête. Les injections antitétaniques faites pendant la grossesse ont pour but la prévention du tétanos néonatal, qui est une des principales causes de décès des nouveaux-nés dans de nombreux pays en développement (voir Chapitre 10- Causes de décès). Pour une protection complète, une femme enceinte devrait recevoir deux doses de vaccin, cependant, si elle a déjà ~té vaccinée durant une grossesse précédente, une seule dose peut suffire pour la grossesse suivante. Près de sept naissances sur dix (69,3%) ont été protégées par une ou deux doses reçues par les mères durant la 97 Tableau 7.2 Vaccination antitétanique Répartition (en %) des naissances smwenues au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, par nombre d'injections antitétaniques reçues par la mère pendant la grossesse et pourcentages de naissances pour lesquelles les femmes ont un carnet prénatal, selon certaines earaet£aSstiques socio-d~nographiques, EDS Camaroun 1991 Nombre d'injections antitétaniques Pourcentage ayant un Effectif NSP/ carnet de CaraeoEristique 0 1 2 et + ND Total prénatal nalssanoes Age de la mère ~, la naissance Moins de 20 27,9 23,0 48,4 0,6 100,0 19,6 790 20-34 29,5 21,9 47,4 1,2 100,0 20,9 2272 35 et plus 33.3 18,4 45.9 2.4 100.0 14.0 394 Rang de naissance 1 23.3 20.7 55.1 0.8 100.0 21.7 645 2-3 24.8 24,4 49.6 1.1 100.0 20.8 1079 4-5 32.3 22.9 44.0 0.8 100.0 20.9 799 6+ 37.0 18.4 42.8 1.8 100.0 16.6 933 Milieu de r~sldence Yaoundé/Douala 13,9 25.8 59,9 0,5 1130,0 24,1 465 Autres villes 18.8 22.6 56.9 1.7 1(30.0 30.5 886 Ensemble oebain 17.1 23.7 57.9 1.2 100.0 28.3 1352 Rural 37.5 20.5 40.8 1,2 100.0 14.4 2104 Réglon Yaoundé/Douala 13,9 25,8 59,9 0,5 100,0 24.1 465 Ad./NordÆxt.-Nord 49,9 16,3 32,9 1,0 100,0 18,3 1319 Cenue/Sud/Est 26,3 20,6 52,3 0,8 I00,0 18,8 626 Ouest/Littoral 13.2 25.8 60.0 1.0 100.0 27.4 534 Nord-Ouest/Sud-Ouest 12.4 29,5 55.0 3.0 100.0 13.4 510 Niveau d'instruction Aucun 48.9 16.6 33,3 1,2 100.0 14.6 1480 Primaire 16.1 26.4 56.1 1.4 100.0 23.3 1274 Secondaire ou plus 13.0 24.1 62.0 0.9 100.0 24,7 702 Ensemble 29.6 21.8 47.5 1.2 100.0 19.8 3456 grossesse. Ce sont les naissances issues des mères les plus jeunes qui sont les mieux protégées: pour 71,4 pour cent des naissances issues de femmes de moins de vingt ans, la mère a reçu une ou deux doses de vaccin pendant sa grossesse contre 64,3 pour cent pour les naissances issues de mères/lgées de 35 ans et plus. De m~me, les naissances de premier rang (qui sont aussi celles des mères les plus jeunes) sont mieux protégé.es que celles de rangs élevés: 74 pour cent et plus pour les naissances de rang 1 à 3 contre 61,2 pour cent pour les naissances de rang 6 et plus. De m~me, des différences importantes apparaissent selon le milieu de résidence (85,7% de couverture vaccinale à Yaoundé/Douala, contre 79,5% dans les "autres villes" et 61,3% dans le milieu rural), et selon la région o0 la couverture varie de 49,2 pour cent seulement dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord à 85,8 pour cent dans l'Ouest/Littoral. En ce qui conceme le niveau d'instruction de la mère, de très grands écarts apparaissent, comme pour les consultations prénatales: pour 86,1 pour cent des naissances issues de femmes de niveau secondaire ou supérieur, la mère a reçu, au moins, une dose de vaccin antitétanique, contre seulement 49,9 pour cent lorsque la mère est sans instruction. Malgré les proportions relativement élevées de femmes ayant fait, au moins, une visite prénatale auprès de professionnels de la santé (pour 78,8% des naissances), et de femmes ayant reçu au moins une vaccination antitétanique (pour 69,3% des naissances), les mères ne possèdent un carnet prénatal que pour 19,8 pour cent des naissances. Pourtant, le carnet prénatal dans lequel sont consignés les visites prénatales, 98 les caractéristiques de l'accouchement et le suivi de l'enfant fournit un aperçu complet de la santé de la mère et de l'enfant. Les naissances pour lesquelles les mères possèdent un carnet prénatal sont celles des femmes les plus instruites, de celles du milieu urbain, ainsi que les naissances de premier rang. Cependant, quelles que soient les caractéristiques des naissances, la possession d'un carnet n'atteint pas 30 pour cent. 7.1.2 Accouchement La majorité des naissances des cinq années ayant pr6c6d6 l'enquête (62,5%) ont eu lieu dans un établissement sanitaire, en particulier dans les maternités (20,3 %) et dans les h0pitaux publics (17,3 %) et 36,4 pour cent des naissances ont lieu à la maison (Tableau 7.3 et Graphique 7.2). Les femmes qui sont al l~s en consultation prénatale sont celles qui accouchent le plus souvent dans les établissements sanitaires et, en particulier, celles qui ont effectué quatre visites pr6natales et plus: 84,4 pour cent de leurs naissances ont lieu dans les services de santé. Bien que l'ãge de la mære ne semble pas ~U'e un facteur déterminant du lieu de l'accouchement, le rang de naissance semble, par contre, jouer un rOle essentiel: les naissances de premier Tableau 7.3 Lieu de l'accouchement Réparfifion (en %) des naissances surv¢nues au cours des cinq ann6es ayant préeédé l'anqu$t¢ par lieu d'accouchement, selon certaines caractéristiques socio-démographiqnes, EDS Cameroun 1991 Etablissemant sanitaire Centre Etablis. Effectif A la Hôpital de sant6 de soins de Caractéristique maison Matemité public public priv6 Autres Total naissanoes Age de la mère à la naissance < 20 38,0 20,1 16,0 13,2 11,3 1,4 100,0 790 20-34 35,6 20,4 18,3 12,1 12,8 0,9 100,0 2272 35 et + 37,5 20,0 14.2 11.9 13,5 2,8 100,0 394 Rang de nalsssance 1 27,3 23,4 19,3 14,5 14.2 1,4 100,0 645 2-3 32,8 21,3 19,5 11,7 13,7 1,0 100,0 1079 4-5 38,0 18,4 16,9 14,2 12.0 0,6 100,0 799 6 + 45,3 18,6 13,8 9,9 10,6 1.8 100,0 933 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 4,3 38.6 28,6 7,5 20,2 0,8 100,0 465 Autres villes 24,0 31.5 22,1 6,5 15,3 0,6 100,0 886 Ensemble urbain 17,2 34,0 24,3 6,8 17.0 0,7 100,0 1352 Rural 48,7 11,5 12,8 15,8 9,7 1,6 100,0 2104 R~glon Yaoundé/Douala 4,3 38,6 28,6 7,5 20.2 0,8 100,0 465 Adamaoua/Nord/Ext.-Nurd 67,7 16.4 6.0 5,7 3,5 0,7 100,0 1319 Centre/Sud/Est 35,7 15,0 18,9 11,8 16,1 2,5 100.0 626 Ouest/Littorai 14,9 15,3 28.1 13,7 26,7 1,2 100,0 534 Nord-Ouest/Sud-Ouest 7,7 25,4 22,9 32,9 9,9 1.2 100.0 510 Niveau d'instruction Aucun 63,6 14,5 7,9 8,6 3,9 1,5 100,0 1480 Primaire 19,3 21,3 22,8 18,0 17,6 1,0 100.0 1274 Secondaire ou plus 9,8 30.7 27.3 9,8 21,6 0,9 100,0 702 Visites prénatales Aucune 92,7 1.3 1,9 1,3 0,9 1.8 100.0 723 1 à 3 35,2 18,8 18,4 14,5 12,0 1,1 100,0 911 4 + 14,6 28,6 23,2 14,7 17,9 0,9 100,0 1702 NSP, ND 13,6 27,3 18.9 27.0 10,6 2,6 100,0 120 Ensemble des naissances 36,4 20,3 17,3 12,3 12.6 1,2 100,0 3456 Note: Les dorïn6es concernent les naissances de la p6riode 1-59 mois précédant l'anquêt¢. 99 Graphique 7.2 Lieu d'accouchement et assistance pendant l'accouchement LIEU D'ACCOUCHEMENT Maternit6 H6pital public Cenlre sanl/a pub. Etablis priv~ Maison Autres I 0 10 20 30 40 Pourcentage ASSISTANCE 50 60 M(~decin Infirm/Sage-femme Aide-soignante Accouch tradtlion ~ J Parents/Autres Personne 0 20 40 60 80 100 Pourcentage I mYaound~/Douala mAutres villes ["]Rural EDSC 1991 ]00 rang ont lieu à 71,4 pour cent dans un service de santé, et cette proportion diminue avec le rang pour concerner seulement 52,9 pour cent des naissances de rang 6 et plus. Comme pour les visites prénatales, les mères qui atteignent des parités élevées, et qui sont aussi les plus agées, se rendent en plus faible proportion dans un centre de santé pour leur accouchement: peut-être se sentent-elles moins préoccupées par leur grossesse et leur accouchement que les jeunes femmes qui commencent leur vie féconde. Du point de vue du milieu et de la région de résidence, les 6carts constatés pour les visites prénatales et les vaccinations antitétaniques se retrouvent ici; 94,9 pour cent des naissances de Yaoundé/Douala ont lieu dans les services de santé, contre 75,4 pour cent des naissances du reste du milieu urbain et 49,8 pour cent de celles du milieu rural. Le manque d'infrastructures sanitaires ou leur éloignement expliquent certainement, en grande partie, ces différences. Du point de vue régional, si 91,1 pour cent des naissances du Nord- Ouest/Sud-Ouest ont lieu dans des services de santé, cela ne concerne que 31,6 pour cent des naissances de l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord: de tels ecarts ne trouvent certainement pas leur explication dans la seule accessibillté des services. Le niveau d'instruction de la femme joue un r01e prédominant dans le choix du lieu d'accouchement: les naissances des femmes les plus instruites se produisent, dans leur grande majorité, dans les services de santé (89,4%), alors que seulement un tiers des naissances des femmes sans instruction ont lieu ailleurs qu'à domicile. Tableau 7.4 Assistance lors de l'accouchement Répartition (en %) des naissances survenues an cours des cinq années ayant pr&éd6 l'enquête par type d'assistance lors de l'accouchement, selon certaines caraetéristiques socio-démographiques, EDS Cameroun 1991 At?g3Otl- Infirmü~~/ Aide Ensemble cheuse Effectif Sage- soi- personnel tradition- Patents/ de Caractéristique Médecin femme gnante médical nelle Autres Persorme Total naissances Age de la mère å la naissance < 20 7,1 49,3 5,8 62,2 10,8 24,8 2,2 100,0 790 20-34 6,6 53,2 5.1 64,9 11,6 19,6 3,8 100,0 2272 35 et + 4,4 49,6 7,0 61.0 13.9 19,0 6,1 100,0 394 Rang de naisssance 1 9,8 58,0 5,4 73,2 8,2 18,0 0,6 100,0 645 2-3 7,1 54,2 5,6 66,9 10,8 19,6 2,7 100,0 1079 4-5 5,5 53,1 4,8 63,5 11,0 21,9 3,6 100,0 799 6 + 4,3 43,9 5,9 54,1 15,8 22,8 7,2 100,0 933 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 16,3 77,1 2,9 96,3 1,3 1,9 0,5 100,0 465 Autres villes 7,5 64,9 4,4 76.7 5,7 13,5 4,1 100,0 886 Ensemble urbain 10,5 69.1 3.9 83,5 4,2 9,5 2,8 100.0 1352 Rural 3.9 40,9 6,5 51,2 16,5 27,9 4,3 100,0 2104 Région Yaoundé/Douala 16,3 77,1 2,9 96,3 1,3 1,9 0,5 I00,0 465 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 3,0 27,9 1,8 32,7 19,2 39,6 8,5 100,0 1319 Centre/Sud/Est 3,1 50,3 10,7 64,1 18,0 16,5 1,5 100,0 626 OuesoEiuoral 13,0 70,9 1,4 85,3 3,7 10,5 0,5 100,0 534 Nord-Ouest/Sud-Ouest 4.0 73.2 14,9 92,0 2,5 5.0 0.5 100,0 510 Niveau d'instruction Aucun 2.3 30,5 3,1 36,0 19,2 37,3 7,5 100.0 1480 Pfimaln: 6.8 66.3 8,4 81,5 7,4 9,9 1,2 100,0 1274 Secondaire ou plus 14,7 70,8 5,0 90,4 3.7 5,4 0,4 100,0 702 Visites prénatales Aucune 0.5 4,6 1.2 6,3 30,9 52.0 10,7 100,0 723 1 b.3 5.4 55,5 5.0 66.0 10,3 20,9 2.8 100,0 911 4 + 9.3 69,5 6,9 85,7 4,8 8,1 1,4 100,0 1702 NSP, ND 10.7 59,3 13,8 83,8 4,8 9,4 2,0 100,0 120 Ensemble des nalssanoes 6,5 51,9 5,5 63,8 11,7 20,7 3,7 100,0 3456 Note: Les données concernent les naissanoes de la l~riode 1-59 mois pxéc6dant l'~qu~e. Si diff(mmtes pvrmm~s ont assist6 l'accouchement, seule la plus qualifiée a été prise en compte dans ce tableau. 101 La majorité des naissances des cinq demières années ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical (63,8%), et essentiellement avec l'aide d'une infirmière ou sage-femme (51,9%) (Tableau 7.4 et Graphique 7.2). Un accouchement sur dix (11,7%) a eu lieu en présence d'une accoucheuse traditionnelle, un sur cinq (20,7%) avec l'aide de parents ou autres (amies) et pour 3,7 pour cent des naissances, la mère est seule pendant l'accouchement. Une grossesse eontrSlée par des visites prénatales aboutit, le plus souvent, à un accouchement assisté par du personnel médical, en particulier, lorsque les visites prénataies ont été nombreuses: 85,7 pour cent des naissances dont la mère a effectué quatre eonsultations prénatales ou plus, ont eu lieu avec l'assistance de personnel médical. A l'opposé, lorsque la mère n'est pas suivie pendant sa grossesse, ce sont ses parents ou autres (amies) qui l'aident lors de l'accouchement (52,0%), ou des accoucheuses traditionnelles (30,9%), voire personne (10,7%). Les tendances observées ici sont semblables å celles observées pour les visites prénatales et surtout à celles observé.es pour le lieu d'accouchement. L'assistance m&licale est particulièrement importante pour les naissances de premiers rangs (73,2% pour le rang 1), les naissances de YaoundUDouala (96,3%), celles du Nord- Ouest/Sud-Ouest (92,0%) et celles issues des femmes les plus instruites (90,4%). Ce sont également pour ces catégories de naissances que l'intervention du personnel le plus qualifié (médecin) est la plus fréquente. Par contre, l'assistance médicale pendant l'accouchement est faible lorsqu'll s'agit de naissances de rang élevé (54,1% pour les rangs 6 et plus), de naissances du milieu rural (51,2%), de celles de l'Adamaoua/Nord/Extr~me- Nord (32,7%) et de celles issues de femmes sans instruction (36,0%). Dans tous ces cas, lorsqu'il n'y a pas d'assistance médicale, ce sont surtout les parents et autres (amies) qui aident la femme lors de l'accouchement. Parmi les naissances des cinq années ayant précédé Tableau 7.5 Caract6ristiques de l'accouchement: eésarienne, prématudté T poids et taille à la naissmce R~pætition (en %) des naissances survennes au cours des cinq années ayant pr6cédé l'enquête, par nature de l'aeeouchemant (césarienne, prématurité), poids ~t la naissenee et mille ~ la naissance d'après l'opinion de la mère, EDS Caraaroun 1991 Caractéristique Pourcentage Accouchement par césarienne Oui 2,4 Non 97,2 NI) 0,4 Total 100,0 Pr~maturit~ Oui 2,1 Non 97,8 NSP/ND 0,1 Total lO0,O Poids ~ la nalsmnce < 2,5 Kg 3,0 2,5 - 3,5 27,1 3,5 et + 20,7 NSP/ND 49,1 Total 100,0 Taille å la naissance Plus gros que la moyenne 32,9 Moyen 52,0 Plus petit que la moyenne 12,3 Très petit 2,7 NSP/ND 0,1 Total I00,0 Effectif de naissances 3456 Note: Les données concernent les naissances de la période 1-59 mois précédant l'enqu&e. l'enqu&e, 2,4 pour cent seulement ont eu lieu par césarienne (Tableau 7.5). Les médecins qui sont les seuls à pratiquer ce genre d'opération, ont assisté 6,5 pour cent des naissances; dans un tiers des cas il s'agissait donc d'accouchements présentant des complications nécessitant une césarienne. Par ailleurs, la proportion de naissances pr~maturées, déclarées par les mères, est également faible (2,1%). D'après les carnets prénatals ou les déclarations de la mère, un peu plus de la moitié des enfants (50,9%) ont été pesés/~ la naissance; 6 pour cent d'entre eux étaient de très faible poids (moins de 2 500 grammes), 53 pour cent avaient un poids moyen (de 2 500 å moins de 3 500 grammes), et 41 pour cent étaient plut6t de gros bélMs (3 500 grammes et plus). A la question, très subjective, sur la taille de leur bébé ~t la naissance, 52,0 pour cent des femmes ont déclaré "moyen", elles ont déclaré "très gros ou plus gros que la moyenne" pour 39,9 pour cent des cas, et dans 15,0 pour cent seulement des cas, les mères ont déclar6 que leur enfant était "plus petit que la moyenne ou très petit." 102 7.2 VACCINATION Pour permettre une évaluation du PEV, I'EDSC a collecté des donn&s sur la couverture vaccinale pour tous les enfants nés dans les cinq annécs ayant pr~cèd6 l'enquête. Selon les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), suivies par le PEV au Cameroun, pour ~tre complètement vaccin~, un enfant doit recevoir le BCG (protection contre la tuberculose), le vaccin contre la rougeole et trois doses de polio et de DTCoq (contre la diphtérie, tétanos et coqueluche). L'OMS recommande que l'ensemble de ces vaccinations soient rcçues avant l'~ge de 1 an. Selon les recommandations de l'OMS (OMS 1991), les données surla vaccination ont ét6 collectèes de deux façons diffèrentes: elles ont été, soit copié.es ~ partir du carnet de vaccination produit par la mære, soit enregistré.es selon les déclarations de la mère. Une femme qui va en consultation prénatale reçoit, en principe, un carnet prènatai sur lequel sont reportès les rèsultats des visites prénatales, l'issue de l'accouchement, ainsi que le suivi et les vaccinations des enfants; si la mère ne dispose pas de ce carnet, l'enfant prèsent6 en consultation reçoit un carnet de vaccination où sont inscrits les diffèrentes vaccinations qu'il reçoit. Lorsque la mère disposait de tels documents, les cnquetrices recopiaient les informations qui y 6taient inscrites. Dans le cas où la mère ne disposait pas de tels documents (soit elle ne les avait jamais eus, soit ils n 'étaient pas disponibles au moment de l'enquête, soit elle les avait perdus), on lui demandait si son enfant avait reçu le BCG (caractèrisé par la cicatrice que laisse généraiement la vaccination), le vaccin contre la polio (y compris le nombre de doses), et celui contre la rougeole. Pour les enfants ne disposant pas d'enregistrement 6crit, on ne posait pas de question sur le DTCoq, mais cette vaccination étant normalement effectuèe en m~me temps que la polio, on suppose que la couverture est la m~me que celle de la polio. Que ce soit à partir des documcnts ou ~ partir des dèclarations de la mère, on a 6galement collccté des données sur la vaccination contre la fièvre jaune bien que la vaccination contre cette maladie ne fasse pas partie du PEV. Tableau 7.6 Vaccinations par sources d'information Pourcentage d'enfants de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques quel que soit l'iige ~x la vaccination selon que l'information provient d'un carnet de vaccination ou de la dèclaration de la mère, et pourcentage de ceux qui ont èté vaecinés avant I åge de 12 mois, EDS Camemun 1991 DTCoq Polio Ron- Souxce d'information BCG 1 2 3 et+ 1 2 3 et+ 8eole Effectif Tou- Au- Fièvre des tes t tune jaune enfants Vaccin& å n'Importe quel 8ge avant l'enqutte Selon le carnet de vaccination 50,5 49,5 44,6 39,2 50,9 Selon la déclæation de la mh'e 25,0 20,6 15,2 8,8 22,3 Selon les deux sources 75,5 70,1 59,7 48,0 73,2 Vaccin~s avant Page de 12 mois Selon le carnet de vaccination M,8 47.0 41,8 34,7 48,4 Selon les deux sources 71,5 66,5 56,0 42,5 69,6 45,3 39,5 39,1 33,2 0,0 0,3 663 18,4 10,2 16,8 7,4 21,6 2,0 663 63,7 49,7 56,0 40,6 21,6 2,3 663 42,5 35,4 30,9 25,8 2,7 0,1 663 59,8 44,5 44,2 31,5 25,6 0,7 663 Note: On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet & vaccination est le n~n~ que celui de la polio quand la mère a d6clsré que t'enfant avait été vaccin~ confie la porto. Chez les enfants pour lesquels l'informatlon est basée sur la déclaration de la m~~xe, on a suppos6 que la proportion de vaccins reçus durant leur prermhe annèe de vie 6teSt la m~me que chez ceux ayant un carnet de vaccination. 1Enfants complètement vaccinés (c'est-&dire ceux qui ont recu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio). 103 Au Tableau 7.6 figurent les résultats sur la couverture vaccinale selon les différentes sources d'information: le carnet de vaccination, les déclarations de la m~re et les deux sources. Les données concernent seulement les enfants de 12-23 mois, c'est-à-dire ceux qui, d'après les recommandations de l'OMS, ont atteint un ~lge où ils devraient ~tre complètement vaccin~s, Dans 52,1 pour cent des cas, la couverture vaccinale est mesurée å partir des cartes de carnets de vaccination, pour les autres cas (47,9%) la couverture vaccinale est établie à partir des déclarations de la mère. Les données sur la couverture vaccinale sont synthétisdes au Graphique 7.3. Un enfant sur deux ~gé de 12-23 mois (50,5%) a reçu le BCG, si l'on se base sur le carnet de vaccinaåon, et un enfant sur quatre (25,0%) a également reçu ce vaccin d'après les déclarations de la mère. Au total donc, 75,5 pour cent des enfants avaient reçu le BCG au moment de l'enquête, et 71,5 pour cent avaient reçu cette vaccination avant lqtge de un an, c'est-à-dire ~t l'~ge oi~ la vaccination est la plus efficace. Au moment de prendre les mesures anthropom6triques des enfants (voir Chapitre 8 - AUaitement, nutrition et état nutritionnel), les enqu~trices constataient si une cicatrice du Boe était visible surle bras des enfants. Parmi les 75,5 pour cent d'enfants de 12-23 mois vaccin~s, les enqu~trices ont constaté des cicatrices du BCG dans 84,5% des cas, ce qui confirme assez bien les données collectées. Graphique 7,3 Vaccinations des enfants de 12-23 mois selon le type de vaccin et la source d'information Pourcentage 8° i 60 40 20 m o • I BCG 1 2 3 1 2 3 Rougeole Toutes Polio DTCoq du PEV Aucune EDSC 1991 Les résultats concernant les premières doses de pollo et de DTCoq sont sensiblement les memes que ceux concernant le BCG: 73,2 pour cent des enfants ont reçu la polio 1 et 70,1 pour cent ont reçu le DTCoq 1. Dans les deux cas, environ un tiers des enfants vaccinés le sont d'après les déclarations de la mère, et deux tiers d'après les camets de vaccination. La couverture vaccinale diminue progressivement avec les doses: trois enfants sur quatre ont reçu la première dose de polio ou de DTCoq alors que seulement moins d'un enfant sur deux a reçu la troisième dose. Dans ce cas, ce sont essentiellement les enfants ayant des camets de vaccination qui ont été vaccin~s, et, dans leur grande majorité, ils ont été vaccinés avant lqtge de 1 an: ces enfants-là sont donc les mieux suivis et les mieux vaccinés. La couverture vaccinale contre la rougeole (55,9%) est assez proche de celles de la polio et du DTCoq (2 ~« et 3 oe~ doses). Parmi les enfants de 12-23 104 mois, 40,6 pour cent ont été complètement immunisés contre les maladies cibles du PEV, et, å l'opposé, 21,6 pour cent n'ont reçu aucune des vaccinations. Pour plus des trois quarts des enfants complètement vaccin~s, le carnet de vaccination a 6té montré à l'enqu~trice: de m8me, plus des trois quarts des enfants complètement vaccinés l'ont ét6 avant l'/lge de 1 an. La proportion d'enfants vaccinés contre la fièvre j aune est très faible (2,3 %) et, curieusement, il s'agit surtout d'enfants vaccinés selon les déclarations de la mère: seulement 0,3 pour cent des enfants ont été immunisés contre la fièvre jaune d'après le camet de vaccination. On peut penser que, dans certains cas, les enqudt6es ont mentionn6 la fièvre jaune alors qu'il s'agissait d'une autre vaccination. Dans le cadre du PEV, c'est contre la tuberculose que les enfants sont le mieux vaccinés (75,5%), puis contre la rougeole (55,9%), la polio (49,7% pour la 3 ~° dose) et enfin le DTCoq (48,0% pour la 3 m~ dose). Ce classement des vaccinations se retrouve quelles que soient les caractéristiques de l'enfant et celles de la mère (Tableau 7.7 et Graphique 7.4). La couverture vaccinale varie très peu selon le sexe de l'enfant, Tableau 7.7 Vaccinations par cæact&istiques socio-d6mographiqu¢s Pourcentage d'enfama de 12-23 mois ayant reçu des vaccinations spécifiques (selon le carnet de vaccination ou les declarations de la m&e) et pourcentage de œux pour lesquels un carnet de vaccinations a élé présenté à ranquSlxice, par caractdristiques socio-démographiques. EDS Cameroun 1991 DTCoq Polio Camcter.ristique Boe 1 2 3 et+ 1 2 POUr- centage avec un camat Effectif Rou- Tou- Au- Fi6vr~ vacci- des 3 et+ gnole tes I tune jaune nation enfants i Sexe Maseuiin 76.4 73,8 62,2 50,6 73,6 63,0 50,7 58,0 42,0 20,4 2,2 56,9 345 F6mirån 74,6 66,0 57,1 45,1 72,8 64,5 48,5 53,8 39,0 22,9 2,4 46,9 318 Rang de nalsssanee 1 79,7 75,7 69,3 56,2 78,7 74,0 58,3 64,2 51,3 18,3 3,0 57,8 132 2-3 78,6 74,6 64,6 53,0 77,6 67,9 55,3 60,5 46,8 18,8 2,6 54,7 203 4-5 75,4 68,1 53,2 41,4 71,4 58,1 43,4 53,9 32,7 20,5 2,1 47,0 143 6 + 69,3 62,5 52,6 41,8 65,9 56,2 42,4 46,8 32,1 27,9 1,6 49,2 185 Milieu de résldence Yaound6/Douala 90,8 86,5 81,2 74.6 85.3 82,3 75,7 79,4 68,9 8.7 3,9 58,6 98 AuUes villes 82,3 77,7 69,1 52,3 80,0 73,3 53.7 54,0 41,4 17.7 1,4 56,8 171 Ensemble urbain 85,3 80,9 73,5 60,4 81,9 76.6 61,7 63,2 51,4 14,5 2,3 57,5 269 Rural 68,8 62,6 50,3 39,5 67,3 54,9 41,5 51,0 33,2 26,5 2,3 48,5 394 R~glon Yaound6/Douala 90,8 86,5 81,2 74,6 85,3 82,3 75,7 79,4 68,9 8,7 3,9 58,6 98 Adara./NotdÆxL-Nord 61,5 55,1 44,7 34,3 59,5 50,4 35,4 38,7 26,5 35,0 1,4 43,4 220 CcntxelSudÆst 70,0 67,2 50,5 33,5 68,1 52.4 36.6 52,2 30,4 25,2 3,5 39,5 138 Ouest/Littorui 87,3 78,3 68,8 58,4 85,4 76,6 60,8 54,2 41,9 11,5 0,7 64,4 111 Nord-OueaffSud-Oucst 86,6 82,1 75,0 61,1 85,7 76.7 61.9 79,2 57,2 10.7 2,7 69,3 96 Nlvean d'Instruction Aucun 58,2 52,2 39,4 28,1 55,1 44,7 29,5 35,2 17,9 37,2 2,2 40,0 230 Primaire 80,9 76,0 65,5 53,6 80,0 68,6 53.7 62,5 46,7 16,5 1,9 56,7 270 Secondaire ou plus 91,1 85,4 78,9 66,7 87,5 82,5 71,4 74,6 62,3 8,1 3,2 61,6 163 Ensemble des enfants 75,5 70,1 59,7 48,0 73,2 63,7 49,7 56,0 40,6 21,6 2,3 52,1 663 Note: On suppose que le taux de couvertme du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le m~me que oelul de la polin quand la n~re a ddclar~ que l'enfant avait 6t6 vaccin6 contre la polio. 1Enfants complètement vacuin6s (c'est-à-dire œux qui ont recu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de polio). 105 Graphique 7.4 Pourcentage d'enfants (12-23 mois) avec tous les vaccins du PEV et sans vaccination ENSEMBLE RESIDENCE Yaoundé/Douala Aulres villes Rura m REGIOr', Ad/Nord/Ext -Nord Centre/Sud/Est Quest/Littoral N O/SO B INSTRUCTIOK Aucune Primaire Secondaire/Su I / 60 40 20 / 0 20 40 60 Pourcentage Note Information selon le carnet de vaccination ou la déclaration de la mère EDSC 1991 les garçons 6tant légèrement mieux vaccinés que les filles (42,0% contre 39,0% pour l'ensemble des vaccinations du PEV). De plus, pour les garçons, les m~res ont montré un carnet de vaccination dans de plus nombreux cas que pour les filles (56,9% de carnets vus pour les garçons contre 46,9% pour les filles). Du point de vue de l'ordre des naissances, chez les enfants de premiers rangs (1 à 3), les vaccinations sont beaucoup plus fr¢quentes (51,3% des enfants de rang 1 sont complètement vaccinés et 46,8% pour les rangs 2 et 3) que pour les enfants de rang supérieur (32,7% sont complètement vaccin¢s en ce qui concerne les rangs 4 et 5 et 32,1% pour les rangs 6 et plus). Les enfants de premier rang étant issus de femmes plus jeunes, on peut penser que celles-ci se sentent plus coneem6es par les problèmes de santé de leurs enfants que les femmes plus ãgées; en outre, le premier enfant est souvent entour6, dans son jeune age, de plus d'attention que les enfants suivants. Les différences entre milieux de résidence sont très importantes: 90,8 pour cent des enfants de Yaoundé/Douala ont reçu le BCG contre 82,3 pour cent dans les "autres villes" et seulement 68,8 pour cent en milieu rural; pour les auU'es vaccinations on observe les m~mes tendances. Pour l'ensemble des vaccinations du PEV, les enfants de Yaoundé/Douala sont deux fois plus vaccinés que ceux du milieu rural (68,9% contre 33,2%). il convient de souligner également que la diminution de la couverture vaccinale avec les doses est beaucoup plus importante en milieu rural qu'à Yaound6/Douala. Dans les deux principaux centres urbains, les taux de d6perdition ~ entre la première et la troisième dose sont de 11 pour cent pour la polio et de 14 pour cent pour le DTCoq, alors qu'en milieu rural ces taux atteignent, respectivement, 38 et 37 pour cent. L'éloignement des centres de soins explique très certainement ces écarts dans la couverture vaccinale et dans la déperdition de la vaccination, Du point de vue r¢gional (Graphique 7.4), on retrouve les m~mes différences que pour les soins pr¢natals: les enfants du Nord-Ouest/Sud-Ouest sont les mieux vaccinés Le taux de déperdition pour la polio, par exemple, est la proportion d'enfants qui, ayant reçu la p~mi~re dose du vaccin, ne reçoivent pas la troisième. 106 (57,2% peur toutes les vaccinations) suivis par ceux de l'Ouest/Littoral (41,9%), par ceux du Centre/Sud/Est (30,4%) et, enfin, par ceux de l'Adamanua/NordÆxtr~me-Nord (26,5% seulement). Dans cette dernière région 35,0 peur cent des enfants de 12-23 mois n'ont reçu aucune vaccination du PEV. L'instruction de la mèrejune également un grand rOle dans la couverture vaccinale des enfants: 85,0 peur cent et plus des enfants de femmes des niveaux secondaire et supérieur ont reçu le BCG, la pelio 1 et le DTCoq 1, 74,6 peur cent ont été vaccinés contre la rougeole et 62,3 peur cent ont été complètement vaccin~s. Bien que les proportions d'enfants vaccinés soient plus faibles lorsque la mère a un niveau primaire, près d'un enfant de cette catégorie sur deux (46,7%) est complètement vaccin~. Par contre, la couverture vaccinale est très faible lorsque les mères n'ont aucune instruction: 58,2 peur cent de leurs enfants ont reçu le BCG, 35,2 peur cent le vaccin contre la rougeole et seulement moins d'un enfant sur cinq (17,9%) a été complètement vaccin~. De plus, il faut remarquer que chez les femmes sans instruction, la propertion d'enfants vaccinés diminue fortement avec les doses: seulement un enfant sur deux ayant reçu la pelio 1 ou le DTCoq 1 reçoivent la troisième dose (taux de déperdition de 54% peur chacune des deux vaccinations). La proportion d'enfants n'ayant reçu aucune vaccination est très élevée lorsque la mère n'a aucune instruction (37,2%), elle diminue de moitié pour les femmes de niveau d'instruction primaire (16,5 %), et diminue encore de moitié peur s'établir ~t 8,1 peur cent peur les femmes des niveaux secondaire ou supérieur, ce qui reste encore assez élevé. Concernant la fièvre jaune, la proportion d'enfants vaccinés reste très faible quelles que soient les caractéristiques de la mère: mSme a Yaoundé/Douala, ou lorsque la mère a le niveau d'instruction le plus élevé, seulement 3 à 4 peur cent des enfants sont protégés contre cette maladie. Les données surla vaccination ayant été collectées pour tous les enfants de moins de cinq ans, on peut évaluer rétrospectivement les tendances de la couverture vaccinale avant l'/lge de 12 mois pour les quatre années ayant précédé l'enquête à partir des données concernant les enfants de 12-23, 24-35, 36-47 et 48-59 mois å l'enquéte. Le Tableau 7.8 présente ces taux de couverture vaccinale d'après le carnet de vaccination ou les déclarations de la mère. Les différentes valeurs ont été calcul~es à partir des dates de vaccination figurant sur les carnets; dans les cas où les dates de vaccination étaient inconnues, par exemple lorsque l'information provenait des seules déclarations de la mère, on a supposé que ces enfants avaient été vaccinés selon un calendrier similaire à celui des enfants disposant de dates sur les carnets. Figurent également au Tableau 7.8 les proportions d'enfants de chaque agu peur lesquels un carnet de vaccination a été montré à l'enqu~trice. Pour l'ensemble des enfants de 1-4 ans, un carnet de vaccination a été présenté ~t l'enqu~trice dans 41,0 peur cent des cas, et cette proportion varie de 52,1 peur cent peur les enfants/|gés de 12-23 mois l'enquete à 32,8 peur cent peur ceux agés de 48-59 mois. Cette variation correspond, très certainement, à une réelle amélioration de la couverture vaccinale des enfants de 1987-88 à 1991, mSme si l'augmentation des proportions peut, en partie, 8tre artificielle parce que résultant de "pertes" de plus en plus nombreuses de camets de vaccination avec l'avancement en age des enfants. Pour l'ensemble des enfants de 1-4 ans, 66,4 peur cent ont reçu le BCG avant un an, 62,0 peur cent ont reçu la première dose de pelio et 60,2 pour cent la première dose de DTCoq, 38,2 pour cent ont ~Lé vaccinés contre la rougeole et 26,9 pour cent ont été protégés contre toutes les maladies du PEV avant l'age de 12 mois. A l'opposé, un tiers des enfants de 1-4 ans (32,1%) n'ont reçu aucune vaccination. Les taux de couverture vaccinale sont presque identiques peur les enfants/~gés de 24-35 et 48-59 mois, et ils sont légèrement plus faibles peur les enfants agés de 36-47 mois à l'enquête (Graphique 7.5). Par contre, on note une augmentation très nette des taux chez les enfants les plus jeunes (12-23 mois) par rapport å leurs m'nés. Parailèlement, on peut noter que si près d'un tiers des enfants de 24-59 mois n'ont reçu aucune vaccination, cette proportion tombe à un quart peur les enfants de 12-23 mois. Ces variations peuvent, en partie, ~tre dues à des problèmes de mémoire des enquetées qui, lorsqu'il n'y a pas ou lorsqu'il n'y a plus de trace écrite, se souviendraient moins bien des vaccinations données à leurs enfants les plus agés. Cependant, 107 l'ensemble des changements constalés semblent trop importants pour n'~tre dQs qu'/l une am61ioration des d6clarations pour les enfants les plus jeunes: ils correspondent aussi, très certainement, à une amélioration de la couverture vaccinale des années 1987-88 å 1991. Tableau 7.8 Vaccinations avent l'åge de 12 mois Pourcentage d'enfants gg~ de 1 à 4 ans pour lesquels un carnet de vaceinatinns a ét6 montré à l'enqu~trice, et pourcentage de ceux qui ont reçu, avent Fige de 12 mois, le BCG, le DTCoq, les vaccins contre la polin et contre la rougeole, par âge actuel de l'enfant, EDS Cameroun 1991 Age actuel de l'enfant en mois 12-23 24-35 36~t7 47-59 Enfants 12-59 mois Carnet de vaccination montr~ t, l'enquêteur 52,1 40,8 37,0 32,8 41,0 Pourcentages d'enfants vaccinés avant l'ltge de 12 mois 1 BCG 71,5 65,7 62,6 65,7 66,4 DTCoq 1 66,5 60,0 54,9 58,9 60,2 DTCoq 2 56,0 48,3 43,9 48.5 49,3 DTCoq 32 42,5 35,6 35,0 35,3 37,2 Polio 1 69,6 60,8 56,6 60,8 62,0 Polie 2 59,8 50,3 48,5 50,9 52,5 Polio 3 44,5 36,5 35,7 37,4 38,6 Rougeole 44,2 37,8 33,4 36,9 38,2 Toutes les vaccinations s 31.5 25,8 25,4 24,5 26,9 Aucune vaccination 25,6 32,1 38,6 32,4 32,1 Fièvre jaune 0,7 1,6 0,6 1,2 1,0 Effectif d'enfants 663 605 642 582 2492 IL'information a été obtenue soit h partir du carnet de vaccinations, soit h pætir des déclarations de la m&e quand fl n'y avait pas d'enregistrement écrit. On suppose que, chez les enfants pour lesquels l'information est bas6z sur la d6claration de la mère, la proportion de vaccins reçus durent la première année de vie est la m~me que chez ceux ayant un carnet. 2On suppose que le taux de couverture du DTCoq pour les enfants sans carnet de vaccination est le re&ne que eeini de la polio quand la m&e a d6claré que l'enfant avait été vaccin~ contre la polin. 3Enfants complètement vaccinés (c'est-h-dire ceux qui ont re.eu le BCG, la rougeole et trois doses de DTCoq et de poilu). 108 Graphique 7.5 Couverture vaccinale des enfants avant l'âge de 12 mois de 1987-88 à 1990-91 F 80 60 EDSC 1991 7.3 MALADIES DES ENFANTS 7.3.1 Infections respiratoires La pneumonie est l'une des principales causes de mortalité des enfants au Cameroun (voir Chapitre 10 - Causes de décès). Pour évaluer la prévalence de cette maladie, on a demandé aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient souffert de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enqu&e. Bien que le diagnostic de la pneumonie ne puisse &re établi aussi aisément et nécessite un examen plus approfondi, la présence de ces deux symptõmes concomitants est révélatrice de cette maladie. Les soins précoces et le traitement par les antibiotiques pouvant éviter une grande proportion de décès par pneumonie, on a également demandé aux mères sil'enfant souffrant de toux et de respiration courte et rapide avait ét~ conduit en consultation et quel type de traitement il avait reçu. Il apparait au Tableau 7.9 que 8,8 pour cent des enfants de moins de cinq ans ont souffert, en m~me temps, de toux et de respiration courte et rapide pendant les deux semaines ayant précédé l'enquSte. Apparemment, ces sympt6mes de la pneumonie sont plus fréquents chez les enfants de moins de deux ans (plus de 10%) que chez leurs aînés, et parmi les enfants du milieu rural (9,5%) que parmi ceux du milieu urbain (7,7%). La région du Centre/Sud/Est, une des plus humides du pays, semble la plus touchée par cette maladie (14,3% de prévalence contre 8,9% et moins dans les autres régions). 109 Tableau 7.9 lhévalence et traitement des infections respiratoires aigues Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant souffert de toux avec une respiration courte et rapide dtmmt les deux semaines ayant pr~cédé l'enqu8te, et pourcentage d'enfants malades ayant ~té soignés avec des m&li0arnents spécifiques, par caractéristiques socio-démographiques, EDS Cameroun 1991 Enfants avec toux et respiration courte et rapide Pourcentage menés en visite dans pourcentage établis- Pour¢cnîatge trai~ avec: aVOE t.O~IX F,{~J~ Cllt et respira- sanitaire Sirop P&mede Effectif tioe courte ou chez tin Ami- [njec- corare luadi- Rien de= Caractéristique et rapide médecin biotiques tions la toux tionr¢l Autres NSP/ND enfants Age de l'enfant < 6 mois 10,4 50,8 20,3 13,5 41,5 16,4 30,8 22,0 291 6-11 mois 10,8 49,8 4,0 7,8 47,3 13,0 38,0 18,2 375 12-23 mois 11,8 58,6 13,3 15,4 54,2 12,3 55,4 8,4 663 24-35 mois 8,6 36,7 16,5 4,1 33,6 19,5 38,7 17,7 605 36-47 mois 5,8 30,7 11,5 7,2 38,1 13,7 36,2 24,7 642 47-59 mois 6,6 42,3 13,7 2,1 40,5 29,4 37,4 6,8 582 Sexe Masculin 8,9 50,8 13,8 12,1 45,0 15,7 44,5 12,2 1584 F6minin 8,6 41,6 12,4 5,7 42,6 17,9 39,2 18,1 1573 Rang de nalsssance 1 8,5 51,5 14,1 1,1 46,9 16,9 48,2 9,5 589 2-3 7,5 47,9 20,5 16,2 43,4 12,2 40,9 18,6 992 4-5 10,8 49,4 12,4 5,0 49,5 16,0 46,8 13,0 735 6 et + 8,6 37,7 5,6 11,4 36,0 22,3 33,3 17,6 842 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 7.5 60,5 26,9 3.3 77,8 8,6 52,9 3,5 429 Autres villes 7,8 51,1 14,5 14,7 58,5 15,4 50,0 5,9 816 Ensemble urbain 7,7 54,3 18,6 10,9 65,0 13,1 51,0 5,1 1244 Rural 9,5 42,1 10,2 8,0 32,7 18,7 37,2 20,3 1913 Région Yaoundé/Douala 7,5 60,5 26,9 3,3 77,8 8,6 52,9 3,5 429 Adamaoua/Nocd/Ext.-Nord 7,2 32,9 4,1 9,9 32,8 16,1 32,8 27,2 1153 Centre/SudÆst 14,3 47,8 20,9 13,4 31,0 25,7 38,8 9,4 588 Ouest/Littoral 8,9 51,9 15,1 6,7 53,0 15,6 49,3 10,8 498 Nord-Ouest/Sud-Ouest 6,7 55,3 0,0 4,0 59,3 5,0 52,5 15,9 490 Niveau d'Instructlon Aucun 8,5 35,0 2,9 9,6 24,1 20,0 34,5 27,5 1291 Primaire 9,4 51,1 16,7 10,3 44,3 19,7 42,0 9,7 1201 Secondaire ou plus 8,0 59,4 26,7 5,0 83,6 4,0 57,1 0,9 665 Ensemble des enfants 8,8 46,3 13,1 9,0 43,8 16,8 41,9 15,1 3157 Note : Les données concernent les naissances de la p6riode 1-59 mois précédant l'enquête. 110 Pr~s de la moitié des enfants présentant les symptémes de la toux et de respiration courte et rapide ont été conduits en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical (46,3%). Au niveau des traitements reçus, la majorité des enfants (43,8%) ont reçu du sirop contre la toux, 13,1 pour cent ont reçu des antibiotiques par voie oralæ et 9,0 pour cent ont été soignés par injections qui peuvent contenir également des antibiotiques. En outre, 16,8 pour cent des enfants malades ont été soignés au moyen de remèdes traditionnels. Les réponses multiples étaient admises pour les traitements, ce qui explique la très forte proportion d'enfants ayant reçu "d'autres remèdes" (41,9%): dans leur très grande majorité, les enfants ayant reçu ces "autres remèdes" ont également reçu un traitement au moyen d'un des médicaments spécifiques qui sont présentés dans le tableau. La îréquentation des établissements de soins et le type de traitement reçu diffèrent grandement selonles caractéristiques socio-démographiques des enfants et de leur mère. Les enfants les plus jeunes (moins de 2 ans), et qui sont les plus atteints, sont conduits en consultation en plus forte proportion que leurs alnés. De m~me, ceux de sexe masculin (peut-etre parce qu'on en prend plus soin que des filles), ceux de Yaoundé/Douala, ceux de l'Ouest/Littoral et du Nord-Ouest/Sud-Ouest, et ceux dont la mère a le niveau d'instruction le plus élevé sont ceux qui fréquentent davantage les établissements sanitaires en cas de maladie. A l'inverse, ce sont les enfants malades du milieu rural, ceux de l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord et ceux dont la mère est sans instruction qui fréquentent le moins les établissements de soins et qui sont le moins traités au moyen de médicaments modernes spécifiques. 7.3.2 Fièvre Le paludisme, maladie å haute endémicité au Cameroun, est également l'une des principales causes de décès des enfants (voir Chapitre 10 - Causes de décès). Bien que le diagnostic du paludisme ne soit pas aisé, la fièvre en est le symptSme principal, aussi a-t-on a demandé aux mères si leurs enfants de moins de cinq ans avaient eu de la fièvre durant les deux semaines ayant précédé l'interview. Si tel était le cas, on demandait si l'enfant avait été conduit en consultation et quel type de traitement il avait reçu. Au niveau national (Tableau 7.10), 22,8 pour cent des enfants en bas age ont eu de la fièvre: les enfants les plus touchés sont ceux de 6-23 mois (28,7%), ceux de Yaoundé/Douala et du milieu rural (respectivement 24,8% et 24,0%), et ceux du Nord-Ouest/Sud-Ouest (32,2%) et du Centre/Sud/Est (30,0%). Du point de vue du niveau d'instruction de la mère, la prévalence la plus élevée s'observe chez les femmes instruites (autour de 26% pour les femmes ayant atteint un certain niveau d'instruction contre 17,6% peur les femmes sans instruction): cela signifie, pout-~tre, simplement que les femmes instruites déclarent plus facilement que les femmes sans instruction la présence de ce sympt6mes parce qu'elles se rendent plus facilement compte que leur enfant est malade, ou parce qu'elles ont plus conscience que la fièvre est un symptéme sérieux. Parmi les enfants ayant eu de la fièvre, 40,9 pour cent ont été conduits en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical. Les enfants les plus jeunes, ceux de sexe masculin, ceux du milieu urbain et ceux du Nord-Ouest/Sud-Ouest sont ceux qui sont conduits le plus fréquemment en consultation dans des établissements sanitaires. La grande majorité des enfants malades (56,7%) ont été traités avec des anti-paludéens, et 13,9 pour cent ont reçu des remèdes traditionnels. Les antibiotiques n'ont été donnés qu'à 8,0 pour cent des enfants mais, dans 6,8 pour cent des cas, l'enfant a reçu une injection qui pourrait également contenir des antibiotiques. Les réponses multiples étant admises pour les traitements, cela explique, comme dans le cas des infections respiratoires, la très forte proportion d'enfants ayant reçu "d'autres remèdes" (50,5%), dont la majorité les ont reçu en plus des médicaments spécifiques listés dans le tableau. 2 Pendant l'interview, l'enquéiice demandait à voir le flacon de sirop utilisé, ou, si cela n'était pas possible, elle demandait la marque du sirop. Cependant, m~me en prenant de telles précautions, la distinction entre un sirop antitussif et un sirop antibiotique n'est pas toujours aisée, et il est fort possible que la répartition entre ces deux catégories de m&licaments soit, en réalité, quelque peu différente de celle pr6sentée ici. 111 Tableau 7.10 Prévaience et traitement de la fi~vre Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans ayant eu de la fi~vre durant les deux semaines ayant pr6¢éd6 l'enquête, et pourcentage d'enfants avec la fi~vre ayant dt~ soign6s avec des médicaments sp6oifiques, per ¢araot6nstiques soeio- d6mographlques, EDS Cam~oun 1991 Enfants avec fi~vre Pourcentage mea3~s ~') visite dans 6tablis- Poureeaatage trait6s avec: Pourcentage scmem ayant sanitaire 8irqp R~aede Effectif la ou chez un Anti- Injc¢- contre tradi- Rien d~ Caractéristique fi~vre m6decin biotiques tins la toux tiotmel Autres NSP/ND enfants Age de l'enfant < 6 mois 19,8 45,5 52,9 15,6 4,9 13,3 43,2 21,5 291 6-11 mois 30,4 48,0 47,5 5,4 3,5 12,0 52,0 16,2 375 12-23 mois 27,7 43,6 60,1 10,0 8,2 17,5 55,6 6,0 663 24-35 mois 23,5 41,2 61,0 8,7 6,3 11,8 48,3 I l ,0 605 36-47 mois 19,1 29,7 49,1 5,9 6,3 15,2 47,0 18,1 642 47-59 mois 17,0 38,3 66,4 4,6 10,6 11,2 51,3 7,5 582 Sexe Masculin 23,8 44,7 57,2 8,1 9,0 13,8 49,0 10,7 1584 Fémiain 21,7 36,7 56,1 8,0 4,4 14,0 52,2 13,6 1573 Rang de nalsssance 1 20,1 38,5 60,3 5,4 2,7 15,5 49,0 10,3 589 2-3 20,7 40,0 61,0 11,1 7,6 13,7 55,3 9,1 992 4-5 26,8 46,1 51,3 9,9 6,3 13,3 52,2 14,0 735 6 et + 23,6 38,1 55,4 4,5 8,9 13,7 44,9 14,4 842 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douala 24,8 47,2 74,3 18,9 5,7 9,3 65,1 2,3 429 Autres villes 18,7 52,0 59,7 11,2 7,6 8,8 62,9 7,2 816 Ensemble urbain 20,8 50,1 65,7 14,3 6,8 9,0 63,8 5,2 1244 Rural 24,0 35,7 51,6 4,5 6,8 16,7 43,1 16,0 1913 R681on Yaounde/Douaia 24,8 47,2 74,3 18,9 5,7 9,3 65,1 2,3 429 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 14,4 29,0 36,0 4,1 6,7 13,6 34,1 31,3 1153 CenUc/SudÆst 30,0 35,0 52,9 9,9 7,3 24,4 47,4 6,7 588 Ouest/Littoral 22,5 36,6 58,4 4,1 5,8 11,7 53,9 13,5 498 Nord-Ouest/Sud-Ouest 32,2 58,8 69,6 5,4 7,7 7,1 59,2 3,5 490 Niveau d'Instruction Aucun 17,6 31,9 39,5 3,2 5,6 16,2 31,0 28,4 1291 Primaire 27,6 47,2 63,5 8,1 8,2 14,4 55,8 6,2 1201 Secondaia: ou plus 24,1 40,6 67,0 14,8 5,5 9,5 67,4 1,2 665 Ensemble des enfants 22,8 40,9 56,7 8,0 6,8 13,9 50,5 12,1 3157 Note: Les donn6es concernent les naissances de la période 1-59 mois préc~dent l'enqu&e. 112 Quelles que soient les caractéristiques des enfants ou celles de leur mère, le traitement par anti-paludéen est largement dominant, en particulier chez les enfants de plus de un an (peut-être, parce qu'avant un an la fièvre est souvent associée à d'autres maladies que le paludisme), chez les enfants du milieu urbain, du Nord- Ouest/Sud-Ouest et chez ceux dont la mère a un certain niveau d'instruction. Les antibiotiques viennent en deuxième position ~ Yaoundé/Douala, dans le milieu urbain et chez les enfants dont les mères sont les plus instruites, alors que ce sont les rem&les traditionnels qui viennent en deuxième position en milieu rural et chez les enfants dont les mères sont sans instruction ou avec une instruction primaire. 7.3.3 Diarrhée Les maladies diarrhéiques sont très fréquentes et la ddshydratation qui peut s'ensuivre est la principale cause de ddcès des enfants au Cameroun (voir Chapitre 10 - Causes de décæs). Suivant les recommandations de l 'OMS pour lutter contre les effets de la déshydratation, le Ministère de la Santé Publique s'est engagé dans un programme de Traitement de Réhydratation par voie Orale O'RO), en conseillant l'utilisation soit d'une solution prdparée à partir du contenu de sachets de Sels de Réhydratation par voie Orale (SRO), soit d'une solution préparée à la maison avec de l'eau, du sucre et du sel. En plus des questions sur la diarrhée chez les Tableau 7.11 Pr6valence de la diarrhée Pom'centage d'enfants de moins de clnq ans ayant eu la dim'rh6e et pourcentase de ceux ayant eu la diarrhée avec pr6senoe de sang dans les selles durant les deux semaines ayant préc&M l'enquSte, et po~ntages de ceux ayant eu la dim-rhé, e dans les dernières 24 heures, per carect6fistiques so¢io-ddmographiques, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Diarrhée durant les 2 semaines prdcédant l'enquSte I Toute Avec diarrh~ sang dans les Effectif Toute dans demlères des diarrhée selles 24 h. z enfants Age de Penfant < 6 mois 7,3 0,5 4,4 291 6-11 mois 28,4 3,6 15,2 375 12-23 moEs 28,2 2,5 11,8 663 24-35 mois 20,5 3,4 9,4 605 36-47 mois 12,2 2,6 5,7 642 47-59 mois 7,5 2,2 3,6 582 Sexe Masculin 19,2 2,5 8,8 1584 Fémlnin 16,3 2,7 7,9 1573 Rang de nalsesanee 1 17,8 3,6 7,7 589 2-3 17,6 1,8 8,2 992 4-5 17,6 3,0 8,0 735 6 et + 18,1 2,4 9,2 842 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douala l 1,2 1,0 3,3 429 Autses villes 20,0 2,8 8,9 816 Ensemble urbain 17,0 2,2 7,0 1244 Rural 18,2 2,8 9,2 1913 R6glon Yaound6/Do~a 11,2 1,0 3,3 429 Adaroanua/Nord/Ex L -Nord 24,3 4,1 14,2 1153 Centre/Sud/Est 18,9 2,6 7,5 588 OuestÆittoral 14,0 1,1 4,8 498 Nord-Ouest/Sud-Ouest 10,6 1,8 3,3 490 Niveau d'Instruction Aucun 22,2 4,1 11,9 1291 Primaire 14,7 1,6 6,2 1201 Secondai~ ou plus 14,6 1,3 5,2 665 Ensemble des enfants 17,7 2,6 8,3 3157 Note: Les donn*es ooneernont les naissances de la !~rlode 1-59 mois précédant l'enquSte. iy compris toute dim"rhée dans les demi~res 24 heures 2y compris diarrhée avec p~sencc de sang dans les selles enfants de moins de cinq ans, on a donc demandé aux femmes si elles connaissaient et avalent utilisé les traitements de réhydratation par voie orale. Pour l'étude de la prévalence de la diarrhée) deux périodes de rdférence ont ~té retenues: les deux semaines et les vingt-quatre heures ayant prdcédé l'enquête. Le Tableau 7.11 fait apparaRre que 17,7 pour 3 La diarrhée n'a pas 6té définie dans le questionnaire dans la mesure oi~ l'on estimait que les m~res savait ce qu'est cette maladie. Dans le cas où elles ne comprennaient pas exactement de quoi il s'agissait, l'enqu~trice demandait alors si l'enfant avait eu plus de trois selles liquides par jour. 113 cent des enfants de moins de cinq ans ont eu un ou plusieurs épisodes diarrhéiques dans les deux semaines ayant préœeedé l'enquete: près de la moitié de ces enfants (8,3%) avaient toujours la diarrhée dans les vingt- quatre heures avant l'enquête. En outre, 2,6 pour cent des enfants (soit un enfant sur sept ayant eu la diarrhée dans les deux demières semaines), ont eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles, ce qui est un symptOme de dysenterie. La prévalence de la diarrhée est particulièrement élevée chez les enfants de 6-24 mois (plus de 28 %), åges du sevrage et surtout ~tges auxquels les enfants commencent à porter n'importe quoi å leur bouche, s'exposant ainsi aux microbes pathogènes. Du point de vue des caracU~tistiques socio-démographiques, on observe de fortes différences de prévalence (Graphique 7.6). Les enfants des "autres villes" (20,0%) et ceux du milieu rural (18,2%) sont beaucoup plus atteints que ceux de Yaoundé/Douala (11,2%). Au point de vue régional, c'est dans l'Adamaoua/Nord/Extreme-Nord que les enfants sont le plus atteints (24,3%), suivis par ceux du Centre/Sud/Est (18,9%). Les mauvaises conditions sanitaires et la difficulté d'approvisionnement en eau potable sont certainement la cause de ces fortes prévalences. Le niveau d'instruction de la mére qui influe sur la connaissance des pratiques alimentaires et des mesures d'hygiène est également un facteur déterminant de la prévalence et la durée de la diarrhée: 22,2 pour cent des enfants dont la mère n'a aucune instruction ont eu la diarrhée dans les deux semaines ayant précédé l'enquête, contre près de 15 pour cent pour les enfants dont la mère a un minimum d'instruction. Ces écarts ne s'expliquent pas par la seule différence de niveau d'instruction des mères, mais aussi, et surtout, par les conditions socio-économiques et environnementales qui différencient souvent les femmes des différents niveaux d'instruction. Graphique 7,6 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans avec la diarrhée dans les 2 semaines avant l'enquête ENSEMBLE RESIDENCE L ~ Yaoundé/Douala L~ Autres villes Ru«a! REGION L Ad/Nord/Ext -Nord = Cenlre/Sud/Est ~ Ouest/Littoral N O/SO INSTRUCTION L Aucune~ I Primaire Seconda#e/Sup ~ m m 5 10 15 20 Pourcenlage 25 30 EDSC 1991 114 Parmi les femmes ayant eu des enfants dans les cinq années avant l'enquéte, seulement deux sur cinq (43,7%) ont déclar6 connaitre les sachets de sels de réhydratation (SRO), et près d'une sur quatre (23,0%) a déclaré en avoir déjà utilis6 (Tableau 7.12). Connaissance et utilisation varient fortement selon les caractéristiques des femmes. Les proportions de femmes du milieu urbain connaissant (59,5%) et utilisant (32,7%) les SRO sont près de deux fois plus importantes que celles des femmes du milieu rural (respectivement 33,6% et 16,9%); les femmes de l'Adamaoua/Nord/Exueme-Nord, oi~ la prévalence de la diarrhée est la plus forte, sont celles qui connaissent et utilisent le moins les sachets de SRO (respectivement 29,6% et 16,7%), à l'opposé, les femmes du Nord- Ouest/Sud-Ouest, où la prévalence de la diarrhée est la plus faible, sont celles qui les connaissent et les utilisent le plus (respec- tivement 51,9% et 32,1%). Enfin la connais- sance des sachets de SRO varie de 27,1 peur cent chez les femmes sans instruction å 64,8 pour cent chez les femmes des niveaux secondaire ou supérieur, et, de mSme, l'utilisation des sachets passe de 13,6 à 34,1 peur cent entre ces deux catégories de femmes. Parmi les enfants ayant eu la diarrhée dans les deux semaines avant l'enquête, un sur cinq (20,1%) a été conduit en consultation dans un établissement de soins ou auprès de personnel médical (Tableau 7.13 et Graphique 7.7). Les consultations sont beaucoup plus fréquentes pour les enfants de 6-23 mois, qui sont aussi les plus atteints, que peur les enfants plus jeunes et pour ceux qui sont plus ~lgæs. Les enfants malades de la région du Nord- Ouest/Sud-Ouest sont ceux qui sont le plus menés en consultation (50,5% contre 24% et moins dans les autres régions); par contre la Tableau 7.12 Connaissance et utilisation des sachets de SRO Poureantage de mères ayant eu de~ naissances au cours des cinq ann¢~s pr~cédem l'encluéte connaissant et ayant déj~t utilisé les sachets de SRO, pæ caract&istlques aneio-démo8raphiques, EDS Ceaneroon 1991 A déjå Coonait utilisé las les Effectif sachets sachets de Caractéristique de SRO de SRO re&es Age de la mère 15-19 34,2 14,6 269 20-24 47,9 26,6 581 25-29 50,4 26,0 473 30-34 44,3 25,7 410 35-49 35,9 17,7 434 Milieu de r~sldence Yaoundé/Douala 66,9 34,4 303 Autres villes 55,3 31,7 541 Ensemble urbain 59,5 32,7 843 Rural 33,6 16,9 1324 Réglon Yaoundé/Douala 66,9 34,4 303 Ada.m aou a/NordÆxt.-Nurd 29,6 16,7 807 Centre/Sud/Est 48,8 23,6 380 OuestÆittorai 42,7 18,3 343 Nord-Ouest/Sud-Ouest 51,9 32,1 335 Niveau d'Instruction Aucun 27,1 13,6 923 Primaire 50,7 27,7 782 Secondaire ou plus 64,8 34,1 462 Ensemble des enfants 43,7 23,0 2168 Note: Y compris les mères qui ont deon6 des sachets de SRO contre la diarrhée pendant les deux semaines préc&hmt l'unquéte, bien qu'on ne leur ait pas posé de questions sur leur eounaissance des sachets de SRO. fréquentation des établissements de soins en cas de diarrhée ne varie pas autant en fonction du milieu d'habitat: 23,2 peur cent des enfants diarrhéiques de l'ensemble du milieu urbain sont menés en consultation contre 18,2 peur cent des enfants du milieu rural. Enfin, les consultations sont beaucoup plus fréquentes peur les enfants de femmes ayant un certain niveau d'instruction (22,6% et plus) que peur ceux dont la mère est sans instruction (14,9%). 115 Tableau 7.13 Traitement de la diarthée Pourcentage d'enfants de moins de cinq at~ ayant eu la diarrhée au cours des deux semaines ix~~.¢&tant l'eaqugte qui ont 6t6 mea6s en consultaåon dans un 6tablissement sanitaire ou uupr~ de peraonnel de eanté, pourc, entage de ceux ayant suivi une thémple de réhydratation par voie tmde ÇrRO), pourcentage de œux qui ont reçu davantage de liquides, pourcentage de ceux qui n'ont reçu ni TRO ni davantage de liquides, et pota"centage de ceux ayant reçu d'auue, s traitement% selon certaines caractérisrlques socio-d6mogtaphiques, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Pc~centage mea~s ca TRO reçu: P~ge visite dans Pour- n'ayar~ reçu Autres traitements reçu~ Effectif ~V.ablissefaent Solution centage ni TRO, des umitsire pr6par~ ayant reçu ni davan- Anti- eafanu ou chez Sachets l la davantage rage de Ami- dira- Roe&tes avec m~decin SRO maison de liquides liquides bi¢tiques héiqu~ Autres tradit dierrh~e Age de l'enfant < 6 mois 15,0 2,5 2,5 46.3 53,7 2,5 0,0 16,1 6,1 21 6-11 mois 22,6 20,9 23,9 53,2 35.1 5,3 20,4 6,9 14,9 106 12-23 mois 26,2 22,6 33,1 63,4 28,2 7,5 26,2 11,3 16,2 187 24-35 mois 16,8 16,7 18,0 59,6 33,3 4,9 12,9 7,7 15,2 124 36-47 mois 10,5 12,8 19,8 60,9 32,2 3.2 17,8 I0,I 19,1 78 47-59 mois 16,4 12,1 36,9 65,3 19,2 11.3 14,9 17,3 20,2 43 Sexe Masculin 19,5 15,8 26,3 59,9 31,7 6,8 19,6 10,0 19,4 303 F6minin 20.8 20.7 24,0 59.7 31,2 5,1 18,6 10,4 12.1 257 Rang de nalsssance 1 8,9 15,1 24,6 64,3 29,7 6,4 12,4 7,6 17,2 105 2-3 28,2 23,2 29,1 61,3 30,4 9,8 17,9 12,7 15,6 174 4-5 22.2 16,4 25.3 60,1 29,8 4.2 24,7 10.6 15,6 129 6 et + 16.5 15,5 21,4 54.6 35,3 3.0 20,4 8,6 16.2 152 Milieu de r~ldence Yaoundé/Douala 24,2 25,1 24,8 81,4 15,0 13,8 28,7 9,5 15,6 48 Autres villes 22,9 22,6 28,3 52,5 33,9 6,9 21,9 17,6 9,8 163 Ensemble urbain 23,2 23,2 27.5 59,1 29,6 8.5 23,5 15.7 11,1 211 Rural 18,2 14,9 23,9 60,2 32,6 4,5 16,5 6,8 19,0 349 Région Yaound¢[]Douuiu 24,2 25,1 24,8 81,4 15,0 13,8 28,7 9,5 15,6 48 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 14,4 15.0 20,1 55,0 35.9 3,7 15.6 9,1 14.1 280 Cenh'e/Sud/Est 15,3 9,6 18,4 61,7 32,1 7,4 19,8 6,2 27,0 111 Ouest/Littoral 24,5 27,6 43,2 61,8 29,2 7,3 14,4 18,6 11,8 70 Nord-Ouest/Sud-Ouest 50,5 33,1 44,2 59,0 24,6 6,6 34,1 13,9 9,2 52 Niveau d'Instruction Aucun 14,9 15,3 18,8 49,9 39,7 3,4 14,1 10,1 15,9 286 Primaire 26.9 20,0 35,6 65,9 24,8 6.9 22,7 9,9 17.4 177 Secondaire ou plus 22,6 22.5 25,4 77,7 19.2 12,3 27,4 11.0 14,1 97 Ensemble des enfants avec diarrh6e 20,1 18,0 25,3 59,8 31,5 6,0 19,1 I0,2 16,1 560 Note: La th6raI~e par ~hydratation orale (TRO) comp~nd la solution prépar~ å ~ des sachets de SRO et/ou Ie liquide recommandé et préparé å la maison. Les donnes concernent les naissances de la p~dode 1-59 mois préc~ant l'enqu~te. 116 Graphique 7.7 Consultation et traitement de la diarrhée des enfants de moins de 5 ans ConsulIalion Sachets SRO Eau/Sucre/Sel Antibiotiques Anti diarthé, iq ues Remêdes tradilion. O ~ ~ i , i ? , ih ~ , i i ~ i ,h i , i , i l i h l , i , 5 10 15 20 Pourcentage 25 30 EDSC 1991 Pendant les épisodes diarrhéiques, près d'un enfant sur trois (31,5%) n'a pas reçu une quantité de liquides (y compris le lait maternel) plus importante qu'en période normale. Seulement 18,0 pour cent des enfants ont reçu des sachets de SRO 4 et 25,3 pour cent ont ét6 trait6s avec une solution d'eau, de sel et de sucre préparée å la maison. Compte tenu du fait que 43,7 pour cent des femmes ont déclaré connai'tre les SRO, ces résultats démontrent que de nombreuses femmes ne mettent pas en pratique cette connaissance. Le Graphique 7.8 montre qu'en ce qui concerne l'ensemble des enfants de moins de cinq ans ayant eu la diarrhée, 32,8 pour cent ont reçu la morne quantit6 de liquides (non compris l'aUaitement), 56,5 pour cent en ont reçu plus et 7,2 pour cent en ont reçu moins qu'en période normale. Par ailleurs, 70,8 pour cent des enfants qui sont toujours allaités et qui ont eu la diarrhée ont continu6 d'~tre allait6s de la m~me façon pendant les épisodes diarrhéiques; dans 20,6 pour cent des cas l'allaitement a été augment6 et pour 7 pour cent des enfants l'allaitement a ~té réduit. Ces résultats montrent que les mères devraient etre mieux informées sur la nécessité d'augmenter la quantité de liquides (ailaitement ou autres) à donner aux enfants durant les épisodes diarrhéiques. Les enfants de Yaoundé/Douala et ceux dont la mère a un certain niveau d'instruction sont ceux pour lesquels l'augmentation de la quanåté de liquide donné pendant les épisodes diarrh6iques est la plus fréquente (Tableau 7.13). En tant que médicament, les anti-diarrhéiques, qui peuvent avoir un effet néfaste, sont les plus utilisés (19,1%), en particulier à Yaoundé/Douala (28,7%), dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest (34,1%) et chez 4 Une enquête men6e en 1991 dans les provinces du Nord et du Nord-Ouest estime que, parmi les enfants ayant eu la diarrhée dans les demières vingt-quatre heures, seulement 5 pour cent ont ét6 traités au moyen de SRO dans les demières vingt-quatre heures (OMS et PRITECH, 1992). Ce résultat ne peut ~tre directement comparé à celui trouv6 à I'EDSC en raison des diff6rences de couverture des deux enquStes; de plus, les résultal de I'EDSC concernent les enfants ayant eu la diarrh6e et ayant 6t6 traités au moyen de SRO dans les deux demi~res semaines. 