Maroc - Demographic and Health Survey -1989

Publication date: 1989

Enquête Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS) 1987 . t -« ~ Royaume du Maroc Ministère de la Santé Publique Service des Etudes et de L'Information Sanitaire : .~ I )HS m i l Demographic and Health Surveys Institute for Resource Development/Westinghouse ROYAUME DU MAROC Enquête Nationale sur la Planification Familiale, La Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS) 1987 Mustapha Azelmat Mohamed Ayad Houcine Belhachmi Ministère de la Santé Publique Service des Etudes et de Ulnformation Sanitaire Rabat, Maroc et Institute for Resource Development/Westinghouse Columbia, Maryland USA Mars 1989 Ce document présente les résultats de l'EnquSte Nationale sur la Hanificalion Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS), entreprise par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SELS) du Ministère de la Sant6 Publique en 1987. Cette enquSte fait partie du projet mondial des Enquetes Démographiques et de Santé Familiale (EDS) qui a pour but la collecte des données sur la îécondité, la planification familiale et la santé matemelle et infantile. Pour avoir plus de renseignements sur cette enquête, s'adresser au SELS, Ministère de la Santé Publique, Km 5, Route de Casablanca, Rabat, Maroc. L'Enqu&e Démographique et de Santé au Maroc a été exécuté avec l'assistance de l'Institute for Resource Development (IRD), une division de Westinghouse Electric Corporation, situé ~ Columbia, Maryland. L'enquête était flnanc6e par un contrat avec l'Agence des Etats-Unis pour le D6veloppement International (Contrat No. DPE-3023-C-00-4083-00). Pour avoir plus de renseignements sur le projet EDS, s'adresser par écrit ~: DHS, IRD/Westingbouse, 8850 Stanford Boulevard, Suite 4000, Columbia, MD, 21045, U.S.A. (Télex 87775). TABLE DES MATIERES Page TABLE DES MATIERES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . iii L ISTE DES TABLEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . vi i L ISTE DES GRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xv PREFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xvii REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xix CARTE DU MAROC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . xxii CHAPITRE I 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 1.7 1.8 CHAPITRE II 2.1 2.2 2.3 2.4 PRESENTATION DU PAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Milieu naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Aperçu historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Milieu humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Structure économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Organisation administrative et sanitaire du Maroc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Politique de population et planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Objectifs et cadre institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Caractéristiques de l'échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 NUPTIAL ITE ET EXPOSIT ION AU RISQUE DE GROSSESSE . . . . . . . . . . . . . . . 21 Nuptialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Age au premier mariage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Allaltement, aménorrhée et abstinence post-partum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 CHAPITRE III FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 3.1 Niveaux et facteurs différentiels de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3.2 Tendances de la fécondité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 3.3 Parité moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 iii 3A Age à la première naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 3.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CHAPITRE IV CONTRACEPT ION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4.1 Connaissance de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 4.2 Perception des problèmes de contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 4.3 Degr6 de connaissance des sources des méthodes connues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 4.4 Utilisation à un moment quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 4.5 Utilisation au moment de l 'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 4.6 Connaissance de la période de fertililé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 4.7 Age à la ,, térilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 4.8 Source de la contraception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 4.9 Attitude à l 'égard de la grossesse et raisons de non-utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 4.10 Raisons de discontinuité des méthodes contraceptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 4.11 Utilisation future et méthode pr6férée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 4.12 Planification familiale et moyens d' information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 4.13 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 5.1 D6sir d 'avoir des enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 5.2 Besoins futurs pour la planification familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 5.3 Nombre total d'enfants désir6s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 5.4 Planification de la fécondité et statut des naissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 5.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 CHAPITRE VI MORTAL ITE ET SANTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 6.1 Mortalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 6.2 Sant~ de la mère et de l 'enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 iv Page 6.3 Indices anthropom6triques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 6.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 CONCLUSIONS GENERALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 ANNEXE A: PLAN DE L 'ENQUETE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 A.1 Echantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 A.2 Organigramme de l'enquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 A.3 Calendrier de I'ENPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 A.4 Personnel de I 'ENPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 ANNEXE B: ERREURS DE SONDAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 B.1 Exposé de la méthode de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 B.2 Formules et procédés d'estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 B.3 Construction des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 ANNEXE C: QUESTIONNAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 V LISTE DES TABLEAUX Page TABLEAU 1.1 TABLEAU 1.2 TABLEAU1.3 TABLEAU1.4 TABLEAU1.5 TABLEAU 1.6 TABLEAU 1.7 TABLEAU 2.1 TABLEAU 2.2 TABLEAU 2.3 TABLEAU 2.4 EVOLUTION DE L'ACCROISSEMENT DEMOGRAPHIQUE ENTRE LES DI~~I~RENTS DENOMBREMENTS ET RECENSEMENTS DE 1925 A 1982, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 EVOLUTION DE 1955 A 1980 DU TAUX DE NATALI'I'I~ (0/00) DU MAROC SELON LES SOURCES D'INFORMATION, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 EVOLUTION DE LA STRUCTURE PAR ETAT MATRIMONIAL (EN %) DE LA POPULATION MAROCAINE AGEE DE PLUS DE 15 ANS ENTRE 1971 ET 1982, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 EVOLUTION DE L'ACTIVITE DE PLANIFICATION DE 1966 A 1987, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NIVEAU D'INSTRUCTION ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 INTERRELATIONS ENTRE LES VARIABLES EXPLICATIVES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES 15-49 ANS DE LA FEUILLE DE MENAGE SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI SONT EN UNION POLYGAME SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARAC'I'ERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE, L'AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE ET L'AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE PARMI LES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACI'~RISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 vil Page TABLEAU2.5 TABLEAU 2.6 TABLEAU 3.1 TABLEAU 3.2 TABLEAU 3.3 TABLEAU 3.4 TABLEAU 3.5 TABLEAU 3.6 TABLEAU 3.7 TABLEAU 3.8 PROPORTION DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI SONT ENCORE ALLAITANTS ET EN AMENORRHEE POST-PARTUM SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITEMENT ET D'AMENORRHEE POST-PARTUM PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) PARMI LES FEMMES 15.44 ANS ET DESCENDANCE ATH~INI'I~ PARMI LES FEMMES DE 40-49 ANS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ACTUELLEMENT ENCEINTES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'ENFPF ET L'ENPS (EN %), ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L 'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET LES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE A LA PREMIERE NAISSANCE ET L 'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE PARMI LES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L 'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 viii Page TABLEAU 4.1 TABLEAU 4.2 TABLEAU 4.3 TABLEAU 4.4 TABLEAU 4.5 TABLEAU 4.6 TABLEAU 4.7 TABLEAU 4.8 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES (NC) ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES (AM) QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUELCONQUE ET UNE SOURCE CORRESPONDANI~ (POUR INFORMATION OU SERVICES), SELON LA METHODE SPECIFIQUE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE MODERNE OU UNE SOURCE (POUR INFORMATION OU SERVICES) POUR UNE METHODE MODERNE SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME PERCU EN UTILISANT CETTE METHODE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES IRAIENT EN CAS DE BESOIN, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS A LA PREMIERE UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 REPARTITION (EN %) DES FEMMES MARIEES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LA METHODE ACTUELLEMENT UTILISEE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 ix Page TABLEAU 4.9 TABLEAU 4.10 TABLEAU 4.11 TABLEAU 4.12 TABLEAU 4.13 TABLEAU 4.14 TABLEAU 4.15 TABLEAU 4.16 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRACEPTION PAR METHODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET DES FEMMES AYANT UTILISE L'ABSTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE OVULAIRE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 REPART1TION (EN %) DES FEMMES STERILISEES SELON L'AGE A LA STERILISATION ET LA DUREE DEPUIS L'OPERATION, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 REPARTITION (EN %) DES FEMMES UTILISANT ACTUELLEMENT LINE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE (LA DERNIERE FOIS), ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-ENCEINTt~S ACTUELLEMENT MARIEES QUI ONT UTILISE, MAIS QUI N'UTILISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L'A'Iq'ITUDE A L'EGARD D'UNE GROSSESSE DANS LES PROCHAINES SEMAINES ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-ENCEINTES ACTUELLEMENT MARIEES QUI ONT UTILISE, MAIS QUI N'UTILISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE ET QUI SERAIENT MALHEUREUSES SI ELLES TOMBAIENT ENCEINTES SELON LA RAISON DE NON-UTILISATION ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 REPARTITION (EN %) DES FEMMES QUI ONT DISCONTINUE UNE METHODE CONTRACEPTIVE DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA METHODE QUI A ETE DISCONTINUEE ET LA RAISON PRINCIPALE DE DISCONTINUITE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI N'UTILISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET L'INI'ENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . 60 X Page TABLEAU 4.17 TABLEAU 4.18 TABLEAU 4.19 TABLEAU 5.1 TABLEAU 5.2 TABLEAU 5.3 TABLEAU 5.4 TABLEAU 5.5 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES N'UTILISANT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE MAIS AYANT L'INTENTION DE L'UTILISER DANS L'AVENIR SELON L'INTENTION D'UTILISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OU PLUS TARD ET LA METHODE PREFEREE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LEUR EXPOSITION AUX MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI PENSENT QU'IL EST ACCEPTABLE D'AVOIR DES MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE A TRAVERS LES MASS MEDIA SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOLR DES ENFANTS ET L'AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT (Y COMPRIS LA STER1LISATION) SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SUSCEPTIBLES DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET LE POURCENTAGE SUSCEPTIBLES D'UTILISER LA CONTRACEPTION QUI ONT L'INTENTION D'ADOPTER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 xi Page TABLEAU 5.6 TABLEAU 5.7 TABLEAU 5.8 TABLEAU 5.9 TABLEAU 5.10 TABLEAU6.1 TABLEAU6.2 TABLEAU 6.3 TABLEAU 6.4 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES ET NOMBRE MOYEN TOTAL D'ENFANTS DESIRES PARMI LES FEMMES MARIEES ET LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 NOMBRE MOYEN TOTAL D'ENFANTS DESIRES PARMI LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES NAISSANCES (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION PAR LA MERE, LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UNE NAISSANCE DANS LES 12 MOIS SELON LE DESIR OU NON D'AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) ET INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE DESIREE (ISFD) DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON CERTAINES CARACTER1STIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS ET SURVIVANTS ISSUS DES MERES NON-CELIBATAIRES DANS L'ENPS, 1987 ET L'ENFPF, 1979-80 SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE ET LE SEXE DE L'ENFANT, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L 'AGE AU DECES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1977-86 ET CERTAINES CARACTER1STIQUES SOCIO-ECONOMIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 xii Page TABLEAU 6.5 TABLEAU 6.6 TABLEAU 6.7 TABLEAU 6.8 TABLEAU6.9 TABLEAU 6. I0 TABLEAU 6.11 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1977-86 ET CERTAINES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 QUOTIENTS DE MORTALITE (EN %) SELON L'ENPS DE 1987 ET L'ENFPF DE 1979-80, ENFS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL QUE LES FEMMES ONT CONSULTE POUR DES SOINS PRENATALS ET CERTAINES CARAL'I'ERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL AYANT ASSISTE A L'ACCOUCHEMENT ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 PARMI LES ENFANTS VIVANTS DE MOINS DE CINQ ANS, POURCENTAGE AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, POURCENTAGE DES ENFANTS VACCINES D'APRES LES CARNETS DE VACCINATION OU D'APRES LES REPONSES DES MERES; ET PARMI LES ENFANTS AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, POURCENTAGE DE CEUX QUI SONT VACCINES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA POLIO-DTCOQ, LA ROUGEOLE ET LE RACHITISME SELON L'AGE DE L'ENFANT, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 PARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE 12 A 23 MOIS, POURCENTAGE AYANT DES CARNETS DE VACCINATION OU VACC1NES D'APRES LES REPONSES DES MERES; ET PARMI LES ENFANTS AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, POURCENTAGE DE CEUX QUI SONT VACCINES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA POLIO-DTCOQ, LA ROUGEOLE ET LE RACHITISME SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DERNIERES 24 HEURES ET DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES SELON CERTAINES CARAL'I'ERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 xiii Page TABLEAU 6.12 TABLEAU 6.13 TABLEAU 6.14 TABLEAU 6.15 PARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES, POURCENTAGE DE CEUX QUI ONT RECU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 REPARTITION (EN % DES INDICES TAILLE-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART- TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 REPART1TION (EN %) DES INDICES DE LA TAILLE-POUR- AGE PAR POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . 100 TABLEAU 6.16 ANNE~A TABLEAU A.1 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART- TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 DONNEES SUR LES TAUX DE REPONSE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . 112 ANNEXE B TABLEAU B.1 TABLEAU B.2 TABLEAU B.3 TABLEAU B.4 ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 ERREURS DE SONDAGE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 ERREURS DE SONDAGE SELON L'AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 ERREURS DE SONDAGE SELON LA REGION, ENPS, MAROC, 1987 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 xiv GRAPHIQUE 1.1 GRAPHIQUE 2.1 GRAPHIQUE 2.2 GRAPHIQUE 3.1 GRAPHIQUE 3.2 GRAPHIQUE 3.3 GRAPHIQUE 4.1 GRAPHIQUE 5.1 GRAPHIQUE 5.2 GRAPHIQUE 6.1 GRAPHIQUE 6.2 GRAPHIQUE 6.3 GRAPHIQUE 6.4 GRAPHIQUE 6.5 GRAPHIQUE 6.6 GRAPHIQUE 6.7 LISTE DES GRAPHIQUES Page REPARTITION DES FEMMES DE L'ECHANTILLON SELON L'AGE ACTUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 PROPORTION DE FEMMES MARIEES SELON DEUX GROUPES D'AGES A DIFPERENTES DATES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 DUREE D'ALLA1TEMENT ET D'AMENORRHEE SELON CERTAINES CARACI'ERISTIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE, ET DESCENDANCE ATTEINTE A 40-49 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 POURCENTAGE DES FEMMES ENCEINTES SELON TROIS SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON DEUX SOURCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 CONNAISSANCE ET UTILISATION ACTUELLE DES METHODES CONTRACEPTIVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 VARIATIONS D1FI«ERENTIELLES DE LA MORTALITE INFANTILE DANS LA PERIODE, 1977-86 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 VISITES PRENATALES ET ASSISTANCE A L'ACCOUCHEMENT DES ENFANTS DE <5 ANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 REPARTITION DE L'AGE (EN MOIS) A LA VACCINATION CONTRE CERTAINES MALADIES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 REPART1TION DES ENFANTS MESURES SELON L'AGE (EN MOIS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 POIDS-POUR-TAILLE ET TAILLE-POUR-AGE (TABLEAU DE WATERLOW) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 MESURES ANTHROPOMETRIQUES PAR RAPPORT A LA MOYENNE DE REFERENCE INTERNATIONALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 X'¢ PREFACE L'EnquEte Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population (ENPS) qui fait suite à l'Enquête Nationale de Prévalence Contraceptive réalisée en 1983-84, a pour but d'évaluer l'impact à moyen et à long terme des activités du programme de visite à domicile de motivation systématique, axées sur la planification familiale et la santé materoo-infantile telles que la distribution de la pilule, la référence pour le dispositif intra-utérin, la distribution des sels de réhydratation orale, des sels de fer et de la vitamine D. Cette étude rétrospective à un seul passage s'est intéressée à plusieurs phénomènes liés à la population dont les plus importants sont la fécondité, la nuptialité, la contraception, la santé de la mère et de l'enfant. Les indicateurs démographiques et sanitaires issus de cette enquête serviront comme outils de gestion, de planification et d'évaluation des différents programmes sanitaires, et apporteront aux différents secteurs de développement socio-économiques des informations statistiques dont tout planificateur et chercheur a besoin. Je saisis cette occasion pour exprimer mes remerciements: • à l'Institute for Resource Development (IRD) de Westinghouse; • à l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID); au Fonds des Nations Unies pour les Activités en matière de Population (FNUAP); • au Fonds des Nations Unies pour la Protection de l'Enfance (UNICEF); pour l'aide technique et matérielle foumie pour la réalisation de cette enq@te de grande envergure. Enfin, je tiens à féliciter tous ceux qui ont contribué à l'élaboration et au succès de sa réalisation parmi les cadres du Ministère de la Santé. Ta'feb Bencheikh xvii REMERCIEMENTS Comme les enquêtes précédentes, le Ministère de la Santé Publique a men6 à terme, l'EnquSte Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population (ENPS), dont les premiers résultats ont 61é publiés en octobre 1987 moins de trois mois seulement après la fin du recueil des donnees sur le terrain. La réussite de cette opération de grande envergure, n'a été possible que grace aux efforts louables d'un très grand nombre de personnes et d'institutions que je tiens à remercier vivement. Mes remerciements s'adressent: • à la population qui a participé de près ou de loin à la réalisation de cette enquête, aux chauffeurs qui ont accompli leur tåche et ce malgré le nombre de kilomètres qu'ils ont parcouru dans des conditions souvent difficiles. • aux infirmiers itinérants, aux Mokadems, aux Chioukhs. et à d'autres qui sans leur aide, l'enqu~trice ne pouvait accomplir sa tåche. • aux enqu~trices, aux aides-contr61eurs, aux contr61eurs et superviseurs qui ont formé non pas des équipes mais une famille, et qui se sont acquittés de leur tache parfois dans des conditions extr~mement difficiles. • aux agents d'échantillonnage, de bureau, de saisie, de Secrétariat qui ont contribué chacun selon son domaine, à la réalisation de l'enquête. • au Ministère du Plan et tout particulièrement à la Direction de la Statistique, pour avoir préparé le sondage et l'échantillon de l'enquête. • au Ministère de l'Intérieur à travers les autorités locales provinciales dans l'ensemble du Royaume, pour l'aide qu'elles ont apportée lors de l'exécution de l'Enquete sur le terrain. • à l'Institute for Resource Development de Westinghouse, Programme des Enquêtes Démogmphiques et de Santé (EDS) pour l'aide technique apportée dans mutes les phases de l'enquete, de la conception jusqu'à la rédaction du rapport national, et surtout pour la conception du logiciel informatique ISSA, qui a ét~ d'une plus grande utilité, puisqu'il a permis de saisir sur micro-ordinateur, les données de l'Enquête dans un délai très court. • å l'Agence pour le Développement International des Etats-Unis d'Amérique (USAID) pour son aide financière. • au Fonds des Nations-Unies pour les activités en matière de population (FNUAP) pour leur support technique. • au Fonds des Nations-Unies pour la protection de l'enfance (UNICEF), pour son aide matérielle. • aux cadres du Ministæm de la Santé qui ont participé à une ou plusieurs phases de l'Enquete et tout particulièrement, le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire qui a assuré la responsabilité de la réalisation de l'étude. • aux experts des organismes internationaux, pour leur contribution, chacun selon son domaine, à la réalisation de l'op~ration. xix Je remercie tout particulièrement Monsieur Mohamed Ayad, Coordonnateur Régional du projet, qui gr/lce à son expérience, son dynamisme, et ses bonnes relations humaines, a pu aider l'équipe de la Direction Technique de renqu~te à mener à bien l'opération. Le Directeur National de l'Enquête D i tes Affaires Techniques XX CARTE DU MAROC DECOUPAGE ADMINISTI OU MAROC Océan Atlantique Otl l lQ ~X • E i -Smsc j + X -8ou laour ÷ + ÷ ÷ + ÷ ÷ • Add lkh l i + 4. x ~ ~ Mauritanie ~÷++Æ+~+++; ; + + xxii CHAPITRE I PRESENTATION DU PAYS 1.1 MIL IEU NATUREL Relief Le Maroc est situé entre la Méditerrannée et l'Atlantique. Pays du soleil couchant, "E1-Maghrib al aqça", avec une superficie de 710.850 km 2, constitue une zone, de passage Nord-Sud par le détroit de Gibraltar, appartient à la fois au monde méditerranéen et au monde saharien. Son littoral de plus de 3000 kms est bordé de plaines basses ou de plateaux, alors que sa façade méditerranéenne longue de plus de 450 km, est plus ~traite et constitue une zone bordée de montagnes difficilement francliissables. Selon leur relief et leur situation géographique, on peut distinguer les six régions principales suivantes: La plaine de la c~te atlantique: C'est la r6gion la plus fertile et la mieux arrosée du pays. La Meseta: Située au Centre-Ouest, cette r6gion a une altitude de 300 m environ au dessus du niveau de la mer. La bordure Nord-Ouest est bien arrosée ce qui permet de bonnes productions de c.éréales, de vignes et de cultures très variées. Les chaines de l'Atlas: Elles forment le Haut-Atlas et l'Anti-Atlas, séparant le Nord-Ouest du Sud-Est, donc deux climats (humide et désertique). Le versant ouest, généralement bien arrosé, est boisé: on peut y cultiver céréales, olives, fruits. L'autre versant est sec et nu et les parties les plus élevées sont couvertes de neige en hiver. Le Moyen-Atlas offre des p~tturages de bonne qualité. Le Rifau Nord est parallèle å la c6te méditerranéenne, et quoique moins arrosé que le Moyen-Atlas, est boisé mais il est moins propice à une agriculture de grande étendue. Le Sud-Est et le Sud désertique: C'est une région essentiellement constituées d'oasis et de palmeraies d'une part, et d'une grande partie du Sahara jusqu'å la frontiære avec la Mauritanie d'autre part. Le plateau oriental: Il est situé entre le Haut et le Moyen Atlas et la vallée de la Moulouya å l'Ouest, et la frontière algérienne à l'Est. Ce plateau est riche en mines. Les plaines et les collines: Elles couvrent les zones du Souss au Sud-Ouest, du Gharb au Nord et de la vallée de la Moulouya au Nord-Est, et constituent les meilleures terres cultivables du pays. Climat Le Maroc possède un climat méditerranéen tempété par l'Atlantique, ri la fois contrasté et nuancé. La présence, à la fois, de la mer, du Sahara et des hautes montagnes, donnent au Maroc un climat très diversifié. C'est ainsi que l'on peut distinguer trois climats: la zone atlantique, la zone des montagnes, et la zone orientale. 1.2 APERCU H ISTORIQUE La position géographique privilégiée du Maroc lui donne une importance stratégique, économique et politique particulière qui a de tout temps influencé son histoire. Le Maroc a été convoité depuis l'Antiquité: les Byzantins et les Phéniciens ont installé des comptoirs sur son littoral atlantique, puis pour un temps, les Romains ont occupé également l'intérieur du pays. Avec Oqba lbn Nafa', le Maroc est devenu pays musulman. Avec le choix par les tribus du Zerboun de Moulay ldriss, la première organisation étatique a été créée. A partir du VIII* siècle, le pays est devenu une monarchie formée de tribus qui gardaient leur organisation et leurs alliances internes. Jusqu'au XV siècle se sont succédées les grandes dynasties des Idrisides, des Almoravides, des Almohades, des Mérinides, des Saadiens; mais l'indépendance commence à ~tre menacée par l'installation des Portugais dans quelques villes de la c6te atlantique. Jusqu'au XI)f siècle, le Maroc va traverser des périodes de turbulences entrecoupées de moments de prospérité et de stabilité sous la dynastie Alaouite, mais devant faire face à une Europe de plus en plus aggressive cherchant à étendre sa puissance sur les autres continents et particulièrement l'Afrique. C'est ainsi qu'au début du XX siècle, les grandes puissances européennes imposent au Maroc des traités limitant sa souveraineté et en faisant un Protectorat. La conférence d'Algésiras en 1912 place le Maroc sous la domination des puissances coloniales, laissant ~ la France une influence pr~pondérante. Le pays est divisé alors en 3 parties administrées différemment. Le Rif au Nord et le Sahara au Sud sont conflés ~ l'Espagne, tandis que le reste du pays est placé sous protectorat français, à l'exception de la ville de Tanger placée sous contr61e intemational. L'installation du système coloniai au Maroc a co66 de graves déséquilibres économiques qui ont affecté l'organisation sociale du pays. La population qui n'a jamais accepté le Protectorat, a continué la lutte dans les montagnes et les campagnes alors que des mouvements politiques nationalistes s'organisaient dans les villes. Dès la fm de la deuxième guerre mondiale, et particulièrement ~ partir de 1944 la question de l'Indépendance a été posée aux autorités du Protectorat. C'est le Roi Mohammed V qui, monté sur le tr6ne en 1927, a conduit le pays à l'Indépendance. La crise politique qui a éclaté en 1945 a abouti, en 1953, à l'exil du Roi et de sa famille ~ l'île de Madagascar. Cet exil provoqua un soulèvement populaire qui aboutit deux ans plus tard au retour du Roi. En mars 1956, le Roi Mohammed V signe les accords de la CeUe-Saint-Cloud qui font à nouveau du Maroc un état indépendant. Le 7 avril 1956, l'Espagne signe à son tour de pareils accords, qui permettent au Maroc de recouvrer sa partie nord. Le Maroc est alors admis comme membre de I'O.N.U. le 22 avril 1956, et deux ans plus tard, le statut de "ville internationale" donné à Tanger est abrogé, unifiant ainsi la ville au reste du pays. En février 1961, le Roi Mohammed V décède. Son fils Hassan II qui lui succède fait du Maroc quelques temps après (décembre 1962) une monarchie constitutionnelle et parachève l'unit~ territoriale du pays par la récupération de la partie Sud du Maroc encore entre les mains des autorités espagnoles. 1.3 MIL IEU HUMAIN La population du Maroc est constituée, sur un plan statique, des grands groupes humains suivants: 2 Les Berbères, qui constituent le groupe le plus important; ils vivent en majorité dans les régions montagneuses du Rff (les Rifains), du Moyen et Haut Atlas (les Amazighenes) et de l'Anti-Atlas (les Tachelhites ou Souassas); Les Arabes qui sont installés, en général, sur les plaines intérieures et c6tières; Les Draouas qui habitent la région de l'Ouest Draa; Les Sahraouis qui vivent au Sahara marocain. Etat quantitatif Avec une population de 20.419.555 habitants (Recensement de la Population et de l'Habitat réalisé en septembre 1982), le Maroc possède avec la Tunisie la densité la plus forte dans le Maghreb avec 44 habitants au km z contre 45 en Tunisie (1986) et moins de 20 en Algérie, en Libye et en Mauritanie. La répartition spatiale est très inégale: les deux régions économiques du Nord-Ouest et du Centre abritent la moitié de la population. Le tableau 1.1 donne une idée sur l'évolution démographique au Maroc. TABLEAU i.I EVOLUTION DE L'ACCROISSEMENT DEMOGRAPHIQUE ENTRE LES DIFFERENTS DENOMBREMENTS ET RECENSEMENTS DE 1925 A 1982, ENPS, MAROC, 1987 P6riode Taux d'accroissement d~mographique d'accroissement annuel moyen intercensitaire en % 1925-1952 1,8 1952-1960 3,5 1960-1971 2,6 1971-1982 2,6 Les enquetes menées par le Ministère de la Santé et par le Ministère du Plan, ont permis une meilleure connaissance de notre situation démographique actuelle. Natalité: 11 ressort du tableau 1.2 qu'il y a une diminution assez nette du taux de natalité au Maroc. Mortalité: S'il est vrai que la mesure du niveau de mortalité reste un probléme pour les pays en développement, les études menées ces demières années par le Ministère de la Santé et le Ministère du Plan, ont permis d'avoir une connaissance assez claire sur la mortalité en général et la mortalité infanto- juvénile en particulier. Les données suivantes permettent de conclure ~ une baisse notable de la mortalité générale: 30 à 40 o/oo pour la période 1930-1940 19 o/oo en 1962 15 o/oo pour la période 1971-1982 TABLEAU 1.2 EVOLUTION DE 1955 A 1980 DU TAUX DE NATALITE (0/00) DU MABOC SELON LES SOURCES D'INFORMATION, ENPS, MAROC, 1987 Sources d'information Taux de natal l tê et annSe (0/00) Recensement 1960 - pêr iode 1955-60 52-53 EnquSte & Objectifs multiples - 1962 46,1 EnquSte Nationale de FScondit~ et de Plani- f ieatlon Familiale 1979-1980 41 Pour ce qui est de la mortalité infanto-juvénile, les données fournies par l'EnquEte Nationale de Fécondité et de Planification Familiale (ENFPF) de 1979-80 et par le recensement dç la population (1982), permettent de dire que la mortalité infantile a baissé: en effet, le quotient de mortalité infantile est passé de 130 o/oo à 91 o/oo de la période 1955-59 à la période 1975-1979, alors que la mortalité chez les enfants de 1 ~t moins de 5 ans a baissé encore plus, passant de 112 o/oo à 52 o/oo respectivement pour les m~mes périodes. Etat qualitatif On étudiera successivement les structures par ~ge, par état matrimonial, par milieu de résidence et par éducation. Structure par dge: La population marocaine est jeune selon les résultats de I'ENFP 1979-80 et ceux du recensement de 1982. La population de moins de 15 ans représente respectivement 43,6 pour cent et 42,1 pour cent de la population totale. La population figée de 60 ans ou plus ne représente respectivement que 6 pour cent et 6,4 pour cent. TABLEAU 1.3 EVOLUTION DE LA STRçCTURE PAR ETAT MATRIMONIAL (EN %) DE LA POPULATION MAROCAINE AGEE DE PLUS DE 15 ANS ENTRE 1971 ET 1982, ENPS, MAROC, 1987 Distr ibut ion en % Etat matrimonial 1971 1982 CSl ibataire 25,0 33,2 Mar l~ 64,2 57,6 Veuf 7,9 6,5 Divor¢6 2,9 2,7 Total I00,0 I00,0 4 Structure par état matrimonial: L'évolution de la structure de l'état matrimonial, montre qu'il y a une tendance à la baisse de la nuptialité. Le tableau 1.3 confirme cette constatation. Education: Les résultats fournis par les deux recensements 1971 et 1982, montrent qu'il y a amélioration du niveau d'instruction de la population, gr'/lce aux efforts déployés en matière d'infrastructure matérielle et humaine dans ce domaine. Le taux d'analphabétisme qui était de 87 pour cent et 75 pour cent respectivement en 1960 et 1971 est de 65 pour cent en 1982. Milieu de résidence: La répartition de la population selon le milieu de résidence (urbain ou rural) et durant les dix demières années permet de constater qu'il y a un accroissement du taux d'urbanisation important: la proportion des citadins est passée de 35 pour cent en 1971 ~ 42 pour cent en 1982, soit un accroissement annuel moyen de 4,3 pour cent. 1.4 STRUCTURE ECONOMIQUE Par ses caractéristiques économiques, qui feront l'objet de cette section, seront un complément utile en vue d'une meilleure connaissance du Maroc. Secteur primaire De ces caractéristiques géographiques et climatiques, le Maroc est un pays "agricole". Le secteur agricole repr6sente 15,3 pour cent de la Production Intérieure Brute (PIB). De plus, les exportations de ce secteur représentent le tiers de l'ensemble des exportations. C'est pourquoi, conscient de son importance, le gouvemement essaie de rentabiliser au maximum l'agriculture par l'introduction de nouvelles méthodes de cultures et d'élevage et par la construction de barrages. Pour ce qui est de la pêche, le Maroc dispose avec ses 3.500 km de cotes, d'atouts naturels exceptionnels qui lui permettent avec le développement actuel de ce secteur d'exploiter les énormes ressources estimées à 1,5 millions de tonnes par an. Secteur secondaire Mise à part la production des phosphates, dont le Maroc est le premier exportateur et détient les plus grosses r6serves mondiales, l'industrie marocaine a connu un essor très important depuis l'Indépendance du pays. Ainsi, l'indice de la production des mines (base 100 en 1978) est passé à 114 en 1982. L'indice de la production des industries de transformation est passé à 120 en 1982. Quant ~ l'énergie, elle a augmenté d'une façon très nette, puisque son indice est passé à 154 en 1982. Secteur tertiaire C'est le secteur qui représente la plus grande part des emplois au Maroc. Il constitue plus de 50 pour cent du PIB en particulier dans les secteurs du commerce, du tourisme, ainsi que l'administration publique. 5 1.5 ORGANISAT ION ADMINISTRAT IVE ET SANITA IRE DU MAROC Organisation administrative du pays Selon le découpage administratif, le Maroc est divisé, en 49 provinces ou préfectures. Ces demières sont regroupées en Wilaya. Le wali ou gouverneur qui est à la t~te d'une wilaya ou d'une province et préfecture, est le représentant de S.M. le Roi. Chaque province est divisée en municipalités, arrondissements, cercles, communes. Ainsi, il y a 59 municipalités, 133 cercles, 760 communes rurales et 40 centres autonomes. Les municipalités sont administrées par un khalifa et les communes par un cal'd. Des conseils communaux, municipaux, provinciaux ou préfectoraux sont ~lus par la population pour gérer les affaires dont ils ont la charge. Organisation du système de Santé Publique La responsabilité de l'exécution de la politique sanitaire du gouvernement incombe au Ministère de la Santé Publique. Les délimitations des aires géographiques des provinces et préfectures médicales sont calquées sur le découpage administratif. Le médecin-chef, représentant du Ministre de la Santé Publique, assure l'exécution de la politique sanitaire au niveau de sa province ou préfecture. Le système de santé est subdivisé en deux catégodes de réseaux d'action sanitaire celui de l'action ambulatoire et celui de l'action hospitalière. Réseau d'action ambulatoire: C'est le réseau des soins de santé de base (SSB), il a pour principal champs d'action la prévention sanitaire, Pour ce faire, chaque province ou préfecture est divisée en circonscriptions sanitaires, urbaines ou rurales, aires géographiques délimitées par la volume de la population en moyenne 45.000 habitants. Un découpage est en cours d'exécution pour tenir compte aussi de la distribution de la population par rapport au chef lieu de la circonscripion sanitaire qui est le centre de santé. Le médecin-chef de la circonscription est chargé de la supervision, du contréle et de l'évaluation des différents programmes. Enfin, chacun des secteurs est subdivisé en zones géographiques appelées les sous-secteurs. L'infirmier est chargé, selon un circuit mensuel, des activités de sa zone. Réseau d'action hospitalière: Il est composé de quatre catégories d'h6pitaux: • l'hépital de zone d'une capacité optimale de 200 à 250 lits. Il dessert une population en moyenne de 250.000 habitants (4 à 5 centres de santé). Il est dété d'un ensemble de quatre services de base: médecine, chirurgie, pédiatrie et gynécologie. • l'hõpital provincial d'une capacité de 400 à 500 lits, est situé au chef-lieu de la province ou de la préfecture. 11 dessert la population de toute la province surtout pour les services de spécialité faisant défaut dans les hôpitaux de zone. • disposant de 8 spécialités en plus de celles de l'h6pital provincial, et d'une capacité de 800 ~ 1000 lits, l'h6pital régional dessert la population de toute la zone (en général 4 à 6 provinces). • l'hépital national (ou universitaire) dispose de 1600 à 2000 lits, et dessert toute la population. Il a également toutes les spécialités. 6 Par ailleurs, il y a lieu de noter l'existence du réseau de laboratoires, de centres spécialisés (centres de référence pour la planification familiale, centres de lutte contre la tuberculose et centres de diagnostic). 1.6 POLITIQUE DE POPULATION ET PLANIFICATION FAMILIALE Depuis 1966, l'année où a été institué le Programme National de Planification Familiale, la population est considérée comme une variable à intégrer dans le processus de développement économique et social. Les rapports de mission des différents organismes internationaux (Banque Mondiale, FAO, etc.), ont mis en évidence l'influence de la croissance démographique sur le niveau économique du pays. En conséquence, la politique de population au Maroc, est de prendre position en faveur de la planification familiale. Parmi les discours de S.M. le Roi HASSAN II, on note dans le Mémorandum Royal du 20 avril 1965 soumis aux partis politiques et aux organisations nationales, un Programme d'Action Générale, en mettant l'accent sur le contr61e des naissances. D'autre part, S.M. le Roi HASSAN II, a été parmi les premiers signataires de la Déclaration sur la Population de VO.N.U. du 11 décembre 1967. Dans ce cadre, le gouvernement par le biais du Ministère de la Santé, a pris contact avec différents organismes gouvernementaux et non gouvernementaux en vue de mettre en pratique cette politique. (Fondation Ford, Population Council et I'I.P.P.F.) La création en 1966 de la Commission Supérieure de la Population et des Commissions Locales de la Population, ainsi que le décret royal du ler juillet 1967 qui abroge la loi interdisant la propagande anti-conceptionnelle et qui libéralise de m~me l'avortement thérapeutique, ne sont que deux aspects parmi d'autres qui ont eu un impact assez net sur la croissance démographique au Maroc. La création en 1976, au sein du Ministère de la Santé Publique, d'une Division de Population et d'un Service Central de la Planification Familiale, qui ont permis de mettre en oeuvre la politique de population. C'est ainsi que les activités de planification familiale ont connu un accroissement très rapide gr~tce à la stratégie adoptée de "Visite à Domicile de Motivation Systématique en Santé" (VDMS) et aux structures déjà existantes au Ministère de la Santé Publique. Le tableau 1.4 donne une idée sur l'évolution du programme. 1.7 OBJECTIFS ET CADRE INSTITUTIONNEL DE L'ENPS Objectifs L'EnquSte Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc avait trois objectifs généraux qui sont les suivants: Etudier les niveaux et les déterminants de la fécondité et plus particulièrement l'action de la planification familiale; TABLEAU 1.4 EVOLUTION DE L'ACTIVITE DE PLANIF ICATION DE 1966 A 1987, ENPS, MAROC, 1987 Activit6s Nouvelles acceptrlces Nombre de let visites DIU Pi lule Total Années 1966 7.600 6.400 6.400 1967 8.000 5.000 5.000 1968 11.200 7.500 7.500 1969 47.000 11.000 9.300 20.300 1970 64.000 9.800 14.300 24.100 1971 78.000 7.700 17.900 25.600 1972 98.000 5.300 19.300 24.600 1973 159.000 5.200 27.300 32.500 1974 206.000 6.300 46.200 52.500 1975 267.000 7.500 59.800 67.300 1976 338.000 5.900 63.600 69,700 1977 420.000 8.400 80.000 88.400 1978 487.000 11,500 91.900 103.400 1979 571.000 14,200 106.000 120.200 1980 719.000 15.600 117.800 133.400 1981 853.000 22.700 159.600 182.300 1982 943.000 22.000 232.000 254.000 1983 1.007.000 24.100 302.600 326.700 1985 967.099 27.169 308,882 336.051 1987 953,182 27.965 302.099 330.064 (~) information non encore disponible. Etudier les niveaux et les causes de la mortalité infantile, inconnues jusqu'ici au Maroc, et dont la connaissance est vitale pour une meilleure action sanitaire dans ce domaine; Etudier les différents aspects liés à la santé des enfants dont l'étude de l'incidence et du traitement de la diarrhée ainsi que l'étude de l'état nutritionnel des enfants agés de moins de 5 ans par le biais des mesures du poids et de la taille; En ce qui concerne les objectifs spécifiques, l'Enquête avait pour but de: • Mesurer les niveaux récents et actuels de la fécondit6; Mesurer les niveaux et tendances de la mortalité infantile et juvénile et étudier les causes de ces décès; Mesurer les niveaux de connaissance et de pratique de la contraception, évaluer la disponibilité des moyens contraceptifs, étudier les raisons de non utilisation de la planification familiale, déterminer la pratique potentielle future et mesurer l'évolution de la prévalence contraceptive au niveau national depuis la date de référence de l'Enquête Nationale de Prévalence Contraceptive de 1983-84 OENPC) et, par conséquent, mesurer l'impact du projet VDMS en matière de planification familiale; 8 • Mesurer le degré de pratique de l'allaitement maternel et étudier ses caract~ristiques; Connaftre le niveau de pratique des consultations prénatales et la catégorie de personnel assistant les femmes å l'accouchement; • Mesurer la couverture vaccinale; Evaluer l'incidence des diarrhées et connaitre les types de traitement de cette maladie d'une part et identifier les maladies Sl~Cifiques aux enfants /tgés de moins de 5 ans d'autre part; Etudier l'état nutritionnel des enfants ag6s de moins de 5 ans en recourant à la technique des mesures anthropométriques; Etudier les degrés de connaissance et d'utilisation du systéme de Santé Publique. Cadre institutionnel et financement de l'enquête Dans le cadre de la coopération entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique, une convention a été signée entre le Ministére de la Santé Publique et l'Institute for Resource Dovelopment (IRD/Westinghouse), en vue de la réalisation de I'ENPS. Cette enquete entre dans le cadre du programme intemaåonal des EnquStes Démographiques et de Santé OeDS). Le financement a été pris en charge par I'USAID. L'EnquSte Nationale sur la Fécondité, la Planification Familiale et la Santé de la Population (ENPS) au Ma~oc a été entreprise par le Service des Etudes et de l'Information Sanitaire (SEIS) du Ministère de la Santé Publique (MSP). Le Docteur Abdelhay MECHBAL, Directeur des Affaires Techniques du Ministère, a assuré la responsabilité et la coordination du Comité Technique de l'enqu8t~, en tant que Directeur National de I'ENPS. Le Comité Technique était composé des membres suivants: Dr. A. Mechbal Directeur des Affaires Techniques (Présiden0 Dr. A. Jouahri Adjoint du Directeur des Affaires Techniques (Vice Présiden0 Dr. Mme A. Belhaj Chef de Service SMI (Membre) Dr. Mme Hajji Chef du Programme de Lutte Contre les Maladies de Carence (Membre) Mme Benamar Chef de Programme de Surveillance de la Grossesse et l'Accouchement (Membre) Dr. M. Zarouf Mr, M. Azelmat Chef de Service Central de Planification Familiale (Membre) Chef de Service des Etudes et de l'Information Sanitaire, Directeur Technique de l'Enquête (Membre) Monsieur Mustapha Azehnat, Chef du SEIS, a été chargé de la direction technique de l'enquête. n a été aidé dans sa tache par les cadres suivants: Au niveau du SEIS: Mr. A. E1 Gandassi Mr. M. L. Aarach Mr. M. A1 Jeta Mr. A. Zguiouer IRD/Westinghouse Mr. M. Ayad Mr. C. Scott Mr. T. Croft Dr. N. E1 Amin Mr. A. Mimouni Mr. A. Ellakhmi Mr. A. Lamrani • Fonds des Nations Unies pour les Activités en matière de Population Mr. H. Jemal' Le personnel ayant directement participé à la r6alisation de I'ENPS se répartit de la maniSre suivante: • Au niveau du bureau de l'enquête: 1 directeur technique; 1 directeur technique adjoint; 1 assistant médical; 2 coordinateurs; 1 analyste. • Au niveau de l'administration: 1 réagisseur comptable; 2 dactylographes. • Au niveau de l'échantillonnage: 1 superviseur; 2 agents. 10 • Au niveau de l'enquSte sur le terrain: 2 superviseurs; 8 contr61eurs; 8 aide-contr61eurs; 32 enqu~trices; 11 chauffeurs. • Au niveau de l'exploitation informatique: 1 programmeur;, 8 agents de saisie; 1 archiviste. L'organigramme dans l'Annexe A illustre l'organisation de l'enquête. Echantillonnage L'ENPS est basée sur un échantillon stratifié auto-pondéré d'environ 7000 ménages (ou femmes non-c61ibataires, en tige de reproduction de 15 å 49 ans). D'après le recensement de 1982, on a estim6/t 1,0 le nombre de femmes possédant ces m~mes caractéristiques par ménage, t L'échantillon de I'ENPS est un sous-échantillon de l'Enqu&e à Passages Répétés (EPR). Il a pour base de sondage l'échantillon- martre élabor6 par la Direction de la Statistique du Ministère du Plan, en vue d'effectuer les diverses enqu~tes post-censitaires. En milieu urbain, une unité primaire est constituée de 3 tt 4 districts de recensement (DR) de 1982, et ayant une taille de 600 ménages en moyenne. En milieu rural, une unité primaire (UP) est constituée d'une zone ayant une taille de 1000 ménages en moyenne. Le tirage des UP dans l'échantillon-mat'tre a été effectué comme suit: Au premier degré, on a tir6 536 UP en milieu urbain et 432 UP en milieu rural par tirage systématique avec pmbabilités proportionneUes à la taille des ménages. Au second degré, on a tir6 une unité secondaire par UP avec probabilités égaies. Pour les besoins de I'ENPS, on a tiré 138 grappes urbaines et 74 grappes rurales, qui constituent la moitié des grappes tir~es dans le cadre de I'EPR, et au niveau de chaque grappe tir6e, on a sélectionné la moitié des ménages qui y r6sident. Au total, 7472 ménages ont été sélectionnés dont 6985 ont été tmuvés. Parmi les ménages tmuvés, 6960 ont ét~ enqu~tés avec succès, soit une taux de réponse de 99,6 pour cent. Au niveau des entrevues individuelles, 6050 ont été tentées dont 5982 ont été conduites entièrement, ce qui donne un taux de réponse de 98,9 pour cent. Une description plus détaillée de l'échantillon et des taux de r6ponse est présentée dans l'Annexe A. Les erreurs de sondage sont présentées dans l'Annexe B. 11 Questionnaire Le questionnaire de l'enquEte a 6~ prépaté å partir du questionnaire de base du programme EDS pour les pays ~ pr6valence contraceptive 61evée, en tenant compte des r6alités socio-culturelles et démographiques du Maroc. Deux volets principaux composent le questionnaire de cette enqu&e: la feuille de ménage et le questionnaire individuel. La feuille de ménage consiste en un groupe de questions relativement simples qui sont posées chaque membre du ménage et chaque visiteur(se) ayant passé la nuit pr6cédant le jour de l'interview dans ce ménage: nom et prénoms, lien de parent6 avec le chef du ménage, état de r6sidence, sexe, fige, état matrimonial et niveau d'instruction. La question sur l'état matrimonial est posée aux personnes rg~es de 15 ans ou plus et la question sur le niveau d'instruction est adressée aux femmes ãgées d'au moins 15 ans. Le but de la feuille de m6nage est de fournir les dénominateurs pour le calcul de certains taux et indices comme les taux de fécondité générale, l'indice synthétique de fécondité et l'åge au premier mariage d'une part et de permettre l'identifcation des femmes éligibles pour les entrevues individuelles d'autre part. Le questionnaire individuel comprend neuf sections qui traitent de trois thèmes principaux: 1. Nuptialité, fécondité et mortalité infantile et juvénile, y compris l'historique des naissances de tous les enfants de chacune des femmes enquStées; 2. Régulation de la fécondit6, y compris la connaissance, la pratique, la discontinuation et les raisons de la non utilisation de la planification familiale; 3. Santé de la mère et de l'enfant, y compris les visites pr6natales, l'assistance ~ l'accouchement, l'aUaitement au sein, la pr6valence et le traitement de la diarrhée, les vaccinations, les causes des décès des enfants, les mesures anthropométriques des enfants fgés de moins de cinq ans et la connaissance et l'utilisation du système de Santé Publique. Le questionnaire de I'ENPS a d'abord été préparé en français et, par la suite, a été traduit en arabe marocain, langue utilisée sur le terrain par les enqu~trices durant les interviews. Il est à noter que seules les questions adressées aux femmes enqu~tées sont en arabe, les codes et les instructions r6servées aux enquetrices sont restés en français. Le questionnaire de cette enqu8te et la version française des questions en arabe sont présentés dans l'Annexe C. Formation et collecte des données Pré-enqu~te: La formation pour la pré-enqu&e a dur~ deux semaines (26 janvier-7 février 1987) avec la participation de 16 agents de sant~ dipl6més d'état (ASDE) du Ministère de la Santé Publique. Le travail sur le terrain pour la pré-enquSte s'est déroulé du 9 au 14 février dans quatre zones: deux urbaines (Rabat) et deux rurales (Temara). Au total, 202 femmes ont été interview~es et 173 enfants de moins de 5 ans ont été mesurés et pesés. Bien que la majorité des agents aient bien rempli le questionnaire, deux enquStrices ont, cependant, trouvé beaucoup de difficultés ~ le maîtriser (non respect des filtres et confusion en remplissant le tableau de régulation de fécondité). Recrutement et formation du personnel de terrain: Environ 60 agents ont été recrutés parmi le personnel régional du Ministère de la Santé Publique ayant au moins trois années d'expérience, pour effectuer l'enquSte sur le terrain. La formation a duré du 28 mars au 24 avril 1987; les enquStrices ont reçu une formation de quatre semaines, les aide-contrõleurs et les contr61eurs ont bénéficié de 3 semaines et de 4 semaines de formation respectivement. 