Togo - Demographic and Health Survey - 1988

Publication date: 1988

Enquête Démographique et de Santé au Togo 1988 m l m m O m l u m Unité de Recherche Démographique Direction de la Statistique Direction Générale de la Santé ~DHS Demographic and Health Surveys Institute for Resource Development/Macro Systems, Inc. REPUBLIQUE DU TOGO Enquête Démographique et de Santé au Togo 1988 Akoua Agounké Mensan Assogba Kodjo Anipah Unité de Recherche Démographique Direction de la Statistique Direction Générale de la Santé Lomé, Togo et Demographic and Health Surveys Institute for Resource DevelopmenUMacro Systems, Inc. Columbia, Maryland USA Décembre 1989 Ce document présente les résultats de l'Enquête l~mographique et de Santé au Togo, entreprise par l'Unit6 de Recherche D6mographique. (Ministère de rEducation Nationale et de la Recherche Scientifique), la Direction de la Statistique (Ministère du Plan et des Mines) et la Direction G6n6rale de la Sant6 (Ministère de la Santé Publique, des Affaires Sociales et de la Condition Féminine) en 1988. Cette enqu&e fait partie du projet mondial des Enquêtes Démographiques et de Sant6, qui a pour but la collecte des données sur la f6condité, la planification familiale et la santé maternelle et infanåle. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquête, s'adresser à l'Unit~, de Recherche D6mographique, BP 12971, Lom6, Togo. L'Enqu8te Démographique et de Sant6 au Togo, a ét6 exécutée avec l'assistance de l'Institute for Resource Development (IRD) une division de Macro Systems, située à Columbia, Maryland. L'Enquête 6tait financée par un contrat avec l'Agence des Etats-Unis pour le D6veloppement International (Contrat N.DPE 3023-C-00-4083-00). Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser pur écdt à: DHS, IRD/Macro Systems, 8850 Stanford Boulevard. Suite 4000. Columbia, Maryland, 21045, USA, T61ex (87775). TABLE DES MATIERES Page TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . iii L ISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vil L ISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii CARTE DU TOGO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xviii CHAPITRE I 1.1 1.2 1.3 CADRE DE L 'ENQUETE ET CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Présentation du pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Organisation de l 'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Caractéristiques de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 CHAPITRE II 2.1 2.2 2.3 NUPTIAL1TE ET AUTRES FACTEURS D 'EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Nuptialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 D6terminants proches de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 CHAPITRE I I I 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Niveaux et facteurs différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Fécondité cumulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 L'entrée dans la vie féconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 iii Page CHAPITRE IV 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 4.7 4.8 CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Connaissance de la contraception et des sources d'approvisionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Percepaon des problèmes posés par l'utilisation des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Pratique de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Util isation actuelle de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Source des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Raisons de la non-utilisation de la contraception par les femmes exposés au risque de grossesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Attitudes et opinions vis-à-vis de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 CHAPITRE V 5.1 5.2 5.3 5.4 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Désir d 'avoir des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Besoin futur pour la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Nombre total d'enfants d6sités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 CHAP~REVI 6.1 6.2 6.3 6.4 MORTAL ITE ET SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT . . . . . . . . . . 67 Mortalité des jeunes enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Santé de la mère et de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Etat nutritionnel des enfants de moins de trois ans . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 CONCLUSION GENERALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 ANNEXE A: A.1 PLAN DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Plan de Sondage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 iv A.2 A.3 ANNEXE B: B.1 B.2 B.3 ANNEXE C: Page Calendrier de I 'EDST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Personnel de I 'EDST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Exposé de la Méthode de Calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Formules et Proc6dés d'Estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 Construction des Tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 QUESTIONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167 V LISTE DES TABLEAUX Page TABLEAUI.1 TABLEAU 1.2 TABLEAU 1.3 TABLEAU1.4 TABLEAU1.5 TABLEAU1.6 TABLEAU 2.1 TABLEAU 2.2 TABLEAU 2.3 TABLEAU 2.4 TABLEAU 2.5 TABLEAU 2.6 PRINCIPAUX INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES SELON LE RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L'HABITAT 1981 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 DENSITE MEDICALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 REPARTITION (EN %) DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE SEXE ET LE GROUPE D'AGE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 REPARTITION DES FEMMES DE 15-49 ANS DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE (EDST, 1988) ET DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L'HABITAT (1981) SELON L'AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ENQUETEES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . 11 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NIVEAU D'INSTRUCTION ET LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L 'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . 16 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L 'AGE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE ACTUEL, LE NOMBRE D'UNIONS ET QUELQUES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 REPARTIT1ON (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION ET L 'AGE MED1AN A LA PREMIERE UNION SELON L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . 19 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEMMES DE 25 A 49 ANS, SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 PROPORTION DE FEMMES QUI SONT ENCORE EN ALLAITEMENT, EN AMENORRHEE, EN ABSTINENCE POST-PARTUM ET NON-SUSCEPTIBLES SELON LE NOMBRE DE MOIS DEPUIS LA DERN1ERE NAISSANCE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 vii Page TABLEAU 2.7 TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 TABLEAU 3.3 TABLEAU 3.4 TABLEAU 3.5 TABLEAU 3.6 TABLEAU 3.7 TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST- PARTUM, D'ABSTINENCE POST-PARTUM ET DE NON- SUSCEPT1BILITE AU RISQUE DE GROSSESSE PARMI TOUTES LES FEMMES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) DES FEMMES AGEES DE 15-44 ANS ET 15-49 ANS, ET DESCENDANCE ATI'I5INTE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES CARAC'I'I~RISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ENCEINTES, SELON L 'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 TAUX DE FECONDITE GENERALE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE DE SES ENFANTS, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . 30 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEMMES EN UNION SELON L 'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L 'AGE A LA PREMIERE UNION ET LA DUREE DEPUIS LA PREMIERE UNION, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE, A LA PREMIERE NAISSANCE ET L 'AGE ACTUEL DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE DES FEMMES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ET L 'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE ET UNE SOURCE D'APPROVISIONNEMENT, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 POURCENTAGE DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE SPONTANEMENT OU APRES DESCRIPTION, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 'viii Page TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 4.8 TABLEAU 4.9 TABLEAU 4.10 TABLEAU 4.11 TABLEAU 4.12 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT LINE METHODE MODERNE ET CONNAISSANT UNE SOURCE D'APPROVISIONNEMENT SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 REPARTITION (EN %) DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE D'APPROVISIONNEMENT A LAQUELLE ELLES S'ADDRESSERAIENT EN CAS DE BESOIN, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 REPARTITION (EN %) DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU A UTILISER CETI'E METHODE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE A UN MOMENT QUELCONQUE SELON L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES AYANT UTILISE LA CONTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE MENSTRUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE UTILISEE ET L 'AGE AOEUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LA METHODE CONTRACEPTIVE ACTUELLEMENT UT1LISEE, ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CEL1BATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS AU MOMENT DE LA PREM1ERE UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L 'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE D' APPROVISIONNEMENT OU LINE METHODE CLINIQUE SELON LA SOURCE LA PLUS RECENTE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EXPOSES AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LA RAISON DE NON-UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L 'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . 50 ix Page TABLEAU 4.13 TABLEAU 4.14 TABLEAU 4.15 TABLEAU 4.16 TABLEAU 4.17 TABLEAU 4.18 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 REPARTITION ('EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT PAS ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LA METHODE PREFEREE ET L'INTENTION DE L'UTILISER DANS LES 12 PROCHAINS MOIS OU PLUS TARD, EDST 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES QUI APPROUVENT LA DIFFUSION D'INFORMATIONS SUR LA PLAN/FICATION FAMILIALE, A LA RADIO ET A LA TELEVISION SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE DE CONTRACEPTION SELON L'OPINION DU MARI ET DE LA FEMME SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . 54 POURCENTAGE DE FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION, CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE, QUI APPROUVE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET QUI DECLARENT QUE LEUR CONJOINT L'APPROUVE SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE DE FOIS QU'ELLES ONT DISCUTE DE LA CONTRACEPTION AVEC LEUR CONJOINT AU COURS DE L'ANNEE DERNIERE ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . 55 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 X Page TABLEAU 5.3 TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 6.1 TABLEAU 6.2 TABLEAU 6.3 TABLEAU6.4 POURCENTAGE DES FEMMES EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION SUSCEPTIBLES DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET POURCENTAGE DE CELLES AYANT L'INTENTION D'ADOPTER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE IDEAL D'ENFANTS ET LE NOMBRE ACTUEL D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 NOMBRE MOYEN IDEAL D'ENFANTS POUR TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A L'ENQUETE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UNE NAISSANCE DES 12 DERNIERS MOIS SELON LE DESIR OU NON D'AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L 'AGE AU DECES ET LES QUOTIENTS DE MORTALITE DE 1973 A 1988, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . 68 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS N'ES VIVANTS, SURVIVANTS ET DECEDES ET PROPORTION D'ENFANTS DECEDES SELON L'AGE ACTUEL DE LA MERE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1978-88 SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . 70 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1978-88 SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES, EDS, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 xi Page TABLEAU 6.5 TABLEAU6.6 TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 TABLEAU 6.9 TABLEAU 6.10 TABLEAU 6.11 TABLEAU 6.12 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES 5 ANNEES AYANT PRECEDE L'ENQUETE SELON LE TYPE DE CONSULTATION PRENATALE ET POURCENTAGE DES NAISSANCES POUR LESQUELLES LES MERES ONT REÇU UNE INJECTION ANTI-TETANIQUE SELON CERTAINES CARACTERIST1QUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES 5 ANNEES AYANT PRECEDE L'ENQUETE SELON LE TYPE D'ASSISTANCE A L'ACCOUCHEMENT ET SELON CERTAINES CARAOEERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 POURCENTAGE DES ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS AYANT DES CARNETS DE SANTE, ET POURCENTAGE DES ENFANTS AYANT REÇU AU MOINS UNE VACCINATION SELON L'AGE, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 POURCENTAGE DES ENFANTS DE 12 A 23 MOIS AYANT DES CARNETS DE SANTE, ET POURCENTAGE DES ENFANTS AYANT REÇU AU MOINS UNE VACCINATION SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 POURCENTAGE DES ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DERNIERES 24 HEURES ET DANS LES 2 DERNIERES SEMAINES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 PARMI DES ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES 2 DERNIERES SEMAINES, POURCENTAGE DE CEUX QUI ONT REÇU DII«I~ERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARACTERIST1QUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 PARMI LES FEMMES AYANT EU UNE NAISSANCE VIVANTE AU COURS DES 5 DERNIERES ANNEES, POURCENTAGE DE CELLES QUI CONNAISSENT LE SEL DE REHYDRATATION ORALE (SRO) SELON CERTAINES CARACERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 POURCENTAGE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS QUI ONT EU DE LA FIEVRE DANS LES 2 DENIERES SEMAINES ET QUI ONT REÇU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 xii Page TABLEAU 6.13 TABLEAU 6.14 TABLEAU 6.15 TABLEAU 6.16 TABLEAU 6.17 TABLEAU 6.18 POURCENTAGE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS QUI ONT EU DES PROBLEMES DE RESPIRATION DII-I~IC1LE DANS LES 2 DERNIERES SEMAINES ET QUI ONT REÇU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARAuI'ERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 POURCENTAGE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS QUI ONT EU LA ROUGEOLE ET QUI ONT REÇU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARAL'I'I~RISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 REPARTITION (EN %) DES INDICES TAILLE/AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART- TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIl)S/TAILLE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART- TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS/AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART- TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 REPARTITION (EN %) DES INDICES TAILLE/AGE PAR POIDS/TAILLE DES ENFANTS DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENOE NCHS/CDC/OMS, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 ANNEXE A TABLEAU A. 1 DONNEES SUR L'ETABLISSEMENT DE L'ECHANTILLON ET LES TAUX DE REPONSE EN %, EDST, 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 ANNEXE B TABLEAU B.1 ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 xiii TABLEAU B.2 TABLEAU B.3 Page ERREURS DE SONDAGE SELON LE MIL IEU DE RESIDENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 ERREURS DE SONDAGE SELON L 'AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 xiv LISTE DES GRAPHIQUES Page GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 1.2 GRAPHIQUE 2.1 GRAPHIQUE 2.2 GRAPHIQUE 3,1 GRAPHIQUE 3.2 GRAPHIQUE 4. I GRAPHIQUE 4.2 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 5.2 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 6.2 GRAPHIQUE 6.3 GRAPHIQUE 6.4 GRAPHIQUE 6.5 PYRAMIDE DES AGES DE LA POPULATION RESIDENTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 REPARTITION DES FEMMES DE L'ECHANTILLON SELON L 'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 ETAT MATRIMONIAL DES FEMMES DE L'ECHANTILLON SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 DUREE D'ALLA1TEMENT, D'AMENORRHEE ET D'ABSTINENCE POST-PARTUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 TAUX DE FECONDITE GENERALE SELON L'AGE DE LA FEMME A LA NAISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 CONNAISSANCE ET UTILISATION DE LA CONTRACEPTION PAR LES FEMMES EN UNION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 RAISON DE NON-UTILISATION DE LA CONTRACEPTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 VARIATIONS DlVl~I~RENTIELLES DE LA MORTALITE INFANTILE DANS LA PERIODE 1978- 1988 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 VISITES PRENATALES ET ASSISTANCE A L'ACCOUCHEMENT DES ENFANTS DE <5 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 POIDS-POUR-TAILLE ET TAILLE-POUR-AGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 MESURES ANTHROPOMETRIQUES PAR RAPPORT A LA MOYENNE DE REFERENCE INTERNATIONALE . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 XV REMERCIEMENTS L'EnquSte Démographique et de Santé au Togo (EDST) a été, encore une fois, l'occasion d'une collaboration entre divers départements techniques de différents ministères. Sa réussite n'aurait pas été possible sans un esprit de sacrifice, de patriotisme et d'abnégation d'un grand nombre de personnes impliquées directement ou non dans l'op~ration et aux efforts des diverses institutions du Togo. Nos remerciements vont au Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique, au Ministære du Plan et des Mines et au Ministère de la Santé Publique, des Affaires Sociales et de la Condition Féminine pour nous avoir offert toutes les facilités tant administratives que logistiques pour la réalisation de I'EDST. Nous remercions le Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité pour nous avoir accordé l'autorisation de sillonner le territoire national pour faire les interviews. Nos remerciements s'adressent: • à l'Institute for Resource Development (IRD), programme des EnquStes Démographiques et de Santé (EDS), pour l'aide technique apportée dans toutes les phases de l'enquête depuis la conception jusqu'au rapport final tout en respectant la compétence technique nationale; financière; à l'Agence pour le Développement Intemational des Etats-Unis d'Amérique pour son aide m~érielie; au Fonds des Nations-Unies pour la protection de l'Enfance (UNICEF) pour son aide • aux autorités administratives, traditionnelles et politiques qui nous ont accueillis et facilité la collecte au niveau des préfectures des cinq régions 6conomiques de notre pays; • aux femmes, combien occupé.es d'habitude par la lutte quotidienne pour la survie qu'elles savent si bien mener, mais qui ont accepté de nous consacrer le temps nécessaire pour les interviews; • à tous les enquetés (quels que soient leur sexe et leur fige), pour avoir facilité la réalisation de l'enquOte, puisque sans eux, elle n'aurait pu avoir lieu; sondage; aux agents de dénombrement, pour avoir travaillé avec efficacité å la réalisation du • au personnel de la Division de la Mère et de l'Enfant pour son aide technique.lors de la formation des enqu~trices pour les mesures anthropométriques; • aux conlr61eurs et aux enqu~trices, pour le sérieux avec lequel ils ont affront les difficultés du terain. Enfin, nous tenons à remercier particulièrement Monsieur Mohamed Ayad, Coordonnateur r~gional, et Mademoiselle Cindi Stanton, Country Monitor du programme EDS, pour leur dynamisme et leur sens des bonnes relations humaines, qualités qui ont été indispensables pour mener à bien l'op~ration. L'Equipe Technique de I'EDST xvii Togo BURKINA FASO TONE "" e DAPAONG REGION DES SAVANES OTI BASSAR DOUFELGOU BINAH REGION DE I.A KARA GHANA SOTOUBOUA REGION CENTRALE BENIN OGOU ~A~KPAME REGION DES PLATEAUX UM]TE DE REGION __ UMITE DE PREFECTURE • CHEF--LIEU DE REGION • CAPITALE KLOTO HAHO ZlO REGION MARITIME GOLFE OCEAN ATLANTIQUE CHAPITRE I CADRE DE L'ENQUETE ET CARACTERISTIQUES DE L'ECHANTILLON 1.1 PRESENTATION DU PAYS Histoire Protectorat allemand depuis 1884, le Togo fut occupé par les alliés pendant la première guerre mondiale. Au lendemain du traité de Versailles, le Togo fut partagé en deux territoires placés sous mandat de la Société des Nations (SDN) puis de l'Organisation des Nations Unies (ONU), et confiés à la Grande Bretagne et à la France. En 1956, le Togo britannique (33.800 km 2) fut rattaché à la Gold Coast qui devient l'Etat indépendant du Ghana. Le reste du territoire accède à l'indépendance en 1960 et forme la République Togolaise. Géographie Le Togo est une étroite bande dont la largeur varie entre 50 et 150 km entre la République Populaire du Bénin à l'Est et la République du Ghana ~ l'Ouest; il s'élire sur une longueur d'environ 600 km entre l'Océan Atlantique au Sud et le Burkina Faso au Nord. Le pays est situé entre les 6è et l l è degrés de latitude Nord et entre les degrés 0 et 1,6 de longitude Est et couvre une superficie de 56.600 km2. Deux grandes zones de relief subdivisent le Togo: l'une de montagnes et l'autre de plaines. La zone de montagnes prend le pays en écharpe, elle est orientée NNE-SSW et rattache l'Akwapin du Sud Ghana à l'Atakora du Nord Bénin. Les plaines sont constituées par les bassins hydrographiques de l'Oti au Nord et du Mono au Sud. Deux climats prévalent au Togo: le climat subéquatorial et le climat tropical humide. Le climat subéquatofial règne sur la moitié Sud du pays et est caractérisé par deux saisons sèches (de novembre à mars et de juillet å aoQt) et deux saisons pluvieuses (de mars à juillet et de septembre à octobre). La moitié Nord du pays est couverte par le climat tropical humide, qui comporte une seule saison de pluie (de mai à octobre) et une saison sèche de (novembre à avril). Du point de vue organisation administrative, le Togo est divisé en cinq grandes régions économiques: la Région Maritime, la Région des Plateaux, la Région Centrale, la Région de la Kara et la Région des Savanes. Chaque région économique est subdivisée en préfectures. Le pays compte 21 préfectures dont les chefs-lieux sont considérés comme des centres urbains; les autres localités forment la zone ruraie meme si certaines, de par leur population et leurs activités économiques, sont plus importantes que certains chefs-lieux de préfecture. Conditions économiques Le Togo est un pays essentiellement agricole: selon le dernier recensement de 1981, 68 peur cent de la population active travaille dans le secteur primaire. La grande majorité des cultivateurs font des cultures vivrières (céréales, tubercules, légumineuses) et seulement 9 peur cent des agriculteurs s'adonnent exclusivement aux cultures commerciales telles que le cacao, le café ou le coton. La contribution de l'agriculture dans le Produit Interieur Brut (PIB) n'est que 33,9 pour cent en 19871. Le pays reste dépendant de ses voisins, le Burkina et le Niger, pour l'~levage, le Bénin et le Ghana, peur la l~clie. Le secteur industriel, bien que n'utilisant que 10 pour cent de la population active, est la principale source de dévise pour le Togo. L'Office Togolais des Phosphates est de loin la première entreprise industrielle et ses recettes d'exploitation représentaient 46,6 pour cent des recettes globales en 1985. Le secteur tertiaire, dont le commerce en est la composante la plus importante, occupe une place non négligeable dans l'économie du Togo: 22 pour cent de la population active travaille dans le secteur tertiaire et sa contribution au PIB est de 23,2 pour cent en 1987. 