117 Graphique 7.8 Allaitement et quantité de liquides donnés aux enfants ayant la diarrhée M¢me que d'habitude 71% NSP/ND 2% Moins 7% Plus 21% Pratique d'allaitement (Enfants allaités et ayant la diarrhée) M6me que d'habitude 33% Plus 57% Quantité de liquides (Enfants de moins de 5 ans et ayant la diarrhée) EDSC 1991 les enfants dont la mère a fréquenté l'école (22,7% et plus). Les antibiotiques ne sont utilisés que dans 6,0 pour cent des cas, 5 et surtout å Yaoundé/Douala (13,8%) et lorsque la mère a un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (12,3%). Enfin, en cas de diarrhée, les remèdes traditionnels sont largement utilisés (16,1%), et plus particulièrement (près d'un cas sur cinq) pour les enfants de trois ans et plus, les garçons, les enfants du milieu rural et ceux du Centre/SudÆst. 5 Comme pour les antitussifs et antibiotiques, la distinction entre anti-diarrh6iques et antibiotiques n'est pas toujours aisé, o, et il est fort possible que la r~partition entre ces deux cat6gories de méxlicamants soit, en ré, aiit6, quelque peu diff6rente de celle présentée ici. 118 CHAPITRE 8 ALLAITEMENT, NUTRITION ET ETAT NUTRITIONNEL Ce chapitre est consacré à l'alimentation et à l'état nutritionnel des enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquete. Dans une première partie sont présentés les résultats de l'enquête concernant les pratiques d'allaitement et d'alimentation de complément; la deuxième partie porte sur les mesures anthropométriques (taille et poids) des enfants, ~ partir desquelles est évalué leur état nutritionnel. 8.1 ALLA ITEMENT ET AL IMENTATION DE COMPLEMENT Les pratiques d'alimentation et la morbidité constituent les facteurs déterminants de l'état nutritionnel des enfants qui affecte, ~ son tour, la morbidité et la mortalité de ces enfants. Parce que le lait maternel est stérile et qu'il transmet les anticorps de la mère ainsi que tous les éléments nutritifs nécessaires aux enfants dans leurs premiers mois d'existence, il évite les déficiences nutritionnelles et limite la prévalence de la diarrhée et d'autres maladies. Par ailleurs, l'allaitement par son intensité et sa fréquence, prolonge l'infécondité post-partum et par conséquent, en affectant l'intervalle entre naissances, il influe surle niveau de fécondité et sur l'état de santé des mères. C'est pour ces raisons qu'au cours de I'EDSC, on a demandé aux mères si elles avaient allaité leurs enfants nés dans les cinq années ayant préeédé l'enquête et plus précisément, quel fge avaient ces enfants au moment o/1 elles avaient commencé à allaiter, pendant combien de temps elles les avaient allait~s, quelle était la fréquence de l'ailaitement, à quel fige avaient été intmduits des aliments de complément et quel type d'aliments. On a demandé également aux mères si elles avaient utilisé des biberons. La presque totalité des enfants camerounais nés dans les cinq années ayant préc~dé l'enquSte (97,2 %) ont été allaités pendant un certain temps ŒEEableau 8.1 ), et cette pratique est quasi uniforme quelles que soient les caractéristiques des mères. Concernant les seuls enfants derniers-nés, seulement 29,2 pour cent ont 6I~ mis au sein pour la première fois durant leur premier jour d'existence et 11,9% durant la première heure suivant la naissance: ainsi, bien que la pratique de l'allaitement soit quasi générale au Cameroun, dans leur grande majorité, les mères ne donnent pas le sein le premier jour. Ce comportement peut avoir un effet néfaste pour l'enfant: en effet, lors du premier ailaitement, vingt-quatre heures après la naissance, l'enfant peut ne pas recevoir le colostrum, celui-ci n'étant pas toujours conservé, ce qui prive l'enfant des anticorps transmis par la mère; par ailleurs, pendant son premier jour d'existence, le nouvean-né peut recevoir å la place du sein, des liquides divers pouvant le mettre en contact avec des microbes pathogènes. Bien que la pratique de l'allaitement soit répandue uniformément dans le pays, le moment où il commence varie de façon assez nette selon les memes caractéristiques de la mère. Les enfants qui sont allaités dès le premier jour sont plut6t: les filles (31,3% contre 27,3% pour les garçons), les enfants du Nord-Ouest/Sud-Ouest (44,6% contre seulement 22,7% dans l'Adamaoua/NordÆxtreme-Nord et 22,5% dans le Centre/Sud/Est), les enfants dont la mère a un niveau d'instruction primaire (34,4% contre 26,2% et 26,4% des enfants issus, respectivement, de femmes sans instruction ou de celles ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur), les enfants dont la naissance a été assistée par un professionnel de la santé (32,3%), et ceux dont la naissance a eu lieu dans un établissement sanitaire (32,1%). Le Graphique 8.1 présente les données sur la pratique de l'allaitement des enfants de moins de deux ans au moment de l'enquete. A 1 mois, 99,2 pour cent des enfants sont allaités et cette pratique reste très importante pendant la première année d'existence puisque 92,7 pour cent des enfants atteignant 1 an le sont encore. L'aUaitement diminue ensuite régulièrement avec l'age de l'enfant, mais il faut attendre 18 mois pour que près de la moitié des enfants (49,0%) ne soient plus allait~s. L' allaitement exclusif est relativement rare au Cameroun, puisque 10,4 pour cent seulement des enfants de 1 mois reçoivent exclusivement le sein, et que 119 Tableau 8.1 Allaitement Initial Pourcentage d'enfants n6s au cours des cinq ann6es précédant l'anquéte et ayant été allait~s, et pourcentage d'enfants derniers-nés ayant commencé à #.tre allaitds dans l'heure ou dans le jour suivant leur naissance, par caract&istiques socio-d6mographiques, EDS Cameroun 1991 Ensemble des enfants Demiers-nés Pourcentage Pourcentage Pourcentages allaités dmas ailait~s dans ayant été l'heure suivant le jour suivant Caractéristique ailaités Effectif la naissance la naissance Effectif Sexe del'enfant Masculin 97,0 1763 11,8 27,3 1130 Féminin 97,4 1725 12,1 31,3 1090 Milieu de r~ldence Yanundé/Douaia 95,4 468 10,8 30,4 307 Autres villes 96,5 893 10,9 28,3 561 Ensemble urbain 96,1 1361 10,9 29,0 868 Rural 97,8 2127 12,6 29,3 1352 Région Yaoundé/Douaia 95,4 468 10,8 30,4 307 Ademaoua/Nord/Ext.-Nurd 96,6 1338 14,3 22,7 829 Centre/Sud/Est 98,3 633 6,7 22,5 386 Ouest/Littorai 97,4 536 10,4 35,7 354 Nord-Ouest/Sud-Ouest 98,6 513 14,6 44,6 344 Niveau d'Instruction de la mtwe Aucun 96,9 1497 14,3 26,2 943 Primaire 98,0 1283 11,5 34.4 808 Secondaire ou plus 96,4 707 8,0 26,4 469 Assistance å l'accouchement Personnel formé médicaiement 97,4 2216 10,9 Accoucheuse traditionnelle 96,4 411 9,3 Autres personnes ou pas d'assistance 96,8 861 15,7 32,3 1412 22,7 249 24,3 559 Lien de l'accouchement Etablissemant sanitaire 97,5 2169 10,9 32,1 1379 A la maison 96,6 1277 13,9 24,7 814 Au~e 100,0 3 0,0 100,0 2 ND 96,6 38 5.3 12,8 25 Ensemble des enfants 97,2 3488 11,9 29,2 2220 Note: Le tablean est bas~ sur tous les enfants nés dans les 5 années aymat prée.é, dé l'enquête, qu'ils soient vivants ou d6e~dés au moment de l'enquéte. 120 dès 4 mois il n'y a pratiquement plus d'enfants nourris exclusivement au sein. Or l'OMS recommande que jusqu'à 4-6 mois, l'enfant soit uniquement nourri au sein. La majorité des enfants reçoivent de l'eau en plus du sein, dès leurs premiers mois d'existence (54,8% des enfants de 1 mois), et aux memes ~ges, un tiers des bébés (34,1%) reçoivent une alimentation de complément (lait autre que maternel, autres liquides, bouillies, etc.). Dès l'age de 2 mois, les enfants recevant, en plus du sein, une alimentation de complément deviennent majoritaires et augmentent réguli~rement avec l'åge, au détriment de ceux allaltés. Graphique 8.1 Pratique de l'allaitement des enfants de moins de 2 ans v 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 Age en mois Note: Moyennes mobiles sur trois mois / ImAI + complé, ments [] E]Allaitement et eau I I Allaitement seul [~J Non allaité, s EDSC 1991 Le Tableau 8.2 concerne les enfants aUaités I de moins de deux ans, selon le type d'aliments qu'ils reçoivent en complément du sein (plusieurs types de compléments pouvant ~tre donnés, la somme des pourcentages peut excéder 100%). Il appara~ que dès 0-1 mois, différents types d'aliments sont donnés: 13,5 pour cent des enfants reçoivent du lait en botte pour bébé, 2,7 pour cent reçoivent d'autres genres de lait fiait frais ou en poudre), 12,8 pour cent reçoivent d'autres liquides (jus, tisanes, etc.), et surtout 15,6 pour cent reçoivent déjà des bouillies ou des aliments solides. A l'/lge de 6-7 mois, les proportions d'enfants recevant les différents types d'aliments de complément ont peu changé, sauf dans le cas des bouillies et aliments solides que reçoivent alors plus de huit enfants sur dix (81,6%). L'OMS recommande qu'entre 4 et 6 mois, les enfants commencent à recevoir des aliments de complément: ainsi, si une majorité des enfants camerounais de 6-7 mois reçoivent une alimentation conforme à ces recommandations, près d'un sur cinq (18,4%) continue à ~tre seulement allaité, et cela jusqu'à 18 mois. i Le tableau a ét6 limit~ aux enfants de moins de 2 ans: au-delà de cet &ge, les effectifs d'enfants ailaités sont beaucoup U'op faibles. 121 Tableau 8.2 Allaitement et alimentation de complément Pourcentage d'enfants de moins de deux ans ailaités, pat åge, selon le type d'aliments de complément reçus et pourcentage de ceux utilisent le biberon, EDS Came~otm 1991 Aliments de complément Utilisation Lait pour Autres Autres Solides/ du Age en mois bébé laits liquides 1 Bouillies biberon Effectif 0-I 13,5 2,7 12,8 15,6 12,4 100 2-3 11,9 8,6 15,3 39,0 22,3 124 4-5 10,8 6,9 15,3 76,0 12,3 94 6-7 4,9 3,1 22,0 81,6 9,6 120 8-9 8.8 9,9 27,1 84.6 8,3 119 10-11 3,2 8,4 22,0 84,8 5,7 110 12-13 6,5 11,2 33,0 85,4 10,4 88 14-15 5,2 7,5 27,0 88,9 4,1 76 16-17 2,3 6,4 21,2 81,7 1,9 71 18-19 (2.7) (4.9) (23.9) (84.6) (2,7) 49 20-21 0.0 (9.3) (14.3) (92,5) (3.1) 43 22-23 (7.1) (9.3) (29.3) (91,3) (10.4) 39 Nota: Le statut d'allaitament fait référence aux demléres vingt-quatre heures. La somme des pourcentages d'enfants par type de compléments peut dépasser 100% car l'enfant peut recevoir diff&ents types de eompléments. 1Non compris l'eau ( ) Basé sur moins de 50 ce~ Au Camemun, le biberon ne se substitue pas à l'aUaitement, mais il est utilis6 pour donner des compléments alimentaires à 12,4 pour cent des enfants dès 0-1 mois. Les différents résultats qui viennent de révéler l'introduction trop précoce d'une alimentation de complément ainsi que l'utilisation du biberon ont des implications particulièrement importantes sur l'état de santé et l'état nutritionnel des enfants. En effet, en marge de l'allaitement, ces pratiques exposent les nouveau-nés aux microbes pathogènes (en particulier l'utilisation du biberon). Par ailleurs, en recevant autre chose que le sein, les enfants, étant en patrie rassasiés, ont tendance ~ moins téter, ce qui les prive en partie du lait maternel et ce qui, en outre, en réduit la production. Par là-mSme, l'enfant devient de plus en plus dépendant de l'alimentation de complément. Un autre effet de ces pratiques est la réduction de l'intensité et de la fréquence de l'allaitement maternel qui, en r6duisant la durée de l'aménorrhée post-partum, augmente le risque pour la femme de retomber enceinte rapidement ce qui, å son tour, a des implications sur l'6tat de santé et l'état nutritionnel de l'enfant le plus jeune et de celui å naître. Concemant la durée de l'allaitement, sa médiane est de 17A mois (Tableau 8.3) et elle varie fortement selon les caractéristiques socio-démographiques. La durée médiane de l'allaitement en milieu rural (19,9 mois) est presque supérieure de cinquante pour cent à celle de Yaoundé/Douala (13,8 mois). Dans l'ensemble des régions (non compris Yaonndé/Douala), la dur~ médiane se situe autour de 17 mois, sauf dans l'Adamaoua/NordÆxtreme-Nord où elle atteint 22,5 mois. Il semble y avoir également une corrélation entre la durée d' allaitement et le niveau d'instruction de la mère, puisque la médiane varie de 14,6 mois chez les femmes les plus instruites å 21,9 mois chez celles sans instruction. Si on se limite aux enfants recevant uniquement le sein ou le sein et seulement de l'eau en complément, la durée médiane n'est pins que de 1,9 122 mois, mais elle varie de 0,6 mois à Yaoundé/Douala, dans le Nord-Ouest/Sud-Ouest et chez les femmes les plus instmites à pr6s de 4 mois dans l 'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord et chez les femmes sans instruction. Au Tableau 8.3 figure également la "Pr6valence/Incidence" de l 'allaitement qui est une dur6e moyenne calcul6e selon une méthode empmnt6e å l'6pidémiologie. En épid6miologie, on estime la durée moyenne d 'un 6vénement en divisant sa prévalence par son incidence. Ici, l 'événement est l 'allaitement, la pr6valence est le nombre d'enfants que les mères sont encore en train d'allaiter au moment de l 'enquete, l ' incidence est le nombre moyen de naissances par mois. Ce nombre moyen est estimé à partir des naissances Tableau 8.3 Durée médiane et fréquence de l'sllait~anent Durée médiane de l'ailaitemant (enfants de moins de trois ans), et pourcentage d'enfants de moins de six mois ayant ét6 ailaités six fois ou plus au cours des vingt<luatrc heures ayant précéd6 l'enquete, par caract&istiques socio-d6mographiques, EDS Cmneronn 1991 Durée médiane en mois Ensemble de Allaitemem Caractéristique l'aUaitement et eau 1 Effectif Enfants de moins de 6 mois Pourcentage allaité 6 fois ou + dans les demières 24 heures Effectif Sexe de l'enfant Masculin 18,3 Féminin 16,7 Milieu de résidence Yaonndé/Douala 13,8 Autres villes 16,8 Ensemble urbain 15,5 Rural 19,9 R6glon Yaoundé/Douaia 13,8 Adamaoue/Nord/Ext .-Nord 22,5 Centre/Sud/Est 17,1 Ouest/Littorai 17,4 Nord-Ouest/Sud-Ouest 17,5 Niveau d'Instruction de la mère 21,9 Aucun 17,4 Primaire 14,6 Secondaire ou plus Assistance ~ l'accouchement Personnel formé m6dicalemant 16,5 Accoucheuse traditionnelle 18,2 Autres personnes ou pas d'assistance 21,4 Ensemble des enfants 17,4 Moyenne 18,4 Moyenne pr6valence/mcidence 18,2 1,6 1056 89,5 165 2,2 1071 89,1 158 0,6 280 78,5 44 2,1 557 83,9 83 1,4 837 82,0 127 2,2 1290 94,0 196 0,6 280 78,5 44 3,9 826 94,0 129 1,1 392 85,5 57 1,6 327 86,8 51 OE6 302 94,2 42 3,5 881 94,1 145 1,6 793 89,8 115 OE6 453 77,2 63 1,2 1322 85,2 183 2,4 254 92,3 34 3,3 551 95,3 106 1,9 2127 89,3 323 4,5 3,9 Note: Les médianes et moyennes sont bas~es sur le statut actuel. 1y compris les enfants exclusivement allaités 123 d'une période de 36 mois pour éviter les problèmes de saisonnalité et les erreurs possibles de période de référence. En divisant le nombre de m~res qui allaitent au moment de l'enquête par le nombre mensuel moyen de naissances, on obtient une estimation de la durée moyenne d'allaitement en mois. Au Cameroun, la durée moyenne d'aUaitement ainsi calculée est de 18,2 mois. Figurent ci-dessous les durées moyennes d'allaitement pour quelques pays d'Afrique subsaharienne, caiculées selon le méme procédé au cours des EnquEtes Démographiques et de Santé: Durée médlane Date de d'allaitement Pays l'enquête (en mois) Lib6ria 1986 17,0 Ouganda 1988-89 18,6 Botswana 1988 18,8 Sénégal 1986 18,8 Kenya 1989 19,4 Soudan 1988-89 19,5 Nigéria 1990 20,1 Ghana 1988 20,4 Maii 1987 21,6 Togo 1988 22,6 Burundi 1987 23,4 Il apparatt ainsi qu'au Cameroun la durée d'aUaitement est sensiblement plus courte que dans de nombreux autres pays. Au cours de I'ENF de 1978, la durée moyenne d'aUaitement calculée au Cameroun était de 19,3 mois: malgré les différences de méthode de calcul de cette durée moyenne entre I'ENF et , 2 1 EDSC, il semble que la durée de 1 allaitement a légèrement diminué entre 1978 et 1991. Au Tableau 8.3 figure également une information sur la fréquence de l'allaitement des enfants de moins de six mois. Au cours des demières vingt-quatre heures ayant précédé l'enquête, 89,3 pour cent des enfants de moins de six mois ont été allaités six fois ou plus. Les enfants qui ont ét~ le moins fréquemment aUaités (moins de six fois dans les demières vingt-quatre heures) sont ceux des "autres villes" (83,9%) et de Yaoundé/Douala (78,5%), ceux de l'Ouest/Littoral (86,8%) et du Centre/Sud/Est (85,5%), ceux dont les mères sont les plus instruites (77,2%) et ceux dont l'accouchement a été assisté par un personnel médical (85,2%). 8.2 ETAT NUTRIT IONNEL 8.2.1 Méthodologie Un des objectifs de I'EDSC était d'évaluer l'état nutritionnel des jeunes enfants. Cet état résulte à la fois, de l'histoire nutritionnelle (ancienne et récente) de l'enfant et des maladies ou infections qu'il a pu avoir;, par ailleurs, cet état influe sur la probabilité qu'a l'enfant de contracter des maladies: en effet, un enfant mal nourri est en situation de faiblesse physique qui favorise les infections, et par 1~ influe sur ses risques de 2 A rENF, la durée moyenne porte sur le dernier intervalle fea'mé: femmes non-célibatair¢s ayant eu au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant-dernière naissance vivante a surv~cu au moins 12 mois. 124 décéder. L'état nutritionnel est évalué au moyen d'indicateurs anthropométriques calculés å partir de mesures (la taille 3 et le poids) de l'enfant prises au cours de l'enquête. Le poids et la taille permettent de calculer les trois indicateurs suivants: la taille par rapport å l'age (taiile-pour-age), le poids par rapport à la taille (poids- pour-taille) et le poids par rapport à l'~lge (poids-pour-/Ige). Au cours de l'enquête, tous les enfants de moins de cinq ans des femmes 61igibles, c'est-à-dire les femmes de 15-49 ans ayant passé la nuit précédant l'enquête dans le ménage sélectionné, devaient Otre pesés et mesurés: les données devraient donc porter sur les 3 189 enfants répondant a ces critéres. Cependant, les résultats présentés ci-dessous ne concernent que 2 352 enfants, soit 74 pour cent des enfants éligibles. Sont exclus des résultats: 11 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille ne sont pas connu (l'enfant n'a pas été mesuré parce qu'il était malade ou absent au moment de l'enquete, ou encore parce qu'il a refusé), 3 pour cent d'enfants pour lesquels le poids et/ou la taille sont manifestement improbables (du fait d'erreurs de report, ou encore d'erreurs de mesure, particuli6rement délicates chez les enfants les plus jeunes), et enfin 12 pour cent d'enfants pour lesquels l'age en mois est inconnu ou incomplet, les indicateurs taille-pour-age et poids-pour-ãge n'ayant de sens que calculés å partir d'informations très précises sur l'åge. Selon les recommandations de l'OMS, l'état nutritionnel des enfants de l'enquête est comparé à celui d'une population de référence internationale, connu sous le nom de standard NCHS/CDC/WHO. 4 Cette référence internationale a été établie à partir de l'observation d'enfants américains de moins de cinq ans en bonne santé et elle est utilisable pour tous les enfants de cet/lge dans la mesure où, quel que soit le groupe de population, ils suivent un modèle de croissance similaire. Les données de la population de référence intemationale ont été normalisées pour suivre une distribution normale où la médiane et la moyenne sont identiques. Pour les différents indicateurs étudiés, la comparaison de la situation dans l'enquête avec le standard intemational est menée en mesurant la proportion d'enfants observés qui se situent à moins de deux et à moins de trois écarts-type en-dessous de la médiane de la population de référence. L'indicateur taine-pour-age est un indicateur de retard de croissance: un enfant trop petit pour son åge est la manifestation de ce retard de croissance. Un enfant qui a eu un problème de nutrition et/ou qui a ~té malade de façon chronique pendant une période relativement longue ou encore de façon répétée, peut accuser un retard de croissance staturale: il a alors une taille inférieure/~ la moyenne de son/Ige. Cependant, son poids a pu rester en correspondance avec sa taille réelle, donnant ainsi un indicateur poids-pour-taille normal: c'est pourquoi cette forme de sous-nutrition n'est pas toujours "visible" dans une population: un enfant de trois ans présentant cette forme de sous-nutrition peut ressembler à un enfant de deux ans bien nourri. La taiUe-pour-åge est donc une mesure des effets à long terme de la sons-nutrition et ne varie que très peu en fonction de la saison de la collecte des données. Les enfants pour lesquels la taille-pour-~ge se situe à moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane talUe-pour-flge de la population de téférence (-2 écarts- type) sont considérés comme petits pour leur/lge et atteints de sous-nutrition chronique, ceux pour lesquels la taille-pour-åge se situe à moins de trois écarts-type en-dessous de la médiane tallle-pour-age de la population de référence (-3 écarts-type) sont considérés comme atteints de sous-nutrition chronique sévère. L'indicateur poids-pour-taille reflète la situation nutritionnelle actuelle (au moment de l'enquête). Cette forme de sous-nutrition est la conséquence d'une alimentation insuffisante durant la période ayant 3 Les enfants de moins de 24 mois ont ~té mesurés en position couché, e, alors que ceux de 24 mois et plus ont été mesurés en position debout. Cependant, pour faciliter la compréhension du texte, le m~me terme "taille" sera utilis6 ici pour tous les enfants quelle que soit la façon dont ils ont ~té mesurés. 4 NCHS: National Center for Health Statisties (Centre national des statistiques sanitaires, des Etats-Unis); CDC: Centers for Disease Control (Centres de contrfile des maladies, des Etats-Unis); WHO: World Health Organization (Organisation Mondiale de la Santé - OMS). 125 précédé l'observation, ou peut etre le résultat de maladies provoquant une perte de poids (diarrhée sévère, anorexie associée à une maladie, par exemple): un enfant souffrant de cette forme de sous-nutrition est maigre ou émacié. L'indicateur poids-pour-taille reflète donc une situation actuelle qui n'est pas nécessairement une situation de longue durée. En particulier, la sous-nutrition aiguë peut 8tre fortement influencée par la saison pendant laquelle s'est effectuée la collecte des données, étant donné que la plupart des facteurs susceptibles de causer un déséquilibm entre le poids et la taille de l'enfant (épidémie, sécheresse, période de soudure, etc.) sont très sensibles [t la saison. Les enfants dont le poids-pour-taille se situe ~t moins deux écarts-type en- dessous de la médiane poids-pour-taille de la population de référence sont considérés comme souffrant de sous-nutrition aiguë, ceux se situant à moins trois écarts-type souffrent de sous-nutrition aiguë sévère. Le poids-pour-tige est un indicateur qui reflète, à la fois et sans les diffémncier, les deux précédentes formes de sous-nutrition, chronique et aiguë. C'est la mesure la plus souvent utilisée par les services de santé pour suivre les progrès nutritionnels et la croissance des enfants, mais sa valeur en tant qu'indicateur est limitée quand il n'en existe qu'une seule mesure. Il est présenté ici essentiellement pour permettre des comparaisons avec les résultats des études ou des suivis nutritionnels des enfants qui utilisent cette mesure. Comme le poids-pour-taille, le poids-pour-age est sensible aux variations saisonnières. Les enfants dont le poids-pour-fige se situe ~ moins de deux écarts-type en-dessous de la médiane poids-pour-tige de la population de référence sont considérés comme souffrant d'insuffisance pondérale, ceux se situant ~ moins trois écarts- type souffrent d'insuffisance pond~raie sévère. Dans une population en bonne santé et bien nourrie, on s'attend å ce que seulement 2,3 pour cent des enfants se situent à moins deux écarts-type, dont 0,1 pour cent à moins trois écarts-type, en-dessous de la médiane pour chacun des trois indicateurs de nutrition. 8.2.2 Résultats Le Tableau 8.4 présente les pourcentages d'enfants de moins de cinq ans souffrant de sous-nutrition selon les trois indicateurs présentés ci-dessns et selon certaines caractéristiques socio-démographiques. Au Camemun, un peu moins d'un enfant sur quatre (24,4%) souffre de sous-nutrition chronique (-2 écarts-type pour la taille-pour-åge), dont un peu plus d'un tiers (8,9%) présentent une sous-nutrition chronique sévère (-3 écarts-type): ces niveaux de sous-nutrition sont, respectivement, dix fois et quatre-vingt-dix fois plus élevés que dans la population de référence. Les plus fortes variations de la prévalence de la sous-nutrition chronique s'observent selon l'tige de l'enfant (Graphique 8.2): les enfants de moins de six mois sont très peu touchés (1,7%); entre six mois et un an, près de dix pour cent des enfants (8,9%) souffrent de cette forme de sons-nutrition; mais la proportion d'enfants atteints devient ensuite extr~mement élevée puisque, à partir de 1 an, ce sont près de 30 pour cent des enfants qui sont concemés. En fait, c'est avant deux ans que les dommages se créent et à partir de cet tige, les retards de croissance staturale acquis ne sont plus rattrapables. Deux facteurs peuvent expliquer la prévalence plus faible de la sous-nutrition chronique chez les enfants les plus jeunes (moins de un an). D'une part, ces enfants sont peut-&re encore trop jeunes pour avoir eu une alimentation pauvre ou insuffisante pendant une période assez longue pour que leur croissance staturale ait été afîect~e, d'autant plus que jusqu'à un an, plus de 95 pour cent des enfants sont partiellement aUaités (voir ci-dessus le Graphique 8.1), ce qui limite en partie les risques de sous-nutrition chronique. D'autre part, les enfants de cet åge, qui sont peu mobiles, sont moins exposés que leurs a$nés aux risques de maladies. Les garçons sont légèrement plus atteints de sous-nutrition chronique que les filles (25,4% contre 23,4%); cependant, il faut noter qu'en ce qui conceme la forme sévère de ce type de sous-nutrition, le rapport s'inverse et ce sont les filles qui sont les plus touchées (9,3% contre 8,5%). En général, pour des raisons physiologiques, les filles supportent mieux que les garçons une alimentation pauvre ou insuffisante; mais si 126 Tableau 8.4 Etat nutritionnel des enfants Pourcentage d'enfants de moins de cinq ans eonsid&és comme atteints de sous-nutrition par earaet6risdques socio-démographlques selon les tsois indicateurs anthropométriques de l'~rat nutritionnel: taille-pour-åge, poids-pour-taille et poids-pour-âge, EDS Caraeroun 1991 Taille-pour-åge Poids-pour-taille Poids.pour-åge Pourcentage Pourcentage Pourcentage Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Inférieur Caractéristique å (-3ET) ~t (-2 ET) x h (-3 ET) à (-2 ET) t (à -3 ET) (it -2 ET)t Effectif Age de l'enfant moins de 6 mois 0,8 1,7 0,0 0,5 0,0 1,0 258 6-11 mois 2,4 8,9 0,2 3,4 3,2 10,9 334 12-23 mois 8,6 28,5 0,8 7.3 5,2 21,2 549 24-35 mois 12,9 31,3 0,3 1,9 3,0 16,6 424 36-47 mois 12,6 30,4 0,0 1,3 2,6 13,0 411 48-59 mois 11,9 33.2 0.8 0,8 1,6 11.0 382 Sexe de l'enfant Masculin 8,5 25,4 0,3 3,1 2,3 12,4 1195 Féminin 9,3 23,4 0,5 2,8 3,5 14,9 1162 Rang de naissance 1 8,2 22,9 0,4 3,6 3,2 13,7 432 2-3 7,7 22,6 0,4 2,6 2,2 11,7 760 4-5 10,0 23,3 0,2 1,6 2,9 14,5 556 6 et plus 9,8 28,7 0,7 4,0 3,6 15,2 609 Intervalle entre naissances Première naissance 8,4 23.1 0.4 3,6 3,2 13,9 435 Moins de 24 mois 8,2 23,0 0,3 2,8 3,4 14,6 379 24-17 mois 9,7 25,5 0,4 2,7 2,9 14,1 1238 48 mois et plus 7,0 23,4 0,4 3,4 1,9 10,0 306 Milieu de résidence Yaoundé/Douaia 2,1 8,9 0,2 1,0 0,5 5,1 351 Autres villes 7,0 21,5 1,1 4,2 3,4 14,7 609 Ensemble urbain 5,2 16,9 0,8 3,0 2,4 11,2 960 Rural 11,4 29,6 0,2 2,9 3,3 15,3 1397 Réglon Yaoundé/Douala 2,1 8,9 0,2 1,0 0,5 5,1 351 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 11,8 28,9 1,3 6,8 6,0 24,3 679 Centre/Sud/Est 8,4 25,1 0,0 1.8 3,9 14,8 494 Ouest/Littorai 9,7 26,2 0,2 1,5 1,0 6,5 421 Nord-Ouest/Sud-Ouest 9,4 27,6 0,0 1,1 0,7 9,2 413 Niveau d'Instruction de la mère Aucun 13,3 32.2 0.6 4,7 4,6 21,4 769 Primaire 8,6 24,2 0,5 2,3 2,4 10,4 1039 Secondaire ou plus 3,1 13,9 0,1 1,7 1,5 8,8 550 Ensemble des enfants 8,9 24.4 0.4 3,0 2,9 13,6 2357 Note: Le tableau est bas~ sur les enfants nés dans les 1-59 mois ayant précédé l'enquête. Chaque indicateur est exprimé en terme de nombre d'unités d'écart-type (ET) par rapport à la médiane de la Population de Réf&ence Internationale du NCHS/CDC/WHO. Les enfants sont atteints de sous-nutrition s'ils se ta'ouvent å moins de -2 ET (-2 ET et -3 ET) de la médiane de la population de référence. 1Les enfants qui se situent en.dessous de -3 ET sont inclus dans cette catégorie. 127 50 40 30 20 10 Pourcentage Graphique 8,2 Etat nutritionnel des enfants de moins de 5 ans ~-- - :i ::ï:-~L ~~o~ . 4 3'6 3 4 5 ' 2 2 Age en mois Note: Moyennes mobiles sur trois mois EDSC 1991 celle-ci persiste et que les parents favorisent les garçons en cas de nourriture limitée, les fdles sont alors plus atteintes et plus gravement que les garçons. Du point de vue du rang de naissance de l'enfant, la prêvalence de la sous-nutrition chronique ne varie que très peu pour les enfants de rang un à cinq (autour de 23%), par contre elle est plus importante pour les enfants de rang six ou plus dont 28,7 pour cent sont atteints. Ce résultat n'est guère étonnant dans la mesure où un enfant de moins de cinq ans et de rang six ou plus vit dans une grande famille: sa mère a alors moins le temps de s'en occuper correctement, d'en prendre soin dans le cas de maladie et de satisfaire comme il convient à ses besoins alimentaires; parfois même, c'est quelqu'un d'autre que la mère qui se charge de l'enfant. En outre, dans le cas d'une grande famille où la nourriture disponible est limitée, la part accordée à chacun s'en trouve encore pins réduite. L'intervalle entre naissances ne semble pas influencer de façon importante les niveaux de sous-nutrition chronique, sauf pour les enfants qui suivent leur aîné de quatre ans et plus qui sont nettement moins concemés que lorsque l'intervalle est plus court. Du point de vue des caractéristiques de la mère (Tableau 8.4 et Graphique 8.3), des écarts très importants apparaissent dans les niveaux de sous-nutrition chronique. Près d'un tiers des enfants du milieu rural (29,6%) sont atteints de sous-nutrition chronique: parmi ces enfants, un peu moins d'un sur trois (11,4%) souffre de sous-nutrition chronique sévère. De façon générale, la sous-nutrition chronique est pins de trois fois plus fréquente en milieu rural qu'à Yaoundé/Douala; en milieu urbain (autre que Yaoundé/Douala) elle est plus de deux fois plus fréquente que dans les deux plus grandes villes du Cameroun. Du point de vue régional, on n'observe que peu de différences entre le Centre/Sud/Est, la région la moins touchée (25,1%), et t'Adamaoua/Nord/Extrême-Nord, la région la plus touchée (28,9%). Le niveau d'instruction de la mère semble être, par contre, un facteur déterminant de l'état nutritionnel des enfants: 32,2 pour cent des enfants issus de femmes sans instruction sont atteints de sous-nutrition chronique, contre 24,2 pour cent chez les femmes ayant un niveau d'instruction primaire et 13,9 pour cent pour les femmes les plus instruites. Les variations sont encore plus importantes en ce qui concerne la sous-nutrition chronique sêvère 128 Graphique 8.3 Pourcentage d'enfants de moins de 5 ans présentant un retard de croissance RESIDENCE I Yaoundé/Douala Autres villes Rural ~ REGION I Ad./Nord/Ext -Nord- Centre/Sud/Est I Ouest/Litloral L NO/SO L','*'~ C ~ r ~ ~ m m - - m L iNSTRUCTION Aucune! Primaire ~ Secondaire/Sup ~ 0 10 Note Taille-pour-åge inf6rieure à 2 ET de la médiane de la populalion de r6f6rence m 20 30 40 Pourcentage EDSC 1991 qui passe de 3,1 pour cent chez les enfants des femmes de niveau secondaire ou sup6rieur a 13,3 pour cent chez les enfants de femmes sans instruction. Avec l'augmentation du niveau d'instruction, les femmes acquièrent certainement une meilleure connaissance de la composition équilibr6e des aliments et des règles d'hygiène; mais aussi et surtout, les femmes les moins instruites sont souvent celles qui vivent dans les conditions économiques les plus précaires, caractéris6es par une quantité de nourriture disponible parfois limitée et par des conditions de logement souvent insalubres. C'est cette conjonction de facteurs, et non le seul niveau d'instruction, qui explique la forte prévaience de la sous-nutrition chronique, de la m~me façon que la forte prévalence de la diarrhée (voir Chapitre 7 - Sant6 de la mère et de l'enfant), parmi les enfants des femmes les moins instruites. Le Tableau 8.4 fournit également les proportions d'enfants souffrant de sous-nutrition aiguë exprimée au moyen de l'indicateur poids-pour-taille. Les enfants souffrant de sous-nutrition aiguë ou émaei6s, c'est-à- dire ceux qui se situent å moins deux écarts-type en-dessous de la médiane poids-pour-taille de la population de référence, sont faiblement représentés (3,0%), et parmi eux une très faible proportion est affectée par la forme sévère de ce type de sous-nutrition (0,4% à -3 écarts-type): ces proportions sont assez voisines de celles attendues dans une population en bonne santé et bien nourrie (respectivement 2,2% et 0,1%). Du point de vue de l'åge (Graphique 8.2), ce sont les enfants de 6-11 mois (3,4%), et surtout œux de 12-23 mois (7,3%) qui sont les plus atteints. Ce dernier groupe d'åges correspond au stade du d6veloppement où les enfants commencent à explorer le monde, "touchent à tout" et portent n'importe quel objet å leur bouche: ils sont ainsi particulièrement exposés aux microbes pathogènes comme en dénote la forte prévalence de la diarrh6e dans ces groupes d'åges (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Selon les autres caractéristiques d6mographiques, on observe peu d'écarts pour cette forme de sous- nutrition. Cependant, on peut noter que les enfants de rang six ou plus sont beaucoup plus touchés (4,0%) que ceux de rang pr6cédant, comme pour la sous-nutrition chronique, mais ici les enfants de rang un sont aussi 129 assez atteints (3,6%). Les enfants de moins de cinq ans et de rang un, étant issus des mères les plus jeunes, on peut penser que, du fait de leur manque d'expérience, ces demières ne sont pas toujours capables de s'occuper correctement de leurs enfants et de satisfaire correctement leurs besoins alimentaires, en particulier lorsqu'lls sont en mauvaise santé. Du point de vue de la r~sidence des mères, c'est avant tout en milieu urbain (autre que Yaoundé/Douala) que les enfants souffraient de sous-nutrition aigue au moment de l'enquete (4,2%); seuls 2,9 pour cent des enfants du milieu rural étaient contera~s. Du point de vue régional, c'est toujours dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord que les enfants sont le plus touchés (6,8%), ce qui s'explique par le fait que cette r~gion, la plus sèche du Cameroun, est celle où les problèmes de soudure entre récoltes se posent avec le plus d'acuité et où sévissent épisodiquement de courtes disettes. Enfin, les enfants dont la mère est sans instruction sont ceux qui souffrent le plus fréquemment de sous-nutrition aigu~ (4,7%): pour les enfants dont la mère a ét~ ~t l'école, que ce soit au niveau primaire ou au niveau secondaire et plus, l'écart est assez limité (respectivement 2,3% et 1,7%). L'indicateur poids-pour-åge qui figure au Tableau 8.4 nous renseigne sur 1'état nutritionnel sans qu'il soit possible de faire la distinction entre les déficiences alimentaires qui durent depuis longtemps (retard de croissance) de celles qui sont récentes (6maciation). Il apparatt ici que 13,6 pour cent des enfants camerounais de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pond~raie, dont près d'un sur cinq (2,9%) sous une forme sévère. Comme l'état nutritionnel mesuré au moyen de cet indicateur rend compte à la fois, des formes chronique et aiguë de sous-nutrition, les variations du poids-pour-age selon les différentes caractéristiqnes socio-démographiques suivent les m~mes tendances que celles observées pour le poids-pour-taille et surtout que celles observées pour la taille-pour-åge, car, comme ce demier indicateur, le poids-pour-age est surtout dépendant de l'[lge. Rappelons seulement que cet indicateur étant particulièrement sensible aux variations saisonnières, une seule estimation de sa valeur å un moment donné peut poser des problèmes d'interprétation, surtout si on le compare ~ d'autres estimations obtenues à différentes époques. 130 CHAPITRE 9 MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS Les conditions sanitaires, mais aussi les conditions démographiques, socio-économiques, environnementales et culturelles sont autant de facteurs qui déterminent les niveaux de la mortalit~ des enfants et pour cette raison, le taux de mortalité infantile est parfois considéré comme l'un des meilleurs indicateurs du niveau de développement d'une population. La connaissance de la mortalité des enfants est donc indispensable non seulement aux spécialistes des questions de population, mais aussi aux responsables de mise en place des programmes de santé et de développement socio-économique en général. C'est dans cette perspective que s'est inscrit l 'un des principaux objectifs de I'EDSC, à savoir recueillir des informations permettant d'estimer les niveaux de mortalité des enfants, d'en dégager les tendances au cours des deux demières décennies, de mettre à jour certains de ses aspects différentiels et d'identifier certains des sous- groupes à hauts risques. 9.1 METHODOLOGIE Les indices de mortalité présentés dans ce chapitre sont calculés à partir d'informations recueiUies dans l'historique des naissances du questionnaire individuel. Dans cette partie du questionnaire, on demande aux femmes de retracer leur histoire génésique en donnant la liste de leurs naissances et en pr6cisant le sexe, la date de naissance de l'enfant, son état de survie et, en cas de décès, l'/lge au déc~s (au jour près pour les décès de moins de un mois, au mois pr~s pour ceux de moins de deux ans, et en années pour les décès survenus à deux ans et plus). Les indices suivants ont été calculés à partir de ces informations: quotient de mortalité néonatale (NN): probabilité de décéder avant d'atteindre un mois; quotient de mortalité post-néonatale (PNN): probabilitédedécéderentrelepremieretle douzième mois exact; quotient de mortalité infantile (lq,): probabilité de décèder entre la naissance et le premier anniversaire; quotient de mortalité j uvénile (4ql): probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire; quotient de mortalité infanto-juvénile (sqo): probabilit~ de decéder entre la naissance et le cinquième anniversaire; La collecte des données par le biais de l'historique des naissances présente certaines limites méthodologiques et certains risques d'erreurs d'enregistrement. En premier lieu, dans ce type d'approche rétrospective, on collecte des informations sur le passé (par exemple ici, la mortalité des enfants) auprès de personnes vivantes au moment de l'enquête (ici les femmes de 15-49 ans). Dans le cas présent, on n'a donc aucune information sur la survie ou le déc~s d'enfants dont la mère est actuellement décéd~e: dans le cas ot~ ces enfants, "orphelins de mère," seraient en nombre important et où leur mortalité serait différente des enfants dont la mère survit (ce qui est certainement le cas), les niveaux de mortalité s'en trouver, tient affectés. 1 En outre, en limitant la collecte des données aux seules femmes de 15-49 ans, les informations découlant de l'historique des naissances ne sont pas complètement représentatives des différents intervalles de la période passée. Si, pour les cinq années prie~riant l'enquête, la presque totalité des naissances (et de la mortalité infanto-juvénile qui peut s'ensuivre) sont issues de femmes de 15-49 ans à l'enqu&e, il n'en est pas Le m8me problème mèthodologique se pose quant aux mesures concernant la santé de la mère et de l'enfant et l'6tat nutritionnel des enfants, présentès respectivement aux Chapitres 7 et 8. 131 de méme pour les intervalles plus anciens: pour la période 10-14 ans avant l'enquête, par exemple, nous ne disposons d'aucune information sur les naissances issues de femmes de 40-49 ans à cette époque. Du point de vue de la collecte proprement dite, comme cela a été précisé plus haut (Chapitre 3 - Fécondité), la validité des données peut 8tre affectée par: le sous-enregistrement des événements, plus particulièrement l'omission d'enfants qui meurent très jeunes, quelques heures ou jours après la naissance, qui peut induire une sous- estimation des niveaux de mortalité; les déplacements différentiels des dates de naissance des enfants, selon qu'ils sont vivants ou décédés: 2 ces "déplacements" qui n'affectent pas les niveaux de mortalité de l'ensemble de la période rétrospective considérée, peuvent entrainer une sous-estimation de la mortalité d'un intervalle (par exemple, 0-4 ans avant l'enquete), et, par conséquent, une suresåmation de la mortalité de l'intervalle précédant (par exemple, 5-9 ans avant l'enquOte); l'imprécision des déclarations d'fige au déc~s: en particulier l'attraction des 12 mois comme åge au décès, en transformant une partie des déc~s de jeunes enfants (moins de 12 mois) en d6c5s d'enfants plus figés (12 ~t 59 mois), peut engendrer une sous-estimation de la mortalité infantile et, par contre-coup, une surestimation de la mortalité juvénile, la mortalité globale des moins de cinq ans n'étant pas affectée? L'ensemble des limites m6thodologiques, inhérentes à l'historique des naissances, et des risques d'erreurs ou d'imprécisions de collecte n'induisent généralement qu'une très faible marge d'erreur dans les mesures des événements récents (voir Sunivan et al., 1990): dans le cadre de ce rapport, on n'a donc procédé aucun ajustement qui n6cessiterait, au préalable, une évaluation détaillée de la qualité des données de l'historique des naissances. 4 Par contre, plus la période de référence est éloignée de la date de l'enquète, plus le risque d'imprécision est important: 5 de ce fait, les conclusions concernant les changements ou plut0t l'amplitude des changements dans les niveaux de mortalité ne doivent ~tm tiré.es qu'avec prudence. 2 A l'Annexe E, le Tableau EA foumit la distribution des naissances, selon leur état de survie, par année de naissance. Comme on l'a précis6 au Chapitre 3 OEécondit6), le "rapport de naissances annuelles" semble indiquer un manque de naissances en 1986, et un "surplus" en 1985 et 1987. Ces déplacements semblent particulièrement prononcés de 1986 vers 1985 pour les enfants décédés, nés en "sons-nombre" en 1986 (rapport = 75 < 100), et en "surnombre" en 1985 (rapport = 125 > 100). 3 A l'Annexe E, les Tableaux E.5 et E.6 fournissent la distribution des décès par ~tge au décès (jours, mois et années). On remarquera que, pour l'ensemble de la période 0-19 ans avant l'enquète, autant d'enfants seraient morts à 12 mois (87 décès) qu'aux trois åges 10, 11 et 13 mois réunis (83 décès): l'attraction pour råge au décès 12 mois est évidente. 4 A titre indicatif, pour corriger l'attraction des 12 mois dans les déelarations d'fige au décès, on a procédé à un ajustement des données de I'EDSC, en supposant que, pour la période 0-4 ans avant l'enquète, 50 pour cent des déobs å 12 mois s'étaient produits avant un an. Cette correction conduit, pour la période 0-4 ans avant l'enquête, à une mortalité infantile supérieure d'environ 3 pour cent, et à une mortalité juvénile inférieure d'environ 4 pour cent à celles présenté.es dans le rapport. Par exemple, il apparaît nettement à l'Annexe E, Tableau E.6, que l'attraction pour l'fige au décSs 12 mois est d'autant plus prononcée que la période de réfémnce est ancienne. 132 9.2 NIVEAUX ET TENDANCES Le Tableau 9.1 présente les différents quotients de mortalité (néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile) pour les quinze demières années, selon trois pdriodes quinquennales. Durant la période la plus récente (0-4 ans avant l'enquête), près d'un enfant sur huit (126,3"/oo) est décédé avant d'atteindre son cinquième anniversaire: sur 1 000 naissances, 65 enfants sont décédés avant l 'ãge de un an, et sur 1 000 enfants atteignant leur premier anniversaire, 66 sont décédés avant d'atteindre cinq ans. Avant l'åge de un an, la probabilité de mourir durant le premier mois d'existence (33,1"/oo) est très légèrement supérieure à celle de mourir entre le premier et le douzième mois exacts (31,9*/oo). Sur la période des quinze demières années, la mortalité néonatale et la mortalité post-néonatale semblent avoir diminué dans la mSme proportion (de 40%); il en est de même de la mortalité infantile et de la mortalité juvénile. Cependant, comme il apparal't au Graphique 9.1, la mortalité infantile aurait connu l'essentiel de sa baisse au cours de la pdriode la plus récente, passant de 97,3 pour mille en 1983 (année centrale de la pdriode quinquennale) å 65,0 pour mille en 1988, alors que la mortalité juvénile aurait surtout baissé durant la période précédente, passant de 100,6 pour mille en 1978 à 73,8 pour mille en 1983. Bien que ces tendances différentielles puissent en partie, être dues à des transferts différentiels des dates de naissance et/t des imprécisions des/tges au décès, 6 elles sont certainement le signe d'une amélioration rdcente des conditions sanitaires (baisse de lq0), alors que la situation économique générale du pays stagnait, voire se ddgradalt (ralentissement de la baisse de 4ql). De plus, l'amélioration du niveau d'instruction des femmes au cours des 13 derrières années (la proportion de femmes de 15-49 ans ayant, au moins, un niveau d'instruction primaire passant de 38 pour cent en 1978 (ENF) à 60 pour cent en 1991 (EDSC)), a très certainement joué un r~le déterminant dans la baisse de la mortalité infantile. Tableau 9,1 Mortalité des enfants de moins de cinq ans Quotients de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infanto-juvénile par pérlodes de 5 ans précédant l'enqu&e, EDS Camerotm 1991 Nombre Mortalité d'armdes Mortalité Post- précédant Ndonatale Néonatale l'enquête (MN) (MPN) MortalioE Mortalité Mortalité. L-ffanto- Infantile Juvénile Juvénile (~qo) ¢,q~) (~qo) 0-4 ans 33,1 31,9 65,0 65,6 126,3 5-9 ans 52.4 44,9 97,3 73,8 164,0 10-14 ans 55,4 52.7 108,1 100.6 197,9 Au Graphique 9.1, figurent également les niveaux de mortalité par pdriodes quinquennales précddant l'enquête, estirnés lors de I'ENF de 1978. Les résultats de I'EDSC pour la période rétrospective la plus ancienne (autour de l'année 1978) sont très voisins des résultats de I'ENF pour sa période rétrospective la plus récente (autour de l'année 1975). Il semble donc que, meme peur la période rétrospective la plus ancienne, les omissions de décès ont ét~ peu nombreuses au cours de I'EDSC et que les quotients de mortalité calculés reflètent bien les niveaux de la mortalité des enfants camerounals. Les tendances générales de baisse de la 6 Ces tranferts se traduiraient ici par une légère surestimation de la baisse de la mortalit6 infantile et å une légère sous-estimation de la baisse de la mortalit~ juvénile de 1983 à 1988. L'analyse des données par milieu d'habitat (voir 9.3 Mortalité différentielle) semble aller dans ce sens. 133 Graphique 9.1 Tendances de la mortalité selon I' ENF, le RGPH et I'EDSC Décès pour 1000 140 120 100 80 60 40 20 0 65 MORTALITE INFANTILE(1QO) - ,¢ _ - - - - - 0 i I i 70 Décès pour 1000 1 i i i 75 80 Année MORTALITE JUVENILE(4Q1) J 85 i I 90 140 120 100 80 60 40 20 O 65 "-- 0_ ._¢ I I I I I I I I I 70 75 80 85 Année "@" ENF 1978"JlK RGPH 1987'-)K- EDSC 1991 / 90 Noie: Les points tepr6sene~s correspondent â l'année centrale des périodes quinquennales 134 mortalité semblent se confirmer sur la période de trente ans couverte par les deux enquêtes: au milieu des années 1960, un enfant sur quatre ddcédalt avant d'atteindre cinq ans, à la fin des années 1980, cette probabilité de ddcéder est passée à un sur huit. Sur le Graphique 9.1 figurera enfin les niveaux de mortalité infantile et de mortalité juvénile observés lors du RGPH de 1987:7 ces niveaux, inférieurs à ceux de I'EDSC, et en particulier celui de la mortalité infantile, auraient été sous-estimés par le RGPH (comme c'est souvent le cas pour les mesures directes de mortalité -décès des douze derniers mois- déduiras de données de recensement), tout en restant relativement proches de ceux de I'EDSC. Les rapprochements effectués entre les résultats de I'EDSC et ceux de I'ENF et du RGPH mettent en évidence la cohérence des résultats des trois opérations et la bonne qualité des donndes de I'EDSC sur la mortalité des enfants. 9.3 MORTALITE DIFFERENTIELLE ET GROUPES A HAUTS RISQUES Le Tableau 9.2 présente les différents quotients de mortalité des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques de la mère, pour la pdriode de dix ans précédant l'enquête (1982- 1991). La référence à une pdriode de dix années est utilisée ici pour pouvoir disposer, dans chaque sous- Tableau 9.2 Mortalité des enfants par earactdristiques de la mère Quotiants de mortalité néonatale, post-néonatale, infantile, juvénile et infante-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'anqu&e, par earactéristiques soeio-démographi- ques de la mère, EDS Carneroun 1991 Caractéristique Mortalité Mortalité Mortalité Post- Mortalité Murtalit~ Infanto- Néonatale Néonatale Infantile Juvénile Juvénile (MN) (MPN) (,qo) (,qt) (sq0) Milieu de résidence Yaoundé/Douala 36,0 31,2 67,2 38,6 103,2 Autres villes 44,5 29,4 73,9 59,1 128,6 Ensemble urbain 41,7 30,0 71,7 52,3 120,3 Rural 42,9 43,2 86,1 79,7 158,9 Réglon Yaound6/Douala 36,0 31,2 67,2 38,6 103,2 Ad./NordÆxt.-Nurd 55,2 54,1 109,4 100,8 199,2 Centre/Sud/Est 40,7 34,6 75,4 52,9 124,2 Ouest/Littoral 35,0 22,6 57,6 54,9 109,3 Nord-Ouest/Sud-Ouest 23,3 21,2 44,5 46,3 88,8 Niveau d'instruction de la m~re Aucun 57,1 56,0 113,1 96,2 198,4 Primaire 31,2 20,4 51,6 48,0 97,1 Secondaire ou pins 25,4 25,2 50,6 31,2 80,3 Soins prénatals et nsslstance å l'accouchement Ni l'un ni l'autre 57,1 51,5 108,6 (86,1) (185,3) L'un ou l'autre 37,7 (12,3) (50,0) (75,2) (121,4) Les deux 23,1 25,2 48,3 (55,7) (101,3) Ensemble 42,4 38,1 80,5 69,2 144,1 500 cas (personnes exposées) figoeant entre Note: Les quotients calculés sur moins de parenthèses. 7 Les quotients présentés ici ont été calcul~s à partir des decbs par ~tge d~clarés pour la période de douze mois ayant prO~dé le recensement. Il s'agit ici de valeurs calculées sur la base de donn6es observées, avant tout ajus~ment. 135 Graphique 9.2 Mortalité infanto-juvénile selon les caractéristiques de la mère RESIDENCE Yaoundé/Douala Autres villes Rural REGIQN Ad/Notd/Exl -Nord Centre/Sud/Est Que sl/Littoral NO/SO INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup 0 50 1 oo 1 so 200 250 Décès pour 1000 Note: Basê sur les dêcés de la pénode de 10 ans ayant précédé l'enquéte EDSC 1991 groupe de population, d'un nombre d'événements suffisant au calcul des différentes pmbabilités. Le Graphique 9.2 visualise les niveaux de mortalité infanto-juvénile selon les différentes caractéristiques de la mère. Les risques de décéder avant l'age de cinq ans sont 50 pour cent plus importants en milieu rural (158,9% o) qu'~t Yaoundé/Douala (103,2%o); dans les "autres villes," le risque de décéder est de 128,6 pour mille. Si l'on s'intéresse plus précis~ment à la mortalité infantile et à la mortalité juvénile, les écarts entre les deux grandes villes et le milieu rural diffèrent de façon importante: la mortalité infantile du milieu rural est 30 pour cent sup6rieure à celle de Yaoundé/Douala, alors que la mortalité juvénile est le double en milieu rural par rapport à celle des deux principales villes. Envisagé d'un autre point de vue, on observe qu'à Yaoundé/Douala le risque de mourir durant la première année (67,2°/oo) est presque deux fois plus important que le risque de mourir entre un et cinq ans (38,6% o), alors qu'en milieu rural, la mortalité infantile (86,1"/oo) n'est que de 10 pour cent supérieure à la mortalité juvénile (79,7% o). Une analyse des déplacements d'année de naissance et des imprécisions des déclarations d'/tge au décès selon le milieu d'habitat (voir Annexe E, Tableau E.6) fait apparaRre que ces déplacements, très peu sensibles à Yaoundé/Douala et dans le milieu urbain en général, sont particulièrement manifestes en milieu rural. Un ajustement des données du seul milieu rural, en attribuant à la mortalité infantile 50 pour cent des décès à douze mois conduit, pour ce milieu de résidence, à une mortalité infantile supérieure de 5 pour cent et à une mortalité juvénile inférieure de 6 pour cent à celles présentées au Tableau 9.2. Ainsi, les écarts de mortalité juvénile entre milieux urbain et rural seraient, peut-être, moins prononcés que ceux qui apparaissent ici. Cependant, les problèmes de collecte ne peuvent expliquer qu'une faible partie des écarts observés: il semble que, lorsque la mortalité est élevée chez les enfants de moins de cinq ans, la mortalité juvénile pèse d'un poids presque aussi important que la mortalité infantile. Rappelons que la mortalité juvénile est due essentiellement à des causes exogènes, particulièrement sensibles aux conditions socio-économiques et souvent évitables par les vaccinations, l'amélioration de l'hygiène et de l'alimentation. 