12 Tous les candidats aux différents postes ont participé å un programme de formation consacré aux différents aspects de l'enquSte: description détaillée des méthodes contraceptives, étude des sujets liés å la démographie, à la santé familiale et à la nutrition et techniques d'interview. Des spécialistes ont rehaussé la compréhension des candidats sur tous les aspects que recouvre le questionnaire par le biais d'exposés suivis de discussions. Par ailleurs, des interviews simulées et réelles sur le terrain ont fait l'objet du stage de formation. La formation du personnel chargé des mesures anthropométriques (poids, taille et périmètre cranien) a duré quatre jours et a ét~ centrée sur les séances pratiques. Elle a été assurée par quatre médecins dans deux matemités de Rabat. Le test de standardisation a montré que presque le tiers des enquetrices avait échoué, et, par conséquent, celles-ci ont passé un jour supplémentaire dans les deux matemités à pratiquer les mesures de taille. Les enqu~triees ont été formées pour ~tre métreurs et les aide-contrSleuses ont été formées peur ~tre assistantes ou métreurs de réserve. Collecte des données: A la fin de la formation, huit équipes ont été sélectionnées pour participer à la phase du terrain. Chacune des équipes comprenait un contréleur (chef d'équipe), une aide-contréleuse (responsable du contréle du travail des enquStrices), quatre enqu&rices et un chauffeur. La collecte des données a commencé le 4 mai 1987 et a duré trois mois. La supervision était assurée, en plus du directeur technique et de son adjoint, par deux cadres statisticiens du SEIS qui ont été désignés comme coordonnateurs sur le terrain. Traitement informatique Cette phase de l'enquête qui a duré trois mois (10 juin-15 septembre) a comporté les trois étapes suivantes: 1. Réception et classement des données: Les questionnaires remplis et contrOlés étaient envoyés au Bureau Central (SELS) de Rabat où, après contrSle d'exhaustivité, ils étaient classés dans l'ordre des ménages par grappe et province. 2. Saisie des données: Elle a été effectuée par une équipe de 8 agents sur trois micro-ordinateurs fournis à l'enquête par le programme DHS. Le logiciel ISSA (Integrated Systems for Survey Analysis) développé par IRD/Westinghouse pour les besoins de DHS a été utilisé pour cette t~che. Les agents de saisie ont, en m~me temps, codifié la seule question sur la profession du mari. 3. Apurement des données: Cette opération, utilisant toujours le logiciel ISSA avait lieu en m~me temps que la saisie. Les questionnaires de chaque grappe étaient soumis à un programme de vérification batch (ensemble de grappes) plus exhaustif. Déjà, pendant la saisie, les vérifications des champs de validité des codes et des cohérences des filtres avaient été effectué, es. Après l'apurement des données, les dates des événements ont été imputæes, dans le cas où ces informations n'ont pas été enregistrées dans le questionnaire (date de naissance de la femme, date du premier mariage de la femme, date de naissance des enfants et age au déc~s des enfants décédés). Les données suivantes donnent les proportions de réponses imputées pour les événements indiqués ci-dessus: Date de naissance de la femme (imputée à partir de l'année de naissance et/ou l'/lge actuel) Mois et année imputes 0,0% Mois imputé 87,1% 13 • Date du premier mariage de la femme Mois et année imputés 0,2% Mois imputé 76,4% Date de naissance des enfants (imputée å partir de l'année de naissance et/ou l'~lge actuel) Mois et année imputés 0,5% Mois imputé 42,9% • Age au décès des enfants décédés 0,3% 1.8 CARACTERIST IQUES DE L 'ECHANTILLON La présente section examine la répartition des 5982 femmes interview~es avec succès dans le cadre de I'ENPS selon certaines caractéristiques socio-démographiques de base. Ces variables explicatives retenues, qui serviront, par conséquent, de critères de classification, sont les suivantes: • L'age de la mère • Le milieu de résidence • La région de résidence • Le niveau d'instruction Structure par åge Il ressort du tableau 1.5 que le groupe d'figes modal est le groupe 25-29 ans (21,5 pour cent), suivi des groupes 30-34 ans (19,3 pour cent) et 35-39 ans (15,6 pour cent). Par rapport à I'ENFPF de 1979-80, la répartition de I'ENPS semble plus régulière en particulier au niveau des groupes d'[lge 30-34 ans et 35- 39 ans pour lesquels les pourcentages observés en 1979-80 étaient respectivement de 14,7 pour cent et 15,4 pour cent. Mais par rapport à I'ENPC de 1983-84, la répartition est moins régulière au niveau des groupes d'~lges 40-44 ans et 45-49 ans où les pourcentages dans I'ENPS sont respectivement de 11,7 pour cent et 12,7 pour cent. L'échantillon étant composé uniquement de femmes non-c61ibataires et compte tenu de l'évolution de la nuptialité, l'on comprend que, dans I'ENPS, le groupe d'[lges 15-24 ans ait connu une baisse non négligeable par rapport aux deux enquetes précédentes. Pour ce qui est de la structure par age, elle présente certaines irrégularités comme l'indique le graphique 1.1. On observe ainsi des pointes à 0, 5 et parUculièrement 7. L'attirance des [lges se terminant par 0 et 5 est due å la tendance à déclarer un/tge rond pour les personnes qui n'ont pas une idée exacte de leur ~ge. Quant à l'attirance des åges se terminant par 7, elle est due à la tendance à déclarer une année de naissance terminée par 02 pour les personnes qui connaissent approximativement leur date de naissance. Vue l'importance de l'ãge en tant que variable classificatoire de premier ordre dans l'étude des phénomènes de populatinn, on a essayé de collecter des informations aussi fiables que possible concernant cette variable. Pendant l'interview, renquStrice demande ~ la femme de fournir un document officiel où il y a la date de naissance å partir duquel elle enregistre l'information sur le questionnaire. Si la femme ne fournit pas un tel document, l'enqu~trice lui demande sa date de naissance et son [tge. 14 TABLEAU 1.5 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1967 ENFPF (a) ENPC (b) Caractérls- 1979-80 1983-84 ENPS, 1987 tiques socio-démo- graphiques Pourcentage Effectif Pourcentage Pourcentage Age 15-19 7,6 6,1 4,9 (296) 20-24 17,7 16,2 14,3 (858) 25-29 17,7 19,7 21,5 (1285) 30-34 14,7 17,0 19,3 (1152) 35-39 15,4 14,5 15,6 (931) 40-44 13,4 13,3 11,7 (701) 45-49 13,5 15,1 12,7 (759) Mil ieu Urbain 38,5 38,6 42,7 (2554) Rural 61,5 61,4 57,3 (3428) Région Sud 11,7 10,7 12,7 (757) Tenslft 13,6 15,4 12,1 (726) Centre 25,2 25,4 28,1 (1679) Nord-Ouest 23,2 20,0 20,3 (1212) Centre-Nord 13,8 11,8 12,7 (758) Oriental 7,1 9,1 6,4 (381) Centre-Sud 5,4 7,6 7,8 (469) Instruction Aucune 88,1 86,2 82,7 (4946) Primaire 8,4 9,5 i0,9 (598) Secondaire ou + 3,3 4,3 7,1 (427) Non Réponse 0, i 0,9 0,2 (II) Total 1OO,0 100,0 100,0 (5982) Note: Les pourcentages sont arrondis, leur total nlest pas nécessairement égal å i00. (a) Enquéte Nationale sur la Fécondité et la Planif icat ion Famil iale au Maroc, ENFPF, 1979-80, Vol. III, p. 33, Ministére de la Santê Publique, 1984. (b) Planif ication Familiale, Fécondité et Santé Famil iale au Maroc, ENPC 1983-84, p.44, Ministére de la Sant~ Publique, février 1985. La répartit ion de l 'échanti l lon par roegion est obtenue å partir d'une tabu- lation spéciale. 15 5 En 4 3 2 1 0 15 % Graphique 1.1 Répartition des Femmes de l'Echantillon Selon l'Age Actuel \ 20 25 30 35 40 45 50 Age Actuel ENPS Maroc, 1987 Les données sur la nature du document officiel sont les suivantes: % Effectif Aucun document 35,2 (2104) Livret de famille 49,2 (2946) Extrait de naissance 2,3 (137) Carte d'identit6 7,9 (471) Autres 5,1 (307) Non déclar6 0,3 (17) Total 100,0 (5982) Bien que 65 pour cent des femmes aient fourni un document officiel, il y a très peu de femmes pour lesquelles on dispose d'une date de naissance complète (mois et année), comme le montre les donn6es suivantes: % Effectif Mois et année 12,9 (774) Saison et année de naissance 3,0 (180) Année de naissance 76,7 (4588) Age 7,4 (440) Total 100,0 (5982) 16 De telles informations indiquent clairement que la majorité des documents fournis ont ~té établis récemment (plusieurs années après la naissance) et sont d'une fiabilité douteuse. Milieu de résidence Cette répartition permet d'opérer une distinction classique entre milieu urbain et milieu rural. Les déf'mitions de ces deux milieux, utilisées par cette enquSte, sont celles adoptées par le recensement de 1982. Le tableau 1.5 montre que 43 pour cent des femmes enquStées r6sident en milieu urbain contre 57 pour cent en milieu rural. Par rapport aux deux enquStes précédentes, le milieu rural a vu sa part diminuer au profit du milieu urbain. En effet, en 1979-80 et 1983-84, la part de ce dernier était presque de 39 pour cent. Région de résidence Le Maroc est divisé actuellement en provinces. Pour les besoins de l'analyse, on a distingué sept régions géogmphiquement contiguës et groupant un ensemble de provinces. Le tableau 1.5 montre une prtpondérance des régions du Centre (28,1 pour cent) et du Nord- Ouest (20,3 pour cent). Les deux régions du Sud et du Centre-Nord occupent la troisième position (12,7 pour cent chacune), suivies de très près par la région du Tensift (12,1 pour cent). Le Centre-Sud et l'Oriental viennent en demières positions avec respectivement 7,8 pour cent et 6,4 pour cent. Par rapport à I'ENFPF de 1979-80, on observe essentiellement une augmentation de la population du Centre et un recul de celle du Nord-Ouest. Le Tensift, le Centre-Nord et l'Oriental ont également perdu de leur effectif entre les deux enquêtes, tandis que le Sud et le Centre-Sud ont vu leur population légèrement augmenter. Niveau d'instruction La majorité des femmes non-célibataires ågées de 15-49 ans enqu8tées n'ont jamais fréquenté l'école (82,7 pour cent); une femme sur dix a poursuivi des études primalres et moins d'une femme sur dix (7,1 pour cent) a atteint le niveau secondaire ou supérieur. Par rapport aux deux enquStes précédentes, la proportion de femmes ayant suivi des études a favorablement évolué sous l'effet évident de la scolarisation. Entre 1979-80 et 1987, la proportion de femmes scolarisées quel que soit le niveau est passée de 11,8 pour cent à 17,1 pour cent. Niveau d'instruction et åge Bien que le taux de scolarisation soit plus élevé chez les femmes de moins de 35 ans que chez celles de 35 ans ou plus (tableau 1.6), on constate, toutefois, que les femmes les plus instruites sont celles qui sont ågées de 25 à 34 ans et non celles qui sont les plus jeunes. En effet, la proportion de femmes instruites figées de 15-24 ans atteint 16 pour cent alors que la proportion de celles ãgées de 25-34 ans est de 21 pour cent. Etant donné que l'échantillon de l'enquête individuelle est limitée aux femmes non- ctlibataires, les femmes des groupes les plus jeunes sont dans leur majorité du milieu rural où le niveau d'instruction est nettement moindre que dans le milieu urbain. 17 TABLEAU 1.6 REPABTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NIVEAU D' INSTRUCTION ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Instruct ion Caract&r is- t iques socio-dêmo- graphiques Age Secondaire Non-rê- Effec- Aucune Pr imaire ou + ponse Total tif 15-19 84,5 11,8 3,7 0,0 1OO,0 (296) 20-24 83,6 10,1 6,2 0,I 100,0 (858) 25-29 78,5 10,8 10,5 0,2 I00,0 (1285) 30-34 78,6 12,8 8,4 0,2 1O0,0 (1152) 35-39 81,3 9,6 9,0 8,I 100,0 (931) 80-44 85,7 9,3 4,6 0,4 180,0 (701) 45-49 93,1 4,6 2,0 0,3 100,0 (759) Total 82,7 i0,0 7,1 0,2 180,0 (5982) Interrelations entre les variables explicatives Les trois variables explicatives que l'on vient de présenter et qui serviront à l'analyse et particulièrement l'interprétation des comportements différentiels sont fortement corrélées entre elles. L'identification des interrelations entre variables est nécessaire pour mieux 6tudier le degr6 d'association entre chaque couple de ces variables. Le tableau 1.7 qui donne chacune des variables explicatives retenues avec toutes les autres fait ressortir plusieurs associations: TABLEAU 1.7 INTERRELATIONS ENTRE LES VAEIAELES EXPLICATIVES, SNPS, MAROC, 1987 Milieu R~gion Instruction Varlables expllca- Nord- Centre- Orien- Centre- Prlmal- Secon- rives Urbain Rural Sud Tenslft Centre ouest Nord tal Sud Aucune re dalre+ Milieu Urbain I00,00 6,70 8,73 36,73 23,57 8,69 7,05 8,54 65,19 18,72 15,74 Rural i00,00 17,09 14,67 21,62 17,79 15,64 5,86 7,32 95,73 3,50 0,73 R89ion Sud 22,59 77,41 100,0O 91,15 5,81 2,77 Tenslft 30,72 68,28 I00,00 88,43 7r94 3,98 Cmntre 55,87 44,13 100,00 77,31 11,55 10,96 Nord-Ouest 49,67 50,13 100,00 79,62 11,97 8,83 Centre-Nord 29,29 70,71 i00,00 88,26 7,39 3,96 Oriental 47,24 52,76 100,00 81,63 12,86 5,53 Centre-Sud 46,48 53,52 i00,00 79,10 13,22 7,86 Instruction Aucune 33,66 96,34 13,95 12,98 26,24 19,51 13,53 6,29 7,50 i00,00 Primaire 78,93 20,07 7,36 9t03 32,44 23,24 9,36 8,19 i0,37 i00,00 Secondaire + 83,90 6,10 5,57 7,69 41,38 24,83 6,63 5,57 8,22 lO0,00 18 1. Plus de six femmes urbaines sur dix sont r6sidentes dans les régions du Centre (37 pour cent) où se trouve Casablanca, et du Nord-Ouest (24 pour cent) où se trouvent Rabat et Tanger. ParaUèlement, la majorité des femmes du Centre et presque la moiti6 des femmes du Nord-Ouest, de l'Oriental et du Centre-Sud vivent en milieu urbain, tandis que les plus fortes proportions de femmes du Sud, du Tensift et du Centre-Nord vivent en milieu rural. 2. On constate une forte corr61ation entre urbanisation et niveau d'instruction: 65 pour cent des femmes urbalnes ne sont jamais aU~es ~ l'école alors que chez les femmes rurales, la proportion correspondante est de 96 pour cent. De m~me, les femmes ayant reçu une instruction et ayant atteint au moins le niveau secondaire sont quasiment concentrées en milieu urbain où leur poids respectif est de 84 pour cent et 96 pour cent. 3. Le Centre, qui est la région la plus urbanisée du pays, a la proportion la plus élevée de femmes ayant reçu une certaine instruction (27 pour cent). Le Centre-Sud et le Nord-Ouest occupent la deuxième et la troisième place (21 pour cent et 20 pour cent respectivement). I Cette enquête estime le nombre de femmes non-célibataires åg6es de 15-49 ans par ménage à 0,87 seulement. 2 Lorsque l'année de naissance est connue, råge en ann6es s'obstient en soustrayant de 1987 (ann6e de renqu~.te) l'année de naissance. Toutes les ann6es de naissance terrain~es par 0 conduisent donc b. des åges termin6s par 7. 19 CHAPITRE II NUPTIALITE ET EXPOSITION AU RISQUE DE GROSSESSE La fécondité de la population d'un pays est sous la dépendance d'une multitude de facteurs enchevetrds et complexes, commençant par l'/lge auquel les femmes se marient et s'exposent alors au risque de procréer. De cet instant à la ménopause, la durde et le degré d'exposition au risque de procréation des femmes dans différentes sociétés sont influencés par différents facteurs aux intensités variables, comme la stérilité primaire (couples stériles de tout temps), la stérilité acquise, le divorce, le décès des époux, l'allaitement, la fréquence des rapports sexuels, la migration masculine, l'aménorrhée post-partum, la prdvalence et l'efficacité de la contraception, la polygamie. Un certain nombre de ces facteurs ont été mesurés par l'enquête, lls font l'objet de ce Chapitre. 2.1 NUPTIALITE Cette partie portera sur la situation matrimoniale à l'enquête, complétée utilement par quelques informations sur la stabilité des mariages empmntées å l'EnquEte Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale (ENFPF) de 1979-80, ainsi que la polygamie. Etat matrimonial et stabilité des unions A l'échelle de l'ensemble des femmes (célibataires et non-célibataires), 61 pour cent d'entre elles ont déclaré avoir été marié, es au moins une fois (tableau 2.1). Le groupe en état de veuvage ou divorce constitue 6 pour cent de l'ensemble. Mais les ruptures d'union sont beaucoup plus importantes que ne le laissent apparaître les données du tableau 2.1, lesquelles ne reflètent que la situation au moment de l'observation. En effet, l'étude de l'histoire matrimoniale à partir de I'ENFPF de 1979-80 a montr6 que le mariage est loin d'~tre stable: 24 pour cent des premiers mariages ont été rompus. En termes de probabilitds, le divorce agissant seul a dissout 28 pour cent des mariages. Mais ces ruptures sont suivies de remariage: 7 femmes sur 10 finissent par se remarier. C'est cet état des choses qui fait apparat'tre, à travers l'observation instantanée, cette apparente stabilité des unions. A la lecture du tableau 2.1, la proportion des non-célibataires est en augmentation avec l 'åge des femmes. A 15-19 ans, à peine 13 pour cent des femmes ont déjà contracté une première union; à 25-29 ans, ce sont 3 femmes sur 4 qui ont été déjà mari~es et au delà de 35 ans, la proportion de celles qui sont encore célibataires est minime. Cependant, le mariage a subi une évolution profonde: les femmes emrent de plus en plus tardivement en union. La proportion de 13 pour cent de non célibataires en 1987 citée ci-dessus, s'élevait il y a 27 ans à presque 60 pour cent. En 1971, elle était de 30 pour cent et au demier recensement (1982), elle a atteint 18 pour cent. Dans le groupe 20-24 ans, une femme sur deux a déjà contracté mariage en 1987; en 1960, la presque totalité des femmes du mEme groupe était déjà mariée (94 pour cent). A cette date, au delà de 25 ans, il n 'y avait presque pas de célibataires en terme de proportions. A l'heure actuelle, le groupe 25-29 ans en compte 25 pour cent et le groupe 30-34 ans 10 pour cent. Le graphique 2.1 présente l'évolution des proportions de femmes déjà mariées dans les groupes d'ãges 15-19 ans et 20-24 ans à différentes dates. 21 TABLEAU 2.1 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEF~ES 15-49 ANS DE LA FEUILLE DE ÆNAGE SELON L'ETAT MATRIMONIAL ET L'AGE ACTUEL, ENPS, MABOC, 1987 Etat matrimonial Age % de célibat. C~liba- Dlvor- Effec- actuel RGPH, 1982' talre Mari~e Veuve c~e NR Total tif 15-19 81,5 87,2 11,3 0,0 0,9 0,7 i00,0 (2406) 20-24 40,4 55,3 41,0 0,5 3,2 O,O 100,0 (1918) 25-29 17,0 24,8 68,6 0,8 5,7 0,1 100,0 (1714) 30-34 6,3 I0,0 83,3 2,1 4,5 0,0 100,0 (1283) 35-39 2,0 5,4 87,2 3,6 3,7 0,0 100,0 (989) 40-44 1,0 1,9 87,2 8,3 2,6 0,0 100,0 (715) 45-49 0,8 1,2 84,8 11,3 2,8 0,0 i00,0 (768) Total 31,7 38,6 55,6 2,4 3,2 0,2 i00,0 (9793) Note: Les pourcentages sont arrondis, leur total n'est pas nêcessairement ~gal â I00. NR = Non réponse *Recensement Gén~ral de la Population et de l'Habitat, 1982, Direction de la Statistique, Rabat. Graphique 2.1 Proportion de Femmes Mariées Selon Deux Groupes d'Ages à Différentes Dates En % 100 80 60 40 20 0 1960 1971 1979 ~B115-19 ans ~ 20-24 ans 1982 1987 ENPS Maroc, 1987 22 Polygamie En ce qui concerne ce phénomène, deux questions ont 6~é posées aux femmes mariées soumises à l'enquSte. Il s'agissait de savoir en premier lieu, si le mari avait d'autres épouses et, en second lieu, et dans l'affirmative le nombre de celles-ci. Il y a peu d'information à ce sujet si l'on excepte le pourcentage de foyers polygames en milieu rural de l'Enquête å Objectifs Multiples (1961-1963), pourcentage s'élevant à 31 pour cent. Toutefois, ce chiffre ne reflète pas la polygamie dans le cas où les épouses habitent des foyers distincts. La question telle que posée à I'ENPS a des chances de mieux refléter la réaiité. Ainsi, sur l'ensemble des femmes déclarées mariées à l'enquete, 5 pour cent sont en union polygame (tableau 2.2). Elle est relativement basse par rapport à d'autres pays de l'Afrique au Sud du Sahara où elle peut atteindre une femme mariée sur deux (47 pour cent au Sénégal en 1986; EDS, 1986:16). TABLEAU 2.2 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI SONT EN UNION POLYG~ SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERIS- TIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Age actuel Caract~ris- tiques socio-d~mo- graphiques 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 3,8 1,9 5,3 4,5 7,3 6,6 9,0 5,6 Rural 1,0 3,5 3,4 6,0 7,0 5,1 5,5 4,7 R~gion Sud 0,0 2,8 3,8 3,7 7,2 6,9 1,2 3,9 Tensift 0,0 4,2 2,4 2,2 6,0 4,5 5,6 3,8 Centre 4,1 4,0 6,4 7,1 8,5 8,1 9,4 7,0 Nord-Ouest 0,0 2,3 4,8 4,9 4,8 7,2 5,5 4,5 Centre-Nord 5,7 2,8 2,6 6,8 8,9 2,5 9,8 5,4 Oriental 0,0 0,0 4,0 8,0 10,6 2,3 3,8 4,8 Centre-Sud 0,0 1,8 0,0 3,4 4,2 0,0 9,1 3,0 Instruction Aucune 2,1 2,9 3,8 5,5 7,0 5,9 6,9 5,1 Primaire 0,0 5,0 4,0 5,9 8,9 3,6 9,7 5,4 Secondaire + 0,0 0,0 7,1 3,4 6,7 6,9 0,0 4,9 Total 1,8 2,9 4,2 5,3 7,1 5,8 6,9 5,1 Contrairement à toute attente, des facteurs tels que l'urbanisation et l'éducation ne semblent pas etre discriminants. Les unions polygames sont aussi bien répandues en milieu urbain (6 pour cent) qu'en milieu rural (5 pour cent), et touchent de la m~me manière les femmes analphabètes que celles ayant une &lucation primaire, voire secondaire (5 pour cent quel que soit le niveau). Par contre, des différences inter-régionaies apparaissent. La région du Centre a la proportion la plus élevée qui est de 7 pour cent contre 3 pour cent dans le Centre-Sud (région la moins touchée). 23 Au niveau global et à une légère déviation près touchant le groupe d'figes 40-44 ans, la proportion des unions polygames augmente avec l'fige. De 2 pour cent h 15-19 ans, ce pourcentage passe h 7 pour cent chez les femmes figées de 45-49 ans. Ce constat mérite d'~tre nuancé quand les autres variables rentrent en ligne de compte. Cependant, il est intéressant de noter au niveau du groupe 15-19 ans les pourcentages relativement élevés d'unions polygames au niveau des régions du Centre et du Centre-Nord lesquelles déterminent le pourcentage élevé de polygamie urbaine å cet åge. 2.2 AGE AU PREMIER MARIAGE L'fige médian caractérisera, dans cette section, l'fige d'entrée en union. ~ Il est présenté au tableau 2.3 avec les proportions de femmes déjh mari~es selon les figes actuel et d'entrée en première union. Cet åge a marqué une hausse importante entre les différentes générations prises en compte en conformité avec ce qui a été dit plus haut. Parmi les femmes mariées nées vers 1940, 50 pour cent ont contracté mariage après 16,3 ans contre 19,9 ans chez celles nées vers 1960, soit une différence de 3,6 années. TABLEAU 2.3 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FEMMES SELON L'AGE AU PRE- MIER MARIAGE, L'AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE ET L'AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 Age au premier mariage Age Jamais Age Effec- actuel mariée <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total méd. tif 15-19 87,7 2,8 8,0 1,5 0,O 0,0 0,0 100,0 (2406) 20-24 55,3 6,5 17,5 12,2 6,2 2,3 0,0 100,0 (1918) 25-29 25,0 10,7 21,6 18,1 II,0 9,3 4,3 100,0 19,9 (1714) 30-34 10,2 16,1 25,7 18,1 12,5 9,4 8,1 100,0 18,9 (1283) 35-39 5,9 21,5 27,2 17,4 11,6 10,0 6,4 100,0 18,1 (989) 40-44 1,9 31,2 28,3 18,3 9,2 6,6 4,5 1O0,0 16,8 (715) 45-49 1,2 32,5 33,1 12,4 8,6 6,9 5,3 i00,0 16,3 (768) Total 38,9 12,9 19,9 12,4 7,3 5,3 3,2 100,0 18,5' (9793) (-) Pas de médiane *Age médian au premier mariage des femmes ågées de 25 å 49 ans. Cette tendance à la hausse a été déjå mise en évidence par les enquêtes ENPC OEnquSte Nationale de Prévalence Contraceptive) de 1983-84 et ENFPF de 1979-80 à travers les figes moyens au premier mariage. Pour ce qui est de l'åge médian à la première union pour l'ensemble des femmes agées de 25-49 ans, il est passé de 17,2 ans en 1979-80 (ENFPF, Vol. IV:13-16) à 18,5 ans en 1987, soit une croissance de 1,3 ans. Si toutefois l'fige augmente de façon globale, il est légitime de se demander quelles en sont les différentes quand certaines variables entrent en jeu. Le tableau 2.4 apporte quelques Et~ments de réponse. En prenant dans une première approche l'ensemble des femmes d'åges 25-49 ans, on constate que l'fige médian au premier mariage est plus ~levé d'un an et demi chez les résidentes en milieu urbain (19,3 ans contre 17,8). Dans les groupes d'figes 24 actuels, l'écart va grandissant en passant des générations nées vers 1940 à celles nées vers 1960: de 0,1 an chez les plus flgées å 3,2 ans chez les plus jeunes. Cet écart entre les deux milieux de résidence trouve son explication dans la hausse très importante qu'a connue le milieu urbain; alors que pour les générations les plus anciennes et dans les deux milieux, les Sges médians étaient presque égaux, chez les femmes urbaines les plus jeunes cet/lge va enregistrer une croissance de 5,6 ans contre seulement 2,5 ans (soit presque la moitié) chez les femmes rurales. TABLEAU 2.4 AGE MEDIAN AU PREMIER MARIAGE PARMI LES FEMMES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO- DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Aqe actuel Caract~rls- tiques socio-démo- graphiques 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 21,9 19,7 18,9 17,0 16,3 19,3 Rural 18,7 18,2 17,5 16,6 16,2 17,8 R~glon Sud 19,1 19,1 19,0 16,9 16,9 18,7 Tensift 20,4 18,3 18,6 18,0 15,9 18,4 Centre 20,8 18,9 17,7 16,2 15,9 18,3 Nord-Ouest 19,6 18,9 18,0 17,0 16,1 18,4 Centre-Nord 19,7 19,1 18,0 18,0 17,1 18,7 Oriental 19,6 19,7 18,9 17,4 16,6 18,9 Centre-Sud 20,0 17,9 17,1 15,9 16,3 17,7 Instruction Aucune 19,0 18,1 17,6 16,6 16,1 17,8 Primaire 23,3 20,3 19,2 16,6 18,2 20,2 Secondaire + 25,9 25,0 22,4 22,3 21,8 24,9 Total 19,9 18,9 18,1 16,8 16,3 18,5 Par région et au niveau global, les différences sont peu importantes: 0,6 an de différence entre l'Oriental (18,9 ans) et le Centre (18,3 ans), å l'exclusion du Centre-Sud où l'fige médian à la première union est le plus bas (17,7 ans). Enfin, la variable éducation s'avère plus discriminante que la région ou le milieu de résidence dans l'ltge au premier mariage. Les femmes ayant fait des études secondaires contractent leur premier mariage 7 ans plus tard que les analphabétes. Par rapport à celles de niveau primaire, la différenee atteint 4 ans et demi. Bien que des écarts importants existent déjà entre femmes de niveau secondaire et sans instruction chez les anciennes générations, ils n'ont fait, de façon globale, que s'accentuer à travers le temps: d'une différence absolue de 5,7 ans chez les 45-49 ans, l'écart est passé à 6,9 ans chez les 25-29 ans, venant du fait que l'augmentation enregistrée chez les femmes instmites de niveau secondaire a ét~ très importante et spéciaiement chez les générations nées la veille de l'Indépendance et aprb.s. 25 2.3 ALLA ITEMENT, AMENORRHEE ET ABST INENCE POST.PARTUM Cette dernière partie de ce Chapitre sera r6serv6e à l'allaitement, la reprise des règles et la reprise des relations sexuelles dans le but de d6terminer la durée s6parant le moment de la naissance d'un enfant du retour de l'ovulation. Cette durée est fonction essentiellement de l'allaitement au sein. Elle peut être de quelques semaines seulement si la femme n'allaite pas comme elle peut atteindre deux années, voire les dépasser si l'allaltement dure de façon intense. Les données présentées ici portent sur les seules femmes qui ont eu une naisssance vivante dans l'intervalle ouvert au cours des 36 derniers mois pïxicédant l'enquête. Les proportions parmi celles qui sont encore allaitantes et en aménorrhée suite à l'accouchement sont donn6es, selon les mois écoul6s depuis la naissance, au tableau 2.5 ci-dessous. TABLEAU 2.5 PROPORTION DES FEMMES NON-CELIBATAIRES QUI SONT ENCORE ALLAI- TANTS ET EN AMENORRHEE POST-PARTUM SELON LES MOIS DEPUIS LA NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 Effectif Mois depuis la des Nais- naissance Allaitement Am6norrh~e sances* Mois Moins 2 90,4 89,8 (157 02-03 86,9 70,1 (244 04-05 81,3 59,8 (246 06-07 76,5 51,5 (200 08-09 69,3 35,4 (212 10-11 70,3 34,6 (185 12-13 59,0 27,1 (210 14-15 51,7 22,7 (207 16-17 46,0 17,3 (226 18-19 29,3 7,3 (191 20-21 19,1 5,2 (137 22-23 ]3,7 5,5 (182 24-25 6,3 1,3 (240 26-27 4,9 1,8 (221 28-29 6,3 3,6 (222 30-31 0,7 0,7 (136 32-33 1,2 0,6 (167 34-35 1,5 1,0 (194 Total 40,9 24,8 (3615) *Ii s'agit des naissances de 0 å 35 mois. Les données de ce tableau montrent que quatre femmes sur cinq allaitent encore après 5 mois (81 pour cent), 70 pour cent après 11 mois et 46 pour cent après 17 mois. Elles indiquent également que l'allaitement est pratiqué par la majorité des femmes et de façon prolongée. En général, comme rappelé plus haut, il existe une dur6e -suite ~t la naissance d'un enfant- pendant laquelle la femme reste d'habitude inféconde, celle-là est de deux à trois mois (en l'absence d'ailaitement). Mais, cette durée peut se prolonger comme dans le cas soumis à l'étude sous l'effet de l'allaitement pmlongé qui retarde le retour de l'ovulation. Selon la durée æcoulée depuis la naissance, le 26 tableau indique que le retour des règles s'est opéré chez presque une femme sur deux après 7 mois et chez trois femmes sur quatre après 13 mois. Après 19 mois, une infime proportion de femmes est encore en aménorrhée. En ce qui conceme la reprise des relations sexuelles, la durée d'abstinence post-partum ne doit pas avoir d'incidence majeure, comme dans certains pays africains notamment où elle peut dépasser un an voire deux ans. Aucune question n'a été posée dans ce sens. Mais l'on sait, sans qu'il ait de tabou légal, qu'il est fait généralement référence ~ une durée d'abstinence de 40 jours. Selon certaines enquêtes mené, es en pays musulmans, cette durée est insignifiante. Le tableau 2.6 donne une estimation de l'état actuel du nombre moyen de mois d'allaitement et d'aménorrhée post-partum parmi les femmes non-célibataires selon certaines camctéristiques socio- démographiques. Pour l'ensemble des femmes enqu~tées, les durées moyennes ~ d'allaitement et d'aménorrhée sont de 14,4 et 8,7 mois respectivement. Dans I'ENFPF de 1979-80, la durée moyenne d'aUaitement était de 17,5 ans. Cette durée diffère peu des durées observ6es dans d'autres pays arabes, à l'exception de la Mauritanie où elle est très longue. 3 TABLEAU 2.6 ESTIMATION DE L'ETAT ACTUEL DU NOMBRE MOYEN DE MOIS D'ALLAITE- MENT ET D'AMENOBRHEE POST-PARTUM PARMI LES FEMMES NON-CELIBA- TAIRES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caract~ristiques Effectif socio-d~mogra- des nais- phiques Al laitement Am~norrhée sances* Age <30 14,3 8,4 (2007) 30+ 14,6 9,2 (1697) Mi l ieu Urbain 11,2 6,3 (1245) Rural 16,1 10,O (2459) Eêgion Sud 15,8 10,4 (502) Tenslft 16,5 10,8 (431) Centre 14,7 9,2 (918) Nord-Ouest 12,3 7,6 (790) Centre-Nord 14,8 7,8 (584) Oriental 13,8 7,5 (240) Centre-Sud 13,6 7,2 (239) Instruction Aucune 15,4 9,3 (3137) Primaire 18,3 6,4 (336) Secondaire + 7,0 4,6 (226) Total 14,4 8,7 (3704) *Il s 'agit des naissances de 1 ~ 36 mois. 27 Enfin, en passant du niveau national å des niveaux d'analyse plus fin, le tableau 2.6 et le graphique 2.2 ci-dessous montrent qu'en tenant compte d'un certain nombre de variables, des différences de comportement apparaissent nettement. Au niveau de l'/lge actuel des femmes cependant, les différences ne sont pas énormes: jeunes et moins jeunes allaitent en moyenne de la mEme manière. Pour la durée moyenne d'am6norrhée, une légère différence apparait entre les deux groupes: 9,2 mois pour les moins jeunes contre 8,4 mois pour celles dont l'[lge n'excède pas les 30 ans. Graph ique 2 .2 Durée d'Allaitement et d'Aménorrhée Selon Certaines Caractéristiques AGE <30 30* MILIEU Urbain Rural INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire ÷ ~/ / J~/ /H~~/ /H /H/ J J / /~ /H/~~H/H/ / / J / f~ / / / / / / / / f / / J / / / / / /H /H J /~ ~ ' /~/ J /H /~/ / f / J~ / / / J / fH J~/ / / / f /~ I I I 0 5 10 15 Durée Moyenne en Mois Allaitement 1 Am6norrh6e m 2O ENPS Maroc, 1987 Des différences importantes, par contre, apparaissent à l'échelle des variables milieu de r6sidence et instruction. Les femmes rurales allaitent leurs enfants beaucoup plus longtemps que les citadines (16,1 mois contre 11,2 mois). Ces demières retrouvent leurs règles quelques 4 mois plut6t. Entre les non instruites et celles ayant atteint le niveau secondaire, la différence de durée d'aUaitement est significativement longue: 8,4 mois (15,4 mois-7,0 mois). Les femmes de niveau d'instruction primaire viennent s'intercaler entre ces deux groupes avec une durée moyenne de 10,3 mois. Pour la durée d'aménorrhée, celle-ci est d'autant plus courte que le niveau d'instruction est élevé. Elle passe de 9,3 mois chez les analphabètes à 4,7 mois chez celles ayant atteint le niveau secondaire ou plus. Au niveau régional enfin, la région semble influer sur l'allaitement et la durée d'aménorrhée. Pour l'allaltement, la durée la plus courte est enregistrée au Nord-Ouest (12,3 mois) et la plus longue dans le Tensifi (16,5 mois). Pour la durée d'aménorrhée, c'est dans le Tensift qu'elle est aussi la plus longue (10,8 mois). Mais elle est, par contre, la plus courte dans le Centre-Sud (7,2 mois). Ces durées, en première analyse, ne semble pas refléter le degré d'urbanisation des régions et nécessitent une investigation plus raffinée qui sort du cadre de ce rapport. 2.4 CONCLUSION Les femmes arrivées actuellement à l'/ige de la ménopause ont toutes contracté un premier mariage. Il en va de mEme pour un certain nombre de générations qui leur sont post6rieures. Le mariage 28 demeure donc la règle. Mais, cette situation concernant des g6némtions relativement agées ne peut ~tre facilement extrapolée aux générations r6centes. Pour celles-ci, l'~ge au mariage est en augmentation sensible et les proportions de non-mari~es à 20-24 ans, 25-29 ans ont significativement augmenté. Le groupe de 30-34 ans contient encore actuellement en son sein 10 pour cent de c61ibataires contre une proportion infime il y a une vingtaine d'années. Il est possible que le phénomène du célibat définitif (eélibat vers la ménopause) puisse s'amplifier parmi les jeunes générations en pleine vie reproductive. Si le mariage est intense, il est aussi tr6s instable. Mais la plupart des veuves et des divorc6es finissent par se remarier de telle sorte que l'ensemble des femmes passent un maximum de la période reproductive soumis au risque de procr6er. Les seules périodes où ce risque est minime sont celles qui suivent la naissance d'un enfant gr~ce ~ la pratique d'un allaitement intense et prolongé. Celui-ci dure en moyenne 14,4 mois, avec 46 pour cent des femmes qui continuent à allaiter an-delà de 17 mois. L'aménorrhée post-partum s'en trouve ainsi prolongée et atteint une dur6e moyenne de presque 9 mois. La prise en ligne de compte de variables telles que l'urbanisation et l'éducation nuancent significativement cette description d'ensemble. Les femmes urbanisées et éduquées (en tenant compte de leur différents niveaux d'instruction) contractent leur premier mariage plus tardivement, redeviennent apte à concevoir plus t6t à cause d'un anaitement moins prolongé. Enfin, le Chapitre 4 qui traite de la contraception apportera d'autres informations qui viendmnt compléter utilement -au vu des taux de prévalence qui n'ont cessé de croftre à travers toutes les observations passées- cette description de la nuptialité et des facteurs de contr61e naturel de la fécondité. 1 Le lecteur peut se faire une idée de la quali~ des donn6es sur l'~tge au premier mariage en se référant au tableau suivant: Ddclaration de l'dge au mariage % Date du mariage connue (mois et ann6e) Année du mariage connue Age au mariage connu Aucune information 23,4 60,0 9,2 0,2 Total 100,0 Effectif (5982) 2 Cette durée est calculée en divisant l'effectif de toutes les femmes allaitant au moment de l'enquête pæ le nombre moyen de naissances par mois sur une p6riode de 36 mois. 3A titre comparatif, les durées moyennes d'allaitement et d'aménorrhée pour certains pays arabes sont présent6es ci-dessous: Pays Allaitement Aménorrhée Source: EMF Egypte 16,9 mois 8,5 mois Manrltanie 20,1 mois 11,5 mois Soudan 16,2 mois 11,1 mois Syrie 13,5 mois 5,8 mois Tunisie 14,6 mois 7,3 mois R.A.Yemen 13,5 mois 7,9 mois EFS, 1980, Vol. II:73 ENMF, 1981, Vol. I:81-84 SFS, 1978, Vol. I:99-100 SFS, 1979, Vol. I:103-104 ETF, 1978, Vol. I:112-114 YARFS, 1979, VoL I:79-80 Le calcul des dur¢cs moyennes utilisé dans I'EDS est diffév~nt de celui utilise dans l'Enqu~te Mondiale sur la Ft~~:ondité (EMF) où les durées moyennes sont bas~es sur le dernier intervalle fermé (femmes non-célibataircs ayant eu au moins deux naissances vivantes, grossesse actuelle comprise, dont l'avant dernière naissance vivante a survécu au moins 12 mois). 29 CHAPITRE III FECONDITE Au cours de ces demières années, des opérations démographiques diverses se sont multipli6es au Maroc. Parmi les plus importantes: l'Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale (ENFPF) réalisée en 1979-1980 et le Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 1982. Ces enquetes ont permis de mieux cerner le phénomène fécondité, permettant de rEapprécier le niveau et l'intensité de la fécondité marocaine. L'Enquéte Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population (ENPS) constitue une autre source de première importance pour l'étude des niveaux et des tendances de la fécondité. Dans cette enquéte, on a demandé ~ chaque femme non-célibataire interviewée le nombre de garçons et de filles qui vivent avec elle, le nombre de ceux qui vivent ailleurs et le nombre de garçons et de filles qui sont décédés. Puis, on a posé des questions sur l'historique de toutes les naissances (le nom de l'enfant, son sexe, sa date de naissance, son état de survie, son åge s'il (elle) est en vie et s'il (elle) vit la maison et enfin s'il (elle) est décEdé(e), l 'åge au décès). Une particularité novatrice de I'ENPS concernant l'historique des naissances, était de demander à la mère de fournir des documents officiels (livret de famille, extrait de naissance.) afin d'améliorer la qualité de l'information sur les ages des enfants. Les données suivantes montrent que les mères ont foumi un document officiel pour 66 pour cent des enfants: Total 0-4 ans 5-9 ans 10+ ans Livret de famille 63,6 62,6 64,8 63,4 Extrait de naissance 0,3 0,2 0,4 0,4 Autre document 2,2 4,2 2,0 1,4 Aucun 33,8 32,9 32,8 34,7 Non Réponse 0,1 0,1 0,1 0,1 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 La proportion d'enfants pour lesquels il y a un document officiel varie peu selon l'année de naissance. Pour toutes les naissances qui ont eu lieu dans les cinq demières années, le mois et l'année de naissance sont connus pour 74 pour cent des enfants soit à partir des documents officiels (63 pour cent) soit selon les d6clarations des mères (11 pour cent). Le mois de naissance a été imputé pour le reste des enfants, il y a lieu de noter que parmi ce groupe d'enfants ågés de moins de cinq ans (6102 enfants), 4 seulement n'ont eu aucune information sur leur date de naissance ou sur leur ~lge. ~ Bien que l'échantillon de I'ENPS pour l'étude de la fécondilé soit limité aux femmes non- célibataires, il est possible de calculer la fécondité de toutes les femmes, quel que soit l'état matrimonial, en supposant que les femmes célibataires n'ont jamais eu d'enfant. Quatre secUons seront pr6sentées dans ce chapitre. La première traitera des niveaux et facteurs différentiels de la fécondité, la deuxième des tendances de la fécondité et la troisième de la fécondité cumulée ou parité moyenne. Enfin la quatrième et demière section sera consacrée à l'entrée dans la vie féconde qui est définie par l'åge de la femme à la naissance du premier enfant. 31 3.1 N IVEAUX ET FACTEURS D IFFERENTIELS DE LA FECONDITE Le tableau 3.1 fournit l'indice synthétique de fécondité (ou la somme des naissances réduites) et le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme /lgée de 40-49 ans selon le milieu de résidence, la région économique et le niveau d'instruction. L'indice synthétique de fécondité est un indice du moment. Il est égal à la somme (pondérée par l'intervalle des classes d'åges) des naissances réduites (taux de fécondité générale par age). Si les données sont fiables et la fécondité plus ou moins stable dans le temps, cet indice peut ~tre considéré comme une évaluation å peu près exacte du comportement des cohortes réeUes. TABLEAU 3.1 INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE (ISF) PARMI LES FEMMES 15-44 ANS ET DESCENDANCE ATTEINTE PARMI LES FEMMES DE 40-49 ANS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Indice synthét ique de fécondité Descen- Caractér ist iques 0-4 ans dance å socio-démo- avant 40-49 graphiques 1984-1987" 1981-1983 l'enquéte ans Milieu Urbain 3,19 3,68 3,24 6,32 Rural 5,86 6,66 5,88 7,80 Région Sud 5,06 6,01 5,25 7,02 Tensift 4,90 5,46 4,85 7,33 Centre 3,84 4,41 3,90 6,54 Nord-Ouest 4,81 5,32 4,70 7,29 Centre-Nord 5,80 6,51 5,92 8,04 Oriental 4,19 5,57 4,48 7,53 Centre-Sud 3,97 4,48 3,96 7,11 Instruct ion Aucuns 5,20 5,84 5,21 7,31 Primaire 3,15 3,83 3,19 6,47 Secondaire ou + 2,34 2,24 2,36 3,79 Total 4,58 5,24 4,62 7,14 *On a inclus 1987, l'année de l'enqu~te. Au cours des cinq demières années ayant précédé l'enquSte, l'indice synthétique de fécondité, basé sur les naissances issues de femmes agées de 15-44 ans s'élève à 4,6 (tableau 3.1). Cet indice a relativement baissé ces dernières années passant de 5,2 enfants en 1981-1983 à 4,6 en 1984-1986, soit un écart d'environ 0,7 enfant ou une diminution de 13 pour cent. Cela reflète la baisse récente de la féa~ondité générale. De mSme, le niveau élevé de la descendance atteinte à 40-49 ans (7,1 enfants) résultant d'une fécondité passée confirme cette tendance récente à la baisse. 32 Cependant, des différences significatives de l'indice synthétique de fécondit6 (ISF) apparaissent selon les trois variables étudiées: milieu de résidence, niveau d'instruction et région æconomique comme le montrent le tableau 3.1 et le graphique 3.1. Pour la période 0-4 ans avant l'enquête, I'ISF des femmes rurales est presque le double (5,9 enfants) de celui des femmes urbaines (3,2 enfants). Par contre, la différence de la descendance à 40-49 ans entre les deux milieux est moins prononcée (urbain: 6,3 et rural: 7,8). La variation de I'ISF est très sensible å la variable éducation. En effet, plus le niveau d'instruction est élevé, plus l'indice synthétique de fécondité est faible: il est de 5,2 chez les femmes sans instruction, de 3,2 chez celles ayant un niveau primaire et de 2,4 chez les femmes ayant un niveau secondaire ou plus. Graphique 3.1 Indice Synthétique de Fécondité, et Descendance Atteinte à 40-49 ans MILIEU Urbain Rural REGION Sud Tensift Centre Nord-Ouest Centre-Nord Oriental Centre-Sud INSTRUCTION Aucune Primaire Secondaire + ~J f J J J J J T f f f f f J J J J J J J J J J J J J J J J J f J~ ~Tf f J J J J J f f f f J J J J J T J J f77 J J J J J J J J J J J J J J J J J f~ ~J J J J71 f / f J f / / / f J / J / / J / J / / / J71 f / J f J J J J J / f J~ ~' J J / J J77 f J / J J77 J f J J J J J J J J J T J J J77 fT J J J J J~ I I I 6 ~ 4 6 s ~o Nombre d'Enfants Descendance æ I.S.F. ENPS Maroc, 1987 Par r6gion, ce sont le Centre et le Centre-Sud qui disposent de I'ISF le plus faible (3,9 et 4,0 respectivement). L'indice le plus élevé est celui du Centre-Nord (5,9); la descendance atteinte à 40-49 ans dans cette région est également très élevée (8,0 enfants). Par ailleurs, on remarque une baisse de l'indice synthétique de fécondité entre 1981-83 et 1984-86 dans toutes les r6gions du royaume, dont la plus importante est celle de l'Oriental avec un écart de 1,4 enfants entre les deux périodes, alors que la baisse la plus faible se situe dans les régions du Centre-Sud et du Nord-Ouest avec un écart de 0,5 enfant chacune. La proportion de femmes ayant déclar6 8tre enceintes est dans un sens, l'indicateur de la fécondité du moment le plus récent étant donné qu'il anticipe le niveau de cette fécondité durant les 9 mois å venir. La pr6cision de l'estimation du niveau de la fécondité actuelle å partir de la proportion de femmes enceintes dépend de la fiabilité des données: déclarations exhaustives et certitude entourant les grossesses actuelles des trois premiers mois. Le tableau 3.2 montre que parmi l'ensemble de femmes actuellement mari~es, 12,7 pour cent se sont déclarées enceintes. Cette proportion diffère peu des proportions observées en 1979-80 selon I'ENFPF (12,3 pour cent) et en 1983-84 selon I'ENPC (13,5 pour cent). Par rapport à d'autres pays 33 arabes, la proportion de femmes enceintes est modétée au Maroc. En effet, d'après l'Enquœte Mondiale sur la Fécondit~, les pmportinns de femmes enceintes au moment de l'enquete étaient de 15,4 pour cent en Egypte OeFS, 1980, Vo1.II:42), 20,6 pour cent en Syrie (SFS, 1978, Vo1.I:49) et 14,3 pour cent en Tunisie (ETF, 1978, Vo1.I:75). TABLEAU 3.2 POURCENTAGE DES FEMMES QUI SONT ACTUELLEMENT ENCEINTES, ENPS, MAROC, 1987 Effect i f des Age actuel Pourcentage de femmes de la femme femmes enceintes marines 15-19 27,9 (276) 20-24 21,7 (788) 25-29 16,0 (1162) 30-34 12,3 (1066) 35-39 9,2 (857) 40-44 5, I (626) 45-49 1,7 (652) Total 12,7 (5447) Selon l'~lge, la proportion de femmes enceintes chute régulièrement (graphique 3.2). Par rapport aux donnE, es de I'ENFPF et I'ENPC, les proportions sont inf6rieures entre les ages intermédiaires de 25 à 39 ans, mais nettement sup6rieures chez les femmes les plus jeunes. Graph ique 3 .2 Pourcentage des Femmes Enceintes Selon Trois Sources 30 En % 28~ 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 -'- ENFPF, 1979-80 -4-- ENPC, 1983-84 -~ ENPS, 1987 ENPS Maroc, 1987 34 3.2 TENDANCES DE LA FECONDITE Le tableau 3.3 et le graphique 3.3 donnent les taux de fécondité générale par ~ge actuel de la femme selon deux sources OENFPF, 1979-80 et ENPS, 1987). Au cours des 7 dernières années, l'indice synthétique de fécondité est passé de 5,9 enfants d'après I'ENFPF (période 1975-79) å 4,8 enfants d'après I'ENPS (période 1982-86) ce qui corrobore la conclusion de la baisse de la fécondité constatée dans la première section de ce Chapitre. Cette baisse affecte tous les groupes d'/tges jusqu'~ 40-44 ans, mais elle est essentiellement importante parmi les jeunes générations de moins de 30 ans. TABLEAU 3.3 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'ENFPF ET L'ENPS (EN %}, ENPS, MAROC, 1987 Age actuel Taux de f6condit~ Taux de f~condité de la femme ENFPF, 1979-80" ENPS, 1987 15-19 93 49 20-24 265 183 25-29 296 233 30-34 222 210 35-39 178 161 40-44 98 87 45-49 (29) (44) ISF, 15-44 5,76 4,62 ISF, 15-49 5,90 4,84 Note: Les chiffres entre parenthéses représentent des cohortes incompl~tes. *Enquête Nationale sur la Fêcondit~ et la P lani f icat ion Famil ia le au Maroc 1979-80, Vol. III, p.29, Ministère de la Sant~ Publique, 1984. Le tableau 3.4 qui présente les taux de fécondité générale selon les groupes d'åges des mères à la naissance de leurs enfants pour différentes périodes quinquennales avant l'enquête, montre que la baisse de la fécondité est évidente. En effet, en considérant les taux relatifs aux trois périodes quinquennales les plus récentes où les données sont les plus fiables, on constate qu'à ~ge å la naissance ~gai, les taux de fécondité sont plus élevés dans la période la plus ancienne que dans la période la plus récente. La baisse de la fécondité apparaît encore en comparant l'indice synthétique ~t 44 ans durant les cinq dernières années (4,6 enfants) à l'indice calculé pour le groupe de femmes/lgées de 40-44 ans pendant la dernière période quinquennale avant l'enquête (6,9 enfants). Les taux de fécondité pour ce groupe de générations ayant servi au calcul de I'ISF à 40-44 ans sont les suivants: 15-19: 0,168; 20-24: 0,311; 25-29: 0,329; 30-34: 0,276; 35-39: 0,205; 40-44: 0,087. Plusieurs facteurs seraient responsables des mécanismes de changement de la fécondité au Maroc. Les deux variables intermédiaires (ou déterminants proches) les plus évidentes qui ont un impact direct sur la fécondité des femmes marocaines sont la nuptialité (comme on l'a vu dans le chapitre précédent) et l'utilisation de la contraception (comme on le verra dans le chapitre suivant). U est évident que les variables socio-économiques (éducation, urbanisation, etc.) influent les variables intemaédiaires, mais ce sont ces demières qui agissent directement sur la fécondité. 35 350 300 250 200 150 100 Graphique 3.3 Taux de Fécondité Générale par Age Selon Deux Sources Taux de f~condit~ (0/00) 5O 0 15-19 ENPS t - - I J I 20-24 25-29 35-39 40-44 ENFPF, 1979-80 I 30-34 Age actuel * ENPS, 1987 / I 45-49 ENPS Maroc, 1987 TABLEAU 3.4 TAUX DE FECONDITE GENERALE PAR AGE SELON L'AGE DE LA MERE A LA NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 Age actuel Age de la mére & la naissance 0-4 5-9 10-14 15-19 20-24 25-29 30-34 15-19 0,049 0,088 0,104 0,119 0,149 0,168 (0,141) 20-24 0,183 0,252 0,285 8,316 0,311 (0,317) 25-29 0,233 0,282 0,333 0,329 (0,327) 30-34 0,210 0,261 0,276 (0,316) 35-39 0,161 0,205 (0,244) 40-44 0,087 (0,131) 45-49 (0,044) Note: Les chiffres entre parenth~ses représentent des cohortes incomplètes. 3.3 PARITE MOYENNE La parité moyenne de la femme au moment de l'enquête est l'indice approprié de la fécondité cumulée. C'est le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'une femme a déjà eu au moment où elle a été enquet6e, ce qui représente le cumul des naissances vivantes d'une femme, en moyenne, depuis le début de sa vie féconde. 36 Le tableau 3.5 donne la distribution des femmes non-célibataires selon le nombre d'enfants qu'elles ont eu par groupe d'figes. Pour l'ensemble de l'échantillon, la parité moyenne est de 4,3 enfants par femme. Cette parité a connu une légère baisse au cours des sept derrières années. En effet, le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme était de 4,6 en 1979-1980 (ENFPF, 1979-80, Vol. III: 22), ce qui représente une diminution de 6,5 pour cent. La parité moyenne augmente r6gulièrement avec l'åge passant de 0,5 enfant chez les femmes de 15-19 ans à 7,4 enfants chez celles du groupe d'åge 45-49 ans. Par rapport aux résultats de I'ENFPF, le nombre d'enfants nés vivants est inférieur dans I'ENPS aux différents groupes d'figes, à l'exception du groupe 45-49 ans où la situation est inversée en faveur de I'ENPS. Le m~me tableau 3.5 montre que 42 pour cent des femmes non-célibataires ont 5 enfants ou plus et que 18 pour cent ont atteint au moins 8 enfants. Mais ces chiffres globaux masquent l'effet de la structure par ~ge. Ainsi, dans le groupe d'figes 45-49 ans, plus de quatre femmes sur dix (42 pour cent) ont eu 9 enfants ou plus et 79 pour cent des femmes ont eu au moins 5 enfants. A 35-39 ans, les deux tiers des femmes (67 pour cent) ont déjà eu 5 enfants ou plus, et à 25-29 ans, presqu'une femme sur cinq (18 pour cent) a déjà atteint au moins la parité 5. Chez les femmes de 45-49 ans, 4,9 pour cent n'ont jamais eu d'enfant n~ vivant et comme à cet fige, les femmes sont à la fin de leur vie féconde, ce pourcentage constitue une estimation satisfaisante de la stérilité primaire. Selon le Recensement de 1982 et I'ENFPF de 1979-80, 6,9 pour cent et 8,5 pour cent respectivement n'ont jamais eu d'enfant. Selon I'ENPC de 1983-84, 5,3 pour cent des femmes non-célibataims de 45-49 ans étaient infécondes. Ce demier résultat est très proche de celui donné par I'ENPS. La parité moyenne chez les femmes actuellement mari~es (4,4 enfants) est légèrement supérieure à la parité chez les femmes non-célibatalres (4,3 enfants). Par ailleurs, le pourcentage de femmes mariées n'ayant pas d'enfant à 45-49 ans est de 3,8 pour cent seulement. Pour ce qui est de la répartition d'enfants nés vivants chez les deux groupes de femmes, elle est très peu différente. Le tableau 3.5 donne également les probabilit6s d'agrandissement selon l'état matrimonial. Celles-ci foumissent une autre mesure de la fécondité cumulée. La probabilité d'agrandissement indique, pour un rang de naissance donné n, la proportion de femmes qui ont eu au moins un enfant de plus n+l. Il n'existe pas de différence notable entre les femmes non-célibataires et les femmes marié, es. Au delà du rang 1, la tendance générale est à la baisse. Cette baisse est faible d'abord jusqu'au rang 2, puis elle est plus forte aux rangs 3 et 6 ou plus. Dans I'ENFPF, les probabilités d'agrandissement baissent modérément jusqu'au rang 6, puis de manière plus forte à partir du rang 7 ou plus. Mais d'une manière générale, les probabilités d'agrandissement des deux enquêtes attestent du haut niveau de la fécondité cumulée. Ainsi, sur 1000 femmes ayant eu 9 enfants, 688 et 738 en auront au moins 10 selon I'ENPS et I'ENFPF respectivement. Le tableau 3.6 donne la parité moyenne selon l'fige au premier mariage et le temps écoulé depuis le début de celui-ci. Pour l'ensemble des femmes non célibataires, la parité augmente avec la durée depuis le premier mariage. Elle passe de 0,8 enfant pour la durée 0-4 ans à 7,6 enfants pour la durée 30 ans ou plus. A toutes les durées depuis le premier mariage, on constate que les femmes se mariant très jeunes (à moins de 15 ans) ont eu moins d'enfants que les femmes se mariant plus tard (15 ans ou plus). Cela s'explique probablement par le fait que l'intervalle protogénésique est plus long chez les femmes très jeunes. 