2 Le tourisme a connu récemment un développement rapide du fait de l'existence d'une large gamme de sites intéressants, et gråce I la mise en place d'une importante infrastructure hStelière. Population Avant l'Enquête Démographique et de Santé au Togo, les principales sources des données démographiques sur le pays sont les trois recensements généraux de la population (1958-60, 1970 et 1981) et les enquêtes démographiques de 1961 et 1971. La population togolaise est passée de 1.950.646 habitants en avril 1970 à 2.719.567 habitants en novembre 1981, et est estimée à 3.287.000 habitants en juillet 1988, ce qui correspond à un taux d'accroissement annuel moyen de 2,9 peur cent. La densité du pays est passée de 48 à 58 habitants au kilomètre carré entre 1981 et 1988, mais la population togolaise est inégalement répartie. La Région Maritime avec seulement 11 pour cent de la superficie du pays regroupe près de 40 pour cent de la population en 1988, soit une densité de 203 habitants au kilomètre carré, alors que la Région Centrale qui représente 23 pour cent de l'étendue du pays n'abrite que 11 pour cent de la population, avec une densité de 27 habitants au kilomètre carré: la forte densité de la Région Maritime s'explique en partie par l'importance de la population de la capitale, estimée à 560.000 habitants en 1988. La population urbaine (la population des 21 chefs-lieux de préfecture) croit beaucoup plus vite que la population rurale; en effet le taux d'accroissement annuel moyen de la population urbaine observé dans la décennie 1970 a ~té de 4,4 pour cent, contre 2,4 pour cent peur la population rurale. La commune de Loto~ draine plus de la moitié de la population urbaine. La population de la capitale est passée de de 189.000 habitants en 1970 à 375.000 en 1981 et est estimée à 560.000 en 1988, soit un taux d'accroissement annuel moyen de 6,1 peur cent. L'ampleur de la croissance urbaine se traduit par des taux d'urbanisation en augmentation, processus accéleré par l'exode rural: la population urbaine, par rappert à l'ensemble de la population, est passée de 10 peur cent en 1960 à 21 pour cent en 1970 et å 25 pour cent en 1981. Les taux de natalité et de fécondité sont assez élevés au Togo. Au recensement de 1981, le taux de natalité s'~levait à 44,6 peur mille et le taux global de fécondité générale à 194 pour mille. L'indice synthétique de fécondité est estimé å 6,0 enfants par femme en 1981; cet indice varie d'une région à l'autre et selon les milieux de résidence. Dans les centres urbains, il est de 4,9 alors que dans les zones rurales, il s'élève à 6,3. 2 Les décès ont ét~ particulièrement sous-dénombrés au cours du recensement de 1981, et le taux brut de mortalité a été estimé å partir du taux d'accroissement et du taux de natalité, les migrations étant considérées comme négligeables. Pour l'ensemble du pays, il est de 15,6 pour mille. La descendance finale et les taux de fécondité sont restés quasiment stationnaires alors que la mortalité, bien qu'encore élevée, baisse r6gulièrement, ce qui a fait augmenter le taux d'accroissement de la population, passant de 1,6 pour cent en 1960 å 2,9 pour cent entre 1970 et 1981. Selon les résultats du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de novembre 1981, le taux de scolarisation (6-14 ans) est de 62,5 pour cent pour l'ensemble des deux sexes, contre 52,2 pour cent en 1970. La scolarisation est plus élevée chez les garçons (70,4 %) que chez les filles (53,5 %). Dans les centres urbains, ce taux est de 81,2 peur cent alors que dans les zones rurales il se situe å 56,5 pour cent, avec un écart plus grand entre garçons et filles. La proportion des analphabètes parmi les personnes ågées de 12 ans et plus est 63,8 pour cent pour l'ensemble du pays. Malgré sa faible étendue, le Togo compte une quarantaine d'ethnies qu'on peut regrouper en 5 grands groupes. Le groupe Adja-Ewé représente 44 pour cent de la population, les Kabye-Tem 26,7 pour cent, les Para-Gourma 16,1 pour cent, les Akposso-Ak6bou 4,0 pour cent et les Ana-lfé 3,3 pour cent. Les groupes minoritaires, les autres africains et non-africains représentent respectivement 3,4, 2,2 et 0,3 pour cent de la population résidente. Toujours selon le recensement de 1981, la population togolaise, en dépit de sa diversité ethnique, se répartit en trois grandes confessions religieuses: l'Animisme, le Christianisme et l'Islam. La grande majorité de la population (58,8 %) pratique la religion traditionnelle, caractérisée par le culte des ancêtres. Les chrétiens (Catholiques et Protestants) représentent 28,3 pour cent; ils sont plus nombreux dans les centres urbains et dans la partie occidentale de la Région des Plateaux. Les Musulmans regroupent 12,1 pour cent de la population et se rencontrent essentiellement dans le Nord du Pays. Les adeptes des "autres religions" et les sans religions représentent 0,8 pour cent. TABLEAU i.I PRINCIPAUX INDICATEURS DEMOGRAPHIQHES SELON LE RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L'HABITAT 1981 Populat ion totale* Populat ion urbaine* Populat ion rurale* Taux brut de natal l t~ Taux brut de morta l i té Taux d'accroissement Taux global de fécondit~ Indice synthét ique de f~condit~ Espérance de vie å la naissance: Homme Femme Taux de scolar isat ion (6-14 nas) 3.287.000 950.008 2.337.000 44,6 % 15,6 % 2,9 % 194 % 6,0 enfants par femme 49 ans Sl ans 62,5 % *Estimation au ler jui l le£ 1988 Source: Direct ion de la Statist ique. 1989. Ann[yse du reoensen~nt g~n~rol de la popu~tton et de {'hab~at de novembre ]981, Min is tère du Plan et de l ' Industr ie. Lom~, Togo. Politique en matière de population Le Togo n'a pas encore défini officiellement une politique en matiEre de population. Cependant, le gouvernement encourage la diffusion des informations dans le domaine du bien-être familial à travers les activités: • du Programme National de Bien-Erre Familial (PNBEF), intégré au Ministère de la Santé Publique et qui s'occupe de santé maternelle et infantile, et de planification familiale; • de l'Association Togolaise pour le Bien-Erre Familial (ATBEF), fondée en 1976, qui tente de promouvoir la santé familiale et l'espacement des naissances. Cette association possède un réseau de volontaires au niveau des différentes régions économiques et une clinique pilote à LomE. Ses activités consistent à informer et à éduquer le public en vue de l'espacement des naissances pour assurer à la mère et à l'enfant une meilleure santé. L'ATBEF distribue des contraceptifs au niveau des chefs lieux de subdivisions sanitaires et dans les services de Protection Maternelle et Infantile (PMI) afin de lutter contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Situation sanitaire Pour assurer une couverture sanitaire aussi large que possible, les soins de santé primaire ont été organisés de telle sorte que les communautés puissent résoudre leurs problèmes de santé plus facilement. D'importants programmes de prévention ont été mis en oeuvre en faveur de la santé de la mère et de l'enfant, (en particulier, campagne de vaccination contre les six maladies les plus meurtrières de l'enfance: la tuberculose, la coqueluche, la rougeole, le tétanos, la poliomyélite et la diphtêrie), la lutte contre les maladies transmissibles, les grandes endemies et la fièvre jaune. Par ailleurs, l'êducation sanitaire est encouragée afm de permettre la sensibilisation, l'encadrement et l'organisation de la population en vue d'améliorer sa propre santé. Pour soutenir toutes ces actions le budget de la Santé Publique représente chaque année environ 4 à 5 pour cent du budget général) La couverture sanitaire a ét~ considérablement améliorée ces dernières années; en 1987, le pays disposait de 2 CHU (Centre Hospitalier Universitaire), 4 CHR (Centre Hospitalier Régional), 17 centres de santé primaire, 16 hõpitaux de préfecture, 2 h6pitaux privés et de dispensaires et postes de PMI. Au niveau national, il y avait en 1987 un médecin et un lit d'h6pital pour, respectivement, 14.600 et 727 habitants. Cependant, il subsiste encore de grandes disparités au niveau régional et surtout préfectoral. La Région Maritime est la plus équipée: elle comptait en 1987 un médecin pour 7.500 personnes (un médecin pour 3.500 habitants à Lomé et dans son agglomération), alors qu'à la même époque, il y avait seulement dans la Région des Savanes un médecin pour 65.000 habitants. Dans les trois autres régions (Plateaux, Centrale et Kara) la densité médicale se situe autour d'un médecin pour 35.000 habitants. Cette disparité est également mise en évidence par le nombre d'habitants par lit d'h6pital qui varie du simple au triple entre la Région Maritime et la Région des Savanes. 1.2 ORGANISAT ION DE L 'ENQUETE Cadre institutionnel L'Enquête Démographique et de Santé au Togo (EDST) fait partie du projet international de "Demographic and Health Surveys" (DHS), initié par l'Institute for Resource Development (IRD) qui a foumi l'assistance technique de l'enquEte avec des fonds de l'Agence Américaine pour le Dévéloppement International (USAID). 4 L'accord de réalisation de l'enquête a ~té signe entre I'IRD et l'Unit~ de Recherche Démographique (URD) de l'Université du Bénin (Ministère de l'Education Nationale et de Recherche Scientifique). 4 TABLEAU 1.2 DENSITE MEDICALE R6gion I m6decin pour i l it d 'h6pital Marit ime 7.432 habitants 556 habitants Plateaux 31.888 habitants 779 habitants Centrale 32.015 habitants 973 habitants Kara 95.875 habitants 802 habitants Savanes 64.567 habitants 1.490 habitants Ensemble du pays 14.618 habitants 727 habitants Source: Service Nat ional de la Stat ist ique Sanitaire. 1988. ~oi~t~s SGrt~Q~: J98Y. Ministère de la Sant~ Publique, des Affaires Sociales et de la Condit ion F~minine. Lom~, Togo. Au niveau national, plusieurs institutions ont particip6 à I'EDST: l'Unit~ de Recherche Démographique (Ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique), la Direction de la Statistique (Ministère du Plan et des Mines) et la Direction Générale de la Santé (Ministère de la Santé Publique, des Affaires Sociales et de la Condition Féminine) ont été les principaux responsables de l'enquête. Objectifs L'EDST a pour objectifs principaux d'étudier: • les niveaux, les tendances et les déterminants de la fécondité, en particulier la nuptialité, l'allaitement et la contraception; • les niveaux de la mortalité infantile au plan national et selon différentes variables démographiques et soeio-économiques; • les différents aspects de la santé des enfants, dont l'étude de la prévalence et du traitement de certaines maladies de l'enfance (diarrhée, fièvre, respiration difficile) et l'état nutritionnel des enfants ågés de 3 ~t 36 mois par le biais des mesures du poids et de la taille. A long terme, I'EDST doit permettre d'assurer une meilleure planification et gestion des programmes de santé et de planning familial et d'institutionnaliser les ~rudes démographiques et de santé al'm de mesurer l'évolution de la population. Echantillonnage La taille prévue au départ pour l'échantillon était de 4000 femmes ãgées de 15 à 49 ans. Pour atteindre cette taille, 3998 ménages (1335 ménages urbains et 2643 ménages ruraux) ont été sélectionnés avec l'hypothèse qu'il y aurait, en moyenne, 1,1 femme éligible par ménage et une déperdition d'environ 10 pour cent. L'échantillon de I'EDST est représentatif au niveau national, auto-pondéré et stratifié en milieu urbain (l.,omé et autres villes) et rural. La méthodologie a consisté à tirer: • au premier degré, des zones de dénombrement (ZD) issues du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1981: au total 153 ZD ont ~té tirées (66 en zone urbaine et 87 en zone rurale); • au second degré, des ménages au sein de ces ZD. Sur les 3998 ménages, seulement 3506 ont été retrouvés, 3409 femmes 61igibles identifi6es et 3360 interviews réalisé.es avec succès, ce qui représente un taux de réponse de 98,6 pour cent. Les détails sur l'échantillon, les t,aux de réponse et les erreurs de sondage sont présentés respectivement dans les Annexes A et B. Questionnaires Trois questionnaires ont été utilisés dans I'EDST: le questionnaire communautaire, le questionnaire collectif et le questionnaiœe individuel. Le questionnaire communautaire fait le point sur la disponibilité des services publics et des infrastructures sanitaires et sur la possibilité d'accès pour la population. Il rassemble les informations concernant la localité d'enquête. Au total 106 questionnaires communautaires (19 au niveau des centres urbains et 87 au niveau des villages ou hameaux) ont été remplis. Le questionnaire collectif, qui s'adresse au chef de ménage, permet d'enregistrer tous les membres du ménage avec certaines informations telles que le nom, le lien de parenté avec le chef de ménage, le sexe, l'fige et la situation de résidence. Le but du questionnaire collectif est de fournir les dénominateurs pour le calcul de certains taux comme le taux de natalité, et de permettre l'identification de toutes les femmes 61igibles pour l'enquête individuellle. Le questionnaire individuel s'adresse aux femmes éligibles dans les ménages sélectionnés. Il s'agit des femmes ågées de 15 à 49 ans, résidentes présentes ou visiteuses (c'est-à-dire qui ont passé la nuit précédant l'interview ou qui se trouvent dans la localité lors du passage de l'enquStrice). Le questionnaire individuel comprend huit sections: 1, 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. les caractéristiques socio-démographiques de l'enquêtée; la fécondité; la connaissance et l'utilisation de la contraception; la santé et l'allaitement au sein; la nuptialité; les préférences en matière de fécondité; les caractéristiques du conjoint et les activités économiques de la femme; les mesures anthropométriques (poids et taille) des enfants de moins de 3 ans. 6 Le questionnaire individuel a été traduit dans les quatre principales langues du pays (~wé, kaby~, kotocoli et moba) et dans trois autres langues minoritaires (ana, losso et bassar). La version française des questionnaires collectif et individuel est présentée dans l'Annexe C. Formation des enqu~trices et collecte des données Une pré-enquete a été effectuée dans une zone urbaine et dans une zone rurale pour tester le questionnaire collectif et le questionnaire individuel. Après la formation d'une vingtaine d'agents pendant trois semaines, du 21 octobre au 2 novembre 1987, 12 ont et~ retenus (10 du sexe feminin et 2 du sexe masculin). Les agents ont ~té répartis en 2 équipes de 6 personnes et la collecte a duré deux semaines (du 7 au 19 novembre 1987). La formation pour l'enquête principale a dur6 six semaines (du 9 mai au 17 juin 1988) et a réuni une cinquantaine de candidates pour le r61e d'enqu~laSce et 5 candidats pressentis pour le réle de chef d'équipe. Ces derniers avaient participé soit à la pré-enqu~te soit aux opérations de mise àjour de la base de sondage. La formation s'est déroulée en deux phases: la première en français et la seconde en langues locales. La première phase a dur6 deux semaines et a port6 sur la compréhension du questionnaire; elle a été sanctionnée par un test de présélection à l'issue duquel les meilleurs candidats ont été autorisés à poursuivre la formation. L'exposé de chaque section était toujours suivi de simulations de cas pratiques oi~ les agents jouaient tour à tour les r61es d'enq@trices et d'enqu~tées. Pour s'assurer que toutes les enq@trices posent de la m~me façon chaque question, une importance particulière a ét~ accordée aux simulations en langues locales qui ont duré trois semaines. Parallèlement, une dizaine d'enq@trices pressenties pour jouer le r61e de contr61euse et les cinq chefs d'équipe étaient formés pour la prise des mesures anthropométriques. Ils étalent encadrés par le superviseur de I'IRD et par trois sages-femmes formées å cet effet. La dernière semaine a ~té consacrée å deux séances pratiques sur le terrain à Loto~. Une sélection a permis de retenir 17 enquetrices, 8 contr61euses et 5 chefs d'équipe. La collecte principale s'est déroulée du 22 juin au 31 octobre 1988. Contrairement à la prévision initiale, cinq équipes au lieu de quatre ont été Constituées durant les deux premiers mois de la collecte: une équipe était basée dans la Région des Savanes, deux dans les Régions de la Kara et Centrale et deux autres équipes couvraient la Région des Plateaux. Ces dispositions ont ~té jugées nécessaires afin d'effectuer dans un délai raisonnable les zones difficiles d'accès avant la grande saison des pluies et les zones où les langues minoritaires sont pari~es. Pendant les trois premières semaines, les responsables techniques étaient sur le terrain en permanence pour rectifier les erreurs éventuelles. La Région Maritime et la ville de Lomé ont été enqu~tées en dernière position par une équipe renforcée, composée d'enquêtrices de différentes équipes parlant l'~w~, la langue principale de Lomé. Exploitation des données Trois semaines après le début de la collecte, 6 enqu~trices désignées ~t l'avance ont suivi pendant une semaine la formation d'opératrice de saisie. La saisie a commencé le 24 juillet, s'est poursuivie simultanément avec la collecte des données et a pris fin le 7 novembre 1988. Le nettoyage des fichiers a eu lieu parallèlement à la saisie et l'élabomtion des programmes de tabulation s'est faite en janvier 1989. L'ensemble de ces opérations ont ét~ menées sur quatre micro ordinateurs, avec le logiciel ISSA (Integrated System for Survey Analysis) développ6 par I'IRD pour le besoin de DHS. Après apurement des données, les dates des événements ont été imputées, pour les cas où ces informations n'avaient pas ~té enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enfants et åge au décès des enfants décédés). Les proportions de réponses imputées se présentent comme suit: Date de naissance de la femme (imputée à partir de l'année de naissance et/ou de l'liée actuel) Mois et année imputés Mois imputé Date du premier mariage de la femme Mois et année imputés Mois imputé • Age au décès des enfants décédés 1.3 CARACTERISTIQUE DE L'ECHANTILLON Structure par âge: enquête-ménage 0,0 % 73,1% 0,9 % 80,4 % Date de naissance des enfants (imputée à partir de l'année de naissance et/ou de l'fige actuel) Mois et année imputés 1,1% Mois imputé 50,0 % 0,3 % L'EDST a recensé au niveau des m6nages une population r6sidente de 18.167 habitants dont 8.867 hommes et 9.300 femmes, ce qui correspond à un rapport de masculinité de 95 pour cent (Tableau 1.3). Cette répartition par sexe est identique à celle du recensement de 1981. TABLEAU 1.3 REPARTITION (EN %) DE LA POPULATION RESIDENTE SELON LE SEXE ET LE GROUPE D'AGE, EDST, 1988 Age Hommes Femmes Ensemble 0-4 8,6 8,4 17,0 5-9 8,9 8,3 17,1 10-14 7,8 7,2 14,1 15-19 5,4 4,4 9,9 20-24 3,9 3,9 7,8 25-29 3,1 3,7 6,7 30-34 2,1 2,8 4,9 35-39 1,9 2,2 4,1 40-44 1,3 1,6 3,0 45-49 1,2 1,4 2,6 50-54 I,i 2,3 3,4 55-59 i,I 1,6 2,7 60-64 1,0 I,I 2,0 65-69 0,8 0,9 1,7 70-74 0,5 0,6 1,0 75-79 0,3 0,3 0,6 80-84 0,2 0,3 0,5 85-89 0, I 0, I 0,2 90-94 O,l O,l 0,2 95+ 0, I 0, I 0,2 Non-déclaré 0, I 0, i 0,2 TOTAL" 48,8 51,2 100,O L'examen de la pyramide des [lges (graphique 1.1) montre une décroissance régulièrc des proportions de la population au niveau des deux sexes, excepté pour les femmes de 15-19 ans et surtout de 40-49 ans où apparm't un léger ddficit ct celles de 10-14 ans et surtout de 50-59 ans, légèrement excddentaircs. Ccs déformations seraient ducs à un rajeunissement (des 15-19 arts en faveur des 10-14 ans) et à un vieillissement (des 40-49 ans cn favcur des 50-59 ans) artificicls des ~ges par las enqu~trices, dans Ic but de rdduire le nombre des femmes à interviewer. 95* 90-94 85-89 80-84 75-79 70-74 65-69 60-64 55-59 50-54 45-49 40-44 35-39 30-34 25-29 20-24 15-19 10-14 5-9 0-4 Graphique 1.1 Pyramide des Ages de la Population Résidente H H m Sexe masculin m Sexe féminin 10 8 6 4 2 0 2 4 6 Pourcentage 8 10 EDST Togo 1988 L'EDST a identifié 3409 femmes dligibles dans l'échantillon des ménages et 3360 interviews ont ét~ réalisées avec succès. Structure par åge: enquête individuelle des femmes L'examen du tableau 1.4, donnant la répartition en pourcentages, des femmes enquêtées selon les groupes d'~ges quinquennaux, indique une décroissance régulière de la proportion des femmes avec l'åge oh les déformations notées précédemment sont largement estompées. L'allure générale de cette répartition est pratiquement identique à celle du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de novembre 1981. Néanmoins, la distribution par åge issue de I'EDST semble plus régulière: au niveau du groupe d'åges 25-29 ans les pourcentages observes sont de 18,5 pour I'EDST contre 19,6 pour le recensement alors que pour le groupe d'[lges 20-24 ces proportions s'élèvent ~t 19,7 à I'EDST et 19,1 au recensement. La structure par ãge détaillé présente certaines irrégularités comme l'indique le graphique 1.2. On observe des pointes aux åges se terminant par 0,5 et 8. L'attirance des åges se terminant par 0 et 5 est due à la tendance à ddclarer un åge rond pour les personnes qui n'ont pas une idée exacte de leur ~ge. L'attirance des ~lges se terminant par 8 est due au fait que les personnes qui connaissent approximativement leur date de naissance ont tendance à ddclarer une année de naissance se terminant par 0. 