136 Du point de vue régional, comme attendu, on retrouve pour la mortalité infantile et la mortalité juvénile les différences observées pour les indicateurs de santé maternelle et infantile (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) et celles concernant l'état nutritionnel (voir Chapitre 8 - Allaitement, nutrition et état nutritionnel). La probabilité de mourir entre 0 et 5 ans varie de 88,8 pour mille dans le Nord-Ouest/Sud- Ouest, å 109,3 pour mille dans l'Ouest/Littoral, 124,2 pour mille dans le Centre/Sud/Est, et atteint 199,2 pour mille dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. Ainsi, entre sa naissance et son cinquième anniversaire, un enfant de l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord a une probabilité de mourir près de deux fois et demi supérieure à celle d'un enfant du Nord-Ouest/Sud-Ouest. Un tel écart ne peut s'expliquer que par un ensemble de facteurs, parmi lesquels la difficulté à s'approvisionner en eau, l'insuffisance des ressources alimentaires, mais aussi la difficulté d'accès aux services de santé dans l'Adamanua/Nord/Extreme-Nord, jouent certainement un réle dominant. En rapport avec le niveau d'instruction de la mère, un enfant issu d'une femme sans instruction a une probabilité de mourir avant cinq ans (198,4"/oo) deux fois et demi plus élevée que celle d'un enfant de mère ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (80,3°/oo). Cette différence de mortalité en fonction du niveau d'instruction de la mère est encore plus nette pour les enfants survivants à un an, puisque leur probabilité de mourir avant cinq ans est trois fois plus élevée quand leur mère n'a aucun niveau d'instruction (96,2*/00) par rapport à ceux dont la mère a atteint le secondaire ou le supérieur (31,2"/oo). Les meilleures conditions de vie, d'hygiène et d'alimentation, mais surtout le recours plus important aux services de santé de femmes les plus instruites fleurs enfants sont trois fois plus vaecinés que les enfants de femmes sans instruction, voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant) expliquent l'essentiel de ces différences de mortalité. La demière caractéristique présentée au Tableau 9.2 concerne les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement. Lorsque la mère n'a fait aucune visite prénatale pendant sa grossesse et n'a pas été assistée par un personnel médical lors de l'accouchement, son enfant court un risque de décéder de 185,3 pour mille avant l'åge de cinq ans, contre 101,3 pour mille pour un enfant dont la mère a ét~ en consultation prénatale et a été assistée lors de l'accouchement. Les différences de niveau de mortalité sont encore plus nettes si on se limite à la seule mortalité infantile, 108,6 pour mille contre 48,3 pour mille. Ainsi le suivi de la grossesse et les conditions de l'accouchement semblent jouer un rdle essentiel sur les niveaux de mortalité infantile. Cette mortalité étant, en grande partie, influencée par des causes endogènes (malformations et maladies congénitales, etc.), alors que la mortalité juvénile est plut& influencée par des causes exogènes (maladies infectieuses, conditions d'hygiène, alimentation, etc.), ce résultat n'est guère surprenant. De 1978 (ENF) à 1991 (EDSC), la proportion d'enfants qui sont nés sans assistance å l'accouchement ou avec seulement l'aide de parents ou amis est passée de 42 pour cent à 25 pour cent: cette baisse, qui dénote une amélioration des conditions d'accouchement, a très certainement contribué à la baisse de la mortalité infantile observée ces demières années. Cependant, les femmes qui ont le meilleur suivi de grossesse et qui accouchent dans les meilleures conditions sont aussi les femmes les plus instruites et celles du milieu urbain (voir Chapitre 7 - Santé de la mère et de l'enfant). Ainsi l'environnement socio-économique des mères apparalt à nouveau comme un facteur déterminant de la mortalité des enfants. Le Tableau 9.3 et le Graphique 9.3 présentent les quotients de mortallt~ pour la période de dix ans précédant l'enquête selon certaines caractéristiques biologiques des mères et des enfants. Entre la naissance et le cinquième anniversaire, la mortalité des enfants de sexe masculin est, comme dans la majorité des populations, légèrement plus ~levée que celle des enfants de sexe féminin; mais si la mortalité infantile des garçons est nettement supérieure à celle des filles, le phénomène contraire s'observe pour la mortalité juvénile. Un meilleur traitement (meilleure alimentation, meilleurs soins, etc.) accordé aux enfants de sexe masculin, entre un et cinq ans, explique peut-erre, en partie, cette sous-mortalil~ masculine. 137 Tableau 9.3 MortalioE des enfants par cæactéristiques démographiquea de la m~re et des enfants Quoti~ts de mortalité n6onatale, post-n~natale, infan~le, juv6nile et infante-juvénile pour la période de 10 ans précédant l'enqu&e, par caraetéristiques démographiques de la mère et des enfants, EDS Camemun 1991 Mortalité Mortalité Mortalit~ Post- Mortalité Mortalité Infanto- Caractéristique Néonstale Néonatale Infantile Juv6nile Juvénile d6mographique (MN) (MPN) (~qo) Gq0 L,q,) Sexe Masculin 48,1 38,3 86,4 63,6 144,5 Feminin 36,7 37,9 74,6 74,8 143.8 Tallle b la nalssance x Très petit ou petit 76,4 (36,9) (i13,4) (73,5) (178,5) Moyen ou gros 24,0 26.7 50,8 (63,7) (I 11,2) Age de la m~re à la naissance Moins de 20 ans 59,4 45.7 105,1 82,4 178,8 20-29 ans 30,9 37,0 67,8 64,2 127,7 30-39 ans 48.8 34,0 82,7 61,1 138,7 Rang de naissance 1 44,8 44,9 89,7 59,1 143,5 2-3 39.1 35,3 74,4 66,0 135,5 4-6 33,8 34.9 68,7 78,4 141,8 7 et plus 61,6 41,4 I03,0 69.9 165,7 Intervalle avec la naissance pr&6dente Moins de 2 ~ 76,8 61.2 138,1 109,9 232,8 2-3 ans 26,8 26,2 53,1 60,4 110,3 4 mas ou plus (34,0) (28.0) (62,0) (36,8) (96,5) Ensemble 42,4 38,1 80,5 69,2 144,1 Note: Les quotients ealeul6s sur moins de 500 cas (personnes exposées) figurent entre ÇQu arenthèsas' otients pour la période de cinq ans précédant I enqu&e En rapport avec la taille de l'enfant ~ la naissance selon la perception de la mère, il apparaît que les bébés petits ou très petits (dont les pr~maturés) ont une mortalité beaucoup plus élevée que les bébés moyens ou gros. Sur mille enfants de petite taille a la naissance, 76 n'atteignent pas la fin du premier mois d'existence, et 113 n'atteignent pas leur premier anniversaire. Pour ces enfants, la probabilité de mourir durant le premier mois est de trois fois supérieure à celle des enfants que les m/~res ont déclarés comme étant, à la naissance, moyens ou plus grands que la moyenne; leur probabilit6 de mourir durant la première année est, quant à elle, deux fois supérieure. 138 Graphique 9,3 Mortalité infantile (lq0) et comportement procréateur AGE DE LA MERE Moins de 20 ans 20-29 ans 30-39 ans RANG DE NAISSANCE 4-6 7ou + INT INTERGENESIQUE < 2 ans 2-3 ans 4 ans OU + m 20 40 60 80 100 Décès pour 1000 120 140 160 EDSC 1991 Les trois autres caractéristiques selon lesquelles sont prdsentés les niveaux de mortalité au Tableau 9.3 et au Graphique 9.3 concernent le comportement procrdateur des mères. Du point de vue de l'åge de la mère, les risques de décdder sont les plus élevés pour les enfants nés de femmes en début (moins de 20 ans) et en fin (40-49 ans) de vie reproductive: en particulier, le risque de décéder en pdriode néonatale est près de deux fois plus élevé pour un enfant né d'une femme de moins de 20 ans (59,4*/oo) que pour un enfant né d'une femme de 20-29 ans (30,9*/oo). Selon le rang de naissance, les quotients de mortalité infantile relativement élevés pour le rang un (89,7% o), baissent nettement pour les rangs suivants, pour augmenter de façon très importante pour les enfants de rangs les plus élevés (103,&/oo pour les rangs 7 et plus). La durde de l'intervalle intergénésique apparalt comme étant le facteur qui influe le plus nettement sur les niveaux de mortalité des enfants. Les intervalles très courts, dont on pense qu'ils ne permettent pas ~ la femme une récupération totale de ses capacités physiologiques, entrainent une mortalité juvénile (109,9%o) près de deux fois plus élevée, et surtout une mortalité infantile (138,1%o) près de trois fois plus élevée que chez les enfants qui suivent leur aîné de deux ans et plus. La mortalité différentielle scion ces trois caractéristiques met en évidence les risques importants que fait courir aux enfants une fécondité élevée, caractérisée par des naissances précoces et/ou tardives, des rangs de naissance élevés et des intervalles intergdnésiques courts. Le Tableau 9.4 qui reprend, en les combinant, ces trois dernières caractdristiques du comportement procréateur, présente une classification des naissances des cinq demières années selon les catégories ~ hauts risques auxquelles elles correspondent: 139 les naissances issues de femmes appartenant ~ une seule catégorie à haut risque, à savoir les naissances de femmes d'/lge de procréation précoce (moins de 18 ans), celles de femmes d'åge de procréation tardif (plus de 34 ans), les naissances à intervalle intergénésique court (moins de 24 mois), et celles de rang élevé (4 et plus); les naissances correspondant à une combinaison des hauts risques précédents; les naissances n'appartenant ~t aucune des cat~gories à hauts risques définies ci-dessus. Tableau 9.4 Fécondité à hauts risques Pourcentage d'enfants nés dans les cinq années ayant précédé l'enquête par hauts risques de mortalité, et pourcentage de femmes actuellement en union h risque de concevoir on enfant à hauts risques de mortalité, par catégories de hauts risques croissants, EDS Cameroon 1991 Catégories à hauts risques Naissances dans les 5 demières ann~s Pourcentage de femmes Poureeãatage Rapport actuellement de naissances de risque en union I Dans aucune catégorie i hauts risques Un seul haut risque Age < 18: moins de 18 ans ~t la naissance Age > 34: plus de 34 ans à la naissance IN < 24: intervalle antre naissances inférieur ~ 24 mois RG > 3: Rang de naissance 4 ou plus Hauts risques multiples Age < 18 et IN < 24 (ou RG > 3) Age > 34 et IN < 24 Age> 34, IN < 24 et RG > 3 IN< 24etRG> 3 Ensemble descatégorleså hauts Hsques To~l 32,0 1,00 23,62 46,2 1,27 36,2 10,2 2,13 3,0 0,5 (1,92) 5,7 6,0 1.59 8,4 29,5 0.89 19,1 21,9 2,35 40,2 1,4 (3,76) 0,8 9,4 0,97 21,5 1,6 (3,34) 4.0 9,5 3,36 13,9 68,0 1,61 76,4 100,0 100,0 Effectif 3460 2868 Note: Le rapport de risque est le rapport de la proportion d'enfants décédés dans les cinq dernières années dans chaque catégorie à risque, ~ la proportion d'enfants décéd~s dans aucune catégorie à hauts risques. ( ) Bas~ sur moins de 200 cas il,es femmes sont classées dans les catégories à hauts risques selon le statut qu'elles auraient à la naissance de l'enfant, si l'enfant était conçu au moment de l'anqu&e: åge inférieur à 17 ans et 3 mois, ou plus ågé que 34 ans et 2 mois, la dernière naissmace est née dans les 15 derniers mois, et la dernière naissance était de rang 3 ou plus. 2y compris les femmes stérilis~s 140 Il apparaît tout d'abord (Tableau 9.4) que 32,0 pour cent des naissances des cinq années ayant précédé l'enquête ne correspondent à aucune catégorie åhauts risques identifiés,46,2 pour cent correspondent des catégofies de haut risque unique, et un peu plus d'un cinquième des naissances (21,9%) sont des cas à hauts risques multiples. Pour évaluer le risque supplémentaire de décéder que fait courir aux enfants certains comportements procréateurs des mères, on a calculé des "rapports de risque," en prenant comme base de référence les naissances appartenant à aucune des catéguries/t hauts risques. Le rapport de risque est donc le rapport de la proportion d'enfants décédés dans chaque catégorie å hauts risques, a la proportion d'enfants décédés dans la catégorie "sans hauts risques." Un enfant appartenant à une catégorie quelconque de haut risque unique court un risque de décéder 1,3 fois supérieur à un enfant n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. La fécondité très précoce de la mère (naissance à moins de 18 ans) est le comportement qui met le plus les enfants en danger, puisque leur risque de décéder est de 2,1 fois supérieur à ceux n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques. Mais ce sont les enfants appartenant aux catégories de hauts risques multiples qui sont le plus exposés à la mortalité. Toutes catégories confondues, leur risque de décéder est de 2,3 fois supérieur å ceux appartenant ~t aucune catégorie à hauts risques et, pour certains comportements procréateurs spécifiques, les risques sont multipliés par plus de trois: matemit~ très précoce combinée avec un intervalle intergénésique court (rapport de 3,8), intervalle court combiné avec un rang supérieur à trois (rapport de 3,4), et matemité tardive combinée avec un intervalle court et un rang élevé (rapport de 3,3). Ces résultats démontrent qu'une meilleure planification et qu'un espacement des naissances qui limitent les naissances à hauts risques, n'ont pas pour seule conséquence une réduction des niveaux de la fécondité, mais aussi une amélioration des chances de survie des enfants. A partir de cette analyse du comportement procréateur å hauts risques, on a essayé de déterminer la proportion de femmes actuellement mari~es qui, potenfieUement, pourraient avoir un tel comportement. Pour cela, à partir de l'åge actuel des femmes, de l'intervalle écoulé depuis leur dernière naissance et du rang de leur demière naissance, on détermine dans quelle catégorie se trouverait la prochaine naissance, si chaque femme concevait un enfant au moment de l'enquête. Il s'agit donc d'une simulation ayant pour objectif de déterminer les futures naissances à hauts risques, en l'absence de tout comportement régulateur de la fécondité. Il apparaît (Tableau 9.4) que 23,6 pour cent des enfants à naitre seraient alors des enfants n'appartenant à aucune catégorie à hauts risques et que 76,4 pour cent des enfants appartiendraient å une quelconque catégorie à hauts risques (simple ou multiple). Cette dernière proportion est nettement supérieure à celle observée chez les enfants déjà nés (68,0%), et en particulier pour les enfants des catégories à hauts risques multiples (40,2% prévisibles contre 21,9% dans les cinq demières années). Cette simulation démontre une fois de plus la nécessit6 de mettre en place des mécanismes régulateurs de la fécondité dans le but de réduire les hauts risques de mortalité encourus par les jeunes enfants. La diffusion, ou plus exactement la vulgarisation, de tels r~sultats auprès des femmes concemées peut ~tre un facteur essentiel au développement des programmes de planification familiale dans le but de limiter les grossesses à hauts risques. En effet, en démontrant aux femmes qu'une fécondité ma~trisée peut accrol'tre les chances de survie de leurs enfants, un des arguments majeurs justifiant une forte fécondité, å savoir, avoir beaucoup d'enfants pour qu'au moins quelques-uns survivent, perd en grande partie sa raison d'~tre. 141 CHAPITRE 10 CAUSES DE DECES DES ENFANTS L'analyse des causes de décès des enfants est particulièrement utile peur l'identification des domaines prioritaires dans les programmes de santé (Gray, 1991). Au cours de I'EDSC, on a tenté de déterminer les causes probables de décès des enfants nés durant les cinq années ayant précédé l'enquete. La méthode utilisée est appelée autopsie verbale ou encore diagnostic par interview. Lorsque le décès n'était pas dO à un accident, deux types d'informations ont été collect~s pour tenter de déterminer sa cause probable. On a tout d'abord demandé à l'enqu~tée quelle était, selon elle, la cause principale du décès. La réponse enregistrée par l'enquetrice était codée, ultérieurement, au bureau central à partir d'une liste de maladies. Dans la plupart des cas, la cause déclarée correspond à un "diagnostic" établi par la mère et peut, de ce fait, ne pas etre la cause réelle. Cependant, malgré ces limites, lorsque la mère déclare une cause de décès, ceci constitue une première indication importante pour établir un nouveau diagnostic. La femme enqu~tée était ensuite interrogée sur la présence, la gravité et la durée de certains symptõmes et signes particuliers durant la maladie qui avait conduit son enfant au décès. On peut estimer que les déclarations faites sur des sympt0mes observés sont plus fiables que celles concernantla cause proprement dite du décès. Les sympt0mes retenus étaient au nombre de huit: diarrhée, diarrhée avec présence de sang dans les selles, toux, respiration difficile/rapide, boutons sur le corps, fièvre, convulsions, maigreur extrême et jambes et/ou visage enflés. On dispose donc d'informations sur la cause dédarée du décès et sur les symptõmes observés. L'analyse qui suit consiste, dans un premier temps, à d&luire des symptOmes des causes possibles de décès, indépendantes de celles déclarées. Le diagnostic final sur la cause probable du décès est alors établi en combinant la cause déclar~e par la mère et la cause dérivée des sympt6mes. Pour aider ~ l'établissement d'un diagnostic, en particulier pour les décès néonatals, on a demandé à la mère si l'enfant tétait normalement pendant ses premiers jours d'existence. Cette information permet de distinguer les enfants "normaux" à la naissance de ceux qui ne le sont pas, comme les prématurés, les nouveau-nés ayant subi un traumatisme au cours de l'accouchement et ceux ayant des malformations congénitales. De plus, le fait de perdre la capacité de téter quelques jours après la naissance est caractéristique du tétanos néonatal. De m~me, les informations sur le poids et la taille de l'enfant å la naissance et la durée de grossesse (c'est-à-dire le béb6 était ou non prématuré) qui sont collectées pour tOutes les naissances à la section "Grossesse et AUaltement" du questionnaire, ont Et~ également utilisées pour déterminer les causes de décès, en particulier dans la période néonatale. L'enquetrice demandait enfin à la mère le lieu du décès de l'enfant et si des soins médicaux avaient ~té donnes lors de la maladie précédant le décès. Parmi les enfants nés durant les cinq années ayant précédé l'enquéte, un total de 299 décès ont été enregistrés dont 111 décès néonatals, 87 décès post-néonatals, c'est-à-dire de 1 à 11 mois, et 101 décès de 1 à 4 ans. Les décès survenus durant la période post- néonatale et chez les jeunes enfants (1-4 ans) ayant présent~ des causes très similaires, les résultats concernant ces deux tranches d'åges ont été combinés et l'analyse qui suit porte donc sur le groupe 1-59 mois. 10.1 CAUSES DE DECES DECLAREES PAR LA MERE Le Tableau 10.1 présente les résultats concemant la cause principale du décés déclarée par la mère pour les décès survenus durant la période néonatale et ceux survenus à 1-59 mois. Pour l'ensemble des 299 décès survenus à moins de 5 ans, les informations font défaut dans 2,5 pour cent des cas et la mère a déclar6 143 ne pas counattre la cause du décès dans 14,7 pour cent des cas. Ces proportions sont beaucoup plus élevées pour les décès survenus au cours de la période néonatale, au cours de laquelle le "diagnostic" est plus difficile å établir: 5,5 pour cent d'informations man- quantes et 23,9 pour cent de réponses "Ne sait pas." Durant la période néonatale, selon les déclarations de la mère, les maladies respiratoires sont les causes de décès les plus fréquentes (13,6%), suivies par la prématurit6 (11,6%), le tétanos (9,3%), les problèmes lors de l'accouchement (9,2%) et le paludisme (8,8%). Cette dernière cause de décès semble avoir été surestimée dans la mesure où le paludisme est peu fréquent avant l'age de six semaines. Ce cas met en évidence le problème de la fiabilité des déclarations de la mère concernant la cause du décès: pour la mère, la présence d'une fièvre sévère avant le décès (sympt6me) peut avoir ét~ assimilée A une maladie caractérisée par ce symptéme (le paludisme) et supposée &re la cause du décès, alors que de nombreuses autres maladies présentent ce m~me symptéme. Après la période néonatale, la rougeole vient en tête des causes de décès (18,9%), suivie par la diarrhée (17,4%), le paludisme (15,7%) et les maladies respiratoires (11,2%). La malnutrition a ét~ déclarée comme principale cause du décès dans 4,2 pour cent des cas. Les accidents ne représentent quant ~t eux que 1,8 pour cent des causes de décès. Si la mère déclarait plus d'une cause de décès, cette cause seconde était également enregistrée. Pour seulement 4 pour cent de l'ensemble des décès, la mère a déclaré une seconde cause, principalement le paludisme ou l'anémie (données non présent~es au Tableau 10.1). Tableau 10.1 Causes de décès d~.clarées par la m/~e Distribution (ea %) des d6c~s d'enfants nés durant les cinq afin~es ayant précéd6 l'enquête par cause de décès déclarée par la m&e~ selon lqige au déc, ès en mois, EDS Cameroun 1991 Age en mois Cause du décès <1 1-59 Ensemble Prématurité 11,6 0,0 4,3 Probl~:mes obstétricaux 9,2 0,0 3,4 T&e-nos 9,3 1,9 4,7 Malformation congénitale 0,5 1,4 1,0 Paludisme 8,8 15,7 13,2 Rougeole 1,2 18,9 12,3 Maladies respiratoires 13,6 11,2 12,1 - Pneumonie 4,7 6,6 5,9 - Asthme 1,9 0,7 1,1 - Coqueluche 0,7 2,1 1,6 - Sympt6rnes d'infection respiratoire aigut~ 6,2 1,8 3,4 Diarrhée 1,2 17,4 11,4 Fièvre 2,4 4,5 3,7 Sous-nutrition 0,0 4,2 2,6 Anémie 0,0 1,6 1,0 Autres infections 0,0 1,6 1,0 Accidents 1,4 1,8 1,7 Autres 11,6 9,6 10,3 Ne sait pas 23,9 9,3 14,7 Non déterminé 5,5 0,7 2,5 Total 100,0 100,0 100,0 Nombre de décès 111 188 299 Note: Une seole cause par enfant. 10.2 PREVALENCE DE SYMPTOMES AVANT LE DECES Les pourcentages d'enfants qui ont présenté les sympt0mes sélecfionn6s durant la maladie conduisant au décès figurent au Tableau 10.2. Parmi les enfants décédés durant la période ndonatale, les difficultés respiratoires (dyspnée) sont très courantes (31,5%), ainsi que la fièvre (20,3%). La toux et les convulsions 144 sont généralement présentes chez plus de 10 pour cent des nouveau-nés décédés. Parmi les enfants décédés à 1-59 mois, la fièvre (58,4%), la dyspnée (43,6%), la diarrhée (41,6%) et la maigreur extreme (40,6%) sont les sympt6mes les plus couramment déclares, mais tous les autres symptSmes, mis li part la diarrhée avec sang, sont également assez fréquents puisqu'ils sont présents dans plus de 10 pour cent des cas. Pour pouvoir faire la distinction entre les symptSmes souvent présents durant l'enfance, comme la diarrhée et la maigreur, mais peut-etre sans rapport avec le décès, et les symptSmes qui contribuent au décès, on a demandé à la mère si le syrnptéme ou le signe était grave. Ainsi il apparatt au Tableau 10.2 que, par exemple, 31,9 pour cent des enfants décédés ~t 1-59 mois présentaient une diarrhée grave. En d'autres termes, pour près de trois-quart des enfants ayant la diarrhée avant le décès, celle-ci était grave. De plus, on a également demandé si le symptéme avait duré jusqu'au décès et, si ce n'était pas le cas, combien de temps avant le décès avait-il disparu. Ces informations devaient permettre la distinction entre cause principale ou immédiate (le symptõme dure jusqu'au décès) et cause associée (le sympt6me disparatt avant le décès). Le Tableau 10.2 montre que, dans la grande majorité des cas, le sympt(3me était présent jusqu'au décès: par exemple, chez les enfants décédés à 1-59 mois, 32,7 pour cent ont eu la diarrhée jusqu'au décès, soit près des trois quarts des enfants ayant eu la diarrhée (32,7% par rapport a 41,6%). Dans les cas où le symptõme a disparu avant le décès, cette disparition s'est produite juste quelques jours avant (données non présentées au Tableau 10.2). De ce fait, la distinction entre cause principale ou immédiate et cause associée du décès ne sera pas faite ici. Tableau 10.2 Symptémes durant la maladie ayant conduit au décès Pourcentage d'enfants nés durartt les cinq années ayant préeédé l'enqu~.te et d~e~dés, qui ont présenté, durant la maladie ayant précédé le d~eès, un symptôme, un symp~me grave et un symptôme ayant duré jusqu'au décès, par åge au décès en mois et par symptéme spéuifique, EDS Cameroun 1991 Symptôme Décès néonatals (N=I 11) Décès h 1-59 mois (N--188) Symptôme Symptôme Sympt6me Sympt6me jusqu'au Symptôme Symptéme jusqu'au présent grave décb.s présent grave décès Diar~hée 6,0 2,0 4,8 41,6 31,9 32,7 Diarrhée + sang 1,9 1,2 0,0 4,8 3,5 4,8 Toux 14,0 11,2 12,4 28,9 17,9 23,6 Dyspnée 31,5 27,9 29,9 43,6 36,8 40,1 Fièvre 20,3 15,2 14,6 58,4 44,4 50,8 Convulsions 11,5 10,7 7,1 19,6 14,4 18,4 Boutons 2,5 0,8 2,5 17,2 15,6 14,0 Maigreur extrême 7,1 5,1 7,1 40,6 34, t 35,5 Jambes/visage enflés 6,1 2,4 3,5 12,4 9,8 10,7 Note: Les enfants décédés par accident sont inclus au dénominateur. 145 10.3 CAUSES DE DECES DEDUITES DES SYMPTOMES La liste des sympt0mes retenus dans I'EDSC peut ~tre utilisée pour en déduire la cause probable du décès (Tableau 10.3). Des études de validation de l'autopsie verbale ont ét~ menées dans d'autres pays et ces résultats ont dté utilisés pour déterminer les causes probables de décès d'enfants au Cameronn (Kalter et al., 1990; Garenne et Fontaine, 1990). Comme un nombre limité de sympt0mes ont été inclus dans I'EDSC, seules certaines causes de décès spdcifiques peuvent ~tre identifié.es. En outre, comme cela a 6t6 prdcis6 ci- dessus, on n'a pas fait de distinction entre cause principale ou immddiate et cause associée du décès; par contre, des causes multiples de ddcès sont admises. Tableau 10.3 Diagnostic possible établi å partir des symptSmes Pourcentage d'enfants nés durant les cinq années ayant pr6eddé l'enqu8te et ddcédés, et ayant présent6 différents sympt6mes et différentes combinaisons de symp~mes durant la maladie ayant conduit au décès, par gge au décès en mois, EDS Cameroun 1991 Diagnostic possible Symptfimes Néormtal 1-59 mois Ensemble Faible poids à la Faible poids h la naissance 19,0 5,7 10,6 a naissance - N~ h terme 1,5 2,9 2,4 - Prématuré 17,5 2,8 8,3 Tétanos néonatal Décès à 3-30 jours et enfant ayant tét6 normalement à la naissance - Avec convulsions 27,4 10.~ 4,5 1,7 Maladies Diarrhée >= 2 jours 4,8 35,9 24,4 diarrhéiques Diarrhée grave >= 2 jours 2,0 26.7 17,6 a Diarrhée avec sang >= 2 jours 1,9 4,9 3,8 Pneumonie Toux >= 1 jour &/ou dyspnée >= 2 jours 25,0 9,3 a Toux >= 4 jours & dyspnée >= 2 jours 16,3 10,3 a Rougeole Déeès à 4 mois et plus avec boutons sur le corps >= 3 jours - Avec fièvre >-- 3 jours 15.0 9,4 5,6 3,5 a Fièvre grave, >= 2 jours 9.9 37,1 27.1 - Sans boutons, diarrhée ou respiration difficile 6,9 15,8 12,5 a Paludisme Sous-nutrition Maigreur extrême, grave >= 1 mois Jambes ou visage enflés, grave >= 1 mois Soit maigreur extrSme, soit jambesfl, isage enflés 11,2 7,0 3,6 2,3 13,1 8,3 a Note: Les enfants déc&lés par accident sont inclus au dénominateur. Des diagnostics multiples sont possibles. aCritères de diagnostic retenus pour les tableaux suivants 146 Parmi les enfants décédés durant la période néonatale, le faible poids à la naissance est courant: dans 19,0 peur cent des cas, soit le nouveau-n~ pesait moins de 2500 grammes à la naissance, soit, dans le cas o9 le poids å la naissance n'était pas connu, la mère avait déclaré que son enfant était très petit à la naissance. La plupart des enfants de faible poids å la naissance et décédés sont également nés prématurément; 17,5 pour cent des nouveau-nés décédés durant le premier mois avaient un faible poids/t la naissance, alors que 1,5 pour cent seulement sont nés à terme, mais avec un faible poids å la naissance, très probablement dfl à un retard de croissance intra-utérine. Certains des bébés déclarés comme prématurés peuvent, en fait, avoir été des bébés petits peur leur åge du fait d'un retard de croissance intra-utérine. Les décès par tétanos néonatal se produisent typiquement entre 3 et 30 jours d'existence (près de 90% se produisant à 4-14 jours). Au Cameroun, un peu plus d'un quart des décès n6onatals (27,4%) se sont produits entre 3 et 30jours et chez des bébés ayant 0505 normalement durant les premiers jours d'existence. Cette proportion peut inclure tous les décès par tétanos, mais également certains décès dus à d'autres causes. Si l 'on tient compte des convulsions déclarées, qui comprennent aussi, très certainement, les spasmes du corps dans le cas du tétanos, alors 4,5 pour cent des décès néonatals peuvent ~tre considérés comme étant probablement dus au tétanos. Si la diarrhée n'est pas une cause de décès fréquente durant la p6riode néonatale, par contre elle est très souvent présente chez les enfants décédés å 1-59 mois. Dans l'étude de validation menée aux Philippines (Kalter et al., 1990) "au moins deux jours de diarrhée" a 605 retenu comme le critère de diagnostic de la diarrhée. Au Cameroun, plus d'un tiers des enfants mourant î~ 1-59 mois (35,9%) ont eu au moins deux jours de diarrhée, 26,7 pour cent ont eu au moins deux jours de diarrhée grave et 4,9% ont eu la diarrhée avec présence de sang dans les selles, ce qui est un signe de dysenterie. En basant le diagnostic de maladie respiratoire sur la présence soit d'au moins un jour de toux, soit d'au moins deux jours de respiration difficile, 25,0 pour cent des décès néunatals seraient alors associés à une maladie respiratoire. En se référant à l'étude menée aux Philippines (Kalter et al., 1990), les critères utilisés pour le diagnostic de pneumonie (infection aiguë de l'appareil respiratoire inférieur) chez les enfants/lgés de 1-59 mois regroupent la toux pendant, au moins, quatre jours et une respiration difficile pendant, au moins, deux jours. La durée des difficultés respiratoires semble ~tre un critère particulièrement important puisque beaucoup de mères ont déclaré pour leur enfant décédé des difficultés respiratoires jusqu'au moment du décès. Selon ces critères, près d'un décès sur six (16,3%) survenus à 1-59 mois serait dfl A la pneumonie. Un enfant a ~té considér~ comme étant mort de rougeole si le décès s'est produit à l'age de quatre mois ou plus, avec présence de boutons sur le corps et de fièvre pendant au moins trois jours (critère bas~ sur l'étude de Kalter et al., 1990). Selon ces critères, 5,6 peur cent des décès d'enfants de 1-59 mois seraient dus à la rougeole. Si la fièvre n'est pas retenue comme critère, la proportion atteint 15,0 peur cent. Aucune information n'a ét~ coUectée au sujet des décès se produisant à la suite de complications de la rougeole après que les symptSmes cliniques de cette maladie aient disparu (décès appelés de ce fait décès pest-rougeole). Le paludisme est difficile à diagnostiquer. Pour 37,1 peur cent des enfants décédés à 1-59 mois, la mère a déclaré une fièvre grave pendant au moins deux jours. Près de 16 peur cent des enfants décédés après la période néonatale avalent eu, d'après la mère, une fièvre grave pendant au moins deux jours, mais pas de boutons, ni de diarrhée, ni de difficu105s respiratoires. Bien que ces deux derniers sympt0mes puissent accompagner le paludisme, seule la fièvre grave a été retenue pour diagnostiquer cette maladie de façon ~t rendre le diagnostic plus spécifique. 147 Le diagnostic de sous-nutrition a été établi lorsque la mère a déclaré que l'enfant était très maigre pendant, au moins, un mois avant le décès (marasme), ou avait eu les jambes et/ou le visage enflés pendant au moins un mois (Kwashiorkor). Selon ces critères, 13,1 pour cent de enfants décédés à 1-59 mois ont ét~ associés à la sous-nutrition. Les critères de diagnostic suivis d'une astérisque au Tableau 10.3 sont ceux retenus pour établir la cause probable de décès aux Tableaux 10.4 et 10.5. 10.4 RAPPROCHEMENT DES CAUSES DECLAREES PAR LA MERE ET DU DIAGNOSTIC DEDUIT DES SYMPTOMES Pour les cinq maladies les plus courantes conduisant au décès après la période néonatale, les causes déclarées par la mère ont été comparées au diagnostic possible établi ~t partir des sympt6mes. Au Tableau 10.4, les deux premières colonnes présentent les proportions de décès attribués aux "cinq causes" selon la mère (proportions reprises du Tableau 10.1) et selon la combinaison des sympt6mes (proportions reprises du Tableau 10.3). A la troisième colonne apparaissent les décès selon chaque diagnostic, déduits soit de la cause de décès déclarée par la mère, soit des symptOmes. A la quatrième colonne, les proportions correspondent seulement aux cas pour lesquels la cause déclarée par la mère est identique au diagnostic établi å partir des sympt6mes. Tableau 10.4 Causes de décès déclar6es par la mère et diagnostic possible dèduit des symptémes Pourcentage d'enfants nés durent les cinq annécs ayant préc&lé l'enquète et dècédés, pæ cause principale de décès selon les déclaratiuns de la mère. selon le diagnostic possible déduit des sympt6mes, selon l'une des deux sources et selon la concordance entre les deux sources. EDS Camerurm 1991 Cause du d~oEs ConÇo/dall~ Soit déclarée entre la Déclarée Déduit~ par la mère, déclaration par la des soit d#,duite et la cause rn~r¢ sympt&nes des sympt6rnes de.duite Diarrhée 17.4 26.7 32,7 11.4 Paludisme 15.7 15.8 23.2 8.5 Infection respiratoire 11.2 16.3 22.7 7.3 Rougeole 18.9 5.6 19.0 3.3 Sous-nutritlon 4.2 13.1 14.5 2.8 Note: Nombre de décès = 188. Pour 32,7 pour cent des enfants décédés à 1-59 mois, la diarrhée est la cause du décès, soit d'après les déclarations de la mère, soit d'après le diagnostic établi å partir des symptémes. Cependant, dans seulement un tiers de ces cas (11,4% par rapport à 32,7%), les deux sources (déclaration et diagnostic) s'accordent. Pour le paludisme et les infections respiratoires, la proportion de décès basée sur les deux sources représente également près d'un tiers de la proportion basée sur l'une des deux sources. Pour la rougeole et la sous-nutrition les différences entre "une source ou l'autre" et "l'accord entre les sources" sont beaucoup plus importantes. 148 10.5 CAUSES PROBABLES DU DECES: SYNTHESE Le Tableau 10.5 et le Graphique 10.1 présentent les causes probables de décès bas~es sur les déclarations de la mère et sur les critères de diagnostic définis au Tableau 10.3, tout en indiquant comment le diagnostic final avait ét~ établi. Il est å noter que, les causes multiples de décès étant possibles, la somme des pourcentages est supérieure à 100 pour cent. Durant la période néonatale, le faible poids ~ la naissance est la principale cause de décès (19,0%), particulièrement dominante durant les premiers jours d'existence. La plupart de ces décès apparaissent comme étant associés à une prématurité déclarée. Les problèmes obsrétricaux, comme l'accouchement prolongé conduisant à l'asphyxie ou autres complications obstétricales, sont responsables de 9,2 pour cent de la mortalité néonatale. Les maladies respiratoires causent probablement 7,0 pour cent des décès, de même que le tétanos. Le diagnostic du tétanos néonatal a été établi en combinant l'âge au décès (3-30 jours), le fait que le bébé tétait normalement à la naissance et la déclaration du tétanos par la mère. La diarrhée est la cause probable de 2,0 pour cent des décès et les accidents sont responsables de 1,4 pour cent de la mortalité néonatale. Pour plus de la moitié des décès néonatals (59,5%), du fait de l'insuffisance ou, le plus souvent, de l'imprécision des données obtenues, aucune cause de décès n'a pu être déterminée avec un minimum de précision. Ces décès comprennent les cas pour lesquels seul le paludisme/fièvre a ~té mentionné puisque le paludisme est peu probable chez les nouveaux-nés et que la fièvre seule ne permet aucun diagnostic. Cette forte proportion de causes non identifiées est due au manque de connaissance de la part des mères des symptOmes ayant précédé le décès néonatal (23,9% des mères ont répondu "je ne sais pas" à la question ouverte sur la cause du décès), au manque de questions détaiUées sur les symptOmes concernant les causes de décès néonatals, et, pour certains décès, au désaccord entre le diagnostic des mères et les symptémes. De plus, la détermination des causes de décès à partir de l'autopsie verbale est particulièrement délicate d'ans le cas des décès néonatals. Pourcentage Graphique 10.1 Causes probables de décès IFaible poids à nais. [ ] Probl. obstétricaux [ ] Tétanos []lnfec respkatoires [ ] Diarrhée [ ] Paludisme [ ] Rougeole I~lsous - Nutrition Dëcès néonatals Note: Des causes multiples sont possibles Décès à 1-59 mois EDSC 1991 149 Tableau 10.5 Causes probables de d6:6s Pourcentage d'enfants n6s durant les cinq années ayant prdc6xl6 l'enquête et dé.cédés, selon les causes probables de d~~s, bas&es sur les d6clasations de la robre concernant la cause du d6cès, et sur les algoridimes de diagnostic, EDS Cameroun 1991 Mortallt(~ n/zonatale (Nombre de d~e~s= l l l ) Cause du d6cès Critère de diagnostic % Faible poids å la naissance Problèmes obst6lxieaux Anomalies cong6nitales T6tanos Sympt6mes 19,0 Mère 9,2 Mère 0,5 Mère, d6chs/t 3-30 jours, enfant ayant t6t~ norma- lement les pren~ers jours 7,0 Maladie respiratoire Mère et sympt6mes 7,0 Dlarrh6e Sympt6mes 2,0 Accidents Mère 1,4 Cause non identifi6e 59,5 Mortalité ~t 1-$9 mois (Nombre de déct, s--- 188) Cause du déc~s Critère de diagnostic % Diarrh6e Sympt&n¢s (grave >= 2 j.) 26,7 Infection respiratoire Symptèrnes (toux & dyspn6e) 16,3 Rougeole Mère ou symptõmes 19,0 Paludisme Mère ou sympt6mes 23,2 Sous-nutrition Mhe ou sympt6mes 14,5 Anémie Mère 1,6 Accidents Mère 1,8 Cause non identifi6e 21,0 Ensemble: enfants de moins de 5 ans (Nombre de d~c~s= 299) Cause du dde~s Critère de diagnostic % Die.,Thde Sympt6mes (grave >= 2 j.) 17,6 Infection respiratoire Sympt6m¢s (toux & dyspn6e) 12,9 Rougeole Mère ou symptSmes 12,0 paludisme M~a'e ou sympt6mes 14,6 Sous-nutrition Mère ou symptbmes 9.1 An6mie M~e 1,6 Accidents Mère 1.8 Faible poids å la naissance Sympt6mes 7,1 Probl&nes obst6tricaux Mère 3,4 T6tanos Mère & sympt6mes 3,7 Cause non identifiée 35,3 Note: Les causes multiples sont possibles. 150 Pour les enfants décédés å 1-59 mois, la diarrhée est la principale cause de décès (26,7%), suivie du paludisme (23,2%), de la rougeole (19,0%), de la pneumonie (16,3%) et de la sous-nutrition (14,5%), comme l'indique le Graphique 10.1. L'anémie et les accidents ne sont, chacun, responsables que de moins de 2 pour cent des décès. Les accidents enregistrés comprennent deux accidents de la circulation, une chute, une brfllure et un empoisonnement. Mis à part les cas d'accidents, les décès peuvent 8tre dus tt une combinaison de causes. Par exemple, un enfant avec la rougeole peut contracter une pneumonie ou une diarrhée grave: les deux causes sont comptabilisées ici et apparaissent au Graphique 10.1. Comparée aux résultats d'autres études (par exemple Grant, 1990; Gray, 1991), la distribution des causes de décès établie ici semble vraisemblable et, en particulier pour les décès à 1-59 mois. Bien que l'on puisse discuter la précision des estimations concernant l'importance relative des causes de décès les plus importantes dans l'enfance, il apparatt clairement, tt partir des résultats de I'EDSC, que les causes les plus courantes sont des causes évitables. Aucune des cinq plus importantes causes de décès ne domine clairement: si la diarrhée et le paludisme causent plus de 20 pour cent des décès d'enfants de 1-59 mois, la rougeole, la pneumonie et la sous-nutrition sont, chacune, pour leur part, responsables de 15 à 20 pour cent de la mortalité à ces ages. 10.6 L IEU DU DECES ET TYPE DE CONSULTAT ION PENDANT LA MALADIE Le lieu du déc~s et le type de consultation médicale pendant la maladie qui a conduit au décès de l'enfant figurent au Graphique 10.2. La grande majorité des décès (60,3%) se sont produits å la maison, et un tiers des enfants (32,7%) sont déc&lés dans des établissements sanitaires. Une proportion non négligeable d'enfants (4,2%) sont décédés au cours du transport à l'établissement de soins, ce qui indique que, lorsque l'enfant est conduit quelque part pour 8tre soigné, cela se produit au dernier moment et donc, parfois, trop Graphique 10.2 Lieu du décès et type de consultation pendant la maladie précédant le décès LIEU DU DECES Maison Etablis sanitaire L~ Durant le transport~~., A0,r;r CONSULTATION I H6pita _ _ L Autres ~tab sanit I Guêfisseur tradit Aut re~ Nulle par t - - - m 10 20 30 40 50 60 Pourcentage Note: Plusieurs types de consultations sont possibles 70 EDSC 1991 151 tard. La proportion relativement importante de décès survenus dans les établissements de soins trouve peut- ~tre là son explication: lorsque l'enfant arrive dans l'établissement, il est trop tard pour lui apporter des soins et éviter le décès. La question sur le type de consultation durant la maladie qui a conduit au décès admettait des réponses multiples: si l'enfant avait été conduit en consultation å plusieurs endroits, toutes les réponses étaient enregistrées. Cependant, des consultations multiples ont été rarement déclarées par les mères. Durant la maladie précédant le décès, 60,0 pour cent des enfants ont été conduits en consultation dans les services de santé: 32,7 pour cent des enfants ont été conduits dans les hépitaux et 27,2 pour cent dans d'autres établissements sanitaires. Les guérisseurs traditionnels n'ont été consultés que dans 4,4 pour cent des cas, si l'on en croit les déclarations de la mère. Plus d'un tiers des enfants (37,5%) sont morts sans avoir ~té conduits en consultation. 152 CHAPITRE 11 ENQUETE MARI Dans le cadre de I'EDSC, en plus de l'enquête ménage et de l'enquête individuelle-femme, il a été décidé d'interviewer un sous-échantillon de matis des femmes enqu~tdes dans le but d'appréhender les prdfércnces des matis camerounais en matière de fécondité ainsi que leurs attitudes et opinions vis-a-vis de la planification familiale. C'est la première fois qu'une enquSte abordant ces thèmes est réalisée au Cameroun auprès d'un échantillon d'hommes matiés. Les résultats présentés ici sont donc essentiels pour la mise en place de programmes de planification familiale otientés non pas vers les seules femmes, mais vers les couples. Les matis de la moitié des femmes éligibles ~ ont ét~ enquetés å l'aide d'un questionnaire spécifique qui reprenait certains des thèmes abordés dans le questionnaire individuel-femme: caractéristiques socio- démographiques, connaissance et utilisation de la contraception et préférences en matière de fécondité. Les enquêtes matis sont totalement indépendantes des enquêtes femmes à l'intérieur des ménages sélectionnés. En d'autres termes, quel que soit le résultat de l'enquête auprès de(s) l'épouse(s), on a interviewé le mati, quand il était éligible. En outre, de m~me que la femme était enqu~tée hors de la présence de son mari, le mari était interrogé hors de la présence de sa (ou ses) femme, et sans qu'aucun rapprochement ne soit effectué entre les deux questiormaires. Cette procédure garantit l'indépendance des données, mais c'est aussi pour cette raison que certaines données sur des caractéristiques, à priori, communes du couple, telles que le type d'union, sont parfois légèrement différentes selon les réponses de la femme ou «lies du mari. Sur un échantillon de 1011 matis sélectionnés, 998 matis ont été identifiés et les enquétes ont été réalisé, es avec succès auprès de 814 hommes, soit un taux de réponse de 81,6 pour cent. Les résultats présentés dans ce chapitre correspondent, soit aux réponses des 814 matis enquêtes, soit aux réponses combinées des matis et de leurs femmes, c'est-a-dire des couples. Compte tenu du fait qu'un m~me mati peut avoir plusieurs femmes, les couples constitués (977) sont plus nombreux que les matis interrogés: en effet, dans les cas de polygamie, les informations obtenues auprès du mari ont été comptées autant de fois qu'il avait de femmes pour former autant de couples différents. 11.1 CARACTERIST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DES MARIS ET DES COUPLES 11.1.1 Caractéristiques des maris Alors que les femmes interrogécs sont toutes/Igées de 15 å 49 ans, aucune lirnite d'age n'était imposée pour la sélection des matis. Comme il apparal't au Tableau 1 I. I, plus de la moitié des matis (52,6%) ont 40 ans et plus, parmi lesquels plus de la moitié (27,0%) sont agés de 50 ans et plus; cependant les matis de 60 ans et plus ne représentent que 6 pour cent de l'échantillon (résultat non présenté au Tableau 1 I. I). Les matis de moins de 30 ans ne rcprésentcnt que 17,2 pour cent de l'échantillon, et le plus jeune mari enquétd avait 18 ans (résultat non présenté au Tableau 1 I. I ). Un peu plus d'un homme interrogé sur quatre (25,8%) a déclaré vivre en union polygame, et dans leur grande majorité (69,3%) les matis ont déclard avoir trois enfants ou plus. 1 En fait, en milieu rural, on a sélectionné le mari d'une femme éligible sur deux, alors qu'en mifieu urbain tous les matis des femmes éligibles étaient sélectionnes, mais seulement dans un ménage sur deux. 153 Les matis interrogés sont essentiel- lement du milieu rural (62,9%), et, du point de vue régional, ceux de l'Adamaoua/Nord/ Extrême-Nord sont majoritaires (44,9%). Ceci explique que plus de la moitié des hommes enqu&és travaillent dans le secteur agricole (57,9%), suivis de très loin, par ceux travaillant dans le secteur tertiaire (19,6%) et dans celui de la production autre qu'agricole (16,4%). Comme les femmes enquet6es, la presque totalité des maris sont de nationalit6 camerounaise (95,1%). Les religions catholique et protestante sont 6galement représentées (30,5% chacune); les musulmans représentent un cinquième des matis (22,9%). lns~uc~on En ce qui concerne le niveau d'instruc- tion des matis, on n'observe que très peu de différences par rapport à celui des femmes: une très forte proportion de maris n'a aucun niveau d'instruction (43,3%) et seulement un mari sur cinq (23,9%) a un niveau d'instruction second- aire ou supérieur. La r6partition par /lge des matis explique, en grande partie, cette situation: en effet, comme on peut le constater au Tableau 11.2, ce sont surtout les matis les plus t~gés (40 ans et pins), et majoritaires, qui sont sans ins- truction (56,5% à 40 ans et plus). Par contre, parmi les matis de moins de 30 ans, mais en minorité, 43,5 pour cent ont un niveau second- aire ou sup6rieur. Du point de vue du milieu et de la région de résidence, on n'observe les memes situations extremes que chez les femmes: les matis les plus instruits sont ceux de Yaoundé/Douala et ceux du Centre/Sud/Est. A l'inverse c'est dans le milieu rural et dans l'Adamaoua/NordÆxtr~me-Nord que les propor- tions de matis sans instruction sont les plus importantes (respectivement, 50,7% et 79,9%). Tableau 11.1 Caract~risfiques socioed6mographiques des matis enqu~t~ R6pettition (en %) des maris enquStéi pas gge, nombre d'enfants, type d'union, niveau d'inslxuetiou, milieu et r~gion de r6iidence, religion, nationalité et activité, EDS Camerotm 1991 Effectif Cazactérisdque Pottrcentage Non so(åo-d6mographique pondéré Pondéré pond~r6 Groupe d'ages < 30 17,2 140 144 30-39 30,2 246 263 40-49 25,6 208 201 50 et + 27,0 220 206 Nombre d'enfants vivants 0-2 30,5 248 250 3-4 22,5 183 183 5 + 46,8 381 380 ND 0,1 1 1 Type d'union Monogame 74,2 604 621 Polygame 25,8 210 193 Niveau d'lnstructlou Aucun 43.3 352 306 Primaire 32,8 267 268 Secondaire 21,4 174 208 Sul~dettr 2,5 20 32 Milieu de résidence Yaound6/Douala 13,4 109 193 Autxes villes 23,7 193 204 Ensemble urbain 37,1 302 397 Rural 62.9 512 417 R6glou Y~undé/Douala 13,4 109 193 Adamaoua/NordÆxL - Nord 44,9 366 312 Cenlae/Sud/Est 16,7 136 125 Ouest/Litttmd 13,1 107 104 Nord-Ouest/Sud-Ouest 11,9 97 80 Religion Catholique 30,5 248 271 Protestante 30,5 248 260 Musulmane 22,9 187 165 Autre 16,1 131 118 Natlouullt~ Cameroanaise 95,1 774 776 Autre 4,9 40 38 Activlt~ Cadres, employés 11,7 95 123 Services et vendetws 7,9 64 78 Agriculteurs 57.9 471 402 Ouvriers 16,4 134 148 Autres 6.1 49 63 Total 1(30,0 814 814 154 Tableau 11.2 Niveau d'instruction dis matis enqu~t& Rdpartition (en %) des rnæis par niveau d'instruction ett¢int, selon le groupe dãges quinqtmnnal I« milieu et la région de r6sidenc¢, EDS Cameroun 1991 Caractéristique Niveau d'instruction atteint Aueon Primaire Secondaire Supérieur Total Effectif Groupe d'åges < 30 26,3 30,2 40,5 3,0 100,0 140 30-39 29,9 38,3 27,2 4,6 100,0 246 40-49 44,7 35,9 18,0 1,4 100,0 208 50 et + 67,7 25,4 6,0 0,9 100,0 220 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 5,0 31.1 51,1 12.7 100,0 109 Autres villes 45,2 30,0 21,6 3,3 I00,0 193 Ensemble t~bain 30,7 30,4 32,2 6,7 100,0 302 Rural 50,7 34,3 15,0 0,0 100,0 512 R~glon Yaoundé/Douala 5,0 31,1 51,1 12,7 100,0 109 Ad./Nord/Ext.-Nord 79,9 13,4 5,9 0,9 100,0 366 Contre/Sud/Est 9,1 53,2 36,7 1,1 100,0 136 Ouest/Littoral 23,5 49,6 25,4 1,4 100,0 107 Nord-Ouest/Sud-Ouest 18,0 61,1 20,9 0,0 100,0 97 Ensemble des matis 43,3 32,8 21,4 2,5 100,0 814 Polygamie Au Cameroun la polygamie est un ph6nomène assez îréquent puisqu'un peu plus d'un homme en union sur quatre (25,8%) vit en union polygame (Tableau 11.3). La fréquence de ce phénomène est 6troilement liée à l'/lge puisque le taux de polygamie 2 passe de 8,1 pour cent chez les hommes de moins de 30 ans ì 21,1 pour cent ~ 30-39 ans, 26,0 pour cent à 40-49 ans, pour atteindre 42,2 pour cent chez les hommes de 50 ans et plus. Il se peut que ces variations de la fr6quence de la polygamie ne correspondent pas seulement à une augmentation du phénomène avec l'age, mais soient également le signe d'une diminution de ce type d'union parmi les g6nérations les plus r6centes. Du point de vue du milieu de résidence, le taux de polygamie est sensiblement le m~me en milieu rural (27,6%) et dans les "autres villes" (28,8%), par contre, il est près de deux fois plus faible Yaoundé/Douala (12,4%), Au niveau r6gional, la polygamie concerne environ un tiers des hommes marids de l 'Ad amaoua/NordÆxtr~me-Nord (33,9%) et de l'OuestÆittoral (31,3%), deux régions pourtant différentes sur le plan culturel, alors qu'elle touche moins de 10 pour cent des matis du Centre/Sud/Est (9,8%). On peut constater enfin une baisse des taux de polygamie avec l'augmentation du niveau d'instruction: de 38,1 pour cent chez les hommes sans instruction, le taux de polygamie passe à 18,8 pour cent chez les hommes ayant z Le taux de polygamie correspond à la proportion d'hommes en union polygame dans la population des hommes mari~s. 155 un niveau d'instruction primaire et å 13,3 pour cent chez ceux ayant un niveau secondaire ou supérieur. Les différences importantes de taux de polygamie observ6es selonle milieu de résidence et le niveau d'instruction peuvent, peut-être, laisser présager un abandon progressif de cette pratique avec l'augmentation de l'urbanisation et la généralisation de l'instruction, m~me si 40,6 des hommes monogames interrogés ont déclaré avoir l'intention de prendre une seconde épouse (donnée non présentée au Tableau 11.3). Près des trois quarts des hommes polygames (18A% par rapport a 25,8%) n'ont que deux épouses; de ce fait l'intensitæ de la polygamie 3 est relativement faible au Cameroun, les polygames n'ayant en moyenne que 2,4 femmes. Du point de vue des caract6ristiques socio-démographiques, le nombre de femmes par polygame varie selon les m~mes tendances que les taux de polygamie: c'est lå où ce type d'union est le plus fréquent (chez les hommes de 50 ans et plus, ceux des "autres villes" et ceux sans niveau d'instruction) que l'intensité de la polygamie est la plus élevée. Tableau 11.3 Polygamie et nombre de femmes Répartition (en %) des maris par type d'union (monogane ou polygame) et répartition des matis polygames par nombre de femmes, salon l'îge, le milieu et la région de résidenee et le niveau d'instruction, EDS Cameroun 1991 Polygames avec: Mono- Poly- 2 rem- 3 fem- Caractéristique gaines gaines mes mes et + Tota l Effectif Groupe d'åges < 30 91,9 8,1 8,1 0,0 I00,0 140 30-39 78,9 21,1 18,0 3,1 I00,0 246 4049 74,0 26.0 17.4 8,6 100,0 208 50 et + 57,8 42,2 26.2 16.1 100.0 220 Milieu de r6sldence Yaoundé/Douala 87,6 12,4 10,4 2,0 100,0 109 Autres villes 71,2 28,8 18,7 10,1 100,0 193 Rural 72,4 27,6 19,9 7.7 100,0 512 R~glon Yaotmdd/Douala 87,6 12,4 10,4 2,0 100,0 109 Ad./Nord/Exc.Nord 75,1 33,9 18,3 6,7 100,0 621 Centre/SudÆst 90,2 9,8 7,5 2,3 100,0 136 OuestÆittoral 68,7 31,3 19,8 11,6 100,0 107 Nord-Ouest/Sud-Ouest 73,0 27,0 20,1 6,9 100,0 97 Niveau d'Instruction Auetm 61,9 38,1 25,0 13,1 100,0 352 Primaire 81,2 18,8 14,3 4,5 100,0 267 Secondaire ou plus 86,7 13,3 11,9 1,4 100,0 194 Ensemble des maria 74,2 25,8 18,4 7,5 100,0 814 3 L'intensité de la polygamie se mesure par le nombre moyen de femmes par polygame. 156 Nombre d'enfants vivants Lors de l'interview, on a demandé aux matis le nombre d'enfants vivants qu'ils avaient. Cette question faisant r6férence à tous les propres enfants de l'homme, quelle qu'en soit la m~re, les r~ponses obtenues diffèrent largement des informations du meme type obtenues auprès de chaque femme. Comme on peut le constater au Tableau 11.4, mis à part une faible proportion sans enfant (6,4%), près de la moitié des maris ont entre un et quatre enfants (46,7%) et l'autre moitié ont cinq enfants et plus (46,9%). En moyenne, les matis ont 5,1 enfants survivants, soit 1,9 enfants de plus que les femmes mari~es (3,2 enfants, voir Chapitre 3 - Fécondité). Tableau 11.4 Nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des matis par nombre d'enfants vivants selon l'iige, le milieu et la région de résidenoe, le niveau d'instruction et le type d'union, EDS Cameroun 1991 Nombre d'enfants vivants Caractéristique 0 1 2 3 4 5 6 7 et + Nombre, E fie.e- moyen Total fif d'enfants Groupe d'ages <30 16,2 33,5 24,1 13,6 6,4 4,3 2,0 0,0 100,0 140 1,8 30-39 5,0 10,1 17,4 18,9 16,3 10,4 10,3 11,3 100,0 246 3,8 40-49 3,5 9,1 6,3 7,8 9,8 14,9 11,5 36,9 100,0 208 5,8 50 et + 4,4 2,4 4,8 6,3 8,7 6,7 6,2 60,6 100,0 220 8,1 Milieu de r~sldence Yaound6/Douala 5,6 15,8 15,7 9,4 9,9 12,7 9,7 21,3 100,0 109 4,2 Autres villes 6,3 8,3 10,6 9,6 12,9 11,4 10,8 30,2 100,0 193 5,4 Ensemble urbain 6,1 11,0 12,4 9,5 11,8 11,8 10,4 26,8 100,0 302 5,0 Rural 6,6 12,3 12,3 13,1 10,3 8,1 6,7 30,7 100,0 512 5,2 R~glon Yaoundé/Douala 5,6 15,8 15,7 9,4 9,9 12,7 9,7 21,3 100,0 109 4,2 Ad./NordÆxt.-Nord 7,9 11,3 11,3 11,2 12,7 8,1 6,6 31,0 100,0 366 5,2 Centxe/Sud/Est 11,7 11,7 14,9 13,7 5,9 11,6 10,1 20,4 100,0 136 4,0 Ouest/Littoral 1,1 11,9 7,0 15,3 9,1 9,9 8,8 36,8 100,0 107 6,6 Nord-Ouest/Sud-Ouest 0,0 9,4 14,8 9,8 14,3 7,8 8,2 35,7 100,0 97 5,8 Niveau d'instruction Aucun 6,5 7,6 9,1 11,5 113 8,3 6,5 38,7 100,0 352 6,1 Primaire 7,3 14,1 15,5 9,6 10,5 9,4 8,5 25,1 100,0 267 4,7 Secondaire ou pire 4,8 16,2 13,8 15,1 9,9 11,9 10,3 17,8 100,0 194 4,0 Type d'union Monogame 8,4 14,3 15,1 13,8 11,4 10,5 7,9 18,6 100,0 604 3,9 Polygame 0,6 4,6 4,5 5,8 9,3 6,7 8,6 59,8 100,0 210 8,5 Ensemble des ma.ris 6,4 11,8 12,3 11,7 10,9 9,5 8,1 29,3 100,0 814 5,1 Le nombre d'enfants survivants augmente régulièrement avec l'/lge des matis: le nombre moyen passe de 1,8 enfants chez les matis de moins de 30 ans, à 3,8 chez ceux de 30-39 ans, å 5,8 chez ceux de 40- 49 ans et atteint 8,1 enfants lorsque le mati a 50 ans et plus. Parmi ces matis les plus [lgés, 27,4 pour cent ont au minimum dix enfants (r6sultat non présenté au Tableau 11.4). Du point de vue du milieu de résidence, les matis de Yaoundé/Douala ont, en moyenne, 1,2 enfants de moins que ceux des "autres villes" et 1,0 enfant 157 de moins que ceux du milieu rural. Concemant les régions de résidence, les 6carts sont très importants puisque le nombre moyen varie de 4,0 enfants dans le Centre/Sud/Est å 6,6 enfants dans l'Ouest/Littoral, ces deux r6gions étant celles oà le taux de polygamie est, respectivement, le plus faible (9,8%) et l 'un des plus élev6s (31,3%). On peut noter enfin que le nombre moyen d'enfants diminue avec l'augmentation du niveau d'instruction: les hommes sans instruction ont, en moyenne, 6,1 enfants, contre 4,7 chez les hommes ayant un niveau d'instruction primaire et 4,0 lorsque le mari a un niveau d'instruction secondaire ou sup6rieur. La variable qui influe le plus surle nombre d'enfants semble etre le type d'union puisque les matis monogames n'ont, en moyenne, que 3,9 enfants, soit un nombre moyen assez peu diff6rent à celui des femmes en union (3,2 enfants), contre 8,5 enfants pour les matis polygames. La fréquence de la polygamie et son intensité sont certainement les facteurs qui expliquent la plupart des écarts entre les nombres moyens d'enfants observés par milieu de résidence, par région et par niveau d'instruction. 11.1.2 Caractéristiques descouples Au Tableau 11.5 figurent les différences d'age entre matis et femmes pour les 977 couples étudi6s. Dans la très grande majorit6 des couples, le mari est beaucoup plus ~lgé que sa femme 4 puisque dans 78,1 pour cent des cas le mati a, au minimum, 5 ans de plus que son 6pouse et, dans 29,0 pour cent des couples, il a au moins 15 ans de plus (Graphique 11.1); en moyenne, les matis ont 11,5 ans de plus que leur femme. Les écarts les plus importants s'observent surtout lorsque les femmes sont jeunes: en effet, plus de 30 pour cent des maris en union avec des femmes de moins de 30 ans ont, au minimum, 15 ans de plus que leur 6pouse. Ce phénomène est directement lié à la polygamie, les hommes, en vieillissant, ayant tendance à épouser des femmes de rang deux et plus beaucoup plus jeunes qu'eux. En moyenne, les matis, monogames ou polygames, ont 9,4 ans de plus que leur première épouse, alors qu'ils ont, en moyenne, 17,7 ans de plus que leur femme quand elle est de rang deux et plus. Tableau 11.5 Différence d'åges entre le mari et la femme Répartition (en %) des couples par différence dãges entre le mari et la femme p~ raplmrt/t l'åge du mari et diff&enees d' iges moyennes, selon le groupe d'åges de la fenune, EDS Cameroun 1991 Différence d'gges moyenne per rapport à la femme de: Groupe Différence d'åges par rupptm à l'~ge du mari Effectif d'ages de Rang 2 des la femme Négative 0-4 ans 5-9 ans 10-14 ans 15 ans et + Total Rang 1 et + Ensemble couples 15-19 0,0 27,8 18,0 22,5 31.7 100,0 9,4 18,3 11.8 87 20-24 0,0 13,3 33,2 20,6 33,0 100,0 10,2 18,9 12.7 176 25-29 2,1 21.6 21,2 21,2 33,9 100,0 9,9 21,3 12;4 195 30-34 3,5 18,8 29,1 20,1 28.5 100.0 8,5 18,4 11,1 188 35-39 4.5 17,0 20.9 32.4 25.2 100,0 9,1 18.3 11,4 137 40-44 6.5 18,8 26,3 23,3 25,1 100.0 9,4 12,3 10.0 114 45-49 4,3 21,3 30,5 25.6 lS,3 100,0 9,6 9,1 9,5 80 Ensemble des couples 2.8 19.1 25,9 23.2 29,0 100.0 9,4 17,7 11.5 977 4 Dans les cas de polygamie, le m~me mari est associé plusieurs fois å chacune de ses femmes pour former autant de diff6rents couples de deux personnes: pour cette raison, au niveau du couple, on ne compare le mari qu'avec une femme. 