37 t~ OO TABLEAU 3.5 REPARTITION (EN %) DES ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FF /~S NON-CELIBATAIRES ET LES FE~gç£S ACTUELLEMENT MARIEES SELON L'AGE ACTUEL DE LA FF/~ME, ENPS, MAROC, 1987 Enfants nés vivants Pa- rité ENFPF Effec- mo- 1979-60 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 i0+ Total tir yenne (a) Age actuel Femmes non-céllbataires 15-19 59,1 33,4 5,7 1,0 0,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 O,0 I00,0 (296) 0,51 0,77 20-24 21,6 35,1 24,2 12,5 5,1 1,0 0,2 0,I 0,0 0,i O,O i00,0 (858) 1,50 1,92 25-29 10,2 14,0 19,6 20,5 17,6 12,1 3,8 l,O 0,5 0,I 0,i 100,0 (1285) 2,83 3,25 30-34 4,9 8,2 12,0 13,4 16,4 14,0 13,6 9,3 5,1 1,6 1,2 100,0 (1152) 4,24 4,91 35-39 5,3 3,9 6,7 7,9 9,6 14,1 12,9 15,4 11,8 6,8 5,8 100,0 (931) 5,53 6,31 40-44 3,4 3,9 4,0 5,0 7,3 8,3 ii,0 10,8 14,4 12,6 19,4 i00,0 (701) 6,82 7,11 45-49 4,9 2,6 2,8 5,5 5,1 4,6 8,6 10,O 13,4 13,2 29,1 100,0 (759) 7,43 7,08 Total II,0 12,7 12,2 11,4 10,7 9,2 7,9 7,8 6,3 4,5 7,1 1O0,0 (5982) 4,27 4,55 Probabilité d'agrandisse- ment 45-49 ans ENPS 951 971 970 939 939 942 884 848 759 688 ENFPF, 1979-80 (b) 915 953 951 957 947 928 878 864 754 737 Fenu~es actuellement mari~es 15-19 59,1 33,3 6,2 0,7 0,7 8,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 I00,0 (278) 0,51 0,78 20-24 20,1 33,6 25,6 13,6 5,5 I,I 0,3 0,i 0,0 0,1 0,0 I00,0 (788) 1,57 2,04 25-29 8,5 12,2 19,8 21,6 18,9 12,8 4,1 i,i 0,6 0,i 0,1 I00,0 (I182) 2,96 3,38 30-54 3,8 6,6 18,9 13,8 16,8 15,0 14,6 9,9 5,5 1,8 1,2 100,0 (1066) 4,42 5,08 35-39 4,8 2,7 6,2 6,9 9,7 14,7 13,3 16,0 12,3 7,2 6,5 100,0 (857) 5,71 6,41 40-44 3,4 2,9 3,5 4,5 6,5 7,7 10,2 11,3 15,0 13,9 21,1 100,0 (626) 7,08 7,32 45-49 3,8 2,5 2,1 5,4 4,8 3,8 7,5 9,4 14,3 13,8 92,7 10O,0 (652) 7,77 7,53 Total I0,I 11,5 12,1 11,7 ll,1 9,5 8,0 7,1 6,6 4,8 7,6 100,8 (5447) 4,40 4,70 Probabllit~ d'agrandlsse- ment 45-49 ans ENPS 962 974 978 941 944 953 903 866 764 702 ENFPF, 1979-80 (b) 914 962 960 972 962 961 889 869 778 743 (a) Enquéte Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc, 1979-80, Vol. Iv, pp.76-77, Mlnlst~re de la Sant~ Publique, 1964. (b) Enquête Nationale, op. cit., Vol. III, p°23. TABLEAU 3.6 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS PARMI LES FE~MES NON- CELIBATAIBES SELON L'AGE AU PREMIER MARIAGE ET LA DUREE DEPUIS LE PREMIER MARIAGE, ENPS, MAROC, 1987 Age au premier mariage Durée depuis le premier mariage <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total 0-4 0,5 0,7 0,9 0,9 0,9 0,7 0,8 5-9 2,8 2,5 2,7 2,4 2,2 2,1 2,5 10-14 3,4 4,1 3,9 4,0 3,7 3,6 3,9 15-19 5,0 5,6 5,5 5,0 4,9 4,9 5,3 20-24 6,1 6,5 7,2 7,1 6,5 5,9 6,6 25-29 7,0 7,3 7,7 6,8 7,8 7,2 30+ 7,3 7,9 i0, I - 7,6 Total 5,5 4,5 4,1 3,5 3,0 2,2 4,3 3.4 AGE A LA PREMIERE NAISSANCE L'entrée dans la vie féconde déîmie par l'åge de la femme à la première naissance est un indicateur démographique important. Dans plusieurs pays, le retardement des premières naissances reflétant une augmentation de l'åge au mariage, a largement contribué ~ la baisse de la fécondité. La proportion de femmes qui deviennent mères avant l'~ge de 20 ans est une mesure de l'ampleur de la fécondité des adolescentes. Celle-ci est également un indicateur de base de la santé de la mère et de l'enfant. Le tableau 3.7 donne la répartition de toutes les femmes selon l'age à la première naissance et l'åge actuel de la femme. Presque trois femmes sur dix (28 pour cent) ont leur première naissance avant l'age de 20 ans. Cela donne une indication précieuse sur l'ampleur des problèmes sanitaires et sociaux qu'induit la fæcondité précoce pour les mères et leurs enfants (51 pour cent des premières naissances vivantes). TABLEAU 3.7 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES FE~ES SELON L'AGE A LA PRE- MIERE NAISSANCE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 Age Pas Age & la premiêre naissance actuel de de la nais- Effec- Age femme sance <15 15-17 18-19 20-21 22-24 25+ Total tif moyen 15-19 95,0 0,5 3,2 1,4 0,0 0,0 0,0 100,0 (2406) 20-24 64,9 0,9 9,2 12,6 9,4 3,0 0,0 100, O (1918) 25-29 32,7 2,2 12,1 17,0 16,5 13,1 6,5 i00,0 (1714) 22,4 30-34 14,7 3,4 16,8 17,7 18,5 14,6 14,3 100,0 (1283) 21,3 35-39 10,8 4,4 17,7 18,5 17,1 17,1 14,4 100,0 (989) 21,0 40-44 5,3 7,7 21,8 19,7 16,1 16,8 12,6 1O0,0 (715) 20,I 45-49 6,0 9,8 21,0 19,3 15,4 13,8 14,8 I00,0 (768) 20,0 Total 45,6 2,9 11,9 12,9 11,3 8,8 6,5 I00,0 (9793) 21,2' (-) Pas d'åge m~dian. *L'Age m~dian est l imlt~ au groupe d'åges 25-49 ans. 39 Les données indiquent que l'fige à la première naissance a récemment augmenté. Cette tendance est similaire à celle observée pour l'~tge au premier mariage (voir Chapitre 2). L'fige médian à la première matemité est pass6e de 20 ans chez les femmes de 40-49 ans à 21 ans chez celles de 30-39 ans et à 22 ans chez les femmes de 25-29 ans. U y a une décroissance r6gulièm dans les génærations les plus jeunes de la proportion de naissances pendant la jeune adolescence (avant 18 ans). Ainsi, chez le groupe 20-24 ans, la proportion de femmes ayant eu la première naissance avant l'/lge de 18 ans est de 10 pour cent, et chez les groupes 30-34 ans et 40-44 ans, les proportions sont de 20 et 30 pour cent respectivement. Il ressort du tableau 3.8 que lqige médian à la première naissance varie selon les caractéristiques socio-démographiques, de la mSme façon que l'age au premier mariage. Pour l'ensemble des femmes ~igées de 25-49 ans, il y a une difféoence de 1 an dans lqtge à la première maternité entre les femmes urbaines (22 ans) et les femmes rurales (21 ans). La diffærence de l'age a la première naissance entre les deux milieux diminue avec l'augmentation de lqtge de la femme. Ainsi, chez les femmes les plus jeunes de 25-29 ans, on note une différence de 4 ans entre milieu urbain et milieu rural, alors que chez les femmes de 40-44 ans, cette diffSrence est de 0,4 an seulement. Par niveau d'instruction, les femmes ayant reçu une éducation secondaire ont leur åge à la matemité le plus tardif. En effet, celles-ci ont un age médian à la première naissance de 26 ans, de loin supérieur ~ celui des femmes ayant une éducation primaire (23 ans) et ~ l'age médian à la première naissance des femmes sans aucune instruction (21 ans). Au niveau régional, les variations sont moins pmnoncées. Les femmes des régions du Centre-Sud, de l'Oriental et du Nord-Ouest sont celles qui ont leur premier enfant le plus t6t, tandis que les femmes du Centre sont celles qui entrent le plus tard dans la vie féconde. TABLEAU 3.8 AGE MEDIAN A LA PREMIERE NAISSANCE PARMI LES FE~ES AGEES DE 25 A 49 ANS SELON L'AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Age actuel Caract~ristiques socio- d~mographiques 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 25,1 22,3 21,6 19,9 19,6 22,0 Rural 21,0 20,6 20,6 20,3 20,3 20,7 R6gion Sud 21,6 21,6 21,6 20,0 20,6 21,3 Tensift 22,2 20,6 21,4 20,6 20,5 21,1 Centre 23,6 21,6 21,2 20,8 19,8 21,6 Nord-Ouest 22,3 21,0 20,9 19,2 19,9 20,9 Centre-Nord 21,9 21,4 20,6 20,6 20,3 21,1 Oriental 21,4 21,7 21,0 19,6 19,1 20,9 Centre-Sud 23,4 21,0 20,2 16,9 19,7 20,6 Instruction Aucune 21,2 20,6 20,6 20,0 19,9 20,6 Primaire 25,2 22,9 21,3 16,8 20,5 22,7 Secondaire ou + 25,5 24,8 23,5 25,1 25,6 Total 22,4 21,3 21,0 20,1 20,0 21,2 40 3.5 CONCLUSION Bien que le nombre moyen d'enfants vivants par femme non célibataire et la descendance atteinte à 40-49 ans restent 61ev6s (4,3 et 7,1 enfants respectivement), la fécondité du moment a connu une baisse non négligeable au courS des sept demières années. Pour la période de 5 ans avant l'enquête, l'indice synth6fique de fécondit6 est passé de 5,9 enfants (ENFPF, 1979-80) à 4,8 enfants (ENPS, 1987). Le recul de l'tige au mariage et l'utilisation de la contraception moderne de plus en plus importante (comme on le verra par la suite) ont entrain6 une baisse de la fécondité totale. L'tige d'entrée dans la vie f6conde a reculé et se confirme à traverS l'tige médian ~t la première naissance qui est passé de 20 ans chez le groupe 45.49 ans å 22 ans chez celui de 25-29 ans. Enfin, on a observé des différences significatives de la f6condité: on citera, en particulier, l'action de l'éducation et de l'urbanisation sur la baisse de la fécondité au courS des demières ann6es. aL es doan6es suivantes donnent la r6partition des enfants selon l'information sur l'åge et le document de naissance. Information Document Aucun disponible disponible document Effectif Tout les 0-4 Tous les 0-4 Tous les 0-4 enfants ans enfants ans enfants ans Mois et ann~.e 87 Mois et année 52 Saison et année 39 Année 16 Age 2 Aucune informaåon 7 82 13 18 (14565) (4723) 24 48 76 (552) (37) 17 61 33 (9849) (1296) 14 84 86 (244) (14) 98 100 (187) (28) 93 100 (121) (4) Total 34 33 66 67 (25518) (6102) Total des enfants ayant mois et ann6e connues 50 63 7 14 41 CHAPITRE IV CONTRACEPTION Comme nous l'avons indiqu6 au Chapitre 1, le Maroc a opté pour une politique de planification 6conomique et sociale où la population est considér6e comme une variable importante à intégrer dans le processus de développement. Dans le Plan de D6veloppement 1981-85, des objectifs quantitatifs pr6cis ont été retenus en matière de contraception: le plus important consiste ~ atteindre, en 1985, le taux de c, ouverture de 24 pour cent des FMAR (femmes mariées en åge de reproduction). D'apr6s I'ENPC de 1983-84, le taux de prévalence contraceptive a atteint 25,5 pour cent (m6thodes modernes: 21,2 pour cent et méthodes traditionnelles: 43 pour cent) parmi les FMAR de 15 à 49 ans; ce taux est légèrement sup6rieur aux pr6visions du Plan. Bien que les services de planification familiale dans le royaume soient devenus de plus en plus disponibles, il n'en reste pas moins que les responsables mamcains sont appel6s à doubler d'efforts pour r6pondre aux besoins encore non satisfaits en matière de contraception, surtout dans les zones rurales du pays, comme le montreront les donn6es analysées dans ce Chapitre. 4.1 CONNAISSANCE DE LA CONTRACEPT ION Cette enquSte aborde la connaissance de la contraception de la m~me manière que I'ENFPF de 1979-80 et I'ENPC de 1983-84. Tout d'abord, on demande à la femme de citer toutes les méthodes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou éviter une grossesse. Toutes les méthodes sp6cifiques cité.es ainsi sont classées comme connaissance spontanée. Pour les méthodes qui ne sont pas mentionn6es par la femme, l'enqu~trice intervient pour les décrire et vérifle si la femme les connatt ainsi; ceci s'appelle la connaissance non spontanée ou après description. Pour les besoins de l'analyse, on distinguera deux groupes de méthodes qui sont class6es selon le critère d'efficacité. Le premier groupe comprend les méthodes modernes: la pilule, le stérilet ou DIU, l'injection, les autres méthodes scientifiques, le condom, la stérilisation féminine et la st6rilisation masculine. Le second groupe comprend les méthodes traditionnelles: la continence p6riodique, la douche vaginale, le retrait, l'absUnence et les autres méthodes. Pour l'ensemble des femmes non célibataires de l'¢!chantillon, la connaissance d'une méthode contraceptive quelconque est quasi totale (98 pour cen0, comme l'indique le tableau 4.1. Les pourcentages correspondants 6taient de 91 pour cent en 1983-84, selon I'ENPC, et 84 pour cent en 1979- 80, selon I'ENFPF. Parmi les méthodes modernes, la pilule, le DIU et la st6rilisation f6minine sont les plus connues (97 pour cent, 79 pour cent et 77 pour cent respectivement), suivies par le condom (60 pour cent), l'injection (55 pour cent) et les méthodes vaginales (23 pour cent). La stérilisation masculine est la moins connue (4 pour cent). Parmi les m6thodes traditionnelles, l'abstinence p6riodique et le retrait sont les plus connus (52 pour cent et 47 pour cent respectivement), suivis par les autres méthodes (35 pour cent), l'abstinence prolongée et la douche vaginaie (19 pour cent chacune). Le niveau de connaissance des méthodes contraceptives est g6néralement le m~me pour les femmes non célibataires et pour les femmes actuellement mari~es. 43 TABLEAU 4.1 POURCENTAGE DES FEMMES NON-CELIBATAIRES (NC) ET DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES (AM) QUI CONNAISSENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE QUELCONQUE ET UNE SOURCE CORRESPONDANTE (POUR INFORMATION OU SERVICES), SELON LA METHODE SPECIFIQUE, ENPS, MAROC, 1987 Pourcentage des femmes qui Connaissent une méthode Connaissent une m6thode et sa source Methode NC AM NC AM AU MOINS UNE METHODE QUELCONQUE 97,8 97,8 94,3 94,4 AU MOINS UNE METHODE MODERNE 97,5 97,5 94,2 94,3 Pi lule 97,3 97,3 92,5 92,6 DIU 79,4 79,5 70,4 70,1 Inject ion 55,1 55,6 35,0 35,1 M~thodes scient i f iques vaginales 23,3 23,7 20,1 20,5 Condom 59,5 59,8 52,0 52,3 St~ril. f~minine 77,1 77,0 71,0 70,8 Stêril. mascul ine 4,3 4,5 2,6 2,8 AU MOINS UNE METHODE TRADITIONNELLE 75,1 75,3 43,5 43,6 Abst inence p~rlodique 51,7 51,7 43,5 43,6 Rstrait 47,0 47,4 0,0 0,0 Abst inence prolongée 19,3 19,4 0,0 0,0 Douche Vaglnale 19,2 19,2 0,0 0,0 Autre 35,0 35,4 0,0 0,0 Il ressort du mSme tableau 4.1 que, d'une façon générale, lorsqu'une méthode est connue, sa source l'est aussi. En effet, 94 pour cent des femmes enquSt6es ont déclaré connaitre au moins une source où aller si elles voulaient obtenir des informations ou des services concernant les méthodes contraceptives. Le tableau 4.2 pr6sente le pourcentage des femmes actuellement mari~es connaissant au moins une méthode modeme et connaissant une source (pour information ou services) selon les variables socio- démographiques. Les résultats montrent que la connaissance varie très peu selon l'åge de la femme, le milieu de r6sidence, la r6gion ou le niveau d'instruction, vu le niveau très élevé de connaissance des m6thodes contraceptives modemes et de leurs sources. Pour cette raison, il n'a pas été jugé nécessaire de pr6senter les données détaillées sur la connaissance différentielle. 4.2 PERCEPT ION DES PROBLEMES DE CONTRACEPT ION Cette section est consacr6e à l'étude de la perception des problèmes de contraception pour chaque méthode déclarée connue. A chaque femme et pour toute méthode spécifique identifiée (sauf l'abstinence prolongée), il a été posé la question qui suit: "Quel est le problème majeur, s'il y en a, en utilisant cette méthode?" 44 TABLEAU 4.2 POURCENTAGE DES FEb94ES ACTUELLEMENT MARIEES QUI CONNAISSENT AU MOINS UNE METHODE MODERNE OU UNE SOURCE (POUR INFORMATION OU SERVICES) POUR UNE METHODE MODERNE SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQOES, ENPS, MAEOC, 1987 Caractér ist iques ConnaoEt Connaît socio- une une Effec- démographiques méthode source tif Age 15-19 92,8 85,5 (276) 20-24 95,8 93,4 (788) 25-29 97,8 95,2 (1182) 30-34 98,5 95,5 (1066) 35-39 98,7 96,1 (857) 40-44 98,1 94,4 (626) 45-49 96,9 92,9 (652) Mil ieu Urbain 99,3 98,4 (2261) Rural 96,2 91,4 (3186) Région Sud 98,5 93,3 (689) Tenslft 99,4 98,5 (663) Centre 95,7 92,5 (1518) Nord-Ouest 96,4 92,9 (1124) Centre-Nord 98,3 95,0 (702) Oriental 99,4 94,3 (352) Centre-Sud 99,0 98,5 (399) Instruction Aucune 97,0 93,2 (4510) Primaire 99,8 99,4 (537) Secondaire ou + 99,7 99,7 (390) Total 97,5 94,3 (5447) Il ressort du tableau 4.3 que les effets secondaires constituent le problème majeur dans l'utilisation de certaines méthodes: pilule (56 pour cent), et DIU (31 pour cent). Pour les autres méthodes, ce problème est moins souvent cité par les femmes: les pourcentages varient entre 1 pour cent pour les autres méthodes scientifiques et 0 pour cent pour l'abstinence périodique. L'échec ou l'inefficacité de la méthode est un autre problème cité par les femmes. Il concerne surtout les méthodes traditionnelles: l'abstinence périodique (34 pour cent), la douche vaginale (30 pour cent) et le retrait (17 pour cent). Pour ce qui est des méthodes modernes, le condom (14 pour cent), le DIU (13 pour cent) et les méthodes vaginales (12 pour cent) ont ~té jugés les moins efficaces. Un troisième problème évoqué par les femmes est lE~ å la difficulté d'utiliser certaines méthodes. Le condom semble ~tre le moyen anti-conceptionnel le moins pratique ~ utiliser (20 pour cent), suivi du retrait (16 pour cent) et des méthodes vaginales (7 pour cent). L'irréversibilité de la méthode a été indiquée, comme il fallait s'y attendre, pour la stérilisation féminine (13 pour cent) et la stéfilisation masculine (10 pour cent). 45 TABLEAU 9.3 REPART~TION (EN 9) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SPECIFIQUE SELON LE PRINCIPAL PROBLEME ~ERCff ~N UTILISANT CETTE METHODE, KNPS I MAROC I 1907 Principal Abstl- Douche probléme In,et- Méthodes Stér. St~t. nence vagl- perçu Pilule DIU tion vaqinales Condom fém. ma sc. p~r. Retrait nale Problème Aucun 00,1 CoQte cher 0,I Effets second. 56,0 Déconselllêe 0w2 Mauvaise expér. 0,5 Echec[Inefflcace 1,2 Oubli/diff lci le 0,6 Irréversible 0,i Probléme d'accés/ disponibil ité 0,2 Autre 0,5 Ne sait pas 12,3 NR 0,i Total i00,0 Effectif (58221 27,1 23,8 27,0 18,9 53,1 23,1 29,9 35,2 28,1 0,i 0,6 0,7 0, i 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 30,9 13,2 10,8 4,5 6,7 2,7 0,2 2,1 10,2 0,0 0,2 0«i 0,1 0,0 0,4 0,2 0,0 0,1 3,0 0,5 1,4 2,0 0,3 0,8 0,7 0,5 0,9 13,0 3,5 11,5 13,9 2,5 0,9 33,7 16,7 29,5 2,1 1,4 7,2 20,3 0«5 1,6 13,4 16,0 2,9 0,2 0,6 O,l 0,4 12,6 0,8 0,4 0,6 0,3 0,2 0,2 0,0 0,3 0,0 0,0 0,2 0,7 O,l 1,2 0,6 1,2 3,I 0,3 0,6 9,6 3,6 9,9 21,9 55,1 30,9 36,1 23,9 59,6 20,9 23,7 26,9 0,i 0,3 0,4 0,3 0,4 0,9 0,2 0,9 1,0 i00,0 i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 i00,0 I00,0 I00,0 I00,0 (4702) (3298) (33911 (3557) (4615) (255] (3090) (2809) (1146) Quant aux autres problèmes tels que l'accès, la disponibilité et le coût, très peu de femmes les ont cités comme obstacles majeurs à l'utilisation de la contraception. Par ailleurs, un grand nombre de femmes estiment que l'utilisation des m6thodes contraceptives ne pose aucun problème. Les pourcentages varient entre un maximum de 53 pour cent (stérilisation féminine) et un minimum de 23 pour cent (stérilisalion masculine). Enfin, beaucoup de femmes ont répondu qu'elles ne connaissent pas le problème que peut poser la praaque de la méthode citée. Parmi les méthodes modernes, la stérilisatinn masculine (60 pour cent), l'injection (55 pour cent), les m6thodes vaginales (39 pour cent) et le condom (36 pour cent) semblent 8tre les moyens contraceptifs les moins connus. Parmi les méthodes traditionnelles, les pourcentages de femmes qui ont répondu "ne sait pas" sont moins fréquents. Ils varient entre 27 pour cent (douche vaginale) et 21 pour cent (abstinence périodique). 4.3 DEGRE DE CONNAISSANCE DES SOURCES DES METHODES CONNUES Il ressort du tableau 4.4 que pour la majorité des méthodes contraceptives: stérilisation féminine (86 pour cent), DIU (81 pour cent), pilule (67 pour cent), condom (47 pour cent) et stérilisation masculine (41 pour cent), le secteur public est la source à laquelle le plus grand nombre de femmes iraient en cas de besoin. L'hSpital, le dispensaire, les centres de santé et les visites h domicile semblent ~tre les sources du secteur public les plus populaires. La place du secteur prive est moins importante, sauf pour deux m6thodes (méthodes vaginaies et injection). En effet, 77 pour cent et 48 pour cent des femmes connaissant respectivement les méthodes vaginales et l'injection s'adresseraient pour l'obtention de ces deux méthodes principalement au secteur privé, en particulier la pharmacie. Cette dernière serait également une source de choix pour les femmes connaissant le condom (39 pour cent) et la pilule (27 pour cent). Le r61e du médecin et de la clinique privée, sont par contre, extr~mement limités. 46 TABLEAU 4.4 RÉPARTITION (EN 9) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES CONNAISSANT UNE MÉTHODE CONTRACEPTIVE SPÉCIFIQUE SELON LA SOURCE A LAQUELLE ELLES IRAIENT EN CAS DE BESOIN, ENPS, MAROC, 1987 Absti- Douche InJec- M~thodes Stêr. Stér. nence vagi- Source Pilule DIU tion vaglnales Co~dom f~m. masc. pér. Retrait hale Hépital public 1,7 20,2 7,6 1,7 2+2 76, B 36t5 1,3 0,0 0,0 Maternitê 0+I 2,5 0,5 0«I 0,I 7,7 2,4 0+3 0,0 0»0 Centre de santé 5r2 22,1 1,8 2,0 3,8 Os4 0,4 3,0 0+0 0,0 Dispensaire 39,4 33,5 3,1 6,7 27,3 0,9 0,8 13,9 0,0 0,0 Visite domicile 16,4 0,5 0,2 0,2 10,8 0,0 0,4 1,4 0,0 0,0 équipe mobile 4,2 2,1 O,l 0,0 2,9 0,I O,0 0,3 0,0 O,0 AMPF* 0,6 Il0 9,1 0,I 0,4 0,0 0,0 9,3 0,0 0,0 Clinique privée 0, i 2,2 1,6 0,3 0,I 3,4 5,9 0+3 0,0 0F0 Pharmacie 26,5 0,3 41,2 74,8 39,0 0,3 2,0 0+9 9,0 0,0 Médecin, OU sage- femme/infirmière 0,3 3,9 4,7 2,9 0,3 1,9 7,5 6,4 0,0 0,O Qabla 0,9 0,0 O,O 0,1 0,O 0,0 0,9 0,4 0,0 0,0 Parente, amie 0,3 0,0 0,8 9,3 0,4 O,O 1,6 49,9 0,O 9t0 Nulle part 0,0 0,0 0,2 9,1 0,i 0,0 1,2 3,9 0,9 0,0 Autre 0,I 0,5 1,8 0,3 0,I 0,5 3,5 2,0 0,0 0,0 Ne sait pas 4,9 11,3 36,2 13,3 12,4 7,7 37,6 15,5 0,0 0,0 Non réponse 0, i 0,i 0,3 0,I 0,i 0,2 9,4 0,2 O,0 0,0 Total i00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 I00,0 i00,0 0,0 0,0 Effectif (5922) (4752) (3298) (1391) (3557) (4615) (255) (3090) (2909) (I1461 *Association Marocaine de Planification Familiale La catégorie "autres" est mentionnée par très peu de femmes, à l'exception de la continence périodique pour laquelle la moitié des enqu8tées connaissant la méthode ont cil~ une parente ou une amie comme source pour obtenir des informations sur l'utilisation. 4.4 UT IL ISAT ION A UN MOMENT QUELCONQUE Le tableau 4.5 donne les pourcentages des femmes non célibataires et des femmes actuellement mari~es qui ont utilisé au moins une méthode contraceptive selon l'åge de la femme. Parmi les 5982 femmes non célibataires enquêtées, 57 pour cent ont pratiqué au moins une méthode contraceptive quelconque durant leur vie féconde. C'est la pratique de la contraception moderne qui domine au Maroc avec 52 pour cent. La méthode la plus utilisée est la pilule (50 pour cent). Pour les autres méthodes modemes, les pourcentages ne dépassent pas 7 pour cent. Parmi les moyens traditionnels, le retrait a été le plus utilisé (11 pour cent), suivi de l'abstinence périodique (9 pour cent). Pour les autres méthodes traditionnelles, le niveau d'utilisation varie entre 1 pour cent (abstinence prolongée) et 5 pour cent (autres méthodes). Entre femmes non célibataires et femmes actuellement mariées, les écarts de pratique sont minimes. Par groupe d'[tges, les pourcentages les plus faibles sont enregistrts chez les femmes agées de 15 à 24 ans, quelle que soit la méthode. Par contre, les niveaux d'utilisation les plus élevés sont observés généralement chez les femmes d'~lges interm6diaires (de 25 à 39 ans) sauf pour la stérilisation, le DIU et certaines méthodes traditionnelles. Pour ces demières, la pratique la plus élevée appartient au groupe d'åges 35-49 ans. 47 4~ OO TABLEAU 4.5 Age actuel POURCENTAGE DES FE~MES NON-CELIBATAIRES ET DES FE~~4ES ACTUELLEMENT MARIEES AYANT UTILISE UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'ASE ACTUEL DE LA ~ , ENPS, MAROC, 1987 % % Mêthodes modernes % Mêthodes traditionnelles Ayant Ayant Ayant uti l isé utl l lsê util isê Absti- au moins au moins au moins nence Douche une mê- une mê- Injec- M~th. Stêr. Star. une mê- Abst. pro- vagl- Effec- thode thode mod. Pi lule DIU tion vag. Condom fêm. mas. thode trad. pêr. Retrait Autre longêe nale tif Femmes non-cêlibataires 15-19 28,7 25,0 24,3 0,7 0,7 0,0 0,3 0,0 0,0 7,4 1,7 2,7 2,4 0, O 1,0 (296) 20-24 46,9 42,5 41,1 3,6 0,3 1,0 3,4 0, I 0,0 13,1 4,7 6,4 1,0 0,2 2,0 (858) 25-29 62,4 57,4 55,4 6,1 1,2 2,1 6,1 0,4 0,0 22,0 10,2 11,8 3,2 0,7 2,6 (1285) 30-34 64,0 59,6 57,3 8,3 2,0 2,4 8,3 1,6 0,0 23,9 10,4 12,6 4,2 1,5 2,8 (1152) 35-39 65,3 59,5 56,7 i0, i 1,7 3,3 I0, i 2,6 0, I 27,7 I0,5 14,4 7,9 1,6 3,7 (931) 40-44 58,6 53,6 48,1 9,7 1,7 2,4 5,6 6,3 0,1 26,2 11,0 10,6 8, i 2,0 3,3 (701) 45-49 49,4 43,7 40,4 9,2 1,6 2,5 4,7 3,8 0,0 22,5 6,6 8,0 9,6 1,7 4,1 (759) Total 57,2 52,2 49,6 7,3 1,4 2,2 6,2 2,0 0,0 21,8 8,7 10,5 5,2 1,2 2,9 (5982) Femmes actuellement marlêes Total 58,9 53,9 51,4 7,7 1,5 2,3 6,5 2,2 0,0 22,8 9,2 11,1 5,5 1,2 2,9 (5447) 15-19 28,6 24,3 24,6 0,4 0,4 0, D 0,0 0,0 0,0 7,2 1,4 2,9 2,2 0,0 i,I (276) 20-24 47,1 42,8 41,4 3,8 0,3 1,1 3,7 0, I 0,0 12,9 4,6 6,7 1,0 0,3 1,8 (788) 25-29 63,5 58,5 56,4 6,4 1,4 2,0 6,3 0,4 0,0 22,8 11,0 12,3 3,2 0,7 2,5 (I182) 30-34 65,6 61,2 58,8 8,8 2,1 2,6 8,6 1,8 0,0 25,0 10,8 13,2 4,4 1,5 2,9 (1066) 35-39 67,3 61,I 58,5 10,5 1,8 3,5 I0,4 2,8 0, I 29,6 11,3 15,3 8,6 1,6 3,9 (857) 40-44 62,0 57,0 51,4 9,9 1,9 2,6 5,6 6,7 0,2 27,2 11,2 I i ,0 8,9 2,1 3,0 (626) 45-49 52,8 47,1 44,0 9,8 1,7 2,9 5,4 4,1 0,0 24,4 7,4 8,4 10,7 2,0 4,1 (652) Le tableau 4.6 présente la répartition des femmes non célibataires selon le nombre d'enfants vivants au moment de la première utilisation de la contraception et l'åge actuel. Les données de ce tableau permettent d'analyser les changements de comportement des générations vis-h-vis de la contraception, d'une part, et d'étudier la tendance des femmes à adopter la planification familiale pour des raisons d'espacement, d'autre part. TABLEAU 4.6 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS A LA PREMIERE UTILISATION DE LA CONTRACEPTION ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 Nombre d'enfants vivants Non Age Jamais r~- Effec- actuel uti l ls~ 0 1 2 3 4+ ponse Total tif Age 15-19 71,3 13,9 12,2 1,7 0,3 0,0 0,7 100,0 (296) 20-24 b3,1 12,6 23,1 8,3 2,7 0,2 o,0 i00,0 (858) 25-29 37,6 10,7 21,5 14,9 7,9 7,2 0, i 100,0 (1285) 36-34 36,0 5,5 17,1 12,8 10,2 17,9 0,5 100,0 (1152) 35-39 34,7 3,1 9,0 8,7 9,9 34,3 0,3 100,0 (931) 40-44 41,4 1,9 4,3 5,8 6,7 39,8 0,1 100,0 (701) 45-49 50,6 0,9 2,1 2,8 4,0 39,1 0,5 100,0 (759) Total 42,8 6,7 14,0 9,3 6,9 20,0 0,3 i00,0 (5982) Puisque la majorité des femmes marocaines désirent au moins trois enfants (voir Chapitre 5), celles qui utilisent la contraception avant d'avoir trois enfants le font presque certainement pour espacer leurs naissances. Le pourcentage de femmes n'ayant pas encore d'enfant à la première utilisation montre une forte corrélation négative avec l'fige. En effet, parmi les femmes non célibataires, rg~es de 15 ~ 19 ans, 14 pour cent ont utilisé la contraception pour la première fois quand elles n'avaient pas d'enfant, contre seulement 1 pour cent des femmes ~gées de 45 h 49 ans. Une proportion de 14 pour cent de femmes de 15 à 19 ans ont commencé à pratiquer la contraception quand elles avaient 1 ou 2 enfants. A l'inverse, très peu de femmes ågées de 40 ans ou plus ont utilisé la contraception quand elles avaient trois enfants ou moins. Cette tendance est une indication d'un changement de comportement des femmes à l'égard de l'acceptation des méthodes contraceptives: au début, le but principal était la limitation de la taille de la famille et c'est devenu, maintenant, une planification familiale à la fois d'espacement et de limitation des naissances. 4.5 UT IL ISAT ION AU MOMENT DE L 'ENQUETE L'utilisation actuelle de la contraception désigne la pratique d'une méthode contraceptive quelconque au moment de l'enquête par les femmes actuellement en union. Cette utilisation permet d'évaluer l'impact de l'action des activités de planification familiale au Maroc. Le pourcentage d'utilisation actuelle est le taux de prévalence contraceptive. Il est calculé en divisant l'effectif des utilisatrices actuelles (numérateuO par l'effectif des femmes actuellement mari~es en ~ge de reproduction 15-49 ans (dénominateur). U ressort du tableau 4.7 et du graphique 4.1 que le taux de prévalence contraceptive est de 35,9 pour cent chez les femmes mari~es ãgées de 15 à 49 ans. Dans I'ENFPF (1979-1980) et I'ENPC (1983- 1984), le taux de prévalence contraceptive 1 6tait de 19,4 et 25,5 pour cent respectivement. Ainsi, par rapport à I'ENFPF, le taux de prévalence en 1987 a augmenté de 85 pour cent et par rapport à I'ENPC, il a augmenté de 41 pour cent. 49 La O TABLEAU 4.7 REPARTITION (EN %) DES FEMMES MARIEES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METHODE SPECIFIQUE ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 % % Méthodes modernes % Méthodes traditionnelles Utili- Uti l i- Utili- N'uti- sant ac- sant ac- sant ac- lise ruelle- ruelle- tuelle- Absti- pas ment une ment une In- ment une nenc~- Dou- actu- Age méthode méthode Pi- jec- Méth. Con- Stér. Stér.méthode Abst. Re- AU- pro- che elle- actuel quelc, moderne lule DIU tion vag. dom fém. masc.tradit, pér. trait tre lon- vag. NR ment Total Effec- tif 15-19 17,0 14,5 14,1 0,0 0,4 0,0 0,0 0,0 0,0 2,5 0,7 I,i 0,7 0,0 0,0 0,0 83,0 I00,0 (276) 20-24 25,6 23,0 20,9 1,8 0,0 0,0 0,1 0,1 0,0 2,5 0,8 1,4 0,1 0, i U,l 0,1 74,4 100,0 (788) 25-29 36,1 29,0 24,5 3,2 0,3 0,2 0,4 0,4 0,0 7,1 2,5 3,6 0,8 0,i O,l 0,0 63,9 100,0 (1182) 30-34 42,9 35,8 29,5 3,1 0,4 0,2 0,9 1,8 0,0 6,9 2,7 3,0 0,7 0,5 0,1 0,1 57,1 100,0 (1066) 35-39 42,6 33,3 25,0 4,1 0,4 0,i 0,8 2,8 0,1 9,1 2,9 4,2 1,2 0,5 0,4 0,2 57,4 100,0 (857) 40-44 41,7 31,6 20,8 3,0 0,3 0,2 0,5 6,7 0,2 9,7 2,4 4,3 2,1 0,6 0,3 0,3 58,3 100,0 (626) 45-49 30,4 22,5 14,6 2,9 0,3 0,2 0,5 4,1 0,0 7,8 2,5 2,9 1,8 0,5 0,2 0,0 69,6 100,0 (652) Total 35,9 28,9 22,9 2,9 0,3 0,1 0,5 2,2 0,0 6,9 2,3 3,1 1,0 0,3 0,2 0,i 64,1 100,0 (5447) ENPC (I) 25,5 21,2 16,8 2,5 0,3 0,4 1,7 4,3 1,5 1,6 0,8 0,3 0,I 0,0 74,5 100,0 (5774) ENFPF (2) 19,4 16,4 13,7 1,6 0,0 0,0 0,3 0,8 3,0 i,I i,I 0,7 0,0 0,1 0,0 80,6 I00,0 (3680) NR = Non réponse (I) Planification Familiale, Fécondité et Santé Familiale au Maroc, 1983-84, p.76, Ministère de la Santé Publique, février 1985. (2) Enquête Nationale sur la Fécondité et la Planif ication Familiale au Maroc 1979-80, Vol. IV, p.286, Ministère de la Santé Publique, 1984. Graphique 4.1 Connaissance et Utilisation Actuelle des Méthodes Contraceptives ENFPF (t979-80) ENPC (1983-84) ENPS (1987) 0% 25% 50% 75% 100% i1 m Utilisation moderne ~ UtiL traditionelle | I i Gonnait au moins une ~ Ne connait aucune ENPS Maroc, 1987 La planification familiale au Maroc est axée sur la contraception moderne qui représente 28,9 pour cent tandis que l'utilisation des méthodes traditionnelles ne dépasse pas 7 pour cent. La pilule reste la méthode la plus utilisée (23 pour cent). Quant aux autres méthodes scientifiques, leur utilisation reste extrêmement limitée: DIU (3 pour cent), stérilisation féminine (2 pour cent) et autres méthodes modemes (1 pour cent). Pour ce qui est des moyens traditionnels, le retrait vient en t~te (3 pour cent), suivi de l'abstinence périodique (2 pour cent) et des autres méthodes (2 pour cent). L'analyse des données selon l'fige de la femme montre que la prévalence contraceptive totale ou modeme augmente jusqu'à 30-34 ans, puis diminue au delà. Les plus faibles pourcentages sont observés à 15-19. Ceci est vrai aussi bien pour toutes les ruéthodes et les ruéthodes modemes que pour les principales ruéthodes (pilule, DIU et continence périodique) utilisées au Maroc. Le tableau 4.8 présente la répartition des femmes actuellement mariées selon la méthode actuellement utilisée et les vafiables socio-démographiques. Par milieu de résidence, comme on pouvait s'y attendre, les femmes urbaines utilisent plus la contraception que celles vivant en milieu rural. En effet, plus d'une femme urbaine sur deux (52 pour cent) utilisent actuellement un moyen contraceptif contre seulement une femme rurale sur quatre (25 pour cent). Au niveau de la région économique, on constate que le Centre (Casablanca) a le taux de prévalence le plus élevé, suivi du Centre-Sud (Meknès) et de l'Oriental (Oujda). Les taux intermédiaires sont enregistrés dans les deux régions du Tensift (Marrakech) et du Nord-Ouest (Rabat, Tanger) et les taux les plus faibles au Centre-Nord et au Sud. Cette tendance est différente de celle observée en 1979- 80, lors de I'ENPFP, où le taux d'utilisation le pIus élevé était enregistré au Centre suivi de l'Oriental et du Tensift. Le Centre-Sud et le Nord-Ouest occupaient les rangs 4 et 5 respectivement. Les données de I'ENPS montrent que l'Oriental occupe actuellement la troisième place et que le Tensift est classé quatrième. Le Centre-Nord et le Sud sont restées à la même place dans ce classement. 51 L~ TABLEAU 4.B REPARTITION (EN %) DE5 FE~S ACTUELLEMENT MARIEES SELON LA METHODE ACTUELLEMENT UTILISEE ET CERTAINES CARACTERISTIQUE5 5OCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 % • M~thodesmodernes % M~thodes traditionnelles Utili- Utili- Utili- sant ac- sant ac- sant ac- Abstl- Caract~ris- ruelle- ruelle- tuelle- nence tiques ment une ment une In- ment une pro- Dou- Ef- ~ocio-dêmo- méthode méthode Pi- Jec- M@th. Con- Stêr. Star. mêthode Abst. Re- Au- lori- che Au- fec- graphiques quelc, moderne lule DIU tion v~g. dom f~m. masc. tradit, p~r. trait tre q~e vag. MB curie Total tlf Milieu Urbain 51,9 42,0 31,2 5,4 0,4 0,2 1,0 3,8 0,0 9,8 4,2 3,9 1,2 0,2 0,3 0,2 ~8,1 I00,0 (2261) Rural 24,6 19,7 17,0 i,I 0,2 0,i 0,2 1,0 0,0 4,8 0,9 2,6 0,9 0,4 0, i 0,i 75,4 i00,0 (3186) Bëgion Sud 24,8 13,4 Ii,0 1,2 0,0 0,0 0, I 1,0 0,0 11,5 1,5 8,9 0,3 0,7 0,I 0,0 75,2 i00,0 (689) Tensift 35,0 30,0 24,6 2,9 0,0 0,2 0,6 1,7 0,2 5,0 1,4 1,5 i,i 0,8 0,3 0,0 65,0 lO0, O (663) Centre 44,0 38,5 28,9 4,6 0,1 0,3 0,5 4,1 0,i 5,4 2,6 1,6 0,8 0,3 0, i 0,1 56,0 i00,0 (1518) Nord-Ouest 33,5 24,8 19,4 2,6 0,4 0,2 0,4 1,9 0,0 8,5 3,1 5,0 0,4 0,0 0,0 0,2 66,5 i00,0 (i124) Centre-Nord 27,5 21,5 17,B 1,9 0,4 0,0 0,3 I,I 0,0 6,0 2,3 i,I 2,0 0,3 0,3 0,0 72,5 i00,0 (702) oriental 40,1 34,4 27,8 1,7 1,4 0,0 2,3 I,i 0,0 5,7 1,7 1,4 2,6 0,0 0,0 0,0 59,9 I00,0 (352) Centre-Sud 43,9 37,6 32,1 3,3 0,3 0,0 0,8 1,3 0,0 5,8 1,8 1,5 1,5 0,5 0,5 0,5 56,1 10Ç,0 (399) Instruction AucUne 30,8 24,8 20,0 2,0 0,3 0,I 0,4 1,9 0,0 6,0 1,3 3,1 i,i 0,4 0,I 0, i 69,2 100,0 (4510) primaire 57,4 46,6 37,1 4,8 0,2 0,0 0,7 3,7 0,0 i0,2 4,7 3,5 i,i 0,2 0,7 0,6 42,6 i00,0 (537) Secondaire ou + 65,6 52,8 36,4 10,3 8,5 1,0 1,8 2,8 0,0 12,8 1O,0 2,6 0,3 0,0 0,0 0,0 34,4 i00,0 (390) Nbre d'enf, vlv. Pas d'enfant 7,9 5,1 4,8 0,2 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 2,8 1,5 0,8 0,5 0,0 0,0 0,0 92,1 I00,0 (608) 1 30,8 26,5 22,9 2,6 0,i 0,0 0,3 0,4 0,i 4,3 1,9 1,7 0,6 0,0 0,I 0,0 69,2 I00,0 (694) 2 36,5 30,3 Z4,9 4,0 0,i 0,4 0,5 0,4 0,0 6,2 2,8 2,8 0,3 0,3 0,i 0,0 63,5 I00,0 (756) 3 39,3 32,1 26,0 4,2 0,0 0,0 0,8 I,i 0,0 6,8 2,6 3,0 0,7 0,4 0, i 0,3 60,7 I00,0 (731] 4+ 42,6 33,7 25,6 2,9 0,5 0,2 0,6 3,9 0,0 8,7 2,3 4,1 1,5 0,5 0,2 0,2 57,4 i00,8 (2658) Total 35,9 28,9 22,9 2,9 0,3 0,i 0,5 2,2 0,0 6,9 2,3 3,1 1,0 0,3 0,2 0,i 64,1 10O,0 (5447) ENPC 1983-84 (a) 25,5 21,2 16,8 2,5 0,3 0,4 1,7 4,3 1,5 1,6 0,8 0,3 0,i 0,0 74,5 I00,0 (5774) ENFPF 1979-80 (bi 19,4 16, ç 13,7 1,6 0,0 0,0 0,3 0,8 3,0 i,i i,i 0,7 0,0 0,I 0,0 80,6 i00,0 (3680) NR ~ Non r~ponse (a) Planification Familiale, F~condit~ et Sant~ F~ll iale au Maroc, 1983-84, p.76, Ministère de la Eant~ Publique, f~vrier 1985. (b) Enquête Nationale sur la F~condit~ et la Planification Familiale au Maroc 1979~80, VO1. IV, p.286, Minlst~re de la Sant~ publiqUe, 1984. L'utilisation de la contraception est en corrélation positive avec le niveau d'instruction. En effet, une femme qui a au moins le niveau d'instruction secondaire utilise deux fois plus la contraception qu'une femme qui n'a aucune instruction, n y a lieu de noter que les pourcentages de femmes ayant au moins une éducation secondaire et utilisant le DIU (10 pour cent) ou l'abstinence périodique (10 pour cent) sont loin d'&re négligeables quand on sait qu'à l'échelle nationale, les niveaux d'utilisation sont de 3 pour cent pour la première méthode et de 2 pour cent pour la seconde. Par parité, le taux de prévalence contraceptive augmente avec le nombre d'enfants vivants. Mais selon les méthodes modernes, les femmes qui ont 3 enfants sont les plus nombreuses à utiliser la pilule, le DIU et le condom. Le pourcentage d'utilisatrices de la stérilisation féminine le plus élevé est observé chez les femmes qui ont quatre enfants ou plus. Enfin, å titre de comparaison, le tableau 4.9 donne les pourcentages d'utilisation de trois méthodes modernes (pilule, DIU et stérilisation) dans 29 pays en développement d'après les sources disponibles les plus récentes å savoir: l'Enquete Mondiale sur la Fécondité (EMF), les Enquêtes de Prévalence Contraceptive (EPC) et les Enqu&es Démographiques et de Santé (EDS). Le Maroc occupe le premier tiers du tableau parmi les pays à prévalence contraceptive modérée à élevée. Parmi les pays arabes ou musulmans, le Maroc vient en seconde position, tout juste après la Tunisie. 4.6 CONNAISSANCE DE LA PERIODE DE FERT IL ITE L'efficacité de l'utilisation de certaines méthodes contraceptives, l'abstinence périodique plus particulièrement, dépend de la connaissance de la période du cycle menstruel où la femme a le plus de chance de concevoir une grossesse. Il ressort du tableau 4.10 que, parmi toutes les femmes de l'échantillon, 17 pour cent seulement ont une connaissance exacte de la période de fertilité au cours du cycle ovulaire et 29 pour cent ont une connaissance douteuse (avant ou après les régles). Plus de la moitié des femmes (54 pour cent) ignorent totalement quelle est la période d'ovulation et ont répondu: ne sait pas (42 pour cent), à tout moment (11 pour cent) et pendant les règles (1 pour cent). La connaissance de la période la plus fertile est meilleure chez les femmes qui ont adopté la continence p6riodique. Une femme sur deux a pu identifier correctement la période fécondable et trois femmes sur dix ont r6pondu "après les régles" (23 pour cent) ou "avant les régles" (4 pour cent). La proportion de femmes qui n'ont aucune idée du moment où une femme a le plus de chance d'~tre enceinte s'élève à 22 pour cent. L'utilisation de la contraception par ce groupe de femmes a toute chance d'échouer. 4.7 AGE A LA STERIL ISAT ION Les données sur l'fige à la stérilisation féminine doivent 8tre interprétées avec beaucoup de précaution, étant donnée la faiblesse de l'effectif des utilisatrices de cette méthode. Il ressort du tableau 4.11 que la pratique de la stérillsation est très récente au Maroc. Sur l'ensemble des 122 femmes qui ont adopté la méthode, la moitié l'ont acceptée au cours des trois dernières années seulement. Le méme tableau indique que presque six femmes sur dix (59 pour cent) ont utilisé la stérilisation à l'/lge de 35 ans ou plus et que l'llge médian est de 34,4 ans. Cet ~tge est supérieur à celui observé dans d'autres pays: Thailande (29 ans; DHS, 1987:62), Sri Lanka (30 ans; DHS, 1987:67) et Colombie (31 ans; EPDS, 1986:59). 53 TABLEAU 4.9 POURCENTAGE DES FEM~S ACTUELLEMENT MARIEES UTILISANT LA CONTRA- CEPTION PAR METHODE SPECIFIQUE ET PAR PAYS, ENPS, MAROC, 1987 Année de Stérlll- Pays l'Enquéte Source Pilule DIU sation Total Rasg Brésil 1986 EDS 25,2 1,0 26,9 53,1 1 Thailande 1981 EPC 19,0 4,2 22,6 45,8 2 Colombie 1986 EDS 16,4 11,0 18,3 45,7 3 République Dominicalne 1986 EDS 8,8 3,0 32,9 44,7 4 E1 Salvador 1985 EDS 6,6 3,3 31,8 41,7 5 Corée du Sud 1979 EPC 7,2 9,6 20,4 37,2 6 Tunlsie* 1983 EPC 5,3 13,2 12,5 31,0 7 MAROC* 1987 EDS 22,9 2,9 2,2 29,0 8 Egypte* 1984 EPC 16,5 8,4 1,5 26,4 9 Malaisle* 1974 EMF 19,0 0,6 4,6 24,2 i0 Jordanie* 1976 EMF 15,1 2,7 2,4 20,3 11 Sri Lanka 1982 EPC 2,6 4,7 9,9 17,2 12 Syrle* 1978 EMF 15,0 0,6 0,5 16,1 19 Philippines 1978 EMF 6,0 3,0 6,0 15,0 14 Pérou 1981 EPC 5,0 4,0 4,0 13,0 15 Kenya 1984 EPC 3,1 3,0 2,6 8,7 16 Népal 1981 EPC 1,1 0, i 5,2 6,4 17 Libéria 1986 EDS 4,7 0,7 1,0 6,4 18 Bangladesh* 1981 EPC 2,7 0,2 3,4 6,3 19 Soudan (Nord)* 1979 EMF 3,5 0,I 0,2 3,8 20 Pakistan* 1975 EMF 1,3 0,9 1,4 3,6 21 Haiti 1983 Epc 2,2 0,2 0,7 3,1 22 Sén~gal* 1986 EDS 1,2 0,7 0,2 2,1 23 Mali* 1987 EDS 0,8 0,I 0,1 1,0 24 Burundi 1987 EDS 0,2 0,3 0,I 0,6 25 C6te d'Ivoire 1980 EMF 0,4 0,1 0,0 0,5 26 Bénin 1982 EMF 0,2 0,2 0,0 0,4 27 Cameroun 1978 EMF 0,2 0,2 0,0 0,4 28 Mauritanie* 1981 EMF 0,0 0,0 0,2 0,2 29 EDS = Enquête Démographique et de Santé EPC = Enquête de Prévalence Contraceptive EMF = Enquête Mondiale sur la Fécondité * Pays arabe et/ou musulman Source: Mohamed Ayad or Younés Zoughlami, Fécondité et Planification Familiale en Tunisie, 1983, Rapport sur les Résultats de l'Enquéte de Prévalence de la Contraception, p.91, Office National de la Famille et de la Population, Tunis, juillet 1985. 4.8 SOURCE DE LA CONTRACEPT ION L'identification des sources des méthodes contraceptives sert ~ évaluer l'impact des secteurs public et privé dans l'évolution de la contraception dans le pays. Pour les méthodes d'approvisionnement telles que la pilule et les autres méthodes (injection, condom et méthodes vaginales), on a demandé à la femme de citer la source où elle s'est approvisionnée la dernière fois et pour les méthodes cliniques (DIU et stérilisation), on a demandé à la femme d'identifier le lieu où elle est allée pour la méthode. Il ressort du tableau 4.12 que la majorité des utilisatrices actuelles recourent au secteur public. Pour les méthodes cliniques, 72 pour cent des utilisatrices de la stérilisation et du DIU et pour les méthodes d'approvisionnement 59 pour cent des utilisatrices ont reçu leur méthode dans un service sanitaire. Le 54 programme de VDMS du Ministère de la Sant6 Publique semble jouer 6galement un rOle important dans l'acheminement des méthodes d'approvisionnement aux utilisatrices; ainsi, 20 pour cent des femmes ont déclaré avoir reçu leur dernier approvisionnement å domicile par les agents du VDMS. Il est fort possible que les 16 pour cent des femmes qui ont r6pondu "nulle part" soient dans leur majorité des clientes de ce programme de distribution à domicile. TABLEAU 4.10 AEPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES ET DES FEÆES AYANT UTILISE L'ABSTINENCE PERIODIQUE SELON LEUR CONNAIS- SANCE DE LA PERIODE DE FERTILITE AU COURS DU CYCLE OVULAIRE, ENPS, MAROC, 1987 Femmes Uti l ise non- abst inence Connaissance c~libataires p~riodique Pendant les r~gles 0,6 0,2 AprAs les rêgles 24,8 22,8 Mi l ieu du cycle 17,3 50,3 Avant les r~gles 4,1 4,4 A tout moment 10,5 3,8 Autre 0,6 0,8 NSP 41,9 17,5 NR 0,1 0,2 Total 100,0 i00,0 Effect i f (5982) (521) NSP = Ne sait pas NR = Non r~ponse TABLEAU 4.11 REPARTITION (EN %) DES FEMMES STERILISEES SELON L'AGE A LA STERILISATION ET LA DUREE DEPUIS L'OPERATION, ENPS, MAROC, 1987 Age å la st~ri l isat ion Durée (en an- n6ss) depuis Effec- M~di- l 'op~ratlon <25 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total tif ane <2 2,8 11,1 27,8 36,1 16,7 5,6 I00,0 (36) 34,5 2-5 4,0 20,0 6,0 24,0 36,0 8,0 100,0 (25) 32,0 4-5 * * * * " 100,0 (14) 6-7 4,5 13,6 18,2 54,5 9,1 0,0 100,0 (22) 36,0 8-9 * * * * * * 100, O (8) * 10+ * * * * * I00,8 (17) Total 4,9 13,9 23,8 36,1 18,0 3,3 i00,0 (122) 34,4 *Moins de 20 femmes 55 TABLEAU 4.12 REPARTITION (EN 8) DES FEMMES UTILISANT ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LA METBODE SPECIFIQUE ET LA SOURCE OU ELLES ONT OBTENU LA METHODE (LA DERNIERE FOIS), ENPS, MAROC, 1987 Source Total des m~thodes Total Total Conti- d'appro- M~thodes des Stêri- des nence vision- vagi- m6thodes lisa- m~thodes p6rio- nement Pilule hales cliniques DIU tion modernes dique SECTEUR PUBLIQUE 58,8 59,7 37,3 72,0 73,4 70,2 61,1 10,6 H6pital publique 1,3 1,4 0,0 91,6 13,3 54,8 6,7 0,8 Maternit~ 0,5 0,5 0,0 7,6 5,1 11,3 1,8 0,0 Centre de sant~ 4,5 4,5 2,0 16,3 26,6 3,2 6,6 2,4 Dispensaire 27,8 28,0 23,5 14,9 26,6 0,9 25,5 6,5 Visite domicile 20,3 20,7 11,8 0,4 0,0 0,8 16,8 0,0 Equipe mobile 4,4 4,6 0,0 1,1 1,9 0,0 3,8 0,.8 SECTEUR PRIVE 20,0 19,2 41,2 26,2 25,9 26,6 21,1 4,9 AMPF 1,0 1,0 0,0 1,8 3,2 0,0 I,i 0,0 Clinique 2,8 2,7 3,9 16,0 8,2 25,8 5,1 0,0 Pharmacie 11,4 ii,0 21,6 0,0 0,0 0,0 9,4 0,8 M~decin OU sage-femme 4,9 4,4 15,7 8,9 14,6 0,8 5,5 4,1 AUTRES 19,8 19,7 21,6 0,7 0,6 0,8 16,4 3,0 Qabla 0,i 0, I 0,0 0,4 0,0 0,8 0,I 0,0 Parentes, amies 4,2 4,1 5,9 0,4 0,6 0,0 3,5 3,3 Nulle part 15,6 15,6 15,7 0,0 0,0 0,0 12,8 0,0 NE SAIT PAS 0,2 0,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2 0,0 PAS DE VISITE 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 81,3 NON REPONSE 1,2 1,2 0,0 1,1 0,0 2,4 1,1 0,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effectif (1298) (1247) (51) (282) (158) (124) (1580) (123) La part du secteur privé dans la foumiture de services en matière de contraception reste limitée avec 11 pour cent pour le médecin privé ou la sage-femme/infirmière et 9 pour cent pour la pharmacie. Enfin, il est à signaler que l'Association Marocaine de Planification Familiale (AMPF), qui est une organisation privée å caractære non lucratif, joue un r61e extr~mement faible (1 pour cent), en tant que fournisseur des méthodes contraceptives au Maroc. 4.9 ATTITUDE A L'EGARD DE LA GROSSESSE ET RAISONS DE NON- UTILISATION Le tableau 4.13 donne la r6partition des femmes selon leur attitude à l'égard de la prochaine grossesse. Les données présentées dans ce tableau sont limitées aux femmes mariées qui ne sont pas actuellement enceintes ou qui ne sont pas sflres si elles le sont ou non, qui ont ufilisé la contraception dans le passé mais ne l'utilisent pas actuellement. 56 TABLEAU 4.13 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-ENCEINTES ACTUELLEMENT MAEIEES QUI ONT HTILISE, MAIS QHI N'UTILISENT ACTUELLEMENT AUCONE METHODE CONTRACEPTIVE SELON L' ATTITUDE A L' EGARD D'UNE GROSSESSE DANS LES PROCHAINES SEMAINES ET LE NOMBRE D'ENFANTE VIVANTS, ENPS, MAEOC, 1987 Att itude vis-â-vis de la grossesse actuel le Pas Nombre Pas d' im- Non- d'enfants Con- con- pot- ré- Effec- vivanfs fente tente tance ponse Total t if Pas d'enfant 86,7 6,7 4,4 2,2 i00,0 (45} 1 64,0 30,2 5,8 0,0 180,0 (86) 2 28,1 57,9 13,2 0,8 100,0 (121) 3 27,6 56,0 12,9 3,4 I00,0 (i16) 4+ 10,6 73,8 14,3 1,3 1O0,O (554) Total 23,8 62,1 12,7 1,4 1O0,0 (922} Au total, plus de six femmes sur dix (62 pour cent) ont répondu qu'elles seraient malheureuses si elles devenaient enceintes dans les prochaines semaines alors que moins du quart des femmes (24 pour cent) ont déclar6 qu'elles seraient heureuses. Comme il fallait s'y attendre, la proportion de femmes qui ne seraient pas heureuses augmente avec le nombre d'enfants vivants: de 7 peur cent chez les femmes sans enfant à 58 pour cent chez celles ayant 2 enfants et à 74 pour cent chez les femmes ayant 4 enfants ou plus. Parmi les femmes qui ont déclaré qu'elles seraient malheureuses si elles tombaient enceintes, presque quatre femmes sur dix (37 pour cent) ont cité l'aUaitement au sein comme raison principale de non-utilisation (tableau 4.14). La deuxième raison sp6cifique évoquée est le problème des effets secondaires des méthodes (17 pour cen0. La ménopause ou l'infertilité (5 pour cent) et l'inactivité sexuelle (3 pour cent) sont les deux autres raisons citées par les femmes interview~es. Il y a enfin 37 pour cent des femmes qui ont cité d'autres raisons (opposition å la planification familiale, manque d'information, disponibilité des services, problèmes d'accès, coflt, tradition et autres raisons non sp6cifiques) ou ont répondu "ne sait pas." Des différences sont observées entre les deux grands groupes d'[lges (<30 ans et 30 ans ou plus). Chez les jeunes femmes (moins de 30 ans), l'allaitement au sein domine largement (51 pour cent). Viennent ensuite les effets sur la sant6 (12 pour cent), le manque d'information ~t la contraception (3 pour cen0 et l'opposition du mari (3 pour cent). Chez les femmes plus ag6es (30 ans ou plus), l'allaitement au sein intervient pour 30 pour cent, les effets secondaires pour 19 pour cent, la ménopause ou l'infertilité pour 8 pour cent, l'inactivit6 sexuelle pour 5 pour cent et les problèmes d'accès et de disponibilité pour 3 pour cent. Les r6ponses "autres" ou "ne sait pas" sont les m~mes chez les femmes des deux groupes d'[lges. 4.10 RA ISONS DE D ISCONTINUITE DES METHODES CONTRACEPT IVES Le tableau 4.15 pr6sente les données sur la raison principale de discontinuité parmi les femmes qui ont arrêt~ d'utiliser une méthode au cours des cinq demières années. Pour les femmes qui ont discontinué plus d'une méthode, c'est la dernière méthode discontinuée qui est prise en considération dans 57 l'analyse. Il est à noter que ce tableau comprend aussi bien les femmes qui sont actuellement utilisatrices que celles qui n'ont pas repris la pratique de la contraception après en avoir discontinué. TABLEAU 4.14 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-ENCEINTES ACTUELLEMENT MARIEES QUI ONT UTILISE, MAIS QUI N'UTIL ISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE ET QUI SERAIENT MALHEUREUSES SI ELLES TOMBAIENT ENCEINTES SELON LA RAISON DE NON-UTILI - SATION ET L'AGE ACTUEL DE LA FEMME, ENPS, MAROC, 1987 Age Raison de 30 ans non-ut i l isat ion <30 ans ou + Total Veut tomber enceinte 0,5 0,0 0,2 Manque d' information 3,1 0,8 1,6 O~posit lon au P.F. 0,0 0,3 0,2 Opposit ion du mari 3,1 1,0 1,7 Opposit ion de la famille 0,0 0,5 0,3 Rappor ts sexue ls peu fréquents 1,0 4,5 3,3 Post partum/allaitement 51,0 30,2 37,2 Ménopause/st~f i lEté 0,0 8,1 5,4 Ef fe ts sur la santé 12,0 19,4 16,9 Prob l~mes d'accés/disponibil. 