5 9 TABLEAU 1.4 REPARTITION DES FEMMES DE 15-49 ANS DE L'ENQUETE INDIVIDUELLE (EDST, 1988) ET DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L 'HABITAT (1981) SELON L'AGE EDST 1988 Recensement Age Effect i f Pourcentage 1981" 15-19 724 21,5 21,3 20-24 661 19,7 19,1 25-29 620 18,5 19,6 30-34 479 14,3 13,6 35-39 370 ii,0 11,4 40-44 263 7,8 8,0 45-49 /243 7,2 7,0 TOTAL 3360 I00,0 I00,0 *Source: Direct ion de la Statist ique. 1989. Analyse du recensemerd g4n4eerol de la popu~tlon et de l'Habltat de novembre 1981. Ministère du Plan et de l ' Industrie. Lom6, Toge. Graphique 1.2 Répartition des Femmes de l'Echantillon Selon l'Age Actuel Pourcentage 5 4 3 2 ,o 15 2O / 25 30 35 40 45 50 Age Actuel EDST Toge 1988 Milieu de résidence et région Dans le cadre de I'EDST, tous les chefs-lieux de préfecture ont fait partie de la strate urbaine, exceptés deux, Amlamé et Tabligbo qui n'ont pas été tirés dans l'échantillon en raison de leur très faible taille. Selon les résultats du tableau 1.5, parmi les femmes interviewé.es, 35,2 pour cent résident en milieu urbain I0 et 64,8 en milieu rural. Près des deux tiers des femmes citadines habitent Loto~. La proportion de femmes urbaines est beaucoup plus importante qu'au recensement de 1981. Cette augmentation trouve son explication dans le fait que les zones p6riph6riques de la capitale et des trois grandes villes du pays (Sokodé, Kara et Atakpam6), qui étaient traitées en 1981 comme des zones rurales, ont été intégr6es en 1988 dans les agglomérations urbaines. De plus, la population urbaine croit presque deux fois plus vite que la population rurale (4,4 % contre 2,4 %). TABLEAU 1.0 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ENQUETEES SELON LES CARAC- TERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caraçt6r ist iques socio-d~mographiques Pourcentage Effect i f MILIEU Urbain 35,2 1182 Lom6 22,3 750 Autre Ville 12,9 432 Rural 64,8 2178 EEGION Maritime 44,7 1501 Des P lateaux 22,8 767 Centrale 9,1 306 De la Kara 12,2 409 Des Savanes 11,2 377 NIVEAU D'INSTRUCTION Aucune instruct ion 58,2 1956 Primaire 29,3 984 Secondaire et p lus 12,5 420 ALPHABETISATION Sait lire 33,1 1112 NS9 lire 66,9 2248 RELIGION Catholique 27,3 918 Protestante 10,6 357 Musulmane 11,4 38~ Tradit ionnel le 40,2 1350 Autres 3,6 122 Sans 6,8 229 GRAND GROUPE ETHNIQUE AdJa-Ewe 47,6 1601 Kabye~Tem 21,8 706 Para-Gourma 22,2 747 Autres 9,1 386 TOTAL 100,0 3360 Il Au niveau régional, la Région Maritime est la plus petite des cinq régions économiques, mais la plus peuplée" eUe abrite 44,7 pour cent des femmes de rEDST, vient ensuite la Région des Plateaux avec 22,8 pour cent de l'échantillon. Les Régions Centrale, de la Kara et des Savanes sont habit~es respectivement par 9,1, 12,2 et 11,2 pour cent des femmes enqu~tées. Si l'on compare la distribution spatiale des femmes de rEDST à celle du recensement, on constate notamment une surreprésentation des femmes enquêtées dans la Région Maritime qui s'explique par l'importance croissante de la population de la capitale, et une sous-représentation de la Région de la Kara, due au fait que beaucoup de ménages tirés dans cette région n'ont pas été retrouvés. Ethnie et religion Les ethnies du pays, pour les besoins de l'analyse, sont regroupées en trois grands groupes (tableau 1.5): les Adja-Ewé (47,6 % des femmes enqu8tées), habitant les Régions Maritime et des Plateaux, les Kaby~-Tem qui semblent sous-représentés avec seulement avec 21,0 pour cent, alors que les Para-Gourma (22,2 %) semblent ¢tre surreprésentés. La sous-repî~sentation du groupe ethnique Kabyè-Tem pourrait ~tm expliquée par la grande mobilité des membres de ce groupe dont beaucoup n'ont pas été retrouvés dans la r6gion où ils dominent. Du point de vue de l'appartenance religieuse, 40,2 pour cent des femmes enqu~tées sont animistes; viennent ensuite les chrétiennes qui forment 37,9 pour cent de l'échantillon et dont près des trois quarts sont catholiques. Les musulmanes ne représentent que 11,4 pour cent de l'échantillon, soit presque autant qu'en 1981 au recensement général: elles se retrouvent essentiellement dans la Région Centrale et å Lomé. Instruction et alphabétisation Les résultats sur l'instruction (tableau 1.5) semblent indiquer une élevation du niveau de scolarisation de la population féminine qui était assez faible en 1981. En effet, seules 58,2 pour cent des femmes de rEDST n'ont reçu aucune instruction contre 77,4 pour cent au recensement de 1981. Les niveaux primaire et secondaire ou plus s'61èvent respectivement à 29,3 et 12,5 pour cent alors qu'en 1981 ces proportions n'étaient respectivement que de 15,2 et 7,4 pour cent. Le niveau d'alphabétisation contraste avec le niveau d'instruction: 33,1 pour cent seulement des femmes enqu~tées peuvent lire ou écrire, ce qui indique qu'environ 21 pour cent des femmes qui ont fréquenté l'école primaire sont retombées dans l'analphabétisme. Le tableau 1.6 donne la répartition en pourcentage de toutes les femmes selon le niveau de scolarisation atteint et les variables socio-démographiques. Il permet de saisir les interactions qui existent entre l'fige et le niveau d'instruction d'une part, et entre le niveau d'instruction et le milieu de résidence d'autre part. Le niveau d'instruction varie beaucoup en fonction de l'fige. Les femmes qui n'ont reçu aucune instruction sont beaucoup plus ãg6es que celles qui ont 6t6 fi l'école, et, inversement, les proportions de femmes qui ont le niveau primaire sont élevées chez les moins de 25 ans et diminuent r6guliérement jusqu'à 40 ans. Au niveau du milieu d'habitat, en milieu rural 69,5 pour cent des femmes de I'EDST sont sans instruction contre 37,4 pour cent en milieu urbain. La Région des Plateaux compte la plus faible proportion des "sans instruction" (49,9 %), elle est suivie par les Régions de la Kara (54,3 %) et Maritime (54,7 %). La Région des Savanes, avec 87,3 pour cent, a la proportion la plus élevée des "sans instruction". 12 TABLEAU 1.6 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NIVEAU D'INSTRUCTION ET LES CARACTERISTIQHES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES ~ucune SQco~- pouE- Caract6r lst iques instruc- Pri- daire centage Effec- socio-d~mographiques t ion maire et plus total tif AGE ACTUEL 15-19 37,6 46,0 15,6 I00,0 724 20-24 44,6 37,4 18,0 1O0,0 661 25-29 57,7 23,5 18,7 100,0 620 30-34 60,9 22,5 8,6 i00,0 479 35-39 71,1 23,5 5,4 i00,0 370 40-44 81,0 15,2 3,8 i00,0 263 45-49 92,6 7,0 0,4 i00,0 243 MILIEU Urbain 37,4 38,0 24,6 i00,0 1182 LomA 35,6 39,1 20,3 i00,0 750 Autre Ville 40,5 36,1 23,4 100,0 432 Rural 69,5 24,6 5,9 i00,0 2178 REGION Maritime 54,7 29,8 15,5 100,0 1501 Des Plateaux 49,9 37,3 12,8 I00,0 767 Centrale 65,7 24,8 9,5 100,0 306 De la Kara 54,3 33,0 12,7 100,0 409 Des Savanes 87,3 10,3 2,4 100,0 377 TOTAL 58,2 29,3 12,5 i00,0 3360 Notes: l. Source: Direction de la Statistique. 1987. Comptes provisoires. Division Synthèse et Recherche M6thodologique. Loto6, Togo. 2. Source: Identique å 1. 3. Source: Service National de la Statistique Sanitaire. 1988. Statistique sanitaires: 1987. Ministère de la Sant~ Publique, des Affaires Sociales et de la Condition Féminine, Loto~, Togo. 4. La représentation nationale de I'UNICEF a fourni une partie du matériel anthropom6trique. 5. Lorsque l'année de naissance est connue, l'åge en ann6es s'obtient en soustrayant de 1988 (année de l'enqu6te), l'année de naissance. Toutes les années de naissances terrain~es par 0 conduisent donc ~ des åges termin6s par 8. 13 CHAPITRE H NUPTIALITE ET AUTRES FACTEURS D'EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE Dans les populations où l'utilisation de la contraception moderne est peu fréquente, les déterminants proches (Bongaarts, 1978, Bongaarts et al., 1984) constituent les principaux facteurs de contr61e de la fécondité: il s'agit de la nuptialité, de l'aUaitement au sein, de l'abstinence post-partum et de l'aménorrhée post-partum. Sans ces facteurs, les femmes atteindraient le chiffre théorique de 15 enfants å la fin de leur vie féconde (Frank, 1987). Or m~me dans le cas du Kenya (un des extr~mes) où la descendance par femme était d'environ 8 enfants en 1978, la situation reste encore bien loin de ce niveau théorique. Le r61e joué par les déterminants proches de la fécondité au Togo a été mis en évidence par divers travaux (Locoh, 1984, Janssens, 1986a, Assogba, 1979, 1981, 1989). On peut déplorer cependant le caractère limité de ces études. L'EDST constitue la première occasion où la situation nationale est étudiée au Togo) Ce chapitre traitera donc de la nupUalité et des autres déterminants proches de la fécondité. 2.1 NUPTIALITE Statut matrimonial et stabilité des unions L'étude de la nuptialité se fera ici dans l'optique de son impact sur la fécondité, en général, et l'exposition au risque de grossesse, en particulier. Le système matrimonial togolais présente de multiples facettes du fait, d'une part, de la diversité des coutumes en vigueur au niveau des ethnies et, d'autre part, de la transition sociale en cours çLocoh 1984, 1988, Pilon 1988, Assogba 1981, 1989). Aussi, dans I'EDST, l'"union maritale", c'est-à-dire, "toute cohabitation plus ou moins stable entre une femme et un homme, reconnue par la religion, la coutume ou la loi ou simplement basée sur la convenance," a été retenue comme concept d'union. La section V du questionnaire est consacrée à la nuptia!ité. EUe comprend vingt cinq questions dont, la question classique sur l'état matrimonial des femråes (q.501), mais aussi des questions relative à l'histoire matrimoniale de la femme fie nombre des unions contractées par la femme, quelques caractéristiques des unions et des conjoints, etc.). Le tableau 2.1 et le graphique 2.1 donnent la répardfion dçs femmes par groupes d'/lge et selon l'état matrimonial au moment de l'enquSte. Il se dégage de ces données qu'avant 40 ans, presque toutes les femmes (99 %) ont contracté au moins une union. Ceci est en accord avec le caractère d'universalité des unions en Afrique. Dans le groupe d'åges des moins de 20 ans, 73 pour cent des femmes ont déclar6 n'avoir jamais contracté une union; au recensement de 1970, 45 pour cent des femmes de cette tranche d'ages, et 57 pour cent en 1981 étaient célibataires. Dans le groupe d'~ges 30-34 ans, à peine 2 pour cent des femmes sont célibataires; en 1970, la m~me proportion de 2 peur cent de célibataires a été enregistrée et 3 pour cent en 1981. Aux incertitudes de collecte près, on constate donc que le calendrier de la primo- nuptialité est devenu plus tardif, contrairement à ce qui avait été observé entre 1961 et 1970 (Locoh, 1976). Dans l'ensemble, 73 pour cent des femmes sont en union au moment de l'enquête, 22 pour cent sont célibataires, moins de 2 pour cent sont veuves et un peu plus de 3 pour cent sont divorcées ou séparées. Les veuves se retrouvent d'autant plus nombreuses que l'åge est élevé: 2 å 5 pour cent chez les femmes de plus de 30 ans. n en est de mSme pour les divorcées qui atteignent presqu'une femme sur dix dans le groupe dqlges 45-49 ans. 15 TABLEAU 2.1 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Jamais Age mariée Mariée Veuve Divorcée Total Effectif 15-19 72,8 26,5 0,I 0,6 I00,0 724 20-24 24,2 73,2 0,2 2,4 I00,0 661 25-29 5,8 90,0 0,6 3,5 I00,0 620 30-34 2,3 91,4 1,7 4,6 i00,0 479 35-39 I,i 91,9 3,8 3,2 I00,0 370 40-44 0,4 89,7 4,6 5,3 100,0 263 45-49 0,0 84,8 5,3 9,9 100,0 243 TOTAL 22,0 73,0 1,6 3,4 i00,0 3360 100 80 60 40 20 O Graphique 21 Etat Matrimonial des Femmes de rEchantillon Selon l'Age Actuel Pourcentage NNN NNN~E N~ 15-19 I- 20-24 :5-29 30-34 35-39 ~\\\\\\~,\\~ k\\\~,\\\\\~\\Vd I 40-44 45-49 Celibataire ~ Mari~e Veuve ~ Divorcée i EDST Togo 1988 La polygamie est une autre caractéristique de la nuptiaiité africaine qui est très fréquente au "logo. Le tableau 2.2 en donne la situation selon diverses caractéristiques socio-culturelles. Plus de la moitié des femmes actuellement en union (52,3 %) sont dans une union polygame. Que l 'on soit en milieu urbain ou en milieu rural, la situation de la polygamie n'est pas fondamentalement différente: en milieu urbain, 47 pour cent des femmes mariées sont en union polygame contre 54 pour cent en milieu rural. Quand on fait la distinction entre Lom6, la capitale, et les autres villes, on se rend compte d'une légère différence du fait que Loto6 compte 42 pour cent de femmes en union polygame, contre près de 55 pour cent dans les autres villes, soit une proportion supérieure à celle du milieu rural. 16 TABLEAU 2.2 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ET CERTAINES CARACTERISTIGUES SOCIO- DEMOGRAPUIQUES, EDST, 1988 Age actuel Caract6ristiques socio- dêmographiques 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total MILIEU Urbain 23,3 35,9 42,6 48,6 58,6 57,1 74,5 47,1 Lom~ 14,3 31,1 36,5 44,4 56,7 50,0 64,0 42,0 Autre Ville 31,3 40,8 54,7 56,3 61,5 66,7 86,4 54,6 Rural 42,0 41,6 55,2 56,0 56,4 67,8 71,7 54,4 REGION Maritime 35,2 35,1 46,9 59,2 58,1 64,8 71,3 52,5 Des Plateaux 34,8 36,4 47,5 42,5 47,0 65,3 67,3 46,8 Centrale 50,0 50,0 63,6. 59,5 58,3 73,5 81,8 60,9 De la Kara 33,3 32,3 52,9 54,5 72,2 62,5 89,5 52,8 Des Savanes 45,5 53,9 58,8 47,6 59,5 60,0 58,3 53,9 INSTRUCTION Aucune instruction 45,5 42,6 54,4 56,4 56,9 69,4 72,3 56,5 Primaire 33,8 36,3 53,0 49,5 58,4 45,5 71,4 46,0 Secondaire or plus 0,0 37,5 33,3 39,4 53,3 42,9 100,0 36,0 TOTAL 39,1 39,9 50,9 53,7 57,1 68,3 72,3 52,3 Par rapport aux régions économiques du pays, la Région Centrale apparait comme ceUe ayant la plus grande proportion de femmes en union polygame (61%) alors que la Région des Plateaux est celle qui en compte le moins (47 %). L'opposition entre ces deux régions pourrait s'expliquer par le fait que, dans la première, près de la moitié de la population est musulmane (47 %), alors que la seconde se caractérise par une forte présence de chrétiens (44 %). Vis-å-vis de la scolarisation, on observe que les femmes n'ayant aucune instruction sont les plus nombreuses à ~tre en union polygame (57 %); celles qui ont au moins le niveau d'instruction secondaire sont les moins nombreuses, bien qu'une femme sur trois de ce niveau soit concernée par la polygamie (36 %); celles qui n'ont que le niveau d'instmction primaire se situent entre les deux situations précédantes avec 46 pour cent. Il ne faut cependant pas perdre de vue que l'åge a une influence sur le "tempo" de la polygamie: le risque pour une femme de se retrouver en union polygame augmente avec son ~tge. Ainsi, si dans le groupe d'åges 15-19 ans, seulement 39 pour cent de femmes sont en union polygame, chez les femmes /tgées de 45-49 ans, on en trouve plus de 72 pour cent. Ce schéma de variation s'observe au niveau de toutes les catégories sociales. Ainsi chez les femmes urbaines, la proportion de femmes en union polygame varie de ~3 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 75 pour cent chez celles de 45-49 ans. Chez les femmes rurales, beaucoup de femmes jeunes sont en union polygame (42,0 % dès 15-19 ans), cependant, la variation des proportions de femmes en union polygame par rapport ~ l'~ge est assez semblable au schéma général d'évolution (de 42 % à 72 %). M~me Lomé, la capitale, présente une variation de la polygamie selon l'age å peu près identique (14 à 64 %). 17 A cõté de la polygamie des hommes, la mobilité conjugale féminine est une caractéristique de la nuptialité togolaise dont on ne peut taire l'existence méme si son intensité est moindre par rapport å celle de la polygamie. Dans I'EDST, près d'une femme non-célibataire sur quatre (23,6 %) a contracté plus d'une union comme le montre le tableau 2.3. Par rapport à l'åge, cette proportion varie de 3 pour cent dans le groupe d'åges des 15-19 ans à 40 pour cent chez les femmes de 45-49 ans. TABLEAU 2.3 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE ACTUEL, LE NOMBRE D'UNIONS ET QUELQUES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caractér ist iques socio- 1 2 unions d~mographiques union et plus Total Effect i f AGE 15-19 97,0 3,0 i00,0 197 20-24 90,0 i0,0 10S,0 501 25-29 80,1 19,9 i00,0 584 30-34 68,6 31,4 I00,0 468 35-39 71,0 29,0 i00,8 366 40-44 63,0 37,0 100,8 262 45-49 60,5 39,5 i00,0 243 MILIEU Urbain 75,4 24,6 i00,0 777 Lomé 77,8 22,2 10O,0 468 Autre Ville 71,8 28,2 i00,0 809 Rural 76,8 23,2 100,0 1844 REGION Maritime 76,6 23,2 100,0 1084 Des Plateaux 75,4 24,6 i00,0 598 Centrale 76,0 24,0 100,0 262 De la Kara 75,8 24,2 100,0 339 Des Savanes 77,8 22,2 100,0 338 INSTRUCTION Aucune instruction 75,6 24,2 I00,0 1760 Primaire 76,6 23,4 I00,0 642 Secondaire et plus 82,6 17,4 i00,0 219 TOTAL 76,4 23,6 i00,0 2621 La mobilité conjugale est plus élevée en milieu urbain qu'en milieu rural (24,6 % contre 23,2 %) et davantage encore dans les villes secondaires (28,2 %) qu'à Lomé (22,1%). La Région de la Kara se pr6sente comme celle off existe la plus forte proportion de femmes ayant contracté plus d'une union (24,2 %) et la R6gion des Savanes, la plus faible (22,2 %). Les femmes instruites sont plus nombreuses à ~tre en premiém union: 83 pour cent chez les femmes de niveau secondaire ou plus, 77 pour cent chez les femmes de niveau primaire et 76 pour cent chez les femmes non instruites. Mais, tout comme dans le cas de la polygamie, il faut tenir compte de l'effet de l'/lge dans la mobilité conjugale des femmes: au fur et ~t mesure que l'/lge de la femme augmente, le risque de se retrouver en union polygame augmente, ainsi que celui de ne plus ~tre en première union. La différence essentielle entre la polygamie des hommes et la mobilité conjugale des femmes se situe sur le plan de l'intensité: celle de la polygamie étant deux fois plus importante que celle de la mobilité conjugale. 18 Calendrier de la primo-nuptialité Le calendrier de la primo-nuptialité est mesuré au niveau de I'EDST par l'/lge médian å la première union: c'est l'age auquel 50 pour cent de la population a déjà contracté une première union. D'après le tableau 2.4, la majorité des premières unions féminines s'effectue au Togo après 18 ans. En effet, quel que soit le groupe d'/lges considéré, l'~lge médian à la première union varie de 17,7 ans chez les femmes de 30-34 ans à 18,7 ans chez celles de 45-49 ans: pour l'ensemble de l'échantillon, il est de 18,4 ans. Vu les fluctuations de l'/tge médian dans les groupes d'/tges, on ne peut rien affirmer quant ~ une évolution du calendrier dans le temps, puisque les erreurs de déclaration d'ãge constituent l 'un des premiers problèmes de la collecte dans les sociétés africaines. On peut toutefois émettre des hypothèses à partir de la situation qui prévaut chez les femmes de moins de 35 ans. En effet, si l 'on suppose que le risque de se tromper sur l'~ge å la première union est moindre chez ces demières, on pourrait en déduire que le calendrier de la primo-nuptialité est en train de devenir plus tardif avec les jeunes générations. Ce résultat, qui confirme un mouvement d'inflexion de l'fige au premier mariage apparu au recensement général de la population en 1981, mériterait d'Otre analysé de façon approfondie. Dans la l~riode intercensitaire 1960-1970, comme mentionné plus haut, on avait observé que le calendrier de la primo- nuptialité allait dans le sens d'un rajeunissement (Locoh, 1976), par contre en 1981, les données du recensement faisaient appanu"tre une légère tendance au vieillissement du calendrier (Direction de la Statistique, 1989). TABLEAU 2.4 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION ET L'AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION SELON L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Jamais Age Ef- Age en m6- foc- actuel union <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total dian tir 15-19 72,8 8,6 15,9 2,8 0,0 0,0 0,0 1s0,0 * 724 20-24 24,2 10,4 33,1 19,5 9,1 3,6 0,0 180,0 18,6 661 25-29 5,8 11,9 32,6 24,8 12,7 9,2 2,9 100,0 18,4 620 30-34 2,3 12,7 40,7 18,0 14,0 8,8 3,5 100,0 17,7 479 35-39 1,1 13,5 29,5 23,0 17,6 9,2 6,2 100,0 18,5 370 40-44 0,4 14,1 35,7 19,4 16,0 7,6 6,8 100,0 18,0 263 45-49 0,0 10,7 28,8 26,7 17,3 10,3 6,8 i08,0 18,7 243 TOTAL 22,0 11,3 29,9 17,6 10,6 6,0 2,7 180,0 3360 * Pas de mêdiane Le tableau 2.5 montre les spécificités de l'åge médian à la première union selon diverses caractéristiques des femmes ågées de 25 ~ 49 ans dans l'échantillon. Tout d'abord par rapport ~t la résidence, en milieu rural, les femmes ont un premier mariage plus précoce qu'en milieu urbain: on observe une différence d'environ deux ans dans le calendrier de la primo-nuptialit~ entre les deux milieux. La différence devient cependant plus nette quand on fait la distinction entre Lomé et les autres villes du pays: en effet, l'age médian å la première union est le plus tardif à Loto~ (20,4 ans) tandis qu'il est à peine plus élevé dans les autres villes (18,5 ans) qu'en milieu rural (17,9 ans). La Région Maritime présente le calendrier le plus tardif (19,2 ans) et la Région des Savanes, le calendrier le plus précoce (16,5 ans), ce qui n'est pas étonnant si l 'on sait que la première région est largement influencée par Lomé, la capitale. Le niveau d'instruction présente une liaison positive avec le retard du calendrier des premières unions en ce sens que, plus le niveau de scolarisation des femmes est élevé, plus leur calendrier est tardif. Ainsi, les 19 TABLEAU 2.5 AGE MEDIAN A LA PREMIERE UNION DES FEMMES DE 25 A 49 ANS, SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Age actuel Car~ct~ristiques soclo- démographiques 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total MILIEU Urbain 19,6 18,8 19,3 19,2 20,1 19,7 Lom~ 19,8 19,7 19,6 20,2 20,9 2G,4 Autre Ville 19,2 17,3 18,6 ]7,9 18,0 18,5 Rural 17,8 17,4 18,2 17,7 18,5 17,9 REGION Maritime 38,U i~,9 19,3 19,4 19,0 19,2 Des Plateaux 18,8 18,2 18,5 18,4 18,6 18,6 Centrale 17,3 16,8 17,8 16,7 18,4 17,4 De la Kara 18,6 17,2 16,i 17,7 19,8 18,0 Des Savanes 16,4 16,3 16,0 16,9 17,0 ]6,5 INSTRUCTION Aucune instruction 17,7 17,3 18,2 17,9 18,7 17,8 Primaire 18,6 18,3 18,8 17,8 18,9 18,8 Secondaire et plus 21,6 22,3 20,8 21,0 24,5 22,8 TOTAL 18,4 17,7 18,5 18,0 18,7 18,4 femmes de niveau d'instruction secondaire ou plus se marient 3,7 ans plus tard que les femmes du niveau primaire et 4,7 ans plus tard que les femmes qui n'ont jamais été scolarisées. 2.2 DETERMINANTS PROCHES DE LA FECONDITE Comme mentionné plus haut, les différentes études qui ont été faites sur les déterminants de la fécondité au Togo l'ont été dans un cadre géographique souvent limité. Que ce soit les travaux sur le Sud- Est (Locoh, 1984; Assogba, 1979, 1981) ou le Sud-Ouest (Vimard et Quesnel, 1982) ou Lomé (Assogba, 1989; Janssens, 1986b) ou dans les ethnies Moba-Gourma (Pilon, 1988), aucun, tout en étant d'un intér& certain, ne permet de conna~re la situation de l'ensemble du territoire. Les méthodologies qui étaient à la base des différentes investigations ne le permettent pas. Les résultats de I'EDST consUtuent, sans aucun doute, la référence pour une comparaison nationale. Sur le plan africain, voici, à titre comparatif, les durées moyennes d'allaitemem, d'aménorrhée et d'abstinence post-partum obtenues dans quelques pays africains au sud du Sahara au cours de diverses opérations de collecte: Burundi Cameroun Cõte d'Ivoire Libéria Nigéria Sénégal TOGO (allaitement) 23,4 mois 19,3 mois 16,2 mois 17,0 mois 16,6 mois 18,8 mois 22,6 mois (aménorrhée) 18,7 mois 10,1 mois 7,9 mois 11,2 mois 10,4 mois 16,2 mois 14,4 mois (abst.pp) 3,2 mois (EDS, 1987) 13,4 mois (ENIF, 1978) 10,5 mois (EMF, 1980) 13,2 mois (EDS, 198ó) 14,1 mois (EMF, 81-82) 7,9 mois (EDS, 1986) 17,5 mois (EDS, 1986). 2 20 Contrairement à la méthodologie utilisée dans la plupart des autres enquStes précit~s, I'EDST ne s'est pas limitée ~t des questions rétrospoctives sur les déterminants de la fécondité. Le tableau 2.6 montre l'évolution de la situation du moment des différents déterminants proches de la fécondité au Togo. On y trouve les pourcentages d'enfants dont les mères sont encore en état d'allaltement au sein, en aménorrhé.e ou en abstinence pest-partum selon les mois écoulés depuis la naissance de l'enfant. Ces distributions sont analogues ~ la fonction Sx d'une table de mortalité. TABLEAU 2.6 PROPORTION DE FEMMES QUI SONT ENCORE EN ALLAITEMENT, EN AMENORRHEE, EN ABSTINENCE POST-PARTUM ET NON-SUSCEPTIBLES SELON LE NOMBRE DE MOIS DEPUIS LA DERNIEKE NAISSANCE, EDST, 1988 Femmos Nombre Mois depuis En En En Non- ds dernl~re al lai - aménor- abst i - suscep- nais- naissanco temsnt rh~e nence tlbles sancos Moins 2 95,4 96,6 96,6 97,7 87 2-3 94,5 67,3 87,3 93,6 Ii0 4-5 96,1 86,8 82,2 95,3 129 6-7 87,0 74,6 73,9 86,1 115 8-9 88,2 68,9 68,5 79,0 119 I0-ii 86,4 60,2 64,1 74,8 103 12-13 84,2 51,8 53,5 66,7 114 14-15 83,8 47,6 53,3 66,7 105 16-17 85,8 29,2 53,1 62,8 113 18-19 73,5 36,7 37,8 50,0 98 20-21 74,3 25,7 36,6 45,5 181 22-23 48,5 15,5 25,8 28,9 97 24-28 29,8 4,8 19,2 20,8 125 26-27 29,2 5,7 21,7 22,6 106 28-29 17,3 1,0 17,3 18,3 104 30-31 11,9 2,0 14,9 15,8 101 32-33 10,9 2,0 5,9 6,9 i01 34-35 8,3 2,1 8,3 8,3 96 TOTAL 62,2 39,5 45,7 53,1 1924 Cette façon de présenter les données permet d'estimer les durées moyennes de pratique en réduisant les erreurs de déclarations dont sont entachdes les données rétrospectives sur les dates en Afrique. En particulier les données comme la durée d'allaitement ou de l'abstinence post-partum sont sujettes à l'attraction pour 12 mois et ses multiples. C'est une méthode qui a été déjà appliquée dans le cas de l'Enquête Féconditd du Sud-est Togo (Locoh, 1984). Le tableau 2.7 et le graphique 2.2 donnent la situation de ces différents déterminants proches. Les données qui y figurent permettent une analyse descriptive qui a besoin d'~tre approfondie. Il est ~t noter que ces données portent uniquement sur les femmes qui ont eu une naissance vivante dans l'intervalle ouvert des 36 mois préédant l'enquête. La procédure pour le calcul de la durée moyenne d'allaitement, d'aménorrbée, d'abstinence et de période de non-susçeptibilité, basée sur les données de l'état actuel est la méthode "prévalencefmcidence" empruntée å l'épidémiologie. En épidémiologie, la durée moyenne d'une maladie peut ~tre estimée en divisant sa prévalence par son incidence. Dans le cas précis, ce qui nous intéresse n'est pas la maladie mais l'aUaitement, 1' aménorrhée, et l'abstinence post-partum. La prévalence est définie comme le nombre d'enfants dont les mères sont encore en train d'allaiter (ou en aménorrhée, etc.) au moment de l'enquête. 