158 Graphique 11.1 Caractéristiques des couples DIFFERENCE D'AG Femme plus ag~ Mari + 0-4 ar Mari + 5-9 ar Mari + 10-14 ar Mari 15 et NBRE D'ENFANTS V~ Identique - - Di[[êrent Mari sans L Femme s a n s ~ Les 2 instruits 0 10 20 30 40 50 60 Pourcentage 70 EDSC 1991 En plus des données résumées concemant les écarts d'figes entre mari et femme, le Tableau 1 1.6 et le Graphique 11.1 pr6sentent les carac- téristiques des couples du point de vue du type d'union, du nombre d'enfants vivants et du niveau d'instruction. En ce qui conceme le type d'union, les proportions de monogames et polygames sont en partie biais~es, puisque les maris polygames sont comptés plusieurs fois pour former autant de couples qu'ils ont de femmes: les proportions de "couples" polygames sont donc surestimées. L'intér~t principal de ce rapprochement du type d'union de la femme et de celui du mari est de contr61er la concordance des réponses obtenues puisque, en principe, tous les couples devraient, soit ~tre monogames, soit polygames; or on con- state que dans quelques cas (1,9%) le type d'union déclar6 par la femme est différent de celui déclar6 par le mari. Cela signifie soit que le concept d'union n'est peut-erre pas toujours perçu de la meme façon par les enquetés, certains hommes considérant qu'ils ont plusieurs épouses, alors que, pour leur femme (enquêtée), elle est la seule épouse; soit encore que certaines femmes ne sont pas au courant de l'existence d'une "co-6pouse," peut-être "non-officielle." Tableau 11.6 Caractédstiquea diff6ren6enes des couples R6pattition (en %) des couples par différence d'gges, par type d'union, par diffOence de nombre d'enfants et par diff6rence de niveau d'instruction, EDS C.ameroun 1991 Différence Pourcentage Effectif Age du marl/Age de la femme Négaåf 2,8 0-4 19,1 5-9 25,9 10-14 23,2 15 et + 29,0 Type d'union Monogarae 60,5 Polygame 37,6 Différent 1,9 Nombre d'enfants Iden6que 41,7 Diff6rent 58,3 Niveau d'lnstruet|cn Mari et femme: aucun Femrm instruite, mati non Mari instruit, femme non Mati et femme insmåts Total 28 187 253 226 283 591 367 19 407 570 45,3 442 3,3 33 13,1 128 38,3 374 100,0 977 159 En ce qui conceme les enfants vivants, dans la majorité des couples (58,3%), le mari et la femme ont déclar~ des nombres différents et, généralement, comme cela a été souligné précédemment, c'est le mari qui a le plus d'enfants, le plus souvent parce qu'il a eu ou qu'il a plusieurs épouses. Dans plus de quatre couples sur cinq (83,6%), le mari et la femme ont le meme niveau d'instruction: tous les deux sont, soit sans instruction (45,3%), soit ils ont un minimum d'instruction (38,3%). Seule une faible proportion de couples (13,1%) sont composés d'hommes ayant un certain niveau d'instruction alors que la femme n'en a pas. Les cas les plus rares (3,3%) sont ceux où c'est la femme qui est instruite et le mari sans instruction. 11.2 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Le questionnaire de I'EDSC utilisd lors de l'interview des matis comportait une section sur la contraception et la planification familiale très similaire à celle utilisée lors de l'enquSte individuelle auprès des femmes. Les questions portaient principalement sur la connaissance des méthodes contraceptives, sur l'utilisation passée et actuelle de la contraception, sur l'intention d'utiliser des mdthodes dans l'avenir, ainsi que sur les attitudes et opinions concernant la planification familiale. 11.2.1 Connaissance de la contracept ion La connaissance des méthodes de contraception est la condition préalable à leur utilisation. Le Tableau 11.7 montre que la majorité des matis interrogds (73,9%) connaissent au moins une méthode contraceptive: la connaissance des méthodes modernes (65,2%) est peu différente de celle des méthodes traditionnelles (63,2%). Parmi les méthodes modernes, le condom est la méthode la plus connue (50,3%), suivi de la stérilisation féminine (47,4%) et de la pilule (44,0%). Par contre, les méthodes vaginales ou de barri~re (16,5%) et la stérilisation masculine (10,4%) sont très peu connues. Parmi les méthodes traditionnelles, les maris connaissent surtout la continence périodique (47,3%) et l'abstinence prolongée (46,1%). Au Tableau 11.8 et au Graphique 11.2 figurent les résultats concemant la connaissance de la contraception au niveau des couples. Dans seulement 55,2 pour cent des couples, la femme et le mari connaissent au moins une méthode contraceptive; s'agissant des seules méthodes modernes, cette proportion n'est plus que de 47,1 pour cent et de 41,2 pour cent pour les seules méthodes traditionnelles. Dans plus d'un couple sur quatre, ni le mari ni la femme n'a jamais entendu parler ni de méthode contraceptive modeme (27,0%), ni de méthode traditionnelle (28,0%). En outre, lorsqu'un seul des deux partenaires connatt une méthode contraceptive, quelle qu'elle soit, il s'agit plus fréquemment du mati que de sa femme: dans pnbs d'un couple sur cinq (19,2%) seul le mari connai't au moins une méthode, mais dans moins d'un couple sur dix (7,4%) seulement c'est la femme seule qui a entendu parler d'une mdthode contraccpUvc. Tableau 11.7 Connaissance des méthodes contraceptives et des sooEces des méthodes Pourcentage de matis qui connaissent une méthode contraceptive spécifique, EDS Cameroun 1991 Méthode Corm~åt une contraceptive m6thode N'importe quelle méthode 73,9 Méthode moderne 65,2 Pilule 44,0 DIU 26,4 Injection 34.2 Méthodes vaginales 16,5 Condom 50,3 Stérilisation féminine 47,4 S térilisation masculine 10,4 Méthode traditionnelle 63,2 Continence l~riodique 47.3 Abstinence 46,1 Retrait 38,8 Autres méthodes 5,6 Effectif de matis 814 160 Tableau 11.8 Connaissance des m6thodes contraceptives par les couples Répartition (en %) des couples connaissant, an moins, une méthode contraceptive spécifique, ED8 Cameronn 1991 Le mari La femme Le mari et conna]t, connut, Aucnn de Effectif la femme la femme le mari deux ne de Méthode connaissent non non connaåt Total couples N'Importe quelle méthode 55,2 19,2 7,4 18,3 100,0 977 Méthode moderne 47,1 16,9 8,9 27,0 100,0 977 Pilule 28,9 13,5 10,5 47,1 100,0 977 DIU 14,1 10,0 10,3 65,6 100,0 977 Injection 19,5 15,7 17,5 47,3 100,0 977 Méthodes vaginales 5,0 9.9 6,2 78,9 100,0 977 Condom 28,1 20,1 5,5 46,3 100,0 977 Stérilisation féminine 32,1 12,2 11.6 44,1 100,0 977 Stérilisation masculine 1,5 8,7 3,4 86,4 100,0 977 Méthode traditionnelle 41,2 21,2 9,6 28,0 100,0 977 Continence périodique 26,3 17,8 8,1 47,9 100,0 977 Abstinence 23,9 21,2 11,7 43,1 100,0 977 Retrait 20,5 15,3 7,7 56,6 100,0 977 Autres méthodes 0,8 5,9 5,4 87,9 100,0 977 Graphique 11.2 Connaissance de la contraception par les couples i Au - 1 m~thode Au - 1 mêth tradi[ Au - 1 mêth moderne Pilule DIU Injection Condom Stêril [~minine St~fil mascul ine 80 60 40 m IF ~%%\"~,%.\~"~~ 20 20 40 60 80 Pourcenlage EDSC 1991 161 Du point de vue des caractdristiques du mari (Tableau 11.9), le niveau de connaissance de la contraception prdsente les m~mes types de variations que chez les femmes. Les maris qui connaissent le plus les m6thodes contraceptives sont ceux d'ages intermédiaires (79,8%/t 30-39 ans), ceux de Yanundé/Douaia (96,5%), ceux de l'Ouest/Littoral (94,1%), et ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (98,4%). En ce qui concerne le nombre d'enfants vivants, peu de diffdrences ressortent dans les niveaux de connaissance des méthodes, si ce n'est chez les hommes sans enfants (et les plus jeunes) qui ne sont que 63,4 pour cent å connaitre au moins une méthode. Tableau 11.9 Connaissance de la contraception par caraet6ristiques soclo-d6mo~raphiques Pourcentage de mans qui connaissent une méthode de contraception quelconque et pourcentage de ceux qui connaissent une n~thode de contraception moderne selon les earact6rlstiques socio-ddmographiques, EDS Cameronn 1991 Connaît Connaît Effectif Caratéristiqve une une m6thode de socio-démographique m6thode moderne 1 matis Groupe d'figes <30 73,9 69,9 140 30-39 79,8 75,4 246 40-49 71,3 61,3 208 50 et + 69,8 54,4 220 Milieu de résidence Yaound6/Douain 96,5 95,5 1139 Autres villes 75,7 71,7 193 Ensemble urbain 83,2 80,3 302 Rural 68,5 56,3 512 R6glon Yaound6/Douala 96,5 95,5 109 Adarnaotm/NordÆxt.-Nord 50,1 34.7 366 Cent~e/SudÆst 91,8 88,3 136 OuesoEittoral 94.1 87,7 107 Nord-Ouest/Sud-Ouest 91,3 88,8 97 Niveau d'Instruction Aucun 51,4 34,1 352 Primaire 85,8 82,6 267 Secondaire ou plus 98,4 97,5 194 Nombre d'enfants vivants 0 63,4 58,5 52 1 69,9 65,2 96 2 73,0 65,8 100 3 75,2 68,1 96 4 et + 75,9 65,1 470 Ensemble des maris 73,9 65,2 814 1C'est-à-dire : pilule, DIU, injection, mdthodes vaginales (sperrnieides, diaphragmes.), eondom et stdrilisations f6minine et masculine 162 11.2.2 Pratique de la contraception Aux maris ayant declan connaîtrz au moins une mdthode contraceptive, on a demande s’ils avaient d6ja utilise cette mdthode. Pr& de la moiti6 des maris (47,7%) ont d6clam avoir d6ja utilise une m&hode de contraception: la pratique de la contraception est donc plus 61ev6e chez les maris que chez les femmes en union parmi lesquelles 40,3 pour cent seulement ont d6clar6 avoir d6ja utilisd une m6thode (fableau 11.10). Ce sont les methodes traditionnelles qui ont 6t6 le plus utilis6es parles maris (42,4%), et surtout la continence Tour #gcs 40,3 14.8 6.5 ,,4 1.4 2.0 7,7 1,2 37.0 21.6 16.0 17,s 1.8 2868 p6riodique (28.0%) et l’abstinence pmlong6e (22,2%). Curieusement les maris dklarent utiliser ces deux demiems m6thodes beaucoup plus fmquemment que les femmes en union, ce qui signifie peut-h que certains maris ne savent pas toujours avec pmcision cc que signifie la pratique de ces m6thodes. Les moyens contraceptifs modernes ont 6te utihds par moins d’un mari sur cinq (17.1%). soit un peu plus fmquemment que par les femmes en union (14,8%), cet ecart entre hommes et femmes etant dû ptincipalement a une utilisation du condom par les maris (ll,O%) relativement plus importante que par les femmes (7.7%). Le Tableau 11.11 porte sur la pr&alence contraceptive au moment de l’enquête. Pr& d’un mari sur cinq (19,8%) a declam utiliser une methode de contraception, dont un peu plus d’un quart seulement (5.8%) une m&hode moderne: la m&hode la plus fmquemment cime est la st&ilisation féminine (25%). Parmi les m6thodes traditionnelles, utihs6es par 14.0 pour cent des maris, la continence p6riodique (6.6%) vient en t&te, suivie de l’abstinence prolongee (4,7%). M&ode utilise me wnkocqsivc méthode N’tmporte quelle méthode 19.8 Méthode moderne 5.8 Injection Méthodes vaginales COtldOUl sttiisation feminine Stéruiiationmaîculine M&hcde tradItionnelle continence +-kldiqUe Abstinence RUC3it Aukes m6th.xles Effectif de maris x 1:6 0.; 14.0 6.6 2 0:1 814 163 Du point de vue des caractéristiques socio-démographiques (Tableau 11.12 et Graphique 11.3) ceux qui utilisent le plus la contraception sont, comme les femmes, les maris de Yaoundé/Douala (45,8%), ceux du Nord-Ouest/Sud-Ouest (32,7%) et de l'OuestgLittoral (29,2%), ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (44,6%) et ceux ayant au moins quatre enfants (22,9%). De m~me, les monogames (20,8%) utilisent plus la contraception que les polygames (16,8%). Concernant l'[lge, comme chez les femmes, les matis les plns jeunes (moins de 50 ans) utilisent plus la contraception (plus de 21%) que ceux ayant 50 ans et plus (15,3%). Par contre, c'est chez les hommes les plus vieux (50 ans et plus), comme chez les femmes les plus ~lgées (40-49 ans), que la prévalence des méthodes modernes est la plus élevée (8,0%). Tableau II.I 2 Utilisation actuelle de la conlaaception par caracttristiques socio-démographiques Répartition (en %) des matis et des femmes actuellement en union, par méthode contraceptive actuellement ut'flisée, selon certaines caractéristiques socio-démograpltiques, EDS Cameroun 1991 Macis Femmes en union Caracttristique Mtthode Mt- Mt- M*Rhode Mt- Mt- socio- quel- thod~ thodes Aucune Effet- quel- thodel thodes Aucune Effe¢- dtmographique conclue modernes I ~'adit. m~thodc Total fie conque modeme~ 1 a.adit, m~thode Total 'if Groupe d'åges <30 20,1 3,4 16,7 79,9 I00,0 140 17.4 3,3 14,1 82,6 I00,0 1511 30-39 22,3 4,7 17,6 77,7 100,0 246 15,1 4,5 10,6 84,9 100,0 871 40-49 21,4 6,3 15,1 78,6 I00,0 208 13,5 7,2 6,3 86,5 I00,0 486 50 et + 15,3 8,0 7,3 84,7 100,0 220 Milieu de résidence Yaoundé/Douala 45,8 14,5 31,3 54,2 I00,0 109 38,6 12,1 26,5 61,4 I00,0 383 Aua'cs villes 18,1 6,0 12,1 81,9 100,0 193 17,6 4,4 13,2 82,4 100,0 714 Ensemble urbain 28,1 9,1 19,0 71,9 100,0 302 24.9 7)1 17,9 75,1 100,0 1098 Rural 14,9 3,8 11,1 85,1 100,0 512 10,5 2.5 8,0 89,5 100,0 1771 Rég ion Yaound~/Douala 45,8 14,5 31,3 54,2 I00,0 109 38,6 12,1 26,5 61,4 I00,0 383 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 6,5 1,2 5,3 93,5 I00,0 366 5,5 0,9 4,6 94,5 I00,0 1170 Centre/Sud/Est 18.0 5,2 12,8 82,0 100,0 136 17,9 4,3 13,6 82,1 100,0 500 Ouesl/Littoral 29,2 5,9 23,3 70,8 I00,0 107 23,2 5.9 17,3 76,8 I00,0 432 Nord-Ouest/Sud-Ouest 32,7 13,9 18,8 67,3 100,0 97 15,3 5,1 10,2 84,7 100.0 383 Niveau d'Instruction Aucun 4,4 0,3 4,0 95,6 I00,0 352 5,0 1,2 3,8 95,0 I00,0 1376 Primaire 22,1 8,0 14,1 77,9 100,0 267 16,9 4,5 12,4 83,1 100,0 951 Secoudaire ou plus 44,6 12,5 32,1 55,4 I00,0 194 42,8 11,8 31,0 57,2 100.0 542 Nombre d'enfants vlvants 0 5,7 0,0 5,7 94,3 I00,0 52 15,3 2,0 13,3 84,7 100,0 419 1 17,8 5,0 12,8 82,2 100,0 96 13,8 2,7 11,2 86,2 100,0 461 2 18,3 3,6 14,7 81,7 100,0 100 14,9 2,7 12,2 85,1 100,0 453 3 15,9 0,6 15,3 84,1 100,0 96 15,7 3,6 12,1 84,3 100,0 368 4et+ 22,9 8,1 14,8 77,1 100,0 470 17,8 6,6 11,2 82,2 100,0 1167 Type d'union Monogame 20,8 6,4 14,4 79,2 100,0 604 19,0 5,5 13,5 81,0 100,0 1761 Polygame 16,8 3,9 12,9 83,2 100,0 210 11,4 2,4 9,0 88,6 100,0 1107 Ensemble des matis 19,8 5,8 14,0 80,2 100,0 814 16,1 4,3 11,8 83,9 100,0 2868 i , C est-à-dlre: pilule, DIU, injection, méthodes vagin.les (sp¢trniddes, diaphragmes.), condom et st-,~u'ilisudons féminine et masculine 164 M=Mari F:Femrne Graphique 11.3 Utilisation actuelle de la contraception par les maris et les femmes en union Pourcentage 50 40 30 20 10 0 Yaound~/ Autres Rural Oouala villes RESIDENCE Aucune Primaire Secon./Sup INSTRUCTION EDSC 1991 11.2.3 Utilisation future et méthodes contraceptives préférées Aux maris qui n'utilisaient pas la contraception au moment de l'enquéte, on a demandé s'ils avalent l'intention d'utiliser une méthode dans l'avenir (Tableau 11.13). Trois matis sur quatre (75,0%) ont déclaré que, dans le futur, ils n'emploieraient pas la contraception; parmi ceux ayant l'intention d'utiliser une méthode (19,6%), la majorité (13,4% par rapport à 19,6%) sont des maris l'ayant déjà fait auparavant. Les nouveaux utilisateurs potentiels ne représentent que 6,2 pour cent des matis qui n'emploient actuellement aucune méthode. En outre, on peut noter que si l'intention d'utiliser la contraception est faible chez les matis sans enfant (7,1%) et chez ceux ayant un seul enfant (15,9 %), elle augmente nettement à partir du deuxième enfant (23,0%), mais sans présenter de variations importantes chez les matis ayant déjà un nombre d'enfants plus élevé (25,2% à 3 enfants et 20,1% a 4 enfants et plus). On a demandé aux matis ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir quelle méthode ils préféreraient utiliser (données non présentées au Tableau 11.13). Un peu plus de la moitié des matis (51,5 %) ont déclaré vouloir utiliser une méthode moderne, principalement la stérilisation féminine (15,8%) et la pilule (14,9%). Il faut remarquer que les matis ont cité principalement des méthodes modernes "féminines," dont l'utilisation ne les implique pas directement. Par ailleurs, 30,2 pour cent des matis ont l'intention d'utiliser une méthode traditionnelle, essentiellement l'abstinence prolongée (14,9%) et la continence périodique (13,5 %). Comme pour les femmes, les utilisateurs futurs de la contraception devraient, du moins en intention, utiliser davantage les méthodes modernes que ne le font les maris qui pratiquent la contraception aujourd'hui. 165 Tableau 11,13 Utilisation future de la contraception R6partition (en %) des maris n'utilismat pas actuellement une méthode contraceptive, par intention d'utiliser une méthode dans l'avenir, selon le nombre d'ca'ffants vivants et selon l'exp6rience pass6e en matière de contraception, EDS Cameroun 1991 Intention d'utiliser dans le futur Nombre d'enfants vivants 0 1 2 3 4+ Ensemble N'a Jamais utllls~ lu contraception Intention d'utiliser 0,0 4,3 3,2 9,9 7,3 6,2 N'est pas sår d'utiliser 1,1 4.6 5,5 1,5 3,0 3,2 N'a pas l'intention d'utiliser 71.5 49,8 51,9 53,4 56,4 55,8 A d6Jå utllls~ la contraception Intantion d'utillser 7,1 11,6 19,7 15,2 12,8 13,4 N'est pas sfir d'utiliser 0,0 2,9 0,0 1,5 3,0 2,2 N'a pas l'intention d'utiliser 20,2 26,8 19,6 18,5 17.5 19.2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 I00,0 100,0 Tous les marls actuellement non-utilisateurs Intention d'utiliser 7,1 15,9 23,0 25,2 20,1 19,6 N'est pas sftr d'utiliser 1,1 7,5 5,5 3,0 6,0 5,4 N'a pas l'intemion d'utiliser 91,7 76.6 71,6 71,9 73,9 75,0 Total 100,0 100,0 10O,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de maxis 49 79 82 80 362 653 11.2.4 Opinions et attitudes vis-à-vis de la planification familiale Dans le contexte socio-culturel camerounais, en ce qui conceme la famille, le pouvoir de décision dépend largement des matis. Aussi a-t-on cherché à savoir ce que ces matis pensaient de la diffusion d'informations sur la planification familiale, s'ils approuvaient ou non son utilisation et s'ils en discutaient avec leur femme. D'après le Tableau 11.14, un peu plus de la moitié des matis (56,5%) sont favorables à la diffusion d'informations sur la planification familiale parle biais des média (radio et/ou télévision). Comme chez les femmes, ce sont les matis les plus jeunes qui sont le plus favorables à oe type d'informations (64,5% chez les moins de 30 ans), et cette proportion diminue avec l'[lge pour ne plus concerner que 45,9 pour cent des maris de 50 ans et plus. Par ailleurs, on peut œemarquer que, comme les femmes, les maris qui approuvent le plus fréquemment la diffusion d'informations sur la planification familiale sont ceux de Yaoundé/Douala (80,7%), ceux du Nord-Ouest/Sud-Ouest (83,7%) et ceux ayant au moins un niveau d'instruction secondaiœe (83,4%). 166 Tableau 11.14 Apl~obation de l'utilisation des m6dia dans la diffusion de messages sur la planification familiale Pourcentage de matis appronv ant la diffusion d'informations sur la planification familiale h la radio ou à la tél6vision, par caractéristiques socio-d6mographiques, selon l'~tge, EDS Cameroon 1991 Caractéristique < 30 Age du mari Tous les 30-39 40-49 50 et + åges Milieu de r6sidence Yaoundé/Douala 89,5 82,5 77.5 69,0 80,7 Aulxes villes 76,3 58,4 44,6 50,7 54,9 Ensemble urbain 82,0 69,7 54,7 54,7 64,2 Rural 55,3 60,7 51,7 41,1 51,9 Réglon Yaoundé/Douala 89,5 82,5 77,5 69,0 80,7 Adamaoua/NordÆxt.-Nord 38,2 34.8 33,7 28,2 33,1 Centãe/Sud/Est 78,8 82,4 72,6 57,1 73,7 Ouest/Littoral 88,3 71,8 55,6 53.4 65,2 Nord-Ouest/Sud-Ouest 100,0 87,8 74,8 80,1 83,7 Niveau d'Instruction Aucun 25,9 31,4 36,1 32,2 32,4 Primaire 64,8 75,3 60,6 71,1 68,6 Secondaire ou plus 87,8 82,6 76,7 87,3 83,4 Ensemble 64,5 64,5 52,8 45,9 56,5 A la question "Etes-vous d'accord que des couples ulålisent une méthode pour retarder ou 6viter une grossesse?" seulement 37,2 pour cent des matis ont répondu par l'affirmative (Tableau 11.15). Les matis de moins de 30 ans (42,3%) et surtout de 30-39 ans (50,7%) approuvent davantage l'utilisation de la contraception que ceux ag6s de 40 ans et plus. Par ailleurs, comme dans le cas de la diffusion d'informations sur la planification familiale, les maris qui appmuvent le plus fréquemment l'utilisation de méthodes contraceptives sont ceux de Yaoundd/Douala (77,5%), ceux du Nord-Ouest/Sud-Ouest (57,6%) et ceux ayant un niveau d'instruction secondaire ou supérieur (73,9%). 167 Tableau 11.15 Attitudes des maris face à la planification familiale Pourcentage de matis connaissant une méthode contraceptive et approuvant la planification familiale, par caract~risUques socio<lémographiques selon l'~tge, EDS Cameroun 1991 Age du mari En- Caractédstique < 30 30-39 4049 50 et + semble Milieu de résldence Yaound6/Douala 81,4 82,3 76.4 59.3 77.5 Autres villes 59,5 52,5 33,8 33,3 42,6 Ensemble urbain 69,0 66,4 46,9 38,7 55,1 Rural 28,3 39,4 23,1 15,7 26,6 Région Yaound6/Douala 81,4 82,3 76,4 59,3 77,5 Adamaoua/Nord/Ext.-Nord 17,3 20,5 13.9 ll,0 15,2 Centxe/SudÆst 55,9 52,6 27,2 25,6 40,4 Ouest/Littoral 48,7 58,5 48,3 43,3 50,1 Nord-Ouest/Sud-Ouest 72,4 76,2 54,3 30,7 57,6 Niveau d'Instruction Aucun 8,0 18,7 11,2 11,8 12,7 Primaire 31,6 50,5 40,1 44,2 43,3 Secondaire ou plus 70,6 81,3 62,5 79,6 73,9 Ensemble 42,3 50,7 31,4 23,8 37,2 La même question sur l'approbation de la planification familiale ayant êté posée aux matis et aux femmes, il a dt~ possible de déterminer l'opinion des couples en la matière, n apparatt au Tableau 11.16 et au Graphique 11.4 que dans 22,5 pour cent des couples seulement, le mari et la femme approuvent tous les deux l'utilisation de moyens pour retarder ou éviter une grossesse: cette concordance des points de vue pour approuver la planification familiale se retrouve plus fréquemment chez les couples monogames (29,0%, contre 12,0% chez les polygames), chez les couples oil le mari et la femme ont le même nombre d'enfants (33,8% contre 14,5% quand le nombre d'enfants est différent) et chez les couples où les deux partenaires ont un certain niveau d'instruction (49,2%). A l'opposé, dans la moiti6 des couples (50,2%), les deux partenaires sont du même avis pour d6sappmuver l'utilisation de la contraception: il s'agit surtout des couples polygames (67,0%), des couples dans lesquels les partenaires n'ont pas le même nombre d'enfants (59,9%) et des couples où le mari et la femme sont sans instruction (79,9%). Enfin, dans un cas sur quatre (23,8%) les deux partenaires ne sont pas du même avis, soit le mari appmuve et la femme d6sappmuve la contraception (12,0%), soit c'est la femme qui appmuve et le mari qui est contre (11,8%). 168 Tableau 11.16 Attitudes des couples face à la planification familiale Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme approuvent ou désapprouvent la planification familiale, selon les caractéristiques dfff&entielles du couple, EDS Cemeroun 1991 La femme Le mari Pourcentage Le mati Le mati approuve approuve et de couples Caractéristique et la et la femme et te mari la fexnme ayant la différentielle femme d6sap- d6sap- d6sap- Non mSme du couple approuvent prouvent prouve prouve d6tennin6 Total opinion Effec- tif Age du mari/ Age de la femme Négatif 15,6 61,6 20,9 1,9 0,0 100,0 77,2 28 0-4 26,4 43,6 12,0 13,6 4,5 100,0 70,0 187 5-9 31,3 42,4 10,0 13,0 3,3 100,0 73,7 253 10-14 21,7 48,6 14,8 10,1 4,8 100,0 70,3 226 15 et + 13,5 61,6 10,0 12,6 2,3 100,0 75,1 283 Type d'union Monogame 29,0 40,6 14,1 12,0 4,3 100,0 69,6 591 Polygame 12,0 67,0 7,6 11,7 1,7 100,0 79,0 367 Différent 24,5 23,8 18,6 19,2 14,0 100,0 48,3 19 Nombre d'enfants Identique 33,8 36,5 13,1 12,3 4,2 100,0 70,4 407 Différent 14,5 59,9 10,8 11,8 3,0 100,0 74,4 570 Niveau d'instruction Mari et femme: aucun 3,9 79,9 4,8 8,0 3,4 100,0 83,8 442 Femme instruite, mari non 9,7 55.3 17,5 10,9 6,5 100,0 65,0 33 Mari instruit, femme non 12,6 46.5 10,5 28,0 2,5 100,0 59,1 128 Mari et femme instruits 49,2 15,8 20,0 11,3 3,7 100,0 65,0 374 Ensemble 22,5 50,2 11,8 12,0 3,5 100,0 72,7 977 Au cours de l'enquête individuelle on a demand6 aux femmes si, d'apr6s elles, leur mari approuvait ou non la planification familiale. Au Tableau 11.17, figurent la perception par la femme, de l'opinion de son mari et l'opinion réelle du mati. Dans la grande majorité des cas, la femme connait l'opinion correcte de son mari: dans 79,3 pour cent des cas où la femme pense que son mari approuve la planification familiale, celui-ci l'approuve effectivement, et dans 78,3 pour cent des cas où elle pense qu'il la désapprouve, sa perception de 1'opinion de son partenaire est correcte. Dans un peu moins d'un cas sur cinq seulement, la femme se trompe sur l'opinion de son mari: dans 18,6 pour cent des cas, elle pense qu'il approuve la planification familiale, alors qu'il est contre, et dans 19,4 pour cent des cas, elle pense qu'il désapprouve alors qu'il est favorable. 169 Graphique 11.4 Attitudes des couples vis-à-vis de la planification familiale Couple d~sapprouve 50% Femme seule approuve 12% EDSC 1991 Tableau 11.17 Attitudes du mari face à la planification familiale et perception de l'attitude de la femme Répartition (en %) des couples par attitude du mari face à la planification familiale et selon la perception par la femme de l'attitude du mari, EDS Camerotm 1991 Perception par Attitude du mati la femme de Effectif l'opinion de Le mari Le mari Le mati ne de son mati approuve désapprouve sait pas Total couples La femme croit que la mari approuve 79,3 18,6 2,0 100,0 154 La femme croit que le mari d6sapprouve 19,4 78,3 2,3 100,0 609 La femme ne sait pas 40,3 52,0 7,7 100,0 214 Ensemble 33,4 63,1 3,5 100.0 977 Que ce soit un désaccord dans le couple, ou une perception fausse de l'opinion du conjoint en matière de planification familiale, ces situations peuvent s'expliquer par un manque de communication entre mari et femme. Ce manque de communication est mis en évidence au Tableau 11.18 où il apparait que la grande majorité des couples camemunais (69,6%) n'ont jamais discuté de problèmes de planification familiale, en particulier les couples dans lesquels le mari est/lgé de 50 ans et plus (83,0%). De plus, lorsque les partenaires ont discuté de ce sujet, dans un cas sur trois (9,6% par rapport ~ 29,9%), il ne s'agissait que de discussions occasionnelles, à savoir une ou deux fois seulement durant l'année. 170 Tableau 11.18 Discussion de la planification familiale par le couple RépartiUun (en %) des matis connaissant une méthode eonU'acepilve par nombre de fois qu'ils ont discuté de la planification familiale avec leur femme au cours de l'année ayant précédé l'enquéte, selon lãge actuel, EDS Cameroun 1991 Nombre de discussions sur la planification familiale Groupe Une ou Trois fois Non d'åges Jamais deux fois ou plus Détermin6 Total <30 66,4 11,4 21,4 0.9 1(30,0 30-39 60,9 10,5 28,1 0,5 I00.0 40-49 68,2 10,5 20,7 0,6 100,0 50 et + 83,0 6,6 10,2 0,3 100,0 Ensemble 69,6 9,6 20,3 0,5 100,0 11.3 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Le Tableau 11.19 donne la répartition des maris selon qu'ils souhaitent ou non avoir des enfants (supplémentaires) selon le nombre d'enfants qu'ils ont actuellement. Globalement, la grande majorité des maris souhaitent avoir d'autres enfants (81,9%) et un mari sur dix (9,8%) seulement souhaite limiter sa descendance. Comme on pouvait s 'y attendre, les proportions de maris qui veulent d'autres enfants diminuent avec le nombre d'enfants qu'ils ont déjà, tout en restant supérieures à 90 pour cent tant que le nombre d'enfants vivants est inférieur à cinq. Cette proportion passe ensuite à 75,5 pour cent chez les maris qui ont déjà cinq enfants et à 65,2 pour cent chez les maris qui ont déjà au moins six enfants. Tableau 11.19 Préférences des matis en matière de fécondité selon le nombre d'enfants vivants Répartition (en %) des matis par désir d'enfants supplémentaire.s, selon le nombre d'enfants vivants, EDS Cameroun 1991 Nombre d'enfants vivants Ensemble Désir des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 et + matis Veut un auge bient6t 95,1 96,9 96.3 94,0 90,9 75,5 65,2 81,9 Indécis 2,3 1,8 2,4 3,2 2.7 6,9 5,1 3.9 Ne veut plus d'enfant 0,0 0,0 0,8 2,2 3,5 10,8 21,4 9,8 Femme/marl stérile 2.6 1,2 0,5 0,6 2,9 6,7 7,6 4,2 Non déterminé 0.0 0,0 0,0 0,0 0.0 0.0 0,6 0,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de matis 52 96 100 96 89 77 304 814 171 Le Tableau 11.20 présente le meme type d'information au niveau du couple. Seulement 4,3 pour cent des couples souhaitent limiter la taille de leur famille, et la grande majorité des couples (65,9%) désirent encore des enfants. Dans environ 10 pour cent des couples, le mari et la femme sont en désaccord, dans la plupart des cas (8,2% par rapport å 10,7%), il s'agit du mari qui souhaite encore des enfants alors que la femme désire en limiter le nombre. Avec l'augmentation du nombre d'enfants vivants, que ce soit ceux du mari ou ceux de la femme, les proportions de couples désirant encore des enfants diminuent au profit des couples désirant limiter leur descendance, mais aussi et surtout au profit des couples qui sont en désaccord sur les enfants supplémentaires à avoir. Ainsi, lorsque le mari a déj~ dix enfants ou plus, 47,8 pour cent des couples veulent ci' autres enfants, 8,9 pour cent n'en veulent plus, mais dans 15,1 pour cent des cas, le couple est en désaccord parce la femme veut limiter le nombre d'enfants alors que le mari ne le souhaite pas. De m~me, lorsque la femme a déjà sept enfants vivants ou plus, près d'un quart des couples (24,3%) sont en désaccord parce que la femme veut limiter sa descendance et le mari ne le veut pas. Cela ne signifie pas nécessairement que la femme aura ces enfants supplémentaires, mais cela est certainement l'une des principales raisons pour laquelle le mari prendra une épouse supplémentaire. Tableau 11.20 Préférences des couples en matière de fé~ondit6 Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme veulent ou non des enfants suppl6mentaires, selon le nombre d'enfant vivant du mari et de la femme, EDS Cameroon 1991 Mari Mari Mari Femme Mari et et femme veut, veut, veut, femme ne Mari Nombre veulent femme femme mari ne veulent plus et/ou d'enfants d'autres est ne veut veut d'autres femme vivants enfants soErile pas pas enfants NSP Autres Total Effectif Nombre d'enfants du mari 0 84,1 8,3 0,0 0,0 0,0 0,0 7.6 100,0 54 1-3 86,0 4,1 4,3 0,5 0,2 0,0 4,9 100,0 314 4-6 62,5 8,9 7,7 3,5 4,1 0,9 12,4 100,0 272 7-9 46,5 4,2 12,5 5,4 9,1 0,3 22,2 100,0 189 l0 et + 47,8 8,6 15,1 1,8 8.9 0,9 17,0 100,0 148 Nombre d'enfants de la femme 0 85,5 4,2 0,9 0,0 0,0 0,0 9,4 100,0 94 1-3 82,8 3,7 3,7 2,3 0,1 0,3 7,0 100,0 442 4-6 52,5 10,4 10,4 4,4 6,1 0,8 15,4 100,0 315 7 et + 25,4 6,9 24,3 0,0 17,7 0,4 25,3 100,0 126 Ensemble 65,9 6,3 8,2 2,5 4,3 0,4 12,3 100,0 977 Pour connaRre les préférences des maris en matière de f6condit6 on leur a demandé, comme à leurs femmes, quel était le nombre total d'enfants qu'ils souhaiteraient (ou qu'ils auraient souhaité) avoir, en tout, durant leur vie. D'après le Tableau 11.21, les matis camerounais sont favorables å une famille très nombreuse puisque leur nombre idéal d'enfants est, en moyenne, de 11,2 soit près de 4 enfants de plus que le nombre idéal moyen déclaré par les femmes en union (7,3). Comme chez les femmes, on peut constater un lien entre la taille actuelle et la taille idéale de la famille qui passe de 8,1 enfants, en moyenne, chez les matis sans enfant à 13,9 chez ceux qui ont déj~ 6 enfants ou plus. 172 Tableau 11.21 Nombre idéal d'enfants Répartition (en %) des mgris par nombre idéal d'enfants et nombre idéal moyen d'enfants selon le nombre d'enfants vivants, EDS Caraeroan 1991 Nombre Nombre d'enfants vivants Ensemble idéal des d'enfants 0 1 2 3 4 5 6 et + maris 1 0,0 2 5,4 3 4,8 4 12,6 5 11,3 16,1 6+ 59,3 48,9 Réponses non-numériques 6,5 9,0 Total 100,0 100,0 Effectif de matis 52 96 Nombre idéal moyen 8,1 8,7 Effectif de matis avec réponse numérique 49 88 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0, l 2,0 0,0 0,8 0,0 0,7 1,0 1,1 6,5 4,3 3,2 1,2 3,4 2,2 3.3 17,0 12,1 11,2 4,1 3,9 5,6 8,5 12,8 9,4 5,3 8,7 5,3 8,7 61,7 61,0 79,2 66,2 63,6 63,0 9,0 14,4 10,2 17,1 22,2 15,3 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100 96 89 77 304 814 9,8 9,4 11,9 10,7 13,9 11,2 91 82 80 64 236 689 Au Tableau 11.22 figure le nombre id6al d'enfants selon les caract6ristiques socio-démographiques du mati. Il apparaît tout d'abord que la taille idéale de la famille pr6sente de fortes variations selon l 'åge du mari, passant de 8,8 enfants, en moyenne, chez les matis de moins de 30 ans/t 14,6 enfants chez ceux flgés de 50 ans et plus. Ce phénomène, d6jà constaté chez les femmes, ne signifie peut-être pas simplement qu'en Tableau 11.22 Nombre idéal d'enfants pour les matis pæ earact6ristiques socio-démographiques Nombre idéal moyen d'enfants pour l'ensemble des matis par caract&istiques socio-démographiques selon lãge, EDS Cameroun 1991 Age du mari ~n- Caract6ristique < 30 30-39 40-49 50 et + semble Milieu de résidence Yaoundé/Douala 5,5 6,1 7,0 7,7 6,4 Autres villes 7,7 8,7 13,0 13,8 11,2 Ensemble urbain 6,8 7,4 Il,1 12,6 9,4 Rural 9,9 11,0 12,3 15,7 12,3 Région Yaound6/Douaia 5,5 6,1 7,0 7,7 6,4 Adamanua/Nord/Ext.-Nord 11,7 12,7 16,0 17,7 14,9 Centre/Sud/Est 6,5 7,1 7,7 10,3 7,8 Ouest/Littoral 6,9 9,2 9,5 12,6 9,5 Nord-Ouest/Sud-Ouest 6,0 9,2 8,3 10,6 8,9 Niveau d'Instruction Aucun 13,4 13,8 15,2 16,7 15,3 Primaire 8,6 8,3 10,4 10,0 9,3 Secondaire ou plus 6,3 6,6 7,4 9,3 6,8 Ensemble 8.8 9,5 11,9 14,6 11,2 173 Graphique 11.5 Nombre idéal d'enfants selon les matis et les femmes en union RESlDENCE Yaound#/Douala Autres villes Rural REGION Ad/Nord/Ext Nord Centre/Sud/Est Ouest/Lit~oral NO/SO INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire/Sup ~ 7 2 4 6 8 10 12 14 Nombre d'enfants 16 EDSC 1991 vieillissant les matis souhaitent de plus en plus d'enfants, mais il est peut-Stre aussi le signe d'une diminution du nombre idéal d'enfants des générations les plus anciennes aux plus récentes, et donc le signe d'une amorce possible de baisse de la fécondité. Par ailleurs, on constate des variations très importantes de la taille idéale selon le milieu de résidence, la région et le niveau d'instruction: ces variations suivent les m~mes tendances que chez les femmes (Graphique 11.5). Concernant le milieu de r6sidence, pour les matis du milieu rural (12,3 enfants, en moyenne) et ceux des "autres villes" (11,2 enfants), la taille idéale de la famille est près de deux fois plus importante que pour les maris de Yaoundé/Douala (6,4 enfants). Au niveau régional, la taille moyenne varie de 7,8 enfants dans le Centre/Sud/Est à 14,9 dans l'Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord. Du point de vue du niveau d'instruction enfin, la taille idéale diminue avec l'augmentation du niveau, passant de 15,3 enfants chez les hommes sans instruction à 9,3 chez ceux ayant un niveau primaire et 6,8 enfants, en moyenne, chez les hommes de niveau secondaire ou supérieur. Autant l'urbanisation que l'instruction semblent avoir pour conséquence une diminution de la taille de la famille idéale souhait6e. Au niveau du couple, il apparaît au Tableau 11.23 que dans la majorité des cas (60,6%) le mati a pour idéal un nombre d'enfants plus élevé que celui de sa femme: dans seulement 18,7 pour cent des couples, le mati et la femme ont donné pour réponse la m~me taille idéale de la famille, et dans 20,8 pour cent des cas, la femme a pour idéal un nombre d'enfants supérieur à celui du mari. Les couples dans lesquels le mari souhaite plus d'enfants que sa femme se rencontrent plus fréquemment quand le mari est beaucoup plus ~lgé que sa femme (77,1% quand le mati a 15 ans de plus), quand il s'agit d'une union polygame (80,6%) et quand le nombre d'enfants du mari est différent de celui de la femme (69,2%). Du point de vue du niveau d'instruction, c'est chez les couples où le mati est sans niveau d'instruction et que la femme est instruite que les cas où le mari souhaite plus d'enfants que la femme sont les plus fréquents (76,1%): à l'oppose, c'est quand les deux partenaires ont un certain niveau d'instmction que l'on rencontre le plus fréquemment le cas de femmes qui souhaitent plus d'enfants que le mari. 174 Tableau 11.23 Nombre idéal d'enfants pour les couples par earact6ristiques diff6rentielles Répartition (en %) des couples selon que le mari et/ou la femme ont, ou non, pour idéal le m&ne nombre d'enfants selon les caract~ristiques diff&entieUes du couple, EDS Csznaronn 1991 Nombre id6ni Idéal pour Idéal pour Caractéristique identique le mari la femme différentielle pour le mati > idéal > idéal du couple et la femme pour la fennne pour le mari Total Effectif Age du marl/Age de la femme Négatif 36,3 27,1 36,6 100,0 20 0-4 21,5 51,3 27,1 100,0 152 5-9 20,5 57,0 22,4 100,0 208 10-14 20,4 57,5 22,1 100,0 156 15 et + 11,4 77,1 11,5 100,0 199 Type d'union Monogame 22,5 50,3 27,2 100.0 487 Polygame 11,2 80,6 8,2 100,0 249 Nombre d'enfants Identique 23,6 49,9 26,5 100,0 330 Différent 14,7 69,2 16,1 100,0 406 Niveau d'Instruction Mari et femme: aucun 18,7 67,5 13,9 100.0 329 Femme instruite, mari non 13,3 76,1 10,6 100,0 20 Mari instruit, femme non 13,3 63,1 23,6 100,0 88 Mari et femme instruits 20,6 51,2 28,2 100,0 298 Ensemble 18,7 60,6 20,8 100,0 736 Note: Il s'agit uniquement des couples dans lesquels le mari et la femme ont donné une réponse numérique concernant le nombre idéal d'enfants. 11.4 PERCEPTION DE LA VALEUR DES ENFANTS Comme aux femmes, on a demandé aux maris les avantages et les inconvénients qu'i ls accordent avoir beaucoup d'enfants. Les r6sultats présentés au Tableau 11.24 et au Graphique 11.6 font apparaitre que, dans l'ensemble, les avantages les plus souvent cités sont d'ordre économique: l 'aide dans le travail (51,4%), la soutien dans la vieillesse (36,4%), et l'assistance et l 'aide financières (26,0%). Ces avantages d'ordre économique ont 6té cités en première position par 52,3 pour cent des matis. Les avantages d'ordre soclo- culturels sont également importants pour les maris, en particulier la post6rit6 ou le patronyme qui ont été cités en première position par près d 'un mari sur cinq (19,5%). Compar6es aux réponses des femmes, celles des matis présentent donc les m~mes tendances bien que, pour ces derniers, les avantages d'ordre économique semblent occuper une place moins importante que pour les femmes, et qu'à l'inverse, les avantages d'ordre socio-culturels semblent jouer un r01e plus important. 175 Tableau II.24 Avantages et désavantages d'avoir beaucoup d'enfants Pourcentages de maris ayant oit~ au moins une fois chacun des avantages (ou désavantages) spécif~ues, et répartition (en %) des matis par avantages (ou désavantages) Sl@.cif~ues cités en première, deuxième et troisième position, et pourcentages da femmes ayant cit6 au moins une fois chacun des avantages (ou désavantages) spécifiques, et r~partition (en %) des femmes par avantages (ou désavantages) spécifiques cités en première position, EDS Cameroun 1991 Matis Femmes Pour- Pourcoetage Pour- Pour- centage ayant eit~ eau: centage cexttage ayant ayant ayant Catégorie cité 1 er 2 ème 3 ~me cité cité en 1 er AVANTAGES Ordre ~¢onomlque Aide dans le travail 51,4 31,7 18,7 17,2 49,9 35,5 Assistance/aide f'mancièrc 26,0 7,7 17,2 16,1 26,5 10,3 Soutien dans la vieillesse 36,4 12'8 22,6 20,1 31,4 13,1 Ordre psychologique Affection/compagnie 15,2 4,8 9,7 9,5 18,2 7,2 Ordre soclo/culturel Obligations religienses/sociaies 3,1 1,8 1,1 1,5 1,5 0,6 Fierté/Affirmation de soi 16,0 7,2 7,7 9,0 11,3 5,3 Statut social 17,1 5,7 11,2 9,3 7,3 2,4 Postédté/Patronyme 33,4 19,5 10,9 17,1 15,6 8,5 Divers Survie d'enfants 1,0 0.8 0.2 0,2 1,4 1.0 Autres 0,7 0,4 0,5 0,0 0,7 0,4 NSP, ND 1,5 1,5 0,0 0,0 5,2 5,2 Aucun 6,1 6,1 0,0 0,0 10.6 10,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif 814 814 592 287 3871 3871 DESAVANTAGES Ordre ~conomlque Cofn/Fr ais f'manciers 45,7 25,9 25,7 Ordre d'éducation Problèmes d'encadrement 45,8 26,3 26,1 Problèmes de discipline 23,6 10,4 15,1 Maladie/mort des enfants 19.8 7,9 10,5 Divers Augmentation du travail 3.4 0,8 2,4 Contraintes pour les parents 10,6 1,8 8,9 Inquiétude dans l'avenir 13.7 5,0 9,2 Problèmes dans le couple 2,8 0,9 2,1 SaméÆatigue de la mère 0,0 0,0 0,0 Autres 1,2 1,0 0,0 NSP, ND 0,0 0,0 0,0 Aucun 19,9 19,9 0,0 Total I00.0 I00.0 Effectif 814 814 487 16,8 47,4 31,7 14,2 44,1 23.7 15,5 18.0 7,1 21,1 22'4 8,9 4,5 4,3 1,4 13,0 6,6 2,0 11,9 10,0 2,9 2"5 4,2 1,6 0,0 0,2 0,1 0,5 1,4 1,2 0,0 1,5 1,5 0,0 17,8 17.8 1(30,0 100,0 218 38)1 3871 176 Concernant les désavantages d'avoir beaucoup d'enfants, comme les femmes, les matis ont cité le plus souvent les coflts et frais f'manciers (45,7%), suivis des inconvénients liés à l'éducation des enfants, à savoir les problèmes d'encadrement (45,8%) et de discipline (23,6%). La peur de la maladie et de la mort est également souvent cité par les m aris (19,8 %). De mSme que pour les avantages, on constate un léger décalage entre les réponses des femmes et celles des matis en ce qui concerne les inconvénient. Les problèmes liés à l'éducation des enfants semblent occuper une place plus importante pour les maris que pour les femmes (ils sont cités en première position par 36,7% des matis contre 30,8% des femmes), alors que les désavantages d'ordre économique semblent un peu moins importants à leurs yeux (25,9% contre 31,7% chez les femmes), de meme que la maladie et la mort (cités en premier par 7,9% des matis contre 8,9% des femmes). Graphique 11,6 Perception de la valeur des enfants par les couples Avantages Pourcentage 20 2 4O 6O Désavantages Economique Education Socio Maladie/ Psycho Aucun culturel Mort logique Note: Selon le 1er avantage et le 1er dêsavantage cit~s EDSC 1991 177 CHAPITRE 12 DISPONIBILITE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES L'existence d'infrastructures socio-économiques et la disponibilité de services de santé maternelle et infantile et de services de planning familial peuvent affecterles niveaux de morbidité, de mortalité et de fécondité. C'est dans cette optique, qu'en plus de la collecte des données relatives aux ménages et aux individus, I'EDSC a recueilli des informations relatives à la disponibilité de certaines infra- structures socio-économiques et formations sanitaires. La stratégie mise en place pour la collecte de ces données consistait à interroger, dans chacune des grappes sélectionnées pour l'enquete, un groupe d'hommes et de femmes bien informés sur leur communauté, comme les autorités administratives et traditionnelles, les insti- tuteur(trice)s, infirmier(e)s, sage-femmes, matrones, etc. Au cours de l'interview de ce groupe de personnes, pour chaque service communautaire retenu, l'enquSteur tentait d'identifier et de localiser le service le plus proche de la localité d'enquete, d'obtenir une estimation de la distance à parcourir et du temps de trajet nécessaire pour l'atteindre et, pour les formations sanitaires, l'enquêteur cherchait à savoir quel type de services y étaient offerts. Par contre, I'EDSC n'a pas recueilli d'informations sur le fonctionnement de ces formations sanitaires, ni sur leur équipement, ni sur la qualité des prestations offertes: par conséquent, le terme disponibilité utilisé fait ici davantage référence à l'existence de formations sanitaires dans les localités enquSl~es, ou å leur proximité, que de disponibilité effective de services de santé. Une enquSte de ce type a été réalisée dans chacune des 149 grappes couvertes au cours des opérations de collecte. Cependant, les résultats ne sont pas présentés ici par rapport aux grappes ou aux localités correspondantes, mais par rapport aux femmes en union enquetées dans les grappes. Tableau 12.1 Catactérlstiques des communautés finales Répartition (en %) des femmes rurales actuellement en union selon les caraet&istiques de leur commenauté, EDS Came~mm 1991 Caract&istique des communaut~ Pourcentage Type d'habitat Dense 12,0 Dispersé 68,6 Aulxe 10,8 Non tiéterrain6 8,6 Voie d'accès Route goudroen~ 20,3 Piste l~aticable toute l'aen~ 50,7 Piste l~aticable ~pisodiquement 21,3 Sentier 2,9 Non détermin6 4,8 Distance de la ville la plus proche < 5 kms 4,3 5-14 kms 31,4 15-29 kms 28,4 30 kms et + 36,0 Principal moyen de transport en commun l Autobus 18,5 Taxi-bronsse 18,5 Taxi I 1,2 Camion/~amionnetto 45,6 Aucun 16,7 Total 100,0 Effectif de femmes 1771 q.es réponses multiples étant admises, la somme des pourcentages est supé~ieta'e ~t I00. 12.1 CARACTERIST IQUESDESLOCAL ITES RURALES Un certain nombre d'informations spécifiques ont Et~ recueillies dans les grappes situées en milieu rural dans le but d'estimer le niveau "al'isolement" de certaines populations. Il s'agit du type d'habitat, des voies d'accès à la localité, de la distance par rapport ~ la ville la plus proche, des moyens de transport en commun habituellement utilisés. Ces données sont présentées au Tableau 12.1 par rapport aux femmes en union vivant dans ces localités. 179 Dans l'ensemble, en milieu rural, près de sept femmes en union sur dix vivent dans des villages à habitat dispersé, 12,0 peur cent vivent dans des villages à habitat dense et 10,8 pour cent habitent des villages d'autres types, essentiellement des villages en bande, le long des routes. Près des trois quarts des femmes rurales vivent dans des villages accessibles toute l'armée par des routes ou des pistes mais, dans un cas sur quatre, les villages ne sont accessibles que difficilement, soit par des pistes non praticables en toutes saisons (21,3%), soit par des sentiers (2,9%). Plus d'un tiers des femmes rurales en union (36,0%) habitent dans des villages situés à 30 kilomètres et plus de la ville la plus proche, 28,4 peur cent vivent à une distance comprise entre 15 et 29 kilomètres du centre urbain le plus proche et 35,7 pour cent à moins de 15 kllomStres, dont 4,3 pour cent seulement à moins de 5 kilomètres. Plusieurs moyens de transport sont utilisés par les femmes de ces villages pour leurs déplacements vers la ville la plus proche (les réponses multiples étant admises pour cette question, la somme des proportions est supérieure h 1130): le camion ou la camionnette est le moyen de transport le plus utilisé (45,6% de femmes), suivi de l'autobus (18,5%), du taxi-brousse (18,5%) et du taxi (11,3%). Mais, en réalité, compte tenu du fait qu'en milieu rural, le camion, la camionnette, le taxi-brousse et le taxi (moyens de transport couramment appelés "opep" au Cameroun) ne présentent que très peu de différences, on peut dire que la grande majorité des femmes en union des villages utilisent l'"opep" pour leurs déplacements. Par ailleurs, 16,7 pour cent de femmes ne disposent d'aucun moyen de transport: leurs déplacements hors de leurs villages s'effectuent encore å pied. 12.2 SERVICES SOCIO-ECONOMIQUES Le Tableau 12.2 présente la répartiåon de l'ensemble des femmes actuellement en union par distance à parcourir pour atteindre différents services socio-économiques, à savoir une école primaire, une école secondaire, un centre de formation professionnelle, un marché quotidien ou hebdomadaire, une boutique et un service régulier de transport en commun. En général, 88,1 pour cent des femmes en union vivent à moins de 5 kilomètres d'une école primaire; en milieu rural, elles sont 82,3 peur cent à habiter à proximité d'une école primaire et seulement 4,3 peur cent des femmes vivent å 15 kilomètres et plus de ce genre d'établissement. Les établissements secondaires et ceux de formation professionnelle étant généralement installés dans les centres urbains, la moitié des femmes rurales doivent parcourir une distance de 18 kilomètres et plus pour atteindre un établissement secondaire, alors que la moitié des femmes urbaines ont å en parcourir moins d'un (0,7 km); 50 pour cent des femmes rurales se situent à 21,6 kilomètres et plus d'un établissement de formation professionnelle, alors que cette distance médiane n'est que de 2,6 kilomètres pour les femmes du milieu urbain. Une fraction importante de femmes en union (35,6%) vivent très loin (å plus de 15 km) de localités oh se tiennent des marchés joumaliers, il s'agit essentiellement de femmes du milieu rural (54,6%); peur ces demi~res, la distance médiane s'établit à 17,2 kilomètres. Cependant, plus des deux tiers des femmes du milieu rural (68,9%) vivent à moins de 5 kilomètres d'un marche hebdomadaire. Plus de trois femmes sur quatre (76,4%) habitent à moins de 5 kilomètres d'une boutique; mais là encore, en milieu rural, 17,9 peur cent des femmes sont éloignées de plus de 15 kilomètres de la boutique la plus proche. Enfin, 47,3 peur cent de femmes en union sont situées å moins de 5 kilomètres d'un service régulier de transport en commun mais, en milieu rural, 47,4 pour cent des femmes vivent ~ 15 kilomètres et plus de ce type de service et la distance médiane est de 13,2 kilomètres. 180 Tableau 12.2 Distance par rapport aux servlccs socio-dconomiques R6parfition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux services socio-économiques et distance mddiane par service salon le nålieu de r6sidence, EDS Carneroun 1991 Service Distance (en kilomèUes) Effectif Distance socio- Milieu de de mddiane dconotrfique rdsidence 0 à 4 a 5 ~, 14 15 à 29 30 et + To t~Ib femmes (en krm) Eco le Yaoundé/Douaia 98,9 1,1 0,0 0,0 100,0 383 0,0 primaire Autres villes 96,7 0,0 0,0 0,0 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 97,5 0,4 0,0 0,0 100,0 1098 0,0 Rural 82,3 13,4 2,7 1,6 100,0 1771 0,0 Ensemble 88,1 8,4 1,7 1,0 100,0 2868 0,0 Eco le Yaoundd/Douaia 91,5 8,5 0,0 0,0 100,0 383 0,4 secondaire Autres villes 79,3 14,8 5,8 0,0 100,0 714 0,8 Ensemble urbain 83,6 12,6 3,8 0,0 100,0 1098 0,7 Rural 14,1 30,1 28,4 27.4 100,0 1771 17,7 Ensemble 40,7 23,4 19,0 16,9 100,0 2868 7,9 Etabllssement Yaound~/Douaia 70,1 29,9 0,0 0,0 100,0 383 2,8 de formation Aub'cs villes 65,4 19,9 10,1 4,6 100,0 714 2,5 profession. Ensemble urbain 67,1 23,4 6,6 3,0 100,0 1098 2,6 nelle Rural 7,9 24,7 21,9 45,5 100,0 1771 21,6 Ensemble 30,5 24,2 16,0 29,3 100,0 2868 11,2 March~ Yaound6/Douala 92,6 7,4 0,0 0,0 100,0 383 0,5 Journalier Au~s villa 92,4 0,0 7,6 0,0 100,0 714 0,3 Ensemble urbain 92,5 2,6 4,9 0,0 100,0 1098 0,4 Rural 10,8 34,5 25,4 29,2 100,0 1771 17,2 Ensemble 42,1 22,3 17,6 18,0 100,0 2868 9,4 March6 Autres villes 93,3 4,1 0,0 2,6 100,0 714 0,0 hebdomadaire Rural 68,9 21,0 5,1 4,3 100,0 1771 0,0 Boutique Yaound6/Douaia 97,9 2,1 0,0 0,0 100,0 383 0,0 Autres villes 95,3 0,0 4,7 0,0 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 96,2 0,7 3,1 0,0 100,0 1098 0,0 Rural 64,1 17,9 11,7 5,5 100,0 1771 0,0 Ensemble 76,4 11,3 8,4 3,4 100,0 2868 0,0 Service Yaound6/Douala 86,1 10,2 3,8 0,0 100,0 383 0,8 r6guller de Autres vlllea 90,6 1,8 7,6 0,0 100,0 714 0,0 transport en Ensemble urbain 89,0 4,7 6,2 0,0 100,0 1098 0,0 commun Rural 21,5 30,4 22,1 25,3 100,0 1771 13,2 Ensemble 47,3 20,6 16,1 15,6 100,0 2868 4,9 ay compris les services qui sont "sur place" by compris les distances non-ddtemln6~,s Au Tableau 12.3 figure la répartition des femmes en union selon le moyen de transport le plus uUlisé pour atteindre les différents services socio-économiques. Les données concernent uniquement les femmes pour lesquelles le service en question ne se trouve pas "sur place." Dans l'ensemble, lorsque les services sont à proximité, les femmes se déplacent le plus souvent à pied, sauf en milieu urbain dans le cas des boutiques 181 et des services régnliers de transport en commun oU les femmes se rendent souvent en utilisant un véhicule à moteur (respectivement 53,0% et 44,6% des femmes urbaines). Il en est de méme lorsque le service est très éloigné: c'est le cas, en milieu rural, pour atteindre les écoles secondaires (52,7%), les établissements de formation professionnelle (66,3%) et les marchésjoumaliers (54,1%). Le vélo est assez peu utilisé, sauf dans les "autres villes" où il sert assez fréquemment pour se rendre aux établissements de formation professionnelle (32,8%) et au marché journalier (26,2%). Tableau 12.3 Principal moyen de transport Rélmrtition (en %) des femmes actuellement en union par moyen de transport la'inclpal utilis6 pour attelnd~ chaque service socio-économique selon le milieu de résidence, EDS Cametoun 1991 Moyens de t~ansport Service Effectif socio- Milieu de Vehicule de éconon~que résidence ~ moteur Vélo A pied Autre Total I femmes Ecele Yaoundé/Dounia 11,9 0,0 88,1 0,0 100,0 126 primaire Auî~s villes 0,0 0,0 100,0 0,0 100,0 88 Ensemble urbain 7.0 0,0 93,0 0,0 100,0 214 Rural 11,0 0,0 83,0 6,0 100,0 548 Ensemble 9,9 0,0 85,8 4,3 100,0 762 Ecole Yaoundé/Douala 8.0 0,0 92,0 0.0 100,0 228 secondaire Autres villes 16,5 0,0 83,5 0,0 100,0 570 Ensemble urbain 14,1 0,0 85,9 0,0 100,0 798 Rural 52,7 8,5 36,8 2,0 100,0 1615 Ensemble 39,9 5.7 53,0 1,4 100,0 2413 Etabllssemeat Yaound6/Douaia 41.6 0,0 58,4 0,0 100,0 321 de formation Autres villes 30,7 32,8 36,5 0,0 100,0 548 profession- Ensemble urbain 34,7 20,7 44,6 0,0 100,0 869 nelle Rural 66,3 4,6 27,2 1,9 100,0 1702 Ensemble 55,6 10,0 33,1 1,3 100,0 2572 March~ Yaoundé/Douela 11,1 0,0 88,9 0,0 100,0 230 Journalier Autres villes 15,0 26,2 58,8 0,0 100,0 396 Ensemble urbain 13,5 16.5 69,9 0,0 100,0 626 Rural 54,1 3,7 39,0 1,9 100,0 1714 Ensemble 43,2 7,1 47.3 1,4 100,0 2340 March~ Autres villes 18,8 0,0 81,2 0,0 I00,0 254 hebdomadaire Rural 32,2 3,8 56,8 4,8 I00,0 684 Boutique Yaoundé/Dounia 57,0 0,0 43,0 0,0 I00,0 63 Autres villes 49,3 0,0 50,7 0,0 I00.0 68 Ensemble urbain 53.0 0,0 47,0 0,0 100,0 131 Rural 32,7 8,2 54,9 4,3 100,0 770 Ensemble 35,7 7.0 53,7 3,6 100,0 902 Service Yaoundé/Dounia 57,1 0,0 42,9 0,0 I00,0 249 r6guller de Autres villes 33,9 0,0 66,1 0,0 I00,0 291 transport en Ensemble urbain 44,6 0,0 55,4 0,0 100,0 539 commun Rural 59,7 5,1 30,0 5,1 100,0 1459 Ensemble 55,7 3,7 36,9 3,7 100,0 1998 Note: le tableau concerne uniquement les fenur~s pour lesquelles le service ne se trouve pas "sur place." Iy compris les ålstanccs non-détermlnée, s. 182 Le Tablt -, 12A présente la répartition de l'ensemble des femmes actuellement en union selon le temps n6cessaire poux atteindre les différents services socio-6conomiques, en utillsant le moyen de transport le plus courant. On retrouve ici des différences du m~me type que peur les distances. Pour atteindre les écoles secondaires et les établissements de formation professionnelle qui sont en nombre limit6 et concentrés dans les centres urbains,le temps médian est élev6 (respectivement 39 et 44 minutes pour l'ensemble des femmes). En milieu rural, compte tenu de la dispersion de la population et, parfois, de l'insuffisance de certains services, comme les marchés joumuliers et les services réguliers de transport en commun, les habitants des Tableau 12.4 Temps de traiet pour atteindre les se¢vices socio-éconorråques Répartition (en %) des femmes aonw.llement en union selon le temps de trajet n~.ssaire pour atteindre les sex,tic, es sotfio-6~onomlques et temps m6diaa pat service siX~ifique selon le milieu de résidence, EDS ~ u n 1991 Service Temps (en minutes) Effectif Temps socio- Milieu de de mt~tian économique résidence 0 ~ 15 a 16 b 30 31 ~ 60 61 et + Total b femmes (en minutes) Ecole Yaound6/Douala 82,1 13,9 4,0 0,0 I00,0 383 0,0 primaire Autres villes 88,7 6,6 4,7 0,0 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 86,4 9,1 4,5 0,0 100,0 1098 0,0 Rural 73,2 4,6 5,6 16,6 100,0 1771 0,0 Ensemble 78,3 6,3 5,2 10,2 100,0 2868 0,0 Eenle Yaound6/Douela 64,8 11,7 20,6 2,9 I00,0 383 9,6 secondaire Autres villes 45,9 30,2 19,3 4,6 I00,0 714 19,6 Ensemble urbain 52,5 23,7 19,8 4,0 100,0 1098 14,8 Rural 17,7 12,9 28,6 40,9 100,0 1771 59,5 Ensemble 31,0 17,0 25,2 26,8 100,0 2868 39.5 Etabllssement Yaoundé/Douala 45,7 17,8 27,5 9,0 I00,0 383 19,9 de formation Autres villes 46,9 22,4 24,3 6,4 100,0 714 19,2 profession- Ensemble urbain 46,5 20,8 25,4 7,3 100,0 1098 19,3 nelle Rues1 11,9 18,9 29,7 39,4 100,0 1771 59,4 Ensemble 25,2 19,6 28,1 27,1 100,0 2868 44,3 Match6 Yaoundé/Douala 65,2 29,7 4,0 1,1 100,0 383 14,1 Journalier Autres villes 77,5 9,5 8,4 4,6 100,0 714 9,1 Ensemble urbain 73,2 16,6 6,9 3,4 100,0 1098 9,2 Rural 16,1 9,1 24,0 49,5 100,0 1771 79,4 Ensemble 37,9 12,0 17,4 31,8 100,0 2868 29,9 Marché Autres villes 72,3 6,3 14,1 7,2 I00,0 714 0,0 hebdoma- Rural 64,0 9,3 10,3 15,7 I00,0 1771 0,0 dnire Boutique Yaound6/Douela 90,4 1,0 6,5 2,1 100,0 383 0,0 Autres villes 92,5 5,6 1,8 0,0 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 91,8 4,0 3,5 0,7 I00,0 1098 0,0 Rural 60,3 4,8 13,9 20,2 I00,0 1771 0,0 Ensemble 72,4 4,5 9,9 12,7 I00,0 2868 0,0 Service Yaoundé/Dounia 75,3 15,4 9,3 0,0 100,0 383 4,0 r6guller de Autres villes 67,7 7,7 20,0 4,6 100,0 714 0,0 transport en Enserable urbain 70,4 10,4 16,3 3,0 100,0 1098 0,0 commun Rural 31,5 13,7 15,7 38,3 100,0 1771 45,0 Ensemble 46,4 12,5 15,9 24,8 100,0 2868 19,5 ay cornlnlS les services qui sont "sur pince," pour lesqueLs le temps est suppos~ ~gal l 0 by compris les temps de trajet non-d~temfin6s 183 villages mettent beaucoup plus de temps pour les atteindre que ceux des villes, il faut, par exemple, plus d'une heure ~ plus d'un tiers des femmes rurales (38,3%) pour aller emprunter un véhicule de transport en commun et le temps médian est de 45 minutes; de m~me, près de la moitié des femmes habitant dans les villages (49,5%) mettent plus d'une heure pour se rendre à un marché journalier. 