0,5 2,6 1,9 Rel ig ion/ fata l isme 0,0 0,8 0,5 Prob l~me de coOt 0,0 0,3 0,2 Pas prat ique 0,5 0,3 0,3 Autres 24,5 26,2 25,7 Ne sait pas 2,1 1,6 1,7 Non réponse 1,6 3,4 2,8 Total I00,0 i00,0 i00,0 Effect i f (192) (381) (573) Parmi les femmes qui ont discontinué une méthode moderne, les résultats indiquent que la raison la plus couramment citée est l'échec de la méthode (26 pour cent). Le condom et la pilule sont jugés comme les méthodes les moins efficaces. Il est à noter que I'ENPS ne pouvait en aucun cas vérifier l'échec de la méthode. Les perturbations ou l'arrêt des règles (22 pour cent) constituent la deuxième raison importante pour discontinuer une méthode. La pilule semble ~tre la méthode principale qui pose ce genre de problème (23 pour cent), suivie du DIU (13 pour cent) et des méthodes vaginaies (13 pour cent). La troisième raison évoquée est la difficulté ou la fréquence des rapports sexuels causée par les méthodes contraceptives (20 pour cent). Les méthodes vaginales et la pilule sont les deux moyens les plus cités concernant ce problème. Les effets sur la santé (4 pour cent) sont la quatrième raison principale de discontinuité des méthodes modemes. Le DIU semble ~tre la méthode qui pose davantage de problèmes de santé (36 pour cent). La plupart des autres raisons sont très peu évoquées: par exemple, l'opposition du mari est citée par moins de 2 pour cent, et les problèmes d'accès ou de disponibilité par moins de 1 pour cent. Pour les méthodes traditionnelles, la difficulté ou la fréquence des rapports sexuels interviennent pour 45 pour cent, l'échec de la méthode pour 32 pour cent et les effets secondaires pour 8 pour cent. 58 TABLEAU 4.15 REPARTITION (EN %) DES FE~S QUI ONT DISCONTINUE UNE METHODE CONTRACEPTIVE DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA METHODE QUI A rTE DISCONTINUEr ET LA RAISON PRINCIPALE DE DISCONTINUITE, ENPS, MAROC, 1987 M~thodes modernes M~thodes tradit ionnel les Total des Total mêthodes Absti- des M~thodes tradi- nonce Raison m6thodes vagl- tion- p~rio- principale modernes Pilule DIU nales Condom nelles dique Retrait Autre Echee de la m~thode 26,0 26,8 15,0 13,0 36,4 31,7 30,1 39,7 18,2 Diff. ou fr6quence des rapports 19,5 19,8 15,9 26,1 13,6 45,3 52,4 31,6 60,0 Opposition du mari 1,2 0,8 1,9 4,3 22,7 3,4 2,4 5,9 0,0 Mauvaise expérience 1,2 0,8 2,8 0,0 13,6 3,7 1,2 5,1 3,6 Arrêt des r~gles 21,6 22,8 13,1 13,0 0,0 2,1 1,2 1,5 7,3 Oubli 0,6 0,6 0,0 0.0 0,0 1,0 1,8 0,7 0,8 Pas pratique 0,5 0,4 0,9 4,3 0,0 0,8 0,6 1,5 0,0 Probl~me de co~t 0,i 0,I 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,8 Probl~me d'accès~ dlsponlbilit~ 0,8 0,8 0,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Mauvaise surveil- lance m~dicale 0,6 0,6 0,0 4,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,8 Probl~me d'intimitê 3,5 3,5 2,8 8,7 0,0 2,4 1,8 2,2 3,6 Effets sur la sant6 3,7 12,1 36,4 8,7 4,5 1,0 1,2 0,7 0,0 Autre 8,5 8,5 6,5 17,4 9,1 7,6 6,0 10,3 7,3 NSP 0, I 0,0 0,9 0,0 0,0 0,5 0,6 0,0 0,0 Non r~ponse 2,1 2,2 2,8 0,0 0,0 0,5 0,6 0,7 0,0 Total i00,0 I00,0 180,0 i00,0 100,0 I00,0 I00,0 100,0 I00,0 Effectif (1605) (1437) (I07) (23) (22) (382) (166) (136) (55) Note: Les raisons de dlscontinuation pour trois m~thodes ne sont pas pr6sent~es ici en raison de leur faible effectif: injection (17), abstinence prolongée (8) et douche vaglnale (17) 4.11 UT IL ISAT ION FUTURE ET METHODE PREFEREE Le tableau 4.16 donne la répartition des femmes marides n'utilisant pas actuellement la contraception selon le nombre d'enfants vivants ( y compris la grossesse actuelle) et l'intention ~t l'égard de l'utilisation future des méthodes contraceptives. Parmi toutes les non-utilisatrices, plus de trois femmes sur dix (31 pour cent) ont l'intention d'utiliser la planification familiale alors que 55 pour cent n'ont aucune intention d'utiliser dans l'avenir et 14 pour cent sont indécises. La majorité des femmes ayant l'intention de pratiquer une méthode contraceptive ont répondu qu'elles le feront dans les 12 mois à venir (28 pour cent). Il y a seulement 3 pour cent qui ont l'intention d'utiliser la contraception après 12 mois. Les proportions de femmes qui ont l'intention d'utiliser la contraception sont pratiquement les mEmes quel que soit le nombre d'enfants, sauf å la parité 0 où 18 pour cent seulement des non-utilisatrices ont r~pondu qu'elles adopteront la planification familiale dans l'avenir. U ressort du tableau 4.17 que, parmi les femmes qui n'utilisent pas actuellement la contraception et qui ont l'intention de l'utiliser dans l'avenir, 60 pour cent ont répondu qu'elles adopteront la pilule, 59 comme méthode de choix. Le DIU et la stérilisation féminine viennent en deuxième position (12 pour cent chacun) et l'injection occupe la quatrième place (5 pour cent). Les autres méthodes modernes et traditionnelles représentent seulement 3 pour cent et 8 pour cent respectivement. TABLEAU 4.16 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI N'UTIL ISENT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE SELON LE NOMBRE D'ENFANTE VIVANTS (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) ET L ' INTENTION D'UTIL ISER LA CONTRACEPTION DANS L'AVENIR, ENPS, MAROC, 1987 Intent ion d'ut i l iser la contracept ion Nombre d«enfants vivants 0 1 2 3 4+ Total Dans les 12 mois â venir 13,2 30,8 32,7 29,7 31,1 28,3 Aprés 12 mois 4,5 3,5 3,5 3,2 2,0 3,0 NSP quand ut i l iser 2,3 2,1 5,0 6,1 4,1 3,9 NSP si el le va ut i l iser 9,3 9,2 8,8 10,6 9,8 9,6 N'a pas l ' intent ion d 'ut i l i ser 70,2 54,4 49,6 49,1 52,3 54,7 Non réponse 0,5 0,0 0,4 1,4 0,7 0,6 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Effect i f (560) (480) (480) (444) (1526) (3490) TABLEAU 4.17 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES N'UTIL I - SANT ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE MAIS AYANT L' INTENTION DE L'UTILISER DANS L 'AVENIR SELON L' INTENTION D'UTIL ISER LA CONTRACEPTION DANS LES 12 MOIS A VENIR OU PLUS TARD ET LA METHODE PREFEREE, ENPS, MAROC, 1987 Dans les 12 Méthode mois å Plus préférée venir tard Total Pi lule 60,3 60,2 60,3 DIU 12,7 8,7 12,3 Injection 4,3 7,8 4,6 Méthodes scientif, vaginales 1,6 1,9 1,7 Condom 0,5 1,0 0,6 Stéri l . féminine 12,0 12,6 12,0 Abst inence pér iodique 3,1 1,9 3,0 Retrait 2,1 1,0 2,0 Autre 2,8 4,9 3,0 Abst inence pro longée 0,2 0,0 0,2 M~thode spéci f ique 0, 2 0,0 0,2 Non réponse 0«I 0,0 0,I Total I00,0 I00,0 I00,0 Effect i f (986) (103) (1089) 60 4.12 PLANIF ICAT ION FAMIL IALE ET MOYENS D ' INFORMATION On a posé à toutes les femmes de l'échantillon la question suivante: "Au cours du mois dernier, avez-vous vu une affiche ou avez-vous entendu une information sur la planification familiale à la radio, la télévision, dans les réunions de jeunesse ou à l'Union des Femmes?" Le tableau 4.18 montre qu'au total, plus de sept femmes sur dix (73 pour cent) ont r6pondu qu'elles n'ont été exposées à aucun message. Parmi celles qui ont entendu un message sur la planification familiale (26 pour cent), la majorité l'a entendu plus d'une fois. Le fait que la quasi-totalité des enquetées connaissent au moins une méthode contraceptive, comme nous l'avons indiqué au début de ce Chapitre, indique que d'autres sources d'information sur la planification familiale seraient plus importantes que la radio, la télévision ou les Munions d'associations spécifiques (jeunesse, sport et femmes). TABLEAU 4.18 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LEUR EXPOSITION AUX MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE ET CERTAINES CARACTENISTIQUES SOCIO-DEMOGKAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caract~ristiques Plus socio-d~mogra- Une d'une Effec~ phiques Jamais fois fois ND Total tif Milieu Urbain 65,2 8,5 25,5 0,7 100,0 (2554) Rural 79,4 5,7 14,3 0,7 100,0 (3428) R~qion Sud 65,7 8,9 25,2 0,3 i00,0 (757) Tensift 64,6 7,9 26,6 l,O 100,0 (726) Centre 75,5 7,6 18,6 0,4 100,0 (1679) Nord-Ouest 70,4 7,3 21,1 1,2 100,0 (1212) Centre-Nord 84,7 4,0 10,3 i,I 100,0 (758) Oriental 88,5 2,6 8,9 0,0 I00,0 (381) Centre-Sud 75,7 6,8 16,4 1,1 I00,0 (469) Instruction Aucune 76,6 6,4 16,3 0,7 100,0 (4946) Primaire 61,4 8,9 29,1 0,7 100,0 (598) Secondaire ou + 51,8 I0,i 37,5 0,7 I08,0 (427) Total 73,3 6,9 19,1 0,7 I00,0 (5982) ND - R~ponses non-d~clar~es Comme on devait s'y attendre, les femmes du milieu urbain et ayant une éducation primaire ou plus sont les plus nombreuses à recevoir des informations sur la planification familiale å travers les mass média. Par région, les femmes de l'Oriental et du Centre-Nord ont été exposées aux messages sur la contraception plus que les femmes des autres régions. Bien qu'il y ait seulement 26 pour cent des femmes non c61ibataires qui ont entendu des messages sur la planification familiale, le tableau 4.19 montre que la majorité des femmes marocaines encluet~es (79 pour cent) pensent qu'il est acceptable d'avoir des messages sur la contraception à travers les mass média. 61 TABLEAU 4.19 POURCENTAGE DES FE~~4ES NON-CELIBATAIRES QUI PENSENT QU'IL EST ACCEPTABLE D'AVOIR DES MESSAGES SUR LA PLANIFICATION FAMILI- ALE A TRAVERS LES MASS MEDIA SELON L'AGE ACTUEL DE LA FEMME ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENP3, MAROC, 1987 Caractêristiques socio-d~mo- graphiques Age actuel 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Mllisu Urbain 78,0 87,6 91,8 89,5 92,5 90,4 84,0 89,3 Rural 57,5 68,3 74,1 75,8 73,0 70,0 66,1 70,8 R~gion Sud 59,5 68,4 77,9 79,9 78,4 70,8 67,0 74,0 Tensift 84,8 91,3 92,6 91,7 89,7 90,8 86,1 90,2 Centre 69,1 75,2 85,4 82,6 84,9 81,4 78,9 81,4 Nord-Ouest 43,3 64,3 79,8 81,1 74,4 73,6 61,5 71,9 Centre-Nord 75,7 80,2 80,1 78,6 76,6 77,9 68,3 77,3 Oriental * 74,0 67,6 68,8 75,0 72,3 75,8 69,8 Centre-Sud 75,0 82,6 87,5 88,0 89,7 90,6 82,6 86,4 Instruction Aucune 58,0 71,8 78,4 78,5 77,9 76,2 72,7 78,3 Primaire 88,6 89,7 92,1 93,2 98,9 98,5 91,4 93,5 Secondaire OU + * 96,2 98,5 99,0 96,4 100,0 86,7 97,7 Total 63,2 75,1 82,0 82,1 81,6 79,5 73,9 78,7 *Moins de 20 femmes Selon l'åge, les proportions d'approbation varient d'un minimum de 63 pour cent chez les femmes de 15-19 ans ~ un maximum de 82 pour cent chez celles de 25-39 ans. Selon les autres variables socio- d6mographiques, les faibles proportions d'approbaUon sont enregistrées à tous les ~ges en milieu rural (71 pour cent), dans les régions de l'Oriental (70 pour cent), du Nord-Ouest (72 pour cent) et du Sud (74 pour cent) et chez les femmes n'ayant aucune instruction (75 pour cent). 4 .13 CONCLUSION La connaissance de la contraception au Maroc est quasi totale (98 pour cent). La pilule, le DIU et la stérilisation féminine sont les méthodes les plus connues. Une grande partie des femmes connaissant une m6thode, connaissent aussi la source pour obtenir cette méthode. La pratique passée est relativement élev6e (57 pour cent) et l'utilisaåon actuelle a connu une augmentation importante au cours des sept demières années. En effet, la prévalence contraceptive est passée de 19,4 pour cent en 1979-80 (ENFPF) à 25,5 pour cent en 1983-84 (ENPC) et å 35,9 pour cent en 1987 OeNPS). Le programme marocain de planification familiale est axé sur la contraception moderne (29 pour cent). La pilule reste la méthode la plus utilisée (23 pour cent), tandis que l'utilisation des autres méthodes telles que le DIU et la st6rilisation féminine reste marginale (3 pour cent et 2 pour cent respectivement). 62 La majorité des utilisatrices actuelles recourent au secteur public. Pour les méthodes cliniques, sept femmes sur dix des utilisatrices de la stérilisation et du DIU, et pour les méthodes d'approvisionnement, six femmes sur dix ont obtenu leur méthode dans un centre de santé publique. Le r~le du VDMS dans l'approvisionnement de la contraception est loin d'Stre négligeable: au moins 20 pour cent des femmes utilisatrices ont reçu leur méthode par le biais de ce projet. L'échec de la méthode, les perturbations ou l'arret des règles et les effets secondaires constituent les trois raisons importantes de discontinuité des méthodes modernes. Le DIU semble 8tre la méthode qui pose davantage de problèmes de santé. Parmi les femmes mari~es n'utilisant pas actuellement la contraception, 3 sur 10 ont l'intention d'utiliser une méthode contraceptive dans l'avenir. La pilule est la méthode de choix (60 pour cent parmi les utilisatrices potentielles), suivie du DIU et de la stérilisation féminine (12 pour cent chacun). Enfin, l'instruction et l'urbanisation semblent 8tre les deux variables qui sont les plus positivement corrélées à la pratique de la contraception. Le taux de pr6valence contraceptive est défini comme l'utilisation de la contraception le mois préc&lent l'enquête, par les femmes mati~es au moment de l'anqu6te. Ce taux est de 35,9 pour cent. Si l'on se limite à l'utilisation au moment de rinterview, la prévalence devient 35,0 pour cent. Le taux dans l'Enquéte Nationale de Prévalenc¢ Contraceptive est défini comme l'utilisation de la conlxaception le mois précédant l'enquête. Enfin, la prévalence cona'aceptive dans I'ENFPF, est défini comme l'utilisation de la contraception au moment de rin~rview. 63 CHAPITRE V PREFERENCES EN MATIERE DE FECONDITE Ce Chapitre est consacré à la dimension désirée de la famille mesurée par les préférences des femmes quant 1/ au désir d'avoir des enfants supplémentaires; 2/ au délai d'attente avant d'avoir le prochain enfant et 3/ au nombre total d'enfants désirés. Les informations sur les préférences permettent de fournir une évaluation des besoins futurs pour les services en matière de contraception en supposant que les femmes enquStées ont des opinions sur les questions de préférences, et que ces opinions sont des indicateurs potentiels d'un comportement futur. Mais, il y a des limitations en utilisant les données de ce type de recherche car de telles données sont recueillies ~ partir d'un échantillon de femmes qui sont à différents moments de leur vie féconde. Pour les femmes jeunes, les réponses représentent une information sur un objectif à long terme et sont sujettes å diverses évolutions possibles. Pour les femmes, en fin de vie féconde, les réponses sont inévitablement influencées par l'expérience vécue. Toutefois, l'utilisation de plus en plus grande de la contraception et la connaissance quasi totale des moyens contraceptifs et des sources pour les obtenir indiquent que le choix de la planification familiale au Maroc est plutét un choix qui entre dans le calcul conscient, et pour cette raison, l'étude des préférences en matière de fécondité peut revêtir un intér~t particulier. 5.1 DES IR D 'AVOIR DES ENFANTS Le tableau 5.1 donne la répartition des femmes actuellement mari~es selon leur désir d'avoir des enfants, la certitude de leur préférence et selon leur nombre d'enfants vivants. Ce tableau est bas~ sur une série de questions ayant pour objectif d'obtenir des informations sur les attitudes des femmes quant au désir d'avoir un enfant supplémentaire. Presque 44 pour cent des enquêtées ont répondu qu'elles désirent avoir un autre enfant tandis que 42 pour cent ont répondu qu'elles n'en désirent pas. Au total, les femmes qui ont déclaré qu'elles ne veulent plus d'enfant, qu'elles soient certaines de leur désir ou non, plus celles qui ne regrettent pas d'avoir été stérilisées représentent 45 pour cent de l'ensemble des femmes actuellement mariées. Comme il fallait s'y attendre, les pourcentages de femmes qui ne veulent plus d'enfant, ~ l'inverse des pourcentages de celles qui veulent d'autres enfants, augmentent régulièrement avec le nombre d'enfants vivants, passant de 2 pour cent chez les femmes n'ayant pas d'enfant, à 38 pour cent chez celles ayant 3 enfants et å 78 pour cent chez les femmes ayant 6 enfants ou plus. Le tableau 5.2 et le graphique 5.1 donnent les proportions de femmes actuellement mari~es selon leur désir d'avoir des enfants et selon le nombre d'enfants vivants. Les femmes ne voulant plus d'enfant (les femmes stérilisées non comprises: 2 pour cent) représentent 46 pour cent de l'ensemble des femmes marié.es; elles constituent un large groupe de clientes potentielles pour l'adoption de méthodes radicales de contraception, telle la stérilisation. Un deuxième groupe non négligeable de 22 pour cent comprend les femmes qui veulent avoir un enfant après deux ans ou plus; ces femmes sont soit des utilisatrices actuelles d'une méthode contraceptive, soit des candidates potentielles pour adopter des méthodes d'espacement. Le même tableau 5.2 et le graphique 5.2 montrent que presque 80 pour cent des femmes mari~es qui n'ont pas d'enfant veulent avoir un enfant au cours des 24 mois consécutifs ~ la date de l'enquête. Le pourcentage baisse à 35 pour cent chez les femmes qui ont un enfant et à 15 pour cent chez celles qui ont trois enfants. La proportion de femmes qui veulent espacer leurs grossesses atteint un maximum de 50 pour cent chez les femmes qui ont un enfant vivant. 65 TABLEAU 5.1 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEE5 SELON LE DESIA D'AVOIR DES ENFANTS DANS L'AVENIR ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 Nombre d'enfants vivants* Préférence en matière de fécondité 0 1 2 3 4 5 6+ Total DESIRE UN AUTRE Définit ivement 94,9 89,9 65,3 47,7 29,3 22,0 6,8 43,6 Pas s~re 8,4 0,3 0,5 1,4 l,O 0,0 0,6 0,6 INDECISE 1,5 1,3 6,8 10,2 9,7 1,5 7,8 7,0 NE DESIRE PLUS Définit ivement i,I 5,7 22,5 33,3 53,3 57,7 75,3 41,9 Pas s~re 1,2 1,7 2,7 4,7 3,0 3,8 2,6 2,8 STERILISEE 0,2 0,5 0,4 i,I 2,5 2,5 4,8 2,2 STERILE I,I 0,6 1,3 1,2 1,3 2,5 2,8 1,7 NON REPONSE 0,6 0,0 0,i 0,4 0,8 0,0 0,2 0,2 Total 180,0 100,0 100,0 100,0 10C,0 100,0 100,0 100,0 Effectif (469) (702) (787) (724) (711) (601) (1453) (5447) *Y compris la grossesse actuelle TABLEAU 5.2 REPARTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS ET LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTE, ENPS, MARUC, 1987 Nombre d'enfants vivants* Préférence en Total matière de fécondité 0 1 2 3 4 5 6+ Veut un e~fant en moins de 2 ans 79,5 34,8 23,0 ]5,3 8,7 7,3 2,5 19,3 Veut attendre 2 ans ou plus 7,5 50,4 38,9 31,8 18,1 14,3 3,9 22,0 Veut un enfant« mais NSP quand 9,2 5,3 5,0 4,3 4,2 1,8 1,3 3,9 Indécise 0,6 0,9 5,8 6,8 7,2 8,7 5,4 5,2 Ne veut plus d'enfant 1,5 8,1 25,9 40,2 60,5 65,4 83,9 47,8 Stéri le I,I 0,6 1,3 1,2 1,3 2,5 2,8 1,7 Non-réponse 0,6 0,0 0,I 0,4 0,0 0,0 0,2 0,2 Total 100,0 100,0 i00,0 100,0 100,O 100,0 1O0,0 100,0 Effectif (469) (702) (787) (724) (711) (601) (1453) (5447) *Y compris la grossesse actuelle 66 Graphique 5.1 Préférences en Matière de Fécondité (Femmes actuellement en union) D6eire bientÕt (moins de 2 ans) 19% Pas aare 5 D~sire un enfant (NSP quand) 4% ire attendre us ou plus 22% St6rile 1.7% Ne d~sire plus d'enfants 48% ENPS Maroc , 1987 100% Graphique 5.2 Préférences en Matière de Fécondité Selon le Nombre d'Enfants Vivants Répar t i t ion des femmes mar iées 80% 60% 40% 20% 0% 0 1 2 3 4 Nombre d 'Enfants V ivants m Ne d~eire plus ~ Stérile D6eire bientet ~ Pas eOre 5 6* D6sire attendre ENPS Maroc , 1987 5? Les préférences en matière de fécondité diffèrent selon l'fige de la femme, comme le montre le tableau 5.3. La proportion de femmes qui veulent espacer ou avoir le prochain enfant dans les deux prochaines années diminue avec l'augmentation de l'age de la femme. Les données montrent aussi l'intér~t considérable accordé par les femmes marocaines à la limitation des naissances; le pourcentage de femmes qui ne désirent plus avoir d'enfant passe de 3 pour cent seulement à 15-19 ans ~ 79 pour cent à 45-49 ans. TABLEAU 5,3 EEPABTITION (EN %) DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SELON LE DESIR D'AVOIR DES ENFANTS ET L' AGE ACTUEL, ENPS, MAROC, 1987 Age acçuel Préférence en mati~re de fécondité 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Désire un enfant en moins de 2 ans 43,5 29,7 20,0 19,1 15,6 11,7 7,8 19,3 Désire attendre 2 ans ou plus 43,5 43,9 34,9 19,9 9,0 3,7 0,8 22,0 Désire un enfant, mais NSP quand 8,3 5,3 4,7 3,1 3,0 2,2 2,5 3,9 Indécise 1,4 3,8 6,3 7,2 5,8 4,0 3,8 5,2 Ne désire plus d'enfant 2,9 16,6 32,7 49,5 65,1 75,6 79,1 47,8 Stérile 0,4 0,5 1,4 1,0 1,3 2,6 5,2 1,7 Non réponse 0,0 0,I 0,0 0, I 0, i 0,3 0,8 0,2 Total 100,0 I00,0 I00,0 100,0 1O0,0 100,0 1O0,0 100,0 Effectif (276) (788) (1182) (1066) (857) (626) (652) (5447) Le désir de ne plus avoir d'enfant varie selon les caractéristiques socio-démographiques et le nombre d'enfants vivants. Le tableau 5.4 montre que, aussi bien en milieu urbain qu'en milieu rural, la proportion de femmes ne voulant plus d'enfant augmente régulièrement avec le nombre d'enfants vivants. Toutefois les pourcentages sont 21 pour cent plus élevés parmi les femmes urbaines que parmi les femmes rurales. Les différences inter-régionales sont moins prononcées, à l'exception du Sud où la proportion de femmes ne désirant plus d'enfant est extr~mement faible (32 pour cen0. Par niveau d'instruction, les diffdrences sont relativement insignifiantes pour l'ensemble des femmes; mais en tenant compte du nombre d'enfants vivants, les différences deviennent importantes: ainsi, les proportions des femmes ne voulant plus d'enfant sont au moins deux fois sup6rieures chez celles ayant une éducation secondaire et une parité de 1 à 3 enfants que chez les femmes ayant la m~me parité et n'ayant aucune éducation. 5.2 BESOINS FUTURS POUR LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE Le tableau 5.5 pr6sente les données sur les besoins futurs pour les services de planification familiale parmi les femmes actuellement mari~es selon les variables socio-démographiques. La première partie du tableau comprend le premier groupe de femmes seraient susceptibles d'utiliser maintenant ou dans l'avenir la contraception afin d'éviter une grossesse qui n'est pas désirée ou qui n'est pas planifiée. U s'agit des femmes qui sont fertiles, n'utilisent pas une méthode anti-conceptionnelle au moment de l'enquête et qui ne veulent plus d'enfant ou veulent retarder la prochaine naissance pour deux ans ou plus. Cette définition comprend aussi les femmes qui ne sont pas soumises à un risque immédiat de grossesse et donc, ne sont pas susceptibles de s'intéresser ~ la contraception (femmes actuellement enceintes, en aménorrhée, ou non sexuellement actives). 68 TABLEAU 5.4 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES QUI NE VEULENT PLUS D'ENFANT (Y COMPRIS LA STERILISATION) SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caract~ristlques aocio-d6mogra- phiques Nombre dtenfants vivants* 0 1 2 3 4+ Total Milieu Urbain 1,9 11,4 37,1 52,0 82,6 53,4 Rural i,I 5,5 16,9 30,6 68,5 43,7 R6gion Sud O,0 2,9 19,0 29,7 55,6 31,5 Tensift 1,6 ii,I 28,0 37,2 79,4 51,0 Centre 0,0 9,1 30,5 43,1 90,0 52,5 Nord-Ouest 2,0 12,7 31,7 43,8 75,2 49,6 Centre-Nord 3,4 2,2 18,9 38,2 69,5 45,4 Oriental 0,0 2,6 30,2 29,8 69,5 45,7 Centre-Sud 6,1 10,9 26,2 57,1 77,3 53,1 Instruction Aucune 1,6 6,9 20,0 34,1 72,7 47,4 Primaire 2,5 7,3 29,1 57,1 81,0 49,9 Secondaire ou + 0,0 15,3 55,0 74,6 86,4 48,7 Total 1,5 8,1 25,9 40,2 73,9 47,8 *Y compris la groaaesse actuelle Au total, le tableau 5.5 montre que presqu'une femme sur deux (46 pour cent) pourrait ~tre susceptibles d'utiliser les services de planification familiale. Les femmes qui ne veulent plus d'enfants en représentent plus de la moitié (25 pour cent) tandis que celles qui veulent espacer en représentent 21 pour cent. La deuxiæme partie du tableau comprend les femmes qui ont les mEmes caractéristiques que celles du premier groupe et qui ont en plus l'intention de pratiquer une m6thode contraceptive dans l'avenir. Deux femmes mari~es sur dix (18 pour cent) sont susceptibles d'utiliser la contraception et ont l'intention de recourir aux services de la planification familiale. Elles sont r6parties comme suit: 11 pour cent ne veulent plus d'enfants et 7 pour cent désirent espacer. Les premières représentent des candidates potentielles pour accepter une méthode de limitation des naissances telle que la stérilisation féminine et les secondes représentent les femmes qui accepteront probablement des méthodes d'espacement. 5 .3 NOMBRE TOTAL D 'ENFANTS DES IRES Le nombre total moyen d'enfants désirés peut être considéré comme l'un des indicateurs de nonne de la dimension de famille désirée au Maroc. Dans le cadre de I'ENPS, la taille de la famille désirée est saisie ~t l'aide des deux questions suivantes: Pour les femmes qui n'ont pas d'enfants, la question est formulée comme suit: "Si vous pouviez choisir le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?" 69 TABLEAU 5.5 POURCENTAGE DES FEMMES ACTUELLEMENT MARIEES SUSCEPTIBLES DE PRATIQUER LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS L'AVENIR ET LE POUR- CENTAGE SUSCEPTIBLES D'UTILISER LA CONTRACEPTION QUI ONT L'IN- TENTION D'ADOPTER UNE METHODE DANS L'AVENIR SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOOIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 D@sir d'avoir des enfants Suscept ibles d'utiliser* Ayant l'intention d'uti- liser la contracept ion Caract~r ist iques Ne d~sire D~sirs Ne d~- Desire socle- plus es- sire es- d~mographiques d'enfants pacer Total plus pacer Total Milieu Urbain 20,3 14,0 34,3 10,4 7,1 17,5 Rural 26,1 26,3 54,4 10,9 7,3 18,2 R~gion Sud 17,9 34,4 52,2 6,8 9,4 16,3 Tensift 27,5 21,9 49,3 14,6 10,6 25,2 Centre 25,1 14,8 37,9 11,6 6,2 17,8 Nord-Ouest 27,2 19,2 46,4 10,9 4,9 15,8 Centre-Nord 29,2 24,5 53,7 10,4 7,1 17,5 Oriental 23,6 24,7 48,3 6,5 6,5 13,1 Centre-Sud 26,1 18,3 44,4 11,0 8,8 19,8 Instruct ion Aucune 27,2 22,6 49,9 II,0 6,6 17,5 Primaire 14,5 15,5 30,0 9,7 10,1 19,7 Secondaire ou + 11,3 12,8 24,1 9,2 10,5 19,7 Total 24,8 21,2 46,0 10,7 7,2 17,9 *On d~finit les femmes suscept ibles d'ut i l iser par le fait qu'elles sont ferti les, n 'ut i l isent pas la contracept ion au moment de l'enqu~te et ne d~- sirent plus d 'enfants ou bien d~sirent retarder la prochaine naissance de deux ans OU plus. Pour les femmes qui ont des enfants, on a demandé: "Si vous pouviez recommencer à partir du temps où vous n'aviez pas d'enfant ni fille ni garçon et pouviez choisir le nombre d'enfants que vous désiriez, combien voudriez-vous en avoir?" Les donn6es provenant de ces deux questions permettent de donner une idée 1/ sur le nombre total d'enfants que les femmes, qui sont en début de vie f6conde, souhaitent avoir dans l'avenir, et 2/ sur le niveau de fécondité non désirée chez les femmes plus/~gées qui ont déjà une descendance élevée. Il est important de noter qu'un nombre non négligeable de femmes ont des difficultés à r6pondre à une telle question hypoth6tique. Le fait qu'une femme sur quatre (27 pour cen0 a donn6 une réponse non num6rique ("ça d6pend de Dieu,") est une preuve de cette attitude fataliste. Par ailleurs, il est souvent admis que, ~ la question sur la dimension désirée, certaines femmes déclarent leur descendance actuelle comme la mille idéale car elles trouvent difficiles å admettre qu'elles ne voulaient pas avoir certains de leurs enfants. 70 Le tableau 5.6 montre que le nombre d'enfants désirés par les femmes non-célibataires est le mSme que le nombre d'enfants désir6s par les femmes actuellement mariées. En moyenne, la femme marocaine désire avoir 3,7 enfants. Ce nombre est inférieur au nombre moyen d'enfants nés vivants de 4,3 par femme non-célibataire qui est présenté dans le Chapitre 3. Il est aussi de loin inférieur au nombre moyen total d'enfants désir6s de 5,0 d'après I'ENFPF de 1979-80. (I1 est à noter que la formulation de la question sur le nombre d'enfants d6sir6s est diff6rente dans les deux enqu&es pour les femmes qui ont des enfants). TABLEAU 5.6 REPARTITION (EN %) DES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE TOTAL D'ENFANTS DESIRES ET NOMBRE MOYEN TOTAL D'ENFANTS DESIRES PARMI LES FEÆES MARIEES ET LES FEMMES NON-CELIBATAIRES SELON LE NOMBRE D'ENFANTS VIVANTS, ENPS, MAROC, 1987 Nombre d'enfants vivants (a) Nombre total Pas d'enfants d'en- d~sir~s fant 1 2 3 4 5 6+ Total 0 0,5 0,6 0,5 0,0 0,4 0,8 0,4 0,4 1 2,7 3,8 1,8 1,3 1,1 0,3 0,7 1,6 2 32,4 31,5 22,3 17,4 15,1 12,1 10,2 18,9 3 14,8 18,5 19,9 14,4 7,2 10,0 9,3 13,1 4 16,0 19,8 26,4 30,2 32,4 18,1 25,7 24,6 5 3,0 3,8 3,8 7,6 7,6 10,6 6,4 6,1 6 ou plus 5,6 3,3 4,4 6,4 9,2 15,7 13,6 8,8 R~ponse non- num6rique 25,0 18,7 21,0 22,8 27,2 32,4 33,9 26,6 Total 1O0, O i00,0 i00,0 100,0 i00,0 I00,0 1O0,0 100,0 Effectif (593) (840) (848) (778) (784) (642) (1527) (5982) Moyenne (femmes n. c~libataires) 3,1 3,0 3,3 3,6 3,9 4,2 4,3 3,7 Effectif (femmes n. c~libataires) (445) (683) (670) (601) (549) (434) (1Ol0) (4392) Moyenne (femmes marines) 3,1 3,0 3,3 3,6 3,9 4,3 4,3 3,7 Effectif (femmes marines) (351) (567) (621) (567) (521) (412) (962) (4001) ENFPF, 1979-80 (b) 4,2 4,1 4,2 4,5 5,1 5,2 6,0 5,0 (a) Y compris la grossesse actuelle (b) ENFPF 1979-80, Vol. III, p. 45, Ministère de la Sant~ Publique, 1984. Parmi les femmes qui ont entre 0 et 3 enfants, la taille moyenne désirée est supérieure au nombre actuel d'enfants et parmi celles qui ont plus de 3 enfants, la taille désirée est inférieure au nombre actuel. Ce dernier groupe est d'un intér& particulier comme indicateur d'un surplus de fécondité non désirée. Le tableau 5.7 présente le nombre moyen total d'enfants désirés par femme non-célibataire selon les variables socio-démographiques. Il ressort de ce tableau que la descendance moyenne désirée augmente g6n6ralement avec l'age de la femme, passant de 3,3 enfants chez les femmes de 20-24 ans à 4,3 enfants chez celles de 45-49 ans. Par milieu de résidence, les femmes urbaines semblent désirer moins d'enfants que les femmes rurales, quel que soit le groupe d'ãges. L'écart absolu entre les deux milieux est de 0,7 enfant (3,3 dans l'urbain contre 4,0 dans le rural). 71 TABLEAU 5.7 NOMBRE MOYEN TOTAL D' ENFANTS DESIRES pARMI LES FEMMES NON- CELIBATAIRES SELON L' AGE ACTUEL ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPRIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Age actuel CaractèrEs- tiques soeio- d6mographiques 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 Total Milieu Urbain 2,9 2,7 3,0 3,2 3,4 3,6 4,2 3,3 Rural 3,7 3,7 3,9 4,1 4,2 4,4 4,4 4,0 R~gion Sud 3,9 3,5 3,5 3,6 4,0 3,9 4,8 3,7 Tensift 3,4 3,3 3,5 3,8 3,3 3,8 3,7 3,5 Centre 3,1 3,1 3,4 3,6 3,8 3,9 4,2 3,6 Nord-Ouest 3,9 3,2 3,2 3,5 3,6 4,0 4,6 3,6 Centre-Nord 3,5 3,9 4,1 3,9 4,2 4,1 4,8 4,1 Oriental 4,3 3,7 3,7 3,7 4,0 4,5 4,2 3,9 Centre-Sud 2,6 2,9 3,3 3,6 4,0 3,4 4,0 3,5 Instruction Aucune 3,6 3,5 3,7 3,9 4,0 4,1 4,3 3,8 Primaire 2,7 2,8 3,0 3,3 3,3 3,4 3,8 3,1 Secondaire ou + 2,7 2,5 2,7 2,5 3,0 3,3 3,0 2,8 Total 3,5 3,3 3,5 3,7 3,8 3,9 4,3 3,7 Les différences selon le niveau d'instruction sont encore plus pmnoncées. En moyenne, l'écart absolu est de 1,0 enfant entre les femmes qui n'ont jamais fréquenté l'école et celles qui ont un niveau secondaire ou plus. Enfin, par région, les différences sont insignifiantes à l'exception du Centre-Nord et de l'Oriental ot~ les femmes semblent désirer le plus grand nombre d'enfants (4,1 et 3,9 respectivement). A l'inverse, les femmes du Tensifl sont celles qui aimeraient avoir le moins d'enfants (3,5). 5.4 PLANIF ICAT ION DE LA FECONDITE ET STATUT DES NAISSANCES Lors de I'ENPS, on a posé aux femmes non-célibataires une série de questions pour chaque enfant né au cours des cinq demières années et pour la grossesse actuelle (s'il y en a une) afin de déterminer si telle ou telle grossesse était planifiée, non planifiée mais souhaitée pour plus tard ou non désirée. Le but de ces questions est de mesurer le degré de réussite des couples dans le contréle de leur fécondité. On demande à la femme de se rappeler avec exactitude ses préférences en matière de fécondit6 à un ou plusieurs moments au cours des cinq deroières années. Bien sflr, il y a toujours le danger de ralåonalisation: une grossesse non désir6e peut bien devenir un enfant chéri. Malgré ces problèmes de compréhension, de rappel et de sincérité, les résultats d'enquEtes antérieures entreprises dans différents pays se sont révéMs plausibles. Le tableau 5.8 qui a pour base de calcul les naissances et non les femmes donne la répartition des naissances au cours des cinq demières années (y compris la grossesse actuelle) selon le rang de naissance, le désir d'avoir ou de ne pas avoir la naissance et la pratique de la contraception. Les catégories de réponses classées sous "intervalle de pratique" ont besoin d'~tre élucidées. Les naissances qui se trouvent dans la catégorie "voulait pour plus tard" ou la catégorie "ne voulait pas de naissance" représentent un 72 échec de la contraception; autrement dit, ces naissances appartiennent aux femmes ayant répondu qu'elles utilisaient la contraception quand elles sont devenues enceintes. Les naissances qui se trouvent dans la catégorie "voulait å ce moment-là" repr6sentent les naissances issues de mères qui utilisaient la contraception durant l'intervalle, mais l'avaient arr&é pour devenir enceintes. TABLEAU 5.8 REPARTITION (EN %) DE TOUTES LES NAISSANCES (Y COMPRIS LA GROSSESSE ACTUELLE) AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LA PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION PAR LA bigRE, LE DESIR D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 Prat ique de la contracept ion et d~sir d'avoir des enfants Rang de naissance 1 2 3 4+ Total INTERVALLE DE NON PRATIQUE Voulait å ce moment- lå 72,8 51,0 49,9 39,8 48,9 Voulait pour plus tard 7,3 12,6 12,6 12,6 11,6 Ne voulait pas de naissance 0,5 0,7 1,3 12,2 6,7 INTERVALLE DE PRATIQUE Voulait å ce moment- là 11,2 21,8 19,2 10,6 13,7 Voulait pour plus tard 2,8 10,6 12,1 8,8 8,5 Ne voulait pas de naissance 0,2 1,8 3,7 14,3 8,3 Pas de rêponse 6,3 1,2 1,3 1,7 2,2 Total 100,0 i00,0 100,0 100,0 100,0 Effecti f (1199) (1072) (946) (3494} (6711) Parmi toutes les 6711 naissances (y compris la grossesse actuelle) des cinq demi6ms années, 63 pour cent étaient désir6es å ce moment-là, 20 pour cent étaient désir6es pour plus tard et 15 pour cent n'étaient pas désirées. Les femmes qui ont quatre enfants vivants ou plus semblent avoir déclaré le plus de naissances non désir6es. Presque 17 pour cent des naissances appartiennent à des femmes qui ont d6claré qu'elles utilisaient une méthode contraceptive quand elles sont devenues enceintes. Il est difficile, en raison des limitations des données, de savoir si ces naissances sont le r6sultat de l'inefficacité des méthodes ou de la mauvaise utilisation de la contraception. Le tableau 5.9 ressemble au tableau pr6c6dent mais les naissances pMsentées ici sont celles qui sont survenues au cours des 12 mois précédant la date de l'enquête. La tendance pour les naissances très r6centes est semblable à celle pour les naissances des cinq demières années. Au total, 59 pour cent des 1328 naissances au cours des 12 derniers mois étaient désiré.es à ce moment-là, 22 pour cent 6taient désiré, es pour plus tard et 18 pour cent n'étaient pas désir6es. Presque 80 pour cent des naissances de rang 1 et 2 sont al~sir~es contre 49 pour cent des naissances de rang 3 ou plus. A l'inverse, les naissances de 73 rang 3 ou plus semblent de loin 8tre moins planifiées que celles de rang 1 ou 2 (50 pour cent contre 20 pour cent). TABLEAU 5.9 POURCENTAGE DES FEMMES AYANT UNE NAISSANCE DANS LES 12 MOIS SELON LE DESIR OU NON D'AVOIR LA NAISSANCE ET LE RANG DE NAISSANCE, ENPS, MAROC, 1987 D~slr ou non Rang de naissance d'avoir la derniAre naissance 1-2 3+ Total Voulait å ce moment- lA 79,8 48,8 59,0 Voulait pour p lus tard 18,4 24,4 22,4 Ne voulait pas i,I 25,8 17,6 Pas de r~ponse 0,7 1,0 0,9 Total 100,0 I00,0 100,0 Effect i f (440) (888) (1328) Le tableau 5.10 présente un autre indicateur de la fécondité non ddsirde au Maroc. L'impact de la prévention des naissances non désirées peut ~tre estimé en calculant l'indice synthétique de fécondité désirée (ISFD) ou la somme des naissances réduites. Cet indice exprime le niveau de fécondité qui, théoriquement, devrait ~tre atteint si toutes les naissances non ddsirdes étaient évitées. La comparaison de l'indice synthétique de fécondité (ISF) ou la somme des naissances réduites avec I'ISFD fait ressortir le potentiel de l'impact démographique si les naissances non ddsirdes avaient ~té évitées. L'ISFD est calculé de la m8me façon que I'ISF présenté dans le Chapitre 3, tout en éliminant du numérateur les naissances classées comme non al~sir~es. Théoriquement, la somme des naissances réduites désir~es devrait ~tre une meilleure mesure de la fécondité désirée que les réponses aux deux questions directes sur le nombre total d'enfants désir~s. Elle est plus proche de la réalité, car les réponses des femmes enquétées tiennent probablement compte de la répartition entre garq, ons et filles déjà nés et des considérations de survie. Les réponses aux questions sur le nombre total d'enfants désirds, par contre, se rdferent probablement aux enfants survivants et peuvent supposer une distribution idéale des garçons et des filles. Une autre différence entre les deux mesures mérite d'~tre mentionnée. L'indice synthétique de la fécondité désirée prend la fécondité observée comme le point de départ ct par conséquent, il ne pout jamais ~tre supéricur a l'indice synthétique de fécondité du moment. Le nombre total d'enfants désirés, par contre, peut et est souvent supérieur au nombre d'enfants nés. Il ressort de ce tableau 5.10 que si toutes les naissances non désir~es étaient ~vit~es, I'ISF des femmes ~tgées de 15 à 44 ans chuterait de 4,62 à 3,76 ce qui représente une baisse de l'ordre de 19 pour cent. Cette baisse montre clairement qu'une minorité importante de couples marocains ne réussissent pas encore à planifier le nombre d'enfants qu'ils désirent. L'indice synthétique de fécondité désirdc varie selon les caractéristiques socio-démographiques dans le méme sens que l'indice synthétique de fécondité, sauf que les niveaux de la ISFD sont plus faibles pour toutes les catégories. 74 TABLEAU 5.10 INDICE SYNTHETIQHE DE FECONDITE (ISF) ET INDICE SYNTHETIQUE DE FECONDITE DESIREE (ISFD) DANS LES CINQ DERNIERES ANNEES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caraet~ristiques soeio- d~mographiques ISFD ISF Milieu Urbain 2,55 3,24 Rural 4,88 5,88 R~gion Sud 4,85 5,25 Tensift 3,85 4,85 Centre 3,09 3,90 Nord-Ouest 3,79 4,70 Centre-Nord 4,81 5,92 Oriental 3,39 4,48 Centre-Sud 3,10 3,96 Instruction Aucune 4,29 5,21 Primaire 2,44 3,19 Socondaire ou + 1,96 2,36 Total 3,76 4,62 5.5 CONCLUSION Les données de ce Chapitre montrent clairement que les femmes marocaines sont de moins en moins attachées à la famille nombreuse. En effet, la dimension désirée est passée de 5 enfants en 1979-80 (ENFPF) à 3,7 enfants en 1987 OeNPS). Par ailleurs, le désir de limiter les naissances ou de les espacer est devenu de plus en plus prévalent parmi les femmes mari~es enqu&ées. Ainsi, presqu'une femme sur deux (46 pour cent) a répondu qu'elle désire ne plus avoir d'enfants et plus de deux femmes sur dix (22 pour cent) ont déclaré vouloir espacer leur prochaine naissance. Enfin, en comparant l'indice synthétique de fécondité ~ l'indice synthétique de fécondité désir~, on constate qu'une minorité importante (19 pour cent) de couples marocains ne réussissent pas encore å planifier le nombre d'enfants qu'ils désirent. 75 CHAPITRE VI MORTALITE ET SANTE L'étude des niveaux de la mortalité infantile et juvénile, d'une part, et de la santé de l'enfant, d'autre part, constitue l'un des principaux objectifs de I'ENPS dont la connaissance est indispensable pour une meilleure action dans ce domaine. En effet, l'enquête permet d'estimer les niveaux et les tendances de la mortalité des enfants par les méthodes directes à partir des tableaux de l'historique des naissances. La mortalité est l'un des principaux déterminants du mouvement de la population. Elle exerce une influence prépondérante sur le niveau de la fécondité. La baisse de la mortalité est un indice important du développement économique et social. Et, du fait que la mort est due à une multitude de facteurs d'origines diverses, on tiendra compte dans ce chapitre de l'influence des variables biologiques et socio-économiques dans l'analyse de la mortali~é. Les données sur la santé des enfants telles que la couverture vaccinale, les soins prénatals, la prévaience et le traitement de la diarrhée, l'utilisation des services de santé et le statut nutritionnel permettent d'identifier les populations-cibles pour les soins sanitaires de base, d'évaluer l'impact des programmes actuels de santé et de faire les changements appropriés pour améliorer les services. La première partie de ce Chapitre sera consacrée à la méthodologie et à la qualité des données sur la mortalité et aussi à l'analyse de la mortalité infantile et juvénile pour différentes périodes. La deuxième partie abordera l'étude des sources de soins prénatals et d'autres indicateurs de santé de l'enfant. La dernière partie traitera des indices anthropométriques dont les données proviennent de la section consacrée au poids et à la taille des enfants [tgés de moins de trois ans. 6.1 MORTALITE Méthodologie Les quotients de mortalité ont été calculés selon la période (en utilisant l'information sur les décès et l'exposition à la mortalité par /ige pour une période de temps spécifique) et non selon la génération. L'approche de la période est préférable pour deux raisons: 1/ les quotients par rapport à une période considérée sont plus appropriés pour l'évaluation des programmes et 2/ les données nécessaires pour le calcul des quotients par génération ne sont que partiellement disponibles pour la p6riode de cinq ans qui précèdent immédiatement l'enquête. Les données pour l'analyse de la mortalité infantile et juvénile proviennent de la section sur "la fécondité et la mortalité" du questionnaire individuel. La section commence par un ensemble de questions sur l'expérience des enquStées en matière de reproduction (nombre de gatçons et de filles qui vivent dans le ménage, qui vivent ailleurs ou qui sont déc&lés). Ces questions sont suivies par un historique des naissances ot~ l'information est donnée sur chacun des enfants nés vivants: sexe, source pour l'obtention de la date de naissance, date de naissance, état de survie, age actuel et age au décès. L'approche de l'historique des naissances pour la collecte des données peut également poser des problèmes. Elle a des limitations structurelles et peut engendrer d'autres types d'erreurs de collecte. Pour ce qui est des limitations structurelles, on peut dire que l'information provenant des femmes ågées de 15-49 ans en 1987 n'est, en aucun cas, représentative de la période couvrant 77 l'historique des naissances (les 35 années précédant l'enquete) et des différents intervalles de cette période (par exemple, il n'y a aucune information sur les naissances issues de femmes ~lgées de 40 à 49 ans pour la l~riode de 10 à 15 ans précédant l'enquSte). Les autres erreurs de collecte comportent le sous-enregistrement des événements, les erreurs de déclaration de l'/lge au décès et la date de naissance. En général, tous ces problèmes liés aux données sont moins sérieux pour les périodes considérées qui sont proches de la date de l'enquéte. Incidence des d&~s d'enfants Le tableau 6.1 donne le nombre moyen d'enfants nés vivants et survivants par groupe dqlge des femmes non-célibataires. Ce tableau permet d'examiner la différence entre le niveau de la fécondité, représenté par le nombre moyen d'enfants nés vivants par femme, et la dimension de la famille, définie par le nombre d'enfants survivants. TABLEAU 6.1 NOMBRE MOYEN D'ENFANTS NES VIVANTS ET SURVIVANTS ISSUS DES MERES NON-CELIBATAIRES DANS L'ENFS, 1987 ET L'ENFPF, 1979-80 SELON L'AGE ACTUEL DE LA FES~4E, ENPS, MAROC, 1987 ENFFF, 1979-80" ENPS, 1987 Nombre Nombre Nombre Nombre moyen moyen % moyen moyen % dSenfants d*enfançs dWenfançs d'enfants d'enfants d'enfants nés ri- s~rvi- survl- nés vl- survi- survi- Age actuel vants vants vants Total vants vants vants Total 15-19 0,77 0,67 0,87 313,0 0,51 0,45 0,88 296,0 20-24 1,92 1,66 0,86 728,0 1,50 1,34 0,89 858,0 25-29 3,25 2,77 0,85 725,0 2,83 2,51 0,89 1285,0 30-34 4,91 4,17 0,85 603,0 4,24 3,68 0,87 1152,0 35-39 6,31 5,04 0,80 631,0 5,53 4,74 0,86 931,0 40-44 7,11 5,68 0,80 551,0 6,82 5,71 0,84 701,0 45-49 7,08 5,40 0,76 554,0 7,43 6,04 0,81 759,0 Total 4,55 3,73 0,82 4105,0 4,27 3,64 0,85 5982,0 *Enquête Nationale sur la Fécondlt~ et la Planif ication Familiale au Maroc, 1979-80, Vol. IV, pp. 73 et 154, 1984, Minlst~re de la Santê Publique, 1984. Comparée à I'ENFPF 1979-1980, on constate que la mortalité des enfants reste relativement élevée, bien qu'elle ait légèrement diminué durant les sept dernières années. L'ENPS fournit une parité de 4,26 dont 3,65 (ou 85 pour cent) sont survivants. Pour ce qui est de I'ENFPF, 82 pour cent étaient encore en vie sur une parité de 4,55 enfants. On remarque à partir du tableau 6.1 que la proportion d'enfants survivants diminue généralement avec lqlge de la mère: de 88 pour cent chez les femmes de 15-19 ans à 81 pour cent chez celles de 45-49 ans. On relève une seule exception: la proportion d'enfants survivants est plus élevée chez les femmes de 20-24 ans que chez les femmes de 15-19 ans. Ce résultat peut s'expliquer par l'omission de naissances vivantes chez les femmes de 20-24 ans, ou par un vieillissement de ces femmes, leur ~lge réel au moment de l'enquête étant inférieur à 20 ans. On peut noter aussi la baisse assez importante de la proportion d'enfants survivants parmi les femmes de plus de 30 ans. Cette diminution peut s'expliquer par la baisse du niveau de la mortalité lorsqu'on passe du groupe d'ages de 45-49 ans à celui de 25-29 ans. Ainsi, sur 1000 naissances des femmes du groupe d'figes 25-29 ans, 110 étaient décédées au moment de l'enqu&e, par contre on enregistre 190 décès sur 1000 naissances chez les femmes de 45-49 ans. 78 Le tableau 6.1 qui est une représentation purement descriptive des dæcès d'enfants montre, cependant, des niveaux relativement élevés de la mortalité infantile et juvénile au Mamc. La section qui suit est consacrée à l'étude détaillée de ces niveaux de mortalité. Niveaux et tendances de la mortalité infantile et juvénile Les quotients de mortalité infantile et juvénile selon le sexe et la période, qui sont présent~s au tableau 6.2, sont estimés par des méthodes directes à partir de l'historique des naissances. Durant la période la plus récente 1982-1986, le quotient de mortalité infantile (lq0), sexes réunis, est estimé à 73 pour mille. Chez les enfants ayant atteint leur premier anniversaire, 31 pour mille décèdent avant d'atteindre leur cinquième anniversaire (4ql). L'examen des données pour la période la plus récente montre que la mortalité infantile masculine (76 pour mille) est supérieure à celle du sexe féminin (71 pour mille). M~me remarque pour le quotient 5q0. TABLEAU 6.2 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE SELON LA PERIODE ET LE SEXE DE L'ENFANT, ENPS, MAROC, 1987 P~rlodes SeMe de l'enfant 1982-86" 1977-81 1972-76 1967-71 1962»66 Masculin NN 43,5 49,0 53,9 56,8 68,1 P-NN 32,5 42,2 64,2 55,8 55,2 lq0 76,0 91,4 118,1 112,6 123,3 2q0 92,3 115,1 147,4 145,9 161,9 5q0 104,7 134,1 174,9 174,8 (205,8) lql 17,7 26,1 33,3 37,5 44,0 3q2 ]3,7 21,5 32,2 33,9 (52,4) 4ql 31,1 43,0 64,4 70,2 (94,1) F~minln NN 38,7 48,6 43,3 37,9 47,4 P-NN 31,8 44,8 46,5 54,7 65.3 lq0 70,5 91,4 89,8 92,6 112,7 2q0 86,2 118,0 128,8 138,8 159,6 5q0 99,6 138,0 155,5 173,2 (199,9) lql 16,9 27,1 42,8 50,9 52,9 3q2 14,7 22,7 30,7 40,0 (48,0) 4ql 31,3 49,1 72,2 88,8 (98,3) Les deux sexes NN 41,i 48,8 48,8 47,4 58,1 P-NN 32,2 43,6 55,6 55,3 60,1 lq0 73,3 92,4 104,4 102,7 118,2 2q0 89,3 116,5 138,4 142,3 160,8 5q0 102,2 136,0 165,5 174,0 203,0 lql 17,3 26,6 38,0 44,1 48,4 3q2 14,2 22,1 31,5 36,9 50,2 4ql 31,2 48,0 68,3 79,4 96,2 Note: Les chiffres entre parenth~ses représentent des sur moins de 500 naissances. NN - Nêonatal P-NN - Post-n~onatal *On a inclus 1987, l 'année de l'enqu~te. ofootients calcul~s 79 Par ailleurs, on relève å partir du m~me tableau une forte mortalité endogæne du premier mois (due essentiellement à des tares héréditaires, ~t des malformations congénitales ou aux traumaasmes causés par l'accouchement) de 41 pour mille, durant la période 1982-1986; le quotient correspondant de mortalité post-néonatale ou exogène est de 32 pour mille. Ainsi, on peut dire que sur 100 décès avant l'~ge d'un an, sexes réunis, 41 surviennent avant l'/ige d'un mois. Pour une analyse plus detaillée de la mortalité endogène, le tableau 6.3 donne la répartition des décès par période et selon le sexe et l ' lge au décès. On relève sur ce tableau que la première semaine de la vie compte pour la plus grande partie de la mortalité néonataie avec 65 pour cent des décès de moins d'un mois et 33 pour cent des décés de moins d'un an, sexe réunis, durant la période 1982- 1986. On constate, durant cette période, une surmortalité masculine par rapport à la mortalité infantile du sexe féminin durant la première semaine de la vie. TABLEAU 6.3 REPARTITION DES DECES SELON LES PERIODES DE NAISSANCE, LE SEXE ET L'AGE AU DECES, ENPS, MAROC, 1987 1982-86" 1976-81 1972-76 1967-71 1962-66 Age au dêc~s SM SF ER SM SF SR SM SF SR SM SF SR SM SF SR 0-7 Jours (a) I00 82 182 ii0 95 205 94 69 163 79 51 130 57 34 91 0-30 Jours (b) 150 130 280 158 150 308 142 106 248 103 67 170 79 52 131 <I an (c) 276 245 521 298 292 590 289 196 485 197 108 355 133 119 251 Rapport a/b 0,67 0,63 0,68 0,70 0,63 0,67 0,66 0,66 0,66 0,77 0,76 0,76 0,72 8,65 0,69 Rapport a/c 0,36 0,33 0,35 8,37 0,33 0,35 0,33 0,35 0,34 0,40 0,32 0,32 0,43 0,29 0,36 SM - Sexe masculin SF - Sexe f~minin SR - Sexes r~unls *On a inclus 1987, l 'ann6e de l'enqu~te. De meme, la proportion des décès durant la première semaine de la vie est presque constante entre 1962-1966 et 1982-1986, aussi bien pour le sexe masculin que pour le sexe féminin. Concernant la tendance de l'évolution des quotients de mortalité infantile et juvénile, on constate une baisse presque continue de la période la plus ancienne (1962-1966) å la période la plus récente (1982-1986); mais la baisse du quotient de mortalité infantile parait mod6rée relativement aux autres quotients de mortalité juvénile. La baisse est aussi apparente dans le graphique 6.1 présentant l'évolution de la mortalité des enfants de 1972-1976 à 1982-1986. De mEme, la mortalité endogène se distingue au niveau de chaque sexe par une évolution en baisse nettement plus lette que l'évolution de la mortalité exogène. En effet, la mortalité infantile est passé.e, pour les deux sexes réunis, de 118 pour mille en 1962-1966 à 73 pour mille en 1982-1986, soit une baisse de 38 pour cent (de 123 pour mille à 76 pour mille et de 113 pour mille à 71 pour mille respectivement pour les sexes masculin et féminin). Quant à la mortalité entre 1 an et 5 ans, le quotient 4ql est passé, pour les deux sexes réunis, de 96 pour mille en 1962-1966 à 31 pour mille en 1982-1986, soit une baisse de 68 pour cent. Cette baisse des quotients de mortalité infantile et juvénile est peut-Etre encore plus importante car l'omission de naissances vivantes et de décès d'enfants en bas lge affectent les quotients de mortalité, d'autant plus qu'il s'agit de périodes plus éloignées de la date de l'enquete. 80 200 150 100 50 0 Graph ique 6.1 Quotients de Mortalité Infantile et Juvénile Selon la Période Quotients (o/oo) Infantile (lqO) 1 å 5 ans (4ql) I I 1972-76 ~ 1977-81 ~ 1982-86 i [ 10~ J 0 å 5 (SqO) ENPS Maroc, 1987 Variations différentielles de la mortalité infantile et juvénile Dans le but d'avoir un effectif suffisant de naissances permettant le calcul de quotients sors pour l'étude de la mortalité différentielle parmi les sous-groupes de population, on a opté pour les quotients de la période 1977~86 de la dernière décennie. Les tableaux 6.4 et 6.5 présentent les quotients de mortalité infantile et juvénile selon certaines variables socio-démographiques. Le graphique 6.2 montre également les variations différentielles de la mortalité infantile. Il ressort du tableau 6.4 qui donne la mortalité des enfants selon les variables socio- économiques (milieu de résidence, région et niveau d'instruction) que les quotients de mortalité infantile et juvénile sont inférieurs en milieu urbain à ceux en milieu rural. Sur 1000 naissances, 66 et 91 décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire respectivement en milieux urbain et rural, soit une différence de 27 pour cent. Pour les enfants ayant atteint leur premier anniversaire, la probabilité de décéder avant d'atteindre le cinquième anniversaire est plus de trois fois inférieure en milieu urbain à celle du milieu rural avec respectivement 16 pour mille et 51 pour mille. Résultat, somme toute, attendu vu que le milieu urbain est caractérisé, par comparaison au milieu rural, par une concentration de l'infrastructure sanitaire existante dans le pays et par un taux d'analphabétisme plus faible. Selon la région, le Centre et l'Oriental ont les quotients de mortalité infantile et juvénile les plus faibles et le Sud a les quotients les plus élevés, tandis que dans les autres régions, les quotients sont intermédiaires. Par niveau d'instruction, on constate une corrélation négative entre cette variable et les quotients de mortalité infantile et juvénile. Les enfants des femmes sans instruction ont une probabililté de décéder supérieure à celle des enfants des femmes du niveau primaire. Pour le quotient de mortalité infantile, sur 1000 naissances issues de femmes sans aucune instruction, 86 enfants décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire, alors que 54 enfants seulement décèdent chez les femmes ayant un niveau primaire. De m~me, la probabilité de décéder entre le premier et 81 le cinquième anniversaire varie de manière très significative entre les différents niveaux, de 44 pour mille chez les enfants des femmes sans instruction ~ 12 pour mille chez ceux des femmes ayant un niveau primaire. TABLEAU 6.4 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1977-86 ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Mortalité Mortalité Les infanti le de l 'enfance deux (lq0) (4ql) (5q0) Caract@ristiques 1977- 1977- 1977- socio-~conomiques 1986 1986 1986 Milieu Urbain 66,1 16,4 81,4 Rural 91,0 51,0 137,3 R~gion Sud 114,1 65,5 172,1 Tenslft 87,2 52,3 134,9 Centre 55,9 21,9 76,6 Nord-Ouest 99,3 35,2 131,0 Centre-Nord 88,8 42,1 127,2 Oriental 60,2 32,5 90,8 Centre-Sud 71,3 41,1 109,5 Instruct ion Aucune 86,1 43,5 125,9 Primaire 54,0 11,7 65,1 Secondaire ou + * Total 82,4 38,7 118,0 Note: On a inclus 1987, l 'année de l'enqu~te. *Effecti fs trop petits Toutefois, ces résultats doivent ~tre pris avec une certaine précaution, vue l'impossibilit6 d'isoler chacune de ces variables et d'évaluer son impact spécifique sur la mortalité infantile et juvènile. Le niveau d'instruction de la mère est lié, par exemple, à plusieurs autres facteurs tels que la profession du mari, le lieu de rèsidence, etc. Le tableau 6.5 fournit les quotients de mortalité infantile et juvénile selon certaines variables démographiques: sexe de l'enfant, /lge de la mère, rang de la naissance et longueur de l'intervalle précédant la naissance. Comme on l'a déjà observé (tableau 6.2), la mortalité infanale et juvènile pour la pèriode 1977-86 est plus élevée chez les garçons que chez les filles, mais les diffèrences sont extremement faibles. 