21 TABLEAU 2.7 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT, D'AMENORRHEE POST-PARTHM, D'ABSTINENCE POST- PARTUM ET DE NON-SUSCEPTIBILITE AU RISQUE DE GROSSESSE PARMI TOHTES LES FEMMES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQHES, EDST, 1988 Nombre moyen de mois Nombre Caract~r ist iques En En En Non- de socio- al lai- am~nor- abst i - suscep- nais- dEmographiques tement rh~e nence tibles sances AGE <30 22,9 14,1 16,8 19,7 1141 30+ 22,2 14,9 18,5 21,2 787 MILIEU Urbain 18,6 10,6 13,5 16,9 512 Lom~ 17,5 10,6 10,9 15,0 288 Autre Ville 19,9 10,6 16,9 19,3 224 Rural 24,1 15,8 19,0 21,5 1416 REGION Maritime 21,0 13,1 12,7 17,1 729 Des Plateaux 22,4 12,6 18,2 20,2 436 Centrale 23,2 14,8 20,2 21,8 219 De la Kara 22,9 14,9 20,8 22,9 256 Des Savanes 26,2 19,9 23,7 25,1 288 INSTRUCTION Aucune instruction 24,2 16,3 19,0 22,0 1237 Pr imaire 19,5 11,6 15,4 17,7 526 Secondaire et plus 20,7 9,4 12,9 15,7 165 TOTAL 22,6 14,4 17,5 20,3 1928 L'incidence est définie comme le nombre moyen de naissances par mois. Cette durée moyenne est estimée en additionnant le nombre de naissances au cours des 36 mois pour éviter le problème de saisonnalité de la natalité et les fluctuations associées aux petits effectifs de naissances durant des périodes de temps généralement courtes. A titre d'exemple, une simple division du nombre de mères qui allaitent, au moment de l'enquête, par le nombre moyen de naissances par mois donne une estimation, en mois, de la durée moyenne de l'allaitement. Allaltement L'allaitemem au sein est une pratique traditionnelle au Togo. Il est pratiqué de façon prolongée par la majorité des femmes. Par son effet inhibiteur sur l'ovulation, il joue un réle très important dans le contr01e de la fécondité. Au niveau de tout l'échantillon, 62 pour cent des enfants ågés de moins de 36 mois, continuaient d'être allaltés au sein pendant la période de l'enquête. La dur6e moyenne d'ailaitement au sein est de 22,6 mois. Dans le Sud-est rural, cette durée moyenne était estimé ~t 18 mois environ en 1976 0-~coh, 1984); chez les mères de Lom6 enquOtées dans l'étude APEI2 en 1984, il était du mSme ordre de grandeur: 17,9 mois (Assogba, 1989). 22 Graph ique 2 .2 Durée d'Allaitement, d'Aménorrhée et d'Abstinence Post-Partum AGE «30 30 ~- MILIEU Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire+ I Z iiiiiiii~ \~ I I I I I IZ I I I I I I I I I I I I '° i 0 5 10 15 20 25 30 Durée Moyenne en Mois I i ~ Allaitement I Arn6norrh6e ~ Abstinence EDST Togo 1988 Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques des mères, certaines nuances apparaissent. Ainsi, entre les femmes de moins de 30 ans et celles plus ågé.es, on observe une diff6rence de 0,6 mois dans la dur6e moyenne d'aUaitement; entre les femmes de milieu urbain et les femmes rurales, la diff6rence est de plus de cinq mois. Si on ne peut pas dire de façon nette qu'entre les anciennes gén~mtions et les plus ræcentes, le comportement en matière d'ailaitement diffère, on peut cependant affirmer que les femmes urbaines allaitent bien moins longtemps que les femmes rurales. De mSme, les femmes instruites allaitent en moyenne moins longtemps (19,5 mois pour le niveau d'instruction primaire, 20,7 mois pour le secondaire) que les femmes illettr~es (24,2 mois). Am~norrhée post-partum L'aménorrée post-partum est la p6riode pendant laquelle une femme qui vient d'accoucher n'est pas soumise au risque d'une nouvelle conception du fait de l'absence d'ovulation. L'intensité de l'allaitement au sein est entre autres, l'un des facteurs qui retarde la reprise de l'ovulation après l'accouchement, contribuant ainsi à protéger la femme contre les risques d'une nouvelle grossesse et, par conséquent, allonge la durée de l'aménorrhée post-partum. Il ressort du tableau 2.6 que près de deux femmes sur cinq (39,5 %) étaient encore en aménorrhée au moment de l'enquSte et que pour moins d'une femme sur deux, les règles avaient repris 13 mois après la naissance de leur dernier enfant. La durée moyenne d'aménorrhée observée chez les femmes enqu~tées dans I'EDST est de 14,4 mois. Bien qu'elle soit inférieure à celle obtenue en milieu rural dans le Togo méridional (17 mois), elle est relativement plus importante que ce qui est observé dans certains pays comme le Cameroun, le Libéria, le Nig6ria ou la C6te d'Ivoire (voir ci-dessus). On peut noter la cohérence entre la durée de l'aménorrhée et celle de l'allaitement. La dur6e de l'am6norrhée varie selon les caractéristiques socio-d6mographiques de la population. Le milieu de résidence et l'instruction sont les deux variables qui semblent le plus influer sur l'aménorrhée post-partum. Ainsi, il apparait que la dur6e moyenne est plus faible chez les femmes urbaines (10,6 mois) 23 qu'elle ne l'est chez les femmes rurales (15,8 mois). Les femmes qui ont un niveau d'instruction secondaire ou plus ont la durée d'aménorrhée la plus courte (9,4 mois) et les illettrées ont la durée la plus longue (16,3 mois); les femmes de niveau d'instruction primaire ont une durée comprise entre ces deux situation (11,6 mois). Par rapport aux régions économiques les différences sont assez faibles sauf pour la Région des Savanes qui a une période particulièrement longue: 19,9 mois. Abstinence post-partum L'abstinence post-partum est également une pratique traditionnelle courante au Togo. Sa pratique a surtout pour but d'améliorer les chances de survie de l'enfant nourri au sein. On pense couramment que "le sperme empoisonne le lait" et que, de ce fait, les rapports sexuels pendant que l'enfant est allaité augmentent ses risques de maladie. La durée moyenne d'abstinence est de 17,5 mois chez les femmes de l'échantillon. Une durée de cet ordre de grandeur a été observé chez des femmes illettrées à Lagos au Nigéria: 18,7 mois (Page et Lesthaeghe, 1981). Dans le Togo méridional rural, la durée moyenne d'abstinence post-partum observé en 1976 était de 7,5 mois (Locoh, 1984). Par rapport aux caractéristiques socio-démographiques des femmes, la durée d'abstinence est apparemment plus importante chez les femmes /tgées de plus de 30 ans (18,5 mois) que chez les plus jeunes femmes (16,8 mois). Les femmes rurales ont une durée d'abstinence beaucoup plus longue (19,0 mois) que les femmes urbaines (plus de cinq mois en moyenne): 10,9 mois à Loto~ et 16,9 mois dans les autres villes. Par rapport aux régions économiques, du sud au nord, la durée moyenne devient de plus en plus importante: la Région Maritime (y compris Loto~) possède la durée d'abstinence la plus courte (13,1 mois) et la Région des Savanes, la durée la plus longue (23,7 mois). L'instruction de la femme semble avoir un effet de réduction sur la période d'abstinence. Cependant il ne faut pas perdre de vue que, la plupart du temps, ces femmes instruites sont les plus jeunes ainsi que des femmes urbaines. Aussi, si la différence entre les femmes sans instruction (19,0 mois) et celles qui ont le niveau de l'enseignement secondaire (12,9 mois) semble aussi importante (environ 6 mois), il est fort probable que ce soit le fait du cumul de ces divers effets. Période de non-susceptibilité La période de non-susceptibilité se définit comme la période pendant laquelle une femme féconde n'est presque pas soumise au risque de conception par suite de non-exposition, n s'agit d'une femme n'ayant pas repris les rapports sexuels depuis la dernière naissance ou d'une femme en aménorrhée, et qui n'a donc que de très fables chances de tomber enceinte si elle a repris les relations sexuelles. La période de "non-susceptibilité" correspond à la durée d'abstinence ou d'aménorrhée, la plus longue. Cette période peut varier d'un mois, en absence d'allaitement et/ou d'abstinence post-partum, å plus de deux ans. Pour l'ensemble de l'échantillon, plus d'une femme sur deux (53,1%) était en période de "non-susceptibilité" au moment de l'enqu~te et la durée moyenne était de 20,3 mois. Par rapport aux caraetéristiques socio-démographiques des femmes, la période de non-susceptibilité est plus longue chez les femmes ågées (21,2 mois) que chez les plus jeunes (19,7 mois); elle est plus élevée en milieu rural (21,5 mois) qu'en milieu urbain (16,9 mois) et davantage encore qu'à Lomé (15,0 mois). Selon que la femme est sans instruction ou a un niveau d'instruction primaire ou secondaire, la période de non-susceptibilité varie à la baisse de 22,0 à 15,7 mois. Par rapport aux régions économiques, la durée la plus longue s'observe dans la Région des Savanes (25,1 mois) et la plus courte dans la Région Maritime (17,1 mois). 24 2.3 CONCLUSION L'EDST a fait ressortir qu'au Togo, le mariage est encore universel: 73 pour cent des femmes sont en union au moment de l'enqu&e, 22 pour cent sont célibataires, trois pour cent sont divorcées ou séparées et 2 pour.cent sont veuves. Plus de la moitié des femmes en union sont en union polygame (52,3 %). Une femme sur quatre (23,6 %) a contracté plus d'une union. L'ãge moyen des femmes ~ la première union est de 18,4 ans. L'allaitement au sein reste encore pratiqué au Togo. La durée moyenne d'allaitement est de 22,6 mois. En ce qui concerne les autres déterminants proches, la durée d'aménorrhée est de 14,4 mois et celle de l'abstinence post-partum, de 17,5 mois. La période pendant laquelle la femme n'est pas susceptible d'être exposée au risque de grossesse est de 20,3 mois. Notes: 1. Des études nationales sur la nuptialité ont ~té rendues possibles par les trois recensements de la population à savoir, 1958-60, 1970 et 1981. Mais les autres déterminants proches n'ont jamais pu bénéficier d'une collecte d'envergure nationale. 2. Le calcul des durées moyennes utilisé dans I'EDST dift'ere de celui utilisé dans l'Enquête Mondiale sur la Fécondité où les durées moyennes sont basées sur le dernier intervalle fermé (femmes non-célibataires ayant eu au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant-dernière naissance vivante a survécu au moins 12 mois). 3. APEL est l'étude sur l'"Arrivée du Prochain Enfant à Lom6", réalisée par I'URD à Loto~ en 1984 gråce à un financement de Population Council. Elle a étudié plus particulièrement les d6terminants de la fécondité en milieu urbain. Voir Assogba (1989), "Statut de la femme et fécondit6 dans le Golfe du Bénin" Université de Paris I, Sorbonne, Paris. 25 CHAPITRE III FECONDITE Avant 1988, trois opérations d'envergure nationale ont permis de collecter des informations sur la fécondité; il s'agit des enquétes démographiques de 1961 et 1971 et du recensement général de la population et de l'habitat de 1981. L'ESDT à la différence de ces opérations, s'est intéressée uniquement/~ un échantillon national, représentatif, de femmes en [lge de procréer; elle a receuilll des données de première importance sur la fécondité en reconstituant l'histoire génésique des femmes: précision du sexe de l'enfant, sa date de naissance, son état de sun~ie ~t la date de l'enquEte et éventuellement sa date de décès ou [ige au décès. Par ailleurs I'EDST a recueilli des informations sur la grossesse actuelle et sur les intentions eonceroant les grossesses futures. Afin d'améliorer la qualité des informations sur les /lges, une importance particulière a Et~ accordée, pendant la formation des enquétrices et la collecte des données, å la détermination de la date de naissance (mois et année) des femmes et de leurs enfants et, en cas de décès, la date ou l'åge au décès des enfants et enfin l'åge au mariage de la femme. Ce chapitre comprend quatre parties: la premiære traitera des niveaux et des facteurs différentiels de la fécondité. La seconde sera consacrée aux tendances de la fécondité par le biais de l'évolution des taux de fécondité générale par åge et l'/tge de la mère à la naissance des enfants. La troisième partie portera sur la fécondité cumulée ou la parité moyenne: cet indice fournit une mesure rétrospective sur la fécondité. L'entrée dans la vie féconde, définie par l'/tge de la femme à la naissance de son premier enfant, sera la quatrième et dernière partie du chapitre. 3.1 NIVEAUX ET FACTEURS D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE L'indice synthétique de fécondité (ISF) ou la somme des naissances réduites est un indice du moment. Il correspond à la descendance finale (D), ou nombre moyen d'enfants qu'une femme mettrait au monde durant sa vie féconde en fonction des conditions de fécondité qui prévaient à un moment donné. Le tableau 3.1 montre qu'au niveau national l'indice synthétique de fécondité des femmes ~lgées de 15-49 ans, calculé sur les cinq demières années précédant l'enquéte est de 6,6 enfants. La fécondité togolaise est assez stable mais une légère baisse semble se dessiner lorsqu'on compare les résultats des périodes 1982-1984 (6,9 enfants) et 1985-1987 (6,5 enfants). Cette tendance est confirmée par le nombre moyen d'enfants que les femmes de 40-49 ans (femmes qui sont à la f'm de leur vie féconde) ont eu. Cette descendance moyenne s'élève à 7,1 enfants. Rappelons que depuis 1960, les différentes opérations de conecte ont donné respectivement 6,4 enfants par femme en 1961, 6,6 en 1971 oenquétes Démographiques) et 6,0 en 1981 (Recensement). n semble évident que I'ISF estimé à partir du recensement est sous-estimé, probablement en raison d'une sous-déclaration des naissances des 12 derniers mois. Le méme tableau et le graphique 3.1 présentent le niveau de I'ISF et de la descendance moyenne des femmes de 40-49 selon certaines caractéristiques socio-démographiques. On note une différence dans le comportement des femmes selon qu'elles habitent les milieux urbain ou rural. Les indices synthétiques de fécondité à 15-44 ans des cinq dernières années et la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans font ressordr qu'en milieu rural la fécondité est demeurée assez stable (D: 7,5 et ISF: 7,0) alors que, dans les centres urbains, une baisse significative s'est amorcée (D: 5,8 et ISF: 4,7). Cette baisse est plus importante å Loto~ que dans les autres villes. 27 TABLEAU 3.1 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) DES FEMMES AGEES DE 15-44 ANS ET 15-49 ANS, ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS PARMI TOUTES LES FEMMES SELON LES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Indice synthétique de f~condit~ Desce~- Caractér ist iques 0-4 ans dance socio- 1987- 1984- avant å 40-49 d~moqraphiques 1985 1982 l'enqu~te ans MILIEU Urbain 4,76 4,96 4,72 5,83 Lomé 4,08 4,29 4,13 5,48 Autre Ville 5,85 5,96 5,66 6,33 Rural 6,88 7,18 6,98 7,51 REGION Maritime 5,23 5,51 5,29 6,70 Des Plateaux 6,09 6,47 6,23 6,88 Centrale 7,49 7,97 7,53 7,59 De la Kara 6,75 6,22 6,54 7,23 Des Savanes 7,95 9,01 8,27 8,52 INSTRUCTION Aucune instruct ion 6,72 7,09 6,83 7,14 Primaire 5,67 6,14 5,74 7,07 Secondaire 4,42 4,83 4,54 4,73 TOTAL 15-44 ans 6,12 6,45 6,21 7,08 TOTAL 15-49 ans 6«94 6,47 6,59 7,08 Par région, on observe également des niveaux différentiels de la fécondité. Ainsi, une baisse non- négligeable est observée dans la Région Maritime où l'écart entre la descendance moyenne des femmes de 40-49 ans et l'indice synthétique de fécondité est de 1,4 enfants. Une légère baisse est également observée dans les Régions des Plateaux et de la Kara tandis que, dans les deux autres Régions (Centrale et Savanes), le niveau de la fécondité est resté stable. il existe une liaison négative entre le niveau d'instruction et le niveau de la fécondité. En effet, la fécondité est demeurée très élevée chez les femmes qui n'ont reçu aucune instruction (D: 7,1 et ISF: 6,8) alors qu'elle a considérablement baissé chez celles qui ont le niveau d'étude primaire (D: 7,1 et ISF: 5,7). L'indice synthétique de fécondité et la descendance des femmes de 40-49 ans sont relativement faibles pour les femmes qui ont atteint le niveau secondaire (D: 4,7 et ISF: 4,5). Le tableau 3.2 donne la proportion des femmes qui se sont déclarées enceintes au moment de l'enquete. Une telle proportion est, dans un sens, un indicateur de la fécondité du moment le plus récent, étant donné qu'il anticipe sur le niveau de cette fécondité durant les 9 mois à venir. La précision de l'estimation du niveau de la fécondité actuelle, à partir de la proportion de femmes enceintes, dépend de la fiabilité des informations sur la durée de grossesse. Au total 11 pour cent des femmes enqu~tées de 15-49 ans ont déclaré 8tre enceintes. Cette proportion atteint son maximum chez les femmes de 30-34 ans (15,4%). Les pourcentages des femmes 28 enceintes baissent graduellement au-delå de 35 ans, 9 peur cent pour le groupe d'~ges 35-39 ans, 4 pour cent peur le groupe 40-44 ans et atteignent enfin 1 peur cent pour le groupe 45-49 ans. Graphique 3.1 Indice Synthétique de Fécondité, et Descendance Atteinte à 40-49 ans MILIEU Urbain Rural REGION Maritime Des Plateaux Centrale De la Kara Des Savanes EDUCATION Aucune Primaire Secondaire * m I.S.F. i Descendance 2 4 6 8 10 Nombre d'Enfants Vivants EDST Togo 1988 TABLEAU 3.2 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ENCEINTES, SELON L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Effec- tif Age des actuel Pourcentage femmes 15-19 7,7 724 20-24 14,5 661 25-29 14,5 620 30-34 15,4 479 35-39 8,9 370 40-44 4,2 263 45-49 1,2 243 TOTAL 10,8 3360 29 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Les taux de fécondité générale selon l'åge des femmes à la naissance de leurs enfants durant les 35 années qui ont précédé l'enquete sont présentés dans le tableau 3.3. Il s'agit donc d'une évaluation de l'intensité de la fécondité vécue par ces femmes à chaque groupe d'åges. TABLEAU 3.3 TAUX DE FECONDITE GENERALE SELON L' AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE DE SES ENFANTS, EDST, 1988 P~riode avant l'enqu6te en annêes Age de la m~=e à la naissancs 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,127 0,155 0,170 0,159 0,165 20-24 0,273 0,299 0,297 0,291 0,306 25-29 0,277 0,321 0,316 0,302 (0,338) 30-34 0,245 0,281 0,287 (0,332) 35-39 0,208 0,258 (0,257) 40-44 0,111 (0,199) 45-49 (0,076) 0,144 (0,IIi) (0,251) Note: Les chiffres entre parenthèses représentent des cohortes ineomplètes. Lorsqu'on compare les deux premières colonnes (graphique 3.2) c'est-à-dire les deux périodes 0-4 ans et 5-9 ans avant l'enquete où les données sont les plus fiables, il ressort qu'f åge égal à la naissance, les taux de fécondité sont moins élevés pour la période la plus récente (0-4 ans). Ces taux présentent une allure très irrégulière pour les périodes dépassant dix ans. Par ailleurs l'analyse longitudinale de l'intensité de la fécondité du groupe de génémtions ayant 40-44 ans pendant la demière période quinquennale pr6cédant l'enquête, donne les taux de fécondité suivants: 15-19 ans: 0,144; 20-24 ans: 0,306; 25-29 ans: 0,302; 30-34 ans: 0,287; 35-39 ans: 0,258; 40-44 ans: 0,111. La descendance atteinte à 45 ans pour ce groupe de générations est de 7,0 enfants, ce qui dépasse l'indice du moment (6,2 enfants). Cette baisse de la fécondité pourrait s'expliquer par l'augmentation des fges à la première union (chapitre 2) et à la première naissance (tableau 3.6). 3.3 FECONDITE CUMULEE La fécondité cumulée ou le nombre moyen d'enfants nés vivants est un indice qui donne une mesure rétrospective de la fécondité. Il ne fait pas ressortir les variations de la fécondité selon l'fige ou la durée du mariage mais représente le cumul des naissances vivantes que chaque femme a eues depuis le début de sa vie féconde jusqu'à l'åge actuel. Le tableau 3.4 donne la répartition en pourcentage de toutes les femmes et celles actuellement en union selon l'tige au moment de l'enquête, le nombre d'enfants nés vivants et la parité moyenne. Tous fges confondus, la parité moyenne de "toutes les femmes" est de 3,2 enfants alors que celle des femmes actuellement en union s'élève à 4,1 enfants. La parité moyenne de l'ensemble des femmes augmente régulièrement avec l'age, passant de 0,3 enfant chez les femmes de 15-19 ans à 7,3 enfants chez celles de 45-49 ans. Ceci est également vrai pour les femmes actuellement en union, la parité passant de 0,8 enfant chez le groupe 15-19 ans å 7,5 enfants chez le groupe 45-49 ans. 30 350 300 25O 200 I 150 ~ 100 5O Graphique 3.2 Taux de Fécondité Générale Selon rAge de la Femme à la Naissance Taux de f6eondit~ (0/00) 0 15-19 201-24 251-29 30'-34 35'-39 40-44 Age å la Naissance I . . . . . 