12.3 FORMATIONS SANITAIRES L'objectif principal de l'enquête était de collecter des informations surla disponibilité des formations sanitaires et sur le type de services offerts. L'enquête a retenu les dix types de formations sanitaires suivantes: hõpital public, h6pital privé ou clinique, centre de protection maternelle et infantile (PMI), centre de santé public, dispensaire missionnaire, matemité, cabinet de médecin privé, pharmacie, propharmacie et centre de planning familial. Cette liste ne correspond peut-Stre pas à la nomenclature officielle des formations sanitaires, mais elle répondait au souci de faciliter la collecte des données sur le terrain par l'utilisation des appellations habituellement employées et connues des populations. Il convient toutefois de noter qu'en ce qui concerne les matemités, bien qu'elles aient été considérées dans le cadre de cette enquête comme des formations sanitaires publiques spécifiques, il en existe également en tant que service dans des h0#taux publics et privés ou comme formation sanitaire privée. En outre, en ce qui concerne les centres de planning familial, ils ont ~té considérés comme des formations sanitaires å part entière bien que, le plus souvent, il s'agisse simplement d'un service dans une formation sanitaire plus vaste. 12.3.1 Disponibilité des formations sanitaires Au cours de I'EDSC, on a demandé au groupe de personnes interrogées où se trouvait la formation sanitaire la plus proche, la distance à parcourir pour s'y rendre, le moyen de transport le plus utilisé et le temps requis pour l'atteindre. Le Tableau 12.5 donne la répartition des femmes actuellement en union par distance à parcourir pour se rendre å la formation sanitaire la plus proche, et le Tableau 12.6 présente le m~me type de données selon le temps nécessaire pour atteindre cette formation. Il ressort du Tableau 12.5 qu'en milieu urbain, et plus particulièrement å Yaoundé/Douala, une large majorité de femmes vivent à moins de 5 kilomètres de chaque type de formation sanitaire. La distance médiane varie de moins d'un kilomètre (clinique, cabinet de médecin privé et pharmacie å Yaoundé/Douala) à un maximum de 4 kilomètres pour les cliniques dans les "autres villes." Cependant, dans le cas des cabinets de médecin privé, ~ la distance médiane est de 52,3 kilomètres pour les femmes vivant dans les "autres villes." Du point de vue du temps requis pour atteindre les différentes formations sanitaires ŒEEableau 12.6), pour les femmes urbaines la médiane s'établit le plus souvent ~ moins d'un quart d'heure: dans quelques cas, pour les femmes des "autres villes," le temps médian se situe entre 15 et 20 minutes (clinique, dispensaire missionnaire, propharmacie et centre de planning familial) et dans le cas des cabinets de médecin privé, plus d'un tiers des femmes des "autres villes" (35,5%) ont une heure et plus de trajet. En milieu rural, comme on devait s'y attendre, la majorité des femmes en union sont éloignées des services de santé (Tableau 12.5). Plus des trois quart d'entre elles (76,1%) vivent à trente kilomètres et plus d'un cabinet de médecin privé, 69,1 pour cent à la m~me distance d'une clinique et 56,2 pour cent à la m~me distance d'une pharmacie. Les distances médianes varient de 9,7 kilomètres pour les centres de santé publics et les maternités qui sont des infrastructures sanitaires assez répandues en milieu rural à 66,7 kilomètres pour les cliniques et 69,1 kilomètres pour les cabinets de médecin privé. En ce qui concerne la durée du trajet nécessaire aux femmes du milieu rural pour atteindre les formations sanitaires (Tableau 12.6), le temps l I1 s'agit ici de cabinet de médecin prive, indépendant des cliniques. 184 Tableau 12.5 Distance par rapport aux formations sanitaires R6parfition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires et distance médiane par formation spdciEque selon le milieu de ~ésldence, EDS Cameroun 1991 Distance (en kilon~tres) Effectif Distance c Formation Milieu de de m6diane u sanitaire r6sidence 0 à 4 s 5 à 14 15 à 29 30 et + ND Total femmes (en kms) H6pltnl Yaound6/Douala 67,2 27,2 5,6 0,0 0,0 100,0 383 3,1 public Autres villes 75,5 20,2 2,9 1,4 0,0 100,0 714 2,0 Ensemble urbain 72,6 22,7 3,8 0,9 0,0 100,0 1098 2,6 Rural 13,9 31,9 27,7 26.6 0,0 100,0 1771 16,4 Ensemble 36,4 28,3 18,5 16.8 0,0 100,0 2868 8,0 H6pltni prlv~ Yaound6/Douala 88,3 11,5 0,0 0,0 0,2 100,0 383 0,8 clinique Autres villes 50,3 14,7 12,9 22,1 0,0 100,0 714 4,0 Ensemble urbain 63,6 13,6 8,4 14,4 0,1 I00,0 1098 2.5 Rural 2.2 11,7 17,0 69,1 0,0 100,0 1771 66,7 Ensemble 25,7 12,4 13,7 48.1 0,0 100,0 2868 24,6 PMI Yaound6/Douala 74,2 23,9 1,9 0,0 0,0 100,0 383 2,2 Autres villes 71,2 16,0 5,8 6,9 0,0 100,0 714 1,9 Ensemble urbain 72,2 18,8 4,5 4,5 0,0 100,0 1098 2.0 Rural 17,2 15,7 22,1 45,0 0,0 100,0 1771 19,9 Ensemble 38,2 16,9 15,4 29,5 0,0 100,0 2868 10,3 Centre de Yaound6/Douaia 74,1 19,5 0,0 1,8 4,6 100,0 383 2,3 sant~ public Autres villes 62,7 20,6 16,7 0,0 0,0 100,0 714 3,2 Ensemble urbain 66,7 20,2 10,8 0,6 1,6 100,0 1098 3,0 Rural 30,5 31,0 19,1 19,3 0.0 100.0 1771 9,7 Ensemble 44,4 26,9 15,9 12,2 0,6 100,0 2868 4,7 Dispensaire Yaound~/Douala 80,1 19,9 0,0 0,0 0,0 100,0 383 2.3 missionnaire Au~-es villes 58,2 25,8 7,7 8,3 0,0 100,0 714 3,2 Ensemble urbain 65,8 23,8 5,0 5,4 0,0 100,0 1098 2,7 Rural 14,0 22,4 24,4 37,7 1,4 100,0 1771 19,2 Ensemble 33,8 22,9 17,0 25,4 0,9 100,0 2868 9,9 Maternit6 Yaound~/Douaia 74,8 20,7 0,0 0,0 4,5 100,0 383 1,6 Autres villes 80,4 13,6 4,7 1,4 0,0 100,0 714 1,9 Ensemble oebain 78,4 16.1 3,1 0,9 1,6 I00,0 1098 1,8 Rural 32,0 32.4 21,5 14,0 0,0 I00,0 1771 9,7 Ensemble 49,8 26,2 14,5 9,0 0,6 I00,0 2868 4,0 Cabinet de Yaound6/Douaia 84,5 15,5 0,0 0,0 0,0 I00,0 383 0,8 m¢~eeln Autres villes 20,0 5,6 13,3 48,8 12,3 100,0 714 52,3 prlv~ Ensemble urbain 42,5 9,1 8,7 31,7 8,0 100,0 1098 4,6 Rural 0,0 8,6 10,7 76,1 4,5 100,0 1771 69,1 Ensemble 16,3 8,8 9,9 59,2 5,8 100,0 2868 59,3 Pharmacie Yaound~/Douuia 99,2 0,8 0,0 0,0 0,0 I00,0 383 0,0 Autres villes 69,3 13,0 8.7 9.0 0,0 I00,0 714 1,8 Ensemble urbain 79,7 8,7 5,7 5,8 0,0 100,0 1098 0,9 Rural 2,9 18,3 22,6 56,2 0,0 100,0 1771 36,0 Ensemble 32,3 14,6 16.1 36.9 0,0 100,0 2868 17,1 Prophar- AuU~s villes 51,9 17,1 11,1 19,9 0,0 100,0 714 3,7 rancie Rural 24,8 22,2 24,2 28,7 0,0 100,0 1771 16,7 Centre de Yaoundé/Douala 83,0 15,1 1,9 0,0 0,0 100,0 383 2,2 planning AuU-¢s villes 56,2 17,9 8,7 6,4 10,7 100,0 714 2,3 famlllal Ensemble twbain 65,6 16,9 6,4 4,2 6,9 100,0 1098 2,2 Rural 9,6 14,0 21,3 53,2 1,9 I00,0 1771 29,8 Ensemble 31,1 15,1 15,6 34,5 3,8 100,0 2868 17,2 a ** n ~Y compris les formations sanitaires qui sont sur place °Calculé¢ en excluant les dlqanoes non-d6termin6e.s 185 Tableau 12.6 Temps de traiet pour att~ndxe les fonna6ons sanitaires R6partilion (en %) des femmes actuellement en union selon le temps de trajet n6cesseire pour atteindre les fornmtions sanitaires et temps médian par formation spécifique selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Temps (en minutes) Effectif Tempç Formation Milieu de de m6dinn u sanitaire r6sidence 0 à 15 a 16 å 30 31/t 60 61 et + ND Total fermnes (en rein) H6pltal Yaound6/Douala 56,7 22,3 12,6 8,4 0,0 100,0 383 14,1 publie Autres villes 68,4 14,0 11,6 6,0 0,0 100,0 714 14,3 Ensemble urbain 64,3 16,9 12,0 6,8 0,0 100,0 1098 14,3 Rural 24,3 15,5 21,6 38,5 O,ll 100,0 1771 46,9 Ensemble 39,6 16,1 17,9 26,4 0,0 100,il 2868 29,4 H6pltal prlvb./ Yaoundd/Dounia 77,2 9,5 6,2 2,1 5,0 100,0 383 4,9 clinique Autos villes 34,1 29,5 12,0 24,4 0,0 100,0 714 19,2 Ensemble urbain 49,2 22,5 10,0 16,6 1,7 100,0 1098 15,0 Rural 12,8 10,6 24,7 51,9 0,0 I00,0 1771 64,8 Ensemble 26,7 15,2 19,1 38,4 0,7 100,0 2868 49,4 PMI Yaound6/Douala 66,5 18,0 9,7 3,3 2,5 100,0 383 7,6 Autres villes 65,7 17,2 11,0 6,0 0,0 100,0 714 14,4 Ensemble urbain 66,0 17,5 10,6 5,1 0,9 100,0 1098 14,1 Rural 15,0 22,2 23,3 39,5 0,0 100,il 1771 59,0 Ensemble 34,6 20.4 18.4 26,3 0,3 100,0 2868 29,4 Centre de Yaoundd/Douala 59,0 28,9 2,9 2,1 7,1 100,0 383 9,9 sant6 publie Autres villes 67,7 14,6 9,2 8,5 0,0 100,0 714 14,5 Ensemble urbain 64,7 19,6 7,0 6,3 2,5 100,0 1098 14,4 Rural 33,8 15,8 26,2 22,6 1,6 100,0 1771 30,0 Ensemble 45,6 17,3 18,9 16,3 2,0 100,0 2868 20,0 Dispensaire Yaound6/Douala 64,4 18,1 15,7 1,8 0,0 100,0 383 9,9 missionnaire Autres villes 48,1 28,4 15,3 8,2 0,0 100,0 714 17,1 Ensemble urbain 53,8 24,8 15,4 5,9 0,0 100,0 1098 14,4 Rural 20,7 10,8 27,8 39,3 1,4 100,0 1771 59,4 Ensemble 33,4 16,2 23,1 26,5 0,9 100,0 2868 34,0 Mnternlt6 Yaound6/Doanla 62,6 21,6 1,8 7,1 7,0 100,0 383 4,5 Autres villes 65,3 18,0 10,7 6,0 0,0 100,0 714 14,2 Ensemble urbain 64,4 19,3 7,6 6,4 2,4 100,0 1098 14,0 Rural 38,4 12,6 17,4 31,6 0,0 100,0 1771 29,7 Ensemble 48,3 15,2 13,6 21,9 0,9 100,0 2868 19,2 Cabinet de Yaounde/Douala 68,8 18,3 6,1 2,1 4,7 100,0 383 7,9 m&lecln Autres villes 17,8 23,4 10,9 35,5 12,3 100,0 714 34,9 prlv~ Ensemble urbain 35,6 21,7 9,2 23.9 9,6 100,0 1098 19,7 Rural 4,7 11,2 18,3 61,3 4,5 100,0 1771 109,1 Ensemble 16,5 15,2 14,8 47,0 6,5 100,0 2868 69,3 pharmacie Yaoundd/Douala 80,5 10,2 7,1 0,0 2,2 100,0 383 0,0 Autres villes 51,4 27,1 15,5 6,0 0,0 100,0 714 14,8 Ensemble urbain 61,5 21,2 12,6 3,9 0,8 100,0 1098 6,9 Rural 14,6 11,9 34,5 39,0 0,0 100,0 1771 59,4 Ensemble 32,6 15,4 26,1 25,6 0,3 100,0 2868 34,5 Prophar. Aulzes villes 33,9 40,7 10,7 13,5 1,3 100,0 714 19,2 matie Rural 30,0 12,6 21,0 36,4 0,0 100,0 1771 44,4 Centre de Yaound6/Douah 66,0 24,6 8,2 1,3 0,0 100,0 383 9,5 planning Autres villes 40,8 35,6 2,8 10,1 10,7 100,0 714 17.3 familial Ensemble urbain 49,6 31,8 4,6 7,0 6,9 100,0 1098 14,7 Rural 18,4 7,3 27,2 45,2 1,9 100,0 1771 59,7 Ensemble 30,3 16,7 18,6 30,6 3,8 100,0 2868 34,7 Y compris les formations sanitaires qui sont sur place, pour lesquelles le temps est supposd égal å 0 bCaleui6 en excluant les temps de trajet non-d6termin6s 186 médian varie d'un minimum d'une demi-heure pour se rendre dans un centre de santé public ou une maternité, à trois-quart d'heure pour atteindre un h~pital public ou une propharmacie, à une heure environ pour se rendre à une clinique, une PMI, un dispensaire missionnaire, une pharmacie ou un centre de planning familial, et ~ près de 2 heures (109 minutes) pour atteindre un cabinet de médecin privé. Ainsi, pour les femmes du milieu rural, l'éloignement des infrastructures sanitaires, combiné à la rareté des moyens de transport en commun et à l'impraticabilité épisodique des voies d'accès constituent un ensemble de facteurs limitant leur accès aux services de santé maternelle et infantile et aux services de planning familial. 12.3.2 Disponibilité des services de planning familial Parmi les services habituellement offerts dans les f¤rma¤¤ns sanitaires, on a demandé au groupe de personnes interrogées si chacune des formations sanitaires offrait des services de planning familial. Le Tableau 12.7 présente, pour chaque milieu de résidence, la répartition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de planning familial. A Yaoundé/Douala, pour plus de la moitié des femmes (50,9%), c'est l'h0pital public qui est l'établissement le plus facilement accessible, en termes de distance, pour obtenir des services de planning familial; les centres de planning familial proprement dits viennent en deuxième position pour 12,8 pour cent des femmes. Dans les "autres villes," l'h0pital public (37,8%) et les cliniques (31,7%) sont les deux établissements les plus proches pour des services de planning familial. En milieu rural, l'hOpital public est toujours l'établissement le plus proche pour obtenir ce type de services (32,4%), suivi par les centres de santé publics (24,7%) et les PMI (19,7%). Tableau 12.7 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial par milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Formation sanitaire H6pital Centre Dispensaire Effectif Milieu de H6pital privé/ de santé mission- Phar- Centre de r&idence publie clinique PMI publ ic naire Matemit~ maeie de PF Total femmes Yaoundé/Douala 50,9 7.2 7,4 6,1 5,2 6,8 3,5 12,8 100,0 383 Autres villes 37.8 31,7 6,4 1,4 11,5 3,0 1,8 6,3 100.0 714 Ensemble urbain 42.4 23.1 6,8 3,0 9,3 4,3 2,4 8,6 100,0 1098 Rural 32,4 3,9 19,7 24,7 8,6 8,8 1,9 0,0 100.0 1771 Ensemble 36,3 11,3 14,7 16.4 8,9 7,1 2,1 3,3 100,0 2868 Pour atteindre les formations sanitaires offrant des services de planning familial, la grande majorité des femmes du milieu urbain (86,4%) n'ont qu'å parcourir une courte distance, inférieure à 5 kilomètres et le temps médian nécessaire pour atteindre ces formations n'est que de 5 minutes (Tableau 12.8). Pour les femmes du milieu rural la distance médiane est relativement faible (6,3 km), mais près d'une femme sur quatre (24,0%) doit parcourir 15 kilomètres et plus pour accéder aux services de planning familial; le temps médian nécessaire pour ce trajet est de 24,4 minutes, mais pour près d'une femme sur trois (29,7%) une heure et plus de trajet est nécessaire pour atteindre les services de planning familial. 187 Tableau 12.8 Distance et temps de txaiet pour atteindre des se~ices de plenning familial Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires offrant des services de planning familial et distance re&liane, et selon le temps de trajet ndcessaire pooE atteindre ces fort-nations sanitaires et temps médian, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 DISTANCE Distanoe (en kilomètres) Effectif Distance Milieu de de re&liane r~sidence 0 à 4 a 5/L 14 15/t 29 30 et + Total femmes (en kms) Yaound6/Douala 86,3 13,7 0,0 0,0 100,0 383 1,3 Autres villes 86,4 13,6 0,0 0,0 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 86,4 13,6 0,0 0,0 100,0 1098 0,4 Rural 40,4 35,6 11,0 13,0 100,0 1771 6,3 Ensemble 58,0 27,2 6,8 8,0 100,0 2868 2,7 TEMPS Temps (en ndnutes) Effectif Temps de médian Total femmes (en rein) Milieu de r~sidence 0 å 15 a 16 ~ 30 31 å 60 61 et + Yaound6/Douaia 66,8 23,6 6,2 3,3 100,0 383 9,3 Autres villes 67,4 26,1 1,8 4,6 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 67,2 25,2 3,4 4,2 100,0 1098 5,0 Rural 42,9 11,5 15,9 29,7 100,0 1771 24,4 Ensemble 52,2 16,7 11,1 20,0 100,0 2868 14,6 ay compris les services qui sont "sur place" Le Tableau 12.9 prEsente la tripartition des femmes en union utilisatrices de la contraception et la rdpartition de celles ayant des besoins non-satisfaits en matière de contraception, 2 selon la distance par rapport àla formation sanitaire la plus proche offrant des services de planning familial. Que les femmes soient utilisatrices de la contraception ou qu'elles aient des besoins non-satisfaits, on n'observe que peu de diff6rcnccs dans les distances à parcourir pour obtenir des services de planning familial. Seules les femmes du milieu rural ayant des besoins non-satifaits pour espacer leurs naissancos s rdsident lEgèrcment plus loin que les autres des services de planning familial: 21,8 pour cent d'entre elles ont å parcourir 30 kilomètres et plus pour atteindre ce type de formation sanitaire. La distance séparant les femmes des services de planning familial ne semble donc pas ~tre un facteur essentiel d'utifisation ou non de la contraception, m~me lorsque la demande potentielle existe. 2 Pour la d6finition des besoins non-satisfaits en matière de contraception, voir Chapitre 6 - Préf6rcnces en matière de fécondi~. 3 Pour la d6finition des besoins non-satisfaits pour espacer, voir Chapitre 6 - Pr6férences en matière de fécondité. 188 Tableau 12.9 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche et besoins on mati6rB de conU'ac¢ption Répartition (en %) des femmes actuellement en union ayant des besoim non-satisfaits en mat i~ de eonu'aeeption et des femmes en union utillsaalces de la contxaception selon la distance par rapport b la formation Mnitsdre la Flus proche offrant des services de planning familial selon le ndli¢u de r6sidance. EDS Camoroun 1991 Besoins en Distance (en kilom~Ues) Effectif Distance rnatiære de Milieu de de médiane contraception r~sidence 0 å 4 a 5 à 14 15 b 29 30 et + Total femmes (en kms) Besoins non- Yaoundé/Douaia 86,9 13,1 0,0 0,0 100,0 54 1,1 satisfaits Autres villes 85,7 14.3 0,0 0.0 100,0 102 0,0 pour Ensemble urbain 86,1 13,9 0,0 0,0 100,0 157 0,5 espacer Rural 37,8 29,8 10,6 21,8 100,0 198 8,2 Ensemble 59,1 22,8 5,9 12,2 100,0 355 2,8 Besalns non- Yaound6/Douaia 87,5 12.5 0.0 0.0 I00.0 30 1.2 satisfaits Autres villes 87.0 13.0 0.0 0.0 I00.0 74 1.0 pour Ensemble urbain 87,2 12,8 0.0 0,0 100.0 104 1,1 limiter Rural 40,2 37,5 11.6 10,7 100,0 171 6,7 Ensemble 57,9 28,2 7.2 6,7 100,0 275 2,9 Besoins Yaound6/Douala 89,1 10,9 0,0 0,0 100,0 148 1,3 satisfaits Autres villes 89,9 10,1 0,0 0,0 100,0 126 0,0 (utilisa- Ensemble urbain 89,5 10,5 0,0 0,0 100,0 274 0,3 trlces) Rural 43,1 33,0 8,4 15,5 100,0 187 6,5 Ensemble 70,7 19,6 3,4 6,3 100,0 461 1,0 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" Pour les formations sanitaires les plus proches du lieu d'enquéte (/t moins de 30 kilomètres), on a demandé s'il était possible de s'y procurer différents types de méthodes contraceptives. On constate au Tableau 12.10 qu'en milieu urbain, la quasi totalité des femmes peuvent se procurer une méthode contraceptive d'approvisionnement auprès d'une formation sanitaire située à moins de 5 kilomètres de leur domicile. Pour obtenir un DIU et surtout pour la stérilisaUon, les distances à parcourir sont plus importantes, en particulier pour les femmes vivant dans les "autres villes"; cependant la grande majorité de ces femmes résident à moins de 15 kilomètres d'un endroit où l'on peut obtenir un DIU (88,6%) ou d'un endroit où l'on peut se faire stériliser (78,4%). En milieu rural, pr~s des trois quarts des femmes résident ~ moins de 15 kilomètres d'une formation sanitaire où des méthodes d'approvisionnement sont disponibles, par contre, pour plus d'un tiers des femmes rurales, il n'existe aucun endroit où se procurer un DIU à moins de 30 kilomètres et pour près des deux tiers d'entre eues aucun endroit oà se faire stériliser. 189 Tableau 12.10 Distance par rapport au service de planning familial le plus proche offrant diffémnts types de n,~thodes contraceptives R6partition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport ~.la fo¢rnation ~~mitalre la #us proche dans un rayon de 30 kilomètxes offrant diff6rents types de n'~thodes contraceptives selon le milieu de r~aldonc¢. EDS Camtzoun 1991 Distance (en Idlom~:~es) Pas de service Effectif Distance M6thode Milieu de dans lea de mgdiane b contraceptive résidence 0 å 4 a 5 b 14 15 b 29 30 Idlom~îa~s Total fenm~s (en kms) St~rlll- Yaound6/Douala 80,3 16,4 0,0 3,3 I00,0 383 1,0 saUon Autres villes 73,7 4,7 5,7 15,9 100,0 714 0,7 Ensemble urbain 76.0 8.8 3,7 11,5 100.0 1098 0.S Rural 6.4 17,5 13.0 63.2 100.0 1771 11.1 Ensemble 33,0 14,1 9.5 43.4 100,0 2868 2.8 DIU Yaoundé/Douala 99.2 0.8 0.0 0,0 100,0 383 0.0 Autres villes 67.7 20.9 6.9 4.5 100.0 714 1,5 Ensemble urbain 78,7 13.9 4.5 2.9 100,0 1098 0.S Rund 7.3 31.5 23.0 38.2 100.0 1771 12,3 Ensemble 34,6 24,8 15,9 24.7 100.0 2868 5.5 M.3thodes Yaound6/Douala 99,2 0.8 0.0 0.0 100.0 383 0.0 d'approvlalon- Autres villes 100,0 0.0 0.0 0,0 100.0 714 0.0 nement Ensemble urbain 99.7 0.3 0,0 0,0 1(30.0 1098 0.0 Rural 34.8 36.4 11,3 17,5 100.0 1771 5.5 Ensemble 59.7 22.6 7,0 10,8 100.0 2868 1.2 Ensemble Yaoundé/Douaia 100.0 0,0 0.0 0.0 1(30.0 383 0.0 de m~thodns Autres villes 100.0 0,0 0.0 0.0 100.0 714 0.0 modernes Ensemble urbain 100.0 0.0 0.0 0.0 100.0 1098 0.0 Rural 34,8 36.4 11.3 17.5 100,0 1771 5.5 Ensemble 59,8 22.5 7.0 10.8 100.0 2868 1.0 ay compris les formations sanitaires qui sont "sur place" bcaicuiée en excluant les services inexistants dans un rayon da 30 kilorr~tre* 12.3.3 Disponibilit~ des services de santé maternelle et infantile Afin de déterminer si les formations sanitaires offraient des services de santé maternelle et infantile, l'enquêteur demandait aux personnes interrogées si la formation en question assurait les soins prénatals, les accouchements, les soins postnatals, le suivi des enfants et les vaccinations. Le Tableau 12.11 pr6sente à ce propos, pour chaque milieu de résidence, la répartition des femmes en union selon le type de formation sanitaire le plus proche fournissant des services de santé maternelle et infantile. A Yaound6/Douaia, pour 39,0 pour cent des femmes c'est l'hSpital privé ou clinique qui est la formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile, suivi par l'hõpital public (18,2%), par le dispensaire missionnaire (16,6%) et le cabinet de médecin privé (13,1%). Dans les "autres villes," c'est l'h0pital privé qui vient en t~te des formations sanitaires les plus accessibles, en termes de distance, pour les soins de la mère et de l'enfant, suivi par la clinique 33,5% et le dispensaire missionnaire (16,1%). En milieu rural, pour plus d'une femme sur trois (36,9%) c'est le centre de santæ public qui est la formation sanitaire la plus proche assurant les soins de la mère et de l'enfant, suivi par l'h0pital public (31,1%). 190 Tableau 12.11 Formation sanitaire la plus proche offrant des services de santé maternelle et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la formation sanitaire la pins Ixoche offrant des services de santé maternelle et infantile par milieu de résidence, EDS Cememun 1991 Formation sanitaire H6pital Contre Dispensaire Cabinet de Effectif Milieu de H6pital privé/ de santé mission- Ma- médeein de résidence publie clinique PMI publie haire ternlté privé Total fenunes Yaoundé/Douaia 18,2 39,0 6,0 7,1 16,6 0,0 13,1 100,0 383 Autres villes 38,3 33,5 8,0 3,7 16,1 0,0 0,4 100,0 714 Ensemble urbain 31,3 35,4 7,3 4,9 16,3 0,0 4,8 100,0 1098 Rural 31,1 3,3 9,8 36,9 8,8 7,2 2,8 100,0 1771 Ensemble 31,2 15,6 8,9 24,6 11,7 4,5 3,6 100,0 2868 Tableau 12.12 Distance et temps de trajet pour atteindre des services de santé matensollo et infantile Répartition (en %) des femmes actuellement en union selon la distance par rapport aux formations sanitaires offrant des services de santé maternelle et infentile et distmaee médiane, et selon le temps de trajet n~.essaire pour atteindre ces formations sanitaires et temps médian, selon le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 DISTANCE Distance (en kilomètres) Effectif Distanoe Milieu de de m6diane résidence 0 ~t 4 s 5 ~t 14 15 ~t 29 30 et + Total femmes (en kms) Yaouodé/Douaia 95,1 4,9 0,0 0,0 100,0 383 0,0 Autres viUes 100,0 0,0 0,0 0,0 1120,0 714 0,0 Ensemble urbain 98,3 1,7 0,0 0,0 100,0 1098 0,0 Rural 48,3 37,9 11,1 2,8 100,0 1771 4,4 Ensemble 67,4 24,0 6,8 1,7 100,0 2868 0,8 TEMPS Temps (en minutes) Effectif Temps Milieu de de médian r~sidence 0 å 15 s 16/t 30 31 à 60 61 et + Total femmes (en min) Yaound~/Douaia 82,2 15,7 0,0 2,1 100,0 383 0,0 Autres villes 68,9 15,4 11,0 4,6 100,0 714 0,0 Ensemble urbain 73,6 15,5 7,2 3,7 1(30,0 1098 0,0 Rural 45,9 11,2 12,2 30,6 1(30,0 1771 19,7 Ensemble 56,5 12,9 10,3 20,3 100,0 2868 9,3 ay compris les services qui sont "sur place" En termes de distance et de temps de trajet pour accéder à ces formations sanitaires, il apparaît au Tableau 12.12 que la grande majorité des femmes urbaines vivent très près (moins de 5 kilomètres) des services de sant6 matemeUe et infantile: plus de la moitié des femmes disposent de ce type de service sur place, c'est-à-dire dans leur localit6 ou dans leur quartier. De meme le temps de trajet est très faible puisqu'il est de moins d'un quart d'heure peur 73,6 peur cent des femmes urbaines. En milieu rural, la distance 191 re&liane est de 4,4 kilomètres pour atteindre une formation sanitaire quelconque assurant les soins de santé de la mère et de l'enfant, et 13,9 pour cent des femmes ont/t parcourir une distance de 15 kilomètres ou plus. La durée médiane du trajet est de 19,7 minutes, mais pour 30,6 pour cent des femmes, ce trajet prend une heure et plus. Pour la grande majorité des naissances des cinq demières années pour lesquelles la mère a reçu des soins pr6natals et a été assistée par un professionnel de la santé pendant l'accouchement (Tableau 12.13), les services de santé maternelle et infantile se situent å proximité du lieu de résidence: en milieu urbain, dans 98,4 pour cent des cas, ces services se situent ~t moins de 5 kilomètres et, en milieu rural, dans 92,6 pour cent des cas, ils se situent å moins de 15 kilomètres. Quel que soit le milieu de résidence, les services de santé maternelle et infantile se situent "sur place" (0 kilomètre) dans au moins 50 pour cent des ces. A l'opposé, en milieu rural, lorsque la mère n'a pas reçu de soins prénatals et n'a pas été assistée à l'accouchement, les services de santé maternelle et infantile sont éloignés: dans 22,8 pour cent des cas, ils se situent entre 15 et 29 kilomètres du lieu d'enquête, dans 3,1 pour cent des cas, aucune formation sanitaire offrant ce type de service n'existe dans un rayon de 30 kilomètres et la distance médiane est de 6,5 kilomètres. De m~me, on constate au Tableau 12.13 que la grande majorité des enfants de I-4 ans ayant reçu toutes les vaccinations du PEV résident à proximité des services de santé pratiquant les vaccinations: en milieu urbain, dans 97,7 pour cent des cas, ces services se situent à moins de 5 kilomètres et, en milieu rural, dans 92,7 pour cent des cas, ils se situent à moins de 15 kilomètres et la distance médiane est de 2,2 kilomètres. Par contre, en milieu rural, lorsque les enfants n'ont reçu aucune vaccination du PEV, dans 21,8 pour cent des cas les services de vaccinations se situent entre 15 et 29 kilomètres du lieu de résidence et, dans 4,2 pour cent des cas, aucune formation sanitaire offrant ce type de service n'existe dans un rayon de 30 kilomètres. Ainsi, comme cela a été souligné précédemment, pour les femmes du milieu rural les formations sanitaires offrant des services de santé maternelle et infantile, aussi bien que de planning familial sont plus difficilement aocessibles que pour les femmes du milieu urbain. En outre, les charges financièoes auxquelles les femmes doivent faire face pour y parvenir (coflt du transport, par exemple) ainsi que la moins bonne qualité de l'équipement et des prestations offertes dans les formations sanitaires les plus proches des villages limitent encore davantage la disponibilité des services de santé pour les femmes du milieu rural. 192 Tableau 12.13 Distance par rapport au service de sant6 maternelle et infantile le plus proche) soins pténatsls et couverture v ae.cinale R6partltion (en %) des naissances ayant eu lieu 1/L 59 mois avant l'enquete, de celles pour lesquelles les m6res ont reçu ou non des soins la~natals (SP) pendant la gæssesse et de celles pour lesquelles les m~¢es ont b6n6fici6 d'une aesistance m6dioale pendant l'accouchement (Ah,), et r6pertition (en %) des enfants de 1-4 ans ayant reçu toutes les vaccinations du PEV et de ceux n'en ayant reçu aucune, scion la distance par rapport å la fom',atlon sanitaire la plus proche dans un rayon de 30 kilomètres offrant des services de santé maternelle et infantile selon le milieu de résidence, EDS Came.~un 1991 Distance (en trilomèlaes) Pas de service Effectif Distance Cat~gorle Milieu de dans les de médiane b d'enfants r6sidence 0 à 4 a 5 tt 14 15 b 29 30 kilomèRes Total femmes (en kms) Ensemble Yaoundé/Douaia 96,0 4,0 0,0 0,0 100,0 465 0,0 des Autres villes I00,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 886 0,0 naissances Ensemble urbain 98,6 1,4 0,0 0,0 100,0 1352 0,0 Rural 49,5 36,5 11,0 2,9 100,0 2104 3,8 Ensemble 68,7 22,8 6,7 1,8 100,0 3456 0,6 Naissances Yaound6/Douaia 95,9 4,1 0,0 0,0 I00,0 445 0,0 avec SP Autres villes 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 662 0,0 et AA Ensemble urbain 98,4 1,6 0,0 0,0 100,0 1107 0,0 Rural 61,3 31,3 3,6 3,9 100,0 1053 0,0 Ensemble 80,3 16,1 1,8 1,9 100,0 2160 0,0 Naissances Yaoundé/Douaia 97,4 2,6 0,0 0,0 100.0 20 0,0 avec SP Autres villes 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 133 0,0 ou AA Ensemble urbain 99,7 0,3 0,0 0,0 100,0 153 0,0 Rural 46,6 40,I 12,7 0,6 I00,0 455 4,4 Ensemble 59,9 30,1 9,5 0,4 100,0 608 2,5 Naissances Yaound6/Doucia 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0 0,0 sans SP Autres villes 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 91 1,8 ni AA Ensemble urbain 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 91 1,8 Rural 31,0 43,1 22,8 3,1 I00,0 596 6,5 Ensemble 40,2 37,4 19,7 2,7 100,0 688 5,2 Enfants Yaound6/Douala 95,1 4,9 0,0 0,0 I00,0 250 0,0 1-4 ans Autres villes I00,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 288 0,0 avec tous Ensemble urbain 97,7 2,3 0,0 0,0 100,0 538 0,0 vacclns Rural 58,0 34,7 3,8 3,5 100,0 484 2,2 du PEV Ensemble 78,9 17,6 1,8 1,7 1(30,0 1023 0,0 Enfants Yanunde/Douala 96,9 3,1 0,0 0,0 100,0 17 0,2 1-4 ans Au~s villes 100,0 0,0 0,0 0,0 100,0 82 1,8 avec aucun Ensemble urbain 99,5 0,5 0,0 0,0 100,0 99 1,1 vaccin Rural 33,1 40,9 21,8 4,2 100,0 372 6,4 du PEV Ensemble 47.1 32,4 17,2 3,3 100,0 471 4,2 ay compris les fom~tlons sanitaires qui sont "sur place" bcaicul~ en excluant les services inexistants dans un rayon de 30 Idlon~tres 193 REFERENCES Amold, Fred et Ann K. Blanc. 1990. Fertility levels and trends. DHS Comparative Studies No. 2. Columbia, Maryland: Institute for Resource Development. Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale (DSCN), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1978a. Recensement général de la population et de r habitat d'avril 1976. Vol. 1: Résultats, Tome 1: République Unie du Cameroun. Yaotmdé, Carneroun. Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale (DSCN), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1978b. Recensement général de la population et de l'habitat d'avril 1976. Vol. 2: Analyse, Tome 1: Structure par age et sexe. Yaoundé, Cameroun. Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale (DSCN) [Cameroun] et Enquête Mondiale surla Fécondit6 (EMF). 1983a. Enquæte nationale sur la fécondité du Cameroun 1978: Rapport principal. Vol. 1: Analyse des principaux résultats, Yaoundé, Cameroun: DSCN. Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale OeSCN) [Cameroun] et Enquête Mondiale sur la Fécondité (EMF). 1983b. Enqudte nationale sur la fécondité du Cameroun 1978: Rapportprincipal. Vol. 2: Tableaux statistiques, Yaoundé, Cameroun: DSCN. Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (2 ~e RGPH), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1992a. DEMO 87: Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat du Cameroun. Vol. 2: Résultats bruts, Tome 1: République du Cameroun. Yaoundé, Cameroun. Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (2 m* RGPI-I), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1992b. DEMO 87: Deuxiéme Recensement Général de la Population et de l'Habitat du Cameroun. Vol. 3: Analyse préliminaire, Tome 1: Evaluation des données. Yaoundé, Cameroun. Direction Nationale du Deuxième Recensement Générai de la Population et de l'Habitat (2 me RGPH), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1992c. DEMO 87: Deuxidme Recensement Général de la Population et de l'Habitat du Cameroun. Vol. 3: Analyse préliminaire, Tome 2: Répartition par sexe et par age. Yaoundé, Cameroun. Direction Nationale du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (2 m' RGPH), Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1992d. DEMO 87: Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat du Cameroun. Vol. 3: Analyse préliminaire, Tome 9: Synthèse des rapports préliminaires. Yaoundé, Cameroun. Garenne, Michel et Olivier Fontaine. 1990. Assessing the probable causes of death using a standardized questionnaire: a study in rural Senegal. Dans Measurement and analysis ofmortality: new approaches, edité par Jacques VaUin, Stan D'Souza et Alberto Palloni, 123-142. New York/Oxford, England: Oxford University Press. Grant, J.P. 1990. The state ofthe world's children 1990. New York: Oxford University Press. 195 Gray, Ronald H. 1991. Interview-based diagnosis of morbidity and causes of death. Communication pr6sent6e au séminaire de I'UIESP Measurement of Matemal and Child Mortality, Morbidity and Health Care: Interdisciplinary Approaches. Le Caire, Egypte. Kalter, Henry D., Ronald H. Gray, Robert E. Black, et Socorro A. Gultiano. 1990. Validation ofpost-mortem interviews to ascertain selected causes ofdeathinchildren, lnternationalJournalofEpidemiology 19(2):380- 386. Ministère du Plan et de l'Aménagement du Territoire (MINPAT) [Cameroun]. 1991. Déclaration de politique nationale de population. Document provisoire. Yaoundé Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Expanded Programme on Immunization, Training for Mid Level Managers. 1991. The EPI Coverage Survey. Genève: OMS. Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et PRITECH. 1992. Enquæte sur la morbidité et laprise en charge des cas de diarrhée. Genève: OMS. Sullivan Jeremiah M., George T. Bicego, Shea Oscar Rutstein. 1990. Assessment ot the quality of data used for the direct estimation of infant and child mortality in the demographic and health surveys. Dans An assessment of DHS-I data quality, 113-137. DHS Methodological Reports No. 1. Columbia, Maryland: Institute for Resource Development/Macro Systems Inc. 196 ANNEXE A ORGANIGRAMME ET PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE ORGANIGRAMME DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE DU CAMEROUN (EDSC) I Directeur National / Comptable Directeur Technic Superviseurs I Inf°rmaticiens / IAgents de bureau i I Chauffeurs]~ [Chefs d'-équipe i [ I Con,,~,eoses / [Enquêtrices~ [Secrétaires~ 198 PERSONNEL DE L'ENQUETE DEMOGRAPHIQUE ET DE SANTE DU CAMEROUN (EDSC) Personnel National Permanent Directeur National Martin BALEPA Directeur Technique Médard FOTSO Superviseurs de terrain Emmanuel ALAM Michel KWEKEM FANKAM Marc MAYILA Ambroise MBAH Traitement des données Aboubacar GHAPOUTSA Mare MAYILA Personnel National Temporaire Agents de cartographie et de dénombrement Jean-Paul BAHEBECK Godlove DOHNJI Michel KAMGANG Célestin KEPSSEU Arouna MOULIOM Joseph MVELLE MINLO Cyrille Désiré MVOGO Benjamin MVOMO MVOMO Joseph NDONGO Paul NJECK NGUE Chouaibou SAKAME Charles YIMBU SHUDZEKA Chefs d'équipe pré-test Martin MBEM Louis-Roger BIKAI NYEMB Enquêtrices pré-test Rosaline KOUEKEM Felicia DIMLA A. BOSSOKEN KONDO Félicité LEGBANE Honorine BELLA Marie-Alice NGO NJIKI Marguérite NGAH NOAH Xavérie MEKONGO Chefs d'équipe enquStc principale Choua~bou SAKAME Benjamin MVOMO MVOMO Martin MBEM Paul NJECK NGUE Louis-Roger BIKAI NYEMB Godlove DOHNJI ContrOleuses pré-test Marcelline NDOURA FONDJO Yvette ZING Contrélcuses enquête principale Célestine TEFANG Marccllinc NDOURA FONDJO Yvette ZING Rose Igl~.l LE Marie MENDO OBAM 199 Enqu8trices enqu6te principale Felicia DIMLA Edith AFOR FOMBAD Florence NKENG Margaret NGUNANG Rosaline KOUEKEM NDJOUNO Elisabeth KADIJA ZOUANE PALOU THASSOM NANDIGNAR Véronique MANTESSA Lucienne NJIWE MALELE Marthe NJIDJEU Margu6rite NGAH NOAH Félicité LEGBANE Madeleine EBA Lucie MBAZOA Xavérie MEKONGO Marie-Alice NGO NJIKI A. BOSSOKEN KONDO Jeanne-Chantal MBABY B. MBAKOP WANDA L. NJOGUEM FODJO Jeanne d'Arc NANGA Justine FANMOGNI Agents de saisie Victorine KINYOCK Véronique ANYAM Victorine KETCHA Philomène MESSOMO Regina POMUSO Black BENAME Gertrude NKWAMU Personnel administratif Comptable Louise Evelyne BIKAI Secrétaire Béatrice Michèle NYEMB Agent de bureau Lucas NKWAM Chauffeurs Abdoul AZIZ L6~pold EVINA Moïse PAGAL Maurice YOUME, SSI Abdoulaye ISSA Jean NGNOUNG Augustin BANG Godlove FONCHAM Formation des personnels Dr Martina BAYE Dr Elé, onore SEUMO Emmanuel ATINA Véronique ADA Consultants Nationaux Traduction des questionnaires Pr Manasseh NGOME Gladys JOKO Arme TCH]NO Abdoulaye ALIOUM Athanase BIHINA Xavérie MEKONGO Consultants DHS/MACRO INTERNATIONAL Termes de référence du contrat Dr Jeremiah M. SULLIVAN Dr Mohamed AYAD Sondage Dr Chris SCOTT Thanh LE Formation des personnels Dr Ekouevi KOFFI Traitement des données Trevor N. CROFT Greg FEGAN Jim OTTO Coordinateur Technique Bernard BARRERE 200 ANNEXE B CALENDRIER DES OPERATIONS ANNEXE B CALENDRIER DES OPERATIONS Activités 1. Conception de l'enquête, développement des questionnaires et traduction 2. Développement du plan de sondage 3. Identification des zones d'enquête et de dénombremem, et des ménages dans ces zones 4. Recrutement et formation du personnel du pré-test 5. Révision des questionnaires 6. Formation du personnel de l'enqu&e principale 7. Collecte des données sur le terrain 8. Saisie et apurement des données 9. Rédaction du rapport préliminaire 10. Tabulation, analyse et préparation du rapport t'mal 11. Premier draft du rapport final 12. Lecture et r6vision du rapport final 13. Préparatinn du rapport-résumé 14. Impression du rapport final et du mpport-résumé 15. Séminaire national de présentation des résultats 16. Audit comptable Date prévue oct-nov 1990 sep-oct 1990 oct 1990-fév 1991 nov-déc 1990 déc 1990-îév 1991 fév 1991 fév-juin 1991 mars-juil 1991 juil-aoOt 1991 sep-nov 1991 déc 1991-jan 1992 fév 1992 mars 1992 avr-mai 1992 juin 1992 juil 1992 Date d'exécution oct-nov 1990 sep-oct 1990 oct 1990-fév 1991 nov-déc 1990 déc 1990-fév 1991 mars-avr 1991 avr-sep 1991 mai-oct 1991 nov 1991 avr-juin 1992 juin 1992 juil-aoQt 1992 aoOt 1992 sep-déc 1992 fév 1993 mars 1993 203 ANNEXE C PLAN DE SONDAGE ANNEXEC PLAN DE SONDAGE C.1 INTRODUCTION Le plan de sondage de l'EnquOte l~mographique et de Santé au Cameroun (EDSC) avait prévu initialement un échantillon national de 6 300 femmes agées de 15/149 ans. A la suite d'une révision du budget et de l'organisation des travaux de l'enquOte, cet échantillon s'est avéré trop grand. On a donc réduit l'échantillon de 6 300 à 4 500 femmes environ, soit ~ peu près 70 pour cent de l'échantillon initial. Pour réduire cet échantillon, on a conservé le plan de sondage initial et on a tiré un sous-échantlllon de l'échantillon existant. Cet annexe présente une description générale du premier plan de sondage - structure de l'échantillon, procédé de stratification, probabilité de sondage - mais avec les paramètres de sondage qui correspondent à l'échantillon final retenu. C.2 OBJECT IFS Le plan initial de l'enquete avait prévu un échantillon national de femmes agées de 15/l 49 ans. Comme les villes de Yaoundé et de Douala, les deux plus grandes villes du pays, ne constituent qu'environ 14 pour cent de la population, un échantillon proportionnel ne leur aurait pas alloué suffisamment de femmes pour les analyses ddtaillées qu'on souhaitait effectuer dans ces villes. On avait donc doublé le taux de sondage à Yaoundé/Douala par rapport au taux global afin d'assurer un échantillon suffisant dans ces villes. Dans ce but, on avait créd deux grands domaines d'étude avec des taux de sondage différents, mais au sein de chaque domaine, on avait appliqué un taux homogène afin que l'échantillon tiré soit auto-ponddré. Cependant, après la réduction uniforme d'un tiers de l'échantillon, l'échantillon obtenu pour les centres urbains autres que Yaoundé/Douala s'est avéré trop petit. On a donc changé le plan initial pour créer trois grands domaines d'études avec des taux de sondage différents: Yaoundé/Douala, le reste des centres urbains (les "autres villes") et le milieu rural. L'échantillon reste auto-pondér~ au sein de chaque domaine. C.3 UNITES AREOLAIRES DE SONDAGE L'ensemble des zones de dénombrement (ZD) qui constituent la base aréolaim de sondage ont été délimitdes en 1986 en vue du 2 ~~ Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) réalisé en 1987. Il s'agit d'environ 10 000 zones d'une taille moyenne de 1 000 habitants, class~es par arrondissement et département ~ l'intérieur de chaque province. Une carte existe pour chaque ZD ainsi qu'une carte au niveau de chaque arrondissement qui permet de situer les limites de toutes les ZD de chaque arrondissement. C.4 STRUCTURE DE L 'ECHANTILLON L'échantillon a été tiré à deux degrés. Au premier degré, on a tiré un certain nombre de ZD après une stratification géographique de ces ZD, avec des probabilités proportionnelles/t leur taille, la taille étant l'effectif des ménages recensés dans la ZD. A la suite d'un dénombrement des ménages r~sidant dans chaque ZD, on a tiré, au deuxième degré, un échantillon de ménages ~ partir des listes établles parle dénombrement. C.5 STRAT IF ICAT ION Dans le fichier du RGPH, les ZD sont classées en urbaines ou rurales. En plus des grandes villes, tous les chefs-lieux d'arrondissement et de district sont aussi classés en urbains. Comme certaines de ces 207 agglomérations ont moins de 1 000 habitants et comme on peut mettre en doute leur caractère vraiment urbain du point de vue des comportements socio-d6mographiques, on a décidé, dans le cadre de I'EDSC, de classer toutes les ZD des villes de moins de 5 000 habitants dans les strates rurales. Les trois grandes strates retenues correspondent exactement aux trois domaines d'études présentés plus haut. Ces trois grandes strates sont le milieu rural (y compris les zones considérées comme urbaines au RGPH mais ayant moins de 5 000 habitants), Yaoundé/Douala et les "autres villes" (non compris les zones urbaines du RGPH ayant moins de 5 000 habitants). Une stratification plus détaillée a été retenue au sein de chaque grande strate de la manière suivante: Tableau C.1 Stratifieation No. da Population strate Défmition roeensé¢ 11 Rural Extr~ne-Nord 1 342 216 12 Rural Nord 543 518 13 Rural Adamaoua 283 792 14 Rural Nord-Ouest 842 261 15 Rural Sud-Ouest 488 134 16 Rural Ouest/Littural l 068 875 17 Rural Centre/Sud/Est 1 255 060 21 Urbain Yaound6 589 885 22 Urbain Douala 708 607 31 32 33 34 Urbain Adamaoua/Nord/Extr~na-Nord 694 219 Urbain NoM-Ouest/Sud-Ouest 471 740 Urbain Centre/Sud/Est 418 933 Urbain Ouest/Littoral 607 601 Note: Les populations rurales résid~nt dans les arrondissements de Yaotmdé et de Douala sont classées respectivement dans les strates 16 et 17. Dans chacune des strates, un sondage systématique des ZD a été retenu afin d'introduire un élément de stratification lié à l'ordre de présentation des unités dans la liste qui constitue la base de sondage. Dans ce but, un reclassement des arrondissements, qui figurent actuellement par ordre alphabétique dans le fichier du RGPH, a été nécessaire afin de les présenter par ordre géographique et notamment par ordre "serpentin." Ceci assure que les unités voisines dans la liste sont voisines sur le terrain. A l ' i n , rieur des arrondissements, les ZD figurent déjà dans un ordre plus ou moins géographique et on n'a pas introduit de modification. C.6 PROBAB~ITEDESONDAGE Au premier degré de sondage, on a tir~ les ZD avec des pmbabilités propertionneUes au nombre de ménages recensés. Soit M~ le nombre de ménages recensés de la i ~~ ZD d'une strate donnée. La pmbabilité d'inclusion de la i ~* ZD dans l'échantillon peut donc s'écrire: 208 Pu =/cM~ ot~ l'indice 1 désigne le premier degré de sondage et k est une constante égale å: k = a IT .M I | (1) (2) où a est le nombre de ZD tirEes dans la strate et la somme E s'étend sur la totalité des ZD existantes dans la strate. On a donc: pi, = aMd~M, (3) Si on veut un échantillon auto-pond~r~, la probabilité au deuxième degré doit ~tre inversement proportionnelle å celle du premier degré, de manière à ce que le produit des deux soit constant. On a donc: p~, -_ k~lM, (4) En supposant que l'effectif de ménages dans la ZD est le m~me que lors du recensement, on pourrait tirer un nombre M»p2i de ménages dans cette ZD, soit exactement k'. Dans la pratique, cette hypothèse ne se vérifie pas, mais elle est suffisante pour déterminer la constante k' qui est donc le nombre moyen de ménages que l'on souhaite tirer par ZD. En nommant cette quantité b, on peut écrire: (5) d'où Afin que l'auto-pond~ration soit assurée, on doit fixer: Pl«P~ = constante (6) Pn -- kl(aMJ£M~) (7) | C.7 PARAMETRES DE SONDAGE Les analyses coQt/variance menées dans le cadre d'autres enquetes analogues indiquent un nombre optimal d'environ 30 femmes à enquêter par grappe. En supposant un taux de non-réponse de 10 pour cent approximativement, et en prenant 1,179 comme nombre moyen de femmes en age de procréer par ménage, on est arrivé å 28 ménages ~ sélectionner en moyenne par grappe. 1 Selon les résultats du 2 ème RGPH. 209 Le Tableau C.2 donne la répartition de l'échantillon initial dans les différentes strates ainsi que celle de l'échantillon final: Tableau C.2 Répartition des rnénages-~chantillon par strato Taux de Nombre de Taux de Nombre de No, de sondage grappes sondage grappes strate Strate (initial) % (initial) (final) % (final) 11 Rural Extr&ne-Nord 0,2917 29 0,1750 17 12 Rural Nord 0,2917 12 0,1750 7 13 Rural Adamaoua 0,2917 6 0,1750 4 14 Rural Nord-Ouest 0,2917 13 0,1750 8 15 Rural Sud-Ouest 0,2917 9 0,1750 6 16 Rural Ouest/Littoral 0,2917 22 0,1750 13 17 Rural Centre/Sud/Est 0,2917 28 0,1750 17 21 Urbain Yaoundé 0,5835 24 0,4668 19 22 Urbain Douala 0,5835 30 0,4668 24 31 Urbain Adamaoua/NordÆxtr&ne-Nord 0,2917 13 0,2917 13 32 Urbain Nord-Ouest/Sud-Ouest 0,2917 9 0,2917 9 33 Urbain Centre/Sud/Est 0,2917 6 0,2917 6 34 Urbain Ouest/Littoral 0,2917 11 0,2917 11 Total 0,3342 212 0,2421 154 C.8 ECHANTILLON MARI L'EDSC a prévu une enquete auprès d'un sous-échantillnn de 50 pour cent des matis de toutes les femmes éligibles, qu'elles soient enqu&ées avec succès ou non, pour pouvoir mener aussi bien une analyse ponant sur les matis qu'une analyse comparative femme-mati. Pour le tirage de l'échantillon mari, deux modes de tirage différents ont ét~ utilisés dans le milieu rural et le milieu urbain (y compris Yaoundé/Douala). En milieu rural, l'enqu&e a porté sur tous les matis des femmes éligibles, dans une grappe sur deux. En milieu urbain (y compris Yaoundé/Douala), les m ails ont été enqu~tés dans toutes les grappes, mais seulement dans un ménage sur deux. C.9 RESULTATS DES ENQUETES Le Tableau C.3 et C.4 donnent les résultats détaillés des enquêtes ménage, femme et mari selon les milieux et régions de résidence. A la suite du classement des ménages suivant les différents codes résultat, le taux de réponse pour l'enqu&e ménage est calculé de la façon suivante: (1) (1)+(2)+(4)+(7) 210 De la m~me manière, le taux de réponse des femmes et celui des matis sont calculés de la manière suivante: (a) (a)+(b)+(c)+(æ+(e) Le taux de r6ponse global des femmes est le produit des taux de réponse des enquétes ménages et femmes. Le taux de réponse global des matis est le produit du taux de réponse des enquétes dans les ménages sélectiormés pour l'enquete mari et du taux de réponse des enquétes matis. Tableau C.3 Résultats des enquétes auprès des ménages et des femmes par région et milieu de résidence Répartition (en %) des ménages et de~ femmes éligibles deJ~ l'6¢hanfillon de I'EDS par r~sultat de l'enquête, et taux de réponse des ménages et des femmes et taux de réponse global selon la région et le milieu de r6sidenc.e~ EDS Cemeroun 1991 Réglon de n~sidenoe Milieu de r~sideace Adamaoua/ Centre/ Ouest/ Nord- Emem- R~suliat Yaovad~ Nord/ Sud/ Liuo4 Ouest/ yaotmd6/ Autres blé Binera- des interviews Douala Ext.-Nord Est rai Sud-Ouest Douala viliem Urbain Rural ble M~a8es s61ectlonn~s Rempli (1) 82,8 88,1 88,8 79,2 71,6 82,8 79,8 81,3 84,5 82.8 M6nage pr6sent mais personne de compétent pour r~pondre (2) 0,1 0,2 0,2 0,8 0,3 0,1 0,6 0,4 0,2 0,3 Refus de r,~pondre (3) 3,8 0,4 0,5 2,5 0,5 3,8 1,3 2,6 0,7 1,7 Logement non trouvé (4) 0,7 1,2 0,6 0,0 0,0 0,7 1,1 0,9 0,2 0,6 M6nage absent (5) 7,1 2,4 5,9 12,0 6,1 7,1 8,0 7,5 5,2 6,4 Logement vide (6) 5,2 4,4 3,5 4,9 8,3 5,2 6,0 5,6 4,6 5,1 Logement d6u'uit (7) 0,1 0,3 0,5 0,3 0,3 0,1 0,3 0,2 0,3 0,3 Autre (8) 0,2 3,1 0,2 0,4 12,9 0,2 2,9 1,6 4,2 2,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de m#nages 1123 1112 649 761 627 1123 1119 2242 2030 4272 Taux de réponse des n~nages 94,7 98,1 98,6 96,0 98,9 94,7 96,3 95,5 98,7 97,0 Femmes ~llglbles Enfi~rement rempli (a) 92,8 95,4 94,9 89.7 93,2 92,8 93,6 93,2 93,6 93,3 Pas å la maison ço) 3,5 3,0 3,6 6,1 3,5 3.5 3.1 3,3 4,5 3,8 Diff~6 (c) 0,0 0,0 0,2 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0 0,I 0,0 Refus de répondm (d) 2,7 0,5 0,8 1,8 0,6 2,7 1,6 2,2 0,4 1,4 Parfiellen~nt rempli (e) 0,2 0,2 0,2 0,9 0,8 0,2 0,5 0,4 0,4 0,4 Autre (f) 0,7 0,9 0,5 1,3 1,9 0,7 I,I 0,9 1,1 1,0 Total I00,0 I00,0 100,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 100,0 100,0 I00,0 Effectlf de femmes 1240 1083 642 667 515 1240 1106 2346 1801 4147 Taux de r6ponse des femmes 93,5 96,3 95,3 90,9 95,0 93,5 94,6 94,0 94,6 94,3 Taux de r6ponse global des femmes 88,6 94,4 94,0 87,3 94,0 88,6 91,1 89,8 93,4 91,5 211 Tableau C.4 Résultats des enquêtes auprès des ménages et des matis par région et milieu de résidence Répartition (en %) des mé~ages sélectionnés poul l'enquéte mari et des mans éligibles dans l'~chantillon de I'EDS par résultat de l'enquéte, et taux de réponse des ménages et des maris et taux de réponse global selon la région et le milieu de résidence, EDS Cameroun 1991 Résion de r~.sidence Milieu de n~sidence Adema~a/ Centre/ Ouest/ Nonl- Emern- R6sultat Yaound~ Nord/ Sud/ Liuo-/ Ouest/ yaound~/ Autres ble gnsem- des interviews Donsla Ext.-Nord Est rai Sud-Ouest Dousla villes Urbain Rund ble M~nag¢s s~ectlonnés Rempli (1) 84,0 86,5 85,9 81,8 71,3 84,0 81,3 82,6 82,8 82,7 Ménage prdsent mais personne de comprirent pour rdpondre (2) 0,0 0,2 0,3 0,3 0,3 0,0 0,4 0,2 0,2 0,2 Refus de rdpondre (3) 4,1 0,4 0,7 2,4 0,7 4,1 1,6 2,9 0,6 1,8 Logement non trouvé (4) 0,4 0,7 0,7 0,0 0,0 0,4 0,9 0,6 0,1 0,4 M6nage absent (5) 6,3 2,5 6,6 9,6 5,5 6,3 7,5 6,9 4.6 5,8 Logement vide (6) 4,8 4,1 4,9 4,5 6,8 4,8 5,2 5,0 4.8 4,9 Logement détruit (7) 0,0 0,2 1,0 0,5 0,7 0,0 0,2 0,1 0,7 0,4 Autre (8) 0,4 5,5 0,0 0,8 14,7 0,4 3,0 1,7 6,3 3,8 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif de re~nages 557 563 305 374 307 557 560 1117 989 2106 Taux de réponse des ménages avec enquéte mart 94,9 98,6 98,1 96,8 98.6 94,9 96,6 95,7 98,9 97,2 Marls éllglbles Enliéremcnt rempli (a) 73,4 Pas &la maison Ço) 20.5 Diffdrd (c) 0,4 Refus de rdpondre (d) 3,0 Partiellement rempli (e) 0,4 Autxc (f) 2,3 87,9 88,0 72.2 74,8 73,4 79,1 76.2 85,1 80,5 10,7 8,5 26,4 22.4 20,5 20,2 20,3 12,2 16,4 0,0 0,0 0,0 0,0 0,4 0,0 0,2 0.0 0,I 0,6 2,1 1.4 0,0 3,0 0,8 1,9 1,0 1,5 0,0 0,0 0,0 0,9 0,4 0,0 0,2 0,2 0.2 0,8 1,4 0,0 1,9 2,3 0,0 1,2 1,4 1,3 Total 100,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00,0 I00.0 I00,0 100,0 100,0 EffecUf de marls 263 355 142 144 107 263 258 521 490 1011 Taux de réponse des marls 75,1 Taux de réponse globai des marls 71,3 88,6 89,3 72,2 76,2 75.1 79.1 77,1 86,3 81,6 87.4 87,6 69,9 75,2 71,3 76.4 73,8 85,4 79,3 212 ANNEXE D ERREURS DE SONDAGE ANNEXE D ERREURS DE SONDAGE Les estimations obtenues à partir d'une enquête par sondage sont sujettes à deux types d'erreurs: erreurs de mesure et erreurs de sondage. On appelle erreurs de mesure les biais imputables A la mise en oeuvre de la collecte et de l'exploitation des donné.es tels que l'omission de ménages sélectionnes, la mauvaise interprétation de questions, soit de la part de l'enqu~trice, soit de la part de l'enqu~tée, ou encore tels que les erreurs de saisie des données. Quoique tout le possible ait ~té fait pour minimiser ce type d'erreur pendant la mise en oeuvre de I'EDSC, il est très difficile d'éviter et d'évaluer toutes les erreurs de mesure. Par contre, les erreurs de sondage peuvent ~tre ~valu~es statisUquement. Les estimations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues à partir d'un échantillon pondéré de 3 871 femmes [lgées de 15 à 49 ans. Si l'enquEte avait ~té effectuée auprès d'autres enquetées, on a tout lieu de penser que les fréquences des r~ponses auraient ~te quelque peu différentes de celles que l'on a présentées. C'est l'incertitude de cette assomption que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de vatiation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage d'un paramètre (moyenne ou proportion). On l'estime fi partir de la variance des réponses dans 1'échantillon morne: l'erreur-type est la racine carrée de la variance. Cet indice a pour propriété que dans 95 pour cent des échantillons de taille et de caractéristique identiques, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve å l'intérieur de l'intervalle de + 2 ET. Si l'échantillon des femmes avait été tir~ d'après un plan de sondage aléatoim simple, il aurait ét6 possible d'utiliser des formules simples pour calculer les erreurs de sondage. Cependant, l'~chantillon de I'EDSC est un échantillon stratifié å deux degrés. Par conséquent, on a besoin d'utiliser des formules plus complexes. Le logiciel CLUSTERS, développé par l'International Statistical Institute pour l'Enquête mondiale de fécondité, a été utilisé pour calculer les erreurs de sondage suivant la méthodologie statistique appropriée. CLUSTERS traite chaque proportion ou moyenne comme étant une estimation de ratio, r=y/x, dans lequely représente la valeur du paramètre y pour l'échanfdlon total, et x représente le nombre total de cas dans l'ensemble (ou sous-ensemble) de l'échantillon. La variance de r est estimée par: El~(r) = var(r) ~ 1 - f m.____L_k ~___ x 2 h.t mb-1 k d'~tz rak dans laquelle z~ = yta-r.xta , and z h -- yk-r .xh où h mb Y~ x~ f représente la strate qui va de 1 ~t H, est le nombre total d'unités primaims de sondage (UPS) tirées dans la h ~"" strate, est la somme des valeurs du paramètre y dans I'UPS i dans la h ~«" strate, est la somme des nombres de cas (femmes) dans I'UPS i dans la h ~~" srrate, et est le taux global de sondage qui est tellement faible que CLUSTERS n'en teint pas compte. 215 Il existe un deuxième indice très utile qui est la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS) ou effet de grappe: c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours à un sondage aléatoire simple. Cet indice r~vèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a été choisi se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la méme taille: la valeur 1,0 de la REPS indique que le plan de sondage est aussi efficace qu'un échantillon al6atoire simple, alors qu 'une valeur supérieure à 1,0 indique un accroissement de l'erreur de sondage dfi à un plan de sondage plus complexe et moins efficace au point de vue statistique. Le logiciel CLUSTERS calcule aussi l'erreur relative et l'intervalle de confiance pour chaque estiruafion. Les erreurs de sondage pour I'EDSC ont été calcul~es pour certaines des variables les plus int6ressantes. Les résultats sont pr6sentés dans cet annexe pour le pays en entier, l'ensemble du milieu urbain, le milieu rural, l'ensemble des deux grandes villes Yaoundé/Douala, l'ensemble des "autres villes," et les quatre groupes de provinces (Adamaoua/Nord/Extr~me-Nord, Centre/Sud/Est, Nord-Ouest/Sud-Ouest et OuestÆittoral). Pour chaque variable, le type de statistique (moyenne ou proportion) et la population de base sont présentés dans le Tableau D.1. Les Tableaux D.2 à D.10 présentent la valeur de la statistique (bi), l'eroeur-type (ET), le nombre de cas non-pondérés (N) et pondérés (N'), la racine carrée de l'effet du plan de sondage (REPS), l'erreur relative (ET/M), et l'intervalle de confiance à 95 % (M_+_2ET) pour chaque variable. En général, les erreurs relatives de la plupart des estimations pour l'ensemble du pays sont faibles, sauf dans le cas de très faibles proportions. On remarque certaines différences dans les erreurs relatives au niveau des sous-6chantillons: par exemple, pour la variable ENVIV (enfants nés vivants des femmes figé, es de 15 à 49 ans), l'erreur relative en tant que pourcentage de la moyenne estimée est, respectivement, de 1,9%, 2,6% et 3,3% pour l'ensemble des femmes du pays, pour celles du milieu rural et pour celles du milieu urbain. Pour la méme variable (ENVIV) et pour l'ensemble des femmes, I'EDSC a donn6 un nombre moyen d'enfants nés vivants de 3,192 auquel correspond une erreur-type de 0,061 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne + 2 Er est donc 3,070 et 3,313. La probabilité que la vraie valeur du nombre moyen d'enfants nés vivants chez les femmes ~lg6es de 15 ~t 49 ans soit å l'intérieur de cet intervalle est de 95%. 