82 TABLEAU 6.5 QUOTIENTS DE MORTALITE INFANTILE ET JUVENILE DURANT LA PERIODE 1977-86 ET CERTAINES CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Mortalité Mortalité Les infanti le de l 'enfance deux (lqO) (4ql) (5q0) Caractér ist iques 1977- 1977- 1977- démographiques 1986 1986 1986 Sexe Mascul in 83,4 38,2 118,4 Féminin 81,4 39,3 117,5 Age de la mére <20 122,5 43,2 160,4 20-29 79,1 38, Ç 114,5 30-39 76,2 37,0 110,4 40-49 65,7 42,4 105,3 Rang lère 90,7 35,6 123,1 2-3 80,1 36,8 113,2 4-6 78,4 41,4 116,5 7+ 84,8 41,3 122,6 Intervalle précédent <2 ans 117,2 47,3 159,0 2-3 ans 58,3 38,0 94,1 4 years ou + 33,9 18,7 52,0 Nots: On a inclus 1987, l'annéa da l'enqu~te. Au niveau de l'/lge de la mère à la naissance, on relève que les quotients de mortalité infantile et juvénile des enfants des femmes dont lqlge à la naissance est inférieur tt 20 ans sont très élevés relativement /~ ceux des enfants des femmes dont lqlge tt la naissance est supérieur à 20 ans. Par contre, dans cette dernière tranche (20-24 ans, 30-34 ans et 35 ans et plus), les variations différentielles sont moins prononcées. En effet, sur 1000 naissances issues de femmes /lgées de moins de 20 ans, 123 enfants décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire; par contre, chez les femmes dont l'age t~ la naissance est de 20-29 ans, 30-34 ans et 35 ans et plus, on trouve respectivement 79, 76 et 66 décès pour 1000 naissances. De mSme, la pmbabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire est plus élevée lorsque l'åge de la mère à la naissance est inférieur/l 20 ans que lorsqu'il est supérieur. Concernant la mortalité selon le rang de naissance, on constate que la mortalité infantile baisse lorsque le rang de naissance augmente, puis reprend légèrement après le septième enfant. Pour ce qui est de la mortalité juvénile, on relève que la probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire est moins élevée aux trois premiers rangs qu'aux rangs 4 ou pins. En ce qui concerne l'intervalle préeédant la naissance, on remarque que la longueur réduite a un effet négatif sur la mortaiité des enfants. En effet, pour l'intervaile de moins de 24 mois, le quotient de mortalité infantile est plus de trois fois supérieur à celui des enfants qui sont nés 48 mois ou plus après la naissance précédente. Ainsi, pour moins de 24 mois, sur 1000 naissances, 117 enfants al~cèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire alors que dans l'intervalle de 48 83 mois ou plus, sur 1000 naissances, 34 décèdent avant d'atteindre leur premier anniversaire. En ce qui concerne la mortalité entre le premier et le cinquième anniversaire, le quotient 4ql est deux fois et demi inférieur chez les enfants nés 48 mois ou plus après la naissance précédente (19 pour mille) à celui des enfants dont l'intervalle est inférieur à 24 mois (47 pour mille). Graph ique 6.2 Variations Différentielles de la Mortalité Infantile dans la Période 1977-1986 MILIEU Urbain Rural REGION Sud Tens i f t Centre Nord-Ouest Centre-Nord Oriental Centre-Sud INTERVALLE PRECEDENT <24 mois 24-47 mois 48+ mois AGE DE LA MERE <20 20-29 30-39 40-49 66 91 114 87 56 99 89 60 71 68 I I ~ 3 4 I ! 76 66 I ___ i 0 20 40 60 80 100 Quotients (o/oo) 117 123 120 140 ENPS Maroc, 1987 Qualité des données ~ La validité des données sur la mortalité de I'ENPS a été vérifiée par l'application d'une série de eonttéles de cohérence interne. Bien qu'il y ait une attirance apparente pour les chiffres multiples de 6 (et particulièrement à 12 mois) dans la déclaration de l'age au décès, l'évaluation a montr~ que les données ne souffrent pas de grandes imperfections. Cependant, ces résultats ne peuvent pas établir la qualité des données d'une manière définitive, car la puissance du contréle de cohérence inteme pour déceler les erreurs a bien ses limites. n y a deux tests qui permettent d'évaluer la validité des déclarations de l'fige au décès. Dans I'ENPS, les données sur l'~lge au décès sont recueillies de la manière suivante: en jours pour les décès de moins d'un mois, en mois pour les décès de moins de deux ans et en années pour les d6cès de deux ans ou plus, ce qui permet de mesurer le sous-enregistrement des événements qui est souvent dt å l'omission des naissances qui décèdent dans les premiers jours de la vie. Le premier test consiste à analyser la proportion de décès survenus dans la première semaine (0-7 jours) par rapport aux décès survenus dans le premier mois de la vie (0-30 jours). Bien que la vraie valeur de ce rapport soit inconnue, on sait que la mortalité baisse avec l'åge durant l'enfance et que ce rapport doit etoe supérieur à 0,25. Les valeurs du rapport au Mamc sont comme suit: 84 1977-81 1982-86 Sexe masculin 0,66 0,68 Sexe féminin 0,68 0,63 Les rapports sont conformes aux expectatives aussi bien pour les garçons que pour les filles et semblent indiquer que les données ne souffrent pas d'une sous-déclaration substantielle des décès des enfants. Le deuxième test consiste å vérifier l'~ge au décès afin d'évaluer le phénomène d'attirance pour les chiffres multiples de 6. Un tel phénomène est le résultat de mauvaises déclarations des [lges aux décès qui sont survenus à la fin de la période post-néonatale en particulier; ainsi, les mortalités infantile et juvénile seront biaisées dans les sens négatif et positif respectivement. La distribution des décès selon l'~ge en mois est la suivante: 1977-81 1982-86" Age en mois SM SF SM SF 5 10 12 9 10 6 17 20 19 17 7 15 16 7 9 8 12 7 7 7 9 14 15 9 3 10 8 6 3 4 11 4 4 5 2 12 32 34 31 22 13 4 4 1 4 14 2 1 3 0 15 2 4 4 3 16 3 2 1 2 17 2 1 1 3 18 15 15 8 10 *On a inclus 1987, l'année de l'enquéte. Comme nous l'avons indiqué plus haut, il y a, d'une part, une attirance pour les chiffres multiples de 6 et, d'autre part, un déficit de décès dans les mois qui précèdent et qui viennent après 6 et 12. Ce problème peut &re corrigé en réajustant les données par le transfert de la moitié des décès déclarés ~t 12 mois à ceux déclarés à moins d'un an. Un tel réajustement devrait augmenter les quotients de mortalité infantile lq0 de 5 à 6 pour cent, et diminuer la mortalité juvénile 4ql de 13 pour cent. z 85 Estimations comparatives Nous présentons, dans cette section, les estimations de la mortalité infanåle et juvénile à partir de deux sources: I'ENFPF 1979-80 et I'ENPS 1987. La comparaison des résultats entre les deux études est possible vue la similarité de leur méthodologie. L'ENFP et I'ENPS ont utilisé respectivement l'historique des grossesses et l'historique des naissances pour les estimations directes de la mortalité des enfants. L'ENFPF a estimé le quotient de mortalité infantile lq0 et le quotient de mottalité juvénile 4ql respectivement à 91 pour mille et 52 pour mille peur la pdriode 1975-79. De son coté, I'ENPS donne les quotients lq0 et 4ql à 73 pour mille et 31 pour mille respectivement pour la pdriode 1982-86. Ainsi, la baisse de la mortalité infantile et juvénile au cours des sept dernières années (entre les deux enquStes) est de 20 pour cent chez les enfants n'ayant pas encore atteint leur premier anniversaire et de 40 pour cent chez ceux /lgés entre un et quatre ans. Par ailleurs, le tableau 6.6 montre que les quotients lq0 et 4ql des deux enquOtes, estimés par I'ENPS pour 1977- 81 et par I'ENFPF pour 1975-79, semblent 8tre cohérents et ne souffrent pas d'erreurs graves de collecte malgré les erreurs d'observation et d'échantillonnage. TABLEAU 6.6 QUOTIENTS DE MORTALITE (EN o/oo) SELON L'ENPS DE 1987 ET L'ENFPF DE 1979-80, ENPS, MAROC, 1987 ENFPF 1979-80 ENPS 1987 Quotient Période 1975-79" Période 1977-81 lq0 S. masculin 91 91 S. féminin 91 93 Les deux 91 92 4ql S. masculin 44 47 S. féminin 60 49 Les deux 52 48 *ENFPF au Maroc, 1979-80, Vol. III, p. 39, Ministère de la Santé Publique, Rabat, 1984. 6.2 SANTE DE LA MERE ET DE L 'ENFANT Cette deuxième partie du Chapitre abordera les trois thèmes suivants: Consultations prénatales et assistance ~ l'accouchement Vaccination des enfants Prévalence et traitement de la diarrhée 86 Les deux autres thèmes abordés dans la section du questionnaire consacrée à "la santé et l'allaitement" ne seront pas examinés dans ce Chapitre. Le premier, qui traite de l'allaitement et de l'aménhorrée post-partum est déjfi présenté dans le deuxi5me Chapitre sur la nuptialité et l'exposition au risque de grossesse. Le second thème, qui est consacré aux causes de décès des enfants de moins de 5 ans, sera traité ultérieurement dans le cadre des analyses approfondies et fera partie d'une publication séparée. Consultations prénatales et assistance à l'accouchement Les soins prénatals et l'assistance ~t l'accouchement par le personnel de santé peuvent avoir un grand effet sur la mortalité matemeUe et infantile en la réduisant considérablement. Les tableaux 6.7 et 6.8 et le graphique 6.3 pr6sentent les donnæes consacrées å ces sujets. TABLEAU 6.7: REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIEEES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL QUE LES FEMMES ONT CONSULTE POUR DES SOINS PRENATALS ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAEOC, 1987 Type de personnel consult~ Caract~ris- Non t iques socle- Au- M~de- Infir- Sage- r~- Effec- d~mographiques cun cin mi~r(e) femme Qabla ponse Total tlf Age <30 76,0 14,6 7,8 1,5 0,0 O,l i00,0 (3014) 30+ 74,1 15,2 8,5 2,0 0, i 0,1 I00,0 (3039) Milieu Urbain 51,5 28,5 16,1 3,6 0,1 o,0 I00,0 (2061) Rural 87,2 7,8 4,0 0,8 0,9 0,1 100,0 (3992) E~gion Sud 78,9 10,8 9,3 8,9 0,0 0, I I00,0 (821) Tensift 81,3 10,7 6,4 1,7 8,0 0,0 100,0 (723) Centre 69,5 24,4 4,5 1,7 0,0 0,0 i00,0 (1523) Nord-Ouest 73,3 15,0 9,4 2,0 0,2 0,2 100,0 (1234) Centre-Nord 80,9 9,9 7,9 I,I 0, i 0,2 100,0 (942) Oriental 77,8 7,1 13,7 1,5 0,0 0,0 I00,0 (410) Centre-Sud 66,2 14,2 14,2 4,7 0,3 0,3 I00,0 (400) Instruction Aucune 81,6 10,0 7,0 1,3 0,0 0,I I00,0 (5138) Primaire 46,0 30,9 17,4 5,2 0,6 0,0 I00,0 (541) Secondaire Ou + 26,6 59,9 10,2 3,3 0,9 0,0 i00,0 (364) Total 75,1 14,9 8,1 1,7 0, I 0, i I00,0 (6053) 87 TABLEAU 6.8: REPARTITION (EN %) DES NAISSANCES AU COURS DES CINQ DERNIERES ANNEES SELON LE TYPE DE PERSONNEL AYANT ASSISTE A L'ACCOUCHE- MENT ET CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Type de personnel ayant assisté å l'accouchement Caract~ris- Non tiques socio- Méde- Infir- Sage- ré- Effec- démographiques cin mièr(e) femme Qabla Autres ponse Total tif Age <30 5,6 10,3 12,0 55,7 15,4 0,9 i00,0 (3014) 30+ 6,3 7,2 10,7 59,7 15,4 0,8 100,0 (3039) Milieu Urbain 13,0 16,1 27,1 35,5 7,7 0,6 I00,0 (2061) Rural 2,3 5,0 3,3 69,2 19,4 0,9 100,0 (3992) Région Sud 4,9 11,7 4,9 51,2 26,6 0,9 I00,0 (821) Tensift 3,5 9,1 6,4 67,1 13,3 0,7 I00,0 (723) Centre 8,5 10,0 12,1 58,9 9,9 0,5 100,0 (1523) Nord-Ouest 6,1 4,1 21,3 47,3 20,1 1,1 100,9 (1234) Centrs-Nord 5,8 6,8 6,5 65,0 14,8 1,2 100,0 (942) Oriental 4,1 15,1 10,0 60,5 10,2 0,0 100,0 (410) Centre-Sud 4,0 9,7 13,0 62,0 10,0 1,3 100,0 (400) Instruction Aucune 3,1 7,5 7,7 63,6 17,2 0,9 I00,0 (5138) Primaire 12,0 18,1 29,0 33,3 7,2 0,4 I00,0 (541) Secondaire ou + 36,9 12,1 36,0 11,5 3,0 i,I 100,0 (364) Total 5,9 8,7 11,4 57,7 15,4 0,8 i00,0 (6053) Le tableau 6.7 montre que les mères de 25 pour cent seulement de toutes les naissances des cinq denières années ont effectué des consultations prénatales auprès du personnel de santé. Cette proportion relativement faible n'est pas très différente de celle observée en 1983-84, dans le cadre de I'ENPC qui était de 31 pour cent. La proportion donnée dans l'enquête de 1983-84 était limitée å la dernière grossesse. La majorité des femmes, qui ont bénéficié d'une visite prénatale, se sont adressées au médecin (15 pour cent), suivi par l'infirmièr(e) et la sage-femme (8 et 2 pour cent respectivement). L'age de la femme influe très peu sur les consultations prénatales. En effet, les femmes [lgées de moins de 30 ans ont légèrement plus recours au personnel de santé que les femmes plus [lgées (24 pour cent et 26 peur cent respectivement). Selon le milieu de résidence, la proportion de femmes ayant effectué des consultations prénatales est de loin plus importante en milieu urbain (49 pour cent) qu'en milieu rural (13 peur cent). Au niveau de la région, les consultations prénatales sont plus fréquentes dans le Centre-Sud (34 pour cent), le Centre (31 pour cent) et le Nord-Ouest (27 pour cen0. Dans les autres régions, les différences sont minimes. Par niveau d'instruction, il y a une corrélation étroite entre cette variable et les consultations prénatales. Les femmes qui ont une 88 instruction secondaire ont effectuê trois fois plus de visites que les femmes qui n'ont aucune instruction. Parmi ces femmes instruites, 60 pour cent ont reçu leurs soins auprès d'un médecin, alors que parmi les femmes analphabètes, 10 pour cent seulement ont bénéficié de soins similaires. Graphique 6.3 Visites Prénatales et Assistance à l'Accouchement des Enfants de <5 Ans Aucune . . . . res «1% e-femme/ rmi~re 10% in 15% Qabla 58% Sage-femme/ ~Á miOre 20% M,~decin 6% utree 16% Visites Prénatdes Assistance à ]'Accouchement ENPS Maroc, 1987 Comme pour les visites prénatales, le r61e du personnel de santé est limité dans l'assistance aux accouchements. En effet, les mères de plus de sept naissances sur dix (73 pour cent) ont été assistées par un personnel qui n'a aucune formation m6dicale ou paramédicale (tableau 6.8). Ce résultat est très vraisemblable surtout lorsqu'on considbre les proportions d'accouchements à domicile estimées par I'ENFPF de 1979-80 (83 pour cent pour la dernière naissance) et I'ENPC de 1983-84 (78 pour cent pour la dernière naissance également). Le même tableau 6.8 montre que c'est la sage-femme traditionnelle -- qabla -- qui assiste le plus souvent les femmes dans leur accouchement. En effet, presque six enfants de moins de cinq ans sur dix (58 pour cent) ont été mis au monde avec l'aide de la qabla. Le reste se répartit entre parente ou voisine (15 pour cent), sage-femme (11 pour cent), autre personnel para-médical (9 pour cent), et médecin (6 pour cent). Selon l'åge de la femme, le recours à l'assistance à l'accouchement traditionnel par la qabla est légèrement moins important parmi les femmes de moins de 30 ans (56 pour cent) que parmi celles ågées de 30 ans ou plus (60 pour cent). Par milieu de résidence, le r61e de la qabla en milieu urbain a diminué considérablement en faveur du personnel de santé: 56 pour cent des accouchements ont eu lieu avec l'assistance du personnel de santd. En milieu rural, par contre, le rêle de la qabla reste très important. En effet, sept accouchements sur dix dans ce milieu ont eu lieu gråce à une accoucheuse traditionnelle. La part du personnel de santé, par contre, est inférieure à 11 pour cent. 89 Au niveau régional, on constate que l'accouchement avec l'assistance de la qabla ou de la parente varie de 67 pour cent dans le Nord-Ouest et 69 pour cent dans le Centre à 80 pour cent dans le Tensil~ et le Centre-Nord. La part du personnel de santé est, comme on devait s 'y attendre, relativement importante dans le Nord-Ouest (32 pour cent), le Centre (31 pour cent) et l'Oriental (29 pour cent). Dans les autres régions, la part de ce personnel varie entre 19 pour cent et 25 pour cent. Selon le niveau d'instruction, il y a une corrélation très étroite entre cette variable et l'assistance aux accouchements du personnel de santé. Chez les femmes sans aucune instruction, 18 pour cent seulement des accouchements ont été faits par ce personnel contre 59 pour cent chez celles avec une instruction primaire et 84 pour cent chez les femmes avec une éducation secondaire ou plus. Vaccination Un des indicateurs de l'état de santé de l'enfant dans un pays est la proportion d'enfants protégés par la vaccination contre des maladies graves. Au Maroc, le Ministère de la Santé Publique a mené plusieurs campagnes de vaccination. La dernière appelée "les Journées Nationales de Vaccination" (JNV) a eu lieu à l'échelle nationale d'octobre à décembre 1987, quelques mois seulement après le travail sur le terrain de I'ENPS. Les résultats de cette enquEte permettront de situer le niveau de la couverture vaccinale avant les JNV, d'une part, et apporteront un meilleur éclairage sur l' impact des services de pmtecåon de la santé de l'enfant dans le pays, d'autre part. Les donndes d6taillées sur la vaccination sont obtenues à partir des cartes de vaccination des enfants vivants ~tg6s de moins de cinq ans qui sont issus des mères enquetées. Il est clair que, premièrement, notre échantillon n'est pas représentatif de tous les enfants du pays ågés de moins de 5 ans et que deuxièmement, il n 'y a aucune information sur les enfants des mères qui sont décédées, hospitalisées ou absentes au moment de l'interview, il se peut que les données sur ces derniers enfants difl~rent de celles des enfants issus des mères enqu8tées; mais vu leur faible effectif, les résultats présentés ici peuvent Etre considérés comme descriptifs de la couverture vaccinale parmi les enfants de moins de cinq ans ~ l'échelle nationale. On a demandé ~ chaque femme non-célibataire qui a au moins un enfant figé de moins de cinq ans si son enfant a un carnet de vaccination. Si la mère montre le carnet, l'enqu~trice transcrit alors les dates de toutes les vaccinations. Dans le cas où l'enquœtrice n'est pas en mesure de voir le carnet, on a demandé seulement å la femme si son enfant est vaccin~ ou non sans spécifier le type de vaccin reçu vus les doutes sur la fiabilité des déclarations des mères. Le tableau 6.9 présente les pourcentages de tous les enfants de moins de cinq qui ont un carnet de vaccination, les pourcentages d'enfants qui sont vaccinés d'après les déclarations des mères et les pourcentages des enfants qui ont reçu un vaccin spécifique d'après les carnets selon l'tige de l'enfant. Sur l'ensemble des enfants de moins de cinq ans, 42 pour cent ont une carte de vaccination disponible et si l 'on ajoute la proportion d'enfants qui ont des carnets, selon les déclarations des mères, que l'enquEtrice n'a pas vus, on peut dire que plus de 8 enfants sur dix (84 pour cent) ont reçu au moins un vaccin contre une ou plusieurs maladies. Selon l'age, la proportion d'enfants qui ont des cartes de vaccination disponibles lors de l'enquête atteint son maximum à 6-11 mois (61 peur cent) et son minimum à 24-59 mois (34 pour cent). Le tableau 6.10 présente les pourcentages d'enfants ågés de 12 à 23 mois qui ont un carnet de vaccination, les pourcentages d'enfants qui sont vaccinés d'après les déclarations de mères et les pourcentages d'enfants qui ont reçu un vaccin spécifique selon les variables socio-démographiques. Tous les enfants de ce groupe d'age devraient ~tre vaccinés contre les différentes maladies. En effet, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande que tous les enfants soient vaccinés avant d'atteindre l'/lge d'un an, selon le calendrier présenté ci-dessous (Sherris et al, 1986:171). 90 TABLEAU 6.9: PARMI LES ENFANTS VIVANTS DE MOINS DE CINQ ANS, POURCENTAGE AYANT DES CARNETS DE VACCINATION« POURCENTAGE DES ENFANTS VACCINES D'APRES LES CARNETS DE VACCINATION OU D'APR8S LES REPENSES DES MERES; ET PARMI LES ENFANTS AYANT DES CARNETS DE VACCINATION, POURCENTAGE DE CEUX QUI SONT VACCI- NES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA EOLIO-DTCOQ, LA ROUGEOLE ET LE RACHITISME SELON L'AGE DE L'ENFANT, ENP$, MAROC, 1987 Parmi tous les enfants vivants de <5 ans, % Parmi les enfants vivants de <5 ans ayant des carnets de vaccination Vaccinês Vaccin6s d'aprêa d'apr&s DTCeq, Polie Vitamine D2 les car- les rê- nets de penses Age de vaccl- des Dose Dose Dose l 'enfant nation m~res BCG 1 2 3 Toutes Dose Dose VaCCl- Effec- 1 2 Rougeole nations ~if Age <6 mois 51,6 26,3 6-11 mois 60,8 23,7 12-17 mois 49,7 34,0 18-23 mois 51,4 16,5 24-59 mois 33,6 50,7 TOtal 41,5 42,4 99,0 44,6 23,3 8,1 83,8 4,9 4,4 4,4 (570) 97,6 93,8 85,8 68,9 93,2 41,7 27,8 26,0 (556) 97,6 94,5 85,3 77,5 92,8 61,8 72,9 65,5 (589) 96,6 99,3 89,4 82,5 88,6 64,6 80,2 74,5 (5121 9512 96,5 90,9 84,9 84,0 59,8 81,5 73,4 (1332) 96,5 89,0 80,6 71,3 87,0 50,9 62,5 56,8 (5559) Age Vaccination Naissance BCG, Polie 6 semaines DTCoq, Polie 10 semaines DTCoq, Polie 14 semaines DTCoq, Polie 9 mois Rougeole Il ressort de ce tableau 6.10 que la majorité des enfants ~lgés de 12 à 23 mois sont vaccin~s, d'après les carnets de vaccination, contre la tuberculose (BCG: 97 pour ,en0, la poliomyélite-diphtérie-tétanos-coqueluche (Polio-DTCoq: 80 pour cent pour trois prises) et la rougeole (76 pour cent). Sept enfants sur dix de ce groupe d'åges ayant une carte de vaccination ont reçu tous ces vaccins. Par ailleurs, 91 pour cent de ces enfants ont reçu la première dose de vitamine D contre le rachitisme et 63 pour cent ont reçu la première et la seconde dose de cette substance organique. Par ailleurs, le graphique 6.4, présentant la répartition de lqlge des enfants de 0-12 mois å la vaccination contre certaines maladies, montrent que l'allure des courbes du BCG, de DTCoq-Polio 3 et du vaccin anti-rougeoleux semble tout å fait normale. En effet, plus de 80 pour cent des enfants ont été vaccinés contre la tuberculose avant d'atteindre 2 mois, 75 pour cent ont reçu le vaccin contre le DTCoq-Pollo 3 aux ftges 5 à 7 mois et 59 pour cent ont été vaccinés contre la rougeole aux ãges 9 à 11 mois. L'analyse de la couverture vaccinale selon les variables socio-démographiques montre que les variations selon le sexe de l'enfant sont minimes. Les enfants dont les mères appartiennent au milieu urbain, ont une éducation primaire ou plus et vivent dans la région du Centre-Sud, sont les plus nombreux à avoir reçu les vaccins indiqués. 91 TABLEAU 6.10: pARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE 12 A 23 MOIS« POURCENTAGE AYANT DES CARNETS DE VACCINATION OU VACCINES D'APRES LES REPONSES DES MERES~ ET PARMI LES ENFANTS AYANT DES CARNETS DE VACCINA- TION, POURCENTAGE DE CEOX OUI SONT VACCINES CONTRE LA TUBERCULOSE, LA POLIO-DTCOQ I LA ROUG&OLE ET LE RACHITISME SELON CERTAIN&S CARACTERI5TiQUE$ SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 parmi les enfants vi- vants Egês de 12-23 Parmi les enfants vivants de 12-23 mois ayant des carnets mois« pourcentage de vaccination, pourcentage de ceux qui sont vaccln~s Vaccln~s Vaccln~s d'après d'après DTCoq, Polio Vitamine D2 les car- les r~- Caract6ris- nets de ponses Toutes tiques socio- vacci- des Dose Dose Dose Dose Dose vacci- Effec- dêmographlques nation m~res BCG I 2 3 1 2 Rougeole nations tir Sexe GarÇon 51,7 34,5 97,2 94,4 88,2 79,2 92,7 65,3 76,0 68,8 (557) Fille 49,3 35,8 97,0 94,4 86,2 80,6 88,8 60,8 76,1 70,9 (594) Milieu Urbain 68,9 29,0 99,3 98,1 96,3 93,7 92,9 75,7 85,1 82,9 (399) Rural 40,4 38,5 95,1 91,0 78,8 67,0 88,9 51,4 67,7 57,6 (712) R~glon Sud 50,0 32,1 95,1 91,4 80,2 69,1 84,0 49,1 72,8 58,0 (162} Tenslft 44,B 37,6 100,8 94,6 89,3 87,5 98,2 82,1 7B,6 78,6 (125) Centre 44,8 37,2 97,7 95,4 90,0 84,6 88,5 80,0 72,3 70,8 (290) Nord-Ouest 57,0 36,7 95,2 96,8 8B,1 75,4 90,5 61,9 78,6 65,1 (221) Centre-Nord 48,8 35,8 97,5 94,9 87,3 91,0 92,4 70,9 79,5 78,5 (162) Oriental 57,7 22,5 I00,0 92,7 92,9 78,0 95,1 63,4 6B,3 63,4 (71) Centre-Sud 61,4 35,7 97,7 90«7 98,7 88,4 95«3 65,1 86,0 81,4 {70) Instruction Aucune 47,7 35,5 96,6 93,0 B3t9 75,1 90,3 59,5 72,6 65,4 (927) Primaire 73,1 25,9 98,7 I00,0 i00,0 97,5 94,9 91,0 86,1 82,3 (109) Secondaire ou + 51,6 46,9 i00,0 I00,0 100,0 i00,0 87,9 66,7 97,0 97,0 (64) Total 50,5 35,1 97,1 94,4 B7,2 79,9 90,8 63,1 76,1 69,8 (ii01) Pr~valence et traitement de la diarrhée La diarrhée est l'une des causes principales de décès chez les enfants dans les pays en développement, y compris le Maroc. Or, l'utilisation des solutions de réhydratation orale å base de sels minéraux (oralyte) peut réduire considérablement la mortalité infantile et juvénile causée par cette maladie. Dans l'enquete, on demandait å l'enqu~tée ayant des enfants figés de moins de cinq ans, si l'enfant avait eu la diarrhée dans les 24 dernières heures. Si la réponse était négative, l'enqu~trice lui demandait si l'enfant avait eu la diarrhée dans les deux demières semaines prdcddant l'enquete. 11 ressort du tableau 6.11 que presque 18 pour cent des enfants figés de moins de cinq ont eu la diarrhée dans les 24 demi~res heures et 29 pour cent l'ont eue dans les deux demières semaines. La diarrhée est déf'mie dans l'enqu&e marocaine comme l'observation de 3 selles liquides ou plus par jour chez les enfants de moins de cinq ans. Dans la plupart des enquetes du m~me type menée dans d'autres pays, la diarrhée infantile n'a pas ~té définie par rapport au nombre de selles liquides par jour. On a estimé que la femme est en mesure de déterminer si son enfant est atteint de diarrhée ou non. Il n'en reste pas moins qu'il y a des problèmes méthodologiques. Premièrement, la prévalence de cette maladie est saisonnière avec des cas plus nombreux probablement durant la 92 saison d'été, Deuxi~mement, les données pourraient etre entachdes d'erreurs du fait que la mère pourrait avoir des trous de mémoim ou se tromper de l~fiode de référence. Ainsi, la raison principale pour collecter des informations sur la diarrhée n'est pas d'avoir un taux de prdvalence de diarrhée, mais plut& d'analyser les types de traitement que la femme marocaine donne /t son enfant quand il (elle) a la diarrhée. Rougeole DTCoq3-Polio3 BCG Graphique 6.4 Répartition de rAge (en mois) à la Vaccination Contre Certaines Maladies En % ~o_ ,o_ ~o_ ~o_ ~~ ~ç~ ~~~~~ 10 - / I j " " o I O 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 mois 0.6 0.4 0.2 0.2 0.5 0.4 1.3 1.4 4.9 34 17 8.1 3.9 0.1 0.7 1.7 26 27 12 7.2 3.6 2.4 2.1 1.6 45 35 3 2.4 1.2 0.9 0.5 0 .60 .50 .60 .5 1.1 0.7 mm BCG ~ DTCoq3-Polio3 ~ Rougeole ENPS Maroc, 1987 Il ressort du tableau 6.12 que, parmi les 1604 enfants qui ont eu la diarrhée dans les deux demières semaines, 45 pour cent n'ont reçu aucun traitement. Parmi les enfants qui ont eu la diarrhée, 15 pour cent ont reçu des soins dans les services de santé et 49 pour cent d'autres traitements tels que les bouillies de riz, la soupe de carotte, les plantes médicinales et les produits pharmaceutiques. Il y a lieu de noter que les femmes pouvaient citer plus d'un traitement spécifique. L'utilisation des sachets d'oralyte et des solutions d'eau sucrée ou salée préparé.es par les mères comme traitements contre la diarrhée est limitée (15 pour cent et 1 pour cent respectivement). Ces résultats montrent clairement que l'impact du programme de lutte contre les diarrhées introduit dans les activités du Ministère de la Santé Publique depuis plusieurs années reste relativement modeste. Le méme tableau 6.12 montre que la proportion d'enfants trait~s augmente avec l'[lge de l'enfant jusqu'å 2 ans, passant de 42 pour cent chez les jeunes de moins de 6 mois /t 73 pour cent chez ceux de 18 à 23 mois. Selon le sexe, les variations diff6mntielles sont minimes, bien que les garçons semblent avoir légèrement reçu plus de soins contre la diarrhée que les filles (57 pour cent contre 53 pour cent). Par milieu de résidence, le niveau de traitement contre la diarrhée est de loin supérieur parmi les enfants urbains (73 pour cent) que parmi les enfants ruraux (45 pour cent), surtout pour l'usage des services de santé et des sachets d'oralyte. La proportion d'enfants trail~s varie également selon la région administrative, avec un maximum de 66 pour cent dans le Centre- Sud et un minimum de 48 pour cent dans le Sud et le Centre-Nord. Enfin, par niveau 93 d'instruction, les enfants de femmes instruites sont les plus nombreux à recevoir des soins contre la diarrhée. En effet, 83 pour cent des enfants dont les mères ont un niveau d'instruction secondaire ou plus ont reçu un traitement diarrhéique contre seulement 50 pour cent des enfants des mères qui n'ont aucune instruction. TABLEAU 6.11: POURCENTAGE DES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DERNIERES 24 HEURES ET DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Derni~- Deux Caract~rlstlques res derniè- socle- 24 res Effec- d~mographiques heures semaines tif Age <6 mois 24,0 33,3 (570) 6-11 mois 34,5 52,5 (556) 12-17 mois 29,9 46,7 (589} 18-23 mois 23,4 40,6 (512) 24-59 mois 10,6 19,2 (3332) Sexe Garçon 18,7 30,0 (2776) Fi l le 16,5 27,7 (2783) Mil ieu Urbain 15,7 29,0 (1950) Rural 18,6 28,8 (3609) R~glon Sud 26,3 43,2 (723) Tenslft 20,2 28,4 (665) Centre 16,4 27,4 (1443} Nord-Ouest 15,0 26,9 (II19) Centre-Nord 15,4 25,4 (858) Oriental I0, I 22,9 (385) Centre-Sud 21,S 27,6 (366) Instruction Aucune 17,6 28,3 (4692) Primaire 15,9 31,3 (511) Secondaire ou + 19,9 32,3 (347) Total 17,6 28,9 (5559) 6.3 INDICES ANTHROPOMETRIQUES Les mesures anthropométriques constituent l'une des spécificités de I'ENPS au Maroc. Dans cette enquête, on a recueilli des données sur le poids et la taille 3 de tous les enfants /lgés de moins de cinq ans appartenant å l'échantillon des femmes enqu~t6es, ll est évident que la validité de ces mesures dépend de plusieurs facteurs. Un de ces facteurs est la performance des agents de mesure. Comme nous l'avons indiqué dans le Chapitre 1, toutes les enqu~trices et les contr61eurs sélectionnés pour le travail sur le terrain ont reçu une formation poussée sur les mesures 94 anthropométriques, selon les normes d6crites dans le Manuel des Nations Unies, "How te Weigh and Measure Children." TABLEAU 6.12: PARMI LES ENFANTS VIVANTS AGES DE MOINS DE CINQ ANS QUI ONT EU LA DIARRHEE DANS LES DEUX DERNIERES SEMAINES, POURCENTAGE DE CEUX QUI ONT RECU DIFFERENTS TRAITEMENTS SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQGES, ENPS, MAROC, 1987 Solu- tion à la mai- son d'eau Caractér is- Services Sachets sucrée Autres Aucun tiques socle- de santé d'ora- ou sa- traite- traite- Effec- dêmographiques lyte l~e ments ment tif Age <6 mois 12,1 13,2 0,5 35,8 57,9 (190) 6-11 mois 16,4 16,8 2,1 49,0 42,8 (292) 12-17 mois 20,0 17,1 2,2 56,4 38,2 (275) 18-23 mois 17,8 19,2 1,0 58,2 37,0 (208) 24-59 mois 12,4 11,6 0,9 46,2 47,3 (639) SeMe Garçon 16,1 14,8 1,4 51,3 43,0 (833) Fille 14,0 14,5 1,2 46,0 46,8 (7715 Milieu Urbain 23,5 22,6 1,8 66,6 26,9 (566) Rural 10,5 10,3 I,I 39,0 54,6 1038) R~gion Sud 11,9 8,0 0,3 46,8 51,6 (312) Tensift 18,0 17,5 1,6 51,9 40,7 (1895 Centre 13,2 16,2 0,8 51,1 41,0 (395) Nord-Ouest 18,3 20,6 1,3 47,5 45,2 (3015 Centre-Nord 14,2 10,1 3,2 42,2 51,8 (218) Oriental 17,0 12,5 I,I 52,3 40,9 (88) Centre-Sud 17,8 17,8 2,0 54,5 33,7 (i01) Instruction Aucune 13,1 12,8 I,I 43,6 49,8 (1329) Primaire 25,6 23,7 1,3 69,4 23,7 (160) Secondaire ou + 23,2 22,3 3,6 79,5 17,0 (1125 Total 15,1 14,7 1,3 48,8 44,8 (1604) Un deuxième facteur important qui a un effet sur la validité des données anthropométriques est l 'fge de l'enfant. Bien que l'fge en années soit suffisant pour la plupart des analyses démographiques, l'age en mois est exigé pour l'évaluation exacte des mesures anthropométriques. A titre d'exemple, un enfant peut ~tre classé comme souffrant d'une déficience alimentaire sévère si son fge déclaré est légèrement supérieur de quelques mois à son fige réel. Dans I'ENPS, on a insisté auprès des enqu~trices pour qu'elles obtiennent des femmes enquetées les documents sur les 95 [lges toutes les fois que cela était possible. Sur l'ensemble des enfants mesurés ~gés de 0 å 59 mois, l'analyse portera essentiellement sur ceux ~tgés de 0 à 36 mois pour qu'elle soit comparable aux analyses entreprises dans le cadre des enquStes du mSme type effectué.es dans plusieurs pays en développement. Dans ce rapport, les données anthropométriques seront pr6sentées pour un effectif de 3292 enfants (95 pour cent). Presque 5 pour cent des mensurations ont été exclues pour les raisons suivantes: Enfant éligible, mais une des mensurations (poids ou taille) est manquante 1,1 pour cent Mensurations erronées d'après les critères du programme de référence internationale 3,0 pour cent Mois ou saison de naissance de l'enfant non déclaré 0,8 pour cent Le graphique 6.5 montre clairement qu'il y a très peu d'irrégularités dans les ages des enfants mesurés à l'exception de la pointe a l'age de 3 mois. Pour le reste, il n'y a pratiquement aucune attraction pour les [lges de 6, 12, 18, 24, 30 et 36 mois. 140 Effectif Graphique 6.5 Répartition des Enfants Mesurés Selon l'Age (en mois) 120 100 80 60 40 20 0, I k I I I I I I I I I I I I I I I 8 | I I I ~ I I J . _ I 9 [7 ~ I L I I I I I 3 6 9 12 15 1 21 24 30 33 36 Mois ENPS Maroc, 1987 96 Quatre indices seront étudiés dans ce qui suit. Il s'agit: du poids-pour-taille de la taille-pour-fige de la taille-pour-fige par le poids-pour-taille et du poids-pour-fige Ces indices seront comparées pour chaque enfant fi une population de référence qui est définie par le Centre National Américain des Statistiques Sanitaires (NCHS) et adoptée par les Centres de Contr61e des Maladies d'Atlanta (CDC) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Chaque indice fournit une information assez différente sur le statut nutritionnel des enfants. Le poids-pour-taille donne la masse du corps en relation avec sa hauteur. S'il y a une famine ou des périodes de déficience alimentaire à courte durée, le poids peut diminuer sans que la taille soit affectée. Dans une telle situation, la malnutrition qui s'en suit est appelée malnutrition aiguë ou actuelle. Le second indice est la taille-pour-fige: c'est un indicateur de croissance linéaire qui permet de mesurer l'état nutritionnel passé et la prévalence de malnutrition chronique. S'il y a une déficience alimentaire s'étendant sur une longue période, la croissance de l'enfant peut 8tre retardée et la taille sera affectée. La malnutrition chronique s'appelle souvent la mainutrition invisible car elle est moins évidente à la simple observation que la mainutrition aigue. Par exemple, un enfant de trois ans mal nourri peut passer pour un enfant de deux ans bien nourri. Par ailleurs, la pî'6valence de la malnutrition chronique varie peu selon la saison. La taille-pour-åge par le poids-pour-taille est un indice qui permet de mesurer la malnutrition chronique et aigue fi la fois. Le croisement du tableau poids-pour-taille et du tableau taille-pour-åge (appelé aussi le tableau de Waterlow) permet d'identifier les enfants qui souffrent d'une déficience alimentaire sévère. Enfin le quatrième indice, qui est le poids-pour-fige, est souvent utilisé par les services de santé pour suivre l'évolution longitudinale de l'~rat nutritionnel des enfants. Sa valeur en tant qu'indicateur de l'~rat nutritionnel est moins évidente quand une seule mesure est disponible en raison des fluctuations saisonnières. Néanmoins, cet indice est utile du fait qu'il permet d'établir des priorités bas~es sur la sévérité des problèmes de malnutrition. Les données sur les indices anthropométriques sont présentés sous forme de pourcentages par rapport à l'écart-type de la médiane de référence de NCHS/CDC/OMS. L'échantillon utilisé par le NCHS est représentatif d'une population bien nourrie. M8me dans une telle population, il y a une variation dite normale des tailles et des poids parmi les enfants du mSme sexe et du m~me fige. Cette variation suit à peu prés la répartition normale où 2,3 pour cent de la population se trouvent au-dessous ou au-dessus de 2 écarts-types de la médiane, 13,6 pour cent se trouvent entre 1 et 2 écarts-types de la médiane et 12 pour cent se trouvent entre la médiane et l'écart-type. Poids-pour-taille Le tableau 6.13 présente la répartition du poids-pour-taille des enfants selon les variables socio-démographiques. Il y a lieu de noter que le poids-pour-taille n'est pas influencé par les mauvaises déclarations de l'fige par la mère du fait que l'fige n'est pas une variable qui fait partie de cet indice de mesure. Parmi les enfants de 0-36 mois, 3,7 pour cent sont 2 écarts-types ou plus au-dessous de la médiane de référence. Ces enfants sont classés parmi ceux qui souffrent d'une malnutrition aigue. Par rapport à la population de référence (2,3 pour cent), les enfants marocains ont à peu près le même niveau de déficience alimentaire aigue. 97 TABLEAU 6.13 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERIS- TIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caractêrlstiques -3 -2,00 -i,00- -0,99 +1,00 +2 soclo- ou à, å å à ou Effec- d6mographiques moins -2,99 -1,99 +0,99 +1,99 plus tir Sexe Garçon 0,5 3,5 13,9 66,9 12,6 2,6 (1637) Fille 0,8 2,5 13,0 66,5 13,5 3,6 (1655) Age 0-11 mois 0,6 2,6 10,3 64,7 17,1 4,7 (1101) 12-23 mois 1,4 5,0 18,0 59,8 12,6 3,1 (1050) 24-36 mois O,l 1,5 12,3 75,0 9,6 1,6 (1141) Interval le pr6c6dent lofe naissance 0,5 2,3 ii,0 65,3 17,3 3,5 (571) <2 ans 0,7 3,2 14,1 67,6 11,7 2,7 (728) 2-3 ans 0,9 3,1 14,6 66,5 11,8 2,9 (1496) 4 ans ou plus 0,2 3,2 11,5 67,6 13,9 3,6 (497) Milieu de résidence Urbain 0,5 1,4 11,7 64,9 17,2 4,3 (1139) Rural 0,8 3,9 14,4 67,7 10,9 2,5 (2153) R6gion Sud 0,7 5,8 21,2 62,4 8,3 1,6 (434) Tensift 1,8 4,1 11,9 65,8 12,4 3,9 (386) Centre 0,2 2,9 14,9 65,7 12,8 3,5 (833) Nord-Ouest 0,7 2,5 10,4 67,0 16,6 2,7 (673) Centre-Nord 0,0 1,3 11,6 71,2 12,0 4,0 (527) Oriental 0,9 0,9 7,0 71,2 17,0 3,1 (229) Centre-Sud 1,9 3,8 15,7 64,3 11,9 2,4 (210) Instruction Aucune 0,7 3,3 13,7 67,3 12,2 2,7 (2784) Primaire 0,3 1,6 15,5 62,3 15,5 4,8 (310) Secondaire ou + 1,0 0,5 6,2 65,1 21,5 5,6 (195) Total 0,7 3,0 13,4 66,7 13,1 3,1 (3292) Vu le faible niveau de la malnutrition aiguë au Maroc, les variations différentielles sont minimes. Toutefois, il est à constater que les enfants agés de 11-23 mois, de sexe masculin, appartenant au milieu rural, venant des régions du Sud, du Tensift et du Centre-Sud et les enfants dont les mères n'ont aucune instruction sont légèrement plus nombreux à souffrir de sous- alimentation aiguE. 98 Taille.pour-åge Contrairement à la malnutrifion aiguë, il ressort du tableau 6.14 que le niveau de malnutrition chronique est élevé au Maroc. En effet, 26 pour cent des enfants de 0-36 mois se trouvent au-dessous de 2 écarts-types ou plus de la médiane de référence. Dans le cas de la population de r6færence, la proportion du mSme degté est de 2,3 pour cent seulement. TABLEAU 6.14 NEPARTITION (EN %) DES INDICES TAILLE-PODR-AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE ÆFEBENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caract~ristiques -3 -2,00 -i,00- -0,99 +1,00 +2 so~io- ou â, å å å ou Effec- démographiques moins -2,99 -1,99 +0,99 +1,99 plus tlf S6~e Garçon 9,1 16,6 28,3 38,7 4,9 2,4 (1637) Fille 9,5 15,8 27,1 39,4 5,9 2,3 (1655) Age 0-ii mois 2,8 7,6 23,4 51,2 18,6 4,3 (i181) 12-23 mois 10,5 21,3 31,0 33,3 2,6 1,3 (1050) 24-36 mois 14,5 19,6 28,8 32,5 3,1 1,5 (1141) Interval le pr~cédent l~re naissance 8,6 14,4 26,4 44,0 4,7 1,9 (571) <2 ans 12,8 18,0 27,7 35,3 4,1 2,1 (728) 2-3 ans 8,2 17,6 29,5 36,7 5,4 2,5 (1496) 4 ans OU plus 8,2 11,3 23,5 45,9 8,2 2,8 (497) Milieu de r~sidence Urbain 5,3 11,9 27,6 46,4 6,8 1,9 (1139) Rural 11,4 18,4 27,8 35,1 4,7 2,6 (2153) R~gion Sud 11,8 17,1 31, i 34,3 4,6 1,2 (434) Tensift 15,0 19,4 28,8 29,3 4,7 2,8 (386) Centre 7,9 12,8 26,3 43,3 6,6 3,0 (833) Nord-Ouest 8,9 16,8 23,5 48,4 7,1 3,3 (673) Centre-Nord 8,9 17,5 31,1 37,8 3,2 1,5 (527) Oriental 4,4 12,2 28,8 48,0 6,1 0,4 (229) Centre-Sud 6,7 20,5 28,] 38,6 3,3 2,9 (210) Instruction Aucune 10,4 17,8 28,0 37,2 5,0 2,4 (2784) Primaire 3,5 14,8 29,0 44,2 6,1 2,3 (310) Secondaire Ou + 2,1 7,2 21,5 56,9 10,8 1,5 (195) Total 9,3 16,2 27,7 39,0 5,4 2,4 (3292) 99 Selon le sexe, les garçons ont pratiquement le m~me niveau de déficience alimentaire chronique que les filles. Selon l'age, la proportion la plus élevée d'enfants sous-alimentés se situe parmi ceux agés de 12 à 23 mois. 4 11 y a une liaison négative entre le niveau de malnutrition aiguë et l'intervalle précédant la naissance, le milieu de r6sidence et le niveau d'instruction. Ces deux demières variables semblent avoir le plus d'impact sur cet indice de l'état nutritionnel des enfants. En effet, les enfants du milieu rural sont presque deux fois (30 peur cent) plus exposes au risque de rabougrissement (malnutrition chronique) que ceux du milieu urbain (17 pour cent). Par ailleurs, les enfants dont les m~res n'ont aucune instruction souffrent trois fois plus de sous-alimention que ceux dont les mères ont un niveau d'éducation secondaire ou plus. Enfin, selon la région, les proportions les plus élevées d'enfants qui sont chroniquement sous-alimenU~s se situent au Tensift, au Sud, au Centre-Nord et au Centre-Sud. Par contre, c'est dans l'Oriental qu'il y a le moins d'enfants souffrant de déficience alimentaire. Taille-pour-åge par poids-pour-taille Il ressort du tableau 6.15 et du graphique 6.6 qui montrent la relation entre malnutrition chronique et malnutrition aiguë que 3 peur cent des enfants åg6s de moins de 3 ans souffrent d'une déficience alimentaire qui est à la fois chronique et aiguë. Ce groupe d'enfants se trouve 2 écarts- types ou plus au-dessous de la médiane de la population de référence peur ce qui est de la taille- peur-age et du peids-peur-taille. Il s'agit clairement du groupe qui souffre des cas de malnutrition les plus sévères. TABLEAU 6.15 REPARTITION (EN %) DES INDICES DE LA TAILLE-POUR-AGE PAR POIDS-POUR-TAILLE DES ENFANTS DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, ENPS, MA~OC, 1987 1,000 0 -1,00- -2,99 -3,00 TaŒElle- ou å à à ou pour-åge plus -0,99 -1,99 +2,99 moins Total 1,00 ou plus 5,9 9,5 0,6 0,2 0,0 16,2 <= 0 å 0,99 4,2 36,3 19,7 5,9 0,6 66,6 <= -i S.D. 0,2 2,0 4,9 4,7 1,7 13,5 <= -2 S.D. 0, I 0,2 0,6 1,3 0,8 3,0 <= -3 S.D. 0,0 0,0 0, I 0,1 0,5 0,7 Total 10,4 48,0 48,9 12,2 3,6 100,0 Effect i f (340) (1584) (854) (397) (117) (3292) Note: L 'écart-type par rapport à la médiane de référence est le suÆvant: sous-al lmentat ion modérée à sévère = -2.00 ET ou moins, sous-a l imentat ion légère = -1,99 ET é -1,00 ET. 100 60 50 40 30 20 Graph ique 6.6 Poids-pour-Taille et Taille-pour-Age (Tableau de Waterlow) pour-Age et s~v~re 10 0 Mod~r6e et s~v~re L~gî~re Poids-pour-Taille Normale ENPS Maroc, 1987 Poids-pour-fige Le tableau 6.16 présente la répartition du poids-pour-åge des enfants de 0-36 mois qui sont classés selon les différentes catégories d'écart-types par rapport à la médiane de référence selon les variables socio-démographiques. Comme nous l'avons indiqué plus haut, cet indice donne la malnutrition aigu~ et chronique mais ne différencie pas entre la déficience alimentaire qui dure depuis une longue période et celle qui est récente. En d'autres termes, la mesure du poids-pour-~lge ne foumit pas d'information au-delà de celle déj~ présentée dans les tableaux sur la tallle-pour-/lge et le poids-pour-taille. Par ailleurs, du fait que les données de cet indicateur sont sensibles aux fluctuations salsonnières, une seule estimation du poids-pour-/lge peut souvent poser des problèmes d'interprétation, surtout si on la compare à d'autres estimations obtenues durant des périodes de temps différentes. Comme les indices du poids-pour-/|ge sont utilisés par les programmes de protection de la santé de l'enfant dans les services sanitaires, nous les avons retenus ici en tant qu'indicateurs de repère utiles pour ces programmes. Résumé de l'état nutritionnel des enfants de moins de 3 ans Le graphique 6.7 présente une comparaison de l'état nutritionnel des enfants mamcains, en utilisant les trois mesures analysées plus haut, avec la distribution normale correspondant à une population bien nourrie. La répartition du poids-pour-taille des enfants marocains, par rapport å la médiane (ou moyenne) de référence correspond ~ la répartition, ce qui indique qu'il n'y a pratiquement pas de rnalnutrition aiguë. Par contre, les répartitions normale, taille-pour-age et poids-pour-fige sont déplacées vers la gauche par rapport à la répartition normale. Une proportion non négligeable des enfants mamcains se trouvent au-dessous de 2 écarts-types de la médiane de réîérence pour ces deux mesures; indiquant une malnutrition chronique relativement prévalente au Maroc. 101 TABLEAU 6.16 REPARTITION (EN %) DES INDICES POIDS-POUR-AGE DES ENFANTS AGES DE 0 A 36 MOIS EN UTILISANT L'ECART-TYPE DE LA MEDIANE DE REFERENCE DE NCHS/CDC/OMS, SELON CERTAINES CARACTERIS- TIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES, ENPS, MAROC, 1987 Caractêristiques -3 -2,00 -1,00- -0,99 +I,80 +2 socle- ou å, å â å ou Effec- d~mographiques moins -2,99 -1,99 +0,99 +1,99 plus tif Sexe Garçon 3,9 11,5 25,6 49,7 6,7 2,5 (1637) Fille 3,2 12,6 26,3 46,5 8,3 3,1 (1655) Age 8-11 mois 2,3 5,1 18,7 53,7 14,3 6,0 (ii01) 12-23 mois 4,5 15,6 29,0 44,9 5,0 1,0 (1050) 24-36 mois 3,9 15,5 30, I 45,7 3,4 1,3 (1141) Intervalle pr~c~dent lAre naissance 3,3 7,5 24,0 52,5 9,8 2,8 (571) <2 ans 4,1 16,1 27,7 44,1 5,8 2,2 (728) 2-3 ans 3,7 12,9 27,3 46,8 5,9 3,3 (1496) 4 ans ou plus 2,4 8,9 21,3 52,9 12,3 2,2 (497) Milieu de r~sidence Urbain 1,2 6,8 22,9 55,9 10,4 2,7 (I139) Rural 4,B 14,9 27,5 44,8 6,0 2,8 (2153) R~gion Sud 7,1 17,5 32,0 36,2 4,6 2,5 (434) Tenslft 6,2 16,3 25,9 43,5 5,7 2,3 (386) Centre 2,2 10,9 24,7 51,3 8,0 2,9 (833) Nord-Ouest 3,3 9,1 21,7 52,6 1O,0 3,4 (673) Centre-Nord 1,9 12,9 28,7 48,2 6,5 1,9 (527) Oriental 1,3 6,6 25,3 51,1 10,9 4,8 (229) Centre-Sud 4,3 11,0 25,7 51,0 6,2 1,9 (210) Instruction Aucune 4,0 I3,5 26,8 46,3 6,8 2,7 (2784) Primaire 1,9 4,8 26,1 54,5 I0,0 2,6 (310) Secondaire Ou + 8,5 3,6 13,3 64,1 13,8 4,6 (195) Total 3,6 12,1 25,9 48,1 7,5 2,8 (3292) 102 25 20 15 10 5 0 Graphique 6.7 Mesures Anthropométriques par Rapport à la Moyenne de Référence Internationale En % -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 Ecart-Type de la Moyenne de R6f6rence Distribution Normale - - Poids-pour-Age Taille-pour -Age -~-- Poide-pour-Taille I A I -- 4 5 6 ENPS Maroe , 1987 6.4 CONCLUSION Les résultats exposés dans ce chapitre montrent que la mortalité infantile est encore relativement élevée, bien qu'elle ait connue une baisse non négligeable au cours des sept demières années, en passant de 91 pour mille pour la période 1975-79 à 73 pour mille pour la période 1982- 86. La mortalit6 juvénile semble avoir enregistr6 une baisse encore plus rapide durant la m~me période, en passant de 52 à 31 pour mille entre les ages exacts de 1 et 5 ans. Par ailleurs, la couverture vaccinale est quasi totale au Maroc parmi les enfants qui ont des carnets de vaccination; elle augmentera probablement d'une façon rapide dans les années à venir à mesure que plus d'enfants sont protégés contre la rougeole. Mais, pour que la mortalité infantile, et surtout la mortalité néonatale, diminue encore et d'une manière significative, le programme marocain de protection de la santé de la mère et de l'enfant devrait doubler d'efforts pour augmenter les proportions de femmes qui reçoivent les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement par le personnel de santé dont les niveaux actuels restent relativement faibles. Enfin, on relève une déficience alimentaire chronique relativement prévalente parmi les enfants /tgés de moins de trois ans tandis que la malnutrition aigu~ est pratiquement inexistante au Maroc. 103 Cette section est rédigée avec la collaboration de J. SuUivan. 2 I-.¢s données sur la mortalit~ pî'ésentées dans ce Chapitre ne sont pas réajustées. 3 On a recueilli également des données sur le périmétre cranien. 4 Proportion d'enfants ågées de 12-23 mois au-dessous de 2 écarts-types dans certains pays ayant participé au programme EDS: Burundi 50% (1987) Brésil (région Nord-Est) 39% (1986) Colombie 25% (1987) MAROC 32% (1987) République Dominicaine 22% (1987) Sénégal 27% (1986) Sri Lanka 31% (1987) Thallande 22% (1987) 104 CONCLUSIONS GENERALES L'Enquete Nationale sur la Planification Familiale, la Fécondité et la Santé de la Population au Maroc (ENPS) a été conduite de mal [t juillet 1987 par le Ministère de la Santé Publique avec la collaboration de l'Institute for Resource Development de Westinghouse (IRD) pour collecter des données sur la fécondité, la planification familiale et la santæ de la mère et de l'enfant. L'Enqu&e a ét~ effectuée auprés d'un échantillon national de 5982 femmes non-célibataires [Ig6es de 15 à 49 ans. L'ENPS a montré que le mariage est un phénomène universel au Maroc. Mais cette situation concernant des générations relativement [rg~es ne peut etre facilement extrapolée aux générations récentes. Pour celles-ci, l'/lge au mariage est en augmentation sensible et les proportions de femmes célibataires à 20-24 ans, 25-29 ans ont significativement augmenté. D'ailleurs, l'[lge médian au premier mariage pour l'ensemble des femmes de 25-49 ans est passé en sept ans de 17,2 ans en 1979-80 (ENFPF) å 18,5 ans en 1987 (ENPS), soit une croissance de 1,3 ans. A l'instar de celle de la nuptialité, l'intensité de la fécondité au Maroc, bien qu'elle reste relativement ~levée, est en baisse continue. En moyenne, une femme non-célibataire donne naissance à 4,3 enfants au cours de sa vie féconde. La proportion de femmes de 45-49 ans n'ayant jamais eu d'enfant, et considérées par conséquent comme définitivement stériles est de l'ordre de 5 pour cent. L'analyse des données relatives à la fécondité du moment a permis de dégager une baisse non négligeable de l'indice synthétique de fécondité (ISF). Pour la période de 5 ans précédant l'enquête, I'ISF est passé de 5,9 enfants (ENFPF 1979-80)/t 4,8 enfants (ENPS 1987). L'entrée dans la vie féconde a également reculé et se confirme å travers l'[lge médian à la première naissance qui a augmenté de 20 ans chez le groupe 45-49 ans ~ 22 ans chez celui de 25-29 ans. Le recul de l'ãge au mariage et l'utilisation de la contraception de plus en plus grande ont contribué largement ~ la baisse de la fécondité. L'enquête a montré que la prévalence contraceptive a connu une augmentation importante au cours des sept dernières années: elle est passée de 19 pour cent en 1979-80 (ENFPF) ~ 26 pour cent en 1983-84 (ENPC) et à 36 pour cent en 1987 (ENPS). Le programme marocain de planification familiale est axé sur la contraception moderne (29 pour cent) avec la pilule comme méthode de choix (23 pour cent). La pratique des autres méthodes modernes reste marginale (DIU: 3 pour cent et stérilisation féminine: 2 pour cent). La plupart des utilisatrices de la contraception recourent au secteur public. Pour ne citer que les méthodes d'approvisionnement, six femmes sur dix ont obtenu leur méthode dans un centre de santé. Par ailleurs, le r61e du VDMS dans l'approvisionnement des moyens anti-conceptionnels est loin d'~tre négligeable: au moins 20 pour cent des femmes utilisatrices ont reçu leur méthode par le biais de ce programme. L'échec de la méthode, les perturbations ou l'arr& des règles et les effets secondaires constituent les trois raisons importantes de discontinuité des méthodes modernes. Le DIU semble &re la méthode qui pose davantage de problèmes de santé, selon les déclarations des femmes. Le comportement pmcréateur des marocaines est de moins en moins pronataliste. Les données recueillies montrent que la dimension désirée est passée de 5 enfants en 1979-80 (ENFPF) à 3,7 enfants en 1987 (ENPS). Le pourcentage de femmes ne voulant plus d'enfants est important. Dans l'ensemble, une femme sur deux a répondu qu'elle désire ne plus enfanter. 