0-4 ana - ~' 5-9 ans o 10-14 ana / I EDST Togo 1988 Exceptés les moins de 25 ans, groupes dans lesquels la proportion de c~libataires est assez importante, les écarts entre la parité moyenne des femmes en union et celle de l'ensemble des femmes sont assez faibles. A 45-49 ans, 22 pour cent de "toutes les femmes" et 24 pour cent des femmes en union ont dix enfants ou plus, et plus de 85 pour cent de ces deux groupes de femmes ont au moins cinq enfants. La stérilité primaire est considérée comme une malédiction dans la société togolaise, et chaque femme cherche par tous les moyens à l'~virer. Ainsi, le pourcentage des femmes sans enfant diminue rapidement avec l'fige et devient négligeable vers la fin de la vie féconde de la femme: à 45-49 ans, moins de 3 pour cent seulement restent définitivement st~files. La stérilité primaire est moins importante chez les femmes actueUement en union (1,9 %) que chez l'ensemble des femmes (2,9 %). La fécondit6 élevée est encore mise en évidence par les probabilités d'agrandissement (probabilité d'avoir au moins x + 1 enfants sachant que l'on a déjà au moins x enfants). Pour toutes les femmes de 45- 49 ans, celles ayant pratiquement épuisé leur capacité de procréation, les probabilités d'agrandissement fournissent une autre mesure de la fécondité cumulée. La dernière ligne du tableau 3.4 (toutes les femmes) donne les valeurs de la probabilité d'agrandissement. Malgré quelques fluetuations, la tendance générale, comme on devait s'y attendre, est ~ la baisse. Cette baisse est evidente, surtout aux rangs 5 et 7. Mais d'une manière générale, les pmbabilités d'agrandissement attestent d'une fécondit6 cumulée encore élevée. Ainsi sur 10 femmes ayant 9 enfants presque 6 en auront au moins 10. Le tableau 3.5 aborde la fécondité sous l'angle de la parité en fonction de la durée de vie maritale. Pour l'ensemble des femmes non-célibataires, on observe une nette augmentation du nombre moyen d'enfants nés vivants lorsque la durée depuis la premiére union augmente, quel que soit lqlge å la première union, passant de 1,1 enfant pour la durée 0-4 ans à 8,1 pour la dur~.e de 30 ans ou plus. Le tableau montre également qu'à durée maritale égaie, le niveau de la fécondité semble moins élevé chez les femmes entrant en union très jeunes (à moins de 15 ans) que chez celles entrant en union 31 TABLEAU 3.4 REPARTITION (EN 81 DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI TOUTES LES FEMMES ET LES FEb~4E$ 8N UNION SELON L'AGE ACTUEL DE LA F~E, EDST, 1988 Enfants n~s vivants Fa- Er- =It~ fec- mo- l 2 3 4 5 6 7 8 9 I0+ Total tir yenne Age de la femme O Toutes les femmes 15-19 78,6 17,8 2,6 1,0 O,O 0,0 O,0 0, O 0,0 0,0 0,0 100,0 724 0,3 20-24 28,0 30,1 28,Q 12,7 2,6 0,5 0,2 0,0 0,0 0,0 0»0 100,0 661 1,4 25-29 7,7 12,7 21,5 23,9 18,4 10,8 2,7 1,9 0,3 0,0 0,0 100,0 620 2,8 30-34 3,1 4,4 6,7 12,3 19,8 20,3 17,5 10,0 4,2 1,3 0,4 100,0 479 4,6 35-39 3,0 3,2 3,5 8,9 7,8 18,4 15,4 17,3 10,0 6,8 5,7 100,0 370 5,7 40-44 0,8 3,0 3,8 1,9 4,6 14,1 12,9 14,8 18,6 11,8 13,7 100,0 263 6,9 45-49 2,9 1,2 2,9 2,5 5,3 11,5 9,1 14,8 11,9 15,6 22,2 108,0 243 7,3 TOTAl 24,5 13,4 11,9 10,2 8,1 8,9 6,4 5,9 4,1 3,0 3,4 10O,0 3360 3,2 988 970 973 941 865 877 771 761 587 Probablll- t~ d'agran- dlssement 45-49 ans 971 Fer~r~es e~ union 15-19 17,5 49,0 9,9 1,6 0,0 8,0 0, O 0,0 O,0 0,0 0,0 100,0 192 0,9 20-24 9,1 13,9 35,5 17,1 3,5 0,6 0,2 0,O 0,0 8,0 0,0 108,0 484 1,7 25-29 5,0 10,6 22,0 25,3 20,1 11,6 3,0 2,0 0,4 8,0 0,0 100,0 558 3,0 30-34 1,6 3,7 6,4 12,3 19,4 21,2 18,7 10,7 4,3 1,4 0,2 100,0 438 4,7 35-19 2,6 2,9 2,6 7,4 7,9 18,2 15,9 18,5 10,9 7,1 5,9 1OO,O 340 5,9 40-44 0,4 2,1 4,2 2,1 4,2 11,9 12,7 14,4 19,5 13,1 15,3 I00,0 236 7,1 45-49 1,9 0,5 2,9 2,9 5,3 10,2 9,7 14,1 11,7 17,0 23,8 100,0 206 7,5 TOTAL 6,7 14,2 15,0 13,1 10,7 11,i 8,3 7,5 5,2 3,9 4,3 1OO,0 2454 4,1 Probabill- t~ d'~gran- disseme~t 45-49 ans 981 995 970 969 942 882 873 788 777 583 plus tardivement. Ceci s'explique sans doute par la sous-fécondité liée aux jeunes tiges. Mais, par la suite après une durée de 25 ans depuis la première union les femmes entrées en union très jeunes finissent par rattraper les autres femmes. 3.4 L 'ENTREE DANS LA VOEFECONDE L'~ge d'entrée dans la vie féconde est un important indice démographique. Il peut également servir d'indicateur de base de santé matemeUe et infantile. La proportion de femmes qui deviennent enceintes avant 18 ans est une mesure de la fécondité des adolescentes qui peut avoir d'importantes conséquences sanitaires et sociales pour les femmes et les enfants. L'age d'entrée dans la vie féconde est mesurée ici par l'tige des femmes à la première naissance vivante. Le tableau 3.6 donne la répartition de toutes les femmes selon l'tige à la première naissance et l'tige actuel de la femme. Les tiges médians à la première naissance sont également présentæs pour toutes les cohortes dont au moins 50 pour cent des femmes ont eu une première naissance (groupes d'ages 20-24 ans ou plus). 32 TABLEAU 3.5 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON- CELIBATAIRES SELON L'AGE A LA PREMIERE UNION ET LA DUREE DEPUIS LA PREMIEKE UNION, EDST, 1988 Age å la premiSr@ union DurSe depuis Tous la première les union <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ åges 0-4 0,9 1,1 1,1 1,3 0,9 1,7 1,1 5-9 2,0 2,5 2,6 2,5 2,5 3,0 2,5 10-14 4,0 4,2 4,2 4,0 4,1 * 4,1 15-19 5,5 5,7 5,7 5,4 5,3 * 5,6 20-24 6,3 7,0 6,8 6,2 S,l * 6,6 25-29" 7,6 8,1 7,2 6,9 * 7,5 30+ 7,9 8,1 * - 8,1 TOTAL 4,6 4,3 4,0 3,9 3,2 3,0 4,1 *Effectif moins de 20 TABLEAU 3.6 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE, A LA PREMIERE NAISSANCE ET L'AGE ACTUEL DE LA FE~4E Age â la première naissance Pas de Age actuel nais- Effec- Age de la femme sance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total tif m~dian 15-19 78,6 3,0 14,4 4,0 i00,0 724 * 20-24 26,0 4,7 25,4 26,0 14,1 3,8 10S,0 661 19,5 25-29 7,7 6,5 26,8 24,5 18,5 12,9 3,1 I00,0 620 19,2 30-34 3,1 7,9 30,1 26,1 13,2 14,0 5,6 i00,0 479 18,8 35-39 3,0 8,6 25,1 21,4 17,0 16,2 8,6 100,0 370 19,5 40-44 0,8 9,9 26,2 22,4 17,5 13,7 9,5 100,0 263 19,2 45-49 2,9 4,5 23,9 21,4 15,6 17,7 14,0 10S,0 243 20,0 TOTAL 24,5 6,0 23,9 19,9 12,4 9,3 4,1 i00,0 3360 * • Pas de m~diane Les donnSes sur l'~lge à la première naissance d6notent une grande pr6cocit6 de la fécondit6 au Toge. Sur l'ensemble des femmes, 6 pour cent ont eu leur première naissance avant l'age de 15 ans, 30 peur cent avant i8 ans et 50 pour cent avant 20 ans. Par ailleurs, il semble que l'agc médian å la première matemité par groupe d'ages des femmes ait peu changé selon les générations. Mais cette relative stabilit6 de l'ent~ée dans la vie féconde entre les gSnérations cache des différences importantes au niveau des caractéristiques socio-démographiques comme l'indique le tableau 3.7. 33 TABLEAU 3.7 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE DES FEMMES AGEES DE 20 A 49 ANS SELON LES CARACTERISTIQUES 5OCIO-DEMOGRAPHIQUES ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, EDST, 1989 Age actuel Caract~ristlques Tous soelo- les d~mographiques 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 &g@s MILIEU Urbain 21,4 20,4 19,2 20,6 20,2 20,9 20,5 Lomé - 20,8 20,4 21,4 20,5 22,1 21,5 Autre Ville 19,4 19,7 18,2 19,2 19,8 20,3 19,2 Rural 18,9 18,7 18,6 19,1 18,8 19,6 18,9 REGION Maritime 21,0 19,9 19,8 20,6 20,6 20,7 20,4 Des Plateaux 19,4 18,9 18,5 19,3 19,6 19,4 19,1 Centrhle 18,4 18,5 17,5 18,8 17,7 18,8 18,3 De la Kara 19,2 19,2 18,4 18,4 18,4 19,7 18,9 Des Savanes 18,4 18,7 18,1 17,7 18,1 18,3 INSTRUCTION Aucune instruction 18,6 18,7 18,6 19,3 19,4 20,2 18,9 Primaire 19,8 19,4 18,9 19,8 18,0 * 19,4 Secondaire - 21,7 23,1 22,0 * 22,5 TOTAL 19,5 19,2 19,8 19,5 19,2 20,0 19,3 "Effectif moins de 20 Par milieu de résidence, il y a une différence de 1,6 ans de l'/lge à la première naissance entre les femmes urbaines (20,5) et les femmes rurales (18,9). A Lomé l'age médian atteint 21,5 ans. Selon la région, les données montrent que la fécondité est plus tardive dans la Région Maritime (la région la plus urbanisée): l'age médian à la première naissance vivante y est le plus élevé (20,4 ans). Viennent ensuite les Régions des Plateaux et de la Kara avec respectivement 19,1 et 18,9 ans. La fécondité la plus précoce est enregistrée dans les Régions Centrale et des Savanes qui ont un åge médian à la première naissance identique de 18,3 ans. En ce qui concerne le niveau d'instruction, l'age médian å la première matemité est positivement corrélé avec le degré de scolarisation. Plus faible (18,9 ans) chez les femmes qui n'ont reçu aucune instruction, l'fige médian s'élève chez les femmes qui ont les niveaux primaire (19,4 ans) et secondaire (22,5 ans). 3.5 CONCLUSION La fécondité au Togo reste élevée et assez stable bien qu'une légère tendance å la baisse semble se dessiner. Cette baisse pourrait peut-~tre s'expliquer par l'augmentation de l'age à la première union et å la pw, mi~re naissance dans certains sous-groupes de femmes (les femmes urbaines, scolarisées.). On note une différence dans le comportement des femmes selon qu'elles résident dans un centre urbain ou dans une zone rurale. Le niveau de la fécondité reste très élevé chez les femmes "sans instruction" mais baisse au fur et à mesure que le niveau d'instruction de la femme augmente. 34 i La f~condit~ au Togo est très précoce et près de la moiti~ des femmes ont eu leur prvmi~re naissance vivante avant 20 ans. L'agc mddian å la première naissance est plus élcvd dans les villes (20,5 ans) et paticuli~rcmcnt à Lomé (21,5 ans) quc dans la zone rurale (18,9 ans). 35 CHAPITRE IV CONTRACEPTION Au Togo, le problème de la contraception a été appréhendé sous différentes formes. Il fait partie des activités de différentes institutions du pays: l'Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial (ATBEF) dans le secteur privé, et le Programme National pour le Bien-Etm Familial (PNBEF) dans le secteur public. Par ailleurs, plusieurs études ont également été menées sur la question. Citons entre autres: l'Enqu&e Fécondité du Sud-Est Togo (EFSE,1976), l'Arrivée du Prochain Enfant à Lomé (APEL,1983-84), Environnement Socio-culturel de la Fécondité au Togo oesFr,1987). L'enqu8te EDST a, pour sa part, consacré un volet important à la contraception: toute la section 3 du questionnaire individuel traite de différents aspects du problème. Ce sont les résultats de cette collecte d'informations qui sont livrés dans le présent chapitre. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION ET DES SOURCES D 'APPROVIS IONNEMENT Dans I'EDST, une femme est considérée comme connaissant une méthode contraceptive si elle a simplement "entendu parler" de cette méthode. Les informations sur la "connaissance" de la contraception ont été saisies å deux niveaux. Dans un premier temps, on demandait å la femme de citer les méthodes "qu'un couple peut utiliser pour retarder ou espacer une grossesse". Chaque méthode citée était alors considérée comme réponse "spontanée". Pour chaque méthode non cille, l'enquStrice la décrivait et demandait å nouveau å la femme si elle en avait entendu parler. Dans le cas d'une réponse positive ("spontanée" ou après "description"), l'enquStrice demandait à la femme si elle savait où elle pourrait se procurer cette méthode. Les questions sur la contraception sont bas~es sur une liste de 13 méthodes qui se décompose en deux catégories: • méthodes modernes: pilule, stérilet (DIU), injection, méthodes vaginales (crèmes, gel~es, comprimés spermicides), condom, stérilisation féminine et stérilisation masculine; • méthodes naturelles et tradiUonnenes: continence périodique (Ogino), retrait, abstinence pmlongée, plantes médicinales, gris-gris et autres méthodes. La grande majorité des femmes interrogées, qu'elles soient ou non en union, déclarent connaître au moins une méthode contraceptive (93,5 %) et une source d'approvisionnement (81,3 %) (tableau 4.1). S'agissant des méthodes spécifiques, traditionnelles ou modernes, le niveau de connaissance est peu différent: 80,8 pour cent des femmes déclarent connm"tre au moins une méthode modeme et 89,5 pour cent une méthode traditionnelle. Si on se limite au seules femmes actuellement en union, leur connaissance des méthodes contraceptives n'est que très légèrement supérieure ~ celle de l'ensemble des femmes: 95,8 pour cent déclarent connaitre au moins une méthode, 81,4 pour cent une méthode moderne et 92,9 pour cent une méthode traditionnelle. Le tableau 4.2 présente les pourcentages de femmes qui connaissent une méthode de contracepåon, soit spontanément, soit après une description de la méthode: près de deux femmes sur cinq (37.9 %) ont reconnu spontanément au moins une méthode et 90.5 pour cent après description. Une femme sur quatre connai't spontanément une méthode moderne (26 %), contre une femme sur cinq pour les méthodes traditionnelles (18,7 %). Après description, 79,3 pour cent des femmes ont déclaré connai'tre une des méthodes modernes, et 84,0 pour cent une des méthodes traditionnelles. 37 TABLEAU 4.1 POURCENTAGE DE TOUTES LES FE~ES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE ET UNE SOURCE D'APPROVISIONNEMENT, EDST, 1988 Connalt Connalt Connaft Connalt Méthode Méthode Source Source Måthode TF UN TF UN N'IMPORTE QUELLE METHODE 93,5 95,8 81,1 81,3 METHODE MODERNE 80,8 81,4 78,1 78,6 Pilule 45,0 46,5 38,0 38,6 Stéri let 45,7 47,4 40,0 40,8 Inject ion 57,7 59,9 53,7 55,3 Cr~me,gelée,comp, sup. 26,6 25,9 24,4 23,7 Condom 37,1 35,9 31,4 29,9 Stér. féminine 68,2 69,0 67,2 68,0 Stér. masculine 12,8 14,0 12,1 13,1 METHODE TRADITIONNELLE 89,5 92,9 56,7 54,6 Cont inence p~riodique 52,4 50,S 4S,8 46,7 Retrait 37,9 40,3 0,0 0,0 Abst inence 81,0 88,0 0,0 0,0 Plantes m~dic lnales 23,9 25,0 21,4 21,9 G~is-G~is 13,5 15,7 11,7 11,6 Autres 3,5 3,3 3,2 3,1 EFFECTIF 3360 2454 3360 2454 TF = TOutes les femmes UN = Femmes actuel lement en union Parmi les méthodes modemes, la pilule (13,4 %) et les injections (11,2 %) apparaissent comme les plus connues spontanément par les femmes; du crté des méthodes traditionnelles, ce sont l'abstinence (8,3 %) et la continence périodique ou Ogino (6,4 %) qui sont les métlaodes les plus connues de façon spontanée. Après description des méthodes, la stérilisation féminine (65,1%), les injections (46,6 %), le stErilet (37,4 %), le cnndom (32,6 %) et enfin la pilule (31,6 %) apparaissent comme les méthodes les plus connues des femmes. Pour ce qui est des méthodes traditionnelles, la proportion des femmes à avoir déclar~ conna_ttre des méthodes a, tout comme le cas précédent, augmenté de façon considérable après description des méthodes. Bien entendu, l'abstinence (72,7 %) et la continence périodique (46 %) demeurent toujours les méthodes les plus connues, mais d'autres méthodes, comme le retrait (36,9 %) ou les plantes médicinales (22,1%), sont connues, apr8s description, par beaucoup de femmes. U ressort de ces r~sultats, que la plupart de ces méthodes, bien que connues des femmes, ne sont pas perçues par elles comme des moyens contraceptifs. Si c'est le cas, ceci signifie que les femmes ont besoin d'informations sur les moyens tant traditionnels que modernes de contrrle de la fécondité. Les femmes en union, quelle que soit la tranche d'age considérée, sont très nombreuses à avoir déclaré connai'tre une méthode moderne de contraception, de méme qu'une source d'approvisionnement OEableau 4.3). Les proportions varient de 73,8 pour cent chez les femmes de 45-49 ans à 83,7 pour cent dans le groupe des 25 ~ 29 ans. Ce sont les femmes d'age compris entre 20 et 39 ans, expos6es ~ un risque élevé de grossesse, qui sont les plus nombreuses à etre au courant des méthodes modemes. Pour ce qui est de la connaissance de la source d'approvisionnement de ces méthodes, la situation est sensiblement la m~me que pour la connaissance des méthodes: ce sont les femmes à haut risque de grossesse (20-39 ans) qui connaissent le mieux l'endroit oi~ elles pourraient obtenir un moyen moderne de contraception. 38 TABLEAU 4,2 POURCENTAGE DES FEMMES CONNAISSANT UNE METHODE SPECIFIQUE SFONTANEMENT OU APRES DESCRIPTION, EDST, 1988 Sponta- Après de- M6thode n~ment scription N'IMPORTE QUELLE METHODE 37,9 90,5 METHODE MODERNE 26,0 79,3 Pilule 13,4 31,6 St~rilet 8,4 37,4 Injection 11,2 46,6 Cr~me,gel~e,comp, sup. 6,0 20,6 Condom 4,4 32,6 Star. f6minine 3,1 65,1 Star. masculine 0,i 12,7 METEODE TRADIT[ONNELLE 18,7 84,0 Continence p~riodique 6,4 46,0 Retrait 1,0 36,9 Abstinence 8,3 72,7 Plantes m~dicinales 1,8 22,1 Gris-Gris 0,i 13,3 Autres 3,5 0,0 EFFECTIF 3360 3360 Les femmes en union et scolarisées sont les plus nombreuses å conna~re une méthode contraceptive moderne: 98,0 pour cent des femmes d'instruction secondaire et 92,2 pour cent des femmes de niveau primaire contre 75,0 pour cent chez celles qui n'ont aucune instruction. Les pourcentages font appar',u~tre également une meilleure connaissance des sources d'approvisionnement chez les femmes instruites. Par rapport aux strates rurale et urbaine, les femmes en union du milieu urbain connaissent davantage les m6thodes contraceptives modernes (92,6 %) et les sources d'approvisionnement (91,3 %) que celles du milieu rural (respectivement 76,9 % et 73,4 %). De plus, ces méthodes sont plus connues dans la Région Maritime (88,8 %) et celle des Plateaux (86,8 %) que dans les autres régions (Centrale, Kara et Savanes, respectivement 73,6 %, 74,4 % et 62,1%). La proportion de femmes connaissant une méthode moderne est à peine plus importante à Lom6 (93,1%) que dans les autres villes (91,9 %). De m~me, å peu près autant de femmes ont déclaré connaître une source d'approvisionnement dans les autres villes qu'à Lom6. On peut en déduire qu'en milieu urbain, le système d'information en matière de planification familiale est peut-Etre assez efficace, ou que la population des villes s'arrange pour obtenir l'information. D'autre part, la proximité de la ville de Loto~ explique certainement la meilleure connaissance des sources d'approvisionnement rencontrées dans la Région Maritime (86,2 %) et celle des Plateaux (85,4 %) par rapport aux autres régions (de 73,1 à 55,5 %). Concernant l'endroit où, en cas de besoin, les femmes pourraient obtenir les différents moyens contraceptifs, l'hOpital appara~ comme la source d'approvisionnement la plus citée, surtout en ce qui concerne les méthodes modemes (tableau 4.4). Les proportions varient selon les méthodes: 66,3 pour cent pour le st~filet, 74,7 pour l'injection, 97,9 et 92,3 pour les stérilisations féminine et masculine. La pharmacie est la source d'approvisionnement la plus citée pour la pilule (38,0 %), pour les crèmes et gel~es spermicides (43,3 %) et pour le condom (46,8 %). On peut noter que pour les crèmes et gel~es 39 spermicides, les proporúons en ce qui concerne les possibilités d'approvisionnement sont sensiblement les m~mes au marché (20,1%) qu'à l'hépital (22,3 %). Les femmes citent le marché à 18,3 pour cent pour la pilule et l'hSpital à 21,9 pour cent pour la mSme méthode. Les enqu8tes précédentes (APEL et ESFT) avaient montré que divers produits contraceptifs comme les pilules et les comprimes, cr~mes et gelé.es spemaicides étaient disponibles au marché tout comme différents produits. A la question posée, "Où iriez-vous pour demander conseil sur l'Ogino?," les femmes ont répondu le plus souvent l'hépital (26,2 %), l'école (12,3 %) et surtout les parents, amis.(42,7 %, dans la catégorie "autres"). T~BLEAU 4.3 POORCENOEAGE DES FEMMES EN UNION CONNAISSANT UNE METBODE MODERNE ET CONNAISSANT UNE SOURCE D'APPROVISIONNEMENT SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caract~r ist iques Ef- socio- Connait Connalt fec- dêmographiques m~thode source tif AGE 15-19 76,6 71,9 192 20-24 82,4 79,1 484 25-29" 83,7 81,7 556 30-34 83,6 61,3 438 35-39 81,2 78,2 340 40-~4 86,9 77,5 236 45-49 73,8 70,9 806 MILIEO Urbain 92,6 91,3 705 Lom~ 93,1 91,2 421 Autre Ville 91,9 91,5 284 Kura~ 76,9 73,4 17~9 REGION Maritime 88,8 86,2 1018 Des Plateaux 86,8 85,4 547 Centrale 73,6 69,8 258 De la Kara 74,4 73,1 301 Des Savanes 62,1 55,5 330 INSTRUCTION Aucune instruction 75,6 72,4 1664 Primaire 92,2 89,9 593 Secondaire et plus 98,0 97,0 197 TOTAL 81,4 78,6 2454 4.2 PERCEPT ION DES PROBLEMES POSES PAR L 'UTIL ISATION DES METHODES CONTRACEPT IVES A toutes les femmes connaissant une méthode contraceptive, l'enquetrice demandait "Quel est le problème majeur (s'il y en a) å utiliser cette méthode?" 40 TABLEAU 4.4 ÆPARTIT ION (EN %) DES FEMMES CONNAISSANT UNE METEODE CONTRACEPTIVE SELON LA SOURCE D'APPROVISIONNEMENT A LAQUELLE ELLES S'ADDRESSERAIENT EN CAS DE BESOIN, EDST, 1988 In- Pi- St~rl- Jec- Cr~me Con- St~t. Star. Cont. Plantes Gris- Sources lule let tion gel~e dom f~m. masc. p~r. m~dic, gris PMI 0,5 0,5 0,7 0,3 0,2 0, i 0,2 1,4 0,0 0,2 Dispensaire 0,5 0,7 0,7 0,2 0,5 0,0 0,5 2,0 0,0 0,0 ATBEF 0,9 2,7 1,2 1,8 1,8 0,0 0,0 2,6 0,0 0,0 Hopital 21,9 66,3 74,7 22,3 24,4 97,9 92,3 26,2 0,6 8,4 Centre do santé 1,7 6,3 7,4 1,2 2,6 0,2 0,2 5,4 0,0 0,0 Pharmacie 38,0 8,8 7,4 43,3 46,8 0,I 0,0 0,0 0,0 0,4 Clinique privée 0,3 0,3 0,3 0,2 0,I 0,0 0,0 0,3 0,0 0,0 March~ 18,3 3,2 0,2 20,1 5,7 0,0 0,0 0,2 25,0 13,3 Ecole 0,3 0,1 0,1 0,I 0,2 0,0 0,0 12,3 0,2 0,2 Autre 2,2 0,7 0,5 2,1 2,3 0,1 0,9 42,7 63,6 72,3 Ne sait pas 15,7 12,4 6,8 8,3 15,1 1,4 5,8 6,9 9,3 12,2 Non-déclar~ 0,0 0,I 0, I 0,0 0,2 0,1 0,0 0,I i,I 0,9 TOTAL I00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 EFFECTIF 1513 1536 1940 894 1246 2292 430 1762 803 452 Concernant les m6thodes modernes, les r6ponses obtenues sont de trois ordres (tableau 4.5): • soit les femmes consid6rent que l'utilisation des méthodes contraceptives ne pose aucun problème ("rien"), les proposions variant de 29,9 pour cent pour la pilule à 55,2 pour cent pour la stérilisation f6minine; • soit elles pensent qu'il y a des effets secondaires: de 8,8 pour cent pour le condom ~t 29,4 pour cent pour le stérilet et 31,9 pour cent pour la pilule; • soit elles déclarent ne pas savoir si l'utilisation des méthodes pose des problèmes: entre 22,1 (crèmes et gélées spermicides) et 32,8 pour cent (st6rilisation masculine). TABLEAU 4.5 EEPARTITION [EN %) DES FF/~4ES CONNAISSANT UNE METHODE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERÇU A UTILISER CETTE MET8ODE, EDST, 1988 Principal In- probl~me Pi- St6rJ- Jec- cr~me Con- Star. St6r. Cont. Re- ANstl- Plantes Grl~- perçu lule let tion qel~e dont f~m. masc. p~r. trait nence m~dic, gria Rien 29,9 31,0 Acc~s/disponlbllit~ 0,3 0,3 Co8t 0,2 0,3 Effets secondaires 31,9 29,4 Mêthode inefficace 3,3 4,9 Opposition du mari 0,6 1,3 Usa�e difficile 3,8 3,0 Autre i,i 0,7 Ne sait pas 28,8 28,2 Non-d6clarê 0,1 0,0 TOTAL i00,0 I00,0 EFFECTIF 1513 1536 44,5 37,7 41,8 55,2 51,2 60,8 0,0 0,0 33,5 45,1 0,2 0,0 0,0 0,8 0,2 0,0 0,0 0,0 0,I 0,0 0,6 0,2 0,3 0,2 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 20,8 30,8 8,8 14,7 12,6 0,7 0,0 0,0 36,5 9,7 2,7 3,0 3,0 1,0 0,2 6,5 0,0 0,0 5,1 8,7 1,3 0,4 0,4 1,7 0,0 0,4 0,0 0,0 0,1 0,2 1,0 4,4 13,6 1,3 0,5 13,8 0,0 8,0 2,6 3,8 0,4 1,2 2,6 2,1 2,3 0,I 0,0 0,0 0,7 0,9 28,4 22,1 29,2 23,7 32,8 17,6 0,0 0~0 20,2 29,4 0,1 0,i 0,2 0,2 0,0 0,i 0,0 0,0 1,1 1,1 I00,0 i00,0 100,0 i00,0 1O0,0 i00,0 0,0 0, O 1O0,0 i00,0 1940 884 1246 2292 430 1762 1275 2723 803 452 41 L'importance des proportions de femmes déclarant "ne pas savoir" s'il y a des problèmes à utiliser ces méthodes contraceptives modemes, ou déclarant que leur utilisation provoque des effets secondaires, met en évidence le besoin d'une information objective en matière de planification familiale, pour permettre aux femmes de choisir le moyen de contréle de naissance qui leur convient le mieux. Concernant les méthodes contraceptives traditionnelles, les problèmes posés par leur utilisation diffèrent selon la méthode: • pour la continence périodique, la grande majorié des femmes (60,8 %) pensent qu'elle ne pose aucun problæme, mais 13,8 pour cent reconnaissent que son utilisation est difficile et 6,5 pour cent qu'elle est inefficace; • pour les plantes médicinales 36,5 pour cent des femmes patient d'effets secondaims, 33,5 pour cent pensent que leur utilisation ne pose aucun problème et 20,2 pour cent ne savent pas; seule une faible proportion de femmes (5,1%) déclarent que c'est une méthode inefficace; • enfin pour les gris-gris, 45,1 pour cent des femmes enqu~tées pensent que leur utilisation ne pose pas de problème, 29,4 pour cent ne savent pas, 9,5 pour cent parlent d'effets secondaires, mais seulement 9,5 pour cent avouent leur inefficacité. 