216 Tableau D,1 Variables utilisees pour le calcul des erreurs de sondsget EDS Cameroon 1991 Variable Echantillon femme Estimation Population de base URBAIN NOEDUC EDUC CELIB MARIEE MAAV20 SEX18 ENVIV ENV40 ENSUR CMETHOD CSOURCE UMETHOD UTILMET UTILMETMO UTILPlL UTILDFU UTILCOND UTILSTER UTILCPER UTILSPUB NEVEUT RETARD lDEAL TETANUS ACCOUCH DIARR1 DIARR2 SRO DIAMED CARTE BCO DTC3 POLIe3 ROUGEOLE VACCOMP URBAIN NOEDUC EDUC CMETHOD UMETHOD UTILMET UTILMETMO UTILPIL UTILDIU UTILCOND UTILSTER UTILCPER NEVEUT IDEAL R6sidenco urbaine Proportion Sans instruction Proportion Instruction secondaire ou plus Proportion Jamais en union Proportion Madée (en union) Proportion En union avant 20 ans Proportion Premiéro activité sexuelle Proportion avant 18 ans Enfants n6s vivants Moyenne Enfants nés vivants Moyenne Enfants survivants Moyenne ConnaR une méthode Proportion Connaît la source pour une méthode Proportion A utilisé une m6thode Proportion Utilise actuellement une m6thode Proportion Utilise actuellement une méthode Proportion moderne Utilise la pilule Proportion Utilise le DIU Proportion Utilise le cnndom Proportion Utilise la stéfilisation f6minine Proportion Utilise la continence 1~riodiqu~ Proportion Utilise secteur public Proportion Ne veut plus d'enfants Proportion Veut retarder d'au moins 2 ans Proportion Taille de famille idéale Moyenne Naissances pour lesquelles la mére Proportion a reçu une injection antitétanique Assistance médicale à l'aecouchement Proportion Diarrh6e dans les dernières 24 heures Proportion Diarrhée dans les 2 demi~res semaines Proportion A reçu traitement SRO Proportion A reçu traitement m6dical Proportion Ayant une carte de santé Proportion A reçu vaccination BCG Proportion A reçu vaccination DTC O doses) Proportion A reçu vaccination polie (3 doses) Proportion A reçu vaccination rougeole Proportion Vaccin6 contre toutes les maladies Proportion R6sidence urbaine Proportion Sans instruction Proportion Instruction secondaire ou plus Proportion Connaît une méthode Proportion A utilis6 une m6thode Proportion Utilise actuellement une m6thode Proportion Utilise actuellement une méthode Proportion moderne Utilise la pilule Proportion Utilise le DIU Proportion Utilise le condom Proportion Utilise la stédlisation f6minine Proportion Utilise la continence périodique Proportion Ne veut plus d'enfants Proportion Taille de famille id6ale Moyenne Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Toutes les femmes Femmes 20 ans et plus Femmes 20 ans et plus Toutes les femmes Femmes 40-49 ans Toutes les femmes Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Femmes actuellement en union Utilisatrices de méthodes modernes Femmes actuellement en union Femmes acoEellemant en union Toutes les fen'av_es Naissances, 5 demières années Naissances, 5 darnières années Enfants flgés 1-59 mois Enfants flgés 1-59 mois Enfant agés 1-59 mois, avec diarrhóe les 2 derniòros semaines Enfants agés 1-59 mois, avec diarrhée les 2 derinèros semaines Enfants ~gés 12-23 mois Enfants Rgés 12-23 mois Enfants agés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ågés 12-23 mois Enfants ~gés 12-23 mois Tous les matis Tous les matis Tous les matis Tous les matis Tous les matis Tous les matis Tous les matis Tous les maris Tous les matis Tous les maris Tous les maris Tous les matis Tous les matis Tous les matis 217 Tableau D.2 Erreurs de sondage: Echantillon national v EDS Cameronn 1991 Variable Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond6- de Erazur de confiance Valeur type pondéré ré grappe relative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine Suns instruction Instruction secondaire ou plus Jamais eR tälion Mariée (en union) En union avant 20 ans ~emi&e activité sexuelle avant 18 ans Enfants nés vivants Enfants nés vivants Enfants survivants Coona~t one méthode Conneåt la source pour une méthode A utilis6 une mdthode Utilise actuellement une méthode Utilise une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stérilisation féminine Utilise la enntinence périodique Utilise secteur publie Ne veut plus d'enfants Veut retarder d'au moins 2 mas Taille de famille idéale Naissances pour lesquelles la m&e a reçu une injection antitétanique Assistance médieale à l'accouchement Diarrhée dans les demibres 24 heures Diarrhée dans les 2 demi&es semaines A reçu traitement SRO Å reçu traitement médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaneination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vaccin~ contre toutes les maladies 0,420 0,024 3871 3871,0 3,029 0,057 0 ,372 0,468 0,402 0,023 3871 3871,0 2,864 0 ,056 0 ,357 0,447 0,265 0,016 3871 3871,0 2,254 0 ,060 0 ,233 0,297 0,186 0,010 3871 3871,0 1,519 0,051 0 ,167 0,205 0,741 0,011 3871 3871,0 1,632 0 ,016 0 ,718 0,764 0,784 0,013 2922 2952,2 1,670 0 ,016 0 ,758 0,809 0,796 0,011 2922 2952,2 1,514 0 ,014 0 ,773 0,819 3,192 0,061 3871 3871,0 1,243 0 ,019 3,070 3,313 6,245 0,190 526 576,1 1,225 0,030 5 ,865 6,625 2,629 0,051 3871 3871,0 1,266 0 ,019 2 ,527 2,731 0,696 0,017 2737 2868,5 1,981 0 ,025 0 ,661 0,731 0,501 0,019 2737 2868,5 1,996 0,038 0 ,462 0,539 0,403 0,020 2737 2868,5 2,157 0 ,050 0 ,363 0,444 0,161 0,010 2737 2868,5 1,465 0 ,064 0 ,140 0,181 0,043 0,004 2737 2868,5 1,1)70 0,097 0 ,035 0,051 0,012 0,002 2737 2868,5 0,989 0,173 0 ,008 0,016 0,003 0,000 2737 2868,5 0,000 0 ,000 0 ,003 0,003 0,010 0,002 3871 3871,0 1,008 0,163 0 ,007 0,013 0,012 0,003 2737 2868,5 1,213 0,211 0 ,007 0,017 0,068 0,006 2737 2868,5 1,278 0,091 0 ,055 0,080 0,306 0,049 151 122,8 1,291 0,159 0 ,208 0,403 0,124 0,008 2737 2868,5 1,327 0,067 0 ,107 0,141 0,346 0,013 2737 2868,5 1,399 0,037 0 ,321 0,372 6,820 0,124 3520 3487,6 2,034 0,018 6,571 7,068 0,691 0,018 3325 3460,2 1,876 0,027 0 ,654 0,728 0,638 0,023 3325 3460,2 2,204 0 ,037 0 .591 0,684 0,083 0,007 3037 3157,0 1,310 0,083 0 ,069 0,097 0.177 0,010 3037 3157,0 1,459 0 ,059 0 ,157 0,198 0,180 0,021 506 560 ,2 1,232 0 ,114 0 ,139 0,221 0,201 0,020 506 560 ,2 1,103 0 ,098 0,161 0,240 0,521 0,025 644 663,0 1,235 0 ,047 0 ,472 0,570 0,755 0,026 644 663 ,0 1,549 0 ,035 0 ,703 0,808 0,480 0,031 644 663 ,0 1,534 0 ,064 0 ,419 0,541 0,497 0,030 644 663 ,0 1,530 0,061 0 ,436 0.558 0,560 0.029 644 663 ,0 1,473 0 ,052 0 ,502 0,618 0,406 0,030 644 663 ,0 1,549 0,075 0 ,345 0,466 MARIS Résidence urbaine Sans instruction Instruction secondaire ou plus Connah une méthode A utillsé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le D1U Utilise le condom Utilise la stérilisation féminine Utilise la continence périodique Ne veut plus d'enfants Taille de famille iii~aie 0,371 0,031 814 814,0 1,849 0,084 0,308 0,433 0,433 0.029 814 814,0 1,681 0,067 0,374 0,491 0,239 0,1)23 814 814,0 1,568 0,098 0.192 0,286 0,739 0,030 814 814,0 1.917 0,040 0,680 0,798 0,477 0,033 814 814,0 1,888 0,069 0,411 0.543 0,198 0,021 814 814,0 1.492 0,105 0,156 0,240 0,058 0,011 814 814,0 1.340 0,190 0,036 0,080 0,011 0.003 814 814,0 0,879 0,296 0,004 0,017 0,003 0.001 814 814,0 0,744 0,456 0.000 0,006 0,016 0,004 814 814.0 0.993 0,277 0,007 0,024 0,025 0,009 814 814,0 1,608 0,355 0,007 0,042 0,066 0,010 814 814,0 1,192 0,157 0,045 0,087 0,098 0,010 814 814,0 0,980 0,105 0,077 0,118 11,224 0,480 690 689 ,5 1,637 0,043 10,263 12,184 218 Tableau D.3 Erreurs de sondage: Yaoundd/Douala T EDS Cameroun 1991 Variable Population de base Effet Intervalle En~ur Non Poudé- de Enettr de confiance Valeur type pond~ré z'6 grappe relative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 1,000 0,000 Sans instruction 0,051 0,006 Instruction secondaire ou plus 0,625 0,029 Jamais en union 0,309 0,017 Mariée (en union) 0,612 0,022 En union avant 20 ans 0,575 0,025 Premi&e activité sexuelle avant 18 ans 0 ,671 0,022 Enfants nés vivants 2,321 0,091 Enfants nés vivants 5,676 0,438 Enfants survivants 2,047 0,083 Connaît une méthode 0,967 0,011 Cormeåt la source pour une méthode 0,908 0,013 A utilisé une méthode 0,784 0,020 Utilise actuellement une méthode 0,386 0,020 Utilise une méthode moderne 0,121 0,010 Utilise la pilule 0,046 0,008 Utilise le DIU 0,014 0,004 Utilise le condom 0,021 0,003 Utilise la st&illsation féminine 0,015 0,006 Utilise la continence périodique 0,183 0,012 Utilise secteur public 0,221 0,045 Ne veut plus d'enfants 0,142 0,016 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,312 0,015 Taille de famille idéale 4,882 0,105 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,854 0,015 Assistance médicale à l'accouchement 0,962 0,007 Diarrhée dans les demièms 24 heures 0,033 0,008 Dim"rhée dans les 2 domières semaines 0,112 0,015 A reçu traitement SRO 0,251 0,048 A reçu traitement médical 0,242 0,060 Ayant une carte de santé 0,586 0,044 A reçu vaccination BCO 0,908 0,019 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0.746 0,031 A reçu vaccination polie (3 doses) 0,757 0,027 A reçu vaccination rougeole 0,794 0,030 Vaccirff. contre toutes les maladies 0,689 0,029 1151 626,6 0,000 0,000 1 ,000 1,000 1151 626,6 0,943 0,120 0,038 0,063 1151 626,6 2,033 0,046 0,567 0,683 1151 626,6 1,230 0,054 0,275 0,342 1151 626,6 1,511 0,035 0,569 0,655 859 468,2 1,495 0,044 0,525 0,626 859 468,2 1,364 0,033 0,627 0,714 1151 626,6 1,168 0,039 2,139 2,503 93 49,9 1,057 0,077 4,799 6,552 1151 626,6 1,206 0 ,041 1,880 2,213 697 383,5 1.556 0,011 0,945 0,988 697 383,5 1,181 0,014 0,882 0,933 697 383,5 1,289 0,026 0,744 0,824 697 383,5 1,090 0,052 0,346 0,426 697 383,5 0,841 0,086 0,100 0,142 697 383,5 0,947 0,163 0 ,031 0,062 697 383,5 0,793 0,250 0,007 0,021 1151 626,6 0,644 0,128 0,016 0,027 697 383,5 1,187 0,362 0,004 0,026 697 383,5 0,840 0,067 0,159 0,208 85 46,4 1,000 0,205 0 ,131 0,312 697 383,5 1,193 0,111 0,110 0,173 697 383,5 0,878 0,049 0 ,281 0,343 1093 593,3 1,613 0,022 4.672 5,092 852 466,0 1,053 0,018 0,824 0,884 852 466,0 0,000 0,008 0,947 0,976 783 428,5 1,157 0,229 0,018 0,048 783 428,5 1,295 0,132 0,082 0,141 86 47,8 0,984 0,189 0,156 0,346 86 47,8 1,285 0.246 0,123 0,361 177 97,7 1,163 0,074 0,499 0,674 177 97,7 0,879 0,021 0,869 0,946 177 97,7 0.954 0,042 0.684 0,808 177 97,7 0,843 0,036 0,703 0,811 177 97,7 0,980 0,037 0,735 0,854 177 97,7 0,842 0,043 0,630 0,747 MARIS Résidence urbaine 1,000 0,000 193 108,9 0,000 0,000 1 ,000 1,0130 Sans instruction 0,050 0,021 193 108,9 1,332 0,417 0,008 0,093 Instruction secondaire ou plus 0,638 0,048 193 108,9 1,391 0,076 0,542 0,735 Connaît une méthode 0,965 0,018 193 I08,9 1,367 0,019 0,928 1,001 A utilisé une méthode 0,824 0,1)40 193 108,9 1,452 0,048 0,744 0,904 Utilise actuellement une méthode 0,458 0,040 193 108,9 1,102 0,087 0,379 0,537 Utilise une méthode moderne 0,145 0.024 193 108,9 0,943 0,166 0,097 0,192 Utilise la pilule 0,044 0,014 193 108,9 0,943 0,318 0,016 0,072 Utilise le DIU 0,020 0,011 193 108,9 1,059 0,533 -0,001 0,042 Utilise le condom 0,030 0,011 193 108,9 0,886 0,362 0,008 0,052 Utilise la stérilisation féminine 0,035 0,014 193 108,9 1,035 0,392 0,008 0,062 Utilise la continence périodique 0,160 0,025 193 108,9 0,930 0,154 0,110 0,209 Ne veut plus d'enfants 0,210 0,027 193 108,9 0,927 0,130 0,156 0,265 Taille de famille idéale 6,353 0,340 168 94,8 1,138 0,054 5,672 7,033 219 Tableau D.4 Erreurs de sonda~a: Autaes villes T EDS Camcroun 1991 Valeur Variabla (M) Population de base Effet Intervalla Erreur Non Pond6- da Erreur de confiance type pond6r~ r6 grappe velativa (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 1,000 0,000 Sans instruction 0,416 0,063 Instruation secondaire ou plus 0,291 0,044 Jamais en union 0,193 0,027 Mariée (an union) 0,716 0,036 En union avant 20 ans 0,796 0,032 Prami&a activit~ saxuelle avant 18 ans 0,778 0,029 Enfants nés vivants 3,081 0,114 Enfants nés vivants 5,901 0,330 Enfants survivants 2,601 0,089 Counait une méthoda 0,706 0,046 Cormdt la source pour une méthode 0,559 0,051 A utilisé une méthode 0,437 0,055 Utilise actuallement une méthode 0,176 0,024 Utilise une mdthoda moderne 0,044 0,007 Utilisa la pilule 0,008 0,003 Utilisa le DIU 0,004 0,002 Utilisa le aondom 0,012 0,004 Utilisa la stérilisation féminine 0,013 0,005 Utilisa la continanca périodique 0,078 0,019 Utilise secteur public 0,268 0,093 Na veut plus d'enfants 0,148 0,020 Veut ratarder d'au moins 2 ans 0,351 0,024 Tailla de famille idéaia 6,581 0,223 Naissances pour lesquelles la m&a a raçu une injection antitétaniqua 0,795 0,048 Assistance médicale à l'accouchament 0,767 0,047 Diarrhéa dans les demièras 24 haures 0,089 0,015 Diarrhée dans les 2 dami&as samaines 0,200 0,025 A raçu traitement SRO 0,226 0,046 A reçu traitemant médical 0,229 0,030 Ayant una aarta da santé 0,568 0,046 A reçu vaccination BCG 0,823 0,049 A reçu vacaination DTC (3 dusas) 0,523 0,064 A raçu vacaination polie (3 doses) 0,537 0,063 A raçu vacaination rougaola 0,540 0,067 Vaccin~ contre toutes les maladies 0.414 0,067 1035 997,9 0,000 0,000 1 ,000 1,000 1035 997,9 4,117 0,152 0,290 0,542 1035 997,9 3,139 0,152 0,202 0,379 1035 997,9 2,170 0,138 0,140 0,246 1035 997,9 2,551 0,050 0,644 0,787 778 767,0 2,194 0,040 0,732 0,859 778 767,0 1,943 0,037 0,720 0.836 1035 997,9 1,251 0,037 2,853 3,309 133 126,3 1,072 0,056 5 ,241 6,561 1035 997,9 1,170 0,034 2,424 2,779 710 714,4 2,717 0,066 0,613 0,799 710 714,4 2,731 0,091 0,457 0,661 710 714,4 2,936 0,125 0,328 0,547 710 714,4 1,657 0,135 0,129 0,224 710 714,4 0,882 0,155 0,030 0,057 710 714,4 1,046 0,443 0 .001 0,015 710 714,4 0,643 0.375 0 ,001 0,007 1035 997,9 1,121 0,323 0,004 0,019 710 714,4 1,045 0,338 0,004 0,022 710 714,4 1.841 0,238 0 ,041 0,115 33 31,3 1,185 0,347 0,082 0,453 710 714,4 1,483 0,133 0,109 0,188 710 714,4 1,337 0,068 0,303 0.399 918 883,7 1,983 0,oe4 6,134 7,027 891 886,0 2,809 0,060 0,699 0,891 891 886,0 2,606 0,061 0,674 0,860 821 815,9 1,379 0,163 0,060 0,118 821 815,9 1,704 0,124 0 ,151 0,250 156 163,5 1.408 0,205 0,133 0,319 156 163,5 0,874 0,130 0,169 0,288 173 171,1 1,219 0,081 0,476 0,659 173 171,1 1,692 0,059 0,725 0,920 173 171,1 1,678 0,122 0,395 0,651 173 171,1 1,668 0,118 0 ,411 0,664 173 171,1 1,766 0,124 0,406 0,674 173 171,1 1,787 0,162 0,280 0,548 MARIS Résidence urbaine Sans instruatiun Imtructinn seconoEtra ou plus Connalt una méthoda A utilisé une méthoda Utilisa actuaUement une méthoda Utilisa une méthode moderna Utilise la pilule Utilisa le DIU Utilisa le condom Utilise la stérilisatiun féminine Utilisa la continence périodique Na vaut plus d'enfants Taille da famiUa idéale 1,oe0 0,000 204 193,0 0,000 0,000 1 ,000 1,000 0,452 0,070 204 193,0 1,995 0,154 0,312 0,591 0,248 0,053 204 193,0 1,758 0,215 0,142 0,355 0,757 0,030 204 193,0 0,988 0,039 0,697 0,816 0,432 0,045 204 193,0 1,307 0,105 0 ,341 0,523 0,181 0,025 204 193,0 0,911 0,136 0,132 0,230 0,060 0,013 204 193,0 0,764 0,211 0,035 0,086 0,008 0,006 204 193,0 0,958 0,751 -0,004 0,020 0,002 0,002 204 193,0 0,707 1,000 -0,002 0,007 0.042 0.013 204 193,0 0,951 0,319 0.015 0,069 0,008 0,006 204 193,0 0,910 0,713 -0,003 0,019 0,084 0,020 204 193,0 1,049 0,244 0,043 0,124 0,139 0,023 204 193,0 0,934 0,163 0,094 0,185 11,157 0,250 167 159,3 2,126 0,112 8,657 13,658 220 Tableau D.5 Erreurs de sondase: Ensemble du milieu urbain t EDS Cameroun 1991 Variable Population de base Effet Inteawalle Erreur Non Pond6- de Erreur de eonfianoe Valeur type pond~r6 r6 grappe relative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine S a.,ts instruction Instruction secondaire ou plus Jamais en union Mariée (en union) En union avant 20 ans Première activité sexuelle avant 18 ans Enfants n6s vivants Enfants nés vivants Enfants survivants Connait une méthode Corma/t la source pour une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le eonåom Utilise la stédllsation féminine Utilise la continence périodique Utilise secteur publie Ne veut plus d'enfants Veut retarder d'au moins 2 ans Taille de famille id6ale Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique Assistance médicale à l'accouchement Diarrhée dans les demières 24 heures Diarrhée dans les 2 demi&es semaines A reçu traitement SRO A reçu traitement médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vaecln6 contre toutes les maladies 1,000 0,000 2186 1624,6 0,000 0,000 1 ,000 1,000 0.275 0,048 2186 1624,6 4,975 0,173 0,180 0,370 0,420 0,037 2186 1624,6 3,503 0,088 0,346 0,494 0,238 0,020 2186 1624,6 2,200 0,084 0,198 0,278 0,676 0,025 2186 1624,6 2,546 0,038 0,625 0,727 0,712 0,028 1637 1235,2 2,502 0,039 0,656 0,768 0,737 0,022 1637 1235,2 2,013 0,030 0,693 0,781 2,788 0,093 2186 1624,6 1,530 0,033 2,602 2,974 5,837 0,267 226 176,1 1,090 0,046 5,304 6,370 2,387 0,072 2186 1624,6 1,401 0,030 2,242 2,532 0,797 0,038 1407 1097,8 3,557 0,048 0 ,721 0,873 0,681 0,045 1407 1097,8 3,604 0,066 0 ,591 0,770 0.558 0,045 1407 1097,8 3,416 0,081 0,468 0,649 0,249 0,022 1407 1097,8 1,923 0,089 0,205 0,294 0,071 0,007 1407 1097,8 1,030 0,100 0,057 0,085 0,021 0,004 1407 1097,8 1,038 0.188 0,013 0,029 0,008 0,002 1407 1097,8 0.734 0,223 0,004 0,011 0,015 0,003 2186 1624,6 0,993 0,170 0,010 0,021 0,014 0,004 1407 1097,8 1,125 0,252 0,007 0,021 0,115 0,015 1407 1097,8 1,824 0,135 0,084 0,146 0,240 0,046 118 77,7 1,165 0,192 0,148 0,332 0,146 0,014 1407 1097,8 1,497 0,097 0,118 0,174 0,338 0.016 1407 1097,8 1,242 0,046 0,306 0,369 5,898 0,172 2011 1477,0 2,508 0,029 5,554 6,243 0,815 0,033 1743 1352,0 2,882 0,041 0,749 0,881 0,834 0,036 1743 1352,0 3,199 0,043 0,763 0,906 0,070 0,011 1604 1244,4 1,584 0,151 0,049 0,091 0,170 0,018 1604 1244,4 1,842 0,105 0,134 0,205 0,232 0,037 242 211,3 1,442 0,160 0,157 0,306 0,232 0,027 242 211,3 1,026 0,116 0,178 0,285 0,575 0,033 350 268,8 1,268 0,058 0,508 0,641 0,853 0,034 350 268,8 1,807 0,039 0,786 0,921 0,604 0,047 350 268,8 1,792 0,077 0 ,511 0,697 0,617 0,046 350 268,8 1,775 0,074 0,525 0,709 0,632 0,050 350 268,8 1,932 0,079 0,533 0,732 0,514 0,049 350 268,8 1,849 0,096 0,415 0,612 MARIS Résidence urbaine Sans instruction Immaction secondaire ou plus Connalt une méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stéfiilsation féminine Utilise la continence périodique Ne veut plus d'enfants Taille de famille idéale 1,000 0,000 397 301,8 0,000 0,000 1 ,000 1,000 0,307 0,057 397 301,8 2,467 0,186 0,193 0,421 0,389 0,049 397 301,8 1,991 0,125 0 ,291 0,487 0,832 0,026 397 301,8 1,361 0,031 0 ,781 0,883 0,573 0,042 397 301,8 1,709 0,074 0,488 0,658 0,281 0,025 397 301,8 1,128 0,091 0,230 0,332 0,091 0,012 397 301,8 0,859 0,137 0,066 0,116 0,021 0,007 397 301,8 0,969 0,333 0,007 0,035 0,009 0,004 397 301,8 0,884 0,472 0,000 0,017 0,038 0,010 397 301,8 0,995 0,252 0,019 0,057 0,018 0,006 397 301,8 0,938 0,351 0,005 0,030 0,111 0,016 397 301,8 1,025 0,146 0,079 0,143 0,165 0,018 397 301,8 0,980 0,111 0.128 0,201 9,365 0,945 335 254,1 2,520 0,101 7,475 11,255 221 Tableau D.6 Erreurs de sondage: Milieu rural~ EDS Cameroun 1991 Population de base Effet Inteawatie Erreur Non Pond6- de Erreur de confiance Valeur type punder6, r6 grappe relative Variable (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,000 0,000 1685 2246,6 0,000 0,000 0,000 0,000 Sans instrucUon 0,494 0,024 1685 2246,6 1,998 0,049 0.446 0.543 Instruction secondaire ou plus 0,153 0,017 1685 2246,6 1,943 0,111 0,119 0,187 Jamais en union 0,149 0,010 1685 2246,6 1,195 0,070 0,128 0,169 Mariée (en union) 0,788 0,011 1685 2246,6 1,130 0,014 0,766 0,811 En union avmt 20 ans 0,836 0,013 1285 1717,0 1,284 0,016 0,809 0,862 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,838 0,013 1285 1717,0 1,269 0,016 0,812 0,864 Enfants n6s vivants 3,484 0,089 1685 2246,6 1,165 0,026 3,306 3,662 Enfants n6s vivants 6,424 0,246 300 400,0 1,219 0.038 5,933 6,916 Enfants survivants 2,803 0,076 1685 2246,6 1,213 0,027 2,652 2,954 Counait une méthode 0,634 0,020 1330 1770,6 1,514 0,032 0,594 0,674 Connait la source pour une méthode 0,389 0,022 1330 1770,6 1,639 0,056 0,345 0,433 A utilis6 une méthode 0,307 0,023 1330 1770,6 1,843 0,076 0,260 0,353 Utilise actuellement une méthode 0,105 0,013 1330 1770,6 1,597 0,128 0,078 0,132 Utilise une méthode moderne 0,025 0,005 1330 1770,6 1,270 0,216 0,014 0,oe6 Utilise la pilule 0,006 0,002 1330 1770.6 1,095 0,387 0 ,001 0,011 Utilise le DIU 0,000 0,000 1330 1770,6 0,000 0,000 0,000 0,000 Utilise le condom 0,006 0,002 1685 2246,6 1,106 0,352 0,002 0,010 Utilise la st&ilisadon féminine 0,011 0,003 1330 1770,6 1,235 0,327 0,004 0,018 Utilise la continence périodique 0,038 0,006 1330 1770,6 1,207 0,166 0.026 0.051 Utilise secteur public 0,419 0,100 33 45,1 1,152 0,240 0.218 0.619 Ne veut plus d'enfants 0,110 0.010 1330 1770,6 1,138 0,089 0 .091 0.130 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,352 0,018 1330 1770,6 1,375 0,051 0.316 0.388 Taille de famille idéale 7,496 0,184 1509 2010,6 1,866 0,025 7.127 7.865 Naissances pour iesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,611 0,024 1582 2108,2 1,554 0.039 0.564 0,659 Assistance médicale h l'accouchement 0.511 0,031 1582 2108,2 1,943 0.061 0,449 0,574 Diarrhée dans les demières 24 heures 0,092 0,009 1433 1912,6 1.150 0.102 0,073 0,II1 Diarrhée dans les 2 demières semaines 0,182 0,013 1433 1912,6 1.208 0,071 0,156 0,208 A reçu traitement SRO 0,149 0,022 264 348,9 0.979 0.149 0,105 0,193 A reçu traitement médical 0,182 0,027 264 348,9 1.087 0,150 0,127 0,236 Ayant une carte de santé 0,485 0,035 294 394,2 1,180 0,073 0,414 0,555 A reçu vaccination BCG 0,688 0,039 294 394.2 1.406 0,056 0 ,611 0,766 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,395 0,044 294 394.2 1,493 0,112 0,307 0,484 A reçu vaccination polie (3 doses) 0,415 0,044 294 394,2 1,483 0,106 0,326 0.503 A reçu vaccination rougeole 0,510 0,039 294 394,2 1,288 0,076 0.433 0.587 Vaccin~ contre mutes les maladies 0,332 0,042 294 394,2 1,476 0,127 0.248 0,416 MARIS Résidence urbaine 0,000 0,000 417 512,1 0,000 0,000 0,000 0,000 Sans instrucåun 0,507 0,034 417 512,1 1,385 0,067 0,439 0,575 Instruction secondaire ou plus 0,150 0,028 417 512,1 1,572 0,183 0,095 0,206 Counait une méthode 0,685 0,044 417 512,1 1,932 0,064 0,597 0,773 A utilisé une méthode 0,420 0,047 417 512,1 1,944 0,112 0,326 0,514 Utilise actuellement une méthode 0,149 0,030 417 512,1 1,741 0,204 0,088 0,210 Utilise une méthode moderne 0,038 0,016 417 512,1 1,696 0,417 0,006 0,070 Utilise la pilule 0,005 0,003 417 512,1 0,955 0,682 -0,002 0,011 Utilise le DIU 0,000 0,000 417 512,1 0,000 0,000 0,000 0,000 Utilise le condom 0,002 0,002 417 512,1 0,996 1,000 -0,002 0,007 Utilise la stérilisatiun féminine 0,029 0,013 417 512,1 1,630 0,464 0,002 0,056 Utilise la continence périodique 0,040 0,014 417 512,1 1,444 0,348 0,012 0,067 Ne veut plus d'enfants 0,058 0,012 417 512.1 1,039 0,206 0,034 0,082 Taille de famille idéale 12,308 0,575 355 435,4 1,359 0,047 11,159 13,458 222 Tableau D.7 Erreurs de sondage: Amadanua/Nord/Ext~me-Nord I EDS Cameroun 1991 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Erreur Non Pond6- de Erreur de confiance type pond~r6 1"6 grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine Sans instruction Instruction secondaire ou plus Jamais en union Mariée (en union) En union avant 20 ara Première activité sexuelle avant 18 ans Enfants nés vivants Enfants nés vivants Enfants survivants Corma/t une méthode Corma/.t la source pour tune méthode A utilisé une méthode Utilise actuellement une méthode Utilise une m6thode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stéfilisation fdminine Utilise la continence p6riodique Utilise secteur publie Ne veut plus d'enfants Veut retarder d'au moins 2 ans Taille de famille idéale Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique Assistance médicale b. l'acconehemant Diarrhée dans les demières 24 heures Diarrhée dru-fs les 2 demi&es semaines A reçu traitement SRO A reçu traitement médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaccination polio (3 doses) A reçu vaccination rougeole Vacciné contre toutes les maladies 0,347 0,064 1033 1313,3 4.338 0,185 0,218 0,476 0,848 0,030 1033 1313,3 2,667 0,035 0,789 0,908 0,037 0,014 1033 1313,3 2,457 0,392 0,008 0,066 0,064 0,010 1033 1313.3 1,255 0,149 0,045 0,083 0,891 0,012 1033 1313.3 1,273 0.014 0,866 0,916 0,961 0,009 816 1048,8 1.352 0,009 0,943 0,980 0,926 0,010 816 1048,8 1.131 0,011 0,906 0,947 3,683 0,107 1033 1313,3 1,103 0.029 3,469 3,898 6,283 0,433 152 192,7 1,406 0,069 5,416 7,149 2,826 0,104 1033 1313,3 1.371 0,037 2,618 3,034 0,415 0,027 913 1170,1 1.634 0,064 0,362 0,469 0,187 0,025 913 1170,1 1,913 0,132 0,138 0,236 0,190 0,030 913 1170,1 2,292 0,156 0 ,131 0,250 0,055 0,012 913 1170,1 1,578 0,217 0,031 0,079 0,009 0,004 913 1170,1 1,179 0,414 0,002 0.016 0,003 0,002 913 1170,1 0,945 0,563 0,000 0,007 0.000 0,000 913 1170,1 0,000 0,000 0,000 0,000 0,001 0,000 1033 1313,3 0,000 0,000 0 ,001 0.001 0,001 0,001 913 1170,1 0,993 0,982 -0,001 0,003 0,010 0,007 913 1170.1 2,168 0,706 -0,004 0,025 0,206 0,127 7 10,3 0,772 0,618 -0,049 0,461 0,079 0,018 913 1170,1 1,960 0,221 0,044 0,114 0,374 0.025 913 1170,1 1,567 0,067 0,324 0,424 8,900 0,273 926 1179,5 2,011 0,031 8,354 9,445 0,490 0,036 1039 1320,6 1,824 0,073 0,419 0,561 0,326 0,037 1039 1320,6 1,915 0,112 0.253 0.399 0.142 0,014 904 1152,5 1,136 0,099 0,114 0,171 0,243 0,023 904 1152,5 1,523 0,095 0,196 0.289 0,150 0,032 219 279,6 1,310 0,216 0,085 0,214 0,144 0,017 219 279.6 0,713 0,119 0,110 0,179 0,434 0,051 172 220,2 1,317 0,117 0.333 0,535 0,615 0,048 172 220,2 1.278 0,078 0,519 0,710 0,343 0,055 172 220,2 1,481 0,161 0,232 0,454 0,354 0,054 172 220,2 1.444 0.153 0,245 0,462 0,387 0.069 172 220,2 1,805 0,178 0,249 0,524 0,265 0,059 172 220,2 1,683 0,224 0,146 0,383 MARIS Résidence urbaine Sans instruction Instruction secondaire ou plus Connaît une méthode A utilisé une méthode Utilise acmallemant une méthode Utilise une méthode moderne Utilise la pilule Utilise le DIU Utilise le condom Utilise la stérilisation féminine Utilise la continence périodique Ne veut plus d'enfants Taille de famille iddaie 0,328 0,061 312 365,5 2,293 0,186 0,206 0,450 0,799 0,030 312 365,5 1,328 0.038 0,73g 0,859 0,067 0,018 312 365.5 1,285 0,271 0.031 0,104 0.501 0,051 312 365,5 1,796 0,I02 0,399 0,602 0,245 0,043 312 365,5 1,751 0,174 0,160 0,331 0,065 0,016 312 365,5 1,148 0,247 0,033 0,097 0,012 0,007 312 365.5 1,131 0.589 -0,002 0,026 0,000 0,000 312 365,5 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 312 365,5 0,000 0,000 0,000 0,000 0,012 0,007 312 365,5 1,131 0,589 -0,002 0,026 0,000 0,000 312 365,5 0,000 0,000 0,000 0,000 0,016 0,008 312 365,5 1,138 0,507 -0,000 0,032 0,051 0,011 312 365,5 0,921 0,225 0,028 0,074 14,892 0,662 275 325,0 1,301 0,044 13,568 16,217 223 Tableau D.8 Erreurs de sondage: Centre/Sud/Est) EDS Can~roun 1991 Valeur Variable (M) Population de base Effet Inteawalle Ermes Non Pond~- de Erreur de confianoe type pond*r6 r6 grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidanca urbaine 0,203 0,040 Sans instruction 0,139 0,024 Instruction secondaire ou plus 0,344 0,038 Jamais en union 0,201 0,021 Mariée (en union) 0,702 0,020 En union avant 20 ans 0,701 0,029 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,805 0,027 Enfants nés vivants 3,044 0,117 Enfants nés vivants 5,503 0,305 Enfants survivants 2,554 0,112 Counah une méthode 0,823 0,032 Cormah la source pour une méthode 0,608 0,038 A udlisé unu méthode 0,479 0,042 Utilise actuellement une méthode 0,179 0,026 Utilise une méthode moderne 0,043 0,010 Utilise la pilule 0,015 0,007 Utilise le D1U 0,000 0,000 Utilise le condom 0,006 0,003 Utilise la stérilisatinn féminine 0,020 0,007 Utilise la continence !Mriodique 0,089 0,015 Utilise secteur public 0,200 0,123 Ne veut plus d'enfants 0,170 0,019 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,269 0,029 Taille de famille idéale 5,647 0,085 Naissances pour lesquelles la mb.re a reçu une injection antitétanique Assistance médicale à l'accouchement Diarrhée dons les demières 24 heures Diarrhée dans les 2 demi&es semaines A reçu traitement SRO A reçu traitement médical Ayant une carte de santé A reçu vaccination BCG A reçu vaccination DTC (3 doses) A reçu vaccination polie (3 doses) Are, çu vaccination rougeole Vaccirt~ conb'u toutes les maladies 0,729 0,037 0,641 0.053 0,075 0,018 0,189 0,026 0,096 0,030 0,153 0,044 0,395 0,056 0,700 0,065 0,335 0,071 0,366 0,079 0,522 0,053 0,304 0,073 609 712,5 2,457 0,197 0,123 0,283 609 712,5 1,698 0,171 0 ,091 0,186 609 712,5 1,952 0,109 0,268 0.419 609 712,5 1,281 0,104 0,160 0,243 609 712,5 I,I00 0,029 0.661 0,743 453 530,4 1,327 0,041 0,643 0,758 453 530.4 1.473 0,034 0,751 0,860 609 712,5 0,968 0,039 2,810 3,279 110 133,0 0,850 0,055 4,894 6,112 609 712,5 1,096 0,044 2,329 2,778 424 500,2 1,730 0,039 0,759 0,887 424 500,2 1,584 0,062 0,532 0.683 424 500,2 1,725 0,088 0,395 0,563 424 500,2 1,380 0,144 0,128 0,231 424 500,2 1,023 0,236 0,023 0,063 424 500,2 1,174 0,456 0 ,001 0,029 424 500,2 0,000 0,000 0,000 0,000 609 712,5 0.965 0,486 0,000 0,013 424 500,2 0,988 0,339 0,006 0,033 424 500,2 1,066 0,166 0,060 0,119 20 21,3 1,335 0,613 -0,045 0,445 424 500,2 1,048 0,112 0,132 0,209 424 500,2 1,347 0,108 0 ,211 0,327 562 657,7 0,718 0,015 5,478 5,816 531 626.4 1,602 0,051 0,655 0,803 531 626,4 2,080 0,083 0,534 0,747 498 588,0 1,470 0,238 0,039 0,111 498 588,0 1.446 0,139 0,137 0,242 93 111,2 0,985 0,314 0,036 0,156 93 111,2 1,076 0,289 0,065 0,242 120 137,8 1,207 0,141 0,284 0,506 120 137,8 1,494 0,093 0,570 0,830 120 137,8 1,603 0,213 0,192 0,477 120 137,8 1,739 0,216 0,208 0,523 120 137,8 1,130 0,102 0,415 0,628 120 137,8 1,679 0,240 0,158 0,449 MARIS R6sidance urbaine 0,180 0,050 125 136,2 1,440 0,276 0 ,081 0,280 Sans instruction 0,091 0,023 125 136,2 0,885 0,252 0,045 0,136 Instruction secondaire ou plus 0,378 0,086 125 136,2 1,977 0,228 0,206 0,550 Cunna/t une méthode 0,918 0,027 125 136,2 1,082 0,029 0,865 0,971 A utilisé une méthode 0,585 0,047 125 136,2 1,072 0,081 0 ,491 0,680 Utilise actuellement une méthode 0,180 0,033 125 136,2 0,959 0,183 0,114 0,247 Utilise une méthode moderne 0,052 0,032 125 136,2 1,583 0,606 -0,011 0,I15 Utilise la pilule 0,006 0.006 125 136,2 0,887 1,058 -0.006 0.018 Utilise le DIU 0,000 0,000 125 136,2 0,000 0,000 0,000 0,000 Utilise le cundom 0,020 0,012 125 136,2 0,965 0,605 -0,004 0,044 Utilise la st~rilisatiun féminine 0,026 0,021 125 136,2 1,433 0,781 -0,015 0,068 Utilise la continence périodique 0,070 0,024 125 136,2 1,052 0,345 0,022 0,118 Ne veut plus d'enfants 0,087 0,032 125 136,2 1,284 0,374 0,022 0.152 Taille du famille idéale 7,760 0,806 116 126,7 1,867 0,104 6 ,148 9,372 224 Tableau D.9 Erreurs de sondage: Ouest/Littoralt EDS Cameronn 1991 Valeur Variable (M) Population de base Effet Intervalle Eneur Non Pond& de Erreur de confiance type pond6r6 ré grappe relative (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-7.ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,412 0,041 Sans instrucåon 0,212 0,034 Imtruction secondaire ou plus 0,327 0,034 Jamais en union 0,251 0.028 Mariée (en union) 0,676 0,032 En union avant 20 ans 0.738 0,028 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,699 0,027 Enfants nés vivants 3,087 0,085 Enfants nés vivmts 6.867 0,326 Enfants survivants 2,658 0,061 Connalt une méthode 0,871 0,015 Cormait la source pour une méthode 0,655 0,040 A utilisé une méthode 0,518 0,035 Utilise actuellement une méthode 0,232 0,025 Utilise une méthode moderne 0,059 0,016 Utilise la pilule 0,003 0,003 Utilise le DIU 0,006 0,002 Utilise le condom 0,021 0,007 Utilise la stérilisation féminine 0,012 0,007 Utilise la continence périodique 0,104 0,017 Utilise secteur public 0,258 0,099 Ne veut plus d'enfants 0,164 0,019 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,379 0,017 Taille de famille idéale 6.220 0,194 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,858 0,oe7 Assistance médicale h l'accouchement 0,853 0,071 Diarrhée dmas les demii~res 24 heures 0,048 0,011 Diurrhée dans les 2 demi&es semaines 0,140 0,019 A reçu traitement SRO 0,276 0,056 A reçu traitement m6dical 0,245 0,059 Ayant une carte de santé 0,644 0,070 A reçu vaccination BCG 0,873 0,082 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,584 0,097 A reçu vaccination polio (3 doses) 0,608 0,086 A reçu vaccination rougeole 0,542 0,070 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,419 0,080 598 638.9 2,025 0,099 0,330 0,494 598 638,9 2,042 0,161 0,144 0,280 598 638,9 1,'F/0 0,104 0,259 0,395 598 638,9 1,566 0.111 0,195 0,306 598 638,9 1,653 0,047 0,612 0,739 435 465,2 1,304 0,037 0,683 0,793 435 465,2 1,235 0.039 0,644 0,753 598 638,9 0,675 0,027 2,918 3.256 87 95,6 1,067 0,048 6,215 7,520 598 638,9 0,575 0,023 2,535 2,781 393 431,8 0,884 0.017 0,841 0,901 393 431,8 1.686 0,062 0,574 0,736 393 431,8 1,405 0,068 0,447 0,589 393 431,8 1,158 0,106 0,182 0,281 393 431,8 1,359 0,275 0,026 0,091 393 431.8 1,134 0,986 -0,003 0.010 393 431,8 0,543 0,362 0,002 0,010 598 638,9 1,179 0,327 0,007 0,035 393 431,8 1,201 0,556 -0,001 0,025 393 431,8 1,097 0,162 0,071 0,138 23 25,3 1,063 0,384 0,060 0,456 393 431,8 0,991 0,113 0.127 0,201 393 431,8 0,691 0.045 0,345 0,413 521 552,3 1.490 0,031 5 ,831 6,609 479 534,2 2,027 0,043 0,784 0,932 479 534,2 3,622 0,083 0 .711 0,996 448 498,2 1,068 0,229 0,026 0,071 448 498,2 1,152 0,140 0 ,101 0,179 63 69,5 0,976 0,204 0,163 0.389 63 69,5 1,045 0,240 0,128 0,363 99 111,2 1,462 0,108 0.505 0,784 99 111,2 2.498 0,094 0,710 1,037 99 111,2 1,957 0,166 0 ,391 0.777 99 111,2 1,766 0,142 0,435 0.780 99 111,2 1,396 0,130 0,401 0,683 99 111,2 1,607 0,191 0,259 0,579 MARIS Résidence urbaine 0,302 0,071 104 106,7 1,573 0,235 0,160 0,445 Sans instruction 0,235 0,067 104 106.7 1,605 0,285 0 ,101 0.370 Iustruetinn secondaire ou plus 0.269 0,030 104 106,7 0,679 0,110 0,209 0,328 Cormalt une méthode 0,941 0,018 104 106,7 0,765 0,019 0.905 0,976 A utilisé une méthode 0,678 0,091 104 106,7 1,970 0,134 0,497 0,860 Utilise actuellement une m6thode 0,292 0,055 104 106,7 1,227 0,188 0,182 0,402 Utilise une méthode moderne 0,059 0,016 104 106,7 0,679 0,266 0,028 0,091 Utilise la pilule 0,011 0,010 104 106,7 0,917 0,847 -0.008 0,030 Utilise le DIU 0,000 0,(300 104 106,7 0,000 0,000 -0,000 0.000 Utilise le condora 0,007 0,008 104 106,7 0,908 1,051 -0.008 0,022 Utilise la stérilisation féminine 0,030 0,019 104 106,7 1,109 0.624 -0,007 0,067 Utilise la continence périodique 0,121 0,040 104 106,7 1,232 0,327 0,042 0,200 Ne veut plus d'enfants 0,132 0,044 104 106,7 1,307 0.330 0,045 0,220 Taille de famille idéale 9,516 0,093 62 61.0 1.359 0,115 7,329 11,702 225 Tableau D.10 Erreurs de sondage: Nord-Ouest/Sud-Ouest 1 EDS Camemun 1991 Population de base Variable Effet Intervalle Erreur Non Pond& de Erreur de contlanoe Valeur type pond6r6 r6 grappe lelative (M) (ET) (N) (N') (REPS) (ET/M) M-2ET M+2ET FEMMES Résidence urbaine 0,232 0,045 Sans instruction 0,305 0,049 Instruction secondaire ou plus 0,228 0,039 Jamais en urtion 0,239 0,018 Mariée (en union) 0,661 0,025 En union avant 20 arts 0,732 0,026 Première activité sexuelle avant 18 ans 0,710 0,036 Enfants nés vivants 3,317 0,210 Enfants nés vivants 6,821 0,426 Enfants survivants 2,871 0,157 Cannait une méthode 0,920 0,032 Connalt la source pour une méthode 0,737 0,058 A utilisé une méthode 0,443 0,070 Utilise actuellement une méthode 0,153 0,040 Utilise une méthode moderne 0,051 0,016 Utilise la pilule 0,009 0,005 Utilise le DIU 0,001 0,001 Utilise le cundom 0,010 0,005 Utilise la st~filisation féminine 0,032 0,013 Utilise la continence périodique 0,057 0,015 Utilise secteur public 0,738 0,117 Ne veut plus d'enfants 0,137 0,020 Veut retarder d'au moins 2 ans 0,361 0,038 Taille de famille idéale 6,420 0,354 Naissances pour lesquelles la mère a reçu une injection antitétanique 0,841 0,024 Assistance médicale/s l'accouchement 0,916 0,027 Diarrhée dans les demi&es 24 heures 0,033 0,010 Dimhée dans les 2 demi&es semaines 0,106 0,010 A reçu traitement SRO 0,331 0,087 A reçu traitement m&lieal 0,505 0,106 Ayant une carte de sant~ 0,693 0,049 A reçu vaccination BCG 0,866 0,044 A reçu vaccination DTC (3 doses) 0,611 0,058 A reçu vaccination polie 0 doses) 0,619 0,064 A reçu vaccination rougeole 0,792 0,028 Vaccin~ contre toutes les maladies 0,572 0,066 480 579,7 2,347 0,195 0 ,141 0,322 480 579,7 2,M0 0,161 0,207 0,403 480 579,7 2,021 0,170 0,150 0,305 480 579,7 0,908 0,074 0,204 0,275 480 579,7 1,137 0,037 0 ,611 0,710 359 439,5 1,093 0,oe5 0 ,681 0,784 359 439,5 1,514 0,051 0,637 0,783 480 579,7 1,506 0,063 2,896 3,738 84 104,9 1,308 0,062 5,969 7,672 480 579,7 1,322 0,055 2,556 3,185 310 382,9 2,055 0,034 0,857 0,984 310 382,9 2,310 0,079 0 ,621 0,852 310 382,9 2,462 0,157 0,304 0,582 310 382,9 1,964 0,263 0,072 0,233 310 382,9 1,285 0,316 0,019 0,083 310 382,9 0,945 0,568 -0,001 0,019 310 382,9 0,636 1,013 -0,001 0,004 480 579,7 1,218 0,567 -0,001 0,020 310 382,9 1,282 0,404 0,006 0,057 310 382,9 1,136 0,263 0,027 0,087 16 19,4 1,032 0,159 0,503 0,972 310 382,9 1,034 0,148 0,096 0,177 310 382,9 1,392 0,105 0,285 0,437 418 504,7 2,414 0,055 5,712 7,128 424 513,0 1,166 0,029 0,793 0,890 424 513,0 1,884 0,030 0 ,861 0,970 404 489,8 1,117 0,307 0,013 0,053 404 489,8 0,624 0,091 0,087 0,126 45 52,1 1,190 0,262 0,157 0,505 45 52,1 1,344 0,210 0,293 0,717 76 96,2 0,926 0,070 0,596 0,790 76 96,2 1,134 0,050 0,779 0,953 76 96,2 1,044 0,095 0,495 0,727 76 96,2 1,159 0,104 0,491 0,748 76 96,2 0,612 0,035 0,736 0,848 76 96,2 1,171 0,116 0,439 0,704 MARIS Résidence urbaine 0,168 0,036 80 96,7 0,850 0,213 0,097 0,240 Sans instruction 0,180 0,051 80 96,7 1,172 0,282 0,079 0,281 Instruction secondaire ou plus 0,209 0,083 80 96,7 1,808 0,395 0,044 0,375 Connalt une méthode 0,913 0,042 80 96,7 1,334 0,046 0,828 0,998 A uUlisé une méthode 0,585 0,135 80 96,7 2,431 0,230 0,316 0,855 Utilise actuellement une méthode 0,327 0,118 80 96,7 2,233 0,360 0,092 0,563 Utilise une méthode moderne 0,139 0,062 80 96,7 1,580 0,442 0,016 0,262 Utilise la pilule 0,020 0,014 80 96,7 0,900 0,703 -0,008 0,049 Utilise le DIU 0,005 0,005 80 96,7 0,626 1,025 -0,005 0,014 Utilise le condum 0,016 0,011 80 96,7 0,803 0,711 -0,007 0,038 Utilise la st&ilisation féminine 0,098 0,054 80 96,7 1,618 0,551 -0,010 0,207 Utilise la continence !~riodique 0,085 0,053 80 96,7 1,700 0,628 -0,022 0,192 Ne veut plus d'enfants 0,123 0,013 80 96,7 0,338 0,101 0,098 0.148 Taille de famille idéale 8,941 0,002 69 82,0 1,492 0,112 6,937 10,945 226 ANNEXE E TABLEAUX POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DES DONNEES Fableau E.1 Répartition par iige de la population des m~nages {~partition de la population (de fait) des ménages par ann6e d'~tge, selon le sexe (pond&~), EDS Cameroun 1991 Hommes Femmes Hommes Fenunes Age Effectif % Effectif % Age Effectif % Effectif % <I 345 3,7 360 3,6 36 74 0,8 81 0,8 I 339 3,6 334 3,3 37 69 0,7 69 0,7 2 290 3,1 359 3,6 38 82 0,9 87 0,9 3 364 3,9 376 3,8 39 63 0,7 56 0,6 4 366 3.9 311 3,1 40 158 1,7 134 1,3 5 325 3,5 332 3,3 41 52 0,6 58 0,6 6 362 3,8 379 3,8 42 62 0,7 60 0,6 7 316 3,4 330 3,3 43 48 0,5 51 0,5 8 334 3,5 337 3,4 44 46 0,5 46 0,5 9 271 2,9 279 2,8 45 93 1,0 83 0.8 I0 326 3,5 305 3,1 46 45 0,5 47 0,5 11 247 2,6 241 2,4 47 36 0,4 36 0,4 12 272 2,9 280 2,8 48 60 0,6 52 0,5 13 229 2,4 265 2,7 49 40 0,4 21 0,2 14 248 2,6 233 2,3 50 122 1,3 159 1,6 15 222 2,4 185 1,9 51 39 0,4 61 0,6 16 197 2,1 206 2,1 52 56 0,6 80 0,8 17 174 1,8 169 1,7 53 60 0,6 45 0,4 18 217 2,3 240 2,4 54 32 0,3 49 0,5 19 148 1,6 156 1,6 55 72 0,8 97 1,0 20 201 2,1 222 2,2 56 35 0,4 51 0,5 21 145 1,5 148 1,5 57 28 0,3 35 0,4 22 140 1,5 168 1,7 58 43 0,5 66 0,7 23 107 I,I 141 1,4 59 27 0,3 26 0,3 24 94 1,0 119 1,2 60 97 1,0 132 1,3 25 154 1,6 161 1,6 61 25 0,3 28 0,3 26 87 0,9 131 1,3 62 39 0,4 26 0,3 27 109 1,2 III 1,1 63 II 0,I 26 0,3 28 103 1,1 156 1,6 64 22 0,2 23 0,2 29 85 0,9 63 0,6 65 56 0,6 74 0,7 30 178 1,9 219 2,2 66 27 0,3 15 0,1 31 95 1,0 99 1,0 67 12 O,l 10 0,1 32 99 1,1 110 I,I 68 18 0,2 26 0,3 33 60 0,6 84 0,8 69 12 0,I II 0,I 34 77 0,8 84 0,8 70+ 183 1,9 216 2,2 35 138 1,5 146 1,5 ND 7 0,1 6 0,1 Total 9418 100,0 9983 100,0 229 Tableau E.2 Répartition par âge des femmes éligibles et des femmes enqu~tées Répartition (en %) par groupe dãges quinquennal de la population (de faiO des femmes de 10-54 ans dans l'anqu~.to ménage et des femmes de 15-49 arts anquSt~s, et pourcentage de femmes éligibles qui ont été anqu~tées (pond&~), EDS Camaroun 1991 Femmes dans l'enquête ménage Femmes enqu6tées Groupe Pourcentage d'åges Effectif % Effectif % enqu~tées 10-14 1325 15-19 955 23,9 919 23.7 96,2 20-24 798 20,0 778 20,1 97,5 25-29 622 15,6 618 16.0 99,3 30-34 596 14,9 562 14,5 94,3 35-39 439 11,0 418 10.8 95,3 40-44 348 8,7 332 8,6 95,5 45-49 239 6,0 244 6,3 102,1 50-54 393 15-49 3997 I00,0 3871 I00,0 96,9 Note: La population de fait comprend tous les résidents et les non-r6sidents qui ont don'ai dans le ménage la nuit ayant pré, céd¢ l'onqu~te. 230 Tableau E.3 Complémde de l'anregisu'ement Pourcentage d'informations manquantes pour certaines questions démagraphiques et de san tz, EDS Cameroun 1991 POUl~anlagu8 d'informations Type d'information Groupe de référence manquantos Effectif Naissances dos 15 demibros années Date de nalesance Mois seulement 30,7 9137 Mois et anné¢ 0,3 9137 Age au décès Naissances des 15 demlères années 0,2 1344 Age/Date du la 1 ~m union I Femmes non-célibatairos 0,2 3151 Niveau d'ins~zuction Toutes les femmes 0,0 3871 Poids å la naissance Naissancos dos 0-59 derniers mois pesé, os à la naissanc~ Anthropom6trle z Enfants vivants de 0-59 mois Taille 11,1 3189 Poids 11,2 3189 Taille et poids 11,3 3189 16,9 2131 Diarrhée dans les 2 demières semaines Enfants vivants de 0-59 mois 4,3 3189 ISans information peur l'åge et l'armée 2Enfant non mesuré 231 Tableau E,4 Naissances par année du calendrier Répartition des naissances par année du caie~drier pour les enfants survivants (S), d6c6dés (D) et l'ensemble des enfants (E), pourcentage de ceux ayant une date de naissance complète, rapport de masculinité ~ la naissance et rapport de naissances annuelles (pondéré), EDS Cameroun 1991 Pourcantage avec Rapport de Rapport de Effectifs une date de maeculinité naisssances de naissances naissance complète I à la naissance 2 annuelles ~t Années S D E S D E S D E S D E 90 680 40 719 96,1 82,1 95,3 98,3 62'4 95,9 89 603 58 661 89,1 64,7 87,0 91,7 143,1 95,3 95,4 96,0 95,4 88 586 81 667 78,5 55,6 75,7 92,5 142,3 97,4 93.5 118,5 95,9 87 650 79 729 78,3 58,6 76,2 107,5 113,4 I08,1 I14,8 100,9 113,2 86 546 75 621 80,2 53,3 76,9 115,0 129,0 116,6 86,9 75,0 85,3 85 606 122 728 69,4 46,9 65,6 84.9 91,6 86,0 110,3 125,0 112,5 84 554 120 674 64.6 51.0 62.2 111,9 142'9 116,8 98,1 107,5 99.6 83 524 101 625 65,9 42,0 62,0 91,4 108,8 94,0 97,0 92,1 96,2 82 526 99 625 61,4 35,5 57,3 111'5 73,9 104,4 111,1 104,4 110,0 81 423 89 512 68,4 40,3 63,5 101,8 69.2 95.2 86-90 3064 333 3397 84,8 60,5 82,4 100,4 119,6 102,1 81-85 2633 531 3164 65,9 43,6 62,2 99,2 95,9 98,7 76-80 1854 507 2361 62,4 34,8 56,5 97,2 I18,8 101,5 71-75 1230 364 1595 59,8 26,1 52,1 99,6 103,7 100,5 <71 1049 428 1478 48,4 26,1 41,9 112,5 134,0 118,3 Ensemble 9831 2164 11994 68,5 37,7 62,9 100,6 112,9 102,7 IMois et année de naissance déclar6s 2(NJNI)xl00, où N~ est le nombre de naissances masculines et N t le nombre de naissances féminines 3[2N,l(N,a+N,,l)]xlO0, où N, est le nombre de naissances de l'mmée x 232 Tableau E.5 Enregistrement de Fige au dèeb.s en iours Répmtidon des d~cès survenus, d'après les déclaratinns, à moins de 1 mois selon l'åge au décès en jours, et pourcentage de décès néonatals survenus, ' d'après les déclafafions, aux iges de 0-6 jours par pèriode de cinq ans i précédant l'anqu~t~ (pond6r6), EDS Cameroun 1991 Années précédant l'enquête Age au décès Total en jours 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 o 31 55 36 20 141 1 13 23 24 21 81 2 lO 9 lO 11 40 3 12 12 7 7 38 4 6 lO 5 3 24 5 4 9 6 6 24 6 5 8 4 1 18 7 7 11 24 11 53 8 5 4 1 0 10 9 2 3 3 0 7 10 3 1 3 4 11 11 0 2 1 0 3 12 0 1 0 0 1 13 2 1 0 0 3 14 4 10 6 5 26 15 4 3 0 0 7 17 1 0 1 0 2 18 1 1 1 0 3 20 1 1 0 0 2 21 1 6 1 2 10 24 0 1 1 0 2 29 0 0 0 1 1 30 0 0 1 0 1 NI) 0 0 I I I Ensemble 0-30 111 171 134 93 509 % ndonatal précoce I 72,7 73,1 67,9 74,5 71,9 10-6 jours/0-30 jours 233 Tableau E.6 Enregistrement de l'~ge au décès en mois R6pætition des décès survenus, d'après les dé¢larations, ~ moins de deux selon l'åge au décès en mois, et pourcentage de d&:ès survenus, d'après les déclarations, è moins de 1 mois par période de cinq ans pr¢e&lant l'enqu8te (pondéré), EDS Camaroun 1991 Années précédant l'enquête Age au décès Total en mois 0-4 5-9 10-14 15-19 0-19 < l mois I 111 171 135 94 511 1 13 29 16 11 70 2 15 20 24 11 70 3 16 9 20 16 61 4 6 7 6 4 24 5 3 5 12 9 30 6 7 14 10 5 37 7 9 15 16 12 52 8 6 14 10 10 40 9 7 9 5 4 26 10 3 12 3 3 20 11 4 10 6 5 24 12 9 25 29 24 87 13 8 14 13 4 39 14 5 9 4 5 22 15 9 3 6 0 18 16 3 3 4 1 11 17 5 7 6 1 19 18 6 16 10 7 39 19 4 2 3 1 9 20 2 5 6 1 15 21 4 0 1 2 8 22 1 1 0 0 2 23 5 3 4 0 11 lan 2 0 1 0 I 1 %néonatal s 55,6 54,1 51,3 50,7 53,0 1y compris les décès surv¢a-tus å moins de 1 mois, déclar~s en jours 2Age au d~r, ès déclaré est 1 an au lieu de 12 mois SMoins de 1 mois/moins de 1 an 234 ANNEXE F QUESTIONNAIRES MINISTERE DU PLAN ET DE REPUBLIQUE DU CAMEROUN L 'ANENAGEMENT DU TERRITOIRE Pa ix-Trava i l -Patr ie Conf ident ie l ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE QUESTIONNAIRE MENAGE IDENTIFICATION PROVINCE PROVINCE . . . . . . . . . . . . . DEPARTEMENT ARROND./DISTRICT V ILLE/CANTON/GROUPEMENT VILLAGE N ° de la STRATE . ARROND. /DISTRICT QUARTIER DE VILLE/LOCALITE N « du MENAGE . NOM DE L'ENQUETE(E) N « de la ZD ENQUETE MARI: OUI i NON 2 VISITES D'ENQUETRICE 1 2 3 VIS ITE FINALE DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE VISITE: HEURE iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii~ii~ JOUR . MOIS . ANNEE. • • EN~~~~RICE~ RESULTAT~oll NOMBRE TOTAL D DE VISITES *CODES RESULTAT: i REMPLI 2 MENAGE PRESENT MAIS PERSONNE COMPET. POUR REPONDRE 3 MENAGE ABSENT 4 DIFFERE 5 REFUS DE REPONDRE 6 LOGEMENT VIDE 7 LOGEMENT DETRUIT 8 LOGEMENT NON TROUVE 9 AUTRE TOTAL DANS LE MENAGE TOTAL DES FEMMES ELIGIBLES (PRECISER) TOTAL DE(S} D MARI(S) ELIGIBLE(S) N ° du QUESTIONNAIRE I I NOMBRE DE QUESTIONNAIRES ~-~ CONTROLE TERRAIN]~ONTROLE 1 sA~ NOM DATE BUREAU 237 ¢.0 (0) N • :1) m 01 02 03 O4 05 O6 07 O8 O9 10 ENREGISTRER L*NEU~E ET PREN~3N S'i[ vo~s pLait, donnez-moi le r~~ des pe~sc¢~~s quï vivent habîtu~[[em~lt dans votPe~êf~ge0uc~Ji ont dormi che~ vous (a ~it dernière, en c~ç~nt Par Le chef de - -ge , (25 I HEUR E LIEN DI PARENTI AVEC LI CHEF DI MENAGE ~ ~U~L es1 Le Li~ de I~rent ¢ de (NO~ ~vec h chef de mé~ge (3) F~ Y~ Y~ ~q MINUTES ~Ç~ SITUATZON SEXE AGE DE RESIDENCE =0~) I(NOM) (NOM) ~e( ~ge t*itl ~'t*iL/ t-il/ NOM)a- t Le elle Le de (/e(te? ibi* Idormi sexe æLLe-Idar~ ce ¢Pascu- nt r~énage Lin ou ,nE celLa nuit f&mi- "nage~ldem nln7 niere? (4) ($) (65 (75 ] NON~I N~ H F N ANNEE 1 2 1 1 2 1 2 Ç ~ 1 2 1 1 2 1 2 1 2 1 1 2 1 2 1 2 1 1 2 1 2 1 2 1 1 2 1 2 1 2 1 1 2 1 2 1 2 1 1 2 1 2 1211212 J~ 1 211 211 zl TABLEAU DE NENAGE Naînten~r~t nous vo¢¢lrior~ des re~~ei~ts sur Les personnes ¢pJî vî~t hab{tueltes~~t dans votre mênage ou qui habitent chez ~ ictue(le~nt. EDUCATION ENCADREMENT DES ENFANTS ~~* I E I POU~ CEUX AGIES DE NO[MS OE 15 ANS EL]G%B[LITE DES eMRIS I~) N~5 JO~l est le ~ T( lit-î t-il/!pLus haut ni- rx AI !LLe rLLe veau d'ét~s ~INS re ré- qu'il/elle 8 25 J :rire lentoe atteint et La 'éco dernière l) vl te? classe ~'iL/ /et[e elle a 8cheve ~o«e ce niveau?** ~o I '1 [ LE NI~AU SSER ST ~TERNELLE Q, NE RIEN INSCRIRE CLASSE (8) ~ (105 11) Il I I] I NIVEAU CLASSE II 1 2 ~ ~ 1 2 2 ~ A , 2 , A A I 2 , ~ A 1 2 2 ~ N , 2 2 A A , 2 , A N 1 2 2 ~ A , , ' N A ' ' , A A ' ' !sT-ce q¢ ~] EU VIE a mère lui m m~s îsÇ-ee iNOql au ~ la ~nde es! hère q~Ji :oujour s m mis !n vie? '.NOM) ak r, cr~de vl ~ar~ ce ;I 'NON j net~ge? lU 'NSP' îl OUI: »ASBER )ueL est L Q. 16 ;on nom? IOTER LE r, JMERO I~ .IGNE DE .A R1ERE 412) 413) Il NON MS 2, ÇÇ] 2B Ç[~ 2 , [ -~ 2 , [-Ç] 2 , [ - -~ ~,[-~ 2 , [ -~] PgLJt LES ENTOLIllER POUR CKAQUE FEMME SI E~ VIE FEMMES DE LE KPIERO EL]GI8LE EN UNION 15 b 49 ANS I*~DRE DES Est'ce FEMMES DE • Le mri/conjoînt ~e Le Est'ce q¢Je 5 /l &9 ANS de (NOM) vit'if pere qui (NOM5 est" VOIR Q.7) habîtUeLLement a mis Ipari•e ou QUI ONT dans ce Ir~¢ruage? (Idæ) au vit actuel- )ORMI DANS SI OUI: Quel est rr~ vit I~'~ent en LE RENAGE Son dates ce union? LA lUIT INSCRIRE LE NU~RI ~ge? OERRIERE DE LXGNE ~J MARI SI OUi: OUI A 0.5) EN FACE DE CELUI Ouet est DE SA fEI4N[ son r~m? NOTER LE SZ I~: INSCRIRE llU~RO DE 100~ EN FAŒEE OU LIGNE DU LMERO DE LII~E PERE DE LA FEMNE (15) (16) 41;') (181 OUI N~ I , D, M m. 1 °' M M '1 = ~-1 I F~L, 2 . » . OE r . . " - - . ~ . . . . " • • , " L -- . . . . . . . . . . • • • ,2 ,n l~ ~, ,2 ~n 1 .~-~.1 .1 , 1__2. ~ .1 ~. , 2 , ~ .1 -~. . ' . . . . . . - - ~ • ~ i • l n l , i • --. 1 2 ;1 Z ~Ç~ 1 2, , 1 , ~ i~1, ,~~21~1.12 . ,~1-11~ 1~, , ~1~1 ~.1 .1 , [-1-] 18 1 2 1 2 1 2 1 2 1 2 8 1 15 - - b • • z n • ~ n i t~ r-7 COCHER ]C I S I UNE AUTRE FEUILLE EST UTILISEE L'J klG4BRE TOTAL DE FEMNE(S) ELIG]BLE(S) I J J NCHBRE TOTAL DE MARI(S) EL•G]BLE(S) J [ ET NOTER LE NUNERO DE FEUILLE EN 1" PAGE I I I L-J JUste pour ~tre sure ~ J ' s i une Lîste compl~te: OE 1) y s-I:-iL d'autres persa~v~-s teLles (:Ne des petits enfants ou ~ n~rrissors ~ no~ n'avo~ pins ~rt6s sur fs Liste? OUI t I ,INSCRIRE CKACIJN(E) DANS LE TABLEAU 2) De ptt~, y-a-t-il d'a~tres persorv.,es qui he sont peut-6tre Pas mesures de votre famille tels q~le des ck~es'cJc:FJeS OU des QUI L~I LINSCRIRE CRACUN(E) DN4$ LE TABLEAU î(Gq I~1 æis qui viv~'~t habît~L[ee~~t date; votre Im!rmge? r-~ 3) En plus pe toutes tes personnes d~j~ Cît~'es, œevez-~~s des Jm'it~ O~ d~5 visiteurs teq)orairts, ou d'mJtres personnes OUI I I , INSCRIRE CNACUN(E) DANS LE TABLEAU MON c~î ont ~r~i dans votre m~~9e fs r~it perni~re? * Coo~s POUR Q.3 *" COOES POUR Q.10 LIEN DE pARENTE AVEC LE CHEF DE MENAGE: NIVEAU D+F.D(JCATZOM: 01 = CHEF DE REliAGE O= MATERNELLE 02= FEIq4[ OU MARI OU C.M. 1 s PRIMA]RE 03= FILS aU F]LLE DU C.M. 2= SEOONDA]RE G,~= BEAU'FILS CIJ BELLE-FILLE DU C.M. 3 = S~A~ER[EUR OS= ~ETIT*F]LS OU "FILLE DU C.M. 8 = NSP g6 z PERE g~J RERE DU C.N. 07= BEAU-PERE OU BELLE-îqERE DU C.N. I~~ FRERE QU SOEUR OU C.N. 09 z ONCLE ~ TkMTE Dt/ C.N. 10= CO.~;[N/OOUS]NE/MEVEU/N]ECE DU C.N. 11= AUTRES PMENTS DU C .M. 12 = SALIS pARENTE AVEC LE C .M. 9B" lise *** Cette ¢p~st~on concerne tes per~lts biotogiques de L'enfmtt. Noter 00 si Les per~ts ne ~t CLASSE: COE)ES SEL0g LES DIFFERENTS SY5TENES D'EDUCAT[G14 O;~W3[NS DIUNE ANNEE 8=NSP PQOE LE SUPEN[EUN: VQ]ll LE RANUEL D'[NSTRUCT|ONS P'RIKA;RE SECI~IDA [ RE ANGLOPHONE CODE]; FILANCIDPH(XqE ANGLOPNONE ::ODE S FRANCOPl4OqE INFAMT/CLAS$ ONE 1 SZL SIUOARD OmE/CLASS TgO 2 CP STJU~)ARD Tæ/CLASS THNEE 3 OE1 STANOAJK) TNREE/CLASS F(U~ 4 OE2 STN¢JOARD FaUIIt/CLASS FINE $ ~q l STANDARD FItÆ/CLASS SiX 6 CX2 STNIOA~ SIX/CLASS S~EVEN 7 FOM4 1 1 S [ Xl E14E/'I*ANNEE FG~q 2 2 CZ)W/J Z ENE/2"ANNEE FORN ] ] gtXATI ] ENE/3*ANNEE FOMq A 4 T I tO I$ ]E IqE /& 'ANNEE FORM 5 5 IC1]M~ LOk~N SlXTX ~Gg~q 6 PtBqI[Iî£ tJPP[R SIXT# ~GRN 7 T[m[NALE u W du mt~=e II* CIUESTIONS ET FILTRES 19 O~ vous 81~rovisi~4~ez-voul 1¢1 e•u pour faire te vals- sa l ie , pour Laver Les habîts et pour VOUS Lever7 PASSER CODES I A EAU DU ROBINET | ROI[MET DANS LE L(]G~I41EMT. . . .11~ RO6[MET DANSLACOU~ . 12Lr21 ROeINET DU VOIEl# . 13 IK]RME F(WTAINE . I& EAU DE PUITS PUITS A P<]4PE 14ANUELLE . 21 PUITS SANS PC(fE MAîCUELLE.Z2 EAU OESURFACE R[VZERE, SCIJRCE+ î4ARZGOT.*.21 EAU DE PLUIE . 41 AUTRE 51 (PRECISER) 20 COmbien de t m feue-t[ pour =LLer chercher il•au et et revenir? MINUTES . $1 90 MINUTES OU MOINS, ENREGISTRER EN MINUTES, HEURES . DANS LES AUTRES r.AS, ENREGISTRER EN HEURES. SUR PLACE . 996 21 pc~ur boire, utiLisez-vc~~ t'eau de La mime source ~ OUI . 1 u24 celle dont nous ver~~ de per(er? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z 22 Ou vo~s epprovisiorwez-vous en e•u peur t~lre dans votre e~r~9e? EAU DU ROBINET ROBINET DANS LE LOGENENI . . . . . l l - - -~ ROBINET DANS LA COUR . . . . . . . . . 12 ,2& ROBINET DU VOXS]N . . . . . . . . . . . . 12 IIOItME FONTAINE . l& EAU DE PUITS PUITS A POl4PE MANUELLE . 21 PUITS SANS POMPE MAKUELLE.22 EAU DE SURFACE R]VIERE, S~URCE, VakR[GOT,,,.31 EAU DE PLUIE . 41 AUTRE 51 (PRECIgER) ?-3 C~ien de ta*~ps faut-il pour aLLer chercher L'eau pour boire et revenir? MINUTES . $1 90 N]NUIES OU MOINS, ENREGI$1RER EN MINUTES, HEURES . DANS LES AUIRES CAS~ ENREGISTRER EN HEURES. SUR PLACE . 996 2& Quel typ~ de w,c. Utilisez-vous da~ votre ~ge? CHASSE D'EAU . 11 LATRINES LATR%NESA/4EMAGEES . 21 LATRINES SCIqNAIRES . Z2 PAS DE TO%LETTES/NATURE CIEL OUVERT . ]1 RIVIERE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]2 PAS DE W.C . 33 AUTRE 61 (PREC%SEA) 2~ Da~s VOtre ~na9e, •vez-vous? OUI MON L'4kect ricitt? ELECTRICITE . 1 Lire r Jdlo? RADIO . 1 U~ t 6LIvisian? TELEVIS%ON . 1 Un rtfrlger•t mJr? REFR IGERATEUR . 1 Une cuislnilre & gaz ou 4Lectrique? CUISINiERE . 1 Un r4ch•ud ~ gmz ou tlectrîque? RECHAUD . 1 Z6 DWlS votre mir~ge, combien de piëces utilisez-vous pour PIECES . dormi r? I I I 27 E 29 F Combien de personnes dorment dans La pi6ce o~ iL y • le plus de gens qui dor~nt? PAINCIPAL MATERIAU DU PLANCHER. (ENREG%STRER L*OSSERVATION.) Dæs votre ménage q~elqu*un poss/~de-t-ît: Une bicyciette/véio? une moto/motm:yc[ette? Une voiture? ENREGISTRER L'HEURE NOKBRE DE PERSONNES . I I I PLANCHER NATUREL TERRE . 11 PLANCHER soIrbtAIRE BOIS . 21 PLANCHER FINI CIMENT . 31 CARRELAGE . 32 AUTRE 41 (PRECISER) OUI NC~ BICYCçETTE/VELO . 1 Z ~OTO/MOTC(~YCLETTE . 1 2 VOITURE . 1 2 HEURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MINUTES . J 240 MINISTERE DU PLAN ET DE REPUBL IQUE DU CAMEROUN L 'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Pa ix -T rava i l -Pat r ie ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE Conf ident ie l QUEST IONNAIRE INDIV IDUEL FEMME Il IDENT IF ICAT ION I I PROVINCE PROVINCE . . . . . . . . . . . . . . [ « DEPARTEMENT N ° de la STRATE . ARROND. /D ISTR ICT V ILLE /CANTON/GROUPEMENT V ILLAGE QUARTIER V ILLE /LOCAL ITE NOM DE LA FEMME DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE V IS ITE : HEURE V IS ITES D 'ENQUETRICE 1 2 3 *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPL I 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE ARROND. /D ISTR ICT N « de la GRAPPE N « de STRUCTURE N ° du MENAGE . . . . . . . N ° DE L IGNE FEMME N « de la ZD VIS ITE F INALE JOUR. . . MOIS . . . ANNEE. . CODE ENQUETRICE 1 RESULTAT. . . iiiii!!~!!!!~!~~ i NOMBRE TOTAL iiiiiiiiii ii!! ~~~i!!~~~~~ DE V IS ITES ::::::::::::::::::::::::::: ::::::::::::::::::::::::::: ::::::::::::::::::::::::::: 4 REFUS DE REPONDRE 5 PART IELLEMENT REMPL I 6 AUTRE (PRECISER) ,, QUEST IONNAIRE FRANCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 LANGUE DE L ' INTERVIEW** ,, INTERPRETE: OUI (=i) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . * *CODES LANGUE: 1 FRANCAIS 3 FULFULDE 5 P IDGIN ANGLAIS 4 EWONDO 6 AUTRES NOM DATE CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SA IS I PAR SA IS I PAR 241 SECTION 1. CARACtERIST[QUES SOCIO-DENOGRAPHIOUES D[~ [H~ ETEEs N* | QUESTIONS ET FILTRES J CODES PA|Sl[ll I A 102 ENREGISTRER L ~NEU¢tE Pm~r ¢ommt~~er,je voudroil vous po~er q,Jetguel ¢~eetJor~ sur vous-Ce te votre m~r¢~Oe. Li ploe grlmde partit des 12 p~~ières ~~4~$ de votre vie e Irez'vous v~cu & YIo;Jnde/Dou~la ou une outre Clpitele, dan= ur~ autre ville, ou /I la cmgr~? YAOUNDE/DOUALA/AUTRE CAPITALE., ,I B AUTRE VILLE . 2 CA~IPAGNE . 3 103 Dep~ia COltlbien de temps h~bitez-vou~ de façon continue 6 7 (NOM DE LA VILLE, DU VILLAGE OU SE PASSE LSEW3UETE) DEPUIs LA NAISSANCE . 9rrJ~ VISITEUSE . c~[ç~~ LtO~ ANNEES . ~ i 10& JUSte ovent de vc~~e instiLLer $¢(, ævez-vous v4cu & yAOUNDE/DOUALA/AUTRE CAPITALE.1 m yio~nd~/Dc¢~te Ou u~4r I~Jtre (:af>tta~e. danm urm autre AUTRE VILLE . 2 I viLLe ou k Le cm9r~? CAMPAGNE . 3 105 QueLLe est votre date de naissa~e? ROIS . ÇI~ I i NSp HOIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ANNEE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP ANNEE . 9a 106 Guet est votre age? AGE EN ANNEES ~ i CONPARER ET COrRiGER 105 ET/OU 106 ST [#CGtqPATIBLE$ REVOLUES'***'~ ~ I I 107 Avez-vous fr~~/J~t~ L~~coLe? oe[ . 1 I NON . 2 ~111 1DI~ A I;~'el niveau sc°Lsire Le P Lus ~Lev~ ovez'vous ærreté PRIHAIRE . 1 I vos ~tudes: prî~aire, s~co~tre ce supérieur? SECOtIDAIRE . 2 I SUPERIEUR . 3 "°lv"":R?,;,~: ~ :~ ce niveau?* v~ SECONDAIRE L~ OU SUPER]EUR .11Z 111 Pouvez-votJs L i re et comprendre uhe Lettre o~ un journat FACILEMENT . 1 i facilement, avec dlfficuttl ou pas du tc~t? AVEC DIFFICULTE . Z I PAS DU TQUT . 3 112 Avez-v~s Lahabitu¢~e d'~couter Le radio, au moins une oel . ' I fois par sema&r~7 NON . 2 ~114 113 Avez-vous L'habitude d'6cc~ter k La radîo des ~~nissions ENTRE NOUS MESOAMES . A | SUr Le promotion de La fm~l~ ou sur te santé? CALLING TNE WONEM . B I SAMTE P~UR TOUS . C S% OU], LesqueLLes? DICAL NOTLINE . D AUTRES EMISSION$ FENHE/SANTE,,,,E AUTRES ENISSIO~S . F ENREGISTRER ]OUTES LES REPONSES CITEES AUCUNE ENISSION FEI~qE/SANTE.G NSP . H 114 Avez-vous L'habltu~~ regarder La t~ltvision, au moins QUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I une fois Par se~ir~? NON . 2 ~116 115 Avez-vous L,habitudede regarder & La té{évislon: OUI ~ I I pavittc~ ecran? PAVILLO¢I ECRAN . 1 2 HeaLth watch? HEALTH WATCH . 1 2 TOut feu tout femr~? TOUT FEU TOUT FEV$tE . I 2 F¢Jminine tin e? FENININE LINE . I 2 Les gestes q~i sauvent? LES GESTES OUI SAUVENT.t 2 116 QueLLe est votre religîon? CA]NOL%QUE . 