105 En plus de la pratique de la contraception et de l'augmentation de l'age au mariage, d'autres factuers biologiques peuvent cependant affecter l'espacement des naissances. Parmi ces facteurs, on retrouve particulièrement l'aménorrhèe post-partum et l'allaitement. Celui-ci est pratiqué par la majorité des femmes qui allaitent en moyenne 14 mois. L'aménorrhée post-partum s'étend en moyenne sur neuf mois. Le Chapitre 6 de ce rapport a été consacré à l'analyse des données sur la mortalité infantile et juvénile et à la santé de la mère et de l'enfant. La mortalité infantile demeure relativement élevée, bien qu'elle ait connu une baisse non négligeable au cours des sept demières années. Dans l'ensemble, on peut affirmer que la mortalité infantile se situe ~ 73 pour mille pour la période 1982-86. Eile était de 91 pour mille pour la période 1975-79. La mortalité des enfants de 1 a 4 ans a enregistré une baisse encore plus rapide, passant de 52 à 31 pour mille pour les pèriodes 1975-79 et 1982-86 respectivement. Concernant la santé de la mère et de l'enfant, les résultats de l'enquête montrent que la couverture vaccinale au Maroc, parmi les enfants ayant des carnets de vaccination, est quasi totale. Mais les données sur les soins prénatals et l'assistance à l'accouchement par le personnel de santé indiquent clairement que les niveaux de la protection maternelle et infantile sont encore faibles. A titre d'exemple, l'accouchement /t domicile reste pratiqué par la majorité des femmes marocaines (72 pour cent). L'incidence et le traitement de la diarrhée sont également présentés dans ce rapport. Trois enfants sur dix de moins de 5 ans ont eu la diarrhée au cours des deux semaines prècédant l'enquête. Quant au traitement par réhydratation orale contre cette maladie, il est cité par très peu de mères (16 pour cent). Enfin, I'ENPS a collecté des données sur les mesures anthmpométriques. On relève une déficience alimentaire chronique relativement prévalente parmi les enfants /tgés de moins de trois ans tandis que la malnutrition aiguë est pratiquement inexistante. L'analyse de la nuptialité, de la fécondité, de la contraception et de la santé de la mère et de l'enfant a permis de dégager des comportements différentiels. Le niveau d'instruction et le milieu de résidence ont été identifiés comme les deux variables qui sont les plus corrélèes aux indicateurs présentès dans ce rapport. 106 ANNEXE A PLAN DE L'ENQUETE ANNEXE A PLAN DE L'ENQUETE A.1 ECHANTILLONNAGE L'ENPS est basée sur un échantillon stratifié auto-pond~r6 d'environ 7000 m6nages ou femmes non-célibataires en fige de pmcréer (15-49 ans). La base de sondage est constitu6e par l'échantillon maître élaboré å partir du recensement de 1982. Eehantillon-maître Le recensement de la population de 1982 a permis de disposer d'une base de sondage nécessaire pour toute enquête post-censitaire. Dans le cadre de mise en place du dispositif national d'enquetes auprès des ménages, un échantillon-mm~tre a ét~ élabor6. L'expression "échantillon-mat'tre," désigne un 6chantillon de zones géographiques, ou unités primaires (UP), au sein desquelles on choisit éventuellement des sous-6chantillons, pour effectuer les diverses enquêtes post-censitaires et pour avoir la possibilit6 d'obtenir des informations à différents niveaux d'agrégats. Ainsi le territoire national a été découp6 en zones aIéolaires indépendantes et exhaustives: "les unités primaires." En milieu urbain, une unit6 primaire est constituée de 3 à 4 districts de recensement de 1982, et ayant une taille de 600 ménages en moyenne. Ces unités primaires urbaines ont été classées par région économique, et au sein de chaque r6gion elles ont ~té stratifié.es selon le type d'habitat. Les strates retenues sont: Strate 1: luxe Strate 2: moderne Strate 3: nouvelle médina Strate 4: quartiers industriels Strate 5: médina Strate 6: bidonvilles Strate 7: douars urbains Strate 8: petits centres ayant moins de 10 districts. Cependant pour les négions off l'on s'aperçoit que l'allocation proportionneUe ne permet le choix d'au moins 2 districts par strate, afin de pouvoir calculer les erreurs d'échantillonnage, on agrège les strates ci-dessus: Luxe + modeme Nouvelle médina + quartiers industriels Médina Bidonvilles + douars urbains Petits centres 107 Une fois la stratification achevée, et le nombre d'UP à allouer à chaque strate d6terminée, le tirage se fera selon les principes du tirage aléatoire systématique, avec pmbabilités pmportionnelles å la taille. Ainsi 536 UP ont été sélectionnées pour l'échantillon-maitre urbain (20%), et ce en vue de répondre aux besoins d'échantillonnage des diverses enquêtes post-censitaires, et de réduire l'erreur de sondage. Chaque UP choisie sera découpée en zones de 50 ménages en moyenne, ces zones constitueront les unités de 2ème degré ou unités secondaires. En milieu rural, une UP est constituée d'une zone ayant une taille de 1000 ménages en moyenne. Cependant les communes dont la taille est inférieure à 1500 ménages sont considérées comme des unités primaires rurales. Ces unités ont ~té stratifiées géographiquement, chaque province constitue une strate, cependant au sein de chaque province les communes sont classées suivant leurs caractéristiques agro- économiques. Faute de moyens humains et matériels, les UP rurales ont ét~ formées au bureau. Ainsi 432 UP rurales, ont été tirées suivant le tirage aléatoire systématique avec pmbabilités pmportionneUes ~ la taille. Chaque UP tirée sera découpée en zones de 100 ménages en moyenne. Ces zones constitueront des unités de 2ème degté ou unités secondaires. Enquête Démographique (EPR) de 1986 Taille de 1' échantillon La taille de l'échantillon dépend aussi bien des objectifs que de la qualité souhaitée des r6sultats. En ce qui concerne les objectifs, il a été estimé souhaitable de construire une table de mortalit6 pour l'ensemble du pays et de disposer des estimations significatives des taux bruts de natalité et de mortalité pour chacune des 7 régions économiques, en distingant le milieu urbain du rural. Toutes ces données sont al~sir~es avec une pr6cision la plus élevée possible, mais à ce niveau, il y a lieu de rappeler que plus l'échantillon est grand plus il serait difficile ~ contr61er, et donc il est fort probable ~ ce que l'enquête soit mal exécutée malgr6 le niveau réduit de son erreur de sondage. Par conséquent, cette enquête subira des insuffisances plus marquées en ce qui concerne la qualité de données. Cependant, cette corrélation: grand échantillon-données peu fiables n'a rien d'inévitable. Elle dépend de l'effort qui sera fait, du dévouement du personnel ~t tous les niveaux, de son efficacité, et de multiples autres facteurs à caractère psychologique et administratif. Il en résulte que le raisonnement scientifique ne dira jamais où se situe la taille optimale de l'échantillon. Si on est tombé finalement sur le chiffre de 30.000 ménages, ce n'est pas parce que c'est optimal. Il s'agit plut6t, d'une évaluation issue de longues discussions, lors desquelles on a examiné tous les aspects du problème. Cette taille de l'échantillon de 30.000 ménages (360.000 personnes-année), correspond au chiffre nécessaire pour pouvoir construire une table de mortalité, et ça représente à peu près la taille fixée par des enquêtes analogues exécutées dans d'autres pays. Examinons l'erreur de sondage que cet échantillon implique. 108 Taille de Taux brut de Taux brut de l'échantillon natalit6 pour mortalité pour (ménages) 1000 1000 2.500 43 + 3,3 15 + 2,0 3.000 43 + 3,0 15 + 1,8 4.000 43 + 2,6 15 + 1,6 5.000 43 + 2,3 15 + 1,4 10.000 43 + 1,7 15 + 1,0 15.000 43 + 1,4 15 + 0,8 20.000 43 + 1,2 15 +0,7 30.000 43 + 1,0 15 + 0,6 Si on admet que les taux d'erreurs figurants dans la lère ligne du tableau repr6sente le maximum que l 'on puisse supporter, il en résulte que l'échantillon de la taille proposée ne pourrait donner des r6sultats satisfaisants pour une région recevant un échantillon inférieur à 2000 ménages. Le tableau suivant représente les effectifs par région et par milieu correspondant l'allocation uniforme d'un 6chantillon total de 30.000 m6nages. Nombre de ménages de l'échantillon Région Urbain Rural Ensemble Sud 900 2500 3400 Tensift 1400 2900 4300 Centre 4900 3200 8100 Nord-Ouest 3500 2800 6300 Centre-Nord 1200 2300 3500 Centre-Sud 1100 1200 2300 Oriental 900 1200 2100 Total 13900 16100 30000 En mettant ce tableau en rapport avec le pr6cédent, et en admettant les limites de tolérance qu'on vient de citer, on voit que les résultats valables pourront ~tre attendus avec 95% de confiance: Pour chacune des r6gions (urbain + rural), à l'exception du Centre-Sud et de l'Oriental. Pour le milieu urbain dans les régions du Centre et du Nord-Ouest seulement. Pour le milieu rural dans les r6gions du Sud, de Tensift, du Centre, et du Nord-Ouest. Pour l'ensemble du milieu urbain, pour l'ensemble du milieu rural et pour l'ensemble du pays. 109 Taille de la grappe Le sondage par grappes exige que les grappes soient des zones aléolaires, ayant des limites naturelles bien définies, et identifiables sur le terrain. De l'analyse des enquêtes démographiques réalisées dans d'autres pays, il ressort qu'un tirage de grappes de taille comprise entre 60 et 100 ménages semble être une taille optimale. En effet si la taille de la grappe ne s'écarte pas beaucoup de cet intervalle l'efficacité ne sera pas moindre. On pourrait donc adopter une taille moyenne par grappes entre 40 et 120 ménages. L'échantillon-mat'tm a constitué des unités secondaires (US) au sein de chaque UP, la taille moyenne des US étant de 50 ménages en milieu urbain et de 100 ménages en milieu rural. Ces US correspondent bien à ce que l'on va adopter comme grappes pour l'enquête démographique. Tirage de l' échantillon Le tirage des UP dans l'échantillon-ma~m a été comme suit: ler degré: Tirage de 536 UP urbaines et 432 UP rurales, par tirage systématique avec probabilités pmportionnelles à la taille en terme de ménages. 2ème degré: Tirage d'une US par UP retenue avec probabilités égales. Pour les besoins d'échantillonnage de l'enquête démographique, le taux global de sondage à adopter sera de ! 128 Ce chiffre découle du rapport entre la taille de l'échantillon fixée à 30.000 ménages, et l'effectif total de la population (3.848.000 ménages) au moment central de l'enquête soit fin 1986. Mais pour tenir compte des ménages non trouvés, des refus, etc., il serait prudent d'augmenter ce taux à IL_ , ce qui va donner un échantillon théorique de 32.000 ménages, 120 réparti en 14.800 ménages urbains, et 17.200 ruraux. En divisant ces chiffres par la taille moyenne des grappes cela correspond à 296 grappes urbaines et 172 grappes rurales. Rappelons que l'échantillon- mm'tre compte au total 536 UP urbaines et 432 UP rurales. Il est donc évident que l'on doit tirer un sous- échantillon des UP. Comme il a ~té dit auparavant le tirage des UP a été fait avec des probabilités proportionnelles à la taille et le nombre d'US à former au sein de chaque UP est variable ce qui rend la probabilité de tirage d'une US par UP variable. De ce fait, l'échantillon-ma~re ne donne pas un échantillon d'US auto-pondéré. La nécessite d'effectuer un sous-échantillonnage des UP de l'échantillon-maître offre la possibilité de rendre l'échantillon d'US auto-pondéré. Au premier degré: Un intervalle de tirage qu'on appelle I~ a ét~ adopté pour tirer les UP. La probabilité de tirage d'une UP donnée a ~té donc: P~~ = t~ Il (1) off t~ est la taille de I'UP en ménages. 110 Au second degré: on tire une US par UP retenue avec probabilités égaies soit: 1 P~ - (2) Ni où N~ est le nombre d'US cr6ées au sein de I'UP no. i. Le sous-échantillonnage des ménages se fera avec une probabilité P,~, qui est å déterminer pour chaque i de manière à donner un échantillon final auto-pondéré. La probabilité globale de sondage étant le produit des 3 probabilités déjà considérées, on a: 1 (3) pll . p~.psL - 120 on obtient de (3) Ps~ = - - - 1 1 120 PuP~ Et donc en se référant à (1) et (2) 1 Il Ni p = __ 120 tl Enquête ENPS Pour I'ENPS, le tirage de l'échantillon a ét~ effectué comme suit: 1. On a tire 138 grappes urbaines et 74 grappes rurales, presque la moitié des grappes de I'EPR. 2. On a tiré au niveau de chaque grappe 50% des ménages. Ainsi le taux global de sondage à adopter est de 1/549. 111 TABLEAU A.I DONNEES SUR LES TAUX DE REPONSE, ENPS, MABOC, 1987 Milieu de rêsidence R~sultats Urbain Rural Total M6nages sélectionn~s - Effectif (3610) (3862) (7472) M6nages non-trouv~s 3,0 i,I 2,0 M6nages vldes 3,0 1,3 2,1 Autre 3,3 1,5 2,4 M~nages trouv~s 90,8 96,1 93,5 M6nages trouv~s - Effectif (3278) (3712) (6965) Pas interviewes 0,6 0,I 0,4 Interviewes 99,4 99,9 99,6 Femmes ~llglbles - Effectif (2598) (3~52) (6050) Pas interview~es 1,7 0,7 i,I Absentes 0,7 0,3 0,5 Refus de rêponse 0,3 0,0 0,2 Autre 0,7 0,4 0,4 Interview~es 98,3 99,3 98,9 112 A.2 ORGANIGRAMME DE L'ENQUETE Coeit& Technique Directeur des Affaires Techniques Directeur National Service des Etudes et de t' information Sanitaire Directeur Technique Experts J Consultants de lJIRD et du FNUAP Gestion et Secrétariat Travaux Informatiques I - . t« I-ti~ r lSaisie I Supervision des opérations de collecte, d'exploitat ion informatique et d'analyse I Opérations de Collecte et d'Analyse r,.j nt I Analyse Coi tecte sur te terrain Echantil- tonnage 113 A.3 CALENDRIER DE L'ENPS 1. 2, 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. Activités Préparation des questionnaires et des manuels EchantiUonnage Formation des contrOleurs Pré-enqu&e Mise au point des documents Formation des enqu~trices Enquête sur le terrain Formation des agents de saisie Saisie et traitement Tabulation Rapport préliminaire Analyse des résultats Rapport final Séminaire national Vérification comptable Date prévue sept.-nov. 1986 nov. 1986-fév. 1987 décembre 1986 décembre 1986 janvier 1987 février 1987 mars-mai 1987 mars 1987 mars-juin 1987 avril-juillet 1987 aoat 1987 aollt 1987-janv. 1988 janv.-fév. 1988 avril 1988 avril 1988 Date d'exécution décembre 1986 déc. 1986-mars 1987 janv.-fév. 1987 février 1987 mars 1987 avril 1987 mai-juillet 1987 juin 1987 juin-sept. 1987 oct. 1987-fév. 1988 octobre 1987 mars-août 1988 sept. 1988-mars 1989 juin 1989 aoflt 1989 114 A.4 PERSONNEL DE I'ENPS Directeur technique Superviseurs Contr61eurs Aide contrOleurs Enqu&rices Médecins nutritionistes Echantillonnage Informatique Azelmat Mustapha Al Gandassi Abdeljabbar Arrach Med Larbi Diabi Smain Borroho Mohamed Aouji Mohamed Benjillali Mohamed Bacha ben Ahmed M'Hiaoui Fatna EI M'Zoudi Zhor Chetoui Zhor Benhamida Aïcha E1 Mountassir Fatima A~t Ousat'd Khadija E1 Fatimi Kenza Taoussi Mina Assam Saadia Jouari Latifa Lamkhanet Aziza Hizoumi Zoubida Bedrane Saadia Amezouar Abicha Laassiri Fatima Benrahmoune Malika Abzahd Faouzia E1 Ihabi Saadia Boucherour Saadia Essaïh Aïcha Amahzoune Fettema Boudebbana Mina Amalou Zoubida Benchou Fatima Boumehdi Saadia Najoua Keltouma Dr. E10mrani Mohamed Dr. Darkaoui Katra Ennada Dr. Hajji Najia Ksiber Ahmed Zouaki Abdeslem Lamrani Mohamed Mimouni Abdelmajid Zguiouar Abdelaziz Aljem M'Hamed Zohri Mohamed Hendi Abdelhak Bessar Driss Essarraj Bouzekri Tazi Abdelaali Zuine Fatima Ouafi Fatima GuiUoul Khadija Baya Drissia Youssara Aïcha A1 Maurini Arhimou Achoucha ben Ali AffaUah Hakima E1 Amri Mina E1 Ghazi Khadija Kabach Hamma Larbi Faris Fatima Oumoussa Fatima Oussama Fatima Zaamane Habiba Abdalli Fatna Rachidi Fatima Ouannas Fatima Ettayeb Zakia Meskini Malika Chenakeb Naïma Lkima Maria Soukri Nejma Ouriche Mina Bencheikh Rabha Benrekia Khadij a Dr. Hammadi Fouad Dr. E1 Amine Nadia Benyzza Malika Belhouari Abderrahim Belaiter Salah Ellakhmi Abdelfettah 115 Saisie Analyse Administration Secrétariat Impression Chauffeurs Consultants de l'IRD/Westinghouse FNUAP E1 Aouni Latifa Haddadi Saadia E1 Ghazi Nassira Belouali Redouane Zarrouf Mohamed Hajji Najia Lamrani Abdelkader Maliani Souad Taouji Latifa Boumzough Brahim Zouine Abdellatif MeUouk Mohamed E1 Haïssane Mustapha Chtatbi Abdelaziz E1 Alaoui My Hachem E1 Gana Mohamed Benhanna My Abdeslem Belkacem Hassan Mahfoudi Mustapha Belmejdoub Kacem Ayad Mohamed Vaessen Martin Scott Chris Aliaga Alfredo Croft Trevor Taaffe Brian Jemaï Hédi Essahbi Khadija Artiba Fatima Naya Souad Tyane Mustapha Bel Hachmi Houcine E1 Arbi Housni Essebbar Fatima Bijbij Abdelhay Danba Hassan E1 Abbassi Mohamed Benider Ahmed Bizi E1 Houcine Essadik Thami Essefiani Mohamed Ezzaouia M'Barek E1 HaUabi Brahim Coordonnateur régional et responsable du projet ENPS Directeur du projet EDS Spécialiste en sondages Spécialiste en sondages Informaticien Informaticien 116 ANNEXE B ERREURS DE SONDAGE ERREURS DE SONDAGE B.1 Exposé de la Méthode de Calcul Les estimations qui figurent dans ce rapport ont été obtenues à partir d'un échantillon nationale auto-pond~r~ de 5982 femmes non-célibataires figé, es de 15 à 49 ans. Si l'enqu&e avait ~té effectuée auprès d'autres répondants, on a tout lieu de penser que les fréquences des réponses auraient été quelque peu différentes de celles qu'on a présentées. C'est l'incertitude de cette hypothèse que reflète l'erreur de sondage; celle-ci permet donc de mesurer le degré de variation des réponses suivant l'échantillon. L'erreur-type (ET) est un indice particulièrement utile pour mesurer l'erreur de sondage. On l'estime à partir de la variance des réponses dans l'échantillon m~me. Cet indice a pour propriét6 que: 1) dans 2 échantillons sur 3, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve ~ l'intérieur de l'intervalle + ET de part et d'autre de la moyenne obervée. 2) dans 19 échantillons sur 20, la valeur vraie d'un paramètre pour l'ensemble d'une population se trouve à l'intérieur de + 2ET. A titre d'exemple, pour les femmes non-célibataires, I'ENPS a donné un nombre moyen d'enfants nés vivants de 4,266 auquel correspond une erreur-type de 0,059 enfant. La fourchette dans laquelle se place la moyenne + 2ET est donc de 4,149 à 4,383. La probabilité que la vraie valeur ne soit pas à l'intérieur de cet intervalle est de 5 pour cent, si on suppose que les femmes enqu&ées ont répondu correctement aux questions dans le tableau des naissances. Il existe un deuxième indice souvent utile qui s'intitule la racine carrée de l'effet du plan de sondage ou effet de grappe: c'est le rapport de l'erreur-type observée sur l'erreur-type qu'on aurait obtenue si on avait eu recours à un sondage aléatoire simple. Cet indice révèle dans quelle mesure le plan de sondage qui a ét~ choisi (au Maroc, un échantillon h degrés multiples stratifiés) se rapproche d'un échantillon aléatoire simple de la m~me taille. Autrement dit, la REPS mesure la perte de précision de sondage due au fait qu'on a utilisé un plan de sondage complexe. Les deux principaux facteurs qui déterminent sa valeur sont le nombre moyen de ménages tirés dans chaque grappe et l'homogénéité relative des réponses pour une variable donnée, à l'intérieur et entre les grappes. Pour des échantillons rires à partir de très petites grappes, pour des très petits sous- échantillons dans des grappes de n'importe quelle taille, et pour des variables relativement homogènes, on peut s'attendre ~ ce que l'effet de grappes ne soit pas très diff6rent de 1. Ceci veut dire qu'on aura perdu très peu en matière de précision d'échantillonnage, du fait du tirage d'un échantillon en grappes par rapport ~ un sondage aléatoire simple. B.2 Formules et procédés d'estimation La méthode de calcul pour estimer les erreurs de sondage dans un échantillon stratifié à degrés multiples se présente comme suit: On a r = y/x dans lequel y et x sont deux variables dont on veut estimer le rapport. (Cette méthode de calcul s'applique également pour des estimations telles que les moyennes, les proportions ou les pourcentages, on les considère comme des cas particuliers de rapports). Si "j" représente un individu, "i" est l'Unité Primaire de Sondage (UPS), et "h" la strate dans laquelle se trouve I'UPS. On a: 117 y~ = yh = y = On peut définir les m~mes termes pour la variable x. valeur de la variable y pour un individu j, de I'UPS i et de la strate h; Ç y~ somme des y pour tous les individus de I'UPS i; Ztys somme des y~ pour toutes les UPS de la strate, et ~Yh somme des Yh pour toutes les strates de l'échantillon. La variance ET l'erreur-type) du rapport r = y/x est estimée par: (égale au carré de - - X 2 h=l mh- I i=l ~/A (1) où f = taux global de sondage (dans ce cas, négligeable), mh = nombre de UPS de la strate h, H = nombre de strates de l'échantillon, r = rapport des deux sommes y et x, z~ = y~ - r.x~ et, zh = ~ z~ = y~ - r.x~ Pour appliquer cette formule, il faut avoir au moins deux UPS par strate, c'est-a-dire n~ > 2. L'équation (1) s'applique également aux estimations calculdes pour un sous-ensemble de l'échantillon. On ignore alors pour le calcul, les individus, les UPS ou les strates qui n'appartiennent pas au sous-ensemble. Les sommes (S) ne sont calculées que pour les unités qui appartiennent au sous-ensemble considéré. Pour estimer l'effet du plan de sondage, on a besoin de l'erreur-type d'un rapport r qui correspondrait å un échantillon équivalent tird entièrement au hasard OeTA). / r~z.2.\ ETA 2 ( r ) - l - f .-1 . -~! où z~j = (yuj - rx~j), et r est le rapport, r = y/x = Zy,Æx~ et n est la dimension finale de l'échanúllon et représente la somme de tous les individus de l'échantillon. 118 Comme on l'a dit auparavant, les moyennes, proportions ou pourcentages sont simplement des cas particuliers de rapport. Pour des sous-ensembles d'échantillons dans lesquels l'erreur-type n'est pas donnée, on peut estimer l'effet de taille des sous-populations par la formule empirique suivante: m.~\½ ~es = (E--~) Comme on l'a noté auparavant, ceci est une valeur plus proche de 1 que REPS puisque l'effet du plan de sondage est moindre pour des échantillons plus petits. La variance de la différence de deux moyennes de sous-ensembles appartenant ~t un écliantlllon à degr6s multiples stratifié est donnée par la formule suivante: ET 2 (r - r') = E~ (r) + ET 2 (r') - 2 cov (r,r') soit encore: ET 2 (r - r') = var (r - r') = var (r) + var (r') - 2 cor (r,r') où (') réfêre au deuxième sous-ensemble. ET 2 (r) et ET 2 (r') sont obtenues à partir de l'équation (1) où la covariance est obtenue par: X.X' h~l mh-I i=l -~h #J En général, la cov (r,r') est positive du fait de la corrélation positive entre les caraet6ristiques des individus dans les deux sous-ensembles puisqu'ils appartiennent å une mEme grappe. B.3 Construction des Tableaux Dans le tableau B.1 on présente pour l'ensemble de l'échantillon la moyenne ou la proportion de la variable (m), l'erreur-type (ET), l'effectif de la population de base (N), l'écart-type de la moyenne ou la proportion (s), l'effet de grappe (REPS), l'erreur relative ER = ET/m, et l'intervalle de confiance autour de la moyenne ou de la proportion au niveau de probabilité 95 pour cent (m - 2ET à m + 2ET), pour chacune des variables applicables. Les tableaux B.2 et B.3 et B.4 donnent, pour chacune des variables applicables d l'enquEte femme et homme, la moyenne ou pourcentage, l'erreur-type, l'effectif de l'échantillon et l'effet de grappe pour certaines sous- populations. 119 LISTE DES VARIABLES UTILISEES POUR LE CALCUL DES ERREURS DE SONDAGE, ENPS, MAROC, 1987 VARIABLE ESTIMATION POPULATION DE BASE Echant i l lon-Femme UR8AIN Mi l ieu urbain Proport ion Femmes non-cél fbatalres EDUC Pr imaire ou plus Proport ion Femmes non-cél ibataires MARIEES Mari~es Proport ion Femmes non-cél ibataires MAAV20 Mari~es avant 20 Proport ion Fe~nes non-cél ibataires 20+ ans POLYGAME Actuel lement en union polygame Proport ion Actuel lement mariées ENV Enfants nés vivants Moyenne Femmes non-cél ibatalres ENV40 Enfants nés vivants Moyenne Femmes 40-49 ENSUR Enfants survivants Moyenne Femmes non-cél lbataires ENFDEC Enfants décédés Moyenne Femmes non-cél ibataires ENC Enceinte Proport ion Femmes non-cél ibataires CMET Connaissance d'une méthode Proport ion Actuel lement marlées CMETMO Connaissance d'une m~thode moderne Proport ion Actuel lement marlées UMET A uti l lsé une méthode Proport ion Actuel lement mari~es UMETMO A uti l isé une méthode moderne Proport ion Actuel lement mariéea ACTMET Ut i l ise actuel lement une méthode Proport ion Actuel lement mari~es ACTMETMO Uti l ise une méthode moderne Proport ion Actuel lement mari~es ACTCP Ut i l ise la pi lule Proport ion Actuel lement mari~es ALLAIT Al la i tement Moyenne Fem2~es non-cél ibataires AMENO An~énorrhée Moyenne Femmes non-cél lbataires NEVEUT Ne veut plus d'enfants Proport ion Actuel lement mari~es RETARD Veut retarder au moins 2 ans Proport ion Actuel lement marlées IDKAL Tai l le idéale Moyenne Femme8 non-cél ibatalres PRENAT Soins prénatals /serv ice sanitaire Proport ion Naissances 5 derniéres années ACCOU Ass istance å iraccouchement/ Proport ion Naissances 5 derniéres années personnel de santé Ayant carte de santé Proport ion Vaccinat ion BCG Proport ion Vaccinat ion DTC (3 doses) Proport ion Vaccinat ion Polie (3 doses) Proport ion Vaccinat ion Rougeole Proport ion Vaccin~ contre toutes les maladies Proport ion Diarrhée deux demi~res semaines Proport ion Diarrhée/reçu traitement médical Proport ion CARTE Enfants ågés BCG Enfants ~gés DTC3 Enfants ~gés POL3 Enfants ãgés ROUGEO Enfants ~gés VACCOMP Enfants ågés DIARR Enfants ~9és DIAMED POITAI Poids-pour-ta i l le < -2 écarts-types Proport ion TAIAGE Tal l le -pour-~ge < -2 écarts-types Proport ion POIAGE Polds-pour-~ge < -2 écarts-types Proport ion 12-23 mois 12-23 mois avec carte 12-23 mois avec carte 12-23 mois avec carte 12-23 mois avec carte 12-23 mois avec carte de 1-59 mois Enfants ågéa de 1-59 mois avec diarrhée deux dernléres semaines Enfants Agés de 3-36 mois (ãge exact) Enfants ågé3 de 3-36 mois (ãge exact) Enfants Agés de 3-36 mois (égo exact) 120 TABLEAU B.I ERREURS DE SONDAGE POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON, ENPS, MAROC, 1987 Variable m ET N REPS ET/m m-2ET m+2ET URBAIN .427 .012 5982.0 1.931 .029 .402 .452 EDUC .173 .008 5982.0 1.575 .045 .158 .189 MARIEE .911 .004 8982.0 1.218 .005 .902 .920 MAAV20 .727 .088 5686.0 1.311 .011 .712 .743 POLYG .051 .004 5447.0 1.388 .081 .043 .059 ENV 4.266 .059 5982.0 1.412 .014 4.149 4.383 ENV40 7.137 .115 1460.0 1.322 .016 6.906 7.368 ESUR 3.636 .049 5982.0 1.413 .014 3.537 3.734 ENFDEC .630 .021 5982.0 1.415 .033 .888 .672 ENC .127 .005 5447.0 1.104 .039 .117 .]37 CMET .978 .005 5447.0 2.266 .005 .969 .987 CMETMO .975 .005 5447.0 2.262 .005 .965 .984 UMET .589 .018 5447.0 2.646 .030 .554 .624 UMETMO .539 .017 5447.0 2.494 .031 .505 .573 ACTMET .359 .013 5447.0 2.051 .037 .333 .386 ACTMO .289 .012 5447.0 1.890 .040 .266 .313 ACTCP .229 .010 5447.0 1.718 .043 .209 .248 NEVEUT .478 .010 5447.0 1.416 .020 .458 .497 RETARD .220 .007 5447.0 1.221 .031 .206 .233 IDEAL 3.659 .043 4392.0 1.665 .012 3.573 3.745 ALLAIT 14.433 .360 5982.0 1.347 .025 13.714 15.152 AMENO 8.738 .315 5982.0 1.308 .036 8.108 9.367 PRENAT .248 .0]3 5982.0 1.971 .053 .221 .274 ACCOD .261 .012 5982.0 ].771 .047 .236 .285 CARTE .505 .028 5982.0 1.838 .055 .449 .561 BCG .971 .010 5982.0 1.351 .010 .952 .990 DTCP3 .799 .030 5982.0 1.749 .037 .739 .858 ROUGEO .761 .022 5982.0 1.207 .029 .717 .805 VACOMP .698 .031 5982.0 1.597 .045 .835 .760 DIARR .289 .009 5982.0 1.465 .033 .270 .307 DIAMED .151 .011 5992.0 1.126 .071 .129 .172 POITAI .037 .005 5982.0 1.386 .123 .028 .046 TAIAGE .255 .0]3 5982.0 1.639 .050 .229 .280 POIAGE .156 .010 5982.0 1.517 .063 .136 .176 121 TABLEAU B.2 ERREURS DE SONDAGE SELON LE MILIEU DE RESIDENCE, ENPS, MAROC, 1987 Mi l ieu urbain Mi l ieu rural Var iable m ET N REPS m ET N REPS URBAIN 1 .000 .000 2554.0 .000 .000 .000 3428.0 .000 EDUC .348 .015 2554.0 1.639 .043 .007 3428.0 1.882 MARIEE .885 .008 2554.0 1.235 .929 .005 3420.0 1.099 MAAV20 .673 .012 2472.0 1.295 .769 .010 3214.0 1.366 POLYG .056 .005 2261.0 1.023 .047 .006 3106.0 1.625 ENV 3.798 .083 2554.0 1.421 4.615 .081 3428.0 1,413 ENV40 6.324 .176 655.0 1.400 7.799 .142 805.0 1.216 ESUR 3.366 .065 2554.0 1.286 3.836 .070 3428.0 5.478 ENFDEC .431 .028 2554.0 1.556 .778 .031 3428.0 1.414 ENC .094 .005 2261.0 .894 .550 .007 3186.0 5.161 CMET .994 .002 2261.0 1.053 .966 .008 3186.0 2.372 CMETMO .993 .002 2261.0 1.053 .962 .000 3186.0 2.376 HMET .771 .054 2261.0 1.528 .460 .029 3186.0 3.264 UMETMO .700 .014 2261.0 1.454 .411 .027 3186.0 3.111 ACTMET .519 .015 2061.0 1.456 .246 .020 3106.0 2.645 ACTMO .420 .014 2261.0 1.319 .197 .017 3106.0 2.404 ACTCP .312 .012 2261.0 1.216 .170 .014 3186.0 2.144 NEVEUT .534 .013 2261.0 1.280 .437 .813 3186.0 1.022 RETARD .211 .011 2261.0 1.253 .225 .009 3186.0 1.198 5DEAL 3.271 .039 2151.0 1.136 4.052 .070 2241.0 2.107 ALLAIT 51.219 .536 2554.0 5.165 16.060 .461 3428.0 1.437 AMENO 6.333 .455 2554.0 1.500 9.955 .406 3420.0 1.354 PRENAT .483 .019 2054.0 1.461 .126 .017 3428.0 2.687 ACCOU .562 .022 2554.0 5.691 .105 .012 3428.0 2.108 CARTE .689 .026 2554.0 1.111 .404 .039 3420.0 2.105 BCG .993 .005 2554.0 1.002 .951 .018 3428.0 1.428 DTCP3 .937 .010 2554.0 1.231 .670 .058 3428.0 2.090 ROUGEO .851 .025 2554.0 1.143 .677 .037 3428.0 1.341 VACOMP .820 .027 2554.0 5.191 .576 .056 3428.0 1.915 DIARR .290 .011 2554.0 1.045 .208 .013 3428.0 1.634 DIAMED .235 .010 2554.0 .975 .105 .012 3428.0 1.236 POITAI .019 .004 2554.0 .007 .046 .007 3420.0 1.492 TAIAGE .172 .016 2504.0 1.374 .298 .017 3420.0 1.728 PO5AGB .000 .008 2554.0 .989 .196 .014 3428.0 1.621 122 TABLEAU 8.3 ERREURS DE SONDAGE $SLON LIAGE ACTUEL, 8NPS, MAROC, 1987 Age 15-24 Age 25-34 A~e 35-49 Variable m ET N 8888 m ET N REPS m ET N REPS URBAIN .330 .021 1154.0 1.508 .454 .015 2437.0 1.467 .446 .015 2391.0 1.433 8DUC .162 .014 1154.0 1,290 .215 .011 2437.0 1.354 .136 .010 2391.0 1.361 MARIE£ .922 .008 1154.0 .972 .922 .006 2437.0 1.140 .893 .007 2391.0 1,164 MAAV20 .809 .014 858.0 1.073 .670 .012 2437.0 1.251 .757 .010 2391.0 1.186 POLYG .029 .005 1064.0 .994 .048 .005 2248.0 1.094 .067 .007 2135.0 1.254 ENV 1.245 .041 1154.0 1.162 3,495 .060 2437.0 1.388 6.509 .090 2391.0 1.365 ENV40 .000 .000 .0 .000 .000 .000 .0 .000 7.137 .I15 1460.0 1.382 8SUR 1.112 .033 1154.0 1.041 3.063 .050 2437.0 1.329 5.437 .077 2391.0 1.378 ENFDEC .133 .016 1154.0 1.229 .432 .021 2437.0 1.296 1.072 .037 2391.0 1.252 ENC .233 .012 I064.0 .922 .142 .008 2248.0 1.030 .057 .006 2135.0 1,175 CM8T .954 .012 1064.0 1.807 .984 .004 2248.0 1,453 .983 .003 2135.0 1.082 CMETMO .950 .012 1064.0 1.844 .981 .004 2248.0 1,359 .980 .003 2135.0 1.122 UMET .423 .023 1064.0 1.498 .645 .020 2248.0 1.989 .613 .018 2135.0 1.733 UMETMO .381 .022 1064.0 1.448 .597 .020 2248.0 1.913 .556 .018 2135.0 1,667 ACTM£T .234 .016 1064.0 1.244 .393 .017 2248.0 1.680 .386 .015 2135.0 1.413 ACTMO .208 .015 1064.0 1.176 .323 .016 2248.0 1.606 .295 .012 2135.0 1.262 ACTCP .192 .014 1064.0 1.169 .269 .014 2248.0 1.450 .206 .010 2135.0 1.183 NEVEUT .131 .010 1064.0 1.014 .407 .013 2248.0 1.232 .725 .011 2135.0 1.152 RETARD .438 .015 1064.0 .983 .278 .011 2248.0 1.191 .049 .005 2135.0 1.012 IDEAL 3.348 .079 905.0 1.618 3.556 .052 1898.0 1.401 3.959 .057 1589.0 1.193 ALLAIT 14.629 .500 1154.0 .924 14.139 .416 2437.0 1,144 14.899 .624 2391.0 1.094 AMENO 8.254 .473 1154.0 .982 8.678 .417 2437.0 1.270 9.364 .612 2391.0 1.183 PRENAT .212 .018 1154,0 1,307 .267 .016 2437,0 1,687 .234 .016 2391.0 1.279 ACCOU .285 .022 1154.0 1,388 .274 .014 2437,0 1.417 .214 .015 2391.0 1.190 CARTE .524 .042 1154.0 1,317 .522 .031 2437.0 1.520 .447 .039 2391.0 1.237 BCG .977 .012 1154.0 .943 .ç77 .009 2437,0 1.046 .947 .029 2391.0 1.380 DTCP3 .750 .043 1154.0 1,130 .855 .025 2437,0 1.232 .699 .064 2391.0 1,474 ROUGEO .735 .042 1154.0 i*096 .797 .026 2437,0 1.133 .690 .040 2391.0 .924 VACOMP .652 .045 1154.0 1,097 .756 .030 2437,0 1.210 .593 .061 2391.0 1.321 DIARR .311 .01~ 1154.0 1.080 .277 .010 2437.0 1.190 .295 .014 2391.0 1.109 DIAMED .174 .022 1154.0 1,028 .152 .014 2437,0 1.036 .130 .015 2391.0 .873 POITAI .035 .005 1154.0 ,788 .033 .007 2437.0 1,653 .048 .006 2391.0 .781 TAIAGE .272 .021 1154.0 1,291 .253 .013 2437,0 1.276 .241 .021 2391.0 1.344 POIAGE .152 .017 1154.0 1,257 .147 .010 2437.0 1.191 .182 .016 2391.0 1.090 123 TABLEAU B.4 ERREURS DE SONDAGE SELON LA REGION, ENPS, MAROC, 1987 Sud Tensift Var iable m ET N REPS m ET N REPS URBAIN .226 .018 757.0 1.153 .307 .033 726.0 EDUC .089 .013 757.0 1,266 .116 .022 726.0 MARIEE .910 .013 757.0 1,206 .913 .012 726.0 MAAV20 .709 .022 715.0 1.269 .691 .017 693.0 POLYG .039 .012 689.0 1,585 .038 .009 663.0 ENV 3.968 .097 757.0 .883 4.437 .166 726.0 ENV40 7.019 .233 156.0 .983 7.332 .382 184.0 ESUR 3.181 .087 757.0 .993 3,671 .124 726.0 ENFDEC .787 .055 757.0 1,221 .766 .075 726.0 ENC .136 .016 689.0 1.189 .133 .010 663.0 CMET .987 .008 689.0 1.926 .995 .003 663.0 CMETMO .985 .008 689.0 1.757 .994 .003 663.0 UMET .443 .068 689.0 3.573 .573 .047 663.0 UMETMO .324 .059 689.0 3.290 .535 .050 663.0 ACTMET .248 .050 689.0 3.044 .350 .035 663.0 ACTMO .134 .031 689.0 2.386 .300 .036 663.0 ACTCP .Ii0 .026 689.0 2,218 .246 .032 663.0 NEVEUT .315 .030 689.0 1,701 .510 .022 663.0 RETARD .284 .019 689.0 1,127 .246 .023 663.0 IDEAL 3.743 .136 288.0 1.533 3,545 .105 655.0 ALLAIT 15.849 .841 757.0 1,180 16.455 .927 726.0 AMENO 10.398 .562 757.0 .836 10.775 .983 726.0 PRENAT .208 .034 757.0 1.977 .188 .025 726.0 ACCOU .213 .034 757.0 1.860 .191 .029 726.0 CARTE .500 .094 757.0 2.380 .448 .071 726.0 BCG .951 .011 757.0 .473 1.000 .000 726.0 DTCP3 .691 .072 757.0 1.389 .875 .044 726.0 ROUGEO .728 .046 757.0 .934 .786 .064 726.0 VACOMP .580 .064 757.0 1.164 .786 .064 726.0 DIARR .432 .025 757.0 1.305 .284 .021 726.0 DIAMED .119 .024 757.0 1.252 .180 .033 726.0 POITAI .065 .028 757.0 2,355 .060 .013 726.0 TAIAGE .288 .039 757.0 1.794 .345 .036 726.0 POIAGE .247 .035 757.0 1.669 .225 .028 726.0 1 .900 1.839 1.140 .957 1.166 1,359 1.494 1,241 1. 568 .774 • 992 1.015 2.449 2.565 I. 903 2.049 1.915 1.155 1.382 1.940 1.179 1.333 1.457 1.684 I .572 .000 ,997 1.167 1.167 1.125 1.089 1.099 1.447 1.280 124 TABLEAU B,4 (SUITE), ENPS, MAROC, 1987 Csntre Nord-Ouest m ET N REPS m ET N REPS URBAIN .559 .024 1679.0 1.941 .497 .030 1212,0 2.074 EDUC .227 .017 1679.0 1.657 .204 ,016 1212.0 1.582 MARIEE .904 .Oll 1679.0 1,496 .927 .006 1212.0 .800 MAAV20 .731 .016 1598.0 1,450 .734 .018 1145.0 1.354 POLYG .070 .010 1518.0 1,464 .045 .006 1124.0 .969 ENV 4.043 .118 1679.0 1.588 4.355 .105 1212.0 1.115 ENV40 6,538 .204 435.0 1.331 7.294 ,212 296.0 1.096 ESUR 3.645 .115 1679.0 1.735 3.647 .075 1212.0 .970 ENFDEC .398 .025 1679.0 1.110 .708 .050 1212.0 1.404 ENC .i05 .Ol0 1018.0 1.222 .133 .907 1124.0 .733 CMET .960 .013 1518.0 2.661 .968 .01O 1124.0 1.887 CMETMO .957 .014 1516.0 2.751 .964 .010 i124.0 1.819 UMET .671 .035 1518.0 2.941 .547 .030 1124.0 1,988 UMETMO .648 .034 1518.0 2.746 .494 .030 i124.0 1.981 ACTMET .440 .826 1518.0 2.067 .335 .023 1124.0 1,655 ACTMO ,385 .023 1518.0 1.869 .248 .021 1124.0 1.661 ACTCP .289 .019 1518.0 1.634 .194 .018 1124.0 1.489 NEVEUT .525 .016 1518.0 1.282 .496 .023 1124.0 1.563 RETARD .199 .010 1518.0 1.010 .195 .015 1124.0 1.239 IDEAL 3.590 .069 1328.0 1.393 3.579 .I00 963.8 1.740 ALLAIT 14.706 .724 1679.0 1.312 12.304 ,786 1212,0 1.364 AMENO 9.176 .748 1679,0 1.486 7,610 .568 1212.0 1.121 ERENAT .305 .027 1679.8 1,861 .266 .020 1212.0 1.308 ACCOU .307 .024 1679.0 1.709 .315 .025 1212.0 1.554 CARTE .448 .852 1679.0 1.761 .070 .038 1212.8 1.118 BCG ,977 .814 1679.8 1.035 .952 .033 1212.0 1.741 DTCP3 .846 .042 1679.0 1.323 .754 .094 1212.0 2.429 ROUGEO .723 .046 1679.9 1.184 .786 .041 1212.0 1.098 VACOMP .708 .046 1679.0 1,147 .651 .097 1212.0 2.266 DIARR .274 .015 1679.0 1.170 .269 .023 1212.0 1.847 DIAMED .132 .822 1679.0 1,285 .183 .022 1212.0 .922 POITAI .031 .004 1679.0 .726 .033 .005 1212.0 .764 TAIAGE .208 .020 1679.0 1.404 «287 .037 1212.0 2.116 POIAGE .131 .015 1679.0 1,249 .123 .022 1212.0 1.688 125 TABLEAU B,4 (SUITE), ENPS, MAROC, 1987 Centre-Nord Oriental Centre-Sud £T N R£PS m ET N REPS m ET N REPS URBAIN .293 .031 758.0 1.890 .472 .056 381.0 2.186 .465 .041 469.0 1.760 EDUC .117 .022 758.0 1.907 .184 .028 381.0 1.428 .209 .020 469.0 1.085 MARIEE .926 .012 758.0 1.238 .924 .019 381.0 1.367 .851 .016 469.0 .985 MAAV20 .717 .020 721.0 1.214 .737 .026 365.0 1.121 .791 .028 449.0 1.445 POLYG .054 .012 702.0 1.409 .048 .020 352.0 1.708 .030 .011 399.0 1.282 ENV 4.740 .155 758.0 1.223 4.344 .282 381.0 1.752 4.220 .325 469.0 2.181 ENV40 8.037 .325 187.0 1.252 7.525 .617 80.0 1.548 7.115 .492 122.0 1.651 ESUR 3.939 .ii0 758.0 1.055 3.848 .228 381.0 1.625 3.591 .260 469.0 2.113 ENFDEC .801 .070 758.0 1.624 .496 .068 381.0 1.385 .629 .087 469.0 1.746 ENC .142 .016 702.0 1.183 .134 .030 352.0 1.667 .128 .017 399.0 1.023 C/MET .987 .005 702.0 i.II0 .997 .003 352.0 .971 .992 .005 399.0 1.091 CMETMO .983 .006 702.0 1.135 .994 .006 352.0 1.376 .990 .007 399.0 1.420 UMET .520 .060 702.0 3.203 .696 .039 352.0 1.59] .702 .048 399.0 2.076 UM£TMO .460 .056 702.0 2.977 .668 .045 352.0 ].795 .657 .047 399.0 1.955 ACTMET .275 .039 702.0 2.326 .401 .054 352.0 2.061 .439 .039 399.0 1.580 ACTMO .215 .035 702.0 2.299 .344 .053 352.0 2.103 .376 .035 399.0 1.432 ACTCP .178 .028 702.0 1.921 .278 .040 352.0 1.682 .321 .032 399.0 1.387 NEVEUT .454 .021 702.0 1.100 .457 .056 352.0 2.089 .531 .030 399.0 1.183 RETARD .226 .019 702.0 1.197 .199 .037 352.0 1.736 ,218 .020 399.0 .970 IDEAL 4.081 .210 529.0 2.451 3.906 .139 255.0 1.450 3.479 .117 374.0 1.519 ALLAIT 14.795 .943 758.0 1.490 13.800 2.171 381.0 2.036 13.556 .496 469.0 .481 AMENO 7.767 .971 758.0 1.733 7.500 1.059 381.0 1.142 7.230 .671 469.0 .754 8RENAT .188 .054 758.0 3.465 .220 .045 381.0 1.853 .332 .058 469.0 2.068 ACCOU .191 .032 758.0 1.943 .297 .067 381.0 2.486 .267 .045 469.0 1.736 CARTE .488 .091 758.0 2.310 .577 .127 381.0 2.169 .614 .060 469.0 1.019 8CG .975 .029 758.0 1.692 1.000 .000 381.0 .000 .977 .023 469.0 1.019 DTC83 .8]0 .077 758.0 1.728 .780 .082 381.0 1.269 .884 .096 469.0 1.948 ROUGEO ,785 .069 758.0 1.486 .683 .053 381.0 .731 .860 .099 469.0 1.858 VACOMP .785 .069 758.0 1.486 .634 .062 381.0 .818 .814 .098 469.0 1.631 DIARR .254 .033 758.0 2.103 .229 .027 381.0 1.188 .276 .040 469.0 1.547 DIAMED .142 .024 758.0 1.022 .170 .040 381.0 .881 .178 .041 469.0 .958 POITAI .013 .007 758.0 1.337 .017 .010 381.0 1.216 .057 .014 469.0 .866 TAIAGE .264 .029 758.0 1.485 .166 .025 381.0 1.005 .271 .037 469.0 1.229 POIAGE .148 .023 758.0 1.485 .079 .013 381.0 .724 .152 .050 469.0 1.888 126 ANNEXE C QUESTIONNAIRE TRADUCTION DU QUEST IONNAIRE 1 FEUILLE DE MENAGE TABLEAU DE SELECTION 1. S'il vous platt, donnez-moi les noms et prénoms des personnes vivant actuellement dans le ménage en commençant par celui du chef de ménage, c'est-à-dire le responsable de votre m6nage? 2. Quel est son lien de parent6 avec le chef de ménage? 3. Vive-t-il (elle) habituellement ici? A-t-il (elle) passé la nuit demière ici? 4, Quel est son sexe: masculin ou féminin? 5. Quel est son ~lge? 6. Quel est son état matrimonial: célibataire, marié(e), veuf(ve) ou divorcé(e)? 7. A-t-elle fréquenté l'école? Quel est le niveau le plus élevé qu'elle a atteint? Quelle est la dernière classe qu'elle a achevée? QUESTIONS RECAPITULATIVES (1) Y a-t-il quelqu'un d'autre que nous n'avons pas inscrit comme des enfants ou des nourrissons? (2) Y a-t-il quelqu'un qui n'est pas apparenté à la famille mais qui habite r6gulièrement avec vous comme les domestiques, les amis ou autres? (3) Y a-t-il des hétes ou autres qui sont venus vous rendre visite et qui habitent provisoirement avec vous? 127 QUESTIONNAIRE INDIV IDUEL SECTION 1: CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE LA FEMME 104 Pour commencer, je voudrais vous poser quelques questions sur votre famille et vous- m~me. Pour la majeur partie des 12 premières années de votre vie, avez-vous vécu dans la campagne, dans une petite ville ou dans une grande ville? 105 Depuis combien de temps habitez-vous d'une manière continue à: (nom de la petite ville, de la grande ville, campagne) 106 Juste avant de vous installer ici, avez-vous vécu ~ la campagne, dans une petite ville ou dans une grande ville? 107 Pouvez-vous, s'il vous pla~, me donner votre livret de famille, ou votre extrait de naissance, ou votre carte d'identité nationale? 109 Quel est le mois et quelle est l'année de votre naissance? 110 Quel est votre fige? 111 Avez-vous déjà fréquenté l'école? 112 Quel est le niveau d'études le plus élevé que vous avez atteint: primaire, secondaire, supérieur?. 113 Quelle est la demière classe que vous avez achevée? 115 Pouvez-vous lire une lettre ou un joumal facilement, difficilement, ou pas du tout? 116 Lisez-vous un journal ou une magazine au moins une fois par semaine? 117 Regardez-vous habituellement la TV chaque semaine? 118 Ecoutez-vous habituellement la radio chaque jour? 119 Quelle est la principale source d'eau potable pour les membres de votre menage? 120 Quelle est la principale source d'eau utilisée par les membres de votre ménage en dehors de l'eau/~ boire (ex. pour cuire, pour se laver les mains.)? 121 Combien faut-il de temps pour arriver à la source, prendre l'eau et retourner? 122 Quel genre de toilettes y a-t-il dans ce ménage? 123 Quel mode d'éclairage utilisez-vous dans ce ménage? 124 Avec quoi préparez-vous les repas? 128 125 Possédez-vous dans votre ménage: une cuisinière? une radio? une t~lévision? un réfrigérateur?. 126 Parmi les membres de votre ménage y en a-t-il qui possède: une bicyclette ou motocyclette? une voiture? une camionette ou un camion? 127 Quelle est la nature du sol de votre logement? 128 Quelle est la nature des murs de votre logement? 129 Quelle est la nature du toit de votre logement? 130 De combien de pièces d'habitation dispose votre logement? 131 Quel est le statut d'occupation de votre logement? 133 Avez-vous une écurie? 134 L'écurie est-elle à l'intérieur ou à l'extérieur de votre maison? SECTION H: NUPTIALITE 201 Quelle est votre situation matrimoniale: ~tes-vous mariée, veuve ou divorcée? 202 Votre mari a-t-il d'autres femmes en plus de vous? 203 Combien de femmes en plus de vous? 204 Combien de fois avez-vous ét~ mariée? 205 En quel mois et quelle année ~tes-vous mariée (la première fois)? 206 Quel fige avez-vous quand vous vous ~tes mariée (la première fois)? 207 Votre père est-il encore en vie? 208 Votre mère est-elle encore en vie? 209 Le p~re de votre (premier) mari est-il encore en vie? 210 La mère de votre (premier) mari est-elle encore en vie? 212 Votre (citer les parents décédés) est-il/elle en vie quand vous vous ~tes mariée (la première fois)? 129 214 Depuis le jour où vous aviez commenc6 à vivre avec votre (ler) mari, avez-vous habité, vous et votre mari avec un de ces parents dans le m~me ménage pendant au moins 6 mois d'une maniære continue? 215 Pendant combien d'années aviez-vous vécu avec un parent? 217 Vivez-vous à pr6sent avec un de ces parents? 218 Dans combien de localités différentes avez-vous vécu, vous et votre ler mari, pendant 6 mois ou plus depuis que vous ~tes mariée? 219 Y a-t-il un lien de parenté entre vous et votre (ler) mari? SECTION 3: FECONDITE ET MORTALITE DES ENFANTS 301 Maintenant je voudrais vous poser des questions sur toutes les naissances que vous avez eues durant votre vie. Avez-vous jamais eu une naissance vivante? 302 Avez-vous donné naissance à des fils ou des filles qui vivent avec vous? 303 Combien de garçons vivent actuellement avec vous? 304 Combien de filles vivent actuellement avec vous? 305 Avez-vous donné naissance à des fils ou des filles qui ne vivent pas actuellement avec vous? 306 Combien de garçons ne vivent pas actuellement avec vous? 307 Combien de ïflles ne vivent pas actuellement avec vous? 308 Avez-vous jamais donné naissance å un garçon ou une fille né(e) vivant(e) mais décédé(e) par la suite? Avez-vous mis au monde un garçon ou une fille qui n'a v6cu que quelques heures ou quelques jours? 309 Combien de garçons sont décédés? 310 Combien de filles sont déc6dées? 312 Je voudrais ~tre sflm que j'ai bien compris: vous avez au total enfants. Est-ce oui ou non? 314 Maintenant, je voudrais avoir les noms de toutes vos naissances encore vivantes ou non en commençant par la premiere naissance que vous avez eue. 315 Quel est le nom de votre ler, 2ème, . enfant? 316 (Nom de l'enfant) Est-il/elle un garçon ou une fille? 317 S'il vous plai't, donnez-moi le livret de famille ou son extrait de naissance. 130 318 Mois et année de naissance 319 Est-ce que (nom) est encore en vie? 320 Quel est son fige? 321 Est-il/elle avec vous? 322 Age au décès 325 Etes-vous enceinte? 326 De combien de mois ~tes-vous enceinte? 327 Avez-vous eu une visite prénatale pour la grossesse actuelle? 328 Combien de visites avez-vous fait? 329 Qui avez-vous consulté la lère fois? 330 A combien de mois de grossesse avez-vous fait la lère visite prénatale? 331 Quand avez-vous eu vos demières règles? 332 Au cours de son cycle mensuel, quand pensez-vous qu'une femme a le plus de chance de tomber enceinte? SECTION4: CONTRACEPTION 401 Maintenant, je voudrais vous parler d'un autre sujet. Il existe différents moyens ou méthodes traditionnelles ou modernes qu'un couple peut utiliser pour retarder ou prévenir une grossesse. Connaissez-vous quelques-uns de ces moyens ou avez-vous efitendu parler?. 401 PILULE I1 y a des femmes qui pour retarder ou éviter une grossesse, prennent une pilule tous les jours. STERILET Certaines femmes ont un stérilet ou un dispositif intra-u~rin en plastique ou en métal que le médecin (ou la sage femme) leur place dans l'ut6rus INJECTION Certaines femmes reçoivent une injection par un médecin ou un sage femme pour éviter de tomber enceinte pendant plusieurs mois. AUTRES METHODES SCIENTIFIQUES Certaines femmes se mettent un diaphragme, une éponge, des comprim6s effervescents, de la gelée ou de la crème avant d'avoir les rapports sexuels, pour ne pas tomber enceinte. CONDOM Certains hommes portent un condom (capote anglaise) afin d'éviter h la femme de tomber enceinte. STER1LISATION FEMININE Certaines femmes subissent une opération pour ne plus avoir d'enfants. 131 VASECTOMIE Certains hommes subissent une opération pour que leurs femmes ne puissent plus avoir d'enfants. CONTINENCE PERIODIQUE Certains couples évitent d'avoir des rapports certains jours du cycle pendant lesquels la femme est plus susceptible de devenir enceinte. DOUCHE VAGINALE Certaines femmes après le rapport sexuel, se lavent avec de l'eau ou autre chose pour ne pas tomber enceinte. RETRAIT Certains hommes pratiquent le retrait. C'est-~-dire qu'ils font attention et se retirent avant l'éjaculation. ABSTINENCE PROLONGEE Certains couples en dehors de l'abstinence post-natale évitent d'avoir des rapports sexuels pendant des mois pour que la femme ne tombe pas enceinte. AUTRES METHODES Avez-vous entendu parier d'autres méthodes y compris les méthodes traditionnelles que des hommes ou des femmes utilisent? 402 Avez-vous entendu parler de cette méthode? 403 Vous ou votre mari avez-vous jamais utilisé (méthode)? 404 Où irez-vous pour obtenir (méthode)? 405 Quel est le problème majeur, s'il y en a, en utilisant (méthode)? 407 Avez-vous jamais utilisé ou essayé un moyen quelconque pour ne pas tomber enceinte? 408 Qu'avez-vous fait ou utilisé? 410 Quand vous avez utilisé la continence périodique, comment étiez-vous en mesure de déterminer les jours ou il fallait s'abstenir? 411 Combien d'enfants vivants aviez-vous quand vous avez utilisé pour la première fois une méthode pour éviter de tomber enceinte? 415 Est-ce que vousA, otre mari, utilisez à présent une méthode contraceptive pour éviter une grossesse? 416 Quelle méthode utilisez-vous? 417 Combien ça vous coQte un paquet (cycle) de pilules? 418 Comment utilisez-vous la pilule? 419 Combien de jours par mois prenez-vous la pilule? 420 Si vous oubliez un jour de prendre votre pilule, la prendrez-vous le lendemain, plus tard ou pas du tout? 421 Si vous tombiez enceinte au cours des semaines à venir, seriez-vous heureuse, malheureuse ou indifférente? 132 422 Quelle est la raison principale qui vous a emp~~ché d'utiliser une méthode pour ne pas tomber enceinte? 423 Au cours des 12 demières mois, avez-vous (vous ou votre mati) rendu visite à une formation sanitaire quelconque pour obtenir un conseil ou une méthode qui vous permettrait de retarder ou d'éviter une grossesse? 424 Où avez-vous ét~ la dernière fois pour obtenir un conseil ou une méthode pour retarder ou éviter une grossesse? 424A Oi~ avez-vous été pour subir l'opération de la ligature des trompes? (ou votre mari a-t-il eu son opération de vasectomie?) 424B Oi~ avez-vous été pour vous faire placer le stérilet? 425 Y avaitql quelque chose que vous n'aviez particulièrement pas aimé concernant la prestation reçue dans ce(s) service(s)? 429 Quand vous aviez fait le stérilet, y avait-il quelque chose que vous n'aviez pas particulièrement aimé ou qui vous a fait mal? 429A Quand vous avez fait la ligature des trompes, y avait-il quelque chose que vous n'aviez pas particulièrement aimé ou qui vous a fait mal? 430 Combien de temps s'est-il passé depuis que vous avez fait le stérilet sans l'enlever?. 430A En quel mois et quelle année avez-vous fait la ligature des trompes? 430B En quel mois et quelle année votre mari a-t-il fait la vasectomie? 431 Depuis que vous avez fait le stérilet, avez-vous rencontré des problèmes sanitaires ou difficultés ou bien autre chose que vous n'avez particulièrement pas aimé? 431A Depuis que vous avez fait la grande opération, avez-vous rencontré des problèmes sanitaires ou difficultés ou bien autre chose que vous n'avez particulièrement pas aimé? 432 Quel est le problème majeur ou la difficulté que vous avez rencontré? 434 Pour combien de temps avez-vous utllisé d'une façon continue la méthode actuelle? 435 Avez-vous rencontré des problèmes en utilisant (méthode actuelle)? 436 Quel est le problème majeur que vous rencontrez? 437 Utilisez-vous d'une manière r~gulière une autre méthode que (la méthode actuelle) durant le mSme mois? 438 Quelle est cette méthode? 439 Avez-vous utilisé une autre méthode ou autre moyen quelconque (depuis la dernière naissance) avant (méthode actuelle) pour ne pas tomber enceinte? 133 440 Quelle est la méthode que vous avez utilisé avant (méthode actuelle)? 441 En quel mois et en quelle année avez-vous commencé à utiliser cette méthode? 442 Pour combien de temps aviez-vous utilisé cette méthode (dernière méthode avant de l'arrêter)? 443 Quelle est la raison principale de votre discontinuation de cette méthode? 445 Depuis votre dernière naissance, avez-vous fait ou utillsé une méthode quelconque pour ne pas tomber enceinte? 446 Quelle est la dernière méthode que vous avez utillsée? 447 En quel mois et en quelle année avez-vous commencé d'utiliser cette méthode? 448 Pour combien de temps avez-vous utilisé la dernière méthode avant de la discontinuer?. 449 Quelle est la raison principale de votre discontinuation de cette méthode? 451 Avez-vous l'intention d'utiliser une méthode ou un moyen pour éviter de tomber enceinte dans l'avenir?. 452 Quelle méthode préférez-vous utiliser?. 453 A part la méthode (citée en 452) que vous préférez, quelles sont les méthodes que vous connaissez et vous n'utilisez pas? 454 Pourquoi ne les utilisez-vous pas? 455 Avez-vous l'intention d'utiliser la méthode préférée dans les 12 prochains mois? 456 Au cours du demier mois, avez-vous entendu une information sur la planification familiale à travers la radio ou la télévision ou dans des réunions? 457 L'avez-vous entendu une fois ou plusieurs fois? 458 Pensez-vous qu'il est acceptable ou non d'avoir des informations sur la planification familiale à travers la radio ou la télévision ou des réunions? 461 Avant de devenir enceinte de (nom) (pas après la précédente naissance) (s'il y en a) avez- vous uitlisé une méthode quelconque pour ne pas tomber enceinte? 462A Avez-vous utilisé une autre méthode avant la demiære? 463 Combien de mois et d'années avez-vous utilisé cette méthode? 464 Avez-vous utilisé cette méthode (voir 462) au moment ou vous étiez tombée enceinte? 465 Quelle est la raison principale de votre discontinuation de cette méthode? 466 Au moment où vous étiez enceinte vouliez-vous cet enfant tout de suite, plus tard ou ne vouliez-vous plus d'autres enfants? 