4.3 PRAT IQUE DE LA CONTRACEPT ION La très grande majorité des femmes interrogées (66,5 %) ont déclaré avoir utilisé une méthode contraceptive à un moment quelconque de leur vie (tableau 4.6). Mais, parmi elles, 10,7 pour cent seulement ont utilisé une méthode moderne et 64,3 pour cent une méthode traditionnelle: l'abstinence est la méthode traditionnelle la plus utilis6e (48,6 % des femmes). Quelle que soit la méthode, les femmes de 15-19 ans sont les moins représentées: environ une femme sur trois (35,6 %) est concernée. Ce résultat se comprend puisque les femmes de 15-19 ans sont au début de leur vie féconde, et dans un contexte social où la valeur de l'enfant continue d'être très importante, ces femmes sont nombreuses à désirer rapidement des enfants, et à vouloir ainsi faire la preuve de leur fertilité. Mise à part l'abstinence, les femmes ont déclaré avoir surtout utilis6 la continence périodique (22,6 %) et le "retrait" (coi~ interrompu) (11,9 %). Bien que l'on considère la continence périodique comme une méthode traditionnelle, il a été clairement montré qu'à Lomé ce sont les femmes "modernes" qui la pratiquent le plus (Assogba, 1989). Une femme sur dix seulement (10,7 %) a déclaré avoir eu recours à une méthode moderne. Trois méthodes semblent avoir ét~ les plus utilisées: les crèmes et gelées spermicides (4,0 %), la pilule (3,9 %) et condom (3,9 %). Un pour cent des femmes seulement ont déclaré avoir eu recours à des méthodes comme le st~filet (1,4%) ou les injections (1,1%). Si l'on considère les femmes actuellement en union, la situation est sensiblement la m~me que pour tout l'échantillon (Tableau 4.6): ce sont les re~mes méthodes qui sont le plus couramment utilisées. Cependant, au niveau global, les femmes en union sont sensiblement plus nombreuses ~ avoir utilisé une méthode quelconque (73,5 %), et leur choix s'est porté essentiellement sur les méthodes traditionnelles (71,3 %), et plus particulièrement sur l'abstinence (59,0 %), comme l'ensemble des femmes. Etant donné la proportion importante de femmes ayant pratiqué la continence périodique (22,6 % de l'ensemble des femmes), fl est important de vérifier le degré de fiabilité qui peut ~tre accordé à cette méthode. Une façon d'obtenir cette information est d'évaluer le niveau de connaissance par les femmes du cycle menstruel: en effet, une des principales conditions d'efficacité de la continence périodique est la connaissance du cycle et, plus précisément de la période de fertilité au cours du cycle. Dans I'EDST, l'enqu~trice demandait aux femmes: "Au cours de son cycle menstruel, quand pensez-vous qu'une femme a le plus de chance de tomber enceinte?" On sait qu'en cycle normal la période de fertilité de la femme se situe au milieu du cycle menstruel (du l lè au 19è jour). On peut donc classer les réponses en trois catégories (tableau 4.7): 42 4~ t~ TABLEAU 4.6 pOURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE A UN MOMENT QUELCONQUE ~ELON L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Methode N'im- porte Me- quelle thode In- Creme Me- Age rn~- ~o- Pi- Steri- Jec- ge- Con- Ster. thode Cont. Re- Absti- Plantes Gris- Au- Effec- actuel thode derne lule let tion lee dom fem, trad. per. trait nence m~dlc, gris tres tif Toutes les femmes 15-19 35,6 8,1 1,9 0, i 0,3 4,1 4,0 O,0 33,7 19,9 6,8 13,7 1,0 0,0 1,5 724 20-24 67,9 12,3 4,5 0,8 1,2 4,5 5,1 0,2 65,5 30,6 13,5 41,8 1,7 0,2 0,9 661 25-29 76,8 11,6 4,5 2,1 I,I 5,0 5,0 0,2 75,2 28,5 14,5 57,9 1,0 0,2 1,3 620 30-34 79,7 13,4 5,6 1,5 1,5 4,8 4,2 1,0 76,2 20,5 15,7 64,9 1,9 0,4 1,0 479 35-39 78,6 10,3 4,3 3,0 0,8 3,8 2,2 I,i 76,5 18,9 11,6 67,3 0,3 0,3 0,3 370 40-44 76,4 10,3 3,8 3,0 1,1 3,0 1,9 2,3 74,1 13,7 10,3 67,3 0,8 0,4 0,8 263 45-49 73,7 7,4 2,1 0,8 2,9 0,8 1,2 1,6 72,4 14,0 10,7 67,1 0,4 0,4 0 ,0 243 TOTAL 66,5 10,7 3,9 1,4 i,I 4,0 3,9 0,6 64,3 22, 6 11,9 48,6 1,1 0,2 1,0 3360 Femmes actuellement en union TOTAL 73,5 10,1 3,8 1,6 1,1 3,7 3,3 0,6 71,3 20,2 13,1 59,0 1,2 0,3 0,7 2454 15-19 47,4 9,4 3,1 0,5 1,0 4,7 3,6 0,0 45,8 15,6 9,4 30,2 1,6 0,0 0,5 192 20-24 69,4 9,9 3,9 0«6 1,2 3,3 3,7 0,2 67,1 24,2 13,2 50,2 2,1 0,2 0,6 484 25-29 76,3 10,4 4,1 2,2 0,9 4,8 4,3 0,0 74,6 26,3 14,3 59,3 0,9 0,2 1,1 558 30-34 80,6 12,6 5,0 1,4 1,1 3,4 3,9 0,9 77,2 19,4 15,8 66,7 1,8 0,5 0,9 438 35-39 77,6 9,1 3,2 2,9 0,6 4,1 2,1 0,9 75,3 17,1 12,1 66,5 0,3 0,3 0,3 340 40-44 77,1 9,7 3,4 2,5 0,8 3,4 1,7 1,7 74,6 13,6 11,4 67,4 0,4 0,4 0,4 236 45-49 73,8 7,8 2,4 1,0 2,0 0,5 1,5 1,5 72,8 13,1 11,2 67,5 0,5 0,5 0,0 206 • connaissance: "milieu du cycle"; • connaissance douteuse: "juste après les règles" ou "juste avant les règles". Ces réponses sont trop impr6cises pour &re considèr6es comme exactes, cependant, selon l'idée que les femmes se font du "juste avant" ou du "juste après",il se peut que certaines y incluent la période de fertilité; • méconnaissance: "pendant les règles", "n'importe quand", "ne sait pas", "autre". TABLEAU 4.7 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES ET DES FEMMES AYANT UTILISE LA CONTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE MENSTRUEL Femmes ayant ut i l is~ la Toutes les continence Connaissance femmes p~riodique ÇDNNAIT Mi l ieu de cycle 26,8 58,0 CONNAISSANCE DOUTEUSE Juste après règles 33,2 32,2 Juste avant i~glos 2,1 2,9 NE CONNAIT PAS Pendant ses règles 0,7 0,5 N' importe quand ~,6 0,~ Autre 0,4 0,0 Ne sait pas 32,1 5,5 NON DECLARE 0,1 0,i TOTAL 100,0 i00,0 EFFECTIF 3360 761 Au niveau de l'ensemble des femmes, 26,8 pour cent seulement ont pu situer eorrectement cette période; 35,3 pour cent en ont une idée douteuse et 37,8 pour cent ignorent totalement la pèriode d'ovulation. Cependant, lorsqu'on se limite aux seules femmes qui ont pratiqué la continence périodique, 58,0 pour cent d'entre elles connaissent de façon précise la période d'ovulation, 35,1 pour cent la situent assez mal et seulement 6,8 pour cent n'en ont aucune idée. La majorité des femmes (plus de 58,0 %) ayant pratiqué la continence périodique situent correctement la période de fertilit6 dans le cycle et, par conséquent, ont eu effectivement de forte chances d'~tre protégées d'une grossesse éventuelle en utilisant cette méthode. 4.4 UT IL ISAT ION ACTUELLE DE LA CONTRACEPT ION Dans I'EDST, l'utilisation actueUe de la contraception se définit comme l'utilisation de n'importe quelle méthode contraceptive au moment de l'interview par l'ensemble des femmes enquêtées. Une femme enqu~t6e sur trois (33,0 %) a déclaré utiliser actuellement une méthode contraceptive (tableau 4.8). Au niveau de l'age, les proportions d'utilisatrices varient å la hausse des plus jeunes (21,5 44 I t~ TABLEAU 4.8 POURCENTAGE DE TOUTES LES FF/~4ES ET DES F~S ACTUELLEMENT EN UNION UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METNODE UTILISEE ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 M~thode N, im- porte M~- N'uti- quelle thode In- Crême M~- lise Age m~- mo- Pi- St~rl- Jec- ge- Con- Star. thode Cont. Re- Absti- Plantes Gris- Au- pas actuel thode derne lule let tion l~e dom f~m. trad. p~r. trait nence m~dic, gris tres act. Total Effec- t i f ToEutes les femmQs 15-19 21,5 3,0 0,6 0,0 0,0 1,5 1,0 0,0 18,5 11,5 1,4 5,0 0,0 0,0 0,7 78,5 100,0 724 20-24 36,6 2,7 0,5 0,5 0,2 0,6 0,9 0,2 33,9 15,6 1,8 16,3 0,2 0,0 0,0 63,4 100,0 661 25-29 96,5 2,9 0,3 1,0 0,2 0,6 0,6 0+2 33,2 10,3 2,7 19,7 0,0 0,3 0,5 63,5 I00,0 620 30-34 39,7 4,2 1,3 0,8 0,4 0,4 0,2 1,0 35,5 6,5 3,1 25,5 0,2 0,0 0,2 60,3 100,0 479 35-39 37,8 4,6 i,I 1,4 0,0 O,B 0,3 1,1 33,2 5,9 1,9 25,4 0,0 0,0 0,0 62,2 i00,0 370 40-44 36,5 4,6 0,4 0,4 0,4 0,8 0,4 2,3 31,9 5,3 I,I 24,7 0,0 0,0 0,8 63,5 100,0 263 45-49 24,3 3,3 0,0 0,4 0,8 0,0 0,4 1,6 21,0 2,5 1,2 17,3 D,0 0,0 0,0 75,9 i00,0 243 TOTAL 93,0 3,4 0,6 0,6 0,2 0,8 0,6 0,6 29,5 9,6 2,0 17,5 0, i 0, i 0,3 67,0 i00,0 3360 Fer~~es actuellement eN u~ion TOTAL 33,9 3,1 0,4 0,8 0,2 0,6 0,4 0,6 30,7 6,4 2,3 21,8 0,0 0, I 0,2 66,1 i00,0 2454 15-19 16,7 2,1 0,5 0,0 0,0 1,0 0,5 0,0 14,6 2,1 0,5 12,0 0,0 0,0 0,0 83,3 100,0 192 20-24 33,9 1,9 0,0 0,6 0,2 0,4 0,4 0,2 32,0 9,1 2,3 20,5 0,2 0,0 0,0 66,1 10O,0 484 25-29 34,9 2,5 0,2 i,I 0,0 0,7 0,5 0,0 32,1 8,2 3,0 20,3 0,0 0,4 0,5 65,1 i00,0 558 30-34 39,0 3,7 0,9 0,9 0,2 0,5 0,2 0,9 35,4 5,9 3,4 25,8 0,0 0,0 0,2 61,0 i00,0 436 35-39 37,4 4,7 1,2 1,5 0,0 0,9 0,3 0,9 32,6 4,7 2,1 25,9 0, O 0,0 0,0 62,6 100,0 340 40-44 37,3 4,2 0,4 0,4 0,4 0,8 0,4 1,7 33,1 5,9 1,3 25,4 0,0 0,0 0,4 62»7 100,0 236 45-49 26,2 3,4 0,0 0,5 1,0 0,0 0,5 1,5 22,8 2,9 i,5 18,4 0,0 0,0 0,0 73,8 100,0 206 %) aux femmes de 30-34 ans (39,7 %), puis à la baisse jusqu'à 45-49 ans (24,3 %). La méthode la plus utilisée est l'abstinence (17,5 %), suivie de la continence périodique (9,6 %). L'ensemble des mêthodes modernes ne sont utilis6es que par 3,4 pour cent des femmes de l'échantillon. S'agissant des femmes actuellement en union, on observe les mêmes tendances (tableau 4.8): 33,9 pour cent des femmes utilisent actuellement une méthode contraceptive et, essentiellement, l'abstinence (21,8 %); seules 12,1 pour cent des femmes en union utilisent une autre méthode que l'abstinence, il s'agit principalement de la continence périodique (6,4 %), du retrait (2,3 %) ou d'une des m6thodes modemes (3,1%). Le tableau 4.9 présente les proportions de femmes en union utilisant actuellement une méthode contraceptive, en fonction de certaines caract6ristiques socio-démographiques. Au niveau des milieux d'habitat, c'est chez les femmes du milieu rural qu'on observe la plus forte proportion d'utilisatrices: 34,5 pour cent contre 31,1 à Lom6 et 34,2 dans les autres villes. Cependant, les femmes du milieu rural utilisent presque uniquement les méthodes traditionnelles (32,8), et principalement l'abstinence (25,1%); par contre, en milieu urbain et surtout à Lomé, l'utilisation des méthodes traditionnelles, bien que toujours majoritaire, se rencontre en plus faible proportion (23,8 %) et la continence périodique (9,7 %) est presqu'aussi utilisée que l'abstinence (10,2 %). Parmi les méthodes modernes (6,9 %), les femmes de Lomæ utilisent principalement le stérilet (2,4 %), la pilule (1,4 %) et les crèmes et gel~es et spermicides (1,4 %). Au niveau régional, on retmuve à peu près les mêmes tendances: les r~gions où se trouvent les plus fortes proportions de femmes utilisatrices sont celles oil domine très largement l'usage des méthodes traditionnelles. Si l'on fait intervenir le niveau d'instruction, la pratique actuelle de la contraception est plus intense chez les femmes qui ont le niveau d'instruction le plus élevée: elles sont en effet 42,1% pour cent à utiliser actuellement une méthode contraceptive contre une femme sur trois chez celles qui n'ont pas été scolarisées et celles qui n'ont pas dépassé le niveau primaire (respectivement 33,5 et 32,0 %). En ce qui concerne la nature des méthodes, dans l'ensemble, les méthodes traditionnelles ont pratiquement la même fréquence dans un groupe que dans l'autre: trois femmes sur dix utilisent ces méthodes. Cependant, une différence notable apparal't lorsqu'on considère la nature même de la méthode. Ainsi, les plus instruites pratiquent en majorité la continence périodique (18,3 %), tandis que les femmes sans instruction pratiquent plut& l'abstinence prolongée (25,1%). L'utilisation des méthodes modernes est nettement plus importante chez les femmes les plus instuites: en effet, si dans ce groupe 12,2 pour cent de femmes utilisent des méthodes modemes, il y en a moins de quatre pour cent (3,9 %) chez les femmes ayant le niveau d'instruction primaire et 1,7 pour cent seulement chez les femmes sans instruction. Le stérilet est la méthode moderne la plus utilisée par les femmes à niveau d'instruction élevée (4,1%); elles utilisent également les crèmes et gel~es spermicides (2,5 %), le condom (2,0 %) et la pilule (2,0 %). Si l'on tient compte du nombre de naissances vivantes, les femmes nullipares sont évidemment les moins nombreuses (6,3 %) å utiliser actuellement une méthode contraceptive. La proportion d'utilisatrices augmente avec la parité: ainsi, les proportions passent de 26,8 pour cent pour les femmes qui n'ont eu qu'une naissance vivante à 41,4 pour cent pour celles qui ont eu au moins quatre naissances. Parallèlement à l'augmentation des proportions en fonction de la parité, on observe une augmentation de l'utilisation des mtthodes traditionnelles (de 23,7 % pour les femmes unipares å 37,3 % pour les femmes ayant quatre enfants ou plus) et plus particulièrement de l'abstention (de 14,5 % pour les femmes unipares à 29,2 % pour les femmes ayant quatre enfants et plus). L'usage des méthodes modernes restent toujours très faible: entre 2,2 et 2,9 pour cent chez les femmes ayant 1 à 3 enfants et 4,1 pour cent chez les femmes ayant quatre enfants et plus. Le tableau 4.10 présente la répartition des femmes non-célibaraires, selon le nombre d'enfants vivants au moment de la première utilisation de la contraception et l'~ge actuel. Parmi ces femmes, 26,4 46 TABLEAU 4.9 REpARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LA METHODE CONTRACEPTIVE ACTUELLEMENT UTILISEr, ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUE$, EDST, 1888 M~thode CaractSrls- N'Im- tiques "~rte M~- N'uti- socio- quelle thode In- Crême Mê- lise d8mogra- mê- mo- Pi- St~rl- Jec- ge- Con- StSr. thode Cont. Re- Plantes Abstl- Gris- Au- pas Effec- phlques thode derne lule le~ tion lêe dom f~m. trad. pêr. trait m~dic, nence gris tres act. Total ~if MILIEU Urbain 32,3 6,5 1,1 2,0 0,6 1,4 0,9 0,6 25,5 9,4 2,3 0,4 13,5 0,0 0,3 67,7 i00,0 705 Lomê 31,1 6,9 1,4 2,4 0,5 1,4 0,7 0,5 23,8 9,7 3,1 0,7 10,2 0,0 0,5 68,9 100,0 421 Autre Ville 34,2 6,0 0,7 1,4 0,7 I«4 i,i 0,7 28,2 8,8 i,i 0,0 18,3 0,0 0,0 65,8 i00,0 284 Rural 34,5 1,7 0,2 0,5 0,1 0,3 0,2 0,6 32,8 5,1 2,3 0, I 25ei 0, i 0,0 65,5 100,0 1749 REGION Maritime 31,5 4,6 0,6 1,3 0,3 1,2 0,6 0,7 26,7 7,5 3,8 0,3 15,1 0,0 0,2 68,5 i08,0 1018 Des Plateaux 27,4 2,4 0,5 0,5 0,2 8,0 0,0 1,1 25,0 7,3 2,9 0,2 14,6 0,0 0,0 72,6 i00,0 5q7 Centrale 25,6 1,9 0,4 0,8 0,0 8,4 0,0 0,4 23,6 3,5 0,4 0,0 18,8 0,0 0,0 ?4,4 100,0 258 De la Kara 44,2 3,3 0,3 0,7 0,3 8,7 1,0 0,3 40,9 i0,0 0,3 0,3 30,2 0,0 0,0 55,8 i00,0 301 Des Savanes 48,8 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,3 0,0 48,5 0,3 O,0 0,0 47,9 0,3 O,0 51,2 i00,0 330 INSTRUCTION Aucune instruction 33,5 1,7 0,2 0,3 0, i 8,2 0,3 0,5 31,8 4,3 2,2 0,i 25,1 0, i 0,0 66,5 100, O 1664 Prlm~ire 32,D 3,9 0,5 1,2 0,2 1,0 0,2 0,8 28,0 8,3 2,7 0,5 16,5 0,0 0,2 68,0 I00,0 593 Secondaire e~ plus 42,1 12,2 2,0 4,1 1,0 2,5 2,0 0,5 29,4 18,3 2,0 0,0 9,1 O,0 0,5 57',9 I00,0 197 ENFANTS VIVANTS 0 8,3 1,5 0,0 0,0 0,5 0,0 0,0 1,0 4,4 2,9 0,0 0,0 1,5 0,0 0,5 83,7 100,0 205 I 26,8 2,9 0,5 0,5 O,0 1,0 0,7 0,2 23,7 7,5 1,4 0,2 14,5 0,0 0,2 73,2 i00,0 414 2 32,7 2,2 0,2 1,0 0,2 0,2 0,2 0,2 30,5 8,2 2,9 0,2 18,2 0, O 0,0 67,3 100,0 416 3 37,1 2,6 0,5 0,5 0,0 0,3 0,3 l,O 34,5 7,3 3,4 0,5 23,1 0,3 0,0 62,9 I00,0 385 4+ 41,4 4,1 0,6 1,2 0,3 0,9 0,5 0,7 37,3 5*5 2,5 0,1 28,2 0,0 0,0 58,6 100,0 1034 TOTAL 33,8 5,1 0,4 0,8 0,2 0,6 0,4 0,6 30.7 6,4 2,3 0,2 21,8 0,0 0,1 86,1 100,0 2454 pour cent ont déclar6 n'avoir jamais pratiqué la contracepUon, 11,4 pour cent l'ont d6j~ ntilis6 pour la première fois alors qu'elles n'avaient aucun enfant, 52,0 pour cent (11,4 % + 40,6 %) alors qu'elles avaient un enfant ou moins et 62,0 pour cent (52,0 % + 10,0 %) alors qu'elles avaient deux enfants au moins. La premi/~re utilisation de la contraception se situe donc en majorité chez des femmes å parité faible: il s'agit beaucoup plus d'un espacement des naissances que d'un désir d'en limiter le nombre, comme l'atteste l'utilisation presque exclusive des méthodes traditionnelles (graphique 4.1), en particulier l'abstinence (tableaux 4.6 et 4.8). TABLEAU 4.10 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D' ENFANTS VIVANTS AU MOMENT DE LA PREMIEAB UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Nombre d[enfants vivants Non- Ef- Jamais d6- fec- Age utilisé 0 1 2 3 4+ clar~ Total tir 15-19 52,3 22,3 24,4 1,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 197 20-24 30,9 20,4 40,5 6,4 1,0 O,0 0,8 i00,0 501 25-29 23,3 15,1 46,7 8,4 4,5 1,9 0,2 100,0 584 30-34 28,1 7,3 43,4 14,3 8,1 6,2 0,6 i00,0 468 35-39 21,6 4,9 38,0 14,5 9,6 11,2 0,3 I00,0 366 40-44 23,3 3,1 40,8 10,3 7,3 14,9 0,4 i00,0 262 45-49 26,3 2,5 37,0 12,8 5,3 14,0 2,1 i00,0 243 TOTAL 26,4 11,4 40,6 i0,0 5,2 5,9 0,6 I00,0 2621 Graphique 4.1 Connaissance et Utilisation de la Contraception par les Femmes en Union Connaissance Pratique Pass(~e '.J -- M~thode Moderne~ Aucune M~thode " ~-~~~ M~th°de Trad" i Utilisation Actuelle EDST Togo 1988 48 Les proportions de femmes ayant utilisé pour la première fois la contraception alors qu'elles étaient nullipares varient à la baisse des/lges les plus jeunes (22,3 % chez les 15-19 ans) aux plus élevés (2,5 % chez les 45-49 ans). On pourrait penser que les jeunes générations ont plus tendance que les anciennes ~ retarder la venue du premier enfant. Par contre, pour les femmes commençant la pratique de la contraception après la venue du lè enfant (40,6 %), on note très peu de différences entre les femmes de 20-24 ans et celles plus ,qgée: cette pratique semble donc ne pas avoir changé dans les générations. Les femmes togolaises ont toujours été nombreuses à avoir utilisé des méthodes contraceptives (traditionnelles), très tét dans leur vie féconde. 4.5 SOURCE DES METHODES CONTRACEPTIVES On a demandé aux femmes qui utilisent actuellement la contraception d'identifier l'endroit où elles se sont procurées leurs méthodes (tableau 4.11). TABLEAU 4.11 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEb~ES HTILISANT ACTUELLE- MENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE D'APPROVISIONNEMENT OU UNE METEODE CLINIQUE SELON LA SOURCE LA PLUS RECENTE, EDST, 1988 Méthodes Ensemble des d'approvi- M~thodes méthodes SOUte8 sionnement cliniques modernes SECTEUR PUBLIC 20,3 80,5 41,6 H6pital 16,2 75,6 37,4 Dispensaire 1,4 0,0 0,9 Centre de sant6 2,7 4,9 3,5 SECTEUR PRIVE 59,5 17,0 44,4 Pharmacie 35,1 0,0 22,6 Clinique privée 4,1 2,4 3,5 ATBEF 5,4 34,6 8,7 March~ 14,9 0,0 9,6 Autres 9,5 0,0 6,1 Ne sait pas 10,8 0,0 7,0 Non-d~elar6 0,0 2,4 0,9 TOTAL I00, 0 180, 0 10O,0 EFFECTIF 74 41 115 Pour l'ensemble des méthodes modernes, les femmes s'adressent pratiquement autant au secteur public (41,8 %) qu'au secteur privé (44,4 %): l'hSpital (secteur public) arrive en t~te (37,4 %), puis la pharmacie (secteur privé), avec 22,6 peur cent des femmes. En ce qui concerne les méthodes d'approvisionnement (pilule, condom, injection et méthodes vaginales), les femmes les obtiennent essentiellement dans le secteur privé (59,5 %) et plus particulièrement à la pharmacie (35,1%); le secteur public est beaucoup moins fréxtuenté (20,3 %) et, dans ce secteur, c'est l'hSpital qui arrive en t~te (16,2 %). Il y a lieu de souligner la part importante de femmes qui s'approvisionnent au marché (14,9 %) oi~ la qualité et l'efficacité des produits vendus peut poser de nombreux problèmes. 49 Pour obtenir les méthodes cliniques (DIU et stérilisation), les femmes se sont adressées essentiellement au secteur privé (80,5 %) et surtout à l'hépital (75,6 %). Au niveau du secteur privé (17 %), il faut souligner le r01e relativement important que semble jouer I'ATBF (14,6 %). 4.6 RAISONS DE LA NON-UTIL ISATION DE LA CONTRACEPT ION PAR LES FEMMES EXPOSES AU RISQUE DE GROSSESSE Lors de I'EDST, l'enquêtrice demandait à toutes les femmes non-enceintes et non-utilisatrices de méthodes contraceptives, pourquoi elles n'utilisaient pas ces méthodes peur retarder où espacer leurs grossesses. Quel que soit leur åge, le désir d'avoir un autre enfant est la raison principale (pour plus d'un tiers des femmes) de non-utilisation de la contraception (tableau 4.12 et graphique 4.2); la raison évoquée ensuite est le manque d'information (21,7 %) qui apparai't plus important chez les jeunes femmes de moins de 30 ans (24,9 %) que chez celles de 30 ans et plus (18,5 %). Une part importante de femmes (8,8 %) considère également que l'usage de la contraception est mauvais pour la santé, et, là encore, ce sont les femmes les plus jeunes (et les moins informées) qui évoquent le plus ce motif (11,7 % contre 5,9 % chez les femmes de 30 ans et plus). L'opposition à la planification familiale (8,0 %) et les motifs religieux (3,0 %) sont enfin des causes de non-utilisation couramment 6voquées, mais plus fréquemment par les femmes les plus agées (9,5 % et 3,1%) que par les plus jeunes (6,4 % et 2,9 %). TABLEAU 4.12 REPARTITION (EN %) DES FEMMES EXPOSES AU RISQUE DE GROSSESSE SELON LA RAISON DE NON-UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Age actuel Raison <30 30+ Total Mauv. pour la sant6 11,7 5,9 8,8 Allaite 0,9 0,6 0,7 Trop chère 2,9 2,0 2,5 Manque d'information 24,9 18,5 21,7 Opposition å la PF 6,4 9,5 8,0 Religion 2,9 3,1 3,0 Difficult~ d'accès 2,2 0,7 1,5 Sans objet 3,7 12,1 7,9 D~sire un enfant 33,9 36,9 35,4 Autre 10,1 9,9 10,0 Non-d~clar~ 0,4 0,7 0,5 TOTAL 100,0 100,0 IO0,G EFFECTIF 546 545 1091 Quand on demande aux femmes en union, non-utilisatrices actuellement de la contraception, si elles ont l'intention de l'utiliser dans l'avenir, 39,8 pour cent répondent qu'elles pensent l'utiliser (tableau 4.13): 25,6 pour cent dans un avenir proche (les 12 mois suivant l'enquête), 11,9 peur cent plus tard et 2,3 pour cent rte savent pas ~t quel moment. La majorité des femmes nullipares (76,4 %) ont déclar~ ne pas avoir l'intention d'utiliser la contraception; celles qui en ont l'intention (15,8 %) sont peu nombreuses à manifester cette intention pour les 12 prochains mois (1,6 %). A partir de 2 enfants vivants (y compris la grossesse actuelle) l'intention d'avoir recours à la contraception ne varie pratiquement pas (de 43,2 % à 43,3 %). Cependant ce sont les femmes ayant 4 enfants vivants ou plus (y compris la grossesse actuelle) qui sont les plus nombreuses ~ manifester une intention de contraception dans un avenir proche (32,0 %). 