1 i PROTESTANTE . 2 I NUSULNANE . ] AUTRE 4 (PRECISER) AUCUNE . 5 * C(X)ES SELON LES DIFFERENTS SYSIEMES D*EDUCAT[ON: 0=I¢(3]NS D'UNE ANNEE 8=MSP POUR LE SUPERIEUR: VOIR klANUEL D'INSTRUCTIOeIS PR]MAIRE SECONDAIRE I ANGLOPHONE ICODESI FRANCOPHONE I ANGLOPHONE iCCOE5 FRANCOPHONE I ]NFANT/CLASS ONE 1 $1L FORM 1 1 $1X[EME/I*ANNEE STANDARD ONE/CLASS T~~) 2 CP FORN 2 2 CING¢JIEHE/Z°ANNEE STANDARD T~X)/CLASS THREE ] CE1 FOAN ] ] GUATRIENE/]'ANNEE STANDARD TNREE/CLASS FOUR 4 CE2 FORM 4 • TROISIENE/4*ANNEE STANDARD FOUR/CLASS FIVE 5 CM1 FO@M 5 5 SECONDE STANDARD F[VE/CLASS SiX 6 CMZ LO~IER S[XTH F~M 6 PREMIERE I STANDARD SIX/CLASS SEVEN I 7 I - I UPPER SIXTfl F~N 7 TERMINALE 242 N o 117 1 118 119 120 PASSER QUEST]Oi4S ET FILTRE~ I c®Es I A «ueLLe est votre nati0~Lit6? I CAMER~J#A]SE . 1 | I AUTRE AFRICAINE . 2 I AUTRE . ] VERIFZER Q.k DANS LE Q~JESI].,A]RE 14ENAGE v LA FElelE ENOeETEE EST I I LA FEieqE ENC~JETEE N*E$1 PAS UNE RESIDENTE (~ RESIDENTE (IGUI' A 0 .6 («NON q A Q.& DANS LE ~4JESTIONNA[RE MENAGE) DANS LE QUESTIONNAIRE MENAGE) {7 ~201 Vivez-vous hsbit~e[Le~ent k yiloundé/I)o~4e(iJ, dans une yAOUNDE/DOUALA/AUTRE CAPITALE*.1 I lutre capitale, dan~ ~te autre vitre ou il te campagne? AUTRE VILLE . 2 I C~M~AGNE . ] Mainterlant je voudrai~ vous poser q~eLq~el q~esti~~ sur EA~ I OU RQ6ZNET J Le mên~ge dilns Lequel vous vivez habituetIl~lent. ROBINET DANS LE LOGEMENT.,,11 RONINET DANS LA COU~ . 12~122 O~ VOUS approvisionne;z-vous ~ elu pour filire Iii viii- ROBINET DU VOISIN . 1] seLLe, peur laver tes h~bits et pour vous Liver? BORNE FQi4TA]NE . 14 EAU DE PUITS PUITS A Pgl4PE MANUELLE . 21 PU[TS SANS F~4PE I~JUIUELLE., ,2Z EAU DE SURFACE R]VlERE, bOf~RCE. NARIGOT.]I EAU DE PLUIE . &l AUTRE ~1 (PRECISER) 121 Comblen de ¢erflps faut-iL pour il[[er chercher [neau MINUTES . et reveni«? SI QO NINUTES OU NO)NS, ENREGISTRER EN NI#UTES. HEURES . DANS LES AUIRES CAS, ENREOISTRER EN HEURES. SUR PLACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996 122 Po~r boire, utitîsez'vous l'eau de La mîme source ceLLe dont nous v~lc¢ls de plrLer? 123 Où vous approvislonnez-vo~ en eau pour boire dans votre ménage? OUI . 1---'~~12] NON . 2 EAU DU ROI[I]NET ROBINET DANS LE LOGEHENT.11-- 125 ROBINET DANS LA COUR . lZ-- ROB]#ET DU VOISIN . 1] BORNE FOMTA[NE . 16 EAU DE PU]T] PU%TS A PONPE MANUELLE . 21 PUitS SANS PæE MANUELLE.22 EAU DE SURFACE RIVIERE~ SOURCE. NAR]GOT.]I EAU DE PLUZE . 61 AUTRE 51 (PREEI$ER) 124 Combien de temps faut-iL p~Jr errer cherch=r Ileau peur bolre et revenir? MINUTES . SI 90 N[NUTES OU hO[NS, ENREGISTRER EN MINUTES. HEURES . DA~S LES AUTRES CAS, ENREGISTRER EN HEURES. SUR PLACE . 125 Quel type de w.c, utiLisez-vous dan~ votre m~,nage? CHASSE D~EAU . 11 I LATR[NES LATR]NESN4ENAGEES . Zl LATRINES S(~4NA[RES . 22 PAS DE TOILETTES/NATURE CIEL OEVERT . 31 RIV]ERE . 32 PAS DE U.C . ]] AUTRE 61 126 Dans votre rnénage, avez-vous7 OUI NCe L*eLectricite? ELECTR[CITE . 1 ur~ radio? RAD]O . 1 Une téLevJsJon? TELEVISION . 1 Un refrigérateur? REFRIGERATEUR . 1 Une cuisinière a gaz ou électrique? EUISIN]ERE . 1 Un réchaud à gaz ou 6Lectrique? RECHAUO . 1 127 Dans votre n~ena9e , Combien de pi6ces UtiLisez=vous pour P]ECES . ~J~ dormLr? I I I lZ8 I Combien de persortnes doraient dans kil pièce oü il y il Le NOMBRE DE PERSONNES . ~1~ I plus de gens qui dorment? I I I Terre? Bois? 129 J Pourriez-vous décrJre ER I p(ilncher de votre ~ogement? Est ce princip~len~nt: Ciment? CarreLilge? PLANCHER NATUREL: TERRE . 11 PLANCHER S(~~IA[RE: BOiS . 21 PLANCHER FINI CIMENT . ]1 CARRELAGE . ]2 AUTRE &l (PRECISER) 130 | Dans votre re~nage quetqu+un possede-t-iL: OUi #Qll I Une bicyc Let t e/véLo? BICYCLETTE/VELO . 1 2 Ur~ mot o/mot OCyclet t e? MOTO/MOTOCYCLETTE . 1 2 Une voiture? VOITURE . 1 2 243 SECTION ~, q[pRODUCTLDg PASSER N* ~JESTIONS ET FILTRES COOES I A æ i 201 Maint¢~~llnt je voudrais vous poser des questions lut OUI . , . , I to~Jtes le« ~issen¢e= ~ roui avez Mi durDnt votre I vie. Avez-vou~ dlj& e,J une ~i$$et~¢e? NC~d . 2~---~206 202 Avez-vous donn~ nlissance ~i del gerçonll c~J ~tl fifres OUl . 1 J quî h&bJtent lette(Lement I¥I¢: rOUi? I WOW . 2~204 203 Combie~n de ces 9ar ;ons h.bi tent .vec vous? GARCO¢iS A LA NAI SON . I~Ç~ ' Combien c~e ces f i fres hlbitent avec vous? ml FILLES A LA ~ISON . SI AUCUN(E), ]NSCR[RE '00 + , 206 Avez-vous cl~nn~ naissance i de= gerçons ou des fitte~ OUI . I I encore en vie et qui nqhabltent pss Ict~ellement Ivec I vous? NO$1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~206 205 COmbien de ces 9arçr~s encore en vie n*hQbitent pas GARCO$~S AILLEURS . [ ~ ~ avec VOUS? COmbien de ce~ fi(Le~ erPcore en vie n'habitent pas FILLES AILLEURS . ive¢ vous? S l AUCUN(E), INSCRIRE :00 L , 2~ I OUI . 1 Avez VOUS do~~ naissance Ii des garçons ou ~ des litres, n~{es) vivant(es) mais d6cldé(es) par La suite? I $J NON, INSISTER: Aucun(e) Qarçc~ OU fiLLe CNi m pleur~ NCe . 2 r208 c~ qui a nu*nifest~ un signe de vle q~JeL¢onq~e» mals qul n'a survécu que quelques he~Jres OU q~etq, Jes jours? 207 Coalblen de @arçons sont d~¢6d6s? Et combien de fi([es sont déc6dées? 5[ AUCUN(E), INSCRIRE LO0'. FAIRE LA SOMME DES REPONSES A 203. 205, E! 207, ET INSCRIRE LE TOTAL. SI AUCUN(E), ]NSCR[RE JO0', TOTAL . 209 210 VERIFIER 208; Je voudrais erre s~re d~svoir bîen cc~oris; vous avez eu au tOTAL __ na lssen¢es durant votre vie. Est-ce blen exact? INSISTER ET CORRIGER OU] NON ~ 201-209 SI NECES$AIRE PUIS PASSER A 210 » par aiLleurs, avez-vous eu certaines grossesses qui n'ont pas abouti h une naissance vlvante? oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 L212 211 Cont)len avez-vous eu de grossessesqul n*ont pais abouti ~une naissance vivante? NCI4ORE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VER[F]ER 208: ~ ~ J UNE OU PLUSIEURS ~ AUCUNE ml ~225 NAISSANCES l NAISSANCE I 244 21] Maintemant~ je vo~dr|is vous poser M[~~l,le$ que•tJor4 sur chacune de Vos rdli&ll/l¢~, ¢~J$eL[e• •oJ~/lt I~cor$ VIvMTte• OU noll. en comme~¢•nt ~r Il premi~re naissance q~e vous avez e~e. (INSCRIRE A 21~ L~ NOe DE TOUTES LES NAISSANCES. INSCRIRE LES JUMEAUX ET TRIPLES SUR DES LIGNES SEPAREES) 216 215 OENANDER Quel ~ I E~E A donr~ k votre ~ENQ*JETEE (premier, sui- I UNE DE Vint) enfin•? SES AISSANCES ETAI~ MULTIPLE ET ENRE- ISTRER LE GENRE GE AISSANCE: INPLE OU Å (Noe) 216 (NO~) est-ce n ~ar'ço fille? i 217 218 En~~et mois (NON)est- et quelle IL/elle • ~e est et~~oro ~(e) (NON)? en rte? INSISTER: Quand •tleu son anniver- sslre? OU: En q~mLLe ~riode/sai- 219 SI ENCORE VIVANT: Quel &ge • (NOM) m¢taLL¢~entl INSCRIRE L~AGE EN ANNEES REVOLUES m AGI EN ANNEES AGE EN ANNEES M AGE EN ANNEES M AGE EN ANNEES M AGE EN ANNEES AGE EN ANNEES M AGE EN ANNEES 220 SI ENCRE VIVANT: (NON) vil'Il/ eltet evec vo~llm? (PASSER A ] ~AI$,SUIV. )< NO!¢ . . . . . . . 2 I (pASSER A ] ~AIS*SUIV.)" NON . 2 OUI . 1] (PASSER A YklS*SUIV.)< NON . 2 OUI . 1] (PASSER A MAIS.SUIV.)ç NON . 2 (lUI . 1 (PASSER A ] NAIS.SUIV.)< NON . 2 OUI . 1 (PASSER A l NAIS.SUIV. 1< NON . 2 OUI . 1- (PASSER A NAIS.SUIV.)(, NON . 2 221 SI LIENFANT A ~JNS DE 15 ANS: Avec~JI vit (NON)? SI 1S+: PASSER A LA NAISSANCE SUIVANTE PERE . 1 AUTRE PARENT.2 ~JEL@U'UN AUT.,3 (PASSER A NAIS" SANCE SUIVANTE) PERE . 1 AUTRE PARENT.2 QUELG4JIUN AUT.] (PASSER A NAIS- SANCS SUIVANTE) PERE . I AUTRE pARENT. ,2 QUELOU ~UN AUT.3 (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) 222 Si DE(NON(E): @uet I~e evalt (l~q) quend il/•(La est ært(e)7 $ l m| Mn,INSISTER: guet ~ evslt'i|/ elle, 4mmols? INSCRIRE EN: JOUR Si NOIIS I îl~[ll MOIS $1KOIN i 2 ANS ANS SI ~ ANS IT PLUS SI DECEDE JIX~ NAI. JNSCRIRE:QQ JOUR JGURS. .~ ~lS,,. ANNEES. JOURS. NOJS . . . ANNEES. (NO4) (NOî4) % (NOM) (NQI4) % (NOM) 071 (NON) JOURS''~ NOIE. ANNEES. PERE . 1 JC4-~qS.llll j OE AUTRE PARENT.,.2 ~OZS. ~JELOUIUN AUT.3 ANNEES. (PASSER A NAIS- SANCE ÆIVANTE) PERE . 1 AUTRE PARENT.2 QIJEL~AJIUN AUT.3 (PASSER A NAIS" SANCE SUIVANTE) PERE . 1 JOURS. AUTRE PARENT.2 NOIS., QUELOU'UN AUT.3 ANNEES. (PASSER A NA[S" i ~~-~-~ SANCE SUIVANTE) AUTRE PARENT.2 ~IS. OUELGU'UN AUT.3 ANNEES. (PASSER A NAIS- SANCE SUIVANTE) I 245 216 ~15 DENANOER O~l r~ • 6t6 A don~ E votre *EN~JETEE ~fl~t suiv=nt? ;l UNE DE SES IAISSANCES ETA%T MULTIPLE ET ENRE- ;ISTRER LE GENRE DE IAISSANCE: ;II~LE OU MULTIPLE SIM~,.1 ~LT. **2 (NON) 216 (NOM) est-« n garçon fille? ~Rç. . 1 F ILL , .2 217 218 En ¢pJeL P~is (NOM)est- et queLLe iL/eLLe anr~e est e~¢ore né(e) (NOM)? en vie? INSISTER: QLJ.m~ • ri eu sc*n e, nnîver- ~aire? XJ: En queLLe ~rîo~e/sai- MO1S.~ OUI,.1 ANNEE,, NOM,,,~ i v 22~ 219 Sl ENCORE VIVANT: G~eL î9e a (NOM) sct~eKLement? INSCRIRE L~Ar.~ EN AMNEES REVOLUI~S AGE EN ANN•ES M 220 S% ENCC~E VIVANT: [NON) vit-il/ eLLe ævec vous? OU[ . I (PASSER A ] ~A[S.SUIV.)< NON . E 09 m SiMP.1 GANÇ*. I NO(S**- ~ OUI**-1 ANNEEsAGE EN OUI(PASSE R . A 1] MOLT*,,2 F]LL.2 ANNEE,+ NON,,,2 ~ HAIS+SU[V.)« (NON) vJ J I ] NON . 2 ! 222 221 222 SI L«ENFANT A $% DEçEOE(E): MOINS DE 15 ANS: Quel JO! Ivllt (NOî4) ~ iL/eLle AveC qui e=t ært(e)? vit (NO~)? S[ "1 AN«,INSISTER: Quel 6ge lV l i t - l i / e t (e , m mis? Si 15÷: PASSER A LA NAISSANCE INSCRZRE EN: SUIVANTE oeR S% MOINS I MO%S ~lS $1 MOINS 2A;dS MS $] E US ET PLUS SI DECEDE JOUR MAL %NSCRIRE:00 JOiJ~ PERE . 1 JCILmS. ~------ AUTRE PARENT.Z MOIS. 2 ~4JELQU*UN AUT,.3 ANNEES. 3-- (PASSER A NA[S . . . . SANCE SUIVANTE PERE . 1 JOURS,, 1 AUTRE PARENT,,.2 MOIS.,. 2 OUEL~~UN AUT,.3 ANNEE$* 3 (PASSER A NAIS . . . . SANCE SUIVANTE •] SiMP'''I GARÇ,«I NO[S,. OUI,,.1 AGE EN OU] . 1 PERE . 1 JOBS. . 1 J ANNEES (PASSER A æLT.2 •[LL.2 ANNEE,. NON.2 r ~ MAiS.SU[V.)( AUTRE PARENT.Z MOIS. Z (Næ) i I i i - v NON . 2 G4JELOU'UN AIJT.,3 ANNEES. 3 222 (PASSER A NAIS- ----~ SANCE SUIVANTE MULT.2 F]LL,,Z ANflEE. NON.2 NAIS.SUIV.) 'c AUTRE PARENT.2 MOIS. 2 (N=, M ~2 v NON . 2 GUELQUIUN AUT.3 ANNEES. , 222 (PASSER A NA%S- SANCE SUIVANTE 12J $1MP*''1 GARÇ,,1 MO[S,,, OU[.,.1 AGE EN (~1 . I PERE . 1 JOURS. I A~MEES (PASSER A - - - - MULT.2 F]LL,.2 ANNEE. NON.2 ~ NAIS*SUIV.)« AUTRE PARENT.2 MOIS. (~) I J I I ~- - - - v NON . 2 CAJELGAJIUN AUT.] ANNEE$, ) 222 (PASSER A NAIS" -- -- SANCE SU [ VANTE ) • ] - - - - - - 13J SINP.1 IGARÇ.,ll POIS., OUI.,1 AGE EN OU] . 1 PERE . 1 JOURS. 1 F[LL'" 2 Il ANNEES~lii (PASSER A -------- MULT.,2 ANNEE,, NON.,2 NAIS,SU[V,)< AUTRE PARENT.2 MOIS. (aO") ~ I [ i i i v NON . 2 O~JELQU'UN AUT.3 ANNEES. 5 I 222 (PASSER A NAiS . . . . SANCE SUIVANTE) I - m - SIMP.1 GARÇ.1 NO]S. OU] .1 AGE EN OUi . 1 PERE . 1 JOURS il ANNEES (PASSER A LA MUL%,.2 FIEL.,2 ANNEE,, N~q,,,~ NAISSANCE AUTRE PARENT.,2 MOIS. ~- (N OM ) 1 ~ SUIVANTE) l-- v NON . 2 G4JELGU'UN AUT.] ANNEES. $ 222 (PASSER A LA #A]S . . . . SANCE SUIVANTE) I I I I I I I I !23 CONpAR[It 208 AVEC LE NOMBRE DE NAISSANCES ENREGISTREES DANS LE TABLEAU CE-DESSUS ET NOTER: LES NONBRES LES NON8RES S~T LES PMEî4ES ~ SONT DIFFERENTS ~ ,. VERIFiER ET CORRIGER VER[FIER: pOJR CHAQUE NAISSANCE: LJANNEE DE NA]SSANCE EST ENREGISTREE pour CHAG~JE ENFANT VIVANT: LIAGE ACTUEL EST ENREGISTRE pOUR LE DECES A 1 AN: VER]FIER pOUR DETERMINER LE NOMBRE EXACT gE NOZS I !Z4 VERIF%|R 217 Et ENTRER LE NOMBRE DE NAISSANCES DEPUIS JANV[ER 19~ Sg[L NIy EN A PAS. ]NSCRIRE O. J J 6 N ° QUESTIONS ET FILTRES EES Etes-vousenceinteen¢emo~ent? PASSER COOES I A OUZ . 1 I :,~'~~~iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii:-],,. I 226 De c~~bilm de moî, ItH-vo~l enceinte? MOIS . I I I I i 227 Au n~~n[ où vous êtes tonte• enceinte: I m I -vouLiez-vous t~~qber er'~.einte ~ ce moment-Li, A CE MOMENT-LA . l-~m PLUS TARD . L_ ~ 2 231 -vouliez-vous ottendre PLUS tard, -ou vouLiez-v{u~ ne PaS tomber enceinte? NE VOULAIT PAS . 228 Avez-vous vos r~gLei en ce moment? OUI . ' J NON . 2 ~250 Jîb~AIS EU DE REGLES . ] ~212 EU NENOeAUSE . ~ L23~ 229 I{ y J ç~l~len de J OU¢~ que vo~ reg[e~ ont colmænce? JoeRS . J ~ l ''~P211 230 ]t y O coqlbiende teetlpS que vos dernieres r691es ont com~encé? JOURS . ~ SENAt~ES . MOIS . ANNEES . AVAHT LA DERN%CRE NAISSANCE.996 JAHAIS EU DE REGLES . 995 EH MENOPAUSE . 996 ~Z]2 231 A quel âge avez-vous eu vos premières r~gLes? AGE EI~ ANNEES . [~~ NSP . ç~ 232 z33! Entre te premier jour des r6gtes et le pre~lîer jour des regLes suivantes, y-|-t-it certainsmo¢ents pendant lesquels ~ femme • p{u$ de chance de tomber ~einte qu,~ d«•utre• nl~wnts? A quet m~lent du cy¢tel~.~strueL ~ femme• Le ptusde chencedetombere~¢einte? OU[ . 1 NON . 2 NSP . a~~301 PENDANT SES REGLE$ . 1 JUSTE APRES LA F%N DE SES ~EGLES . 2 AU M%LIEU DU CYCLE . 3 JUSTE AVANT LE DEBUT DE SES REGLES . 4 N*IkiP(~TE QUAND . 5 AUTRE 6 (PREC[SER) NSP . 8 24? SECTION ]: CONTRACEPTION 302 AVeZ-VOUS d6ji entendu 303 Avez'v¢~s d~j& 304 $ævez-vous ~ on peut ~lrter de (RETHODE)? utiLill (NIETHODE)? alLer(MEirf;OOE)?p<xJr se prGcurer LiRE LA DESCRIPTION DE CHAQUE NETHOOE. OU E ISP~4TAME . 1 OUi . I OUI . f oel/OE . 2 N(lq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i n M04~ . . . . . . . . . . . . . . . 2 MOI I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 v OUI/SpO~TAME . 1 QUI . 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ('JJI/DE$CR[PT ION . Z NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MON . . . . . . . . . . . . . . . 2 M~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 v OU]/SpONTANE . 1 OUI . 1 GUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 OUi/DESCR I pT ION . Z NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 MOM . . . . . 2 MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 v OUI/$PONTANE . 1 OUI . 1 : Odl . 1 OUI/DE5CRIPT ION . 2 NOM . 2 MON . 2 v OUI/SPONTANE . 1 OUI . 1 OUI . 1 OU [/OESCR I pT 10(4 . 2 MON . ] gON . 2 NON . 2 v GUI/SPONTANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Avez-vous subi une OUI . 1 GUI/OE$CR[PTION . 2 ~ration p~r ëvi- MON . ] ter d'avoir d'autres MON . Z enfants? Savez+vo~ o~ on peut l ) t t l r oe l . . . . . . . . . . . . . . . I pour sub î r un i op l r l t i an pour NON . 2 +viteP dllvolr d ' lu t te= I~lfl~ltl v OUI/$PONTANE . 1 Vot re marî/conjoint OJI . I OUI/DESCRIPTION . . . . . . . . . . . . . 2 a-t+iL subi une opé" ration Ix~r 6viser MG44 . Z d'avoir d'autres enfants? SlYe/-vou~ oh un h(mla~ pl'Jt aller pour subir une op~rstion OUI . 1 pour Iviter d'avoir d'tJtrel #0~I . 2 enfants? v OU[ISpONTANE . I OUI . I Savez-vo+.M~ oîJ [+0#1 I~t OUI/DESCRIPTiON . 2 obtenir des co~ei l l sur l a f l " #0¢4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] MOi+ . . . . . . . . . . . . . . . ~ çm ek+ pr l t ieF Je r I I cont ln~l pér i odi ~~e? OUI . 1 NON . v 0uz . . . . . . . . . . . . . . . ~ Ittl+ ++Itt+++M;+++]+NI]++tliiM+M+I+il+++tI+i[H+II[[LMIItt++[tltI~P+~ 09LABSTIMENCE En dehors de L'arP(~t OU[/SPONTANE . 1 •t••t•+lt••++•++•+••••+••••••tH••l+•++••+•++••+++•++•••t•l••••+••••lL•L•++l••[ll•tttH des raPPorts sex~e{s traditicm- OU[/OESCR]PTION . . . . . . . . . . . . . ~ il F~ZZZZEZZiZ31~~i~iliiFlilFLFi~iZZ~ZZiiSji~JiiiliiliFiZEili[~~ikliFFFi~ netiem~t observe après La ~OM., z ilLtiiiiiiiiiiiËiiMtllig!iliiliilË+iiili!11]P~~iliili!liiiiili!!ll!!il!i,~ n~issaPce, ¢lrtalns couples ~vi - sent d '=vo i r des rappor t= se - +,+ +i++l+ii,+++++++,,tL,,ttll,,i+iiiiit,++++t+~i,iittt,tlllll,~li,++=,,,l~=l +++# trr + p a+++~ rrl i i[IP[i xuets pendant des mis pour qm la femme ne tombe pas eoEeinte+ iiliiiilglll~ ~ i l i i i i ! i i l i m l l v 10110 RETRAil Certair~s hor~es font OUI/SPOMTAME . 1 OUI . 1 ii~ii~~~iiiJJi~i~!lliliiEl!~iiiiii~J~Ji[[E[mEi!ili~lllEiiiilliiiiii!lliii:iil ~lttention et se retirent avant iilJïiïli~~~Üllli~i!ll!!ililiïiiiii4~Uitil!ilil!liiiillHliiËl!illl!~ (TJI/DE$CR iPT ION . lii;i;H~ liJl] iii liE liiiliiil] i i i m~ ~ i i E liliiil E I I ill IUli llil IIIIIP~ NO~ ~ EIIIIIIlllIIIJ J J~PlilliFIEEEEEEim!i!iJ~ ~l~lllmEillmlmlmHmllllllll : t '+ jacutat ion tors des rappor ts 3] . liillll+l!l+l~~lllllllllllll!llllll]gNIIlllllllllllllllllHl,l,lll!llll seaue[s+ lamlp. ~mmw~ . v 1111AUTRES NETHOOE$? Avez-vous ! OU]/SPONTAME . 1 ~~;~~~~~~~~~LLl~L[~i~~~~~~~~E~~~~~~~~~~~~L~LL~~~~~~~~~~ss~~~~~~~~~~~~~~~~u~~~~;~~~ e~tend~ parier d'autres moyens ou mêthodes que Les fe~es ou NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]- ïii,iiii]iiiiiitt%mliiiiimiiiJi~ïtitïïlËïliËmiiiiiiiiiiËËii!ï l es ho~s peuvent ut+t i se r lll!lllf[[[llll!!l!i!!!l~flgl~lillll!!l!il!!illllllllll~l~Mihm pour *+viSer la grossesse? milll[EEllllllllllllllllllllllll~~~]llJ]lfl]lJIjd I fl]]ll/lffllllllllllllllg~mlllillllllllllMM~~gflMll I OUI . 1 +I~It~IEIEIEEtEIIE mm~E mEEllrllllmlmll+ iJm]m~mmm+ (PRECISER) MON . Z ~ ~1ilIIII!11i111111111tll IIIIIliilllll ~ ~ 1 1 i~llllmlllllllll ~ttl iiiiiiiiii1.~1 ithttlf~tt 2 oet . . . . . . . . . . . . . . . ~ +.~.~.~II. l~ ,m~~. . .» .~ {PREC] S~R) NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 !1!111!Ii!111!111~1111111!lllll!lllll~ttl~lJll~l~lll ~1~ ll~~li i iiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiit ~ i~tl i~ iit1111 iiiiiiiii t~!1!!1!11!!111~ iiIiIll!lll,m ~i"l!!n'tjilllll~ 3 m i . . . . . . . . . . . . . . . ~ . ~I~ . ~ ~ ~llmlllllllll mllllllllW m H B~tl~nl (PREC]SER) "(iii . Z IIIIIIIII ~ll~t 111119 ~IIiI~ItUltl il v AU 1401N$ UN "OUI" E~ (A UIILI$E) + PASSER A 308 v ~ 011PILULE Les rG.mes Peuvent prendre une piLule tous tes j c~Jpa. O021OIU Certaine= femmes ont un stlritet ou un dispositif intra- utlrln que te w~dec4n ou t*infir -mitre teur place dans [,utl~rus. 03 IN JECTI~$ Certaines f~mï~s O~reçoiv~t une plq4~re par un ~~decin ou une infirmière pour aviser de tomber atteinte pen- dlmt plusieurs ,,oit. 0~+ D [ APHRAGNE/NOUSSE/GE L E E Car sai- gnes fee~s se ~ttent & Ln in t~ - rieur" du vlgin une +ponge. des cori3)rinN~s effervescents, ~ dia- phral~e, ~ la 9erre ou de te crSme avant tes rapports sexuels 05 CONDON Certains hantes mettent O~Jun pr~servatlf (capote anglaise) pendant lai; rlpports sex+Jets. % +në+R ', ~'+ ' s%;E.:'e'n't"~ö;:'a: tion pour ne ptus avoir d'enfants 07 STERIL]5ATION HA$CUL[ME Cer- 07Jtain s hommes subissent une operation pour ne plus avoir d'enfants, 08 CONTIMENCE PERIOO]QUE Cer ~ 08jtair~ couples Irisent d+avoir des ra i+Ports sexuets certaîns jours oe cycle pendant Lesquels La femme est plus susceptible de tomber er+ceinte, on appelle cette mlthode la m+thode Oglno. 248 N e (~JEST[ONS E1 FILTRES 306 Avez-vous déjà utiLis~ Ou essayl~ un moyen q~etcor~Je pour retarder ou I~viter de tomber enceinte? PASSER CODES A m; . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ ] Nm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [ - - ] '~326 307 Que[(s) rr~yen(s) Ou ~thode(s) avez-vous utiLisa(g)? Hli~ ffffffi!i~!~fii!~~~1~~~~~1~H~~~~~ffrmi~ff~~i~~~~~i~~J~~~JJ~F~ffffm~~~~~E!~~~ii~i J II C~R[GER 303-305 (ET 302 SI NECESSAIRE) IHit)ii[[iiiliïP, iiïiiiP, t+l])il]IJil)lJIUlllil[Jl))lJll~~lllllllllllllJlll(fl~ 308 Combien d'enfant~ viwmtu Iviez-vc~l au mo~nt o~. pour 3{;9 310 311 312 312A OU+ pour La proeiere fois. vous æv=z fait q+atq~e chose OU uti[isé ~ i~thode pour &virer de tomber ef¢einte. SI AUCUN, INSCRIRE '00'. VERJ~[ER 225: OU PAsPAS ENCEINTEsuRE ~ ENCE]NTE [~ v NOMBRE D+EI~FAMTS., . 313 VER[FIER 303: FEMME MON FEI'~4E SIER]LISEE vL~ STER[L[SEE Ç-I En ce mo¢ent, faltes-vous q~eLqq,Nt chose OU utilisez-vous une methode pour ~viter de tomber er~ceinte? guette r~thode utitlsez-vOUS actueLLement? ENCERCLER ~06' p(~JR LA STER]L]SAT)Ot4 FEM]N]NE L326 I ~3121 OUI . 1 m i NON . 2 ~326 PILULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 01~]14 DlU . 02 ]NJECIlONS . 03~ DIAPNRAç~E/MOUSBE/GELEE . . . . . . . . 04 319 COI4DON . 05 $TER]LZ$AT ION FEN]NZME . 06 STERILISAT[ON 14ASCUL ] NE . O? CONTINENCE PERIOe IGUE . ABSTINENCE . RETRAIT.* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 AUTRE ,3~ (PRECIBER) a Quand vous avez uti&is6 la continence ptri¢<lique la dernière fois, comment avez-vcxJs d~te~min~ [es jours O~J iL fattait ~viter d~avoJr des rapports sexuo[s? CALCUL DES JOURB/CALENDRIER.I~ TEN,'ERATURE DU CORPS . 2 HETNOOE DU MUCUB CERVICAL 325 (81LL[NG$) . 3 TEHPERATURE CORPS ET MUCUS . 4 AUTRE 5 (PREC[$ER) 314 AU moment où vous avez commencd ~ utiliser La piLuLe QUI . 1 | pour La priEUre fois, avez-v~s consu[t~ un nNLde¢inf WON . 2 I une sage femme ou une i n f i rmière? NSP . 8 315 Au r~~nt où vous vous ~tes procurë des piLuLes ka CUl . 1 J dernière fois, avez/vc~Js co~suLt~ un~ecin, une I sage-fenrr~ ou une infirmière? NON . 2 316 317 318 ]18~ Puis.je voir te paquet des pliures que vous ut i l i sez en ce tr~¢~ent? (NOTER LE NOM DES P[LULES) Corw~aissez-vous te nom des pilules que vous utilisez en ce mo:«mnt? (NOIER LE NOeOES P]LULES) Cottlbien vous co~te une boite de pJLuLes? (NOTER LE PRZX) Pour combien de cycles utiLisez-vous cette boite de pliures? (NOTER LE NOMBRE DE CYCLES) I ENBALLAGE VU . 11]~~~318 NOM OES P[LULE$ ~.~ ENBALLAGE N(~ ~1 . 2 | ,~OE, PILO,. m i NSP N~DES P[LULES . 9B PRX . . F~T~iu O"'Ol' . - - goîqSRE DE CYCLES 249 M, 319 QUESTIOeIS ET FILTRES VERIFIER 312: ELLE/]L ES' ~Ç~ UTILISE UNE AUTRE [~ STERIL ISE MIET HOOE Est-ce facite o~~dif- E=t-ce f~ci~e c~~difficiLe fic4~e de se faire de se procurer (HETHCOE)? stériliser? CODES FACILE . 1 DIFFICILE . ,.2 PA$~»EI A 3ZO VERIF]ER 3t2: ELLE/[L EST ~ UTILISE UNE AUTRE $1ERIL]SE ME| KOOE r [ v v Où svez-vous fiait flire C~ iavez-vous obtet~J la stérilisatiotl?/OîJ votre (~ETHCOE) le dernil- luri/cot~joint e fait faire re fois? te stér i [ isat ior*? (N(T4DE L'E~DRO[T) SECTEUR PUBLIC HOeITAL PUBLIC . 11 P.M.[ . 12 CENTRE DE SANTE PUBLIC . 13 PROPNARMAC[E . . . . . . . . . . . . . . . . . . I k SECTEUR MEOICAL PRIVE HOP. PR]VE CONFES$]Ot4NEL . 21 Hoe. pR%VE LA[C/CLINIQUE . 22 O[SpENSAIRE M%SSIONNAZRE . 23 PHARMACIE . 2& AUTRE SECTEUR PRIVE EGLISE . 31-- CONNA]SSANCE$/PARENTE$ . 32 AUTRE &l (PRECISER) #SP . 98--- ~3Z) 322 I Est-ce facile ~udiffici[edese rendre I (NUI4DE LIE~DROI])? VERIFIER 312: UT]L[SE ELLE/IL r UNE AUTRE ES T STERIL[SE(E) L~ NETNOD E Ç~ 324 En quet mois et queLLe a~e avez-vou= tact-iL) ~tê stér~tlse(e)7 FACILE . 1 O]FFIC[LE . 2 I ~OIS . ~ 3 3 7 ANNEE . L ~ ~ | 323 Depuis combien de mo4s utiHsez-vous (METNOeE ACTUELLE) XOIS . 337 de façon continue? 8 A~SOU PLUS . S[ MOINS DE 1 MOIS, NOTER )001 , I 326 Avez'vous Ll~~tentio~ d'utiLiser une méth°~e p°ur éviter| OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I de tomber enceinte dans L'avenir? I NON . 2 =330 ~SP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 L333 327 Quelle ~thode prêf~rerîez-vou~ utitiser? PILULE . 01 IDIU . 02 INJECTIONS . O] D I APHRAG/4E/MOUSSE/GE LEE . CO~JDOI4 . 05 STERIL[SATION FEM[NINE . 06 STER]LISAI ION ~SCUL [NE . 07 COIIT I NENCE PER[OOIQUE . 08 ABSTINENCE . 09 RETRAIT . 10 AUTRE .11 (PRECISER) NSP . 98 32B Dans combien de temps avez-vous [~int~tion d~uti[iser MOIs . FF] (METHOOE PREFEREE)? I L t NOINS DE 1 NO]S . Si 1 MO]S OU PLUS« iNSCRiRE LE NOMBRE DE N01S NSP . oo 198 ~331 SI NON, ENCERCLER LE CODE APPROPRIE I 329 Pourquoi n'utiLisez-vous pas (NETROOE PREFEREE) d~$ fft~intenant? ENCE]NTE . 01-- î~E#O~RHEE/ALLAiTEMENT . OZ PARTENAIRE DESAPPROUVE . 03 VEUT OES ENFANTS . 04 COUT TROP ELEVE . Oç PROBLEMES DE SANTE . 06 O]FFtCILE A OQIENIR . 07 FAMILLE DESAPPROUVE . 08 RAPPORTS SEX. PEU FREQUEMT$.09 NON NAR[EE . 10 AUTRE 11 (PRECISER) NSP . ~331 250 10 PASSER N* QUESTIONS ET FILTRES COOES A 330 QUeLLe est La principale raîson pour Imite vous VEUT OES ENFANTS . 01 n'avez pas L'intention d'utiliser une Mthobe? MANOUE DtZMFORNATIO~ . OZ PARTENAIRE DESAPPROUVE . 03 COUT TROP ELEVE . 04 EFFETS SECOIdDAi RES . 05 PRO6LEME$ DE SANTE . 06 O[FFIC%LE A OOTEN[R . O? REL[G%ON . 08 OPpOSEE A LA PLAN[F. FAMILIALE.09 FATAL%STE/CA DEPENO DE DI[U.IO FAMILLE DESAPPROUVE . 11 RAPPORIS SEX. PEU FREG~JENT$.12 D%FFZCULTE A TOMBER ENCEINTE.*.13 MIEMOPAUSE/STER I L I SAT Ioe . 14 K~L CO~btC~E . 15 NON MARIEE . 16 AUTRE 17 (PRECISERI NSP . 96 332 O~ pouvez-vou~ vous procurer (METHOOE CITEE A 327I Le SECTEUR PUBLIC p;us faciLer~nt? HOPITAL PUBLIC . 11-- (HOMDE L«ENDROIT) 333 Co~ai~sez-vous La~ er~droit o~ on peut se prc¢urer ur~ m~thode de pLanification familiale? 334 Quel endroit connaissez-vous où on peut se procurer Le plus faciL~nt une ~'thcde de p&anificati~ familiaLe? p.M.I . 12 CENTRE DE SA#TE PUBLIC . 13 pROPHARI4AC I E . 14 SECTELkR MEDICAL PRIVE .335 HOP. PRIVE CONFESSIONNEL . 21 HOP. PRIVE LA]C/CLINIQUE . 2E DISPENSAIRE Ml SSIONI4A%RE . 23 PHAR;4AC%E . 24---- AUTRE SECTEUR PRIVE EGL[SE . 31-- CONNA [ SSANCES/PAREHTES . 32 AUTRE 61 o337 (PRECISER) N5P . 98~ OUI . 1 I I ROt4 . 2 ~337 (NCI4 DE LIENDRO]T) SECTEUR PUBLIC HOP% TAL PUBLIC . 11 P.N.% . 12 CENTRE DE SANTE FU(ILIC . 13 PROPHARMAC I E . 16 SECTEUll MEDICAL PRIVE HOP. PRIVE CONFESSIONNEL . 21 HOP, PRIVE LA%C/CLINiQUE . 22 D] SPENSAIRE MISSIONNAIRE . 23 PHARMACIE . 26 AUTRE SECTEUR PR%VE EGLISE . 31 -- CONNA I SSANCE S/PARENTE$ . 32 AUTRE 41 -- (PRECISER) --337 33S Combien de tends faut-iL pour aLLer de chez vous 6 H%NUIES . (NOM DE L'ENORO]T)? HEURES . SI 90 HIHUTES OU ~]NS, ENREGISTRER EN MINUTES. DANS LES AU;RES CAS, ENREGISTRER EN HEURES, OU EN JOURS. JOURS . NSP . 998 336 Est-ce facile ou difficile de se rendre 6 FACILE . 1 (NOM DE L~ENDROIT)? DIFFICILE . 2 337 Au cours d~ mois dernier, avez-vo~s entendu ~ tu un n~ssage sur te pLanning feuillue: oeZ NON /I La radio? RAD[O . 1 E LB télévision? î'ELEVI SION . 1 2 dans un journsI/revue o~t svr une affiche? JOURNAL/REVUE/AFFICHE.,1 2 33B Etes-vous pour ou cor~tre te diffusion d'informations POUR/BON . 1 sur te planning famîtîat k te radio ou k La t6L6visio~? CONTRE/MAUVAIS . 2 NSP . 8 11 251 ~~ÇT~ON 4.A. GROSSESSE ET ALLAITEMENT VERIFIER 224 : UNE OU PLUSIEURS NAISSANCES DEPUIS JANV.19~6 AUCUNE NAISSANCE DEPUIS JANVIEA 1986 I [ m. PASSER A 601 602 IN$CRXRE LE N" DE LIGNE, LE NOM ET L+ETAT DE SURVIE DE CHAQUE NAISSANCE DEPUIS JANVIER 1986 DANS LE TABLEAU. POSER LES QUESTIONS A PROPOS DE TOUTES CES NAISSANCES EN CONMENÇANT PAR LA DERNIERE NAISSANCE. (S~IL Y A PLUS DE TROIS NA%SSANCES, UTILISEZ UN QUESTIO¢INAIRE SUpPLENENTA]RE.) Mllintcf4nt, je voudrait vous poser e~ltLq~4s q~llstiorll lur L* i t l t de iintî des enfllmtS que vu avtl eul lu cours dal ¢i~ derr=J~lre$ a~e~es. #c~~~ coz]m~f~cir~~ll par ~i derctJ~~le PA~iSgB~e ~ V~~JI ivez M. N" OE LIGNE DE LA Q. 21k SELO~O. 214 ET Q. 21B 603 | AU ~~~~.nt o~J VOUS etes tombée I ef~einte de (NOi~), voutiez-vous toqt~r enceinte ççlllOl~'nt-t&, vouLiez-vous itter¢lr« DLus tard o~ vouliez- v(~~ ne DLUS avoir d'enfant? DERMIERE NAISSANCE AVANT-DERNIERE NAISS. AV. AVANT-DERNIERE MAIS$. 'oM ç~-'i NOM Ml~ - - - - - v,vAN,~ DE«D~ç V'V'N'O DE~~DE~ V'V"' ~ D'«OE v / v V V v n v I A CE MOMENT'LA . 1 A CE 14Ol4.ENT-LA . 1 A CE î4C~i~NT'LA . 1 (PASSER A 405)< (PASSER A 4~)'c (PASSER A 40~)c / PLUS TARD . 2 PLUS TARD . ~ PLUS TARD . Z NE VOULA[T PLUS . . . . . . . . . . 3~ NE VOULAI! PLUS . ] NE VOULAIT PLUS . (pASSE R A 40S)< I (pASSE R A 405)< ] (pASSER A /~D~)« ~] V~JLU i t tendre? )îOIS . MOIS . ~IS . . . . . . . . . . . . . A~~EES . ANNEES . ANNEES . ~SP . 998 NSP . 998 NSP . 996 g~nd vous êtiez enceinte de (NON), avez-vous consutt~ q~etqu'unpour ~es soins pr6- r~tJ[l ¢or~ernan~ cette Orossesse? SE OUI: QUi avez-vous consuttE3 QU~LO/~*~ d'autre? INSISTER SUR LE GENRE DE PERSONNE ET ENREGISTRER TOUTES LES PERSONNES VUES. PROFESSIONNEL DE SANTE MEOECIN . A IMFIRN]ER/[NF[RMIERE SAGE-FEîq4E . B AIDE SOIGNANTE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRAOI- TIOdI~ELLE . D ~.~TRE (PRECISER) 1ON/PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . F (PASSER A 409)< PROFESSIONNEL DE SANIE MEDEC[N . A [ME[RMIER/INFIRMIERE $AGE-FEi~4E . B AIDE SOIGNANTE . C AUTRE PER~d~INE ACCOUCHEUSE TRADI- TIONNELLE . D E AUIRE (PRECISER) NON/PERSONNE . . . . . . . . . . . . . . F (PASSER A 409)< PROFESSIONNEL DE SANIE NEDECIN . A [MFIRM]ER/INFIRMIERE SAGE'FEMNE . I AIDE SOIGNANTE . C AUTRE PERSONNE ACCOUCHEUSE TRADI" TIOI~NELLE . D E AUTRE E (PRECISER) NON/PERSCqNE . F (PASSER A 40Q)< 406 Avez-vO~S un carnet de NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 oel, VU . 1 QUI, VU . 1 GUI. VU . 1 COnSU[tatîo~ prénatale pour OUi, NON VU . Z OUI, Moe VU . 2 OUI, NON VU . Z Cette grossesse? SI OU[: Puis-je {e voir. s'i{ NON, PAS DE CARNET . 3 N(]~. PAS DE CARNET . 3 NON, PAS DE CARNET . • vc~s plaît? NSP . B NSP . 8 407 0e :o~~e. de ~~s ~tie»vous FT~ ~ enceinte quand vous avez con- ~loIS . I I I Æ[s . I [ I ~Xs . I i i SUtt6 quetqu~~Jn pour (a pre- I I I mikre fo i s concernant cet te grossesse? NSP . 98 NSP . 98 NSP . ç~ VER[FIER SUR LE CARNET DE CON- SULIAï" ]OId PRENATAIE 408 COmbien de visi t es prénat at es ~ ~ avez-vcus tait per~lant cette NI~48RE DE VISIIES. N~4BRE DE VISITES. NOMBRE OE VISITES. grossesse? VERI FIER SULIAT fO NSURPRENATAç ELE CARNET DE COE¢- NSP . 98 NSP . 98 NSP . 9e 409 Q~r~l vous itlez eoEelnte de [NOIe) vous i-t-on tait une pi- OU] . 1 OUI . 1 OU% . 1 qÛre dans Le bras pour évlter . u . . 0 , . , , r . . r ~e t« . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 , . . ~~ c'est-~-dire tes convutsic.ns (PASSER A 411)( ~ (PASSER A 411)( ~ (PASSER A d.11)ç après (11 PaissaoEe? ~Sp . NSP . NSP . VERIf[ER SUR LE CARNET DE CON- SULTAT I0~ PRENATALE ,,DA . delo~ . IZ] IZ] 12 cambien de fois avez-vous eu 1(314811 . NOMBRE . NONBRE . cette piqûre7 ,~JLTAT Io~VERIFIER SURpRENATALELE EARNET DE CON- NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 RSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 NSP . 6 12 252 i mm N* OE LIGNE OE LA Q. 216 (MOîq)? DERM%ERE NAISSANCE NON A LA MAISON . 11 SECTEUR PU8L[C MATER#ZTE . 21 NOelTAL FUBLIç . EE CENTRE SANIE PUBLIC.2] SECTEUR PRIVE ItOP.PRIVE CONFESS . 31 NQP.PR%V.LAIC/CLIN[QIJE.~2 D]SPE~S. MISSION . E~ kUTRE 41 (PREClSER) AVAMT -DERM] ERE MA[SS. E~4 A LA NAi,~ . 11 SECTEUR PU6L]C MATERMITE . 21 KOPITAL PUBLIC . E2 CENTRE SANTE PUèLIC.2~ SECTEU~ PRIVE HOe.PRIVE CONFESS . ~1 HOP,PR[V,LAIC/CLINIOUE.3~ OISPE#S. MISSION . 3~ AUTRE ~1 (PRECISER) AV. AVANT-OERN]ERE NA]$E, LA NAI~ . 11 $[CTEURPU'BLIC 14ATERNITE . EI HQP)TAL PUIIL]C . 2E CENTRE $AMTEPUILIC.23 SECTEUR PRIVE I+C~.PR]VE CONFESS . ~1 KOP.PRIV.LA[C/CLI#]QLIE.]2 DISPENS. N;$SlON . 33 AUTRE ~1 (PRECISER) 41E Gui VC~S a ~ssisté t~mç¢ot*¢hen~nt ~ (NOM)? TNSISTER SUR LE GENRE DE PERSONNE ET ENREGISTRER TCUTE$ LES PERSONNES C]TEES. PROFESSIONNEL DE SANTE MEDECIN . A ZMF]RM]ER/[NFIRM]ERE SAGE-FEI~qE . B AiDE SOIGNANTE . C kUTRE PERSONNE ACCOUCNEUSE )RADI- T]ONNELLE . D PARENT . E &UTRE PROFESSIONNEL DE SANTE MEDECiN . A IMF IRMIER/]MF I RMI ERE SAGE - FEMI4~ . AIDE ~1C~IAN TE . . . . . . . . . ~ AUTRE PERSONNE ACC~CHEUSE TRADI- TIONNELLE . . . . . . . . . . . . 0 PARENT . . . . . . . . . . . . . . . . . E F AUTRE F (PRECISER) PERSO~#E . G PROFE$SZONNEL DE SANIE NEDECIN . A [MF IRNIER/IIF Jl~J ERE $~kGE- FEMME, *, * . B AIDE SOI GNANTE . C AUTRE PER S(~MNE ACCOUCHEUSE TRADI - T[~44NELLE . . D PARENT . ~ . AUTRE F (PREC]SER) (PRECI$ER) RSO~NE . G PERSONNE . G 41~ NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 A TERME . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 EN(Y4) es t - î t /eLLe né(eS& terme, A 1ERI4E . 1 A TERME . 1 c'est-è-dire au bon moment, ou pr ~mat ~tLqllent, c~est -à-dire , PREMATUREI4ENT . 2 PREMAIUREMENT . ~ PRENATURENEN T . trop tôt? NSP . B NSP . B ~1~ A combien de mois de g . ~ Ç ~ ~Ç~ avez-vous ~ccouché? t,~IS . MOIS . MOIS . NSP . 98 NSP . 98 NSP . 98 415 par Avez - vc*Js cEsllr ienne,ll¢¢°~'~hèc~est de I~( MOI4 )dire NoNOUI . . 21 OUI . 1 OUI . 1 vc~as a-t-on ouvert Le ventre NON . 2 NO~ . Z pour sortir &~enfant? 616 m (NOM) e-t-il/elle été CUl . 1 (XII . 1 OUI . I I pesé(e) & la na issance? NON . ,2~ NON . .~~2 BON . .~]2 PASSER A ~ 8) • (PASSER A 418) (~ (PASSER A 618) <~ "~ J ~~~"~"'t-'"e''e? OR.ES . . . . . . ~ ç ~ GR--ES . . . . . . ~ OR--S . ~ NSP . 999B NSP . 9998 NSP . 9998 ~18 I Quand (NON) est nè(e), PLUS GROS QUE MOYENNE.1 PLUS GROS QUE MOYENNE.1 PLUS GROS QUE WOYENNE.1 I ~tait -t L/el~e: MOYEN . 2 MOYEN . 2 WIYEN . 2 plus gros(se) q~e La oeyenne. PLUS PETIT QUE MOYENNE*.] PLUS PETIT QUE MOYENNE.] PLUS PETIT QUE MOYENNE.] n~*y~~'~(ne), TRES PETIT . 4 TRES PETIT . 6 TRES PETIT . & pLUStrès petit(e)?petît(e) que La moyerme, NSP . 8 NSP(PASSER . A 620) 8 NSP(PASSER . A 420) 8 419 il Vos règles sont-eLles rever~Jes NON . 2]" d~o,~is t~ ~iss.~e de (NO,)? oez . (PASSER A 421)< Il !iii))))U)UiUili!ILiU!iii!ii~!l[iiFI i ) ) I!!i!!iilllii)i)iii))))i)))i 420 | VOS règles sont-eLLes revenues ] ~] ] ~ ] I I Iii lllllF)H) IF OUi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ~~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I entre (a r~issance Ce (NOI4) et votra suivante? grossesse I I !ll!E[i[[il[il;[ilJ[iiiH i i iiiilE~i~Eiiiiiiiiiiiii;;iii]lllilUi I (PASSER A 424)x (PASSER A ~-261¢ ,2 Apr, L.~i . O.(N~) Fç l IT ] 1P i pendint combien de mois vous t401S . MOIS . MOIS . n'av,:TE oas eu de r~g&es? NSP . 98 i NSp . 98 MSP . 98 ENCE]NZE OU il))))))))))) i ii)))J))))lH i)iiJ[i l)i] IEE~i[ii!iiiiii4iiiUi iiiiHii~i . ,=.:=,l],l]ll hier{.,!.4~ '~ il iii UIiU= FEMME ENCEINTE? PAS SURE ~ ;,lili~~i~lt~~~~~~~~~~~~i F~El~t~~tiFi i1~ fl!ilfii!fli U i!i!i!iiiiiiiiiiiiii!ilU~lr Ll[[[~!! [![i ii)[!ii[iii~!li~ ]]/l . I . , (PASSER A 42•) : [ ~ ~ 623 I Avez-vc"Js repris Les rapports OU] . 1 m i I i! ~ iiiiiiii::::::::::::::: u ' ~ E F ~ ] ) ]ii~fi fl IIDL~IE)IEIID [) J 1 k I]I I (NON)? NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ " ~ [ ~ )~ ) ; ~) !Hi )))~H)~~)~E ))H)))IL U U U J iil J) U)))))))J~))O ))))) J))))l)i )iii]il)il J(J)(m NIIIIIIIII!! ) i~)il)i)!~~~ii~iiiiiii~iiii!i!i!i!!~~~)))))E~i)llll l[k[[ii~)iiiiiiii~~~H [F~ llii~~!!iii~Nii!iii~i!l~~ PASSER A 425 • ] pendant combien de r r~ is vous MOIS . . . . . . . . . . . . . . . (¢g)lS . . . . . . . . . . . . . . . MOIS . . . . . . . . . . . . . . . n*ave~ pas e~ Oe rippor t s sexueLs? NSP . 98 NSP . 98 NSP . 9($ 13 253 42S 426 N* DE L%GNE DE LA Q. 216 Av lZ 'vO~I l I LL I i t+ (MON)+ I ~ t FeU de te~? DERNIERE MA I SSANCE MON CUl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . {PASSER A /+2?)< MOII . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 pc+.+rcp~<)i vou~ n+mvez ~tmll MERE IîlALADE/FAIBLE . 1- I I [ [ l l i t l~ (NOM)? ENFAMT NALAOE/FA I6LE . . , . .R EMFANT 0ECEOE . . . . . . . . . . . . 3 pN4~ILEME OE SEXN/ DE BaUT DE SEIM . . . . . . . . . 6 PAS OE LA IT . . . . . . . . . . . . . . S TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ENFAMT A REFUSE . . . . . . . . . . 7 kJJTRE (PRECISER) (PASSER A 436)~ kVkMT'DERNI ERE MAIS| . NON QUI . ( (PASSER A ~.34)< / NCî~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MERE NALADE/FAI8LE . . . . . . . 1. ENFANTKRLADE/FA[BLE . . . . .~ ENFANT DEC[DE . . . . . . . . . . . . ] PR011LENE DE SE IN / DE IoeT DE SIEIM . . . . . . . . . 4 PAS D~ LAIT . . . . . . . . . . . . . . IRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . . 7 AUTRE (PRECISER) (PASSER A ~~)< M AV. AV/d41-OERM[ERE MAISS. MCN OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (PASSER A 4] ,~)~ îq~RE MALADE/FAIBLE . 1 ENFANT MALADE/FA I I LE . . . . .~ ENFAMT DECEOE . . . . . . . . . . . . ( pROBLEN£ DE SIEIN/ DE BOUT OE S[XN . 4 PAS DE LAIT . . . . . . . . . . . . . . TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . . ( ENFAMT A REFUPÆ . . . . . . . . . . 1 AUIRE (PRECIgER) (PASPÆR A 47+6)( + J+', ++, . . . . . de ( + eu bout de corabien de tempm Iî4M~DIATEMENT . . . . . . . . . . 000 L'IVeZ-VO+A mis(e) au sein pour LI p r~ i~re fois? NEURES . . . . . . . . . . . SL ~ IN$ DE I HEURE,NOTER '00 ~ . J~RS . . . . . . . . . . . . SI NOIMS DE 24 NEURES, ENREGISTRER EN HEURES. DANS LES AUTRE5 CAS, ENREGISTRER EM JOURS. OECEDE c~ V {PASSER A ~34 4~ I AI te i tez 'v°us en¢°r l (NON)? OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I MON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 (PASSER A 4 ]6)< 430 I C~fflbien de fo is evez*v°us al- NOM8RE (iit~ ri n~it dernière entre le D+ALLAITEMENTS I I I I coucher et (e Lever d~ soleiL? DE MU%T I I } (S I REPOIISE NO~ NU~ERI IE+ IN - S ISTER P~IJR EVALUER LE NQMBRE) 431 COUbien de foie evez vc+Js NOMBRE I ~ l [ | l ( t l hier, entre te tever D'ALLAITEMENTS I I I et Le cocher du sote i ( ? DE JOUR (S i REPONSE NON N~I4ER]QUE. IN + SlSTER pOUR EVALUER LE N(»IBRE) +.32 Hier o~ Linuit dernière, avez-vous donnë ~ (NON) un eu pLg~lilura boissons i)u eLiments Suivlnt: [iU |in~rel e? Eeu ~ La mmison? ElU IL~rie? T î sexe? LIJt en boîte pour bébe? Lllit f ra i s? Lllit en bo i te ou en poudre? Aut reo L iqu ides? AL i~ l~t io~ îde ou en bou iLk îe? 0UI NOe EAU MINERALE . . . . . . . . . . 1 EAU 0E LA I4AISON . . . . . . 1 EAU SUCREE . . . . . . . . . . . . I JUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 TISANE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 LAiT EM BOITE BE~E. . . .1 LAIT FRAIS . . . . . . . . . . . . 1 LAIT EN BOITE/P I~IORE. .1 AUIRES LIOU]DES . . . . . . . 1 ALIMENT SOLIOE/ EN BOU1LL IE . . . . . . . . . . . 1 : VOIR 4 ]2 : I BOISSCN PAJALIMENT OONNE HIER OU LA ! MUIT OERMIERE "0UI" POUR AUCUM nQUIH UN (~J PLUS OE v (PASSER A 437J (PASSER A 438) mH~mllHllllUllllUllm.m.m.lm11111mm.m.mmmlllH Il »».m.mmm.mmmmmmmll~ i++++++t! +i411Hl++r+MltHlt!Mt!+4+H~+tUPt+ImUIM+li41t~ ++E+mgHHlldflt4]ImHtl+i++fllildiHg+++IJ+l ++++J+tJtltilltlltllllltt+ti++;++H;;+++3+t++++HltllL+r+[E+SGg]IHi]+ i +]+ EHEII Eill R [P t+ + l+li+ F: i lp +i +l+ii + I , (t .( I +I ht+IJt(,.,ghthlll[~I i Hll[l[ii~liii,ilJiJiiMMhi~[LILiiiiliMJMii~i~~P~ ~ i L 1 !illilllii!i!!iilllil!lll [iilii!iiiiiïi!iiUilllitli[llfi ~mtmmmmmmmnm;J;~;;mF~mnmm~~m~mmmmal I.+I,IIl+IIIb! .h.]]P+.l.+t+J~k t*lht I .Il I ~~H Iii mmm~mm++~~EmEEE~~imlllmimmJ~JL~~~mm+jmm~+#t~ m m+en iii ,liil]lill]l,~l[ilMlillilïhlgl]~['~llllmJI emmmmmmmmmm~mmmmnlmm~l~mmmll I[iilill[MiïiïlMMIIIII [[ Ni ii +t IE!!!~!!E!!~!!!mI!!!IIIIIII[I~~!!~~PE!!EE~m!mH]III~II~I~I~Im~IUll .m~.h+m~~~,~it+mIl+iI.+.hdl+~NILII.I.,~.llll + + ++ ]+] + ] t ttt t+ig+mHi+]+lli+tRtEgE+mUUUi UI+UUUUH+Ug++++J+ItClP+I[+t+[HE+E+gUmAI+9~L+HEU++UUiiU t t t E 9 1 ] ll]Mll+lll]ll+MI]++I+[~~+i++t+++lhlIMIIiUllt+tlLL+UMlïiUM+ Ui]+++++J+++++JJJili&i+Pi[P+EEE++P++E+i+Sid+]]]]~gHFE+[;Ui++gi]99~ +g+++++]+11]4+~LLfl[L+HKt[tEgtEi+d+H+HI+++Iltt[+i+++UI+H+imI+{I« N fi + ff+ + ++l+l+iltllliliiiilllililll~44f+N+lliiiiillllllfi ~ g ~1 + ~~ +te I IIII .,.,.I,,+gNIN.,.,h.HMN +ml+++l+4++w+m~wt EEI,IIHmLgH+L~ IH i l m+ ~+~t+MmMm]UM]m~+M~tMM]i+Mth"g EpE+EpE+ii+EE[muIHIII;IH]++++mm+mEEK++UUE]HgUm]+++R+tKilII I+ut+mEUE+mU+UHUtUtUJ+mH+WLE+WlimHH+m++mttt[imH tf+ ptt I t +t [ li++b.!L.+lilhiflilUUiMl++l+hll+l+lliltmflilgI+It+,llliill E i I Il H ] E I I ll +ilml, ,lih+]ii P~t lltlh,lilïiifi,i!h%tld mill,lll , i I ' EKil 19]i tiHillil ,.m.,h.h,hml]++~.+Im.l.,ll ll++~+++[,, I +,+++++++++, ,+++lin (l~d [+++gt m++ .,, + ~].(~+l~[It (+ i Il +ttt++]++i++i+++]+++++++9+++]+R[++~+E++++++++]++U]++J]JJltiE+tE++E++++ml ++++++++5+H+++++]J++]Ht]IIRItR+EttHE++++mHI+ii++HPEEW[+mHUUI + :+ + + : . mmmu+h+h+ghll(li~iLIttttt+t+h((++4++l+ttlhHlll ++++Ut+SHWg++g+]+HItHIIHmmE+ufitI+SWJ~TPHLI+E+EE+E+mmtH +H++m H]]]++]+]+++]]m+pE+E+[E[[[K Ui,+]]]]]]~ +} HEEE[[tlU+IE+9tgH9 :qgW~]+ 1111 L + PPt+t+Rt+E+P+ : q iL t pLE tr+ï5 +" h h m+ J i i~ U N+]+l+[r+.+[m m+h hi++l(+~l+++fl++a (.I,;I.IIII gl]H] + L+ttEEmttt++gt+gU]+4HHII++PLEtEH+UmHH++++ HHHH]]+++~+JJ]+++m+muE[t++Wm+t++]]]m+L+++++i,+,.+,]99H~t MU' + '+qt 'h+' t lq I ( i t + t +t ( ~+ , l]l]+~]++ t + [[ [[:+ ++ l:l lll+ ill],+Mt,tt +:+Jiiill+l:++ ~3~+~m+~t~~e~e~e~eee~emmmmmmtr~mmmmmmmmw ~ tIN Nl[iii~iiJiiiiiiiiiiiiiii~ii~ i ~[i l l i i i i i i i i i l l i i i i i i~ ~ ~~mE~KE[HtUdH~U~~~9~g ~99 ~ HI;H;~9 ] ~[ PI H p I m im,,,llJillmMl]~~~llmmMM,M3+]il!~l,Jll iiiMiMMiiiiii!iJiiliiiil!!iiiiiiiiMM!liilMJi[iliiiiiiiiiÜiiiMI iiiiiiiiii!iiiiiii~iil[[ILi[i!iilliiiiiïi]iiili~~iJiitiliiiiii[iïiiiiilU m~~m~~~mlHiLm~~memmmlmmmmerltmmmam~m~t~m i]iiJiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiMiiiiMiMiJiiiiiHiiii!ii[MiiiiMiii]ii!i!il mmlmmmmm.«m«mmm~» . I .m»~mmm Hllllgilll++l+lllilllilllli IG~P~~I~P~I Hlllt,tttPPgl IIIII+++4~ l++)illllillilldildH m+++dm P ~l)itmllllmlllb)it)m+~~4 hli 999411½~timiiilll+llHl fi9H t ~{r H l+)+iUiliilillHIUlmIElliii+æ Hl+iflt+l![tlmlllillltl41+14~[L+tUllllIl I!I l l l i l l i l l l t | iiil]41+411)r Rl+I+Ig++i+E++9+Jil Lm H mt )+tFm Rlli+Utimlllm)UL~l IH9 J]~ J EtRLt BmliH]i]] JJ JIilRU tRIRtillEBiiililliil+llllE+iiliIEW I ~~1 i mllliilliiilillliilll~ +~m~ tm P+ t i ] t u uliq HIHIIIlIIIHIIllglIImlII ~++~ UillJmIlllHlliM M[~ilIÜIIillllilHllillllm fli!lïilllll| P~ JILtt+w+m gigiH W J+IJI+)+++~W)IiU mllllilllllll+qllillmtllm i im;~+m*mmmmm~~+~mummRmmmmF~~~ I q i I I ( I~flfl~KLmliLIImlL+~[IIIII,,m,JlBIIIII:tlIII.IIP+~ m!lmmi!mimmmm~~lii!mHImmm~~!li!npql~ I Ni~llmillllliliMN~wiiii(lili(ilmlLmml(liilliii| ~~tEHIUIIIIIIWI9 KP~lllilligllllllll~l~illm99119illlHiliL~ ~~[llpqlnlili~l~EEIE~tll»llllllllfll911Wi~iUUIggiilllllL~ ~ IN I I I I~iIMiiiiilmmm~~lUiJlhlliiiiiimimllh+h~mi+Uilil,hii| P~ ~ N ~ ~m HlilHH III II IIIIII IIIIINII!IIII Ul,lhlh~d(ILIl~l~l[illl.m.hh((.,m~HnlHNmi,(iI,N REHtu~muH~~g~~I~~~WUHHUgmHdH~~~al]~I~~fl]99WIm mu mmummmmmmmm!!!m!!!iiii!+tm mUl~~llhlhllllliMIl~gNlllllllllllIN~l~l~Ntl IM~wHimmHum~~lillliiJliiiimJllilJilJmiJiiilfiit ~I~~E~EIE~EUIU~]H]IHH~EI~EmEtEIIItgUli~iS~UgiHiiS~g~HtU~ ~IEIII[IIIIIIIliHIII~JT~LE~Et~EIIEIIlilIIIIIIIIIIIIIliilIIII/lil ï~llmilmii~~liL~imim.ïlill!lllfillllilflgllllWlll~. mimlH9tglgllfl~+~lE~RFIIIEtEIlilllWIIIIImlmlUIIIIIIIIIIæ lE !!1 I III ~ EHEH'I~~iV I • i~ I III ~Jl.llH,fl,lh,Jgl~+IIm.hl(.,,llllhllilINh~ll~!lNh,Ul UUilligiii ]mmiiiiiliigiHigi9~Hi gi~g~9~~~gu~ ï~hm,h,,h,l~mUm,h,,,,,,I,,,,,,,IMmm«,,,,~ m.lm!hd+ ~1 [[l~m~hmmhml(n(l~ I]+m«lc++mdl liiiiliiliill~liiuimiiiiliiï9~iM!~NMP~!i]+~~ii| lilE!HHH9]~J~mEE!~Ellml+l!e23H~J!]+9g~4~4+~H~+JHm~l~~r Mil ]N~~III~.«,~~ *~1 ,m HI!+liiil~i~ll)li!!i!!iigl!lit~+]Ig~~l~M~,[[!!lt+i++~~~ mmmmmmmm~~mömmmmLmmmmmemmmæ~l+m mmm~ K+ ~ mmmmmmlr+~+~mn~mmmm+mm H]mt+l+++mH+Hmm++H~++~tLt+m++E+EflgflEEEHEtE+++tmEm ~~++E++Et,t,Wi9111++L~~~m+EE,++ItKI,UIKlin+Gnfl+Em+m F fl q ql t k ~1 ( I . [ ( P E E I l N~~UIIIH,,hJIlMI~~,LLI~,LLIhlII++Li~ILi,+IIhli+ILII mpk+E+)l+Imlt9999+++++4tlL+t+E))+Ug,)+!,,lilig19s,gmfl)+l+æ r+~Et)EE++EHIHH+,]J+UlL+Rt+WEE)E++EmUtm+UgU++mU+++E++loe +tt+L++t+++++++t+++tH+tttt+ttt+PL++++++sE+++++++++++++++]++++]+++++++++:tPH IIIJJHïïiJ4i~~il[L[LLliïJHï]Jiïill~.44i~]~l~HlitH~]lJ HiiiiiiiiiiiiiliiJTiEitiiiïiïiiïïiiïi~U~Jgi~~4~N~di| H9199]~]~34 ~~ t~ttt~~Uig g Hg~99~~~fl ~ U~~tHTJJ33H IiM Miill iii!ii!ili*~JiiJJ!i!!liliiiii!Hlii~illl~~ ~II~IU! 14 254 434 435 437 43B 1 439 440 441 1 4;2 N' DE L[GNE gE LA Q. 214 Pendant combien de mois IVeZ-VO~= z((zitt (NOM)? I l MOINS DE 1NOIS , INSCRIRE 00. OERN[ERE NAISSANCE Wlq NOIS . . . . . . . . . . . . . . . JUSQUIASO~DECES . . . . . . 95 (PASSER A 4~7) • ] AVANT-OERNIERE lA I SS* NCN l o [$ . . . . . . . . . . . . . . . JU$QU'ASC(4OECE$ . 95 1 (PAS,T~R A 437) < I M AV* AVANT'DERN[ERE HA[SS. NCM MOiS . . . . . . . . . . . . . . . [ ' ~ JU '~U'A~DECES . . . . . . 9~ 1 (PASSER A ~3~) • pourquoi avez-vous &rrît~ d'lLLliter (NOM)? VOIR 218: ENFANT VIVANT? NERE MALADE/FAIBLE . 01 ENFANT MALADE/FAiBLE.02 ENFANT OECEDE . 03 PROeLENE DE SEIN/ DE BOUT DE SEIN . 04 PAS DE LAIT . O§ TRAVA[LLE . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE DU SEVRAGE . 08 TONSE ENCEINTE . . . . . . . . . . 09 AUTRE 10 (PREE]SER) NERE 14ALADE/FAIBLE . . . . . . 01 ENFANt MAL~DE/FA[8LE,, , .02 ENFANT DECEDE . . . . . . . . . . . 03 PROBLENE DE SEIN/ DE BOUT DE SE%N . . . . . . . . 04 PAS DE LAIT . . . . . . . . . . . . . O~ TRAVAILLE . . . . . . . . . . . . . . . 06 ENFANT A REFUSE . . . . . . . . . 07 AGE OU SEVRAGE . . . . . . . . . . 08 T(~4BE ENCEINTE . . . . . . . . . . 09 AUTRE 10 (PREC[SER) NERE NALADE/FAIBLE . 01 EMFANT MALADE/FAllLE,.,,OE ~NfAMT OECEDE . 03 F~toeLENE DE ~IN/ DE BOUT DE SEIN . 04 PAS DE LAIT . 05 TIAVAILL~ . 06 ENFAN! A REFUSE . O~ AGE OU SEVRAGE . 08 TOMBE ENCEINTE . 09 AUTRE 10 (PREC]SER) Avez-vo~s dor~t~~ k (NOM) [~e~U, ~F~e[q~e chose d~lutre k boire, o~ n'importe quelLe nourriture ~utre que Le Lelt CclibJI~ de ~(s ava(t (NOM) qu.ndvou==vez com~mc6 & lui ~f~lr mou pLusieurl boIIIOt%I ~JIIi~~*~tI SuivantI de flç~ rlguliEre: LIit er1 bo~te c~J Lait autre que le Lait materneL? Eiu? Autre Liquide? A(îee~t Iotide ou enbouiLtîe? SI MOINS DE 1 loiS, NOTER '00'. VOIR 218: ENFAN] VIVANT? VIVANT Ç~ DECEDE E V (PASSER A 4]8) OUI . NON . (PASSER A 441)( / AGE EMPOIS . JAMAIS DONNE . 9~ AGE EN MOIS . JAHA%S DONNE . 9( AGE EN NOIS . JN4AIS DONNE . 9t AG.E EN NOIS . I I I JN4A E S DONNE . 9~ VIVANT ~ DECEDE [~v (PASSER A 441] I v,VANT 0~ 0E:EOEç (PASSER A 438) OUI . 1 ~~ NON . Z (PASSER A 441)« " ' '~~ / VIVANT ~ DECEDE V (PASSER A k38) (PAS~R A~I )~ " ' '~~ - - AGE EN lOiS . JAHA% S DONNE . 9[ AGE E~ )lOIS . JAKk] S DONNE . . . . . . . . . . . . . ç~ - - AGE EN lOis . JAHAIS DO~4NE . ç~ AGE EN 14O[S . [ ~ JACk] S DONNE . 9~ (PASSER A 441) iHh [[[ I I I I Il ~tli i ,[iillI,Lii,liiiiiiiiiiil: ii]]]]]~ ~~Pjlllil[lilill,llllll J AGE EN KOIS . [ I I JAMAIS D~BE . ç~ AGE EN NO]$ . [ - ~ JN4A [ $ DONNE . AGE EN lois . JAMAIS DONNE . ç~ AGE EN MOIS . JN4A I $ DONNE . 96 (PASSER A ~1) ~i li;iliilll]]]~r t Illllli!lilliii]]~l[rt[[li!iil~ill[[[!il[l[ii[l~ C~JI . IUI:HH;IliL!~EI~IEE E[EE;;!N~!I~!~II JlEE[I[[~~~~F] I I P: I [ ~[ ~~ Il;il I IF I I I E :EEFFEr chose au b~ber~, hier ou .~ . « (i r~Jit dernière? Il ~~I~NRLEERFE[E[ E I~] ]]]]~lllll]l~LR[[[[EElillll]]]]li JJI[liI~~II]]~]HT~[EEEEE[[II!]I]]]I]~IHJ~II~[LIELIIRFEFEEEEEE[E[~F[i[LE~ ' Illihiiiiiiil~ ~i~liiijliiiiiiiiil;i~ ~ ~i~l~i,iLLi,ljiiiiii[iiii~ ~ SO[~ VO4JS~ ~ar11~ C~~T~ien d~ $1 MOINS DE 1 MOIS,INSCRIRE 00. IINI;~~NNLREF i [EE~;]22J]]]iH[IliLI[L[[t[E~EEEtlI]Ii]I~]H mIW~]~]]]]][LJLLE~~[[IEIIII~~I]I~]]JJ~~JHLTHFF~~~E[IE[EE[RERHFN [ ~ 1 IIm m m mil H Ib~m~" m elm m JIl"~lll mlLH el m mee ~~ee!LL~m temps une femn~ devrait attai- NCI4BRE OR NOIS. . . . . . i ilillll [iltifl ijiil]iiiiiiiii~illi,! iil[[jlj,l~l,j~l]l~, , ~l i~,, H. ul ] ~ i , jH ~ , I[[ZJL]I]~]]!]~FJJJJJ=JJ]mJJ]~]]I]]I~ L ]lrl, rJJ~l!lllF!!![!i]lr ~~ i i . .!e JJJJ111H m m m m Hlmll111~l!~ i H ~~L~LL~~L~L~H ~~H H !r~~ NS~ . ~~1 iJ il iiiJiiJJJJlJJ]ii;JiiiiilJ]JJi![~iiJi[HJJHHi]J]]U]fl I II[;Jli]]llJl]~~iiiJiHJilil]llf~i]i]~H~liliiil[iiiiilIiliïiI[i~ RETOURNER A 403 pOUR LA NAISSANCE SUIVANTE; OLI, S'IL N'Y A PLUS DE NAISSANCE, PASSER A 443. 15 255 ~ÇÇTION 4.B. INMUNISAT[ON ET SANTE .~.~$ | INSCRIRE LE N* DE LIGNE~ LE N~4 ET L'ETAT OE SURVIE DE CNAGUE NA]SSANC~ DEPUIS JANVIER 1986 DANS LE TABLEAU. I POSER LES OUE5T]ONS A pROPOS DE TOUTES CES NAISSANCES EN CON4ENÇANT pAR LA DERNIERE NAISSANCE. (S'IL Y A PLUS DE TROIS NAISSANCES, UTILISE2 UN QUESIlONNA]RE ~UPPLEMENTA]RE.) I N DE UONE I AVtZ'vOul La clrr~t °~ I! CUl, VU . 1 OUI, VU . 1 OUI. ~4J . 1 c•rte de vlc¢inatio~ de (NON)? (PASSER A 446)¢ 1 (PASSER A 446)« ] (PASSER A ~~6)( ] I OUI, NON VU . 21 OUI. NON '~ . Z] OUl, NO' VU . . . . . . . . . . . . . Z SI OUI: Puî|-je &• Et•) voir, (PASSER A 648)< (PASSER A 4&8)« (PASSER A 468)*~-------J • *if roue p(•lt? PAS DE CARNET . ] PAS DE CARNEI . 3 PAS DE CARNET . R ,~s I A . , - ,u j . , . i , . . . . . . t I oe~ . ~l oul . ~l oul . (PASSER A «~)« [ (PASSER A ~)« i OU un4 ¢lrt• de v•¢cir~atiol~ I NON . 21 J {PASSER A 448)~ I R(~q . 2J ~ . 2 pour ( N~4)? J ~.6 ;1)COPIER LES DATES DE VA¢CINA" TION POUR CHADUE VACCIN A P~qTl~ DE LA CARTE. ~2)SI LA CARTE INDI~#JE QU UN VACCIN A [TE FAI|, MAIS G4JE LA DATE N=EST PAS REPORTER, [N|CælRE ~,~,« A LA COLONNE JOUR i~)$1 LE VACCIN N*A PAS ETE FAIT RIEN INSCRIRE. 6CG? POLIO 1? FOLIO Z? POLIO ~? DICC% 17 DICoq Z? OTCOq3? ROUGEOLE? F~EVRE JAUNE? JOUR MOIS ANNEE BCG I P1 P2 P~ D1 D2 D3 ROUI JOUR î401S ANNEE R~°I I I P'I I I P'I I I P»I 1 I °(I I I °~1 I t D:S I i I F.J JOUR NOI$ A4W8R 8CG I PI P2 P3 D1 D2 O3 ~.JI ;47 (NON) m-t-iL/elLe reçu un V•¢¢iRqUi nqest pas inscrit sur carte? SI OUI: Quel vaccin? N'ENCERCLER 'OU]' QUE S] LE(S) VACCIN(S) CITE(S) SONT: BCG, OUt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 [VERIFIER LE TYPE DE VACCIN ET NOTER ~661 A LA COLONNE CORRESPONDANT AU JOUR A 4t,6 NON . 2 NSP . R OUI . 1 (VERIFIER LE TYPE DE VACCIN ET NOTER '661 A LA CO~ONNE C~RESPONDANT AU JOUR A 446) OUI . 1 VERIFIER LE TYPE DE VACCIN ET NOTER *b6' A LA COLONNE CORRESPONDANT AU JOLîa A ,g46) NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I N(~W . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I NSP . R * . .8 POLIO, OTC•q, ROUGEOLE, ET/OU (PASSER A 450) (PASSER A 4EO) {PASSER A &SO) F ]EVRE JAUNE. ~&8 (NON) I-t-iL/eLLe ja~ais OUI . 1 . OUI . { OUI . 1 . reçu de veccir~tion pour NON . 2 NO~ . 2 N0N . 2 Lui 'vi t.r d',tir•per (PASSERA 450)¢Ç~ (PASSERA 4EO)<~ (PASSERA &SO).'.~. "~ IL•dieu? NSP . NSP . NSP . 449 S=({ vOuS pLælt, dites-moî si (l¢~t) • r•çuur*edes va¢c~i~t(o*16euivantes: Une vaccineti0n du gCG, clest - ~-direut~piq~reda~s Le bris qui • L•isS~ une cicatrice? Une v•¢¢înation contre (a po(lo~ ¢lest-6-d~re des gouttes dans la bouche? SI OUI: Combien de fois? Uni vaccination ~ DTCoq (a4JDTC(Xl-poLio) c'est-l-dire une piqûre dans L'êpaute7 Sl OUI: ConYoien de fois? Ur~ iRjecti~ co~tre ri rougeole? UruR VaCCJr~ationco~tre la fiRvre •lune, c'est-i-dire ur~ piqûre dans L*él~uke7 OUI . I NON . 2 NSP . R OUI . NON . 2 NSP . R NOMBRE DE FOIS . m NSP.NOqBRE DE FOIS . 8 OUI . 1 NQN . E NSP . 8 NOMBRE DE FOIS . m NSP.NOMaRE DE FOIS . 8 OUI . 1 NON . NSP . 8 OUI . 1 NON . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . I NON . NSP . 8 OUI . 1 NO~ . 2 NSP . 8 NOq6RE DE FOIS . NSP.N(~46RE DE FOIS . R OUI . ( NON . ï~ NSP . 8 N(3MSRE DE FOIS . N5P.NOMBRE DE FOIS . OUI . 1 NON . NSP . 8 OUI . 1 NON . NSp . R OUZ . .1 N(Xq . 2 NSP . 8 GUI . 1 NOli . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 N~I48RE DE FOZS . . . . . . . . NSP.N(]4BRE DE FOIS . 8 OUI . ( NON . 2 NSP . B NON6RE DE FOIS . NSP.NOI48RE DE FOIS . 8 QUI . 1 NON . 2 NSP . 8 OUI . { NON . 2 NSP . 8 16 256 DE LA Q. 214 DERNIERE NAISSANCE I AVA*qT'DERNIERE NAISS. AV* AVANT'DESN]ENE IAISS. NOM i .o . .ON 650 VOIR 218: I(PASSER A 6E2) I(PASSER A &SE) (PASSER A 4S2) I 651 | RETOURNER A 666 pOUR LA NAISSANCE SUIVANTE; OU, S'IL N'Y A PLUS I~E NAISSANCE, PASSER A 479 kSE (NON) i - t - i l / e l le eu OUI . 1 I OUI . 1 OUI . 1 de Le fiïvre dura~t NOM . ~ I BoN . 2 NON . Lel 2 d~rniRres setnaines? NSP . I~ NSP . 8 RIP . 8 65] (R~M) i,t-iL/eLLe souffert OUI . 1 OUI . 1 OUI . 1 de toux durent les E 14014 . E HON . 2 RG~ . 1 NSP . * . NSP . , BSP. . Li toux JOURS . JOURS . J(]URS . (Dep~JJi combien de ~e~os d~re I (Sl MOINS DE 1 JOUR, (SI MOINS DE 1 J~UR, ESI NOIRS DE 1 JOUR, La tc~x?) INSCRIRE ~001 ) INSCRIRE '00') 655 Q~llr'zd (ROM) souffrait de La OUI . 1 OU] . I QUI . I NON . . . . . . . . Z ~ . 2 toux, Ivlit-(L/etLe te respirl- t ion plus ripide que d'h~bi- NON . 2 rude, clest*R*d[re une respirl- 4E6 l tion cotJrte et rapîde? I NSP . 8 i NSP . ,8 I VOIR 6ER ET 4S3: »OUI" DANS FIEVREOUTOUX? 657 Avez-vous ~né (NO('I) en c~n- su~ta[ionou voirc~eLqu'u~ q~~a~cl iL /eLLe souffrait de La fièvre/toux? ~ UtRE «OUI « DARS ~UTRE ~OUI" DANS 452 oe653 452 OU 453 ~52 OU 653 E~ (PASSER (PASSER A 661) ~ A 461) OU~ . ~1 (PASSER A 459)~ NON . 2 OUI . (PASSER A 4'59)< -J NOE~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 . . . . . B ~~T:AEssER A 461) OUI . 1 (PASSER A 459)( MON . ; 4Sll Avez-vo~î6 demande des conseils OUI . 1, OUI . 1. OUI . 1 OU un treitment pour 18 (PASSER A ~,59A)( (PASSER A 4S9A)< (PASSER A R59A)( ] fiEvre/tOUx de (NOM)? NON . 2. NON . E- NON . E (PASSER A 460)( (PASSER A 660)< (PASSER A ~~0)< ] 659 (XJ avez-vous am~r~ (NOM)? SECTEUR PUBLIC SECTEUR PUBLIC SECTEUR P~BLIC EOPI TAL FU6L IC . A P.N.I . B CENTRE DE SANTE PUBLIC.C pROL~HARNAC l E . D SECTEUR MEDICAL PRIVE HOP. PRIVE CONFESSION,,.,E HOP. PRIVE LAIC/CLINIQ.F DISPENSAIRE NISSION . G PHARMAC]E . H CASINET NEDECIN PRIVE. I AUTRE SECTEUR PRIVE COMRA I SSANCE S/PARE N I ES.J GUER[ SSEUR TRADITION.K AUTRE L 6ESA O~avez-vous ob[e~Jdes ¢ofl- selle ou un traiteront pour tu fièvre/toux de (NOM)? QUeLque part aiLLeurs? (ENTOURER TOUT CE QUE EST CITE) HOPl TAL PLJSLI C . A P.N.l . Il CENTRE DE SANIE PUSLIC.C PRGPHARI4AC I E . D SECTEUR NED]CAL PRIVE NOP. PRIVE CONFESSION.E HOP, PRIVE LAIC/CLIN]Q.F DISPENSAIRE MISSION . G PHARMACIE . N CABINET KEDECIN PR[VE.,.,I AUTRE SEEIEUR PRIVE CONNA I SSANCES/PARENT ES.J GUERISSEUR TRADITION.K AUTRE L (PREC%SER) (PRECISER) HOPI TAL PUBLIE . A P.14. I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B CENTRE DE ;TANTE I~JSLIC.C PROe#ARKACI E., . D SECTEUR RADICAL PR]VIE HOP. PRIVE C~qFESSION.E HOP. PRIVE LAIC/CLINIO.F DISPENSAIRE RI SE I014 . G PNARKACIE . M CABINET MEDECIN PRXVE,.,.I AUTRE SECTEUR PRIVE CONNA I SSANCES/PARENIES.J GAJER I SSEUR TRADZT]ON., .[ AUTRE L (PREEISER) 660 Est-ce q~e quelque chose a êtê dorn6 î (ROI4) pour traiter La fiêvre/toux? SI OUI: De quoi s~agit-i(? QueLq~ chose d~~utre? (ENTOURER TOe! CE QUI EST CITE PAS DE TRAITEMENT . A INJECTION . B RIVAQUIME/FLAVO@JINE/OUI" N[MAX/RESOCHINE/CANOG~IN AUTRE ANTI-PALL~OEEN.C ASPIRINE/ASPRO/APC . O PHENS]C . E PILULE/SIROP A~TI" BIOTIQUE . F SIROe CO(~TRE TOUX . G AUTRE PILULE/SIROP . H RENEDE TRADITIONNEL . [ AUTRE J (PRECISER) PAS DE TRAITEM4[MT . A INJECTION . B N%VAQU%NE/FLAVOQUINE/QUI" NINkX/RESOCHINE/CN40~JIN AUTRE ANTI-PALUOEEN.,.C ASP[RINE/ASPRO/APC . D PHENSIC . E PILULE/SIROP ANTI- BIOTIQUE . F SIROP CONTRE TOUX . G AUTRE PILULE/SIROP . H RAMEUR TRADITIONNEL . I AUTRE J (PREC[SER) PAS DG TRAITENENT . A INJECTION . B N I VAGUI NE/F LAVO~J I NE/GU I" N I MAI/RE $OCN I NE/CN'K)OU 1N AUTRE ANT]-PALUOEEN, ., ,C ASPI R INE/ASPRO/APC . D PHENSIC . E PILULE/SI ROP ~ddT I " SIOTIGUE . F SIROP COtITRE TOUX . G AUTRE PILULE/SIROe . N REk~D E TRADI TIC~REL . I AUTRE J (PREEI5ER) R61 (,,~) .-iL/eLLe e,., fo (PASSER A «~) ( 1 "~;~~~~.:'~'~~;; . 1 OUI . I CUl I OUI . I dîorrh~e durant tes deux (PASSER A &6SIc • derniEres semaines? #oil . 2 NON . E NOM . E NsP . sINsp . si,sP . . 1662 RETOURNER A 444 pOUR L~ERFART OU, S'IL N'Y A PLUS PASSER A 679 SUIVANi; D'E~FANT, ( . , o**eooa IOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l lou* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l diarrhée durant tes NON . E MOM . E NON . 2 derni~res 24 heures? NSP . B NSP . 8 NSP . 8 c.b~~ de ,~, . «rE Ç~ ÇT--]I ÇT--] 18 d î l l r rhEe? JOURS . . . . . . . . . . . . . . . JOURS . . . . . . . . . . . . . . . J(XRIS . . . . . . . . . . . . . . . I (SI NOISE DE I JOUR, J (SI MOINS DE ~ JOUR, (Sl ROINS DE 1 ,~OUR, (Depuis comoien de temps d~re La ditJrrhse?) INSCRIRE '00') I INSCRIRE '00') I INSCRIRE IOOI) 17 257 I N* DE LIGNE DE LA Q. 21é I é6S J Y IVIR'J[ ~$1rl9 I dit4 lel illlls? I 666 I VOJR é2~/éE9: DERNIER ENFANT ENCORE ALLAITE? é67 guend (MO~) ivait éa 0iarrh~e, CUl . 1 8VeZ-VOUS chang~ Le rv~~re NOM . 2 I d'lé LI,t--n~s? J (PASSER A 669)< ] M ~ M XCN OERNIERE NAISSANCE MON AVANT'DERNIERE NAISS. 101AV" AVANT-OERNIERE NAISS. GUI . 1 OUI . 1 ~LII . . . . . . . . . . . . . . . . .*.1 M(~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MON . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . 8 MSP . 8 Mf~ I . 8 (PASSER A é69) (PASSER A é69) ? ~ flmmlll i1~11111 i ~~IIIIIIIIIB v ~ ~ ~ !,,,,,,,,,,,~~N~~ ~ ~ v PASSER A 669) [ [ ll~lfflll illlmliil!l~l!!mllff Imlllllm~mll|llMHmB ( ]~t [r[~[[~iifi ~~»~HililllmllllHilllffl ~~ m m ~ ~ re:ma, mm . ~ . = , , , , , , ,~~~~, , , , . | fflgIHflBJ~t+lffff.ff I ~m Im ~~+P~~ fl fl ælBIIIIIIIIIIIIIIIIBII II llm ~ttUt[hmu+!+++++++++~++++!t!!tmH+[+tttttP~ I ~l+ll,,mmMmmmmmm,mmm i . E ~ i - i . i, 468 Pend ln t te diarrhée, svez -vou~ i imHmmmmmmmN!,m!,mmmmmmm,~mmil ~ ~.m.~,~~~m,~mmmH,mm,mlm,~ .ug~~r~tt ou r~*~kait te nombre AUG;éENTE . 1 .~; ~[["EE I , Illlliillml]~~fflllll'. I I Il Illll~lll IIMlfl,l,ll . i .11 HIII II I I I I I d,l(Llit~.qt~~rlts, c~J 8vez-vc~~l~ REOUIT . z ++».= . ~~llll:ll:l,,,,,,,,,«+ip~llllllll ~!l,,,,,,,,,,l~~lllll~l |11111 Ull .11 l l r ré t4+ camol~tem~nt? ARREIE COMPLETEMEN! . $ m=m»~mmmmmmm,m~mmm~~a~~q i . [ MS P . 8 NSP . 8 p~nd~nt d i l r rhée de (Nm) . 669 e/1 dehors ~~a l a i t mlter~L, N~KE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I MEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 NE)lE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I LUI Irez-vOUS ~ i boire PLUS . E PLUS . E PLUS . 2 r i ~ ~~a~tttE, pLue OU NOIRS . 3 î¢Ol#S . ] NOISE . 3 IlOîrll G~tll¥ént IB di@rfhêe? NSP . 8 é'~0 | (MO[q) l-t-JL/'e~~l~ reçu IJ~ Li- OUI . 1 OUI . ~ OUI . I I q~Ide prepllré & partir d 'un MON . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I~N . E l i che ' : l l )~C i l L contre [II NSP . E NSP . . . 8 RSP . d iar rhée? é71 | (#OS) i-t-IL/cHe reçu un L i - I qulde re¢ou~ndé par le per- ionrm( de iinte It pr~ré Il m~lm Ive¢ d~ sucre, UUllL et de t'eau pour Le triR~t de La diarrhée? é73 674 é75 676 OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 Pet~ant combîen de jours (NON) t - t - i l / e l Le reçu ce JOURS . . . . . . . . . . . . . . . l l J I l~~Jide? SI æINS DE ' 1 ' JOUR, NOTER'O0 « NSP . 98 OUI . I CUl . 1 N(~ . 2 I~a . 2 NSP . 8 NSP . 8 OUI, A REÇU PAS DE OUI, A REÇU PAS DE LIQUIDE LIGEJZDE UN LIQUIDE UN LIQUIDE (SAC'/MAISON) A~7 (~AC'/14AI$~) ? i ~ v (PASSER é) ~v (PASSER A é76', JOURS . ~~1 JOURS . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 t77 A-t-it/eLte reçu quetque OUI . 1 CUl . 1 OUI . 