134 467 Vouliez-vous avoir cet enfant plus tard ou pas du tout? SECTION 5: SANTE ET ALLA1TEMENT 502 Quand vous étiez enceinte de (nom) avez-vous eu une consultation pré-natale? 503 Combien de fois avez-vous eu de consultations quand vous étiez enceinte de (nom)? 504 Où est-ce que vous avez eu la lère consultation quand vous étiez enceinte de (nom)? 505 Qui aviez-vous consulté lors de votre visite, un médecin ou une sage femme ou un(e) infirmier(e) ou quelqu'un d'autre? 506 Avez-vous accouché de (nom) dans un centre public, dans le privé ou å domicile? 507 Qui vous a assisté quand vous avez accouché de (nom), un médecin ou une sage femme ou un(e) infirmier(e) ou qabla ou autre? 508 Avez-vous jamais allaité au sein (nom)? 509 Allaitez-vous encore (nom)? 510 Combien de mois avez-vous allaité? 511 Combien de mois après la naissance de (nom) vos règles ont-elles repris? 513 La nuit dernière du coucher jusqu'au lever du soleil, combien de fois avez-vous allaité votre enfant? 514 Combien de fois avez-vous allaité votre enfant hier au cours de la joumée? 515 Avez-vous donné, hier ou la nuit demière ~t (nom) un des liquides ou une des nourritures suivantes: Eau-jus-thé Lait en poudre Lait de vache Lait de chèvre Lait concentre Autre liquide Bouillie Aliments solides 517 Avez-vous donné un de ces liquides dans un biberon? 518 Pourquoi avez-vnns cessé d'allaiter au sein (nom)? 519 Avant le sevrage de (nom), avez-vous arrêt6 l'allaitement progressivement ou brutalement? 521 Avez-vous une carte de vaccination de (nom)? Pourrais-je la voir s'il vous pla~t? 135 523 Avez-vous vaccin~ (nom) contre: La tuberculose La dysentérie-tétanos La coqueluche-polio A-t-il/elle pris la vitamine D? A-t-il/elle été vaccin~ contre la rougeole? 524 Est-ce que (nom) a eu la diarrhée dans les 24 demières heures? 525 Est-ce que (nom) a eu la diarrhée au cours des 2 demières semaines? 526 Avez-vous emmené (nom) pour traiter la diarrhée (la demière fois)? 527 Où l'avez-vous emmené? 528 Est-ce que (nom) a reçu ORT pour maîtriser la diarrhée (la demière fois)? 529 Avez-vous (ou quelqu'un d'autre) fait quelque chose pour traiter la diarrhée? 530 Au moment ot~ il/elle a été atteint par la maladie qui a entrain~ sa mort, avait-il/elle un des signes suivants: Enflements des extrémités et/ou du corps Maigreur extreme Forte fièvre Diarrhée Vomissements Impossibilité d'ouvrir la bouche pour s'alimenter Toux fréquente et intense Gène respiratoire Ictère Emption Convulsions (révulsion oculaire et perte de connaissance) Corps raide Contractures musculaires Accident Intoxication ou envenimation Autre 531 Quelle est la maladie qui l 'a tu~e? SECTION 6: PREFERENCE EN MATIERE DE FECONDITE 603 Maintenant je voudrais vous poser des questions sur l'avenir. Pas enceinte, pas sflre ou NSP: Voudriez-vous avoir des (d'autres) enfants? Enceinte: Après l'enfant que vous attendez, voudriez-vous avoir des (d'autres) enfants? 604 Voudriez-vous dire que vous ne voulez pas avoir des (d'autres) enfants du tout ou que vous n'~tes pas sflre? 136 605 Etes-vous plutét peur une décision d'avoir un (autre) enfant ou celle de ne pas avoir un (autre) enfant? 606 Voudriez-vous dire que vous voulez définitivement avoir un (autre) enfant ou que vous n'etes pas sure? 607 Combien de temps voudriez-vous attendre avant d'avoir un (autre) enfant? 608 Quel tige aurait votre plus jeune enfant avant d'avoir le prochain (un autre) 609 Avez-vous eu votre dernier enfant par césarienne? 610 Regrettez-vous d'avoir ét~ ligaturée peur ne plus avoir d'enfants? 611 Voudriez-vous avoir un autre enfant ou préfériez-vous ne plus avoir d'enfants? 612 Pas d'enfants vivants: Si vous pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?. A des enfants vivants: Si vous pouviez recommencer à partir du temps ou vous n'aviez pas d'enfants et pouviez choisir exactement le nombre d'enfants que vous désirez, combien voudriez-vous en avoir?. 613 Combien de garçons et combien de filles voudriez-vous avoir? SECTION 7: CARACTERISTIQUES DU MARI ET ACTIVITE PROFESSIONNELLE DE LA FEMME 701 Maintenant, je voudrais vous peser quelques questions sur le niveau scolaire et la fonction de votre mari (dernier mari). 702 Est-ce que votre mari a déjà fréquenté l'école? 703 Quel est le niveau le plus élevé qu'il a atteint? 704 Quelle est la dernière classe qu'il a achevée? 706 Peut (pouvait)-il lire une lettre ou un journal facilement, difficilement ou pas du tout? 707 Quel type de travail votre mari fait (faisait)-il principalement? 709 Reçoit (recevait)-il un salaire régulier hebdomadaire ou mensuel? 710 Est-ce que votre mari travaille (travalllait) principalement dans son propre champ ou celui de sa famille ou celle d'un autre? 711 Est-ce qu'il travaille (travaillait) principalement peur Erre payé en espèces ou en nature? 713 Depuis les 12 derniers mois, votre mari a-t-il fait un travail qui l 'a éloigné de vous plus d'un mois? 714 Combien de temps s'est-il éloigné de vous? 137 715 Avant de vous marier (la 1/~m fois) avez-vous travaiUé d'une manière r6gulièm pour gagner de l'argent autre que de travailler au champ ou dans des affaires appartenant/t votre famille? 716 L'argent que vous avez ainsi gagné, en avez-vous donné la plus grande partie à votre famille ou en avez-vous gardé la plus grande partie pour-vous m~me? 717 Depuis que vous etes mariée (pour la lère fois) avez-vous jamais travaillé d'une manière régulière pour de l'argent en dehors du travail de champ ou dans les affaires appartenant å votre famille? 718 De l'argent que vous gagnez ainsi, donniez-vous la plus grande partie à votre famille ou gardiez-vous la plus grande partie pour vous-m~me? 719 En dehors des activités d'aide-familiale, travaiUez-vous actuellement pour gagner de l'argent? SECTION 8: CONNAISSANCE ET UTILISATION DU SYSTEME DE SANTE PUBLIQUE 801 Maintenant, je voudrais vous poser quelques questions sur votre santé et celle de votre famille. Au courS du mois dernier, avez-vous eu une maladie qui a nécessité des soins? 802 Au cours du dernier mois n'avez-vous pas assisté quelqu'un, vivant avec vous, qui a 6té malade? 804 Avez-vous été satistfaite par le service et l'accueil? A-t-il/elle été satisfait(e) par le service et l'accueil? 805 Pourquoi n'étiez-vous pas satisfaite? Pourquoi n'~tait-il/elle pas satisfait(e)? 806 Pourquoi n'&es-vous pas all6e à l'h6pital public? 807 Pouvez-vous me donner le nom et l'adresse du dispensaire de votre quartier?. 808 Combien de temps faites-vous à pied de chez vous jusqu'au dispensaire de votre quartier? SECTION 9: MESURES ANTHROPOMETRIQUES ET EXAMEN CLINIQUE DE L'ENFANT 907 Est-ce que (nom) entend bien? Parle-t-il/elle? A-t-il/elle toutes ses facultés mentales? 908 Est-ce que (nom) a une paralysie (flasques) des membres supérieurs? 909 Est-ce que (nom) a une paralysie (flasques) des membres inférieurs? 1 Seules les questions en arabe ont ét6 traduites. 138 I J l.--I I I I ~ I I I I I I I I I I I I I I I ROYAOI'IE DU 14kROC -o - MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SERVICE DES ETUDES ET DE L ' INFORMATION SANITA IKE . I I I " I m 1407ï~~l~~~-~WJl m ! | I ENQUETE NATIONALE SUR LA PLANIFICATION I I FAMILIALE, LA FECONDITE ET LA SANTE DE I I LA POPULATION 1987 I I I Dk~IR NOl-Sg-228 i ; 228-59-I ~~»»~,~~J DU 19-9-1959 m m 1959_9_19: ~,.l~ ! ! RELATIF AUX I I I I ~i.i,,.~~l ENçUETES STATISTIQUES | | "~~.b~~.~~.~~~% I ! VISA N ° I I . . . . . I I : ~~ ~~~,.~ h I I I I i I I I I I I I I I I | | ENQUETE NAT IONALE SUR LA FECONDITE , LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE ET LA SANTE DE LA POPULAT ION - 1987 I FEUILLE DE MENAGE I I - IDENT IF ICAT ION: I | . . . . . . . . . . . . . . . . . | | I -PROVINCE OU PREFECTURE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | l | | 2 -CERCLE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l l | 3 -MUNIC IPAL ITE :Cent re Autonome/Commune Rura le . . . . . . . . . . . . I- l I | 4 -CENTRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | | l | 5 -NUMERO DE L 'UNITE PR IMAIRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | l l l 8 -NUMERO DE L 'UNITE SECONDAIRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | ! | | 7 -STRATE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | l l | 8 -NUMERO DU MENAGE: . . . . . . . . . . . . . . . . . : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | | l | 8 -ADRESSE DU MENAGE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | | l i • l • I - - l - - I 1 I , ; | l --~ I , l , , | , l | l l , , 1 : | h l i Il l l l I l -V IS ITES IU -DATE DE LA V IS ITE I I -NOM DE L 'ENQUETRICE~ 12-RESULTAT~~) AUTRE (PRECISER) : 13-PROCH,' INk iNDIQuER: A) LA DATE B) L 'HEURE I 1 2 a ! | i - - ~ | , { l MOIS -" l , ! | 1 ANNEE ' | ~i , I ~-~ --~ ---~ ~ | CODE ENQ. l . . . . . . . . . . . . . . . ~- - - . . . . . . . . . . . I EESULTAT ,-- l i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | F INAL ~ | , , | NOMBRE DE ~ | . . . . . . . . . . . { . . . . . . . . . . i~ |g | |81NUæN, | V IS ITES ~ | { . . . . . . . . . , . . . . . . . . . . , Nn lnNnaunnn, | w ; ,| | ! U ! n l W l | * CODES RESULTATS: I -ENT IEREMENT REMPL I 2 -PAS DE PERSONNE COMPETENTE 3 -D IFFERE 4 -REFUS I 5-pART IELLEMENT REMPL I 6 -TEMPORAIREMENT ABSENT 7 -LOGEMENT NON OCCUPE 8 -AUTRE (PRECISER) I CONTROLE DE I CONTROLE DE i SAIS IE | | TERRAIN PAR | BUREAU PA~ | PAR ! I l I | | | NOM I I | | DATE | l | ! ! ! | ! I ! O CODE DE O l SAIS IE I | - - 3 - 141 TABLEAU DE SELECTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I 2 I I N I NOMS ET FRENOHS DES I L IEN DE U I RESIDENTS HABITUELS I pARENTE AVEC M I ET DES V IS ITEURS, I LE C,H, 0 I~ 111 ~t~.L~l ¢ t . , . ' l IJ~' •I I 3 4 I S I S I 7 I 8 I I I I l- I RESIDENCE "i IEI lS ANS ET +I NIVEAU D' INSTRUCTION U I SEXE I AGE I ETAT I ÆUR LES FEI~~S AGEES I I HABIT, I VISIT. I I MATRIMONIAL I DE 15 ANS ET PLUS | S I I I - - - I - I E I I •"~ I ï -~-æl I ~ '1 i~)» l C I ç ~ ) L-.J.~ ? I I • L~ I I I ç I IG - J~) I I I I I I I I I I I CEL IRAT . : 1 I I l I I l PL%RIE ( E I : 21 I I OUI : I l ' SE l : 11 I~S, : l l VEUF(VE) : 31 I I NON= 21 NON= 21 FER. - -21 ANS D IYORCE(E)= 41 I I-- I I I I I I I I I I OL |Chef de Mênase. I 1 2 I 1 2 I ! 2 I ' ' I 1 2 3 I I I I I I I 02 I I I 1 2 1 1 2 I 1 2 1 ~ ' I 1 2 3 I I I I I I I 03 I I I i 2 1 1 2 1 1 2 1 ~ ' I i 2 3 I I I I I I I 04 I I I 1 2 I 1 2 I 1 2 I ~ ~ I 1 2 3 I I I I I I I 0S I I I 1 2 I 1 2 I I 2 I ' ~ I i 2 3 I I I I I I I OS I I I l 21 1 2 I 1 2 I ' ~ I 1 2 3 I I I ~ '~: J I O I I I N I PR IM. : 1 I I OUI : 11 SECON. : 21 I NON: 21 SUPER. - 31 CLAS I I I I I I I I I 1 I 1 2 3 I ~ 1 O l I I I I 1 I 1 2 3 U ~ 1 02 I I I I i I 1 2 3 I ~ U 03 I I I I 1 U 1 2 3 I ~ l 04 I I I I i I i 2 3 I ~ 1 05 I I I I 1 I 1 2 3 I ~ I 06 I I I I I I I i I I O? I I I 1 2 I 1 2 I 1 2 I L--~Z I l S S I i E I 1 2 3 I ~ I 07 I I I l I I I I I I D8 I I I 1 2 I 1 2 1 1 2 I ~ ' I l 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ I 08 I I I I I I I I I I 3S I I I 1 2 I 1 2 I I 2 I ' J I 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ OS I I I I I I I I I I I lO I I I 1 21 I 2 I 1 E I I ' 1 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ 1 10 I I I I I I I I I I I I l I I I 1 2 I l 2 I 1 2 U ~ I l 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ I 11 I I I I I I I I I I I 12 I I I l 2 I 1 2 1 1 2 1 I ~1 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ I 12 I I I I I I I I I I I 13 I I I 1 2 I I 2 I 1 2 I ~ ' I 1 2 3 I i I 1 2 3 I ~ I 13 I I I I I I I I I I I 14 I I I l 2 1 l 2 I 1 2 I ' ' 1 1 2 3 I 1 I 1 2 3 I ~ I 14 I I I I I I I I I I l !5 I I I I 2 I 1 2 I 1 2 I ~ ~1 ) ~ 3 I 1 I 1 ~ 3 I ~ I 15 I I I OE j I J J I~ -~ J l~~ ~¢LA L~,~t~ OS I ~ NON • 1 ( INSCRIRE CHACUNE DE CES PERSONNES DANS LE TABLEAU) ) I OUI ~ NON ~ ~ ) I OUI ~ NON I ç I I I ( INSCRIRE CHACUNE DE CES I I ( INSCRIRE CHACUNE DE CES I PERSONNES DANS LE TABLEAU) I I PERSONNES DANS LE TABLEAU) I I I 142 TABLEAU DE SELECT I ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i ,1 1 I 2 I 3 1 4 I 5 I 8 I ? 1 S I I I 1 - - 1 1 I - ~ N NOMS ET PRENOMS DES I L IEN DE I RESIDENCE I 1 I S I 15 ANS ET +l NIVEAU D ' INSTRUCTION 1 U RES IDENTS NAE ITUELS I PARENTE AVEC I I SEXE I AGE I ETAT I POUR LES SE l lES AGEES I M ET DES V IS ITEURS. I LE CIM. I HABIT, 1 V lS IT . 1 I I MATRIHONIAL I DE 15 ANS ET PLUS I S E t 1 I -~ I~ I - - I 1 E I~ l l l u~ .~I .L I I I I " L~ 1 I I ç I l ' -T~J '°- ' l I I I G 1 N I E I - - I I 16 I I I 17 I I 1 1 18 I I 1 I 19 1 1 1 1 20 i 1 I 1 21 I 1 1 1 22 I I 1 1 23 I I 1 I 24 I I I 1 25 I I 1 I 26 I I 1 1 27 I I I 1 28 1 I 1 1 29 1 1 1 1 30 i I 1 1 1 I I 1 I 1 I OUI : I I 'OU I : 11 HAS. : l l I NON: 21 HON- 21 FEH.=21 ANS 1 I - -1 I 1 1 I I 1 1 1 1 2 1 1 2 1 ' l I I I 1 I 1 I 1 2 1 1 2 I ~1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 I 1 2 1 ~ l 1 1 1 1 1 1 1 ! 2 1 1 2 l I I 1 1 I 1 I 1 1 1 2 I 1 2 1 i l I I 1 I 1 1 1 1 2 1 1 21 ; I 1 1 1 1 1 1 1 1 2 I 1 2 1 I I 1 I 1 1 I 1 I 1 I S a P~IM, = l l I OUI : 11 SSCON. ; 21 1 NON= 21 SUPERI = 31 CLABI 1 I 1 i - - - 1 1 I 1 2 3 4 I 1 21 1 2 3 I ; l 16 CEL IBAT I = i I ~t%RIE(E) = 21 VEUF(VE) = 31 D IVORCE(E) = 41 I 1 1 1 2 3 4 1 i 2 I 1 2 3 I ~ l I 1 1 1 2 3 4 I 1 2 I 1 2 3 1 L - - J1 1 1 I 1 2 3 4 I 1 2 I 1 Z 3 I ~- ' J I 1 I 1 1 2 3 4 l 1 2 I 1 2 3 I ~ 1 I 1 1 I 2 3 4 I ! 2 1 1 2 3 1 L - - J1 1 1 1 1 2 3 4 1 1 21 1 S 31L - -~ l 1 1 1 3 4 1 1 2 I 1 2 3 l U l 1 1 2 1 1 2 1 ' 1 1 2 17 18 19 20 21 22 23 1 1 1 1 1 S 1 1 2 1 1 I 1 I I 1 2 1 1 2 1 1 1 1 I I 1 2 I l 2 1 1 I l " 1 1 1 2 1 l 2 I 1 1 1 I 1 1 2 1 1 2 1 l I l 1 I 1 2 I l 2 1 1 I l I I I ~ 1 1 2 3 4 1 1 1 1 ' 1 1 2 3 4 1 1 I I ' 1 1 2 3 4 1 1 I 1 ' 1 1 2 3 4 1 I 1 I ' 1 1 2 3 4 1 I I 1 2 I 1 2 3 I ~- - ' J I I I l 2 l 1 2 3 I L-'- J I I I 1 2 I 1 2 3 I ~ ' - - J I I I 1 2 I 1 2 S I ~ 1 I | 1 ~ 1 1 2 3 | ~ 1 I I 1 21 1 2 3 | ~ l | l I I | I 1 2 I 1 2 l 1 2 I 'O I 2 3 4 I 24 25 26 27 28 ~9 -- - - | l I ~~ | 1 2 I 1 2 3 I ~ l '~u l 5 143 1 ENQUETE NAT IONALE SUR LA FECONDITE , LA PLANIF ICAT ION FAMIL IALE I l ET LA SANTE DE LA POPULAT ION - 1987 I | I QUEST IONNAIRE INDIV IDUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NOM ET PRENOM DE LA FEMME: I - IDENT IF ICAT ION: I I . . . . . . . . . . . . . . . . . I I 1 -PROVINCE OU PREFECTURE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I 2 -CERCLE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l l l l 3 -MUNIC IPAL ITE :Cent re Autonome/Commune Rura le . . . . . . . . . . . . l I l I 4 -CENTRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l l l l 5 -NUMERO DE L 'UNITE PR IMAIRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l I l l 6 -NUMERO DE L 'UNITE SECONDAIRE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I l l 7 -STRATE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l | l l 8 -NUMERO DU MENAGE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l I | l 9 -NUMERO DE L IGNE DE LA FEMME: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I l I 10 -ADRESSE DU MENAGE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . l l l ; I I -V IS ITES I . . . . . . . I l d I I I -DATE DE LA V IS ITE 1 I 12-NOM DE L 'ENQUETRICE} 1 1 13-RESULTAT(* ) l I AUTRE: 1 1 14-PROCHAINE V IS ITE I INDIQUER: 1 A) LA DATE I B) L 'HEURE 1 l I * CODES RESULTATS: l . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I -ENT IEREMENT REMPL I 1 2 -PAS A LA MAISON I 3-D IFFERE [ k I i i I I i i J i A J v4t~ 1 i i 2 3 ~ l I ~ l I i l ~ - - I i 1 ANNEE ) i l - -~ . - - ~-~ i --~ ~-~ I I CODE EN@, L _.--- . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i I RESULTA? . . . . . . . . . . ~i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~ I FTNJ'L . . . . . . . . . . . i . . . . . . . . . . ~ l l l l l [ l l l l l J I V IqTTÇ3 ] . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . ! l l l l l l l l l l l ' I 1 1 1 4-REFUS I 5-PART IELLEMENT REMPL I 1 8-AUTRE (PRECI SER) I r~ I I CONTROLE DE | CONTROLE DE l SAIS IE I w I I TERRAIN PAR I BUREAU PAR | PAR I | ! I I I I ! ! I I - - - - I I NOM I I I I CODE DE :~~- I I I - - I SAIS IE I I DATE i I I I I I I I I | 145 SECT ION i; CARACTERIST IQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N ° l QUEST IONS ET F ILTRES l CODES I l lO I i ENQUETRICE: I I . . . . . . | I ENREGISTRER LE NOMBRE DE PERSONNES I I RECENSEES DANS LA FEUILLE DE MENAGE. | I I NOMBRE DE I PERSONNES . . . . . . . . . I I I PASSER lA 102 I ENQUETRICE: I I I . . . . . . . . . I I I ENREGISTRER LE NOMBRE DE TOUS LES I NOMBRE I I ENFANTS AGES DE 5 ANS ET MOINS I D 'ENFANTS DE I I RECENSES ET V IVANTS DANS LE MENAGE. I 5 ANS ET MOINS . I I 103 I ENQUETRICE: I I I . . . . . . . . . I HEURE . . . . . . . . . . . . . I l ENREGISTRER L 'HEURE EXACTE DU DEBUT I I I DE L ' INTERVIEW. I M INUTES . . . . . . . . . . . l I 104 I~: ;~~ ~-~'~-e ~ o -:~]'q ~~-e I# ,~»:~ ¢.,:;:. ç I GRANDE V ILLE . . . . . I I I I : , ,A : J± h j ' l ._q~., ~~A»:.~ I PETITE V ILLE . . . . . . I 2 I I~»~I Ct~Jll20-.,~,.:L_<-,Ic;L~~Jl~9.».~.e~ I CAMPAGNE . . . . . . . . . . I 3 l II~2~l,.~~» ï~#-~~~, ~~,~~A z.:.~~~~:~~.~ I,, ~~O~ I I I I I 105 1 ç I ",~ t,51~ 9~_ç~~ t~ ~j, t e IA~ J ~ I I DEPUIS TOUJOURS. . . I 97 ~107 l l I , I l (C i te r le nom de la loca l i té ) I ANS . . . . . . . . . . . . . . . I " ' I - I I 106 I~--~ c~« ~).~c ~ ~~ L~ ~;-.%-. L~ ~te±~ I GRANDE V ILLE . . . . . I i l Io---A "~» ï ,=,A~ :c~.:~.~, ~ ~ l , Z,.,.,< ~~:e.x-~ I PET ITE V ILLE . I 2 I l ? Z .,.,».~,~-] I I CAMPAGNE . . . . . . . . . . I 3 I I I I ¢:' ~ç ! b,~ ~î . , ' ,h# 1 I l . . I I I I DOCUMENT OBTENU: l I AUCUN . . . . . . . . . . . . . I L IVRET DE FAMILLE . I EXTRAIT DE NAISS . . I CARTE D' ID. NAT. . . | AUTRE . . . . . . . . . . . . | (A PRECISER) 108 I ENQUETRICE: I I . . . . . . . I MOIS . . . . . . . . . . . . . . I RECOPIER LE MOIS ET L'ANNEE DE I ! NAISSANCE INDIQUES SUR LE | ANNEE . . . . . . . . . . . . . l DOCUMENT. I 109 I i0 I~ - --,,~Lt £ tc ~ M:~L& , ~ ,_,:;, L.,~ I I I I MOIS OU SA ISON . NSP LE MOIS . . . . . . . ANNEE . . . . . . . . . . . . . NSP L' ANNEE . . . . . ENQUETRICE: COMPARER ]09 ET &lO BUIS CORRIGER S ' I L YA INCOHERENCE. ANS EEVOLIIS . . . . . . . I I I = l * I09 2 3 4 5 111 98 98 - 8 - 146 I I I N; I ~UEETION~ ET FILTR[f l I ,:ObES î~'A:',.P:t~ I I I Æ 111 I ? ;' . . . . ~ .~. J t ~~p.__~,~a. l ~.ça.c i .~ l , I ("I I I . . . . . . . . . . . I : i I ' I rV,~; . . . . . . . . . . I . i . )1115 112 l~._'-t~» ;:=, ta.~ t J b ~.l.s ~:,--, ~J~.'! .~ ~~î.,"1 I EklMAIkE . . . . . . . . . I ~ i ? W.__. J t . t I :', I ~UPER1E;UR . . . . . . . . . I :. i I I I I 113 I ç « .,"J~.¢ ~ .~.'1 ~ ~,;,'t I (,*LA.5~;*.* ACHEVEI.:. i ~ I 114 I ENQUETRICE: VOIR 112 ET COCHER LA I I ! I . . . . . . . . . . CASE APPROPRIEE. I I # I ~ ~1 I ] I PRIMAIRE ~ -~ECONDAIRE OU + ~- I ~ I I | (PA88~ A l lB ) I 4 I 115 I L-e,a# u I.i:, ,.~.~~. ,.,,,.,.,, t» J~ k, ~,~ I.~ I IrAC.ILENENT . . . . . . . . I ', I I ç ~ Lr* ~~* t ï~ u~.#.r ~~'- L, t» I DI¥¥ICILEMENT . . . . . I ~ I I I PAH DIJ TOUT. . . . . . . I ;a ~~' : ' - . . . ,» e, . ~- , , '~'- +e~; ' , ~ " ' oui . . . . . . . . . . . . . . . , , , ~ I NON . . . . . . . . . . . . . . P :" I 117 :~, k ~.j~,,,,'t ~ ~.~. a,.;~~ ~<,L,t~ ~ i~ i» I OUI . . . . . . . . . . . . . I ~ * ç* O.*.-,~.'- '~ t"* t I I HOH . . . . . . . . . . , ~ I 118 7.~.~.~ t.,.J.I • I-.'.J.S ~ i .~,, I t= ~.~ ~ l , I O *i . . . . . . . . . . . . . . , 1 I I NON . . . . . . . . . . . . . . I :~ t 119 I.,,~ , I ~ I » L_.! | ,.¢.~L~ ~ . . . . ~,:: ~ I EAU 'c,U~ANTE A i I ç I.*.-.--.ea--~~ I Ik)M[ClbE . . . . . . . . . . I ! I I I rONTAINE PLIELIOUE I 2 I I PUITS . . . . . • . . . . . . . I I I CITERNE EAU [L I J IE ! 4 I I HOUECE,JUUI~~ T.';e~:.~| I I MARIGOT. [ ,AJ . . . . . . I I I AUTI~~._ I 7 I I i I I {A PEEC |/~l.',~ ~ I ,,.',- ~ læ. 41 JÇ . , , L , J I .~;~ «~. I EAU COUI-(ANTP~ A 120 I C ' , ,urrH A ~MZC,LE. : ,,,, I l I I CITERNI~ D'EAU DE ~I~'~ I l PbUIE A DOMIC ILE . . I 03 I i PU ITS EXTERIEUÊS, , I 04 t I I CIT.b'EAU r)E I~[,UIEi I i I A L 'EXTERIEUR . . . . . i O~ I I I I rOHTklNE PUBLIQUE. I O~ I I I ~JUk'~'E,CCdJ~~ D' I I*AUI U7 t | I H,~~'I tJOT, L~C . . . . . . | çt~ I I I AUTE~~. ! (.*il I I I - ' . . . . . . . . . . . . . I - - -~ i . - - L21 I i I r - - "t I I ,.~,.*~:, ~ ç ~ ~ *:, .~.~t J ç~, J~t I MINUTE~ . . . . . . . . . . . I --J l I i LIV~~~Y A : JOHICIL If I 9k6 I I I I I - 9 o 147 N ~ I ~UEST IONS ET F ILTÆS I CODES ~ASSER l I I A 122 l I ~' i., ~~, ~ t I ,.ç.,. I I I I I I WC A L ' INTERIEUR. . I 1 I: ( ~t,,.,.Jl ) ~ ~I '''" ~¢~|" l WC A L 'EXTERIEUR I ¢, . , t~ ~a a 1"~t~ o~~ ~~/~'" : ' "< I PR IVE . . . . . . . . . . . . . I 2 »'-a .,~,~t ¢.,~. ~~ .<. I ~t~, i WC A L 'EXTERIEUR | "" I COLLECT IF . . . . . . . . . I 3 ~" d ç lç c.".'.: I-ç %. ~a l PAS DE WC . . . . . . . . . I 4 I AUTRE_ __ I I I 5 I (A PRECISER) l I 123 I I I I I I I I I I ç ~1~.J1~__i i__~.;~".". ~t_~ | RESEAU ELECTRIC ITE I I • | GROUPE ELECTROGENEI 2 | BATTERIE . . . . . . . . . . | 3 | LAMPE A PETROLE. . . I 4 | LAMPE A GAZ . . . . . . | 5 | LAMPE A HUILE . | 6 | ROUGIE . . . . . . . . . . . . I 7 I AUTRE I I I I (A PRECISER) I I 124 | ! ! | I I | | 9 | CU IS IN IER E i ~çL J t IL~~.tk",", ~,%t~. | ELECT/GAZ . . . . . . . . | 1 B PR IMUS A PETEOLE. . | 2 | CHARBON . . . . . . . . . . . | 3 l BOIS / BE IND•LLEB. . | 4 I AUTRE . . . . . . . . . . | 5 ! l I (A PEECISEE) | 125 D | OUI NON I î ç / .~ +,~1~ i D ~.,~l;_ . J1 _ D RADIO . . . . . . . i l 2 u~_e.Lil",ll - D TELEVIS ION. . . D 1 2 a .,« .«I~ -- I V IDEO . . . . . . . . l 1 2 ~'~. J t _ I REFRIGERATEUE. I 1 2 D ! i 126 ~-~~-«~--. ~a »~, - , - J .,.,J-~»~ _ O.:»; : < -- .~ .*2ç O.:. ' -< -- .h~ '" ç l,,~ -- ï - -~ , ~-~ - ~t . .~ ~» J -~_ I OUI NON | BICYCLETTE . I 1 2 MOBYL . /MOTO. . . i 1 2 VOITURE . . . . . . | 1 2 CAMIONETTE . I 1 2 CAMION . . . . . . . | i 2 TRACTEUR . | 1 2 CHARETTE . I 1 2 MU5ET/ANE . . . . . n 1 2 i 148 N+ I QUEST IONS ET F ILTÆS I CODES IPASSER I I l A 127 I I J I-~ I I I I I I CARRELAGE . . . . . . . . . Il J ç~ t.~~~I ï-e~t,,-, t .~~. I C IMENT . . . . . . . . . . . . ç O .,',ç ~ t.,%t--~ I TERRE BATTUE . . . I AUTRE . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I m (A PRECISER) 128 ~jt ,~ I I I I I I I I I I I I ? U .,',<I~ ~t.~ P IERRES OU BRIQUESI ENDUITES MORTIER. . I i P IERRES ENDUITES I DE TERRE . . . . . . . . . . I 2 PIERRES OU BRIQBESI SANS ENDUIT . . . . . . . I 3 F ISE . . . . . . . . . . . . . . I 4 PLANCHES/TOLES DE I Z ING/BRANCHAGES OUI ROSEAUX . . . . . . . . . I 5 AUTRE . . . . . . . . . . . . . I 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . | (A PRECISER) I I 129 ~ j t~ ? o . . , ' ,ç~ ,.,tL~ DALLE . . . . . . . . . . . . . I PLANCHES/ROSEAUX I BRANCHAGES ENDUITS I DE TERRE . . . . . . . . . . PLANCBES/ROSEAUX BRANCHAGES SANS ENDUIT . . . . . . . . . . . . TOLES/B IDONS . PLANCHES/TUILES . . . AUTRE . . . . . . . . . . . . (A PRECISER) I 130 I ~u-~5~-~ ~ J I~-~ ~-~ I I '", ,, 0-4 ¢~.~t~ J t~~ ~ ! NOMBRE . . . . . . . . . . . . 131 l I I I I I I ~j Æ Ç~ ~.,',ç ~ t .&~ 21~_lt t ,~ l~ | PROPRIETA IRE . . . . . . ? »_eU ~.«.< ~ ~» ~. . .~~ | LOCATAIRE . . . . . . . . . - I USAGE GRATUIT . . . . . I AUTRE . . . . . . . . . . . . . I | . . . . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (A PRECISER) i I 132 l ENQUETRICE: l l . . . . . . . . . . I URBAIN . . . . . . . . . . . . I ~)201 I VOIR IDENTIF ICAT ION ET ENCERCLER | I l LA CASE APPROPRIEE . l RURAL . . . . . . . . . . . . . 2 I I 133 I ? ~~» ç t+<,--2, ¢,._.s~.:+m t,,t t» I OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~)201 I 134 I ç 1,.-,.~ ~» ~1,.~.Jl J~ l~ ~~.~ç21 t ,& l j | A L ' INTERIEUR . . . . . 1 I l "' I A L 'EXTERIEUR. 2 I - 11 - 149 SECT ION II: NUPT IAL ITE N ° I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES I I ~ASSER I A I 201 I~ ~" "--~' J}~ u~ ~a "<" " "J-~ ~ I HARIEE . . . . . . . . . . . . I 1 I I'~.e %a5-~ ¢1~'I ~.~,'t a ', "~ '~° '~1 , ç " , l k I I I I ? d.~.~-. i I I t-çJ ,".~ "J~ , ;¢«~t. I VEUVE . . . . . . . . . . . . . I 211 I I I >204 I I DIVORCEE . . . . . . . . . . I 3 J I I I 202 ~c,.---~ 0-~,,~-'1 G'J ~ # ».~:~ «<, I-, I~ ~ I» I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I i I ' e « -,-,~1 .~ . .~ . . ' I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 ~>204 I l 203 I I I ~ I I tS.a .,~ O-* » .x~ ~.~'1 Z'I.~,I O.~ J ~ I I NOMBRE . . . . . . . . . . . . I ~ I I ? « 'v , ' l I NSP . . . . . . . . . . . . . . . I 8 I I I I I 204 I I ~ I I ç" , ",', '1 ~g:,--a, Sn ~.,-~ o-* J L.% 1 I NOMBRE . . . . . . . . . . . . I 205 I I | . . . . I I AUTOMNE = 21 PRINTEMPS : 23 I H IVER = 22 ETE = 24 206 I I , , I -e ( ,a J . , ' J I ï . , . . J I ) , ,~ . . . , ' " . ; c~U,d . , . . , , _~UJ~. .~~l AGE . . . . . . . . . . . . . . . , , I 207 I ç ~ • j I 5 t, ~ L t.~ I a I PERE V IVANT . . . . . . . "i I "" ' I PERE DECEDE . . . . . . . 2 208 I MOIS OU SA ISON . L ' I NSP . . . . . . . . . . . . . . . 98 | , I ANNEE . . . . . . . . . . . . . ' , >207 NSP ANNEE . . . . . . . . . 98 ? ~~. • ~f .~. J l j ~,.<&'l t,.t la I MERE VIVANTE . . . . . . I ~" " I MERE DECEDEE . . . . . . 209 I J I5L--.-* ( J a l | ) , ç l , 1 j ~ ç t . L1) I BEAU PERE V IVANT. . I ? u /e t_ : _ I BEAU PERE DECEDE. . I | NE SA IT PAS . . . . . . . 210 I « %115 ~ ( Jan | ) «çl? I~ ~:~I~ I BELLE MERE V IçANTE i I ? e'l I ~ .I», ~ I BELLE MERE DECEDEE 2 "' I NE SA IT PAS . 8 211 I}--- 212 I ENQUETRICE: VOIR 207-208-209-210 I . . . . . . . . . . ET COCHER LA CASE | APPROPRIEE l TOUS EN VIE AU MOINS UN I OU N.S.P . PARENT DECEDE I (PASSER A 214) I ENWUETRICE: EN POSANT LA QUEST ION l . . . . . . . . . . SU IVANTE C ITER LES I PARENTS DECEDES: I (C ITER LES PARENTE DECEDES) ~,~la ? ( Öa~Á ) " ,ç l~ I j ¢.,~_~ I VIVANT(E) : OUI NON PERE . . . . . . . . 1 2 MERE . . . . . . . . 1 2 BEAU PERE. . . 1 2 BELLE MERE. . i 2 - 12 - 150 i • i i i • N ° I QUEST IONS ET F ILTRES 1 COIIES [PASSER I I I A I- I 213 1ENQUETRICE: VOIR 212 ET COCHER LA I . . . . . . . . . . CASE APPROPRIEE I I AU MOINS AUCUN PARENT I UN PARENT V IVANT AU I V IVANT AU MARIAGE I MARIAGE I _~. ,'PASSER A 218) I ~ I~ ~,î, ~ /,-«., e-<.,,.~~ ~ læ ( J~~ 1) 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . I I ç ~ 5 ~. , - -~: I NON . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I I I I I l I t W l I I i ! I 2 ===)216 I 215 ~ . ; Ij::C~-% ~J ] l ~.~,Jl ~& c,.l~ Jk~t 1 I , I W" I ANNEES . . . . . . . . . . . . i ~ ~ I 1 ^ .,ÆI I» ~ , .~_~"~ ~ C~~'~"~ I 1 I e ,. ,~_,I~ ~» I JUSQU'A MAINTENANTI 97 : )L [8 | I B B { ! NE SAIT PAO . . . . . ! 98 l i | I 216 l ENQUETRICE: VOIR 201 | l l . . . . . . . . . . . I l | ACTUELLEMENT I~IARIE~ AUTRE { { ! '~ l l l (PASSER A 218) I I l | I | I ~ t.e.~ ~ t~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . | i 217 Iio «, .,.~1, c,p t~ ç .:-~-J', I, ^ ':.'''h' I { I " I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 I I ! I I I . . . . . . . . oe 218 I ( ~ ~k'~ ) ~-~'~e C» ° J k~ , oc~-j.~ »-'-, I . . . . ~:. NOMBRE T~~I | -~- - I " ~ >.±', 0"I LOCAL ITES . . . . . . . . . I - - - I I ~q . . . . I ~]E .~AIT PA . . . . I 98 I B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . . . 219 .~ ~ ~.~(Ja'~' I) ,-ç-L- I ~-~~:.: - ~o c:ObbiN ['A'£,;~~<EL . . i " d_7~.3L" OE [ • t , , , ,4 COU~I N MA'I'~;RNF ! . . . . z AUTRES FAR~~~TS . 3 PAS DE L IEN . . . . . . . 4 151 SECTION 3: FECOHDITE ET MORTALITE DES ENFANTS N ° I QUI~TIOIIS ET F ILTRES I CODES |PASSER I I I A 301,D,.I,C,.~; t.~,~ I ~ ~<.J« ~.,~»~ ~ L.~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . D 1 | %" ~ .~,.I.~, # C,.~,.J» I NON . . . . . . . . . . . . . I 2 )308 I - I I | I I 302 I u .~ ! -. • ~.~ .~~» ~ ~~.~o.J» , .~» . -~ ~,t I., I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I 1 I I 9 I-".o ~1_ ,~ l @ s I I I I " I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 )305 I l | I | | 303 I ? I .,~ ' -~~ I GARCONS A LA | I I MAISON . . . . . . . . . . . . I I ENQUETRICE: METTRE OU Sl AUCUN I I I ~4 I | I I? Ç~ ~t,.~ .~i~.,#~e~ ~ I~ . .11 J Ç~ J l~~l I FILLES A LA I I I MAISON . | I EII~UETRICE: METTRE OU SI AUCUNE | | | ~$01) 1 ~ I : ,~~» I , , . ,~3 ~~1., ~,~ c,.~, ~ , . ,~ c~ I» I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I 1 I | I | I I ç' l--eo *< ~ ~.~a~,.e~." t .» I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 )308 1 | | l ~ ' , ~6 I , ~ Il I I »#5 ~~l~~J l J teJ J ~ I I GARCONS AILLEURS. | I ç "b '~ ~'~ I"-4 ~ ' @ I l I IN@UETRICE: METTRE 0O SI AUCUN I | . | 30'7 I | I I , .2 ,~ t. ~ I ,.~ L,e.J I j .te.o j ~ i I F ILLES AILLEURS. I I ? l .,~ .-<I,,-~ | I I ENQUETRICE: METTRE 00 SI AUCUNE | | I 308 il ~ ,--,-,., ~~ ,~» ~ ~~j» ,<~.~ ~ fs I " ç ~~-~~ 0-,o ~.~t%, I | ENQUETRICE: SI NON INSISTER: | . . . . . . . . . . I « "çï» ^ " ~' OUI . . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 >311 309 | | ? ,<., | | EN•U 310 i | | | l I 1 la.~ ~ l#j~a ~, , I ,« J1 J te ,~ jb~l ! GARCuNS DECEDES. . | ~ : ' | ENQUETRICE: METTRE 00 SI AUCUN i | . . . . .%" ~ 1#~_.~ ~ ~ I " , ,11 J te.~ [ t-,~ I D F IL I ,E5 DECEDEES. . . i . . . . I ENQUETRICE: METTRE 00 SI AUCUNE i N 311 | ENQUETRICE: I . . . . . . . . . . | FAIRE LA SOMME DES REPONSES A | 303-304-306-307"309 ET 310 PUIS | INSCRIRE LE TOTAL I I | ! I . . . . I | TUTAL . . . . . . . . . . . . . . _L~_ I I p 14 i52 N* I Q~STIONS ET F ILTRES I oe~S ~ASBER I I IA I " ? - ¢ - - - ~.G-J I I",~ ,.2, l» I I I I r--, ~ I I OUI u-J NON u_J I I ( INS ISTER ET CORRIGER I I 301A 312 SI NECESSAIRE) I 313 1ENQUETRICE: VOIR 311 ET COCHER LA I I . . . . . . . . . . CASE APPROFRIEE I I I I UNE OU PLUSIEURS AUCUNE I I NA ISSANCES NAISSANCE I I I I ~--~ r-~ I I ~-J u-J I I i (PASSER A 324) I I ~ l 314 I . . :_ . . . j Ç~ ~I i . . . . I l ~ . « . . ; - L,.'. I "J, c .-_ -~ o .,"1 t:, t. ,.,._,~., , - u,.JJ"L,.:, L, '~ i l I ~" J.,'] ~. jI .,~.," , ~:p.::. L - . I l I I I I ENQUETRICE: INSCRIRE A 315 LES NOMS I I . . . . . . . . . . DE TOUTES LES NAISSANCES. I I I l I I I I l I l I l l l I I I I I I I I I I I l , I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I 153 TABLEAU I: ER4~JITRICE. INSCRIRE LES E~ANTS DANS L 'ORDRE EN C(A~NCANT PAR L 'A INE I 315 I 316 I 317 I 318 I 319 I 328 I 321 I 322 I I ~~i ~ I I (NGH) ~,~ I# I~ ".Lb ,(t:~ O. , I ,~ ~ ~,~ Lî I ~,~I# I 81 ENCORE VIVANT: l SI DECEDE : I l 0 I < %~'~ Il " I# I~~ ~ç~5~~ S" ( .:,~ 15:. : . ) l"ç'( ~.~)1" ? -L, "~~ I (NOM) I ~ ( I~-,'~~')1 EHQUETRICE: V ( ~ I~+)1 SI MOIS PASI Isf " - J J ~ D I ~' . l i ; [ ' OE I ç ( ~ ~) 6 L I . . . . . . . . . . I CONNU : I ç ( ~ ~ I ? ~~ç~-~ I INSCRIRE AGEI I0 Il i ~o [z ; { J S io 13 2 I 2 3 41 (NOM) 2 3 41 ;o i,i (NOM) io ;s i L * I 2 3 4l J (NOM) ;o 181 i L I GARCON = i F ILLE = 2 G F (NOM) AUCUN . = I l 51VRET DE I FAMILLE . . .= 2 I EXTRAIT DE I NAISSANSE = 31 AUTRE l DOCU~NT. .= 4 I I AC LE ER ADI I I I I l I 1 2 3 4 l (NOM} 2 1 2 1 2 1 2 1 INSCRIRE LES JUMEAUX SUR DES L IGNES SEPAREES ET LES REUNIR PAR UNE ACCOLADE SUR LA GAUCHE 2 3 4 l I I DEMANDER I LA SAISON: I l AUTOMNE= 21 l H IVER = 221 ENFANT PRINT. = 23 1 ENCORE ETE = 240 V IVANT? I | l M/S ARNEE OUI NON l , i p| i 2 I h ~ Il i 2 ' I I - - i I | | I I L J i 1 2 ' I I I ! I I I l I I | ! 1 L l | 1 2 1 | I l ! | | I I I ' 1 | i - l I I ! I i ' I I 2 ' I I | ENQUETRICE| . . . . . . . . . . | OBTENIR | L 'AGE EN | ANNEES | REVOLUES | AGE | EN JOURS SI | | < 1 MOIS I | EN MOIS SI | L 'ENFANT| < 2 ANS | V IT - IL | ET EN ANNEES| DANS LE I REVOLUES SI | MENAGE? I 2 ANS OU + | ! l OUI NON| AGE AU DECES| (NOM) 2 3 41 1 2 1 L , 1 2 I I JOUR ~ ~ J MOI~ LSL 3 1 2 ANNER L , , ! JOUR LB b MOIS 12. 1 2 ANNEE ~J ] . > 1 JOUR L ~ 2 MOIS ' L , 3 i 2 ANNEE' ' J. > 1 JOUR ~ , , 2 MOIS • J ' 3 1 2 ANNEE ~ .[ > 1 I JOUR ' ~| MOIS LS' ' 3 e ANNEE L , ,| 1 JOUR ~ L , 2 MOIS ' ~ 3 ANNEE L ~ - 16 - 154 TABLEAU I: ENQUETRICE, INSCRIRE LES ENFANTS DANS L 'ORDRE EN COMMENCANT FAR L 'A INE 315 1 31Ç l 317 I 318 I 319 I 320 I 321 I 322 I l . " , : - - ~L I 1 (NOH) { ~~~dæ~ i,~~ ' '~tIJ l~~~-æ'~J 0-" 1J"~"~ 0-" '~'î~Ll l ~:~I a I» i l ~E~J I ~ t~ lab~ C,-,, J L~ 1 (NOM) ( ' ' L~L J J ' J a l U1 ç ' " ' ' I , ' ~~~»~=~~,~I i~I~- ", 1Le-J U ,U I ' 1. . __ J L~.~.~ L,.~5 ~ I i ç(co1~) 1"'~ (ï=~-) ENQUETRICE: ç( ~ t~*o) | SI MOIS PAS1 . . . . . . . . . . I CONNU : l INSCRIRE LES AUCUN . : 11 DEMANDER l JUMEAUX SUR L IVRET DE 1 LA SAISON: I DES L IGNES FAMILLE. . . : 2 I 1 SEPAREES ET EXTRAIT DE l AUTOMNE: 211 LES REHNIR GARCON = 1 NA ISSANSE = 31 HIVER : 221 ENFANT I SI ENCORE VIVANT: I SI DECEDE : l 1 I l o i ç j ~.,~ I I 1L~ J ~ I I u-~ ~ I la,,,.~,L ~ (NOM) 1 I ? J J-'~- I (NOM) I INSCRIRE AGEI 1 I 1 EN JOURS SI 1 1 ENQUETRICEI 1 < i MOIS 1 1 . . . . . . . . . . 1 I EN MOIS SI 1 I OBTENIR I L 'ENFANT 1 < 2 ANS 1 I L 'AGE EN 1 VIT- IL ET EN ANNEESI PAR UNE ACCOLADE SUR LA GAUCHE (NOH) io b i I l (NOM) io 18 ; P (NOM) io i~ i (NOM) ;i ;o i (NOH) 11 111 I J (NOM) ii iz i t AUTRE I FRIN' F ILLE : 2 DOCUMENT. . : 41 ETE I G F AU LF EN AD1 M/S l I I 1 I I I 2 i 2 3 41 I 2 i 2 3 41 i 2 I 2 3 41 I 2 i 2 3 41 1 2 i 2 3 41 I 2 i 2 3 41 I I FRINT. : 231 ENCORE | ANNEES : 24 I V IVANT? I REVOLUES - - I I ANNEE I ' 1 '1 '1 '1 i I OUI NON| AGE 1 2 ' I 1 2 i I I I I I t l i 2 1 , 11 I I 1 2 L i 2 | DANS LE REVOLUES SI P | MENAGE? 2 ANS OU + I ! ! OUI NON AGE AU DECES| | JOUR L| ' ~ I 2 I MOIS ~ ' P I I 2 ANNEE ~31 J: L | I • i 1 I JOUR ' ' t I MOIS ,2 ,: I 2 ANNEE 131 ~: .[ • | I 1 I JOUR ~ L '1 MOIS 2 i 2 ANNEE '3' I l JOUR LI L 2 MOIS L , i 2 ANNEE L3L J| I ) I - I " - I I 1 I JOUR ~ L ' I 2 I MOIS ' ' ' | I i 2 ANNEE L31 -I I JOUR -~~ 2 MOIS ~ - i J i 2 ANNEE ~- - - i - 17 - 155 TA.IBIAr, AU I ; E~UETBICE , INSCRIRE DES SNFANT5 DANS D'ORDRE EN COF~IENCANT PAR D'AINE i i "315 I 318 I 317 I 31~ I 318 I 320 I 321 I i 322 I I I Æ)I~OITRICR : 1 l ~ l j . . . . . 1 Im|cR IRE LEB I JO~OX SOR I D18 LIGI I~S 1 SEP.~JDm ET I L~ REOHIR I GARCON : 1 PAR ~ I A(X~OLADE SUR 1 F ILLE = 2 S I ENCORE VIVANT: I SI DZC~ : I l o t ç J l~ l l jk,~1 I " I I . . ,~_ i (NOM) I I ? (1,~JL~a) 181 HOIR PARI I~ i J&~-~l) l : . »" . : -~ l "? ( ,:c, t . ) C.,D,I I I CONNU : I l ? ( ~ .~~ I ? I"-¢-~~--I INSCRIRE AGEI I AUCDN . = I I D~DL%NDER I I I I EH JO~ SI I I D IV I~T DE I LA SAISON: I I ENQUETRICE I I < I MOIS I I FAMILLE . . .= 21 I I . . . . . . . . . . I I EN MOIS BI I I EXTRAIT DE I AUTOMatE: E l l I OBTENIR I L 'ENFANT1 < 2 ANS I 1 NÃISSANSE = 31 H IVER = 221 ENFANT I D'AGE EN 1 V IT - ID I ET EN ANNEES1 I AUTRE I FRINT. : 23 1 ENCORE I AHNEES I DANS DE I REVOLDE8 SI I I IX)O~R~NT.= 4 1 ]~TE = 24 I VIVANT? | REVOLUES I MENAGE? 1 2 ANS OU + I (SOH) i , is i i I i (IRE4) h i , i ( I I (HGH) i L i (NOM) h ie-i i i i (NOS) ;1 iT ; 1 F I AC LF ER I I I I I 2 1 2 1 2 2 dl 2 3 E 3 I . - 1 ADI 14/8 ANNEE OUI NONI I I I I 1 I 41 i i , i I 41 I I I I I I l J 1 I l - I I I I I ! 2 2 4 1 2 3 41 I I . . . . ç 1 1 1 1 1 2 3 41 , i d - - . L~J i l i (NOM) ;I i8 i I l 2 1 2 3 l I I I I I ! I - - - | - - I 1 i i I 2 I L' AGE l J I L I l O Il l I OU I NOH1 AGE AU DROERI I I . . . . . I | 1 I JOUR " ' ' ' I I MOIG 2 i , i 3 1 2 I ANNEE ' ' ' L ! | J¢XIR , I L , | | MOIS 2 , , | I 2 I ANNEE '3 ' ' [ i > L , 1 2 t JOUR , I , MOIS '2L « ' ANNEE ,3 , , , -| ~) 1 . L , I I I I I JOUR L-1 ~ I J i ! i j : ; ~ l I. l ce I L. J I i :: I ANNEEI3L , ~ I OE -- • ) I . . . . ~ - I - I dOUR 1 .J MOIS 2L-~ ~~ I 2 ANNER 3L-~ ~~ • - - J , - - - , - -> I 1 I JOUR ut j J , I I MOIS ~tj , I 3 I i 2 ANNEE' ' ' b I L ~L --> 323- ERQDETRICE: COMPARER 311 AVEC LE NOMBRE COCI~ER DA CASE AFPROPRIEE: LES NOMBRES SONT LES MEMEE (PASSER A 324) DE NAISSANCES ENREGISTREES DANS LE TABLEAU ~ ET LES NOMBRES SONT DIFFERENTS {VERIF IER ET CORRIGER PUIS PASSER A 324) 18 156 N O I QUEST IONS ET F ILTÆS I CODES IPASSER I I IA 324 I ENQUETRICE: VOIR 201 I I I e-~ ~-. I I I MARIEE ~-J AUTRES CAS t-~ I I I | I I I ~ (PASSER A 331) I I 325 I ç | ,~ ~ I , k ~:~_~'I ,.,.~1» I OUI . . . . . . . . . . . . . . ] I I " I NON . . . . . . . . . . . . . . 2" - I | I l l==>33~ I I PAS SURE,N .S .P . . , 8"a I 326 I l , , , I I ç z -~; ~ ' I ~»t Ç ~: 0-~ IA~ J~~t l I NOMBRE DE MOIS . . . ' ' ' | --I 327 I ? ~a J ç~ j . . I~, j . .~. ~.::,5~~ ~.~1~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I NON . . . . . . . . . . . . . . 2 - - - - )332 I I I I~ - - - - I 328 I I ~ | I ? t~':A5~ ~ ç5e» x~ 0-* J [~11 NOMBRE . . . . . . . . . . . . ~ I 329 I ? oe ~»~I ~.,--*-31 ~5»~ ~ D ISPENSAIRE . I CENTRE DE SANTE. . I MATERNITE . . . . . . . . . I HOPITAL . . . . . . . . . . I ENQUETRICE: MEDECIN-PR IVE . . . . I . . . . . . . . . . . KABLA . . . . . . . . . . . . I INS ISTER ET INSCRIRE LE CODE DU b lEU I AUTRE . I OU DE LA PERSONNE LA PLUS QUAL IF IEE I . . . . . . . . . . . . . . . . . I I (PRECISER) 330 I I I oL__~ J l~t ~ J»~l ~bej ,c J l ~5 ,~ u~J~ I MOIS . . . . . . . . . . . . . . • , I | 332 331 ,Lt.j I ~ -~- OEt-: ~~,L ,~&.~ J~,»~ I~ ~ ¢ JOURS . . . . . . . . . . . . . |1 I I SEMAINE~~ . . . . . . . . . . I t i I MOIS . . . . . . . . . . . . . . I~ i , AVANT LA DERNIERE I I NAISSANCE . . . . . . . . . I 995 I JAMAIS EU DE REGLE I 996 I NE SAIT PAS . . . . . . . I 998 I 332 t . "~.,, ) .~ ,L~3 I PENDANT SES REGLES I 1 JUSTE A£RES LA F IN I DE SES REGLES . I 2 AU MI L IEU DU CYCLE I s JUSTE AVANT LE I DEBUT DES REGLES. . | 4 N ' IMPORTE QUAND. . | 5 AUTRE . . . . . . . . . . . . I 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . | (A PRECISERI NE SA IT PAS . :| 333 ENQUETRICE: Y A -T - I L DES PERSONNES I I OUI NON . . . . . . . . . . . QUI SONT EN TRAIN I I - -- D 'ASS ISTER A L ' INTERVIEW! ENFANT <I0 ANSI 1 2 EN CE MOMENT PRECIS? | MARI . . . . . . . . . . I 1 t | AUTRES HOMMES. i 1 2 I AUTRES FEMMES. I 1 2 - 19 - 157 SECTION 4: 401 CONT~~qCEPT IO~ TkSLEAU 2 i ~ j~L~ ~ 1» = ~ t t j~_~~ ~A~ I ) j~ N ,~ t.~ b I j . . J t ~~ I HU~~TAL PUBL IC , , O1 | AUCUN . . . . . . . . . . . O I I ? t~- . . ,1#1 1:, -, O. ~b .~; . .~ ~ OE~"~ ~~' I HAT~P, NITE . . . . . . . 02 I COOTK CHER . . . . . . 021 I CENTRE DE ;~ANTE I ~~SETII: / P I~TUKBE I I ÛU [JE P~FE~NCS 031 ~ ~]~G[,~S . . . . . . U31 I D ISFENGAI I~ . . . . . 04 I EFFETS SUR LA '1 [N~UE~~[CE: * Encerc le r le code I dana 402 pour chaque l V IS ITE I )O~IC]OE I GANTE . . . . . . . . . . . 041 . . . . . . . . . . m$thode ment lonnee sw,ntanSmen•. I OU IT INERENCE. . . osm DSGONGEIL~ES I • En=uSée l i re la d lsc r ip t ion pour chaque I g~IPS HOBILE. . . 061 PAJ~ HESgCIN . . . . . 05| met, hode non ment . tonn¢e e¢ encerc le r l e I AM~F . . . . . . . . . . . . 07 J HAUVA|SS ~XPgRI - I code 2 s t le m~thode es t reconnue ou l e code 3 I l la ~elme ne l a reconn l~t p ls . Sn f ln poser 403 • 405 pour cha¢gne des m~~hode~ reconnue= par la feue . I CLINIQUS PRIVES 081 INC! D'AU~~RUI. 061 I PHARHACIS . . . . . . . 091 gCH~'C/ INEFFIC. , . 071 I H~DECIN OU GkGS l OUSbI . . . . . . . . . . . 08| I FEHI~ PRIVE(E) . . tO I DIFFICILK OU PAS I I KASLA . . . . . . . . . . . I i i ~RAT I~I I [ . . . . . . . . 091 I PA~IINTS. AMIS I II~I/~VIlR~IB rjr . . . . lO I I OU VOISINS . . . . . . 121 PROB. D'ACCI IS . . . 111 I III)1,1,1 PART . . . . . . 131 P~OB. DISt~ONIB. 191 I AUT~~E . . . . . . . . . . . 141 AUTRII . . . . . . . . . . . 131 | NE SAIT PAS . . . . . 981 NI[ SAIT pAS . . . . . 981 | I 401 (SUITE) I 4O2 0 403 Il 404 0 405 ~, I , @ I rL I~«) ) . . : . '1 Il | ç ( a~ I~.J I) I I . J~ I 2 NO~. . . 2 I Aut re : I 3 I (P ree iser ) I 1 I OUI . . . I ~ , , 2 I l " NON. 2 I Aut re : | 3 I (P ree~s~r) ! t i Aut re : (PrecLser) Autre : (P ree~ser ) NITBODÆ l ~ZTSODE l I I l I l l P IbUOE 0 z - - t I ~ l» i~ .#~I OUI DIGŒE.,. 4' -! . . ~ , , = ~ . ~ I ~ ~ ov~ ~=sc . . . l~-- J l~l ~ (~~~J l~») , ~ . . . . . . . . • , I I~CT ION I l 01 31 I~> ,~-~- ~~l~~~~lOUI SPOIIT. I~ U----~ ~ ~ ~= .»'~k-~. t*m l = ~j j~~ I .~l NON . . . . . . . . 3 I I 1 / OOI . . . 1 AUTRZS I~'TIIODI~ SClgNT. I I r • J~ ~~ ~~Jç4 ou i S='sc , . . = |=Ij.eJ I p g j ï~~- I *~ : -'-~_ | I I L~,~~J~ ~. J t~~ &*te : , ' . . ~_ ç m , ,. t._. - ~. U~L:.= | I I I - - • . | CO~DOf l I ' I ~= ~» ~ ç.,.~:~U t~.~Lk~l l j l~~~ ~~~ ~ ~ ~1 I I GT]r.RILISATION I q l I t lN INE I UUJ SFONT,. | I OUI DEG(: , I OUI . . . 1 NON. . . 2 . • . . . . i i i i , | Autre : . . . . . Autre : _ _ _ _ ( P re¢ l l l r ) ( Pl-ec Illi¢ ) , i I Autre :_ Aut re : _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m l I ou l . , : ; _2 ]-, 2 | NON. . . 2 I Aut re : I | ( Ç rec i$er } ~-~ • I Autre: ~ I I OUI . . . I i J ~) I _ • 2 I NON 2 1 | Il , } 'a '~~' l s , . r p r--- , , Aul . re : . . . . . . . . . . . . ( P rec loer ) AuLre : _ _ ~ I I ' rec l ser~ I NON 3 | Il - aO - 158 TABLEAU 2 CODES A UTIL ISER POUR 404: HOPITAL PUBL IC . . Ol MATERNITE . . . . . . . 02 CENTRE DE SANTE O~ DE REFERENCE 03 D ISPENSAIRE . 04 V IS ITE DOMIC ILE OU IT INERERCE. . , 05 EQUIPE MOBILE . , , 06 ~F . . . . . . . . . . . . 07 CL IN IQUE PR IVEE 08 pHARMACIE . . . . . . . . . 09 MEDECIN OU SAGE PRIVE(E) . . . . . lU KABLA . . . . . . . . . . . . . . 11 PARgNTS~ AMIS OU VOISINS . . . . . . . . . 12 NULLE PART . . . . . . . . . 13 AUTRE (A PR~CIER) . .14 NE BAI PAS . . . . . . . . . 98 CODES A UT IL ISER FOUR 405 AUCON . . . . . . . . . . . . . 01 CODTE CI~/~ . . . . . . . . 02 ARRETE OU PERTURBE OES RgGLEB." . . . . . . . 03 EFFETS SUR LA SANTE . . . . . . . . . . . . . 04 DECONSEILLEE PAR LES ÆDECINS . 05 MAUVAISE EXPERIENCE D 'AUTRUI . . . . . . . . . . 06 ECEEC OU I INEFF ICACITE . . . . . . . . 071 OUBL1 . . . . . . . . . . . . . . . 081 D IFF IC ILE OU PAS 1 PRAT IQUE Å UTIL ISER, 091 IRRgVERSIBLE . . . . . . . . 101 PROBLEMEB D 'ACCE . . . . 111 PROBLEMES DE I DISPONIB IL ITE . . . . . . . 121 AUTRE (A PREClBERI . . 131 NE SA IT PAS . . . . . . . . . . 981 I CODE DE LA I~¢TSODE 401 I 402 I 403 m 404 I 405 I I 1 I I O . • . DESCRIPT ION DE LA METHODE VASECTOMIE :d ' ; Ire i m ? L - . ,~- ~ i i i I~ . . . L - J I )1.~ I OUI SPONT. 1 ~1 ? ~ ~ » I : : ' J. • 1 OUI DESC, . . 2 I Autre: . . . . . . . . . . r , , k i Autre : . . . . . . . . . . r - -~ ' - - '~ CONTINENCE PERIODIQUE NON . . . 3 L OUI, , 1 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NON. 2 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (Pree iser ) CPrec i ser ) I OUI SPONT. , OUI DESC. . NON . . . . . . . . DOUCHE VAGINALE 0; 91 ~ o ~ E, '~l=~~J I ~ OUI SPONT. l l çe~ t ~ » ~~,u~~~ I~~ OUI DESC, . I : '~ ; i ~. L~ ~.~ ~ C~'I NON . . . . . . . . I r I RETRAIT 1 Of I , . , ,~~I , . : ,»~=, .~ I , . :~ j , . J L~ J OUI SPONT : e. ,t ' -u~ ~ ! NON . . . . . . . . , ABST INENCE I 11 1~ ~. , . _~'1 ï~ ~. J I .;~.ts~.L~ I OUI SPGNT. . ~~ ~p~ ~t~ ~ ~ I 0U1 DESC. . :~~~J~ t NON . . . . . . . . m 1].> sol 1 2 NON, . . 2 I 3 I I 11, ' ou i1 2 NON. . 2 I 3 I @- - I I 1 I., uuI i 2 NON. 2 ! 3 B +- - ! | i ] I , OUI. 1 OE NON L I 3 i Autre : . . . . . . . . . . Aut re : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . (P rec iser ) (P rec iser ) 1; ~i AUTÆS ÆTNODBS I~-~ i~~~;~,~ ~~. .~ ~~ i, I ou i . . . . . . . 1 m ,#:~, jk,.~, ~ ~ ~ ~ m ENQUETRICB: P r J c l ser que l le (s ) m~thode(s ) 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 . . . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . 3 (PASSER A 406) I IB l l l l l l l l l l l l l l l l , , l l l l l l l l l l l l l l l l l l l I ~ l l l l i l l l l l l l l l l l l l l I I l l l l l l l l l l l i l l l l l l I Aut re : . . . . . . . . . . . l l l l l l l l l l l l l l l l l l l I . . . . . . . . . . . . . . l i l l l l l l l l l l l i i l i l l I ( Prec i ser ) I I l l l l l iB l i lœe l l l l i i l l I l l l l l l l l l l i i l l l i l l I i I l l l i l l l l l l l l l l l l l l I l l l l l l l l l l l l l l l l l l l I Aut re : . . . . . . . . . . . . l l l l l l l l l l l l l l l l l l l I l l l l i l l l l l l l l i l l l l l I ( P rec i ser ) I l l l l l l l l l l l l l l l l l l l I l l l l l l l l l l l l l l l l l l I l l l l l l l l l l l l l l l l l l I I I I I I l l l l l l l l l l l l l i l l l l l l l l l l l l l l l l l l I I l l l l l l l l l l l l l l l l l I I I l i l l l l i l l l l l l l l l I l l l l l l l l l l l l l l l l l l I l i l l l l l l l l l l l l l l l i l N l l l l l l l l l l i l l l l l l i l l l l i l l l l l l l l l l l l l I l l l l l l i l l l l l l l l i l l I I l l l l l l l l l l l l l l l l l l I l l l l l l l l l l l l l l l l l l OU I . . . 1 NON. 2 l l l E l lm l | l l l l iN i l l l l I n lDE l l l l l l l i i l l l i EHNN| |m| |EEN|NnR| | ! IH I l i i l l n l l l l i l i l i l l l iN i i lE l ln l iE l ig i l i |8 | iEEBE|B | | inENm | l iR |EEEM| | | |EE |B | J l l l i l l l l l i l i l l l l i n i | | lN lnEE I l lN |E |n l i l i | l l E i |N iNNl l l l E l |B | l lB l l IN l iN l l l INN l i I i lUB |n | iREn l l l i l i mNmEEE i l lUBNi lgBEE l i i i E l i lBaE |E l lU lB lB ID l l i l l E l lN IEE l l | i i I NNENEE l i lnnEE|nN l l l l i i E l l i l i l l l i l i l l l l E l IBn l l ln lD i l l l |E I l l l l l l i l l a l l i l l l i l l l m l l l l i lR I I I l i i l l l l I I I l l l l l l l l l l l l l i l l l I I I I I I I I I l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l i l I L I I l l l I l l l l I l I I i l ( FASSER A 4061 21 159 N o I @UESTIONS ET F ILTRES I I I 406 I ENQUETRICE: VOIR COLONNE 403 ET I | . . . . . . . . . . COCHER LA CASE APPROPRIEE | I I I AUCUN OUI AU MOINS UN OUI I I A 403 A 403 I I N'A JAMAIS A UT IL ISE LA I I UT IL ISE COTRACEPT ION I l ~ ~~ i l ~ ~ l I I (PASSER A 409) I I ~ I CODES I PASSER lA 407 1 ~ ~ 5 ~ ~ ~ ~~.~ d / & l.~ l D ï I« ~ j'.,-~", I ! I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I - - I I >450 408 ç V "#'~ o'-u1 z -~1~J l æ #~~°I ENQUETRICE: VERIF IER 402 ET 403, . . . . . . . . . . CORRIGER SI NECESSAIRE ET OBTENIR L ' INFORMATION POUR 404 ET 405. Si la m@thode pr~c is@e ici f igure d~jA sur le tab leau 2, ENCERCLER LE CODE 2 (oui apr@s descriptiorO. ( PREC I SER ) 409 I ENQUETRICE ; VOIR 403(08) ET COCHER I . . . . . . . . . LA CASE APPROPRIEE I I I A UT IL ISE LA N 'A JAMAIS UT IL ISE I CONTINENCE LA CONTINENCE I PER IODIQUE PERIODIQUE I I ( FASSER A 411] I i 410 | wi ~ t ~ %~~-]I ~ ,",',ç o~-J~ | I "" I I I I I EN SE BASANT SUR: LE CALENDRIER . TEMPER.DU CORPS. . . METH. B ILL INGS OU MUCUS CERVICAL . TEMPERATURE ET B ILL INGS . . . . . . . . . . AUTRE . . . . . . . . . . . . n (PRECISER) 411 ENQIIETRICE; SI AUCUN ENFANT INSCRIRE . . . . . . . . . 00 NOMBRE ~'ENFANTS. . - 22 - 160 N o I 412 413 I I QUESTIONS ET FILTRES I CODES I I I ENQUETRICE: VOIE 403 (06-07) ET COCHER I . . . . . . . . . . I I FEI~~J~OU MARI AUCUN N'EST I I STERILISE(E) STERILISE I I ~ ,-~ I I ~ u-, I I (PASSER A 424A) I I I $ I EQUETRICE: VOIR 201 ET COCHER I . . . . . . . . . . I ACTUELLEMENT VEUVE OU I MARIEE DIVORCEE I I ~ I ! (PASSER A 456) I I I I I 414 ENQUETRICE: VOIR 325 ET COCHER I I I . . . . . . . . . . I I I ACTUELLEMENT NON ENCEINTE I I I ENCEINTE PAS SURE OU NSP I I I , - - '~ . ~ I I I ~ ~ I I I (PASSER A 423) / I I I ~ I I I 415 ~ L--e ~ o,~ 1 , ,~~ ~ I~ I, c~u'1 L,~ I,~ OUI . . . . . . . . . . . . . . I • I I ~ v~. ~~.:, ~ ; L-.= , I --~~ I NON . . . . . . . . . . . . . . I PASSER l A I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I ==>416 I 2 I I 415A I .- ~~, , , . : , i~ ,.,_UI ~- . ' . . t l I.:~ , .~ I I ~ "' ' "" ? " ~ . . . , : I . « : : , I_.~1 OUI . I I I I I NON . . . . . . . . . . . . I 2 ==)421 I I 416 q~ I .4 " ç I ., I I PILULE . . . . . . . . . . . . I 01 ~)4t7 I I STERILET . . . . . . . . . . I 02 ==)424B ! ! INJECTION . . . . . . . . . , 03 ~. AUT. MET. SCIENT. I 04 |==)424 CONDOM . | 06 J I ! ! CONTINENCE PERIOD.! 08 I ]~ DOUCHE VAGINALE. . | 09 RETRAIT . . . . . . . . . . . | I0 )423 ABSTINENCE . I 11 AUTRES METHODES. . I 12 J I . . . . . . . . . . . . . . . l I I I (PRECISER) I I I I 417 I I I , , , I I ~ " , . . ,~ J1 J ç~ ~- .~ l+J l o .~- '" ;" J k~%l l COUT EN DH . . . . . . . . I ' ' ' I I ? ( ,--.~j~.-----~J I" « , .-. ~, i I ) I GRATUIT . . . . . . . . . . . I 97 I I I NSP . . . . . . . . . . . . . . . I 98 I I l l I I I 418 I ç ",., &J 1 I I I«~-:".< ~ l ~.~ I 1 PILULE PAR JOUR I i I i l | i AUTRES REPONSES,. | 2 )424 23 161 No I Q~STIONS ET F ILTÆS I CODES ~ASSER I I lA 419 I~ ,~ OE,.,-«.~~ « - -z t tq , . .~ ~~,, ' - 0 - - J~~,~l I TOUS LES JOURS . . . . I 1 I I ç = " . :<~I I AUTRES REPONSES. . . I 2 ~)424 I I 420 I,~.~:~.!L.~,~ t., ;~'.<11 e,%.,", SA t~ c".', t ~t I , Iæ l ç ,~% U,.~.C~:,~L~ ~, ,.~.-., 0-,,"~., .~.--~~ I B - " I I I LE LENDEMAIN . . . . . I 1 I PLUS TARD . . . . . . . . . I 2 I 424 PAS DU TOUT . . . . . . . I 3 I I I I I 421 :~t~. t. » ~L~t~J .~. . . L ,~| 1~ ~.~ ï L . . ~ ~J , | HEUREUSE . . . . . . . . . . , I = ,423 ä~ t~~J o.~~~ç~, ~~ ~ la | MALHEUREUSE . . . . . . . | 2 ? ~.~ 1.,,_.A" ~~" ~ ~ ~a I INDIFFERENTE . . . . . . I 3 H H I 6 422 ,.,?, ç'L;-.~ ,~.-t] I ~~. J I ~1 I j~ ' l 423 I I ¢ O5:. J I J%~ J-~.~~&.] ~:c. ,çl. 1~ ~a I L~ " " - " ~a ~~a ~ ~-~ ~ ~ ~a ~-.'" '" . . . . ç ' j . _ . .~ . J ~ u ,~ TOMBER ENCEINTE. , .g 1 MANQUE D ' INFORM. . . I 2 OPPOSEE AU P .F . I 3 MARI OPPOSE . . . . . . i 4 FAMILLE OPPOSEE. . . i 5 RAPPORTS SEXUELS | PEU FREQUENTS . | 6 ALLA ITE ENCORE . H 7 STERILE /MENOPAUSE. | 8 EFFETS SUR SANTE. . 9 PROB. D ISPONIB . . . . i0 COUTE CHER . . . . . . . . 11 PB. REL IG ION . 12 FATAL ISTE . . . . . . . . . 13 PAS PRAT IQUE . . . . . 14 AUTRE . . . . . . . . . . . . 15 (PRECISER) NE SA IT PAS . . . . . . . OUI . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . 424 ~~. . t~ ~,~~ ~»~~t ï ; -~~ ~ . . . . ? J ,,,.J I I I I 424Al.:p.,.~,.~~• ,.,.:.t. e ~.,.,.,çl l ~~, J .~ I oC~»s ç" oa.,.ïJ t i "" , . . S I 424BI ? (~ .a.A.~~ L.J-.-_JI) I I I I HOPITA[ ~UBL IC . . . . MATERh~rE . . . . . . . . . C. SANTE / REFER. . D ISP~,NSAIRE . . . . . . . V.D. OU IT INERANT. EQUIFE MOBILE . A ,M.F .F . . . . . . . . . . . CL IN IQUE FR IVEE . . . PHARMACIE . . . . . . . . . MEDECIN / SAGE FEMME PR IVE(E) . KABLA . . . . . . . . . . . . PARENTS/AMIS /VOIS . NULLE PART . . . . . . . . NE SA IT PAS . . . . . . . AUTRE . . . . . . . . . . . (PRECISER) 98 2 ===>426 ! J | 01 | 02 J O3 ! 04 | 05 ! 06 ~)425 O7 ! O8 ! O9 D a lo J | a I~1, 13 >426 98ji 15 l I | | - 24 - 162 N ° Il I QUESTIONS ET F ILTRES 425 I i J I ., ~ Lk* I , , - J I 'J., J I.- «"--. 'J I J I,,.-e. l , . . . ,L~ 9,_LI ~ ,._.:, ,L. «. I I 1» C . . . : .~~, j I Il CODES IIPASSER Il II A I RIEN A S IGNALER. . . I LONGUE ATTENTE . I MAUVAIS ACCUEIL / I SERVICE . . . . . . . . . . . I COUTE CHER . | ELOIGNEMENT ET I FROB. D 'ACCES . | N 'A PAS RECU LA I METH. OU L' INFORM. | VOULUE . . . . . . . . . . . . | TROP DE FORMALITES i (PF2A) . . . . . . . . . . . Il N 'A PAS CONFIANCE/Il PERS. INCOMPETENT. N 'A IME PAS ETRE SERVIE PAR PERS. MASCULIN . . . . . . . . HYGIENE INSUFF . AUTRE . . . . . . . . . . . . . (PRECISER) 426 427 ENQUETRICE: VOIR 325 ET COÇHER LA . . . . . . . . . . CASE APPROPRIEE ACTUELLEMENT NON ENCEINTE ENCEINTE PAS SUR OU NSP I (PASSER A 451) l I ENQUETR]CE: VOIR 403 (05-07) ET . . . . . . . . . . COCHER LA CASE APPROPRIEE AUCUN N'EST FEMME MARI STERIL ISE STERIL ISEE STERIL ISE Æ (PASSER A 429A) (PASSER A 430B] 428 ENçUETRICE; VOIR 415-416 ET COCHER . . . . . . . . . . LA CASE APPROPRIEE UTIL ISE AUTRES LE STERILET CAS (PASSER A 429) (PASSER A 433) 01 02 03 04 05 06 07 08 09 i0 11 - 25 - 163 N ° I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES mPASSER I I I A 429 I J L .~o z.,~-~.J1 a -~u~)~L~i J1 « n~~J11RIEN A S IGNALER, . . I 01 m I .~ I I1 ~-~. ~- ,.~, ,~L~ ~, l j~ L~J.~Jt I ABSENCE DE II I I ? ~ ~ 1.4 "J» ~. ; 14,3 I PRE-F~DICAT ION . I 02 I I I ABSENCE ANESTHESIE I 03 I I I INSTRUMENTS I I I I DOULOUREUX OU NON I I I I CONDITIONNES . . . . . . I 04 I I DESINFECT IQN I I 429AI J L -~~ ~.*~--J1 ~~.~U~~~L~-I J I « " ï~ J | I BRUTALE . . . . . . . . . . . m O5 I I ï ? %- ~ oe. t~ L& I» ö») / J I o Io.~ I POSE DOULOUREUSE. . ' 06 I I .~ ~».'" <~ ~ I.~ ~» OE 1.,~ 9,.IJ ~ I MAUVAISES CONDIT. I I I I HOSPITAL ISAT ION. . . I 07 I I I PROB. D' INT IMITE . . m os I l I AUTRE . . . . . . . . . . . I 09 I I I . . . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I I I I (PREC I SER ) I I 430 m ENQUETRICE: I I . . . . . . . . I I FOUR LE STERILET DEMANDER: I m ~,~~~ u p~-e. 0-4 G51a Za.-~ 0.4 J~~%1 m NOMBRE DE MOIS . . . . ! - I I ç • .~~.-'. u ~ o-- ,<L ,i m NOMBRE D 'ANNEES. . . I I 431 430AI FOUR LA STERIL ISAT ION FEMIN INE I I DEMANDER: I I I m -,.~/~ p %= o.6 ~ t~» ~ ~ ~ L~ I MOIS OU SAISOr: . . . . m ~ i i ? o~., %II I ANNEE . . . . . . . . . . . . . I I 430B I I I I ? ~).,,çll ~ . , l~~J I I I - - I MOIS OU SA ISON . . . . , ANNEE . . . . . . . . . . . . . J NE SA IT PAS . . . . . . . 