50 Graphique 4.2 Raison de Non-Utilisation de la Contraception r*,~~=r= enfant 35% Manque d'information 22% Mauvais pe sant~ 9'~ Opposition du mari 8% Religion 3% tres 23% EDST Togo 1988 TABLEAU 4.13 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION QUI N' UTILISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 Nombre d'enfants vivants Intention d'utiliser 0 i 2 3 4+ Total En 12 prochains mois 6,8 26,4 25,0 26,4 31,0 25,6 Plus tard 15,6 12,9 14,3 14,9 7,9 11,9 Ne sait pas quand 1,6 1,7 2,5 2,9 2,6 2,3 Ne sais pas s'il 7,8 4,0 4,6 1,7 2,0 3,5 N'a pas intention 68,2 54,8 53,6 52,9 52,5 55,0 Non-déolar6 0,0 0,3 0,0 1,2 4,0 1,7 TOTAL I00,0 I00,0 10O,0 i00,0 i00,0 I00,0 EFFECTIF 192 303 280 242 606 1623 Contrairement aux femmes en union ayant utilise ou utilisant actuellement une méthode contraceptive, et qui pratiquent surtout des méthodes traditionnelles, en particulier l'abstinence comme on l'a indiqu6 plus haut (tableaux 4.5 et 4.8), les femmes qui ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'avenir préfèmnt, en très grande majorit6 (71,5 %), les méthodes modernes et essentiellement l'injection (38,3 %) et la pilule (21,4 %) (tableau 4.14 ). Seules 14,5 pour cent des femmes ayant l'intention d'utiliser la contraception dans l'avenir pr6f6reraient utiliser l'abstinence et 10 pour cent la continence 51 périodique. Ceci d6note, peut-être, un changement d'attitude allant dans le sens d'une contraception plus efficace. TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FEMMEs ACTUELLEMENT EN UNION QUI N'UTILISENT PAS ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MAIE AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON LA METEODE FREFEREE ET L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L~E 12 PROCHAINS MOIS OU PLUS TARD, EDST 1988 Intention d'utiliser Dan5 les 12 pro- M~thode ehains Plus pr~fér~e mois tard Total Pilule 22,2 19,7 21,4 St~rilet 6,0 4,7 5,6 Injection 35,9 43,5 38,3 Cr~me, gel~e, comp.,sup. 3,4 1,0 2,6 St6~. f~min. 3,6 3,6 3,6 Abstinence périodique 10,8 8,3 I0,0 Retrait 1,2 0,0 0,8 Abstinence 14,2 15,0 14,5 Plantes m6dicinales 0,7 0,5 0,7 Grls-Gris 1,0 1,6 1,2 Autre 1,0 2,1 1,3 TOTAL i00,0 I00,0 I00,0 EFFECTIF 415 193 608 4.7 ATTITUDES ET OPINIONS VIS-A-VIS DE LA CONTRACEPTION Les attitudes et opinions des femmes vis-à-vis de la contraception sont appréhendées dans I'EDST sous trois aspects: approbation de la diffusion de l'information sur l'espacement des naissances à la radio et à la t~lévision; • approbation de la contraception par la femme et le mari; • discussion entre conjoints sur la contraception. La grande majorit6 des femmes (79,2 %) est favorable à la diffusion d'informations sur l'espacement des naissances à la radio et ~ la télévision (Tableau 4.15). Quel que soit le groupe d'ãges, les femmes sont toujours très favorables à ce type d'informations, mais les femmes de 20-34 ans, ages les plus féconds, y sont plus favorables (de 82,1 å 84,5 %) que les femmes plus ag~es (de 74,1 à 78,7 %) et surtout que les plus jeunes (72,0 %) qui sont, peut-être, moins concemées par la question. Au niveau des milieux d'habitat, les femmes urbaines (86,0 %) approuvent plus largement la diffusion de ces informations (86,0 %) que les femmes rurales (75,5 %). De meme, la proportion de femmes favorables augmente avec le niveau d'instruction: de 74,3 peut cent chez les femmes sans instruction à 92,6 peur cent chez les femmes ayant un niveau secondaire ou plus. 52 TABLEAU 4.15 POURCENTAGE DE TOUTES LES FEMMES QUI APPROUVENT LA DIFFUSION D'INFORMATIONS SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE, A LA RADIO ET A LA TKLEVISION SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caractéristiques socio- d~mographlques Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total MILIEU Urbain 79,3 87,8 91,6 90,9 84,8 88,2 76,2 86,0 Lomê 74,9 87,8 98,8 88,2 90,0 89,7 80,0 85,2 Autre Ville 87,0 87,9 93,2 96,2 76,2 86,2 71,4 87,3 Rural 66,9 78,4 80,4 79,7 74,4 75,4 73,3 75,$ REGION Maritime 69,5 83,9 82,9 83,2 87,1 82,0 72,6 79,7 Des Plateaux 68,0 80,8 89,0 85,7 71,1 78,3 67,2 77,7 CentrAle 87,7 86,3 83,9 75,7 72,0 77,1 91,3 83,0 De la Kara 87,7 89,0 92,4 93,2 77,3 94,4 85,7 89,0 Do~ Savanes 63,3 67,5 73,5 75,0 55,0 53,1 64,3 66,3 INSTRUCTION Aucune instruction 63,6 74,9 78,5 78,8 74,9 74,2 72,9 74,3 Primaire 74,9 83,8 90,4 92,6 81,6 97,5 88,2 83,1 Secondaire et plus 83,2 96,6 95,7 95,1 95,0 100,0 i00,0 92,6 TOTAL 72,0 82,1 84,5 83,3 77,6 78,7 74,1 79,2 Pour les femmes connaissant au moins une méthode, on a rapproché le point de vue des femmes sur la contraception à ce qu'en pense, d'après elles, leur mari (tableau 4.16): ce croisement permet d'appréhender la position des cellules familiales vis-à-vis de la planification familiale. Si deux femmes sur trois (68,9 %) ont déclaré appmuver la contraception, seuls 36,8 pour cent des conjoints ont, d'après les femmes, la mSme opinion. Les maris apparaissent donc, de l'avis de leur femme, plus conservateurs que celle-ci. Au niveau du couple, 34,6 pour cent seraient d'accord avec la contraception; un couple sur cinq (20,6 %) la désapprouverait; dans un couple sur six (17,7%) la femme approuverait la contraception mais pas le mari; et enfin dans 2,0 pour cent des couples seulement, le mati l'approuverait mais pas la femme. La situation qui présente beaucoup d'intèr& est celle off la femme approuve alors que le conjoint désapprouve (17,7 %). En effet, ce sont là des cas qui justifient que les actions de sensibilisation en rnatière de planification familiale ne soit pas tournées dans la seule direction des femmes, mais aussi vers le mari. Ces résultats illustrent les difficultés auxquelles pourraient etm confrontée une politique de contrõle de fécondité où, sur le plan de la famille, une femme qui souhaiterait pratiquer la contraception serait désavouée et certainement ne pourrait pas le faim, du fait de son conjoint. Il faut néanmoins reconnaåtre qu'un quart des femmes (24,7 %) n'ayant aucune idée de l'opinion de leur mati, les diffémnces d'opinion entre mati et femme sont, peut-&m, en réalité, beaucoup moins importantes qu'il n'apparait ici, en particulier lorsque la femme appmuve la contraception. Quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques retenues, il y a une relative homogénéité du point de vue des femmes: largement plus de la moitié des femmes approuvent la contraception (tableau 4.17). De la m~me façon, dans l'ensemble, les proportions de femmes qui pensent 53 TABLEAU 4.16 REPARTITION (EN %) DES FE~4ES ACTUELLEMENT EN UNION CONNAISSANT UNE METHODE DE CONTRACEPTION SELON L'OPINION DU MARI ET DE LA pFA~ME SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE, EDST, 1988 Opinion du mari Ne Non- Er- Opinion D6sap- Ap- sait d~- fec- de la femme prouve prouve pas clar6 Total tir D6sapprouve 20,6 2,0 8,1 0,0 30,7 722 Approuve 17,7 34,6 16,6 0,1 68,9 I618 Non-d~clar~ 0, i 0,2 0,0 0,0 0,4 i0 TOTAL 38,4 36,8 24,7 0,2 100,0 2350 EFFECTIF 902 864 580 4 2350 2350 TABLEAU 4.17 POURCENTAGE DE FE~E4ES ACTUELLEMENT EN UNION, CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE, QUI APPROUVE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET QUI DECLARENT QUE LEUR CONJOINT L'APPROUVE SELON CERTAINES CARACTER[STIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caract~ristiques socio- Femme Conjoint Effec- d~mographiques approuva approuva tir AGE 18-19 59,9 27,7 177 20-24 69,2 40,1 464 25-29 74,5 41,0 537 30-34 75,5 38,7 424 35-39 67,7 33,5 322 40-44 63,8 34,9 229 ~5-49 54,3 28,~ 197 MILIEU Urbain 71, I 42,9 686 Lom~ 70,3 42,5 414 Autre Vil le 72,4 43,4 272 Rural 67,9 34,3 1664 REGION Marit ime 64,3 35,3 982 Des Plateaux 63,2 34,0 530 Centrale 70,0 40,9 237 De la Kara 80,6 45,9 283 Des Savanes 81,1 34,6 318 INSTRUCTION Aucune instruction 66,1 30,7 1573 Primaire 72,6 43,9 581 Secondaire et plus 79,6 64,3 196 TOTAL 68,9 36,8 2350 54 que leur conjoint approuve la contraception varient peu par rapport aux caractédstique socio- démographiques des femmes. L'approbation des femmes (et des matis) est plus importante pour les femmes en åge de forte fécondité (20-39 ans) et plus faible pour les femmes jeunes et celles de 40 ans et plus. Que ce soit la femme ou le mari, les proportions d'approbation augmentent avec le niveau d'instruction de la femme: de 66,1 à 79,6 pour cent pour l'approbation de la femme et de 30,7 a 64,3 pour cent pour l'approbation du mari. De m~me au niveau des milieux d'habitat, les femmes (71,1%) et les matis (42,9 %) approuvent davantage la contraception en milieu urbain qu'en milieu rural (respectivement 67,9 % et 34,3 %). Bien que 24,7 peur cent seulement des femmes aient déclaré ne~pas connaitre l'opinion de leur mari, 62,9 pour cent ont reconnu n'avoir jamais discuté avec eux de contraception durant l'année précédant l'enquete (tableau 4.18); 19,1 pour cent des couples en ont discut6 une ou deux fois et 17,8 pour cent en ont discuté plus souvent. L~t encore, les couples qui en ont discuté sont en plus forte proportion ceux dont la femme est en ãge de fécondité élevé, 20-44 ans et surtout 20-34ans: les jeunes femmes (15- 19ans) sont 74,0 pour cent et les plus åg6es (45-49 ans) 71,6 pour cent à n'avoir jamais discuté de ce problème avec leur mari. Il semble donc que la contraception ne soit pas un sujet important de discussion dans les couples togolais: l'espacement des naissances ne fait peut-etre pas partie, aujourdhui, de leurs pr6occupations les plus importantes. TABLEAU 4.18 REPARTITION (EN %} DES FEMMES ACTUELLEMENT EN ÚNION CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE DE FOIS QU'ELLES ONT DISCUTE DE LA CONTRACEPTION AVEC LEUR CONJOINT AU COURS DE L'ANNEE DERNIERE ET L'AGE ACTUEL, EDST, 1988 Nombre de discussion Uno ou Plus - Non- Age deux sou- d~ L actuel Jamais fois vent clar6 Total Er- foc- tif 15-19 74,0 14,7 • 11,3 20-24 60,6 22,6 16,8 25-29 58,3 22,0 19,7 30-34 61,6 19,3 18,9 35-39 64,9 14,3 20,5 40-44 62,4 19,7 17,9 45-49 71,6 13,7 14,2 TOTAL 62,9 19,1 17,8 0,0 100,0 0,0 • i00,0 0,0 ' 100,0 0,2 i00 ,0 0,3 100,O 0,0 I00,0 0,5 I00,0 0,I i00,0 177 464 537 424 322 229 197 2350 4.8 CONCLUSION La grande majorité des femmes togolaises connaissent au moins une méthode contraceptive (93,5%) et une source d'approvisionnement (81,3%). On notepeu de différences entre la connaissance des méthodes modernes et celles des méthodes traditionnelles. Cependant, la majorit6 des femmes ne reconnaissent les méthodes qu'après description, ce qui signifie qu'elles ne sont pas toujours perçues comme des moyens contraceptifs. Au moment de l'enquete, une femme sur trois utilisait une méthode contraceptive, mais il s'agissait, dans la plupart des cas, de méthodes traditionnelles et surtout de l'abstinence. Seulement 3 pour cent des femmes utilisaient une méthode moderne. 55 Un fiers des femmes n'utilisant pas actuellement la contraception évoquent comme raison le désir d'avoir un autre enfant et une femme sur cinq évoque le manque d'information. Pourtant, la plupart des togolaises approuvent la planification familiale (68,9%), et 40 pour cent des femmes non-utilisatrices actuellement ont l'intention de pratiquer la contraception dans l'avenir, et essentiellement des méthodes modernes (71,5%). n semble donc se dégager, pour l'avenir, un changement d'attitude allant dans le sens d'une contraception plus efficace: le manque d'information d'une part, la faible proportion des matis approuvant (al'après leur femme) la planification familiale, d'autre part, pourraient constituer des freins à ce changement. 56 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIÈRE DE FECONDITE Traditionnellement, les togolaises ont toujours pratiqué l'espacement des naissances. Comme l'ont montré différentes ~rudes démographiques qui ont traité du sujet (Locoh, 1984; Assogba et Locoh, 1985), cet espacement s'est surtout réalisé par le biais des déterminants proches dont l'allaitement maternel, l'abstinence post-partum et l'aménorrhée post-partum. La contraception moderne n'a pratiquernent joué aucun r61e dans ce contr61e des naissances. Ce qui devient de plus en plus certain, c'est la r6cluction des périndes d'ailaitement et d'abstinence liée à des facteurs de modernité tels que l'urbanisation, la scolarisation, etc. Si l 'on tient compte de la faible pr6valence de la contraception on peut penser qu'il y a une contradiction entre la taille de famille souhaitée et celle de la descendance r6alis6e et que celle-ci, vu les changements en cours au niveau des déterminants proches, risque d'augmenter de façon appréciable. L'EDST a abordé le sujet des préîérences en matière de fécondité par le biais de questions concernant le désir d'avoir ou non des enfants supplémentaires, le délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant, et la taille idéale de la famille. Rappelons que les informations sur les attitudes et les opinions sur lesquelles se fonde l'analyse sont des indicateurs potentiels d'un comportement futur. Mais les données de ce type de recherche doivent ~tre interprétées avec pr6caution du fait qu'elles proviennent de femmes qui en sont à différents moments de leur vie féconde. 5.1 DESIR D'AVOIR DES ENFANTS Le tableau 5.1 donne la répartition des femmes en union selon le désir d'avoir des enfants et le nombre d'enfants vivants. TABLEAU 5.i REPARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 Nombre d'enfants v ivants Préf~renco en matiêre de f~condit~ 0 1 2 3 4 5 6+ Total Veut un enfant en moins de 2 ans 52,1 24,4 23,5 18,2 16,0 10,3 i0,0 19,2 Veut attendre 2 ans ou plus 5,0 70,2 65,1 60,3 50,0 37,4 18,3 47,3 Veut un enfant, mais NSP quand 40,7 3,4 4,0 3,6 2,6 1,7 1,3 4,9 Indécise 1,4 1,0 2,6 4,9 4,8 5,3 5,2 3,7 Ne veut plus d'enfant 0,7 1,8 4,8 13,1 26,6 45,4 65,2 24,8 TOTAL Z00,0 100,0 100,0 i00,0 i00,0 1O0,0 100,0 i00,0 EFFECTIF 140 409 421 390 312 302 480 2454 57 Presqu'une femme sur cinq en union (19,2 %) a manifesté le désir d'avoir un prochain enfant dans les deux années à venir et une femme sur deux (47,3 %) en voudrait après deux ans. Une femme sur quatre (24,8 %) a déclaré ne plus vouloir avoir du tout d'enfants supplémentaires (graphique 5.1). Graph ique 5.1 Préférences en Matière de Fécondité des Femmes actuellement en Union D6sire attendre 47% Ne d(~sire plus 25' Pas sure 4% D(~sire, NSP quand 5% D(~sire bientõt 19% EDST "logo 1988 Lorsqu'on fait intervenir la parité déjà atteinte par les femmes, les nullipares se distinguent par leur forte proportion à souhaiter avoir un enfant. Une femme nullipare sur deux souhaite un enfant dans les deux années à venir (52,1%) et deux femmes sur cinq en veulent, mais ne savent pas quand cela pourra se faire (40,7 %). A partir d'une naissance vivante, les femmes deviennent relativement moins nombreuses à souhaiter avoir un enfant dans un avenir immédiat: d'une femme sur quatre (24,4 %) à souhaiter un enfant dans les deux prochaines années chez celles qui n'ont eu qu'une naissance vivante, on passe ainsi à une femme sur dix (10 %) chez celles qui en ont eu au moins six. La plupart des femmes en union de parité inférieure à 5 enfants souhaitent, entre 50 pour cent et 70 pour cent, avoir un enfant, mais an-delå de deux ans. Les femmes les plus nombreuses à souhaiter ne plus avoir d'enfants sont celles qui ont une parité au moins égale à quatre enfants (entre 26,6 % et 65,2 %), comme l'indique le graphique 5.2. Les données sur le désir d'avoir des enfants selon l'/tge, pr6sentées dans le tableau 5.2, montrent que les femmes ãgées de 35 ans ou plus sont les plus nombreuses à ne plus vouloir d'enfants. La proportion varie de 40,6 pour cent chez les femmes en union de 35-39 ans å plus de deux tiers (68,4 %) chez celles ågée de 45-49 ans. Ces femmes ont en effet déjà fait la preuve de leur fécondit6 et ont sans doute atteint la descendance qu'elles auraient voulu avoir. Les femmes des jeunes générations se retrouvent, en majorité, à vouloir un enfant, mais au-delà des deux prochaines années. Six femmes sur dix au moins sont dans cette situation chez les femmes ~lgées de moins de trente ans. C'est dans ces groupes de jeunes générations que se retrouvent également les femmes les plus nombreuses à vouloir un enfant dans les deux prochaines années: les proportions varient de 20,8 pour cent chez les femmes de 30- 35 ans à 26 pour cent chez celles de 15-19 ans. 58 Graphique 52 Préférences en Matière de Fécondi té Selon le Nombre d'Enfants Vivants Femmes Actuellement en Union Pourcentage 100 80 6O 40 20 O0 t 5 2 3 4 6* Nombre d'Enfants Vivants. mm Ne d~sire plus [--77 D6sire attendre ~ D~sire bient6t Pas s0re ~-~ D6sire, NSP quand i * y compris grossesse actuelle EDST Togo 1988 TABLEAU 5.2 REpARTITION (EN %) DES FEMMES EN UNION SELON LE DESIR D'AVOIR D'AUTRES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL, EDST, ~988 Ago actuel Pr6£~rence en matière de f~condit~ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Veut un enfant en moins de 2 ans 26,0 15,7 25,I 20,8 Vout attendre 2 ans ou plus 60,9 72,9 61,3 42,2 Veut un enfant, mais NSP quand 10,9 5,0 3,8 3,9 6,2 Indécise 1,0 2,1 2,7 5,0 4,1 Ne veut plus d'enfant 1,0 4,3 9,1 28,1 40,6 TOTAL i00, 0 I00, 0 i00,0 i00, 0 I00, 0 EFFECTIF 192 484 558 438 340 16,8 18,6 12,1 19,2 32,4 14,8 8,7 47,3 5,4 4,4 4,9 6,8 6,3 3,7 56,4 68,4 24,8 I00,0 I00,0 I00,0 236 206 2454 La situation observée ci-dessus est davantage nuancée en fonction des caractéristiques socio- démographiques comme le montre le tableau 5.3. Ainsi, lorsque l'on considère le milieu de résidence, les femmes urbaines ayant déjà atteint une descendance d'au moins trois enfants sont relativement très nombreuses à ne pas souhaiter avoir d'autres enfants. En milieu rural, cette préférence prend de l'importance seulement à partir de la parité quatre, et reste plus faible qu'en milieu urbain (44 % en milieu rural et 64 % en milieu urbain). Si l'on distingue la ville de Lomé, la proportion de femmes ne désirant 59 plus d'enfants après la parité trois, est encore plus importante que dans l'ensemble du milieu urbain (26,7 % à la parité trois et 66,9 % å partir du quatrième enfant). Au niveau régional, une femme sur cinq (20,1%) dans la Région Maritime ne souhaite plus avoir d'enfants supplémentalres à partir de la troisième naissance; dans les mSmes conditions, il y en a 14,9 pour cent dans la Région des Plateaux, 7,3 pour cent dans la Région Centrale et 4,8 pour cent dans la Région de la Kara. Aucune femme ne se retrouve dans cette catégorie dans la Région des Savanes. A partir de la parité quatre, on en observe 58,4 pour cent dans la Région Maritime, 54,4 pour cent dans la Région des Plateaux, relativement moins dans la Région Centrale (40,2 %) et celle de la Kara (42,6 %) et beaucoup moins dans la région des Savanes (24,2 %). TABLEAU 5.3 POURCENTAGE DES FEÆES EN UNION QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Caract~r ist iques socio- démographiques Nombre d'enfants v ivants 0 i 2 3 4+ Total MILIEU Urbain 0,0 0 ,7 4,5 25,0 64,0 28,9 Lomé 0,0 0,0 6,4 26,7 66,9 29,9 Autre Ville 0,0 2,0 1,8 22,6 59,8 27,5 Rural I,l i,I 4,9 7,3 44,0 23,2 REOION Maritime 0,0 i,I 5,6 20,1 58,4 29,7 Des P lateaux 4,0 I,I 5,3 14,9 54,4 27,8 Centrale 0,0 0,0 4,4 7,3 40,2 20,9 Oe la Kara 0,0 0,0 4,0 4,8 42,6 20,6 Des Savanes 0,0 2,1 1,9 0,0 24,2 11,8 INSTRUCTION Aucune instruction 0,0 1,9 4,4 10,3 46,6 26,6 Primaire 2,6 0,0 4,3 13,7 54,6 21,I Secondaire et plus 0,0 0,0 7,5 32,4 65,0 20,8 TOTAL 0,7 1,0 4,8 13,1 48,7 24,8 Pour ce qui est du niveau d'instruction, un tiers des femmes (32,4 %) ayant au moins le niveau secondaire ne souhaitent plus avoir d'enfants, contre 13,7 pour cent chez celles qui ont le niveau d'instruction primaire et 10,3 pour cent chez celles qui n'ont aucun niveau d'instruction. Dès le quatrième enfant, deux femmes sur cinq (65 %) de niveau d'instruction secondaire ne souhaitent plus avoir d'enfant contre un peu plus d'une femme sur deux chez les femmes de niveau primaire (54,6 %) et un peu moins de la moitié des femmes sans instruction (46,6 %). 5.2 BESOIN FUTUR POUR LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE A partir de ces résultats, il ne fait aucun doute qu'il y a un écart profond entre les objectifs des femmes en matière de fécondit6 et leurs comportements ou intentions pour les atteindre. En effet, vu les faibles proportions de femmes qui pratiquent actuellement la contraception, il y a des raisons de s'inquiéter sur les moyens dont disposeront ces femmes qui ne veulent plus d'enfants, pour atteindre leurs 60 objectifs de descendence, alors qu'elles sont non seulement en union, mais aussi en age de proerder. Celles qui ne pratiquent aucune contraception constituent certainement une population de "femmes à protdger" par la contraception. Dans le tableau 5.4, on a sélectiunnd deux grands groupes de femmes: le premier groupe comprend les femmes en union qui seraient suseeptibles d'utiliser maintenant ou dans l'avenir la contraception dans le but d'éviter une grossesse qui n'est pas ddsirée. Il s'agit des femmes ferdles qui n'utilisent pas une mdthode contraceptive au moment de l'cnquete, et qui ne veulent plus d'enfant ou veulent retarder la prochaine naissance pour une pdfiode de deux ans au moins. Cette catégorie compœend égalexnent les femmes qui ne sont pas soumises à un risque imm~iat de grossesse (femmes actuellement enceintes, en amdnorrhde, ou non sexuellement actives). Le second groupe comprend les femmes qui ont les m~mes caractdristiques que celles du premier groupe et qui ont en plus l'intention de pratiquer une mdthode contraceptive dans l'avenir. TABLEAU 5.4 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT EN UNION 6USCEPTIBLES DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L' AVENIR ET POUR- CENTAGE DE CELLES AYANT I' INTENTION D'ADOPTER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRA- PHIQUES, EDST, 1988 Susc•ptibles d'utiliser* Ayant l'intention d'utiliser TOUS, Intent, In- Caract6ristiques Ne Ne tent, Ef- socio- veut Tous, Tous, veut Dif- Intent, fec- d6mographiques plus Diffère Total plus f6re Total tif MILIEU Urbain 16,7 38,0 54,8 8,9 16,6 25,5 705 Lom6 19,0 38,5 57,5 9,5 I5,0 24,5 421 Autre Ville 13,4 37,3 50,7 8,1 19,0 27,1 284 Rural 14,2 36,7 50,9 6,5 13,6 20,1 1749 REGION Maritime 17,6 37,2 54,8 7,9 13,4 21,2 1018 Des Plateaux 18,6 43,9 62,5 9,1 13,9 23,0 547 Centrale 14,7 ~2,2 57,0 6,2 18,6 24,8 258 De la Kara 10, O 31,2 41,2 7,0 14,6 21,6 301 Des Savanes 5,2 26,7 31,8 3,0 15,2 18,2 330 INSTRUCTION Aucune instruction 16,8 34,0 50,8 7,3 ii,0 18,3 1664 Primaire 11,6 45,5 57,2 7,3 22,1 29,3 593 Secondaire et plus 8,6 37,6 46,2 6,6 20,3 26,9 197 TOTAL 14,9 37,1 52,0 7,2 14,4 21,6 2454 *On d6flnit les femmes suseeptibles d'utiliser par le fait qu'elles sont fertiles, n'utilisent pas la contraception au moment de l'enqu~te et ne d6- sirent plus d'enfants OU bien d6sirent retarder la prochaine naissance de deux ans oo plus. 61 Pour l'ensemble du premier groupe, une femme en union sur deux (52 %) se trouve dans le besoin de pratiquer la contraception: les femmes ne voulant plus d'enfant (14,9 %) représentent 40 pour cent de celles qui veulent espacer leurs naissances (37,1%). Selon le milieu de résidence, les femmes urbaines sont plus concemées que les rurales (54,8 % contre 50,9 %) et plus à Loto~ que dans les autres villes (57,5 % contre 50,7 %). Sur le plan des régions, les Plateaux viennent en tete avec trois femmes sur cinq (62,5 %) qui, soit ne souhaitent plus avoir d'autres enfants (18,6 %), soit en voudraient encore mais plus tard (43,9 %). La Région Centrale et la Région Maritime suivent avec plus de la moitié des femmes en union (57 % et 54,8 %); quant aux régions de la Kara et des Savanes, elles comptent respectivement 41,2 pour cent et 31,8 pour cent de femmes en union qui ont besoin d'erre protægées. Selon le niveau d'instruction, les femmes d'instruction primaire sont relativement les plus nombreuses å etre dans le besoin d'~tre protégée (57,2 %), suivies de celles sans instruction (50,8 %), et de celles ayant le niveau secondaire ou plus (46,2 %). Si de faqon générale, une femme en union sur deux ne dispose pas des moyens pour réaliser ses objectifs de fécondité, seulement une sur cinq (21,6 %) a manifesté l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir. Cette proportion est supérieure à celle trouvée au Sénégal: 19 pour cent (EDS,1986) et au Mail: 9,9 pour cent (EDS,1987). On constate que plus de la moitié des femmes en union qui ont besoin d'etre protégées n'ont donc pas l'intention de recourir à la contraception pour atteindre leur objectif de descendance. Les variations de l'intention d'utiliser la contraception sont sensibles aux caractéristiques socio-démographiques mais les différences sont relativement faibles. 