1 chose contre La diarrhée NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E N(N4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E (.u**.+.o.l+,de», ,PASSERA~'+,* ~ (PASS. Aé,+ ~] (PA.ERAé'8,* ~] NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . MSP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Gu'elt-cequi a été donné (flit) pour traiter ta diarrhée de (NOM)? Q~elq~e chose d 'aut re? ENTOURER CHAQUE CHOSE C iTEE) ERSEFLURIL/TYPKq41CINE/ AUTRE AMTIBIOTIGUE . A CAN]DAN/CNARBON/IWi~YJIOMJ AUTRE AMTI-OIARRHEIQUE.B AUTRE PILULE GU SIROP.C INJECTION . D PERFUSIOU . E EAU OE RIZ/TISANE DE COYAVE . F AUTRE REMEDE TRAD[TION.,,G AUTRE N (PRECISER) ERSEFLURIL/TYPNONICINE/ AUTRE ANTZ6IOTIGUE . A GANIOAN/C½AR6ON/ll4~IUM/ AUTRE ANTI-DIARRNEIQUE,,O AUTRE PILULE OU SIROP.*.,C INJECTION . D PERFUSION . E EAU DE RIZ/TISANE DE GOYAVE . E AUTRE REMEOE TRADITIOg.G AUTRE H (PRECISER) ERSEFLURZL/TYPI¢~4IC[NI/ AUTRE AMTIDIOTIGUE . A GAMJDAN/CHARBON/[Vd4COIUI4/ AUTRE ANTI-DIARR#E[GUE.I AUTRE PILULE CUSIROP.C INJECTION . D PERFUSION . E EAU DE R[Z/TI~dUIE OE GOYAVE . F AUTRE REMEDE TRAD]TIOg.G AUTRE H (PREClSER) Avez-vous demandé des conseitsl OUI . 1 QU) . 1 GUI . I ¢.t un t ra i tement pour te J #OtC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NOU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ] diarrhée de (NOM)? (PASSER A 478) < ~ (PASSER A 678) • ] (PASSER A ~;rB) • Q~eL~ part aiLLeurs? (ENTOURER TOUT CE QUJ EST CITE) O~J irez-vous obte~ des con- SECTEUR PUBLIC Seits ou un t ra i tement pour HOPITAL PUBLIC . A Le dilrrhte de (NOM)? P.M.I . B CENTRE DE SANTE PU6LIC,.,C PROPHARMACIE . . . . . . . . . . . . . D SECTEUR NEDICAL PRIVE HOP. PRIVE CONFESSION.E HOP. PRIVE LAIC/CLIN]O.F DISPENSAIRE MISSION . G PHARMACIE . . . . . . . . . . . . . . . . H CABINET NEDECIN PRIVE.*I AU1RE SECTEUR PRIVE CONNAISSA#CES/PARENTES.J GUERISSEUR TRADITION.K AUTRE L (PRECISER) SECTEUR PUBLIC HCPlTAL PUBLIC . A P .M. I . 6 CENTRE DE SANTE PUBL[C.C PROPHARMAC I E . 0 SECIEUR NEDICAL PRIVE HOP, PRIVE CQNFESSION.E HO~. PRIVE LAIC/CLINIQ.F DISPENSAIRE MISSION . G PHARMACIE . N CABINET MEDECIN PRIVE.,,.I AUTRE SECTEUR PRIVE C(XqA I SSANCES/PA~ENTES. , , J GJERI SSEUR TRAOII JON.,. ,K AUTRE L (PRECISER) SECTEUR PUBLIC KOP I TAL FUSL l C . A P,M.I . I CENTRE DE SANTE PUBLIC.( PROPHARNAC ] E . D SECTEUR NED]CAL PRIVE HQP. PR[VE CONFES$[ON.E HOP. PR[VE LAIC/CLINIQ.F DISPENSAIRE N]$S Joe . G PHARMACIE . Il CABINET NEDECIN PRIVE.,I AUTRE SECTEUR PRIVE CONNAI SSANCES/PARENTES,. J GUER ] SSEUR TRADI I IOe , . . . .K AUTRE L (PRECISER) 258 18 PASSER 680 Avez-vous d&j& entendu parier d'un pro~Jit Sp4¢ill Iq~pe[E sachet Ci4s/sachet UN ICEF/sichet de sel pour le traitement de la diarrhEe? OUI . 1--'e41R | NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 I 481 AVeZ-VC~I d~jE vu un sachet c~"~oe cetui-cî ~parlvant? OUI . , m (IqOI~TRER LE SACHET) ~ . 2~&BS 682 Avez-v~ dejE pr+~r~ ~ soLutlc~ avec un de ces oel . 1 m sachets pOUr traîter La d~arrhEe po~r vo~*~ ou que)- I q~J*un d~lutre? (MONTRER LE SACHET) NON . 2---w~ 68] QueLLe quantit~ d'eau utitisez-v~ pour préparer Il aachet OMS/sachet UNICEF/Sichet de ail po~r Le trlite~ent de L+ diarrh~e?" 33 CL . 01 J 1/2 LITRE . 02 L 66 CL . 03 1L%TRE . 04 I LITRE 1/2 . OS 2 LITRES . 06 SELON INSTRUCT%0~S DU SACNET,,.O? AUTRE 08 NSP . 98 4B~ ~86 Où pouvez-vous obtenir le sachet Gt4$/sechet UNICEF/ sachet de seL pour Le treit(went de La diarrhEeT INSISTER: QueLque part ailleurs? (ENTOURER TOUS LES L[EUX CITES) Avez-vous deja entendu parier d'un tiquîde recomTand~ par te personnet de santé et pr~par~ ~ fa maison avec du seL, du sucre et de t*eau pour te trlîte~ent de La diarrhEe? SECTEUR PUEL]C BOP%TAL PUBLIC . A p,M,1 . B CENTRE DE SANTE PUBLIC . C pROeHARNACIE . 0 SECTEUR MEDICAL PR]VE NC~. PRIVE CONFESSIONNEL . E HOP. PRIVE LA%C/CLINIQUE . F DISPENSA[RE N%SSIO~NAIRE . G PHARMACIE . N CABINET KEDECIN PR%V( . I AUTRE SECIEUR PRIVE COtlNA]SSANCES/PAREMTE$ . J 6C(JTJQUE/MARCHE . .,K AUTRE (PREC%$ER) NSP . N OUI . 1 I NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2~501 687 Avez-vc¢JS d~j+ préparé /I te maison un tiquide recc~~al'd~ oe[ . 1 I por Le persor~eL de santé avec du set, du s~re et de I t'eau po~r te trait~nt de la diarrh6e? NON . 2~EOl 488 Ou avez-vous obter~ ;Hnformtion pour preperer E la ~is~ Le liquide recont~nd6 per Le personne) de santé i evec du seL, du sucre et de L'eau pour Te traîten~nt de te dîarrhée? SECTEUR PUGL]C HOPITAL FU~LIC . 11 P.N.X . 12 CENTRE DE SANTE PUBLIC . 15 pROPHARRACIE . 16 SECTEUR )tlEDI£AL PRXVE HOP. PRIVE COI~FESS]ONNEL.ZI HOe, PRIVE LA[C/CLINI~JE.,,.,22 DISPENSAIRE M]SSJONNA[RE.2.'S PHARMACIE . 26 CABINET MEDEC%E PRIVE . 25 AUTRE SECTEUR PRIVE CONNAISSAMCES/PARENTE$ . 31 GUER[SSEUR TRADITIONNEL . ]E AUTRE 41 (PRECISER) 489 | Guette quantitë d'eau utîLisez*vous pour pr6parer & te I ~ison Le Liquide recom~andé par Le porsor¢~t de sente pour le traitmnt oe [ I diarrh6e? • I k90 | Combien de morceaux de sucre utilisez-vous pour prEparer I & Le maison te liquide recoml~nd~ par le parsot~el de sente pour Le traitement de La diarrh6e, Lorsque vous Utilisez (OiJANT]TE D'EAU OE Q.489)? 491 I Combien de c~ilLePs a cale de sel utilisez-vous pour I prEparer E ta r~ison Le IiqJide recomrrandê par Le persor*-et de sant6 pour ~e trait~l~'lt de La diarrhêe, Lors@Je vous utilisez (QUANT]TE D'EAU OE 0.k89 ET NOMBRE DE MORCEAUX DE SUCRE DE Q,490)? 33 CL . 01 1/2 L%TRE . 02 66 CL . 03 1L I IRE . 04 1 LIIRE 1/2 . OS 2 LITRES . 06 AUTRE 07 (PRECISER) NSP . 98 NOMBRE DE MORCEAUX . I I I AUTRE 97 {PRECISER) MSP . 98 NOI4BRE DE CUl LLERS . J J J AUTRE 97 (PRECISER) NSP . 98 * Corresponda~e pour la quantit6 d'eau: Petite bière/Top = 33 Ct. 8outeiLLe vin/sirop • 1 Litre Graru~e bîEre/Top = 66 CI. BouteitLe eau minêraLe • I Litre 1/2 19 259 SECTION S. CAUSES DES DECES S02 SELO~ Q* 216 ET Q. 218 VERIF[ER 21/% 218 ET 224 UN OU PLUSIEURS ENFANIS OECEDES AUCUN ENFANT DECEDE PARJ4I PARMI LET NAISSANCES LES NAISSANCES [ I ~ (PASSER A 601) ~ ~ S U R V E N U E S DEPUIS JANV,19~6 SURVENUE$ DEPUIS JANV,1966 INSCRIRE LE N* DE LIGNE, LE NCM ET L*EIAT OE SURVIE DE CNA~4JE NAISSANCE DEPUIS JANVIER 1986 DANS LE 1AilLEAU* POSER LES ~4JESTIONS SEULENEN! A pROPOS DE]; ENFANTS DECEDES. $l PLUS DE ] NAIS. DEPUIS JANV.~, UTILISEZ UN 21ml~ QUEST. I DERNLERE NAISSANCE v AVANT-DERN%ERE NAISS. l'DE Ltç,~E[~] L 214 VIVANT DECEDE [~(UAISS. [~ t~JJVANT() l v AV. AVANT-DERNIERE NA]SS. ::o~,*,=EOE E4~4 I Neînte~nt je voudrais vous ~ser ~el~s questi~s i profs de votre(vom) ~f~t(s) d~c*k~{i) pm~l Ils n*tlllr~ll ' G~je vou~ «v4:z elj(,~ d~JzJint [e~ Cinq dorni~ros ax~r~~et~, ~)O3 I Le dlicii de (NOq) i" (1 ~ L etc I ClUS~ p4r un accident c~J par ACCIDENT . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ACC[DENT . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ACCIDENT . 1 Ur~ Bk~ lid J If? ACCIDENT A L'ACCOUCNE- ACCIDENT A L~ACCOUCHE - ACCIDENT A LIACCOUCNE - MENT/PREMATUR[ TE2 MENT/PREMATURI TE/ NEN1/PREKATU~ J TE2 î¢AL FO~NAT 1 ON . 2 NAL FO~I4AT [ ON . 2 ~L F(~NAT [ C41 . 2 INSISTER: MALADIE/MAUVAIS SORT.] MALADIE/MAUVA%$ SORT . KALADIE/MAUVAIS ~(34~T . S*lglt-j~ d~ur~ accJ(~r~~ OU ~~~Jrt iccJdent Li~ ~ ['scco~achemen[? PASSER A 505 • PASSER A 50~ • PASSER A ~0~ • 504 505 Quel genre d~accldent? CHUTE . 1 CHUTE . 1 CHUTE . 1- ACCID. DE CIRCULATIOn.3 ACCID. DE C[RCULATIQ#I.3 ACCID. DE CIRCULATION*.] BRULURE . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 BRULURE . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 BRULURE . 4 ]NTOX I CAT I ON . 5 I NTOXICAT [CN . 5 I NTOXICJ, TION . 5 AUTRE 6 AUTRE 6 AUTRE 6 NSP NSP NSP ~ ~ (PASSER A Q, ~)D2, (PASSER A Q, ~îD2, (PASSER A Q. 601) NAISSANCE SUIVANTE) J NAISSANCE SUIVANTE J Q,,~eLLe est L|n,aladie qui a clus~ la mort de (NOhl)? NOTER LE NCI4DES KALAD[ES CITEES PAR L'ENQUETEE I4ALAD XE(S) : M f-~ MALADIE(S) : î¢ALADIE(S) : M Fçl ~-] 506 50T SOa pendent Le ma(adle qul a causé Le déC6$ de (NOt), l'avez-vous cot~Jit qIJe~que part pour ur~ coPsultition? SI OUt: OO L'avez-vous ~né? Oue Lque part ailleurs? ENREGISTRER TOUIES LES REPONSES CITEES SECTEUR PU•L I C H(~I TAL PUBLIC . A P,N.I . B CENTRE DE SANTE PUBLIC.C PROPNARHAC I E . D SECTEUR MEDICAL PRIVE HOP, PRIVE CONFESSION,,,,E HOP. PRIVE LA]C/CLIN]Q.F DISPENSAIRE NI SSION . G PHARMACIE . N CABINET NEDECIN PRIVE. I AUTRE SECIEUR PRIVE GUERISSEUR TRADITION.,., J AUTRE K (PRECISER) NULLE PART . L SECIEUR PUBLIC HOP I TAL PUBL % C . A P.M.I . B CENTRE DE SANTE PUBLXC.C PROPHARMAC l E . D SECTEUR NEDXCAL PRIVE HOP. PRIVE CONFESSION,.*.E HOP. PR/VE LAIC/CLIN[Q.F D ] SPENSA[ RE MISSION . G PHARMACIE . H CABINET NEDECIN PRIVE.] kUTRE SECTEUR PRIVE GUER I SSEUR TRADITION.*. * ,J AUTRE I( (PREC]SER) NULLE PART . L SECTEUR PUBLIC HOP I TAJ. PUBLIC . A P,M*I . § CENTRE DE SANTE P~BLZC.C PROPNARMACI E . D SECTEUR MEDICAL PRIVE Noe. PRIVE CO~FE$S%ON.E HOP. PRIVE LA]C/CLINIQ,.F DISPENSAIRE MISSION . G PHARMACIE . N CABINET MEDECZN PRIVE,,,,% EUTRE SECTEUR PRIVE GUER [ SSEUR TRADITION. ,J ~,UTRE .K (PRECISER) NULLE PART . L Où s~est profit Le decès de (N(llq)? MAISOî¢ . 1 EtAB. MED%CAL . 2 AUTRE ] (PRECISER) ETAB, NEDICAL . 2 AUTRE 3 (PREC]SER) HA%SON . 1 ETAR. MEDICAL . 2 AUTRE ] (PRECISER) pendint Lel premiers jours de ou buvllt Sa vie, el~-ceblen?q~ (Ne/4) l~tait OUI . 1 NON . 2 NSP . (PASSER A O* 509) OUI . 1 NON . 2 NSP . (PASSER A Q. S09) OUI . 1 NC~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . ~ I (PASSER A Q. 5091 ZO 260 i VOIR 502, NOTER LE MUMERO DE LIGME ET LE NON DE LA DERNIERE NAISSANCE [Si DECEDEE), OU DE LIAVANT'DERN%ERE NAISSANCE (Si DECEDEE) OU DE UAV. AVANT'DERNIERE ($% DECEDEE), PUIS POSER Q.5OgA Q,513 510 (Syi4PTONE) 511 Com~)len d4 ten~~l Jtlit-i l/ •vint Il ~¢I~I, eLLe (SYMPTOME) l - t - grive? + L/ek l e ¢omn~~t? NOTER LA REPONSE DANS LmUNIT| DE TEKP$ UTILIS~E PAR L*ENQUETEE oel . 1 JOURS. J ~ J ~ NON . 2 SEMAINES. NSP . 8 MOIS . NSP . OUI . 1 NON . NSP . OUI . I NON . 2 NSP . OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 oel . . . . . . . 1 NON . ,~ NSP . 8 OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 OUI . 1 NON . 2 N5P . 8 OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 509 Durant Le matadie qui • i L/eLLe ~J (SYMPT(~~~E)? ENCERCLER LE COeE APPROPR(E pOUR CXAGIUE SYM#TOME, PUIS POSER LES DUESTIONS 5~0 A 513 OU PASSER SyMPTOM~ SUIVANT. O•Jo IARRHEE OUI . 1 NON . 2- NSP . >ASSER A 03)4 O~DIARRNEE OUI * * 1 AVEC SANG NON . 2 NSP . . . . . . . . ~ (PASSER A 031« 03JTOUX OUI . 1 NON . . . . . . . . 2- NSP . & (PASSER A 04)« R[SPiRATI~ OU] . I ~J CGUR TE ET RAPIDE NON . 2 NSP . . . . . . . . ~ [PASSER A 05 O~ F%EVAE OUI . 1 NON . . . . . . . . 2 - - NSP . . . . . . . . 8-- (PASSER A 06)* D~$ J CO¢tVUL S 10NS OUI . 1 NON . 2-- NSP . . . . . . . . 8-- (PASSER A 07)~- 0~] 60UTONS SUR oe[ . I LE CORPS NON . . . . . . . . 2-- NSP . PASSER A 08),¢- ~TRES iCA ] GRE OUI . 1 N~N . 2-- NSO . . . . . . . . 8 - PASSER A 09).r 09 VISAGE ET OUI . 1 0~] JAMBES ENFLES NON . 2- NSP . 9- (PASSER A )«~-- Q*SO2 ENFANT SUIVAN1 DECEDE OU A Q.6011 OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 SEIqAINES. ~---- 3- - - - JOURS . 1 SENAINES. N$P . 9Q8 JOeNS. ~ ~-- - SEMAINES, ~" --- ROIS . ~ ---- JOURS. 3---- SEMAINES. 2: ~IS . 3 NSP . 990 1 ! sE~,N. ~- - - - i MO,s . -3 - - - - i NSP . 998 JOURS . I SEMAINES. 2 MOIS . . . . . 3 NSP . 998 JOURS,.,.~ SEMAINES. 14015 . NSP . 9'98 JOURS.~ S£NAINES. MOIS . N* DE L]G~~E I I I Næ 512 (SYNPTOME) a-t- IL/eLLe durê juste'au d4cGs? OUI . 1 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 NON . 2 #SP . 8 . 2 NSP . B NON . 2 NSP . 8 OUI . ~- (PASSER A 06)4~ NON . 2 NSP . 8 OUI . 1. (PASSER A 07)q - - NON . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . 1 (PASSER A 08)~ NON . 2 NSP . B NON . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 OU[ . I (PASSER A Q.502 ENFANT SU I VA;4T DECEDE OU A Q.601) 513 Combien de tre I avant te dli¢4e I ( SYNPTOI4E )1- t - Il/e((• Ctlli? NOTER LA REPONSE DANS L*UNZTE DE TEMPS UT]" L[SEE PAR L*ENQUETEE JOU~S. OE SENL41NES, NO[S . NSP . NSP . JOUit S . 1 SENA[N£S. f401S . --3 NSP . JOL~t S. 1 NSP . 996- JOURS . 1 SE)V.]NES, 2 æ]S.; 3 NSP . JOURS . 1 SEMAINES. 2 MoiS . 3 NSP . ~8- JOU~S . 1 2 MOiS . 3 NSP . 9911- JOURS'. ~ I SEMAINES* ~ ~ 0 i¢OIS . NSP . JOURS.,, U $EMA] NES. MOIS . NSP . çW8 NO~ . . . . . . . . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 ,02 ,05 ,,04 05 06 07 04~ .Or/ N$P . (PASSER A Q.S02~ ENFANT SU [ Vî~UT OECIEDE, OU A Q,601) 21 261 VOIR S02, MOTER LE MUI4£RO DE LIGNE ET LE NON DE i L+AVAMT-DERNIERE NAISSANCE (SI OECEDEE)+ CUDE L+AV. AVANT'OERMIERE (St OECE]RE), PUIS POSEI 0.509 A 0.518 500 D~lrl~t 11 Nkedle ~i • 518 (SYNPTONE)" 511C ¢M4 te dq~41, (NON) l - t - I t i+t++[ / I(llLL! m (Syi4PTQME)? I LL I ENCSRCLER LE COOE APpRO¢>RIE pcuR Ck~~kQU( Syî4PTCJ~, PUIS POSER LES CCî~STIONS 510 A 513 OU PASSER AU SyNPTONE SUIVAN1. 511 C~len de tre llvlk~t Le d~c~l, ( SYI4PTCI4E ) l't" 9r*veT i L/et Le co41e~ê? NOTER LA REPO~SE DANS L~UN]TE DE TEMPS UT]LISEE PAR L+ENQUETEE ;01pIARR~EE CUl . . . . . . . . 1 ~UI . 1 NON . 2 NON . 2 NSP . ~ NSP . 8 (PASSER A 03 02 O [ ARINEE 0~-J AVEC SANG o~i TCUx ~RESPIRATIO44 ~CC~RTE ET RAPIDE O~JFZEVRE G6 J CO~~IJL $10~S 07 iCUTOeS SUR O~LE C~PS 08J TRES NA[GRE OUI . 1 OUI . 1 NON . Z NON . 2 NSP . E~ NSP . 8 (PASSER A 03 oel . 1 OUI . 1 NON . . . . . . . . E NOM . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . . I~ I #SP . . . . . . . 8 (PASSER A 04 OUI . 1 OUI . 1 NON . 2 NO~ . 2 NSP . ~ NSP . 8 (PASSER A 05 OUi . . . . . . . . | OUI . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NON . Z MSP . . . . . . . . ~ I MSP . . . . . . . B (PASSER A 06 OUI . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . 2 NO~ . . . . . . . 2 NSP . I~l NSP . 8 (PASSER A 07 ).J OUI . 1 CUl . 1 NON . 2 MOt+ . 2 NSP . . . . . . . . NSP . . . . . . . 8 i(PASSER A 88 OUI . I OUi . 1 NO;4 . 2 NON . 2 NSP . ~ NSP . 8 [PASSER A 09 ),.J JOURS.J lJ I I SEi~lNES. 1401S . NSP . . . . . . . . . . . . . 998 I JOURS.,. SEMAINES. 2 MOIS . ] N•P . . . . . . . . . . . . . 998 JOURS . 1 SEî4AINES, 2 HOIS . . . . . ] i NSP . 998 JOURS . 1 SENAINES, MOIS . m m NSP . 998 JOURS . 1 i SERINES. ; NOIS NSP . . . . . . . . . . . . . 998 JOURS . 1 SEI4AI MES. 2 I .ms . ~ i MSP . . . . . . . . . . . . . ç<~8 JOURS . I SEMAINES. 2 NOIS . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . 998 JOURS . 1 SEMAINES. L MOIS . 3 NSP . Q98 . ,'oE*,. ~ I i 512 (SYNPTOqE) æ-t + iL/erre dur4 juste'su ~cls? OUI . 1 (PASSER A OZ) j*~] NOM . 2 NE# . . . . . . . . . . . . . . 8 NON . E NSP . a MON . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 OUI . 1, (PASSER A 05)~ NON . E NSP . 8 OUI . 1- (PASSER A G6)*~- NON . 2 NSP . . . . . . . . . . . . . . 8 CUl . 1 (PASSER A 07)~ NOM . 2 MSP . 8 oel . 1 (PASSER A 08)~ NON . 2 NSP . 8 $13 Cwblln de trop4 iyIrll te l~k~1~ll (SyHPTO~JE)s- t - l ( /eL le tes t? NOTER LA RIE+~JNS.IE DANS LIUNLTE DE TEMPS UT[" LISEE pAR L+EMQUETEE J(XmS. SEMAINES. NO[S . NSP . JOURS . I SEKAINEIî. 2 KOZS . ~- NSP . 998-- 02 03 JOURS . 1 SEMAINES, 2 G& KOIS . 3 NSP . 998-- JOURS . 1 SEî4A I MES. 2 NO[S . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . JOkk~S . 1 SEI4ALMES. 2 MOIS . . . . . 3 NSP . 998- JOURS . 1 SEMAINES. NOIS . ] NSP . 998- 09 VISAGE ET ~J JNIE S ENFLES OU] . 1 NO++ . . . . . . . . 2 NSP . (PASSER A ) Q.50Z ENFANT SU]VANT DECEOE OU A 0.601) OUI . . . . . . . I NOM . . . . . . . 2 I ISp . . . . . . . 8 J oeRS . . . . I SEHAINES. 2 l « ) IS . . . . . 3 NSP . . . . . . . . . . . . . 998 JOURS . 1 SEMAINES. 2 MOIS . 3 NSP . 05 06 07 .08 OUI . 1 JOURS. ~ _ ~ (PASSERA 09)~ SEMAINES. 2 ~ j- ~09 N(~d . . . . . . . . . . . . . . 2 NO[S . . . . . 3 1 ~ NSP . 8 NSP . ~.+ OUI . 1 (PASSER A ,~ Q.$02 ENFANT SUIVANT DECEDE OU A Q.601) MON . 2 ISP . 8 J+i~ SEMAINES. MOIS . NSP . . . . . . . . . . . . . 996- - (PASSER A Q.§O2J [MFANT SU [ VNIT DECEDE, OU A Q.60() ZZ 262 J 1,O,A11”11 OUI. . .1 OUI. . .1 YOY. . .z “CU. . .1 “SP . 4 “SP. . .o ,PA$fER A 03, ,,,TcuX IUJI .<<. 1 IWI 1 -J 1 YON. 1,1 *o* 2 IIP W8 KuSl. 1 sEl!AIYIo. 1 M MOIS. 1 YIP 9% SECTION 6. MARIAGE PASKll Me OUESTIONS ET FILTRES COOES I A æ æ 601 Avez-vous déjl~ ait~ mrieDe ou rayez-vous d+jk v~cu en OUI . 1 l union ~ve¢ un hoqllle? MG~ . Z-'--~611 I 602 Etes-vo,as act~lllmnt alrîle OU vivez-vou~ actueltlmetlt NARXEE . 1 j etrl UniOrl IVlC un hGqlllej Ou ~lel-vo~4 veuve, dlvor¢l~l Ou VIT IN UNION . 2 I sép4rGe? VEUVE . DXVORCEE . ~ & 607 SEPAREE . 603 Est'ce que votre mrî/conjoint v~t uvec vous ma VIT AVEC ELLE . 1 habite aiLLeurs? HABITE AILLEURS . 2 I 604 Votre ~q'ari/¢onjoint a-t-iL dtautres fms en plus de OUI . 1 I vous - marne? N~ . 2 : ~07 hO5 Combien d'.utr., f--. t i L? N--RE . ~ ] I .sP . . - - ~ , hO6 Ete,'vc"Js La prmlkre, Il dmaxloe, la trollloe . RANG . F ~ J 8pouse7 I I J I UNE FOIS . 1 ~609 /;07 Avez-vous It#~ ~ri6e ou irez-vous v~ou in union avec un homme une foie ou p[L.~ d~une fois? PLUS DIUNE FOIS . 2 608 En comptant Le mariage/union actueL{le), ¢c~11bllm de foîs NOMBRE DE KARIAGE/UNIOe . avez-vous 6t6 rari~e ou in ~io~? 609 Quel âge aviez-vo~s oF*and vous avez c~~m~i k vivre AGE . I ~ ~ avec votre (pre¢~ier) ~ri/conjo~nt? I I I 610 En q¢;et mois et en quelLe antre avez-vous commencé k MOIS . [ ~ ~ vivre avec votre (premier) wri/conjoinîc? I I I NSP MOIS . 98 COHPARER ET CORRIGER 609 ET/OU 610 SI INCOMPATIBLES. ~612 ANNEE . [~ NSP ANNEE . OF 611 SI JAMAIS EN UNION: OUI . I I Avez-vous d~j& eu (Ses rapportm sexue(s? I NON . 2 =616 612 Maintenant nous avons besoin de quelques renseîgnem~nts sur votre activité sexuelLe afin de mieux comprendre La contraceptîon et te fécond+tNi. NONBRE DE FOrS . IL] COmbien de fois avez-vous eu des rapports sexuels d~Jrant Les quatre dernilres se~4ir~s? 613 COnloien de fois ber mois avez-vous hlbbit~L[ement r ~ des rapports sexuels? NOMBRE DE FOIS . iii 614 Combien de temps y a-t-iL dep~JiS que vous avez eu des JOURS . rapports sexuels pour fa dernière fois? SEMAINES . ANNEES . AVANT LA DERNIERE I~AISSANCE.9ç~ 615 Quai îge uviez'vo~ la pr~îère fois que vous irez e~J des rapports sex~els? AUTRES PERSONNES PRESENTES A CE NOI4ENT AGE . [ ~ PREMIERE FOIS AUNARZAGE . 96 OUI NO~ ENFANTS MOINS DE 10 ANS.1 Z NAR I/CG~ JOilIT . 1 2 AUTRES H(]44E S . 1 Z AUTRES FEMMES . . . . . . . . . . . . . . 1 2 24 264 N • 702 703 SECT]ON 7. PREFERENCES EN NAT]ERE DE FECONO[TE QUESTIONS ET FILTRES VOIR 31~: ~~~RILISE(E)E~ LUI ~JELLE STERILI$E(E) m VOIR 602: ACTUELLEMENT MJkRIEE/EN UNION COOES 'I' eu +2' ENCERCLES A 0.602 VOIR 225: PAS ENCEINTE OU PAS SURE [~ I Maintenant j'ai queL~l euestions su sujet de [*svenir. Voudrlez-vous Droit (autre) enfant ou pri- f~rerlez-vous P~~d avoir de(autres) enf8ntl? ENCEINTE EÇ] Ml(ntl¢¢mt J'Il q~L~l q~~stio~ll I~J sujet de L'avenir. Aprtl I*~flmt que VOUS et t ende~, vo~Jdr ie¢« v~= ivotr un autre Imf~t ou prEf~rerJez-vo~s rm pas avoir cPaut«ss eftfentlT PASSER COOES A I ~707 KIîOIR UN (AUTRE) ENFANT . 1 I PAS D'AUTRE/AUCUN . 2 ~ pIT QUmELLE ME PEUT PAS/PLUI TOMBER ENCEINTE . 3 ?'10 PAS BECIDEE OU NSP . 7O4 1 705 706 VOIR 225: PAS ENCEINTE OU PAS SURE [~ ENCEINTE E~ COmbien de temps voudriez- Cowbllm de t~ voudrlez- VOUS atterK:;re i partir d4 rOUI ætterdre Ipr6$ Il N~i~tenant Gvant {I ~ais- ~ljssir~l ~l Ll~fl~t Sance dlun (autre) ~~~t7 ¥o~| 8{~lf~I e~ ævænt Il enfer? ¢IENTOT/~4AI#TENANT . 99~ DIT eu*ELLE NE PEUT PAS/PLUS TOMBER ENCEINTE.* . 9qS-- AUTRE 996 (PRECISEE) NSP . . . . . . . . . . . . . . . . . * , , . . . . . . . . 998 - .710 I VOiR 218 ET 225: I I A UN/DES ENFANTS OUI NON VIVANT(S) OU 9 ENCE[NTE ~ .710 v VOiR 225: AGEDU PLUS JEUNE: I ANNEE$ . NSP . 98~ PAS ENCE[NTE OU PAS SURE E~ ] ENCEINIE [~) m i v V Quel âge voudriez-vous qu4 Quel 6Se vo~drlez-vou= votre p[us jeune enTam¢ ait ~ [*enfant ~ vOUS atteint quand votre prochain ittendez ait atteint enfant naîtra? ~and votre prochain enfant ~ltra? ~7t0 707 Regrettez-vous que Vous (votre mari) ayez (l~t) lu OUI . 1 {*opération pour ne pas (ptus) avoir d*enflnt? Noe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 .709 708 I Pourquoi le regreztez'vcus? ENeuETEE VEUT UN AUTRE ENFANT.I~ CONJOINT VEUT UN AUTRE ENFANT.2 EFFETS SECOIIOA]RE$ . S 718 AUTRE RAISON (PREC[SER) I 7o9 I Dans votre s i tuat i~ actueLLe, s~ vM ,v ie= i ** OU( . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 - -~ I refaire« pensez-vous que roui prendrJez Il ~ .~718 décision d'être st~riLisEe? NGN . 2 710 J Pensez-vous que votre ~ri/conjofnt eppr~~lve (es couples OUI/APPROUvE . , I I (~i utl lisent ~ne ¢r~thode pour retaroer ou Eviter une NON/DE.~.ApPROUVE . E I grossesse? NSP . 8 711 I A . d~ j+ partt . otr. mrl/ccmjeint dal eul . 1 I I I~thodes pour ~viter de tomber tP¢einte et d~ leur I ut i ( isat Son? N0¢4 . 2 ~713 ,,E I Combien de fois 8vez-v~ part6 IrE votre imrllconjolnt jAî4A]$ . , I I de ce sujet au ccurs de t'a~n4e derniers? UNE OU DEUX FOIS . 2 I PLUS S~UVENT . 3 713 i Avez-vc.JS d~jk discute |vie votre mari/c¢¢ljoirlt eu eu[ . 1 m I nombre d~enfants o~l roui voudriez mvoir? I 265 pA|~Ell N ° QUESTIONS ET FILTRES CODES A 714 Pensez-vous que votre ~rl/conjoint $o+Jhl+tl Ivoir ~e o~~ nombre dlenfanti que VC~S, e~ veut devontsge ~Jmoin$ que vous? MEI4E NOMBRE . 1 PLUS D+ENFANTS . 2 NOIM$ D*EMfANT$ . ] NSp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B 715 Après t'=ccoucher~ent, c(~tbilm de templ un couple devra l t - i [ attendri ivlnt de r lpr lndr l 111 rli3i3¢rtl le~ueI~? Zi:~~iiiiiiiiiiiiiiill~ ~JTRE 996 (PREClSER) 716 UrR r~re devrait-elle attendre q~~ette mit ¢o¢~oLitment ATTENDRE . 1 ærrttl d'allaiter Iv~t de reprendre Iii r~cçnrtl sexuels OU cela ride pas d'hRoortertce? PAS O'Iî4PORIANCE . 2 717 Etes-vous d'accord que des toupies uti{i=eflt ur~e g~thode OUI, D*ACCORO . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 pour retarder ou I;viter u¢~e grosBeBle? NON, PAS D+ACCORO . 2 718 VOJR 218: A UN/D{S ENFAN|(S) V[VANi(5) I Si vous pouviez recommencer k partir de t'~poque ou vOUs n=sviez pas d'enfants, et si VOUS pouviez choisir exacte- it~en[ te no~t~re d'enfants evoir dans toute votre vie, coe~iœen auriez-vous voulu en avoir au total? N*A PAS D'ENFANT(S)(~ VIVANT(S) i Si vau! pouviez choisir exact~nt te ~re d=enfan¢i & avoir dsns toute votre vie, com- bien voudriez-vou$ en avoir en tout? NON6RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . AUTRE RE pONSE ~N~ (PRECl$ER) ENREGISIRER UN S]NPLE NOflBRE OU AUTRE REPONSE. ~720 719 Combien de gerçons et combien de filles? NCI4BRE DE GARÇO#S . I i i GARÇ(X~S DEPEND DE DIEU . ~J NOî¢8RE DE FILLES . ]11 FILLES DEPEND DE D%EU . 95 AUTRE REP(X¢SE 96 (PRECISER) N$P . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . T20 SeLon vous, ¢~e[s sont tes principaux avantages d*avolr I~aucoup d'enfants? ENREGISTRER LES COOES DANS L+ORORE DES RE" PONSES DONNEES S«]L N*y A PAS DE 2 °, 3 = AVANTAGE, NOTER ~OO I AIDE DANS LE TRAVAIL . 01 AS$]STA#CE/AIDE FINANCIERE.02 SOUTIEN DANS LA VIEILLESSE,.,.O3 AFFECTION/CONPAGN]E . 04 06LIGATION$ REL]GIEUSES/ SOC[ALES . 05 FIERTE/AFF]RMATIONDE SOI . 06 STATU| SOCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . 07 POSTERITE/PATRONyNE . 08 AUCUN AVANTAOE . 09 AUTRE 10 (PRECISER) NSP . 98 1" AVANTAGE . 2 ° AVANTAGE . FF] 3* AVANTAGE . ~1~ 721 Selon vous, quel sont les principaux désa- vantages d~avoir beauco~od«enfants? ENREG[SIRER LES CODES DANS L'ORDRE DES RE- PONSES DONNEE5 S'IL NIy A PAS DE 2 ~, 3 m DÆSAVANTAGE,NOIER'OO* COUT/FRAIS FINANCIERS . 01 PRO6L EMES D~ENCADRENENT . 02 PROBLEI4ES DE DISC[PL[NE . . . . . . . . 03 AUG/(ENTATIO{4 DU TRAVAIL . 04 CONIRAINTES pOUR LES PARENTS.OS INOU]ETUOE SUR L'AVENIR . 06 pRO6LENES DANS LE COUPLE . 07 )¢0.LAD I E/NOAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 AUCUN DE SAVAN TAGE . 09 AUTRE 10 1 t DESAVANTAGE . 2 ° DESAVANTAGE . [ ~ 3° DESAVANTAGE . ~'~ (PRECXSER) 722 SeLon vous, +~ partir de combien d,enflnt= peut*on N(Y~BRE . [~~ considérer ~*~e F~m~ a I:~ll~oUp d~¢mfl~ts? I I I NSP . 98 T23 Et vous, pré~érez-v(~aJ$ belu¢oup dlertf&nts ou p~u BEAUCOUP D~ENEANTS . 1 d'enfanTs? PEU D'ENFANTS . 2 26 266 ~[CT~ON ~ç CARACTER[ST[Q(JES DU CONJOINT ET ACTIVIT[ PROFESSIONNELLE OE LA FEM~4E N* QUESTIONS ET FILTRES I CCOES I 806 80;' VOIR 601: EST CU A ETE JAKA[S I~.RIEE/ NARIEE/EN U«[ON ? J~ lS EN UNION Ç~ 'OUI' A 0.601 *NON' A 0.601 v POSER LES Q~JEST]ONS SUR LE MARI/CONJOINT ACTUEL Od LE PLUS RECENT PASSER I , I, D10 OUI . I I ÆZ Est'ce que votre mrari/cc~joint • fr~*oNent6 t*~coLe? MON . 2 ,.805 803 A quel niveau scolaire le plus 4ter+ a-t*lt Irritl Bel PRIMAIRE . 1 J ~t~es: primaire, secondaire ou sup4rleur? SECONDA[RE . 2 I SUPER lEUR . 3 NSP . 8 ~llO5 806 QueLLe est La derni6re classe qu*iL • achevEe CLASSE . I~ l & ce niveau?* L_J I ~5 l QueLLe est (brait) L+occ~ti~ pri~i~Le de votre (dernier) ~r i/con|oint? I I I CHî~Ip PERSO~M. OU FAN%LIAL . 1 CHAHP LOUE . 2 AUTRE CNAHP . 3 VOIR 805: TRAVAILLE NE TRAVAILLE (TRAVAILLA]T) E~ (TRAVAILLAIT)PAS [~ DANS L*AGR]EULTUR DANS L'AGRICULTURE Est'ce que votre mari/conjoint travaille (travaît(ait) I principalement sur sa propre terre ou celle de sa la- I miLLe, est-ce qu*iL Loue ri terre ou est-ce qu'il travaiLLe sur La terre de o~etq~J+un d+autre? I Il ~80a I I 808 Oue[[e est (êtait) La reLigion de votre (dernier) mari/conjoint? I CATHOLIQUE . 1 I PROTESIANT . 2 ~4J$ULMAN . 3 AUTRE 4 (PRECISER) AUCUNE . 5 NSP . 8 m Quelle est (6tait) La natlo~Lité de votre (dernier) I C/d4EROUNAISE . 1 | I n~ri/c°ni°in[? I AUTRE AFRICAINE . 2 I AUTRE . 3 •COOES SELON LES DIFFERENT$ SY$TEHES DJEDUCAT]OII: O=MO[NS D«UNE ANNEE DæNSP pOUR LE SUPERIEUR« VOIR LE HAMUEL O«IN$TRUCTIONS ~R]NAIRE SECONDAIRE ANGLOPHONE I CODES I FRANCOPHONE I INFANT/CLASS ONE I I S)L STANDARD ONEJ 2 CP STANDARD T~,~O/CLASS THREE 3 CE1 STANOARD IHREE/CLASS FOUR 4 CE2 STANDARD TOUR/CLASS FIVE 5 CH1 SIANOARO F[VE/CLASS SiX 6 CM~ STANDARD SIX/CLASS SEVEN 7 I ANGLOPHQt4E ICOOE$1 F RANCOPHC~ME I - ; FORM 1 S I X I EME/I *AMNEE FORM 2 2 CI NGUI EME/2"ANNEE FoeM ] 3 OUATR I EME/3*ANN[E FORM 4* 4 TROI S[ENE/41ANNEE FORN 5 5 SECONDE LO~ER SIXTH FORM 6 PREMIERE UPPER SIXTH FORM 7 TERMINALE 27 267 M" QUESTIOId$ ET FILTRES 810 Cm vous Le ssvez, Imuol~ dl fmi trlwSiLLet~t en ®hors de l eur propre t r l v l L l lu foyer. Certaines ~t un t r lv l I L pour LmL eLLes sor)t pay~~es en Irgent ou en nature. O~=utrll tlerv~~t urm boutLqv4 un pet i t caï11~erce Il Le llllsO~1 OU l+ I teur l ; d=eut res cuLtivent Les chm de I l famiLLe ou t r l v l L I t l f l t ure affaire fæiLtaLe. Avez-vou4; actueLLIm=mt un trlvlit de ci 9lnre? PAStEl COOE$ A C4J] . 1 M(~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 - - »818 811 Quel genre de travli( flitel+VO~;? M 812 Dai*~; votre travaiL, îtes-vous une aployte, Iris-vous i votr! cornple, ete=-vows erqLoyeur oQ lîdei-vM q~Jctqu'u~ de Le f~iLLe? EMPLOYEE . 1 A SON COMPIE . 2 Ei4PLO;+EUll . 3 AIDE FAMILIALE . 4 813 G=9nez-vous de L ' i rgent ~o<~.Ir Cl t r l v l i l ? oe l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 814 Flite6"vOus Ce t r l v l+[ Il I I IPIL|On OU II~ dihorl 1~ LII maison? I LS15 VOIR 217/218/220: A UN ENFANT NE DEPUIS OUI JANV. 1906 ET VIVANT A LA HA[SON? ç 816 Pendant que vous travaiLLez+ irez-vous habitueLLement (NO~ DU PLUS JEUEE ENFANT A LA MAISON) avec vous« I I&vez-vou$ (~ue~quç foil~ ivec Vous ~J i~is avec vous? 81T Qui s«o¢c~~ehab~ttJeLL(tl~efxt de (NOM DU PLUS JEUNE ENFANT A LA MAISON) pe+~Jant que vous t r l v l i L tez? AILLEURS . 2 + I ~818 N~BLTUELLEMENT . 1 QUELQUE FOIS . 2, JN4AIS . ] MARI . 01 ENFANT(S) PLUS AGE($) . 02 AUTRES PARENTS . 03 VOISINS . 04 AMIS . 05 DOl4ESTIOUE . 06 ENFANT A LtECOLE . 07 CRECHE/G~~DER[E . . . . . . . . . . . . . . . . . 08 AUTRE 09 (PRECISER) NOTER L'HEURE HEURE . MINUTES . 28 ~B18 268 TAILLE ET POIDS S~ÇTION ~. UNE OU PLUS IEURS AUCUNE NAISSANCE f---3 NA ISSANCES DEPUIS JANV. 1986 p F I DEPUIS JANV. 1986 ENCORE EN V IE ET ENCORE EN V IE R EN 902-904, ENREGISTRER LE N" D 'ORDRE, LE NOM, ET LA DATE DE NAISSANCE DE CHAQUE ENFANT EN V IE , NE DEPUIS LE le JANVIER 1986, EN COMMENÇANT PAR L 'ENFANT LE PLUS JEUNE. NOTER LA TA ILLE ET LE POIDS EN 906 ET 908 , S I PLUS DE TROIS NA ISSANCES DEPUIS JANV. 86 , ENCORE EN V IE UT IL ISER UN 2~me QUEST IONNAIRE . 902 No. D 'ORDRE DE LA Q.214 903 NOM DE LA Q.214 904 DATE DE NAISSANCE DE Q.217 ET DEMAN- DER LE JOUR 905 C ICATRICE BCG SUR LE BRAS 906 TA ILLE (EN Cm. ) 907 MESURE : COUCHE OU DEBOUT 908 POIDS (EN Kg . ) 909 DATE DE PESEE ET DE MESURE DE L 'EN- FANT ~I~ DERNIER ENFANT EN V IE (NOM) 910 RESULTAT (POIDS ET TA ILLE) JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . 2• AVANT-DERNIER ENFANT EN V IE (NOM) JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . • J CICAT. VUE . . . . . 1 C ICAT . VUE . . . . . i PAS DE C ICAT. . .2 PAS DE C ICAT. . .2 COUCHE . . . . . . . . . 1 COUCHE . . . . . . . . . i DEBOUT . . . . . . . . . 2 DEBOUT . . . . . . . . . 2 JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . ENFANT MESURE. . I ENFANT MALADE. .2 ENFANT ABSENT. .3 ENFANT REFUSE. .4 MERE REFUSE . . . . 5 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PEECISER) ~ NOM DE L 'ASS ISTANT: ~3~ AVANT AVANT- DERNIER ENFANT EN V IE (NOM) JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . C ICAT . VUE . . . . . 1 PAS DE CICAT. .2 COUCHE . . . . . . . . . i DEBOUT . . . . . . . . . 2 JOUR . . . . . MOIS . . . . . ANNEE . . . . MESURE . . . . . . . . . 1 MESURE . . . . . . . . . 1 ENFANT MALADE. .2 ENFANT MALADE. .2 ENFANT ABSENT. .3 ENFANT ABSENT. .3 ENFANT REFUSE. .4 ENFANT REFUSE. .4 MERE REFUSE . . . . 5 MERE REFUSE . . . . 5 AUTRE . . . . . . . . . . 6 AUTRE . . . . . . . . . . 6 (PRECISER) (PRECISER) 911 NOM DU MESUREUR: 29 269 OBSERVATIONS DE L 'ENQUETRICE (A remplir après achèvement de l ' interview) Commentai res sur l 'enqu~t~e: Commentai res sur des quest ions part icul i~res: Autres commentaires: OBSERVATIONS DE LA CONTROLEUSE Nom de la contrôleuse: Date: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Nom du chef d'équipe: Date: 30 270 MINISTERE DU PLAN ET DE REPUBL IQUE DU CAMEROUN L 'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Pa ix -Tçava i l -pat r ie Conf ident ie l ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE QUEST IONNAIRE INDIV IDUEL MARI IDENTIF ICAT ION PROVINCE PROVINCE . . . . . . . . . . . . . . DEPARTEMENT ARROND. /D ISTR ICT V ILLE /CANTON/GROUPEMENT V ILLAGE QUARTIER DE V ILLE /LOCAL ITE NOM DU MARI N" de la STRATE . ARROND. /D ISTR ICT N" de la GRAPPE I i N « DE L IGNE MARI . . . N « de la ZD N° LIONE DE LA (DES) F73 ~ ~ ~ Fç ] F? ] ~ -- FEMME(S) EL IG IBLE (S) DU MARI ENQUETE V IS ITES D 'ENQUETRICE I I 2 V IS ITE F INALE DATE NOM DE L 'ENQUETRICE RESULTAT* PROCHAINE DATE V IS ITE : HEURE *CODES RESULTAT: 1 ENT IEREMENT REMPL I 2 PAS A LA MAISON 3 D IFFERE 3 JOUR . MOIS . ANNEE. . . - CODE ENQUETRICE RESULTAT lJ J» iiiiii]i]iiiiii~ii!!!iiiiii RESULTAT[ . . I -- NOMBRE TOTAL Ç~ 4 REFUS DE REPONDRE 5 PART IELLEMENT REMPL I 6 AUTRE (PRECISER) ,, QUEST IONNAIRE FP3&NCAIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , i LANGUE DE L ' INTERVIEW** ,, INTERPRETE: OUI (=i) / NON (=2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . * *CODES LANGUE: 1 FRANCAIS 3 FULFULDE 5 P IDGIN 2 ANGLAIS 4 EWONDO 6 AUTRES NOM CONTROLE TERRAIN CONTROLE BUREAU SA IS I PAR 271 SECTION 1. CARACTERISTIQUES 5~C[O-DEKOGRAPHIQUES DES ENGUE'[ES PASSER 1OZ I O~tte est votre date de mHissr~e? I MOIS . [ ~ NSP MOIS . 98 ANNEE . NSP ANMEE . COI4PARER ET C(3~RIG~R 102 ET/OU 103 51 INCOMpAT]6LE$ ,o, i A-* - - ' r - -o* ' ' '*o*.' Iou, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , 10~ | A GpaeL niveau ~cotæir~ Le pLue ~tev~ avez-vous arr6t~ vos| PRIMAIRE . 1 I ~tu¢kls: Prir4ire' sac°~dlire °~ sup~r~~r? I SECOflOAIRE . 2 SUPERIEUR . 3 1~ I Q.tte est ~edernière cL&sseqUeniveau?. . ,av.*ce I CLASSE . [] 107 I Ouette est votre o¢cupatiorlprir~î/Ja(e ? lOa [ Guette est votre retlgi~? I CATHOE i GIUE . 1 PROï'E$TANT . 2 MUSULMAN . 3 AUTRE 4 (PRECISER) AUCUNE . 5 109 I QUeL Ka est votre nat îof~aL i tf? I CAî4EROUNAX SI . 1 AUTRE AFRXC~J NE . 2 AUTRE . 3 H°I I Maint~~~m| je VOUdrliS VOUS ;)oser des qv4stions & proflol du Nr ia9e: Combien d'Gpouses/f~lms avez-v~ ict~L Lmwnt? NC(4BRE . 111 I Avez-vous C'intenti~ de preste une ,u~r* Cd',utr*s) I OUi . 1 I ~~~ase(s)/fmme(s) dans ('*venir? I NON . 2 112 I Q~eL îge aviez-vous quencl . . . . ttesnœri'ouqu;~nd I A~E EN ANNEES REVOLUE$.~ VOUS avez cammenc• /I vîvre en unio~ pour La première fois avec c~~ fe~~e? avez-vo~~ commnc~ ~ vivre en union pour LJ prmi~re fois avec ~ femme? N$P MOIS . 98 A#NEE . 14Sp ANNEE . 98 • CoeES SELON LES DIFFERENI$ SYSTENE$ D*EOUCATIOI4: O=NOINS D'UNE A~HEE 8=NSP POUR LE SUPERIEUR: VOIR LE ~NUEL DIINSTRUCTI~S PRIMAIRE SECONDAIRE T ANGLOPHO~E IC~OE$ F RANCOPttON~ iNFANT/CCA5SONE 1 $1L STANDARD O~E/CLA$S 1~ I 2 I Cp I STANDARD T~IO/CLA$S THREE 3 CE1 STANDARD THREE/CLASS FOUR 4 CE2 STANDARD FOUR/CLASS FIVE 5 CM1 STANDARO FIVE/CLASS SIX 6 (342 STANDARD SIX/CLA5S SEVEN 7 * ANGLOeH.ONE I CODES F RANCOPI'K3NE FORM 1 1 $ IXIEME/1 *ANNEE FORM 2 2 C I NQ4J Z EklE/2*ANN(E FORM 3 ] QUATR Z EMIE/3*A#NEE FORM 4 4 TRO I S X EI4E/& *AIINEE FORN S 5 SECONDE L(~R SIXTH FORH 6 PREMZER[ UPPER SiXTH FORM 7 TERMZNAL£ 272 SECTXON 2: CONTRACEPTION 011 Nlllntlls'XMIt, Je voudrl+l vo+J! plrLllr dll Il plllnifi¢lltion fælL+llLll, c*llllt Il dirll [lll diffl+rlmts æyerul ixl i~thodel I qu 'un coup le p l~t ut~L~sllr p<xlr r l l t l rder ~~J Iv l t l l r une s l ross l l l l l le . I Dal qp.leLll moyl ln l Ou I~thodes evez-vou~ imtertckl pertllr? EN~RCLER LE CODE 1 DANS 202 PO~t CNAQU( NETNODE NENT]ONNEE O+UNE MAN]ERE SPONTANEE. PUIS C~TINU~It LA COLONNE EN LISANT L~ NOI ET LA DESCRIPTION DE CNAQUE NETNODE NGN î4ENT]ONNEE SFI~TANENEIIT. ENCERCLER LE COeE 2 SE LA NETHODE EST RECONNt~E, ET LE COeE 3 SE NON RECONNUE. PUIS, POUR CHAQUE HETNOOE AYANT LE CoeE I OU 2 ENCERCLE OANS 202, POSER 203 AVANT DE PASSER A LA i4ETi~OE SUIVANTE. 0 1 1 PILULE (Les femmes peuvent prendre (3UI/SP'ONï'ANE . 1 une piLuLe tc~z tri jours) OUI/CITE . 2 NON . v 021 DIU/$TER[LET (Certllr~4s fmi oet OU]/SFONTAN[ . 1 un st4rltllt ou un dispositif Intrll" OUI/CITE . 2 ut6r~n que l e I t4dec ln O~ L*lnftr- NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l i l r l l L~r pIllCll CklrlS i l u t4ru l . ) I v O~ INJECTIONS ( Cl r t l l rms fmi re - OUI/SPONTAN[ . 1 çolvlmt u~4 piqûre p4r un m4~ec~n OUI/CITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ¢~J une (n f ]ml t r l l pour i v i t l r de NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . tol~o4r e~¢l ln t l l + t pL~i~r l l I æls . ) N SPERNZCID[S: O L APNRACIR/140USSE/ GELEE (Certllines fmi se mettlmt & I'intltrieur du vuain ul~ ~~o~ge , des ¢~W:~'ll~S effllrvllsclmts, un un dîl4~hrllsW~ , de tll get(*e ou de LII croe IVant Lell r~0p~rts IHUeLs.) OUI/SPONTANE . 1 OUI/CITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 MGr4 . 1 v CUl/SpG~TANE . 1 GUI/CITE . 2 NON . ¥ •J• PRESERVATIF/CONO04 (¢llrtllrll holfltel Ntterlt un pr~serveZîf (clpotll In- glaise) pendllnt Les rllpports sexue t s. ) 061 STERILISATION FEMINIME/LZGATURE DES QU]/SPCeITANE . 1 TR(~I4PES (Cllrtllir~411 fez subis- OUI/CITE . 2 slqtt ~ of~rlltl~t pour r~ ptus NON . 31 llvolr d'enfants. ) / v O~ STERILZSAT]Ct4 NASCULIME/VASECTONIE GJ]/SPONTANE 1 (Certllins hommes subîssent une o@ê* OUI/CITE . 2 rlltio~~ pour ~e plu4; l l vo i r NON . 31 d'lmfllnt s. ) / v 081 CONTINENCE PER]OelQUE/OG[NO OUI/SP~4TANE . 1 (Certllins cogpLlll 6vftlmt d'llvolr OUI/CITE . Z des rllpports sllx~[s certllins j~.lrll NO~ . ]1 du cycle pendant LesqueLs la f m / est pL~+ llusceptibLI de raidir imcelntll. ) v 09~ ABSTINENCE (En dehors de t*|rrtt OU]/$PONTANE . 1 des rllpports sexuets trlditionnet- OUI/CITE . 2 |lment obsllrvl~ llprtll tll rulillsmmrmll, NCN . ]- certllins col4~Les *~vîtent d+evoîr des rllpports SexueLI pen(Mnt des æls p~Jr ~ La f a r~ t(~tbe plS MIce~ntll. ) IOj RETRAZT/COIT INTERROr4pU OUI/SPONTANE . ) (certains hommes font |ttentio(I et OUI/CITE . 2 s l r l l t l r~t llvllnt 1'4jlC.tltîon) NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 v Ill OUI/SPONTANE 1 NON . AUTRES ~THGOES? Avez+vou~ entet~~par[er dl|utres moyens ou mîthodes que des fmi ou deshomispsuveftt utî|iser po~Jr 6vitllr LII 9rosllesllll? 1 (PREClSER) 2 (PRECISER) 3 (PRE¢I$ER) OUI . 1 OUI . 1 NON . 2 OU] . 1 NGN . Z OUZ . 1 NON . 2 OUI . 1 . Z Votrll f m 1-t-lllle I~ une op4re- tion po~r 4vlttr d*IVOIP d*llutres enfants? OU] . 1 NON . 2 AVeZ'VO~I eU Urm op4rllt(On pour irriter d+llVOlr (~*14Jtrtll erlfirltli? OU] . 1 MON . 2 OU] . 1 NON . 2 OUI . 1 NON . 2 OU[ . 1 MON . 2 OU] . 1 MON . 2 OUI . 1 K&~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Z OUi . .1 MON . * . 2 AU MOINS UN x~Ulm f~ (A UTILISE) I L L PASSER A 207 273 pASSl~ll N* GU~STIOI4S ET FILTRES COOES I A 205 Avez*vo~l jmi$+ vo+JI OU votre(vos) 15y~~Jse(s)/fldlllMr(e) OUI . I~1 Ut(li$~t QU e l l l y4 J + æyB ~L¢0~~~41 ~04Jp re t l rder ou NON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I r200 E'l++~er ~ ~rOl l l l eSse? | i ~lmlmimiimimm mlHimlm, t~ml.ll.limm+mm~ L.mm ~m~ mm»m.hm,,«+m~mmhmmmll]~mmmlU~mm.U | m+L+lliiililllllllll~+~ IilIIIIIIUII • I fl E~ °+"+'"+ ' ' " ' + + ' "+ '°? ++o++.o++.++o.u.++.++.++.~,mmm,,,,,,,++~l"md,l,g~illl~lll blEl+llillllllllllllllll + I H IIIIIIIIIIIIIIIIIII mllm I i CORRtG~It 203"20~ {ET 202 S] NECE$$A[RE) "~fll"~~2.~lllfi ' ",I 11 1 207 En ce moment, vou~ o~ votre(vos) ~ie(s)Ifmme(s) OUI . I I m teites*vc~s q~eL~~e chose o~ uti(isei*vo~u une dthode I pour retarder o~ tviter ~ l l r011e l le? ~ . 2~209 208 O~eLLe ~tho~~ utiLieez-vo~~ act~~~eg~nt? P;LULE . 01- PlU . 02 ]NJECTIOMS . O] DIAP#RAC~4E/M~U$$E/GELEE . . . . . . . . 04 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 05 $TERIL ISATIOI I FEMIMIME . . . . . . . . . 06 STERXLJSATION NA$CIJLIME . 07 EONTXMENCE PEAIOelQUE . Oa AG$TINENEE . 09 RETRAIT . 10 AUTR£ 11-- (PREEISER) ~212 209 AVtZ-VO+.~, VO.~4 OU votrl(voi) 6pom;i(i)/fm(s) GUI . 1 | z211 l'intinTioPI d'utlL(ler ~ Im~th(x~ pour retlrd41r ou NON . 2 Eviteru~e9rossessedane Llavenlr? NSP . 8 »212 210 QU¢/LLe Iq~thode pr~fGrertez-vo;Js utiliser? P]LULE . 01-- OIU . 02 IMJ~CTIONS . 0] D I AP HRACd4E / MOJSSE / GE LE E . 04 COUr)ON . O§ STERILiSAT 1(X4 FEî41NZ NE . 06 STERILISAT ION MASCULINE . 07 C(I~T I NEMCE PER I(~0 % G4~. . . . . . . . . . . oe ABSTINEMCE . 09 RETRAIT . 10 AUTRE 11 (PRECISER) PAS SUR . ~212 211 Quttle est la prinClpllLe raison pour Leq~lLte vrxil n'evez pas ('intMItJon d'utitiser ul~ mlthodl? VEUT DES ENFAMt$ . 01 MA NQU~ 0 ' INfORMAT I(~ . 02 PARTENAIRE DESAPPROUVE . 03 CGUT TROP ELEVE . 06 EFFETS SECOflDA % RES . 05 PROSLEMES DE SANTE . 06 OIFFICILE A OITEIdIR . 07 REL IGIO(4 . 08 OPPOSEE A LA PLA;41F. FANILIALE.09 FATALISTE/OEPEMD DE DIEU . 10 FAN] LLE DESAppR(XNE . 11 RAPI~RTS SEX. PEU FREO~IENTS.12 FEMME A DIFFiCULTE A TOMllER ENCEINTE . 13 FENME NENQPAUSE/STRER] L ISEE. , . * 14 MAL C01414(30E . 15 AUTRE 16 (PRECISER) MSP . 96 212 Etes*vous pour + o~ co¢~tre ri diffusiol~ d+înformatlO~l I~UR/60ll . 1 sur Le planning fmiLiil ~ La radio cui la téLëvi$ion? C@4TRE/NAUVAIS . 2 NSP . 8 4 274 "1 301 302 30+* SECTIOI~3: PREFEREMCES EMMATIERE DE FECQNDITE PAJI~~ WJESTIONS ET FILTRES I CIOOES I A m Av. , -~. des , . f ,m,? I ml . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I Cæienoe garçons Ivez'vo~? Co~l~ de filles avez-vo~J~? 1 VOUdriez-vo~s lVOiP + (d'autrea) cmfant(s) c~prlf4re- riez vOUS r~ pas avoir d*(autraa) IflfMlt(a)? t~M~t2 DE FILLES . ~~: ~ ~'~ r PASSER A 312 AVOIR UM (AUTRES) ENFANT(S).1 PAS D'AUTRE/AUCU~ . 2 DIT OUE SA FEM/IEME PEUT PAS TOilIER ENCE[M|E . 3 DIT ~*IL ME PEUT PAS/PLUS AVOIR O*EMFANT . & PAS OEC[DE I~J MSP . 8 305 plf~.IlZ-VOUll ~ votra(vos) +p¢~le(i)/flmmi(s) OUI/APPROUVIE . ( Ippr~lva(nt) Les couples (~i utilisent une MON/OESAPPRIXNE . 2 i~thode l=<xlr ivltlr iJ~ n41lslmce? NSP . 8 306 Combîen de fois avez-rG'Je perLI avlc votre(vos) JN4AZS . 1 ~l)ou~;I(s)/fa(s) de CI SUjlt lu C~rl d4 ( n~'v14e UNE I~J DEUX FO[S . 2 demi ~tr e? PLUS $CUVEMT . ] ]07 AVeZ-VO~JS ~jk dtscut~ avec votre(vos) i~Oo~le(a)/ OUI . 1 fa(s) du r~ombre d'infants ~Ne vo~ voudrlez avoir? MON . 2 ]08 Pensez-vous ~ votre(vos} 6pou==e(a)/femme($) NENE M~IBRE . 1 souhaite(rit) avoir La / rmebra d*et'~fente que PLUS DtEMFANTS . 2 V~m~s+ en ve*Jt (vs~.lLstlt) davantage ou m~ns que NO[IIS D'EMFAMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . ] vo~~? NSP . 8 ]09 i Apr6a L'ac¢ou~h~nt, ¢~len de te(q~ un ¢oupt! devrait -iL atter¢ire avw~t de reprendre tes rapports Sexu~L$? AUTRE . (PREC]SER) 310 Une ire devrait-aile ettltldrl q~'et(l lit compL4~tlment ATTENDRE . 1 arrité ci'i(Laiter avant de reprendre Les rapports sex~ts ~ ¢et l n+l pli dllmFort~e? PAS D*IH~TANCE . . . . . . . . . . . . . . . . Z 311 Etes-vc~Js d'accord que des co~,~oLes utilisent une Mthode OUI, D'ACCORD . 1 pour retarder OU Iviter ~ grossesse? M(3N r PAS DIACC~~~ . 2 312 VERIFIER 301-302 ET COCHER LA rASE: PAS D'ENFANTS VIVANTS ~1 Si vOUS poUVieZ choisir exa¢t~t l i n ombre d'enfants i avoir ~rlnt toute vot re via, cog/~iln voudrlaz-voul I~ mvoir en tout? A DES E~FAMTS V[VAMTS [~ SI va.l pouviez rlcolmncer i l:4rtirde L'~='~~~'+--obv~JI n i lV leZ plis d+er+flnt l e t s i vl=~i41 pot Jv l lz cho is i r exacte - ena |l nombrl d+enfsntl i ivolr ciuPIFIt tO4Jtl votre vil, combien voudrlaz-vous e/l ivoir en to~Jt? ENREGISTRER UN SEUL NON8RE OU AUTRE REPONSE. MON8RE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ç ~ MJTRE RE~~ ~~ (PRECISER) .314 313 COmbîen de gapçc~ st cæiefl de fiLLes? M~RE GE ~R~S DEPEND DE DIEU . MGI4BRE DE FILLES . I I I i FILLES DEPEND DE DIEU . 91J AUTRE REPOMSE ç16 (~[C[~R) MSP . NI ~5 m* Q(-~ST]ONS ET FILTRES ]14 SeLOn VOUS, q~,lls sont! AIDE DANS LE TRAVAIL . 01 tel pr~ncipau~ Ivlln" taDes d*avoirt)ea~¢c~ d*enhmts? ENREGISTRER LES CODE DANS LIORDRE DES RE* PO#SES COiINEES S'IL NtY A PAS DE 2", 3" AVANTAGE, NOTER 130 ASSISTANCE/AIDE FINANCIERE.D2 SCUTLEN DANS LA VIEILLESSE.03 AFFECT ION/COI4PAGNIE . 04 O4L %~T IONS REL IGIEUSES/ SOCIALES . 0§ F]ERTE/AFFLRNATID# DE SOI . 06 STATUT S~%AL . 07 POSTER Z TE IPAT RONyNE . 08 AUCUN AVANTAGE . 09 AUTRE 10 CPRECl SI[R) NSP . 98 CCOEE 1" AVANTAGE . Ç--~ 2" AVANTAGE . 3" AVANTA¢~ . [~J PA$11[D A 315 316 Set~l vous, (ll~L$ sont tes pr~ncipeL~x dhs- vent ages d'avoir ~c411LJ¢ oup d' enfler s? ENREGISTRER LES CODES DANS L~OIIDRE DES RI~- POI4SES DONNEES S'Il NIY A PAS DE 2", 3~ DEI;AVANTAGE, NOTER 00 COUT/FRA]S FINAN¢[ERS . 01 PROILE)tE$ D'ENCADREMENT . 02 PROiLENES GE D%SCIPLINE . 03 ALICd4ENr&TXI~IDU IRAVAIL.**.,,O& çOICTRA[NTES pOUR LES P&RENTS.0S iNQU•ETUDE SUR L«AVENIR.,, *,,, .06 PR~LE)I[S bANS LE CQ(JPLE . 07 NALAD I E/MORT . 08 AUCUîdOESAV&NTAGE . 09 AUIRE 10 (PRECISER) I Seton vo~s k partir de conlblen dlmlf~ts peut-on c~id4rer q~J*Une fro • txluc¢~~ d'¢mfamtl? 317 ENREGISTRER L'HEURE I g DE~*AVANTA~ . . . . . . •. 2" 0E ~J, VAN TA~ . . . . . . . . . . 3" OE~AVANTA ~ . . . . . . . . . . NOI48RE 0 'ENFANTS . [ I I NSP . 96 2?6 OBSERVATIONS DE L 'ENOUETRICE (A remplir après achèvement de l ' Intervlew) Commentaires sur l 'enqu6t6e: Commentaires sur des quest ions part icul i~res: Autres commentaires: OBSERVATIONS DE LA CONTROLEÇSE Nom de la contrôleuse: OBSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE Date: Nom du chef d'6quipe: Date : 7 277 278 MINISTERE DU PLAN ET DE REPUBLIQUE DU CAMEROUN L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - - ENOUETE DEMOGRAPHIOUE ET DE SANTE QUEST~NNAIRE COMMUNAUTAIRE PROVINCE IDENTIFICATION DEPARTMENT ARROND./DISTRICT N ° ZD PROVINCE . . . . . . . . . . . . . . N ° STRATE . ARROND./DISTRICT N" GRAPPE . TYPE DE LOCALITE: AUTRES ~] PETITES [~ ¥AOUNDE ~ DOUALA ~ VILLES VILLES [,Nom de la ville: Nom du ouartier: CAMPAGNE [,Nom du vi l lage/ local i t~ (centre de la grappe): ql NOMBRE D'HABITANTS DE LA VILLE/VILLAGE/LOCALITE: DATE DE DEBUT DE VISITE A LA GRAPPE DATE DE FIN DE VISITE A LA GRAPPE NOM DE L 'ENQUETEUR JOUR MOIS ~- I r--n JOUR MOIS ENQUETES HOMMES : NOMBRE: 1 ] FONCTIONS/TITRES*: ENQUETEES F~ES: NOMBRE: 1 1 FONCTIONS/TITRES¤*: * CODES: i CHEF VILLAGE/QUARTIER 2 CHEF DE BLOC 3 PERSONNEL MEDICAL 4 RESPONSABLE EDUCATION 5 RESPONSABLE RELIGIEUX 6 AUTRE ** CODES: i RESP. V ILLAGE/QUARTIER 2 RESPONSABLE DE BLOC 3 PERSONNEL MEDICAL 4 RESPONSABLE EDUCATION 5 MEMBRE ASS. DE FEMMES 6 AUTRE 1 279 SECTION 1. CARACTERIST]QUES G~NERALES N* I OUESTIONS ET FZLTRES I 101 VERIEIER LE TYPE OE LOCALITE ET COCHER LA CASE CORRESPONDANTE: 102 103 10+ 10S 106 107 108 COOES PETITE VILLE YA(XJNDE/OOUAL& V[ LLAGE [~ AUTRE VILLE [] , ; I NOTER LE TYPE D+HAIIITAT DENSE . 1 I I DISPERSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 AUTRE ) (PRECISER) | Qu41l lit le cintre urba(n le plt~ proche de I (MM Locll./viLLege/pte. ville) (NCIq N CENTRE U!itlhl+lH) (~.mlte (Pst Le prin¢iplte voie d.lcc4Tll entre Url~lin)) IloeTE G(3U~RCI4NEE . 1 PXSTI! PRATXCAIILE TTE ANNEE . 2 et ? PISTE PRATIC, EPISCOI~4JEMENT.3 (MOU Iocet./viLtage/pte. ville) (Nom Centrl VOIE FEIIREE . & VOIE D EAU . S SENTIER . lb Ouelt« est te diJtance ~ kilætreSet entre ? Il (N~m Locet,/villege/pte. ville) (NOlliCet~trl Upbll+n)) KJLOHETRES INSCRIRE ~90 « pI;XJRgOKNET PLUS. QUeLs sont Les ~ye<ls de tra.~sport en COml~Jn |es plus Utitis+s pour se rendre I ? (Nom Centre Urbllin) ENREGISTRER SEULEMENT LES DEUX PRINCIPAUX MOYENS DE TRANSFO~T G~I[e est la prîncipate s~Pce Ci'eau ~ les hllbttlnte de (Nom IocaL,/vitLsge/vilte/c~rtier) utit+semt l~tJç boîte? COmî~~t sc~t ~vacu/~es Les eauu( Us~es des Logements de de ? (Nom LocaL./viLLege/viLLe/¢Fvartier ) AUTOIIUS . A T,4Xl -BROUSSE . B TAXI . C CN4 ] ON/Cî~ I ONETTE . 0 6ATEAU . E TRAIM . F AUCU;d . G EAU DU ROEINET ROe lNET DANS LE LOGEMENT,.11 RG61NET DANS LA CQIJRS . 12 I(~IME FONTAINE . 13 EAU DE F4J[TS PUITS A POMPE MANUELLE . 21 PUITS SANS P<344pE 14ANUELLE.22 EAU DE SURFACE R;VIERE, SOURCE, KARIOOT,.31 EAU DE PLUIE . 41 AUTRE 51 (PRECZSER) SYSTENE D*EGOUTS FERMES . 1 EGOUTS A CIEL OUVERT . 2 FOSSE SCEPTLOUE . 3 RIEN . 4 PASHA I A I - 107 109 110 111 Ouel genre de w.c. sont utiLsls par {I INjOHt~ des hl~~itents de ? (Noe LoclL,/viilloelvILLe/q~lrt~er) Y-l't ' i l L'+Lectricit+ i ? (NOm (ocaL./viLLage/v[L(e/q~rtier) Q~Lle est L'e¢tivitê prîncîpale des hebitlnts de ? (Noe (ocaL.Ivi(Lagelvillelquartier) CHASSE D'EAU CHASSE D'EAU . 11 LATRINES LATRINES AMENAGEES . 21 LATRINES SQVd4AIRES . 22 PAS OE TOILETTES/NATURE CIEL OUVERT . 31 RIVIERE . 32 PAS DE W,C . 33 AUTRE 61 (PRECISER) oel . 1 11014 . 2 AGR[CULTURE/PECHE . 1 COI4~I~RCE . Z ARTISANAt . 3 INDUSTRIE . 4 SERVICES . 5 AUTRE 6 (PRECISER) 280 01ECOLE O~JPRII4AIRE COl4PLETER LE TADLEAU A pARTIE DE VOS OSSERVATIGMS ET DES INFCkV4ATIONE OeTENUES I1E 113 114 DISTANCE (EN î~4.) ENTRE LE LIEU D'ENQUETE ET LA LOCALITE LA PLUS pROCHJ POSSEDANT LE SERVICE S] LE SERVLCE SE TROUVE SUR LE LIEU D«EMOUETE, ZNSCR]RE IOOI. INSCRZRE 1901 ~~Ui9OI(J4ET PLUS. 40YEM GE DEPLACEWENT TEMPS NECESSAIRE ~ SE LE PLUS UT]LISE PQJ| RENDRE BANS LA LOC,,ALITE ;E RENDRE DANS LA LA PLUS PROCHE P~SEDAMT ~OCALITE LA PLUS LE SERV]OE, PAR LE MOYEN »ROCHE POSSEDA~4T DE DEPLACFJENT LE PLUQ .E SERVICE UTILISE VENIOJLENGTEUR.1 VELO . E [ ~ SI '00' DOS D'AMIÆ.,,.3 ~ ' ~ 4 PASSER A PIED . 6 i KILGqETRES A 02 AUTRE S MINUTES ] (PRE¢ZSER) 02 ECOLE VEHZCULE NOTEUR.,I O~6ECONDAIRE VELO . 2 OU TEC"NIOU£ I I I Si *OD' D Os O'&NZNAL,.3 IEIL 1 PASSER PEND . 6 L I L I KILOMETRES A 03 AUTRE S NINUTES (PRECISER) O3 ETADLIS. PROFESSI~. 0&J N ARCHE JOURNALIER 05MARCHE 05~HE6DOMADAIRE ~]60UT IQUE ~[~] SI +00' PASSER KILOHETRES A04 SI '00' PASSER KILOqETRES A 05 PASSER KILONETRES A 06 Ç ~ SI '00' PASSER KILOMETRES A OT VEHICULE 14QTEUR.,~ VELO . 2 DOl O*Aî¢tMAL.*.] A PIED . & AUTRE 5 (PRECISER) 00~SERVICE REGULIER DE TRANSPOR1 EN CCI4NUN VEH]CULE MOTEUR.1 VELO . 2 DO~ DIAN]MAL.3 A PZED . 4 AUIRE 5 (PREC]SER) VEHICULE MOTEUR.1 VELO . 2 DOS DIAM]MAL.3 A PIED . 4 AUTRE 5 (PRECISER) V[H[CULE NOTEUR.1 VELO . 2 DOS D*ANIMAL.*.3 A PIED . 4 AUTRE 5 (PRECLSER) VENZCULE MOTEUR.1 i ~ VELO . 2 $1 *OO + DOS O+AMIHAL.*3 PASSER A PIED . KILOMETRES A Q.~01 AUTRE 5 (PRECISER) N[NUTE| MIMU'rE+ N]NUTES î41E~JTES MINUTES 281 t~ KOP] TAL P;JgL [C k~PI TAL pRiVE/ CL]IIIQU[ P~Z SECTION Z. D[$POMIOS]LITE DES ~RV]CES Sk~ITA]HES 201 O0~etro~~e (Noe~,~ serv ice) te p(us ~~hi? 20Z A ca~){e~ ki[~trqH tr0uv~ (NQm du service) Le plus ~'oche? 203 O~eL est Le eoy~ded~pLe- c~t le pt~ utilis&~our se rlnd~~ OS (Noedu servîce) i te plus proc~? i 204 C~41bi~~l de teq~ fz«t-it pour se rendre OS (Ik~du serv.) Le pLuoproche, ~er Le moyen de Jêpt~mmt Le (NCRLQCALITE/V]LLA~/ VlLLEI~~ARTIER) J SI LE SERVIOE SE TROUVE SUR LE LIEU DrEN~îETE, INSCRIRE )StAr PLACE ~ ET i PAS~EI A Q.ZO~ I1(I LONETRES IN.IRE 'çQ' PgLI 90 ~4. ET PLUS. VEHIC~LE NQTEUL.I : HELO . 2 I DOS D 'ANimAL. . . . . ] A PIED . 4 AUTRE 5 (PREC[SER) NINUTES (NGN LCCALZTE/V[LLA~/ VILLE/QUaRT[ER) SI LE SERVICE SE TRgL~IE SUR LE LIEU D'EWOUETE, INSCRIRE ~SSJIR PLAOE' ET PASS.~R A D,;~q~ (( I LGN£TRES INSCRIRE '~0' POLI 90 ~. ET PLU~. i VEHICULE îqQTE~41.1 VELO . 2 D'AN Zî4AL.3 ! A PIED . 4 : AUTRE 5 i (PREC[SER) MINUTES VZLLE/0LLSltTIER) SI LE S~RVZCE SE TROUVE U LE LI~dO'EN~J~TE, [NSCRIHE *SU~ pLACE' ET PASSER A Q.2Q5 I( 1LGqETRES INSCitIHE 'gO' POJi 90 104. ET PLUS. VEH ICULE NOTBJ~. 1 VELO . 2 D' AN[MAZ.,.3 PIED . AUTRE 5 (PR£C[SER) MINUTES 205 " 206 VERIF[ER Q. 202 m (NOm CkJ serv. ) Le plais proche usée-t-iL des services ptl~nine fiiLial? I DISTANCE <30 13q. ~PASSEI OUI . 1 OU 0.202 A I(~ F~~EE Q.297 . . . . . . . 2 NSP . OS D I STANCE [~ PASSEI >30 Km. [~~A 02 DISTANCE OUI . 1 OU Q.202 A POSEE 0.207 UGq . Z N~ . 8 D ] STAitoE ~PASSE I >30 I(m. [~~A 03 DISTANCE ¢30 Kit, ~]4~PASS(I OU[ . 1 au Q,202 A I~ POS£E Q.207 . . . . . . . 2 OeSP OS . . . . . . )30 I~. ~ A O& O I STAîI',,E PASSEI 20;' de (NOa du servîce) te plus proche assure+t-J|: 208 Sawz-vous sî (Nou du se'rvice) te ptusprocheOnl~,Jt se ~c~er: OeINONN~ SOINS PRENATALS 2 8 ACCQUCHEî4ENT 5 2 8 SQ[NS POSTtf~.T/d.S Z ~L 5U[VZ DES ENFANTS 2 8 VACC ] fiAT [ONS 2 8 URGENCES 2 OS îqEDEC [ NE GENERALE 2 8 CUZ ~ m:~ SACHETS S~O 1 PILULOS CGNTRACEP. 1 STERI~£T / INJECTIONS DORTR. 1 ~02 / î4ETH . VAG lilALES I 8 STER|L[S. FEM. 1 8 ~JTR. NETM. CCNT. 1 8 (A PRECISER) OeZNGNN~ SO|N$ PRENAI AL$ ~ B ACCOUCHEMENTS 1 8 SOINS PGSTNATALS 1 8 SUIVI DES ENFANTS 1 OS VACC I NAT]ONS 1 8 LI~NOES 1 A ! NEDEC[NE GEHERALE 1 8 OU[Ik~IdN~ SACHE1S sire 8 PILULE OONTRAC£p. 8 $TEN[LET 8 I N JECT [OalS CQNTL ~03 F~~~. VA~IMALE$ STERILIS* FEN. AUTt. NETN. (:ONT. (A PllEC ; SEt ) OUI N(lq NSP SOINS PflENATALS 1 OS ACCOUCHEMENTS 1 8 SOINS POSTNIATALS T 8 SUIVI i)ES E14FNtTS 1 8 VACClî4AT [ ONS 1 8 LmGENCES 1 8 HEDEC]NE GEN£RAL£ 1 8 OUI ~ N~ SACHETS t;110 1 PILULE CONTIb;~CEP. 1 STER[LET 1 )NJECT|OiiS CCRTR. 1 8 ~OdL CONO04 1 8 HETN. VAG Z NALI[S 1 ST£1t IL|S. FE]4. 1 AUTR. NETN. C~dT. 1 CA PlEC I SEl ) t'O O0 !NTRE DE kNTE JBL]C ~J ISPEN- AIRE ISS[QN- AIRE ATERNITE 0, L ~B]NET IEDEC]N »RIVE (NO~ LOCAL I TE/VI LLAGE/ VILLE/QUARTIER) S) LE SERVICE SE TROUVE SUR LE L]EU D'ENQOETE, INSCRIRE 'SUR pLACE ~ ET PASSER A O.EO~ VEH]CULE ~OTEUR,,I VELO Z DOS D~AN[MAL.3 KILOMETRE$ A PXED . AUTRE $ (PRECISER) INSCRIRE '90' pOUR 90KN, ET PLUS. M]NUTE$ (NOf4 LOCALITE/VILLAGE/ VILLE/GUARTIER) S] LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU 9'EItQUETE, INSCRIRE ~SU~ PLACE' ET PASSER A Q,20S KILOMETRE$ INSCRIRE ~90' FOUR çOKM, ET PLUS. VEH]CULE î~TEUR,,1 V~ELO . DOS D~ANIMAL.,3 A PIED . AUTRE ~ i (PRECXSER) MINUTES (NOM LOCAL]TE/VILLAGE/ VILLE/OUARTIER) $I LE 5ERV%CE SE TROUVE SUR LE LIEU D~EN~X,~TE, INSCRIRE 'SL;R PLACE ~ ET PASSER A Q,~O5 KILOI4ETRES INSCRIRE '90' POUR 90 KM. ET PLUS. VEHICULE MOTEUR.1 VELO . . . . . . . . . . . . . 2 DOS D*ANII4AL.3 A PIED . 4 AUTRE S (PREC]SER) MINUTES [~[~4 LOCAL]TE/V)LLAGE/ V]LLE/QUART%ER) SI LE SERVICE SE TRQUVE SUR LE L%EU D'EN~UETEr XNSCRIRE 'SUR PLACE' ET PASSER A a,2G5 K%LOMETRES %NSCR]RE '90' POUR 90104. ET PLUS, VEH]CULE MOTEUR.1 VELO . 2 DGSD'ANIMAL.*3 A PIED . 4 AUTRE 3 (PRECISER) ~q] k~JTES OUi . 1 NON . 2 NSP . 8 OU[ . 1 NON . 2 NSP . 8 OUI . 1 NON . 2 NSP . 8 DISTANCE <30 Km. PASSEI OU Q,Z02~ A ION PGSEE Q.207 DISTANCE «30 r~, PASSEI OU 0,202 ~'~ A IOu POSEE G,207 DISTANCE «30 Km. PASSER OU 0.202 ~ A ~ONPOSEE 9.207 OU] NON NSP SOINS PRENATALS 1 8 ACCOUCHEMENTS I 8 SO[NS P(~ITNATAL$ I 8 ~~~J[VI DES ENFANTS I 8 VACCINATIONS 1 8 URGENCES 1 8 MEDEC[NE GENERALE 1 8 OUI N~ NSP~ SOINS PRENATALS 1 8 ACCOUCHEMENTS 1 8 SOINS P~TNATALS 1 8 SUIVI DES ENTANTS 1 8 VACC[fiATXOq$ 1 8 URGENCES 1 8 MEDECINE GENERALE I 8 OUI NON N$P SOINS PRENATALS 1 8 ACCCUCNEMENTS 1 8 SOINS POSTNATALS 1 8 SUIVI DES ENFANTS 1 8 VACCINATIONS 1 8 URGENCES 1 8 NEDECINE GENERALE 1 8 OUI NON . - . PILULE CONTRACEP. 1 8 STER[LET 1 INJECT]ONS CO~TR. 1 05 CCNDOM I METH. VAGXNALE$ I ST[RII]S. FEN. I ~TR, MET'N. CONT. 1 8 OUI NON k;l" (A PRECISER) SACHETS SRO 1 PILULE L'OMTRACEP, 1 5TERILET I [NJECTICMS CON•R. 1 C~DON 1 iliETN. VAGINALES 1 STER[LXS. FEM. 1 A~R, ~TR. CONT. 1 (A PRECISER) 8 8 8 8 06 8 8 8 8 ,08 OUI liON NSP J D ISTANOEE ~,~ <30 Km. PASSER SACHETS SRO 1 8 • OU] . 1 OU Q.202 A PILULE C:~TRACEP. 1 8 NON FOSEE Q.208 STER ILET 1 8 NON . 2 , %NJECT[OMS CONTR. 1 8 : OONDON I 8 NSP . 8 METN. VAG ] NALES 1 8 D%STAMCE ~PASSEF STERILIS. FEM, 1 8 >3Q gm. A 08 AUTR. METH. ClôT. 1 8 ] (A PREC] SER) OUI NON N-, SACHETS SItO 1 8 i 1 PILULE COIITRACEP. 1 8 STER[LET 1 ]MJECT ]O~S CCIdTR. 1 .07 COe~DOq I METH. VAG % NALES 1 $TER]L[$. FEM. 1 AUTR. RETH, ClôT. 1 8 I (A PRECISER) PHAR~C il ! pRO~~HAR - MACIE SECTION 2. OISPCIIIBIL[TE DES SERVICES SAMITA%RES (Suite,,) 201 OU Se trouve (Nom ~ service) Le p[US l~OChe? (NOM LOC~LITE/VILLAGE/ V]LLE/~AJART[ER) SI LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU D~ENQ~q~TE, [NSCRIRE =SUR pLACE ~ ET PASSER A g.~O5 I 202 A c~qi~i~ ~ I 203 ~Jel e~t te 204 Combien de ki[all~tre~se I moyen ded~[a- teelp= trouve I ceint te p(u= fl~Jt-iL pogrse uti(îsêpour rendre ï (No~ d~ service) se rendre (Nem du serv.) Le plus proche? (N~ du service) (e p(us proche, par le moyen de le pLus I~~he? ~[ac~t Le pLus utiLisê? [IL~TRES I i INSCRIRE ~çO* ~IUR I 9011~, ET PLUS, VEN]CULE æTEU~.1 I VELO . 2 ~OS O'ANIî4AL.] T ~ A P[ED . 6 i l l i J AU RE 5 I I I I (PREC[SER) MINUTES 205 (Noeduserv.} Le ptu~ p¢o¢h~ B$$ure-t-f~ ~e= servi•e= ~e p(anning fæitiaL? OUI . 1 ;K)M . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . 8 î~06 VER[FIER i12o7 Q. 202 (NOm du service) le plus proche assure-t-il : (NON LOCALITE/V[LLAGE/ V]LLE/Q~JART[ER) S[ LE SERVICE SE TROUVE SUR LE LIEU O'EN~¢JETE, [NSCR[RE 'SUR PLACE' ET PASSER A 0.205 :ENTRE )E (N(Y4 LOCALITE/VILLAGE/ ~LANN]NG VILLE/QUART]ER) FAMIL]AL SI LE SERVICE SE TRCIJ~I~ SUR LE LIEU O*ENQUETE, INSCRIRE 'SUR PLACE ~ ET PASSER A 0,207 VEHICULE MOTEUR.1 VELQ .2 DOS D'ANIMAL.,,,3 Ç K]CONETRES i A PIEO . & AUTRE 5 (PRECISER) NINUTES [NSCRIRE '90' ~:~JR 90KM. ET PLUS. VEH]CULE~)TEUR.1 i i VELO . .,,,,2 i DOS O'ANIMAL.3 J K[L(~ETRES ! A PiED . 6 P] r ] I I AUTRE • [ ] (PREC[SER) MINUTES ]NSCR[R E *~~ p~IJ R i 90 KM, ET PLUS, j I oel . . . . . . . 1 N(~ . . . . . . . 2 NSP . 8 de 208 S,vez-v~~ si i (Nollduservi¢e) te plu= proche on peut OUI NON NSP D]$TANCE~ i <30 I~. PASSER SACHETS ~ 1 8 OU 0.202 A PILLÉE CQI4TRACEP. 1 8 (ON POSEE O,E08 STER[LET 1 8 iNJECTIONS CONTR. 1 8 ~09 CO~O~N 1 8 METN. VAG]NALES 1 8 DISTANCE PASSEI STER[L[S. FEM. 1 8 >30 Km. A 09 AUTR. ÆTH. CONT. 1 8 - {APRECISER) OUI NOid NSP OISTANCE~ <30 Km. PASSEI SACHETS Silo 1 B OU Q.ZO2 A PILULE 03~TRACEP. 1 8 l ~N POSEE 0.208 $TER]LET 1 iNJECTIOnS CONTR. 1 10 OOI¢O0~ I METH. VAGINALES 1 DISTANCE PASSEI STER[LIS. FEM. 1 >](3 Km. A 10 AUTR. METN. COI~T. 1 (A PREC]SER) OUt NOM NSP DISTANCE~PA$SEI SOINS PRENATALS 8 ~CBET$ SRO ç30 Km, ~ A ACCOlX~HEh~NTS 8 PILULE CI~TRACEP, 0.207 SOINS PO~TNATALS 8 STER] LET SUIVI DES ENFANTS 8 INJECTIONS CONTR, VACC I PAT I (~S 8 URGENCES 8 METN. VAG[NALES DISTANCE F[N F~DECINE GENERALE 8 STEItILI$, FEN. »~] Km. AUTR. î~,TH. O~llT. OUT NON NSP 8 8 8 8 8 8 8 8 CA PRECISER) QDSERVATIONS DU CHEF D'EOUIPE (A remplir après achèvement de l ' intervlew) Nom du chef d'6quipe: Date: 285 286 287 Premieres Pàges Titre Information sur l'enquête Table des Matieres Liste des Tableaux Liste des Graphiques Sigles et Abreviations Preface Remerciements Resume Carte du Cameroun Chapitre 01 - Caracteristiques du pays et organisation de l'enquete Chapitre 02 - Caracteristiques des menages et des enquetees Chapitre 03 - Fecondite Chapitre 04 - Planification familiale Chapitre 05 - Nuptialite et exposition au risque de grossesse Chapitre 06 - Preferences en matiere de fecondite Chapitre 07 - Sante de la mere et de l'enfant Chapitre 08 - Allaitement, nutrition et etat nutritionnel Chapitre 09 - Mortalite des enfants de moins de cinq ans Chapitre 10 - Causes de deces des enfants Chapitre 11 - Enquete Mari Chapitre 12 - Disponibilite des services communautaires References Annexe A - Organigramme et Personnel de L'Enquete Démographique et de Santé Annexe B - Calendrier des Operations Annexe C - Plan de Sondage Annexe D - Erreurs de Sondage Annexe E - Tableaux pour L'evaluation de la Qualite des Donnees Annexe F - Questionnaires Questionnaire Menage Questionnaire Individuel Femme Questionnaire Individuel Mari Questiionnaire Communautaire

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.