98 431 I ,.,% I» ,< I. I Ioc,.,.:, ,j.J.J | '.~~~ 0-~ I I " L , ,< " . -~ ~ J~~-~ ~ ,_,.~_~~.J I I ~2,,ç ", ~ La ~;.;._~*1 ~."~ ~_~ I I I I I I I I I I I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I 431A I I NON . . . . . . . . . . . . . . . i ï~ . , . , ç l l ~.t«-.J I oC;)o L~J J I ~~ 0_~ i m., ci ~~ ~ ~ çj~,.:; ~ ~,_.;~~, n I ~'~' ç " ,L ;9~ L. ~»~'1 ~ ï ~ ~~ I I I I I I I 431A 437 1 2 ~>433 - 26 - 164 N ° l I QUESTIONS ET F ILTRES 432 I ? | " %," . , ï _ l I CODES I PASSFR l lA | ECBEC HETHODE . I Of D IFF ICULTE OU FREW| RAPPORTS SEXUELS. I 02 MARI OPPOSE . . . . . . . | 03 MAUVAISE EXPERIENC | PARENTS/AMIS/VOIS. R 04 MAUVAISE SURVEILL. i OU SUIVI MEDICAL . . | 05 PROB. INTIMITE DUSI AU PERS. HOMME . I 06 IRREVERSIBLE . I 07 ECOULEHENT VAGINALB PURULENT . . . . . . . . . i 08 ECOULEMENT VAGINAL i SANGUIN . . . . . . . . . . 09 DOULEURS DU BAS VENTRE . . . . . . . . . . . i0 AUTRES DOULEURS. . il EFFETS CANCERIGENES . 12 AUTRES EFFETS SUR LA SANTE . . . . . . . . 13 AUTRE . . . . . . . . . . . . . 14 (PRECISER) 433 | ENQUETRICE: VOIR 427-428 ET COCHER LA CASE APPROPRIEE i . . . . . . . . . . | | FEMME OU MARI UTIL ISE AUTRES | STERILISE(E) LE STERILET CAS i ~ L~J L~ | (PASSER A 439) (PASSER A 437) / l 433A ENQUETRICE: VOIR 415 ET 415A PUIS COCHER LA CASE 434 . . . . . . . . . . APPROPRIEE UTIL ISE ACTUELLEMENT UNE METHODE CONTRACEPTIVE N 'UT IL ISE ACTUELLEMENT AUCUNE METHODE CONTRACEPTIVE (PASSER A 444) I i , I~---.I,--:,,~ L-~~I» L-~],_Jl d5~ Jg l l NOMBRE DE MOIS . I • ' I'" I I , , | ? ~k~' - . fo ~L~. (Méthode actuelle en 416) | NOMBRE D'ANNEES. . . I L., | l ! I | DEPUIS LA DERNIERE I | | NA ISSANCE . . . . 97 | l - - | 435 | I I , « -< ~ te.,-~o ~» J -~~ ~ ~-~. J ~.~1» I OUI . . . . . . . . . . . . . . . l I I J t - - - z~ l V_a I « r j .u 01~ L* I NON . . . . . . . . . . . . . . . I I I (Mdthode actue l le en 416)? I 1 2 >437 ! ! - 27 - 165 N • 436 QUEST IONS ET F ILTRES -¢" ~ CODES ECHEC/ INEFF ICACITE I DE LA METHODE . I D IFF ICULTE OU FREQI RAPPORTS SEXUELS. . I MARI OPPOSE . . . . . . . I ARRET IPERTURBATIONI DES REGLES . . . . . . . . I EFFETS SUR LA I SANTE . . . . . . . . . . . . . I OUBL I . . . . . . . . . . . . . I DIFF IC ILE OU PAS I PRAT IQUE . . . . . . . . . . I POSE DES PROBLEMESI D ' INT IMITE . . . . . . . . COUTECHER . . . . . . . . PROB. D 'ACCES . . . . . PB . D ISPONIB IL ITE . N 'A IME PAS ETRE SERVIE PAR HOMME. AUTRE . . . . . . . . . . . . . (PRECISER) IPASSEI~ I A Ol O2 O3 04 O5 O6 07 os 09 i0 il 12 13 437 I I (bldthode.actuelle en "416) " "" I I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I l NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 )439 I I 438 439 I l I I I I I I I I I I P ILULE . . . . . . . . . . . . STERILET(D IU) . IN JECT ION . . . . . . . . . AUTRES METH.SC IENT[ CONDOM . . . . . . . . . . . . CONTINENCE PERIOD. DOUCHE VAGINALE. . . RETRAIT . . . . . . . . . . . ABST INENCE . . . . . . . . AUTRES METHODES. . . (PRECISER) I I I ç - ~~.~.e.~ l. ~.'~e(Méthode actue l le 416 I l ou i#~) I OUI . . . . . . . . . . . . . . NON . . . . . . . . . . . . . . . 01 I 02 I 03 I 04 I 05 I 08 I 09 i0 il 12 2 )456 440 D ?(M~thode actuel le en 416 1~j ,~ ~ |l I o. M~) a I I I I I I i I I P ILULE . . . . . . . . . . . . STERILET(D IU) . IN JECT ION . . . . . . . . . AUTRES HETH.SC IENT CONDOM . . . . . . . . . . . . /ASECTOHIE . . . . . . . . CONTINENCE PERIOD. I DOUCHE VAGINALE. . . I RETRAIT . . . . . . . . . . . I ABST INENCE . . . . . . . . [ AUTRES HETHODES. . . l . . . . . . . . . . . . . . . . . 01 O2 03 04 05 07 08 09 10 11 12 441 I D I " I , I ?(M~thode citée en 440) ~-~-~ .,~ I ANNEE . . . . . . . . . . . . . - 28 - 166 N o l QUEST IONS ET F ILTRES l CODES IPASSER I ~ l A I 442 1 l l , , , l I (M~thode citée 440) ~:~~~ ~" " 04 J %=.% t I MOIS . . . . . . . . . . . . . . I ' ' ' l I l ~" I - - ~.,,~~.~ ~~ l l , , , l • . I ANNEE . . . . . . . . . . . . . l ' ' ' l | l 443 I . . i J t I I | I I | I I | I | I i I | I I I | | | | I I I I ~~% ~~.-~~.Jl . . . . .--~I ~ ~. - :~~ I ECHEC DE LA HETH. I I DIFF ICULTES/ FREQ, I ""- '~ ç *~«" " <~'+ l RAPPORTS SEXUELS. . l l MARI OPPOSE . . . . I ?(Méthode citée en 440) I MAUVAISE EXP~TENCI__._ I PARENTS/AMIS /VOIS . | | ARRET DES REGLES. . | | OUBL I . . . . . . . . . . . . . | I PAS PRATIQUE . . . . . . I I CODTE CHER . . . . . . . . l l PROBLEME D 'ACCES. . I I PB. D ISPONIB . . . . . . I l MAUVAISE SURVEIL . I l OU SUIV I MEDICÃL . . l l PB. D' INT IMITE DUSI I PERS. HO~ . . . . . . . l l ECOULEMENT VAGINAL I I PURULENT . . . . . . . . . . l l ECOULEHENT VAGINAL I l SANGUIN . . . . . . . . . . . l l DOULEURS DU BAS l l VENTRE . . . . . . . . . . . . l I AUTRES DOULEURS. . . l l EFFETS CANCER . l l AUTRES EFFETS SUR l I LA SANTE . . . . . . . . . l I AUTRE l I I l (PRECISER) l I 01 l l 02 l 03 l I 04 | 05 l 06 l 07 l 08 l 09 l I0 n )456 l I l I I t2 | i 13 | | 14 | • ! 15 I 16 i 17 | | 10 | 29 I | | I 444 I ENQUETRICE: VOIR 311 ET COCHER LA I I . . . . . . . . . . CASE APPROPRIEE I I I l AU MOINS UNE AUCUNE l I NAISSANCE NAISSANCE I I VIVANTE V IVANTE l I ~-~ ~ l I u_J L-J l I I (PASSER A 446) I I 445 I l I l . ^ i~ ,.;.~ ,.~ t» o .~~ I ~.~.lj~J I ~,~.%» ~ l . I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I | I ç (.~.~-~-: t , L2~I-~ ~&, . u2~ l NON . . . . . . . . . . . . . . . l I " ' ,. | I ~46 I I l I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I l I I I 01 l 02 1 03 1 04 1 05 l 07 1 08 1 09 1 10 1 11 1 12 1 I I P ILULE . . . . . . . . . . . . | D STERILET . . . . . . . . . . | I IN JECT ION . . . . . . . . . | | AUTRES METH. SCIE. | | CONDOM . . . . . . . . . . . . | I VASECTOMIE . . . . . . . . I | CONTIN, PER IOD . | I DOUCHE VAGINALE. . . | | RETRAIT . . . . . . . . . . . l l ABST INENCE . . . . . . . . l I AUTRE . . . . . i m | I (PRECISER) I - 29 - 167 l NP I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES IPASSEI~ I I I A I 447 I I I - . • "I I I ' 1 I '~ ' " '~ ' J t" k 0-6 ¢.& I . i , .~ 0-~ u-% I.J I MOIS . . . . . . . . . . . . . , ' "' "' " I I , , , I I ?(M4thode citée en 44~) çF t.o'~-.,'. '. I ANNEE . . . . . . . . . . . . I L ,,,, , i I- . . . . I--,- 448 ! ! I - , , I . ~~e. & & ' l» ~~-. O~ J~ l I NOMBRE DE MOIS . . . . I ' ' ' I - I I • , I ? i~k~" . ~ ~ (M4thode cit4e en 446) I NOMBRE D 'ANNEES. . . I ' ' ' I-- • . ! ECHEC DE LA METH. 449 || ~.~'I ~ u~J.3 I i,.~.~.2 I . . , .' ,~J I ~ j_i&'l i ' # (Méthode elt4e en 446)q2e. -~I~ ~ 1~ ,", I DIFF ICULTES/ FREç. I f RAPPORTS SEXUELS. . i I MARI OPPOSE . . . . . . . I I MAUVAISE .EXPERIENCl PARENTS/AMIS /VOIS . I ARRET DES REGLES. . I OUBL I . . . . . . . . . . . . . I PAS PRÅT IçUE . . . . . I COUTE CHER . . . . . . . . I PEOBLEME D 'ACCES. . I PB. D ISPONIB . . . . . ! MAUVAISE SURVEIL . l OU SUIV I MEDICAL . . I FB. D ' INT IMITE DUS i PERS• HOMME . . . . . . . i ECOULEMENT VAGINAL i PURULENT . . . . . . . . . . i ECOULEMENT VAGINAL I SANGUIN . . . . . . . . . . . DOULEURS DU BAS VENTRE . . . . . . . . . . . . AUTRES DOULEURS. . . EFFETS CANCER . AUTRES EFFETS SUR LA SANTE . . . . . . . . . IAUTRE . . . . . . . . . . . . ! . . . . . . . . . . . . . . . . . l (PRECISER) 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 450 I ENQUETRICE: VOIR 201 ET COCHER | . . . . . . . . . . l MARI EE VEUVE/ D IVORCEE | ~ | u-J w-~ l Æ (PASSER A 456) 451 ~ ï_eI~ u~ ~ ~~I~ ¢-~I , .~ l j ? ~-L~"I« ~ . . . k ~ c . . le . , _ " 11 I l OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ] i ,456 NE SA IT PAS . . . . . . . 3 I 452 I . I'-~,",", ~- I -11 ï,,. k . . l l ~.,~ .,-:.~'l I " I I I I I I I I I P ILULE . . . . . . . . . . . . STERILET . . . . . . . . . . IN JECT ION . . . . . . . . . AUTRES METH. SCIE. CONDOM . . . . . . . . . . . . STE~IL ISAT ION FEM. VASECTOMIE . . . . . . . . CONTIN . PER IOD . DOUCHE VAGINALE. . . RETRAIT . . . . . . . . . . . ABSTINENCE . . . . . . . . AUTRE . . . . . . . . . . . . . 01 I 02 I 03 I 04 I 05 I 06 I 07 I 08 I 09 I 10 I 11 I 12 I - 30 - 168 N ° I QUESTIONS ET F ILTRES I 453 I (M~thede.c i t~e en 452) ~ 0-. i I~1~" , . , ,~ .~._.~._. , ,~ç ~ ~"" , ~& ~ r ~ _ j ~ ~j~_. ~ ' " I t | I I I I ENQUETRICE; | . . . . . . . . . . | ENCERCLER LA ~'RINCIPALE METHODE I NON DES IREE I I I I I CODES ~ASSER I IA P ILULE . . . . . . . . . . . . I 01 STERILET(D IU) . . . . . i 02 IN JECT ION . . . . . . . . . l 03 AUTRES METH. SC IEN| 04 CONDOM . . . . . . . . . . . . | 05 STERIL ISAT ION FEM. | 06 VASECTOMIE . . . . . . . . | 07 CONTINENCE PERIOD. | 08 DOUCHE VAGINALE. . . $ 09 RETRAIT . . . . . . . . . . . I 10 A~STINENCE . . . . . . . . | il AUTRES METHODES. . . I 12 l (PRECISER) I I 454 I I I I I I I I I I ! I I I I I I I I I I I I I I I I I I ECHEC DE LA METH. . I 01 D IFF ICULTES/ FREQ. | RAPPORTS SEXUELS, . I 02 MARI OPPOSE . . . . . . | 03 MAUVAISE EXPRRIENC| PARENTS/AMIS /VOIS . | 04 ARRET DES REGLES. . ! 05 OUBLI . . . . . . . . . . . . . ! 06 PAS PRAT IQUE . | 07 CHUTE CHER . . . . . . . . | 08 IRREVERSIBLE . i" 09 PROBLEME D'ACCES. . | i0 PB. D ISPONIB . | Il MAUVAISE SURVEI~«. | OU SUIVI MEDICAL . . | 12 PB. D ' INT IMITE DUS| PERS. HOMME . . . . . | 13 ECOUOEÆNT VAGINAL | PURULENT . . . . . . . . . . | 14 ECOULEMENT VAGINAL| SANGUIN . . . . . . . . . . . 15 DOULEURS DU BAS VENTRE . . . . . . . . . . . . 16 AUTRES DOULEURS. . . 17 EFFETS CANCER . 18 AUTRES EFFETS SUR LA SANTE . . . . . . . . . . 19 AUTRE . . . . . . . . . . . . . 20 (PRECISER I l I 455 ~M~thude c i t~e en 452 ) o ~Lo--~',-' ~a ~A ~ I j I OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I ç ~. . t~ j~ . ,~t ][2 , , ,A<sl : i« . - , - . .~] . J~ I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 I I . . . . . . . . . I NSP . . . . . . . . . . . . . . . 8 I I~ ,~ I'~ I.~'" ï -~ u~-l~ ~- ] I"" ~~:~"~" I I J Ç ~ IOUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 I i ] ,~ .~t» j~ ~~_L~I«_]V~. .~~~.]1 ~. l~ ï~~. ~.t I I ,Jt=.~ (~ t - "~"t ,.¢.~ ~-;' ,-~.~'~ "J» 0.~. - « t -" L | "~» INON . . . . . . . . . . . . . . . 2 . >458 457 I ï , .~.~ ~,,-,, ~ ~-." . ;», ~ 1» ~ I ~t I» I UNE FOIS . . . . . . . . . . 1 " I I ? "~ 1~_I ! J t~o .~ I~. ~~ I PLUS QU'UNE FOIS. . 2 I « . ^ ~ . , 458 II 1 j - - J . . . . . q - t J ~ t d ~o ~ 1» ,.S.,J~ ~.~. I ACCEPTABLE . . . . . . . . 1 I J~~.~ ~ t--~~.~~ ~O~~.3«l"-It» ~~.~~~, I ~.~ I PAS ACCEPTABLE . 2 I I j »~~~.~~l~ ~ï ~«. . . ~t ,~'~=-~~~J~~, I NSP . . . . . . . . . . . . . . . 98 I . j I I - 31 - 169 4Bi I i~ I~~IT i I~ I : VOIR TABLEAO 1 (E15 A 322) ET 325 PUIS COCH]~ LA CASE APPROPRI I~ AO MOII~ ~ RAIEq~~ECE VIVANTE ~--~ AU~FME NAISSANCE VrVANTE DE MOINS '~ HE MOIEN 11 5 ~ , (~ ~ I~P~IS I HE 5 ANS Rg nE DEPUIS JANVIER 1982 I JANVIER l S§20D AGTU~LL]~~mT ~ ET N'EST p/~ ACTUELLKP~~NT ENCEINTE ENCEINTE (PASSER A ~01) i ENQSETRICE: MAINTENANT ALL IE A 4EOA ET COut l s DANS LA ~IERE COLONNE Sl LA ~ EST ACTUELLEMENT . . . . . . . . . . EST ACT~LL I~T EROEINTE OU NOM (SES), ENSUITE INSCRIRE DANS L'ORDRE DE NAISSANCE EN COM~~NCANT pAR OE DIR~qlEN 5ES N(AMS (315) DE TOUS LER ENFANTS NER V IVANTS DEPUIS JANVIER 1982 (318) OU AHEE DE MOIS DE 5 ANS (320) . 460 46SA ENQHETRICE: VOIR 408 ET ~ LA CASE APPROPRIES A UTIL ISÆ UNE NETHODE c-~ N'A JAMAIS UTIL ISE CONTRACEPT IVE ~ LA CONTRACEPTION (POSER 481 A 487 POUR CRAQHE COLONNE) (POSER 466 ÆUE CRAQUE COLONNE) INTRODUIRE LE SUJET EN DISANT: l ACTUEL~NT DERNIERS # ENCEINTE NAISSANCE D I OUI NON TABIJI;AU 3 I I ~ ~~> (NOM) 461 I ~ LL+~ q .~~b~ J~~l l | t - - . , ~ C~ O.-¢'J»(NOHI OUI . . . . . . . . . . I I OUI . . . . . . . . . . 1 AVANT DERNIERS (NOM) 2EHE AVANT I 3EME AVANT DERNIERE NAISS. I DEENIERE NAI :~S I I . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . [NOM) I (NOM) l I I OU I . . . . . . . . . . 1 I OUI . . . . . . . . . . 1 | OUI . . . . . . . . . 1 , .~ . =_i,~,), ~ , ~ { NON . . . . SON . . . . ~ , ~ o s i , + i < *~ m ," ï~~ ,: , . , . _~, (PASSER A *oei l , (PASSER A ,=soi/ (PESSER A 466) | (PASSER A 466) IPA~SER A 466 l I , l l 482 I ~ . ' -~ J ' l ~pM J - - -~~l DERNIERE METHODEI DERNIERS METHODEI DEREIERE HETHODEI DERNIERS METHODEI D- -ERNIERE H E T ~ O B E I ]r~ : ' " " I l PILULE . 01 I P ILULE . Ol P ILULE . 01 I P ILULE . 01 I P ILULE . Ol i I STERIbET . . . . 0E STERILET . . . . 02 STERILET . 02 | STERILET. . 02 5TERILET . . . . 02 I I IN JECTION, , . .03 I I AUT.NET,SC. . 04 I I CONDOM . . . . . . 05 462A1 ENQUETRICE: I VASECTOMIE. , 07 | . . . . . . . . . . | SORT, PER. . . 08 l VERIF IER I DOUCHE . . . . . . 09 l ,, " { ~ " I I RETRAIT . . . . . 1O • .~~=,~'~I ABSTINENCE ii / • , 1 AUTRES . 12 | INSCRIRE LE CODE | I DE LA METHODE | | PRECEDENTE IC I - - ) l NETHODE : | (AUCUNE = 0S) I PRECEDENTE INJECTION., 03 INJECTION,,, 03 I IN JECT ION. AUT.NET,EC. 04 AUT.ÆT.SC. . 0~ I AUT.MET.SC. CONDOH . . . . . . 05 CODOM . . . . . . . 05 I CONDOM . . . . . VA5ECTOMIE. 07 I.VASECTOMIE,. 07 I VASECTOMIE, CONT, PER. . , 08 DOUCHE . . . . . . 09 RETRAIT . . . 1O ABSTINENCE. il AUTRES . 12 ÆTHODE ~ ' + PRECEDENTE O3 04 05 07 CONT. PER. 08 l SONT. PER. 08 DOUCHE . 09 M DOUCHE . 09 RETRAIT . . . . . 10 I RETRAIT . . i0 ABSTINENCE., 11 | ABSTINENCE. 11 AUTRES . 12 I AUTRES . 12 . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . L | . . METHODE ' ' I HETHODE , , , PRECEDENTE I PRECEDENTE INJECTION,., o3 AUT.HET.SC,, 04 CONDOM . . . . . . 05 VASECTOMIE,, 07 CONT, PER,. 08 DOUCHE . . . . . . 09 RETRAIT . . . . . i~ ABSTINENCE. 11 AUTRES . . . . . . i 2 SSTHODE PRECEDENTE 463 I f f ¢ ~ Jk~t l I . r . I . . • I : "c J - J k '~} , l NE. MOIS . . : I NE. MOIS . . - - - - - 1 NE. HUIS . . ~ + I (Vo i r 462) I NE. I NB . . . . 1 RB. . l I ANNEEE.,. ,~ I ANNEES . . . . ' ' ' I ANNEES. . : L ', | | - - - - I NE. MOIS . . | NE. HUIS . - - - - - I I I RB. I NB. I ANNEES,, . , i I ANNEE . 4641 u, -1 .~"=' '< ~ , .~L , I | I I I 1 OUI . . . . . • . . . . 1 I OUI . . . . . . . . . . 1 | OUI . . . . . . . . . . 1 I OUI . . . . . . . . . . 1 { ~@ {, (Vo i r 462) | ~ O ~ { ~ I ," ++ ~+'°'," . + '~ ' - ~" " . +"" , " . ÷1 ' " ," . ~'~1 (PAUSER A 485) I (PASSER A 485){ I (pASSER A 465) I (PASSER A 465) " I ' I I I 4671 4871 4671 4671 OUI . . . . . . . . . . 1 NON . . . . . (PASSER A 465) I 467 I - 32 - 170 I ACTUELLEI~ERT I ENCEINTE TABLEAU 3 I I OUl NON (SUITE ET FIN) I I ~ ~ '~- - ) (NOH) 465 I I POUR TOHBER I | t |~J J,E':3 ;~.'.'~.| (COL. SUIVANTE) ?(Vo i r 462) . . . . . . I I ECHEC ÆT. . . 02 D FREQ. RAPP. I SEXUELS . . . . . 03 I OPPOSIT ION I DU MARI . . . . . 04 I EFFETS SUR I LA SANTE . . . . 05 I PROBLEHES I D'ACCES . 06 I PROBLEHES DE I DISPONIS . . . . 07 I COUTE CHER,. 05 I DIFF ICULTE | D 'UTIL ISER. , 09 I PROSLEÆS I D' INT IH ITE . . 10 I FATAL ISTE. . . 11 I AUTRE . 12 I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ~«__ I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D-~I~ I AVANT DUEq l I~E l S I l~ AVANT I $ I IC AVANT NAISSANCE I I DK~EI~ RAID8. l ]~~RIIDmK l iA l~ . I | I I I I l . . . . . . I __ -% I , I (NOH) t (HOH) I (ROM) I I I I POUR TOHBER I POUR TOHBER ENCEINTE . . . . O1 I ENCEINTE . Dl I (COL. SU IVANTE) I (COL, SUIVANTE I SCHEC t 'ET . . . 02 I ECHEC PET. . , 02 FREQ. RAPP. I FREQ. RAPP. SEXUELS . 03 I SEXUELS . 03 OPPOSITION I OPPOSITION DU MARI . 04 I DU MARI . 04 EFFETS SUR I EFFETS SUR LA SANTE . 05 I LA SANTE . 05 FROBLEMES I PROBLEÆS D'ASCES . . . . . 06 I D'ACCES . . . . . 06 PROBLEMES DE I PROBLEÆS DE D ISPONIB . . . . 07 D ISPONIB . . . . 07 SOUTE CHER. 08 COUTE CHER. 08 DIFF ICULTE D IFF ICULTE D 'UT IL ISER. . 09 D'UT IL IRER, . 09 PROBLEPES PROBLEMES D' INT IMITE. , I0 FATAL ISTE. . , Il AUTR~~ . . . . . . 12 POUR TOPEKR 1 ]~o~m TOMINm EROEIETE . . . . S I e 0UI . . . . . . . . . S I i I (COL .SU IVASTZ} I (pA8R l~ A 501) I ECHEC ~T, , . 02 I EC~C ~ET, . . 02 ~Q. RAPPOR. I ~ . RAPPOR. SEXUEbE . . . . . 03 I 8KXOELE . 03 OPPOSIT ION I O~IT IOR DR MARI . 04 I DU MARI . 04 EFFETS SDN I EFFETR SON LA SANTE . 05 I LA 5ANTE . 05 PROBLEPES I FROBLEIW~ D'ACCEE . . . . . 06 I D'ACCER . 06 PROBLE/'ES DE I PROB~8 DR D ISPONIB . . . . 07 I DIS~~TIB . . . . 07 COUTR CHER. 08 I SOUTE CH~R. 0S D IFP ICCLTE I DIFIr ICULTE D'OT IL ISER, . 09 I D'UT IL ISER, . O 9 PROBLEMES I pROBL I~~8 D ' INT IH ITE , 10 I D' INT IH ITE . . 10 D' IRT IMITE . , 10 FATAWSTE,,, 11 I FATAL ISTE . . . I l FATAL ISTE , . . 11 AUTRE. . 12 I ADTÆ . . . . . . . 12 AUTRE . . . . . . . 12 I _ _ - - L - . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I (PRECISER) (PR£CISER) (PRECISER) I (PRECISER) (PRKCISER) I l I N S.P . . . . . . . 98 N.S .P . . . . . . . 98 N.S+P . . . . . . . 98 I N ,S ,P . . . . . . ". 98 N ,S .P , . , . . 88 I I 466 I K I ,~ ~"" ~ J~ I I ~ ",',ç ¢.~ I~ I A CE MOHRNT. 1 I ~~(~) 6 ~ ~ I PLUS TARD . . . . 2 I ~ t~C'3~~» *'L~~J I I NE VEIJT PLUS I I "~së~~2~ ~ I D'ENFANT . . . . 3 i « .,«.t~ L:, , 'v ,ç I D ! (PASSER A LA i i COL SUIVANTE) l I A CE MOMENT. . 1 PLUS TARD . 2 NE VEUT PLUS D 'ENFANTS . 3 I A CE MOMENT. . i I A CE MOMENT, 1 PLUS TARD . 2 I PLUS TARD . 2 NE VEUT PLUS I NE VEUT PLUS D 'ENFENTS . . . . 3 I D'ENFANTS . 3 I I (PASSER A hA I (PASSER A LA COL. SUIVANTE) | COL, SU IVANTE) I A CE MOMENT. , ) PLUS TARD. 2 NE VEOT PLUS D 'ENFENTS. . .3 (PASSER A LA (pASSER A 5tJl~ COL. SU IVANTE) I ~ ( ' " * . , I I) ~J~-~ I I PLUS TARD . . . . 1 PLUS TARD . . . . i PLUS TARD . . . . 1 I PGUS TARD . . . . I PLUS TARD . . . . I | ~ ~ ~ L~ ?» ~ | PAS DU TOUT. 2 PAS DU TOUT., 2 PAS DU TOUT. , 2 | PAS DU TOUT. 2 PAS DU TOUT. 2 | ç ~J • I~ I (PASEERA LA (PASSER A LA (PASSER A LA I (PASSER A LA (PASSER A 501 ) | | COL. SU IVANTE] COL, SU IVANTE) COL SUIVANTE) | COL SU IVANTE) 33 171 81CTIOM S: 8ANTE r r ALLA IT~NT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 501 EII(IOETRICE: VOIR TAS[EAU 1 PUIS INSCRIDE LE I ~ DE L IGNE (315). LE M(AN (315) ET L 'ETAT DE gUI I~ IE (319) DE TOUE OE8 ERFANTS AGE8 DE MOINE DE 5 ANS OU NES DEPUIS JANVIER 1982 ($10) TABLEAU • : l lA I~~lC l~ ItREVIIIR~S AU ~ DE8 $ I~I~NIERI~ ANNEES ~os ( I ra ) ,~ LL. t . c .~" I '1» - - ; .~ ~.~ ~ æ ç ~ I I 505 l,p.--l~,/--~3»~ ~.~, (»* J k .~ l I I SOi 1,.,J. ~J»~l L~Jt ~,~~,~ I T = , . . , J~ te ~, I l I • ~ ~~»~~jç~ Luu I T » ~-~ I I Lqe~~rrRICE: IME'-=RIRE I LA 911~OllIRE LA PSUS I Il@ ~ ,~» O-Æ] ) la , , ,~ . . t Il ç .~ l.~__l I I ' 507 1.4-:.,.~Jm .~. ~~-t«~ %~t ~ ' O~-ç~ I {,~) . .~ i I (NON) Il ç , J ' t ' » ~» Il I EN~UETRICE; INSCRIRE Il LA REDONNE LA PLUS I QUAL IP IEE . Il 508 ~ T ( NOM ) ~ t»3-~-~ ç Il I l Il I DERNIE I~ NAI~AROEI I AVANT DERRIE I~ I 2 l~ AVANT I E ~ AVANT I NAISSANCE NAISSANCE I DERNIER~ MAIREASOEII D]~IERE IIAIE~AIICII Il II Re DE L IGNE , . . N ° DE L IGNE , . . I N « DE L IGNE : . , N « DE L IGNE . . . Il (NOM) (NOM) (NOM) EN V IE DECEDE EN V IE DECEDE I ER V IE DECEDE (HOM) EN VIE DRCEDE OUI . . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . . . I ODI . . . . ~ . . . . . . 1, OUI . . . . . . . . . . . . ~ Il ~ Il ~o~ . . . . . . . ~o~ . . . . . . . ~ , ~o~ . . . . . . . ~ ~~ . . . . . . . ~ , 1 (PASSE~ A 506) (PASSER A 508) . (pASSER A 506) I (PASSER A 506 NB DE FOIS L , p NB DE FOIS ~ =-~ PUBL IC . . . . . . . . 1 FR IVE . . . . . . . . . 2 PUBL IC . . . . . . . . . PR IVE . . . . . . . . . . REDECIN . . . . . . . . 1 SAGE IC~ . . . . . 2 INF IRMIER(E) , . . 3 KAELA . . . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . 5 (PRECISER) PUBL IC . . . . . . . . . 1 PRIVE . . . . . . . . 2 DOMIC ILE . . . . . 3 t~DECIN . . . . . . . I SAGE FE I~ . 2 INF IRMIER(E) . , . 3 KABLA . . . . . . . . . . 4 AUTÆ. . . . . . . . . . 5 I~DECIN . 1 SAGE F I~ . 2 INFERMIER(E) , . 3 KABLA . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . . 5 (PRECISER) PUBL IC . . . . . . . . 1 FR IVE . . . . . . . . . 2 DOMIC ILE . . . . . . 3 ÆDECIN . I SAGE FE~ . 2 INVERMIER(E) , , 3 KABLA . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . . . 5 (PRECISER) RE DE POiS ; : ; PUBL IC . . . . . . . . . I PR IVE . . . . . . . . . . 2 RB DE POIS ' ' ' PUBL IC . . . . . . . . I PR IVE . . . . . . . . . 2 I~ECIN . . I~DECIN . . . . . . . 1 SAGE F I~ . . . . . I SAGE IIgl . . . . . . . 2 IRFLRMIER(E) . . , Im~J~m . . . . . . . . . 3 K~LA . . . . . . . . . . AUTRE . (FRECISER) PUBL IC . . . . . . . . . I PR IVE . . . . . . . . . 2 DOMIC ILE . 3 I~DECIN . . . . . i SAGE FE~ . 2 INIq[RMIER(E),,. 3 KABLA . . . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . . . . . 5 KABLA . . . . . . . . . . 4 AUT~ . . . . . . . . . . 5 (FRECIS~~) PUBL IC . . . . . . . . . 1 PR IVE . . . . . . 2 DOMICILE. . . 3 I~DECIN . . . . . . . . I SAGE FEM . . . . . . . 2 INFERM . . . . . . . . . 3 KABSA . . . . . . . . . . 4 AUTRE . . . . . . . . . . 5 (PEECISER) (PRECISER) (PBECISER) OUI . . . . . . . . . . . . i OUI . . . . . . . . . . . 1 OUI . . . . . . . . . . . . i OUI . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . 2 NON . . . . . . . 2 L J Il PASSER A 5111 (PASSER A 511) ? ( NOM ) i II Il ENQUETRICE: VOIR ETAT DE Il SURVIE A 501 ET ENCEECLERI I LE CODE 3 S I DECEDE. Il OUI . . . . . . . . . . . . l l l l l l l l l l l l l Il D l l l l l l l l l l l l DECEDE. . . 3 I NON . . . . . . . 2 m ~-~ Il ç I (PASSER A 511] - i i l l l l l l l l l l l l l l l lD l l l i l l l l l l l i l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l Il NON . . . . . . . 2 Il (PASSER A 511) -ii Il I l l l l l l l l l l l i Il l l l l l l l lB l l lD Il I l l l l l l l i l l l l Il I l l l l l l l l l l l l Il I l l l l l l l l l l l l Il I l l l l l l l l l l l l • r , NB MOIS. . . ' ~ JUSQU'AU DC 97 Il NB MOIS . . . ' ' ' Il PAS ENCORE | REPRIS . . . . 97 I 0 H (PASSER A LA COL. | SUIVANTE) NB MOIS. . . ' L , JUSQU'AU DC 97 NB MOIS, . . ~ ' : TOMBEE ENCEINTE AVANT ÆTOUR DES REGLES. . . 97 , r , NB MOIS . ' ' JUSQU'AU DU 97 NB MOIS . . . . i ~ , TOMBÉE ENCEINTE AVANT RETOUR DES REGLES. . , 67 (PASSER A LA COL. i (PASSER A LA COL~ SUIVANTE1 | SUIVANTE) I I - i i NB MOIS . ' JUSQU'AU DC 97 NB MOIS . . . . i i TOMBEE ENCEINTE AVANT RETOUR DES MEGLES,, . 97 (PASSER A 512) u--~j ~ L , ~ ~ j~ - - I - - I 34 172 I N ° I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES I I 512 1 EN@UETRICE: VOIR 508 ET 509 POUR LA DERNIERE NAISSANCE I I . . . . . . . . . . ET COCHER LA CASE APPROPRIEE I I ! I ALLA ITE ENCORE N 'ALLA ITE PAS ENFANT DECEDE ! | ~ ~~ ~ | I / (PASSER A 518) (PASSER A 520) I | - - I 513 I t . : I . x~ ' ;L~3 t p .~ .L~J I ~ Z l , l l l~~.â I I , l I ö - ' - " J l~~ 1 ,. , . . : ,~ b ~ 1 ,L ç ) .~ I NOMBRE DE FOIS . . . . I ' ~ I I ? (NObl) ~_~,,~3j Zj-~ l A LA DEMANDE OUANDI l I I L 'ENFANT PLEURE. . . I 96 I I I DORT AVEC LE SE IN I 97 I PPASSER lA 514 I ~~ - ~ J1~~,tl t ~I~' ,11~ ~o i -~ J l l I r , I ? ( t.,.e ] ~ ."~~-~J I NOMBRE DE FOIS . . . . l I I A LA DEMANDE QUANDI I i L 'ENFANT PLEURE. . . I 96 I I TOUT LE TEMPS . . . . . I 97 515 I J .111 3 p . , ,~ l (NO~) ,-'-,,k,- I ~1~ I : ' J~ I I I I I I I I I I I • «.~lç~.11 J1_,.~ , , ,1~_ ~.--e., ~ o . . .~1 ~~~ ~,~ - - ~. . ,~ - - EAU . . . . . . . . . . . . . JUS . . . . . . . . . . . . . THE . . . . . . . . . . . . . LA IT EN POUDRE. LA IT DE VACHE. . . LA IT DE CHEVRE. LA IT CONCENTRE. AUTRE L IQUIDE. . . OUI NON| 1 2 1 2 1 2 i 2 l 2 1 2 I 2 i 2 (PRECISER) BOUILL IE . . . . . . . . I AL IMENTS SOL IDES I I 516 l ENQUETRICE: VOIR 515 ET COCHER LA CASE APPROPRIEE | i . . . . . . . . . . | l AU MOINS UN "OUI" A 515 AUCUN "OUI" A 515 | | ~-~ -~ | l l (PASSER A 520) | I 517 I a . . ,~ le J I ë~ - I~~J I (~) ^ .''.'~« I t -~ l ) l OUI . . . . . . . . . . . . . . . I l g__~_ ~». . j ~ I I | l NON . . . . . . . . . . . . . . . l i 520 518 (NOM) %~ ~~,.,ç~A t,~.,",.,'~., t~ c,~"l.-c- ? z 1~5. , ] t~ SEVRAGE . . . . . . . . . . . | ENFANT MALADE . l REFUSE DE TETER. . . I MERE MALADE . . . | N 'A PLUS DE LA IT , . ! ENCEINTE . . . . . . . . . . l PREFERE DONNER LE l LA IT ART IF IC IEL , . . | TRAVAILLE . . . . . . . . I AUTRE. | l (PRECISER) | 01 )5OE9 02. I 03 I 04 | U5 ! 0S ) '520 07 08 09- I - - - 519 I ~G ----,, ~.'-.* «" '« ' t~la(NOM) tre -Re' ' L* ~ I | i ,~ % r iL3a. ~ 1 pt., ~.3L'L, ~ a.~ZL.S | ARRET PROGRESSIF . . I 1 | t~ "', ,', s~ ~a ( ~ ~ t.*.'-.°~:~ I I | ç ï~ ~ ^ _ ' '~k i 'a | ARRET BRUTAL . . . . . . | 2 I I | - 35 - 173 I i i I I I I ~ M . =2 . . . . . ,~* i I I I I » I - - DE TOUS LEt ENFANTS AGi,'; #E MOINE DE 5 ANS Or] NES ['EF ~;b JAIIV ER 1'~52 | 5%1 I t. ~'LEAU !,: L22 NAISSANCES S~rEVE[,D lE~o AU COURS D~5 b DERNIERES ANNEES LCRI] I b[RE NAI3¢I NCE NAI SSAN~[ ; ~« [!}" L IGNE , -- i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I N,,M) (NOM) (NOM) E~I VIE I~F'EDF EN VIE DECEDE NI1 l ' l E DECEI'~ ~530» (PA~;:~r:F A 5~0) (530) # AVA~IT DERNfEI~,,,: | ; 2~ AVA:;T { 3 Ed~ çVANT | [IAISSANLE I l,EhI'(-~~l~'E ~',I$'ANCEI DERNIERS, N&IS&WNC[ I . . . . . . . . . . | . . . . . . . . . . . . . . . N DE Li~~NE . l l , i I (N~) EN VIE DECEDE I | _ _~ (PASSER A 530) ?(~OM) .<1-,~ C,~ EN~UETRICE: ENREGISTRER LES DATES DE VACCINATION A PAR" . , ON LA J CARTE OU DU CARqET DE VACCINATION. FAJ lE [:AF.NET. . . . . 1 '1 PAS IIE CAk , . 1 I I PAS l).;. * ; lb . . ¢ 4, ! I PAS VU . . . . . ') ", MAIS PA3 VIL ? i PAo VU . . . . . 2 I 1 w ~~[J] VU . . . . 3 (523)1 VU . . . . 1 (523) I Vil . . . . ,t . . . . . #/ . . . . . . J N A ~PPSSER ç 524) J M A B,C*'~ . . . . " . . . . . . DTCO~~ 1 FOLIO 1 . . . . . . . . DTCOQ 2 POL IO 2 l - - . . . . . DT C Oç~ 3 Pt]LIO 3 . . - - . . . . . . . V iT D2/ I . . . . . . . '<~ D2/2 . . . . . . . . . RIJIJGLLI,E ~PAS5E! A 524) J h (PAS,~ER ~ 524 J 1 1 I PAS DE cAR. . 1 "k 1 ~k 2~ IPAS H ' . . . . . . 2~ I (523) I VU . . . . . 3 L - e J H Æ [ i I J I I I I I J PASSER A 524) (523)1 ",,4 U~ I '['AbLEAH 5 (3U[1 'E ) I - t 5L3 I (NOM) : J ~f"." )? I ~ 1~ | --" ? (.,;,L~ ,j L,~ I I 524 i~~, l a , ~c~ tL' I ~ L, 24 ~.3 I J ~ n a ~J L~ C~ t~ - - I 526 527 I 9 ~'I 9, ~u~J~~ I I - - I bFiN,,-. i ,~' iA ! : .± \ i , ~ AVANT DERNIEhE NA i . :AN 'F NAIE;SANCE ~-: C !; DTC,'b~~Lb)I i i DTC/h , I ]u~L DTC,'FOLD~~:i ) VIT D:: ~ I, V IT bi! { :_ I ROUGEOLE ! NC~N ~ ~U I NI ;N ] L B.CG i u 1 k DTCF( 1 ) 1 2 i :] :]TCF( 21 1 2 1 L DTCPI 3) 1 2 l ~ VT.D( I} 1 Z I L VT.D(21 1 Z i 2 ROUG 1 2 OUI . . . . . . . . . i L~J NON . . . . . . . 2 C-- OUI . . . . . . i NON. I NSP. 8~ COL. SUIV ) n l l l iii 2 EME AVANT I 3 EÆ AVANT I DEF, N IERE NAISSANCEI DE~NIEKE NAISSANCEI I I OUI NON I OUI NON I I I B.C G. 1 2 I B .C .G . 1 2 I D1'CF{1) 1 2 I DTCP(1) 1 2 bTCEt2) 1 2 I DTCP(2) I 2 DTCPi3) 1 ~ I DTCP(3) I 2 VT Pif) ] 2 I VT.DI I ) 1 2 VT,D(2) 1 2 I VT.D(2) 1 2 NOUS. I 2 I EOUG. 1 2 I - - I 1 I OUI . . . . . . . . . . L J I L I NON . . . . . . . 2 I L. J I OUI . . . . . . 1 I I NON. . 2~ 1 ! NSP . . ! m (601)$ OUi . . . . . . . . . . NON . . . . . . . 2 - - l 4 - OUI . . . . . . 1 NON. 21 NSP. 8~ COL.SUIV) OUI . . . . . . . . . . . . . . . I NON . . . . . . . . . . . . ~Z - ç - - I I OUI . . . . . . . . . . . . i I NON . . . . . . 2 1 / I I N .S .P . . . . 8~ l l I (COL. SUIVANTE) I ) - - -- «--. 1 - - I II', - .~ . J ~-~~ c~~~~- , i ÓUI . . . . . . . . . . . . . . . . . I J , ' , , o~.~ I» ( ~~,~ I} ï~ 1 I NON . . . . . . . . . . . . . 2 I 9 « o « , I .,Iss-sS»~ I ç I I (528) L | I D ISPENSAIRE . . . . . . . . . . 1 ",5»~ ~ I CENTRE DE SANTE . 2 | HOP ITAL PUBL IC . 3 | ÆDECIN PR IVE . . . . . . . 4 I PHARMACIE . . . . . . . . . . . . 5 I GUERISSEUR . . . . . . . . . . . 6 I AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . 7 I I I I (PÆCISER) I I (PASSER A 528) OUI . . . . . . . . . NON . ~ ,5:8 4_ DISPENS . I C. SANTE . 2 HOF ITAL . 3 MEDECIN . 4 PHARHACIE . . . . 5 GLP~RISSEUR. . . 6 AUTRE . . . . . . . . 7 OUI . . . . . . . . . . I OUI . . . . . . . . . . NON . . . . . . . 2 t--J | NON . . . . . . . 2 L.J *11 ' 1 (525) (528) D ISPENSAIRE . . . 1 1 D ISPENSAIÆ. . . 1 CENTRE SANTE. . 2 1 CENTRE SANTE. . 2 HOPI TAL . . . . . . . 3 1 HOPI TAL . . . . . . . 3 F~DEC I N . . . . . . . 4 1 ~KDXCIN . . . . . . . 4 PNARHAC IE . . . . . 5 1 PHARMACIE . . . . . 5 GUERISSEUR . . . . 5 1 GUERI $SEUR . . . . g AUTRE . . . . . . . . . 7 I AUTRE . . . . . . . . . 7 (PRECISER) (PRECISRR) ( I~ J¢C ISER) (PASSER A 525) (PASSER A 528) (pASSER A 528) ca 529 TABLEAU 5 (F IN) i J l -~~ ~-~-UJ b « - .'" ." « J J I I I I - - I i DERNIERS NAISSANCE NAISSANCE OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . i NON . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 NE SA IT FAS . . . . . . . . 8 AVANT DERNIERE NAISSANCE OUI . . . . . . I NON . . . . . . . 2 NSP . . . . . . . 8 SOLUTION D 'EAU S~~CREE OU SALES (MAISON) . ] Bç HLL IE EAU DE R IZ , I SO JPE CAROTTES . . . . . . . 1 PLUS DE L IgU IDE . . . . . . l PLUS DE NOURRITURE. . 1 PLANTES MEDIC INALES. . I 2 EME AVANT l 3 £HE AVANT | DERNIE ILE NA ISSANCE| DERMIE I~ NA]6SARCI | OUI . . . . . . . . . . I c,U] . . . . % I NON . . . . . . 2 l NIçN 2 l NS~ . ~ I N3} . . . . 8 ! SOLUTION . . . . . 1 EAU fie R IZ I SOUPE . . . . i PLUS L IQHIDE i PLUS NOURRIT . . I PLANTES . . . . . . . i S IROP/AUTRES S IROP/AUTRES PROD. PHARM . i | PROD. PHARMA i R IEN . . . . . . . . . i | R IEN . . . . . . . . . . i AUTRE . . . . . . . . i | AUTRE . . . . . . . . . I S~,LUTTON I EAU [»E R IZ I SuUPR . . . . . t PLUS L IQU] [~ L PLUS NOURk l f I PLANTES. . I S IROP/AUTRES PROD. ~HARMA I RIEN . . . . . . . . . . i AUTRE . . . . . . . . . 1 (PRECISER) (PRECISER) (pRECISER) (PRECISER) (PASSER A 520 COL. SU IV . ) I (520 COL. SU IV . ) (520 COL. SU IV . ) (PASSER A 601) I i ? j '~ l I I I B ENQUETRICE : ENCERCLER TOUS LES TRAITEMENTS MENTIONNES S IROP/AUTRES PRODUITS pHARMACEUTIQUES . . . . . 1 N 'A R IEN FA IT . . . . . . . . i AUTÆ . . . . . . . . . . . . . . . . I SOLUT ION . . . . . 1 EAU DE R IZ . . i SOUPE . . . . . . . . 1 PLUS L IQUIDE. i PLUS NOURRIT . 1 PLANTES . . . . . . I I- CES GUESTIONS NE CONCERNENT QUE LES ENFANTS DECÆES I I I ".-4 ,.J ta ~D TABLEAU 5 : NAISSANCES S~RVENUES AU COURS DES 5 DERNIERES ANNEES DERE I~ NAISSANCE N ° DE LIGNE , , , (NOM) I 2 EP~ AVANT I 3 EP~ AVANT I I DERNIERE NAISSANCEI DERNIERE NAI~A~CEI I I AVANT DKRN IERE NAISSANCE N « DE LIGNE , r ' I N ~ DE LIGNE r (NON) (NOH) EN]FL~NTS DES ENFLEMENTS DES EXTREMITES ET EXTREMITES ET OU I~ COI~PS. 1 OU DU CORFS. MAIGREUR . . . . . . 1 MAIGREUE . . . . . . EIEVRE . 1 I FIEVEE . 530~ Çc~. .p 0 ~ç ~'~ ~ C~j~J I ENFLEI~NTS DES I~_:~ L~ ; I~( l* r~: ) ; r~: ; J J I I ~XTRI~|TEB ET/OU I : 3 ~ G ~ I I MAIGREUR E X ~ . . . . . 1 I . , "~~.~JL , Oe .~-=~t ~ ~ - I FORTE FIEVRE . . . . . . . . . 1 I ç ( t~ J~)~ ~ I D I A ~ . . . . . . . 1 I ? ~î 1~ ~ ~,» ~.mk l'.,;, _ I VOHISSEI~ENTB. 1 DIARBHEE . 1 VONIBSEMENTS. 1 IMPO~SIBI LITE DE S 'AL IÆNTER. . . 1 TOUX FREQ. ET INTENSE . . . . . . . 1 GENE RESP . . . . . 1 Iu-rm~E . . . . . . . . 1 ERUPTION . . . . . . 1 CONVULSIONS REVULS. PERTE CONNAI~ANCE. . I C. RAIDE . I Co~' rR~CTURES MUSOeLAIRE~. . 1 ACCIDENTS . . . . . 1 INTOXICATION E~TENIMATION. 1 AUTRE . . . . . L . . . 1 N:-DE LIGNE . . I a J | | . . . . . . . . . . . _ ___ | (NOH) I - I I ENFLEMENTS DES I EXTREMITES ET 1 I OU DU COEFB. . 1 1 I MAIGREIE . . . . . . 1 I I FIEVRE . . . . . . . . 1 DIAR~HEE . . . . . . i I DI~EE . . . . . . 1 VOMISS~NTS. . 1 I VOHISSEHENTS. 1 IMFOS~IBI LITE I IMF'US5I BI L ITE DE | DE S'ALIMENTER. . I I J 'ALIMENTER. . I TOUX FREQ. ET I TOUX FREG. ET "INTENSE . . . . . . . 1 I INTENSE . . . . . . . 1 GENE I~ESP . . . . . 1 I GENE EEBP . . . . . ICTERE . . . . . . . . 1 I ICTE~E . . . . . . . . 1 ERLq>TION . . . . . . I I ERUFTION . . . . . cONVULSION m CONVULSION P, EV"JLS. PERTE I ÆVULS. PERTE CONNAISSANCE. 1 I CONNAISSANCE. 1 C. NAIDE . 1 I C. RAIDE . 1 CONTRACTWRES I CONTRACTURE~ MUSC~LAIRES. 1 I MI JSCULAIRF~. . I ACCIDENT~ . i | ACCIDENTS . I INTOXICATION I INTOXICATION ENVENIMATION. 1 I ENVEEIMATION. I AUTRE . . . . . . . . . 1 I AUTRE . . . . . . . . . 1 (PRKClSKR) I~--~ -~-~ ~ t u.~ ~J ~ L~ _ l IMgO$SIB IL ITE OUVRIR I ç'c, : J -~~t J t ,~- I LA BOUCHE POOR I ? L. : "£< -- I S 'ALI I~~ITER . . . . . . . . . . 1 I~ ~J - ' J J~ . ~a~. ~.~ L~ L. _ I TOUX FRE~q~4TE ET I ç J _3 ç I IHTENSE . . . . . . . . . . . . . . 1 j .e ~ "'~ ~~ ~.,.,%ç ~ .~ J - I GENE RESPIRATOIRE . . . . 1 I ç .:--; '- ~ . '« . '~' - '~- I ICTERE . . . . . . . . . . . . . . . 1 I 9 _.~~'= .~. ~~-~ O t~ -- m ERUPTION.-.I0. - . I I ? ~ . j~ I J ~ I OCULAIRE, ET pERTE DE I ç ".'.';.:<., -£ ' - :c '.-~;.-< - ? CONNAISSANCE) . . . . . . . . 1 I ç ~ I CONTRACTURES I J I _.~ C,~1 %~~~.~3_1MU5CUL~IRES . . . . . . . ; . . I I ç . . . . . I ACCIDENTS . . . . . . . . . . . . 1 I J~ ~- k u~ ~ c~t~~~ _ I INTOXICATION OU I ç . . . . "~- ~ lw ~ .,:~e .-~ I ENVENIMATION . I I .c, Z.,,s., . ~. ~,. u~ ~L~ _ l AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . 1 I I I I { PRECIS~R) (PRECISER) 531 I I " I I I l I I I I | l I I l I I I ç ( I~t-,« ) » l - . ; | DIARRIg£K . . . . . . . . . . . 01 I DIABRBEE . . . . TUB]~OeLOSE . . . . . . . . . 02 I TUBERCULOSE. MALADIE I~SFIRATOIRE 03 I H. I~SP IR . . I ~14 INGI TE . . . . . . . . . . . I COQUELUC~ . . . . . . . . . . I TETANOS . . . . . . . . . . . . . I ROOGEOLE . . . . . . . . . . . . DIPHTER1E . . . . . . . . . . . TYPgOI I~ . . . . . . . . . . . . AU ~ . . . . . . . . . . . . . . . 04 m l lN INGITE . . 05 | CO~~LUCHE. 06 | TET/~X)S . . . . 07 R R0(X~OLE. . . 08 | DIPHTERIE . . 09 I TYFBOIDK. . . lO I AUTRE . . . . . . Il Il Il 02 TUBERCULOSE. 02 03 H .RESP IR . . . . . . 03 04 ~tNIHGITE . . . . . 04 05 CO@OKI-UCI4X . . . . 05 06 TETAN(~ . . . . . . . 06 07 ROOGKO I-I~ . . . . . . OT OU "ILDI ~ I Æ . . . . . 08 09 I ~ I D K . . . . . . 09 10 l AUTRE . . . . . . . . . I0 Il (91~CISKR) I ( P I~CISER ) | Il | SA IT PAS . . . . . . . . . 98 I N .S .P . . . . . . . 98 I N .$ .P . . . . . . . . . 98 Il 1 (PASSER A 520 COL. SU IV . ) I (520 COL. ~V"V. ) | I I ) I /~LRIg~ . . . . . . O l t TO-B I~C01~~E. . . 02 I H. ~ZSP IR . . . . . 03 I Igg4INGITE . . . . . 04 i ~ U C m ~ . . . . 05 I TETAI#08 . . . . . . . 06 B ROUGEOLE . 07 t D IPHT IR IE . . . . . 06 B TYPBOI I~ . . . . . O9 I AOTRE . . . . . . . . . 10 1 _ l Il 1 I _ l (P I~CISER} I (PR IE IS I~) I | I 0 N .S .P . . . . . . . . ~ 98 | I m (520 COL. SU ïV . ) 1 (PASSER A 601) 1 ~ECTION 6: ?REFERENCE EN MATIERE DE FECONDITE I N, I ~ESTIONR ET FILTRES I CODES ! I SOl B ENQUETRICE: VOIR 403 (0e - 07) ET B I . . . . . . . . . . COCHER LA CASA APPROPRIFEI I I I FEF4OE OU MARI AUCUN N'EST I I STERILIRE(R) STERILISE I I ~ ~ I I (PARSER A OOO) J I «, , , , ~ • 002 I ERQUETRIDE: VOIR 201 ET COCHER SA I . . . . . . . . . . . CASE AFPROPRI[E I I HARIEE VEUVE OU DIVORCEE I --~ I | (PASSER A 811) qP , , , , , I ç j "~- - . . . . . . i ç ,.ï.b,.::G I I ENQUETRICE: VOIR 325, COCHER ET OUI (VEUT UN , POSER LA QUESTION AFFROFRIEE AUTRE ENFANT) . J ~ NON {NE VEUT PLUS I ~AS ENCEINTE, PAS SURE OU NSP ~-~ D'ENFANTS . . . . . . . . , .: . .~•« . . . . . . , ~d~~j~~~ ~" PENSE NE P~US i . ~L.çJ ~ ~• POUVOIR ETRE I ~ ENCEINTE . . . . . . . . . I ENCEINTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . INDECI8E OU ' ~ ~~, ï~ ~' , ~~,e ~ ~. ~" NE ~AIT PAs, ' Va.l~:, ,2, ~~ ~ ~ ~• ,"~'.,.~• ,.,J• . . . . . I I ç J 5~~ , , , , , , , « , 604 I ~ L .~ ~. U ~ WJ .W,- J~ ~::,~/,,.~ ,.,.% ~a PL' S D'ENFANTS 1%, . t-z~1 ~a ~.~kl ~~•I ~.~~L ~ ~ DU TOUT . I ç -~~,~ I N 'EST PAS SURE . , , . . . . « , , 80~ l~---~ ~aJa-~ ~ ~ i~ke-~~ ~~.~'I ~~t• OUI VEUT UN AUTRE I I ? ~ ~• 0"~"~'1 ~~~'1 ENFANT . " NON NE VEUT PLUS ' D'ENFANTS . . . . . . . . . I INDECISE OU I NE SAIT PAS . 606 . , . , , . , . , • . . . . . . . . . . . . I ; j ,,_1 t.~. ,4-1 ~, .~. : , ~ ,.% la I VEUT AHSOLOMENT I q~ ~ -la~ ~ ~ ~-~ t e { ~~JJ~1 ~.~) i UN AUTRE ENFANT,. I ç :' ~ • C ç . ,~1 a'J•"l I I I N'EST FAS SURE . . . . - - I I l IPAS8ER A I ~')806 3 ~ ' )812 I ! 8 "~- )605 I I I I 2 J | I I i - -~)807 ! 8 J ! I I 1 i I 2 - -~') 61 .~ 5 607 I I I I I I I I ç u,,'.,., ! , L TEMPS D'ATTENTEI I I i i I 2 )812 ANS . I . i I NSP . | 8 8 8 "--)808 I L . . . . I - 40 -- 178 I i I t " I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES IPASSER I I I A 608 I ENQUETRICE: VERIF IER 319 AVANT DE I . . . . . . . . J- POSER LA QUEST ION 608 | " . " , , I I I AGE DU PLUS JEUNE I , I 1 ENFANT EN ANNEES. . I I I PAS D 'ENFANTS I I =)612 V IVANTS . . . . . . . . . . . I 96 I | NE SA IT PAS . . . . . . . I 98 i J 609 I I I I ç Ç.:"-~'~Ç ï~~l ï.~.]~J~ ~z~.~.]~ ~I~ i OUI . . . . . . . . . . . . . . . i I I I I I I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 I - - - | 610 I . . I I I ç ï,,.~ I~_~ I o»m:~ ~.:~~:~_ 9.J.~ ~:~~ ~.t I» I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I 1 I I I I I I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 ~)612 611 1» 1» , " , ' , , ~,.».-J»L ~;-:,i I~, ,.2, I» ç g~ «., OUI (VEUT UN AUTRE ENFANT) . NON (NE VEUT PLUS D 'ENFANTS) . . . . . . . INDECISE OU NE SA IT PAS . . . . 612 ENQUETRICE: VOIR 302 ET 305 COCHER ET POSER LA QUEST ION APPROPRIEE . PAS D 'ENFANTS V IVANTS . . . . . . . . --= A DES ENFANTS V IVANTS . . . . . . . . - - III [~:~ I , I/J_< ,~::, ~=~ ~ ,.,JJ 1 , j . , I.~.~ ' I NOMBRE . . . . . . . . . . . - - ENTRE . . . . . . . . . . . . I l ~~ [; ET . . . . . , . . . . . . . . . | CA DEPEND DE D IEU [ 96 I AUTRE . . . . . . . . . I 97 . . . . . . . | . . . . . . . . . . | (PRECISER) I I NE SA IT PAS . . . . I 9~ 613 I I J I I I NB DE F ILLES . f I CA DEPEND DE D IEU I I AUTRE . . . . . . . . . . . . I ! I ( PRECI SER I I NE SA IT PAS . . . . . . . 9~ 97 98 - 41 - 179 SECT ION 7: CARACTERIST IQUES DU MARI ET ACT IV ITE PROFESS IONNELLE DE LA FEMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I I N ~ I ~aUESTIONS ET F ILTRES I CODES IPASSER I I I A . - - - - | 701 I ENQUETRICE: VOIR 201, PUIS L IER LES QUEST IONS SUIVANTES I I . . . . . . . AU MARI ACTUEL DE L 'ENQUETEE OU A SON I I DERNIER MARI S I ELLE EST VEUVE OU D IVORCEE, I I ? ()~-'J_ I ,ç~~ tre ) I I ' I I 702 I I I I 7'~2 ] {{ - - ,=~ I NON . . . . . . . . . . . . . . . l I NE SAIT PAS . . . . I I J ~ c" ~- ~.~ ~«,'I I PRIMAIRE . . . . . . . . . . ç ^ . ,1 I SECONDAIRE . . . . . . . . I ~ ~~ ~ ? , o~ ~~ ~~ L¢t, l , , ,~,~l I SUPERIEURE . . . . . . . . I " I NE SAIT PAS . . . . I I 704 e >!._ oe~l ~-<~11 ~.,ïJt »~ /~:~'I I DERNIERE CLASSE • • I ACHEVEE . . . . . . . . . . . I I NE SAIT PAS . . . . . . I ! I I 8 1 2 3 8 ~»706 J 8 705 I ENQUETRICE: VOIR 703 ET COCHER LA I I CASE APPROPRIER I I I I PR IMAIRE SECONDAIRE OU PLUS I I ~ ,-~ I I ~--~ ~-J I I Æ (PASSER A 707) I 706 I¢ .~ t~.~e L~Je I~ Lf-J.c ~~~, ~ ~ c,~ ', I PEUT 51RE: I .'«i, I " ? / I ~ I FACILEMENT . . . . . . . . I " I DIFF IC ILEMENT . . . . . I I I PAS DU TOUT . . . . . . 1 2 3 707 I : L" & O t~ ~ t~ Ns tA-l~- L~ :'I~'~ t,~'1~ I ¢ L~ 1).: 1~, I~ I I I ENQUETRICE: INSCRIRE AVEC FRECIS ION I . . . . . . . . . . LA PROFESS ION INDIQUEE: I I I I I (PROFESSION) JAMAIS TRAVAILLE. I r I J 98 708 ENQUETRICE: VOIR 707 ET COCHER LA CASE APPROPR]EE NE TRAVAILLE PAS IRAVAILLE DANS N'A JAMAIS DANS L 'AGRIC[)LTURZ L 'AGRICULTURE TRAVAILLE (PASq~~ A Vo9) IPASSER A 710) (PASSER A 712) - 42 180 No l QUESTIONS ET F ILT~S l oe~S ~A~~ l l lA I 709 | ~ -.::. J .~ t,la.t.4.:a,~,. » t.~,:, f,.,ur,.~. ~ I» l I I I ç ~~» I OUI. . . . . . . . . . . . . . . I 1 8 I I NON . . . . . . . . . . . . . . . l 2 l 712 I I NE SAIT PAS . . . . l 8 I ' l ! I a . « b u~ ~-* ¢'~&,.''b ~ ~ I J .La I OU FAMIL IAL . . . . I i - - )712 I '" ~" ~,.~~'~ l l l I i AUTRE CHAMP . . . . . l 2 I I a | ç L,,~: s,, ç , ÆTA'Y'~R ( i /~ :e i> i ) : | 2 | I I NE SAIT PAS . . . . . . . l 8 I l l 712 i ENQUETRICE: VOIR 201 ET COCHER LA I I . . . . . . . . . . CASE APPROPRIEE l ! | l MARIEE VEUVE OU DIVORCEE l I ~ ~ I | ~ ~ ! I / (PASSER A 715) l I I I I I I I I I I I l I l I I I I I I 2 - - )715 I l 713 1 • (~-:I.) .».~ ,.,.~,I» ,L ~Lk .~ l . .d, 12~, i I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I I ~ ",ç'~ "< - ~ ~ ~:.~~.~ ï , , -~ ,~ ¢,.~ I l ç .) ".e. ~ I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 714 I , . . - " . ~ 111 ~a.~l l I . "<. : i " I IIOH~I~E DE ÆIS . . . . I L ~ ; I I I I I I J l «~ »'~ ~kq l Jç~Z-o.¢-J1 ".».~ O.- u~:~-~.-¢ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I 1 I I~ ,~ LLSk J I 0-, a~-b u,~ ~,.,.,~ht~.~LkJ1 1 I I I ~',,~J ~ i I I~ ~%. ~~- ~' I~- : : 7. u~.î~'~ ' a,. , ,~ l NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 "~~)717 I "5" ä .:--.,~ ~ I I I I I I I I I 716 I L "','4 ~ I~~~/',", ¢',',ç ~ I ~.-t~.~ I DONNE LA PLUPART: I I : J ~'"~ ~~:~" '«"~~~~ "'~-~~':" ~"~ ' i ' ,«,ç"l I ~],~:'.",» d.~.j~ ~ ~~" ïe î~ I A SA FAMILLE . . . . . . i I I 9 ~ -,7, I ~ I A ELLE MEME . . . . . 2 I I l A PART EGALE . ; . I 3 I I I 717 I , £,-~- ~ b(.~.,' J IL.--J I)u,-~, .*,.~ ~ I I I I J te~ï-. , .~-J I ,~-~-, 't:.,.* a .~ I , .~ï . . '~. ,.~~~:,:,.~. I oui . . . . . . . . . . . . . . . I 1 I I ~.L5 k . J I O.,,,.~. I~ ,.j~ £,~.4» I ,~.~_11~»,,,, l,~J I I I I I ~ ~.-,, o , . : l i l~ ' ~%.!~- ~ » ,~ I~, : , I NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 ==*/719 I " " ? :: .~,:.~ I I I I I I I | I 718 I~_.A.X. . ~ I~C~ t~ l~ ~.~~.,:~.~ ~dJ I ~,, ;~~. l | I)ONNE I~ PLUPART: I | ", . " ' "., (-' l*, T " I~ . I I I D 5" ~1:~ ~.ç,I ~ . ~ L j~ i .~.t-- 'v ' . ~ , D A SA FAMILLE . . . . . . I 1 | l l A ELLE MEME . . . . . . . I 2 l I I A PART EGALE . I 3 I I I I I I ! 719 1 J~ .,.~ "b .~I,~I J.le.~ ~~.~,.J1 .,.raz ~ i I I I o .mm.l» t»~~ ~.9-.'aw ¢,-£11~,~ a*-~dJ1 1 OUI . . . . . . . . . . . . . . . I i I • ^ , * - - , . , . ^ , , . ~.- ~, . I LL5 ~,-J | I ï *a.~ u~ Ç~ ~~.~~ - , ~ I l I I " ç L , ,~; l~ l le I ", . ' l ' - ,~,~-I~k:~l NON . . . . . . . . . . . . . . . I 2 I I I I I I I I I - 43 - 181 ~ECTION 8: CONNAISSANCE ET UTIL ISATION DU SYSTEME DE SANTE PURLIQU~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N » I QUESTIONS ET F ILTRES I CODES I I ~A5SER lA I I~~- J « , c ' ,~ ' .~ JÇ~ s ~. J~ . . ~.---~-J|u~-J.~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . I " ç c.~ I.~~L« ~ ,< ' . - L, I~ .uJJ I L,~~-~ | NON . . . . . . . . . . . . . . . I I I I I 1 >803 802 I I • ~,~la c~. LL~| ,~~~,.JI |A,b ~~.'." I I ~ ~ ( J~- - . ~ ~.1~ ~ ~.~,.~::~L,~ I OUI . . . . . . . . . . . . . . . 1 I ç ~»-" q - -~ ~; .« . . ' i oL~ a l l J~ l I I NON . . . . . . . . . . . . . . . 2 >807 l I 803 I ENQUETRICE: VOIE 801 ET 802, COCHER I l . . . . . . . . . . LA CASE APPROPRIEE PUIS I DISPENSAIRE . . . . . . . I POSER LA QUESTION CORRESPONDANTE. l CENTRE DE SANTE. I | CENT. REFERENCE., I ~ I CENT. DIAGNOSTIC., I ENQUETEE MALADE . . . . . . . . . . . L-J I HOPITAL PUBLIC . l ï ) , I l ç ".-~.- O.::J ~ ï .~,, .~ C,' ,ç u~J., I I ç OEa|.~~% u,---Jj ~! I MEDECIN PRIVE . . . . . l '" I CLINIQUE PRIVEE. l ,--1 I PHARMACIE . . . . . . . . . I MEMBRE DU HENAGE MALADE . . . . . . L--U I GUERISSEUR . . . . . . . . l I »~ 0 .,~ ( ~)63e., , -~ ( G)O ~ LP L~ I AUTRE . . . . . . . . . . . . I ? ~»1~. ~t~ u, J»~l ï ,~~ ("G) I . . . . . . . . . . . . . . . . . | | . . . . . . . . . . . . . . . . . l I (PRECISER) I ENQUETRICE: INSISTER POUR OBTENIR LEI | . . . . . . . . . . FREMIER ENDROIT CONTACTEI NULLE FART . I I 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 =>806 | I I 11 I I 804 | ~ I I I u~J" l ~ '1~ ( !«÷=~) ~ 6 ,~l j I OUI . . . . . . . . . . . . . . 1 ,°>807 I ç (~) n ~ a j l~ I I I NON . . . . . . . . . . . . . . 2 l I 805 | l I I I I I I . . . . . . . . . . . . . . . . . I . . . . . . . . . . . . . . . . . . I _ I . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ( PEECISER I L I - - I 807 806 NE MERITAIT PAS.,. N'Y A PAS PENSE,. NE LES CONNAIT PAS1 ELOIGNEMENT . PROB. D'ACCES . MAUVAIS ACCUEIL. LONGUE ATTENTE . PAS DE MEDICAMENT. N'A PAS CONFIANCE. PERS. INCOMPETENT. AUTRE . . . . . . . . . . . . (PRECISER) Of 02 03 04 05 06 07 08 09 i0 il - 44 - 182 Il N* I QUEST IONS ET F ILTRES I CODES IPASSER i I A 807 I ? a ç lç~ B | i ENçUETRICE: INSCRIRE LE NOM ET i . . . . . . . . . . L 'ADRESSE EXACTES DU D DISPENSAIRE PU IS PASSER i A LA QUEST ION SUIVANTE. NOM: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ADRESSE: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CORRECTE . . . . . . . . . . INCORRECTE . . . . . . . . NE SA IT PAS . . . . . . . NON DECLARE . . . . . . . ] ~)901 808 I - -< . :~t . '# Cd~.31 J le~ ,.~.,.eaz.-< Jg~, l I I ? ~ Ç~ I NB, D 'HEURES . I I I I , , | I NB DE MINUTES . -~- - I | 45 - 183 eECT ION '~: ME: I rE? ANTR.~:OP!çMZTRI - ) r~E5 ET E'(AME!I 'TL[!llD "ï DE L 'YNv~, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 901 - E~;QUETA~TE: INDIQUER L 'HE ] .E EXA:7 ç EN " ï MOt< ;7: H - 7 ~S Ml : - TES 902 I ENQUETRICE: 903 VOIR TABLEAU 8 PU IS INSCRIRE I .E 'NDMERO DE LIGNE." LE N(~ ET I , 'ETAT DE SURVIE DE TODS LE~ ENFANTS AGES DE MOINS DE 5 ANS OU NED DEPUIS JANVIER l~8~ TABLEAU 6: NA ISSANCES SURVENUES AU oeU~ DES 5 DERNIERES ANNEES E~UETRICE: VOIR 318 ET . . . . . . . . . . TRANSCRIRE [A DAT~ DE NAISSANCE DERNIERF NAISSANCE N « DE L IGNE , ~ (NOM) EN V IE DECEDE M L I J , I + MOIS ANNEE AVANT DERNIERE l 2 EÆ AVANT I 3 EHE~AVANT NAISSANCE I DERNIEhF NA ISSANCE# DERNIERE NA]SSANCF N: DE L IGNE ----, # N DE L IGNE - - - - I N [iF" L ]GNF -- (NOM] | (NOM) P (NOM) # I EN V IF DECEDE # EN V IE D~CEDE # EN VI~: [IECEDE - - ~ - - > I l - - - - I - - - - ~.-- 1-I L~ <PEHSEN A -~,<,, I i I i I ~ I I 4 I , I I MOIS ANNEE 1 MOIS ANNEE # ÆIS ANNEE 904 ENQUETRIC] I : VOIR 824-525 . . . . . . . . . . ET COCHER LA ODl NON CASE APPROFRI KI~ . . . . . L 'ENFAHT * EU ~-~ ] ~ PL I CUTANE . . . . . 1 2 LA D IAR~I ]~h ~ j-, 17.~N ET RESULTAT ~ LANGUE SECHE. . , i 2 CEP.NE SOUS' L 'ENFANT N 'A PAS , - - OCCULAIRE . . . . . . 1 Z ]~ IX D IARR~ ç 905 E~@O~TRI CE : . . . . . . . . . . I POIDS L , , , ] ~ IGT I~ A '~C I KG CG PRZCIS lOW LE POIDS, LA I TAILLE ET LE F ]~IF~TRE I TAILLE ~ , L , CRANI~ DE CHAQUE ENFANT I CM MM I I PE I I INETRR , i i i , , I CR~NIEN CM MM | 90E I~EItlETRICE: I OEDEMES ABbés.TE . . . . . . . . . . . . . . . I OEDEMED EXTREMITES . , . KXAMINEZ S ' I L Y A OEDEÆSI OEPEMES ETENDUE . . . . . . 3 C~Z L 'ENFANT I - -3 907 /D~O . . . . . L 'ERFA J i EST NE ~-~ I OUI NON AVANT MAI 1985 L-~ I . . . . . ~ IMANDER : I I . ,~ ~~ (N(~4)~ i » I ENTEND . . . . . . i 2 e ~ ~il PARLE . . 2 • VOIT . . . . . . . . . . . 1 2 | I ENFANT NORMAl, ] 2 L'k'NFA)4T E~T NE - - # APRE5 MAI 1985 I E " i ~ , 908 pArALYS IE FLASQUES DES I F~{MBREE SUPERIEURS | OUI + OU] ~ (NOM) ~, . ~ I I , _ _~ ~ ç l MON . . . . . . ' : ! • | 1- 909 pARALYS IE FLAS~DES DES I OUI . . . . . . . . . . . . . . . . . I I OU I . . . . I~~MBRR S INFERIEURS : I I I (PASSER A COL SUIVANTE I I (COL SU IVANTE) I I OUI NON I OUI NON # OUI NON l I P> CUT. I 2 I P CUT I 2 i P. CUT i 2 l i L. SEC. i Z ! L SEC I 2 I L. SEC I 2 l I ! | C. S IO "I 2 ! C S /O 1 2 I C S IO i 2 I I - - | - - I I # p , L , , _ _~ | p ' ' . ~ I P ~ , ~ KG DG I KG CG I KG CG ! I CM MM I CM MM I CM MM I I P C. L ~ ~ I P ,C ' J ' J ' i P .C. ' + ' CM ~ I CM ~ I CM MM I AESEN~~. . i | ABSENTS . . . . . . ] AB . . . . . . . . . . . EXTREMITE~ . 2 I EXTREMITES . 2 EXTREMITE5 . 2 ETENDUS ~ ~TEND[]$ . . . . . . . 3 ETENDUS . . . . . . 3 i I OUI NON I OUI NON + i . . . . I ECOUTE. . ] 2 I EcoUTE . I Z PARLE . IAE[ - > I 2 ?OIT , . ] [~ ç~ ~l . . . . 1 E N(,RM 7 F NOEM i 2 _. _ _ OUI NON ECOUTE. . i 2 PARLE+.+ 1 2 VOIT . . . . i k E. NOEM. ] 2 Mil I OUI . . . . ,N 2 NON . . . . OUI . . . . . . 1 OUI . . . . . . NON . . . . 2 | ~C)N , I ( 'O l , S I ] IVANTF I (PA IBE~ A g]h l 910 - ENODETRICE: INDIQUER L 'HEURE DE LA P IN T'~ ;N~VRVIEW HEURES • ~ J MINItTÆS L_~ • - 48 - 184 i | | OBSERVATIONS DE L 'ENQUETRICE I i | I ( A REMPL IR APRES L 'ACHEVEMENT DE L ' INTERVIEW ) l ! S I I I I l I l l I I g . . . . i ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i ! I i NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ' i ! | OBSERVATIONS DU CONTROLEUR | ! I I I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i l l l NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . I l I I I I l OBSEVATIONS DU SUPERVISEUR I i J I I i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . n I I | NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 ! I | D , | 0B6ERVATIONS DU CONTROLEUR DE BUREAU ET DE L»AGENT DE SA IS IE | | i I l I I i . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ° . . . . . . . . . . . . . . | I ! | NOM DU CONTROLEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DATE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . | | NOM DE G'AGENT DE SA IS IE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DATE . . . . . . . . . . . . . . . . . ! | ! I 47 185 NAISSANCE : N DECES : DCD CALENDRIER HISTORIQUE 1987 | 1986 I I 1985 I I 1984 l I 1983 | I 1982 I 1 1981 I l 1980 I IRecuperat ion O.Edahab (Aout)1979 I I 1978 I 1977 I I 1976 I ~arche verte (6 Novembre) 1975 I I 1974 I |Guerre de Ramadan (Octobre) 1973 I I 1972 I I 1971 I |Mort de J. Abdennacer 1970 | I 1969 | l 1968 I IGuerre des 6 Jours ( Ju in ) 1967 | | 1966 | | 1965 | | 1964 I | 1963 | B 1962 | FICHE AGEVENT MORT-NE : MN FAUSSE COUCHE : FC 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 16 19 20 21 22 23 24 25 MARIAGE :: M DIVORCE : D VEUVAGE : V EVENEMENT | | I I | D I | D | O | | ! | | a | I 0 186 BIBLIOGRAPHIE Ayad, M. et Zoughlami, Y. Fécondité et Planification Familiale en Tunisie 1983: Rapport sur les Résultats de l' Enquæte Tunisienne sur la Prévalence de la Contraception, Office National de la Famille et de la Population et Westinghouse Public Applied Systems, Tunis, 1985. Central Agency for Public Mobilisation and Statistics and the World Fertility Survey. The Egyptian Fertility Survey 1980, vol. 2, Cairo, 1983. Central Bureau of Statistics and the World Fertility Survey. Syria Fertility Survey 1978, vol. 1, Damascus, 1982. Chayovan, N., Kamnuansilpa, P., Knodel, J. ThailandDemographic andHealth Survey 1987. Bangkok, Cbulalongkorn University, Institute of Population Studies and Institute for Resource Development/Westinghouse, May 1988. Corporación Centro Regional de Población (CCRP) and Ministerio de Salud de Colombia and lnstitute for Resource Development/Westinghouse. Tercera Encuesta Nacional de Prevalencia des Uso de Anticonceptivos y Primera de Demografla y Salud 1986. Bogotå, Colombia, CCRP, marzo 1988. Department of Statistics and the World Fertility Survey. The Sudan Fertility Survey 1979, vol. 1, Khartoum, 1982. Department of Statistics and the World Fetility Survey. Yemen Arab Republic Fertility Survey 1979, vol. 1, Sana'a, 1983. Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale et Enquéte Mondiale sur la F6condit6. Enquæte Nationale Mauritanienne sur la Fécondité 1981, vol. 1, Nouakchott, 1984. Ministère de la Santé Publique et Enquéte Mondiale sur la Fécondité. Enquæte Nationale sur la Fécondité et la Planification Familiale au Maroc 1979-80, 4 vols., 1984. Ministère de la Santé Publique et Westinghouse Public Applied Systems. Planification Familiale, Fécondité et Santé Familiale au Maroc 1983-84, février 1985. Ndiaye, S., Sarr, I., et Ayad, M. Enquéte Démographique et de Santé au Sénégal 1986. Columbia, Maryland, [Sénégal] Ministère de l'Econnmie et des Finances et Institute for Resource Development/Westinghouse, mars 1988. Office National du Planning Familial et de la Population et Enquéte Mondiale sur la Fécondité. Enqudte Tunisienne sur la Fécondité 1970, vol. 1, décembre 1982. Sberris, J.D., Blackbum, R., Moore, S.H., and Mehta, S. Immunizing the World's Children. Population Reports, Series L, No. 5, Baltimore, Johns Hopkins University, Population Information Program, March- April 1986. Sri Lanka Ministry of Plan Implementation, Deparlment of Census and Statistics (DCS) and Institute for Resource Development/Westinghouse. Sri Lanka Demographic and Health Survey 1987. Colombo, Sri Lanka, DCS, May 1988. United Nations. Department of Technical Cooperation for Development and Statistical Office. How to Weigh and Measure Children: Assessing the Nutritional Status of Young Children in Household Surveys. New York, United Nations, (National Housebold Survey Capability Programme) 1986. 187 Pages préliminaries Titre Informatiion sur l'enquête Tables des matieres Liste des tableaux Liste des graphiques Preface Remerciements Carte du Maroc Chapitre 01 - Presentation du pays Chapitre 02 - Nuptialite et exposition au risque de grossesee Chapitre 03 - Fecondite Chapitre 04 - Contraception Chapitre 05 - Preferences en matiere de fecondite Chapitre 06 - Mortalite et Sante Annexe A - Plan de l'enquete Annexe B - Erreurs de sondage Annexe C - Questionnaires Traduction du questionnaire(s) Questionnaire Ménage Questionnaire Individuel Bibliographie

View the publication

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.