5.3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DESIRES Une autre manière de saisir la pr~férence des femmes en matière de fécondité est de connat3.re le nombre moyen total d'enfants qu'elles désirent. Pour saisir la taille idéale de la famille désirée, on a posé à toutes les femmes une des questions suivantes: Pour les femmes qui n'ont pas d'enfant la question est formulée comme suit: "Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez combien voudriez-vous en avoir?" Pour les femmes qui ont des enfants, on a demandé: "Si vous pouviez recommencer à partir du temps où vous n'aviez pas d'enfants et pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?" Plus la taille idéale de la famille va dans le sens d'une descendance élevée, plus la femme optera facilement pour des moyens appropriés de contrSle de la fécondité. Dans la société traditionnelle, pour favoriser l'objectif social de fécondité, l'espacement des naissances était le principal moyen et on l'obtenait par le biais des divers déterminants proches. Dans la sociét6 contemporaine en transition, il est fort probable que les normes aient aussi connu des changements. D'ailleurs le tableau 5.5 montre que si les femmes togolaises restent encore attaché.es à la famille nombreuse, elles désirent beaucoup moins d' enfants que les femmes sénégalaises ou maliennes: I'EDST donne un nombre total d'enfants désirés de 5,3 enfants parmi toutes les femmes et de 5,6 enfants parmi les femmes actuellement en union; au Sénégal le nombre idéal est de 7,0 enfants (EDS,1986), et au Mali, il est de 6,9 enfants (EDS,1987) parmi les femmes en union. il est a noter que presque toutes les femmes enquetées ont donné des réponses numériques, et que 0,5 pour cent seulement ont donné des réponses non-numériques telles que "Ça dépend de Dieu". Ceci est la preuve d'une attitude qui est loin d'~tre fataliste comme c'est le cas dans d'autres pays africains. Le nombre idéal de 5,.3 enfants parmi toutes les femmes est inférieur à I'ISF (6,6), ce qui indique que les changements de comportement en matière de reproduction pourraient se concrétiser si les femmes du "logo arrivaient à obtenir facilement des services en matière de contraception. Dans la plupart des cas, 62 deux modes apparaissent dans la répartition des réponses: qua~e enfants et six enfants. Les femmes qui ont une descendance inférieure à trois ont déclaré un nombre idéal d'environ cinq enfants alors que celles qui en ont eu au moins trois ont déclaré un nombre idéal de plus de cinq enfants en moyenne. TABLEAU 5.5 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON LE NOMBRE IDEAL D'ENFANTS ET LE NOMBRE ACTUEL D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE), EDST, 1988 Nombre Nombre d'enfants vivants total d'enfants d6sir6s 0 1 2 3 4 5 6+ Total 0 0,3 0,0 0,2 0,0 0,0 0,0 0,4 0,i I 1,0 0,4 0,2 0,2 0,O 0,9 0,6 0,5 2 12,4 6,9 4,0 4,5 4,5 6,0 6,1 7,1 3 9,8 8,0 4,8 3,3 2,4 2,8 2,8 5,6 4 43,2 47,2 40,0 31,0 27,7 27,0 32,6 37,2 5 6,8 8,4 10,3 13,0 7,5 10,7 6,1 9,1 6+ 24,2 29,1 40,0 47,2 57,5 51,6 50,7 39,9 R6ponse non- numêrique 0,5 0,0 0,4 0,7 0,3 0,9 0,6 0,5 TOTAL i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 EFFECTIF 799 525 455 422 332 318 509 3360 Moyenne (toutes les femmes) 4,5 4,9 5,4 5,6 6,2 5,7 5,9 5,3 Effectif toutes les femmes) 796 525 453 419 331 315 505 3343 Moyenne (femmes en union) 5,5 5,1 5,4 5,6 6,2 5,6 5,9 5,6 Effectif (femmes en union) 140 409 419 388 311 299 476 2442 Quand on prend en compte certaines caractéristiques d e la femmes comme l'/lge et les autres caractéristiques socio-économiques, le tableau 5.6 montre les femmes de moins de 30 ans ont un idéal de descendance !nf~rieur à celui des femmes des générations les plus anciennes. Le nombre idéal moyen varie entre 4,7 et 5,4 enfants dans le premier groupe tandis que dans le second, il varie entre 5,7 et 5,9. Par milieu d'habitat les femmes urbaines semblent désirer moins d'enfants que les femmes rurales: l'écart absolu est de 1,5 enfants entre les deux milieux (4,3 dans l'urbain contre 5,8 dans le rural). Les différences selon le niveau d'instruction, sont encore plus prenent~es. L'écart absolu atteint 2,2 enfants entre les femmes qui n'ont pas d'instruction et celles qui ont le niveau secondaire ou plus. Enfin, par région, les femmes de la Région Maritime sont celles qui désirent le moins d'enfants (nombre idéal: 4,6 enfants), tandis que les femmes de la Région des Savanes sont celles qui en désirent le plus (nombre idéal: 7,3 enfants). Pour terminer, on a demandé aux femmes ayant au moins une naissance, si le dentier enfant était planifié, non planifé mais souhaité pour plus tard, ou non désir~. L'objectif de la question est de mesurer le degré de réussite des couples dans le contr61e de leur fécondité. Le tableau 5.7 montre que pour les naissances qui sont survenues au cours des douze mois précédant l'enqu8te, six enfants sur dix (59,7 %) étaient désiMes à ce moment là, plus de trois sur dix (32,9 %) étaient désir~es pour plus tard et moins d'un enfant sur dix seulement (7 %) n'étaient pas al~sir~s. Les naissances de rang 1 et 2 semblent ~tre plus planifées que celles de rang 3 ou plus; en effet 64,3 pour cent des enfants de rang 1 et 2 sont désiré, es 63 contre 57,2 pour cent des enfants de rang 3 o0 plus. A l'inverse il y a 2,9 pour cent des enfants de rang 1 et 2 qui ne sont pas désirés contre 9,2 pour cent des enfants de rang 3 où plus. TABLEAU 5.6 NOMBRE MOYEN IDEAL D'ENFANTS POUR TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A L'ENQUETE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPEIQDES, EDST, 1988 Age actuel Caractêristiques soclo- d~mographiques 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total MILIEU Urbain 3,8 4,1 4,5 4,6 4,8 4,5 5,3 4,3 Lomê 3,7 3,9 4,2 4,3 4,5 4,1 5,1 4,1 Autre Ville 3,9 4,6 5,1 5,1 5,4 5,0 5,6 4,7 Rural 5,3 5,6 5,9 6,2 6,0 6,1 6,1 5,8 REGION Maritime 4,1 4,2 4,6 4,9 5,0 5,2 5,7 4,6 Des Plateaux 4,6 5,0 5,3 5,2 5,3 5,4 5,7 5,1 Centrale 5,0 5,4 6,1 8,9 6,6 6,5 7,0 6,2 De la Kara 5,2 5,3 5,5 5,8 6,2 5,6 6,3 5,6 Des Savanes 7,0 7,3 7,7 7,1 6, i 7,1 6,1 7,3 INSTRUCTION Aucune instruction 5,8 5,9 6,0 6,2 6,0 6,0 6,0 6,0 Primaire 4,2 4,5 4,9 4,9 4,7 4,9 5,3 4,6 Secondaire et plus 3,6 3,8 4,0 3,6 4,5 3,5 6,0 3,8 TOTAL 4,7 5,0 5,4 5,7 5,7 5,7 5,9 5,3 TABLEAU 5.7 POURCENTAGE DES FE~EE AYANT UNE NAISSANCE DES 12 DERNIERS MOIS SELON LE DESIR OU NON D'AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, EDET, 1988 D~sir ou non Rang de naissance d'avoir la dernière naissance 1-2 3+ Total Voulait au moment 64,3 57,2 59,7 Voulait plus tard 32,8 32,9 32,9 Ne voulait pas 2,9 9,2 7,0 Non-classifiable 0,0 0,7 0,4 TOTAL i00,0 i00,0 i00,0 EFFECTIF 241 456 697 64 5A CONCLUSION Les données de ce chapitre montrent que la majorité des femmes togolaises désirent espacer ou limiter leurs naissances: presqu'une femme en union sur deux (47,3 %) a répondu qu'elle veut attendre au moins deux ans avant d'avoir le prochain enfant et une sur quatre (24,8 %) a déclaré ne plus vouloir d'enfants. Comme on l'a annoncé dans le chapitre précédent, il y a lieu de penser que des changements d'attitudes vis-à-vis de la procréation sont en cours; en effet, le nombre moyen total d'enfants désirés atteint 5,3 enfants parm! toutes les femmes et 5,6 enfants parmi les femmes actuellement en union. Ce nombre idéal est inférieur å l'indice synthétique de fécondité des 5 ann6es précédant l'enquête qui est de 6,6 enfants. Mais ces changements de comportement en matière de fécondité ne pourront se concrétiser que si les femmes cibles arrivaient à obtenir les services de contraception demandés. 65 CHAPITRE VI MORTALITE ET SANTE DE LA MÈRE ET DE L'ENFANT Ce chapitre qui traite de la santé et de la mortalité des enfants ågés de moins de cinq ans comprend trois sections. Dans la première section, il sera question de la mortalité infantile et de la monalité juvénile qui seront mesuré, es å l'aide des quotients de mortalité. Le quotient de mortalité à l'[lge (x) est la probabilité de décéder entre l 'age (x) et un/lge (x+n). Le quotient de mortalité entre la naissance et un an exact çqo) peut 8tre assimilé au taux de mortalité infantile classique. Dans la deuxième section, la fréquence de certaines maladies telles que la diarrhée, la fièvre, la rougeole et la respiration difficile chez les enfants de moins de cinq ans, sera examinée, ainsi que la nature du traitement que les parents (ou tuteurs) de l'enfant malade ont donné. Une indication de la couverture vaccinale sera également étudiée dans cette section. Enfin, cette section traitera de l'état des soins prénatals et de l'assistance reçue par les mères lors de l'accouchement des enfants ågés de moins de cinq ans à l'enqu8te. La troisième et dernière section traitera de la situation nutritionnelle des enfants ågés de moins de trois ans: cette situation sera appréciée å travers les mesures anthmpométriques recueillies pendant l'eoqu&e. 6.1 MORTAL ITE DES JEUNES ENFANTS Méthodologie et qualit~ des données L'EDST a permis de calculer les quotients de mortalité des enfants [lgés de moins de cinq ans, selon la période (en utilisant l'information sur les décès et l'exposition à la mortalité par åge pour une période de temps spécifique, généralement une période quinquennale) et non selon la génératinn. L'approche de la mortalité par période est préférable à celle par génération pour deux raisons: tout d'abord, les données nécessaires pour le calcul des quotients par génération ne sont que partiellement disponibles pour la p~riode de cinq ans précédant immédiatement l'enquSte et, par ailleurs, les quotients selon la période sont plus appropriés pour l'évaluation des programmes d'action. Les données pour analyser la mortalité des enfants proviennent de l'historique des naissances de la section 2 sur la "fécondité". Cette approche pour collecter des données sur la mortalité pose également des problèmes. Elle a des limites structurelles car les informations provenant des femmes ~lgées de 15-49 ans en 1988 ne représentent pas nécessairement la situation de la période que couvre l'historique des naissances (les 35 ans précédant l'enquête) et les différents intervalles de cette périodes. Cette approche peut également engendrer des erreurs de collecte liées au sous-enregistrement des événements et à la déclaration de la date de naissance et de l'age au décès. Toutefois, il est à noter que ces problèmes de collecte sont moindres pour les périodes plus proches de la date de l'enquête. Les données de I'EDST qui ont servi au calcul de ces indicateurs sont d'assez bonne qualité dans l'ensemble, comme on peut le voir dans le tableau 6.1. U y a, bien entendu, une attraction du chiffre 12 (mois). En supposant que la moitié des déc~s déclarés ~t douze mois sont réellement survenus avant le premier anniversaire, on aura sous- estimé, pour la décennie de 1978-1988, les taux de mortalité infantile d'environ 4 pour cent pour les deux sexes réunis. La sous-estimation de la mortalité infantile se fait, au détriment des quotients de mortalité juvénile qui sont surestimés du fait du report des décès. Ainsi, les quotients de mortalité juvénile seraient inférieurs d'environ 5 pour cent aux quotients obtenus ~ partir des donnés non-corrigé.es pour la période de 1978 à 1988.1 67 TABLEAU 6.1 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L'AGE AU DECES ET LES QUOTIENTS DE MORTALITE DE 1973 A 1988, EDST, 1988 1903-1988 1978-1982 1973-1977 Age au d~c~s SM SF ENS SM SF ENS SM SF ENS 0-7 Jours (a) 74 47 0-30 Jours (b) 89 62 <i an (c) 153 126 Rapport a/b 0,83 0,76 Rapport a/c 0,48 0,37 5 mois 6 6 6 mois 4 8 7 mois 8 6 8 mois 8 4 9 mois 5 5 I0 mois 4 5 11 mois 1 2 12 mois 5 16 13 mois 0 1 14 mois O 1 15 mois 2 0 16 mois i I 17 mois 1 1 18 mois 2 4 1-<2 ans 32 52 2-<3 ans 39 32 3-<4 ans 34 26 3-<5 ans 15 14 1-<5 ans 120 124 <5 ans 273 523 lqO 85,1 75,6 4ql 79,8 89,4 5qC 158,1 158,3 Panneau à 121 59 39 98 49 34 83 151 74 56 130 65 42 107 279 129 113 242 116 97 213 0,80 0,80 0,70 0,75 0,75 0,81 0,78 0,43 0,46 0,35 0,40 0,42 0,35 0,39 Panneau B 12 4 7 II 4 3 7 12 8 4 12 9 3 12 14 5 3 8 4 3 7 12 9 3 12 4 7 Ii I0 2 3 5 3 5 8 9 4 4 8 2 0 2 3 1 2 3 0 2 2 21 7 15 22 6 9 15 I O 0 0 0 0 0 I 0 2 2 0 0 0 2 0 0 0 2 0 2 2 2 1 3 1 0 1 2 0 0 0 0 0 0 6 3 6 9 6 2 8 PannQau C 84 23 37 60 30 30 60 71 23 25 40 19 27 46 60 15 23 38 20 28 48 29 12 14 26 9 6 15 244 73 99 OE~2 78 91 169 523 202 212 414 ]94 188 302 Panneau D 80,5 91,1 82,0 86,7 117,6 97,2 107,4 84,5 67,7 91,4 79,2 107,6 I12,1 110,0 150,2 152,6 166,0 159,0 212,5 198,4 205,6 8M = Sexe mascul in SF = Sexe f~minin ENS = Ensemble Niveaux et tendance de la mortalité des enfants Entoe les p6fiodes quinquenn~les de |973-1977 et 1993-1988, le taux de mormlhé infsntile est passé de 107,4 ~ 80,5 pour miUe au Toge, Il a connu une baisse r6guli6re puisqu'à l'enquéte post- censitaire de 1961, il ~tait de 127 pour mine. Ceci s'explique par les efforts considérables réa|isés dans le domaine de la san[6 en génénd et de la survie des enfan$s en particulier. Entoe on an et cinq ans, la chance de survie des enfants a ~gslement été améliorée puisque le quotient de mor5"~lhé est pass6 de Il0 h 84,5 pour miUe dans la m~me période. Ainsi, durant la pénode 1973-1977, plus de 20 pour cent des enfants nés vivants ne pouvaient aFLeindre le cinquième anniversaire, en 1983-1988, le risque de déc~s est 68 descendu å environ 15 pour cent. Le graphique 6.1 visualise clairement cette baisse de la mortalité au eoum des trois périodes les plus récentes. En ce qui concerne la survie générale des enfants, il meurt en moyenne au Togo un enfant sur cinq dans la descendance d'une femme, comme l'indique le tableau 6.2. La proportion d'enfants décédés augmente régulièrement avec l'/lge de la femme, passant de 11 pour cent dans la tranche d'fige des moins de 20 ans å 23 pour cent chez les femmes de plus de 45 ans. 250 200 150 100 50 0 Graphique 6.1 Quotients de Mortalité Infantile et Juvénile selon la Période Quotients (0/oo) Infantile (lqO) 1 å 5 ans (4ql) 0 & 5 (5qo) EDST "logo 1988 TABLEAU 6.2 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS, SURVIVANTS ET DECEDES ET PROPORTION D'ENFANTS DECEDES SELON L'AG£ ACTUEL DE LA MEAE, EDST, 1988 Nombre moyen d'enfants Age N@s Sur- Proportion actuel vivants vivants D@c6d@s de d@c6d6s 15-19 0,26 0,23 0,03 0,ii 20-24 1,38 1,21 0,16 0,12 25-29 2,87 2,46 0,42 0,15 30-34 4,60 3,76 0,84 0,18 35-39 5,73 4,65 1,07 0,19 40-44 6,89 5,35 1,54 0,22 45-49 7,28 5,58 1,70 0,23 TOTAL 3,21 2,61 0,60 0,19 69 Mortalité différentielle des enfants Le tableau 6.3 et le graphique 6.2 donnent l'état de la mortalité des enfants par rapport aux earactéristiques socio-économiques des femmes dans les dix demières années. Alors que 13 enfants sur cent (130,9 o/**) issus de mères urbaines décèdent avant d'atteindre le cinquième anniversaire, 17 pour cent (168,5 °/~) décèdent en milieu rural Si on se limite à la mortalité infantile, le quotient lq0 est également plus élevé en milieu rural (86,9 o/~ qu'en ville (72,8 o/,.,). Ainsi la chance de survie des enfants est plus élevée en ville qu'en milieu rural certainement du fait de l'importance des équipements socio-sanitaires en milieu urbain. De meme, selon le niveau d'instruction, il apparaît une relation négative entre cette variable et la mortalité des enfants. En effet, les enfants de mères instruites ont une chance de survie plus grande que ceux des mères sans aucune scolarisation: avant un an, il meurt 54,5 enfants pour mille issus de mères de niveau d'instruction secondaire ou plus, 78,4 pour mille de mères n'ayant que le niveau primaire et 87,3 pour mille de celles n'ayant aucune instruction. Avant le cinquiæme anniversaire, 9 pour cent des enfants (88,5 o/~ issus de mères de niveau secondaire ou plus déeèdent, contre 15 pour cent (145,6 o/**) chez les femmes de niveau d'instruction primaire et 17 pour cent (168,5 %.) chez les femmes sans instruction. L'influence de la scolarisation de la mère sur la survie des enfants, mise en évidence dans de nombreuses études (CaldweU et Caidwell, 1987), mérite cependant d'~tre étudiée de façon approfondie vu que certains travaux récents ont montré que la liaison entre ces deux phénomènes n'était pas aussi directe qu'elle ne paraissait (Dackam Ngatchou, 1987). TABLEAU 6.3 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1978-88 SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES, EOST, 1988 Mortalité Mortalit~ Les Caract~ristiques infantile de l'enfance deux socio- ~lq0} (4ql~ (5q0} économiques 78-88 78-88 78-88 MILIEU Urbain 72,8 62,7 130,9 Rural 86,9 89,3 168,5 REGION Maritime 80,0 69,9 144,3 Des Plateaux 85,2 64,1 143,8 Centrale 85,6 98,2 175,4 De la Kara 72,5 111,3 175,7 Des Savanes 97,1 iii,0 197,3 INSTRUCTION Aucune instruction 87,3 88,7 168,3 Primaire 78,4 72,9 145,6 Secondaire ou plus 54,5 36,0 88,5 TOTAL 83,2 82,3 158,7 70 Graphique 6.2 Variations Différentielles de la Mortalité Infantile dans la Période 1978- 1988 MILIEU Urbain Rural REGION Maritime Des Plateaux Centrale De la Kara Des Savanes INTERVALLE PRECEDENT «24 mois 24-47 mois 48* mois AGE DE LA MERE ,20 20-29 30-39 40-49 0 20 40 60 80 100 120 140 Quotients (o/oo) EDST Togo 1988 Par rapport aux régions économiques, la Région de la Kara présente le niveau de mortalité infantile le plus faible (72,5 ° / J et la Région des Savanes apparaît comme celle qui a le quotient de mortalité infantile le plus élevé (97,1 °/~. Les autres régions se situent entre ces deux positions: la Région Maritime a le deuxième taux de mortalité le plus faible (80,0 %) , puis la Région des Plateaux (85,2 o/~) et la Région Centrale (85,6 %0- Pour ce qui est des risques de décès après le premier anniversaire, la situation diffère profondément du cas précédent puisque c'est dans la Région des Plateaux que les risques de mourir entre le premier et le cinquième anniversaire sont les moins élevés (64,1 °/.,). La Région Maritime vient en deuxième position avec 69,9 pour mille, puis la Région Centrale en troisième position avec un quotient de 98,2 pour mille. Les régions septentrionales de la Kara et des Savanes ont respectivement des quotients de 111,3 et 111 pour mille. La Région des Savanes apparaît comme celle où le risque de décéder est le plus élevé pour les enfants: environ 20 pour cent des naissances (197,3 %.) n'atteignent pas le cinquième anniversaire dans cette région. La chance de survie jusqu'au cinquième 'anniversaire est la plus élevée pour les enfants qui naissent dans la Région des Plateaux et la Région Maritime (respectivement 143,3 °/~ et 144,3 °/~). Les risques de décès sont peu différents pour les enfants dans La Région Centrale et la Région de la Kara (175,4 et 175,7 °/~. Le faible niveau de mortalité des enfants de mois de cinq ans qui prévaut dans la Région Maritime et la Région des Plateaux peut s'expliquer par le niveau élevé de développement économique et le meilleur équipement sanitaire de ces régions, ainsi que par leur longue histoire de soins modernes et d'éducation en matière de santé. Le cas de la Région de la Kara est une preuve de l'efficacité de la politique sanitaire togolaise. La survie des enfants y gagnerait si l'éducation sanitaire de la population s'intensifiait. La Région des Savanes présente une situation de survie des enfants en accord avec son niveau de développement: au recensement de 1981, eUe apparaissait comme la région où la scolarisation était la moins élevée du Togo. C'est ce qui explique certainement l'affluence des projets de développement dans celle région. Si le niveau de la mortalité des enfants de moins de cinq ans y reste encore relativement élevé, malgré les efforts déployés, il faut s'attendre à une amélioration dans les années ~ venir. La Région des Plateaux présente une situation générale qui cache probablement des 71 particularités. En effet, "zone d'accueil", la forte immigration qui la caractérise et l'accès probablement inégal des populations autochtones et migrantes aux structures sanitaires pourraient créer des différenees de niveaux dans la survie des enfants (Vimard et Quesnel, 1982). Pour une meilleure compréhension de ces niveaux régionaux de mortalité, il faut entreprendre des études complémentaires et éventuellement des micro-enquêtes en vue de saisir les déterminants de divers ordres qui agissent sur la mortalité des enfants. Le tableau 6.4 et le graphique 6.2 présentent les principaux résultats concernant la mortalité des enfants selon certaines variables démographiques. TABLEAU 6.4 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1978-88 SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES, EDST, 1988 Mortalité Mortalité Lss infantilo de l 'enfanco deux CaraDt6zistiq~~s (lqO} (4ql) ~Sq0) démographiques 78-88 78-88 78-88 SEKE Mascul in 87,7 74,9 156,0 Féminin 78,5 90,1 161,5 AGE DE LA MERE <20 90,3 92,5 174,4 20-29 79,1 84,5 156,9 30-39 87,9 72,3 153,9 40-49 76,3 71,3 142,2 RANG DE NAISSANCES 1 79,5 81,6 154,6 2-3 83,6 87,6 163,9 4-6 79,7 81,3 154,5 7+ 93,8 75,9 16~,6 INTERVALLE FRECEDENT <2 ans 120,5 84,6 19ç,9 2-3 ans 71,3 80,4 146,0 4 ans ou plus 57,1 81,4 133,9 * Par rapport au sexe, la mortalité infantile est plus élevée chez les enfants de sexe masculin (87,7 °/**) que chez ceux du sexe féminin (78,5 °/**). Ce résultat est en accord avec ce qui s'observe habituellement: surmortalité å la naissance des enfants de sexe masculin par rapport à ceux de sexe féminin. Cependant, å partir du premier anniversaire, non seulement l'écart de mortalité observé dans la première année de vie a été rattrapé, mais il a changé de sens puisque c'est du coté. féminin qu'apparatt une surmortalité; ainsi, le quotient 4ql atteint 74,9 pour mille chez les garçons contre 90,1 pour mille chez les f'tlles. M~me avec l'éventualité des erreurs de déclaration des ãges entre la naissance et le 5" anniversaire, reste posé le problème d'une sunnortalité féminine (161,5 °/® contre 156,0 o/~ pour les garçons). Y a-t-il une ségrégation dans les soins donnes aux enfants selon le sexe dans la population? Thérèse Locoh avait relevé un phénomène semblable à partir des statistiques sanitaires se rapportant aux enfants hospitalisés au centre hospitalier universitaire (CHU) de Loto~ en 1982 (I.ocoh, 1985). 72 • Par rapport à l'age des mères à la naissance des enfants, la mortalité infantile et la mortalité juvénile présentent les niveaux les plus élev~es chez les mères ågées de moins de vingt ans (90,3 o/® avant un an, 92,5 o/** entre le premier et le cinquième anniversaires et 174,4 °/o. entre la naissance et le cinquième anniversaire). Les chances de survie les plus élevées se retrouvent chez les femmes ãgées de plus de quarante ans (142,2 °/.~ entre la naissance et le cinquième anniversaire). • Par rapport à la parité, les taux de mortalité infantile les plus élevés s'observent pour les enfants de rang supérieur à six (93,6°/~. Cependant ce sont les enfants de ces rangs de naissance qui ont la plus grande chance de survie après le premier anniversaire (mortalité de 73,9 %,). • Par rapport à l'espacement entre naissances, il y a un effet négatif apparent sur la mortalité des enfants: les enfants nés après un intervalle de moins de deux ans avec le précédant courent le risque de décès le plus élevé, leur quotient de mortalité lq0 est plus de deux fois supérieur à celui des enfants nés quatre ans ou plus après la naissance précédente (120,5 °/o o contre 57,1%o). De façon générale, lorsque l'espacement entre les naissances est supérieur à deux ans, la chance de survie des enfants augmente substantiellement: mortalité de 146,0 pour mille entre la naissance et le cinquième anniversaire lorsque l'espacement est compris entre deux et trois ans et 133,9 pour mille lorsqu'il est supérieur å trois ans. 6.2 SANTE DE LA MÈRE ET DE L 'ENFANT L'EDST a pris en compte la santé de la mère et de l'enfant à travers la section 4 du questionnaire individuel. Les questions sont posées pour tous les enfants de la femme, nés vivants et qui ont moins de 5 ans. Les questions Q401 à Q405 informent sur les conditions sanitaires qui ont entouré la naissance de l'enfant, à savoir: les visites prénatales, la protection de l'enfant par la vaccination de la mère contre le tétanos avant l'accouchement et le type d'assistance reçue par la mère pendant l'accouchement. Les questions Q421 à Q438 traitent directement des problèmes de santé de chacun des enfants encore en vie, ågés de moins de cinq ans à l'enquéte. Les principaux problèmes traités sont la diarrhée, la fièvre, les infections respiratoires et la rougeole. L'EDST s'est intéressée aux cas survenus les deux semaines précédant l'enquéte, notamment pour la fièvre et les maladies respiratoires. Pour la diarrhée, non seulement la p

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.